Rhumatismes inflammatoires chroniques (RIC) État des lieux Nouveautés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rhumatismes inflammatoires chroniques (RIC) État des lieux Nouveautés"

Transcription

1 Rhumatismes inflammatoires chroniques (RIC) Polyarthrite rhumatoïde (PR) / Spondyloarthrites (SpA) État des lieux Nouveautés Janine-Sophie Giraudet Rhumatologue Services du Pr. A. Kahan et du Pr P Anract Pôle ostéo-articulaire Hôpital Cochin - Paris

2 Polyarthrite rhumatoïde PR

3 Critères de l ACR / EULAR Nombre et localisation des atteintes cliniques 1 grosse articulation grosses articulations petites articulations petites articulations 3 > 10 articulations (dont au moins 1 petite) 5 Evolution < 6 semaines 0 6 semaines PR 1 VS/CRP 6 points Normales 0 VS et/ou CRP élevée 1 FR et Ac anti-peptides citrullinés (anti CCP) Négatifs 0 Au moins un positif à taux faible (< 3 x limite positivité) 2 Au moins un positif à un taux élevé ( 3 x limite positivité) 3 Aletaha et al, Ann Rheum Dis 2010

4 Traitements de fond Traiter vite et fort Maladie agressive Traitement énergique avec des médicaments puissants

5 Causes?

6 Facteurs environnementaux Tabac, Porphyromonas gingivalis Stress psycho-affectif Facteurs hormonaux (ménopause ) Facteurs alimentaires..???

7 Tabac / PR Facteur de risque de développer la PR (1,5-2,5) corrélation à ancienneté et importance du tabagisme, Production d Anticorps anti CCP+, Manifestations extra-articulaires : nodules rhumatoïdes, Facteur de risque cardio-vasculaire, Sévérité en terme d atteinte structurale (scores RX plus élevés) : résultats controversés! Diminution de l efficacité des traitements.

8 Etat bucco-dentaire - PR favorise les maladies gingivales - Maladies gingivales pourraient favoriser la PR - Présence dans la plaque dentaire de la Bactérie Porphyromonas Gingivalis (PG) - PG aurait un effet de citrullination ( production de PAD peptidyl arginine desiminase capable de citrulliner les protéines riches en arg) - Les protéines citrullinées antigéniques pourraient susciter la production d anticorps correspondants. Detert J, Arthr Res Ther 2010

9 Pathogénie Terrain génétique / Facteurs environnement Dérèglement immunitaire (cytokines pro-inflammatoires, auto anticorps anti CCP+ ) Réaction inflammatoire auto-entretenue synovite chronique Prolifération synoviale pannus Destruction ostéo-cartilagineuse

10 PR: maladie sévère Risque articulaire et péri-articulaire (érosions ostéocartilagineuses, déformations ), Risque cardio-vasculaire (athérome), Risque osseux (ostéoporose), Risque infectieux (tuberculose ), Risque hématologique (lymphomes). Risques liés à la maladie elle-même et aux traitements

11 SPONDYLOARTHRITES»» Nouvelle terminologie

12 Spondyloarthrites (SpA) Spondyloarthrites axiales (SpA axiales) Spondyloarthrites périphériques articulaires (SpA périphériques) Spondyloarthrites périphériques enthésitiques (SpA enthésitiques)

13 Spondyloarthrites (SpA) Spondyloarthrites axiales - Radiographiques : + sacro-iliite radiographique # spondylarthrite ankylosante (SA) - Non radiographiques : sans sacro-iliite radiographique (+/- sacro-iliite IRM) Spondyloarthrites périphériques articulaires - Érosives - Non érosives Spondyloarthrites périphériques enthésitiques

14 Spondyloarthrites (SpA) On peut ajouter les éventuelles manifestations extra-articulaires : Œil, intestin, peau - Spondyloarthrites axiales (SpA axiales) non radiographiques avec uvéite antérieure - Spondyloarthrites périphériques articulaires (SpA périphériques) non érosives avec psoriasis, uvéite, maladie inflammatoire chronique de l intestin (MICI)

15 Spondyloarthrites (SpA) Spondyloarthrites axiales - Radiographiques : avec sacro-iliite radiographique # spondylarthrite ankylosante (SA) - Non radiographiques : sans sacro-iliite radiographique (+/- sacro-iliite IRM) Spondyloarthrites périphériques articulaires - Érosives - Non érosives Spondyloarthrites périphériques enthésitiques On peut ajouter les éventuelles manifestations extra-articulaires : uvéite antérieure, psoriasis, uvéite, maladie inflammatoire chronique de l intestin (MICI)

16 Cause???

17 SPONDYLOARTHRITES Fréquence de HLA-B27 Population générale 8 % Spondylarthrite ankylosante 90 % Rhumatisme psoriasique 20-30% Rhumatisme des entérocolopathies 75 %

