L étalonnage par traceur Compton, une nouvelle méthode de mesure primaire d activité en scintillation liquide

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L étalonnage par traceur Compton, une nouvelle méthode de mesure primaire d activité en scintillation liquide"

Transcription

1 PH. CASSEE L étalonnage par traceur Copton, une nouvelle éthode de esure priaire d activité en scintillation liquide he Copton source efficiency tracing ethod, a new standardization ethod in liquid scintillation counting Philippe CASSEE et Phuc DO LNE-LNHB (Laboratoire national Henri Becquerel), LIS, CEA-Saclay, F91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France, Résué Nous décrivons une nouvelle éthode d étalonnage en scintillation liquide fondée sur l'utilisation d'une source d électrons teporaire créée à l'intérieur du scintillateur par interaction Copton. La source de traceur Copton est esurée par le copteur à scintillation de liquide à triples coïncidences après sélection des événeents utiles grâce à un détecteur de rayonneent gaa. Cet article décrit le principe de la éthode, sa ise en œuvre pratique et les résultats obtenus pour l étalonnage d une source de tritiu. Ces résultats sont coparés à ceux obtenus en utilisant la éthode classique du rapport des coïncidences triples à doubles. Une application possible de cette nouvelle éthode pour des coparaisons internationales est discutée. MOS CLÉS : SCINILLAION LIQUIDE, MESURE D ACIVIÉ, SPECROMÈRE COMPON, RCD. Abstract We describe a new standardization ethod in liquid scintillation counting based on the use of a teporary virtual tracer source created inside the scintillator by Copton interaction. he Copton tracer source is easured by the triple coincidence liquid scintillation counter after selection of the Copton events by a gaa-ray detector. he paper describes the principle of the ethod, the experiental setup and presents the results obtained by this ethod for the standardization of a H solution. hese later results are copared with those obtained using the classical riple to Double Coincidence Ratio ethod. Possible application of this new ethod for international coparisons is addressed. KEYWORDS: LIQUID SCINILLAION, RADIONUCLIDE SANDARDIZAION, COMPON SPECROMEER EFFICIENCY RACING MEHOD, DCR. 1. Introduction Les techniques de esure d'activité eployant une source de référence sont utiles pour des esures coparatives ou pour garder la éoire de l étalonnage d un radionucléide sur une longue période de teps. Un exeple est l'utilisation de chabres d'ionisation avec une source de référence de radiu, dans le cadre du systèe international de référence (SIR) aintenu par le bureau international des poids et esures (BIPM). Pour des radionucléides se désintégrant par transition bêta pure, la éthode généraleent utilisée est la scintillation liquide en référence à un traceur radioactif. Un exeple est la éthode CIEMA/NIS eployant le tritiu coe traceur [1]. Si des esures reproductibles sont nécessaires sur plusieurs dizaines d années, par exeple dans le cadre d'un systèe de référence international, le tritiu n'est pas un traceur judicieux du fait de sa période radioactive relativeent courte (12,2 ans) et égaleent parce que c est un radionucléide difficile à étalonner avec une faible incertitude. Pour des raisons fondaentales liées aux odèles physiques eployés dans la éthode CIEMA/NIS, un traceur de basse énergie avec un spectre calculable est nécessaire et jusqu'ici, aucun radionucléide alternatif de longue période n'a été trouvé. L ÉALONNAGE PAR RACEUR COMPON, UNE NOUVELLE MÉHODE DE MESURE D ACIVIÉ

2 Par ailleurs, des éthodes d étalonnage priaires peuvent être préférées aux éthodes par traceurs si les facteurs de variabilité de la esure sont sous contrôle. En scintillation liquide, la éthode d étalonnage priaire est celle du rapport des coïncidences triples à doubles (RCD) [2]. Cette éthode exige une description correcte de la réponse non-linéaire du scintillateur qui dépend de la coposition de la source scintillante et qui n'est pas facileent reproductible sur une longue période de teps. Pour résoudre ces problèes nous avons développé un copteur à scintillation liquide couplé avec un spectroètre Copton, où une source de référence virtuelle est teporaireent créée au sein du cocktail scintillant par effet Copton. Nous exposerons dans ce qui suit le concept et la réalisation de cette nouvelle éthode de esure ainsi qu un exeple d application à l étalonnage d une source de tritiu. 2. Méthodes de esure par scintillation liquide Les techniques de scintillation liquide (SL) peuvent être eployées pour la esure d'activité de radionucléides quand le calcul du rendeent de détection est possible ou par coparaison avec un étalon. Les avantages principaux de ces techniques résident dans la possibilité de esurer des radionucléides de basse énergie dans une géoétrie de 4π sr avec une préparation de sources relativeent facile. À la différence de la plupart des autres éthodes de esure de radioactivité, la source elle-êe fait partie du détecteur et si une esure précise est nécessaire (c'est-àdire avec une incertitude type relative inférieure à 1 %) les sources scintillantes étalons doivent avoir une coposition siilaire à celle des sources à esurer. Si aucun étalon n est disponible, l'efficacité de détection peut être calculée dans certains cas. Cela est fait en utilisant une odélisation des processus physico-chiiques et statistiques ipliqués dans l'éission de luière, sa détection et le coptage des ipulsions. Ce odèle est connu dans la littérature sous le no de odèle à paraètre libre [], qui représente le rendeent luineux intrinsèque du scintillateur ou, plus préciséent, la valeur oyenne de photoélectrons créés dans chaque photoultiplicateur (PM) après l'absorption d'une unité d énergie dans le scintillateur. Ce odèle peut en pratique être appliqué de deux façons différentes : en déduisant le paraètre libre à partir de la esure d'un traceur (éthode CIEMA/NIS) ou en calculant ce paraètre libre à partir du rapport des coïncidences triples à doubles dans un détecteur à trois PM (éthode RCD). Nous décrivons ici une autre façon d'appliquer le odèle à paraètre libre en scintillation liquide avec l'aide d'une source de traceur virtuelle créée in situ par interaction Copton.. Concept de la source Copton virtuelle La source scintillante à esurer est préparée selon la procédure habituelle et une source d électrons virtuelle est créée teporaireent dans celle-ci par effet Copton. Cette source virtuelle est esurée spécifiqueent pour déduire le rendeent luineux intrinsèque du scintillateur dans ces conditions spécifiques de esure, c'est-à-dire pour ce type de flacon, ce scintillateur, ce volue, cette coposition chiique et ce copteur. Ce rendeent luineux intrinsèque peut être exprié coe le nobre oyen de photons éis par unité d'énergie électronique absorbée par le scintillateur. La source virtuelle est ensuite suppriée et le rendeent luineux intrinsèque précédeent déteriné est eployé pour calculer l'efficacité de détection du radionucléide dans ces conditions de esure spécifiques. L'avantage principal de cette éthode consiste en ce que le traceur est esuré exacteent dans la êe condition que la source à esurer et aussi que l'efficacité de détection ne dépend pas du taux de coptage de ce traceur, ais seuleent sur son spectre, qui est accessible expérientaleent avec une résolution qui ne dépend que de celle du détecteur gaa utilisé. 4. Création de la source virtuelle La source scintillante à esurer, placée à l'intérieur du copteur de scintillation liquide, est éclairée par un rayonneent gaa externe de 59,4 kev produit par une source scellée, filtrée et colliatée de 241 A. Un détecteur de rayonneent gaa est placé sous la chabre optique du copteur SL à angle droit de l incidence du rayonneent gaa. Le détecteur de rayonneent gaa esure les photons diffusés dans la source SL par diffusion cohérente ou par diffusion Copton. Pour les photons Copton, le spectre diffusé est centré sur l énergie correspondant à une diffusion à angle droit, ce qui pour une excitation à 59,4 kev correspond à une valeur d'énergie oyenne de 5,2 kev. Ce spectre Copton est facileent séparé du spectre de diffusion cohérente en eployant un détecteur de rayonneent gaa présentant une résolution en énergie suffisante pour ne pas nécessiter d étape de déconvolution de spectre, coe par exeple un détecteur geraniu ou un détecteur Cde. Le spectre Copton utile est sélectionné par un analyseur onocanal et ce signal est eployé pour valider l'inforation issue des PM du copteur SL. Le copteur SL voit donc toutes les ipulsions de luière créées par des interactions de rayonneent gaa dans la source ais seules celles qui sont en coïncidence avec le signal du sélecteur onocanal de la voie gaa sont enregistrées. Les ipulsions luineuses éises par la désintégration du radionucléide présent dans la source sont égaleent rejetées par le systèe de coïncidence. Cette éthode de esure est rendue possible par la courte durée des ipulsions de luière SL et la probabilité de coïncidences fortuites peut être calculée à partir du taux de coptage non-coïncident des détecteurs. Il faut rearquer que le teps ort du copteur SL est déclenché par toutes les ipulsions luineuses et donc que le taux de coptage d'événeents utiles est faible (en pratique quelques s 1 ), ce qui ipose un teps d acquisition relativeent long pour obtenir une faible fluctuation statistique des coptages. Le 4 REVUE FRANÇAISE DE MÉROLOGIE n 14, Volue

