Simulation numérique de la réponse d un pieu en cours de battage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Simulation numérique de la réponse d un pieu en cours de battage"

Transcription

1 Siulation nuérique e la réponse un pieu en cours e battage Philippe LEPERT Ingenieur Division Géotechnique et Mécanique es Chaussées Laboratoire Central es Ponts et Chaussées Daniel MEIGNEN Technicien supérieur RÉSUMÉ Dès 1984, le Laboratoire Central es Ponts et Chaussées (LCPC) arquait son intérêt pour la siulation nuérique u battage en prouisant le logiciel BATLAB. Tirant parti es progrès intervenus epuis cette époque en atière 'algorithes 'intégration es équations e ouveent ans un ilieu uniiensionnel (éthoe es caractéristiques, notaent), le LCPC vient e évelopper un nouveau logiciel, BRUTUS, estiné à replacer BATLAB. Au plan inustriel, ce nouveau logiciel se veut un outil efficace pour l'analyse e esures ynaiques faites lors e battage et la prévision e capacité portante. Au plan e la recherche, c'est aussi un oyen pratique et précis pour tester les lois 'interaction ynaique sol/pieu. Après avoir écrit les bases athéatiques et nuériques u nouveau logiciel, le présent article en écrit la structure et les principales perforances. Un exeple tiré 'un cas concret illustre l'interprétation, par BRUTUS, es esures ynaiques réalisées penant le battage 'un pieu préfabriqué en béton. MOTS-CLÉS : 42 - Battage - Pieu - Logiciel - Siulation - Moèle interactif - Fortran - Sol - Interface - Analyse (Math.) - Prévision - Interprétation - Essai - Charge - Dynaique - Portance. INTRODUCTION Le Laboratoire Central es Ponts et Chaussées s'intéresse à la siulation nuérique u battage epuis près e ix ans [1], [2], [3], [4], [8]. L'intérêt croissant qui s'est fait jour ans le one et spécialeent en France pour les éthoes e prévision e battage et e contrôle e capacité portante basées sur un chargeent ynaique es pieux a otivé cet intérêt. Bien que certaines éthoes siplifiées aient été éveloppées pour analyser les esures e site, sur la base e corrélations epiriques avec es résultats e chargeents statiques [10], il reste ais que la siulation nuérique u battage est un éléent essentiel es analyses prévisionnelles e battage coe u contrôle e capacité portante. Cette approche se heurte à eux ifficultés : - la oélisation u pieu et e son interaction avec le sol, - l'intégration es équations. En 1982, un preier prograe fut éveloppé au LCPC : BATLAB. Le pieu y était oélisé par une suite e asses et e ressorts [1]. Les équations e ouveent étaient intégrées par un algorithe e Runge-Kutta. Deux oèles 'interaction sol/ pieu y étaient iplantés : le oèle e Sith [11] et une loi visco-élastoplastique. BATLAB fut largeent utilisé pour analyser es esures sur site et en laboratoire [3], [8]. Réceent, une nouvelle éthoe a été proposée pour oéliser le pieu et résoure le problèe ynaique [5]. Cette éthoe, ite "es caractéristiques", est brièveent rappelée ci-après (voir paragraphe " éthoe es caractéristiques "). Elle représente un progrès iniscutable ans la siulation u battage en ce qu'elle éliine les ifficultés nuériques (stabilité, précision,...) rencontrées avec les éthoes 'intégration irecte classiques. Cette éthoe peut êe fournir une solution exacte au problèe lorsque la forulation e la loi 'interaction s'y prête. En pratique, la loi 'interaction peut toutefois avoir une fore très générale. On calcule 5 Bull, liaison Labo. P. et Ch sept.-oct fief. 3524

2 alors la solution soit irecteent, ais en aettant un certain niveau 'approxiation, soit par le biais 'une procéure itérative. Cette secone approche requiert avantage e calculs ais conuit à es résultats plus cohérents. Le prograe e calcul BRUTUS, qui vient 'être is au point au LCPC autour e cette éthoe, succèe à BATLAB. Son éveloppeent vise eux buts : - Jeter les bases 'un outil inustriel pour l'analyse e esures ynaiques faites lors e battage (auscultation sonique, capacité portante) et pour la siulation prévisionnelle e battage. Ainsi, bien que le prograe s'exécute généraleent en oe interactif, une option peret 'enchaîner plusieurs calculs sur un oèle, en faisant varier les paraètres. - Proposer un outil pratique et précis pour tester e nouvelles lois 'interaction : pratique car le prograe, écrit ans un Fortran bien coenté, peret l'insertion e nouvelles lois 'interaction ; précis, car les ifficultés 'orre nuérique étant éliinées, les résultats ne épenent plus que es oèles e pieu et 'interaction sol/pieu, ainsi que e leurs paraètres. SUPPORT THEORIQUE Propagation 'ones forule ans laquelle : E est le oule 'Young, p est la asse voluique e la barre. La solution générale e cette équation aux érivées partielles s'écrit : u(x,t) - h(x - et) + g(x + et), (2) où c - (Elp) est la célérité es ones ans la barre. Le preier tere est constant le long es lignes x - et, alors que le secon est constant le long es lignes x = - et. Ces lignes sont ites " caractéristiques ". Le tere h (resp. g) trauit le éplaceent û aux ones escenantes (resp. ontantes). On peut éuire la vitesse particulaire v et l'effort noral N e l'équation (2) par : v(x,f) = [ h'(x - et) + g'(x + xt) ], (3) N(x,t) = EA [ h\x - et) + g\x + et) ], (4) et les exprier coe la soe e eux coposantes, l'une ue aux ones escenantes, l'autre ue aux ones ontantes. Les coposantes e la vitesse et e l'effort noral sont onc liées par les relations suivantes : Z v (x,t) = N (x,t), (5a) Z v (x,t) = N (x,t), (5b) Lorsqu'un pieu reçoit un ipact vertical en tête, es ones planes se propagent jusqu'à sa pointe où elles se réfléchissent partielleent ou en totalité. On peut analyser cette propagation en consiérant une longue barre ince (fig.l). On écrit l'équilibre 'un tronçon e barre e longueur éléentaire x en appliquant la loi e Newton : Ecfu/x 2 - p 2 ult 2 = 0, (1) où A est la section e la barre et Z = EA/c est l'ipéance e la barre. Effet es iscontinuités L'effet 'un effort concentré le long u pieu pouvant être analysé selon la êe éarche que celui 'une iscontinuité e l'ipéance u pieu, les eux cas seront traités ans ce paragraphe. \ x E. A N (x) u (x) N (x + Fig. 1 - Équilibre 'un segent éléentaire e barre. 6