18 SpA - Environnement Participation de certains germes Chlamydia, Yersinia, Shighella, Campylobacter

19 Aucun lien de causalité Tabac / SpA Début de maladie plus précoce Activité clinique plus importante (effet pro-inflammatoire) Plus grande fréquence des lésions inflammatoires en IRM au rachis et sacro-iliaques Retentissement fonctionnel plus sévère Sévérité en terme de progression structurale (effet dose dépendant / progression radiologique) / score msasss! Facteur de non réponse au traitement - Moins bonne réponse pour les fumeurs «actifs» - Moins de rémission à 5 ans pour les fumeurs «actifs» Cohorte DESIR patients SpA axiale de moins de 3 ans Ann Rheum Dis 2012;71: Tabac et spondylarthrite Editorial A Ciurea, A Finckh - Joint Bone spine

20 Sphère bucco dentaire / SpA Etude étude cas-témoins taiwanaise - Comparaison SpA et témoins (T) Age : 27,2 ± 19,4 ans - Prévalence des périodontopathies : 41% SpA vs 26% T (p<0,001) après ajustement sur leur statut socio-économique. - SpA : 2 fois plus de parodontopathies que les sujets sains (odds ratio [OR] : 1,84 ; intervalle de confiance à 95 % [IC95 %] : 1,74-1,98). - Atteinte chronique du parodonte : OR : 2.04 (IC 95%: 1,93-2,15) - SpA : plus d interventions pour parodontopathie (gingivectomie ou gingivoplastie) (OR : 1,70 ; IC95 % : 1,56-1,89) dans les 5 ans précédant l'étude Rôle du tabac? Processus de citrullinisation? Keller Arthritis Rheum 2013; 65 :

21 RIC Risque cardio-vasculaire

22 RIC - risque cardio-vasculaire Les facteurs de risque traditionnels pourraient être plus fréquents chez les patients ayant un RIC mais n expliquent pas à eux seuls l augmentation du risque observé L élément déterminant est l inflammation

23 RIC : risque cardio-vasculaire Facteurs de risque traditionnels Non modifiables âge, sexe, ménopause, facteurs héréditaires Facteurs de risque traditionnels Modifiables Tabac / parodontopathie, HTA, diabète, dyslipémie, Obésité, stress, sédentarité Nouveau Facteur de risque Inflammation chronique RIC

24 GESTES LOCAUX Information + Education Thérapeutique ETP MEDICAMENTS - Symptomatiques - Traitement de fond Attelles Infiltrations Chirurgie Approche Psycho-Sociale RIC Prise en charge Globale ALIMENTATION ADAPTEE HYGIÈNE DE VIE (facteurs de risque Comorbidités) ACTIVITE PHYSIQUE

25 Traitements de fond Traiter vite Débuter un (des) traitement(s) de fond dans les 3 mois Guidelines ACR 2002

26 Traitements de fond Traiter fort Maladie agressive Traitement énergique avec des médicaments puissants

27 Traitements de fond Classiques ou conventionnels cdmards Biomédicaments bdmards Méthotrexate / MTX (Novatrex, Metoject, Imeth, Ledertrexate ) Leflunomide (Arava ), Azathioprine (Imurel ) Hydroxychloroquine (Plaquenil ) Sulfasalazine (Salazopyrine ) Famille de médicaments dérivés de molécules biologiques Associations thérapeutiques Combinaison thérapeutique pour améliorer l efficacité : MTX + biomédicaments Combinaison thérapeutique pour améliorer la tolérance : MTX + infliximab (éviter la formation d anticorps anti chimériques).

28 Première ligne Traitements de fond - PR «Schématiquement» PR active sans sévérité / «traitement d ancrage» conventionnel : cdmard Methotrexate / MTX PR active et sévère (RX, signes extra-articulaires, HAQ > 0,5 ) : bdmards - Biomédicaments : anti TNF + MTX ou Tocilizumab + MTX ou Abatacept + MTX - Associations de traitements de fond : MTX + sulfasalazine + Hydroxychloroquine + corticoïdes Deuxième ligne : Réponse insuffisante / échec / intolérance MTX : bdmards Biomédicaments : anti TNF + MTX ou Tocilizumab + MTX ou Abatacept + MTX Troisième ligne : réponse insuffisante / échec / intolérance anti TNF Rituximab + MTX ou Tocilizumab + MTX ou Abatacept + MTX

29 Méthotrexate Association médicamenteuses déconseillées : - Interactions fréquentes MTX / antibiotiques - Aspirine Association médicamenteuse contre-indiqué : Bactrim

30 Biomédicaments : mécanisme d action Mécanisme d action Médicament DCI Nom commercial Données immuno Anti TNF alpha Etanercept Récepteur soluble anti TNF ENBREL Protéine de fusion Adalimumab Ac anti TNF HUMIRA Ac humain Infliximab Ac anti TNF REMICADE Ac chimérique Certolizumab pegylé Ac anti TNF pegylé CIMZIA Ac humanisé Golimumab SIMPONI Ac humain Anti lymphocyte B Rituximab MabTHERA Ac chimérique Modulation de la costimulation du lymphocyte T Abatacept ORENCIA Protéine de fusion Anti R- IL6 Tocilizumab RoAcTEmra Ac humanisé Antagoniste du R- IL1 Anakinra KINERET Protéine recombinante Ac : anticorps monoclonal et R : récepteur JSG 2015

