Théorie des multiplets! appliquée à! la spectroscopie d ʼabsorption X!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Théorie des multiplets! appliquée à! la spectroscopie d ʼabsorption X!"

Transcription

1 Théorie des multiplets! appliquée à! la spectroscopie d ʼabsorption X! Marie-Anne Arrio, Amélie Juhin! Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés, Paris! 1!

2 Rappel : défini-on des seuils Règles de sélec-on Ion de transition 3d! On peut exciter différents électrons de cœur (1s, 2s, 2p, ) L essen-el de l absorp-on est dû aux transi-ons dipolaires électriques final - ini-al = ± 1 =1! =0! =2! =1! Energy 4p 4s 3d 3p 3s 2p 2s Ionization L 2,3 edges L 1 edge SELECTIVITE ORBITALAIRE =0! K edge 1s Règle de sélection! Dipolaire électrique Δ = ±1! Quadripolaire l = électrique ±1 Δ = ±2! Sélection rules (electric dipolar approximation)

3 Absorption des rayons X aux seuil K! XANES 3d EXAFS Photons X! 1s Pré-seuil EXAFS : ~ 3-4 Å autour de Cr distances interatomiques, nombre et nature des voisins, désordre structural XANES : ~ 5 Å around Cr Géométrie locale et structure électronique

4 Description des seuils L 2,3! L 3 Ni II Transitions! 2p -> 3d! L 2 Sonde des niveaux 3d Spin-orbite sur le trou 2p 5! 20 ev pour ions 3d! L=1 S=1/2!!!! Structure électronique locale Degré d oxydation Etat de spin Nature de la liaison chimique Structure locale Symétrie du site J=3/2 (L 3 )! J=1/2 (L 2 )! 4!

5 Seuils L 2,3! Intérêts! Sonde des niveaux 3d!!Structure!!électronique! Largeur du trou profond!!bonne résolution! Mn! K : 1.5 ev! L 2,3 : 0.35 ev! Limites! Peu dʼinformation structurale directe! Ultra-vide! Surface de lʼéchantillon en mesure d ʼélectrons! 5!

6 Principe des calculs multiplets! Calcul de physique atomique!!on ne traite que l'ion!!et pas le cristal! Calcul multiélectronique!!transitions vers des niveaux localisés!!avec plusieurs électrons! Fonctions d onde multiélectroniques Ion à N électrons -> Ψ(r 1,r 2,...,r N ) 6!

7 Théorie des multiplets adaptée! à l ʼabsorption des rayons X! par Theo Thole Robert Cowan :!Théorie atomique!!!!!hamiltonien de symétrie sphérique!!!!!à l ʼexception dʼun éventuel champ!!!!!électrique ou magnétique externe (TTRCG)! Philip Buttler :!Champ cristallin!!!!!symétrie du groupe ponctuel de lʼion (TTRAC)! Philip Anderson :!Mélange de configurations (BANDER)! 7!

8 Interface aux programmes «user friendly»! CTM4XAS! (Charge Transfer Multiplet for X-ray Absorption Spectroscopy)! Frank de Groot et Eli Stavitski (Université dʼutrecht, Pays Bas)! TD! 8!

9 Pourquoi la méthode des multiplets?! Semi-empirique (paramétrée)! Pourquoi pas! les méthodes «monoélectroniques»?! ab initio (non paramétrées)! les méthode monoélectroniques ne prennent pas suffisamment en compte les répulsions électroniques qui peuvent être importantes dans certains cas... 9!

10 Quelle théorie appliquer à quel seuil?! Examen de deux seuils de Ni 2+ Seuil K Ni 2+! 1s -> p! Seuils L 2,3 Ni 2+! 2p -> 3d! Absorption (a.u)! 2,5 2 1,5 1 0,5 0 Absorption 2,5 Seuil K de Ni II 2 1,5 1 0,5 0-0,5-0, Energie E - E 0 (ev) Energie (ev) Energie (ev) Energie E - E (ev)! 0 1,2 0,8 0,4 0 Seuil K de Ni II Absorption (a.u)! 1,2 Seuils L 2,3 de Ni II Seuils L 2,3 de Ni II 0,8 0,4 0 Energie (ev)! 10!

11 Seuil K! 1s np (continuum) p E f -E i grande!!pas dʼinteraction avec les!électrons de cœur! hν Transitions vers des niveaux vides!!faibles interactions entre!lʼélectron éjecté et les autres! Fonctions dʼonde monoélectroniques! Modèles monoélectroniques ab initio! 11!

12 Seuils L 2,3! 2p 3d! Etat excité 2p 5 3d 9 Etat initial 2p 6 3d 8 Ion Ni 2+ hν E 3d -E 2p petite!!répulsions entre électrons!!2p et 3d! Transitions vers des niveaux partiellement remplis!!répulsions entre électrons!!3d! Fonctions dʼonde multiélectroniques!!etat initial! i > = 2p 6 3d n!!etat final! f > = 2p 5 3d n+1! Modèle des multiplets! 12!

13 Calculs multiplets : Orbitales de lʼétat final localisées Densité de probabilité de présence dʼun éléctron=! Carré des fonctions radiales! 4p 5p 3d 4d 5d Distance au noyau 4f 5f 13!

14 Quelle théorie appliquer à quel seuil?! Peut approximativement être estimé par le saut au seuil! Saut au seuil important! Seuil K Ni 2+! 1s -> 4p! Saut au seuil faible! Seuils L 2,3 Ni 2+! 2p -> 3d! Etat final délocalisé! Etat final localisé! Modèle monoélectronique DFT! Structure! (on peut sonder les voisins)! Modèle multiélectronique! MULTIPLETS! Structure électronique! 14!