3 Discontinuité 'ipéance Effet 'un effort concentré Ce cas est illustré par la figure 2. L'effort noral et la vitesse particulaire oivent être ientiques e chaque côté e la iscontinuité, ce que l'on peut écrire : Ce cas est illustré par la figure 3. La section sur laquelle s'exerce l'effort concentré oit être en équilibre, et la vitesse égale e chaque côté : N + N = N 2 + N 2, (6a) N + N x = N 2 + N 2 + F, (9a) v* + v x = v 2 + v 2. (9b) v* + v = V 2 + v 2. (6b) Ici aussi, si l'on suppose que l'one escenante est connue au-essus e la section où s'applique l'effort, et l'one ontante connue au-essous e celle-ci, les équations (9) perettent e calculer l'one escenante au-essous e cette section et l'one ontante au-essus : N = N - F I 2, (10a) AT = AT + F I 2. (10b) N 2, N 2 z 2 Les forules suivantes s'appliquent aux ones se réfléchissant à l'extréité e la barre lorsqu'une force s'y exerce : Fig. 2 - Discontinuité 'ipéance 'un pieu. Si l'one escenante est supposée connue au-essus e la iscontinuité, et l'one ontante connue au-essous e cette section, les équations (6) perettent e calculer l'one escenante au-essous e la iscontinuité et l'one ontante au-essus e celle-ci : N = A/ - F, (lia) pour l'extréité supérieure, et : N - - N + F, (11b) pour l'extréité inférieure. N 2 = [2Z 2 Ni I (Z, + Z 2 )] + [Z, - Z 2 ) N 2 /(Z, + Z 2 ), N? = [2Z X N 2 [(Z 2 - Z x ) N I (Z, + Z 2 )l I (Z, + Z 2 )] + (? b ) Concrèteent, une iscontinuité ans l'ipéance e la barre peut résulter 'une iscontinuité e sa section, e son oule 'Young ou e sa ensité. Par ailleurs, les réflexions 'ones aux extréités e la barre peuvent être étuiées en appliquant les forules (7). Ainsi, si la pointe e la barre est libre, la forule (7b) s'applique avec Z 2 = 0 : N = - N. (8a) Si cette extréité est encastrée, cette forule est encore applicable avec Z 2 > 0 0 : N{" = N. (8b) Fig. 3 - Application 'un effort ponctuel sur une section. Méthoe es caractéristiques Les équations (7) et (10) peuvent être cobinées pour trauire les conitions générales ans lesquelles les ones ontantes et escenantes traversent une section ou s'y réfléchissent, que cette section soit caractérisée par une iscontinuité 'ipéance et/ou l'application 'un effort extérieur. On obtient ainsi les relations : F On étuiera la réflexion 'une one ontante en tête e barre e la êe façon, à partir e la forule (7a). N = [ 2Z 2 N ) I (Z x + Z 2 ) ]+ [ (Z, - Z 2 )AT 2 / (Z, + Z 2 ) ] - F/2, (12a) 7

4 N{" = [ 2Z 2 N 2 I (Z, + Z 2 ) ] + [ (Z 2 - ZJNf I (Z, + Z 2 ) ] - F/2. (12b) La éthoe es caractéristiques est essentielleent basée sur ces équations. Le prograe BRUTUS exécute un calcul incréental ans lequel le teps est ivisé en intervalles e urée t et le pieu en segents e longueur l = c * t (fig. 4). Les iscontinuités 'ipéance sont localisées entre les segents e sorte que l'ipéance est constante sur chaque segent. Les interactions concentrées sol/pieu sont aussi appliquées entre les segents. L'ipact appliqué en tête u pieu est écoposé en une succession 'ipulsions rectangulaires e urée t qui urant chaque intervalle e teps, passent 'un segent au suivant sans oification. A l'issue e chaque intervalle e teps, les équations (12) sont utilisées pour écrire l'équilibre es sections situées entre les segents. Suivant cette approche, chaque ipulsion est toujours localisée ans un segent, et il en reste ainsi êe après réflexion. De cette façon, si es ones ifférentes se recouvrent, elles peuvent être cobinées par siple aition ou soustraction 'aplitue es ipulsions. Aussi longteps que les forces 'interaction ne sont pas prises en copte, cette analyse est irecte et rigoureuse. Introuction es forces 'interaction Pour calculer l'aplitue es ones après traversée es ifférentes sections en appliquant les équations (12), il est nécessaire que les forces 'interaction s'appliquant à ces sections soient connues. Celles-ci épenent généraleent, à travers le oèle 'interaction, e ivers paraètres 'état u pieu et/ou u sol (vitesse, éplaceent,...) voire e l'histoire e certains 'entre eux. Ces paraètres épenent à leur tour e l'aplitue es ones traversant les sections. Ce problèe oit onc être résolu en suivant l'une es eux approches suivantes : - La force 'interaction appliquée à chaque section est calculée en utilisant les valeurs es paraètres 'état obtenues à l'issue u pas e teps précéent. Elle est alors introuite ans les équations (12) pour évaluer l'aplitue es ones traversant la section. Les valeurs es paraètres 'état e la section sont alors actualisées et serviront pour initialiser le pas e calcul suivant. - L'algorithe ci-essus peut être appliqué ans le care 'une procéure itérative. Cette fois, les valeurs es paraètres 'état obtenues à l'issue 'une itération sont utilisées pour éarrer la suivante, et ceci jusqu'à obtenir leur convergence. Cette procéure est appliquée pour calculer l'équilibre e chaque section à chaque pas e teps. La secone approche conuit, après chaque pas e teps, à es valeurs e paraètres 'état et e forces 'interaction qui sont cohérentes entre elles. Elle a onc été préférée à la preière, ans BRUTUS. MISE EN OEUVRE DU PROGRAMME BRUTUS Description générale BRUTUS copren cinq oules (fig. 5). - Brutus-D est un prograe interactif qui crée un " fichier oèle " coportant les onnées écrivant le pieu, les lois 'interactions avec le sol, l'ipact et les résultats à sauvegarer. - Brutus-M peret e oifier ce " fichier oèle " créé avec Brutus-D. Il utilise pour cela une série e coanes qui sont entrées en oe interactif, ou lues sur un " fichier 'enchaîneent " créé par Brutus-A. - Brutus-A est un prograe interactif qui crée un " fichier 'enchaîneent " sur lequel sont préparées plusieurs séquences e coane pour Brutus-M. Ce fichier peret 'utiliser BRUTUS en teps ifféré, en enchaînant autoatiqueent plusieurs calculs sur le êe oèle e pieu avec iverses valeurs e paraètres (interaction, ipact, aortisseent, sauvegares, etc.). - Brutus-B est le coeur u logiciel. Il relit le " fichier oèle ", exécute le calcul e réponse, et sauvegare les résultats pré-sélectionnés sur un " fichier résultat ". La figure 6a présente l'organisation e ce oule. La figure 6b étaille l'organigrae u calcul 'équilibre es sections, qui en est la partie centrale. On notera que le calcul es forces 'interaction fait appel à autant e sous-prograes qu'il y a e oèles 'interaction. De plus, chaque nouvelle itération ne s'applique qu'aux sections n'ayant pas convergé lors es précéentes. La procéure itérative est onc interropue lorsque toutes les sections ont convergé. - Brutus-L, exécutable soit en oe interactif, soit en teps ifféré, peret e tracer les résultats u calcul e réponse lus sur le " fichier résultat ". 8

5 Fit] l = c*t I 'l I I Fig. 4 - Moélisation u pieu, e l'ipact et es forces 'interaction. Brutus D Moélisation Brutus M Moifications u oèle MENU D'APPLICATION Brutus A Enchaîneent e cas Brutus B Calcul e réponse Brutus L Sortie es résultats Fig. 5 - Structure générale e BRUTUS. Fig. 6a - Moule Brutus-B schéa e principe. Calcul es éventuelles solutions analytiques Calcul e l'aplitue es ones par les équations (12) Moèle 1 Calcul es paraètres 'état Calcul es efforts 'interaction Moèle 2 Moèle 3 (Convergence? ) IT Fig. 6b - Moule Brutus-B : organigrae u calcul 'équilibre es sections. Utilisation u logiciel Le logiciel BRUTUS est accopagné 'une ocuentation coplète coprenant les anuels théorique, e prograation et 'utilisation. Ce ernier s'organise en eux parties, l'une consacrée à la préparation et à l'entrée es onnées, l'autre évolue à la prograation e nouveaux oèles 'interaction. Mise en onnées Toutes les onnées sont entrées en oe interactif grâce aux oules D, M, A, ou L e BRUTUS. On entre ans BRUTUS au oyen 'un enu 'application qui offre cinq orientations corresponant chacune à l'un es cinq oules u prograe. Une fois l'orientation choisie, le oule corresponant est exécuté. Brutus-D peret 'introuire les onnées oélisation ans l'orre suivant : - paraètres généraux (titre, etc.), - onnées géoétriques et écaniques pour chaque partie u pieu, - oèles et paraètres 'interaction sol/ pieu - caractéristiques e l'ipact, - table e sélection es sauvegares. e 9