3 diagrae du systèe expériental est décrit dans la figure 1. non-détection. Si l'énergie absorbée, E, dans une source SL produit un nobre oyen des photons, la probabilité de détection dans le PM X est : X X = 1 exp( ), X = ( A,B,C ), (1) où X est le rendeent quantique du PM X. Les probabilités de détection pour 2 PM en coïncidences doubles et triples sont respectiveent : X Y exp exp = 1, (2) avec = ( AB,BC, AC ) ; Fig. 1. Principe d un copteur à scintillation liquide utilisant un spectroètre Copton. Le spectre de la source virtuelle peut être directeent déduit du spectre des photons Copton diffusés, esuré en coïncidence avec le copteur SL, en utilisant la relation de conservation de l énergie de l effet Copton en considérant que cet effet est prédoinant avec des électrons peu liés aux atoes du ilieu (la soe des énergies du photon et de l électron Copton est égale à l énergie du photon incident). Ce systèe peut égaleent être eployé pour siuler une source électronique onoénergétique dans le scintillateur, si l'analyseur onocanal est ajusté pour sélectionner une faible plage d énergie du spectre gaa. Cela peret d'exainer la réponse du cocktail scintillant aux électrons de basse énergie et esurer ainsi la nonlinéarité du scintillateur. 5. Mesure de la réponse du scintillateur La réponse du scintillateur à la source virtuelle d électrons peut être déduite de l analyse du spectre d'aplitude des ipulsions des PM. Cette éthode, eployée précédeent par Péron [4] pour analyser la non-linéarité d'un scintillateur liquide, nécessite la déconvolution du spectre d aplitude du PM sur la base de ses fonctions propres, calculées à partir des n- convolutions de la réponse de l électron unique. Cette procédure a été eployée pour une source onoénergétique ais son application à une source polyénergétique n'est pas directe, car le spectre de la source doit égaleent être considéré dans le processus de déconvolution. Ici, nous avons utilisé une autre approche, fondée sur le odèle à paraètre libre en scintillation liquide et sur sa résolution par la éthode du rapport des coïncidences triples à doubles (RCD). En eployant un copteur SL à triples coïncidences, avec des seuils de détection ajustés pour perettre la détection de photons uniques dans chaque canal, la probabilité de détection, pour un PM, de l'ipulsion luineuse éise après absorption d'énergie dans le scintillateur peut être déduite du calcul de la probabilité de = exp A B exp C exp () Et le rendeent de détection pour la soe logique des coïncidences doubles est : ( ) D = 2 (4) = ( AB,BC,AC ) Pour un grand nobre d événeents observés, le rapport des fréquences des coïncidences triples et doubles converge vers le rapport des probabilités de ces coïncidences : = Z = 1 exp, Z X ouy (5) Le nobre oyen de photons éis ultipliés par l'efficacité quantique du PM Z peut être facileent calculée par une transforation logarithique de l'équation (5) : Z = ln, (6) avec = ( AB, BC, AC ), Z X ouy Si l'énergie E varie d'un événeent à un autre (c'est-àdire si les ipulsions de scintillation sont produites avec une source polyénergétique), les équations (1) à (5) doivent être pondérées par le spectre de la source S(E). Le nobre oyen de photons, (E), devient alors une variable non-linéaire de l énergie afin de tenir copte du phénoène de quenching d ionisation. Birks [5], donne une relation sei-epirique pour décrire (E) utilisant le pouvoir d arrêt de l électron, de/dx ainsi qu un paraètre décrivant la non-linéarité du scintillateur, le facteur de Birks, kb : E de ( E) = α, (7) de kb dx où est le nobre oyen de photons éis par unité d'énergie absorbée dans le scintillateur. Cette variable α L ÉALONNAGE PAR RACEUR COMPON, UNE NOUVELLE MÉHODE DE MESURE D ACIVIÉ 5