31 Biomédicaments : modalités pratiques Biothérapies /Classe Nom commercial Modalités pratiques Anti-TNF alpha ENBREL stylo 50mg 1 SC / sem HUMIRA stylo 40mg REMICADE IV : 3-5mg/kg CIMZIA seringue ergonomique 200 mg dose charge : 400mg (3 fois) puis 200mg/15j ou 400mg/mois SIMPONI 50 mg (100 mg) 1 SC / 15 j 1 IV / 2 mois 1 SC / 15 j 1 SC / mois Anti-Ly B MabTHERA IV : 1 000mg 1 IV / J1 + J15 / Modulation de la costimulation du ly T Anti - R IL6 ORENCIA IV 10mg/kg Sc 125 mg RoACTEmra IV : 8mg/kg Sc 162 mg 6 mois 1 IV / 2sem + 4 sem puis / mois (1 SC/sem) 1 IV / mois (1 SC/sem) Antagoniste R - IL1 KINERET seringues pré-remplies 100 mg 1 SC/ jour JSG 2015

32 SpA

33 SpA Le traitement de référence les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) à doses efficaces En continu? Efficacité structurale?

34 Utilisation des AINS au cours des spondyloarthrites Dans le traitement d une spondylarthrite ankylosante symptomatique, il est indiqué d utiliser un AINS en première intention et en l absence de contre-indication. Il n y a pas de critère de choix d une molécule d AINS par rapport à une autre, y compris en cas d inefficacité de l AINS précédent. Avant de conclure à l échec d un AINS, il est souhaitable d utiliser la dose maximale recommandée pendant une durée minimale de 2 à 4 semaines et d adapter son administration à l horaire des symptômes. En cas de bonne réponse à un AINS, il est nécessaire de rechercher la dose minimale efficace. En l absence de données suffisantes sur l effet structural, la prescription continue systématique d AINS n est pas indiquée. 3 Recommandations nationales HAS 2008/09; Recommandations SFR 2014

35 Stratégies thérapeutiques dans la SpA Recommandations ASAS/EULAR AINS Éducation Exercices Physiothérapie Rééducation Associations de patients Atteinte axiale Atteinte périphérique Sulfasalazine Corticoïdes locaux Anti-TNF A n t a l g i q u e s C h i r u r g i e Zochling et al. ARD 2006;65:442-52

36 Traitements de fond cdmards - bdmards Immuno-modulateurs Contre-indications Précautions emploi Effets indésirables : prévention des risques / surveillance des traitements Suivi biologique régulier : NFS et plaquettes - créatininémie Transaminases - albuminémie Information / Education Thérapeutique : ETP

37 Biomédicaments Bénéfices : - Efficacité clinique rapide, capacité fonctionnelle, - Efficacité RX, - Rôle cardiovasculaire, - Activités socio-professionnelles, - Recul

38 Vaccins Vaccination avant introduction d un traitement immuno-modulateur : MTX - biothérapie ou corticoïdes à fortes doses (>20mg/j) : si possible 4 semaines avant le début du traitement Le calendrier vaccinal est mis à jour annuellement Haut Conseil de la santé publique 16/2/12 Reco SFR

39 Vaccins Vaccins vivants atténués contre-indiqués : Fièvre jaune / ROR, varicelle, Polio per os, Rotavirus, BCG Vaccins inactivés (inertes) autorisés : - Recommandés dans la population générale : diphtérie / tétanos / coqueluche, papillomavirus - Spécifiquement recommandés : - pneumocoque : Prévenar 13 + pneumo 23 (8 sem plus tard) - grippe saisonnière

40 Les symptômes qui doivent alerter Fièvre, Malaise, Perte de poids, Sueurs, Toux, Dyspnée, infiltrats pulmonaires, Altération de l état général, Choc septique.

41 Infection arrêt transitoire du MTX et biomédicament ET consultation rapide du médecin traitant traitement antibiotique si nécessaire voire hospitalisation si sévère guérison reprise du MTX et biomédicament

42 Prévention du risque de cancer Suivi dermatologique annuel (cancer cutané : basocellulaire, naevus) Suivi +++ prévention du risque de cancer : - gynécologique (sein, utérus), - urologique (prostate), - pulmonaire : RX thorax (si fumeur), - digestif : coloscopie (si ATCDs), - hématologique : NFS - P et adénopathies (lymphomes) afssaps.sante.fr

43 CONCLUSION Une stratégie rigoureuse Un diagnostic rapide, Un traitement de fond précoce, Une prise en charge spécialisée, Une approche globale: utilisation judicieuse des traitements médicamenteux et des soins associés Une évaluation des comorbidités Une éducation thérapeutique spécifique 1 fois par an Un ajustement et un suivi régulier.