6 Dans ce oule, l'entrée es onnées est organisée en pages (liste e questions u calculateur et e réponses e l'utilisateur). L'entrée es onnées ans Brutus-M, A, ou L se fait au oyen e enus hiérarchisés. Iplantation 'autres lois 'interaction Actuelleent, quatre lois 'interaction sol/ pieu sont iplantées ans le logiciel Brutus : une loi bilinéaire siple, la loi e Sith [11], une loi élasto-visco-plastique, et la loi érivée u oèle proposé en 1986 par Corté et Lepert [2]. Mais la structure e BRUTUS facilite l'iplantation e nouveaux oèles 'interaction. Cela ne requiert que la oification e trois sous-prograes, l'un ans Brutus-D (éfinition et énoination es paraètres e la nouvelle loi), les eux autres ans Brutus-B (calcul e la force 'interaction à partir es paraètres 'état). Il est à signaler que es travaux expérientaux sont en cours au LCPC pour proposer une loi 'interaction qui trauise ieux les phénoènes physiques survenant au niveau e l'interface latérale sol/pieu lors u battage [6], [7]. Cette nouvelle loi est en cours 'introuction ans BRUTUS. une force verticale, érivée e l'effort noral esuré lors e l'essai et appliquée en tête u pieu. La vitesse particulaire en tête u pieu, issue e la siulation nuérique est coparée à celle esurée lors e l'essai. Le calcul e réponse est recoencé en oifiant la valeur es paraètres 'interaction jusqu'à obtenir une bonne concorance [4]. * 8,63 Niveau u terrain naturel Sable fin TpPjs Sable fin faible ent argileux Sable oyen Sable fin faibleent argileux Argile sableuse Sable fin faibleent argileux Argile 10- T 1.60 I T Sable fin argileux I 110,50 %$t Sable fin argileux * coquilles T 11 II Sable fin Exeple Sable fin» traces e coquilles H Les 26 et 27 ai 1988, es essais e chargeent ynaique furent réalisés sur es pieux en béton spécialeent is en place sur un site expériental, ans l'enceinte e l'université e Gan (Belgique). Il s'agissait e pieux forés et coulés 'une part (pieux ATLAS, FUNDEX, et SOCOFONDA), e pieux préfabriqués battus 'autre part (pieux DE WAAL). L'horizon géotechnique u site est écrit ans la figure 7. La figure 8 onne le résultat 'un essai e pénétration statique (CPT) effectué sur le site. Fig. 7 - Horizon géotechnique u site expériental e Gan. Le LCPC fut aené à interpréter certains e ces essais à partir e onnées recueillies sur le site, et aiableent couniquées par le CEBTP. Celui-ci avait instruenté la tête es pieux à l'aie 'accéléroètres et e jauges e contrainte perettant 'accéer, après un traiteent aéquat es signaux, à la vitesse particulaire et à l'effort noral ans les sections e esure [9]. Le chargeent ynaique résultait e l'ipact 'une asse e 4 t tobant 'une hauteur variable. Dans chaque cas, l'interprétation 'un essai consiste à oéliser le pieu et l'interface sol/pieu, en assignant aux paraètres caractéristiques e cette interface es valeurs jugées réalistes. On calcule alors avec BRUTUS la réponse u pieu au chargeent, oélisé par 10 - Fig. 8 - Résultat 'un essai CPT sur le site expériental e Gan. 10

7 Nous avons choisi e présenter ici le résultat e l'interprétation e l'essai e chargeent ynaique 'un pieu préfabriqué battu. La fiche u pieu au oent e l'essai était égale à 13,8, pour une longueur totale u pieu e 15. Les figures 9a à 9c listent les caractéristiques u pieu et onnent une représentation graphique es valeurs es paraètres e l'interaction sol/pieu après ajusteent, en fonction e la profoneur. L'accroisseent e la force liite latérale à une profoneur e 12 à 13 (fig. 9c) est à rapprocher e l'accroisseent e la résistance e pointe esurée au pénétroètre statique (CPT) à la êe profoneur (fig. 8). Les figures 10a et 10b regroupent les courbes esurées et calculées 'effort noral et e vitesse ans la section e esure. On observe que la courbe e vitesse calculée s'ajuste bien sur la courbe expérientale urant un laps e teps corresponant au preier aller et retour e l'one e choc ans le pieu. Au-elà, il n'a pas été possible 'obtenir un ajusteent satisfaisant. Il seble que, ans ce cas, le oèle utilisé pour représenter l'interaction sol/pieu puisse être incriiné. Cette observation a contribué à justifier les étues expérientales en cours au LCPC pour aéliorer notre connaissance es phénoènes qui régissent cette interaction. Tronçon n 1 Longueur : 15 Section : 0,1 J Moule : E Masse voluique N segent : 15 Moélisation u pieu préfabriqué 11N/ z 2i00kg/ 3 \y 0.K00E 07 Calcul 1 Mo 2 Loi LCPC Aortisse. (N/M/S) E 08 Fig. 9a - Répartition es aortisseents u oèle 'interaction latérale sol/pieu. Moélisation u pieu préfabriqué Moélisation u pieu préfabriqué Tronçon n 1 Longueur : 15 Section : Moule : E Masse voluique : N segent : 15 11N/' 2i00kg/ 3 Calcul 1 Mo 2 Loi LCPC Raieur IN/M) Tronçon n 1 Longueur : 15 Section : Moule : E * 11N/ 2 Masse voluique : 2 00kg/ 3 N segent : 15 Calcul 1 Mo 2 Loi LCPC Force li. (N) \y E E UE E + 06 Fig. 9b - Répartition es raieurs u oèle 'interaction latérale sol/pieu. Fig. 9c - Répartition es forces e frotteent sol/pieu latérales. 11

8 1 Moélisation u pieu préfabriqué O.iOE E ,30E*07.. 0,25E* E E E E*06-)-/) O.OOE E-06-L Effort noral total (N) A Calcul 1 Mo 2 1 e la tete Fig. 10a - Coparaison e l'effort noral esuré en tête u pieu (ligne ixte) et e celui calculé à l'aie u oèle après ajusteent (ligne continue). -2-L Vitesse totale (M/S) A Calcul 1 Mo 2 I e la tete Fig. 10b - Coparaison e la vitesse esurée en tête u pieu (ligne ixte) et e celle calculée à l'aie u oèle ajusté (ligne continue). CONCLUSION Le prograe BRUTUS a été 'abor éveloppé pour évaluer les oèles 'interaction sol/pieu. Coe tous les logiciels coparables, il se révèle aapté à la réalisation 'analyses prévisionnelles e battage et à l'interprétation 'essais e chargeent ynaique e pieux ans la esure où les lois 'interaction utilisées sont valies. D'autres possibilités u prograe, qui ne peuvent être aborées ans cette présentation, sont écrites en étail ans les anuels l'accopagnant. Signalons notaent que BRUTUS a été coplété par un logiciel 'accopagneent, PRÉ-BRUTUS, qui traite les esures ynaiques (effort noral, accélération, éplaceent) faites lors u battage 'un pieu pour : - 'une part, en éuire une preière estiation e la résistance ynaique u pieu, par es forules siplifiées [7] ; - 'autre part, ettre ces esures sous un forat qui peret au logiciel BRUTUS e les utiliser irecteent pour caler un oèle nuérique. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] BOSSARD A., CORTE J.-F. (1984), Analysis of pile response to ipact loaing an use of static soil-pile interaction laws, proceeings of the secon international conference on the application of stress wave theory on piles, é. A. Balkéa, Stockhol, pp [2] CORTE J.-F., LEPERT P. (1986), Lateral resistance uring riving an ynaic pile testing, thir international conference on nuerical ethos in offshore piling, é. Technip, Nantes, France, May 21-22, pp [3] LEPERT P. (1986), Un exeple 'analyse e esures effectuées lors u battage e pieux, Bull, liaison P. et Ch., 145, sept.-oct., pp [5] MEUNIER J. (1984), Laws of soil-pile interaction in a riving siulation progra, proceeings of the secon international conference on the application of stress wave theory on piles, é. A. Balkéa, Stockhol, pp [6] LEPERT P., CORTE J.-P., GOULOIS A.(1988), An experiental set-up for investigation of shaft resistance uring riving, thir international conference on the application of stress wave theory on piles, e. B. Fellenius, Ottawa, Canaa, May 25-27, pp [7] LEPERT P., CORTE J.-P, GOULOIS A., MEUNIER J. (1988), Shaft resistance uring riving, in san, fro laboratory tests, thir international conference on the application of stress wave theory on piles, e. B. Fellenius, Ottawa, Canaa, May 25-27, pp [8] MEYNARD A., CORTE J.-F. (1984), Experiental stuy of lateral resistance uring riving, proceeings of the secon international conference on the application of stress wave theory on piles, e. A. Balkea, Stockhol, pp [4] LEPERT P., CORTE J.-F. (1987), Pile ynaic [9] PAQUET J. (1988), Evaluation e la force portante par es essais ynaiques, seinar on testing - Interpretation of ynaic loaing tests at Ghent, Seinar on pile ynaic testing : integrity an bearing capacity, é. ABEM, pile ynaic testing : integrity an bearing Brussels, pp. V.72-V.86. capacity e. ABEM, Brussels, pp. V.7-V.25. [10] RAUSCHE F., GOBLE G., LIKINS G. (1985), Dynaic eterination of pile capacity, Journal of geotechnical engineering, ASCE, vol. Ill, 3, pp [11] SMITH E.A.L. (1960), Pile riving analysis by the wave equation, Journal of the soil echanics an founations ivision, ASCE, vol. 86, SM4, pp

