PROPRIETES ELASTIQUES DU PLI UNIDIRECTIONNEL APPROCHE MICROMECANIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROPRIETES ELASTIQUES DU PLI UNIDIRECTIONNEL APPROCHE MICROMECANIQUE"

Transcription

1 Cours Matériau Coposites Fiche 2 PROPRITS LASTIQUS DU PLI UNIDIRCTIONNL APPROCH MICROMCANIQU A. Chateauinois RSUM : Cette iche présente des approches sipliiées perettant d'éaluer le odule longitudinal et transersal d'un pli unidirectionnel à partir des propriétés élastiques des constituants (ibre, atrice) et de leurs proportions relaties. Dans le calcul, la réponse du coposite est assiilée à celle d'un sstèe associant la ibre et la atrice soit en série, soit en parallèle. Connaissances requises : notions éléentaires de écanique des atériau SOMMAIR Notion de olue éléentaire représentati Module longitudinal Module transersal Module de cisailleent longitudinal Propriétés usuelles de quelques atrices organiques et ibres de renort Pour en saoir plus. Notion de olue éléentaire représentati A l'échelle des éléents de renort, les coposites sont bien entendu des atériau hétérogènes. Lors de la déterination des propriétés du coposite, la prise en copte de l'enseble de ces hétérogénéités constitue touteois une tâche insurontable. Il s'aère donc indispensable d'idéaliser le atériau en le considérant coe continu et donc en oennant ses propriétés à une certaine échelle onction de la icrostructure. On parle alors d'hoogénéisation du coposite et le olue sur lequel les propriétés sont oennées est appelé olue éléentaire représentati (..R.). Ce dernier doit satisaire au critères suiants: - il doit être suisaent petit pour prendre en copte la structure icroscopique du atériau et suisaent grand pour pouoir décrire le coporteent global du atériau, - ses propriétés doient être indépendantes de l'endroit du atériau où il a été 'préleé'. Des conditions de contraintes et de déoration étant iposées à la rontière du R, la déarche générale d'un calcul d'hoogénéisation consiste à déteriner les chaps de contrainte et de déoration au sein du R. A partir de cette inoration, il est possible de calculer la contrainte oenne dans la direction i au sein de l'éléent de olue: i i () aec i...6. De la êe açon, la déoration oenne est donnée par : i i (2) -/5-

2 A partir de la oennation des contraintes et des déorations sur l'enseble du R, il est donc théoriqueent possible de déteriner les propriétés élastiques du atériau hoogénéisé. Les solutions eactes donnant les chaps de contrainte et de déoration en chaque point du..r. ne peuent touteois être obtenues que dans le cas de odèle géoétriques siples et idéalisés. Dans la pratique, on peut touteois obtenir des estiations du odule du atériau par des approches basées sur des hpothèses sipliicatrices du coporteent écanique du R. Les plus siples d'entre elles sont décrites ci-dessous dans le cas d'un atériau unidirectionnel. 2. Module d'young longitudinal Le odule d'young longitudinal est déteriné par un essai de traction dans la direction des ibres (). On considérera le R suiant: c/2 d atrice ibre c/2 d c + d A partir des epressions () et (2), on peut écrire: Schéa sipliié d'une traction longitudinale + (3) où est la contrainte oenne de traction dans le R n posant et (4) où et sont respectieent les contraintes oennes sur la ibre et la atrice, il ient donc: + (5) L'hpothèse sipliicatrice consiste à considérer que la déoration est uniore et identique dans la ibre et la atrice, soit. n aisant l'hpothèse d'un coporteent élastique linéaire (loi de Hooke) pour la ibre et la atrice, on obtient ainsi : ( + ) (6) -2/5-

3 L'epression du odule d'young longitudinal du coposite est donc donnée par: + 2. Module transersal On sollicite le R déini ci-dessus dans la direction transersale. la déoration oenne est donnée par: + (8) Schéa sipliié d'une traction transerse La charge appliquée transersaleent étant transise intégraleent dans la ibre et la atrice, la contrainte transerse est donc uniore et identique dans la ibre et la atrice, ce qui peret d'écrire: (9) (8) donne alors: ( + ) (0) Le odule transerse est donc déinit coe suit: + -3/5-

