RETOUR SUR LA JOURNEE TECHNIQUE PARTENARIALE LES PLANTES ENVAHISSANTES DES MILIEUX AQUATIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RETOUR SUR LA JOURNEE TECHNIQUE PARTENARIALE LES PLANTES ENVAHISSANTES DES MILIEUX AQUATIQUES"

Transcription

1 RETOUR SUR LA JOURNEE TECHNIQUE PARTENARIALE LES PLANTES ENVAHISSANTES DES MILIEUX AQUATIQUES Jeudi 28 Juin 2012 à Roquebrune sur Argens 1

2 Contexte INVASIVES - Journée du 28 JUIN 2012 Les événements climatiques des 15 et 16 juin 2010 dans le Var et notamment sur l Argens ont entraîné d importants dégâts autour du lit du fleuve et notamment une destruction parfois totale de la ripisylve. Devant l apparition de la renouée du Japon sur les berges de l Argens, et afin de respecter les préconisations des experts naturalistes dans le cadre des inventaires écologiques sur le site Natura 2000 Val d Argens, une étude a été menée entre septembre 2011 et mars 2012 sur les plantes invasives présentes sur le cours de l'argens (Concept Cours d Eau) afin de localiser les plantes invasives présentes et d identifier les stratégies de gestion. Il en ressort notamment qu il existe à ce jour une réelle opportunité de «lutter» contre la Jussie à grandes fleurs du fait de la réduction de sa surface suite aux 2 inondations successives de juin 2010 et novembre 2011; les Jussies sont en effet passées sur le plan d eau de Basse Roques (commune de Roquebrune sur Argens) de m² en 2008 à m² en 2011 Intérêt de la journée Outre la présentation de la méthodologie de l étude, l objectif de cette journée est de s appuyer sur des experts pour sensibiliser les gestionnaires de milieux aquatiques et leur apporter des éléments concrets leur permettant d intervenir efficacement contre ces espèces invasives telles que la Jussie. L intérêt est d avoir des retours d expériences très concrets afin que les participants puissent appréhender les différentes stratégies de gestion avec les avantages et les inconvénients. La renouée du Japon et la Jussie sont les espèces ciblées 2

3 Cadre règlementaire Le plan d eau de Basse Roques se situe dans le périmètre du site Natura 2000 Val d Argens ; les interventions de l après midi (arrachages mécanique et manuel de Jussies) répondent à 6 objectifs de gestion de ce site Natura 2000, à savoir : - Maintenir la dynamique naturelle et la biodiversité du corridor de végétation riveraine et alluviale - Préserver les prairies de grande valeur biologique - Maintenir et suivre la qualité des eaux superficielles - Maintenir le fonctionnement naturel des cours d eau pour garantir la diversité des habitats et espèces aquatiques associées - Lutter contre les espèces exogènes à caractère envahissant - Maintenir et développer des milieux ouverts Deux habitats de ripisylve sont présents sur ce site: «saulaie peupleraie blanche» (code 92A0-6) et «saulaie méditerranéenne à saule pourpre et saponaire officinale» (code ) : il est donc nécessaire de veiller à ne pas dégrader ces milieux. Le lac est également classé d intérêt communautaire ; à ce titre la végétation flottante doit être préservée. Un contrat Natura 2000 intitulé «Lutter contre les espèces invasives» a d ailleurs été prévu dans le DOCOB. L impact des interventions envisagées est considéré comme nul car seule l intervention mécanique peut éventuellement provoquer des matières en suspension (MES) ; toutefois, ces interventions seront situées à l opposé de la connexion avec l Argens. Le profil des berges et l absence de courant sur ce plan d eau induisent une précipitation quasi immédiate de ces MES et donc aucun impact sur l Argens. 3

4 Cadre règlementaire Vis à vis de ce contexte particulier, 2 courriers ont été envoyés aux services de l Etat dans le cadre de l organisation des ateliers d arrachage de l après midi: - 1 destiné à la DDTM, service «Eau et Milieux Aquatiques», afin de solliciter une autorisation au titre de la police de l eau - 1 destiné à la DDTM, service «Natura 2000», pour informer du déroulé de ces chantiers Ces courriers ont été joints d un dossier technique reprenant le contexte de l opération et les méthodologies envisagées. En date du 30 Mai, un courrier de réponse a validé la démarche. 4

5 MATIN - Accueil des participants INVASIVES - Journée du 28 JUIN 2012 Déroulement de la journée - Présentation rapide du contexte par le RRGMA et le CG83 - Mireille BOYER (Concept cours d Eau) : Présentation de la renouée du Japon et de la méthodologie utilisée par le bureau d étude Concept cours d eau dans le cadre de l étude menée pour le CG, quelques résultats mais surtout présentation de cas concrets extérieurs au BV de l Argens avec stratégies de lutte préconisées : exemples de chantier avec avantages/inconvénients + coûts + préconisations - Alain DUTARTRE (Irstea) : Présentation des Jussies (biologie, écologie), des stratégies de gestion envisageables, exemples d interventions dans différents contextes (efficacité / limites, indications de coûts), démarche de choix des techniques applicables dans le contexte local - Echanges avec les participants - PAUSE DEJEUNER (pique nique devant la bâtisse du propriétaire) APRES MIDI L après midi s est déroulée sur le site du lac de Basse Roques (commune de Roquebrune sur Argens). Ce lac présente de nombreux foyers de Jussie qui ont déjà fait l objet de chantier d arrachage dans le passé. L objectif de l après midi n est pas de faire du quantitatif mais bien de monter un chantier pédagogique afin de sensibiliser les participants aux préconisations à envisager dans le cadre 5 d un chantier d arrachage : quelles sont les règles incontournables, les préconisations, etc

6 Localisation du Plan d eau de Basse Roques Ce plan d eau se situe entre les villages du Muy et de Roquebrune sur Argens, en 6 amont du pont de l A8, en rive droite de l Argens

7 INVASIVES - Journée du 28 JUIN 2012 Déroulement de l après midi Les berges de ce plan d eau présentent 2 configurations distinctes: a. Des berges à pente très douce sur environ ¼ du périmètre du plan d eau ; cette configuration est idéale pour l implantation de la Jussie qui a besoin d ensoleillement. On retrouve alors la Jussie sous 2 formes Une forme développée pour les herbiers en bordure des eaux (forme aquatique) Une forme prostrée pour les herbiers émergés plus éloignés de l eau 7 (forme terrestre)

