RAPPORT D EXECUTIOND Schéma de Développement touristique Communautés de communes du Moyen Verdon et du Teillon

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D EXECUTIOND Schéma de Développement touristique Communautés de communes du Moyen Verdon et du Teillon"

Transcription

1 RAPPORT D EXECUTIOND Schéma de Développement touristique Communautés de communes du Moyen Verdon et du Teillon Mars 2011

2 Le présent rapport d exécution fait suite à 19 mois d étude. Il revient de manière exhaustive sur l ensemble des phases réalisées par le bureau d études Atemia ainsi que sur les conclusions qui en sont issues. La logique de présentation du présent rapport d exécution est chronologique. Elle suit le déroulé méthodologique de l étude réalisée et relate des différents temps forts qui ont rythmé la réflexion. Le plan de présentation est le suivant : Première partie : Le contexte de l étude 1.1 La demande initiale 1.2 L équipe retenue 1.3 La méthodologie proposée Deuxième partie : Les conclusions des phases de diagnostic 2.1 Des visites et enquêtes de terrain pour bénéficier d un œil extérieur 2.2 complétées par une phase participative élargie. Troisième partie : Les propositions d Atemia pour le positionnement et la structuration du tourisme sur le territoire. Quatrième partie : La phase de négociation technique et politique. Cinquième partie : Les conclusions de l étude : un plan d action touristique à l horizon 2020 pour le territoire. 4.1 : Axe préalable : Créer les conditions d une gouvernance touristique de qualité 4.2 : Axe 1 : (Re)formuler et faire connaître les richesses touristiques du territoire 4.3 : Axe 2 : (A)ménager le territoire pour une fréquentation durable 4.4 : Axe 3 : Diversifier l offre touristique et distinguer le territoire

3 1.1 La demande initiale Cette étude a été commanditée par les communautés de communes du Moyen Verdon et du Teillon, la première étant maître d ouvrage de l opération. Elle présentait, dans son cahier des charges initial, cinq grandes orientations dans ses objectifs : Développer l offre touristique au profit du territoire, en prenant en compte ses aspects économiques, humains et environnementaux. > Comment faire en sorte que le tourisme profite mieux au territoire tout en répondant aux attentes des visiteurs? Optimiser et structurer le maillage organisationnel pour garantir une meilleure efficacité des actions de chacun. > Qui fait quoi? Equilibrer et harmoniser les flux de fréquentation dans le temps et dans l espace > Comment mieux irriguer le territoire? Fixer les grandes orientations du territoire en matière de politique touristique > Que souhaitons-nous pour demain? Réaliser des actions concrètes permettant d atteindre les objectifs fixés > Que faisons-nous, avec quels moyens? Pour atteindre leurs objectifs, les maîtres d ouvrage ont adopté des parti-pris fort dans le pilotage de l étude : Faire participer le plus grand nombre : associer tous les acteurs à la démarche, Prendre le temps de la réflexion : un travail approfondi sur plus d un an et demi, Raisonner à partir de la notion de territoire(s) : Favoriser les solidarités et la coopération, être cohérent et complémentaire avec les politiques touristiques des différents territoires (ADT, Parc, Pays, etc.), Des déclinaisons opérationnelles : obtenir des résultats concrets et efficaces. La décision a donc été prise de faire appel à un bureau d études pour bénéficier d une neutralité de regard, d un apport extérieur ainsi que d une expertise spécifique. Une procédure d appel d offre a donc été initiée sur la base d un cahier des charges défini en accord avec l ensemble des acteurs touristiques du territoire.

4 1.2 L équipe retenue Suite à une procédure d appel d offre ayant reçu 15 réponses, les communautés de communes ont organisé un oral avec 5 entreprises pré sélectionnées. La société Atemia, accompagnée de Bertrand Claeyssen - Territoires avenir a été retenue. La société Atemia est spécialisée dans le conseil en développement durable pour les territoires, les entreprises et les institutions culturelles. Elle opère en ingénierie touristique, environnementale, culturelle et communicationnelle à travers deux départements : - Patrimoines et Tourisme des Entreprises et des Territoires (équipements culturels et touristiques, stratégies de développement territorial). - Eco-conception de la Culture et de la Communication (événements éco-responsables, expositions éco-responsables et stratégies de développement durable). La société Atemia est localisée en Savoie (Savoie Technolac, 73380). Pour en savoir plus : Atemia a bénéficié du soutien de Bertrand Claeyssen Territoires Avenir lors des phases de diagnostic et de positionnement. Bertrand Claeyssen travaille sur l aménagement du territoire, le développement touristique et la valorisation paysagère. Basé en Savoie (Saint Jean d Arvey, 73230), il opère pour des maîtres d ouvrage publics et privés. Pour en savoir plus :

5 1.3 La méthodologie proposée La méthodologie proposée par les bureaux d études s est structurée autour de six phases de travail. Celles-ci suivent une logique d entonnoir partant du plus large (le territoire et sa situation à l instant T) au plus particulier (le plan d action pour le positionnement et le développement touristique sur 10 ans). Certains modifications ont été apportées au fur et à mesure de l avancée des travaux et la phase ultime de test et d accompagnement a été en réalité mise à profit d une phase intermédiaire de négociation technique et politique qui s est greffée entre les déclinaisons marketing et organisationnelle du positionnement et l élaboration du plan d action.