44 Points clés RIC 1. Lutte contre les facteurs de risque (tabac, obésité, mauvais état bucco-dentaire ) 2. Bilan cardio-vasculaire (TA, IMC, Tour de taille, bilan lipidique, glycémie ) 3. Alimentation équilibrée 4. Exercice physique 5. Contraception 6. Vaccination 7. Risque infectieux 8. Suivi dermatologique annuel (cancer cutané : baso-cellulaire, mélanome? / anti TNF α), 9. Suivi : gynécologique (sein, utérus), urologique, pulmonaire : RX thorax (si fumeur), digestif : coloscopie (si ATCDs), hématologique : adénopathies (lymphomes), neurologique 10. Suivi biologique : NFS - plaquettes - Créatininémie - albuminémie -Transaminases afssaps.sante.fr et

45 Renseignements Education Thérapeutique ETP Les ateliers du CERC (Centre d Education pour les Rhumatismes Chroniques) Vous avez un rhumatisme inflammatoire chronique (polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite, rhumatisme psoriasique, sclérodermie ) Venez parler de votre rhumatisme, de vos médicaments, de vos difficultés liées à votre rhumatisme avec la rhumatologue, l interniste, Venez découvrir comment prendre soin de vous avec la diététicienne, l infirmière, la sophrologue, la psychologue, Venez rencontrer d autres personnes des patients ressources - experts en ETP des membres des associations de malades pour échanger et rompre l isolement.

46 MERCI

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS POLYARTHRITE RHUMATOIDE Traitements classiques Antimalariques Sels d or D-Penicillamine

Plus en détail

Biothérapies en rhumatologie. Dr Isabelle Barbier clinique Saint Hilaire Rouen

Biothérapies en rhumatologie. Dr Isabelle Barbier clinique Saint Hilaire Rouen Biothérapies en rhumatologie Dr Isabelle Barbier clinique Saint Hilaire Rouen Les cytokines Messagers solubles de nature protéique synthétisées par les cellules du système immunitaire, ou par d autres

Plus en détail

Biothérapie. Damien LOEUILLE

Biothérapie. Damien LOEUILLE Biothérapie Damien LOEUILLE PU-PH Rhumatologie Service de Rhumatologie du CHU Brabois Metz 2 février 2008 Quel est la place des biothérapies dans la prise en charge thérapeutique PR? Faut il réaliser un

Plus en détail

Avis 8 18 Décembre 2012

Avis 8 18 Décembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 8 18 Décembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation ENBREL (DCI : Etanercept

Plus en détail

Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR)

Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) Cours du mardi 24 novembre 2009 IFSI 2 ième année Module Rhumato - Orthopédie V. SERVANT Interne en pharmacie Généralités - 1 PR = rhumatisme

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 novembre 2009 LEDERTREXATE 5 mg, solution injectable B/1 ampoule de 2 ml (Code CIP : 315 012-5) LEDERTREXATE 25 mg, solution injectable B/1 ampoule de 1 ml (Code CIP

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2007 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier M. R, né le 23/05/66 Depuis l enfance Crises de polyarthrite (asymétrique) Myalgies déclenchées par le froid Éruption fugace papuleuse, prurigineuse;

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 En cas d'échec à un anti TNF Rituximab ou Abatacept? Abatacept ou Rituximab?

Plus en détail

Biothérapies en rhumatologie. Elisabeth Solau-Gervais PH en rhumatologie à Lille

Biothérapies en rhumatologie. Elisabeth Solau-Gervais PH en rhumatologie à Lille Biothérapies en rhumatologie Elisabeth Solau-Gervais PH en rhumatologie à Lille Dans quelles pathologies utilisent -on les biothérapies? Polyarthrite rhumatoïde Spondylarthrite ankylosante Rhumatisme psoriasique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 17 septembre 2014 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Les rhumatismes inflammatoires Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Arthrite Rhumatoïde (RA) Voorstelling van de ziekte Arthrite Rhumatoïde Inflammation chronique des

Plus en détail

Biothérapies en rhumatologie ADP 2013

Biothérapies en rhumatologie ADP 2013 Biothérapies en rhumatologie ADP 2013 Aspects cliniques et radiographiques. (Dr Smolen) Aspects cliniques et radiographiques. (Dr Smolen) Les Biothérapies Définition : utilisation de produits d origine

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

TRAITEMENT DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE TRAITEMENT DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE RÉVOLUTION DES PRINCIPES DE TRAITEMENT Mise à disposition de nouvelles molécules Traitements de fond classiques ( Méthotrexate, Salazopyrine ) : plus efficaces

Plus en détail

Le Traitement. Information Prise en charge médico-psychologique Traitements médicamenteux Rééducation Chirurgie Prise en charge sociale

Le Traitement. Information Prise en charge médico-psychologique Traitements médicamenteux Rééducation Chirurgie Prise en charge sociale Le Traitement Information Prise en charge médico-psychologique Traitements médicamenteux Rééducation Chirurgie Prise en charge sociale Une équipe soignante pluridisciplinaire Le traitement de la PR fait

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Rationnel Lymphocyte B Rationnel Costimulation Lymphocyte B Lymphocyte T Cytokines Th2 Anticorps anti CD 20 Le Rituximab

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

AU CŒUR DE L ARTHRITE

AU CŒUR DE L ARTHRITE AU CŒUR DE L ARTHRITE Bernard R. Lauwerys Service de Rhumatologie, UCL Mai 2014 Quel est le diagnostic? Education slide ACR Quel est le bon traitement? Traitement 1 ligne DMARDs Methotrexate (Ledertrexate