15 Quelle théorie appliquer à quel seuil?! Cas intermédiaires! Exemple : seuils L 2,3 des métaux de transition! Seuils L 2,3! de Ni métal! Transition 2p -> 3d bande délocalisée! Les deux modèles (monoélectronique, multiélectronique)! sont utilisables mais avec des modifications! Multiplets avec plusieurs configurations! Ni métal : mélange 3d 9, 3d 8, d 10! 15!

16 A quels seuils utiliser les calculs multiplets :! états localisés Seuils L 2,3 des ions de transition 3d (ou 4d))! transitions!2p 6 3d n -> 2p 5 3d n+1! Pre-seuil K des ions de transition 3d (ou 4d))! transitions!1s 2 3d n -> 1s 1 3d n+1!!(quadripole électrique)! Seuils M 4,5 des ions de terres-rares!!transitions!3d 10 4f n -> 3d 9 4f n+1! 16!

17 Spectroscopie dʼabsorption X! aux seuils L 2,3 des ions 3d! Avant les calculs! Que peut-on extraire dʼun spectre! aux seuils L 2,3 d ʼun ion 3d?! 17!

18 Seuils L 2,3 ions de transition 3d Degré dʼoxydation Fe II (OH 2 ) 6 Fe III (OH 2 ) 6 Ligands, symétrie, état de spin IDENTIQUES II III 2.2 ev Energie du seuil dépend de Z et de la charge de l ion 18!

19 Seuils L 2,3 des ions de transition 3d Transition de spin dans Fe(phen) 2 (NCS) 2! T=300 K! T=77 K! T! 10Dq! t 2g4 e 2! g t 2g6 e 0! g S = 2! S = 0! Haut Spin! Bas Spin! Fe(phen) 2 (NCS) 2! Transition de spin réversible à 176K!

20 Seuils L 2,3 des ions de transition 3d Etat de spin T = 300K S = 2 Haut spin T = 77K S = 0 Bas spin Observation de la transition de spin dans Fe(phen) 2 (NCS) 2 : Déplacement des bandes Variation de l intensité relative des seuils L 3 et L 2 L 3 L 2 20!

21 Seuils L 2,3 des ions de transition 3d Symétrie Fe III Cl 4, T d Fe III Cl 6, O h Difficile de prédire la symétrie locale avec les seuils L 2,3 Calculs nécessaires L 3 L 2 21!

22 Interprétation quantitative! des seuils L 2,3 ions de transition 3d!!!! Théorie des multiplets! Section efficace d ʼabsorption : Règle d ʼor de Fermi ( ) = 4! 2 "!! 2 1! f H int d i! E f " E i "!! i i,f ( ) ω énergie des photons incidents! i> état initial de l'ion et! d i sa dégénérescence! f> état final de l'ion! δ(e f -E i - ω) fonction de Dirac qui assure la conservation de lʼénergie! H int Hamiltonien dʼinteraction RX-matière! H int = ε.r dans lʼapproximation dipolaire électrique 22!

23 Etats de lʼion Exemple : Seuils L 2,3 de l'ion Cr 4+! Etat initial 1s 2 2s 2 2p 6 3s 2 3p 6 3d 2! = 20 électrons! Couche 3d 2! = 2!2 +1 = 5 fonctions angulaires!!!s =1/2!2s+1 = 2 fonctions de spin! 10 fonctions! de base!!!on utilise les probabilités combinatoires!!! Etat final 1s 2 2s 2 2p 5 3s 2 3p 6 3d 3! C 2 10 = 45 états! couche 2p 5! = 1!!3 fonctions angulaires!!!s = 1/2!!2 fonctions de spin!!!c 1 6 = 6 états possibles! C 1 6 x C3 10! 720 états! couche 3d 3! C 3 10 = 120 états possibles pour 3d3 23!

24 Calcul des états propres i > et f > On cherche à calculer puis à diagonaliser les matrices! formées des éléments :!!< Ψ i H ion l Ψʼi >!!< Ψ f H ion l Ψʼf >! Afin de connaître!!les états propres de lʼion i >, f >!!et leurs énergies propres E i et E f! Le choix des fonctions de base Ψ permet de simplifier! la diagonalisation! 24!

25 Etats de lʼion Hamiltonien de l ʼion à N électrons! H ion = H cin + H e-n + H e-e + H s-o Ion libre (sphérique)! + H CC Symétrie! Champ cristallin! H cin = H e n = H e e = N i=1 N i=1 N i< j =1 2 2m 2 r i Ze2 4πε 0 r i e 2 4πε 0 r ij Energie cinétique totale des électrons! Attraction coulombienne électrons-noyau! Répulsion coulombienne entre les électrons! H s o = N ξ i (r i ) i.s i Couplage spin-orbite! i=1 25!

26 Multiplets :! Etats multiélectroniques / configurations électroniques! Termes spectroscopiques! Fonctions α(l,s)jm J >! fonctions propres de J 2, J z, L 2, S 2! J = L + S!J opérateur de couplage de L et S L-S J L+S! Etats de de lʼion N L = i ( i moment orbital de l'électron i)! i=1 N S = s i (s i moment orbital de l'électron i)! i=1 26!

27 Etats de de lʼion L'énergie d'une fonction propre α(lm L, SM S )JM J >!!ne dépend pas de M J! ne dépend pas de M L et M S! Un état αlsm L M S > est appelé!!terme spectroscopique! 2S+1 Γ J! S spin! Γ Lettre donnant la valeur L Γ=S pour L=0! Γ=P pour L=1! Γ=D pour L=2! Γ=F pour L=3! 27!

