BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices"

Transcription

1 BANKING BUSINESS CONSULTING Luxembourg Paris Brussels STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices 12/06/2012 1

2 Luxembourg Paris Brussels Les stress tests ou tests de résistance sont des techniques consistant à évaluer la capacité des établissements bancaires à résister à des conditions extrêmes mais plausibles. Face au renforcement de la réglementation et à la fragilité de la conjoncture macroéconomique, les institutions financières sont confrontées à des problématiques majeures: Comment intégrer les exigences réglementaires dans la construction des stresstests et quels modèles privilégiés? Comment faire pour que les stress tests ne soient plus une contrainte mais une véritable opportunité? Quels seraient les impacts sur le business modèle? Pour implémenter ces stress tests, les banques sont amenées à revoir leurs processus de pilotage des risques, à investir dans de nouvelles bases de données et outils, non seulement au regard des exigences réglementaires mais surtout pour anticiper plus sereinement les aléas du marché. Il est donc essentiel que les Stress tests soient considérés comme un réel outil de pilotage intégré dans la culture de risque de la banque et que leurs résultats influent directement sur le plan d actions stratégiques défini par la direction. 2

3 1. PERIMETRE DES STRESS TESTS De manière générale, il existe plusieurs types de Stress tests bancaires: des stress tests exigés par la réglementation bancaire et validés par le superviseur des stress tests réalisés à l initiative de la banque dans le cadre de sa gestion des risques Ces stress tests sont principalement appliqués au niveau micro pour évaluer la résistance d'un portefeuille, d'une activité ou d'une banque dans un contexte de crise. Stress Test par type de risque Risque de Crédit Risque de Marché Risque Opérationnel Risque de Liquidité P&L Stress Test Global/ Stress Test Inversé 2. STRESS TESTS EBA Paramètres à stresser Défauts, emprunts nonperformants, etc. Taux d'intérêt, taux de change Prix des actifs financiers VaR Stressée Mesures Internes (exp: parametres AMA) Ratios de liquidité Basel III Ratios de liquidité Internes Flux de trésorie et résultats net stressés Corrélations et intéractions entre les risques Business modéle stréssé à l'echelle du groupe EVOLUTION DE LA REGLEMENTATION DES STRESS TESTS Les directives en Stress Tests du comité de Bâle en matière de capital et liquidité ont été marquées par des évolutions majeures depuis 2009, notamment par la mise en place des stress tests européens (EBA). CONTEXTE DES STRESS TESTS EBA La crise économique européenne a soulevé l importance d une approche systémique dans l évaluation et le pilotage des risques bancaires. Il ne suffit plus d évaluer la vulnérabilité d une banque donnée, mais il est aussi nécessaire de sonder la résistance du système bancaire européen face aux risques de contagion (niveau macro). Les stress tests européens sont définis par l Autorité Bancaire Européenne (EBA) en coopération avec les autorités de surveillance prudentielles nationales, le Comité Européen du Risque Systémique (CERS), la Banque Centrale Européenne (BCE) et la Commission Européenne. Dans ce contexte, l Autorité Bancaire Européenne a pour objectifs de : Coordonner l ensemble des tests entre les autorités de supervision nationales Développer des standards techniques de tests communs pour apprécier leurs impacts sur la solidité des banques européennes Identifier les institutions qui peuvent présenter un risque systémique et renforcer leur supervision ainsi que leurs fonds propres METHODOLOGIE Les banques sont soumises à deux scénarios : Un scénario de base qui reprend les principales prévisions macroéconomiques existantes Un scénario adverse qui correspond à une période de fort ralentissement économique ou une récession En fonction des résultats, l EBA fournit des recommandations aux autorités de supervision nationales. LIMITES Les acteurs du système financier craignent que les hypothèses retenues par l EBA ne soient pas assez sévères compte tenu de l exposition de certaines banques au risque souverain. Dans ce contexte, pour sa troisième série de stress tests en 2012, l'eba a fixé les besoins en recapitalisation des banques européennes à 114,7 milliards d'euros. Pour se recapitaliser d ici fin juin, deux alternatives sont proposées: Soit les banques acceptent de constituer un matelas de sorte que leur ratio de fonds propres durs «Core Tier 1» soit porté à 9 %, en valorisant leurs dettes souveraines aux prix du marché Soit les banques se soumettent à un niveau de fonds propres requis plus important à 9.5% Toutefois, ces stress tests ne suffisent plus à rassurer les marchés face à la menace d'une contagion de la crise de la dette souveraine en Europe (aggravation de la crise en Grèce, récentes difficultés du secteur bancaire espagnol, etc), et à la forte incertitude régnant autour de la dette américaine. 3. DEFIS MAJEURES POUR LES BANQUES La mise en œuvre des Stress Tests demande au secteur bancaire de relever de vrais défis en terme de : 3

