Refinancement des prêts hypothécaires des coopératives d habitation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Refinancement des prêts hypothécaires des coopératives d habitation"

Transcription

1 Refinancement des prêts hypothécaires des coopératives d habitation Questions et réponses Introduction Le but de ces questions et réponses est de fournir un survol général des principaux enjeux et d'établir les rôles et les responsabilités des différents intervenants, y compris les caisses de crédit, la Fédération de l'habitation coopérative du Canada (FHCC), les coopératives d'habitation et l'agence des coopératives d'habitation. Les questions ont été réparties en quatre sections. Renseignements généraux Le produit / le contexte (commun) L'Agence et FHCC La coopérative / l'emprunteur La caisse de crédit / le prêteur Certains commentaires, énoncés et rôles et responsabilités futurs de la FHCC et de l'agence exigent un examen et une entente, dont certains sont mentionnés dans ce document. La partie traitant du profil du produit et de la diligence raisonnable est fondée sur les documents et les lignes directrices types d'alterna Savings relatives aux prêts hypothécaires pour les immeubles résidentiels à logements multiples. La FHCC examinera et cernera les différences dans les documents par rapport aux offres comparables d'autres caisses de crédit et proposera des changements ou des gammes de produits hypothécaires, selon le cas. Les coopératives d'habitation bénéficiant d'un prêt hypothécaire indexé («PHI») et tout document qui concerne les coopératives financées dans le cadre de programmes autres que ceux de l'article 95 de la Loi nationale sur l'habitation ont été exclus du présent document. Ultérieurement, la FHCC et les caisses de crédit pourront mettre au point un modèle pour tenir compte des coopératives d'habitation qui ne sont pas financées dans le cadre de l'article 95. Un point majeur est l'incertitude qui entoure l'expiration des accords d'exploitation de la SCHL, notamment en ce qui concerne l'avenir des subventions au loyer. La FHCC et d'autres fournisseurs (comme les municipalités) font des démarches auprès des gouvernements pour accroître l'aide accordée aux résidents à faible revenu, afin d'assurer un volet de revenu stable pour les ménages à faible revenu. 1

2 Renseignements généraux 1. Q - Quels seront les caractéristiques, les prix et les limites de prêts de la nouvelle hypothèque multirésidentielle offerte par une caisse de crédit? R - La FHCC a collaboré avec deux caisses de crédit canadiennes pour concevoir un produit hypothécaire qui répond au besoin d'une coopérative d'habitation de l'article 95 qui veut refinancer son prêt hypothécaire avec la SCHL et disposer de fonds additionnels pour les réinvestir dans ses bâtiments (formule «taux mixte et prolongation»). Après des discussions préliminaires, les lignes directrices générales suivantes ont été proposées : Hypothèques de premier rang seulement minimum de 1 million de dollars. Les montants inférieurs seront considérés seulement exceptionnellement. Échéance de cinq ans. Période d'amortissement pouvant aller jusqu'à ans, selon l'âge, l'état et d'autres facteurs de risque déterminés. Frais de traitement et commission d'engagement - 0,50 p. cent du montant du prêt hypothécaire avec un minimum de $; la composante des frais de traitement de 0,25 p. cent est payable au moment de la demande de crédit et la composante de la commission d'engagement de 0,25 p. cent peut être amortie pendant la durée de la facilité de crédit. Frais de renouvellement - 0,25 p. cent du solde du prêt hypothécaire à la date de renouvellement. Le plafonnement du ratio prêt/valeur à 75 p. cent, où la valeur de la propriété sera basée sur le montant le moins élevé de (a) la valeur d'expertise ou (b) la «méthode du revenu» en utilisant un revenu stabilisé/confirmé et un taux de capitalisation (taux d'intérêt). Un financement disponible pour la rénovation et l'amélioration des bâtiments qui augmentera le montant du nouveau prêt hypothécaire. Le ratio minimum de service de la dette («RSD») de 1,2x basé sur un «test de tension» et un amortissement de 25 ans du taux d'intérêt fixé, plus 2 p. cent (pas moins de 7 p. cent au total). La définition du RSD, compte tenu de la nature «sans but lucratif» des coopératives, a été modifiée pour tenir compte des revenus discrétionnaires et des revenus non discrétionnaires, comme les contributions discrétionnaires aux «réserves pour le remplacement des immobilisations». 2

3 Les hypothèques sur propriété louée à bail seront étudiées seulement exceptionnellement. Pour être étudié en vue d'un refinancement, le bail doit durer au moins cinq ans de plus que la période d'amortissement du prêt hypothécaire. Le prêteur se réserve le droit de syndiquer des prêts hypothécaires plus élevés. 2. Q -Outre l'augmentation du principal du prêt hypothécaire, y a-t-il d'autres raisons pour lesquelles les coopératives de l'article 95 devraient envisager le refinancement avec un prêteur hypothécaire conventionnel? R - Oui. Il y a plusieurs raisons, notamment : Les coopératives ne peuvent pas refinancer leurs prêts hypothécaires de la SCHL en ayant recours au Programme de prêt direct de la SCHL une fois que la période des subventions fédérales de 35 ans a pris fin. Il leur faut donc une solution de financement de rechange. Un réinvestissement pour apporter des améliorations aux bâtiments est souhaitable avant l'expiration du prêt hypothécaire actuel de 35 ans. Avec la disponibilité d'un financement hypothécaire additionnel, on peut apporter des améliorations immédiatement. La coopérative peut bénéficier des économies d'échelle et les paiements peuvent être répartis pendant la durée du prêt hypothécaire. 3. Q - Quels critères précis une caisse de crédit exigera-t-elle d'une coopérative pour lui consentir un prêt hypothécaire conventionnel pour un immeuble résidentiel à logements multiples en remplacement de son prêt hypothécaire direct actuel avec la SCHL? R - Les prêteurs conventionnels, y compris les caisses de crédit, adhèrent à une série de lignes directrices types liées à la souscription et à l'approbation des prêts hypothécaires pour les immeubles résidentiels à logements multiples. Les politiques suivantes décrivent les exigences d'admissibilité générales au prêt hypothécaire et la documentation concernant la diligence raisonnable qu'une coopérative devra fournir : Un examen des «Rapports d'évaluation des risques» de l'agence pour les trois années précédentes et une recommandation positive de la FHCC. Les états financiers et les rapports financiers et d'évaluation des risques pour les trois années précédentes, ainsi qu'un registre des loyers actuels et les prévisions financières pendant au moins cinq ans ou la première échéance du prêt hypothécaire, selon l'échéance la plus longue. Il faut aussi les prévisions du fonds de réserve d'immobilisations pour l'ensemble de la période d'amortissement du nouveau prêt hypothécaire. 3