8 INVASIVES - Journée du 28 JUIN 2012 Déroulé de l après midi b. Des berges ayant un profil plus vertical : la Jussie est alors présente dans les zones les moins profondes Le profil type des berges est alors le suivant: Environ 40 cms d eau Fil d eau Zone infestée par la Jussie Quelques foyers éparses en phase de recolonisation après les crues de 2010 et 2011 Les techniques d arrachage s adaptent donc à ce contexte particulier du site et ces différentes morphologies de berges; en découlent 2 ateliers d arrachage complémentaires 8

9 INVASIVES - Journée du 28 JUIN 2012 Déroulé de l après midi Mise en place de 2 chantiers d arrachage: 1) ARRACHAGE MECANIQUE: Extraction des Jussies par décapage des sédiments colonisés, avec une pelle mécanique (courriers de demande de validation à DDTM: police de l eau + Natura 2000). La profondeur de décapage a été précisée sur site après examen de la profondeur d enracinement intrasédimentaire des Jussies dans le site choisi. Un 1 ier décapage sur environ 10 cm de profondeur laisse apparaître le réseau racinaire des Jussies. Un 2 ième décapage plus profond a donc été mis en place à proximité sur une profondeur d environ 20 cm: il n y a alors plus de racines apparentes. Les limites de ces 2 zones traitées ont été matérialisées par des piquets en bois, ce qui permettra de réaliser un suivi de la recolonisation Un passage manuel de finition a également été réalisé afin de récupérer les fragments de tiges dans les 2 zones arrachées L ensemble des matériaux extraits a été stocké provisoirement à côté de la pelle puis a été remonté en fin de journée en haut de talus pour être étalé sur une bâche, pour séchage Un suivi régulier des 2 zones curées devra être réalisé; les résultats seront disponibles par 9 échange de mails pour celles et ceux qui sont intéressé(e)s

10 1) Arrachage mécanique: INVASIVES - Journée du 28 JUIN 2012 Déroulé de l après midi Utilisation d une pelle mécanique Extraction des matériaux au godet 10

11 INVASIVES - Journée du 28 JUIN 2012 Déroulé de l après midi 1) Arrachage mécanique: 2 surfaces traitées Décapage sur une dizaine de centimètres: la topographie du site conduit à avoir à peu près ¼ de la surface traitée sous quelques centimètres d eau après le curage. L impact éventuel de la présence d'eau en permanence (ou non) dans cette zone sera étudié du point de vu de la vitesse de recolonisation. Décapage sur environ 20 centimètres 11

12 1) Arrachage mécanique: INVASIVES - Journée du 28 JUIN 2012 Déroulé de l après midi Stockage en haut de berge et sur bâche du mélange terre Jussies pour séchage 12

13 INVASIVES - Journée du 28 JUIN 2012 Déroulé de l après midi Mise en place de 2 chantiers d arrachage: 2) ARRACHAGE MANUEL DES JUSSIES M.DUTARTRE a mis en avant l intérêt d arracher la plante en essayant de l attraper par son extrémité la plus basse ; ceci afin de laisser un minimum de tiges dans l eau et d arracher un maximum de racines. Il est donc préconisé de ne pas aller trop vite dans cette opération d arrachage afin de retirer un maximum de racines et d éviter de «casser» les tiges et/ou racines, et ainsi de favoriser la contamination. Cet arrachage a été réalisé à pied depuis le bord de berge (en particulier pour un foyer important situé au niveau de l aire de mise à l eau des embarcations) ou depuis des canoës pour les foyers plus isolés et difficiles d accès. Le stockage provisoire des Jussies dans ces canoës s est fait dans des comportes ou dans des sacs plastiques résistants. Dans l idéal, il est préconisé d effectuer cette arrachage depuis le front de colonisation vers la berge, ça permet notamment de limiter le risque de propagation des boutures Les produits restants dans l'eau ou sur la berge après l arrachage (fragments de plantules et racines) ont été récupérés (au maximum) à l aide d épuisettes. Les matériaux extraits ont ensuite été exportés en arrière berge à l aide de brouettes afin d être étalés sur des bâches exposées en pleine lumière pour optimiser le séchage 13 de la plante.

14 INVASIVES - Journée du 28 JUIN 2012 Déroulé de l après midi 2) Arrachage manuel des Jussies Arrachage manuel à pied ou depuis un canoë 14

15 INVASIVES - Journée du 28 JUIN 2012 Déroulé de l après midi 2) Arrachage manuel des Jussies Au final, les Jussies ont été étalées sur plus de 40 m² de bâches (ce qui représente environ 20 m 3 de biomasse) 15

16 RECAPITULATIF DES BESOINS EN MATERIEL POUR L APRES MIDI - canoës + gilets + pagaies : prévoir nombre nécessaire et les modalités pour stockage la veille de la manifestation - épuisettes pour récupérer fragments de Jussies - râteaux, brouettes, fourches : prévoir nombre nécessaire et les modalités pour stockage la veille de la manifestation - des comportes (prêt Fédération de pêche) pour transport des Jussies dans le canoë - Sacs plastiques robustes pour transport des Jussies dans le canoë - Bâches pour stocker et étaler la plante et la laisser sécher 16

17 VALORISATION DES DECHETS devenir des Jussies extraites manuellement Volonté de valoriser en compost ces Jussies mais craintes multiples : - Risque de contamination lors du transport (risque important puisque les bennes prévues par la communauté de communes ne sont pas étanches: crainte de lessivage de rhizomes, des plantules, ) - Incertitudes sur les lieux de stockage entre le centre de broyage des végétaux et le centre de compostage - Craintes vis à vis de la capacité de germination de la Jussie dans le compost (risque faible puisque les graines semblent perdre leur capacité à germer au delà de 50 C ; or, la maturation d'un compost convenable ment mené entraîne à priori une élévation de la température jusqu à au moins 60 C) CONCLUSION : décision de laisser sécher les Jussies avant transport vers site de broyage. Le risque de contamination est jugé «non significatif» lorsque les feuilles deviennent jaunes et cassantes. Il est toutefois indispensable de superviser le transport de ces Jussies afin d éviter les erreurs de manipulation 17

18 VALORISATION DES DECHETS devenir du mélange terre - Jussies A la fois crainte d exporter ce mélange pour éviter la contamination d un autre site et impossibilité de le valoriser en centre de traitement. Il a donc été décidé, avec l accord du propriétaire, de laisser sécher ce mélange et de l étaler ensuite sur son chemin d accès. Ce mélange sera étalé à distance du plan d eau afin d éviter un ravinement lors de prochaines précipitations. 18