4 3. Module de cisailleent longitudinal n considérant le êe R, on écrit que les contraintes oennes de cisailleent dans la atrice et la ibre sont identiques et égales à τ : τ γ et γ τ () aec et les odules de cisailleent de la ibre et de la atrice. De açon analogue à (0), on obtient: + Plage périentale 0 0,2 0,4 0,6 0,8 aleurs de et en onction du tau de renorceent Si l'approiation en odèle parallèle donne des résultats corrects pour, le odèle série donne généraleent des aleurs sous-éaluées de. Ceci traduit le ait que le coposite unidirectionnel sollicité transersaleent n'est pas pureent un odèle série. Plus généraleent, on peut considérer que, pour une aleur de donnée, les aleurs de et déinies ci-dessus donnent un encadreent des aleurs possibles du odule du coposite lorsque l'on change la ore ( ibres, particules...) ou la disposition ( tissus, at...) du renort. -4/5-

5 Propriétés écaniques des principales ibres de renort et atrice organiques. Propriétés écaniques des principau tpes de renort utilisés dans les coposites à atrice organique Masse Spéciique (kg/d 3 ) Diaètre du Monoilaent (µ) Module d'élasticité (Pa) Résistance en Traction (MPa) Allongeent à la rupture (%) erre 2,48-2, ,5 erre R ,4 Carbone HR,74-, ,5-,8 Carbone HM,8-,96 6, ,6-,3 Araide, ,-2,6 Propriétés écaniques des principau tpes de atrices organiques pour coposites. Masse Spéciique (kg/d3) Module d'élasticité (Pa) Résistance en traction (MPa) Allongeent à rupture (%) Tenue à la teperature en continu ( C) Polester,2 2,9-3, inlester, 3,4-3, pode,-, Poliide,4-, < Phénolique,3 3, , Pour en saoir plus : Matériau Coposites - Coporteent écanique et analse des structures J.M. Berthelot, ditions Tec&Doc, Paris, 999 Matériau Coposites à atrice organique: polères et renorts tpe, caractéristiques, techniques de ise en oeure, applications. Chrétien, Laoisier, Paris, 986 Theor o coposite design - Sd dition S.W. Tsai (Telechargeable au orat PDF) Antoine Chateauinois - Mai 2000 Merci de e aire part de os coentaires à l'adresse suiante : -5/5-

Problème I : Microscope à force atomique

Problème I : Microscope à force atomique Problèe I : Microscope à force atoique Ces dernières années, de nouvelles techniques dites de "icroscopies à chap proche" se sont développées pour étudier les surfaces. Pari ces techniques, le icroscope

Plus en détail

EXERCICE II : LE TELEPHONE "POT DE YAOURT" (5 points)

EXERCICE II : LE TELEPHONE POT DE YAOURT (5 points) USA 2005 EXERCICE II : LE TELEPHONE "POT DE YAOURT" (5 points) A l'ère du téléphone portable, il est encore possible de couniquer avec un systèe bien plus archaïque L'onde sonore produite par le preier

Plus en détail

TS Devoir surveillé N 3 mardi 08/01/2013

TS Devoir surveillé N 3 mardi 08/01/2013 TS Devoir surveillé N 3 ardi 8//3 No et Préno : Note : / Toute réponse doit être justifiée. Eercice : Le saut de la grenouille (7,5 points) Etienne Jules Marey (Beaune 83 Paris 94) physiologiste français,

Plus en détail

Tolérance aux fautes-2 Serveurs à haute disponibilité

Tolérance aux fautes-2 Serveurs à haute disponibilité École Doctorale de Grenoble Master 2 Recherche Systèes et Logiciel Disponibilité des s Tolérance aux fautes-2 Serveurs à haute disponibilité Sacha Krakowiak Université Joseph Fourier Projet Sardes (INRIA

Plus en détail

ETUDE DE L ATTENUATION DES ONDES ULTRASONORES. APPLICATION AU CONTROLE NON DESTRUCTIF DES

ETUDE DE L ATTENUATION DES ONDES ULTRASONORES. APPLICATION AU CONTROLE NON DESTRUCTIF DES N d ordre 006-ISA-009 Année 006 Thèse ETUDE DE ATTENUATION DES ONDES UTRASONORES. AIATION AU ONTROE NON DESTRUTIF DES SOUDURES EN AIER INOXYDABE AUSTENITIQUE présentée devant Institut National des Sciences

Plus en détail

Solution Examen final

Solution Examen final Solution Eaen inal Intellience Artiicielle II I-7587 Jeudi 29 avril 2004 De 8h30 à h20 en salles L-255 out docuent est peris. Le nobre de points accordés à chacune des questions est inscrit entre parenthèses.

