Théorie des multiplets! appliquée à! la spectroscopie d ʼabsorption X!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Théorie des multiplets! appliquée à! la spectroscopie d ʼabsorption X!"

Transcription

1 Théorie des multiplets! appliquée à! la spectroscopie d ʼabsorption X! Marie-Anne Arrio, Amélie Juhin! Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés, Paris! 1!

2 Rappel : défini-on des seuils Règles de sélec-on Ion de transition 3d! On peut exciter différents électrons de cœur (1s, 2s, 2p, ) L essen-el de l absorp-on est dû aux transi-ons dipolaires électriques final - ini-al = ± 1 =1! =0! =2! =1! Energy 4p 4s 3d 3p 3s 2p 2s Ionization L 2,3 edges L 1 edge SELECTIVITE ORBITALAIRE =0! K edge 1s Règle de sélection! Dipolaire électrique Δ = ±1! Quadripolaire l = électrique ±1 Δ = ±2! Sélection rules (electric dipolar approximation)

3 Absorption des rayons X aux seuil K! XANES 3d EXAFS Photons X! 1s Pré-seuil EXAFS : ~ 3-4 Å autour de Cr distances interatomiques, nombre et nature des voisins, désordre structural XANES : ~ 5 Å around Cr Géométrie locale et structure électronique

4 Description des seuils L 2,3! L 3 Ni II Transitions! 2p -> 3d! L 2 Sonde des niveaux 3d Spin-orbite sur le trou 2p 5! 20 ev pour ions 3d! L=1 S=1/2!!!! Structure électronique locale Degré d oxydation Etat de spin Nature de la liaison chimique Structure locale Symétrie du site J=3/2 (L 3 )! J=1/2 (L 2 )! 4!

5 Seuils L 2,3! Intérêts! Sonde des niveaux 3d!!Structure!!électronique! Largeur du trou profond!!bonne résolution! Mn! K : 1.5 ev! L 2,3 : 0.35 ev! Limites! Peu dʼinformation structurale directe! Ultra-vide! Surface de lʼéchantillon en mesure d ʼélectrons! 5!

6 Principe des calculs multiplets! Calcul de physique atomique!!on ne traite que l'ion!!et pas le cristal! Calcul multiélectronique!!transitions vers des niveaux localisés!!avec plusieurs électrons! Fonctions d onde multiélectroniques Ion à N électrons -> Ψ(r 1,r 2,...,r N ) 6!

7 Théorie des multiplets adaptée! à l ʼabsorption des rayons X! par Theo Thole Robert Cowan :!Théorie atomique!!!!!hamiltonien de symétrie sphérique!!!!!à l ʼexception dʼun éventuel champ!!!!!électrique ou magnétique externe (TTRCG)! Philip Buttler :!Champ cristallin!!!!!symétrie du groupe ponctuel de lʼion (TTRAC)! Philip Anderson :!Mélange de configurations (BANDER)! 7!

8 Interface aux programmes «user friendly»! CTM4XAS! (Charge Transfer Multiplet for X-ray Absorption Spectroscopy)! Frank de Groot et Eli Stavitski (Université dʼutrecht, Pays Bas)! TD! 8!

9 Pourquoi la méthode des multiplets?! Semi-empirique (paramétrée)! Pourquoi pas! les méthodes «monoélectroniques»?! ab initio (non paramétrées)! les méthode monoélectroniques ne prennent pas suffisamment en compte les répulsions électroniques qui peuvent être importantes dans certains cas... 9!

10 Quelle théorie appliquer à quel seuil?! Examen de deux seuils de Ni 2+ Seuil K Ni 2+! 1s -> p! Seuils L 2,3 Ni 2+! 2p -> 3d! Absorption (a.u)! 2,5 2 1,5 1 0,5 0 Absorption 2,5 Seuil K de Ni II 2 1,5 1 0,5 0-0,5-0, Energie E - E 0 (ev) Energie (ev) Energie (ev) Energie E - E (ev)! 0 1,2 0,8 0,4 0 Seuil K de Ni II Absorption (a.u)! 1,2 Seuils L 2,3 de Ni II Seuils L 2,3 de Ni II 0,8 0,4 0 Energie (ev)! 10!

11 Seuil K! 1s np (continuum) p E f -E i grande!!pas dʼinteraction avec les!électrons de cœur! hν Transitions vers des niveaux vides!!faibles interactions entre!lʼélectron éjecté et les autres! Fonctions dʼonde monoélectroniques! Modèles monoélectroniques ab initio! 11!

12 Seuils L 2,3! 2p 3d! Etat excité 2p 5 3d 9 Etat initial 2p 6 3d 8 Ion Ni 2+ hν E 3d -E 2p petite!!répulsions entre électrons!!2p et 3d! Transitions vers des niveaux partiellement remplis!!répulsions entre électrons!!3d! Fonctions dʼonde multiélectroniques!!etat initial! i > = 2p 6 3d n!!etat final! f > = 2p 5 3d n+1! Modèle des multiplets! 12!