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

EXERCICE II : LE TELEPHONE "POT DE YAOURT" (5 points)

EXERCICE II : LE TELEPHONE POT DE YAOURT (5 points) USA 2005 EXERCICE II : LE TELEPHONE "POT DE YAOURT" (5 points) A l'ère du téléphone portable, il est encore possible de couniquer avec un systèe bien plus archaïque L'onde sonore produite par le preier

Plus en détail

LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES

LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES Une prédiction de certains écoloistes : Les poissons devraient avoir disparu en 048! LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES Les rèles suivantes s appliquent pour tous les calculs ipliquant des

Plus en détail

Problème I : Microscope à force atomique

Problème I : Microscope à force atomique Problèe I : Microscope à force atoique Ces dernières années, de nouvelles techniques dites de "icroscopies à chap proche" se sont développées pour étudier les surfaces. Pari ces techniques, le icroscope

Plus en détail

Simulation Matlab/Simulink d une machine à induction triphasée. Constitution d un référentiel

Simulation Matlab/Simulink d une machine à induction triphasée. Constitution d un référentiel Simulation Matlab/Simulink une machine à inuction triphasée Constitution un référentiel Capocchi Laurent Laboratoire UMR CNRS 6134 Université e Corse 3 Octobre 7 1 Table es matières 1 Introuction 3 Moélisation

Plus en détail

Arrondissage des résultats de mesure. Nombre de chiffres significatifs

Arrondissage des résultats de mesure. Nombre de chiffres significatifs BUREAU NATIONAL DE MÉTROLOGIE COMMISSARIAT À L'ÉNERGIE ATOMIQUE LABORATOIRE NATIONAL HENRI BECQUEREL Note technique LNHB/04-13 Arrondissage des résultats de esure Nobre de chiffres significatifs M.M. Bé,

Plus en détail

Chapitre 6 (Courant et résistance)

Chapitre 6 (Courant et résistance) . Déinitions 1. ntensité oyenne e courant. ntensité instantanée Plan e la 3 èe partie (Électrocinétique) Chapitre 6 (Courant et résistance) Q t Q (en père) t 3. Densité e courant (en père/ ) J. Théorie

Plus en détail

CH.9 ÉNERGIES exercices - correction

CH.9 ÉNERGIES exercices - correction CH.9 ÉNERGIES exercices - correction SAVOIR SON COURS ❶ Choisir la bonne réponse : Enoncés Réponse A Réponse B Réponse C ❶ L énergie de position d un objet ❷ Lorsqu un objet tobe augente quand son altitude

Plus en détail

Première S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n 1 2007 2008

Première S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n 1 2007 2008 Preière S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n De tous teps, les hoes se sont intéressés aux jeux de hasard. La théorie des probabilités est une branche des athéatiques née de l'étude des jeux de hasard

Plus en détail

Principes et mise en œuvre

Principes et mise en œuvre A Principes et ise en œuvre 1 DÉFINITIONS ET MÉTHODES A 1.1 Définitions D après l Afnor (FD X 60-000), «la aintenance est l enseble de toutes les actions techniques, adinistratives et de anageent durant

Plus en détail

Séminaire Francilien de Sûreté de Fonctionnement - 22 février 2013

Séminaire Francilien de Sûreté de Fonctionnement - 22 février 2013 Séinaire Francilien de Sûreté de Fonctionneent - 22 février 2013 Les défaillances de cause coune Doinique VASSEUR EDF R&D Claart Plan Introduction Quelques odèles possibles Les principes de l estiation

Plus en détail

GRAFCET. 1- Structure générale. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur C60 Cours GRAFCET. Divergence en OU

GRAFCET. 1- Structure générale. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur C60 Cours GRAFCET. Divergence en OU C60 GRAFCET 1- Structure générale Etape initiale : généraleent associée à une attente ou à une ise en réérence de la partie opérative Réceptivité : cobinaison d inorations reçues par la partie coande et

Plus en détail

TP Bonus : Simulation de variables aléatoires

TP Bonus : Simulation de variables aléatoires IMIS : Master 1 Université Paris Est Marne la Vallée TP Bonus : Siulation de variables aléatoires 1. Siulation de lois Dans les applications, on a souvent besoin de générer de façon artificielle (à l aide

Plus en détail

Paradoxe de Galiléo Galiléï Chute dans l'air

Paradoxe de Galiléo Galiléï Chute dans l'air Paradoxe de Galiléo Galiléï Chute dans l'air Abstract L'intention de cet article est d'apporter un éclaircisseent sur la légendaire expérience de Pise en explicitant le calcul de la chute de graves dans

Plus en détail

La boite de vitesse a variation continue CVT

La boite de vitesse a variation continue CVT Epreuve de Sciences Industrielles pour l Inge nieur La boite de vitesse a variation continue CVT Durée : h. Calculatrices autorisées. Docuents interdits. Ce sujet coporte 9 pages. Présentation La boite

Plus en détail

Correction du «Brevet Blanc» de mathématiques Lundi 26 mars 2012

Correction du «Brevet Blanc» de mathématiques Lundi 26 mars 2012 orrection du «revet lanc» de athéatiques Lundi 26 ars 2012 TIVITÉS NUMÉRIQUES (12 points) Exercice 1 Pour chaque ligne du tableau ci-dessous, choisir et entourer la bonne réponse pari les trois proposées.