4 peut être considérée coe le rendeent luineux intrinsèque de la source dans ces conditions spécifiques de esure. Dans ce cas, l équation (5) devient un systèe de fractions rationnelles avec trois inconnues, les trois valeurs X ultipliées par : = Eax 0 S( E ) Eax 0 X = (A,B,C) S( E ) X exp X exp ( E ) de de (8) Le systèe d'équations (8) peut être résolu en iniisant qui exprie la différence entre les rapports des nobres de coïncidences expérientales triples et doubles et les rapports des probabilités de détections associées : = = ( AB,BC,AC ) 2 (9) Cette résolution peut être faite grâce à un algorithe de iniisation ultiparaétrique, coe par exeple le «Downhill siplex» [6]. En résué, si l on connaît le spectre de l'énergie transférée au scintillateur, le nobre oyen de photons éis ultiplié par l'efficacité quantique de chaque PM peut être calculé à partir des rapports des taux de coptages en coïncidences triples et doubles. Ces trois valeurs caractérisent entièreent la réponse de la source scintillante utilisée dans ces conditions expérientales. Elles perettent donc le calcul du rendeent de détection de n'iporte quel radionucléide présent dans la source, connaissant le spectre d'énergie transféré au scintillateur par ce radionucléide. Il faut cependant rearquer que cette éthode ne fonctionne que si le systèe n'est pas saturé, c'est-à-dire si les valeurs de RCD sont inférieures à 1. Cela signifie que la source virtuelle ne doit pas couvrir une trop haute gae d'énergie. En pratique, la gae d énergie coprise entre 1 kev et 10 kev est la plus utile parce que cela correspond à des valeurs de RCD notableent inférieures à l unité et de plus dans une région où la non-linéarité du scintillateur est la plus prononcée. 6. Application à la éthode RCD en esurant la non-linéarité du scintillateur Dans cette application une source teporaire d électrons est créée dans la source SL à esurer en utilisant une source externe de 241 A dont le rayonneent est filtré pour ne laisser passer que des photons gaa de 59,4 kev. L'analyseur onocanal de la voie gaa est ajusté successiveent pour sélectionner un signal gaa dans la gae de 59 kev à 49 kev, qui correspond à la production d électrons Copton d'énergies coprises entre 1 kev et 10 kev dans le scintillateur. La esure de la source est faite pour chaque valeur d'énergie électronique, avec suffisaent de statistique de coptage. La réponse intrinsèque du scintillateur est calculée pour chaque valeur d'énergie électronique, à partir des valeurs de RCD expérientales selon l équation (6). Ces résultats donnent l'efficacité relative quantique de chaque PM, ais aussi la valeur oyenne de photons éis en fonction de l'énergie transférée. Ces données peuvent alors être ajustées à une fonction athéatique siple sans signification physique, coe par exeple une fraction rationnelle, et cette fonction est alors eployée en replaceent de l équation (7) dans la éthode traditionnelle RCD. Le jeu de données peut aussi être ajusté à l'équation (7), pour donner la eilleure évaluation des paraètres libres et du facteur kb qui caractérisent entièreent l enseble de esure dans ces conditions spécifiques. En résué, cette procédure peret l'utilisation de la éthode RCD sans le besoin de choisir ou d ajuster le paraètre kb, phase qui reste le point faible de la éthode RCD classique, particulièreent pour la esure de radionucléides de basse énergie. 7. Application à une esure par traceur avec une source Copton virtuelle Dans cette application une source virtuelle est égaleent créée coe précédeent à l aide d une source de 241 A filtrée pour éettre seuleent du rayonneent à 59,4 kev. Les seuils de l'analyseur onocanal sont ajustés pour sélectionner une gae d'énergie correspondant aux interactions Copton uniques dans le cocktail scintillant. Le spectre est enregistré dans le canal gaa en coïncidence avec le signal de la soe logique des coïncidences doubles du copteur SL et le spectre d'énergie des électrons Copton créés dans le scintillateur est calculé en utilisant la relation de conservation de l énergie dans l'effet Copton. Le systèe d'équations (8) est ensuite résolu pour obtenir la réponse intrinsèque de chaque PM pour cette source spécifique et dans ces conditions de esure. La source externe de 241 A est alors enlevée et la source scintillante est esurée en coïncidences triples et doubles. Le rendeent de détection dans la soe logique des coïncidences doubles est alors calculé grâce à l'équation (4) pondérée par le spectre d'énergie de la source à esurer : = S( E ( ) 2 (10) = ( AB,BC,AC ) D ) Les teres et sont calculés eployant les équations (2) et () où (E) est calculé avec l'équation (7) ou bien en utilisant la réponse intrinsèque de chaque PM obtenue à l étape précédente. Cette éthode d étalonnage par traceur Copton (EC), est dans son principe seblable à la éthode CIEMA/NIS où l'efficacité de détection d'un radionucléide est déduite de la réponse intrinsèque d'une source scintillante déterinée grâce à une source étalon de tritiu. Néanoins, les avantages principaux de la éthode EC sur la éthode CIEMA/NIS sont : 6 REVUE FRANÇAISE DE MÉROLOGIE n 14, Volue

5 la caractérisation du systèe de esure (c'est-à-dire de la source et du copteur SL) est réelleent faite en utilisant la source à esurer et non avec une autre source contenant le traceur ; le rendeent de détection est déduit du spectre expériental du traceur virtuel et non de son taux de coptage. Un éventuel changeent de l'activité ou de la géoétrie de la source de rayonneent gaa externe n'aura pas d effet sur le résultat ; aucune source radioactive étalon n est utilisée et il n y a donc pas de facteur d incertitude lié à l activité d un étalon ; le rendeent de détection peut égaleent être calculé en eployant la éthode RCD classique à partir du êe jeu de données expérientales. Cela donne une possibilité de contrôle des résultats. 8. Systèe expériental Le systèe expériental a été réalisé par association d'un détecteur geraniu avec le copteur à scintillation liquide RCD1 du LNE-LNHB. Ce copteur, déjà décrit dans la littérature [7], utilise des flacons de scintillation liquide standards de 20 l et trois photoultiplicateurs Burle 8850 PM placés à 120 dans une chabre optique. Une fenêtre ince d'aluiniu est placée au fond de la chabre devant la fenêtre en bérylliu du détecteur geraniu. La distance entre le fond de la fiole scintillante et la fenêtre de détecteur geraniu est de 2 c. Le détecteur geraniu est soaireent blindé avec une feuille de 2 d épaisseur de plob. Un colliateur, coposé d'un cylindre principal percé d un orifice central de 0,8 de diaètre a été inséré à l'intérieur de la chabre optique entre 2 PM et dans le plan foré par leurs axes longitudinaux, coe cela apparaît sur la figure 2. Les rayonneents de basse énergie de 241 A sont filtrés par une feuille de fer. Le blindage de la source et le colliateur sont suffisants pour réduire à un niveau négligeable la détection directe par le détecteur geraniu du rayonneent éis par la source. Le signal du détecteur geraniu est aplifié par un aplificateur de spectroétrie (Intertechnique 7244) et le signal aplifié est connecté à un analyseur ulticanaux (MCA) et en parallèle, à un analyseur onocanal (SCA) (ennelec C450). Le signal MCA peut être enregistré en coïncidence avec le signal SL en coïncidences doubles produit par le odule MAC [8] après retard et ise en fore. Le odule MAC a été odifié pour retarder et ajouter une entrée de veto au signal d autorisation de sortie des signaux coïncidents, coe indiqué en figure. Cette entrée veto est connectée à la sortie du SCA et les signaux sont synchronisés afin de perettre la validation des signaux de coïncidence du odule MAC seuleent si le signal SCA est présent pendant une fenêtre teporelle de coïncidence de 100 ns. Une vue générale du systèe réalisé au LNE-LNHB apparait sur la figure 4. Fig.. Schéa du odule MAC odifié pour l ajout d un signal de veto sur les sorties. 9. Essai et validation de la éthode La éthode a été évaluée par la esure d'une source de tritiu préparée avec le scintillateur liquide coercial Ultia Gold (Perkin Eler). La esure eployant la technique du traceur virtuel a été coparée avec les résultats donnés par la éthode de esure traditionnelle RCD en utilisant le êe copteur (LNHB RCD1). Fig. 2. Chabre optique du copteur à scintillation liquide ontrant le colliateur pour la source 241 A externe. Une source scellée de 1,9 MBq de 241 A est placée dans un cylindre de plob et adaptée sur ce colliateur. Les rendeents de détection calculés avec la éthode RCD classique et avec la éthode du traceur Copton (EC) sont présentés dans le tableau 1, en fonction de la valeur du paraètre kb utilisé dans le calcul de la forule Birks, Équation (7). L'évolution du rendeent de détection en fonction de cette valeur de kb apparaît sur la figure 5 pour les deux éthodes de calcul. L ÉALONNAGE PAR RACEUR COMPON, UNE NOUVELLE MÉHODE DE MESURE D ACIVIÉ 7