6 Concrètement, les étapes de travail se sont construites de la manière suivante : A ) Diagnostic touristique : une photographie de l existant, une identification des possibles mission 1 : Immersion sur le territoire, analyse de l offre Visites de terrain, analyse bibliographique mission 2 : Phase collaborative avec les acteurs économiques, touristiques et élus Entretiens individuels, tables rondes, blog participatif. mission 3 : Enquête auprès des touristes actuels et potentiels Questionnaires quantitatifs et qualitatifs B ) Définition du positionnement stratégique (fil rouge fédérateur) mission 4 : Conception du positionnement stratégique mission 5 : Déclinaison marketing du positionnement stratégique (nom, logo, identité) mission 6 : Déclinaison organisationnelle du positionnement stratégique (gouvernance, éléments juridiques et économiques) C ) Définition de la feuille de route mission 7 : Élaboration du plan d action Il est à préciser qu une importante phase de présentation et négociation avec les élus et les offices de tourisme s est déroulée entre la mission 6 et la mission 7. En terme de calendrier, l étude a débutée en août 2009 avec un rendu de diagnostic en décembre de la même année, une proposition de positionnement complet en mars 2010 et un rendu final en mars 2011.

7 Enfin, il faut préciser que l étude a été pilotée par deux instances déterminées en amont : Un Comité technique renforcé composé d élus représentant équitablement les différentes zones du territoire et associant l Agence de développement touristique du 04, le Parc Naturel Régional du du Verdon, le Pays A3V. Ce comité technique a été réuni à 4 reprises. Un Comité de pilotage qui se veut le reflet de la diversité des acteurs du territoire pour valider les différentes phases de l étude : - Elus du territoire - Acteurs économiques (hébergeurs, restaurateurs, prestataires d activités, commerçants, artisans) - Acteurs institutionnels du tourisme (CR Paca, CRT, CG des AHP, ADT 04, OT, Pays A3V, PNR du Verdon, Réserve géologique, services de l État, consulaires, fédérations, etc.) - Acteurs associatifs investis dans l animation locale, la culture, les loisirs, la valorisation de patrimoines et de l environnement. Ce comité de pilotage a été réuni en séance plénière à 4 reprises. Paysages et ambiances du territoire en période estivale (diagnostic réalisé en août 2009).

8 2.1 Des visites et enquêtes de terrain pour bénéficier d un œil extérieur Le premier travail des bureaux d études a été de s immerger sur le territoire en pleine période estivale. L objectif était de mesurer les effets de la fréquentation, sa nature et ses formes. Tout le territoire a été sillonné à cette occasion et de très nombreux éléments de l offre touristique ont été testés : Journée du 14/08/09 Journée du 15/08/09 Journée du 16/08/09 Journée du 17/08/09 Journée du 23/08/09

9 Cette vaste étape de terrain a permis d identifier des points forts et des points à améliorer relatifs à tous les secteurs de l offre. La méthodologie suivie a été chronologique, dans la logique du visiteur, depuis la préparation de son séjour jusqu à son départ du territoire. Diagnostic préalable : Se mettre dans la peau du touriste qui prépare son déplacement de chez lui. 1/ Par internet : recherche «non précise» - Les investigations par moteurs de recherche ne donnent pas de résultats satisfaisants. - Difficulté d avoir une vision globale du territoire et des offres touristiques. 2/ Par internet : recherche «fine» - Les informations touristiques et produits sont présentés principalement sur des sites privés, qui arrivent avant celui des Offices de Tourisme. 3/ Prise de renseignements complémentaires par téléphone - Les renseignements donnés sont partiels : les connaissances de chaque acteur se limitent à leur position géographique et à leur secteur d offre. Diagnostic de terrain : Vivre l offre touristique du territoire et mesurer ses fréquentations. De nombreuses observations ont été réalisées. Elles sont ici synthétisées par catégories : Remarques générales : 1/ Le territoire est composé de sites naturels exceptionnels qui parlent d eux-mêmes (paysages, couleurs, ambiance ). 2/ Il bénéficie d une grande diversité de paysages et de sites. 3/ Aucune des entités de promotion du territoire n a de rôle suffisamment étendu pour «vendre» cette richesse dans cette globalité. 4/ Il faut également noter l absence de véritables portes d entrées sur le territoire.