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.alternativesjournal.ca/people-and-profiles/web-exclusive-ela-alumni-make-splash

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.alternativesjournal.ca/people-and-profiles/web-exclusive-ela-alumni-make-splash Une personne de 60 kg est à gauche d un canoë de 5 de long et ayant une asse de 90 kg. Il se déplace ensuite pour aller à droite du canoë. Dans les deux cas, il est à 60 c de l extréité du canoë. De cobien

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

Chapitre. Chapitre 12. Fonctions de plusieurs variables. 1. Fonctions à valeurs réelles. 1.1 Définition. 1.2 Calcul de dérivées partielles

Chapitre. Chapitre 12. Fonctions de plusieurs variables. 1. Fonctions à valeurs réelles. 1.1 Définition. 1.2 Calcul de dérivées partielles 1 Chapitre Chapitre 1. Fonctions e plusieurs variables La TI-Nspire CAS permet e manipuler très simplement les onctions e plusieurs variables. Nous allons voir ans ce chapitre comment procéer, et éinir

Plus en détail

PHS1101 Mécanique pour ingénieurs

PHS1101 Mécanique pour ingénieurs PHS1101 écanique pour inénieurs Contrôle périodique 1 Hier 01 «Spécial Déénaeent» Question 1: k Déénaeent PHS1101 nc. 51-1-159 C Question 1: Dans les annonces publicitaires de Ford F150, on annonce fièreent

Plus en détail

Théorie cinétique des gaz

Théorie cinétique des gaz Théorie cinétique des gaz I Pression cinétique On considère un gaz parfait foré de N olécules onoatoiques, chacune de asse, en équilibre à la tepérature T dans une enceinte de volue V On cherche à déteriner

Plus en détail

2.1 Comment fonctionne un site?

2.1 Comment fonctionne un site? Coent fonctionne un site? Dans ce chapitre, nous allons étudier la liste des logiciels nécessaires à la création d un site ainsi que les principes de base indispensables à son bon fonctionneent. 2.1 Coent

Plus en détail

Travaux pratiques Informatique

Travaux pratiques Informatique Preière S Travaux pratiques Inforatique. Questions ouvertes - : Lieu de points - : Distance iniale - : Fonctions inconnues -4 : Médianes? -5 : Droites d un triangle -6 : S-TS banque exos /04-7 : Cercle

Plus en détail

5 La résistance électrique

5 La résistance électrique 5 La résistance électrique 5.1 La nature de la résistance électrique Expérience : Appliquons une tension U à un fil de cuivre de longueur et de diaètre connus et esurons l intensité du courant I. Ensuite,

Plus en détail

Mécanique : Cinématique du point. Chapitre 1 : Position. Vitesse. Accélération

Mécanique : Cinématique du point. Chapitre 1 : Position. Vitesse. Accélération 2 e B et C 1 Position. Vitesse. Accélération 1 Mécanique : Cinéatique du point La écanique est le doaine de tout ce qui produit ou transet un ouveent, une force, une déforation : achines, oteurs, véhicules,

Plus en détail

TS Devoir surveillé N 3 mardi 08/01/2013

TS Devoir surveillé N 3 mardi 08/01/2013 TS Devoir surveillé N 3 ardi 8//3 No et Préno : Note : / Toute réponse doit être justifiée. Eercice : Le saut de la grenouille (7,5 points) Etienne Jules Marey (Beaune 83 Paris 94) physiologiste français,

Plus en détail

Une voiture parcourt en 2 heures, 140 km ; en 3 heures, 210 km et en 5 heures, 350 km.

Une voiture parcourt en 2 heures, 140 km ; en 3 heures, 210 km et en 5 heures, 350 km. Calcul es Vitesses Tout objet en mouvement ( voiture, train, piéton, avion, tortue, bille, ) est appelé un mobile. Nous irons qu un mobile a un mouvement uniforme ( ou est animé un mouvement uniforme )

Plus en détail

Planification d expériences séquentielle pour l analyse de sensibilité

Planification d expériences séquentielle pour l analyse de sensibilité Planification d expériences séquentielle pour l analyse de sensibilité Loïc Le Gratiet 1,2 & Mathieu Couplet 1 & Bertrand Iooss 1,3 & Luc Pronzato 2 1 EDF R&D, 6 quai Watier, 78 401 Chatou 2 Laboratoire

Plus en détail

Les bases de données. Historique

Les bases de données. Historique 1 Les bases de données Aujourd hui indispensables dans tous les systèes de gestion de l inforation, les bases de données sont une évolution logique de l augentation de la deande de stockage de données.

Plus en détail

projet National TUBA Battage des pieux

projet National TUBA Battage des pieux objectifs Port du Havre - ASCO TP/Daniel VANDROS le projet national TUBa, lancé en Juin 1993, a résulté des réflexions des principaux intervenants dans le domaine des travaux à la mer se retrouvant, depuis

Plus en détail

Modélisation de coiffures naturelles à partir des propriétés physiques du cheveu

Modélisation de coiffures naturelles à partir des propriétés physiques du cheveu Modélisation de coiffures naturelles à partir des propriétés physiques du cheveu F Bertails, B Audoly, B Querleux, M-P Cani, F Leroy et J-L Lévêque EVASION, Laboratoire GAVI-IMAG/INIA, Grenoble Laboratoire

Plus en détail

Abstract. Key-words: The flowshop problem, Heuristics, Job scheduling, Total flowtime.

Abstract. Key-words: The flowshop problem, Heuristics, Job scheduling, Total flowtime. Abstract Since the flowshop scheduling proble has found to be an NP-coplete proble, the developent of heuristic algoriths that give better solutions becoe necessary. In this paper we discuss how to resolve

Plus en détail

FRANÇAIS IP-310 MANUEL D'INSTALLATION

FRANÇAIS IP-310 MANUEL D'INSTALLATION FRANÇAIS IP-310 MANUEL D'INSTALLATION SOMMAIRE!. APERCU...1 @. CONTENU DE L EMBALLAGE...1 1. Cas où l on a acheté la machine otée u panneau e commane IP-310...1 2. Cas où l on a acheté le panneau e commane

Plus en détail

CHAPITRE VII - LE COMPTE DE CAPITAL FIXE

CHAPITRE VII - LE COMPTE DE CAPITAL FIXE CHAPITRE VII - LE COMPTE DE CAPITAL FIXE 1. La foration brute de capital fixe... 135 2. La consoation de capital fixe et les autres postes du copte de capital fixe.. 139 Le copte spécifique de l agriculture

Plus en détail

Optimisation de plans de financement immobiliers

Optimisation de plans de financement immobiliers Optimisation e plans e financement immobiliers De la recherche opérationnelle en actuariat bancaire Frééric GARDI & Alain DAVID EXPERIAN PROLOGIA, Parc Scientifique et Technologique e Luminy, case 919,

Plus en détail

GarageBand Premiers contacts Comprend une présentation complète des fenêtres GarageBand, ainsi que des leçons pas à pas conçues pour vous aider à

GarageBand Premiers contacts Comprend une présentation complète des fenêtres GarageBand, ainsi que des leçons pas à pas conçues pour vous aider à GarageBand Preiers contacts Coprend une présentation coplète des fenêtres GarageBand, ainsi que des leçons pas à pas conçues pour vous aider à utiliser GarageBand 1 Table des atières Préface 7 Preiers

Plus en détail

Christophe Kilindjian

Christophe Kilindjian n 16 les efforts électroynamiques sur les jeux e barres en BT Jean-Pierre Thierry Ingénieur iplômé u CESI (Centre Etues Supérieures Inustrielles) et u CNAM (Conservatoire National es Arts et Métiers),

Plus en détail

IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL

IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL Proposé par BUMA Feinance Master en management e projets informatiques Consultant en système écisionnel I. COMPREHENSION DU CONTEXTE «L informatique

Plus en détail

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4 SOAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Prouit ou comoment e eux torseurs 4 2.2 Torseurs élémentaires 4 2.2.1 Torseur couple 4 2.2.2 Torseur

Plus en détail

Exercice 2 : Comment déterminer le relief du fond marin avec un sondeur? (5,5 pts) Les trois parties de l exercice sont indépendantes

Exercice 2 : Comment déterminer le relief du fond marin avec un sondeur? (5,5 pts) Les trois parties de l exercice sont indépendantes Exercice 2 : Comment éterminer le relief u fon marin avec un soneur? (5,5 pts) Amérique u nor 2007 http://labolycee.org Les trois parties e l exercice sont inépenantes 1. Étue e l one ultrasonore ans l

Plus en détail

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 3: Solutions stationnaires de l équation de Schrödinger

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 3: Solutions stationnaires de l équation de Schrödinger MCANIQU QUANTIQU Capitre : Solutions stationnaires de l équation de Scrödinger Pr. M. ABD-FDI Université Moaed V-V Agdal Faculté des Sciences Départeent de Pysique Année universitaire 7-8 8 Filières SM-SMI