19 PRECAUTIONS A PRENDRE La pelle mécanique, les embarcations ainsi que les outils utilisés ont été nettoyés au jet d eau en fin de journée (jet d eau sous pression pour la pelle) sur une surface plane, à distance du plan d eau et de tous ruisseaux (et zones humides) Nicolas en pleine action... 19

20 INVASIVES - Journée du 28 JUIN 2012 BRAVO A TOUTES ET A TOUS ET MERCI! 20

GESTION DES PLANTES AQUATIQUES ENVAHISSANTES EN PAYS DE LA LOIRE. 5 décembre 2008

GESTION DES PLANTES AQUATIQUES ENVAHISSANTES EN PAYS DE LA LOIRE. 5 décembre 2008 GESTION DES PLANTES AQUATIQUES ENVAHISSANTES EN PAYS DE LA LOIRE 5 décembre 2008 PREMIER CONSTAT HISTORIQUE : USAGES PERTURBÉS SECOND CONSTAT : PERTURBATION DES ESPÈCES ET HABITATS PATRIMONIAUX, ATTEINTE

Plus en détail

Groupe Régional Auvergne sur les Plantes Exotiques Envahissantes L APPROCHE REGIONALE DE LA GESTION DES PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES EN AUVERGNE

Groupe Régional Auvergne sur les Plantes Exotiques Envahissantes L APPROCHE REGIONALE DE LA GESTION DES PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES EN AUVERGNE Groupe Régional Auvergne sur les Plantes Exotiques Envahissantes L APPROCHE REGIONALE DE LA GESTION DES PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES EN AUVERGNE Journées d échanges sur les espèces exotiques envahissantes

Plus en détail

années. Synthèse de la convention Fabrice Perriat Décembre 2009 CBNBP

années. Synthèse de la convention Fabrice Perriat Décembre 2009 CBNBP Bilan de l apport des gazoducs au réseau des continuités écologiques La réflexion sur les continuités écologiques a prouvé que les bandes de servitude des gazoducs peuvent contribuer à la sauvegarde et

Plus en détail

Les renouées asiatiques : Renouée du Japon Renouée de l Himalaya (renoué à nombreux épis) Renouée Sakhaline (renouée géante)

Les renouées asiatiques : Renouée du Japon Renouée de l Himalaya (renoué à nombreux épis) Renouée Sakhaline (renouée géante) Origine : Sud est de l Asie Les renouées asiatiques : Renouée du Japon Renouée de l Himalaya (renoué à nombreux épis) Renouée Sakhaline (renouée géante) Noms scientifiques Renouée du Japon Renouée du japon

Plus en détail

Gestion des Jussies dans le Marais Poitevin

Gestion des Jussies dans le Marais Poitevin 22 Note Gestion des Jussies dans le Marais Poitevin Le réseau hydrographique extrêmement ramifié du Marais Poitevin en fait un milieu très hospitalier pour les Jussies qui y sont installées depuis plus

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX. Objet du marché TRAVAUX DE LUTTE CONTRE LA RENOUÉE DU JAPON SUR LES COURS D EAU DE L ARLOIS ET DE LA MAUVAISE

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX. Objet du marché TRAVAUX DE LUTTE CONTRE LA RENOUÉE DU JAPON SUR LES COURS D EAU DE L ARLOIS ET DE LA MAUVAISE 1 MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Objet du marché TRAVAUX DE LUTTE CONTRE LA RENOUÉE DU JAPON SUR LES COURS D EAU DE L ARLOIS ET DE LA MAUVAISE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) 2 Table des matières

Plus en détail

DECLARATION POUR TRAVAUX EN COURS D EAU RUBRIQUES PREFET DU JURA DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES JURA. Pôle eau

DECLARATION POUR TRAVAUX EN COURS D EAU RUBRIQUES PREFET DU JURA DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES JURA. Pôle eau PREFET DU JURA DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES JURA Pôle eau DECLARATION POUR TRAVAUX EN COURS D EAU RUBRIQUES Certains travaux en rivière sont soumis à déclaration au titre de la loi sur l eau

Plus en détail

F4-8 Recommandations de lutte*

F4-8 Recommandations de lutte* F- Plantes invasives Version 2013 Patrice Descombes Renouée du Japon Reynoutria japonica Houtt. F1 informations générales F2 clé de décision F3 description F4 recommandations de lutte F4-8 Recommandations

Plus en détail

Entretien des cours d'eau et fossés 1. Aspects réglementaires

Entretien des cours d'eau et fossés 1. Aspects réglementaires Entretien des cours d'eau et fossés 1. Aspects réglementaires La police de l'eau - Pourquoi une police de l'eau? Les directives européennes, la loi sur l'eau de 2006 et le Grenelle de l'environnement ont

Plus en détail

Gestion du myriophylle du Brésil dans le marais de Chicheboville (14)

Gestion du myriophylle du Brésil dans le marais de Chicheboville (14) FDGDON 50 Gestion du myriophylle du Brésil dans le marais de Chicheboville (14) Journée d échanges sur les espèces invasives - 8 Juillet 2014 - Contexte local Le marais de Chicheboville-Bellengreville

Plus en détail

TERRITOIRES FLUVIAUX EUROPEENS Nouvelle approche du territoire de la Garonne débordante. Fabienne SANS SMEAG

TERRITOIRES FLUVIAUX EUROPEENS Nouvelle approche du territoire de la Garonne débordante. Fabienne SANS SMEAG TERRITOIRES FLUVIAUX EUROPEENS Nouvelle approche du territoire de la Garonne débordante Fabienne SANS SMEAG SEMINARIO FINAL TERRITORIOS FLUVIALES EUROPEOS 5 y 6 de junio, Pamplona Une démarche innovante

Plus en détail

Synthèse de l article :

Synthèse de l article : Les connectivités longitudinale et latérale des cours d eau sont souvent évoquées comme élément important de la fonctionnalité des cours d eau. Par contre la connectivité verticale avec la nappe d eau

Plus en détail

Les espèces végétales exotiques envahissantes

Les espèces végétales exotiques envahissantes Fiche technique n 8 : Les espèces végétales exotiques envahissantes Cette fiche technique n a pas pour but de rappeler les stratégies de lutte existantes pour lesquelles des guides spécifiques existent

Plus en détail

Quelques plantes exotiques envahissantes

Quelques plantes exotiques envahissantes La Page verte Quelques plantes exotiques envahissantes Berce du Caucase, Heracleum mantegazzianum Au Québec, la Berce du Caucase est considérée comme une plante exotique envahissante. La sève de cette

