substance blanche dans le bilan préopératoire des lésions cérébrales neurochirurgicales

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "substance blanche dans le bilan préopératoire des lésions cérébrales neurochirurgicales"

Transcription

1 Apport de la cartographie des fibres de substance blanche dans le bilan préopératoire des lésions cérébrales neurochirurgicales C Delmaire 1, S Lehéricy 1, A Carpentier 2, L Capelle 2, H Duffau 2, M Ducros 3, A-L Boch 2, P Cornu 2, R Van Effenterre 2, J Chiras 1 Services de Neuroradiologie (1) et de Neurochirurgie (2), Hôpital Pitié Salpétrière-Paris Laboratoire de Neurophysiologie et Nouvelles Microscopies ESPCI-INSERM U603-Paris (3)

2 Introduction Le choix des limites de l exérèse d une lésion cérébrale prend en compte le risque d un déficit fonctionnel postopératoire permanent. Il existe actuellement différentes méthodes pour localiser les zones fonctionnelles autour d une lésion. - La stimulation corticale peropératoire représente l examen de référence. - L IRM fonctionnelle, qui localise les régions fonctionnelles a proximité des lésions mais qui ne donne pas de renseignements sur les structures sous corticales. - L imagerie du tenseur de diffusion, qui offre la possibilité de réaliser in vivo une cartographie des faisceaux de substance blanche. Cette technique offre un intérêt potentiel dans le bilan préopératoire des lésions cérébrale car elle permet l étude anatomique des faisceaux de fibres au contact de la lésion. La préservation de ces faisceaux conditionne le pronostic fonctionnel post opératoire.

3 Objectifs Étudier la faisabilité de la reconstruction de faisceaux de fibres à l aide de l imagerie du tenseur de diffusion chez des patients présentant des lésions neurochirurgicales faisceau pyramidal radiations optiques Évaluer le retentissement de la lésion sur les faisceaux de fibres Comparer les données de l imagerie aux données per-opératoires (stimulations électriques)

4 Population : Matériel et Méthode 25 patients consécutifs (12 hommes et 13 femmes, âge moyen : 39,17 ans) adressés pour bilan d une lésion neurochirurgicale ont été inclus. Type de lésions 6 cavernomes, 17 tumeurs de bas grade dont 1 méningiome, 2 tumeurs de haut grade. Localisation : Centrale : 11 Aire Motrice Supplémentaire : 6 Insulaire : 3 Précentrale : 2 Occipitale : 3

5 Évaluation du retentissement Retentissement sur Lésions frontales = faisceau pyramidal Lésions occipitales = radiations optiques Classification du retentissement A distance Contact sans déplacement Déplacement = fibres en position anormale par rapport au faisceau controlatéral Altération de signal = le faisceaux restait identifiable au niveau d une zone de signal anormal Interruption = le faisceau n était plus identifié.

6 Protocole IRM 1.5T GE, antenne tête standard Images DTI - EPI TR 10 s, TE 88 ms, angle 90 3x3x3 mm3, coupes axiales jointives 4 excitations, temps d acquisition 5:20 min 6 directions indépendantes b-value of 900 s/mm2 1 image de référence sans gradient de diffusion Correction des distorsions géométriques Images anatomiques 3D IR-FSPGR pondérées en T1

7 Reconstruction des faisceaux de fibres Reconstructions des fibres basée sur la méthode de Basser (Basser, P. J., et al. MRM 2000;44: ) Les fibres ont été générées à partir de régions d intérêt dessinées au niveau de l hémisphère lésé et la région controlatérale correspondante sur le bras postérieur de la capsule interne les radiations optiques Seuils de FA = 0,1 (s il existait des anomalies de signal au contact des fibres de substance blanche, le seuil était abaissé à 0,001) Angle = 60 La représentation des fibres a été projetée en 3D sur les images de la séquence T1.

8 Résultats Reconstruction des faisceaux de substance blanche possible pour tous les patients (faisceau pyramidal et radiations optiques) Artefacts post opératoires en regard d un volet osseux = déformation des images de diffusion au niveau cortical (deux patients) 4 patients n ont pas été opérés en raison du risque de déficit post opératoire ou anesthésique.