Plus en détail

LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES

LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES Une prédiction de certains écoloistes : Les poissons devraient avoir disparu en 048! LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES Les rèles suivantes s appliquent pour tous les calculs ipliquant des

Plus en détail

CONDUCTIMÉTRIE 1. CONDUCTIVITÉ DE 3 ÉLECTROLYTES

CONDUCTIMÉTRIE 1. CONDUCTIVITÉ DE 3 ÉLECTROLYTES Travaux pratiques de chiie physique I Fournier Coralie, Chappuis Eilie Groupe E 5..29 CONDUCTIMÉTRIE. CONDUCTIITÉ DE ÉLECTROLYTES. But Déduire par conductiétrie si une solution d électrolytes suit la loi

Plus en détail

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 3: Solutions stationnaires de l équation de Schrödinger

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 3: Solutions stationnaires de l équation de Schrödinger MCANIQU QUANTIQU Capitre : Solutions stationnaires de l équation de Scrödinger Pr. M. ABD-FDI Université Moaed V-V Agdal Faculté des Sciences Départeent de Pysique Année universitaire 7-8 8 Filières SM-SMI

Plus en détail

GRAFCET. 1- Structure générale. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur C60 Cours GRAFCET. Divergence en OU

GRAFCET. 1- Structure générale. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur C60 Cours GRAFCET. Divergence en OU C60 GRAFCET 1- Structure générale Etape initiale : généraleent associée à une attente ou à une ise en réérence de la partie opérative Réceptivité : cobinaison d inorations reçues par la partie coande et

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015 Uniersité Mohammed Khidher Biskra A.U.: 204/205 Faculté des sciences et de la technologie nseignant: Bekhouche Khaled Matière: lectronique Fondamentale hapitre 4 : Le Transistor Bipolaire à Jonction 4..

Plus en détail

Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal

Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal 1 re B et C 5 Oscillations d'un pendule élastique horizontal 40 Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal 1. Définitions a) Oscillateur écanique * Un systèe écanique qui effectue un ouveent

Plus en détail

Cours de Résistance des Matériaux (RDM)

Cours de Résistance des Matériaux (RDM) Solides déformables Cours de Résistance des Matériau (RDM) Structure du toit de la Fondation Louis Vuitton Paris, architecte F.Gehry Contenu 1 POSITIONNEMENT DE CE COURS... 2 2 INTRODUCTION... 3 2.1 DEFINITION

Plus en détail

Mécanique : Cinématique du point. Chapitre 1 : Position. Vitesse. Accélération

Mécanique : Cinématique du point. Chapitre 1 : Position. Vitesse. Accélération 2 e B et C 1 Position. Vitesse. Accélération 1 Mécanique : Cinéatique du point La écanique est le doaine de tout ce qui produit ou transet un ouveent, une force, une déforation : achines, oteurs, véhicules,

Plus en détail

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 Résistance mécanique C18 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES N 2 Résistance mécanique C24 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES

Plus en détail

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

MASSE, VOLUME ET QUANTITE DE MATIERE

MASSE, VOLUME ET QUANTITE DE MATIERE MASSE, OLUME ET QUANTITE DE MATIERE Exercices du Livre Microega Hatier (004 Correction L acide sulfurique 1. Calculons la asse olaire de l acide sulfurique : M(H SO 4 xm(h + M(S + 4xM(O M(H SO 4 x1,00

Plus en détail

Première S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n 1 2007 2008

Première S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n 1 2007 2008 Preière S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n De tous teps, les hoes se sont intéressés aux jeux de hasard. La théorie des probabilités est une branche des athéatiques née de l'étude des jeux de hasard

Plus en détail

Chapitre 2: Mouvements Rectilignes

Chapitre 2: Mouvements Rectilignes e B et C Mouements rectilignes 13 Chapitre : Mouements Rectilignes 1. Définitions * Le mouement est rectiligne la trajectoire est une droite. * Le mouement est uniforme (intensité du ecteur itesse instantanée)

Plus en détail

Équations générales des milieux continus

Équations générales des milieux continus Équations générales des ilieux continus Jean Garrigues 1 ai 212 ii Avant-propos L objectif de ce cours est d établir les équations générales régissant tous les ilieux continus, qu ils soient solides ou

Plus en détail

L indice des prix à la consommation

L indice des prix à la consommation L indice des prix à la consoation Base 2004 Direction générale Statistique et Inforation éconoique 2007 L indice des prix à la consoation Base 2004 = 100 La Direction générale Statistique et Inforation