4 GOUVERNANCE Pour définir le cadre et les règles de gouvernance permettant une bonne coordination entre pôles métiers, direction des risques et direction financière MÉTHODOLOGIE DES SCENARIOS Pour explorer des scénarios plausibles au niveau macroéconomiques et au niveau micro (expositions de la banque) Pour être en mesure de changer les hypothèses sous-jacentes aussi souvent que nécessaire suivant l évolution des paramètres macro Pour traduire ces variables macroéconomiques en facteurs de risques (PD, LGD, cash-flows, P&L, etc.) qui peuvent être utilisés pour mesurer l impact des scénarios sur l activité de la banque (exemple: les prévisions de croissance par produits ou par zones géographiques, l appétit pour le risque, la rentabilité escomptée, les ratios de fonds propres cibles et la notation cible, les politiques de dividendes et de primes, la stratégie des coûts et les principales initiatives stratégiques) DONNÉES ET INFRASTRUCTURE (SI) Pour collecter un historique de données qualitatives et quantitatives en provenance des métiers et de la direction dans une base de données unique consolidée Pour définir une infrastructure permettant une approche ascendante (bottom-up) et descendante (top-down) en cohérence avec les besoins de stress tests PROCESSUS DE REPORTING Pour faire converger les processus de reporting métiers existants avec ceux des stress tests exigés par le régulateur. L objectif étant de mutualiser les coûts engendrés par ces deux processus parallèles. Pour déployer des outils de reporting permettant aux banques de répondre à ces deux besoins : métiers et règlementaires OUTIL DE PILOTAGE DE LA DIRECTION Pour utiliser le résultat des tests comme outil d aide à la décision et/ou pour modifier, ajuster le plan d action stratégique réalisé par la direction (Exemple : ajustement de la composition actif/passif) Pour optimiser les activités quotidiennes de gestion des risques (surveillance des flux de trésorerie sensibles ou réduction des limites de concentration) 4. «BEST PRACTICES» EN MATIERE DE STRESS TESTS Au-delà des exigences réglementaires, les stress tests bancaires peuvent être utilisés pour la planification stratégique, la gestion des risques, la définition d un niveau d appétence aux risques de pertes extrêmes, et la coordination des objectifs d allocation de capital. INTEGRATION DE TOUS TYPES DE RISQUES Les Stress Tests globaux ne consistent pas seulement à additionner des résultats individuels de tests, ils nécessitent un processus avec un scénario consistant. Le réalisme du scénario est la clé de l analyse à l échelle de la banque. Cette approche globale permet de: o identifier les lacunes de la stratégie actuelle de la banque o déterminer les mécanismes de réponse appropriés pour les principales catégories de risques o o évaluer les stratégies alternatives, et au vu des exigences accrues en fonds propres être capable d une allocation du capital optimisée pour atteindre les rendements recherchés UTILISATION DES STRESS TESTS POUR DEFINIR UN NIVEAU D APPÉTENCE AU RISQUE Etablir un niveau d appétence aux risques de pertes extrêmes, au-delà d une simple mesure de risque. La banque explore ses limites et les risques qu elle serait prête à accepter ou pas. Etablir un dispositif efficace pour les Stress tests et l intégrer dans la stratégie de gestion des risques: o L appétence au risque peut aider à sélectionner le type de chocs à analyser o Les stress tests peuvent aider à valider et affiner l appétence au risque REVERSE STRESS TESTS Les Reverse Stress tests (stress tests inversés) consistent à trouver des scénarios qui pourraient remettre en cause la solvabilité de la banque. Exécutés au moins une fois par trimestre, ils peuvent être : Appliqués à l échelle de la banque et/ou au niveau d un portefeuille ou un type de risque en combinant à la fois analyse qualitative et quantitative Utilisés pour prendre des décisions stratégiques qui intègrent au mieux la gestion de risque et pour aider à formuler et valider les plans de restructuration 5. COMMENT INITIO PEUT VOUS AIDER? En tant qu expert métier, Initio vous accompagne dans vos projets d homologation ou d amélioration de votre dispositif de «stress tests», en alliant conformité et pilotage effectif du risque. Voici quelques exemples de nos interventions : Etat des lieux sur les méthodes de réalisation et limites des stress tests existants (hypothèses retenues, fréquence, qualité des données et outils, interaction entre les types de risques et les acteurs, et niveau d implication de la direction) 4

5 Définition/Revue de la politique de stress-tests y compris des objectifs, des scénarios, des processus et des principaux facteurs (économiques, sociologiques, environnementaux, politiques, commerciaux, ) qui influenceraient les paramètres de risques Mise en œuvre fonctionnelle des stress tests et adaptation des systèmes d information le cas échéant Analyse des résultats des stress tests et évaluation des actions correctives en cohérence avec les décisions stratégiques, le profil de risque, la finance et les besoins en capital Capitalisation sur les reportings interne et règlementaire (ICAAP et stress test européens) comme outils clés de gestion et contrôles des risques Formation, diffusion d une culture de stress tests et assistance à la veille réglementaire 5