Plus en détail

Université de Thessalie Département d Aménagement, D Urbanisme et Développement Régional

Université de Thessalie Département d Aménagement, D Urbanisme et Développement Régional Université de Thessalie Départeent d Aénageent, D Urbanise et Développeent Régional Enseignant : As. Pr. Marie-Noelle Duquenne II. Les Méthodes de Classification Ces éthodes ont pour objectif de parvenir

Plus en détail

L'énergie, le travail, la puissance et le rendement

L'énergie, le travail, la puissance et le rendement L'énergie, le travail, la puissance et le rendeent I. L énergie On ne sait pas définir préciséent le concept général d'énergie. Par contre on sait définir l'énergie : cinétique liée à la vitesse d'un corps

Plus en détail

Équations générales des milieux continus

Équations générales des milieux continus Équations générales des ilieux continus Jean Garrigues 1 ai 212 ii Avant-propos L objectif de ce cours est d établir les équations générales régissant tous les ilieux continus, qu ils soient solides ou

Plus en détail

et les Trois Marches d'assurance

et les Trois Marches d'assurance The Geneva Papers on Risk an Insurance, 20 (juillet 98), 36-40 Asymétrie 'Information et les Trois Marches 'Assurance par Jean-Jacques Laffont * La proposition stimulante e Monsieur Ic Professeur Borch

Plus en détail

ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES

ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES Seaine de la PME BDC 2014 Résué --------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Calibration bayesienne et prédiction de réglages. Marc Sancandi CESTA-DEV/SIS «Incertitudes et Simulation» 3-4 Octobre 2007

Calibration bayesienne et prédiction de réglages. Marc Sancandi CESTA-DEV/SIS «Incertitudes et Simulation» 3-4 Octobre 2007 Calibratio bayesiee et prédictio de réglages Marc Sacadi CEA/CESTA Séiaire «Icertitudes et Siulatio», DIF 3-4 Octobre 2007 CESTA-DEV/SIS «Icertitudes et Siulatio» 3-4 Octobre 2007 1 Qu est-ce que la «prédictio

Plus en détail

308C CR. Pelle hydraulique. Moteur 4M40 MMC

308C CR. Pelle hydraulique. Moteur 4M40 MMC 308C CR Pelle hydraulique Moteur 4M40 MMC Puissance au volant 41 kw/55 ch Poids en ordre de arche avec lae de 2470, flèche onobloc, bras de 2210, patins de 600 et godet de 0,3 3 8040 kg Effort de traction

Plus en détail

Fondations. Willy Naessens 7

Fondations. Willy Naessens 7 Willy Naessens 7 1. Fondations superficielles Introduction Ces fondations sont posées à faible profondeur sur un terrain de bonne portance. Une distinction peut être faite entre fondations préfabriquées

Plus en détail

Chapitre 3.2 L expérience de Young

Chapitre 3.2 L expérience de Young hapitre 3.2 expérience e Young étalement e l one plane en one sphérique orsqu une one plane subit une iffraction au travers une ouverture, l one pren la forme une one sphérique. orsque l one sphérique

Plus en détail

Les problèmes économiques de l édition des livres dans les pays en voie de développement

Les problèmes économiques de l édition des livres dans les pays en voie de développement 79 Les problèes éconoiques e l éition es livres ans les pays en voie e éveloppeent Datus C. Sith Jr. Les cahiers e la série Etues et ocuents 'infozations sont publiés par le Secteur e la culture et e la

Plus en détail

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002 La détérioration des teres de l échange des pays du Sud Bernard Conte el : conte@u-bordeau4.fr site web : http://conte.u-bordeau4.fr Les pays du Sud seraient inéluctableent frappés par la détérioration

Plus en détail

LA DEMI-VIE EN RADIOACTIVITE. UN OUTIL POUR RESOUDRE DES PROBLEMES

LA DEMI-VIE EN RADIOACTIVITE. UN OUTIL POUR RESOUDRE DES PROBLEMES LA DEMI-VIE EN RADIOACTIVITE. UN OUTIL POUR RESOUDRE DES PROBLEMES Groupe Mathéatiques et Sciences Physiques au Lycée IREM de Toulouse Michèle Fauré, Pierre López, Monique Mandleur, Monique Sosset Rédacteur

Plus en détail

Chapitre III: Les fondations

Chapitre III: Les fondations Chapitre III: Les fondations 1. Introduction Les fondations sont des ouvrages qui assurent la stabilité d'une construction, ainsi que la bonne transmission des sollicitations (charges) et leur diffusion

Plus en détail

nova La solution pour les techniques du bâtiment.

nova La solution pour les techniques du bâtiment. nova La solution pour les techniques du bâtient. Chères lectrices, chers lecteurs, Seul ce qui est utile au client a une raison d être sur le arché. Depuis plus de 25 ans, la philosophie de Plancal est

Plus en détail

Les pieux rainurés. Serge Borel. > Un principe et trois variantes opérationnelles

Les pieux rainurés. Serge Borel. > Un principe et trois variantes opérationnelles GEOTECHNICAL AND CIVIL ENGINEERING CONTRACTORS Les pieux rainurés Serge Borel Les pieux rainurés > Contexte et enjeux > Un principe et trois variantes opérationnelles > Modélisation du comportement > Pieux

Plus en détail

Gestion des contacts 3D pour une modélisation Eléments Discrets

Gestion des contacts 3D pour une modélisation Eléments Discrets Gestion es contacts 3D pour une moélisation Eléments Discrets Issa Sanni - Jérôme Fortin - Patrice Coorevits Laboratoire e Technologies Innovantes (EA - 3899) Université e Picarie Jules Verne 48 rue Ostene,

Plus en détail

L indice des prix à la consommation

L indice des prix à la consommation L indice des prix à la consoation Base 2004 Direction générale Statistique et Inforation éconoique 2007 L indice des prix à la consoation Base 2004 = 100 La Direction générale Statistique et Inforation

Plus en détail

II.2. La propagation du rayonnement solaire dans l atmosphère [15] :

II.2. La propagation du rayonnement solaire dans l atmosphère [15] : INTRODUCTION : Le rayonnement solaire qui arrive au sol se écomposer en eux parties : L une provient irectement u soleil (irect), l autre a été iffusée par l atmosphère (iffus). L atmosphère et la terre

Plus en détail

( ) ( ) U. c,e. Remarque : On s intéressera quasiment systématiquement à un système au repos dans le référentiel d étude. tot

( ) ( ) U. c,e. Remarque : On s intéressera quasiment systématiquement à un système au repos dans le référentiel d étude. tot herodnaique Le paragraphe I. est consacré à l introduction (d une partie) du vocabulaire de base de la therodnaique. Dans le paragraphe II., l étude d un sstèe particulier, le gaz parfait, peret une preière

Plus en détail

nova LA SOLUTION POUR LES TECHNIQUES DU BÂTIMENT.

nova LA SOLUTION POUR LES TECHNIQUES DU BÂTIMENT. nova LA SOLUTION POUR LES TECHNIQUES DU BÂTIMENT. Chères lectrices, chers lecteurs, Seul ce qui est utile au client a une raison d être sur le arché. Depuis plus de 25 ans, la philosophie de Plancal est

Plus en détail

MODELISATION DES COUTS DE MAINTENANCE : APPLICATION SUR L'INSTALLATION D'EXPERIMENTATION AIRIX

MODELISATION DES COUTS DE MAINTENANCE : APPLICATION SUR L'INSTALLATION D'EXPERIMENTATION AIRIX 3 e Conférence Francophone e MOélisation et SIMulation «Conception, Analyse et Gestion es Systèmes Inustriels» MOSIM 01 u 25 au 27 avril 2001 royes (France) MODELISAION DES COUS DE MAINENANCE : APPLICAION

Plus en détail

Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal

Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal 1 re B et C 5 Oscillations d'un pendule élastique horizontal 40 Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal 1. Définitions a) Oscillateur écanique * Un systèe écanique qui effectue un ouveent

Plus en détail

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012 MMIM Moèles mathématiques en informatique musicale Marc hemillier Master M2 tiam (Ircam), 2011-2012 Oracle es facteurs (logiciels improvisation OMax, ImproteK) - onstruction e l oracle o Liens suffixiels

Plus en détail

La direction chorale en bref

La direction chorale en bref La direction chorale en bref Guy Barblan Table des atières Introduction......................................... p.2 Le directeur......................................... p.2 La chorale..........................................