Plus en détail

LotusLive. LotusLive - Guide d'administration

LotusLive. LotusLive - Guide d'administration LotusLie LotusLie - Guide d'administration LotusLie LotusLie - Guide d'administration Important Aant d'utiliser le présent document et le produit associé, prenez connaissance des informations générales

Plus en détail

SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite

SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite Titre : SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculé[...] Date : 03/08/2011 Page : 1/6 SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite Résumé : Ce cas test a pour objectif de

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

2.1 Comment fonctionne un site?

2.1 Comment fonctionne un site? Coent fonctionne un site? Dans ce chapitre, nous allons étudier la liste des logiciels nécessaires à la création d un site ainsi que les principes de base indispensables à son bon fonctionneent. 2.1 Coent

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Cours de résistance des matériaux

Cours de résistance des matériaux ENSM-SE RDM - CPMI 2011-2012 1 Cycle Préparatoire Médecin-Ingénieur 2011-2012 Cours de résistance des matériau Pierre Badel Ecole des Mines Saint Etienne Première notions de mécanique des solides déformables

Plus en détail

ERserver. iseries. Planification d une stratégie de reprise et de sauvegarde

ERserver. iseries. Planification d une stratégie de reprise et de sauvegarde ERserer iseries Planification d une stratégie de reprise et de sauegarde ERserer iseries Planification d une stratégie de reprise et de sauegarde Quatrième édition juin 2002 Réf. US : RZAJ-1000-03 LE

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Corps de palier. Aperçu des produits Corps de palier... 1322 Caractéristiques Matières du corps de palier et surfaces extérieures...

Corps de palier. Aperçu des produits Corps de palier... 1322 Caractéristiques Matières du corps de palier et surfaces extérieures... Corps Corps Pae Aperçu des produits Corps... 3 Caractéristiques Matières du corps et surfaces extérieures... 34 Paliers fixes et paliers libres... 34... 34 Corps à seelle onoblocs et en deux parties Corps

Plus en détail

IBM InfoSphere MDM Web Reports Guide d'utilisation

IBM InfoSphere MDM Web Reports Guide d'utilisation IBM InfoSphere Master Data Management IBM InfoSphere MDM Web Reports Guide d'utilisation Version 11.3 IBM InfoSphere Master Data Management IBM InfoSphere MDM Web Reports Guide d'utilisation Version 11.3

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Indice de Révision Date de mise en application B 01/09/2014 Cahier Technique F Profil d usage ISOLE ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, avenue du Recteur-Poincarré, 75782 Paris

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

LOT 10 PLOMBERIE SANITAIRES

LOT 10 PLOMBERIE SANITAIRES 10-1 LOT 10 PLOMBERIE SANITAIRES SOMMAIRE 00 GENERALITES 2 00.01 CONSISTANCE DES OVRAGES 2 00.02 DISPOSITIONS ADMINISTRATIVES 2 00.03 DISPOSITIONS TECHNIQES GENERALES 4 01 DESCRIPTIF TECHNIQE 16 01.01

Plus en détail

Cahier des charges type 1.401

Cahier des charges type 1.401 01.02.2002 Cahier des charges type 1.401 Assainisseent des açonneries huides et salpêtrées (coupure de capillarité ADEXIN HS 2 et ortier acro-poreux DEITERMANN SP) et étanchéité extérieure des urs enterrés

Plus en détail

D022751/01 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT.

D022751/01 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT. D022751/01 ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 3 octobre 2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 3 octobre

Plus en détail

CH.9 ÉNERGIES exercices - correction

CH.9 ÉNERGIES exercices - correction CH.9 ÉNERGIES exercices - correction SAVOIR SON COURS ❶ Choisir la bonne réponse : Enoncés Réponse A Réponse B Réponse C ❶ L énergie de position d un objet ❷ Lorsqu un objet tobe augente quand son altitude

Plus en détail

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T 9 Rue de la Gare 78640 Villiers Saint Frédéric Tel : 01 34 89 68 68 Fax : 01 34 89 69 79 APPAREIL DE TEST DE DURETE, ADHERENCE RESISTANCE à LA TRACTION, FLEXION, ARRACHEMENT.. L appareil ROMULUS se compose

Plus en détail

Guilhem MOLLON. Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, 2012-2013 V1.10

Guilhem MOLLON. Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, 2012-2013 V1.10 INTRODUCTION A LA MECANIQUE DES MILIEUX CONTINUS PARTIE 2 Guilhem MOLLON Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, 212-213 V1.1 Table des matières Table des matières 2 Avertissement