9 1- Étude du faisceau pyramidal Position du faisceau pyramidal À distance de la lésion = 9 patients Déficit post-op = 1 patient (paralysie faciale modérée due à la lésion du cortex moteur) Contact sans déviation = 4 patients Déficit post-op = 0 Déviation = 5 patients Déficit post-op = 1 Anomalie de signal = 3 patients Déficit post-op = 0 Interruption = 1 patient Non opéré

10 Contact sans refoulement Patient de 53 ans Cavernome central profond droit. Le faisceau pyramidal, projeté sur la séquence T1, se trouve à la partie antérieure du cavernome Le patient n a pas été opéré.

11 Déviation Patiente de 30 ans, gliome pariéto-temporo-insulo droit. Le faisceau pyramidal apparaît dévié médialement et en contact avec la partie postérieure de la lésion. La stimulation per opératoire a mis en évidence une stimulation motrice positive à la partie postérieure et profonde de la lésion (7)

12 Déviation et anomalie de signal Patiente de 59 ans. Tumeur centrale révélée par des paresthésies du membre supérieur droit. Déviation et anomalie de signal (œdème) du faisceau pyramidal. La stimulation corticale per-opératoire a confirmé l absence de réponse motrice au contact des berges de la tumeur.

13 2-Radiations optiques 3 lésions occipitales (1 cavernome et 2 tumeurs) Rapport radiations optiques / lesions : Contact avec la face interne de la lésion = 1 patient Interruption par l hématome = 1 patient A distance = 1 patient

14 Patient de 50 ans. Hématome occipital droit révélateur d un cavernome. Les fibres ont été créees à partir de ROI sur les radiations optiques au niveau de l hémisphère droit (en orange) et gauche (en bleue). On constate l interruption des fibres au niveau de l hématome, les fibres saines sont en position antérieure et supérieure. Au cours de l intervention, les stimulations déclencheront des phénomènes visuels (phosphènes très lumineux) dans les parties supéro-internes et antérieures essentiellement de la cavité. Le patient a présenté un déficit visuel transitoire en période postopératoire

15 3- Corrélation avec la stimulation per opératoire : Stimulations peropératoires visuelles = 2 patients motrices = 10 patients Concordance stimulation / tracking = 12/12 patients (incluant l absence de réponse motrice pour les patients ayant des lésions à distance des faisceaux tracés)

16 Discussion 1 La cartographie des faisceaux de substance blanche apporte des renseignements sur l orientation ainsi que sur les relations anatomiques entre une lésion cérébrale et les faisceaux de substance blanche non visibles sur les séquences traditionnelles. Les lésions cérébrales neurochirurgicales peuvent avoir un retentissement différent sur les faisceaux de substance blanche. Ceux-ci peuvent être déplacés (au contact ou à distance de la lésion), interrompus ou identifiés au sein d une zone de signal anormal. La bonne concordance avec les données recueillies au cours de la stimulation per-opératoire pour les voies motrices et visuelles démontre ainsi l intérêt de cette technique dans le bilan préopératoire des lésions neurochirurgicales.

17 Discussion 2 Cependant certaines limites existent : Les distorsions dues à la séquence en particulier au niveau des régions frontales. Les fibres générées sont dépendantes de la valeur fixée de l angle et de la FA. L adaptation de ces deux paramètres est alors nécessaire, en particulier lorsque le déplacement des fibres est important ou qu il existe des anomalies de signal sur les séquences, témoignant soit d un oedème soit d une infiltration tumorale. la taille et la localisation de la région d intérêt : justifiant un protocole standardisé et une étude comparative des faisceaux étudiés au niveau des deux hémisphères.

18 Conclusion La technique de cartographie des fibres de substance blanche offre un intérêt dans le bilan pré-opératoire des lésions cérébrales. Elle permet la localisation des faisceaux de fibres et l étude du retentissement de la lésion. Elle contribue ainsi à évaluer la possibilité d une résection maximale de cette lésion et préserver le cortex moteur et les connexions sous corticales adjacentes.

19 Références Bibliographiques Basser, P. J., Pajevic S, Pierpaoli C, et al. In vivo fiber tractography using DT-MRI data. Magn Reson Med 2000;44: Berman J, Berger M, Mukherjee P, et al. Diffusion tensor imaging-guided tracking of fibers of the pyramidal tarc combined with intra opérative cortical stimulation mapping in patients with gliomas. J Neurosurg 2004; 101 : Clark C, Barrick M, Murphy M, et al. Whitte matter tracking in patinets witn space-occupying lesions of the brain : a new technique for neurosurgical planning? Neuroimage 2003; 20: Krings T, Reinges M, Thiex R, et al. Functional and diffusion-weighted magnetic resonance images of space_occupying lesions affecting the motor system : imaging the motor cortex and pyramidal tracts. J Neurosurg 2001;22 : 95 : Holodny A, Ollenshchleger M, Liu W. Identification of the cortico spinal tracts achieved using Blood-oxygen level dependent and diffusion functional MR imaging in patients with brain tumors. AJNR 2001; Holodny A, Ollenshchleger M. Diffusion imaging in brain tumor. Neuroimaging Clin North Am 2002; 12 : Mori S, Frederksen K, van Zijl P, et al. Brain whitte matter anatomy of tumor patients evaluated with diffusion tensor imaging. Ann Neurol 2002;51 : Sinha S, Bastin M, Whittle I, et al. Diffusion Tensor MR imaging of high grade cerebral gliomas. AJNR 2002; 23 : Witwer B, Moftakhar R, Hasan K, et al. Diffusion Tensor Imaging of whitte matter tracks in patients with cerebral neoplasm. J Neurosurg 2002; 97 :

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

Localisation en IRMf et DTI des lésions dans les dystonies secondaires à un infarctus des ganglions de la base

Localisation en IRMf et DTI des lésions dans les dystonies secondaires à un infarctus des ganglions de la base Localisation en IRMf et DTI des lésions dans les dystonies secondaires à un infarctus des ganglions de la base Christine Delmaire 1,2, Emmanuel Roze 3, Marie Vidhailet 3, Mathieu Ducros 4, Sabine Meunier

Plus en détail

INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES

INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES ETUDE RETROSPECTIVE CHEZ 30 PATIENTS N. Hoarau, J. Gabrillargues, B. Claise, B. Jean,

Plus en détail

Nouveautés IRM en Neuroradiologie. C Delmaire Service de Neuroradiologie CHRU Lille

Nouveautés IRM en Neuroradiologie. C Delmaire Service de Neuroradiologie CHRU Lille Nouveautés IRM en Neuroradiologie C Delmaire Service de Neuroradiologie CHRU Lille Séquences classiques Quelles nouvelles séquences? Visualisation de la fonction Visualisation de la structure : Imagerie

Plus en détail

Imagerie cérébrale. Licence de Psychologie (L3S6). 2015. Florence Perrin

Imagerie cérébrale. Licence de Psychologie (L3S6). 2015. Florence Perrin Licence de Psychologie (L3S6). 2015 Imagerie cérébrale Florence Perrin Integrative Biology of Neuroregeneration INSERM U1051 Institut des Neurosciences de Montpellier Université Montpellier Web site: http://www.ibn-lab.com/

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri.

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri. L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique http://www.e-mri.org D HOA, A MICHEAU, G GAHIDE, E LE BARS, C CYTEVAL, M ZANCA, P DUJOLS,

Plus en détail

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS.

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. OBJECTIFS Evaluer la fiabilité de l imagerie notamment

Plus en détail

a. Rappels généraux sur le cholestéatome en IRM:

a. Rappels généraux sur le cholestéatome en IRM: Calcul de l ADC: un nouvel outil dans le diagnostic de cholestéatome. S. THIRIAT, S. RIEHM, S. KREMER, F. VEILLON PLAN: 1. Introduction. 2. Protocole. 3. Résultats. 4. Discussion. 5. Conclusion. 6. Bibliographie.

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE Jurgita Bruzaite,, Monique Boukobza,, Guillaume Lot* Services de Neuroradiologie et de Neurochirurgie

Plus en détail

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie?

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? C Rodriguez-Régent¹, C Oppenheim¹, M Tisserand¹, D Calvet², AD Devauchelle¹, X Leclerc³, E Touzé², JP Pruvo³, JF Méder¹. ¹ Service de neuroradiologie,

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

Diffusion : Technique

Diffusion : Technique Diffusion : Technique 1. Connaître les principes 2. Comprendre l intérêt de la quantification 3. Reconnaître certains artéfacts Pr Catherine Oppenheim Département d Imagerie Morphologique et Fonctionnelle,

Plus en détail

Equipe ACCES Neurosciences

Equipe ACCES Neurosciences Equipe ACCES Neurosciences Programme de 1 ère S : Référentiel : Le cortex sensoriel et la plasticité du système nerveux central (illustration grâce { des images d activation du cortex somesthésique ou

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Thème 3B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse MOTRICITE ET FONCTIONNEMENT CEREBRAL Fiche sujet candidat (1/2)

Thème 3B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse MOTRICITE ET FONCTIONNEMENT CEREBRAL Fiche sujet candidat (1/2) Fiche sujet candidat (1/2) Mise en situation et recherche à mener Si le réflexe myotatique sert d'outil diagnostique pour identifier d'éventuelles anomalies du système neuromusculaire local (éventuelle

Plus en détail

Journées Françaises de Radiologie 2007

Journées Françaises de Radiologie 2007 Journées Françaises de Radiologie 2007 Analyse automatique multifaisceaux en tractographie probabiliste et IRM fonctionnelle J. Hodel 1, S. Rodrigo 1, C. Oppenheim 1, F. Chassoux 2, B. Devaux 2, J.-F.

Plus en détail

Imagerie fonctionnelle d activation cérébrale motrice et tractographie des voies cortico-spinales

Imagerie fonctionnelle d activation cérébrale motrice et tractographie des voies cortico-spinales Imagerie fonctionnelle d activation cérébrale motrice et tractographie des voies cortico-spinales Samer ABI KHALIL, Jean TAMRAZ Hôtel-Dieu de France, Université Saint-Joseph Beyrouth, Liban Introduction

Plus en détail

IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION INTRODUCTION

IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION INTRODUCTION IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION J Baud, F Belloy, B Richter, G de la Gastine, M Jokic, M Hamon CHU Caen France Service de Neuroradiologie INTRODUCTION Le syndrome des

Plus en détail

Imagerie de susceptibilité magnétique: Quelle séquence pour quelle indication?

Imagerie de susceptibilité magnétique: Quelle séquence pour quelle indication? Imagerie de susceptibilité magnétique: Quelle séquence pour quelle indication? C Iosif, C Rodriguez, C Mellerio, M Petkova, E Meary, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Méder Service d'imagerie Morphologique et

Plus en détail

J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek

J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek Suggestion hypnotique dans l étude de l activation douloureuse en IRMf A. Urbanik, J. Aleksandrowicz*, B. Sobiecka, J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek Département de Radiologie et Psychiatrie*

Plus en détail

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital CORRECTION du TP3: Exemples de troubles de la vision Méthodologie pour ce travail : Faire le lien entre la modification du champ visuel et la lésion constatée. Conclure sur le traitement de l information

Plus en détail

Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie.

Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie. Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie. P.Varlet. Hopital Sainte Anne et Inserm U752 Paris V. PLAN Structure spatiale

Plus en détail

Le logiciel EduAnatomist.

Le logiciel EduAnatomist. Le logiciel EduAnatomist. Les travaux de l équipe ACCES (Actualisation Continue des Connaissances des Enseignants en Sciences) de l INRP restent, hélas, largement méconnus des enseignants de SVT. Pourtant,

Plus en détail

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare Imagerie 3D en IRM hépato-biliaire et pancréatique atique : en route vers l isotropismel? M Zins*, P Hervo**, I Boulay-Coletta Coletta*, I Le Claire*, E Petit*, M Rodallec*, V Marteau* * Groupe hospitalier

Plus en détail

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Document illusions d optique Les illusions d'optique nous montrent que l'image que nous percevons ne correspond pas toujours à la réalité. En fait, l'œil reçoit les

Plus en détail

COMPRESSION MEDULLAIRE

COMPRESSION MEDULLAIRE COMPRESSION MEDULLAIRE I - Les causes EXTRADURALES : RACHIDIENNES et EPIDURALES - Les TUMEURS OSSEUSES : surtout les METASTASES (sein, prostate, poumon, rein, thydoïde, organes génitaux, tube digestif,

Plus en détail

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE B. Hainaux, L. Camoin, P. Zerbib, C. Lin, A. Luciani, R. Raymond, A. Rahmouni CHU Henri Mondor Service d imagerie médicale Pr Alain Rahmouni Objectifs

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

RUPTURE DE LA COIFFE DES ROTATEURS

RUPTURE DE LA COIFFE DES ROTATEURS RUPTURE DE LA COIFFE DES ROTATEURS Solution de continuité partielle ou totale d un ou de plusieurs tendons de la coiffe Origine traumatique, micro traumatique ou dégénérative INTERET Fréquence Causes multifactorielles

Plus en détail

Biopsies en condition stéréotaxique (IRM) de processus expansifs intra-cérébraux : intérêt chez le patient de plus de 70 ans

Biopsies en condition stéréotaxique (IRM) de processus expansifs intra-cérébraux : intérêt chez le patient de plus de 70 ans Biopsies en condition stéréotaxique (IRM) de processus expansifs intra-cérébraux : intérêt chez le patient de plus de 70 ans Dr M. Lahutte Auboin, neuroradiologie, H.I.A. Val-de-Grâce, Paris Dr J.M. Delmas,

Plus en détail

Sclérose en Plaques (SEP)

Sclérose en Plaques (SEP) Sclérose en Plaques (SEP) La SEP est une affection inflammatoire et dégénérative du système nerveux central,d étiologie inconnue,touchant avec prédilection la substance blanche et se caractérisant par

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

Item 333 : Orientation diagnostique devant un strabisme de l'enfant

Item 333 : Orientation diagnostique devant un strabisme de l'enfant Item 333 : Orientation diagnostique devant un strabisme de l'enfant Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 I Phénomène moteur...4 II Phénomène sensoriel...4 III Dépistage du

Plus en détail

Intérêts de l'irm corps entier avec

Intérêts de l'irm corps entier avec Intérêts de l'irm corps entier avec séquences de diffusion en Oncolgie JC JOUVET 1, V THOMSON 1, M YANES 1, C JOURNE 1, M BAKIR 1,M DURIEUX 1, F DURUPT 2, Y BERTHEZENE 1 1. Service de Radiologie, Hôpital

Plus en détail

APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES

APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES Keller A (1-2), Laemmli C (1), Steiner C (1) Service de Médecine Nucléaire (1) Service de Radiodiagnostic et de Radiologie

Plus en détail

Intérêt de l IRM cube 3D dans le diagnostique des ruptures partielles du LCA. SOFARTHRO.com

Intérêt de l IRM cube 3D dans le diagnostique des ruptures partielles du LCA. SOFARTHRO.com Intérêt de l IRM cube 3D dans le diagnostique des ruptures partielles du LCA. Nicolas Lefevre (a)*, Yoann Bohu (a), Jean François Naouri (a), Serge Herman (b) (a) Clinique du sport Paris 5, 36 bd saint

Plus en détail

Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls»

Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls» Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls» Journée d Automne de la société gérontologique de Normandie Vendredi 21 Octobre 2011 Amélie BREMARE (1), Dr VELE (2) (1) Interne Médecine Physique et

Plus en détail

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D CAS L Jroundi, M Benrami, A EL Quessar, My R EL Hassani, H Benchaaboune,, N Chakir, N Boukhrissi,, M Jiddane Service

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Modulation de l activité cérébrale pendant une tâche de tapping après exposition àun champ magnétique de 3000 μtà60 Hz

Modulation de l activité cérébrale pendant une tâche de tapping après exposition àun champ magnétique de 3000 μtà60 Hz Modulation de l activité cérébrale pendant une tâche de tapping après exposition àun champ magnétique de 3000 μtà60 Hz Alexandre Legros alegros@lawsonimaging.ca Bioelectromagnetics Group, Imaging Program,

Plus en détail

Le cortex cérébral et la plasticité du SNC

Le cortex cérébral et la plasticité du SNC 1 CHAPITRE D Le cortex cérébral et la plasticité du SNC 2 Les précédents chapitres nous ont permis de constater que le SN est organisé comme un réseau très complexe de neurones, au sein duquel circulent

Plus en détail

La Tomodensitométrie

La Tomodensitométrie La Tomodensitométrie Du plan à la coupe Nous vivons dans un monde tridimensionnel, mais l image que nous avons de ce monde se forme sur le plan (2D) de notre rétine. La vision binoculaire nous donne l

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris IRM du cancer de la prostate François CORNUD, Paris IRM du CaP en 2009 1990-2000 : détection des T3 occultes 2000-2010 : évolution technologique IRM fonctionnelle : localiser la tumeur lympho-irm : méts

Plus en détail

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du cancer : enjeux et opportunités Début de cartographie des enjeux cliniques et technologiques gq Jean-François MENUDET, Cluster I-Care Cartographie

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit TOMODENSITOMETRIE sémiologie JY Gauvrit Neuroradiologie - Neuroimagerie Modalités : - Radiographie standard - Echographie - Artériographie - Tomodensitométrie (Scanner) - Imagerie par Résonance Magnétique

Plus en détail

Systèmes d imagerie pour l insertion d implants en temps réel. GPS intra-osseux

Systèmes d imagerie pour l insertion d implants en temps réel. GPS intra-osseux Systèmes d imagerie pour l insertion d implants en temps réel Systèmes d imagerie pour l insertion d implants en temps réel Le système d imagerie pour implants en temps réel (IRIS-100) utilise l imagerie

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Livre blanc Système d imagerie LLI (Long-Length Imaging) CARESTREAM DirectView DR avec assemblage automatique et manuel

Livre blanc Système d imagerie LLI (Long-Length Imaging) CARESTREAM DirectView DR avec assemblage automatique et manuel Un traitement de l image avancé avec un assemblage automatique et des fonctions d ajustement pour une image composite complète, sans ligne de jonction Analyse de la géométrie dans le cas d une imagerie

Plus en détail

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, JFR 09 Apport de l imagerie dans les tumeurs glomiques des doigts. À propos de 15 cas Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, Touria AMIL*, Ahmed HANINE*, Souâd CHAOUIR*, Amina

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

Neuroradiologie CHU BREST

Neuroradiologie CHU BREST Dr Douraied BEN SALEM Dr Douraied BEN SALEM Neuroradiologie CHU BREST Définition Principaux artéfacts Artéfacts de déplacement chimique Artéfacts de troncature (artéfact de Gibbs) Artéfacts de susceptibilité

Plus en détail

Réunion des comités roulements et GPS

Réunion des comités roulements et GPS 24 Réunion des comités roulements et GPS Dès publication de la nouvelle version de la norme ISO 492, les tolérances dimensionnelles des roulements et les systèmes ISO de limites et d ajustements pourront

Plus en détail

NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS

NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS N. Cherif Idrissi El Ganouni 1, M. Ouali Idrissi 1, A.Benhaddou 1, T. Abou El Hassan 2, O. Essadki 1, A. Ousehal 1 1 : Service de Radiologie,

Plus en détail

CENTRE D INVESTIGATION CLINIQUE-INNOVATION TECHNOLOGIQUE. Gabriela HOSSU CIC-IT Nancy g.hossu@chu-nancy.fr

CENTRE D INVESTIGATION CLINIQUE-INNOVATION TECHNOLOGIQUE. Gabriela HOSSU CIC-IT Nancy g.hossu@chu-nancy.fr CENTRE D INVESTIGATION CLINIQUE-INNOVATION TECHNOLOGIQUE Gabriela HOSSU CIC-IT Nancy g.hossu@chu-nancy.fr ARTICULATION RECHERCHE EN IMAGERIE NANCY Recherche Fondamentale Pr. Jacques Felblinger Recherche

Plus en détail

Neuro-MS/D Stimulateur magnétique transcranien

Neuro-MS/D Stimulateur magnétique transcranien Neuro-MS/D Stimulateur magnétique transcranien Stimulation 20 Hz à intensité de 100% Pic champ magnétique - jusqu à 4 T Refroidissement performant : jusqu à 10000 impulsions pendant 1 session Programme

Plus en détail

La radio-anatomie de la fosse ischiorectale en tomodensitométrie et en imagerie par résonance magnétique

La radio-anatomie de la fosse ischiorectale en tomodensitométrie et en imagerie par résonance magnétique La radio-anatomie de la fosse ischiorectale en tomodensitométrie et en imagerie par résonance magnétique S. Semlali, M. Eddarai, T. Amil, M. Jidal, S. Chaouir, S. Akjouj Service d Imagerie médicale Hôpital

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé

Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé Dr S.Khimoud Dr F.Mazari Dr H.Zemour Dr A.Chachoua Dr I.Derder Pr L.Chachoua INTRODUCTION Le glaucome

Plus en détail

«Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge»

«Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge» PROGRAMME DE LA FORMATION : «Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge» Vendredi matin : Rappels : sémiologie a)amputations du champ visuel

Plus en détail

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI.

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI. Diagnostic des hypersignaux de la substance blanche Publié le 14 Fév 2011 P. LABAUGE, Service de Neurologie, CHU de Nîmes La mise en évidence d hypersignaux de la substance blanche est très fréquente en

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

Apport de l imagerie l RADIOCHIRURGIE. Florence Loubes Lacroix Service de Neuroradiologie Hôpital Rangueil

Apport de l imagerie l RADIOCHIRURGIE. Florence Loubes Lacroix Service de Neuroradiologie Hôpital Rangueil Apport de l imagerie l en RADIOCHIRURGIE Florence Loubes Lacroix Service de Neuroradiologie Hôpital Rangueil Intérêt de la ra diochirurgie Une technologie (irradiation multifaisceaux de précision stéréotaxique,

Plus en détail

Utilisation de l IRM fonctionnelle pour l étude du fonctionnement du cerveau

Utilisation de l IRM fonctionnelle pour l étude du fonctionnement du cerveau Utilisation de l IRM fonctionnelle pour l étude du fonctionnement du cerveau Michel Dojat UM INSERM-UJF U594, Grenoble, France Une technique de Neuroimagerie Signal psychologie Processus mentaux neuroimagerie

Plus en détail

Traitements d Images pour la Neuroimagerie

Traitements d Images pour la Neuroimagerie Traitements d Images pour la Neuroimagerie I- Introduction P. Ramette, Cerveau réfléchissant, 2002 Michel DOJAT U836 Introduction Les Neurosciences Neurosciences : ensemble de sciences qui visent à la

Plus en détail

Atlas interactif sur iphone : principe et application

Atlas interactif sur iphone : principe et application Atlas interactif sur iphone : principe et application M. Louis (1), N. Labonne (1), R. Wach (2), P. Gondim-Teixeira (1), A. Blum (1) (1) Nancy - France, (2) Paris - France J. F. R. Octobre 2010 Imagerie

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial. Antoine KHALIL Marie-France CARETTE

Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial. Antoine KHALIL Marie-France CARETTE Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial Antoine KHALIL Marie-France CARETTE Introduction Le cancer bronchique est la première cause de mortalité par cancer en Europe avec une survie à 5

Plus en détail

Peyron C (1), Aubry S (1,2), Uhring J (3), Boudard J (3), Rochet S (3), Gallinet D(3), Gasse N (3), Lascar T (4), Obert L (2,3)

Peyron C (1), Aubry S (1,2), Uhring J (3), Boudard J (3), Rochet S (3), Gallinet D(3), Gasse N (3), Lascar T (4), Obert L (2,3) Analyse par 137 scanners de la distance apex tête humérale / grand pectoral : validation d un repère fiable de positionnement des prothèses d épaule en traumatologie quel que soit la voie d abord Peyron

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

Cancer de la Prostate Quoi de neuf?

Cancer de la Prostate Quoi de neuf? Cancer de la Prostate Quoi de neuf? CAFCIM -10 décembre 2011 Y. LE BRAS Imagerie Diagnostique et Thérapeutique de L adulte CHU Bordeaux Généralités 350 000 nouveaux cas/an en Europe 25% des cancers chez

Plus en détail

Une imagerie cérébrale en urgence est indispensable devant une suspicion

Une imagerie cérébrale en urgence est indispensable devant une suspicion REVUES GENERALES Neurologie D. CALVET 1, C. OPPENHEIM 2, J.L. MAS 1 1 Service de Neurologie, 2 Service de Neuroradiologie, Hôpital Sainte-Anne, PARIS. Infarctus cérébral et AIT: scanner ou IRM en première

Plus en détail

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de Bordeaux et du Sud-Ouest 229, cours de l Argonne 33076 Bordeaux Cedex RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES.

Plus en détail

Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013

Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013 Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013 Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue - Le bilan local s associe à

Plus en détail

NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM

NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM C.Hafsa, A.Zrig, S.Jerbi Omezzine, S.Kriaa, M.Zbidi, M.Golli, R.Brahem, M.Said, A.Gannouni. SERVICE D IMAGERIE MEDICALE CHU FATTOUMA BOURGUIBA MONASTIR-TUNISIE

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS )

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS ) APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS ) H. Mrabti fassi, N.Bnouachir,H.Enneddam, M. Ouali Idrissi, N. Cherif El guanouni,s.alj, O.Essadki, A.

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

Repérage IRM des noyaux sous-thalamiques dans le cadre du traitement

Repérage IRM des noyaux sous-thalamiques dans le cadre du traitement Repérage IRM des noyaux sous-thalamiques dans le cadre du traitement de la maladie de Parkinson N. Ech-Cherif El Kettani (1), M. Fikri (1), N. El Fatemi (2), M. Rahmani (3), MR. El Hassani (1), N. Chakir

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL «BLANC» SESSION 2014 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SERIES L ES

BACCALAUREAT GENERAL «BLANC» SESSION 2014 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SERIES L ES BACCALAUREAT GENERAL «BLANC» SESSION 2014 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SERIES L ES Durée de l épreuve : 1h 30 Coefficient 2 Ce sujet comporte 8 pages numérotées de 1 à 8. Le candidat traite chacune des parties

Plus en détail

Imagerie du Ganglion Sentinelle : pour qui, pour quoi?

Imagerie du Ganglion Sentinelle : pour qui, pour quoi? Imagerie du Ganglion Sentinelle : pour qui, pour quoi? Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d! Or, 92210 Saint-Cloud, eric.zerbib zerbib@cimen.fr Rappels sur le Ganglion Sentinelle

Plus en détail

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques J. Dinkel (1) C. Hintze (1) M. Fabel (2) R. Tetzlaff (1) M. Thorn (3) J. Biederer (2) HU. Kauczor (1) S. Delorme (1) 1 Radiologie

Plus en détail

IRM morphologique et de perfusion de la migraine avec aura en phase déficitaire

IRM morphologique et de perfusion de la migraine avec aura en phase déficitaire IRM morphologique et de perfusion de la migraine avec aura en phase déficitaire Gilles Adam 1, Alain Viguier 2, Vanessa Cazzola 1, Marine Ferrier 1, Manuela Kamsu 1, Sofia Patsoura 1, Raluca Gramada 1,

Plus en détail

CERTIFICAT DE CAPACITE D ORTHOPTISTE

CERTIFICAT DE CAPACITE D ORTHOPTISTE 1 Version juin 2015 CERTIFICAT DE CAPACITE D ORTHOPTISTE Enseignement de 3 ème année 2015-2016 ANATOMIE Les centres visuels Les centres corticaux en relation avec les centres visuels Notions d architectonie

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

DÉTECTION D AGENT DE CONTRASTE PAR ÉCHOGRAPHIE ET MICROSCOPIE CONFOCALE À FLUORESCENCE

DÉTECTION D AGENT DE CONTRASTE PAR ÉCHOGRAPHIE ET MICROSCOPIE CONFOCALE À FLUORESCENCE DÉTECTION D AGENT DE CONTRASTE PAR ÉCHOGRAPHIE ET MICROSCOPIE CONFOCALE À FLUORESCENCE Ingrid Leguerney, Muriel Abbaci, Jessie Thalmensi Valérie Rouffiac, Corinne Laplace-Builhé, Nathalie Lassau IR4M UMR

Plus en détail

Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014

Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014 Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014 ATCD : Cas clinique Mlle M. 29 ans Hernie discale lombaire ancienne (niveau indéterminé)

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES RUPTURES DE LA COIFFE DES ROTATEURS : ÉCHOGRAPHIE OU ARTHRO-SCANNER?

DIAGNOSTIC DES RUPTURES DE LA COIFFE DES ROTATEURS : ÉCHOGRAPHIE OU ARTHRO-SCANNER? DIAGNOSTIC DES RUPTURES DE LA COIFFE DES ROTATEURS : ÉCHOGRAPHIE OU ARTHRO-SCANNER? N. Berthelen, T. Moser, A. Moussaoui, V. Douzal,, M.G. Dupuis, J-C. J Dosch CHU Strasbourg Introduction Arthro-scanner

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

MOTRICITE VOLONTAIRE

MOTRICITE VOLONTAIRE SERVICE DE NEUROPHYSIOLOGIE CLINIQUE EXPLORATIONS FONCTIONNELLES DU SYSTEME NERVEUX CHU TLEMCEN FACULTE DE MÉDECINE DE TLEMCEN COURS NEUROPHYSIOLOGIE : ohammed yyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy

Plus en détail

Neurochirurgie éveillée

Neurochirurgie éveillée Neurochirurgie éveillée Journée Régionale d Etude et de Perfectionnement Dr Fabien Rech Département de Neurochirurgie CHU Nancy Introduction Cerveau : réseaux de neurones interconnectés Plusieurs zones

Plus en détail

Traitements stéréotaxiques de tumeurs mobiles avec gating respiratoire et imagerie intra fraction

Traitements stéréotaxiques de tumeurs mobiles avec gating respiratoire et imagerie intra fraction 4ème rencontre interrégionale sur la sécurité en radiothérapie Régions Languedoc-Roussillon, PACA et Corse 7 Novembre 2014 Traitements stéréotaxiques de tumeurs mobiles avec gating respiratoire et imagerie

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

rtms du cortex moteur primaire et spasticité dans la SEP : étude des modifications de la connectivité fonctionnelle cérébrale par IRMf de repos.

rtms du cortex moteur primaire et spasticité dans la SEP : étude des modifications de la connectivité fonctionnelle cérébrale par IRMf de repos. rtms du cortex moteur primaire et spasticité dans la SEP : étude des modifications de la connectivité fonctionnelle cérébrale par IRMf de repos. Clémence outiere 1,2, Caroline Rey 1,2, Wafaa Zaaraoui 1,

Plus en détail