6 ableau 1 Calcul du rendeent de détection d une source de H dans l Ultia Gold LS en utilisant la éthode RCD et la éthode EC. kb Méthode RCD Méthode EC Écart relatif (%) en c/mev RCD D RCD D RCD D 0,007 0, , ,27 4 0, , , ,54 1,7 2,89 0,008 0, , , , , , ,20 1,09 2,28 0,009 0, , , ,488 0, , ,87 0,79 1,67 0,01 0, ,54 4 0, , , , ,57 0,50 1,05 0,011 0, , , , ,58 9 0, ,26 0,22 0,49 0,012 0, ,57 0 0, , ,57 1 0, ,02 0,02 0,04 0,01 0, ,54 0,26 1 0,49 6 0,55 5 0,264 0,22 0,22 0,46 0,014 0, ,51 7 0, , ,5 9 0, ,4 0,41 0,84 0,015 0, , , , ,52 6 0, ,67 0,64 1,0 0,560 Rendeent de détection, D 0,555 0,550 0,545 0,540 éthode RCD éthode EC 0,55 0,50 0,525 0,006 0,008 0,010 0,012 0,014 0,016 kb (c/mev) Fig. 4. Systèe de esure associant un copteur à scintillation liquide à triples coïncidences avec un spectroètre Copton pour la ise en œuvre de la éthode EC. Fig. 5. Variation du rendeent de détection en coïncidences doubles d une source scintillante de tritiu pour la éthode RCD et la éthode EC. L exaen de ces résultats conduit aux conclusions suivantes : Coe prévu, le rendeent de détection du tritiu calculé avec la éthode RCD dépend beaucoup de la valeur du paraètre kb. Le rendeent de détection diinue de 4,7 % si la valeur de kb passe de 0,007 c/mev à 0,015 c/mev, plage généraleent adise pour ce paraètre ; La dépendance du rendeent de détection avec la valeur de kb est plus faible que précédeent en utilisant la éthode de calcul par traceur Copton. En considérant la gae de kb précédente, la variation du rendeent de détection du tritiu est de 2,7 %. Cela se constate égaleent sur les pentes des deux courbes de la figure 5 ; Les deux courbes de la figure 5 se croisent et il y a donc une valeur de kb pour laquelle les rendeents de détection calculés avec les deux odèles sont égaux. Cela correspond à une valeur de kb de 0,012 c/mev, qui est siilaire à la valeur précédeent déterinée pour des sources Ultia Gold par défocalisation de notre copteur RCD1 ; On peut qualitativeent expliquer pourquoi la éthode EC est oins dépendante de la valeur de kb que la éthode RCD. Dans la éthode EC, l'équation de Birks est calculée deux fois : une fois pour le traceur Copton et une fois pour le radionucléide à esurer. Cela conduit à une sorte de copensation des inexactitudes du odèle. Ce point a déjà été observé pour la éthode CIEMA/NIS où l'influence de la valeur de kb dans la esure de 8 REVUE FRANÇAISE DE MÉROLOGIE n 14, Volue

7 radionucléides bêta purs est plus faible que dans la éthode RCD. C'est aussi pourquoi, avec la éthode CIEMA/NIS, la valeur de kb a une influence considérable dans le calcul de l'efficacité de détection de radionucléide se désintégrant par capture électronique vers un niveau fondaental, coe 55 Fe, parce que dans ce cas, l'énergie produite par la capture électronique est presque onoénergétique (environ 6 kev pour 55 Fe) et la copensation précédeent entionnée ne peut pas s opérer. Cela étant dit, la éthode EC reste sensible à la valeur du paraètre kb ais trois éthodes peuvent cependant être utilisées pour lever cette dépendance : Par la coparaison entre les éthodes EC et RCD, en choisissant la valeur du paraètre kb pour laquelle les rendeents calculés avec les deux éthodes sont égaux. Cela correspond au point d intersection des courbes de la figure 5 ; Par variation du rendeent de détection du copteur à scintillation liquide par défocalisation des PM ou utilisation de filtres gris coaxiaux de la source. La valeur optiale du paraètre kb est celle qui conduit à rendre l activité de la source indépendante du rendeent de détection. C est la éthode traditionnelleent utilisée avec la éthode RCD ; En esurant in situ la réponse du scintillateur et en replaçant la fonction de Birks par une corrélation epirique ajustée sur les résultats expérientaux obtenus avec des sources d électrons Copton onoénergétiques, coe décrit Utilisation de la éthode EC pour l extension du systèe international de référence aux radionucléides se désintégrant par transition bêta pure ou par capture électronique vers un niveau fondaental Le coité consultatif des rayonneents ionisants (CCRI(II)) a identifié depuis longteps la nécessité de développer un systèe de coparaison international d activité pour les radionucléides se désintégrant par transition bêta pure ou par capture électronique. Un systèe de référence existe déjà pour les radionucléides éetteurs gaa (Systèe International de Référence, SIR). Il est fondé sur l utilisation de chabres d ionisation en référence à des étalons de longue période (sources de radiu). Ce principe n est cependant applicable qu aux éetteurs gaa. Un groupe de travail ad hoc du CCRI (II) a été constitué pour développer un SIR utilisable pour les radionucléides n éettant pas de photons gaa. Il seble qu'il y ait un consensus pour eployer des techniques de scintillation liquide, ais jusqu'ici, aucune éthode satisfaisante n'a été retenue. Cela résulte principaleent du fait que les deux éthodes d étalonnage traditionnelles en SL, i.e. la éthode RCD et la éthode CIEMA/NIS, rendent nécessaire l utilisation d un scintillateur de référence et qu à ce jour, aucun scintillateur ne répond coplèteent à ce besoin. Nous pensons que la éthode EC pourrait constituer un bon principe pour l extension du SIR aux radionucléides non-éetteurs gaa. En effet, elle ne nécessite pas de scintillateur de référence car les caractéristiques intrinsèques de chaque source peuvent être esurées in situ. On pourrait objecter que l'inconvénient principal de cette éthode EC est la nécessité d eployer un copteur SL spécifique avec PM associé à un détecteur de rayonneent gaa. Nous avons prouvé dans ce papier que la construction d'un tel détecteur reste possible par la odification ineure d'un copteur RCD classique. De plus, l'utilisation d'un copteur SL développé au laboratoire est, à notre avis, la eilleure garantie d avoir un instruent de esure sous contrôle. Ce n'est pas le cas des copteurs SL coerciaux qui sont surtout conçus pour des applications de esure à bas niveau d activité et qui sont essentielleent des boîtes noires pour l'utilisateur. 11. Conclusion Nous avons ontré qu il était possible de créer teporaireent au sein d une source scintillante existante, un traceur virtuel par effet Copton à partir d une source externe de 241 A et d un détecteur gaa fonctionnant en coïncidence avec un copteur à scintillation liquide à triple photoultiplicateurs. Cette source virtuelle peut être eployée pour étudier in situ la réponse non-linéaire du scintillateur liquide dans la gae d énergie coprise entre 1 kev et 10 kev. Cette source virtuelle peut égaleent être utilisée coe traceur pour calculer le rendeent de détection d un radionucléide de spectre connu. Cette dernière éthode, appelée éthode d Etalonnage par raceur Copton (EC) a été utilisée avec succès pour la esure d'une source de tritiu en coparaison avec la éthode traditionnelle RCD. L'association de ces deux éthodes donne une façon siple d'optiiser le paraètre de non-linéarité du scintillateur, le facteur de Birks, kb, utilisé pour le calcul de rendeent de détection en scintillation liquide. Coe la éthode EC peret la caractérisation in situ de la source SL à esurer, nous pensons qu'elle pourrait être eployée dans un systèe de référence international pour des éetteurs bêta, sans exiger la ise au point d un scintillateur de référence. Elle pourrait aussi être utilisée pour conserver sur une longue période, la éoire d un étalonnage de radionucléides non-éetteurs gaa. Références [1] GRAU MALONDA A. et GARCIA-ORAÑO E., Evaluation of counting efficiency in liquid scintillation counting of pure β-ray eitters, Int. J. Appl. Radiat. Isot.,, 1982, [2] BRODA R., POCHWALSKI K. et RADOSZEWSKI., Calculation of liquid-scintillation detector efficiency, Appl. Radiat. Isot., 9(2), 1988, L ÉALONNAGE PAR RACEUR COMPON, UNE NOUVELLE MÉHODE DE MESURE D ACIVIÉ 9