13 Calculs multiplets : Orbitales de lʼétat final localisées Densité de probabilité de présence dʼun éléctron=! Carré des fonctions radiales! 4p 5p 3d 4d 5d Distance au noyau 4f 5f 13!

14 Quelle théorie appliquer à quel seuil?! Peut approximativement être estimé par le saut au seuil! Saut au seuil important! Seuil K Ni 2+! 1s -> 4p! Saut au seuil faible! Seuils L 2,3 Ni 2+! 2p -> 3d! Etat final délocalisé! Etat final localisé! Modèle monoélectronique DFT! Structure! (on peut sonder les voisins)! Modèle multiélectronique! MULTIPLETS! Structure électronique! 14!

15 Quelle théorie appliquer à quel seuil?! Cas intermédiaires! Exemple : seuils L 2,3 des métaux de transition! Seuils L 2,3! de Ni métal! Transition 2p -> 3d bande délocalisée! Les deux modèles (monoélectronique, multiélectronique)! sont utilisables mais avec des modifications! Multiplets avec plusieurs configurations! Ni métal : mélange 3d 9, 3d 8, d 10! 15!

16 A quels seuils utiliser les calculs multiplets :! états localisés Seuils L 2,3 des ions de transition 3d (ou 4d))! transitions!2p 6 3d n -> 2p 5 3d n+1! Pre-seuil K des ions de transition 3d (ou 4d))! transitions!1s 2 3d n -> 1s 1 3d n+1!!(quadripole électrique)! Seuils M 4,5 des ions de terres-rares!!transitions!3d 10 4f n -> 3d 9 4f n+1! 16!

17 Spectroscopie dʼabsorption X! aux seuils L 2,3 des ions 3d! Avant les calculs! Que peut-on extraire dʼun spectre! aux seuils L 2,3 d ʼun ion 3d?! 17!

18 Seuils L 2,3 ions de transition 3d Degré dʼoxydation Fe II (OH 2 ) 6 Fe III (OH 2 ) 6 Ligands, symétrie, état de spin IDENTIQUES II III 2.2 ev Energie du seuil dépend de Z et de la charge de l ion 18!

19 Seuils L 2,3 des ions de transition 3d Transition de spin dans Fe(phen) 2 (NCS) 2! T=300 K! T=77 K! T! 10Dq! t 2g4 e 2! g t 2g6 e 0! g S = 2! S = 0! Haut Spin! Bas Spin! Fe(phen) 2 (NCS) 2! Transition de spin réversible à 176K!

20 Seuils L 2,3 des ions de transition 3d Etat de spin T = 300K S = 2 Haut spin T = 77K S = 0 Bas spin Observation de la transition de spin dans Fe(phen) 2 (NCS) 2 : Déplacement des bandes Variation de l intensité relative des seuils L 3 et L 2 L 3 L 2 20!

21 Seuils L 2,3 des ions de transition 3d Symétrie Fe III Cl 4, T d Fe III Cl 6, O h Difficile de prédire la symétrie locale avec les seuils L 2,3 Calculs nécessaires L 3 L 2 21!

22 Interprétation quantitative! des seuils L 2,3 ions de transition 3d!!!! Théorie des multiplets! Section efficace d ʼabsorption : Règle d ʼor de Fermi ( ) = 4! 2 "!! 2 1! f H int d i! E f " E i "!! i i,f ( ) ω énergie des photons incidents! i> état initial de l'ion et! d i sa dégénérescence! f> état final de l'ion! δ(e f -E i - ω) fonction de Dirac qui assure la conservation de lʼénergie! H int Hamiltonien dʼinteraction RX-matière! H int = ε.r dans lʼapproximation dipolaire électrique 22!

23 Etats de lʼion Exemple : Seuils L 2,3 de l'ion Cr 4+! Etat initial 1s 2 2s 2 2p 6 3s 2 3p 6 3d 2! = 20 électrons! Couche 3d 2! = 2!2 +1 = 5 fonctions angulaires!!!s =1/2!2s+1 = 2 fonctions de spin! 10 fonctions! de base!!!on utilise les probabilités combinatoires!!! Etat final 1s 2 2s 2 2p 5 3s 2 3p 6 3d 3! C 2 10 = 45 états! couche 2p 5! = 1!!3 fonctions angulaires!!!s = 1/2!!2 fonctions de spin!!!c 1 6 = 6 états possibles! C 1 6 x C3 10! 720 états! couche 3d 3! C 3 10 = 120 états possibles pour 3d3 23!

24 Calcul des états propres i > et f > On cherche à calculer puis à diagonaliser les matrices! formées des éléments :!!< Ψ i H ion l Ψʼi >!!< Ψ f H ion l Ψʼf >! Afin de connaître!!les états propres de lʼion i >, f >!!et leurs énergies propres E i et E f! Le choix des fonctions de base Ψ permet de simplifier! la diagonalisation! 24!