Plus en détail

Fonctions de la couche physique

Fonctions de la couche physique La Couche physique 01010110 01010110 Couche physique Signal Médium Alain AUBERT alain.aubert@telecom-st-etienne.r 0 Fonctions de la couche physique 1 1 Services assurés par la couche physique Transmettre

Plus en détail

IBM Business Process Manager Standard Guide d'installation

IBM Business Process Manager Standard Guide d'installation IBM Business Process Manager IBM Business Process Manager Standard Guide d'installation Version 7.5.0 IBM Business Process Manager IBM Business Process Manager Standard Guide d'installation Version 7.5.0

Plus en détail

CH.6 Propriétés des langages non contextuels

CH.6 Propriétés des langages non contextuels CH.6 Propriétés des langages non contetuels 6.1 Le lemme de pompage 6.2 Les propriétés de fermeture 6.3 Les problèmes de décidabilité 6.4 Les langages non contetuels déterministes utomates ch6 1 6.1 Le

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

ERserver. iseries. Operations Console iseries Access for Windows

ERserver. iseries. Operations Console iseries Access for Windows ERserer iseries Operations Console iseries Access for Windows ERserer iseries Operations Console iseries Access for Windows Quatrième édition noembre 2002 Réf. US : RZAJ-R000-03 LE PRESENT DOCUMENT EST

Plus en détail

Mouvement d'une particule chargée dans un champ magnétique indépendant du temps

Mouvement d'une particule chargée dans un champ magnétique indépendant du temps Moueent d'une patiule hagée dans un hap agnétique indépendant du teps iblio: Pee elat Gaing Magnétise Into expéientale: Dispositif: On obsee une déiation du faseau d'életons losqu'il aie ae une itesse

Plus en détail

WebSphere Message Broker. Guide d'installation. Version 7.0

WebSphere Message Broker. Guide d'installation. Version 7.0 WebSphere Message Broker Guide d'installation Version 7.0 WebSphere Message Broker Guide d'installation Version 7.0 A propos de ce manuel Ce manuel explique comment installer WebSphere Message Broker

Plus en détail

Solutions IBM Client Security. Logiciel Client Security version 5.3 Guide d installation

Solutions IBM Client Security. Logiciel Client Security version 5.3 Guide d installation Solutions IBM Client Security Logiciel Client Security ersion 5.3 Guide d installation Solutions IBM Client Security Logiciel Client Security ersion 5.3 Guide d installation Important Aant d utiliser

Plus en détail

Panneaux Larges. Design contemporain Ensemble stable et homogène Meilleure acoustique Entretien Facile WWW.LCC-PLAFONDS.EU

Panneaux Larges. Design contemporain Ensemble stable et homogène Meilleure acoustique Entretien Facile WWW.LCC-PLAFONDS.EU Panneaux Larges Design contemporain Ensemble stable et homogène Meilleure acoustique Entretien Facile Produit de Qualité Belge WWW.LCC-PLAFONDS.EU Les panneaux larges donnent un aspect contemporain au

Plus en détail

IBM SPSS Regression 22

IBM SPSS Regression 22 IBM SPSS Regression 22 Important Aant d'utiliser le présent document et le produit associé, prenez connaissance des informations générales figurant à la section «Remarques», à la page 33. Informations

Plus en détail

Dérivation : Résumé de cours et méthodes

Dérivation : Résumé de cours et méthodes Dérivation : Résumé de cours et métodes Nombre dérivé - Fonction dérivée : DÉFINITION (a + ) (a) Etant donné est une onction déinie sur un intervalle I contenant le réel a, est dérivable en a si tend vers

Plus en détail

LIMITES EXERCICES CORRIGES

LIMITES EXERCICES CORRIGES ours et eercices de mathématiques LIMITES EXERIES ORRIGES M UAZ, http://mathscyrreer Eercice n Déterminer la ite éventuelle en de chacune des onctions suivantes : ) ) ) 4 ( ) Déterminer la ite éventuelle

Plus en détail

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Page 1 / 6 PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Les systèmes PB sont des formulations d'époxy moussant développés pour des productions in situ de mousse

Plus en détail

FctsAffines.nb 1. Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008. Fonctions affines

FctsAffines.nb 1. Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008. Fonctions affines FctsAffines.nb 1 Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008 Fonctions affines Supports de cours de mathématiques de degré secondaire II, lien hpertete vers la page mère http://www.deleze.name/marcel/sec2/inde.html

Plus en détail

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté CHAPITE IV Oscillations ibres des Systèmes à plusieurs derés de liberté 010-011 CHAPITE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs derés de liberté Introduction : Dans ce chapitre, nous examinons