8 [] GRAU MALONDA A., Free paraeter odels in liquid scintillation counting, CIEMA Editions, Madrid, [4] PÉRON M.N. et CASSEE P., Study of liquid scintillator response to low-energy electrons with a Copton coincidence experient, Nucl. Instr. Meth. Phys. Res., A69, 1996, [5] BIRKS J.B., he theory and practice of scintillation counting, Pergaon Press, Oxford, 1964, 187. [6] PRESS W.H., EUKOLSKY S.A., VEERLING W.. E FLANNERY B.P., Nuerical recipes in Fortran 77, Cabridge University Press, Seconde édition, 1992, 402. [7] CASSEE P. et VAIN R., Experiental evaluation of DCR odels for the PM liquid scintillation counter, Nucl. Instr. Meth., A12, 1992, [8] BOUCHARD J. et CASSEE P., MAC : an electronic odule for the processing of pulses delivered by a three photoultiplier liquid scintillation counting syste, Appl. Radiat. Isot., 52, 2000, Article reçu le 19 octobre 2007 ; version révisée reçue le 7 juillet REVUE FRANÇAISE DE MÉROLOGIE n 14, Volue

Arrondissage des résultats de mesure. Nombre de chiffres significatifs

Arrondissage des résultats de mesure. Nombre de chiffres significatifs BUREAU NATIONAL DE MÉTROLOGIE COMMISSARIAT À L'ÉNERGIE ATOMIQUE LABORATOIRE NATIONAL HENRI BECQUEREL Note technique LNHB/04-13 Arrondissage des résultats de esure Nobre de chiffres significatifs M.M. Bé,

Plus en détail

LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES

LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES Une prédiction de certains écoloistes : Les poissons devraient avoir disparu en 048! LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES Les rèles suivantes s appliquent pour tous les calculs ipliquant des

Plus en détail

Problème I : Microscope à force atomique

Problème I : Microscope à force atomique Problèe I : Microscope à force atoique Ces dernières années, de nouvelles techniques dites de "icroscopies à chap proche" se sont développées pour étudier les surfaces. Pari ces techniques, le icroscope

Plus en détail

Mécanique : Cinématique du point. Chapitre 1 : Position. Vitesse. Accélération

Mécanique : Cinématique du point. Chapitre 1 : Position. Vitesse. Accélération 2 e B et C 1 Position. Vitesse. Accélération 1 Mécanique : Cinéatique du point La écanique est le doaine de tout ce qui produit ou transet un ouveent, une force, une déforation : achines, oteurs, véhicules,

Plus en détail

OBJECTIFS. I. A quoi sert un oscilloscope?

OBJECTIFS. I. A quoi sert un oscilloscope? OBJECTIFS Oscilloscope et générateur basse fréquence (G.B.F.) Siuler le fonctionneent et les réglages d'un oscilloscope Utiliser l oscilloscope pour esurer des tensions continues et alternatives Utiliser

Plus en détail

EXERCICE II : LE TELEPHONE "POT DE YAOURT" (5 points)

EXERCICE II : LE TELEPHONE POT DE YAOURT (5 points) USA 2005 EXERCICE II : LE TELEPHONE "POT DE YAOURT" (5 points) A l'ère du téléphone portable, il est encore possible de couniquer avec un systèe bien plus archaïque L'onde sonore produite par le preier

Plus en détail

2.1 Comment fonctionne un site?

2.1 Comment fonctionne un site? Coent fonctionne un site? Dans ce chapitre, nous allons étudier la liste des logiciels nécessaires à la création d un site ainsi que les principes de base indispensables à son bon fonctionneent. 2.1 Coent

Plus en détail

CONDUCTIMÉTRIE 1. CONDUCTIVITÉ DE 3 ÉLECTROLYTES

CONDUCTIMÉTRIE 1. CONDUCTIVITÉ DE 3 ÉLECTROLYTES Travaux pratiques de chiie physique I Fournier Coralie, Chappuis Eilie Groupe E 5..29 CONDUCTIMÉTRIE. CONDUCTIITÉ DE ÉLECTROLYTES. But Déduire par conductiétrie si une solution d électrolytes suit la loi

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.alternativesjournal.ca/people-and-profiles/web-exclusive-ela-alumni-make-splash

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.alternativesjournal.ca/people-and-profiles/web-exclusive-ela-alumni-make-splash Une personne de 60 kg est à gauche d un canoë de 5 de long et ayant une asse de 90 kg. Il se déplace ensuite pour aller à droite du canoë. Dans les deux cas, il est à 60 c de l extréité du canoë. De cobien

Plus en détail

L indice des prix à la consommation

L indice des prix à la consommation L indice des prix à la consoation Base 2004 Direction générale Statistique et Inforation éconoique 2007 L indice des prix à la consoation Base 2004 = 100 La Direction générale Statistique et Inforation