28 Répulsions électroniques! Exemple de Cr 4+ 3d 2 (état initial)! Energie (ev)! Termes 2S+1 L! 1 S! Etats de lʼion 0.46F 2! F 2 10eV! F 4 6,2eV! 3d 2! 1 G! 3 P! 1 D! 3 F! 0.08F 2! 0.2F 2! -0.1F 2! -0.18F 2! Etat fondamental (règles de Hund)! 28!

29 Etats de lʼion Répulsions électroniques! < αlsj 4πε α'l's J > = 0 r ij N i< j =1 e 2 f k ( j, j ) F k ( j, j )!terme direct entre électrons!!!!dʼune même couche! + f k ( i, j ) F k ( i, j )!terme direct entre électrons!!!!de couches différentes! + g k ( i, j ) G k ( i, j )!terme d'échange entre électrons!!!!de couches différentes! Intégrales sur les Intégrales sur les fonctions angulaires fonctions radiales i, j k =0 somme sur les couches 2p, 3d pour les seuils L 2,3 29!

30 Répulsions électroniques! Seuils L 2,3 d'un ion 3d n! configuration initiale 2p 6 3d n!!f 2 (3d,3d), F 4 (3d,3d) répulsion entre e- 3d! configuration finale 2p 5 3d n+1!!f 2 (3d,3d), F 4 (3d,3d)!répulsion entre e - 3d!!F 2 (2p,3d)!!répulsion directe entre e - 3d et 2p!!G 1 (2p,3d), G 3 (2p,3d)!interaction d'échange entre e - 3d et 2p! N.B. : Les répulsions électroniques dans les couches pleines sont prises en compte dans l énergie moyenne de la configuration 30!

31 Effet du champ cristallin sur un ion d n! Termes spectroscopiques dʼun ion d 2! B équivalent à F! Termes spectroscopiques! 2S+1 Γ! Ion! sphérique! Ion octaédrique! Diagrammes! de Tanabe-Sugano! Δ=10Dq, B F(3d,3d)! 31!

32 Schéma des seuils L 2,3 (2p 5 ) J=1/2 3d n+1! 3/2 ζ 2p 15 ev (2p 5 ) J=3/2 3d n+1! L 3 L 2 Etats discrets Γ f! Séparés en énergie par! - répulsions électroniques F,G (κ)! - champ cristallin 10Dq! - spin orbite sur les orbitales 3d ζ 3d 2p 6 3d n! 32!

33 Calcul des transitions f H int i 2 Transition dipolaire électrique :! Transitions discrètes!!intensité <f H i> 2 à l ʼénergie E f -E i! H dip = ˆ ε. r int Pour obtenir le spectres (section efficace dʼabsorption)!!convolution par lorentzienne (largeur du trou)!!convolution par gaussienne (résolution instrumental)! 33!

34 Exemple de calcul : seuils L 2,3 d ʼun ion Ni 2+ en site octaédrique! Le calcul donne lʼintensité <f H i> 2 à l ʼénergie E f -E i! Et on convolue par une lorentzienne (largeur du trou 2p*)!! et une gaussienne (résolution expérimentale)! *http://www-cxro.lbl.gov/optical_constants 34!

35 Paramètres d ʼun calcul multiplet Seuils L 2,3 et pre-seuil K des ions de transition! Paramètre de champ cristallin!!empirique! Peut-être obtenu par spectroscopie optique ou RPE! Symétrie O h : 10Dq! Symétrie D 4h : Dq, Ds et Dt! Interactions coulombiennes directe et dʼéchange! Intégrales de Slater F(d,d), F(p,d) et G(pd)!«ab initio»! Facteur de réduction κ!0 < κ < 1!empirique! κ : d ʼautant plus petit que la liaison est covalente! κ = : liaison à caractère ionique! κ = : liaison à caractère covalent! Constantes de couplage spin-orbite des orbitales «ab initio»! ζ 3d! ζ 2p sépare les seuils L 3 et L 2! Valeurs proches de celles de l ʼion libre! 35!

36 FAME! Structures du pre-seuil K des ions 3d! 36!

37 Systematic study of redox and speciation of Fe : Fe(II)-bearing, Fe(III)-bearing and «test» minerals Fe(II): Fe(III): T d! T d! O h! O h! F. Farges et al., P.-E. Petit et al, !

38 Pre-seuil K Section efficace d absorption (Règle d or de Fermi) état final, énergie E f! Etat initial, énergie E i! dégénérescence de lʼétat initial! dipole électrique 1s p(hybridé aux 3d) Si ion en site non centrosymétrique ( Δ = 1 ) quadrupole électrique 1s 3d! ( Δ = 2 )!

39 ! f H int! i 2 H int Calcul des transition au pre-seuil K! Quelque soit lʼion 3d n (n<10), on calcule! Quadrupolaire électrique 1s 2 3d n 1s 1 3d n+1! H quad = i int 2 ˆ!.! r Pour un ion non-centrosymétrique, hybridation p-d! on calcule en plus,! dipolaire électrique 1s 2 3d n 1s 1 3d n p 1 (p hybridé aux 3d)! dip = ˆ!.! r ( ) ( k.! r! ) 39!

40 Etats de de lʼion Hamiltonien de l ʼion à N électrons! H ion = H cin + H e-n + H e-e + H s-o Ion libre (sphérique)! + H CC Symétrie! Champ cristallin! H cin = H e n = H e e = N i=1 N i=1 N i< j =1 2 2m 2 r i Ze2 4πε 0 r i e 2 4πε 0 r ij Energie cinétique totale des électrons! Attraction coulombienne électrons-noyau! Répulsion coulombienne entre les électrons! H s o = N ξ i (r i ) i.s i Couplage spin-orbite! i=1 40!

41 Répulsions électroniques! Pre seuils K d'un ion 3d n! configuration initiale 1s 2 3d n!!f 2 (3d,3d), F 4 (3d,3d) répulsion entre e- 3d! configuration finale 1s 1 3d n+1!!f 2 (3d,3d), F 4 (3d,3d)!répulsion entre e - 3d!!F 2 (1s,3d)!!!répulsion directe entre e - 3d et 1s!!G 1 (1s,3d), G 3 (1s,3d)!interaction d'échange entre e - 3d et 1s! faibles! négligeables! 41!

42 Couplage spin-orbite : quelques ordres de grandeur! Seuil K d'un ion 3d n configuration initiale 1s 2 3d n!!ζ 3d 0,02 à 0,1 ev! configuration initiale 1s 1 3d n+1!!ζ 3d 0,02 à 0,1 ev!!ζ 1s 0 ev! Seul le spin-orbite sur les 3d intervient! mais petit par rapport à la résolution dʼun seuil K! => quasiment pas observable 42!

43 Transitions quadripolaires électriques au seuil K 1s 1 3d n+1! Etats discrets! Termes spectroscopiques! 2S+1 Γ! Séparés en énergie par! - répulsions électroniques F (κ)! - champ cristallin 10Dq! - spin orbite sur les orbitales 3d ζ 3d Pre-seuil K! 1s 2 3d n! 43!

44 Transitions quadripolaires électriques! au seuil K de Fe 2+! 1s 2 3d 6 1s 1 3d 7! Fe 2+ Oh! 44!

45 Calcul des structures du pré-seuil K de Fe II et Fe III! en symétrie Oh (centrosymétrique)! et Td (non-centrosymétrique)! (Section efficace /saut au seuil théorique)x100! Arrio et al., Europhys. Lett., (2000). 45!

46 Un exemple dʼapplication des pre-seuils K! Mise en évidence dʼun changement de valence! induite par la chaleur dans un complexe de cobalt Co! Seuil K du cobalt! Mannini et al. ChemPhysChem 2009 Co II d 7 haut spin S=3/2! T! Co III d 6 bas spin S=0! 46!

47 Zoom sur le pre-seuil K du cobalt! Pourquoi sʼintéresser à! de si petite transitions?! Transition vers les 3d! qui donnent :! le degré dʼoxydation! l état de spin! 47!

48 Calcul multiplets avec champ cristallin! Co II 1s 2 3d 7 -> 1s 1 3d 8! Co III 1s 2 3d 6 -> 1s 1 3d 7! Symétrie octaédrique! Variation du champ cristallin (10Dq):! faible pour haut spin! fort pour bas spin! 48!

49 Identification des structures du preseuil! Etats excités du Co II haut spin! Co II 1s 2 3d 7 -> 1s 1 3d 8! ou! 4 transitions possibles! 3 T 1 B F! haut spin! bas spin! 49!

50 Identification des structures du preseuil! Etats excités du Co III bas spin! Co III 1s 2 3d 6 -> 1s 1 3d 7! transition possible! E g! 0.4 Splittings dûs au spin-orbite! Energie (ev) bas spin! haut spin! 50!

51 Pre-seuil K du cobalt! Calcul multiplets en champ cristallin! Co II haut spin -> Co III bas spin! Multiples structures! dues aux effet multiplets! 51!

52 CONCLUSON! Autres applications des multiplets! en relation avec FAME :! Resonant Inelastic X-ray Scattering (RIXS)! High energy resolution fluorescence detection (HERFD)! 52!

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ Rayons Rayons X Ultra-violets Infra-rouges Micro-ondes Ondes radio 1 Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS Définitions * hυ hυ La fluorescence ou luminescence est l émission d énergie

Plus en détail

Introduction à l absorption X

Introduction à l absorption X Introduction à l absorption X Yves Joly Institut Néel, CNRS et UJF FAME+, Mai 2012 1 Définition 2 Section efficace Coefficient d absorption linéaire Faisceau monochromatique I 0 Matériau isotrope et homogène,

Plus en détail

Cours CH1. Structure électronique des atomes

Cours CH1. Structure électronique des atomes Cours CH1 Structure électronique des atomes David Malka MPSI 2015-2016 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 L atome et l élément chimique 1 1.1 Constitution de

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

La liaison chimique : formation des molécules

La liaison chimique : formation des molécules La liaison chimique : formation des molécules variation de l'énergie potentielle, lorsque l'on fait varier la distance entre 2 atomes d''hydrogène courtes distances : interaction répulsive grandes distances

Plus en détail

...# N # 2 # 1 # N M $ # p p. = C pi

...# N # 2 # 1 # N M $ # p p. = C pi Chapitre X Une application qualitative de la théorie orbitalaire La méthode de Hückel En 1933, Hückel propose une méthode quantique de description de la partie π du nuage électronique des molécules planes

Plus en détail

La structure électronique des complexes des métaux de transition : Relation Géométrie Propriétés physiques

La structure électronique des complexes des métaux de transition : Relation Géométrie Propriétés physiques Université du Maine Faculté des Sciences Structure électronique des complees des éléments de transition 1/1 La structure électronique des complees des métau de transition : Relation Géométrie Propriétés

Plus en détail

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion V.1. Propriétés physiques V.1.a. Le rayon atomique Dans une même colonne quand on change de période n d'une unité, le volume effectif de l atome croît brusquement dans une même colonne r quand n. Au sein

Plus en détail

Atomes polyélectroniques : Structure électronique et propriétés

Atomes polyélectroniques : Structure électronique et propriétés Atomes polyélectroniques : Structure électronique et propriétés Observation Contrairement à l atome d hydrogène, l énergie totale (E) d un électron appartenant à un atome à plusieurs électrons ne peut

Plus en détail

Etude de l'interaction rayonnement-matière dans un milieu granulaire en vue de l'application au procédé de frittage laser.

Etude de l'interaction rayonnement-matière dans un milieu granulaire en vue de l'application au procédé de frittage laser. UNIVERSITE DE LIMOGES Ecole Doctorale : Science Technologie Santé Ecole Nationale Supérieure de Céramique Industrielle Année : 004 Thèse N 6-004 THESE Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE

Plus en détail

Chapitre 16. Particules identiques en physique quantique

Chapitre 16. Particules identiques en physique quantique Chapitre 16 Particules identiques en physique quantique Addition de N spins ½ Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] Que peut-on dire du spin total d un ensemble de

Plus en détail

Chimie Générale Notions et exercices résolus

Chimie Générale Notions et exercices résolus Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Echahid Hamma Lakhdar El Oued Chimie Générale Notions et exercices résolus 1 ère année S.N.V. S.M. Rassemblés par : Mr.

Plus en détail

Molécules et Liaison chimique

Molécules et Liaison chimique Molécules et liaison chimique Molécules et Liaison chimique La liaison dans La liaison dans Le point de vue classique: l approche l de deux atomes d hydrogd hydrogènes R -0,9-1 0 0,5 1 1,5,5 3 3,5 4 R

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle 5.1 Classification Déterminer à quelle catégorie (sphérique, symétrique, asymétrique) appartiennent ces molécules : a) CH 4, b) CH 3 F, c) CH 3 D, d) SF 6, e) HCN,

Plus en détail

UE 16b : spectroscopie optique. Marie-Pierre Gaigeot Professeur des Universités au laboratoire LAMBE

UE 16b : spectroscopie optique. Marie-Pierre Gaigeot Professeur des Universités au laboratoire LAMBE UE 16b : spectroscopie optique Marie-Pierre Gaigeot Professeur des Universités au laboratoire LAMBE LAMBE Laboratoire Analyse et Modélisation pour la Biologie et l Environnement, UMR-CNRS 8587, Université

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Chapitre 5 Structure des molécules polyatomiques

Chapitre 5 Structure des molécules polyatomiques Chapitre 5 Structure des molécules polyatomiques On distingue trois cas: Molécules polyatomiques non conjuguées, formées de liaisons simples ou multiples isolées, considérées comme la juxtaposition de

Plus en détail

Physico-chimie numérique : calcul ab-initio ou phénoménologie

Physico-chimie numérique : calcul ab-initio ou phénoménologie Physico-chimie numérique : calcul ab-initio ou phénoménologie Florent Calvayrac-Castaing Laboratoire de Physique de l État Condensé - Institut de Recherche en Ingénierie Moléculaire et Matériaux Fonctionnels

Plus en détail

Atomes polyélectroniques

Atomes polyélectroniques Chapitre 2 : UE1 : Chimie Chimie physique Atomes polyélectroniques Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence.

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence. Règle de l octet : tendance qu on les atomes à s entourer de 8 électrons dans l édifice moléculaire. Ce n est pas une règle générale. Composés respectant la règle de l octet Composés ne respectant pas

Plus en détail

FORME DES MOLECULES. La théorie donne l arrangement des paires liantes et non liantes autour de l atome central.

FORME DES MOLECULES. La théorie donne l arrangement des paires liantes et non liantes autour de l atome central. FORME DES MOLECULES I) Répulsion des paires électroniques La forme des molécules dépend des angles de liaison. Un angle de liaison est défini par l angle entre deux atomes formant une liaison. Les angles

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules I. La liaison covalente 1) Formation d une liaison covalente Les molécules sont des assemblages d atomes liés par des liaisons chimiques résultant d interactions

Plus en détail

Principes généraux de la biochimie

Principes généraux de la biochimie Principes généraux de la biochimie «La biochimie a pour but de décrire, expliquer et exploiter les structures et le comportement des molécules biologiques en se servant de la chimie, de la physique et

Plus en détail

Chapitre IV : Atomes polyélectroniques et classification périodique

Chapitre IV : Atomes polyélectroniques et classification périodique Chapitre IV : Atomes polyélectroniques et classification périodique I- ATOMES POLYELECTRONIQUES...3 1- Approximation... 3 a- Problème... 3 b- Approximations... 5 - Résultats... 5 a- Fonction d onde monoélectronique

Plus en détail

LP 203 Champ électrique et magnétique, induction

LP 203 Champ électrique et magnétique, induction Objectifs : LP 203 Champ électrique et magnétique, induction Savoir calculer le champ électrique créé par des distributions simples de charge. Savoir calculer le champ magnétique créé par des distributions

Plus en détail

Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales

Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales Configurations électroniques 1.a Cases quantiques La configuration électronique des atomes consiste en la répartition des électrons au sein des différentes

Plus en détail

La classification périodique des éléments chimiques

La classification périodique des éléments chimiques I] La classification périodique I- / Historique Depuis le début du 19 ème siècle, divers scientifiques ont cherché à classer les éléments chimiques dans un tableau. 1 er essai : B. de Chamcourtois (1862)

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos Comment utiliser cet ouvrage? Chapitre 1 La boîte à outils du chimiste

Table des matières. Avant-propos Comment utiliser cet ouvrage? Chapitre 1 La boîte à outils du chimiste Table des matières Avant-propos Comment utiliser cet ouvrage? X XII Chapitre 1 La boîte à outils du chimiste Fiche 1 La molécule 2 Fiche 2 La mole 4 Fiche 3 Les conventions de représentation 6 Fiche 4

Plus en détail

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES CAPITRE VI : YBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES VI.1 : YBRIDATION DES ORBITALES ATOMIQUES. VI.1.1 : Introduction. La théorie d hybridation a été développée au cours des années 1930, notamment par le chimiste

Plus en détail

Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques

Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques J. Burgin 1, C. Guillon 1, P. Langot 1 et F. Vallée 1,2 1 - CPMOH, Université Bordeaux 1, 351 cours de la Libération, 33 405 Talence 2 - FNO group,

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Christelle Escure Le 7 juin 2010. Titre : Photodissociation du bromure de méthyle

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Christelle Escure Le 7 juin 2010. Titre : Photodissociation du bromure de méthyle THÈSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par l'université Toulouse III - Paul Sabatier Discipline ou spécialité : Physique de la Matière Présentée et soutenue par Christelle

Plus en détail

SM3. Exercices supplémentaires

SM3. Exercices supplémentaires PTSI Exercices Structure de la matière 2012-201 SM Exercices supplémentaires Ex-SM.6 Aluminium et composés Le chlorure d aluminium a pour formule AlCl. 1) Donner sa formule de Lewis et préciser, en la

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA UE3-1 : Physique Chapitre 2 : Électrostatique Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. II- Électrostatique Finalité du chapitre

Plus en détail

LES COMPLEXES. Description orbitalaire, Structure, Réactivité, Spectroscopie. Martin VÉROT

LES COMPLEXES. Description orbitalaire, Structure, Réactivité, Spectroscopie. Martin VÉROT LES COMPLEXES Description orbitalaire, Structure, Réactivité, Spectroscopie. Martin VÉROT Prérequis Théorie des groupes (groupe irréductible, décomposition etc..) Chimie quantique /atomistique (Hamiltonien,

Plus en détail

Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur

Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 2005 1 Rappel sur la structure atomique des isolants

Plus en détail

DE L ATOME A LA MOLECULE ORGANIQUE

DE L ATOME A LA MOLECULE ORGANIQUE DE L ATOME A LA MOLECULE ORGANIQUE I L atome de carbone dans la molécule 1) L atome de carbone C(Z=6) : [He] 2s 2 2p 2 V=2 à l état fondamental V=4 à son état excité 99,99 % des atomes de carbone de la

Plus en détail

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les différentes formes de carbone sp 2 Structure des nanotubes mono-feuillets Structure électronique des nanotubes mono-feuillets Modèle de croissance

Plus en détail

Chimie des matériaux CHM506

Chimie des matériaux CHM506 Chimie des matériaux CHM506 Yue Zhao Properties of Materials Mary Anne White Qu est-ce qui est dans la chimie des matériaux? Covers solid-state chemistry, both inorganic and organic, and polymer chemistry,

Plus en détail

Dynamique moléculaire. & Imagerie par auto-diffraction électronique

Dynamique moléculaire. & Imagerie par auto-diffraction électronique 1 / 27 Dynamique moléculaire ultra-rapiderapide & Imagerie par auto-diffraction électronique 2 / 27 Principaux axes de recherche: - Contrôle laser par résonances inhabituelles et applications Contrôle

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique

Méthodes expérimentales de la physique Méthodes expérimentales de la physique Physique des surfaces 1. Généralités Jean-Marc Bonard Année académique 07-08 Physique des surfaces! Endroit le plus accessible d un matériau solide! Beaucoup de phénomènes

Plus en détail

Etude spectroscopique des cristaux dopés terres rares

Etude spectroscopique des cristaux dopés terres rares وزارة التعليم العالي و البحث العلمي BADJI MOKHTAR-ANNABA UNIVERSITY جامعة باجي مختار عنابة UNIVERSITE BADJI MOKHTAR-ANNABA Faculté des Sciences Département de Physique Année 6 THESE Présentée en vue de

Plus en détail

Spectrophotométrie Colorimétrie

Spectrophotométrie Colorimétrie Pharmacie 1 ere année 2002-2003 Spectrophotométrie Colorimétrie ITRODUCTIO... 1 RAPPELS THEORIQUES... 2 DEFIITIOS... 3 LOI DE BEER-LAMBERT... 5 METHODES D AALYSE SPECTROPHOTOMETRIQUE... 6 Méthode de l

Plus en détail

Chapitre 3 : Liaisons chimiques. GCI 190 - Chimie Hiver 2009

Chapitre 3 : Liaisons chimiques. GCI 190 - Chimie Hiver 2009 Chapitre 3 : Liaisons chimiques GCI 190 - Chimie Hiver 2009 Contenu 1. Liaisons ioniques 2. Liaisons covalentes 3. Liaisons métalliques 4. Liaisons moléculaires 5. Structure de Lewis 6. Électronégativité

Plus en détail

IV - INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE MOLÉCULAIRE

IV - INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE MOLÉCULAIRE Chapitre IV 8 IV - INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE MOLÉCULAIRE Les atomes se lient entre eux pour former des molécules. Leur spectre électronique est toujours présent, bien que, comme nous le verrons rapidement,

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Notions scientifiques pour les chimistes

Notions scientifiques pour les chimistes Notions scientifiques pour les chimistes 1 - Unités SI Les scientifiques du monde entier ont adopté un système unifié d unités appelé «International System of Units» (SI). Ce système se base sur sept grandeurs

Plus en détail

en première approximation: lentille mince optique géométrique (plus précisément lentille épaisse: plans principaux, distances focales asymétriques )

en première approximation: lentille mince optique géométrique (plus précisément lentille épaisse: plans principaux, distances focales asymétriques ) Lentilles (I) en première approximation: lentille mince optique géométrique (plus précisément lentille épaisse: plans principaux, distances focales asymétriques ) En particulier une image de la source

Plus en détail

Étude théorique de la photoionisation à deux couleurs XFEL-IR

Étude théorique de la photoionisation à deux couleurs XFEL-IR UVX 2008 (2009) 133 138 C EDP Sciences, 2009 DOI: 10.1051/uvx/2009021 Étude théorique de la photoionisation à deux couleurs XFE-IR R. Taïeb 1, A. Maquet 1 et M. Meyer 2 1 UPMC, Université Paris 06, CNRS,

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

La liaison chimique et les états de la matière. Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb

La liaison chimique et les états de la matière. Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb La liaison chimique et les états de la matière Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb Plan 1. Les liaisons fortes 1.1 La liaison covalente La théorie des orbitales moléculaires La théorie

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Cours CH2. Molécules & solvants moléculaires

Cours CH2. Molécules & solvants moléculaires Cours C2 Molécules & solvants moléculaires David Malka MPSI 2015-2016 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Structure des ions et des molécules - Modèle de la

Plus en détail

Géométrie des molécules / Théorie de Gillespie

Géométrie des molécules / Théorie de Gillespie La structure d une molécule permet d en expliquer en grande partie les propriétés chimiques. Ceci est particulièrement important dans le cas des molécules biologiques. Une légère modification de la structure

Plus en détail

Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité

Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité GRENATS «CHANGE COULEUR» Quelques exemples Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité Mécanisme Les grenats «change couleur» sont des grenats

Plus en détail

Étude théorique de la relaxivité de solutions aqueuses d actinides

Étude théorique de la relaxivité de solutions aqueuses d actinides Étude théorique de la relaxivité de solutions aqueuses d actinides Cécile Danilo* **, Valérie Vallet*, Jean-Pierre Flament*, & Ulf Wahlgren** * Laboratoire de Physique des Lasers, Atomes et Molécules,

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE 18 CHAPITRE III SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE La spectroscopie d absorption dans l UV et le visible est une méthode très commune dans les laboratoires. Elle est basée sur la propriété des

Plus en détail

Microscopie à Force atomique et Spectroscopies Enseignant : James Sturgis

Microscopie à Force atomique et Spectroscopies Enseignant : James Sturgis Session de rattrapage Master 1 BBSG Méthodes d Analyse Structurale 1 Responsable : Garron Marie- Line Durée : 2 heures Microscopie à Force atomique et Spectroscopies Enseignant : James Sturgis - Question

Plus en détail

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie 4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie a) Classifications b) Microscope métallographique c) Microscope électronique à balayage d) Microscope électronique en transmission e) Diffraction des rayons

Plus en détail

FICHE SEMESTRE. SPECIALITE / OPTION : Chimie Analytique PARCOURS TYPE : Bac + 3. UECA5 TP de chimie analytique 5 manip 3h/semaine 2

FICHE SEMESTRE. SPECIALITE / OPTION : Chimie Analytique PARCOURS TYPE : Bac + 3. UECA5 TP de chimie analytique 5 manip 3h/semaine 2 Programme 3 ère année, licence de chimie (L3) FICHE SEMESTRE MENTION : Sciences Exactes SPECIALITE / OPTION : Chimie Analytique PARCOURS TYPE : Bac + 3 SEMESTRE : Intitulé de l'unité d'enseignement (UE)

Plus en détail

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Algèbre 1 : (Volume horaire total : 63 heures) UE1 : Analyse et algèbre

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique

Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique J.M. BAUCHIRE, D. HONG, F. GENTILS*, C. FIEVET* Plan de l'exposé Qu'est ce qu'un disjoncteur basse tension? Quel est sont fonctionnement? Pourquoi des recherches

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4)

Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4) Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4) Bloc 1 Physique des milieux désordonnés Les Verres Les Polymères Comportements collectifs des colloïdes Structure

Plus en détail

Structures électroniques et géométrie des molécules

Structures électroniques et géométrie des molécules Structures électroniques et géométrie des molécules Sommaire I) La liaison covalente localisée.2 A. Notations de Lewis des atomes 2 B. La règle de l octet 2 C. Notations de Lewis des molécules et des ions

Plus en détail

2. Propriétés thermiques

2. Propriétés thermiques 2. Propriétés thermiques Elles permettent d interpréter les réactions d un matériau aux variations de la température 1. Capacité thermique 2. Dilatation thermique 3. Conductivité thermique Energie de liaison

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

prérequis 1. ÉLÉMENTS USUELS DE LA CHIMIE ORGANIQUE

prérequis 1. ÉLÉMENTS USUELS DE LA CHIMIE ORGANIQUE chapitre i prérequis 1. ÉLÉMENTS USUELS DE LA CHIMIE ORGANIQUE La chimie organique a pour objet l'étude des composés du carbone. Restreinte à l'origine aux composés du carbone que l'on pouvait extraire

Plus en détail

LA SPECTROSCOPIE LES SECRETS DE LA LUMIERE

LA SPECTROSCOPIE LES SECRETS DE LA LUMIERE LA SPECTROSCOPIE LES SECRETS DE LA LUMIERE AUGUSTE COMTE 1857 On peut imaginer déterminer la forme des étoiles, leurs distances, leurs tailles et leurs mouvements, mais il n y a aucun moyen envisageable

Plus en détail

champ de force pour la dynamique du chromophore de protéines fluorescentes GFP

champ de force pour la dynamique du chromophore de protéines fluorescentes GFP Détermination d un d champ de force pour la dynamique du chromophore de protéines fluorescentes GFP Germain Vallverdu, Jacqueline Ridard, Bernard Lévy, Isabelle Demachy Laboratoire de Chimie Physique Université

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé / L0 Santé - Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr 1 Partie A : Ondes électromagnétiques - nature ondulatoire de la

Plus en détail

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm Etude d une peinture flamande de Jan Van Eyck : XV e siècle Les époux Arnolfini 1 434 «Fake or not fake»? Données numériques h = 6,62 10-34 J.s c = 3 10 8 m.s -1 e = 1,60 10-19 C 1 ev= 1,60 10-19 J A -

Plus en détail

CHM 2520 Chimie organique II

CHM 2520 Chimie organique II M 2520 M 2520 himie organique II RMN et IR l étude de l interaction entre la matière et l absorbance, l émission ou la transmission de. utilisée pour déterminer la (e.g. en synthèse organique) infrarouge

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité...

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité... Table des matières Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques................... 12 2 Etendue de la physique nucléaire..................... 13 3 Découverte de la radioactivité.......................

Plus en détail

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR S'approprier Analyser Réaliser Valider Communiquer Avec les progrès des techniques, l analyse qualitative organique est de moins en moins en utilisée car elle nécessite

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction C. Fabre fabre@spectro.jussieu.fr rdres de grandeur - échelle terrestre : d 7 10 m 25 10 Kg - échelle terrestre : d 7 10

Plus en détail

Simulation de cascades électromagnétiques de haute énergie. Julien/Renaud/Natalie

Simulation de cascades électromagnétiques de haute énergie. Julien/Renaud/Natalie Simulation de cascades électromagnétiques de haute énergie Julien/Renaud/Natalie Cascades/Gerbes Ensemble de particules crées par l interaction d'une particule incidente avec son milieu environnant. Electromagnétiques

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Terminale S Chapitre 4 Observer : ondes et matière. Analyse spectrale

Terminale S Chapitre 4 Observer : ondes et matière. Analyse spectrale Analyse spectrale 1 Spectroscopie UV-visible 1.1 Présentation des spectres UV-visible La spectroscopie est l étude quantitative des interactions entre la lumière et la matière. Lorsque la lumière traverse

Plus en détail

Caractérisation de l environnement local du ligand boronate dans des matériaux hybrides organiques-inorganiques

Caractérisation de l environnement local du ligand boronate dans des matériaux hybrides organiques-inorganiques > ICCF - Equipe MI thématique MPB Caractérisation de l environnement local du ligand boronate dans des matériaux hybrides organiques-inorganiques Guillaume RENAUDIN Thématique Matériaux Poreux et Biocéramiques

Plus en détail

Effets inductifs et mésomères

Effets inductifs et mésomères CHIMIE RGANIQUE (Stage de pré-rentrée UE1) Effets inductifs et mésomères bjectifs: Découvrir les effets électroniques inductifs et mésomères. Aborder l ordre de priorité des groupes fonctionnels donneurs

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

THÈSE. Simulations multi-échelles de la diffusion des défauts dans les semi-conducteurs Si et SiGe

THÈSE. Simulations multi-échelles de la diffusion des défauts dans les semi-conducteurs Si et SiGe THÈSE présentée par Damien CALISTE pour obtenir le grade de DOCTEUR de l UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER (Arrêté ministériel du 30 Mars 1992) Spécialité : Science et Génie des Matériaux Simulations multi-échelles

Plus en détail

EXAFS. 1,14 10 4 E 1,17 10 4 1,2 10 4 1,23 10 4 0 E (ev) (a) (b) (c)

EXAFS. 1,14 10 4 E 1,17 10 4 1,2 10 4 1,23 10 4 0 E (ev) (a) (b) (c) Chapitre 2 : La spectroscopie d absorption X L étude de l évolution des réactifs et la caractérisation des produits des réactions a été réalisée grâce à une technique qui permet de sonder l environnement

Plus en détail

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique ELECTROTATIQUE - 2 1. Rappels 2. Outils mathématiques 2.1. ystèmes classiques de coordonnées 2.2. Volume élémentaire dans chaque système de coordonnées 2.3. Intégrales des fonctions de points 2.4. Circulation

Plus en détail

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Introduction Comme son nom l indique, une énergie renouvelable est une énergie utilisant des élèments naturels, renouvelés plus rapidement qu ils ne sont consommés.

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS 2.1 - La formation de liaisons ioniques et covalentes 2.2 - Les noms et les formules des composés ioniques et moléculaires 2.3 - Une comparaison des propriétés

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

Méthodes Monte Carlo Inverse RMC et EPSR

Méthodes Monte Carlo Inverse RMC et EPSR Méthodes Monte Carlo Inverse RMC et EPSR Laurent Cormier Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Université Pierre et Marie Curie CNRS Paris, France Reverse Monte Carlo (RMC) = méthode

Plus en détail

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session 2011-2012 Épreuve

Plus en détail

X q CHIMIE GENERALE. CHAPITRE I. Structure de l atome. Notations. Qu est ce qu un atome? Notions d élément. Electromagnétisme

X q CHIMIE GENERALE. CHAPITRE I. Structure de l atome. Notations. Qu est ce qu un atome? Notions d élément. Electromagnétisme CIMIE GENERALE J GOLEBIOWSKI PCEM1 wwwunicefr/lcmba/golebiowski ouvrages de références : Paul Arnaud : Cours de Chimie Physique Université en ligne : wwwunicefr/uel Université de Nice 1 CAPITRE I Structure

Plus en détail

1) Bref historique de la découverte des éléments 2) La classification de Mendeleïev (1869) 3) Constitution d un atome 4) La mole et la masse molaire

1) Bref historique de la découverte des éléments 2) La classification de Mendeleïev (1869) 3) Constitution d un atome 4) La mole et la masse molaire ATOMES ET MOLÉCULES PLAN DU COURS Chapitre 1 : Atomes et éléments I Notion d élément chimique 1) Bref historique de la découverte des éléments 2) La classification de Mendeleïev (1869) 3) Constitution

Plus en détail