25 Etats de lʼion Hamiltonien de l ʼion à N électrons! H ion = H cin + H e-n + H e-e + H s-o Ion libre (sphérique)! + H CC Symétrie! Champ cristallin! H cin = H e n = H e e = N i=1 N i=1 N i< j =1 2 2m 2 r i Ze2 4πε 0 r i e 2 4πε 0 r ij Energie cinétique totale des électrons! Attraction coulombienne électrons-noyau! Répulsion coulombienne entre les électrons! H s o = N ξ i (r i ) i.s i Couplage spin-orbite! i=1 25!

26 Multiplets :! Etats multiélectroniques / configurations électroniques! Termes spectroscopiques! Fonctions α(l,s)jm J >! fonctions propres de J 2, J z, L 2, S 2! J = L + S!J opérateur de couplage de L et S L-S J L+S! Etats de de lʼion N L = i ( i moment orbital de l'électron i)! i=1 N S = s i (s i moment orbital de l'électron i)! i=1 26!

27 Etats de de lʼion L'énergie d'une fonction propre α(lm L, SM S )JM J >!!ne dépend pas de M J! ne dépend pas de M L et M S! Un état αlsm L M S > est appelé!!terme spectroscopique! 2S+1 Γ J! S spin! Γ Lettre donnant la valeur L Γ=S pour L=0! Γ=P pour L=1! Γ=D pour L=2! Γ=F pour L=3! 27!

28 Répulsions électroniques! Exemple de Cr 4+ 3d 2 (état initial)! Energie (ev)! Termes 2S+1 L! 1 S! Etats de lʼion 0.46F 2! F 2 10eV! F 4 6,2eV! 3d 2! 1 G! 3 P! 1 D! 3 F! 0.08F 2! 0.2F 2! -0.1F 2! -0.18F 2! Etat fondamental (règles de Hund)! 28!

29 Etats de lʼion Répulsions électroniques! < αlsj 4πε α'l's J > = 0 r ij N i< j =1 e 2 f k ( j, j ) F k ( j, j )!terme direct entre électrons!!!!dʼune même couche! + f k ( i, j ) F k ( i, j )!terme direct entre électrons!!!!de couches différentes! + g k ( i, j ) G k ( i, j )!terme d'échange entre électrons!!!!de couches différentes! Intégrales sur les Intégrales sur les fonctions angulaires fonctions radiales i, j k =0 somme sur les couches 2p, 3d pour les seuils L 2,3 29!

30 Répulsions électroniques! Seuils L 2,3 d'un ion 3d n! configuration initiale 2p 6 3d n!!f 2 (3d,3d), F 4 (3d,3d) répulsion entre e- 3d! configuration finale 2p 5 3d n+1!!f 2 (3d,3d), F 4 (3d,3d)!répulsion entre e - 3d!!F 2 (2p,3d)!!répulsion directe entre e - 3d et 2p!!G 1 (2p,3d), G 3 (2p,3d)!interaction d'échange entre e - 3d et 2p! N.B. : Les répulsions électroniques dans les couches pleines sont prises en compte dans l énergie moyenne de la configuration 30!

31 Effet du champ cristallin sur un ion d n! Termes spectroscopiques dʼun ion d 2! B équivalent à F! Termes spectroscopiques! 2S+1 Γ! Ion! sphérique! Ion octaédrique! Diagrammes! de Tanabe-Sugano! Δ=10Dq, B F(3d,3d)! 31!

32 Schéma des seuils L 2,3 (2p 5 ) J=1/2 3d n+1! 3/2 ζ 2p 15 ev (2p 5 ) J=3/2 3d n+1! L 3 L 2 Etats discrets Γ f! Séparés en énergie par! - répulsions électroniques F,G (κ)! - champ cristallin 10Dq! - spin orbite sur les orbitales 3d ζ 3d 2p 6 3d n! 32!

33 Calcul des transitions f H int i 2 Transition dipolaire électrique :! Transitions discrètes!!intensité <f H i> 2 à l ʼénergie E f -E i! H dip = ˆ ε. r int Pour obtenir le spectres (section efficace dʼabsorption)!!convolution par lorentzienne (largeur du trou)!!convolution par gaussienne (résolution instrumental)! 33!

34 Exemple de calcul : seuils L 2,3 d ʼun ion Ni 2+ en site octaédrique! Le calcul donne lʼintensité <f H i> 2 à l ʼénergie E f -E i! Et on convolue par une lorentzienne (largeur du trou 2p*)!! et une gaussienne (résolution expérimentale)! *http://www-cxro.lbl.gov/optical_constants 34!