10 Les clientèles présentes : - Familles de touristes : Trois types de touristes ont été identifiés. Cette catégorisation a été suivie tout au long de l étude et nous semble bien coller avec les réalités du terrain. 1/ «Familial» (sans but précis, attiré par les sites forts en images, essentiellement présent l été et en camping), 2/ «Spécialiste» (sportif, géologue qui vient rechercher l excellence de sa pratique en toute autonomie), 3/ «Alternatif» (excursionniste, friand de balades entre les villages, inscrit dans une démarche d éco tourisme, attiré par le hors saison et le hors circuit et disposant d un fort pouvoir d achat). - Particularités du territoire : Deux spécificités sont à noter sur le territoire de l étude au regard des publics présents : 1/ Très forte représentation de clientèles étrangères (européenne essentiellement), 2/ Forte représentation de clientèles de motards et de camping caristes.

11 - Les acteurs : Pour ce qui est des opérateurs touristiques, publics et privés, il s avère que : 1/ Ce sont surtout les opérateurs privés qui «font» le tourisme local avec toutes les disparités que cela entraîne. 2/ Beaucoup d attentisme est observé dans la posture adoptée (les touristes viennent quoiqu il arrive) chez certains acteurs publics et privés (surtout dans les zones sur fréquentées aux alentours de Castellane). 3/ Malgré tout, quelques initiatives émergentes publiques et privées sont à valoriser. 4/ Chaque opérateur en lien avec la rivière Verdon a sa propre vision et ses propres intérêts sur la gestion du cours d eau. - Les Offices du Tourisme : Acteurs principaux de l accueil touristique, les offices du tourisme ont fait l objet d une attention particulière lors du diagnostic. Il en ressort que : 1/ Un manque de moyens matériels et humains important est avéré (horaires, documents remis ). 2/ Il n y a pas de structuration de l offre, de contrôle qualité et de réglementation auprès des adhérents. 3/ Un faible rôle est joué dans la promotion pour «donner envie» de parcourir le territoire. 4/ Peu d unité et de coordination existent entre les différents OT du territoire (frontière entre St André les Alpes et Castellane). 5/ L émergence de produits touristiques complets ou à la carte se fait néanmoins sentir. 6/ Les animations proposées sont essentiellement tournées vers les habitants et résidences secondaires (à l exception du pot d accueil des OT).7/ La vision globale du territoire et de son offre n est pas présente.

12 - Les infrastructures et aménagements touristiques : Au-delà de l aspect organisationnel et de l accueil, les bureaux d études ont analysé les équipements matériels, meubles et immeubles, destinés à la valorisation et l aménagement touristique du territoire. Au final, il ressort que : 1/ Le territoire est très accidentogène dans l ensemble (parkings «sauvages», absence de trottoirs, zones fréquentées, cohabitation piétons/voitures ). 2/ Il ne propose presque que des aménagements a minima (signalétique touristique, accessibilité personnes handicapées et à mobilité réduite ). 3/ De vastes parkings gratuits et nombreux sont cependant disponibles à St André les Alpes et Castellane, mais ils sont rapidement saturés en période estivale. 4/ Les équipements touristiques ne sont pas toujours qualitatifs (plages, points de départs de randonnées, poubelles, bornes d informations ) même si des efforts sont fait en terme d étude (Vauplane, queue de retenue à Saint-André-les-Alpes). - Pour ce qui est du développement durable, l offre présente des handicaps certains : 1/ La problématique des transports (routiers à 98%) reste un élément marquant du territoire, 2/ Peu de valorisation de produits locaux et de filières courtes, 3/ Absence de restaurant biologique, d hôtel écologique et de commerce de produits locaux (deux campings natures à la ferme), 4/ Les activités de pleine nature sont peu régulées. 5/ Manque de gestion des paysages (affichages publicitaires, enseignes et pré enseignes ).

13 - En conclusion : Fort de cette analyse, les bureaux d études ont dressé un listing de conclusion de leur étape de terrain. Il convient de préciser que ce diagnostic a été réalisé en période estivale. Il est bien évident que le constat est différent à d autres saisons mais les constats d ensemble restent les mêmes: 1/ Les touristes ont l impossibilité de «visualiser» le territoire dans sa globalité. 2/ Nous sommes en présence d un tourisme de «cueillette» et d opportunités et non d un tourisme prospectif qui s ancre dans une stratégie et des tendances d avenir. 3/ L absence d offre claire pour un tourisme alternatif est réelle comparé à un potentiel important de sites non fréquentés à ce jours. Des pans entiers de la clientèle ne sont donc pas touchés. 4/ Le territoire très cloisonné d un point de vue géographique et ne présente aucune cohérence dans l offre et le positionnement entre Castellane, Saint-André-les-Alpes et Barrême. 5/ Les opérateurs privés sont les principaux acteurs du tourisme avec ce que cela compote de divergences dans la gestion de l offre et de la demande. 6/ Les opérateurs publics sont dans une posture apparente de «laisser faire» même si une implication nouvelle et grandissante dans des projets transversaux est à saluer (FEDER, APN, étude actuelle ). 7/ Les flux touristiques principaux semblent «acquis» grâce à des sites de renommée internationale mais cette colonne vertébrale, structurante et attractive reste vulnérable et sans ramifications spatiales et temporelles. 9/ Le territoire est pourtant très attractif et bénéficie d un cadre et d une palette de sites permettant de viser un large échantillon de touristes. A la suite de ce diagnostic, les bureaux d études ont conclu à un territoire situé à la limite de l «épuisement touristique» qui s inscrit dans le paradoxe suivant : la principale richesse du territoire et vecteur de tourisme (paysage, cadre, tranquillité ) est remise en cause par le tourisme même. Ce diagnostic terrain est à mettre en perspective avec une étude bibliographique des études et documents des autres structures référentes localement en matière de tourisme.