Plus en détail

ETUDE DE L ATTENUATION DES ONDES ULTRASONORES. APPLICATION AU CONTROLE NON DESTRUCTIF DES

ETUDE DE L ATTENUATION DES ONDES ULTRASONORES. APPLICATION AU CONTROLE NON DESTRUCTIF DES N d ordre 006-ISA-009 Année 006 Thèse ETUDE DE ATTENUATION DES ONDES UTRASONORES. AIATION AU ONTROE NON DESTRUTIF DES SOUDURES EN AIER INOXYDABE AUSTENITIQUE présentée devant Institut National des Sciences

Plus en détail

Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal

Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal 1 re B et C 5 Oscillations d'un pendule élastique horizontal 40 Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal 1. Définitions a) Oscillateur écanique * Un systèe écanique qui effectue un ouveent

Plus en détail

ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES

ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES Seaine de la PME BDC 2014 Résué --------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 3: Solutions stationnaires de l équation de Schrödinger

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 3: Solutions stationnaires de l équation de Schrödinger MCANIQU QUANTIQU Capitre : Solutions stationnaires de l équation de Scrödinger Pr. M. ABD-FDI Université Moaed V-V Agdal Faculté des Sciences Départeent de Pysique Année universitaire 7-8 8 Filières SM-SMI

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

DOSSIER SUR LE SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE VOLUME 11 - NUMÉRO 4 - JANVIER 2015

DOSSIER SUR LE SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE VOLUME 11 - NUMÉRO 4 - JANVIER 2015 DOSSIER SUR LE SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE VOLUME 11 - NUMÉRO - JANVIER 2015 RAPPORT DE VERISIGN SUR LES NOMS DE DOMAINE LEADER MONDIAL DU SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE ET DE LA SÉCURITÉ D'INTERNET, VERISIGN

Plus en détail

La métrologie du ph au LNE : état de l art et perspectives. Metrology of ph at LNE: state of the art and perspectives

La métrologie du ph au LNE : état de l art et perspectives. Metrology of ph at LNE: state of the art and perspectives La étrologie du p au LNE : état de l art et perspectives Metrology of p at LNE: state of the art and perspectives Rachel CAMPION et Cédric RIVIER Laboratoire national de étrologie et d essais (LNE), rue

Plus en détail

Première S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n 1 2007 2008

Première S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n 1 2007 2008 Preière S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n De tous teps, les hoes se sont intéressés aux jeux de hasard. La théorie des probabilités est une branche des athéatiques née de l'étude des jeux de hasard

Plus en détail

Tolérance aux fautes-2 Serveurs à haute disponibilité

Tolérance aux fautes-2 Serveurs à haute disponibilité École Doctorale de Grenoble Master 2 Recherche Systèes et Logiciel Disponibilité des s Tolérance aux fautes-2 Serveurs à haute disponibilité Sacha Krakowiak Université Joseph Fourier Projet Sardes (INRIA

Plus en détail

GRAFCET. 1- Structure générale. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur C60 Cours GRAFCET. Divergence en OU

GRAFCET. 1- Structure générale. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur C60 Cours GRAFCET. Divergence en OU C60 GRAFCET 1- Structure générale Etape initiale : généraleent associée à une attente ou à une ise en réérence de la partie opérative Réceptivité : cobinaison d inorations reçues par la partie coande et

Plus en détail

Etude salaires : le marketing s'en sort bien

Etude salaires : le marketing s'en sort bien Page 1/5 Etude salaires : le arketing s'en sort bien Public- le i:» 12 2013 pai ('ATI IF RI M; UFrRTFHISi Selon l'étude Maesina Marketing Search/Aon Hewitt, les arketers ont vu leur réunération progresser

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

THESE. Applications des algorithmes d'auto-organisation à la classification et à la prévision

THESE. Applications des algorithmes d'auto-organisation à la classification et à la prévision UNIVERSITE PARIS I PANTHEON SORBONNE U.F.R. DE MATHEMATIQUES et INFORMATIQUE Année 999 THESE Pour obtenir le rade de DOCTEUR DE L'UNIVERSITE PARIS I Discipline : Mathéatiques Présentée et soutenue publiqueent

Plus en détail

Utiliser Internet Explorer

Utiliser Internet Explorer 5 Utiliser Internet Explorer 5 Utiliser Internet Explorer Internet Explorer est le plus utilisé et le plus répandu des navigateurs web. En effet, Internet Explorer, couraent appelé IE, est le navigateur

Plus en détail

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002 La détérioration des teres de l échange des pays du Sud Bernard Conte el : conte@u-bordeau4.fr site web : http://conte.u-bordeau4.fr Les pays du Sud seraient inéluctableent frappés par la détérioration

Plus en détail

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES LA EURE DE AE POUR LA DÉTERINATION DE PÉRIODE RADIOACTIVE CEA ACLAY, DEN/DAN/DPC ervice d Études Analytiques et de Réactivité des urfaces Laboratoire de développement Analytique Nucléaire Isotopique et

Plus en détail

Abstract. Key-words: The flowshop problem, Heuristics, Job scheduling, Total flowtime.

Abstract. Key-words: The flowshop problem, Heuristics, Job scheduling, Total flowtime. Abstract Since the flowshop scheduling proble has found to be an NP-coplete proble, the developent of heuristic algoriths that give better solutions becoe necessary. In this paper we discuss how to resolve

Plus en détail

CH.9 ÉNERGIES exercices - correction

CH.9 ÉNERGIES exercices - correction CH.9 ÉNERGIES exercices - correction SAVOIR SON COURS ❶ Choisir la bonne réponse : Enoncés Réponse A Réponse B Réponse C ❶ L énergie de position d un objet ❷ Lorsqu un objet tobe augente quand son altitude

Plus en détail

Équations générales des milieux continus

Équations générales des milieux continus Équations générales des ilieux continus Jean Garrigues 1 ai 212 ii Avant-propos L objectif de ce cours est d établir les équations générales régissant tous les ilieux continus, qu ils soient solides ou

Plus en détail

Les bases de données. Historique

Les bases de données. Historique 1 Les bases de données Aujourd hui indispensables dans tous les systèes de gestion de l inforation, les bases de données sont une évolution logique de l augentation de la deande de stockage de données.

Plus en détail

Calibration bayesienne et prédiction de réglages. Marc Sancandi CESTA-DEV/SIS «Incertitudes et Simulation» 3-4 Octobre 2007

Calibration bayesienne et prédiction de réglages. Marc Sancandi CESTA-DEV/SIS «Incertitudes et Simulation» 3-4 Octobre 2007 Calibratio bayesiee et prédictio de réglages Marc Sacadi CEA/CESTA Séiaire «Icertitudes et Siulatio», DIF 3-4 Octobre 2007 CESTA-DEV/SIS «Icertitudes et Siulatio» 3-4 Octobre 2007 1 Qu est-ce que la «prédictio

Plus en détail

La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir!