35 Paramètres d ʼun calcul multiplet Seuils L 2,3 et pre-seuil K des ions de transition! Paramètre de champ cristallin!!empirique! Peut-être obtenu par spectroscopie optique ou RPE! Symétrie O h : 10Dq! Symétrie D 4h : Dq, Ds et Dt! Interactions coulombiennes directe et dʼéchange! Intégrales de Slater F(d,d), F(p,d) et G(pd)!«ab initio»! Facteur de réduction κ!0 < κ < 1!empirique! κ : d ʼautant plus petit que la liaison est covalente! κ = : liaison à caractère ionique! κ = : liaison à caractère covalent! Constantes de couplage spin-orbite des orbitales «ab initio»! ζ 3d! ζ 2p sépare les seuils L 3 et L 2! Valeurs proches de celles de l ʼion libre! 35!

36 FAME! Structures du pre-seuil K des ions 3d! 36!

37 Systematic study of redox and speciation of Fe : Fe(II)-bearing, Fe(III)-bearing and «test» minerals Fe(II): Fe(III): T d! T d! O h! O h! F. Farges et al., P.-E. Petit et al, !

38 Pre-seuil K Section efficace d absorption (Règle d or de Fermi) état final, énergie E f! Etat initial, énergie E i! dégénérescence de lʼétat initial! dipole électrique 1s p(hybridé aux 3d) Si ion en site non centrosymétrique ( Δ = 1 ) quadrupole électrique 1s 3d! ( Δ = 2 )!

39 ! f H int! i 2 H int Calcul des transition au pre-seuil K! Quelque soit lʼion 3d n (n<10), on calcule! Quadrupolaire électrique 1s 2 3d n 1s 1 3d n+1! H quad = i int 2 ˆ!.! r Pour un ion non-centrosymétrique, hybridation p-d! on calcule en plus,! dipolaire électrique 1s 2 3d n 1s 1 3d n p 1 (p hybridé aux 3d)! dip = ˆ!.! r ( ) ( k.! r! ) 39!

40 Etats de de lʼion Hamiltonien de l ʼion à N électrons! H ion = H cin + H e-n + H e-e + H s-o Ion libre (sphérique)! + H CC Symétrie! Champ cristallin! H cin = H e n = H e e = N i=1 N i=1 N i< j =1 2 2m 2 r i Ze2 4πε 0 r i e 2 4πε 0 r ij Energie cinétique totale des électrons! Attraction coulombienne électrons-noyau! Répulsion coulombienne entre les électrons! H s o = N ξ i (r i ) i.s i Couplage spin-orbite! i=1 40!

41 Répulsions électroniques! Pre seuils K d'un ion 3d n! configuration initiale 1s 2 3d n!!f 2 (3d,3d), F 4 (3d,3d) répulsion entre e- 3d! configuration finale 1s 1 3d n+1!!f 2 (3d,3d), F 4 (3d,3d)!répulsion entre e - 3d!!F 2 (1s,3d)!!!répulsion directe entre e - 3d et 1s!!G 1 (1s,3d), G 3 (1s,3d)!interaction d'échange entre e - 3d et 1s! faibles! négligeables! 41!

42 Couplage spin-orbite : quelques ordres de grandeur! Seuil K d'un ion 3d n configuration initiale 1s 2 3d n!!ζ 3d 0,02 à 0,1 ev! configuration initiale 1s 1 3d n+1!!ζ 3d 0,02 à 0,1 ev!!ζ 1s 0 ev! Seul le spin-orbite sur les 3d intervient! mais petit par rapport à la résolution dʼun seuil K! => quasiment pas observable 42!

43 Transitions quadripolaires électriques au seuil K 1s 1 3d n+1! Etats discrets! Termes spectroscopiques! 2S+1 Γ! Séparés en énergie par! - répulsions électroniques F (κ)! - champ cristallin 10Dq! - spin orbite sur les orbitales 3d ζ 3d Pre-seuil K! 1s 2 3d n! 43!

44 Transitions quadripolaires électriques! au seuil K de Fe 2+! 1s 2 3d 6 1s 1 3d 7! Fe 2+ Oh! 44!

45 Calcul des structures du pré-seuil K de Fe II et Fe III! en symétrie Oh (centrosymétrique)! et Td (non-centrosymétrique)! (Section efficace /saut au seuil théorique)x100! Arrio et al., Europhys. Lett., (2000). 45!

46 Un exemple dʼapplication des pre-seuils K! Mise en évidence dʼun changement de valence! induite par la chaleur dans un complexe de cobalt Co! Seuil K du cobalt! Mannini et al. ChemPhysChem 2009 Co II d 7 haut spin S=3/2! T! Co III d 6 bas spin S=0! 46!

47 Zoom sur le pre-seuil K du cobalt! Pourquoi sʼintéresser à! de si petite transitions?! Transition vers les 3d! qui donnent :! le degré dʼoxydation! l état de spin! 47!

48 Calcul multiplets avec champ cristallin! Co II 1s 2 3d 7 -> 1s 1 3d 8! Co III 1s 2 3d 6 -> 1s 1 3d 7! Symétrie octaédrique! Variation du champ cristallin (10Dq):! faible pour haut spin! fort pour bas spin! 48!

49 Identification des structures du preseuil! Etats excités du Co II haut spin! Co II 1s 2 3d 7 -> 1s 1 3d 8! ou! 4 transitions possibles! 3 T 1 B F! haut spin! bas spin! 49!

50 Identification des structures du preseuil! Etats excités du Co III bas spin! Co III 1s 2 3d 6 -> 1s 1 3d 7! transition possible! E g! 0.4 Splittings dûs au spin-orbite! Energie (ev) bas spin! haut spin! 50!

51 Pre-seuil K du cobalt! Calcul multiplets en champ cristallin! Co II haut spin -> Co III bas spin! Multiples structures! dues aux effet multiplets! 51!

52 CONCLUSON! Autres applications des multiplets! en relation avec FAME :! Resonant Inelastic X-ray Scattering (RIXS)! High energy resolution fluorescence detection (HERFD)! 52!

Introduction à l absorption X

Introduction à l absorption X Introduction à l absorption X Yves Joly Institut Néel, CNRS et UJF FAME+, Mai 2012 1 Définition 2 Section efficace Coefficient d absorption linéaire Faisceau monochromatique I 0 Matériau isotrope et homogène,

Plus en détail

Molécules et Liaison chimique

Molécules et Liaison chimique Molécules et liaison chimique Molécules et Liaison chimique La liaison dans La liaison dans Le point de vue classique: l approche l de deux atomes d hydrogd hydrogènes R -0,9-1 0 0,5 1 1,5,5 3 3,5 4 R

Plus en détail

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle 5.1 Classification Déterminer à quelle catégorie (sphérique, symétrique, asymétrique) appartiennent ces molécules : a) CH 4, b) CH 3 F, c) CH 3 D, d) SF 6, e) HCN,

Plus en détail

LES COMPLEXES. Description orbitalaire, Structure, Réactivité, Spectroscopie. Martin VÉROT

LES COMPLEXES. Description orbitalaire, Structure, Réactivité, Spectroscopie. Martin VÉROT LES COMPLEXES Description orbitalaire, Structure, Réactivité, Spectroscopie. Martin VÉROT Prérequis Théorie des groupes (groupe irréductible, décomposition etc..) Chimie quantique /atomistique (Hamiltonien,

Plus en détail

Chapitre IV : Atomes polyélectroniques et classification périodique

Chapitre IV : Atomes polyélectroniques et classification périodique Chapitre IV : Atomes polyélectroniques et classification périodique I- ATOMES POLYELECTRONIQUES...3 1- Approximation... 3 a- Problème... 3 b- Approximations... 5 - Résultats... 5 a- Fonction d onde monoélectronique

Plus en détail

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les différentes formes de carbone sp 2 Structure des nanotubes mono-feuillets Structure électronique des nanotubes mono-feuillets Modèle de croissance

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules I. La liaison covalente 1) Formation d une liaison covalente Les molécules sont des assemblages d atomes liés par des liaisons chimiques résultant d interactions

Plus en détail

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence.

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence. Règle de l octet : tendance qu on les atomes à s entourer de 8 électrons dans l édifice moléculaire. Ce n est pas une règle générale. Composés respectant la règle de l octet Composés ne respectant pas

Plus en détail

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES CAPITRE VI : YBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES VI.1 : YBRIDATION DES ORBITALES ATOMIQUES. VI.1.1 : Introduction. La théorie d hybridation a été développée au cours des années 1930, notamment par le chimiste

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE 18 CHAPITRE III SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE La spectroscopie d absorption dans l UV et le visible est une méthode très commune dans les laboratoires. Elle est basée sur la propriété des

Plus en détail

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Algèbre 1 : (Volume horaire total : 63 heures) UE1 : Analyse et algèbre

Plus en détail

Généralités. Chapitre 1

Généralités. Chapitre 1 Chapitre 1 Généralités Les complexes des métaux de transition sont des molécules constituées d un ou de plusieurs centre(s) métallique(s) (Ti, Fe, Ni, etc.) lié(s) à un certain nombre de «ligands». Ceux-ci

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

étude d agrégats d oxydes de terres rares

étude d agrégats d oxydes de terres rares étude d agrégats d oxydes de terres rares David Nicolas To cite this version: David Nicolas. étude d agrégats d oxydes de terres rares. Physics. Université Claude Bernard - Lyon I, 2007. French.

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Groupe Nanostructures et Systèmes Quantiques http://www.insp.jussieu.fr/-nanostructures-et-systemes-.html

Groupe Nanostructures et Systèmes Quantiques http://www.insp.jussieu.fr/-nanostructures-et-systemes-.html Axe principal: EDS Axes secondaires : Groupe Nanostructures et Systèmes Quantiques http://www.insp.jussieu.fr/-nanostructures-et-systemes-.html Institut des NanoSciences deparis http://www.insp.jussieu.fr/

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

METHODES D ANALYSE DES COMPOSES AMORPHES

METHODES D ANALYSE DES COMPOSES AMORPHES Elisabeth Adam Pascal Bouffandeau Alexandre Darraspen Romuald Fix Sébastien Jouve Olivier Welker METHO D ANALYSE COMPOSES AMORPHES Sommaire 1. DÉFINITION DE L ÉTAT AMORPHE... 3 1.1. CLASSIFICATION MATÉRIAUX...

Plus en détail

Notions de Chimie Générale - 2

Notions de Chimie Générale - 2 Notions de Chimie Générale - 2 Jacques Moutte, Géochimie, Ecole des Mines de Saint Etienne, 2002 I. Atomistique... 2 I-1. Le premier potentiel d'ionisation est une des nombreuses propriétés périodiques

Plus en détail

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique Yves LEROYER Enjeu: réaliser physiquement -un système quantique à deux états 0 > ou 1 > -une porte à un qubitconduisant à l état générique α 0 > +

Plus en détail

Chapitre I- Le champ électrostatique. I.1.1- Phénomènes électrostatiques : notion de charge électrique

Chapitre I- Le champ électrostatique. I.1.1- Phénomènes électrostatiques : notion de charge électrique Chapitre I- Le champ électrostatique I.- Notions générales I..- Phénomènes électrostatiques : notion de charge électrique Quiconque a déjà vécu l expérience désagréable d une «décharge électrique» lors

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N 1 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

Propriétés électriques des semiconducteurs

Propriétés électriques des semiconducteurs Chapitre 1 Propriétés électriques des semiconducteurs De nombreux composants électroniques mettent à profit les propriétés de conduction électrique des semiconducteurs. Ce chapitre décrit comment un semiconducteur

Plus en détail

Université de Franche-Comté - UFR Sciences et Techniques - Département de Physique Master de Physique 1ère année. Mécanique Quantique Travaux Dirigés

Université de Franche-Comté - UFR Sciences et Techniques - Département de Physique Master de Physique 1ère année. Mécanique Quantique Travaux Dirigés Master de Physique 1ère année Mécanique Quantique Travaux Dirigés 1 Master de Physique 1ère année - Mécanique Quantique TD 1: Systèmes quantiques de dimension finie Exercice 11- Atome à 2 niveaux dans

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C ANALYSE XPS (ESCA) I - Principe La spectroscopie XPS (X-Ray Photoelectron Spectroscopy) ou ESCA (Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) est basée sur la photo émission. Lors de l'irradiation par

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

M1 - MP057. Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Imagerie

M1 - MP057. Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Imagerie M1 - MP057 Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Imagerie Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Le microscope électronique en transmission : - colonne,

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Prof. Marc HENRY Chimie Moléculaire du Solide Institut Le Bel, 4, Rue Blaise Pascal 67070 Strasbourg Cedex, France Tél: 03.68.85.15.00 e-mail:

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

MEMOIRE Présenté pour l obtention du diplôme de MAGISTER EN : PHYSIQUE Spécialité : Matériaux & Composants

MEMOIRE Présenté pour l obtention du diplôme de MAGISTER EN : PHYSIQUE Spécialité : Matériaux & Composants N d ordre : 41/2010-M/PH République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique UNIVERSITE DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE HOUARI BOUMEDIENE

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Mécanique Quantique EL OUARDI EL MOKHTAR LABORATOIRE MÉCANIQUE & ÉNERGÉTIQUE SPÉCIALITÉ : PROCÈDES & ÉNERGÉTIQUE. E-MAIL : dataelouardi@yahoo.

Mécanique Quantique EL OUARDI EL MOKHTAR LABORATOIRE MÉCANIQUE & ÉNERGÉTIQUE SPÉCIALITÉ : PROCÈDES & ÉNERGÉTIQUE. E-MAIL : dataelouardi@yahoo. Mécanique Quantique EL OUARDI EL MOKHTAR LABORATOIRE MÉCANIQUE & ÉNERGÉTIQUE SPÉCIALITÉ : PROCÈDES & ÉNERGÉTIQUE E-MAIL : dataelouardi@yahoo.fr Site Web : dataelouardi.jimdo.com La physique en deux mots

Plus en détail

Propriétés structurales, électroniques et magnétiques des agrégats binaires Ni-N

Propriétés structurales, électroniques et magnétiques des agrégats binaires Ni-N MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE PHYSIQUE THESE DE DOCTORAT SPECIALITE : PHYSIQUE OPTION

Plus en détail

ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE

ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE F.HAMOU Prof N.ZEKRI Laboratoire d Etude Physique des Matériaux (LEPM) Département de physique Faculté des sciences

Plus en détail

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Fiche professeur L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Thème : Observer, ondes et matières Analyse spectrale Type de ressource : Documents de formation en spectroscopies IR et RMN, pistes d activités

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

UNIVERSITE DE LIMOGES DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE LIMOGES. François Lallet

UNIVERSITE DE LIMOGES DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE LIMOGES. François Lallet UNIVERSITE DE LIMOGES ECOLE DOCTORALE Science-Technologie-Santé Faculté des Sciences et Techniques Laboratoire de Science des Procédés Céramiques et de Traitements de Surface UMR 6638 Thèse N o [11/2008]

Plus en détail

INTRODUCTION. I.1-Propriétés des matériaux III-V

INTRODUCTION. I.1-Propriétés des matériaux III-V INTRODUCTION L'importante croissance des semi-conducteurs au niveau mondial est liée au fait que ces matériaux forment la base de la révolution technologique de ces quarante dernières années dans le domaine

Plus en détail

Microscopie à force atomique

Microscopie à force atomique Microscopie à force atomique DETREZ Fabrice Table des matières 1 Principe 2 2 Analyse structurale 3 3 Interactions pointes surfaces 4 4 Boucle d asservissement et contrastes 6 5 Traitement des Images 8

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

L effet Tunnel. Microscopie à effet tunnel. Approche documentaire. http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/effet_tunnel_ Radioactivite_Alpha.

L effet Tunnel. Microscopie à effet tunnel. Approche documentaire. http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/effet_tunnel_ Radioactivite_Alpha. L effet Tunnel L effet tunnel désigne la propriété que possède un objet quantique de franchir une barrière de potentiel même si son énergie est inférieure à l énergie minimale requise pour franchir cette

Plus en détail

Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC)

Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC) Faculté Polytechnique Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC) Prof. André DECROLY Dr Abdoul Fatah KANTA andre.decroly@umons.ac.be Service de

Plus en détail

Sigle UE Sigle module Intitulé module Coef. Coef UE ECTS UE

Sigle UE Sigle module Intitulé module Coef. Coef UE ECTS UE Sigle UE Sigle module Intitulé module Coef. Coef UE ECTS UE U1-S7-MAT MAT 1-S7 Matériaux 1: métaux et alliages 5 7 7 MAT 2-S7 Matériaux 2: polymères et matériaux appliqués 5 U2-S7-MAT MC-1-S7 Matière Condensée

Plus en détail

EXAMEN #1 ÉLECTRICITÉ ET MAGNÉTISME 20% de la note finale

EXAMEN #1 ÉLECTRICITÉ ET MAGNÉTISME 20% de la note finale EXAMEN #1 ÉLECTRICITÉ ET MAGNÉTISME 20% de la note finale Hiver 2009 Nom : Chaque question à choix multiples vaut 3 points 1. Dans quelle direction est le potentiel au centre du carré dans la figure suivante?

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS III CHAPITRE I Les quanta s invitent I-1. L Univers est en constante évolution 2 I-2. L âge de l Univers 4 I-2.1. Le rayonnement fossile témoigne 4 I-2.2. Les amas globulaires

Plus en détail

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8 L expérience de Stern et Gerlach ~ k3 Chapitre 8 Quiz de bienvenue Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] On considère un aimant placé dans un champ magnétique homogène.

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

Laboratoire de Physique de la Matière Condensée et des Nanostructures de Lyon

Laboratoire de Physique de la Matière Condensée et des Nanostructures de Lyon Rapport sur le stage effectué du 1 er juin 2010 au 31 juillet 2010 au Laboratoire de Physique de la Matière Condensée et des Nanostructures de Lyon Génération de pseudo-potentiel atomique pour des matériaux

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie Cours d électricité Introduction Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Le terme électricité provient du grec ἤλεκτρον

Plus en détail

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531)

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531) Unité Mixte du CNRS (UMR8531) Institut de Chimie Directeur : Keitaro NAKATANI (PU ENS Cachan) Courrier électronique : nakatani@ppsm.ens-cachan.fr http://www.ppsm.ens-cachan.fr Problématique générale :

Plus en détail

Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique

Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique Projet tutoré en laboratoire : Année 2009/2010 Miradji Faoulat Barnaoui Serine Ben Abdeljellil Wael Encadrant : Mr. Anders Kastberg 1 Remerciement

Plus en détail

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Panorama de l astronomie 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gilles Theureau, Grégory Desvignes, Lab Phys. & Chimie de l Environement, Orléans Ludwig.klein@obspm.fr,

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

PHY2723 Hiver 2015. Champs magnétiques statiques. cgigault@uottawa.ca. Notes partielles accompagnant le cours.

PHY2723 Hiver 2015. Champs magnétiques statiques. cgigault@uottawa.ca. Notes partielles accompagnant le cours. PHY2723 Hiver 2015 Champs magnétiques statiques cgigault@uottawa.ca otes partielles accompagnant le cours. Champs magnétiques statiques (Chapitre 5) Charges électriques statiques ρ v créent champ électrique

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

De l utilisation des calculs ab initio appliqués à la théorie moléculaire du défaut quantique

De l utilisation des calculs ab initio appliqués à la théorie moléculaire du défaut quantique De l utilisation des calculs ab initio appliqués à la théorie moléculaire du défaut quantique Inauguraldissertation zur Erlangung der Würde eines Doktors der Philosophie vorgelegt der Philosophisch-Naturwissenschaftlichen

Plus en détail

Simulations de systèmes quantiques fortement corrélés:

Simulations de systèmes quantiques fortement corrélés: Simulations de systèmes quantiques fortement corrélés: propriétés magnétiques, supraconductrices et influence du désordre Sylvain Capponi Laboratoire de Physique Théorique - IRSAMC Université Paul Sabatier

Plus en détail

PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200

PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200 UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES Faculté des sciences appliquées Bachelier en sciences de l ingénieur, orientation ingénieur civil Deuxième année PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200 Daniel Baye revu

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Information quantique

Information quantique Information quantique J.M. Raimond LKB, Juin 2009 1 Le XX ème siècle fut celui de la mécanique quantique L exploration du monde microscopique a été la grande aventure scientifique du siècle dernier. La

Plus en détail

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET MODELE DE PRESENTATION DU PROJET SITUATION ACTUELLE DU PROJET: Intitulé du PNR Code du Projet (Réservé à l administration) SCIENCES FONDAMENTALES Nouveau projet : Projet reformule: 1.1. Domiciliation du

Plus en détail

Vision par Ordinateur

Vision par Ordinateur Vision par Ordinateur James L. Crowley DEA IVR Premier Bimestre 2005/2006 Séance 6 23 novembre 2005 Détection et Description de Contraste Plan de la Séance : Description de Contraste...2 Le Détecteur de

Plus en détail

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique PGA & SDUEE Année 008 09 Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n. Résonance magnétique : approche classique Première interprétation classique d une expérience de résonance magnétique On

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

Comment déterminer la structure des molécules organiques?

Comment déterminer la structure des molécules organiques? Comment déterminer la structure des molécules organiques? Quelques notions de Résonance Magnétique Nucléaire RMN du «proton» 1 H et d infrarouge IR. En accompagnement de la vidéo disponible sur le site

Plus en détail

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29 Expérience n 29 Semi-conducteurs Description Le but de cette expérience est la mesure de l énergie d activation intrinsèque de différents échantillons semiconducteurs. 1 Montage expérimental Liste du matériel

Plus en détail

Université de Caen. Relativité générale. C. LONGUEMARE Applications version 2.0. 4 mars 2014

Université de Caen. Relativité générale. C. LONGUEMARE Applications version 2.0. 4 mars 2014 Université de Caen LMNO Relativité générale C. LONGUEMARE Applications version.0 4 mars 014 Plan 1. Rappels de dynamique classique La force de Coulomb Le principe de moindre action : lagrangien, hamiltonien

Plus en détail

Chapitre 1 : Chimie organique Introduction. Marine PEUCHMAUR

Chapitre 1 : Chimie organique Introduction. Marine PEUCHMAUR Chimie Chimie rganique Chapitre 1 : Chimie organique Introduction Marine PEUCMAUR Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. 1. Introduction 2. L hybridation

Plus en détail

GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban

GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban Gabriel Cormier, Ph.D., ing. Université de Moncton Hiver 2012 Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 9 Hiver 2012 1 / 51 Introduction Gabriel Cormier (UdeM)

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I)

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) Collaboration: - Laboratoire de Radiotoxicologie et Oncologie (L. Sabatier) CEA, DSV - Laboratoire de Génotoxicité et Modulation de l Expression

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Propriétés de l atome

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Propriétés de l atome PHYSIQUE-CHIMIE Ce sujet traite de quelques propriétés de l aluminium et de leurs applications. Certaines données fondamentales sont regroupées à la fin du texte. Partie I - Propriétés de l atome I.A -

Plus en détail

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr E. Rousseau, J-J Greffet Institut d optique Graduate School S. Volz LIMMS, UMI CNRS University of Tokyo, EM2C A. Siria, J. Chevrier Institut Néel-CNRS Grenoble F. Comin ESRF Grenoble Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Plus en détail

Nouvelles techniques d imagerie laser

Nouvelles techniques d imagerie laser Nouvelles techniques d imagerie laser Les chimistes utilisent depuis longtemps les interactions avec la lumière pour observer et caractériser les milieux organiques ou inorganiques. La présence, dans la

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE

ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE Abstract. It is first demonstrated how it is possible to calculate the amplification coefficient of a laser medium from the efficiency slopes

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

Olympiades de physique 2014-2015 22ème édition. Peut-on recharger un téléphone portable avec une flamme?

Olympiades de physique 2014-2015 22ème édition. Peut-on recharger un téléphone portable avec une flamme? Olympiades de physique 2014-2015 22ème édition Peut-on recharger un téléphone portable avec une flamme? Elèves participants: FLOUQUET Hugo DECAUCHY Antoine DESREUMAUX Maxime Jacques Lycée Saint- Sommaire

Plus en détail