Plus en détail

Mieux connaître la renouée du Japon

Mieux connaître la renouée du Japon Mieux connaître la renouée du Japon Sous le terme «renouée du Japon» se cache en fait deux espèces à l aspect et aux caractéristiques écologiques très similaires : la Renouée du Japon (Fallopia japonica)

Plus en détail

F4-11 Recommandations de lutte*

F4-11 Recommandations de lutte* F- Plantes invasives Version 2013 F4-11 Recommandations de lutte* Sibylla Rometsch Solidages américains F1 informations générales F2 clé de décision F3 description F4 recommandations de lutte Solidago

Plus en détail

Modèle de tableau de bord Pour le suivi technique et financier des travaux sur les milieux aquatiques

Modèle de tableau de bord Pour le suivi technique et financier des travaux sur les milieux aquatiques Modèle de tableau de bord Pour le suivi technique et financier des travaux sur les milieux aquatiques Contrats d animation ARTICLE 6- ENGAGEMENT du Contractant avec l agence Le contractant est responsable

Plus en détail

biodiversité face aux invasions d Écrevisse de Louisiane»

biodiversité face aux invasions d Écrevisse de Louisiane» Écrevisse de Louisiane (Procambarus clarkii) Expérimentations de méthodes de contrôle des stocks d Écrevisse de Louisiane par piégeage et prédation naturelle dans le parc naturel régional de Brière Parc

Plus en détail

Le compostage partagé en pied d immeuble : Mode d emploi

Le compostage partagé en pied d immeuble : Mode d emploi Le compostage partagé en pied d immeuble : Mode d emploi Le contexte 30 % des déchets qui se trouvent dans nos poubelles sont des déchets fermentescibles qui peuvent se composter. Un des objectifs du Grenelle

Plus en détail

Etat des lieux et gestion de la jussie depuis son apparition dans le département du Cher

Etat des lieux et gestion de la jussie depuis son apparition dans le département du Cher Etat des lieux et gestion de la jussie depuis son apparition dans le département du Cher Vierzon / 02 décembre 2014 Les marais de Bourges - Présence du myriophylle du Brésil connue depuis 2001/2002. -

Plus en détail

Plan de gestion des milieux humides et hydriques:

Plan de gestion des milieux humides et hydriques: Plan de gestion des milieux humides et hydriques: intégration de paramètres «urbains» dans l évaluation de la valeur écologique Juin 2013 Par Virginie Dumont, biol. 1 Plan de présentation 1. Règlementation

Plus en détail

PHASE 3 : PROGRAMME. Etude géomorphologique des rivières du bassin versant Joyeuse-Savasse-Chalon. Communauté d Agglomération du Pays de Romans

PHASE 3 : PROGRAMME. Etude géomorphologique des rivières du bassin versant Joyeuse-Savasse-Chalon. Communauté d Agglomération du Pays de Romans Etude géomorphologique des rivières du bassin versant Joyeuse-Savasse-Chalon PHASE 3 : PROGRAMME D ACTIONS Communauté d Agglomération du Pays de Romans Juillet 2012 2 SOMMAIRE SOMMAIRE 3 Phase III : Programme

Plus en détail

FR7200682 «Palus de Saint Loubès et d'izon»

FR7200682 «Palus de Saint Loubès et d'izon» FICHE DE PRESENTATION DES SITES NATURA 2000 FR7200682 «Palus de Saint Loubès et d'izon» Le programme Natura 2000 en bref : Natura 2000 vise à la protection des espèces et des habitats d'intérêt communautaire

Plus en détail

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon»

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Mémento de plantation Crédit photos et dessins : Dominique Mansion, Jean-Louis Corsin, Arbre et Paysage 32

Plus en détail

D E M AN D E P O U R E FF E C TU E R DE S " TR AV AU X E N R I V I È RE " D O S S I ER D E D É C L AR ATI O N

D E M AN D E P O U R E FF E C TU E R DE S  TR AV AU X E N R I V I È RE  D O S S I ER D E D É C L AR ATI O N PRÉFECTURE DES HAUTES-PYRÉNÉES MISSION INTER SERVICES DE L'EAU Coordination des services de l'état dans le domaine de l'eau Articles L. 214-1 à L. 214-3 du code de l environnement Rubriques du décret 93-743

Plus en détail

Mise en œuvre des mesures compensatoires dans le cadre du déplacement de l A9 au droit de Montpellier

Mise en œuvre des mesures compensatoires dans le cadre du déplacement de l A9 au droit de Montpellier Mise en œuvre des mesures compensatoires dans le cadre du déplacement de l A9 au droit de Montpellier Sommaire Le contexte, les enjeux Les différents acteurs Les choix et méthodes de gouvernance La mise

Plus en détail

LA LUTTE CONTRE LES PLANTES

LA LUTTE CONTRE LES PLANTES LA LUTTE CONTRE LES PLANTES ENVAHISSANTES SUR LE SITE GAVRES - QUIBERON Life Nature «Maintien de la biodiversité littorale sur le site Gâvres Quiberon» Life 06NAT/F/ 000146 Juillet 2007 LES PLANTES ENVAHISSANTES

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L'ENTRETIEN PERENNE

CAHIER DES CHARGES DE L'ENTRETIEN PERENNE CAHIER DES CHARGES DE L'ENTRETIEN PERENNE DES COURS D'EAU Opérations d'entretien de cours d'eau Le présent cahier des charges fixe les domaines de l'entretien des cours d'eau des équipes d'agents d'entretien

Plus en détail

Direction Départementale des Territoires du Rhône

Direction Départementale des Territoires du Rhône PRÉFET DU RHÔNE Direction Départementale des Territoires du Rhône Lyon, le 10 mai 2012 Service Forêt Eau et Biodiversité Pôle Police de l eau ARRETE N 2012-B 9 AUTORISANT AU TITRE DES ARTICLES L214-1 ET

Plus en détail

Présentation du rapport d éd. programme IS-Eau. 3 juillet 2010. 7 août t 2010

Présentation du rapport d éd. programme IS-Eau. 3 juillet 2010. 7 août t 2010 Présentation du rapport d éd étude Roche et séance s d information d sur le programme IS-Eau 3 juillet 2010 7 août t 2010 Présence d algues d bleues Présence accrue de plantes aquatiques Disparition des

Plus en détail

Création de mares temporaires

Création de mares temporaires ELEMENTS GENERAUX Fiche générale de mesure ponctuelle i Les mares temporaires sont des zones humides de petite taille et de faible profondeur caractérisées par des alternances de phases sèches et inondées

Plus en détail

Dossier simplifié d intention de travaux en cours d eau ou sur les berges

Dossier simplifié d intention de travaux en cours d eau ou sur les berges PRÉFET DU VAR Dossier simplifié d intention de travaux en cours d eau ou sur les berges Le présent document permet de décrire les travaux envisagés et d interroger la DDTM du Var sur leur faisabilité et

Plus en détail

BIOdiversité. à Soisy! Qu est-ce que la Biodiversité? Les enjeux de la biodiversité. Flambé Espèce présente à Soisy.

BIOdiversité. à Soisy! Qu est-ce que la Biodiversité? Les enjeux de la biodiversité. Flambé Espèce présente à Soisy. o p Ex La BIOdiversité à Soisy! Flambé Espèce présente à Soisy. Qu est-ce que la Biodiversité? La biodiversité, contraction de «biologique» et de «diversité», représente la diversité des êtres vivants

Plus en détail

L aménagement projeté s appuie sur les données de base suivantes :

L aménagement projeté s appuie sur les données de base suivantes : 1 INTRODUCTION Le plan de gestion de la Fondation des Grangettes pour la période 2010-2019 prévoit, outre les mesures courantes d entretien, un certain nombre d aménagements. Le présent document décrit

Plus en détail

DES TRAVAUX. Fouilles archéologiques

DES TRAVAUX. Fouilles archéologiques DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE - DÉBAT PUBLIC SUR LES PROJETS DE CANALISATIONS DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC LYONNAIS ET VAL DE SAÔNE /23 4DÉROULEMENT DES TRAVAUX GRTgaz a construit plus de 32 000 km de

Plus en détail

GESTION DES PLANTES AQUATIQUES ENVAHISSANTES. Crédit photo : AERM/S. Petitgenet. Prolifération de renoncules aquatiques

GESTION DES PLANTES AQUATIQUES ENVAHISSANTES. Crédit photo : AERM/S. Petitgenet. Prolifération de renoncules aquatiques GESTION DES PLANTES AQUATIQUES ENVAHISSANTES Prolifération de renoncules aquatiques Crédit photo : AERM/S. Petitgenet LABORATOIRE INTERACTIONS ECOTOXICOLOGIE, BIODIVERSITE, ECOSYSTEMES GESTION LABORATOIRE

Plus en détail

La Jussie Jussie à grandes fleurs

La Jussie Jussie à grandes fleurs Origine : Amérique du sud Interdite à la vente La Jussie Jussie à grandes fleurs Nom scientifique Ludwigia grandiflora (Michaux) Greuter et Burdet Famille des Onagracées Description Plante vivace vivant

Plus en détail

Myriophylle du Brésil

Myriophylle du Brésil Origine : Amérique du sud Myriophylle du Brésil Nom scientifique Myriophyllum aquaticum (Vell.) Verdc. Synonymes : Myriophyllum brasiliensis Cambess., M. proserpinacoïdes Gill. Famille des Haloragacées

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

Stéphanie HUDIN - Fédération des Conservatoires d espaces naturels ; Lucien MAMAN Agence de l eau Loire- Bretagne ; Roland MATRAT DREAL Pays de la

Stéphanie HUDIN - Fédération des Conservatoires d espaces naturels ; Lucien MAMAN Agence de l eau Loire- Bretagne ; Roland MATRAT DREAL Pays de la Exemple de stratégie territoriale et d organisation locale en métropole le cas du bassin Loire-Bretagne Coordinateur : Stéphanie HUDIN - Fédération des Conservatoires d espaces naturels ; Lucien MAMAN

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

ERADICATION DU MICONIA TRAVAUX 2006 (janvier à mai)

ERADICATION DU MICONIA TRAVAUX 2006 (janvier à mai) PROVINCE SUD Direction des Ressources Naturelles Service de l environnement ERADICATION DU MICONIA TRAVAUX 2006 (janvier à mai) BIERLEY F. Page 1 SOMMAIRE -I- Historique -11- Biologie et situation dans

Plus en détail

Quelles stratégies foncières pour les structures de bassin versant? Présentation du Plan de Gestion Durable du Gardon d Alès aval

Quelles stratégies foncières pour les structures de bassin versant? Présentation du Plan de Gestion Durable du Gardon d Alès aval Quelles stratégies foncières pour les structures de bassin versant? Présentation du Plan de Gestion Durable du Gardon d Alès aval Journée technique d information et d échange de l ARRA Lyon, le 4/10/2013

Plus en détail

LES PLANTES INVASIVES SUR LE TERRITOIRE DE BMO. Liste définie par le CBNB

LES PLANTES INVASIVES SUR LE TERRITOIRE DE BMO. Liste définie par le CBNB SUR LE TERRITOIRE DE BMO En Bretagne Plantes invasives avérées: 20 Plantes invasives potentielles: 22 Plantes à surveiller: 46 Liste définie par le CBNB TERRESTRES Herbe de la pampa (cortaderia selloana)

Plus en détail

CONCOURS PHOTO «Le Bellegardois dans l Objectif!»

CONCOURS PHOTO «Le Bellegardois dans l Objectif!» A - Avant-propos REGLEMENT DU CONCOURS PHOTO La Communauté de Communes du Bellegardois s engage dans l élaboration d une charte architecturale et paysagère. A cette occasion, elle organise un concours

Plus en détail

Précautions préalables à la mise en terre. Mode

Précautions préalables à la mise en terre. Mode Les plants forestiers 1 préalables à la mise en terre par Pascal Balleux 2 et Philippe Van Lerberghe 3 La reprise et la croissance d un plant forestier sont bonnes à condition de veiller à la qualité des

Plus en détail

Contexte et historique de l'action

Contexte et historique de l'action boisé le long de la Lawe Identité du territoire Structure porteuse de l'action : Association Lestrem Nature Entrée Thématique x Espèces et habitats naturels x Milieux aquatiques et humides Type d action

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Un écrin maritime à reconquérir. Les sédiments repoussés vers le large. www.projetmontsaintmichel.com

DOSSIER DE PRESSE. Un écrin maritime à reconquérir. Les sédiments repoussés vers le large. www.projetmontsaintmichel.com RÉTABLISSEMENT DU CARACTÈRE MARITIME DU MONT-SAINT-MICHEL DOSSIER DE PRESSE Un écrin maritime à reconquérir À l horizon 2040, si rien n avait été entrepris, le Mont-Saint-Michel aurait été entouré de prés

Plus en détail

Mettre en place le compostage en habitat collectif

Mettre en place le compostage en habitat collectif Mettre en place le compostage en habitat collectif Programme local de prévention des déchets de la CALB 2011-2015 Contexte : 30% de nos poubelles ménagères sont des déchets fermentescibles. En pratiquant

Plus en détail

Introduction. Introduction. Introduction. Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la

Introduction. Introduction. Introduction. Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la qualité de l eaul Introduction Les pratiques de conservation des sols, un outil précieux pour réduire l érosion! Ghislain Poisson,

Plus en détail

FORMULAIRE de DEMANDE PREALABLE à des TRAVAUX sur COURS D EAU ou MILIEUX HUMIDES

FORMULAIRE de DEMANDE PREALABLE à des TRAVAUX sur COURS D EAU ou MILIEUX HUMIDES PRÉFET DU TARN FORMULAIRE de DEMANDE PREALABLE à des TRAVAUX sur COURS D EAU ou MILIEUX HUMIDES Département du Tarn Janvier 2011 Cadre réservé à l administration n CASCADE : PRÉFET DU TARN Rubrique principale

Plus en détail

GUIDE de DECLARATION INTERVENTION DANS LE LIT D UN COURS D EAU

GUIDE de DECLARATION INTERVENTION DANS LE LIT D UN COURS D EAU GUIDE de DECLARATION INTERVENTION DANS LE LIT D UN COURS D EAU ( Art. R214-1 du Code de l Environnement, rubr ique 3. 1.5.0 : Inst allations, ouvrages, travaux ou act ivités, dans le lit mineur d un cour

Plus en détail

Contrat Territorial Vienne Aval Comité de pilotage N 2

Contrat Territorial Vienne Aval Comité de pilotage N 2 Contrat Territorial Vienne Aval Comité de pilotage N 2 1 RAPPELS SUR LA DÉMARCHE SYNTHÈSE DES ENTRETIENS MISE EN PLACE DES GROUPES DE TRAVAIL COMMUNICATION PENDANT LA PHASE D ÉLABORATION DU CT ANIMATION

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Mise en place des pains

Mise en place des pains Mise en place des pains Préparation de la nouvelle culture 3/3 Dès la livraison 1 Stocker de préférence à l abri. Stocker dans une zone sèche et propre, à l écart de la vieille culture. 3 Ne pas gerber

Plus en détail

*Projet de LIFE Environnement *Elaboration d une Boîte A Outils d évaluation. d état écologique des Milieux Humides

*Projet de LIFE Environnement *Elaboration d une Boîte A Outils d évaluation. d état écologique des Milieux Humides *Projet de LIFE Environnement *Elaboration d une Boîte A Outils d évaluation d état écologique des Milieux Humides Cadre national 1 - Le programme RhoMeO : la création d une boîte à outils d évaluation

Plus en détail

Marais d Archine. Programme de préservation en faveur de la biodiversité 2013-2017

Marais d Archine. Programme de préservation en faveur de la biodiversité 2013-2017 Marais d Archine Programme de préservation en faveur de la biodiversité 2013-2017 Un programme de gestion pour préserver la biodiversité La biodiversité constitue une ressource fondamentale pour la collectivité.

Plus en détail

Note nationale BSV. Les campagnols nuisibles aux cultures

Note nationale BSV. Les campagnols nuisibles aux cultures Note nationale BSV Les campagnols nuisibles aux cultures Méthodes préventives et alternatives de lutte Note rédigée par la DGAl-SDQPV. Version 2012 Crédits photos : DGAl-SDQPV, Thomas Kraft (milan royal).

Plus en détail

Observée pour la première fois au Québec en Estrie, Stanstead.

Observée pour la première fois au Québec en Estrie, Stanstead. 1 2 Observée pour la première fois au Québec en Estrie, Stanstead. Sud du Québec : régions de la Montérégie, Québec, Chaudière-Appalaches, Bas-Saint- Laurent (Témiscouata). Habitat : Surtout en milieu

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

TRAVAUX EN RIVIÈRE selon les articles L214-1 à L214-6 du Code de l'environnement

TRAVAUX EN RIVIÈRE selon les articles L214-1 à L214-6 du Code de l'environnement IRECTION EPRTEMENTLE ES TERRITOIRES E L'OISE Service Eau, Environnement, Forêt TRVUX EN RIVIÈRE selon les articles L214-1 à L214-6 du Code de l'environnement Le document suivant est destiné à aider le

Plus en détail

Atelier régional Nature en ville et changements climatiques. Intégrer et valoriser les milieux humides dans un projet urbain

Atelier régional Nature en ville et changements climatiques. Intégrer et valoriser les milieux humides dans un projet urbain Atelier régional Nature en ville et changements climatiques Mérignac 5 novembre 2015 Intégrer et valoriser les milieux humides dans un projet urbain deux exemples : - à travers une démarche AMO - dans

Plus en détail

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal)

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) L Île Bizard est située au nord-ouest de l archipel montréalais. Elle est reconnue pour sa qualité de vie, son magnifique

Plus en détail

Laure Fafournoux étudiante en Master2 géoenvironnement _ Laboratoire GEOLAB Franck Vautier ingénieur en géomatique _ Laboratoire GEOLAB

Laure Fafournoux étudiante en Master2 géoenvironnement _ Laboratoire GEOLAB Franck Vautier ingénieur en géomatique _ Laboratoire GEOLAB La photogrammétrie stéréoscopique appliquée à la mesure de la hauteur de la végétation en zone alluviale : exemple de la réserve naturelle du Val-d Allier (03) Laure Fafournoux étudiante en Master2 géoenvironnement

Plus en détail

SOMMAIRE. Conseils pour le prélèvement et l envoi d échantillons

SOMMAIRE. Conseils pour le prélèvement et l envoi d échantillons Laboratoire de la Santé des Végétaux Unité de mycologie Procédure Code: PQM2-PR-004 Ind. Rév. C du 7 octobre 2014 Page (s): 5 Conseils pour le prélèvement et l envoi d échantillons SOMMAIRE 1) OBJET 2)

Plus en détail

Étude de définition de filière. Cahier des charges pour l habitat individuel ( 20 eh) AMÉNAGEMENT CÔTES D ARMOR. Assainissement non collectif

Étude de définition de filière. Cahier des charges pour l habitat individuel ( 20 eh) AMÉNAGEMENT CÔTES D ARMOR. Assainissement non collectif AMÉNAGEMENT CÔTES D ARMOR Assainissement non collectif Étude de définition de filière Cahier des charges pour l habitat individuel ( 20 eh) DiRECTION ENVIRONNEMENT 2 ÉTUDES DE DÉFINITION DE FILIÈRE Étude

Plus en détail

ENJEU 3 : ATTRACTIVITE DU BASSIN VALORISATION DU PAYSAGE ET DU PATRIMOINE

ENJEU 3 : ATTRACTIVITE DU BASSIN VALORISATION DU PAYSAGE ET DU PATRIMOINE ENJEU 3 : ATTRACTIVITE DU BASSIN VALORISATION DU PAYSAGE ET DU PATRIMOINE 1 VOLET H : VALORISATION DU PAYSAGE ET DU PATRIMOINE 2 Volet H n H1-1 Valorisation du paysage et du patrimoine Objectif H1 Valorisation

Plus en détail

LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE

LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE les programmes européens Les massifs montagneux, ainsi que les bassins fluviaux, sont des territoires qui se caractérisent par des enjeux de développement

Plus en détail

LE DESHERBAGE THERMIQUE

LE DESHERBAGE THERMIQUE Repères technico-économiques Le désherbage thermique est une spécificité des systèmes biologiques qui trouve sa place dans des systèmes légumiers. Elle représente un coût important pour l exploitation

Plus en détail

Création de lotissements à usage d habitation

Création de lotissements à usage d habitation Création de lotissements à usage d habitation Constitution des dossiers de déclaration au titre des articles L 214.1 à L 214.3 du code de l'environnement (anciennement loi sur l eau) A compter du 01/10/2006

Plus en détail

Objectifs du groupe de travail «espèces aquatiques invasives»

Objectifs du groupe de travail «espèces aquatiques invasives» Devenir du GT IBMA Emilie Mazaubert 1, Alain Dutartre 1 & Nicolas Poulet 2 1 Cemagref-IRSTEA, REBX 2 Onema, DAST Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea 6 ème réunion du GT IBMA, 17

Plus en détail

Journées techniques Ouvrages d Art 2013

Journées techniques Ouvrages d Art 2013 Journées techniques Ouvrages d Art 2013 Dijon, Mercredi 05 et Jeudi 06 juin Buse du ruisseau du Marais RN70 RCEA Gestion d'une situation d'urgence 5 juin 2013 Sommaire Déclenchement de l affaire Le constat

Plus en détail

AGENDA 21 LOCAL de Saint-Yvi. C est quoi le développement durable? Pourquoi un «Agenda 21 local»?

AGENDA 21 LOCAL de Saint-Yvi. C est quoi le développement durable? Pourquoi un «Agenda 21 local»? AGENDA 21 LOCAL de Saint-Yvi C est quoi le développement durable? Pourquoi un «Agenda 21 local»? Synthèse questionnaire population vendredi 11 Décembre 2009 de Saint-Yvi Pourquoi un Développement Durable?

Plus en détail

Doctrine d'instruction des projets de drainage agricole

Doctrine d'instruction des projets de drainage agricole Données générales sur le drainage et ses impacts PREFET DE LA HAUTE-MARNE Direction départementale des territoires Service environnement et ressources naturelles Bureau préservation des milieux aquatiques

Plus en détail

Plan de restauration et de gestion physique des cours d eau du bassin versant de la Beaume et de la Drobie

Plan de restauration et de gestion physique des cours d eau du bassin versant de la Beaume et de la Drobie Syndicat de Rivières Beaume et Drobie Place de la République 07 230 Lablachère PHASES 01, 02 et 03 - SYNTHESE Plan de restauration et de gestion physique des cours d eau du bassin versant de la Beaume

Plus en détail

1. Les puits d'infiltration :

1. Les puits d'infiltration : 1. Les puits d'infiltration : Ces dispositifs assurent le transit des eaux de ruissellement vers les couches perméables du sol. Ils sont utilisés essentiellement pour recevoir les eaux de toitures. Le

Plus en détail

Atlas de la Biodiversité Communale,

Atlas de la Biodiversité Communale, 1erColloque national Atlas de la Biodiversité Communale, 1 er C ollo que fran çais Outil au service des collectivités Colloque organisé par Saint-Brieuc 23, 24 et 25 septembre 2015 1 er Atlas de la biodiversité

Plus en détail

Avis de l Etablissement sur le projet de SAGE Yèvre-Auron

Avis de l Etablissement sur le projet de SAGE Yèvre-Auron Avis de l Etablissement sur le projet de SAGE Yèvre-Auron Sollicitation de l avis de l Etablissement En application de l article L.212-6 du Code de l Environnement, Monsieur Yvon BEUCHON, Président de

Plus en détail

Annexe4: Notices d information des territoires situés dans le département du Morbihan

Annexe4: Notices d information des territoires situés dans le département du Morbihan Annexe4: Notices d information des territoires situés dans le département du Morbihan Territoires retenus pour le dispositif 214-I1(enjeu«Natura 2000»): - SiteNatura2000FR5300002«MaraisdeVilaine»(35et56);

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif DÉPARTEMENT DE LA DORDOGNE Date de dépôt du dossier : Cadres réservés au S.P.A.N.C. DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON

Plus en détail

CONTEXTE ET OBJECTIFS

CONTEXTE ET OBJECTIFS dans le cadre de la réalisation de l A89 - Dérivation et rescindement de la Goutte Martin OHA363 O et OHA364 CONTEXTE ET OBJECTIFS Le dernier tronçon de l A89 reliant Lyon à Bordeaux, lancé en 2009 pour

Plus en détail

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques Les Crastes et Fossés Guide d entretien 2013/2014 Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques L entretien par les services municipaux LA TESTE CENTRE CAZAUX

Plus en détail

Enquête sur les jardins communautaires de Vénissieux 1/35

Enquête sur les jardins communautaires de Vénissieux 1/35 Enquête sur les jardins communautaires de Vénissieux 1/35 Source: http://partageonslesjardins.fr/ Naturama Martel Lucile octobre 2012 Dans le cadre de son agenda 21, la ville de Vénissieux a mandaté l

Plus en détail

Plan de gestion. Réseau Nature

Plan de gestion. Réseau Nature Plan de gestion - Réseau Nature Terrain de Jean-Jacques Noé - Dossier RN-17P Rédacteur pour Natagora : Pascal Hauteclair Octobre 2009 1 Table des matières I. Contexte... 3 II. Description générale du terrain...

Plus en détail

Journées Nationales sur les sédiments 8 et 9 juin 2011 à Lille

Journées Nationales sur les sédiments 8 et 9 juin 2011 à Lille Journées Nationales sur les sédiments 8 et 9 juin 2011 à Lille Contexte réglementaire relatif à la gestion terrestre des sédiments de dragage en France Nathalie DESRUELLES DREAL Nord Pas de Calais Service

Plus en détail

J u i l l e t 2 0 0 4 N o v e m b r e 2 0 0 8. A l b u m d e p h o t o g r a p h i e s

J u i l l e t 2 0 0 4 N o v e m b r e 2 0 0 8. A l b u m d e p h o t o g r a p h i e s Programme LIFE Nature «Conservation des habitats et des espèces les plus remarquables du Marais poitevin» LIFE04NAT/FR/000087 J u i l l e t 2 0 0 4 N o v e m b r e 2 0 0 8 A l b u m d e p h o t o g r a

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

PNRLF07. Proposition de classement en zone humide stratégique : Zone Stratégique pour la Gestion de l'eau

PNRLF07. Proposition de classement en zone humide stratégique : Zone Stratégique pour la Gestion de l'eau Zone humide déterminée d'après la végétation PNRLF07 Présence de plan d'eau :oui/1 Proposition de classement en zone humide stratégique : Zone Stratégique pour la Gestion de l'eau Renseignements généraux

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION AU TITRE DES ARTICLES L. 214-1 à L. 214-6 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT POUR LA REALISATION DE TRAVAUX DANS LES COURS D EAU

FORMULAIRE DE DECLARATION AU TITRE DES ARTICLES L. 214-1 à L. 214-6 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT POUR LA REALISATION DE TRAVAUX DANS LES COURS D EAU direction départementale de l Équipement et de l Agriculture Ardèche Service Environnement Pôle Eau FORMULAIRE DE DECLARATION AU TITRE DES ARTICLES L. 214-1 à L. 214-6 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Note nationale BSV. Les ambroisies, des adventices des cultures dangereuses pour la santé

Note nationale BSV. Les ambroisies, des adventices des cultures dangereuses pour la santé Note nationale BSV Les ambroisies, des adventices des cultures dangereuses pour la santé Identification et stratégies de lutte Note rédigée par la DGAl-SDQPV avec l'appui de l'observatoire des Ambroisies

Plus en détail

PRÉSENTATION SYNTHÉTIQUE DU CONTRAT CÉRÉMONIE DE SIGNATURE DU 07 JUILLET 2014

PRÉSENTATION SYNTHÉTIQUE DU CONTRAT CÉRÉMONIE DE SIGNATURE DU 07 JUILLET 2014 PRÉSENTATION SYNTHÉTIQUE DU CONTRAT CÉRÉMONIE DE SIGNATURE DU 07 JUILLET 2014 Historique du Contrat 2012 2013 2014 Elaboration du dossier sommaire de candidature, Elaboration du dossier définitif et de

Plus en détail

II. Pourquoi faire de l éducation à l environnement à la LPO?

II. Pourquoi faire de l éducation à l environnement à la LPO? Projet éducatif LPO Sommaire I. Qui sommes nous?... 2 I.1. La LPO... 2 I.2. Nos Valeurs... 2 I.3. Notre mission... 2 II. Pourquoi faire de l éducation à l environnement à la LPO?... 3 III. L éducation

Plus en détail

Politique de restauration des fortifications Vauban de Lille Exemple de la citadelle et du chantier de la Contregarde du Roy

Politique de restauration des fortifications Vauban de Lille Exemple de la citadelle et du chantier de la Contregarde du Roy Association des Villes Fortifiées - 17 décembre 2010 Politique de restauration des fortifications Vauban de Lille Exemple de la citadelle et du chantier de la Contregarde du Roy par François FREYTET, Yohan

Plus en détail

Extraits du projet pédagogique du chantier de jeunes bénévoles 2010

Extraits du projet pédagogique du chantier de jeunes bénévoles 2010 Extraits du projet pédagogique du chantier de jeunes bénévoles 2010 a. Les chantiers jeunes bénévoles Avant toutes choses, faisons un petit point sur le terme «bénévole» : «Le travail bénévole est un travail

Plus en détail

Les zones humides. de la Montagne Noire audoise

Les zones humides. de la Montagne Noire audoise Les zones humides de la Montagne Noire audoise DÉCEMBRE 2013 Les zones humides, que l on appelle sagnes dans nos montagnes, font l objet depuis les années 90 en France de différentes politiques publiques

Plus en détail

Colloque de restitution 9, 10 et 11 juin 2009, Dijon. Laurent PARIS (Parc naturel régional du Morvan) Pierre DURLET (Parc naturel régional du Morvan)

Colloque de restitution 9, 10 et 11 juin 2009, Dijon. Laurent PARIS (Parc naturel régional du Morvan) Pierre DURLET (Parc naturel régional du Morvan) Colloque de restitution 9, 10 et 11 juin 2009, Dijon Laurent PARIS (Parc naturel régional du Morvan) Pierre DURLET (Parc naturel régional du Morvan) agricole de la zone d intervention Les actions menées

Plus en détail

Construction habitation individuelle bio-climatique Projet CALCAGNO Didier

Construction habitation individuelle bio-climatique Projet CALCAGNO Didier Construction habitation individuelle bio-climatique Projet CALCAGNO Didier Dossier de présentation Août 2012 Introduction L'objectif de ce dossier est de présenter mon projet d habitation individuelle

Plus en détail

Zoom sur les résultats du Grand Prix 2011

Zoom sur les résultats du Grand Prix 2011 www.certu.fr Journée technique Zones humides 16 octobre 2012 Prise en compte et intégration des zones humides en milieu urbanisé Zoom sur les résultats du Grand Prix 2011 Muriel Saulais, Certu, ESI/VUER

Plus en détail

Club Labo Départementaux

Club Labo Départementaux Club Labo Départementaux Rédaction des DCE «Terrassements» LRPC AIX service Géologie Terrassements Pierre Azemard Donner à l entreprise les éléments pour qu elle bâtisse son offre : Description des ouvrages

Plus en détail

Le groupe de travail Espèces exotiques envahissantes Du bassin Loire-Bretagne

Le groupe de travail Espèces exotiques envahissantes Du bassin Loire-Bretagne Le groupe de travail Espèces exotiques envahissantes Du bassin Loire-Bretagne Coordinateur : Sylvie VARRAY -Fédération des Conservatoires d espaces naturels Avec le soutien de : Séminaire du Centre de

Plus en détail