14 Diagnostic bibliographique: comprendre les forces vives et leurs stratégies respectives Le territoire d étude à la spécificité d être concerné par de nombreuses stratégies touristiques aux échelles variables. Un empilement d échelles de réflexion est avéré. Celui-ci : - engendre son lot de complexité. - limite la lisibilité de l action touristique. - disperse les moyens. + permet une émulation et une diversité de points de vue et de domaines d actions.

15 -Une synthèse des éléments analysés : Cette diversité entraîne une complexité de la lisibilité de l action touristique et des axes stratégiques retenus par les acteurs en présence. Aussi, l ensemble des données disponibles en 2009 a été analysé pour aboutir à une synthèse intelligible. Voici la liste des documents étudiés : - Forum APN, Projet savoir-faire, PDDS APN (Pays A3V) - Schéma de tourisme durable (11 communes), Rapport d activité marque Parc, commission tourisme durable, travaux sur les APN (PNR du Verdon) - Schéma de tourisme durable (Conseil général, service tourisme) - Mémentos du tourisme et études (Agence de Développement Touristique des Alpes de Haute Provence) - Schéma régional du tourisme (Région PACA) - Schéma de positionnement touristique (Communauté de Communes du Haut Verdon Val d Allos) Malgré de nombreuses divergences d actions, 9 grands enjeux sont issus de l analyse croisée des document précités. Ces éléments ont été présentés en Comité de Pilotage et ont été validés comme la synthèse du diagnostic du territoire. Parallèlement à la vision des bureaux d études, cette synthèse prend la forme d enjeux touristiques du territoire auxquels l étude s est proposée de répondre : 1 ) Adapter l offre face aux évolutions environnementales, 2 ) Concilier les enjeux économiques et écologiques, 3 ) Mener un travail de fond pour améliorer l accessibilité du territoire (réseau routier, mobilité réduite ) 4 ) Favoriser l accueil et le tourisme en intersaison, 5 ) Mieux diffuser les flux sur le territoire, 6 ) Conquérir de nouvelles clientèles, 7 ) Renforcer l offre «douce» : culture, terroir, sports détente, 8 ) Mettre en place des démarches qualité transversales, 9 ) Fédérer les acteurs et organiser une véritable gouvernance.

16 Afin de compléter l approche terrain des consultants et l approche bibliographique des documents stratégiques du territoire, une démarche à été entreprise vers les clientèles. Il ne s agit pas d une approche complète compte tenu des échantillons consultés mais d indications qui ont été utiles à la réalisation de l étude. Procédure suivie : -85 questionnaires administrés et traités (publics très hétérogènes) -2 sites principaux d enquêtes : -Saint André les Alpes -Castellane -Des sites secondaires -Objectifs : ressentir la perception des touristes sans objectif de quantité et d exhaustivité. Plus que des données chiffrées, nous avons identifié des grandes tendances parmi les personnes interrogées. Résultats : Seuls les résultats les plus significatifs sont ici repris. Comme évoqué en préambule, le détail de chaque présentation est disponible auprès des maîtres d ouvrage.

17 Diagnostic de clientèle : comprendre les perceptions des touristes présents sur le territoire Résultats : Comment avez-vous connu le territoire? Un territoire «d initiés» Politique de communication peu efficace Qu est-ce qui vous a donné envie de venir? Un «couple» a été demandé à chaque fois : le cadre naturel revient systématiquement

18 Diagnostic de clientèle : comprendre les perceptions des touristes présents sur le territoire Résultats : Quelles sont les activités que vous avez pratiquées sur le territoire? Pour certaines des activités les visiteurs sortent du territoire (randonnée). Les touristes spécialisés semblent éviter la période estivale. Un territoire multi actif. Vous êtes allés à? Des touristes mobiles. Quelle est l échelle touristique?

19 Diagnostic de clientèle : comprendre les perceptions des touristes présents sur le territoire Résultats : Pour un territoire touristique, un bon taux de satisfaction devrait atteindre 80%.