6 CONTACTS Frederik RADEMAKERS Director Brussels M Soumia LOTFI Risk & Compliance Manager Brussels M Viviane THALMENSY Risk & Compliance Manager Paris M A PROPOS D INITIO Initio est un cabinet de conseil en management, spécialisé dans le secteur bancaire et présent à Paris, Bruxelles et Luxembourg, trois grandes villes qui comptent aujourd hui dans ce secteur. Initio est organisée autour de 7 lignes de métiers, dont la ligne métier «Risk & Compliance», qui sont autant de lieux d excellence opérationnelle pour nos clients mais aussi de capitalisation, de transmission, et de réflexion pour nos consultants. Ce choix d être un spécialiste dédié au domaine de la banque nous permet d apporter notre dynamisme et une vraie valeur ajoutée à nos clients, ainsi que de les accompagner sur les aspects réglementaire, métier, pilotage et organisationnel de leurs projets. POUR EN SAVOIR PLUS Twitter

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques BANKING BUSINESS CONSULTING Luxembourg Paris Brussels POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques 11/05/2012 Luxembourg Paris Brussels La réforme Bâle III a énoncé de

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Evaluation complète des bilans bancaires Comprehensive assessment

Evaluation complète des bilans bancaires Comprehensive assessment Evaluation complète des bilans bancaires Comprehensive assessment Point presse du 21 octobre 2014 1 Le contenu de l exercice 1.1. Les objectifs de l évaluation complète des bilans Le règlement confiant

Plus en détail

OFFRE DE SERVICES. Conseils & services aux entreprises

OFFRE DE SERVICES. Conseils & services aux entreprises OFFRE DE SERVICES Conseils & services aux entreprises strategie operationnelle transformation des organisations management des systèmes d information pilotage de projets SYNERIA CONSULTING PRESENTATION

Plus en détail

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP L Union bancaire européenne : un remède anti-crise Les Rencontres de l IEFP Les principaux facteurs à l origine de la crise financière Un évènement déclencheur (les «subprimes») mais des origines multiples

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

REFERENTIEL. Manager en stratégie et développement Titre Bac+5 certifié niveau I par l Etat (J.O du 14 Avril 2012 - code 310)

REFERENTIEL. Manager en stratégie et développement Titre Bac+5 certifié niveau I par l Etat (J.O du 14 Avril 2012 - code 310) REFERENTIEL Manager en stratégie et développement Titre Bac+5 certifié niveau I par l Etat (J.O du 14 Avril 2012 - code 310) REFERENTIEL DE FORMATION " MANAGER EN STRATEGIE ET DEVELOPPEMENT " TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Directeur(trice) de la communication

Directeur(trice) de la communication Directeur(trice) de la communication Famille métier : Domaine d intervention : Communication externe Communication interne Relations publics Relations presse En entreprise / organisation Autres appelations

Plus en détail

Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation

Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation TROUVEZ LE BON ÉQUILIBRE AVEC DES SOLUTIONS LOGICIELLES ET DES PRESTATIONS DE CONSEIL POUR LA GOUVERNANCE OPÉRATIONNELLE PRENEZ UNE LONGUEUR

Plus en détail

La gestion des risques : impacts stratégiques et organisationnels au niveau de la gouvernance des

La gestion des risques : impacts stratégiques et organisationnels au niveau de la gouvernance des La gestion des risques : impacts stratégiques et organisationnels au niveau de la gouvernance des entreprises ABF Dr Moez JOUDI Expert-Consultant en gouvernance et stratégie Président de l ATG Enseignant-chercheur

Plus en détail

PRIVATE BANKING LA GESTION DE FORTUNES A LA BCEE

PRIVATE BANKING LA GESTION DE FORTUNES A LA BCEE PRIVATE BANKING LA GESTION DE FORTUNES A LA BCEE Sommaire La BCEE en quelques mots 5 Vos attentes 7 La Gestion de Fortunes Discrétionnaire 9 La philosophie 10 Nous vous écoutons 12 Nous mettons nos compétences

Plus en détail

ELLIPSIS SHORT TERM CREDIT FUND

ELLIPSIS SHORT TERM CREDIT FUND ELLIPSIS SHORT TERM CREDIT FUND Xxx Prospectus pour la Suisse La Société de Gestion : Le Représentant en Suisse : ELLIPSIS ASSET MANAGEMENT CARNEGIE FUND SERVICES S.A. La Banque Dépositaire : SOCIETE GENERALE

Plus en détail

Impacts de Solvabilité II sur la communication financière. Intervention de Viviane Leflaive

Impacts de Solvabilité II sur la communication financière. Intervention de Viviane Leflaive Impacts de Solvabilité II sur la communication financière Intervention de Viviane Leflaive 1 L enjeu central d une communication multinormes Résultat et performance / Capital et valeur / Exposition aux

Plus en détail

L expérience marocaine en matière de financement des PME

L expérience marocaine en matière de financement des PME L expérience marocaine en matière de financement des PME Par Monsieur Monsieur Ahmed LAHRACHE Adjoint au Directeur de la Supervision Bancaire i d l d l d h b Financement de la PME dans les pays du Maghreb

Plus en détail

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Présentation du cours

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Présentation du cours Séminaires Système D Information Formation Conduite du Changement Présentation du cours Objectifs Il s agit notamment de : Sensibiliser à la conduite du changement Comprendre les problématiques associées

Plus en détail

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

Business Optimising Consulting Group. Présentation du cabinet

Business Optimising Consulting Group. Présentation du cabinet Business Optimising Consulting Group Présentation du cabinet Qui sommes-nous Business Optimising Consulting Group, est un cabinet de conseil en organisation et management Développé par une équipe de management

Plus en détail

réglementation bancaire

réglementation bancaire Ensemble, anticipons la réglementation bancaire KPMG met à votre service des professionnels expérimentés, disposant d une forte connaissance sectorielle, pour vous aider à répondre à vos enjeux réglementaires.

Plus en détail

Comment utiliser les modèles mathématiques pour concevoir les stress tests?

Comment utiliser les modèles mathématiques pour concevoir les stress tests? Comment utiliser les modèles mathématiques pour concevoir les stress tests? Idriss Tchapda-Djamen 18 décembre 2015 Sommaire Exécutif 1. Les stress tests ont pris une importance depuis la dernière crise

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016 13 avril 2016 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Les risques qui pèsent sur la stabilité financière mondiale se sont intensifiés depuis l édition d octobre

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes

Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Activité et résultats Dexia 4 e trimestre et année 2007 Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes

Plus en détail

METHODOLOGIES ET OUTILS ASSOCIES. JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE

METHODOLOGIES ET OUTILS ASSOCIES. JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE FORMATION EN QUALITE-OUTILS METHODOLOGIES ET OUTILS ASSOCIES STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE , cabinet conseil spécialisé en stratégie, organisation d entreprise vous assiste dans vos

Plus en détail

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION 20.3.2007 Journal officiel de l Union européenne L 79/11 DIRECTIVES DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION du 19 mars 2007 portant application de la directive 85/611/CEE du Conseil portant coordination

Plus en détail

Présentation du rapport d activité 2014 de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution

Présentation du rapport d activité 2014 de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Présentation du rapport d activité 2014 de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Christian Noyer, président de l ACPR, gouverneur de la Banque de France Rémi Bouchez, président de la commission

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

de la part des membres de la holding afin que l intégration des sociétés entrantes se déroule pour le mieux et concrétise les synergies.

de la part des membres de la holding afin que l intégration des sociétés entrantes se déroule pour le mieux et concrétise les synergies. Chapitre 2 LA HOLDING : COHÉSION ET SYNERGIE La trentaine de membres s organisent autour de pôles de compétences nommés directions fonctionnelles du Groupe : Direction financière, Direction commerciale,

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

IXERP France. Cabinet de conseil en stratégie & Management des systèmes d information

IXERP France. Cabinet de conseil en stratégie & Management des systèmes d information IXERP France Cabinet de conseil en stratégie & Management des systèmes d information IXERP FRANCE, cabinet de conseil en stratégie et management des systèmes d information IXERP France a été créé en 2009

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

DE LA STRATEGIE D IMPLEMENTATION D BALE II EN TUNISIE

DE LA STRATEGIE D IMPLEMENTATION D BALE II EN TUNISIE L implémentation mentation de Bâle II dans les banques maghrébines DE LA STRATEGIE D IMPLEMENTATION D DE BALE II EN TUNISIE Badreddine BARKIA Directeur Général G de la Supervision Bancaire Banque Centrale

Plus en détail

Atelier C4. «ERM dans la croissance : de la stratégie à sa mise en œuvre»

Atelier C4. «ERM dans la croissance : de la stratégie à sa mise en œuvre» Atelier C4 «ERM dans la croissance : de la stratégie à sa mise en œuvre» Intervenants Alain AUBIGNAT Franck BARON Marc PAASCH Group Risk Manager General manager risk management and insurance International

Plus en détail

LES ACCORDS DE BÂLE III ET LA PREVENTION DES RISQUES FINANCIERS EN MILIEU BANCAIRE

LES ACCORDS DE BÂLE III ET LA PREVENTION DES RISQUES FINANCIERS EN MILIEU BANCAIRE LES ACCORDS DE BÂLE III ET LA PREVENTION DES RISQUES FINANCIERS EN MILIEU BANCAIRE Les accords de Bâle et la gestion des risques financiers en milieu bancaire Dispositif Bâle 2.5 (approuvé en juillet 2009)

Plus en détail

Le système financier entre libéralisation et règlementation 17 Janvier 2012

Le système financier entre libéralisation et règlementation 17 Janvier 2012 17 Janvier 2012 I. Le système financier 1. Définition Le cadre : des frontières floues Les acteurs : Banques Compagnies d assurance Entreprises d investissement (sociétés de gestion d actifs) Intermédiaires

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Consulting Offre de services

Consulting Offre de services Consulting Offre de services 2016 Sommaire 1 Présentation du cabinet 2 Offre de services Consulting 3 Référence clés 2 1 Présentation du cabinet BROME est un cabinet de conseil en management et systèmes

Plus en détail

Atelier B011. Intervenants. Modérateur. Dan CHELLY. Chrystelle BUSQUE. Catherine VERET JOST. Gérard LANCNER. Directeur Métier Risk Management

Atelier B011. Intervenants. Modérateur. Dan CHELLY. Chrystelle BUSQUE. Catherine VERET JOST. Gérard LANCNER. Directeur Métier Risk Management Atelier B011 Intervenants Dan CHELLY Directeur Métier Risk Management Chrystelle BUSQUE Directeur ERM Catherine VERET JOST Modérateur Gérard LANCNER Présidente de CAVEJO SAS Remplacé par Catherine VERET

Plus en détail

La publicité : comment m y prendre? Donner une identité commerciale à mon entreprise

La publicité : comment m y prendre? Donner une identité commerciale à mon entreprise La publicité : comment m y prendre? Donner une identité commerciale à mon entreprise Créateurs/repreneurs d entreprise, chefs d entreprise, conjoints, salariés, associés Définir ses outils de communication

Plus en détail

CHAPITRE 1. Le contrôle de gestion : support du pilotage stratégique dans la banque 1.1 CONTRÔLE DE GESTION ET CRÉATION DE VALEUR

CHAPITRE 1. Le contrôle de gestion : support du pilotage stratégique dans la banque 1.1 CONTRÔLE DE GESTION ET CRÉATION DE VALEUR CHAPITRE 1 Le contrôle de gestion : support du pilotage stratégique dans la banque 1.1 CONTRÔLE DE GESTION ET CRÉATION DE VALEUR L émergence d une fonction contrôle de gestion au sein des entreprises est

Plus en détail

Le cabinet. Notre expertise métier. Quelques chiffres clés. Nos services. Nos offres. Nos clients. Nos atouts P. 2 P. 3 P. 4 P. 5 P. 6 P.

Le cabinet. Notre expertise métier. Quelques chiffres clés. Nos services. Nos offres. Nos clients. Nos atouts P. 2 P. 3 P. 4 P. 5 P. 6 P. Le cabinet Quelques chiffres clés P. 2 Notre expertise métier P. 3 Nos services Nos offres P. 4 P. 5 Nos atouts P. 6 Nos clients P. 7 QUELQUES CHIFFRES CLÉS 2 NOTRE EXPERTISE MÉTIER 3 Nombre de clients

Plus en détail

Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe. Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014

Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe. Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014 Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014 NOTES D ALLOCUTION Pour de plus amples renseignements : Brock Kruger

Plus en détail

Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA)

Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA) Bruxelles, le 15 mars 2012. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA) Résultat net avant activités abandonnées d EUR 585 millions (*), après dépréciation des

Plus en détail

Piloter sa démarche qualité efficacement Claude Ferreboeuf

Piloter sa démarche qualité efficacement Claude Ferreboeuf Piloter sa démarche qualité efficacement Claude Ferreboeuf p. 1 Sommaire 1 Le système de management - C est quoi avec les 5 parties intéressées? - Le pilotage par le fonctionnement des processus (Statique)

Plus en détail

Stratégie commerciale

Stratégie commerciale Stratégie commerciale Vous êtes convaincus que vous avez développé un processus commercial efficace pour répondre aux besoins de vos clients, Vos clients sont satisfaits de vos produits, et/ou de vos prestations,

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Master Administration des Entreprises

Master Administration des Entreprises Ce descriptif de cours est donné à titre indicatif et est susceptible d être modifié selon les besoins de formation des étudiants. Objectifs de la formation en gestion La mention «Management et» a pour

Plus en détail

Directives pour le contrôle interne Association suisse des banquiers (ASB) Juin 2002

Directives pour le contrôle interne Association suisse des banquiers (ASB) Juin 2002 Directives pour le contrôle interne Association suisse des banquiers (ASB) Juin 2002 2 Table des matières Préambule 3 I. Définition, objectifs et délimitation 4 II. Surveillance par le management et culture

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

Discours du Gouverneur de la Banque de France. Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés.

Discours du Gouverneur de la Banque de France. Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés. Discours du Gouverneur de la Banque de France Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés 30 novembre 2015 Mesdames, Messieurs, Cette conférence organisée grâce à la 2 Investing

Plus en détail

Article 2 Entrée en vigueur Le présent règlement entre en vigueur au 1 er janvier 2016.

Article 2 Entrée en vigueur Le présent règlement entre en vigueur au 1 er janvier 2016. Règlement CSSF N 15-04 - taux de coussin contracyclique Règlement CSSF N 15-04 sur la fixation du taux de coussin contracyclique. - reprend: Règ. UE n 1024/2013 Dir. UE n 36/2013 (accès à l'activité

Plus en détail

15 Octobre 2009 Les facteurs critiques de succès pour la modélisation Solvabilité II

15 Octobre 2009 Les facteurs critiques de succès pour la modélisation Solvabilité II 15 Octobre 2009 Les facteurs critiques de succès pour la modélisation Solvabilité II 1 ACTUARIS est une société membre de Watson Wyatt Worlwide Sommaire 1 Garantir la qualité des données est un préalable

Plus en détail

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mémorandum n 1 Secteur Public Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mars 2012 Sommaire Pratiques et Tendances 2 - Le Baromètre Grant Thornton / Association des Agents Comptables.

Plus en détail

FORMATION DES DIRIGEANTS LIGUE de JUDO JUJITSU ET D.A. des PAYS DE LA LOIRE Préparation olympiade 2012/2016

FORMATION DES DIRIGEANTS LIGUE de JUDO JUJITSU ET D.A. des PAYS DE LA LOIRE Préparation olympiade 2012/2016 FORMATION DES DIRIGEANTS LIGUE de JUDO JUJITSU ET D.A. des PAYS DE LA LOIRE Préparation olympiade 2012/2016 Maîtriser les bases de la gestion associative est essentiel pour tous les dirigeants bénévoles

Plus en détail

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001.

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001. Sommaire En bref : gérer l énergie pour l avenir EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001 Etudes de cas En bref : gérer l énergie pour l avenir VOTRE LOGO Gérer l énergie pour l avenir Des

Plus en détail

Management de la santé et de la sécurité au travail. Optimisez votre gestion par des objectifs et des indicateurs pertinents

Management de la santé et de la sécurité au travail. Optimisez votre gestion par des objectifs et des indicateurs pertinents Management de la santé et de la sécurité au travail Optimisez votre gestion par des objectifs et des indicateurs pertinents Objectifs et indicateurs : 1 Décliner la politique de prévention La politique

Plus en détail

L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE

L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE chiffres clés decp 2013 ÉPARGNE patrimoniale L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE Une plate-forme d expertise Une offre complète de produits patrimoniale et services La Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale

Plus en détail

GO Consulting. Conseil en Stratégie et Management. www.goconsulting.ma

GO Consulting. Conseil en Stratégie et Management. www.goconsulting.ma GO Consulting Conseil en Stratégie et Management 2015 www.goconsulting.ma 1 Agenda Présentation du cabinet Pourquoi nous? Métiers du cabinet Références significatives Management du cabinet Votre contact

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

L Enterprise Risk Management au service du pilotage stratégique

L Enterprise Risk Management au service du pilotage stratégique L Enterprise Risk Management au service du pilotage stratégique L Enterprise Risk Management vise à obtenir une vue d ensemble des risques qui pèsent sur une organisation, en mettant notamment en évidence

Plus en détail

(Extrait du code de transparence pour LFR Euro Développement Durable)

(Extrait du code de transparence pour LFR Euro Développement Durable) (Extrait du code de transparence pour LFR Euro Développement Durable) * + b. Quels sont les moyens internes et externes mis en œuvre pour conduire cette analyse? Les gérants de La Financière Responsable

Plus en détail

Focus sur Solvabilité II et ORSA

Focus sur Solvabilité II et ORSA Focus sur Solvabilité II et ORSA Dispositions prudentielles au cœur de notre futur Pour rappel, Solvabilité II est le nouveau cadre prudentiel européen prévu pour promouvoir la bonne gouvernance et la

Plus en détail

Rothschild Patrimoine

Rothschild Patrimoine Rothschild Patrimoine Rothschild & Cie Banque, Maison indépendante, à taille humaine et hautement spécialisée, a créé Rothschild Patrimoine, afin de répondre aux exigences des particuliers fortunés, et

Plus en détail

Financer sa reprise avec HSBC. Marché des Entreprises

Financer sa reprise avec HSBC. Marché des Entreprises Financer sa reprise avec HSBC Marché des Entreprises Sommaire Le Groupe HSBC : la banque des entreprises Le réseau international du Groupe HSBC Pourquoi choisir HSBC en France? HSBC Partenaire du CRA Analyse

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

Risques de contagion en provenance des marchés émergents

Risques de contagion en provenance des marchés émergents DIRECTION ECONOMIC DES RESEARCH ETUDES DEPARTMENT ECONOMIQUES Risques de contagion en provenance des marchés émergents Comme le souligne le FMI, dans la dernière édition du Rapport sur la stabilité financière

Plus en détail

La migration d'un Core Banking

La migration d'un Core Banking La migration d'un Core Banking Par Florent WATRIN Le 02/10/2014 CALIS CONSEIL - 110, rue Réaumur - 75002 PARIS - Tél.: 01.42.86.03.47 Site internet : http://www.calis-conseil.com - Courriel : infos@calis-conseil.com

Plus en détail

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office Livre Blanc Bureau de Gestion de Projet PMO Project Management Office Rédacteur en chef : Sébastien ROUX 2015 Sommaire Introduction... 3 Définition et contexte... 4 Les généralités des PMO... 7 PMO Dédié

Plus en détail

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session Objectifs pédagogiques GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum par Analyser les procédures de préparation et de montage des projets.

Plus en détail

Xerya, l'informatique comme une seconde nature...

Xerya, l'informatique comme une seconde nature... Xerya, l'informatique comme une seconde nature... X@ Sommaire Xerya 1. Qui sommes nous? 2. Nos services 3. Expertise SAP ERP 4. Expertise SAP BI 5. Notre Méthodologie 6. Nos Atouts 7. Valorisation de la

Plus en détail

Amadeo Excellence. La solution patrimoniale sur mesure

Amadeo Excellence. La solution patrimoniale sur mesure Amadeo Excellence La solution patrimoniale sur mesure Dynamisez, protégez et optimisez votre patrimoine La gamme Amadeo Excellence comprend deux contrats haut de gamme : Un contrat d assurance-vie et un

Plus en détail

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE 13.10.2011 Journal officiel de l Union européenne C 302/3 COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE DÉCISION DU COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE du 21 septembre 2011 relative à la fourniture et à la collecte

Plus en détail

EH Caution. Le garant de la réussite de vos projets. www.eulerhermes.fr/caution-et-garanties. * Notre savoir-faire au service de votre réussite

EH Caution. Le garant de la réussite de vos projets. www.eulerhermes.fr/caution-et-garanties. * Notre savoir-faire au service de votre réussite caution environnement EH Caution Le garant de la réussite de vos projets www.eulerhermes.fr/caution-et-garanties * Notre savoir-faire au service de votre réussite * Euler Hermes, Avec Euler Hermes, j ai

Plus en détail

BDO Secteur Public. Novembre 2012

BDO Secteur Public. Novembre 2012 BDO Secteur Public Novembre 2012 SOMMAIRE 1. Le réseau BDO Page 3 2. BDO Secteur Public Page 7 3. Votre contact Page 12 Page 2 Le réseau BDO BDO conjugue l expertise et les moyens d un grand réseau international

Plus en détail

Expertise, Métiers et Logiciels de Microfinance

Expertise, Métiers et Logiciels de Microfinance La microfinance se développe actuellement pour dépasser le stade du «crédit aux entreprises» et s élargir aux «services financiers destinés à réduire la vulnérabilité et améliorer le niveau de vie». Dans

Plus en détail

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions énergie Kezako che cosa è? C est quoi donc? Qué es? Was ist das??? Hablas ENERGIE? Do you speak ENERGIE?? Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions ? Management de l énergie L ISO 50001? SOMMAIRE

Plus en détail

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011 La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise 14 avril 2011 La connaissance des entreprises par la Banque de France La cotation pour les entreprises et les banques GEODE pour les

Plus en détail

Comment redéfinir la relation bancaire

Comment redéfinir la relation bancaire Comment redéfinir la relation bancaire 22 novembre 2011 1 A quoi ressemblera une banque demain? 2012: risque d augmentation des défaillances d entreprises Polémique sur la séparation des activités de détail

Plus en détail

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE Virginie TERRAZA Associate professor, CREA Université du Luxembourg Ces dernières années, les établissements bancaires européens ont eu massivement

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA REORGANISATION DU SERVICE GESTION RECOUVREMENT CONTENTIEUX ET DU SERVICE COMPTABILITE CAHIER DES CHARGES

ACCOMPAGNEMENT A LA REORGANISATION DU SERVICE GESTION RECOUVREMENT CONTENTIEUX ET DU SERVICE COMPTABILITE CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA REORGANISATION DU SERVICE GESTION RECOUVREMENT CONTENTIEUX ET DU SERVICE COMPTABILITE CAHIER DES CHARGES 1/8 ARTICLE 1 PREAMBULE CILGERE a décidé de se faire accompagner dans la mise

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Finance et placements Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES

Cours orienté vers la pratique Finance et placements Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES Cours orienté vers la pratique Finance et placements Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES L EXAMEN COMPORTE SIX (6) QUESTIONS À DÉVELOPPEMENT VALANT 45 POINTS ET CINQ (5) QUESTIONS À CHOIX MULTIPLES VALANT

Plus en détail

L ORSA comme outil de pilotage

L ORSA comme outil de pilotage L ORSA comme outil de pilotage Université d été de l IA 20 juillet 2011 Sommaire Rappel des grands principes de l ORSA L ORSA comme outil de pilotage mise en œuvre 2 La directive Solvabilité II La directive

Plus en détail

La veille stratégique, un incontournable outil d aide à la décision

La veille stratégique, un incontournable outil d aide à la décision La veille stratégique, un incontournable outil d aide à la décision 1 Par Clément EMAGA Consultant en innovation & veille prospective Pour parler de veille, nous déclinerons notre expression autour de

Plus en détail

Discours de Monsieur Abdellatif Jouahri Gouverneur de Bank Al-Maghrib

Discours de Monsieur Abdellatif Jouahri Gouverneur de Bank Al-Maghrib SÉMINAIRE RÉGIONAL DE HAUT NIVEAU SUR LE CIBLAGE DE L INFLATION Rabat, Maroc, 4 avril 2007 Discours de Monsieur Abdellatif Jouahri Gouverneur de Bank Al-Maghrib Séminaire régional de haut niveau sur le

Plus en détail

Processus du G20. Sommet Bancaire Francophone 2011. Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Processus du G20. Sommet Bancaire Francophone 2011. Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l Autorité de Contrôle Prudentiel Sommet Bancaire Francophone 2011 Bâle 3 et nouvelles règles prudentielles Processus du G20 Banque 04/03/2011 de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l

Plus en détail

Anticipez la demande Une optimisation plus rapide

Anticipez la demande Une optimisation plus rapide Amadeus Hotel Revenue Management System Des solutions pour l hôtellerie Anticipez la demande Une optimisation plus rapide 2 Des solutions pour l hôtellerie Dans la course vers l optimisation des revenus,

Plus en détail

Piloter le contrôle permanent

Piloter le contrôle permanent Piloter le contrôle permanent Un cadre règlementaire en permanente évolution L évolution des réglementations oblige les institutions financières à revoir leur dispositif de contrôle Secteur bancaire CRBF

Plus en détail

Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat (Lomé, du 07 au 11 février 2011)

Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat (Lomé, du 07 au 11 février 2011) AFRITAC de l Ouest Bamako - Mali Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat (Lomé, du 07 au 11 février 2011) Gestion de la trésorerie de l Etat et endettement publique Coumba FALL GUEYE, Conseillère

Plus en détail

Des solutions qui supportent vos ambitions

Des solutions qui supportent vos ambitions Des solutions qui supportent vos ambitions Réussir ses objectifs stratégiques Dans un environnement social et économique mondialisé en perpétuelle mouvance, où harmonisations législatives et réglementaires

Plus en détail

La réforme de l organisation prudentielle

La réforme de l organisation prudentielle Réglementation 7 La réforme de l organisation prudentielle La mise en place de ces dispositifs prudentiels a incontestablement amélioré la sécurité du système financier. Il ne permet cependant plus aujourd

Plus en détail

Position paper. AnaCredit. enjeux et impacts. pour les établissements de crédit. Trusted partner for your Digital Journey

Position paper. AnaCredit. enjeux et impacts. pour les établissements de crédit. Trusted partner for your Digital Journey Position paper AnaCredit enjeux et impacts pour les établissements de crédit Trusted partner for your Digital Journey Une des conséquences de l hétérogénéité de la remontée des données de crédit est la

Plus en détail

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Faits saillants Étant donné que, d après les prévisions, la croissance du trafic aérien doublera au cours des 15 prochaines années, il faut s occuper proactivement

Plus en détail

L Investissement Socialement Responsable, prêt à porter ou sur-mesure? Conférence du 19/04/2013 co-organisée avec Fédéris Gestion d actifs

L Investissement Socialement Responsable, prêt à porter ou sur-mesure? Conférence du 19/04/2013 co-organisée avec Fédéris Gestion d actifs L Investissement Socialement Responsable, prêt à porter ou sur-mesure? Conférence du 19/04/2013 co-organisée avec Fédéris Gestion d actifs Introduction Pourquoi cette conférence avec Fédéris? Pourquoi

Plus en détail

SUR L ACCUEIL D UN STAGIAIRE

SUR L ACCUEIL D UN STAGIAIRE Guide d information SUR L ACCUEIL D UN STAGIAIRE 3 UNE RESSOURCE DE CHOIX POUR VOTRE ORGANISATION LE STAGIAIRE Les stagiaires de l ENAP sont des étudiants désirant compléter leur programme d études de

Plus en détail

SEMINAIRES DE DIRECTION

SEMINAIRES DE DIRECTION SEMINAIRES DE DIRECTION Conçus spécialement pour les membres de la direction, ces séminaires sont concis et pratiques. Ils peuvent prendre la forme de présentations avec études de cas à l appui, ou de

Plus en détail

R E V U E D E S T A B I L I T E F I N A N C I E R E

R E V U E D E S T A B I L I T E F I N A N C I E R E Avant-propos Au cours de l année écoulée, de nombreux points de réforme fondamentaux ont abouti au sein de l Union européenne. Ces mesures, en plus de celles mises en place au niveau national, ont contribué

Plus en détail

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Principales propriétés de l ORSA Les grands principes Vision prospective L évaluation des risques dans l ORSA

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF LUX VIE AU 31/01/2013 ANALYSE DU PORTEFEUILLE DE CARDIF LUX VIE. Février 2013

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF LUX VIE AU 31/01/2013 ANALYSE DU PORTEFEUILLE DE CARDIF LUX VIE. Février 2013 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF LUX VIE AU 31/01/2013 ANALYSE DU PORTEFEUILLE DE CARDIF LUX VIE 1 PRÉSENTATION DE CARDIF LUX VIE CARDIF LUX VIE EN BREF Compagnie d assurance née de la fusion de deux acteurs

Plus en détail

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle enjeux Comment accroître la qualité de vos services tout en maîtrisant vos coûts? Equinox Consulting vous accompagne aussi bien dans la définition

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU

INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU DISPOSITIF DE CONTRÔLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES COMME CADRE DE L INTEGRITE Expérience de l ONEE-Branche Eau DAO 1 Mostafa ETTOURKI Direction Audit et Organisation

Plus en détail