Plus en détail

Les Spondylarthrites

Les Spondylarthrites Les Spondylarthrites Le concept de spondylarthrite Ensemble de rhumatisme inflammatoires chroniques qui partagent certaines de leurs manifestations cliniques ainsi qu un terrain génétique commun. Le concept

Plus en détail

Les formes cliniques. Maxime Breban

Les formes cliniques. Maxime Breban Reconnaître la Spondylarthrite en 2011 Les formes cliniques Maxime Breban maxime.breban@apr.aphp.fr Qu'est-ce que les rhumatismes inflammatoires? Inflammation chronique des articulations Maladies complexes

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue

Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue Nathalie Quiles Tsimaratos Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Les formes cliniques cutanées En plaques : dermatose érythématosquameuse

Plus en détail

Analyse pharmaco-économique des anti-tnf alpha dans le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde en France.

Analyse pharmaco-économique des anti-tnf alpha dans le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde en France. Synthèse Bibliographique en Biologie et Biotechnologie Janvier 2012 Analyse pharmaco-économique des anti-tnf alpha dans le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde en France. Problématique : Jusqu où la

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Déterminants de la couverture vaccinale chez les patients ayant une MAI

Déterminants de la couverture vaccinale chez les patients ayant une MAI 10eme Journée du REIVAC 10/04/2015 Déterminants de la couverture vaccinale chez les patients ayant une MAI Paul Loubet CIC Cochin Pasteur Plan AVNIR Littérature Discussion Conclusion Introduction MAI +

Plus en détail

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Traitements immunomodulateurs et biothérapies Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Soirée FMC du 19 février 2014 Invitation telephonique Dr Bernard WILLEMIN Hépato - Gastro CHR Haguenau

Plus en détail

LES ANTI TNF ALPHA. Dr. Myriam Blandin

LES ANTI TNF ALPHA. Dr. Myriam Blandin LES ANTI TNF ALPHA Dr. Myriam Blandin Maladie de Crohn Polyarthrite rhumatoïde Bloquent le TNFα en excès diminution de l inflammation des tissus Année com. DCI Spécialités Voie d'adm. Disponible en

Plus en détail

Manifestations pulmonaires des biothérapies

Manifestations pulmonaires des biothérapies Manifestations pulmonaires des biothérapies H. Lioté, J. Cadranel, C. Mayaud Service de pneumologie & Département Santé Publique Hôpital Tenon, APHP Cours DES - Mars 2010 Agents biologiques ou biothérapies

Plus en détail

. Arthritepsoriasique

. Arthritepsoriasique Les traitements biologiques dans les rhumatismes inflammatoires Dr Clio RIBBENS Service de Rhumatologie. Centre HospitalierUniversitairede Liège Nouveautés dans l'arthrite : Thérapeutiques anti-nf a..

Plus en détail

Au-delà du MTX et des anti-tnf: nouveautés en PAR. Louis Bessette MD, MSc, FRCPC Centre Hospitalier de l Université Laval (CHUL)

Au-delà du MTX et des anti-tnf: nouveautés en PAR. Louis Bessette MD, MSc, FRCPC Centre Hospitalier de l Université Laval (CHUL) Au-delà du MTX et des anti-tnf: nouveautés en PAR Louis Bessette MD, MSc, FRCPC Centre Hospitalier de l Université Laval (CHUL) Conflits d intérêts Consultant, conférencier et subventions de recherche

Plus en détail

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité et rhumatismes inflammatoires Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité 1 Obesity Trends* Among U.S. Adults BRFSS, 1985 (*BMI 30, or ~ 30 lbs overweight for

Plus en détail

Les 10 concepts-clés à connaître sur les biothérapies

Les 10 concepts-clés à connaître sur les biothérapies La rhumatologie Les 10 concepts-clés à connaître sur les biothérapies Clode Lessard 3 Un patient se présente au service de consultation sans rendez-vous pour une cellulite à la jambe droite. Vous notez

Plus en détail

Pour 12.000 euros de plus par patient et par an dans la polyarthrite rhumatoïde 06/09/2013

Pour 12.000 euros de plus par patient et par an dans la polyarthrite rhumatoïde 06/09/2013 06/09/2013 - Pour 12.000 euros de plus par patient et par an dans la polyarthrite rhumatoïde, les biothérapies ne font pas mieux finalement que l association bon marché de 2 vieilles molécules. Comment

Plus en détail

Psoriasis. Dr Franck Delesalle. CHRU Lille

Psoriasis. Dr Franck Delesalle. CHRU Lille Psoriasis Nouvelles thérapeutiques Dr Franck Delesalle Clinique i Dermatologique CHRU Lille Traitements locaux Thérapeutiques usuelles Émollients, Eucérin, Psoriane, Kératolytiques urée 10 % Eucérin, Ac

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

31 mars 2011. VIH & Immunité. Rappel des mécanismes d action des immunosuppresseurs. sur l immunité : l exemple des vaccins

31 mars 2011. VIH & Immunité. Rappel des mécanismes d action des immunosuppresseurs. sur l immunité : l exemple des vaccins Formation Continue 2011 31 mars 2011 Maladies infectieuses - Immunologie & Allergie VIH & Immunité Traitements immunosuppresseurs: bilan initial, suivi et risques infectieux Pierre-Alexandre Bart Objectifs

Plus en détail

et l utilisation des traitements biologiques

et l utilisation des traitements biologiques et l utilisation des traitements biologiques Choisir le meilleur traitement pour retrouver la qualité de vie que vous êtes en droit d avoir Les agents biologiques (biothérapies) Étant les plus récents

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Prise en charge PR. Déséquilibre cytokinique dans la synovite rhumatoide

Traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Prise en charge PR. Déséquilibre cytokinique dans la synovite rhumatoide UNIVERSITE DE MONASTIR FACULTE DE PHARMACIE DE MONASTIR COURS DE CHIMIE THÉRAPEUTIQUE Traitement de la polyarthrite rhumatoïde Certificat Coordonné 1 3 ème année Pharmacie Pr. Ag Olfa GLOULOU ép. LANDOLSI

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Arthrite juvénile idiopathique. Protocole national de diagnostic et de soins

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Arthrite juvénile idiopathique. Protocole national de diagnostic et de soins LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Arthrite juvénile idiopathique Protocole national de diagnostic et de soins Juillet 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Le retour au travail d un patient sous immunosuppresseurs

Le retour au travail d un patient sous immunosuppresseurs Société de Santé au Travail, de Toxicologie, d ergonomie, des régions PACA-Corse Le retour au travail d un patient sous immunosuppresseurs Pr Patrick DISDIER Médecine interne CHU de Marseille 28-01-2014

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 11 avril 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 11 avril 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 11 avril 2012 ENBREL 25 mg, poudre pour solution injectable B/4 flacons (CIP : 358 517.1) ENBREL 25 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/4 flacons et 4 seringues

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

Les traitements anti-inflammatoires : les AINS

Les traitements anti-inflammatoires : les AINS Les traitements anti-inflammatoires : les AINS (Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens) Norbert Gualde Immunologie UMR CNRS 5164 Université Victor Segalen Bordeaux 2 Les AINS possèdent en général les propriété

Plus en détail

Arthrite de l enfant. Guide pour les parents et les proches

Arthrite de l enfant. Guide pour les parents et les proches Arthrite de l enfant Guide pour les parents et les proches Chers parents, Les enfants atteints d une inflammation articulaire chronique doivent, si possible, grandir et s épanouir comme tous les autres

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 octobre 2009 CELEBREX 100 mg, gélule B/30 - Code CIP 354 368.1 CELEBREX 200 mg, gélule B/30- Code CIP 354 370.6 Laboratoire PFIZER Code ATC : M01AH01 Liste I Date

Plus en détail

Traitement actuel de la polyarthrite rhumatoïde

Traitement actuel de la polyarthrite rhumatoïde La Revue de médecine interne 30 (2009) 1067 1079 Mouvement thérapeutique Traitement actuel de la polyarthrite rhumatoïde Current treatment of rheumatoid arthritis P. Carli, C. Landais, M. Aletti, J.-M.

Plus en détail

ANDRIANJAFISON Francia

ANDRIANJAFISON Francia ANDRIANJAFISON Francia PLACE DE LA CORTICOTHERAPIE DANS LA PRISE EN CHARGE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES : REALITES ET PERSPECTIVES A ANTANANARIVO Thèse de Doctorat en Médecine 2 UNIVERSITE

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoide et biothérapies. A Perdriger Décembre 2010

Polyarthrite rhumatoide et biothérapies. A Perdriger Décembre 2010 Polyarthrite rhumatoide et biothérapies A Perdriger Décembre 2010 1 La polyarthrite rhumatoïde Inflammation articulaire Dégradation radiologique Handicap fonctionnel Augmentation de la mortalité poids

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Pr REMICADE (infliximab) Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie de la «monographie de produit» publiée à la suite de l approbation

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

LES FACTEURS PREDICTIFS D'INFECTION AU COURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE ( APROPOS DE 164 CAS)

LES FACTEURS PREDICTIFS D'INFECTION AU COURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE ( APROPOS DE 164 CAS) ROYAUME DU MAROC UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BENABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FES LES FACTEURS PREDICTIFS D'INFECTION AU COURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

La polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde Immuno-Rhumatologie pour le praticien ( Janvier 2008) La polyarthrite rhumatoïde De l immunopathologie aux traitements de la polyarthrite rhumatoïde Bernard Combe, Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie

Plus en détail

Histoire de La Polyarthrite Rhumatoide. Mars 2010

Histoire de La Polyarthrite Rhumatoide. Mars 2010 Histoire de La Polyarthrite Rhumatoide Dr I Henry-Desailly Mars 2010 Polyarthrite rhumatoïde n Maladie inflammatoire chronique, systémique d étiologie inconnue n Pathogenèse complexe et multifactorielle

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Corticoïdes et vaccination

Corticoïdes et vaccination Corticoïdes et vaccination Corticoïdes Type? Topique Infiltration Inhalation Voie générale Dose? Type de vaccin V. inactivé V. vivant atténué Fièvre jaune ROR Tuberculose Varicelle Durée de traitement?

Plus en détail

Conseils d utilisation des traitements anti-tnf et recommandations nationales de bonne pratique labellisées par la Haute Autorité de santé française.

Conseils d utilisation des traitements anti-tnf et recommandations nationales de bonne pratique labellisées par la Haute Autorité de santé française. Revue du rhumatisme 80 (2013) 459 466 Conseils d utilisation des traitements anti-tnf et recommandations nationales de bonne pratique labellisées par la Haute Autorité de santé française. Vincent Goëba,,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 25 juin 2010 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux NOR : SASS1016264A

Plus en détail

Une gestion novatrice des médicaments sur ordonnance mise au point par la Great-West. Jean-François Langlais Directeur Régional

Une gestion novatrice des médicaments sur ordonnance mise au point par la Great-West. Jean-François Langlais Directeur Régional Une gestion novatrice des médicaments sur ordonnance mise au point par la Great-West Jean-François Langlais Directeur Régional Au programme Aperçu du contexte actuel de l assurance médicaments Mécanismes

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Guide. Parcours. Guide à l usage des professionnels de santé confrontés à des. patients traités par anti-tnfa. bon usage anti-tnfα

Guide. Parcours. Guide à l usage des professionnels de santé confrontés à des. patients traités par anti-tnfa. bon usage anti-tnfα Parcours bon usage anti-tnfα Guide Guide à l usage des professionnels de santé confrontés à des patients traités par anti-tnfa Rhumatismes inflammatoires chroniques Maladies inflammatoires chroniques de

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DU PATIENT

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DU PATIENT PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DU PATIENT Pr HUMIRA, injection sous-cutanée (stylo / seringue préremplie) adalimumab Ce feuillet, conçu expressément pour le patient, constitue la partie III

Plus en détail

SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES

SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES Introduction Regroupement de certaines maladies justifié par : - des ATCD familiaux communs - une association à l Ag HLAB27 - des similitudes cliniques et évolutives

Plus en détail

Jean Frederic COLOMBEL Yoram BOUHNIK

Jean Frederic COLOMBEL Yoram BOUHNIK Jean Frederic COLOMBEL Yoram BOUHNIK Du bon usage des anti-tnf - Connaître les indications - Connaître les modalités d utilisation - Connaître les risques Du bon usage des anti-tnfα Cas clinique G. Vernier-

Plus en détail

RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE

RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde, rémission et imagerie.

Polyarthrite rhumatoïde, rémission et imagerie. Polyarthrite rhumatoïde, rémission et imagerie. Pr. Philippe Gaudin Clinique de Rhumatologie CHU Grenoble-Hôpital Sud GREPI-TIMC-IMAG UMR CNRS 5525 La rémission est-elle en 2011 un objectif raisonnable?

Plus en détail

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Spondylarthrite juvénile Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Formes de spondylarthrite de l adulte (1) Spondylarthrite ankylosante: critères de New York modifiés Sacroiliite radiologique

Plus en détail

Psoriasis. EPU Bats CARMI Esther

Psoriasis. EPU Bats CARMI Esther Psoriasis EPU Bats CARMI Esther Idées clefs Co morbidité Biothérapies Intérêt Risque Psoriasis «Exclusion sociale pour impureté» 1805 : individualisation Importance de la microcirculation du derme superficiel

Plus en détail

Psoriasis. Pr Alain Dupuy. Service de Dermatologie CHU Rennes

Psoriasis. Pr Alain Dupuy. Service de Dermatologie CHU Rennes Psoriasis Pr Alain Dupuy Service de Dermatologie CHU Rennes Avertissement Ces diapositives sont un support à un cours oral. Elles ne sont pas conçues pour se suffire à elles-mêmes Les photographies sont

Plus en détail

Quelle est l incidence

Quelle est l incidence Printemps 2012 Quelle est l incidence de ce médicament en voie de commercialisation sur mon régime d assurance-? Quelle est l incidence de ce médicament en voie de commercialisation sur mon régime d assurance?

Plus en détail

LES BIOMÉDICAMENTS ET LES PETITES MOLÉCULES IMMUNOMODULATRICES ET IMMUNOSUPPRESSIVES

LES BIOMÉDICAMENTS ET LES PETITES MOLÉCULES IMMUNOMODULATRICES ET IMMUNOSUPPRESSIVES LES BIOMÉDICAMENTS ET LES PETITES MOLÉCULES IMMUNOMODULATRICES ET IMMUNOSUPPRESSIVES Jean SIBILIA, Marie-Odile DUZANSKI, Coralie VAROQUIER, Christelle SORDET, Emmanuel CHATELUS, Jacques-Éric GOTTENBERG.

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Simponi 50 mg, solution injectable en stylo prérempli. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Un stylo prérempli de 0,5

Plus en détail

SIMPONI, 50 mg Solution injectable en stylo prérempli Solution injectable en seringue préremplie Golimumab

SIMPONI, 50 mg Solution injectable en stylo prérempli Solution injectable en seringue préremplie Golimumab Solution injectable en seringue préremplie 1/25 SIMPONI, 50 mg Solution injectable en seringue préremplie Golimumab FORMES ET PRESENTATIONS, SmartJect : boîte unitaire. Solution injectable en seringue

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Jean-Frédéric COLOMBEL

Jean-Frédéric COLOMBEL Jean-Frédéric COLOMBEL Anti TNF et RCH Connaître les indications, modalités et résultats des traitements anti-tnf dans la RCH 06/09/2012 Anti-TNF et rectocolite hémorragique Jean-Frédéric Colombel CHU

Plus en détail

Spondylarthrite ankylosante

Spondylarthrite ankylosante 39 Item 282 Spondylarthrite ankylosante Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une spondylarthrite ankylosante. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER

Plus en détail

DÉFINITION ET CONCEPT DE LA BIOTHÉRAPIE. Hamzaoui A, Mahjoub S CHU Fattouma Bourguiba- Monastir

DÉFINITION ET CONCEPT DE LA BIOTHÉRAPIE. Hamzaoui A, Mahjoub S CHU Fattouma Bourguiba- Monastir DÉFINITION ET CONCEPT DE LA BIOTHÉRAPIE Hamzaoui A, Mahjoub S CHU Fattouma Bourguiba- Monastir Ballow M. J Allergy Clin Immunol 2006; 118: 1209-15. Définition de la biothérapie BIOTHERAPIE Des médicaments

Plus en détail

Atelier Pso et biologiques

Atelier Pso et biologiques Atelier Pso et biologiques Mercredi 14 mars 2012 13h30-14h30 Didier BESSIS Département de Dermatologie, Hôpital Saint-Eloi, CHU Montpellier, 34295 Montpellier, France Bernard COMBE Département de Rhumatologie,

Plus en détail

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Lombalgie inflammatoire François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Pronostic d une lombalgie aigue 1mois: 66 à 75% encore symptomatiques quelques limitations fonctionnelles 82

Plus en détail

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques 20 Item 123 Psoriasis Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un psoriasis. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER Connaître les particularités cliniques,

Plus en détail

Les anticorps monoclonaux en thérapeutique

Les anticorps monoclonaux en thérapeutique Les anticorps monoclonaux en thérapeutique Xavier Gérard Service de pharmacie clinique CHU de Liège x.gerard@chu.ulg.ac.be Introduction Pourquoi s intéresser aux «MABs»? Les «MAB» c est récent? Un

Plus en détail

Introduction. Cours APEPPU Psoriasis. Clinique. Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques

Introduction. Cours APEPPU Psoriasis. Clinique. Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques Introduction Cours APEPPU Psoriasis Dr Cécile Perrigouard Dermatologie, Hôpital Civil de Strasbourg Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques Médicamenteux Prédisposition

Plus en détail

Biothérapies dans les Vascularites Systémiques. Pr M. Hamidou Médecine Interne CHU Nantes

Biothérapies dans les Vascularites Systémiques. Pr M. Hamidou Médecine Interne CHU Nantes Biothérapies dans les Vascularites Systémiques Pr M. Hamidou Médecine Interne CHU Nantes SAMEV. Alger 17 janvier 2014 Sources bibliographiques Silva-Fernandez L et al. +++ Semin Arthritis Rheum 2013 Unizony

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE

INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE Etude clinique N NCT01988506 Inves9gateur coordinateur

Plus en détail

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis Trucs du métier Son épidémiologie et son expression Le psoriasis est une maladie cutanée inflammatoire chronique qui touche de 1 % à 3 % de la population

Plus en détail

Place de l abatacept dans la prise en charge de la PR. Dr Emilie Acquacalda et Dr Olivier Brocq

Place de l abatacept dans la prise en charge de la PR. Dr Emilie Acquacalda et Dr Olivier Brocq Place de l abatacept dans la prise en charge de la PR Dr Emilie Acquacalda et Dr Olivier Brocq Diagnostic précoce Recours rapide au rhumatologue Biologie Imagerie Radiographie mains poignet F + ¾ thorax

Plus en détail

Vivre avec le rhumatisme. Médicaments

Vivre avec le rhumatisme. Médicaments Vivre avec le rhumatisme Médicaments Sommaire 3 Introduction 4 Les antalgiques 7 Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) 10 Les médicaments antirhuma tismaux stéroïdiens 14 Les traitements

Plus en détail

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Auteur : Dr Éric TOUSSIROT, Besançon Comité éditorial : Dr Laure GOSSEC, Paris Dr Henri NATAF, Mantes-La-Jolie Relecteurs CFMR : Pr Bernard DUQUESNOY, Lille Pr

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MÉDICAMENT Enbrel 25 mg poudre et solvant pour solution injectable. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque flacon contient

Plus en détail

Humira Solution pour injection dans un injecteur prérempli

Humira Solution pour injection dans un injecteur prérempli Humira Solution pour injection dans un injecteur prérempli ABBOTT OEMéd Qu est-ce que Humira et quand doit-il être utilisé? Humira est un médicament qui limite le processus inflammatoire dans le cadre

Plus en détail

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre

Plus en détail