20 Diagnostic touristique : conclusions croisées Cette vaste phase de diagnostic, composée d une analyse de terrain, d un analyse bibliographique et d une analyse des clientèles conduit à diverses conclusions : - un constat assez sévère sur la qualité de l offre et de l action touristique sur le territoire (cf. analyse de terrain), - un constat d illisibilité des politiques touristiques, par les acteurs eux-mêmes, compte tenu des empilements d échelles (cf. analyse bibliographique), - un constat de satisfaction des clientèles qui semble s inscrire en paradoxe avec les deux points ci-dessus. Toutefois, il nous semble intéressant de nuancer les chiffres de satisfaction et de recommandation des clientèles. Notre approche qualitative nous a permis de percevoir une certaine résignation dans la satisfaction («oui c est bien, mais c est cher, comme partout») et, surtout, une satisfaction largement liée à la beauté du cadre plus qu à l offre proposée. Il est à préciser que les insatisfactions ont été essentiellement formulées par les clientèles étrangères. Au final, ce diagnostic a été partagé par les acteurs du territoire et validé en comité de pilotage. La notion de risque d épuisement touristique ressort comme la menace principale pour les années à venir même si la fréquentation actuelle et la satisfaction des clientèles la relativise, au moins à court terme. Afin de compléter cette vision, Atemia a mis en œuvre une vaste phase participative pour bénéficier d une approche sensible et précise des attentes des parties prenantes de l étude.

21 2.2 Complétées par une phase participative élargie. Prévue dès la démarrage de l étude, cette phase participative poursuit de nombreux objectifs : - identifier les parties prenantes du tourisme sur le territoire. La définition qui a servi de fil conducteur est la suivante : toute personne ou groupe de personnes concerné directement ou indirectement par le tourisme. - mettre en œuvre des modalités variées de consultation pour aboutir à une vision précise de leurs besoins et de leurs attentes. - animer l étude pour la faire vivre tout au long des phases de travail et offrir des espaces de dialogues aux participants qu ils soient publics et privés. Aussi, trois canaux ont été mobilisés : - les entretiens individuels pour faire le point, selon un canevas normalisé avec des personnes représentatives d un collectif (élus, responsables associatifs et responsable d entreprises), - les tables rondes pour réunir ces acteurs et les faire réfléchir ensemble à la politique touristique de leur territoire, - un blog projet pour permettre à tous de participer, y compris les habitants, sans contrainte de lieu ni de temps. Les principales conclusions de cette phase sont résumées ci-après. Copie d écran du blog projet

22 Les entretiens individuels : Objectifs : - Rencontrer directement celles et ceux qui peuvent parler au nom d une structure (élus et offices du tourisme). - Recueillir leurs besoins et attentes. - Mettre en regard leurs apports. Méthode : entretien normalisé en 10 questions Personnes interviewées/ volume horaire global : 18 / 25h Par souci de lisibilité, les conclusions des entretiens individuels sont présentés de la manière suivante : Les points convergents sont des éléments qui ont été cités au moins à 3 reprises, les points divergents sont des éléments de contradiction forte entre les personnes interrogées, les menaces et les opportunités n ont pu être cités qu une seule fois mais sont significatifs et méritent d être portés à connaissance de l ensemble des comités techniques et de pilotage.

23 Les entretiens individuels : -Pas de stratégie touristique («la stratégie serait d avoir une stratégie») : des réactions dans l urgence et peu de prospective. -L élaboration d une vision touristique et d un positionnement politique est nécessaire. Points convergents -La structuration du tourisme à l échelle des communautés de communes est incontournable (répartition clé des missions, rôles et moyens). -Le territoire n est pas valorisé à sa juste valeur : une partie importante de ses richesses ne sont pas connues (patrimoine géologique, architectural, culturel...). - La qualité doit être un souci majeur: - qualité prix - hébergement - accueil (notamment pour les plus jeunes) - structures privés - aménagements - Elaborer une brochure touristique commune à l échelle du territoire (carte, site web ) est une nécessité. -Le «Verdon» de la source à la confluence, est la vraie échelle touristique qui parle aux touristes. -La grande diversité de l offre et la multiplicité des acteurs entraîne une illisibilité pour le touriste. -Les acteurs institutionnels (PNR, Réserve, Pays A3V, ADT ) affirment leur rôle d «accompagnant» des acteurs publics et privés.

24 Les entretiens individuels : - Aménager et organiser l existant avant de créer de nouvelles structures. - Un vrai besoin de diversité de l offre et de complémentarité entre les parties du territoire se fait sentir. Points convergents - Un effort transversal de «professionnalisation» est nécessaire. - Le réveil de l offre patrimoine est une chance (projet «Savoir faire», géologie, cadrans solaires ). - Besoin de rendre le territoire plus accessible : -Réseaux routiers, -Déplacements multimodaux, -Mobilité réduite et handicaps. - L option de la régie communale des OT a été évoquée. - Le tourisme ne doit pas être le seul facteur de développement local mais un moyen parmi d autre (plus ou moins central en fonction des communes).