Plus en détail

LES EXTENSIONS RÉGIONALES ET LOCALES DE L ENQUÊTE LOGEMENT 2006 ÉCHANTILLONNAGE ET REPONDÉRATION

LES EXTENSIONS RÉGIONALES ET LOCALES DE L ENQUÊTE LOGEMENT 2006 ÉCHANTILLONNAGE ET REPONDÉRATION LES EXTENSIONS RÉGIONALES ET LOCALES DE L ENQUÊTE LOGEMENT 2006 ÉCHANTILLONNAGE ET REPONDÉRATION J. Le Guennec INSEE, pôle ingéniérie statistique ménages Problématique L INSEE réalise tous les quatre ans

Plus en détail

«Stratégies d investissement dans les obligations canadiennes et américaines»

«Stratégies d investissement dans les obligations canadiennes et américaines» Note «Stratégies d investisseent dans les obligations canadiennes et aéricaines» Nabil T. Khoury L'Actualité éconoique, vol. 53, n 1, 1977, p. 106-113. Pour citer cette note, utiliser l'inforation suivante

Plus en détail

Etude vibro-acoustique de machines synchrones à aimants à bobinage dentaire

Etude vibro-acoustique de machines synchrones à aimants à bobinage dentaire Conférence EF 11, Belfort, Décebre 11 Électrotechnique du Futur 14&15 décebre 11, Belfort Etude vibro-acoustique de achines synchrones à aiants à bobinage dentaire M. FAKAM, M. HECQUET, V. LANFRANCHI*,

Plus en détail

Conception d un Correcteur RST Adapté aux Consignes Sinusoïdales: Application à un Convertisseur AC/DC

Conception d un Correcteur RST Adapté aux Consignes Sinusoïdales: Application à un Convertisseur AC/DC Conception d un Correcteur RST dapté aux Consignes Sinusoïdales: pplication à un Convertisseur C/DC Saantha LCROIX Laboratoire de Génie Electrique de Paris LGEP / SPEE-Labs, CNRS UMR 857, SUPELEC, Université

Plus en détail

Estimations d erreur a priori de la méthode de Lagrange Galerkin pour les équations de type Kazhikhov Smagulov

Estimations d erreur a priori de la méthode de Lagrange Galerkin pour les équations de type Kazhikhov Smagulov Estiations d erreur a priori de la étode de Lagrange Galerkin pour les équations de type Kazikov Sagulov Jocelyn Étienne b,a Pierre Saraito a a LMC-IMAG, BP 53, 3841 Grenoble cedex b Adresse actuelle:

Plus en détail

Utilisation des paramètres pressiométriques

Utilisation des paramètres pressiométriques Utilisation des paramètres pressiométriques Relation entre p l et E M Ménard donne pour les sols cohérents les correspondances suivantes E M /p l < 5 argiles remaniées ou triturées 5

Plus en détail

CHAPITRE V FONDATIONS PROFONDES GCI 315 MÉCANIQUE DES SOLS II

CHAPITRE V FONDATIONS PROFONDES GCI 315 MÉCANIQUE DES SOLS II INTRODUCTION - GÉNÉRALITÉ Un pieu est un élément structural mince et profilé mis en place par fonçage ou battage et utilisé pour transmettre des charges en profondeur lorsque l utilisation de fondations

Plus en détail

Quelques notions de conductimétrie

Quelques notions de conductimétrie Quelques nots e conuctimétrie - Mobilité un Deux électroes planes, parallèles, e surface et istantes e sont reliées aux pôles un générateur alternatif (*). I Les surfaces sont en regar l une e l autre

Plus en détail

Six pattes pour gravir le podium

Six pattes pour gravir le podium OLYMPIADES DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR 11 Si pattes pour gravir le podiu Christian Garreau [1] Pour la preière finale nationale des Olypiades, le ercredi 11 ai 11 sur le site de PSA à Poissy, le preier

Plus en détail

CONDUCTIMÉTRIE 1. CONDUCTIVITÉ DE 3 ÉLECTROLYTES

CONDUCTIMÉTRIE 1. CONDUCTIVITÉ DE 3 ÉLECTROLYTES Travaux pratiques de chiie physique I Fournier Coralie, Chappuis Eilie Groupe E 5..29 CONDUCTIMÉTRIE. CONDUCTIITÉ DE ÉLECTROLYTES. But Déduire par conductiétrie si une solution d électrolytes suit la loi

Plus en détail

OBJECTIFS. I. A quoi sert un oscilloscope?

OBJECTIFS. I. A quoi sert un oscilloscope? OBJECTIFS Oscilloscope et générateur basse fréquence (G.B.F.) Siuler le fonctionneent et les réglages d'un oscilloscope Utiliser l oscilloscope pour esurer des tensions continues et alternatives Utiliser

Plus en détail

Mosaïque d images multi résolution et applications

Mosaïque d images multi résolution et applications Université Luière Lyon École Doctorale Inforatique et Mathéatiques de Lyon Nuéro : _ _ _ _ _ _ _ _ THESE pour obtenir le grade de Docteur en Inforatique présentée par Lionel Robinault Mosaïque d iages

Plus en détail

L étalonnage par traceur Compton, une nouvelle méthode de mesure primaire d activité en scintillation liquide

L étalonnage par traceur Compton, une nouvelle méthode de mesure primaire d activité en scintillation liquide PH. CASSEE L étalonnage par traceur Copton, une nouvelle éthode de esure priaire d activité en scintillation liquide he Copton source efficiency tracing ethod, a new standardization ethod in liquid scintillation

Plus en détail

DOSEUR PONDERAL DE GRANULES PLASTIQUES

DOSEUR PONDERAL DE GRANULES PLASTIQUES Concos Mines-Ponts filièe MP Session 008 DOSEUR PONDERAL DE GRANULES PLASTIQUES I - ETUDE DE LA FONCTION ALIMENTER ET MAINTENIR A NIVEAU LA TREMIE DU MACRO-PRODUIT I- Coane e l aspiate VACUPLAST Question

Plus en détail

ESSAIS DE CHARGEMENT DYNAMIQUES ET STATIQUES POUR FONDATIONS PROFONDES A L INES

ESSAIS DE CHARGEMENT DYNAMIQUES ET STATIQUES POUR FONDATIONS PROFONDES A L INES ESSAIS DE CHAGEMENT DYNAMIQUES ET STATIQUES POU FONDATIONS POFONDES A L INES Dynamic load testing and static compression test on fondation pile at the INES Jérôme GIPPON 1, aphaël DE TOUY 2 1 FANKI FONDATION

Plus en détail

Convention entre : Le Syndicat intercommunal pour l'assainissement de la Région de Pontoise Et La Communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise

Convention entre : Le Syndicat intercommunal pour l'assainissement de la Région de Pontoise Et La Communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise ANNEXE A LA DELIBERATION DU CONSEIL DU 29 MARS 211 Convention entre : Le Syndicat intercounal pour l'assainisseent de la Région de Pontoise Et La Counauté d'aggloération de Cergy-Pontoise Etude en-vue

Plus en détail

La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir!

La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir! La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir! Août 2015 Jaie Golobek Directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale Services consultatifs de gestion de patrioine CIBC

Plus en détail

IMPROTEK : INTÉGRER DES CONTRÔLES HARMONIQUES POUR L IMPROVISATION MUSICALE DANS LA FILIATION D OMAX

IMPROTEK : INTÉGRER DES CONTRÔLES HARMONIQUES POUR L IMPROVISATION MUSICALE DANS LA FILIATION D OMAX IMPROTEK : INTÉGRER DES CONTRÔLES HARMONIQUES POUR L IMPROVISATION MUSICALE DANS LA FILIATION D OMAX Jérôme Nika Ircam - Paris, puis Télécom ParisTech 46 rue Barrault - 75013 Paris jerome.nika@telecom-paristech.fr

Plus en détail

Le budget des ventes (méthodes de prévision)

Le budget des ventes (méthodes de prévision) ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Niveau : 3 ème année MGT Groupe : 2 Année Académique : 2011/2012 Module : Gestion Budgétaire Enseignant : KHERRI Abdenacer Site web : www.gb-ehec.jimdo.com Plan du

Plus en détail

EXERCICES DE. (version 2.0 Révision 2 du 13.05.2011)

EXERCICES DE. (version 2.0 Révision 2 du 13.05.2011) EXERCICES DE DYNAMIQUE (ersion. Réision du 3.5. Dynaique EXERCICE. Nieau : Lycée Auteur : Dhyne Miguël (8.8.4, iguel.dhyne@win.be Mots-clés : force, tension Un bloc de 7 [Kg] est attaché par deux cordes

Plus en détail

Placo, une solution pour chaque pièce de la maison.

Placo, une solution pour chaque pièce de la maison. Nvelles solutions pr les cobles www.ttplaco.co Placo, une solution pr chaque pièce de la aison. Décvrez des solutions qui rendent plus facile l aénageent de vos cobles. Transport et anutention facilités

Plus en détail

ETUDE DE L ATTENUATION DES ONDES ULTRASONORES. APPLICATION AU CONTROLE NON DESTRUCTIF DES

ETUDE DE L ATTENUATION DES ONDES ULTRASONORES. APPLICATION AU CONTROLE NON DESTRUCTIF DES N d ordre 006-ISA-009 Année 006 Thèse ETUDE DE ATTENUATION DES ONDES UTRASONORES. AIATION AU ONTROE NON DESTRUTIF DES SOUDURES EN AIER INOXYDABE AUSTENITIQUE présentée devant Institut National des Sciences

Plus en détail

6 Equations du première ordre

6 Equations du première ordre 6 Equations u première orre 6.1 Equations linéaires Consiérons l équation a k (x) k u = b(x), (6.1) où a 1,...,a n,b sont es fonctions continûment ifférentiables sur R. Soit D un ouvert e R et u : D R

Plus en détail

Premières res certifications des comptes. universités. étude organisée e par. l Association des agents comptables d universitd

Premières res certifications des comptes. universités. étude organisée e par. l Association des agents comptables d universitd Premières res certifications es comptes universités Journée e é étue organisée e par l Association es agents comptables universit universités et la Compagnie Nationale es Commissaires aux Comptes Journée

Plus en détail

Cours N4 - Saison 2011/2012. La dissolution des gaz : Mécanismes et facteurs favorisants.

Cours N4 - Saison 2011/2012. La dissolution des gaz : Mécanismes et facteurs favorisants. Cours N4 - Saison 2011/2012. 1 Plan du cours 1. Objectif / But 2. Rappels 3. La dissolution des gaz et les facteurs favorisants / La loi de Henry 4. Application à la saturation / désaturation 5. Conclusions

Plus en détail

SOLCYP Projet National de recherche sur le comportement des pieux soumis à des sollicitations cycliques

SOLCYP Projet National de recherche sur le comportement des pieux soumis à des sollicitations cycliques SOLCYP Projet National de recherche sur le comportement des pieux soumis à des sollicitations cycliques SOLCYP? un projet de recherche sur le comportement des pieux soumis à des sollicitations cycliques,

Plus en détail

Tolérance aux fautes-2 Serveurs à haute disponibilité

Tolérance aux fautes-2 Serveurs à haute disponibilité École Doctorale de Grenoble Master 2 Recherche Systèes et Logiciel Disponibilité des s Tolérance aux fautes-2 Serveurs à haute disponibilité Sacha Krakowiak Université Joseph Fourier Projet Sardes (INRIA

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DE FONDATIONS MIXTES SUR PIEUX BATTUS POUR UNE CENTRALE ELECTRIQUE A GAZ EN TUNISIE

DIMENSIONNEMENT DE FONDATIONS MIXTES SUR PIEUX BATTUS POUR UNE CENTRALE ELECTRIQUE A GAZ EN TUNISIE TERRASOL Rhône Alpes c/o Setec Immeuble l Orient 10 place charles Béraudier 69428 Lyon Cedex 3 France Tél. : +33 4 27 85 49 35 Fax : +33 4 27 85 49 36 Mèl : lyon@terrasol.com Site internet : www.terrasol.com

Plus en détail

Arrêté du 17 avril 2015 relatif à l agrément des modalités de prise en compte des systèmes Cylia et Xiros dans la réglementation thermique 2012

Arrêté du 17 avril 2015 relatif à l agrément des modalités de prise en compte des systèmes Cylia et Xiros dans la réglementation thermique 2012 MINISTÈRE DE L ÉOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURALE ET DE L ÉNERGIE Aénageent nature, logeent MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ _ Direction de l habitat, de l urbanise et

Plus en détail

TP4 : Focométrie des lentilles minces

TP4 : Focométrie des lentilles minces TP4 : Focométrie es lentilles minces Objectifs : Déterminer la nature (convergente CV ou ivergente DV) une lentille mince. Déterminer par ifférentes méthoes la istance focale image une lentille convergente

Plus en détail

Auto-évaluation d acquisition des connaissances

Auto-évaluation d acquisition des connaissances Section e Physique 25.09.2015 Auto-évaluation acquisition es connaissances Inications préalables : L objectif est une auto-évaluation u progrès concernant les connaissances acquises penant le cours. Ce

Plus en détail

APS 001-4 SYSMAC Séries C GRAFCET. Guide d'utilisation PMI/STA/6.12.96

APS 001-4 SYSMAC Séries C GRAFCET. Guide d'utilisation PMI/STA/6.12.96 APS 001-4 SYSMAC Séries C GRAFCET Guide d'utilisation PMI/STA/6.12.96 TABLE DES MATIERES Nouvelle édition décebre 1996 1 - LE GRAFCET 2 2 - RAPPEL des REGLES de BASE 3 2. 1 - Rèle d'alternance 3 2. 2 -

Plus en détail

UNIVERSITE DE SAAD DAHLED DE BLIDA. Faculté des Sciences de l Ingénieur Département d électronique MEMOIRE DE MAGISTER. Spécialité : Image et Parole

UNIVERSITE DE SAAD DAHLED DE BLIDA. Faculté des Sciences de l Ingénieur Département d électronique MEMOIRE DE MAGISTER. Spécialité : Image et Parole UNIVERSITE DE SAAD DAHLED DE BLIDA Faculté es Sciences e l Inénieur Départeent électronique MEMOIRE DE MAGISTER Spécialité : Iae et Parole Construction incréentale e l environneent u robot obile ATRV2

Plus en détail

Suspension arrière de la Voxan 1000 V2 ROADSTER

Suspension arrière de la Voxan 1000 V2 ROADSTER Partie 1 Suspension arrière de la Voxan 1000 V2 ROADSTER On utilise pour cela un modèle simplifié plan. 1.1. Colorié le document 1 pour faire apparaître les différentes classes d équivalence. 1.2. Réaliser

Plus en détail

a) b) c) d) Diffraction d une onde à la surface de l eau de longueur d onde λ par un diaphragme de taille d ; de a) à d) le rapport λ / d augmente

a) b) c) d) Diffraction d une onde à la surface de l eau de longueur d onde λ par un diaphragme de taille d ; de a) à d) le rapport λ / d augmente Chapitre 8 : DIFFRACTION 8-1 Introuction à la iffraction a) b) c) ) Diffraction une one à la surface e l eau e longueur one par un iaphragme e taille ; e a) à ) le rapport / augmente Le phénomène physique

Plus en détail