Plus en détail

Arrondissage des résultats de mesure. Nombre de chiffres significatifs

Arrondissage des résultats de mesure. Nombre de chiffres significatifs BUREAU NATIONAL DE MÉTROLOGIE COMMISSARIAT À L'ÉNERGIE ATOMIQUE LABORATOIRE NATIONAL HENRI BECQUEREL Note technique LNHB/04-13 Arrondissage des résultats de esure Nobre de chiffres significatifs M.M. Bé,

Plus en détail

IBM Business Process Manager for Microsoft Office Add-On Guide d'installation

IBM Business Process Manager for Microsoft Office Add-On Guide d'installation IBM Business Process Manager IBM Business Process Manager for Microsoft Office Add-On Guide d'installation Version 7.5.0 IBM Business Process Manager IBM Business Process Manager for Microsoft Office

Plus en détail

IBM Security QRadar SIEM Version 7.2.2. Guide d'initiation GC43-0107-00

IBM Security QRadar SIEM Version 7.2.2. Guide d'initiation GC43-0107-00 IBM Security QRadar SIEM Version 7.2.2 Guide d'initiation GC43-0107-00 Important Aant d'utiliser le présent document et le produit associé, prenez connaissance des informations générales figurant à la

Plus en détail

novatec PREMIUM II Le joint standard pour applications industrielles

novatec PREMIUM II Le joint standard pour applications industrielles novatec PREMIUM II Le joint standard pour applications industrielles JOINTS TEXTILES TECHNIQUES COMPENSATEURS ISOLATIONS NOUVEAUX MATERIAUX Vos exigences... sécurité accrue meilleure résistance à la température

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Les bases de données. Historique

Les bases de données. Historique 1 Les bases de données Aujourd hui indispensables dans tous les systèes de gestion de l inforation, les bases de données sont une évolution logique de l augentation de la deande de stockage de données.

Plus en détail

L étalonnage par traceur Compton, une nouvelle méthode de mesure primaire d activité en scintillation liquide

L étalonnage par traceur Compton, une nouvelle méthode de mesure primaire d activité en scintillation liquide PH. CASSEE L étalonnage par traceur Copton, une nouvelle éthode de esure priaire d activité en scintillation liquide he Copton source efficiency tracing ethod, a new standardization ethod in liquid scintillation

Plus en détail

THESE. Applications des algorithmes d'auto-organisation à la classification et à la prévision

THESE. Applications des algorithmes d'auto-organisation à la classification et à la prévision UNIVERSITE PARIS I PANTHEON SORBONNE U.F.R. DE MATHEMATIQUES et INFORMATIQUE Année 999 THESE Pour obtenir le rade de DOCTEUR DE L'UNIVERSITE PARIS I Discipline : Mathéatiques Présentée et soutenue publiqueent

Plus en détail

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement.

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Isolation thermique plus qu une simple protection de l environnement Une isolation thermique optimale

Plus en détail

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002 La détérioration des teres de l échange des pays du Sud Bernard Conte el : conte@u-bordeau4.fr site web : http://conte.u-bordeau4.fr Les pays du Sud seraient inéluctableent frappés par la détérioration

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Des trappes de toit intelligentes

Des trappes de toit intelligentes Des trappes de toit intelligentes Une qualité durable éprouvée Une sécurité optimale et une grande facilité d utilisation Des solutions complètes pour chaque situation Trappes de toit Staka, une qualité

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

Amplificateur à deux étages : gains, résistances "vues", droites de charges, distorsion harmonique

Amplificateur à deux étages : gains, résistances vues, droites de charges, distorsion harmonique Problème 6 Amplificateur à deux étages : gains, résistances "ues", droites de charges, distorsion harmonique Le circuit analysé dans ce problème est un exemple représentatif d'amplificateur réalisé à composants

Plus en détail

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs Eo7 Limites de fonctions Théorie Eercice Montrer que toute fonction périodique et non constante n admet pas de ite en + Montrer que toute fonction croissante et majorée admet une ite finie en + Indication

Plus en détail

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances :

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances : Fiche Technique Strengths Are Flex La gamme SAF est basée sur une technologie et des polymères méthacrylates brevetés. Ces adhésifs de nouvelle génération permettent d adhérer sur de nombreux supports

Plus en détail

Solutions Hilti pour applications sismiques. Hilti, votre parten aire pour application en zone sismique. Hilti. Fiabilité. Performance.

Solutions Hilti pour applications sismiques. Hilti, votre parten aire pour application en zone sismique. Hilti. Fiabilité. Performance. Hilti, votre parten aire pour application en zone sismique. Hilti. Fiabilité. Performance. 6 6 8 7 9 5 2 La conception parasismique et le choix des chevilles sont Applications structurelles en zones Les

Plus en détail

Utiliser Internet Explorer

Utiliser Internet Explorer 5 Utiliser Internet Explorer 5 Utiliser Internet Explorer Internet Explorer est le plus utilisé et le plus répandu des navigateurs web. En effet, Internet Explorer, couraent appelé IE, est le navigateur

Plus en détail

Tivoli Identity Manager. Guide d utilisation. Version 4.5.1 SC11-2012-02

Tivoli Identity Manager. Guide d utilisation. Version 4.5.1 SC11-2012-02 Tioli Identity Manager Guide d utilisation Version 4.5.1 SC11-2012-02 Tioli Identity Manager Guide d utilisation Version 4.5.1 SC11-2012-02 Important! Aant d utiliser le présent document et le produit

Plus en détail

Application BAEP 1 Poutre continue à deux travées

Application BAEP 1 Poutre continue à deux travées ENPC Béton Armé Et Précontraint Application BAEP Poutre continue à deu travées On considère une poutre continue à deu travées de 8,m de portée a poutre est en béton C5 et a une section en T de 6cm de hauteur

Plus en détail

Fonction maintenance. Gestion des pièces de rechange. Les leviers de l optimisation

Fonction maintenance. Gestion des pièces de rechange. Les leviers de l optimisation Fonction maintenance Gestion des pièces de rechange Les leviers de l optimisation Optimiser la gestion des pièces de rechange de maintenance : comment identifier les leviers permettant à la fois de réduire

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.alternativesjournal.ca/people-and-profiles/web-exclusive-ela-alumni-make-splash

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.alternativesjournal.ca/people-and-profiles/web-exclusive-ela-alumni-make-splash Une personne de 60 kg est à gauche d un canoë de 5 de long et ayant une asse de 90 kg. Il se déplace ensuite pour aller à droite du canoë. Dans les deux cas, il est à 60 c de l extréité du canoë. De cobien

Plus en détail

Risques et enjeux des places de marchés e-commerce : exemple du BTP

Risques et enjeux des places de marchés e-commerce : exemple du BTP Risques et enjeux des places de marchés e-commerce : exemple du BTP Patrice COLOMB CFPIM - Directeur général eu-supply.com, e-commerce in construction eu-supply.com (www.eu-supply.com) est une place de

Plus en détail

PALANS TREUILS PONTS ROULANTS

PALANS TREUILS PONTS ROULANTS PALANS TREUILS PONTS ROULANTS Certified Copany Prograe Palans et Treuils électriques et pneuatiques Palans standards, hauteur réduite et hauteur perdue réduite Chaînes de charge et de anœuvre zinguées

Plus en détail

Traduction du VERSION ORIGINALE Edition : 2013-04-12

Traduction du VERSION ORIGINALE Edition : 2013-04-12 Gütegemeinschaft Schlösser und Beschläge e.v. (Groupement Qualité Serrures et Ferrures) Directive : DIRECTIVE ALLEMANDE FBDF Traduction du VERSION ORIGINALE Edition : 2013-04-12 Directive Freins de vantail

Plus en détail

Les métaux pour construction métallique

Les métaux pour construction métallique Extrait d'un document interne du Sétra rédigé en 2002 par Daniel Poineau et actualisé en 2010. Voir également - l'article de JP Gourmelon dans le n 20 du bulletin Ponts métalliques de 2000 "Matériaux pour

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

IBM Unica Marketing Platform Version 8.6 30 novembre 2012. Guide d'installation

IBM Unica Marketing Platform Version 8.6 30 novembre 2012. Guide d'installation IBM Unica Marketing Platform Version 8.6 30 noembre 2012 Guide d'installation Important Aant d'utiliser le présent document et le produit associé, prenez connaissance des informations générales figurant

Plus en détail

Fiche technique Sollicitation thermique du verre

Fiche technique Sollicitation thermique du verre Fiche technique Sollicitation thermique du verre Introduction Le verre est un matériau résistant aux contraintes les plus diverses. Cependant, si toutes les sollicitations ne sont pas prises en compte

Plus en détail

Experts en accompagnement opérationnel sur les marchés d Europe de l Est Confiance Service Résultats