25 Les entretiens individuels : -Peu ou pas de relation entre les 2 OT du territoire vs un travail collaboratif. -Un tourisme 4 saisons doit être recherché vs l évolution hors saison estivale est marginale. Points divergents -Les OT gagneraient à être regroupés à l échelle intercommunale vs la communauté de communes n est pas une - échelle touristique. -Les recettes du tourisme n ont pas vocation à être mutualisée vs les dépenses liées au tourisme ne valent que si elles rapportent autant. -La bonne échelle de visibilité touristique est celle du PNR du Verdon vs le Pays A3V vs Une vaste région allant du Mercantour à la côte d Azur vs la CCMV. -C est au pouvoir public d investir pour accueillir de nouvelles clientèles et améliorer l offre existante vs les efforts sont à faire par le privé. -La période estivale doit encore être renforcée vs l enjeu est de mieux maitriser les touristes l été sans augmenter la fréquentation.

26 Les entretiens individuels : -Mise en place de démarches qualité dans certaines structures (questionnaires qualité, cahiers de doléances ). - Un tissu dynamique d associations, notamment culturelles (projet «Savoir faire», Petra Castellana ). -Une position centrale au carrefour de plusieurs destinations. - Le chemin de fer de Provence est une richesse pour le territoire et peut le connecter à des bassins touristiques importants. - De nouvelles clientèles peuvent être attirées sur le territoire (séniors et groupe, clientèle de proximité, clientèle de demi-saison, spécialistes (sport, géologie, architecture..) haut de gamme, tourisme d affaires, séminaires). - Favoriser l accueil de proximité et les relais d information pour les structures institutionnelles (notamment la Réserve Géologique) : développer les Partenariats Publics Privés. - Trouver un «enjeu supérieur», un point d accroche ultime et unique qui permette aux touristes d entrer sur le territoire et d y découvrir une variété d activités. - Des potentialités de développement touristique sur des produits «montagne» (Vauplane, Blieux, Tartonne ). - Tirer parti l aspect préservé et authentique du territoire pour en faire un modèle d éco-tourisme. -Renforcer l artisanat et les filières locales. -L échelle du Moyen-Verdon Teillon est opérante pour l animation des acteurs et l organisation du tourisme. Opportunités

27 Les entretiens individuels : -Manque de moyens financiers pour le développement de produits touristiques et la promotion. -Difficulté pour la commercialisation des produits lancés (problème de la rentabilité). Menaces -Une vraie «rupture» de relations publics/privés et certaines «super structures» institutionnelles. -Une rupture géographique franche entre le Sud et le Nord du territoire (zone d influence touristique). -Le parc d hébergement n est pas assez complet, diversifié et qualitatif (groupe et scolaires ). -La non appropriation du tourisme par les habitants (représentations différentes) est une menace certaine. -L importance des résidences secondaires (2/3 )limite les capacités d hébergement (et des logements) et la vie du territoire hors saison. -L évolution de la gestion de l eau (SAGE, modifications climatiques ) va engendrer des modifications structurelles. -Une inadéquation des attentes mutuelles dans les relations inter structures. -La multiplicité/diversité des démarches (qualité, marque, labels) peut être un frein à l ampleur de l action et à la lisibilité pour les touristes. -La mauvaise image de l été (tourisme de masse, circulation, stationnement ) peut décourager des clientèles hors saison. -Développer un tourisme de masse dans les «vallées reculées» serait une véritable menace. -L empilement d échelles peut entrainer des divergences d intérêts (retenir les clientèles).

28 Les tables rondes: Objectifs : - Rencontrer en groupe les acteurs privés du territoire (hébergeurs, prestataires d activités, restaurateurs, acteurs associatifs ). - Mesurer les convergences et divergences. - Faire réfléchir ensemble les différentes parties prenantes. - «Mixer» les groupes pour faire dialoguer. Méthode : 3h de jeux de rôle sur la perception du territoire et les envies pour demain. Personnes présentes/ volume horaire global : 35 / 6 heures Programme : Afin de réussir à animer les groupes et à les mettre dans des dispositions propices à leur pleine participation, un programme complet a été élaboré en deux temps. Des jeux de rôle ont donc été conçus : La perception actuelle - «le jeu de la carte postale» - «dans la peau du touriste» Les envies pour demain - «la cellule de crise» - «dans le chapeau» - «la maison»

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication.

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication. Axe 1.1 : Création d une destination «Gironde» Action 1.1.1 : Lancement d une étude sur l image et le positionnement marketing de la Gironde La Gironde a des images, des sites touristiques Cependant, il

Plus en détail

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire. CAHIER DES CHARGES - ANNEE 2011 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION Territoire concerné : Grand Villeneuvois Fumélois Lémance Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Plus en détail

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES ALPES DE HAUTE-PROVENCE ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE REFLEXION MARKETING ET ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Atelier site Internet professionnel pour les acteurs du tourisme de Bretagne (espace Pro)

Atelier site Internet professionnel pour les acteurs du tourisme de Bretagne (espace Pro) Atelier site Internet professionnel pour les acteurs du tourisme de Bretagne (espace Pro) Rennes, le 26 février 2009 Plan de l atelier Stratégie marketing du CRT Objectif du projet Présentation des différentes

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

PRESENTATION DU LABEL FAMILLE PLUS AUX PRESTATAIRES D ACTIVITES

PRESENTATION DU LABEL FAMILLE PLUS AUX PRESTATAIRES D ACTIVITES PRESENTATION DU LABEL FAMILLE PLUS AUX PRESTATAIRES D ACTIVITES Présentation du label Le marché des familles comprend 8 000 000 de familles françaises auxquelles s ajouteraient 20 000 000 de familles étrangères

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ANNEE 2011 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION INTERFILIERES

CAHIER DES CHARGES ANNEE 2011 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION INTERFILIERES CAHIER DES CHARGES ANNEE 2011 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION INTERFILIERES Axe 1 : Développer les e-compétences des professionnels touristiques Module OUVERT POHB1 : Etre plus visible et développer un site

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Appel à projets innovants - Utopies réalistes PNR Haute Vallée de Chevreuse 21 novembre 2012 Page 1

Appel à projets innovants - Utopies réalistes PNR Haute Vallée de Chevreuse 21 novembre 2012 Page 1 Appel à projets innovants - Utopies réalistes PNR Haute Vallée de Chevreuse 21 novembre 2012 Page 1 L appel à projets «Utopies réalistes» correspond à une aide financière et technique du Parc naturel régional

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE

CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE Communauté de communes de la haute vallée du Thoré Rue de la mairie 81240 Saint-Amans-Valtoret 05 63 97 98 08 CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE 2015 SOMMAIRE

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Plan Stratégique 2015-2019

Plan Stratégique 2015-2019 Plan Stratégique 2015-2019 En 2015, le Schéma local de développement touristique évolue en Plan stratégique touristique pour la période 2015-2017. Ce document vient répondre aux enjeux de la Marque Qualité

Plus en détail

Cahier des charges : création de l identité visuelle du Salon des Solidarités 2012

Cahier des charges : création de l identité visuelle du Salon des Solidarités 2012 Cahier des charges : création de l identité visuelle du Salon des Solidarités 2012 Salon des Solidarités 2012 Création de l identité visuelle Page 1 Sommaire 1. CONTEXTE GENERAL ----------------------------------------------------------

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

CONNAISSANCE DU MARCHE STRATEGIE COMMERCIALE ET COMMUNICATION ETUDIER SON MARCHE GRACE A L'EXPLORATION DOCUMENTAIRE

CONNAISSANCE DU MARCHE STRATEGIE COMMERCIALE ET COMMUNICATION ETUDIER SON MARCHE GRACE A L'EXPLORATION DOCUMENTAIRE ET ETUDIER SON GRACE A L'EXPLORATION DOCUMENTAIRE L'objectif de ce module de formation en e-learning est de vous amener à établir un plan prévisionnel de ventes à trois ou cinq ans, en allant chercher

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France»

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Plan Séisme Chantier N 1- Action 1.4.2 Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Rapport AFPS Contrat AFPS / MEDD N CV05000137

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

Compte rendu par atelier : forum de la transition

Compte rendu par atelier : forum de la transition Compte rendu par atelier : forum de la transition Chaque restitution est détaillée de façon à respecter la fiche cadre remplie lors de la journée. L intérêt de ce compte rendu est de permettre à tous les

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Genèse et projet politique -2-

Genèse et projet politique -2- 29 SEPTEMBRE 2015 Genèse et projet politique -2- ECONOMIE TOURISTIQUE DU TERRITOIRE COMPLEMENTARITE TOURISTIQUE DES STATIONS Une progression de l activité touristique - du nord au sud - des lacs vers l

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE Commune de Cauterets Cahier des Charges 1 1 GENERALITES 1.1 Contexte Nichée

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées

Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées Un outil de connaissance et de suivi du réseau EE de Midi Pyrénées Contexte / Enjeux : Le contexte actuel, dans lequel, l environnement prend une place de

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES

Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES QUI SOMMES-NOUS? MEJT, dont le siège est basé à Champagne au Mont d Or (69) a été créée en 1994 par Gilles GUILLERME. A sa création, MEJT

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN

PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN La nécessité de définir le cadre d intervention du manager de projet pour le projet EMISE reflète des différences culturelles

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

Formation des porteurs de projet d hébergement en milieu rural

Formation des porteurs de projet d hébergement en milieu rural Formation des porteurs de projet d hébergement en Cette formation a pour objectif de vous apporter les informations nécessaires à la réalisation de votre projet de gîte et/ou de chambre(s) d hôtes, et

Plus en détail

AVIS DE VACANCE CHARGÉ(E) DE MISSION PROJETS INNOVANTS SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION

AVIS DE VACANCE CHARGÉ(E) DE MISSION PROJETS INNOVANTS SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION Direction des Ressources humaines AVIS DE VACANCE CHARGÉ(E) DE MISSION PROJETS INNOVANTS SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction du Développement

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Programme Observatoire ESSpace

Programme Observatoire ESSpace Programme Observatoire ESSpace Observatoire ESSpace est un projet interrégional conduit par les 4 Chambres régionales de l économie sociale et solidaire (ESS) des régions de Franche-Comté et Rhône-Alpes

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE CHAPITRE 1 STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE Ce que vous apprendrez dans ce chapitre Réunir les informations indispensables pour établir votre stratégie marketing

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

Dossier de presse Baromètre Social Institutionnel. Avril 2009

Dossier de presse Baromètre Social Institutionnel. Avril 2009 Dossier de presse Baromètre Social Institutionnel Avril 2009 SOMMAIRE I. LE PROJET : «LE BAROMÈTRE SOCIAL INSTITUTIONNEL» P. 3 II. LA MISE EN PLACE P. 4 III. LES THÈMES ABORDÉS P. 5 IV. LA CONCRÉTISATION

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Assemblée Générale Mountain Bikers Foundation 9/12/13 à Voiron (38)

Assemblée Générale Mountain Bikers Foundation 9/12/13 à Voiron (38) Assemblée Générale Mountain Bikers Foundation 9/12/13 à Voiron (38) Bilan Moral 2013 L année 2013 était une année de transition, liée aux évolutions entre deux Conseils d Administrations. Les points important

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

La place de la gouvernance dans l innovation touristique

La place de la gouvernance dans l innovation touristique Colloque «Les voies de l innovation touristique», Festival International des Métiers de la Montagne (FIMM) La place de la gouvernance dans l innovation touristique Présentation interactive 16 novembre

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

LE CONSEIL GENERAL DES DES VOSGES PRESENTE

LE CONSEIL GENERAL DES DES VOSGES PRESENTE LE CONSEIL GENERAL DES LE VOSGES CONSEIL PRESENTE GENERAL DES VOSGES PRESENTE FORMATIONS ACTIONS POUR LES ACTEURS DU TOURISME Schéma Départemental de Développement Touristique des Vosges Programme de formations

Plus en détail

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES VOSGES. ATELIER n 5 : «QUEL PLAN MARKETING POUR 2013-2017?» Epinal, le 21 novembre 2012

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES VOSGES. ATELIER n 5 : «QUEL PLAN MARKETING POUR 2013-2017?» Epinal, le 21 novembre 2012 SCHEMA DEPARTEMENTAL DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES VOSGES ATELIER n 5 : «QUEL PLAN MARKETING POUR 2013-2017?» Epinal, le 21 novembre 2012 Une règle de base au bon déroulé de l atelier : Toutes les idées

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE :

BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE : BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE : ACCUEIL, INFORMATION, ORIENTATION LOGEMENT INTERGENERATIONNEL Le service logement temporaire de la Communauté de Communes du Diois est en place depuis février 2007.

Plus en détail

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE ORIENTATIONS STRATEGIQUES N 10 : Animer et développer la production touristique : produits, équipements et hébergements N 11 : Favoriser la professionnalisation

Plus en détail

La stratégie du CDT face aux nouveaux enjeux du tourisme

La stratégie du CDT face aux nouveaux enjeux du tourisme 1. Projet d entreprise 2. Stratégie de veille économique 3. Stratégie de développement 4. Stratégie Marketing 1. Le projet d entreprise : une «agence de développement» Au bénéfice de la destination Hérault,

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

APPEL À PRESTATAIRES

APPEL À PRESTATAIRES APPEL À PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Le secteur bancaire Place et spécificités des banques coopératives Avril 2011 Dossier suivi par l Observatoire Régional de l Économie Sociale et Solidaire 42 rue

Plus en détail

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme CRT Picardie Enquête auprès des acteurs du tourisme 1 Votre entreprise ou structure / organisme institutionnel Votre nom : Votre titre : Votre e-mail : (pour pourvoir vous envoyer le résultat de l enquête)

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation commerciale?... 6 A. Le temps... 6 B. La productivité...

Plus en détail

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale?

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Atelier n 2 du 01 Juillet 2011 Les entreprises au cœur de la GPEC T Expérimentation MODEL 74 (bassin d Annecy) Extraits du bilan en cours Chantal

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail