Petit déjeuner presse. Bilan 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Petit déjeuner presse. Bilan 2013"

Transcription

1 Petit déjeuner presse Bilan janvier 2014

2 Sécurité publique Rappels Les zones de compétence Gendarmerie/Police Les indicateurs de la délinquance AVIP Atteintes volontaires à l'intégrité physique des personnes Cet indicateur concerne les faits de violences physiques crapuleuses (ayant pour but le vol) et non crapuleuses (dont le vol ne constitue pas le motif), les menaces de violences et les violences sexuelles (exemple : coups et blessures volontaires, atteintes aux mœurs, infractions contre la famille et l enfance ). Il comprend les formes de violence affectant physiquement nos concitoyens, notamment dans la sphère familiale. AAB Atteinte aux biens Les atteintes aux biens concernent les faits de vol (vols à main armée, vols avec violences, vols avec entrée par ruse, cambriolages, vols simples et liés à l automobile), les destructions et les dégradations. EIEF - Escroqueries et infractions économiques et financières L indicateur EIEF concerne les faits de faux en écriture, fausse monnaie, contrefaçons, escroqueries et abus de confiance, falsification et usages de chèques volés ou de cartes de crédits, abus de biens sociaux, fraudes fiscales.

3 Bilan de l année 2013 Le Morbihan figure parmi les départements les plus sûrs de France, alors qu'il a gagné en population (+16% en 20 ans). Nombre d AVIP pour 1000 habitants Nombre d'atteintes volontaires à l'intégrité physique des personnes (AVIP) pour habitants Le Morbihan est le 6 ème département le moins violent de France métropolitaine (11 ème en 2012). Nombre d atteintes aux biens (AAB) pour habitants Le Morbihan est le 34 ème département dans lequel le moins d atteintes aux biens sont enregistrées (33 ème en 2012). Nombre d AAB pour 1000 habitants Escroqueries et infractions économiques et financières (EIEF) pour habitants Le Morbihan est le 14 ème département de France métropolitaine dans lequel le moins d escroqueries et d infractions économiques et financières sont enregistrées (13 e en 2012). Nombre d EIEF pour 1000 habitants En 2013, les tendances morbihannaises (hors EIEF) sont plus favorables que les tendances nationales pour les trois agrégats suivis. Sur cette tendance de fond, trois observations se dégagent de l année 2013 : un début de baisse contrastée selon les zones du département des atteintes volontaires à l intégrité physique des atteintes aux biens en légère hausse, des faits de cambriolages amorçant une baisse et une montée des vols simples une hausse des escroqueries et infractions économiques et financières

4 Une baisse contrastée, selon les zones du département, des atteintes volontaires à l intégrité physique Evolution en % du nombre d'avip constatés par la police et la gendarmerie nationales Les atteintes volontaires à l intégrité physique connaissent une baisse en zone police (-7,4%, soit - 97 faits pour un total de 1212 faits). En zone gendarmerie (+6%, soit +86 faits pour un total de 1520 faits) elles enregistrent une hausse, mais dont le rythme diminue par rapport à l'année 2012, où elle atteignait +8,8%, soit +117 faits. Les violences physiques non crapuleuses augmentent modérément en zone gendarmerie (+2,4%, passant de 957 à 980 faits), mais baissent de façon importante en zone police (-13,1%), passant de 816 à 709 faits. Les violences physiques crapuleuses sont en baisse sur l'ensemble du département. Elles sont stables en zone gendarmerie (passant de 102 à 104 faits) et diminuent de -9,1% en zone police (passant de 165 à 150 faits). Les violences sexuelles augmentent en zone police (+6,9%, passant de 101 à 108 faits) et en zone gendarmerie (+14,9%, soit +18 faits). Les menaces de violence augmentent en zone police de +7,9% (passant de 227 à 245 faits) et en zone gendarmerie (+16,9%). Une légère augmentation des atteintes aux biens, des faits de cambriolages amorçant une baisse et une montée des vols simples Evolution en % du nombre d'aab constatés par la police et la gendarmerie nationales Les AAB augmentent de +2,2% (soit +239 faits pour un total de faits) en zone gendarmerie et de +1% (soit +63 faits pour un total de 6176 faits) en zone police. Le fait marquant en 2012, l augmentation des cambriolages qui atteignait à l époque +22,9% (soit +705 faits) enregistre une très légère baisse en 2013 (-0,8%, passant de 3780 à 3748 faits) sur l ensemble du département, avec une baisse de -4,1% en zone gendarmerie (passant de 3025 à 2902 faits), tandis que la zone police enregistre une hausse (+12,1%, passant de 755 à 846 faits), notamment à Vannes. De très bons résultats sont enregistrés dans la lutte contre les cambriolages dans les locaux industriels et commerciaux (-24,5% en zone gendarmerie, passant de 915 à 691 faits ; -12,16% en zone police, passant de 214 à 188), tandis que les cambriolages d autres lieux (caves, garages,...), ainsi, qu en zone police, les habitations principales, constituent des points de vigilance particuliers.

5 Si les cambriolages marquent donc le pas dans le Morbihan, les vols simples au préjudice des particuliers (hors automobile) connaissent une hausse de +19,3% en zone police (passant de 1597 à 1905 faits) et de +8,1 % en zone gendarmerie (passant de 2911 à 3147 faits). Une reprise des déclarations de vols de téléphones portables explique pour partie cette augmentation. Il faut souligner une baisse des destructions et dégradations de biens (-16% en zone police, +10,6% en zone gendarmerie). Notons également le caractère exceptionnel des vols avec violence, surtout avec armes à feu (9 en zone gendarmerie, 13 en zone police. Le point sur la mobilisation des services dans la lutte contre les cambriolages Une action répressive forte Une action opérationnelle renforcée : orientation territoriale des patrouilles, surveillance discrète en vue d établir des flagrants délits. Plusieurs bandes criminelles organisées démantelées, nécessitant souvent un patient travail d enquête. Renforcement de la police technique et scientifique. Des actions de prévention renforcées Une action de fond - Communication - Nombreuses consultations de sûreté et diagnostics de sécurité effectuées par les référents de la police et de la gendarmerie au bénéfice des professionnels et des collectivités territoriales Des actions ciblées selon les moments de l année - Opération «tranquillité vacances» à chaque période de vacances scolaires, afin d organiser une surveillance régulière de l habitation des personnes qui se sont signalées - Contacts spécifiques avec les commerçants au moment des fêtes de fin d année - Mise en place du plan territorial de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée, signé le 12 décembre 2013 Des dispositifs participatifs Cinq communes (Berric, Guer, Muzillac, Noyalo et Ploëren) ont déjà signé des protocoles de participation citoyenne. En étroite collaboration avec le maire, une ou plusieurs chaines de vigilance sont mises en place, structurées autour d habitants d une même rue ou d un même quartier. Ce maillage est fondé sur le principe de solidarité, et animé par l esprit civique des habitants Des dispositifs réactifs Une alerte SMS à destination des commerçants permet de diffuser le plus largement possible des informations utiles en temps réel, et de prendre les mesures adaptées dès la survenue des évènements pouvant les toucher. Un plan anti-cambriolages et vols à main armée a été élaboré dans le département au cours du second semestre Mais c est par une modification des comportements de chacun d entre nous que nous arriverons à endiguer ce phénomène Une reprise des escroqueries et infractions économiques et financières Evolution en % du nombre d'eief constatés par la police et la gendarmerie nationales Les escroqueries et infractions économiques et financières enregistrent une hausse, de manière plus appuyée en zone gendarmerie (+17,3% soit +284 faits pour un total de 1925 faits) qu en zone police (+3,3% soit +24 faits pour un total de 760 faits). Cette augmentation est en grande partie, liée à aux infractions de falsification et d'usages en matière de moyens de paiement, chèques et carte volés. La plus grande vigilance dans le cyberespace reste également recommandée (cf. brochure disponible sur

6 Sécurité routière 1 Bilan de l année 2013 Rappel des chiffres nationaux pour 2013 Le bilan de l'accidentalité routière sur l'année 2013, comparé à 2012 au niveau national, révèle une diminution de : - 11% du nombre de personnes tuées (3 250 morts contre en 2012) - 6,6% du nombre d accidents corporels ( accidents contre en 2012) - 6,6% du nombre de personnes blessées ( blessés contre en 2012) - 4,7% de blessés hospitalisés ( blessés hospitalisés contre en 2012) Le nombre des personnes tuées, qui était stable et à un niveau élevé en 2011 et 2012, est, en 2013, historiquement bas dans le Morbihan Les données générales en 2013 confirment une tendance globalement favorable % Accidents ,4 % Blessés ,8 % Blessés hospitalisés ,8 % Tués % L indice de gravité, rapportant le nombre de morts au nombre d accidents, diminue donc très clairement, passant de 9 à 5,8. 1 Les chiffres 2013 ne sont pas consolidés à l heure de la conférence de presse, du fait de la comptabilisation comme tué de tout blessé qui décèderait dans les 30 jours après l accident, si le lien entre sa mort et l accident est établi.

7 Les accidents mortels de la circulation dans le Morbihan en 2013 Catégorie des tués Evolution Piéton 8 14,5 % 4 12 % Vélo 4 7 % 2 6 % Cyclomoteur < à 50 cm3) 3 5,5 % 1 3 % Cyclomoteur > à 50 cm3 et < à 125 cm3 3 5,5 % 0 0 % Moto > sup à 125 cm % 9 27 % Véhicule léger % % Poids lourd 0 0 % 0 0 % = Autre (voiturette, quad, motobike ) 3 5,5 % 1 3 % Le nombre de tués dans la catégorie des usagers fragiles (piétons et deux-roues) est en diminution (16 contre 27), mais il représente toujours près de la moitié des morts sur la route. Le nombre de tués dans la catégorie des motos ne diminue pas. Au contraire, il augmente en proportion du nombre total de morts sur la route. Âge Evolution 0-17 ans 6 11 % 2 6 % ans 6 11% 8 24 % ans % 4 12 % ans 6 11 % 5 15 % ans 7 13 % 3 9 % ans 8 14 % 1 3 % ans 5 9 % 3 9 % = 75 ans et % 7 21 % Les nombres de tués par tranche d'âges diminuent, sauf les jeunes (18-24 ans) et les 75 ans et plus, qui augmentent également relativement aux autres âges de la vie. La moitié des tués entre 18 et 24 ans conduisaient une moto. Causes des accidents mortels Alcool et/ou stupéfiants Vitesse* Refus de priorité* Autres* Indéterminé Total % 7 24 % 4 14 % 5 17 % 0 0 % % 6 13 % % % 1 2 % 47 * hors alcool et/ou stupéfiants

8 L alcool et/ou les stupéfiants confirment leur rôle de premier vecteur d accidents mortels, en en expliquant près d un sur deux. La vitesse arrive en deuxième position, mettant en cause, dans 75 % des cas, des conducteurs de plus de 65 ans. Sur ce sujet, les vitesses moyennes relevées sur le réseau départemental sont stables (voies limitées à 90 km/h), voire augmentent sur les voies limitées à 110 km/h. Sur les routes nationales, elles augmentent sur les portions de voies limitées à 110 km/h. Réseaux limités à 90 km/h Réseaux limités à 110 km/h RN RD RN RD 1er quadrimestre ,4 88, ,5 2ème quadrimestre ,3 88,5 102,1 107,2 Une politique marchant sur ses deux pieds : répression et prévention Répression : évolution des infractions dans le Morbihan en 2013 Infractions Infractions Evolution Vitesse ,8 % Alcoolémie ,7 % Stupéfiants ,5 % Ceintures ,9 % Casques % Portable ,8 % Priorité ,7 % Total infractions ,4 % Prévention : un indispensable travail de réseau La mobilisation des 51 Intervenants Départementaux Sécurité Routière (IDSR), membres bénévoles du réseau AGIR, est indissociable du bon déroulement des opérations de prévention sur toute l année. En 2013, ils ont consacré 673 journées à ces actions. Par ailleurs, chaque collège et lycée a désigné un Référent Sécurité Routière (REN), point d appui pour proposer des rencontres sécurité routière dans les établissements scolaires. Autre relais important, le réseau des Elus Référents Sécurité Routière (ERSR) facilite ou est à l origine de certaines actions (le «concours Gastounet» mobilisant les écoles primaires ). Point d entrée des acteurs de la sécurité routière au niveau de la commune, les ERSR font jouer à plein «l effet levier» là où il est le plus efficace, au plus près de nos concitoyens. La sécurité routière dans le département est portée également par le partenariat très fort existant en la matière entre le Conseil Général et la Coordination Sécurité Routière. Enfin, une étroite collaboration avec des associations (la Prévention Routière ) les organismes socioprofessionnels et d autres partenaires privés (assureurs, auto-écoles, dirigeants de discothèques...) sont tout aussi indispensables à ce travail de terrain.

9 Sécurité civile Bilan de l année 2013 En 2013, le service départemental d'incendie et de secours du Morbihan a assuré interventions, soit une augmentation de +8%, avec, comme chaque année, une légère hausse de l activité en période estivale. Entre 2008 et 2012, l activité opérationnelle semblait avoir atteint un palier autour de interventions annuelles comme le présente le tableau ci-dessous. En 2013, la barre symbolique des interventions est franchie pour la première fois. Répartition des interventions en 2013 Evolution de la répartition des interventions Interventions Variation 2012/2013 Opérations diverses % Incendies % Secours à personnes % Secours routiers % Total % L activité opérationnelle 2013 est marquée par une hausse des secours à personnes de +3% et par une augmentation des opérations diverses induite notamment par l engagement du SDIS lors de la tempête Dirk. Une hausse conséquente des feux d espace naturel (+19%) par rapport à la dernière période observée est également à signaler. Les numéros d appels d urgence «18» et «112» du département sont reçus au Centre de Traitement de l Alerte (CTA) situé dans les locaux de la direction départementale. Le CTA a traité appels en 2013, soit une augmentation de 5%. La modernisation des transmissions 2013 a vu également l interopérabilité SDIS SAMU renforcée par le lancement de la télétransmission des bilans secouristes établis par les sapeurs-pompiers via le réseau Antarès. La transmission de bilans dématérialisés par les centres tests en 2014, permettra de tirer les enseignements nécessaires à la généralisation de ce mode de communication évolué.

10 Situation de l emploi Bilan de l année 2013 Taux de chômage : il est calculé en rapportant le nombre de chômeurs à la population active, elle-même constituée de la somme du nombre de chômeurs et des actifs occupés. Demandeurs d emploi : sont inscrits à Pôle Emploi dans différentes catégories de demandes d'emploi en fonction de leur disponibilité, du type de contrat et de la quotité de temps de travail recherchés. Il est ici question uniquement des demandeurs d emploi de catégorie A i.e tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, sans emploi, les chiffres sont corrigés des variations saisonnières. La situation actuelle de l emploi dans le Morbihan Emploi par grands secteurs (emploi salarié, 3 e trimestre 2013, INSEE) Services marchands (hors intérim) Commerce Industrie dont industrie agro-alimentaire Construction Intérim (données DARES octobre 2013) emplois emplois emplois soit 43 % de l emploi industriel emplois emplois ETP L activité partielle A fin novembre 2013 dans le Morbihan, heures d activité partielle effectives étaient enregistrées contre heures à fin novembre 2012 soit une progression sur un an de +2,58 %. A noter cependant, le recours important à l activité partielle a été enregistrée sur le 1 er trimestre 2013, la situation s étant stabilisée depuis. Les chiffres de la demande d emploi et du chômage Demandeurs d emplois (décembre 2013) en variation de 0,7 % en un mois et de +6,4 % en un an. La variation sur un an est de +4,7 % en Bretagne et de +5,7 % au niveau national. Des plus de 50 ans Variation sur un mois de +0,7 % et sur un an de +13,2 % Des moins de 25 ans Variation sur un mois de 2% et sur un an de 0,8 % Des femmes La variation de la demande d emploi totale des femmes évolue de façon légèrement plus favorable que celle des hommes : -0,8 % sur un mois contre 0,5 % pour les hommes ; et +5,5 % sur un an contre +7,1 % pour les hommes Taux de chômage (3 e trimestre 2013) France métropolitaine 10,5 % Bretagne 9,4 % Morbihan 10 % Actuellement, et même si cette tendance doit être prise avec beaucoup de prudence, la situation du chômage dans le Morbihan s améliore peu à peu : baisse sur le dernier semestre, baisse forte pour le chômage des jeunes, reprise de l intérim Au-delà des chiffres de décembre, la tendance semestrielle, qui est la plus pertinente, confirme en effet cette amélioration. Depuis juillet 2013, nous enregistrons : - une diminution globale de la demande d emploi de 2,3 % - une diminution de la demande d emploi des jeunes de 8,7 % - mais une augmentation de la demande d emploi chômage des seniors de +3,7 %. Cette augmentation est cependant moins forte par rapport à celle enregistrée sur un an. De plus, au 3 ème trimestre 2013, pour la plupart des secteurs d activité en emploi salarié, l évolution négative marque le pas. Si, pour la construction, la diminution des effectifs se poursuit (-1,2 % sur 3 mois ; -3.4 % sur l année), l industrie enregistre une évolution trimestrielle légèrement positive (+0,2 % sur 3 mois). Les offres collectées par Pôle emploi dans le Morbihan sont en augmentation sensible, principalement en ce qui concerne les offres d emplois durables (6 mois ou plus) : augmentation de +22,3 % sur le 4 ème trimestre 2013 par rapport au 3 ème trimestre 2013 et de +11,5 % sur la même période pour le total des offres. En baisse depuis le début 2011, l emploi intérimaire augmente sur le troisième trimestre 2013 par rapport au trimestre précédent (+5,8 %).

11 Les mesures en faveur de l emploi Les contrats aidés Les contrats d'accompagnement dans l'emploi (CAE) et les contrats initiative emploi (CIE) Au 29 décembre 2013 : 473 CIE ont été prescrits, soit 109,7% de l objectif annuel CAE ont été prescrits, soit 91,6% de l objectif annuel. Le conseil général s est engagé dans ce dispositif, à hauteur de CAE et 150 CIE sur l année 2013 et pour les bénéficiaires du RSA, il est enregistré 96 entrées en CIE et 962 entrées en CAE. Emplois d avenir (EA) Globalement, l objectif 2013 des EA a été atteint. En incluant novembre et décembre 2012 (lancement du dispositif), ce sont 600 EA qui ont été conclus dans le secteur non marchand pour un objectif de 566 EA (taux de réalisation : 106,0 %), et ce, à la faveur notamment d une très bonne participation des communes du département. Les résultats sont bons sur le plan quantitatif ; ils le sont également sur le plan qualitatif : le public visé, les jeunes les plus éloignés de l emploi, est celui qui a réellement bénéficié des EA, avec une grande majorité de contrats d une durée de 3 ans. Au 29 décembre 2013, le taux de réalisation pour le secteur marchand est de 71,7 %, soit 58 emplois d avenir conclus, l objectif annuel 2013 étant de 81. Priorités 2014 des contrats aidés Pour 2014, ces outils en faveur de l emploi pourront à nouveau être mobilisées largement. En effet, CAE, 186 CIE et 248 emplois d avenir pourront être prescrits au 1er semestre. La priorité des CAE sera donnée aux demandeurs d emploi seniors et longue durée. L emploi d avenir sera un peu plus orienté vers le secteur marchand avec déjà quelques décisions prises à cet égard : - un objectif de contrats plus important (20 % maximum du total) - l élargissement des secteurs d activités éligibles à ceux de la propreté et des activités d élevage - une ouverture à tous les secteurs pour les jeunes issus des ZUS et ZRR Enfin, la généralisation de la réforme des rythmes scolaires pourra également être mise à profit pour mobiliser le secteur non marchand et particulièrement les communes et les inciter à se préparer dès maintenant (recrutement des futurs animateurs d activités). Le contrat de génération 193 demandes d aides enregistrées depuis le 17 mars Les contrats de génération Ils sont issus de l accord unanime des partenaires sociaux du 19 octobre 2012 et de la loi du 1er mars Deux types de dispositions sont, selon la taille des entreprises, possibles ou obligatoires : une aide financière aux entreprises un accord d entreprise ou un plan d action

12 Taille de l entreprise Bénéficie de l aide Négociation collective 0 à 49 Oui Optionnelle 50 à 299 Oui 300 et plus Non applicable Obligatoire pour l obtention de l aide : accord de branche étendu (métallurgie, construction, grande distribution, filière agroalimentaire.) ou accord d entreprise ou de groupe, à défaut plan d action d entreprise Obligatoire : accord d entreprise ou de groupe, à défaut plan d action d entreprise Si non respect de l obligation : pénalité financière de 1 % de la masse salariale Modalités de l aide L aide est de par an pendant trois ans. Elle est versée par Pôle Emploi et par binôme de salariés remplissant les conditions suivantes : embauche en CDI à temps plein (ou au moins 80% à la demande du salarié) et maintien dans l emploi pendant la durée de l aide d un jeune de moins de 26 ans ou de moins de 30 s il est handicapé ; maintien dans l emploi en CDI, pendant la durée de l aide ou jusqu au départ en retraite d un salarié : > âgé d au moins 57 ans, > âgé d au moins 55 ans au moment de son embauche ou travailleur handicapé. En outre, l aide est aussi ouverte pour la constitution d un binôme entre un chef d entreprise de moins de 50 salariés de plus de 57 ans et un jeune éligible dans la perspective de lui transmettre son entreprise. Les accords ou les plans d action La négociation collective au sein de l entreprise est privilégiée autant que possible. Les accords s appuient sur un diagnostic et sont valables 3 ans. Ils font l objet d un contrôle par les services de la DIRECCTE. Les points à aborder concernent les engagements de l employeur en matière, notamment, de recrutement des jeunes, des conditions de leur intégration et de leur formation y compris avec le recours à l alternance, des mesures en faveur des salariés âgés et de la transmission des savoirs et des compétences. Les entreprises de moins de 300 salariés peuvent aussi bénéficier d une aide à l accompagnement pour la réalisation d un diagnostic ressources humaines orienté sur la question des âges et à mettre en œuvre des opérations en faveur d une gestion active des âges (s adresser à la DIRECCTE).

La lettre de l Ét@t en Dordogne

La lettre de l Ét@t en Dordogne N 1 - Janvier - Février 2013 La lettre de l Ét@t en Dordogne LE DOSSIER DU MOIS LE BILAN DE LA DELINQUANCE 2012 Sommaire L'éditorial Je vous présente le premier numéro de l année 2013 de la lettre des

Plus en détail

BILAN 2013 DE L ACTIVITE DES SERVICES DANS LES YVELINES DANS LA LUTTE CONTRE LA DELINQUANCE ET L INSECURITE ROUTIERE

BILAN 2013 DE L ACTIVITE DES SERVICES DANS LES YVELINES DANS LA LUTTE CONTRE LA DELINQUANCE ET L INSECURITE ROUTIERE BILAN 2013 DE L ACTIVITE DES SERVICES DANS LES YVELINES DANS LA LUTTE 1 CONTRE LA DELINQUANCE ET L INSECURITE ROUTIERE SOMMAIRE 2 Pages 3-7 Les atteintes aux biens Pages 8-10 Les atteintes volontaires

Plus en détail

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013 La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre Majeurs et mineurs par les services de Police en 2013 Antoine le graët, Chargé d études statistiques à l ONDRP 2 Principaux enseignements

Plus en détail

Dossier de presse Bilan de la lutte contre la délinquance et l insécurité routière dans le département de l Aisne

Dossier de presse Bilan de la lutte contre la délinquance et l insécurité routière dans le département de l Aisne PREFET DE L AISNE Laon, le 24 janvier 2014 Dossier de presse Bilan de la lutte contre la délinquance et l insécurité routière dans le département de l Aisne Contact presse : Service départemental de la

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012 PREFET DE LA HAUTE-LOIRE Bilan de l accidentalité routière 01 Bilan national France métropolitaine Accidents corporels Tués Blessés dont blessés hospitalisés 01 60 437 3 653 75 851 7 14 011 65 04 3 963

Plus en détail

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24 Accidents de la route dans le département de la Marne Bilan et évolution 202 20 DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE /24 2/24 Quelques données sur les radars dans le département En 202,

Plus en détail

La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012

La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012 1 La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012 Les statistiques mesurant la criminalité ne sont pas homogènes dans l ensemble du Royaume-Uni. Ceci tient aux différents systèmes

Plus en détail

Conférence de presse «les chiffres clés de la sécurité en Haute-Savoie 2012»

Conférence de presse «les chiffres clés de la sécurité en Haute-Savoie 2012» Conférence de presse «les chiffres clés de la sécurité en Haute-Savoie 2012» Contact : Service interministériel de la communication (SICOM) Hélène FOREAU : 04 50 33 61 82 ou 06 78 05 98 53 pref-communication@haute-savoie.gouv.fr

Plus en détail

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE PRÉFET DE LA LOIRE PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE Année 2015 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION...3 1. BILAN 2014...4 1.1. Accidentologie dans le département de la Loire

Plus en détail

Plan de lutte renforcé contre l insécurité routière dans le département du Loiret

Plan de lutte renforcé contre l insécurité routière dans le département du Loiret Plan de lutte renforcé contre l insécurité routière dans le département du Loiret SOMMAIRE I - Bilan de l accidentalité en 2015 : 1-1 les principales données 1-2 les principaux enseignements de l étude

Plus en détail

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux COTITA Centre Est 29 mai 2012 Évolution de l accidentalité et futurs enjeux Christian Machu Secrétaire général-adjoint Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) Sommaire 1.

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière 1 Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière Introduction L Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR)

Plus en détail

STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE. Herstappe 2000-2014. Police Fédérale - DGR/DRI

STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE. Herstappe 2000-2014. Police Fédérale - DGR/DRI STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE 2-24 Police Fédérale - DGR/DRI STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE PARTIE I : INFRACTIONS JUDICIAIRES

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 Hôtel de Roquelaure 18 juin 2008 Jean CHAPELON Secrétaire général de l Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) La sécurité

Plus en détail

BILAN DE L'ACCIDENTALITE ROUTIERE 2012. Jeudi 24 janvier 2013 Hôtel de Beauvau

BILAN DE L'ACCIDENTALITE ROUTIERE 2012. Jeudi 24 janvier 2013 Hôtel de Beauvau BILAN DE L'ACCIDENTALITE ROUTIERE 2012 Jeudi 24 janvier 2013 Hôtel de Beauvau Paris, le 24 janvier 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Manuel VALLS, ministre de l'intérieur, annonce un bilan de l accidentalité routière

Plus en détail

ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance

ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance Définition Un accident corporel (mortel ou non mortel) de

Plus en détail

de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez Janvier 2014 Tableaux de bord annuels sur les

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

C O M M U N I Q U É DE PRESSE

C O M M U N I Q U É DE PRESSE Bordeaux, le 5 juillet 2014 C O M M U N I Q U É DE PRESSE Sécurité Routière : bilan du 1er semestre 2014 en Gironde Le Préfet de la région Aquitaine, Préfet de la Gironde, Michel DELPUECH, a participé

Plus en détail

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels Les informations qui suivent sont extraites des bilans établis par : la Gendarmerie Nationale, Groupement de Nouvelle-Calédonie, la Police Nationale,

Plus en détail

Contrôle routier du 26 juin 2015. Rond point des 4 Vents à Villeneuve les Maguelone

Contrôle routier du 26 juin 2015. Rond point des 4 Vents à Villeneuve les Maguelone Contrôle routier du 26 juin 2015 Rond point des 4 Vents à Villeneuve les Maguelone Contacts presse : Préfecture de région : 04 67 61 61 25 pref-communication@herault.gouv.fr Facebook : facebook.com/prefet34lr

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guadeloupe en février 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guadeloupe en février 2015 DIECCTE DR Pôle emploi et Îles du Nord Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en février 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A,

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 Cocher la ou les orientations auxquelles répondent votre projet COMMUNICATION GRAND PUBLIC Travailler sur les représentations liées à l'alcool et aux drogues. Comprendre

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

La République fédérale d Allemagne est composée de

La République fédérale d Allemagne est composée de La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre La criminalité enregistrée en Allemagne en Olivier gourdon, Chargé d études à l ONDRP Présentation du système policier allemand

Plus en détail

I) Evolution de la demande d emploi mensuelle

I) Evolution de la demande d emploi mensuelle Document rédigé le 27/04/2015 LES ESSENTIELS DE L EMPLOI - Chiffres de mars 2015 Plan : I) Evolution de la demande d emploi mensuelle (pages 1 et 2) - Catégorie A - Catégorie ABC - Entrées et sorties/offres

Plus en détail

Dossier de presse. Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015. Conférence de presse Vendredi 13 février 2015 à 11h30

Dossier de presse. Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015. Conférence de presse Vendredi 13 février 2015 à 11h30 Cabinet du préfet Bureau de la communication interministérielle Fort-de-France, le 2015 Dossier de presse Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015 Conférence de presse Vendredi 13 février

Plus en détail

Découverte de l accident. Découverte de l accident

Découverte de l accident. Découverte de l accident Découverte de l accident 1 Découverte de l accident Découverte de l accident Pour vous, un accident de la route, c'est quoi? 2 Découverte de l accident Pour certain un accident c est : Un fait divers dans

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015 DIECCTE DR Pôle emploi Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en janvier 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A, B, C (en cvs) 24

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE DOCUMENT GENERAL D ORIENTATION 2013-2017

SECURITE ROUTIERE DOCUMENT GENERAL D ORIENTATION 2013-2017 SECURITE ROUTIERE DOCUMENT GENERAL D ORIENTATION 2013-2017 18 avril 2013 2 SOMMAIRE INTRODUCTION...4 DEMARCHE...5 LES CARACTERISTIQUES GENERALES DE L ACCIDENTALITE...6 LES ENJEUX...7 LES JEUNES... 7 LES

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : Bureau de la communication interministérielle - 02.48.67.34.36 pref-communication@cher.gouv.fr Préfecture du Cher - Place Marcel Plaisant CS 60022-18020 BOURGES Cedex

Plus en détail

Présentation de la méthodologie par M. le préfet

Présentation de la méthodologie par M. le préfet Présentation de la méthodologie par M. le préfet Bilan de la délinquance dans le Val d'oise Cumul 12 mois N N+1 212 213 Evol. 1- Atteintes volontaires à l'intégrité physique * Dont 2- Violences physiques

Plus en détail

Bilan des actions août 2015

Bilan des actions août 2015 Ministère de l Intérieur Le 13 août 2015 Sécurité routière : 26 mesures pour une nouvelle mobilisation Présentées le 26 janvier 2015 par Bernard CAZENEUVE, ministre de l Intérieur. Bilan des actions août

Plus en détail

Les accidents de la route en lien avec le travail. Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1

Les accidents de la route en lien avec le travail. Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1 Les accidents de la route en lien avec le travail Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1 Sources de données pour l étude des accidents de la route liés au travail Régimes

Plus en détail

Les journées "Trajectoires" au service des motards

Les journées Trajectoires au service des motards PRÉFET DE LA HAUTE-SAVOIE Point presse Les journées "Trajectoires" au service des motards 19 avril 2015 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie www.haute-savoie.gouv.fr Les journées

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SOUTIEN AUX EMPLOIS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ECONOMIE 17.12 DESCRIPTIF DE L'INTERVENTION OBJECTIFS Consolider l emploi des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

Infractions dans la circulation routière: LCR + ordonnances et liens avec le CPS

Infractions dans la circulation routière: LCR + ordonnances et liens avec le CPS Infractions dans la circulation routière: LCR + ordonnances et liens avec le CPS Notes de cours du Prof. Nicolas QUELOZ (Décembre 2005) 1. Introduction La question de la sécurité sur les routes d une part

Plus en détail

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5 Tous les mois, l actualité en bref de la Confédération sur l emploi et le chômage SOMMAIRE NEGOCIATIONS EN COURS...2 Signature Convention tripartite triennale 2012/2014: abstention de la CFTC... 2 Auditions

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER 2013 SOMMAIRE Depuis 1978,... le nombre de décès a chuté de 77,4 %. Il y a eu 399 décès sur les routes en 2013, soit 22 de moins qu en 2012, ce

Plus en détail

Bilan 2010 des accidents corporels en Alsace

Bilan 2010 des accidents corporels en Alsace RAPPORT Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Service Transports Février 22 Bilan 2 des accidents corporels en Avis aux lecteurs Définitions Accident corporel : accident

Plus en détail

Dossier de presse... Petit déjeuner - sécurité routière

Dossier de presse... Petit déjeuner - sécurité routière Dossier de presse... Petit déjeuner - sécurité routière Mercredi 1er juillet 2015 Bilan de l accidentologie en Saône-et-Loire Évolution des ATBH 2015/2014 pour la période du 1er janvier au 28 juin Période

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE. Moins de victimes sur les routes - délits routiers en hausse

SECURITE ROUTIERE. Moins de victimes sur les routes - délits routiers en hausse SECURITE ROUTIERE Le bilan en 2013 Moins de victimes sur les routes - délits routiers en hausse Des résultats encourageants pour 2013 Après une année 2012 à contre-courant des indicateurs nationaux et

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

Dossier de presse. La non-assurance routière en France en 2013

Dossier de presse. La non-assurance routière en France en 2013 Dossier de presse La non-assurance routière en France en 2013 Dossier de presse Sommaire Le communiqué de presse Page 3 Quelle ampleur et quelle évolution? Page 5 Quel est le profil des non-assurés? Page

Plus en détail

LES OPERATIONS (outils pédagogiques, types d'interventions) Département du Morbihan

LES OPERATIONS (outils pédagogiques, types d'interventions) Département du Morbihan LES OPERATIONS (outils pédagogiques, types d'interventions) Durant l'année scolaire, l'éducation routière cycliste Dans les écoles : Chaque année, le comité intervient auprès des élèves de CM des écoles

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012 Dares Analyses juin 2013 N 037 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi, chômage, population active : bilan de l année Avec la contraction de l

Plus en détail

Plan d action sécurité routière. Table ronde contre l insécurité routière

Plan d action sécurité routière. Table ronde contre l insécurité routière Plan d action sécurité routière Table ronde contre l insécurité routière Objectif : combattre l insécurité routière durablement Vision Zéro Zéro mort Zéro blessé grave 2 Plan d action «sécurité routière»

Plus en détail

Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention

Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention COMMUNIQUE DE PRESSE Paris - 19 mai 2011 Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention Embouteillages, problèmes

Plus en détail

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

Conseil national de la sécurité routière. Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau

Conseil national de la sécurité routière. Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau Conseil national de la sécurité routière Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau Sommaire 27 novembre 2012 : Manuel Valls, ministre de l Intérieur, relance le Conseil national de la sécurité routière (CNSR)

Plus en détail

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise Bilan 2008 & perspectives 2009 Surmonter la crise, préparer la reprise Dossier de presse 3 0 j u i n 2 0 0 9 Contacts presse - Agence Hopscotch Marion Paisant T : 01 58 65 00 45 mpaisant@hopscotch.fr Pauline

Plus en détail

Intervention de Monsieur le Préfet de police Réunion «Ambassadeurs visibles» Seul le prononcé fait foi

Intervention de Monsieur le Préfet de police Réunion «Ambassadeurs visibles» Seul le prononcé fait foi Intervention de Monsieur le Préfet de police Réunion «Ambassadeurs visibles» Seul le prononcé fait foi Madame la Maire du 8 ème arrondissement, Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames, Messieurs, Bonjour

Plus en détail

FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE

FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE Conseil d orientation pour l emploi 2 avril 2013 Michel Senaux, chargé de mission fédéral de la CFDT-F3C Jacques Fauritte, secrétaire

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

Accidents à un seul véhicule sans piéton

Accidents à un seul véhicule sans piéton Accidents à un seul véhicule sans piéton Synthèse Les données utilisées pour cette fiche sont plus particulièrement issues de l Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR) dont

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État,

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État, Département du Val-de-Marne Charte départementale de partenariat sécurité routière entre l État, la Caisse Régionale d Assurance Maladie d Ile-de-France (CRAMIF) et la profession du transport routier de

Plus en détail

FICHE DE PRESSE. En Lot-et-Garonne, la CARSAT s engage aux côtés de la préfecture en faveur des seniors au travail : une première en Aquitaine.

FICHE DE PRESSE. En Lot-et-Garonne, la CARSAT s engage aux côtés de la préfecture en faveur des seniors au travail : une première en Aquitaine. FICHE DE PRESSE 6 décembre 2013 Déployer les contrats de génération, c est maintenir les seniors dans leur emploi et favoriser l insertion durable des jeunes sur le marché du travail. En Lot-et-Garonne,

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Seconde rencontre nationale des mandatés CHOMAGE CFTC les 17

Plus en détail

Dans l Aude, 27 usagers de deux roues motorisées ont été tués depuis le 1 er janvier 2007.

Dans l Aude, 27 usagers de deux roues motorisées ont été tués depuis le 1 er janvier 2007. LA SEMAINE EUROPEENNE de la SECURITE ROUTIERE et de la MOBILITE En 2010 comme en 2009, la semaine nationale de la sécurité routière s associe avec la semaine européenne de la mobilité et devient ainsi

Plus en détail

Quel avenir pour l intérim. en pleine mutation?

Quel avenir pour l intérim. en pleine mutation? Quel avenir pour l intérim dans un marche du travail en pleine mutation? Les mutations économiques intervenues au cours des 35 dernières années ont fait naitre de nouvelles organisations du travail 1980

Plus en détail

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Des tendances d évolution différenciées pour les femmes

Plus en détail

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec BILAN ROUTIER 2014 Société de l assurance automobile du Québec SAAQ BILAN ROUTIER 2014 1 SOMMAIRE IL Y A EU 336 DÉCÈS SUR LES ROUTES EN 2014, SOIT 55 DE MOINS QU EN 2013, CE QUI REPRÉSENTE UNE DIMINUTION

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse.

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse. La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2013 Jorick GUILLANEUF

Plus en détail

cyclomoteur Non autorisé En général non autorisé sinon 45 45 45

cyclomoteur Non autorisé En général non autorisé sinon 45 45 45 L ATTESTATION SCOLAIRE DE SECURITE ROUTIERE NIVEAU 3 L attestation scolaire de sécurité routière comporte : - une attestation scolaire de sécurité routière (ASSR) de premier niveau qui se passe en 5 e

Plus en détail

BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 16 mai 2012

BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 16 mai 2012 J. 121300 MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 16 mai 2012 Question 1 Le fait pour un conducteur

Plus en détail

Sommaire. Éditorial. La mesure de réparation : une réponse adaptée pour les jeunes mineurs, auteurs de délits routiers.

Sommaire. Éditorial. La mesure de réparation : une réponse adaptée pour les jeunes mineurs, auteurs de délits routiers. N 29 Février 2015 La lettre des acteurs de la sécurité routière Sommaire 2 Les chiffres de la sécurité routière 4 Les actions de sécurité Éditorial La mesure de réparation : une réponse adaptée pour les

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS

BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS DOSSIER STATISTIQUE BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS C-4052 DOSSIER STATISTIQUE BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS Service des

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés I. QUELLES OBLIGATIONS? UNE OBLIGATION A PARTIR DE 20 SALARIES Tous les employeurs occupant au moins 20 salariés (l effectif s

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------------------

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 14/2009/CM/UEMOA PORTANT INSTITUTION ET ORGANISATION D UN SYSTEME D INFORMATION SUR LES ACCIDENTS

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle

Plus en détail

Sommaire FICHE 1 - ENTREE EN VIGUEUR Les modalités d entrée en vigueur des dispositions du contrat de génération sont précisées par la loi n 2013-185 du 1 er mars 2013 (promulguée le 1 er mars 2013, et

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Sécurité routière

DOSSIER DE PRESSE Sécurité routière DOSSIER DE PRESSE Sécurité routière Le ministère de l Intérieur organise, du mercredi 8 au samedi 11 octobre 2014 inclus, les deuxièmes Rencontres de la sécurité sur l ensemble du territoire, en métropole

Plus en détail

2004 2014 : un risque a chassé l autre

2004 2014 : un risque a chassé l autre 2004 2014 : un risque a chassé l autre En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite aussi. Pour autant le poids des bons et mauvais conducteurs est resté stable, de

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Concours Gastounet Morbihan 2007 1 La vitesse : 1 er facteur d accident et de gravité? la preuve : Evolution en France de 1970

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Pour connaître le nombre de points sur votre permis, connectez-vous sur le site : www.interieur.gouv.fr les principales infractions au code de la route et leurs sanctions En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

Plus en détail

Quelles évolutions pour les ACI?

Quelles évolutions pour les ACI? Réforme de l IAE Quelles évolutions pour les ACI? Document élaboré le 23 juin 2014 GARIE 28, avenue Gustave Eiffel 33600 PESSAC Tel : 05 57 89 01 10 Fax : 05 56 36 96 84 www.iae-aquitaine.org 23 Juin 2014

Plus en détail

Moins d accidents et moins de victimes en 2009

Moins d accidents et moins de victimes en 2009 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 12 avril 2011 Moins d accidents et moins de victimes en 2009 Les chiffres des accidents de la route portant sur 2009 viennent

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Formation SDIS 14 Page 1-06/09/2010 Adj Thérin

Formation SDIS 14 Page 1-06/09/2010 Adj Thérin Formation SDIS 14 Page 1-06/09/2010 «Les véhicules des services d incendie et de secours et le nouveau code de la route» Le nouveau code de la route, pris en application des décrets du 22 mars 2001 (publiés

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Epidémiologie des accidents de la route au Togo BENISSAN A. SETODJI K. ABALO A. YAWOVI K. KOUSSOUGBO K. DOSSIM A.

Epidémiologie des accidents de la route au Togo BENISSAN A. SETODJI K. ABALO A. YAWOVI K. KOUSSOUGBO K. DOSSIM A. Epidémiologie des accidents de la route au Togo BENISSAN A. SETODJI K. ABALO A. YAWOVI K. KOUSSOUGBO K. DOSSIM A. INTRODUCTION Moyens de transport = élément clé de expansion économique; Certains effets

Plus en détail

Le printemps de la sécurité routière dans la Somme

Le printemps de la sécurité routière dans la Somme Invitation presse Amiens, le 5 avril 2013 Le printemps de la sécurité routière dans la Somme Du samedi 6 au samedi 13 avril 2013 Conférence de presse du préfet le mardi 9 avril à Amiens M. Jean-François

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Plan de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée

DOSSIER DE PRESSE Plan de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée DOSSIER DE PRESSE Plan de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée lundi 18 novembre à 11h30 La lutte contre les cambriolages est une priorité du Ministre de l intérieur, affirmée par le

Plus en détail