4 Une évaluation satisfaisante de l'agence et de la caisse de crédit relativement à la qualité de la «gestion immobilière», y compris les antécédents, l'expertise, les procédures et la connaissance de diverses lois et mesures législatives. Une évaluation immobilière descriptive, ne dépassant pas un an, effectuée par une firme d'évaluation agréée par l'aaci qui serait acceptable à la caisse de crédit. Un récent rapport de l'état du bâtiment (moins d'un an) qui précise : (a) les lacunes et les défauts importants, (b) les problèmes liés à l'entretien reporté et le coût estimatif pour y remédier, (c) les infractions au code du bâtiment, et (d) un plan pour la réserve de remplacement pour la première échéance de cinq ans de l'hypothèque. La confirmation d'un fonds de réserve d'immobilisations suffisant pour entretenir les bâtiments de façon continue en fonction du dernier rapport du bâtiment effectué par un ingénieur-conseil. Un rapport d'évaluation environnementale de niveau 1, réalisé pas plus de trois ans avant la date de financement prévue, comprenant les coûts requis pour remédier à tout problème connu. La confirmation d'une assurance pour le nouveau montant du prêt. La caisse de crédit prêteuse sera désignée le bénéficiaire dans les nouvelles polices d'assurance respectives. Un rapport sur les logements vacants confirmant que le taux est stabilisé par rapport au taux d'inoccupation le plus récent de la SCHL pour des bâtiments semblables dans la même ville. En général, un taux d'inoccupation supérieur à 5 p. cent est considéré insatisfaisant. D'autres preuves de diligence raisonnable et documents peuvent être exigés par les caisses de crédit individuelles dans le cadre de leurs processus d'étude des dossiers. L'acceptation par la coopérative d'un suivi continu de sa gestion financière et du rendement de son plan de remplacement des immobilisations pendant la période d'amortissement. 4. Q -Le taux d'intérêt sera-t-il plus élevé que celui exigé actuellement dans le cadre du programme de la SCHL? R Le Programme de prêt direct de la SCHL applique des taux inférieurs à ceux offerts aux autres emprunteurs de prêts commerciaux. Le taux d'intérêt de ce programme dépendra des taux courants du marché au moment où le nouveau prêt hypothécaire conventionnel est approuvé et de facteurs tels que : 4

5 le ratio prêt-valeur l'état physique et l'emplacement du bâtiment l'historique du rendement financier et la gestion des réserves la capacité d'assurer le service de la dette la gestion et la gouvernance historique et actuelle de la coopérative et des bâtiments. 5. Q - Quels sont les autres critères pour participer à ce programme? R Voici les critères pour une participation volontaire au projet pilote : la coopérative est membre de la caisse de crédit qui assure le financement elle est administrée dans le cadre du programme de l'article 95 de la SCHL elle a une situation financière stable et un fonds de roulement positif elle respecte son accord d'exploitation elle est membre de la FHCC et cliente de l'agence. La FHCC jouera un rôle directeur au niveau des communications et de la mise en marché de ce nouveau produit hypothécaire, y compris une aide directe fournie aux coopératives pour les aider à se préparer pour le processus de diligence raisonnable et de demande de prêt. 6. Q - Faudra-t-il modifier la police d'assurance en raison du changement d'un prêt de la SCHL à un prêt hypothécaire conventionnel avec une caisse de crédit? R - Non. Presque toutes les 900 coopératives membres de la FHCC souscrivent à un programme d'assurance commerciale complet offert par la FHCC en collaboration avec la compagnie Co-operators. Les conditions de cette assurance sont reflétées dans les normes minimales de l'agence. Ces normes continueront de s'appliquer. À des fins d'éclaircissement, les garanties suivantes sont requises : assurance contre la perte des droits d'occupation responsabilité civile 5

6 garantie globale ou assurance détournement et vol responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants coût de remplacement garanti. La protection du programme d'assurance commerciale actuel comprend le «coût de remplacement garanti». Cette protection est aussi importante pour un prêteur conventionnel «garanti» signifie que le montant serait suffisant pour couvrir le coût complet de reconstruction dans l'éventualité d'un sinistre, même s'il dépassait la limite prévue dans la police. Avec cette protection, il n'y a pas de clause de «coassurance», de sorte que la coopérative n'est pas obligée d'assumer une partie (en général 10 p. cent) des coûts de reconstruction. Veuillez consulter la section des questions et réponses de l'agence sur l'assurance des coopératives d'habitation pour en savoir plus au sujet des exigences d'assurance. L'Agence et la FHCC 1. Q - Quel est le rôle actuel de l'«l Agence des coopératives d habitation» («l'agence»), tel que défini dans l'entente conclue entre la Société canadienne d'hypothèques et de logement («SCHL») et l'agence? R Conformément à l'entente conclue le 3 mai 2005, l'agence offre certains services de gestion du portefeuille relativement aux programmes de coopératives d'habitation financés par la SCHL qui sont largement décrits comme suit : (a) préserver l'investissement du prêteur dans l'actif des bâtiments des coopératives d'habitation, et (b) s'assurer que les fonds publics engagés pour appuyer les objectifs des programmes sont utilisés de manière efficiente comme prévu et qu'ils sont bien comptabilisés. L'Agence remplit ce mandat en offrant un large éventail de services de surveillance, de rapports et de redressement, y compris : remplacer la SCHL comme entité réglementaire pour certaines des 600 coopératives d'habitation financées par le gouvernement fédéral à l'île-du-prince-édouard, en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique aider les coopératives à comprendre leur(s) programme(s) de financement veiller à la conformité aux accords d'exploitation des coopératives aider les coopératives en difficulté à élaborer des plans de sauvetage financier qui devront être approuvés par la SCHL 6

7 offrir un service pour permettre aux coopératives de partager leurs pratiques exemplaires. Veuillez noter que l'agence est une coopérative dont l'unique membre est la FHCC. Même si la FHCC nomme tous les administrateurs de l'agence, cette dernière fonctionne indépendamment de la FHCC. 2. Q - Quels services sont offerts actuellement par l'agence conformément à l'entente avec la SCHL et lesquels de ces services seraient maintenus dans le cadre d'une nouvelle entente avec la FHCC? R Les activités offertes par l'agence en lien avec l'analyse de solvabilité et le suivi du rendement de l'emprunteur seront maintenues par la FHCC dans le cadre d'une nouvelle entente de service entre la FHCC, les caisses de crédit et l'emprunteur. Toutefois, le rôle de l'agence à titre d'organe de réglementation au nom de la SCHL cessera quand l'accord d'exploitation d'une coopérative avec la SCHL prendra fin. La FHCC cherchera à équilibrer les exigences de base de tous les intervenants, à maintenir les services qui offrent une valeur ajoutée importante aux coopératives et à satisfaire aux exigences de gestion des risques des caisses de crédit. Les activités générales suivantes figureront dans la liste initiale des services qui continueront d'être offerts : Offrir des services pour prévenir les manquements aux obligations hypothécaires. Effectuer des inspections physiques inspections visuelles aux deux ans et une inspection physique complète si l'inspection visuelle ou l'analyse de conformité annuelle indique qu'une analyse est nécessaire, laquelle sera effectuée aux frais de la coopérative. Surveiller la gestion et les retraits de la réserve de remplacement. Remplir une déclaration annuelle de renseignements à l'aide des états financiers annuels vérifiés. Effectuer des examens sur place si l'évaluation des risques de la coopérative ou d'autres indicateurs ont soulevé des préoccupations au niveau de la conformité, par exemple : a) examiner les livres et les dossiers b) rencontrer le conseil, le gestionnaire et/ou les comités de la coopérative c) inspecter l'immeuble et les logements 7

8 d) effectuer d'autres examens et analyses, si nécessaire e) préparer un rapport d'examen sur place pour le conseil. Préparer un rapport annuel pour la coopérative qui renferme des données comparatives montrant son rendement par rapport au rendement moyen de coopératives semblables. Certaines autres fonctions liées à la participation de la SCHL prendront fin à la suite du refinancement structuré par une caisse de crédit. Subventions : ces coopératives ne reçoivent plus d'aide hypothécaire, seulement une aide assujettie au contrôle du revenu (AACR), qu'elles reçoivent sous la forme d'un montant forfaitaire mensuel et qu'elles distribuent parmi leurs ménages en fonction de la vérification du revenu. Le montant est calculé en se fondant sur le taux d'intérêt hypothécaire que la coopérative paierait si elle participait au Programme de prêt direct de la SCHL. Les ménages à faible revenu dans la coopérative continueront de recevoir des subventions jusqu'à l'expiration de l'accord d'exploitation actuel de la coopérative avec la SCHL. 3. Q - La FHCC assumera-t-elle des responsabilités qui relèvent actuellement de l'agence pour le compte de la SCHL? R - Oui. À l'heure actuelle, l'agence doit prendre les mesures nécessaires pour atténuer les risques que court la SCHL au sein du portefeuille, ainsi que pour offrir des services de gestion des cas de défaut. Ces responsabilités seront assumées par la FHCC. En plus du rôle de gestion des risques, la FHCC consultera et avisera les coopératives individuelles sur la façon d'obtenir un financement hypothécaire conventionnel auprès de la caisse de crédit et les aidera dans le processus de demande. 4. Q - L'Agence continuera-t-elle d'offrir tous les services de surveillance, de rapports et de redressement qu'elle offre actuellement à contrat à la SCHL lorsque les caisses de crédit remplaceront la SCHL à titre de prêteur hypothécaire? R - Oui. L'Agence continuera de surveiller et de faire rapport à la SCHL jusqu'à ce que l'accord d'exploitation de la coopérative prenne fin. La FHCC négociera une entente avec l'agence en vue de fournir des services semblables qui seront partagés, en vertu d'une entente-cadre, avec les caisses de crédit qui détiennent les prêts hypothécaires des coopératives d'habitation. La FHCC pourrait éventuellement choisir d'assumer une partie ou la totalité de ces fonctions à l'interne. 8

9 5. Q - Le coût des services offerts par l'agence est actuellement financé par la SCHL. Comment le coût du maintien de ces services pour les prêts hypothécaires des caisses de crédit sera-t-il payé et au moyen de quel mécanisme administratif? R La FHCC négociera une entente de rémunération à l'acte directement avec l'agence, dont le coût sera assumé par la FHCC et financé par le prêteur hypothécaire. Le mécanisme administratif pour récupérer ces coûts d'utilisateur sera une échelle mobile des frais initiaux exigés aux coopératives au moment de la signature, fondée sur le montant total du nouveau prêt hypothécaire de premier rang. Le pourcentage des frais sera plafonné à 1 p. cent pour les prêts de plus de 4 millions de dollars. Coopérative d'habitation - Refinancement avec une caisse de crédit 1. Q - Quel avantage y a-t-il à refinancer un prêt hypothécaire de la SCHL avec une caisse de crédit? R - Le transfert de la SCHL à un prêteur hypothécaire conventionnel est une solution de rechange pour chercher à obtenir un financement de deuxième rang pour rénover ou améliorer les bâtiments. L'obtention d'un financement de deuxième rang peut s'avérer difficile pour un certain nombre de raisons, notamment : Les taux d'intérêt exigés pour les prêts hypothécaires de «deuxième rang» à l'égard des bâtiments sont plus élevés que ceux consentis pour les prêts hypothécaires de premier rang. Les coûts du service de la dette pour un prêt hypothécaire de premier rang augmenté seraient inférieurs. La SCHL n'offre pas de prêts directs dans ces cas et son approbation est requise pour qu'une coopérative puisse emprunter auprès d'un prêteur de deuxième rang approuvé en vertu de la LNH, comme une banque ou une caisse de crédit. Pendant la durée de son accord d'exploitation, une coopérative ne peut hypothéquer ou grever toute partie de ses bâtiments, à moins d'obtenir au préalable l'approbation écrite de son prêteur et de la SCHL. Les prêteurs qui offrent des prêts hypothécaires de deuxième rang peuvent exiger une assurance hypothécaire de la SCHL. Alors que le risque réduit pour le prêteur permettra d'obtenir un meilleur taux d'intérêt, (a) la SCHL exigera des frais de traitement par logement, même si elle décide de ne pas assurer le prêt de deuxième rang, et (b) un pourcentage de la prime pour le prêt hypothécaire doit être payé si le prêt est consenti. 9

10 2. Q - Quel sera le coût supplémentaire total pour une coopérative qui rembourse son prêt hypothécaire à la SCHL pour contracter une hypothèque multirésidentielle conventionnelle? R - Une feuille de calcul en format Excel permettra de calculer la différence entre le financement de la SCHL et celui d'un prêteur conventionnel en tenant compte de toutes les variables, dont : le montant augmenté du prêt hypothécaire de premier rang la différence de taux d'intérêt et les frais les économies réalisées sur un financement de deuxième rang dont le taux d'intérêt est plus élevé qui seraient requises pour rénover ou effectuer les réparations nécessaires. Les coopératives pourraient également calculer l'impact de l'autofinancement des réparations majeures au moyen d'une hausse des droits d'occupation des membres. 3. Q - Est-ce que des lignes directrices en matière d'admissibilité ont été établies pour les coopératives qui cherchent à refinancer leur prêt hypothécaire avec une caisse de crédit? R - Pour être admissible à un prêt hypothécaire conventionnel financé par une caisse de crédit, les coopératives devront satisfaire aux exigences minimales suivantes : être membre d'une caisse de crédit dans la province dans laquelle la coopérative est située ou en devenir membre être membre de la FHCC et, le cas échéant, de la fédération locale de coopératives d'habitation avoir un prêt hypothécaire existant de la SCHL relevant de l'article 95 (avant 1986) avoir un historique de rendement financier et un fonds de roulement positif stable être en conformité avec l'accord d'exploitation de la coopérative avec la SCHL. 4. Q En ce qui concerne la «politique relative aux revenus d'exploitation nets» pour les coopératives de l'article 95, y a-t-il des avantages à passer d'un prêt de la SCHL à un prêt hypothécaire conventionnel? R - Présentement, les lignes directrices de l'article 95 exigent que les «revenus de fonctionnement nets» (qui comprennent «l'aide assujettie à un contrôle du revenu subventions pour les ménages à fiable revenu) soient affectés dans l'ordre suivant : 10

11 a) pour réduire ou effacer les déficits de fonctionnement de l'année précédente b) ajoutés au fonds de la réserve de remplacement pour éviter d'avoir à emprunter pour des réparations c) ajoutés au fonds de surplus de subventions (considéré comme une réserve devant être utilisée à des fins spéciales et qui n'est pas utilisée dans le calcul de la solvabilité). Les affectations (a) et (b) sont la meilleure façon d'utiliser les fonds de surplus peu importe le scénario. Les sommes ajoutées au fonds de subventions (c) dans le cadre de l'article 95 doivent être remises à la SCHL si le solde dépasse 500 $ par logement en plus des intérêts ET si le nombre de membres ayant besoin d'une aide assujettie à un contrôle du revenu diminue. La fin de l'accord d'exploitation de la coopérative, en plus d'un financement conventionnel, élimine la complexité de la gestion du fonds de surplus des subventions et encourage les surplus annuels pour se protéger contre les dépenses imprévues. 5. Q -À quels éléments de la déclaration annuelle de renseignements («DAR») le nouveau prêteur s'attardera-t-il dans le cadre de son processus initial de souscription de prêt hypothécaire et dans les examens périodiques? R - La caisse de crédit prêteuse se concentrera sur les mêmes données et analyses financières que celles exigées par la SCHL, notamment le ratio de liquidité et le ratio de revenu net, la gestion des réserves et leur financement suffisant, et les dépenses d'entretien des bâtiments. 6. Q - Lorsque la SCHL ne sera plus dans le dossier, est-ce qu'une DAR et une inspection visuelle seront requises aux deux ans? R - Oui. Après des discussions avec certaines caisses de crédit et l'agence, il a été convenu que la DAR, que chaque coopérative doit remettre à l'agence, et les inspections physiques régulières sont d'excellents outils de gestion. La DAR renferme de l'information cruciale pour les conseils des coopératives et les prêteurs, ainsi que pour analyser et évaluer les niveaux de risque des coopératives et réagir de façon proactive aux changements dans le niveau de risque. 7. Q -Quelle incidence les renseignements de la DAR et surtout la «vérification annuelle des risques» auront-ils sur le taux d'intérêt exigé par la caisse de crédit prêteuse? R - Les caisses de crédit prêteuses établissent les taux d'intérêt hypothécaires en fonction du coût de leurs fonds pour la durée demandée, en ajoutant une prime au risque fondée sur les circonstances financières de l'emprunteur et l'état des bâtiments. Un prêteur fera preuve de 11

12 diligence raisonnable et la DAR sera prise en compte dans le processus de souscription. La cote de risque composite de la DAR permet de savoir si la coopérative fonctionne bien. 8. Q -Quel degré de confidentialité existera-t-il entre la caisse de crédit prêteuse, l'agence et la FHCC en ce qui concerne l'échange de renseignements? R - Les politiques actuelles en matière «de confidentialité et d'accès à l'information» de l'agence et de la FHCC continueront de s'appliquer. Le formulaire de «consentement au partage de renseignements» qui autorise l'agence à partager des renseignements sera modifié pour y inclure la caisse de crédit prêteuse. Comme c'est le cas actuellement, le formulaire de consentement n'autorise pas et n'autorisera pas le partage de tout renseignement personnel concernant les particuliers. Caisse de crédit Prêteur 1. Q -En quoi l'attribution de prêts hypothécaires multirésidentiels aux coopératives de l'article 95 est-elle une bonne occasion pour les caisses de crédit? R - La FHCC, l'association nationale regroupant environ 900 coopératives d'habitation ( logements) à l'extérieur du Québec, présente les statistiques suivantes : deux tiers des 900 coopératives d'habitation sont situées en Ontario 80 p. cent des coopératives d'habitation canadiennes sont membres de la FHCC 95 p. cent des coopératives d'habitation de l'ontario sont membres de la FHCC un pourcentage important de celles-ci ont été financées dans les années 1980 dans le cadre d'accords d'exploitation de 30 à 35 ans et de prêts hypothécaires à échéances de cinq ans un petit nombre ont été transférées à l'administration provinciale; toutefois, 90 p. cent sont encore administrées au palier fédéral la majorité de celles-ci sont financées directement par la SCHL et ont déjà passé le cap des 25 ans la FHCC estime que le solde du portefeuille des prêts hypothécaires de l'article 95 au Canada se chiffre à 1,0 milliard de dollars, dont 600 millions sont administrés par l'agence. Ce montant, si on y ajoute les nouveaux fonds pour l'expansion et les rénovations, pourrait raisonnablement augmenter jusqu'à 3,0 ou 4,0 milliards de dollars d'ici cinq ans. 12

13 L'occasion qui s'offre aux caisses de crédit est basée sur la nécessité d'un important investissement en capital dans de nombreux bâtiments pour financer des projets de rénovation et d'amélioration. Puisque la SCHL souhaite être remboursée, les caisses de crédit ont la possibilité d'offrir des prêts hypothécaires de premier rang plus élevés à des coopératives financièrement stables et bien gérées. 2. Q Les coopératives qui ont contracté un prêt hypothécaire avec la SCHL bénéficient d'un large éventail de services de suivi et de mesures correctives offerts par l'agence et la FHCC. Ces services d'atténuation des risques seront-ils retirés si le prêt hypothécaire de la SCHL est remboursé, augmentant potentiellement le profil de risque de l'emprunteur de la perspective d'un nouveau prêteur conventionnel? R -La valeur de la contribution de l'agence et de la FHCC au succès de ces coopératives est importante et le maintien de leur rôle sera considéré comme une valeur ajoutée significative par les caisses de crédit et d'autres prêteurs conventionnels multirésidentiels. Le présent document présente un éventail préliminaire des fonctions de l'agence et de la FHCC qui peuvent être transférées légalement et de façon pratique lorsque le prêt hypothécaire de la SCHL sera remboursé et que l'accord d'exploitation prendra fin. D'autres discussions seront requises pour raffiner les rôles et les responsabilités des différents intervenants qui pourraient procurer d'autres bénéfices nets à la coopérative. La FHCC recommande que les caisses de crédit adoptent le plus de contenus, de conditions et d'exigences de suivi qu'il leur est légalement possible d'accepter dans les clauses du prêt hypothécaire. Une annexe au document hypothécaire principal serait pratique. 3. Q -Quelles sont les exigences importantes pour les coopératives de l'article 95 que les caisses de crédit devraient connaître et qui disparaîtront avec un prêt hypothécaire conventionnel sans la SCHL? R - D'abord, lorsque les politiques de l'article 95 et l'accord d'exploitation de la SCHL ne s'appliqueront plus après l'expiration de l'accord d'exploitation existant des coopératives, ces dernières devront se conformer aux lois et aux règlements provinciaux qui régissent la façon dont elles louent leurs logements. Une copie des Lignes directrices en langage clair visant le programme des coopératives d'habitation antérieures à 1986 relevant de l'article 95 est annexée à des fins de référence. Ces lignes directrices offrent un aperçu général des procédures types en matière de gestion, de gouvernance, d'administration, d'accords d'exploitation et de rapports. 13

14 De plus, certaines des règles et lignes directrices de la politique de l'article 95 administrées par l'agence sont excellentes. Même si l'agence n'aurait plus le pouvoir de prendre des mesures correctives, elle surveillera et signalera à la FHCC les conditions inacceptables observées, qui communiquera avec la caisse de crédit selon le cas : Clause 2.3 Mauvaise gestion Si la coopérative n'entretient pas et ne répare pas ses bâtiments conformément aux normes de gestion professionnelles de manière à amener les risques de fonctionnement en dessous des niveaux acceptables, l'agence peut exiger que la coopérative apporte des changements à sa direction. Clause 2.6 Faible gouvernance Si l'agence croit que la coopérative ne satisfait pas aux normes de gouvernance, elle peut demander à la coopérative (a) d'obtenir une formation pour les membres du conseil (b) d'exiger de ses administrateurs qu'ils démissionnent s'ils manquent à leurs obligations (c) d'organiser des élections pour combler les postes d'administrateurs inoccupés et/ou (d) de nommer des administrateurs temporaires de l'extérieur de la coopérative. Article 10.0 Réserve de remplacement À l'heure actuelle, la coopérative doit avoir un fonds de réserve de remplacement pour remplacer ou réparer les immobilisations. Les prêteurs conventionnels exigeront un plan de remplacement qui sera examiné annuellement afin d'assurer un financement suffisant puisque la contribution annuelle aura une incidence directe sur le budget et les droits d'occupation. La caisse de crédit prêteuse peut exiger des réserves plus élevées pour les dépenses d'immobilisations qui auront une incidence sur la couverture du service de la dette. 4. Q -Est-ce que l'aide fédérale accordée conformément à l'article 12.0 des Lignes directrices visant l'article 95 sera maintenue si le prêt de la SCHL est remboursé? La clause 12.3 précise que, s'il n'y a pas de prêt, l'aide est calculée sur une période de 35 ans ou en fonction de la durée de vie utile des bâtiments si elle est inférieure à 35 ans. R - Lorsque les coopératives de l'article 95 ont été construites, elles ont bénéficié de deux types de subventions. La première était une subvention hypothécaire globale et l'autre une «aide assujettie à un contrôle du revenu» pour leurs ménages à faible revenu. La subvention hypothécaire globale devait diminuer (plus nécessaire maintenant) à mesure que le temps passe («diminution graduelle») et elle était révisée à la baisse à la fin de chaque échéance de cinq ans. Dans le cycle de vie actuel des coopératives de l'article 95, toute l'aide fédérale est utilisée pour l'aide assujettie à un contrôle du revenu. 14

Les coopératives d habitation vieillissantes ont besoin de nouveaux capitaux pour effectuer des réparations, des

Les coopératives d habitation vieillissantes ont besoin de nouveaux capitaux pour effectuer des réparations, des Un nouveau programme de prêt hypothécaire pour les coopératives de l Article 95 But du programme Les coopératives d habitation vieillissantes ont besoin de nouveaux capitaux pour effectuer des réparations,

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC

GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC ÉTABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES CANADIENNES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) SCHL Décembre 2014 Le Centre d administration

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

Vivre selon nos moyens : des solutions abordables pour les coopératives d'habitation du Canada

Vivre selon nos moyens : des solutions abordables pour les coopératives d'habitation du Canada Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires de 2014 Vivre selon nos moyens : des solutions abordables pour les coopératives d'habitation du Canada Nicholas

Plus en détail

ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR PROPRIÉTAIRES-OCCUPANTS VISANT À FAVORISER LA PRODUCTION DE LOGEMENTS INDIVIDUELS ABORDABLES

ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR PROPRIÉTAIRES-OCCUPANTS VISANT À FAVORISER LA PRODUCTION DE LOGEMENTS INDIVIDUELS ABORDABLES ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR PROPRIÉTAIRES-OCCUPANTS VISANT À FAVORISER LA PRODUCTION DE LOGEMENTS INDIVIDUELS ABORDABLES Assurance SCHL pour propriétaires-occupants s appliquant aux logements individuels

Plus en détail

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5 Bureau du surintendant des institutions financières Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS Annexe I017 - Page 1 de 5 FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS 1 Les déboursés relatifs aux allocations accordées du fonds des immobilisations sont financés à long terme par des émissions

Plus en détail

Ligne directrice. Critères de prêts commerciaux. N o : E-2 Date : Juin 1992

Ligne directrice. Critères de prêts commerciaux. N o : E-2 Date : Juin 1992 Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT

PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT Version du 18 septembre 2015 NOTE AU LECTEUR Le Programme de protection contre est entré en vigueur le 15 octobre 2001 (2001, G.O. 1, 1113).

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires CHAMP D APPLICATION

Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires CHAMP D APPLICATION Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires PARTIE I PARTIE II PARTIE III PARTIE IV CHAMP D APPLICATION DÉFINITIONS POLITIQUE DE PLACEMENT INFORMATION

Plus en détail

L achat d une première résidence

L achat d une première résidence L achat d une première résidence Pascal Poirier B.A.A Spécialiste en planification hypothécaire POUR DIFFUSION INTERNE SEULEMENT Ordre du jour Hypothèque, buts Principes de base Mise de fonds et frais

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE AUX ENTREPRISES DE GRANDS GIBIERS

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE AUX ENTREPRISES DE GRANDS GIBIERS PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE AUX ENTREPRISES DE GRANDS GIBIERS NOTE AU LECTEUR Le Programme d aide financière est entré en vigueur le 1 er septembre 2006 (2006, G.O. 1, X ). Version du 1 er septembre 2006

Plus en détail

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Dans le cadre des efforts soutenus du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE REDDITION DE COMPTES POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2014-2015

PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE REDDITION DE COMPTES POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2014-2015 PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE REDDITION DE COMPTES POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2014-2015 1 PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO

Plus en détail

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts.

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts. AVIS DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS CONCERNANT LES PRÊTS À EFFET DE LEVIER LORS D ACHAT DE TITRES D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF ET DE FONDS DISTINCTS Référence : Bulletin de l Autorité : 2009-10-09,

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES Objet Le comité de gouvernance et de ressources humaines du conseil d administration est établi par la Société d évaluation foncière des municipalités

Plus en détail

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010 Liste de vérification Partie A Exigences législatives en matière de politique sur les liquidités La caisse a t elle établi une politique relative à ses liquidités? Par. 85(1) de la Loi. La politique sur

Plus en détail

Aperçu de la délivrance des permis aux foyers de soins de longue durée

Aperçu de la délivrance des permis aux foyers de soins de longue durée Aperçu de la délivrance des permis aux foyers de soins de longue durée Préparé pour les séances de formation du ministère, des exploitants des FSLD et des RLISS Mars-avril 2015 Objectifs Donner un aperçu

Plus en détail

1 er janvier 2015 CAISSE DE PENSION BERNOISE. Règlement sur les hypothèques

1 er janvier 2015 CAISSE DE PENSION BERNOISE. Règlement sur les hypothèques 1 er janvier 2015 CAISSE DE PENSION BERNOISE Règlement sur les hypothèques Table des matières Table des matières 2 Définitions et abréviations 3 Préambule 4 Art. 1 Champ d'application et but 4 Art. 2 Ressources

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

ouvrir De ...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

ouvrir De ...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL ouvrir De nouvelles portes aux logements abordables...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL 65404 À titre d organisme national responsable de l habitation, la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif»)

RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif») RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif») Les régimes d'épargne-retraite individuels (les «régimes») prévus par le régime collectif sont établis par la Sun Life du Canada, compagnie d'assurance-vie

Plus en détail

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 222 MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 RÉSUMÉ Ce mémoire présente les observations de Genworth Financial Canada («Genworth») au

Plus en détail

ATTENDU QUE l article 960.1 du Code municipal du Québec, un règlement de cette nature doit indiquer :

ATTENDU QUE l article 960.1 du Code municipal du Québec, un règlement de cette nature doit indiquer : CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU HAUT SAINT FRANÇOIS MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HAMPDEN RÈGLEMENT NUMÉRO 110-34 DÉCRÉTANT LA DÉLÉGATION DE COMPÉTENCE DE LA PART DU CONSEIL À LA DIRECTRICE GÉNÉRALE / SECRÉTAIRE

Plus en détail

PROGRAMME ACCÈSLOGIS QUÉBEC. Directives relatives aux coûts définitifs de réalisation à l intention de l auditeur indépendant

PROGRAMME ACCÈSLOGIS QUÉBEC. Directives relatives aux coûts définitifs de réalisation à l intention de l auditeur indépendant PROGRAMME ACCÈSLOGIS QUÉBEC Directives relatives aux coûts définitifs de réalisation à l intention de l auditeur indépendant Décembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 1. Objectif du programme 3 2. État audité des

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO L-10572. Adopté le 2 juin 2003

RÈGLEMENT NUMÉRO L-10572. Adopté le 2 juin 2003 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVAL MISE EN GARDE : Cette codification a été préparée uniquement pour la commodité du lecteur et n a aucune valeur officielle. Aucune garantie n est offerte quant à l exactitude

Plus en détail

Guide au remboursement anticipé du prêt hypothécaire

Guide au remboursement anticipé du prêt hypothécaire Guide au remboursement anticipé du prêt Ce guide vous aidera à prendre connaissance des options de remboursement anticipé qui s offrent à vous et à choisir la solution la mieux adaptée à vos besoins. Comprendre

Plus en détail

D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI)

D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) Mise à jour : Septembre 2015 Centre local de développement (CLD) de La Haute-Gaspésie POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) Adopté le : N o de résolution : TABLE DES MATIÈRES 1-

Plus en détail

Choisir le bon compte d épargne

Choisir le bon compte d épargne OPÉRATIONS BANCAIRES Choisir le bon compte d épargne Un compte d épargne est un bon moyen de mettre de l argent de côté pour atteindre des objectifs à court terme ou constituer un fonds d urgence pour

Plus en détail

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE Ligne de conduite de la SCHL en matière d assurance prêt hypothécaire pour les ensembles de

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Acte de vente : Document juridique qui transmet le titre de propriété de l'immeuble du vendeur à l'acheteur et en fait foi.

Acte de vente : Document juridique qui transmet le titre de propriété de l'immeuble du vendeur à l'acheteur et en fait foi. Glossaire des prêts Acompte : Montant en espèces que l'acheteur doit verser au vendeur pour prouver sa bonne foi. Si l'offre est acceptée, l'acompte est affecté à la mise de fonds. Si l'offre est subséquemment

Plus en détail

Modèles d'autorité du logement MODÈLE DEUX - COMMISSION DU LOGEMENT INDÉPENDANTE DOTÉE D UN CONSEIL D ADMINISTRATION. Assemblée des Premières Nations

Modèles d'autorité du logement MODÈLE DEUX - COMMISSION DU LOGEMENT INDÉPENDANTE DOTÉE D UN CONSEIL D ADMINISTRATION. Assemblée des Premières Nations Modèles d'autorité du logement MODÈLE DEUX - COMMISSION DU LOGEMENT INDÉPENDANTE DOTÉE D UN CONSEIL D ADMINISTRATION Assemblée des Premières Nations Mai 2012 TABLE DES MATIÈRES MODÈLE DEUX COMMISSION DU

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

GUIDE DE REDRESSEMENT

GUIDE DE REDRESSEMENT GUIDE DE REDRESSEMENT BASCULEMENT AUX NORMES COMPTABLES CANADIENNES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) LIÉS PAR UNE CONVENTION AVEC LA SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT (SCHL)

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE 1 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes de placement...

Plus en détail

Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque?

Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque? BUDGET ET GESTION DES FINANCES PERSONNELLES Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque? Les taux d intérêt n ont jamais été aussi bas au Canada, mais il faut s attendre

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

Augmentation salariale dans les services de garde d enfants/subvention d aide aux services de garde en milieu familial Liste de questions et réponses

Augmentation salariale dans les services de garde d enfants/subvention d aide aux services de garde en milieu familial Liste de questions et réponses Augmentation salariale dans les services de garde d enfants/subvention d aide aux services de garde en milieu familial Liste de questions et réponses GÉNÉRAL Q1. En quoi consiste l initiative de l augmentation

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Référence : Règlement modifiant le Règlement sur les prestations de pension 205/2011, article 4.18.1

Référence : Règlement modifiant le Règlement sur les prestations de pension 205/2011, article 4.18.1 Bulletin de politique n o 10 Date de publication : 12 décembre 2011 Lettres de crédit Référence : Règlement modifiant le Règlement sur les prestations de pension 205/2011, article 4.18.1 Le Règlement sur

Plus en détail

PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES. En application de l'instruction administrative ICC/AI/2004/001, le Greffier promulgue ce qui suit :

PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES. En application de l'instruction administrative ICC/AI/2004/001, le Greffier promulgue ce qui suit : Cour Pénale Internationale International Criminal Court LE GREFFE Instruction administrative ICC/AI/2004/007 29 novembre 2004 PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES En application de l'instruction administrative

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015 Modifiée à la réunion du Conseil du 17 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. POLITIQUE GÉNÉRALE... 1 1.1 Fondement de la Politique d investissement... 1 1.2 Fonds d aide de la

Plus en détail

MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12

MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12 MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, DES RESSOURCES HUMAINES ET

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Ligne directrice. N o : B-4 Date : Septembre 1996

Ligne directrice. N o : B-4 Date : Septembre 1996 Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005

Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005 Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005 BILAN 31 MARS 2005 A C T I F Encaisse (note 4) 74 459 864 $ 82 151 251 $ Débiteurs et montants

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE NOTE AU LECTEUR Le Programme de financement de l agriculture est entré en vigueur le 15 octobre 2001 (2001, G.O. 1, 1113). La présente version du programme intègre

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE OBLIGATOIRE

FOIRE AUX QUESTIONS SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE OBLIGATOIRE Mise en garde À jour au 21 janvier 2013, cette foire aux questions a été préparée uniquement à des fins d information. Son contenu est toutefois sujet à modification d ici l implantation du régime le 1

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

ff ~ ~ ;J ----------

ff ~ ~ ;J ---------- Cour Pénale Internationale International Criminal Court RENDU PUBLIC le 22 novembre 2012 par application de la circulaire ICC/INF/2012/020 l/ \) ff ~ ~ ;J ---------- L~ Greffe ~~ The Registr y Instruction

Plus en détail

Annexe des dispositions additionnelles Prêt hypothécaire à taux variable

Annexe des dispositions additionnelles Prêt hypothécaire à taux variable Page 1 de 5 Annexe des dispositions additionnelles Prêt hypothécaire à taux variable La présente annexe est une annexe à l acte de prêt hypothécaire intervenu en date du devant M e (l «Acte») entre : (l

Plus en détail

Mises de fonds et documentation requise

Mises de fonds et documentation requise Mises de fonds et documentation requise VÉRIFICATION DE L AVOIR PROPRE L avoir propre est le montant que l emprunteur verse à titre de mise de fonds à l achat de cette propriété. Les exigences relatives

Plus en détail

Nouvelles modalités d'application de la LDTR, loyers après travaux. Georges Monticelli, Juriste Office des autorisation de construire DCTI

Nouvelles modalités d'application de la LDTR, loyers après travaux. Georges Monticelli, Juriste Office des autorisation de construire DCTI Nouvelles modalités d'application de la LDTR, loyers après Georges Monticelli, Juriste Office des autorisation de construire DCTI Contexte Modifications légales en relation avec la loi sur l'énergie du

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

ANNEXE I (a. 3) FORMULAIRE DE FIXATION DES

ANNEXE I (a. 3) FORMULAIRE DE FIXATION DES CANADA Province de Québec District de N 0 du dossier ANNEXE I (a. 3) FORMULAIRE DE FIXATION DES PENSIONS ALIMENTAIRES POUR ENFANTS FORMULAIRE : du père de la mère produit conjointement établi par le juge

Plus en détail

Comparer des offres de prêts

Comparer des offres de prêts Comparer des offres de prêts Prêts immobiliers : les critères de choix Nom de l établissement contact et n de téléphone Montant du prêt proposé Type de prêt taux fixe ou variable S agit-il d un prêt modulable?