La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir! La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir! Août 2015 Jaie Golobek Directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale Services consultatifs de gestion de patrioine CIBC

Plus en détail

La mémoire C HAPITRE S EPT. 7.1 Qu est-ce que la mémoire? 166. 7.2 L utilisation de la mémoire à court terme 169

La mémoire C HAPITRE S EPT. 7.1 Qu est-ce que la mémoire? 166. 7.2 L utilisation de la mémoire à court terme 169 La éoire C HAPITRE S EPT 7.1 Qu est-ce que la éoire? 166 Les types de éoires 166 Vue d enseble des processus éoriels 168 7.2 L utilisation de la éoire à court tere 169 La éoire iconique 169 La éoire à

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

Réseaux Évidentiels pour la fusion de données multimodales hétérogènes : application à la détection de chutes

Réseaux Évidentiels pour la fusion de données multimodales hétérogènes : application à la détection de chutes Réseaux Évidentiels pour la fusion de données ultiodales hétérogènes : application à la détection de chutes Paulo Arando Cavalcante Aguilar To cite this version: Paulo Arando Cavalcante Aguilar. Réseaux

Plus en détail

Solution Examen final

Solution Examen final Solution Eaen inal Intellience Artiicielle II I-7587 Jeudi 29 avril 2004 De 8h30 à h20 en salles L-255 out docuent est peris. Le nobre de points accordés à chacune des questions est inscrit entre parenthèses.

Plus en détail

Etude géothermique du Sud de l Algérie

Etude géothermique du Sud de l Algérie Revue des Energies Renouvelables Vol. 9 N 4 (2006) 297-306 Etude géotherique du Sud de l Algérie S. Ouali 1, A. Khellaf 1 et K. Baddari 2 1 Centre de Développeent des Energies Renouvelables, B.P. 62, Route

Plus en détail

Simulation numérique de la réponse d un pieu en cours de battage

Simulation numérique de la réponse d un pieu en cours de battage Siulation nuérique e la réponse un pieu en cours e battage Philippe LEPERT Ingenieur Division Géotechnique et Mécanique es Chaussées Laboratoire Central es Ponts et Chaussées Daniel MEIGNEN Technicien

Plus en détail

Estimations d erreur a priori de la méthode de Lagrange Galerkin pour les équations de type Kazhikhov Smagulov

Estimations d erreur a priori de la méthode de Lagrange Galerkin pour les équations de type Kazhikhov Smagulov Estiations d erreur a priori de la étode de Lagrange Galerkin pour les équations de type Kazikov Sagulov Jocelyn Étienne b,a Pierre Saraito a a LMC-IMAG, BP 53, 3841 Grenoble cedex b Adresse actuelle:

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

PALANS TREUILS PONTS ROULANTS

PALANS TREUILS PONTS ROULANTS PALANS TREUILS PONTS ROULANTS Certified Copany Prograe Palans et Treuils électriques et pneuatiques Palans standards, hauteur réduite et hauteur perdue réduite Chaînes de charge et de anœuvre zinguées

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

innovation / construction / territoire Crèche modulaire-bois La Rose des Vents GAILLAC (81) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

innovation / construction / territoire Crèche modulaire-bois La Rose des Vents GAILLAC (81) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES innovation / construction / territoire Crèche odulaire-bois La Rose des Vents GAILLAC (81) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES Présentation de la crèche éco-responsable et odulaire de la Rose des vents à Gaillac La

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

PROPRIETES ELASTIQUES DU PLI UNIDIRECTIONNEL APPROCHE MICROMECANIQUE

PROPRIETES ELASTIQUES DU PLI UNIDIRECTIONNEL APPROCHE MICROMECANIQUE Cours Matériau Coposites Fiche 2 PROPRITS LASTIQUS DU PLI UNIDIRCTIONNL APPROCH MICROMCANIQU A. Chateauinois RSUM : Cette iche présente des approches sipliiées perettant d'éaluer le odule longitudinal

Plus en détail

Autour des nombres et des polynômes de Bernoulli

Autour des nombres et des polynômes de Bernoulli Autour des nobres et des polynôes de Bernoulli Gaëtan Bisson d après un cours de Don Zagier Résué En athéatiques, les nobres de Bernoulli ont d abord été étudiés en cherchant à calculer les soes du type

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

TS Devoir surveillé N 3 mardi 08/01/2013

TS Devoir surveillé N 3 mardi 08/01/2013 TS Devoir surveillé N 3 ardi 8//3 No et Préno : Note : / Toute réponse doit être justifiée. Eercice : Le saut de la grenouille (7,5 points) Etienne Jules Marey (Beaune 83 Paris 94) physiologiste français,

Plus en détail

e-commerce+ Passez au e-commerce pour simplifier vos process de vente! RENCONTREZ-NOUS Salon E-commerce 23-25 septembre - Paris

e-commerce+ Passez au e-commerce pour simplifier vos process de vente! RENCONTREZ-NOUS Salon E-commerce 23-25 septembre - Paris e-coerce+ agazine d inforation d Octave N 11 Juin 2014 TO Passez au e-coerce pour siplifier vos process de vente! RENCONTREZ-NOUS Salon E-coerce 23-25 septebre - Paris Salon #vad.conext 21-23 octobre -

Plus en détail

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection Référence : LIST/DM2I/LNHB/14-0470/LdC-dr Saclay, le 10 octobre 2014 Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection

Plus en détail

PLAQUES DE PLÂTRE CLOISONS - DOUBLAGES

PLAQUES DE PLÂTRE CLOISONS - DOUBLAGES CONSEILS ILLUSTRÉS D'ISOLAVA PLAQUES DE PLÂTRE CLOISONS - DOUBLAGES GUIDE DE MISE EN OEUVRE VITE et BIEN FAIT SOMMAIRE 1. Cloison de séparation sur ossature p 3 étallique -Matériaux nécessaires par 2 de

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

Les références dosimétriques pour les rayons X de basses et moyennes énergies. The dosimetric standards for low and medium energy x-rays

Les références dosimétriques pour les rayons X de basses et moyennes énergies. The dosimetric standards for low and medium energy x-rays Les références dosimétriques pour les rayons X de basses et moyennes énergies The dosimetric standards for low and medium energy x-rays Wassim KSOURI, Marc DENOZIÈRE, Nelly LECERF et Eric LEROY LNE-LNHB

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique :

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique : I-1 Introduction : La production de l énergie thermique à partir de l énergie solaire par les capteurs plans connait de nos jours de nombreuses applications vue leurs innombrables intérêts économiques

Plus en détail

Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites

Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites I Droites perpendiculaires Lorsque deux droites se coupent, on dit qu elles sont sécantes Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites Lorsque deux

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

SNC du Chemin de Paris Création d un bâtiment d activité industrielle et de stockage ZAC du Chemin de Paris 60440 Nanteuil le Haudouin

SNC du Chemin de Paris Création d un bâtiment d activité industrielle et de stockage ZAC du Chemin de Paris 60440 Nanteuil le Haudouin DOSSIER DE DEMANDE D ENREGISTREMENT D UNE INSTALLATION CLASSEE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Code de l Environneent Livre V Titre I SNC du Chein de Paris Création d un bâtient d activité industrielle

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. CEA Saclay DETECS-LNHB 91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France

NOTE TECHNIQUE. CEA Saclay DETECS-LNHB 91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France NOTE TECHNIQUE CEA Saclay DETECS-LNHB 91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France Détermination des activités des éléments des chaînes naturelles dans un échantillon de phosphogypse dans le cadre d une comparaison

Plus en détail

Cahier des charges type 1.401

Cahier des charges type 1.401 01.02.2002 Cahier des charges type 1.401 Assainisseent des açonneries huides et salpêtrées (coupure de capillarité ADEXIN HS 2 et ortier acro-poreux DEITERMANN SP) et étanchéité extérieure des urs enterrés

Plus en détail

Mouvement d'une particule chargée dans un champ magnétique indépendant du temps

Mouvement d'une particule chargée dans un champ magnétique indépendant du temps Moueent d'une patiule hagée dans un hap agnétique indépendant du teps iblio: Pee elat Gaing Magnétise Into expéientale: Dispositif: On obsee une déiation du faseau d'életons losqu'il aie ae une itesse

Plus en détail

Découverte du tableur CellSheet

Découverte du tableur CellSheet Découverte du tableur CellSheet l application pour TI-83 Plus et TI-84 Plus. Réalisé par Guy Juge Professeur de mathématiques et formateur IUFM de l académie de Caen Pour l équipe des formateurs T 3 Teachers

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

PHANTOM 3. Guide de démarrage rapide PROFESSIONAL V1.0

PHANTOM 3. Guide de démarrage rapide PROFESSIONAL V1.0 PHANTOM 3 PROFESSIONAL Guide de déarrage rapide V.0 Phanto 3 Professional Découvrez votre Phanto 3 Professional. La caéra du Phanto 3 Professional vous peret d'enregistrer des vidéos en 4K et de prendre

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si

Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si Rev. Energ. Ren. : Valorisation (1999) 2731 Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si T. Baghdadli, A. Zerga et B. Benyoucef Laboratoire de Physique

Plus en détail

Échafaudage de façade UNI 70/100

Échafaudage de façade UNI 70/100 Stark gerüstet. Échafaudage de façade 70/100 Français valable à partir du 15.04.2013 Table des atières Montage du systèe / Avantages du systèe 2-3 Châssis 4-5 Planchers 6 Escaliers «intérieurs» 7 Escaliers

Plus en détail

Le Centre de Tri. Projet d espace de coworking à Bègles 21 janvier 2011

Le Centre de Tri. Projet d espace de coworking à Bègles 21 janvier 2011 Le Centre de Tri Projet d espace de coworking à Bègles 21 janvier 2011 Contexte 2 Objectifs 4 Projet 6 Lieu 8 Équipe projet 11 S o a i r Équipe d aniation Prograation Modèle éconoique Budget prévisionnel

Plus en détail

Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine

Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine Département fédéral de l'intérieur DF) Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Protection des consommateurs Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Diplôme National du Brevet Brevet Blanc n 2

Diplôme National du Brevet Brevet Blanc n 2 Session 2011 Diplôme National du Brevet Brevet Blanc n 2 MATHÉMATIQUES Série Collège L usage de la calculatrice est autorisé Le candidat remettra sa copie au surveillant à la fin de l épreuve Nature de

Plus en détail

OPTIMISATION PAR LES ALGORITHMES GENETIQUES ET MODELISATION PAR LA METHODE LPV D UN SYSTEME PHOTOVOLTAÏQUE

OPTIMISATION PAR LES ALGORITHMES GENETIQUES ET MODELISATION PAR LA METHODE LPV D UN SYSTEME PHOTOVOLTAÏQUE 4-6 Novere,, Soue,Tuniie èe ongrè nternational ur le Energie Renouvelale et l Environneent OPTMSATON PAR LES ALGORTHMES GENETQUES ET MODELSATON PAR LA METHODE LP D UN SYSTEME PHOTOOLTAÏQUE M. Zagroua a,c,

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

«Des places de jeux pour tous» Formulaire de demande

«Des places de jeux pour tous» Formulaire de demande «Des places de jeux pour tous» Forulaire de deande Ce questionnaire infore quant à la place de jeu en projet et ne constitue pas une grille d évaluation. Les renseigneents doivent donner une ipression

Plus en détail

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

O, i, ) ln x. (ln x)2

O, i, ) ln x. (ln x)2 EXERCICE 5 points Commun à tous les candidats Le plan complee est muni d un repère orthonormal O, i, j Étude d une fonction f On considère la fonction f définie sur l intervalle ]0; + [ par : f = ln On

Plus en détail

Capteur à CO2 en solution

Capteur à CO2 en solution Capteur à CO2 en solution Référence PS-2147CI Boîtier adaptateur Sonde ph Sonde température Sonde CO2 Page 1 sur 9 Introduction Cette sonde est conçue pour mesurer la concentration de CO 2 dans les solutions

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

MASSE, VOLUME ET QUANTITE DE MATIERE

MASSE, VOLUME ET QUANTITE DE MATIERE MASSE, OLUME ET QUANTITE DE MATIERE Exercices du Livre Microega Hatier (004 Correction L acide sulfurique 1. Calculons la asse olaire de l acide sulfurique : M(H SO 4 xm(h + M(S + 4xM(O M(H SO 4 x1,00

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

La polarisation des transistors

La polarisation des transistors La polarisation des transistors Droite de charge en continu, en courant continu, statique ou en régime statique (voir : le transistor) On peut tracer la droite de charge sur les caractéristiques de collecteur

Plus en détail

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction Antécédents d un nombre par une fonction 1) Par lecture graphique Méthode / Explications : Pour déterminer le ou les antécédents d un nombre a donné, on trace la droite (d) d équation. On lit les abscisses

Plus en détail

Code de l environnement, notamment les articles L.596-1 et suivants

Code de l environnement, notamment les articles L.596-1 et suivants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. CODEP-LYO-2015-039393 Lyon, le 25 septembre 2015 Monsieur le Directeur général délégué EURODIF-Production Usine Georges Besse BP 175 26 702 - PIERRELATTE Cedex

Plus en détail

Cours 9. Régimes du transistor MOS

Cours 9. Régimes du transistor MOS Cours 9. Régimes du transistor MOS Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 005 Dans ce document le transistor MOS est traité comme un composant électronique.

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

(51) Int Cl.: B23P 19/00 (2006.01) B23P 19/04 (2006.01) F01L 1/053 (2006.01)

(51) Int Cl.: B23P 19/00 (2006.01) B23P 19/04 (2006.01) F01L 1/053 (2006.01) (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 1 886 760 A1 (43) Date de publication: 13.02.2008 Bulletin 2008/07 (21) Numéro de dépôt: 0711197.6 (1) Int Cl.: B23P 19/00 (2006.01) B23P 19/04 (2006.01) F01L

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail