Le système de gestion des connaissances et le système d information : points communs et points de divergence Hanae ROKY (1), Youssef AL MERIOUH (2)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le système de gestion des connaissances et le système d information : points communs et points de divergence Hanae ROKY (1), Youssef AL MERIOUH (2)"

Transcription

1 Le système de gestion des connaissances et le système d : points communs et points de divergence Hanae ROKY (1), Youssef AL MERIOUH (2) 1Doctorante, Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Tanger, 2 Enseignant, Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Tanger, Résumé Apparue au début des années 1990, la gestion des connaissances ou knowledge est une démarche contemporaine de gestion et de valorisation de l. Elle désigne un ensemble de processus organisationnels et culturels qui cherche à organiser une combinaison synergique entre données puis s et la capacité créative et innovatrice des individus à l aide de supports technologiques (Crié, 2003). Bien qu il existe une multitude de définitions différentes à la notion de la gestion des connaissances, l est toujours au centre des enjeux du processus de production de la connaissance. De ce fait, une confusion est née entre les concepts système d' et système de gestion des connaissances. En effet, les deux concepts prêtent à confusion du moment qu ils poursuivent souvent une mission identique en entreprise à savoir la gestion de l. Pourtant, les enjeux des deux systèmes sont divergents. Cet article se propose alors d identifier la frontière entre ces deux concepts en présentant une analyse théorique et pratique du système de gestion des connaissances. Mots clés : système de gestion des connaissances, système d, gestion des connaissances. Abstract Appeared in the early 1990s, knowledge is a contemporary approach that manage and improve. It is a set of organizational and cultural processes that seek to organize a synergistic combination of data,, and the creative and innovative capacity of individuals trough technology (Crié, 2003). Although there are a multitude of different definitions for the concept of knowledge, is always at the center of the issues of the knowledge production process. Therefore, confusion arose between the concepts of systems and knowledge system. Indeed, the two concepts are confusing because they often pursue the same mission in organizations:. However the issues of the two systems differ. This article proposes to identify the boundary between these two concepts by presenting a theoretical and practical analysis of the knowledge system. Keywords: knowledge system, system, knowledge.

2 I. Introduction Depuis le début des années nonante, un nombre croissant d organisations à travers le monde, en particulier les entreprises multinationales, se sont impliquées dans une démarche de gestion des connaissances afin d améliorer leurs performances. Certes, il n y a pas un consensus clair sur la façon dont la discipline de gestion des connaissances peut être définie, mais en général, elle peut être considérée comme étant responsable de la conception et de la mise en œuvre d'un système qui vise à identifier, à capturer et à partager des connaissances au sein d'une organisation de sorte qu elles peuvent être converti en valeur. Les efforts d implémentation des systèmes de gestion des connaissances ont été soutenu par une poussée des technologies de l d où la confusion née entre système de gestion des connaissances et système d. L objet de cet article est de montrer, grâce à une approche théorique et une autre pratique les divergences entre les deux concepts. L article est structuré de la façon suivante : nous définissons dans la section II les termes : donnée, et connaissance. Nous abordons dans la section III les différents aspects et enjeux de la gestion des connaissances. Dans la section IV, nous abordons les disciplines concernées par les concepts gestion de l et gestion des connaissances. Nous présentons dans la section V le processus SECI de gestion des connaissances. Nous définissons dans la section VI les systèmes d et de gestion des connaissances pour pouvoir présenter dans la section VII les points communs et les points de divergence entre les deux systèmes. Enfin, nous présentons une étude pratique du système de gestion des connaissances de la société SEBN MA. II. Donnée, et connaissance Selon (Giju et al., 2010), une donnée représente la première forme de l et n'a pas de signification. Elle peut exister dans n'importe quelle forme et peut être utile ou non. Les données peuvent être converties en en utilisant cinq principaux processus (Davenport et al, 1998) à savoir : 1. La condensation : consiste à résumer les données et éliminer les redondances. 2. La contextualisation : le but de la collecte des données est connu ou compris. 3. Le calcul : les données sont traitées et agrégées afin de donner une utile. 4. La catégorisation : un processus d'attribution d'un type ou d une catégorie aux données. 5. La correction : un procédé pour l'élimination d'erreurs. En conséquence, l' représente les données regroupées, triées et classées auxquelles on a donné un sens à travers des connexions relationnelles. Cette signification peut être utile ou non. Dans les organisations, l est souvent intégré non seulement dans les documents ou référentiels, mais aussi dans les routines organisationnelles, les processus, les pratiques et normes (Davenport et al., 1998). L' devient connaissance individuelle lorsqu'elle est acceptée et détenue comme étant une compression fermée de la vérité et une interprétation valable de la réalité. La connaissance organisationnelle ou la connaissance sociale existe lorsqu'elle est acceptée par consensus d'un groupe de personnes (Giju et al., 2010).

3 III. Les aspects et enjeux de la gestion des connaissances Selon (Crié, 2003), la gestion des connaissances ou Knowledge Management (KM) se définit comme le processus de capture et d enregistrement de l expertise collective d une entreprise quel que soit l endroit où cette dernière réside (les bases de données internes ou externes, les documents de toute nature et format ainsi que dans la «tête des individus») puis de sa redistribution là où elle est susceptible de produire les meilleurs profits. Bien qu il existe une multitude de définitions différentes du KM, le concept peut être approché sommairement dans ses aspects et enjeux par la figure 1, en positionnant simultanément ses éléments de résistance. Figure 1 : aspects et enjeux du KM a. Les aspects organisationnels Selon (Crié, 2003), tout projet de KM suppose une organisation transversale ou matricielle facilitant la diffusion des connaissances. À l instar des firmes de haute technologie, les entreprises doivent s organiser par projet, en créant des groupes de travail dans un climat de coopération, de confiance et de coordination horizontale (Schoonhoven et Jelinek, 1990). Manager une activité et/ou un projet équivaut à piloter des ressources humaines en dehors de tout lien de subordination hiérarchique. C est apporter une réponse nouvelle à la question de l exercice et de la répartition du pouvoir en stimulant la créativité par un meilleur accès à la connaissance. De la même manière, la globalisation des territoires élargit les périmètres de coopération par l intermédiaire des intranets, des groupewares (Blanchot et al., 2000), tout comme les nouvelles formes de partenariat, coopération, «concourance» ou de réseaux d entreprises. La réalité physique s efface, les équipes virtuelles émergent de nulle part et abolissent les frontières spatiotemporelles en se nourrissant de substance nelle. b. Les aspects humains La transformation d'une organisation en une organisation axée savoir est essentiellement liée au personnel. Les professionnels de la gestion des ressources humaines ont un rôle clé à jouer dans le renforcement du processus de gestion des connaissances. Formation interne, gestion de la performance, culture d entreprise sont quelques-uns des processus RH qui ont un très important rôle dans le développement de l'entreprise fondée sur la connaissance (Singha et Soltanib, 2010).

4 Le défi de la gestion des ressources humaines s attache aussi au recrutement, à la rétention et à l accroissement de la productivité des «travailleurs clés du savoir» dans la perspective d implémenter le capital humain, source d avantage concurrentiel à moyen et long terme (Crié, 2003). c. Les aspects culturels Selon (Crié, 2003), la culture organisationnelle trouve classiquement ses fondements dans les valeurs, les normes et les pratiques. Il faut ainsi impérativement favoriser l émergence d une culture générale commune de la connaissance, où chaque individu participe à sa production et à son partage. C est en effet la culture de l apprentissage et de l inter-apprentissage qui favorise l échange des connaissances (De Long et Fahey, 2000). La question qui se pose reste comment une organisation peut au mieux engendrer une culture qui valorise le partage de créativité et l utilisation des connaissances? Davenport et Prusak (2000) pensent qu il faut stimuler les salariés par la récompense sur la base des contributions à la création et au partage des connaissances, favoriser l émulation des cadres, encourager l évaluation des décisions et de leur processus d élaboration à partir des connaissances mobilisées, recruter le personnel sur la base des potentialités cognitives des individus, enfin former tous les employés au par la connaissance. Parallèlement il est judicieux de développer la pluriculturalité ainsi que la transculturalité qui, en stimulant la créativité, facilitent le développement de l entreprise apprenante. d. Les aspects technologiques Bien que la technologie ne modifie pas de façon substantielle les connaissances, par définition latente, elle en facilite l extraction, la structuration, l appréhension, la capitalisation, la diffusion, le partage et l utilisation. Elle permet plus aisément de formaliser l intelligence et l expérience des individus afin de rendre accessible la bonne à la bonne personne au bon moment (Crié, 2003). IV. Le processus de gestion des connaissances Récemment, nous avons vu émerger plusieurs modèles conceptuels du processus de gestion des connaissances. Pourtant, un certain consensus s est développé autour du modèle avancé par Nonaka. Le processus SECI, ainsi nommé par Nonaka, est composé de quatre modes de conversion des connaissances à savoir : la Socialisation, l'externalisation, la Combinaison et l'internalisation. Selon ce dernier, la création des connaissances est liée à l'utilisation du langage et de la communication. Ainsi, en vertu de cela, il existe deux types de connaissances: les connaissances tacites et connaissances explicites. La connaissance explicite est la connaissance objective et relationnelle qui peut être exprimée à travers un langage formel et systématique avec des mots, des chiffres, des formules, etc. La connaissance tacite est personnelle et difficile à formaliser et se réfère à la connaissance qu'un individu, une communauté, une organisation ou un pays a incorporée dans son esprit, à la culture. Elle est très difficile à expliquer. La figure 2, illustre le modèle SECI (Nonaka et al., 2000, p. 12).

5 Figure 2 : le modèle SECI La socialisation est le processus de partage des expériences et de création des connaissances tacites. Un individu peut acquérir la connaissance tacite d'une autre personne sans recours à la langue juste par imitation. L'externalisation est le processus de conversion des connaissances tacites en connaissances explicites (connaissances formelles, accessibles, relativement facilement transmissibles entre individus et groupes) en utilisant des métaphores, des analogies et des modèles. L externalisation des connaissances tacites est la plus importante activité liée à la création des connaissances, mais aussi la plus difficile. La combinaison est le processus de création de connaissances explicites par fusion des connaissances issues de différentes sources. Ainsi, les individus changent et combinent leurs connaissances explicites par conversation téléphonique. L qui existe dans les bases de données peut être traitée pour produire de nouvelles connaissances explicites. L'internalisation est le processus d'intégration de la connaissance explicite à la connaissance tacite. Ceci est facilité si les individus peuvent revivre l'expérience des autres, indirectement. Dans l organisation de création des connaissances, ces quatre modèles de conversion des connaissances interagissent d une manière spirale. V. Les concepts gestion de l et gestion des connaissances Comme l a été déjà mentionné, les deux concepts gestion de l et gestion des connaissances se confondent du moment qu ils ont un point de départ commun : l. La figure 3 résume les aspects des deux concepts (Schlögl, 2005). Elle fournit une évaluation approximative des disciplines (et des professions) qui sont engagées dans l étude des deux concepts. Ainsi, l approche gestion de l peut être scindée en deux : une approche orientée technologie de l et une autre orientée contenu de l. Par contre, la gestion des connaissances (au sens strict) est un sujet pluridisciplinaire qui fait appel aux sciences de l organisation et du. Objects Terms Disciplines Narrower Broader terms terms data data IT technology (structure) system systems (technologyoriented ) systems business informatics (codified) infrastructure internal of infrastructure records (contentoriented) records

6 external provision of external work practices that relate to knowledge generation and sharing intellectual assets intellectual capital library and science knowledge organizational sciences sciences Figure 3: Information and knowledge : objects, terms and related disciplines VI. Le système d et le système de gestion des connaissances a. Système d Les systèmes d' sont largement utilisés dans les organisations du moment qu ils contribuent à améliorer leur fonctionnement (Galandere-Zile et Vinogradova, 2005). Un système d' peut être défini comme un groupe de composants qui agissent ensemble. Ces composants comprennent l'équipement (ou le matériel), instructions (ou logiciel), les données stockées dans le système, le personnel qui fait fonctionner le système et les procédures à suivre (Nickerson 1998). Les systèmes prennent en charge les processus métiers pour une ou plusieurs fonctions de l'entreprise (Galandere-Zile et Vinogradova, 2005). Un système d' simple ne prend en charge qu'une seule fonction de l'entreprise (par exemple, les systèmes de gestion de stock, les systèmes de paie, etc.), dans d'autres cas, les systèmes d' prennent en charge un certain nombre de fonctions de l'entreprise. Dans ce cas, les s sont transmises automatiquement, économisant ainsi du temps et du travail qui serait nécessaire pour maintenir l'intégrité de ces fonctions dans une organisation. Ces systèmes d' peuvent ainsi être appelés intégrés. Les systèmes d' offrent plusieurs avantages à l'organisation (Nickerson 1998). Ils permettent non seulement de stocker des données mais produisent de l', qui est la base d une bonne prise de décision. Ils fonctionnent à toute heure du jour ou de la nuit et traitent les données plus rapidement que les humains. Ils permettent ainsi d'accroître la productivité. b. Système de gestion des connaissances Un système de gestion des connaissances est un système d' qui supporte les initiatives de gestion des connaissances d une organisation. Il n existe pas un système de gestion des connaissances «clé en main». En effet, un système de gestion des connaissances peut incarner différents outils des technologies de l' et de la communication tels qu ils sont énumérés par (Maier 2002): Intranet Systèmes de gestion des documents et du contenu Workflows Outils du business intelligence Outils de visualisation

7 Groupware E-learning Actuellement, les développements récents des technologies collaboratives du web 2.0 (les réseaux sociaus, les wikis ) ouvrent de nouvelles perspectives pour la gestion des connaissances (Boughzala et Dudezert, 2012). Aussi, la technologie du cloud computing offre de nouvelles possibilités d utilisation des ressources virtualisées livrées en tant que services sur Internet. Une organisation peut donc atteindre ses objectifs de gestion des connaissances avec efficience en utilisation du cloud computing (Chin-Nung et al., 2011). Néanmoins, les différentes techniques retenues doivent s intégrer dans la démarche globale de l entreprise qui doit prendre en compte le capital humain, les processus autant que les caractéristiques de ses contenus nels (Ferchaud, 2001). De ce fait, un système de gestion des connaissances ne doit pas être considéré comme étant une base de données centralisée et volumineuse. Il peut plutôt être imaginé comme une large collection en réseau des données contextualisées et des documents liés aux répertoires des personnes et des compétences qui fournit de l intelligence pour analyser ces documents, les liens, les intérêts et le comportement des employés, ainsi que des fonctions avancées de partage des connaissances et de collaboration (Maier 2002). Ainsi, l implémentation réussie d un système de gestion des connaissances peut sembler insurmontable (Galandere-Zile et Vinogradova, 2005). Mais en réalité, il y a différents points de vue et approches d implémentation d'un système de gestion des connaissances. Certains experts ont indiqué que jusqu'à 90 pour cent de l'infrastructure nécessaire à la gestion des connaissances est déjà en place. Dans la plupart des organisations, cela se réfère à la structure existante des réseaux informatiques et des serveurs. Par conséquent, un seul petit changement dans le budget consacré à la technologie de l est nécessaire pour aller vers un système de gestion des connaissances (Lasker et Norton, 1996). Actuellement, la plupart des organisations qui avaient effectivement mis en œuvre des solutions de systèmes de gestion des connaissances ont combiné plusieurs outils et mis en œuvre des fonctions supplémentaires sur leur propre système d plutôt que d acheter un logiciel de système de gestion des connaissances spécialisées sur le marché. Thierauf (1999) propose une synthèse des facteurs critiques qui déterminent si le logiciel retenu pour la gestion des connaissances est le plus approprié pour fournir des connaissances aux décideurs. Par exemple: Le logiciel est-il facile à utiliser et permet-il le développement et l'utilisation des connaissances? Est ce que le logiciel fournit une analyse en profondeur des modèles et des tendances? Est-ce que le logiciel fait ce que les décideurs veulent? Est-ce que le logiciel permet aux décideurs d'accéder et d'analyser un grand nombre d's afin d'obtenir une connaissance pertinente?

8 Le logiciel est-il généralement une combinaison de packages conçus en considération de la taille de l'organisation ou sera t-il dépassé dans quelques années? Est ce que le logiciel fournit une flexibilité dans le développement des connaissances pertinentes pour répondre aux besoins des décideurs? Enfin, il est à signaler que le succès d'une organisation dans cette démarche d implémentation du système de gestion des connaissances dépend davantage de sa capacité à créer un environnement efficace pour la production de connaissances et leur application, ainsi que des connaissances et des talents qu elle peut recruter, développer et retenir en vue de fournir de l'innovation (Kim et Mauborgne, 1999). VII. Système de gestion des connaissances et système d : points communs et points de divergence Selon Galandere-Zile et Vinogradova (2005), le système d' et le système de gestion des connaissances ont comme objectif commun l amélioration du processus de prise de la décision. Pourtant, le système d' fournit juste une meilleure, tandis que le système de gestion des connaissances permet une prise de décision intelligente basée sur les meilleures pratiques, les connaissances et l'expérience organisationnelles, qui sont aujourd'hui très cruciales pour les organisations confrontées à la complexité croissante de l'environnement. Un système d diffère d un système de gestion des connaissances de par les fonctionnalités que peut incarner ce dernier à savoir : La communication: , workflow, newsgroup et list server. La gestion des documents. L'accès aux sources des données : bases de données, bases des documents bases, file servers et Web servers. La recherche. La visualisation. Un système d peut être est implémenté pour soutenir un seul processus métier, pourtant les systèmes de gestion des connaissances supportent des processus métiers intégrés, ainsi que des processus spécifiques liées à la gestion des connaissances. Ces processus concernent la création, l identification, le partage, la formalisation, la collection, l organisation, le transfert, et finalement l application de la connaissance. Un projet de système de gestion des connaissances devrait adopter une vision holistique ou organique de l'entreprise et doit englober différentes initiatives dans de nombreux domaines: système d, ressources humaines, design organisationnel, communication interne (Terra et Angeloni, 2002). Le succès d un projet système d est souvent jugé par rapport aux réalisations techniques (outre des considérations de coûts et de durée du projet). Par contre, la réussite d un projet système de gestion des connaissances a moins à voir avec les réalisations techniques et plus à voir avec les changements de comportement

9 ou d'actions issues des connexions ou des opportunités d'apprentissage que le projet facilite. Par conséquent un projet système de gestion des connaissances est considéré distinct du système d pourtant ce dernier est un catalyseur d un niveau plus élevé de collaboration et de partage des connaissances (Terra et Angeloni, 2002). VIII. Approche pratique du système de gestion des connaissances Le système de gestion des connaissances ainsi présenté a pour intitulé Ideen. Il appartient à la société SEBN MA. Il s agit de la filiale du groupe japonais Sumitomo Electric ayant pour activité principale la confection du faisceau de câble pour automobile. Actuellement, SEBN MA enregistre un chiffre d affaire mensuel moyen de 9 millions, compte 5000 collaborateurs et fabrique le câble complet pour WOLSWAGEN Polo, AUDI A1 et AUDI Q7 et des modules de câble pour WOLSWAGEN SCIROCCO, WOLSWAGEN SHARAN et WOLSWAGEN EOS. La production est exclusivement destinée à l exportation en juste à temps vers des clients du groupe : SEBN/UA MX TN BG R et d autres Hors groupe: FAURECIA, AUTOEUROPA. Idenn est un système de gestion des connaissances qui a pour objectif l amélioration des processus et l implication du personnel. Les inputs, les outputs, les moyens et les indicateurs d évaluation de ce système sont décrits dans la figure 4. Figure 4 : système de gestion des connaissances Ideen Management Le système de gestion des connaissances Idenn est géré par une équipe transverse dont les responsabilités et tâches sont décrites dans la figure 5.

10 Figure 5: responsabilités et tâches de l équipe Ideen Management Nom et Prénom Responsabilités et Tâches Département d appartenance Mme. Atika Jaouhar Pilote du projet Gestion de la trésorerie Mlle. Boulyakine fatiha Mme. Latifa el hirri Suivi des idées,statistiques et organisation de la distribution des cadeaux Suivi des idées Contrôle de gestion Planning Mme. Ilham Mousalih Suivi des idées Production Mme. asmae Rhallabi Contrôle du calcul,validation des gains et mise à jour sur Net Impact Contrôle de gestion Mme. Najat Sellami Evaluation, suivi des idées Production M. Qarchaoui abdenour Evaluation, audit et suivie des idées Planing M. Baja Rachid Evaluation, audit et suivie des idées Production M. Lamghari abdelatif Evaluation et suivi des idées Planing M. Bouazah driss Evaluation et suivi des idées Planing M. El alaoui mohamed M. Abdellatif Lmghari Suivi des idées plus instruction de travail Evaluation et suivi des idées Planing Planing M.Stito Mohamed Suivi des idées Planing Le système de gestion des connaissances Idenn obéit à un cycle de gestion des connaissances reproduit dans les figures 6 et 7.

11 Figure 6 : cycle de gestion des connaissances Ideen Management phase a Figure 7 : cycle de gestion des connaissancse Ideen Management phase b Conclusion Compte tenu de l'importance de la connaissance comme base du succès concurrentiel, les organisations ont intérêt à implémenter un système de gestion des connaissances.

12 L essor considérable des technologies de l' met à la disposition des organisations une panoplie d outils pour la gestion des connaissances. Or, un projet de système de gestion des connaissances ne peut être réduit à la seule dimension technologique. En effet, un tel projet incarne des aspects humains, organisationnels et culturels. Dans cet article nous avons apporté des précisions terminologiques par rapport aux concepts système d et système de gestion des connaissances. Nous avons démontré d un point de vue théorique et pratique que système d et système de gestion des connaissances ne sont pas synonymes. C est vrai que le premier supporte largement le second pourtant ils divergent de par les objectifs poursuivis, les fonctionnalités, les processus engagés et les approches d évaluation. Nous avons annoncé qu un système d est un catalyseur du système de gestion des connaissances, toutefois le succès du dernier dépond largement de la capacité créative et innovante des êtres humains. Somme toute, nous pensons que le succès d un système de gestion des connaissances dépend largement de la synergie entre aspects technologiques et aspects humains. Bibliographie George Ciprian GIJU, Leonardo BADEA, Víctor Raúl LÓPEZ RUIZ, Domingo NEVADO PEÑA, 2010, Knowledge Management the Key Resource in the Knowledge Economy,Theoretical and Applied Economics,Volume XVII (2010), No. 6(547), pp Davenport, Th.H., Prusak, P., Working Knowledge: How Organizations Manage What They Know, Harvard Business School Press, Boston, 1998 Dominique Crié, 2003, De l extraction des connaissances au Knowledge Management, Revue française de gestion, 2003/5 (no 146) C.B. Schoonhoven, M. Jelinek, 1990, Dynamic tension in innovative, high technology firms :Managing rapid technological change through organizational structure, Managing Complexity In High Technology Organizations, M.A.Von Glinow and S.A. Mohrman (eds.), Oxford University Press, p F. Blanchot, H. Isaac, E. Josserand, M. Kalika, B. de Montmorillon, P. Romelaer, 2000 «Décloisonnée et transversale, l organisation change», Expansion Management Review, n 98. Abhilasha Singha_ and Ebrahim Soltanib, 2010, Knowledge practices in Indian technology companies, Total Quality Management, Vol. 21, No. 2, T.H. Davenport, L. Prusak, 2000, Working Knowledge : How Organizations Manage What They Know, Harvard Business School Press, Nonaka, I., Toyama, R., Noboru, K. (2000). SECI, Ba and Leadership: a United Model of Dynamic Knowledge Creation. Christian Schlögl, 2005, Information and knowledge : dimensions and approaches, research,vol. 10 No. 4.

13 Imandra Galandere-Zile et Viktorija Vinogradova, 2005, Where is the Border Between an Information System and a Knowledge Management System, Managing Global Transitions Managing Global Transitions Volume 3, Number 2. Nickerson, R. C, 1998, Business and systems, Upper Saddle River, nj: PrenticeHall. Maier, R Knowledge systems: Information and communication technologies for knowledge. Berlin: Springer. I. Boughzala, A. Dudezert, 2012: "Knowledge Management 2.0, Organizational Models and Enterprises Strategies" IGI Global. Chin-Nung Liao, I-Liang Chih, Yan-Kai Fu, 2011, Cloud computing: A conceptual framework for knowledge system, Human Systems Management, Volume 30, Number 3. Bernadette Ferchaud, 2001, De la gestion de l à la gestion des connaissances,documentaliste-sciences de l'information, 2001/1 (Vol. 38). Lasker, H. H., and D. P. Norton, 1996, The new cio/ceo partnership, Computerworld, 22 January. Thierauf, R. J, 1999, Knowledge systems for business,. London: Quorum Books. Kim, W. C., and R. Mauborgne, 1999, Strategy, value innovation, and the knowledge economy. Sloan Management Review 40 (3): Terra, Jose Claudio & Angeloni, Terezinha (2002). 'Understanding the difference between Information Management and Knowledge Management'. ng%20the%20difference%20between%20infom.pdf

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Technologies et Knowledge Management. Knowledge Management. Panorama des technologies. Gilles Balmisse. Journée EGIDE - 4 mars 2003 1

Technologies et Knowledge Management. Knowledge Management. Panorama des technologies. Gilles Balmisse. Journée EGIDE - 4 mars 2003 1 Journée EGIDE - 4 mars 2003 1 Knowledge Management Panorama des technologies Journée EGIDE - 4 mars 2003 2 AU SOMMAIRE Introduction PARTIE 1 Panorama des technologies PARTIE 2 Portail de KM Conclusion

Plus en détail

KNOWLEDGE MANAGEMENT, LE NOUVEAU DÉFI

KNOWLEDGE MANAGEMENT, LE NOUVEAU DÉFI KNOWLEDGE MANAGEMENT, LE NOUVEAU DÉFI DES? 1 KNOWLEDGE MANAGEMENT, LE NOUVEAU DÉFI DES? PLAN I. GÉRER LES CONNAISSANCES, UNE NOUVELLE ACTIVITÉ? II. L ABSENCE DESRH DANS LA RÉFLEXION SUR LEKM III. INVESTIGUER

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED

Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED StarXpert 2011 STARXPERT - Siège social : 100 rue des Fougères 69009 LYON SAS au capital de 40 000 - Siret : 449 436 732 00035 - NAF : 723Z Table des matières

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Management des Ressources Humaines Source : http//mc3rh.unblog.fr/tag/documents/ Management et Gestion des Ressources Humaines : stratégies, acteurs et pratiques Etudiant : Romain Desnos Enseignant : Jacques

Plus en détail

Les NTIC faces aux défis du Knowledge Management. Claude Guittard

Les NTIC faces aux défis du Knowledge Management. Claude Guittard Les NTIC faces aux défis du Knowledge Management Claude Guittard Introduction 2 Connaissance ressource stratégique Tarondeau (1998) L école stratégique de l apprentissage (Mintzberg, 2003) Approche évolutionniste

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès L ingénieur diplômé de l Ecole des Mines d Alès est un généraliste de haut niveau scientifique. Il est

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

LES ORIGINES D ITIL Origine gouvernementale britannique 20 ans d existence et d expérience Les organisations gérant le référentiel :

LES ORIGINES D ITIL Origine gouvernementale britannique 20 ans d existence et d expérience Les organisations gérant le référentiel : La méthode ITIL plan Introduction C est quoi ITIL? Utilisation d ITIL Objectifs Les principes d ITIL Domaines couverts par ITIL Les trois versions d ITIL Pourquoi ITIL a-t-il tant de succès Inconvénients

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

COBIT (v4.1) INTRODUCTION COBIT

COBIT (v4.1) INTRODUCTION COBIT COBIT (v4.1) Un référentiel de «bonnes pratiques» pour l informatique par René FELL, ABISSA Informatique INTRODUCTION Le Service Informatique (SI) est un maillon important de la création de valeur dans

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

RECRUTEMENT, GESTION & ÉVALUATION DES TALENTS COMMENT PILOTER SA STRATÉGIE RH DE A À Z

RECRUTEMENT, GESTION & ÉVALUATION DES TALENTS COMMENT PILOTER SA STRATÉGIE RH DE A À Z RECRUTEMENT, GESTION & ÉVALUATION DES TALENTS COMMENT PILOTER SA STRATÉGIE RH DE A À Z AGENDA Qoveo en bref Stratégie RH : quels enjeux? Gestion des talents, de quoi parle-t-on? Mettre en œuvre un processus

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre Avant-propos 1. Objectif du livre 17 2. Illustrations des exemples de ce livre 18 2.1 Office 365 comme plateforme technologique pour une digital workplace 18 2.2 SharePoint et Yammer à l honneur 18 3.

Plus en détail

La GPEC : Une opportunité en temps de crise

La GPEC : Une opportunité en temps de crise La GPEC : Une opportunité en temps de crise Présentation issue de l atelier Campus merlane du 28/03/2013 Petit historique Un effet de mode Une connotation PSE Une volonté d exhaustivité des outils Un exercice

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Sommaire Organisation et fonctionnement de l'entreprise... 1 Les principales fonctions de l entreprise... 2 La notion de structure... 3 Caractéristiques d

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Production e-learning. Aide en réponse au besoin

Production e-learning. Aide en réponse au besoin Production e-learning Logiciel Création de documentation Aide en réponse au besoin Apprentissage Gestion des talents À propos de tts tts knowledge matters. tts est un fournisseur de services complets pour

Plus en détail

ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français)

ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français) ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français) Vue d ensemble de la formation ITIL est un ensemble de conseils sur les meilleures pratiques, devenu un référentiel

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

Le manager transversal

Le manager transversal Le 29 septembre 2009 Le manager transversal Au cœur des organisations matricielles C1 Les enjeux actuels de la transversalité 2 Diapositive 2 C1 Doc expertise - Chapitre A CEGOS-FRANCE; 20/10/2008 L émergence

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink SUCCESS STORY Le améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink ENTREPRISE Le DOMAINE D ACTIVITÉ Secteur Public Nexthink a été sélectionnée par le pour fournir

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Partie II: GRH et Management Organisationnel

Partie II: GRH et Management Organisationnel Partie II: GRH et Management Organisationnel 1 Il y a des managers : Directifs / Participatifs / Laxistes Temps 1 Participatif Autoritaire Laissezfaire Entretien 40% 31 29 In situ 33% 34 31 Temps 2 après

Plus en détail

Construire une équipe performante

Construire une équipe performante Petit-déjeuner des pme & startup Construire une équipe performante Esther Merino Arnedo Développement des ressources stratégiques, platinn Fribourg Centre Patronal, Paudex, le 26 avril 2013 Cycle de vie

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Collaboration DIM Contrôle de Gestion. Dr Christophe SCHMITT médecin DIM CH de Jury METZ

Collaboration DIM Contrôle de Gestion. Dr Christophe SCHMITT médecin DIM CH de Jury METZ Collaboration DIM Contrôle de Gestion Dr Christophe SCHMITT médecin DIM CH de Jury METZ 2 Définition du contrôle de gestion Définition du répertoire national des métiers de la Fonction Publique Hospitalière:

Plus en détail

Qu'est-ce que l'innovation?

Qu'est-ce que l'innovation? Qu'est-ce que l'innovation? Résumé : L innovation est avant tout un état d esprit. C est un processus vivant qui amène la direction à chercher à tous les niveaux la manière d être la plus performante pour

Plus en détail

Table des matières. Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Table des matières. Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise...................................................... Liste des figures.................................................................. Liste des tableaux...............................................................

Plus en détail

Introduction à ITIL. Un guide d'initiation à ITIL. Tana Guindeba, ing. jr Mars 2014. Guintech Informatique. Passer à la première page

Introduction à ITIL. Un guide d'initiation à ITIL. Tana Guindeba, ing. jr Mars 2014. Guintech Informatique. Passer à la première page Introduction à ITIL Un guide d'initiation à ITIL Tana Guindeba, ing. jr Mars 2014 1 ITIL Définition: ITIL (Information Technology Infrastructure Library) qui se traduit en français par «Bibliothèque pour

Plus en détail

Formation. Knowledge Management. Durée de la formation : 1 journée

Formation. Knowledge Management. Durée de la formation : 1 journée Formation Découvrir les principes de la gestion intégrée des connaissances au sein de l entreprise Durée de la formation : 1 journée Formules : Formule In-house (jusque 3 participants) Formation sur mesure

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Cadre d approche Y. Gillette, 4tivity C. Leloup, consultant www.4tivity.com www.afai.fr Plan Historique Problématique Mesure de la valeur de l entreprise

Plus en détail

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines?

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Dans le contexte actuel, les PME-PMI subissent de nombreuses contraintes : la mondialisation et la concurrence internationale, la nécessité d être

Plus en détail

Les Jeudis de la Reprise. Programme de Formation

Les Jeudis de la Reprise. Programme de Formation Les Jeudis de la Reprise Programme de Formation 1. Les objectifs : L'objectif fondamental de ce dispositif est d'aider un repreneur potentiel à reprendre une. Ce dispositif s'engage à accroître la capacité

Plus en détail

Pilotez, ajustez et optimisez votre portefeuille de projets

Pilotez, ajustez et optimisez votre portefeuille de projets Pilotez, ajustez et optimisez votre portefeuille de projets Intervenants 2 octobre 2014 Marianne Delétang Consultante Sénior Atos Grégory Sabathé Responsable Marketing NQI La solution web collaborative

Plus en détail

CCI Sud Alsace Mulhouse. «Dans les CCI d Alsace, un réseau social convertit la veille individuelle en veille collaborative» CAS

CCI Sud Alsace Mulhouse. «Dans les CCI d Alsace, un réseau social convertit la veille individuelle en veille collaborative» CAS CCI Sud Alsace Mulhouse «Dans les CCI d Alsace, un réseau social convertit la veille individuelle en veille collaborative» CAS Etude de cas réalisée par Stéphane Moracchini Rédacteur en chef de Intervenant

Plus en détail

Conférence SAQ. «Manager as a Coach» Présentation théorique des styles de management

Conférence SAQ. «Manager as a Coach» Présentation théorique des styles de management Conférence SAQ «Manager as a Coach» Présentation théorique des styles de management Catherine Vogt, 18 février 2015 Les styles de management Déroulement de la présentation Styles de management : les différents

Plus en détail

Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires

Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires «L Avenir de l agriculture : l Agriculteur!» Le jeudi 10 novembre 2011 Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires Edith Luc, Ph.D. Consultante et auteure en leadership des personnes

Plus en détail

Programme Partenaires Fournisseurs de services Parallels. Profitez du cloud!

Programme Partenaires Fournisseurs de services Parallels. Profitez du cloud! Programme Partenaires Fournisseurs de services Parallels Profitez du cloud! 1 Devenir Partenaire Parallels vous permet d'offrir une large gamme de services cloud aux PME-PMI, parmi lesquels : _Services

Plus en détail

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement»

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» «Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» Louis Fortin, MBA Président Actualisation IDH Le 23 avril 2014 Contenu de la présentation 1 L engagement en chiffre 4 Un leader mobilisateur 2 Les piliers

Plus en détail

Associer nos savoir-faire

Associer nos savoir-faire MAC-ERCI International, cabinet spécialisé en recrutement, évaluation et gestion des compétences, a été créé début 2007. En croissance depuis notre création, nous n avons de cesse de nous remettre en question

Plus en détail

Le développement managériale

Le développement managériale Le développement managériale Comment et pourquoi le manager est au centre du processus Le concept managériale: «Business & People Partner partner: Business partner : participer à l efficacité et à la qualité

Plus en détail

La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations. Hélène Beaugrand juillet 2014

La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations. Hélène Beaugrand juillet 2014 La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations Hélène Beaugrand juillet 2014 1 Sommaire 1 Qu entend-on par mobilité? 2 Les grands enjeux de la mobilité 3 La mobilité professionnelle en pratiques

Plus en détail

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 GESTION DE PROJET www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 Introduction à la Gestion de Projet... 3 Management de Projet... 4 Gestion de Projet informatique...

Plus en détail

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES 1 Base de données COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Objectifs du cours 2 Introduction aux bases de données relationnelles (BDR). Trois volets seront couverts : la modélisation; le langage d exploitation;

Plus en détail

La gestion du changement : vers l entreprise numérique

La gestion du changement : vers l entreprise numérique La gestion du changement : vers l entreprise numérique Les technologies de l information transforment nos habitudes de travail quotidiennes. Elles les automatisent en partie, réduisent généralement le

Plus en détail

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité Témoignage client Optimisation de la performance et gains de productivité performances Faciliter les revues de La réputation d Imec repose sur la qualité du travail de ses scientifiques, chercheurs, ingénieurs

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Pratique informée par

Pratique informée par Evidence-based practice Évidences Preuves Faits Données probantes Résultats probants Pratique factuelle Pratique exemplaire Pratique basée sur Pratique fondée sur Pratique informée par Quelques définitions

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Positiver la fonction de manager

Positiver la fonction de manager Positiver la fonction de manager Cycle de 9 jours soit 63 heures Les objectifs de la formation 1 COMMUNICATION MANAGÉRIALE Mieux se connaître dans son nouveau rôle de Manager. Prendre sa place et se positionner

Plus en détail

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION TROISIEME PARTIE LES PROGICIELS DE GESTION INTEGREE TABLE DES MATIERES Chapitre 1 : LA PLACE DES PGI... 3 Chapitre 2 : LE CYCLE DE VIE DES PGI... 6 Questions de cours...

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Le management territorial à l ère des réseaux

Le management territorial à l ère des réseaux Collection service public dirigée par Geneviève Jouvenel Jean-Yves Prax Le management territorial à l ère des réseaux, 2002 ISBN : 2-7081-2802-7 TABLE DES MATIÈRES Guide de lecture.........................................................

Plus en détail

La transformation numérique : facteur de convergence pour les professionnels de l information

La transformation numérique : facteur de convergence pour les professionnels de l information La transformation numérique : facteur de convergence pour les professionnels de l information Florence GICQUEL Directrice des Etudes florence.gicquel@ebd.fr 10 octobre LA TRANSFORMATION NUMERIQUE 2 La

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Lyon, le 1er juillet 2010. Nos réf. : bb/6124/22062010. Madame, Monsieur,

Lyon, le 1er juillet 2010. Nos réf. : bb/6124/22062010. Madame, Monsieur, Lyon, le 1er juillet 2010 Nos réf. : bb/6124/22062010 Madame, Monsieur, Suite au succès du Programme Leonardo Mobilité organisé en Belgique, Espagne et Danemark entre 2007 et 2009 et auquel ont participé

Plus en détail

L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012

L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012 L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012 20 juin 2012 Bénédicte Bailleul Directrice de l activité Externalisation 1 Agenda Présentation de Demos Outsourcing Méthodologie d enquête

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Valorisation du capital informationnel et connaissances de l entreprise

Valorisation du capital informationnel et connaissances de l entreprise Valorisation du capital informationnel et connaissances de l entreprise Le potentiel de la gestion et du partage des connaissances : Organiser dès aujourd'hui l'entreprise 2.0 Intervenant : Thierry MENARD,

Plus en détail

Le travail collaboratif et l'intelligence collective

Le travail collaboratif et l'intelligence collective THÈME INFORMATION ET INTELLIGENCE COLLECTIVE Pour l organisation, l information est le vecteur de la communication, de la coordination et de la connaissance, tant dans ses relations internes que dans ses

Plus en détail

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office Livre Blanc Bureau de Gestion de Projet PMO Project Management Office Rédacteur en chef : Sébastien ROUX 2015 Sommaire Introduction... 3 Définition et contexte... 4 Les généralités des PMO... 7 PMO Dédié

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Securex : L humain avant tout

Securex : L humain avant tout Securex : L humain avant tout Qui sommes-nous? Spécialistes des ressources humaines, nous sommes à vos côtés pour vous conseiller et ce, quelles que soient les questions que vous vous posez en la matière.

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur d'assistant de Manager est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire exerce

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

La Gestion d'affaires

La Gestion d'affaires Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ La Gestion d'affaires Copyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reproduction or distribution of this document, in any form, is expressly prohibited without the advance

Plus en détail

LES OUTILS NUMÉRIQUES AU SERVICE DE L'INNOVATION MANAGÉRIALE

LES OUTILS NUMÉRIQUES AU SERVICE DE L'INNOVATION MANAGÉRIALE LES OUTILS NUMÉRIQUES AU SERVICE DE L'INNOVATION MANAGÉRIALE AGENDA Management CHP 2.0 Contexte du Programme Management CHP 2.0 Présentation d outils de collaboration CHP Zoom sur iobeya 2 CONTEXTE DU

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise?

Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise? 1 Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise? Réfaat Chaabouni Salon de la création d entreprises Tunis 17-18 Octobre 2008 2 L innovation est synonyme de changement C est au sens large du

Plus en détail

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale Introduction à la notion d Intelligence Territoriale Copyright: La reproduction totale ou partielle de ce document est autorisée sous réserve qu il soit fait référence à l auteur. Aurélien Gaucherand Consultant

Plus en détail