Experts en accompagnement opérationnel sur les marchés d Europe de l Est Confiance Service Résultats Experts en accompagnement opérationnel sur les marchés d Europe de l Est Confiance Serice Résultats UNE VALEUR SÛRE POUR VOTRE DÉVELOPPEMENT EN EUROPE DE L EST Une aleur sûre pour otre déeloppement en

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Tournevis. r k l n o i t

Tournevis. r k l n o i t Tournevis r k l n o i t 91979296 Chaque jour un nouveau défi, chaque jour le bon outil pour y faire face. La nouvelle série DALL + a été conçue pour les professionnels qui maîtrisent les exiences toujours

Plus en détail

5 STATIQUE. 5.1 Généralités

5 STATIQUE. 5.1 Généralités 5.1 Généralités 5.1.1 Introduction Pour remplir sa mission en tant que conduite d'évacuation il faut qu'une conduite réponde également aux exigences de statique. La statique possède une influence sur le

Plus en détail

Combirail. Coloris : Profilé gris clair, analogue à RAL 7035 ; éléments latéraux coloris noir, analogue à RAL 9005 ; coloris spéciaux sur demande

Combirail. Coloris : Profilé gris clair, analogue à RAL 7035 ; éléments latéraux coloris noir, analogue à RAL 9005 ; coloris spéciaux sur demande Combirail Pour informations détaillées, merci de vous rendre sur le site : www.bopla.de - 3 tailles de base - 3 longueurs standards - Longueurs spéciales sur demande - Technique de clipsage permettant

Plus en détail

SIGNAUX NUMERIQUES ET MODULATIONS NUMERIQUES

SIGNAUX NUMERIQUES ET MODULATIONS NUMERIQUES SIGNAUX NUMERIQUES ET MODULATIONS NUMERIQUES ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES SIGNAUX NUMERIQUES Un signal numérique

Plus en détail

IBM Unica Marketing Operations Version 8.6 25 mai 2012. Guide d'installation

IBM Unica Marketing Operations Version 8.6 25 mai 2012. Guide d'installation IBM Unica Marketing Operations Version 8.6 25 mai 2012 Guide d'installation Important Aant d'utiliser le présent document et le produit associé, prenez connaissance des informations générales figurant

Plus en détail

Louis-Philippe Gagnon Auditeur De Système D Alarme LABORATOIRES DES ASSUREURS DU CANADA 12 Novembre, 2014

Louis-Philippe Gagnon Auditeur De Système D Alarme LABORATOIRES DES ASSUREURS DU CANADA 12 Novembre, 2014 Louis-Philippe Gagnon Auditeur De Système D Alarme LABORATOIRES DES ASSUREURS DU CANADA 12 Novembre, 2014 UL and the UL logo are trademarks of UL LLC 2012 2 OBJECTIFS DE LA MISE À L'ESSAI ET INSPECTION

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

IBM Tivoli Monitoring. Guide d utilisation. Version 5.1.2 SH11-1285-03

IBM Tivoli Monitoring. Guide d utilisation. Version 5.1.2 SH11-1285-03 IBM Tioli Monitoring Guide d utilisation Version 5.1.2 SH11-1285-03 IBM Tioli Monitoring Guide d utilisation Version 5.1.2 SH11-1285-03 Important Aant d utiliser le présent document et le produit associé,

Plus en détail

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch Parylène C Parylène D www.comelec.ch Présentation du parylène, des parylènes. Voie d obtention et conséquences. Principales propriétés Matériel de prédilection pour le médical et la pharmacologie. Exemples

Plus en détail

CHAPITRE 12 LE DÉVELOPPEMENT DES MARCHÉS DE TAUX ET INSTRUMENTS DÉRIVÉS

CHAPITRE 12 LE DÉVELOPPEMENT DES MARCHÉS DE TAUX ET INSTRUMENTS DÉRIVÉS CHAPITRE LE DÉVELOPPEMENT DES MARCHÉS DE TAUX ET INSTRUMENTS DÉRIVÉS TESTEZ VOS CONNAISSANCES Comment définir un contrat à terme? Comment se dénoue un contrat à terme? Quelle est la définition d'une option

Plus en détail

BONUS MALUS. Voici, la façon de calculer la prime : Le montant de la prime à acquitter est égale à : P = PB. C où : P

BONUS MALUS. Voici, la façon de calculer la prime : Le montant de la prime à acquitter est égale à : P = PB. C où : P BONUS MALUS Le propriétaire d un véhicule automobile est tenu d assurer sa voiture auprès d une compagnie d assurances. Pour un véhicule donné, le propriétaire versera annuellement une «prime» à sa compagnie.

Plus en détail