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d'ainc DATE D'APPROBATION : 22/02/2011

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d'ainc DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE D'APPROBATION : 22/02/ Il est recommandé que, en collaboration avec

Plus en détail

C O N V E N T I O N (a) ******************

C O N V E N T I O N (a) ****************** C O N V E N T I O N (a) ****************** ENTRE LES SOUSSIGNES : - Monsieur le Président du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, agissant au nom et pour le compte du Département en vertu de la délibération

Plus en détail

SCHL IMMEUBLES COLLECTIFS ACHAT

SCHL IMMEUBLES COLLECTIFS ACHAT SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT SCHL ACHAT MISE DE FONDS RÉDUITE ET TAUX D INTÉRÊT PLUS COMPÉTITIFS Grâce à l'assurance prêt hypothécaire de la SCHL, le prêteur agréé peut aider l emprunteur

Plus en détail

Énoncés des politiques et des procédures de placement (EPPP) pour les régimes à cotisations déterminées accompagnés de choix

Énoncés des politiques et des procédures de placement (EPPP) pour les régimes à cotisations déterminées accompagnés de choix Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario SECTION : INDEX N O : TITRE : APPROUVÉ PAR : PUBLICATION : DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR : Notes d'orientation sur les

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016 Présenté à la réunion du Conseil d administration du 22 mars 2016. Table des matières 1. POLITIQUE GÉNÉRALE...2 1.1 Fondement de la politique d investissement... 2 1.2

Plus en détail

ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS "L'ACCORD")

ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS L'ACCORD) ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS "L'ACCORD") L'accord a été négocié et adopté par les associations

Plus en détail

Guide Le Crédit Réfléchi : tout pour bien connaître le crédit!

Guide Le Crédit Réfléchi : tout pour bien connaître le crédit! Guide Le Crédit Réfléchi : tout pour bien connaître le crédit! Le Crédit en France Comprendre le crédit : zoom sur le crédit à la consommation Les termes du crédit : lexique «En France, plus d'1 ménage

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

Bureau du directeur général des élections

Bureau du directeur général des élections Chapitre 4 Section 4.10 Bureau du directeur général des élections Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section 4.10 Contexte Connu sous

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves RÉSOLUTION : 245-10 Date d adoption : 23 novembre 2010 En vigueur : 23 novembre 2010 À réviser avant : Directives administratives et date d entrée en vigueur : EED-DA1 23 novembre 2010 RECUEIL DES POLITIQUES

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

ÉVALUATION CERTIFICATIVE COURTAGE COMMERCIAL

ÉVALUATION CERTIFICATIVE COURTAGE COMMERCIAL Exemple de réponses Scénario 2 Important : ce que vous trouverez ci-joint n est qu un exemple d un examen complété en courtage immobilier commercial qui démontre la maîtrise de l ensemble des compétences.

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

Impact des changements budgétaires sur les stratégies impliquant de l assurance vie

Impact des changements budgétaires sur les stratégies impliquant de l assurance vie Impact des changements budgétaires sur les stratégies impliquant de l assurance vie Normand Gervais Vice-président, Administration Assurance et rentes individuelles 1 Conférence Élite, 24 au 31 octobre

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement du Québec

Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement du Québec Document d information Direction générale des finances municipales Février 2009 Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement

Plus en détail

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC Termes et conditions et formulaires d inscription 1. APERÇU Le programme incitatif pour les firmes de négociation pour compte

Plus en détail

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE DÉFENSE

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE DÉFENSE Version de septembre 2013 RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE DÉFENSE Article Page 1 Gestion financière de la Caisse nationale de défense 1 2 Campagnes à frais partagés 2 3 Initiatives nationales, provinciales

Plus en détail

INITIATIVE CIBLÉE POUR LES TRAVAILLEURS ÂGÉS EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES

INITIATIVE CIBLÉE POUR LES TRAVAILLEURS ÂGÉS EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES INITIATIVE CIBLÉE POUR LES TRAVAILLEURS ÂGÉS EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2015-2016 April 2015 - 2 - INITIATIVE CIBLÉE POUR LES TRAVAILLEURS ÂGÉS EXIGENCES

Plus en détail

Gestion de la dette PRATIQUE RECOMMANDÉE PAR LA GFOA. POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE* (mai 2003) Contexte

Gestion de la dette PRATIQUE RECOMMANDÉE PAR LA GFOA. POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE* (mai 2003) Contexte Gestion de la dette PRATIQUE RECOMMANDÉE PAR LA GFOA POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE* (mai 2003) Contexte Les politiques de gestion de la dette constituent des lignes directrices et des restrictions écrites

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Immobilisations corporelles Mise en œuvre du chapitre 3150 Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick. Octobre 2010

Immobilisations corporelles Mise en œuvre du chapitre 3150 Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick. Octobre 2010 Immobilisations corporelles Mise en œuvre du chapitre 3150 Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick Octobre 2010 Title / Titre Examen du modèle d'inventaire Examen du guide Identification des biens Coûts

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

LISTE ET GUIDE DE CONTRÔLE DE LA VIABILITÉ À L INTENTION DES DEMANDEURS DE FINANCEMENT POUR DES PROJETS D IMMOBILISATIONS

LISTE ET GUIDE DE CONTRÔLE DE LA VIABILITÉ À L INTENTION DES DEMANDEURS DE FINANCEMENT POUR DES PROJETS D IMMOBILISATIONS LISTE ET GUIDE DE CONTRÔLE DE LA VIABILITÉ À L INTENTION DES DEMANDEURS DE FINANCEMENT POUR DES PROJETS D IMMOBILISATIONS Nota : En tant que demandeur pour un projet d immobilisations, vous devez remplir

Plus en détail

Crédit Ford du Canada Limitée Énoncé d'engagement, politique et programme d'accessibilité pour l'ontario

Crédit Ford du Canada Limitée Énoncé d'engagement, politique et programme d'accessibilité pour l'ontario Crédit Ford du Canada Limitée Énoncé d'engagement, politique et programme d'accessibilité pour l'ontario Énoncé d'engagement La Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (la «Loi»)

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie

Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie À l usage exclusif des conseillers Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie FINANCIÈRE SUN LIFE Temporaire Sun Life Vie primes limitées Sun Life Universelle Sun Life et Universelle Sun Life Max Vie

Plus en détail