COURS DU GEOMARKETING

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COURS DU GEOMARKETING"

Transcription

1 COURS DU GEOMARKETING ALAOUI/SUPMANGEMENT/FES ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 1 PLAN DU COURS I. Géomarketing:fondements et applications II. Système d information géomarketing III. Géocodage et grille géomarketing IV. L algorithme géographique V. Modèles géomarketing VI. Les utilisations du géomarketing ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 2 1

2 I.1Qu'est ce que le géomarketing Nous définirons de façon simplifiée le géomarketing comme une discipline qui consiste à analyser le comportement des individus dans l'espace ; elle utilise à cet effet des données aussi bien cartographiques pour définir l'espace que des données statistiques ou issues de fichiers pour caractériser les individus qui peuvent être des personnes, des ménages ou des entreprises. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 3 Le géomarketing est la prise en compte, à des fins marketing, de la réalité spatiale des activités économiques. Il est aisé de constater qu une activité n a pas le même impact en fonction du lieu géographique de sa matérialisation : le lieu d implantation d une boutique, le secteur géographique de prospection d un commercial, la situation et la capillarité d un réseau de câbles de télédistribution, sont évidemment fortement impactant sur leurs activités économiques. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 4 2

3 Le propos du géomarketing est de dépasser cette simple constatation et de mettre en place des démarches méthodologiques adaptées pour contribuer à bâtir une stratégie d entreprise, la mettre en œuvre et en mesurer les effets. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 5 ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 6 3

4 Le géomarketing se fonde principalement sur des systèmes d information géographique (SIG), permettant de traiter des bases de données en mettant en relation des informations habituellement utilisées en marketing telles que l âge et le sexe pour les individus, le nombre d enfants et le type d habitation pour les ménages, l effectif salarié, le secteur d activité et le chiffre d affaire pour le marché des entreprises avec une information propre au géomarketing : le positionnement géographique. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 7 Selon le contexte et l objectif de l étude, le géomarketing s attache à analyser la distribution spatiale des lieux d échange ou de consommation de biens, de services ou d information. Le champs d application du géomarketing est donc très large, aussi bien par la diversité des secteurs d activité qui y ont recours que par la variété des problématiques abordées. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 8 4

5 I.2 Un champ d application d très s large Applications au marketing stratégique Applications liées aux problématiques de distribution Applications au marketing direct ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 9 Applications du géomarketingg Recherche de lieux d implantation (magasins, relais radio, câble ) Optimisation de réseaux (détaillants ou grossistes) Découpage de secteurs Optimisation de tournées Définition des zones de chalandise Estimation du chiffre d affaires potentiel Définition d assortiments Mise au point de plan de sondage Optimisation de la communication (affichage, ISA ) Scoring d adresses en marketing direct (mailing, téléphone ) Géolocalisation des consommateurs (systèmes embarquées, promotions ) ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 10 5

6 «L ESPACE CONSTITUE UNE VARIABLE ESSENTIELLE DE L UNIVERS ECONOMIQUE. TANT A L ECHELLE LOCALE, REGIONALE, NATIONALE QUE MONDIALE, LA REALITE ECONOMIQUE NE SAURAIT ETRE COMPRISE SANS QU UNE LOGIQUE EXPLIQUE POURQUOI LES ACTIVITES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION SE TROUVENT A TEL ENDROIT PLUTOT QU A TEL AUTRE, COMMENT LES FLUX D ECHANGES SE REPARTISSENT ENTRE LES DIFFERENTS POINTS DE L ESPACE ET COMMENT ILS INFLUENT SUR L ORGANISATION DES ACTIVITES ECONOMIQUES.» ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 11 LES LIENS ENTRE GEOGRAPHIE ET MARKETING LES URBAINS, LES RURAUX, LES RURBAINS LA ZONE DE CHALANDISE LA LOCALISATION A TOUJOURS ETE PRISE EN COMPTE EN MARKETING L EVASION VERS LA PERIPHERIE LES MERIDIONAUX, LES ALSACIENS LES BRETONS... ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 12 6

7 GEOGRAPHIE ET MARKETING LES LIENS ENTRE GEOGRAPHIE ET MARKETING LA GESTION D UNE VARIETE DE SITUATIONS QUI SE PRODUISENT SUR UN ESPACE DONNE PAR AILLEURS LE MARKETING DOIT POUVOIR REPONDRE A UNE DOUBLE PROBLEMATIQUE : LA COMPREHENSION DES PHENOMENES QUI SE PRODUISENT SUR CET ESPACE ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 13 GEOGRAPHIE ET MARKETING LES LIENS ENTRE GEOGRAPHIE ET MARKETING LA COMPREHENSION DE PHENOMENES QUI SE PRODUISENT DANS L ESPACE IMPLIQUE L USAGE DE LA GEOGRAPHIE POUR OBSERVER ET ANALYSER. Il S AGIT DE METTRE EN RELATION DES INFORMATIONS QUI PRESENTENT DES LIENS DE CAUSES A EFFETS DEPENDANT STRICTEMENT DE LA LOCALISATION. MIGRATION DE POPULATION MODIFICATION DE LA ZONE DE CHALANDISE POLITIQUE D ASSORTIMENT DU MAGASIN ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 14 7

8 GEOGRAPHIE ET MARKETING LES LIENS ENTRE GEOGRAPHIE ET MARKETING AJOUTER LA DIMENSION GEOGRAPHIQUE A L ANALYSE PERMET D APPORTER UN TRES HAUT DEGRE DE PRECISION DANS LE CIBLAGE DES CONSOMMATEURS. AU DELA DE L ESPACE GEOGRAPHIQUE IL SERA INTERESSANT D ANALYSER LES DIFFERENTS TYPES D ESPACES QUI SE SUPERPOSENT ET QUI JOUENT UN ROLE CERTAIN DANS L ANALYSE ET LA CONNAISSANCE D UN MARCHE LOCALISE. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 15 GEOGRAPHIE ET MARKETING LES LIENS ENTRE GEOGRAPHIE ET MARKETING CES DIFFERENTS ESPACES SONT IMBRIQUES ET JOUENT CHACUN UN ROLE SIGNIFICATIF DANS LES RAPPORTS A LA CONSOMMATION DES INDIVIDUS QUI Y SONT LOCALISES. LE LIEN ENTRE CES ESPACES EST ASSURE PAR LA CARTOGRAPHIE. ESPACE DEMOGRAPHIQUE ESPACE ECONOMIQUE ESPACE SOCIOLOGIQUE ESPACE GEOGRAPHIQUE COMPORTEMENTS SPECIFIQUES ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 16 8

9 GEOGRAPHIE ET MARKETING LES LIENS ENTRE GEOGRAPHIE ET MARKETING LE MARKETING DOIT OBSERVER, ANALYSER ET PREVOIR. SEULS DES MOYENS DE TRAITEMENT DE L INFORMATION QUI S APPUIENT SUR LA REALITE OBSERVABLE PERMETTENT D ATTEINDRE CET OBJECTIF LES TECHNIQUES DE LA GEOGRAPHIE APPLIQUEES AUX DONNEES SOCIALES, ECONOMIQUES ET D ENQUETES PERMETTENT DE CONSTATER ET DE MESURER DES PHENOMENES FACTUELS ZONES D ATTRACTION, COMPORTEMENTS HUMAIN DANS L ESPACE MARKETING + = GEOMARKETING GEOGRAPHIE ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 17 GEOGRAPHIE ET MARKETING DE LA GEOGRAPHIE AU GEOMARKETING LE TERME GEOMARKETING DESIGNE LA PRISE EN COMPTE PAR LA GEOGRAPHIE MODERNE DES ASPECTS DEMOGRAPHIQUES, ECONOMIQUES ET SOCIAUX DU COMPORTEMENT DES INDIVIDUS AFIN DE PRATIQUER L ANALYSE ECONOMIQUE ET MARKETING EN INTEGRANT LA DIMENSION SPATIALE DES PHENOMENES. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 18 9

10 GEOGRAPHIE ET MARKETING DE LA GEOGRAPHIE AU GEOMARKETING ETUDES MARKETING APPLICATIONS GEOMARKETING MARKETING OPERATIONNEL ETUDES ET ENQUETES DE MARCHES BDD SOCIO ECONOMIQUES ETUDES D IMPLANTATION D UN PV. ETUDES STRATEGIQUE DE DISTRIBUTION ETUDE DE GESTION COMMERCIALE... GESTION DIRECTE DE ZONES DE CHAL. OPTIMISATION DE RESEAUX MESURES DE PERFORMANCES DES COM. MARKETING DIRECT... ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 19 GEOMARKETING : PRINCIPES ET METHODES LA LOGIQUE DE L ANALYSE SPATIALE LE SYSTEME D ANALYSE SPATIALE CAPTER LES INFORMATIONS A LEUR SOURCE SOUS DES FORMES ORIGINELLES VARIABLES LOCALISER CES INFORMATIONS DANS UNE STRUCTURE QUI LES REPRESENTE ET LES TRAITE POUR LES METTRE EN RELATION ETABLIR LES LIENS GEOMETRIQUES ET ALGEBRIQUES ENTRE LES UNITES DE LOCALISATION GRACE UNE MATRICE QUI UTILISE LES PRINCIPES METRIQUES POUR SITUER LES OBJETS DANS UN ESPACE CARTOGRAPHIQUE GENERER DES FONCTIONS MATH. POUR LES TRAITEMENTS STAT. & TOPOLOGIQUES INFORMATION A INFORMATION C INFORMATION B STRUCTURE DE REPRESENTATION ET DE MISE EN RELATION MATRICE FONCTIONS MATHEMATIQUES RESTITUER LES TRAITEMENTS SOUS FORME D IMAGES, DE GRAPHIQUES, DE VALEURS GRAPHIQUES IMAGES VALEURS TEXTES ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 20 10

11 LA REPRESENTATION DES PHENOMENES ECONOMIQUES DANS L ESPACE IL EST SOUVENT DIFFICILE D IDENTIFIER LES NUANCES D UNE SERIE DE DONNEES REPRESENTATIVES D UN PHENOMENE ECONOMIQUE CARACTERISE PAR DE FORTES AMPLITUDES. POUR REPRESENTER L IMPLANTATION DES MENAGES LA DENSITE VARIE DE 0,01 A UNITES AU Km² ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 21 Importance de l espace l pour le distributeur Les décisions spatiales du distributeurs Les décisions d implantation sont lourdes (investissements) et irréversibles (du moins, à court terme) La croissance géographique est souvent la première voie de croissance L implantation constitue un avantage concurrentiel difficilement imitable Les petites différences d implantation peuvent avoir un impact très fort sur la performance du point de vente (trafic, part de marché ) ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 22 11

12 Le géomarketingg Géomarketing et gestion de l enseigne Le choix d un marché et d un site spécifique L analyse de la zone de chalandise L optimisation de l assortiment (géomerchandising) L optimisation de la communication (géomédiaplanning) Mise en œuvre d une démarche géomarketing Les cartes et les données L analyse spatiale et les SIG ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 23 Il existe de nombreuses définitions des SIG, et nous recensons ci-après celles qui nous sont apparues les plus pertinentes. «Les SIG sont des outils informatiques (et non pas une méthode) qui servent à saisir, enregistrer,modifier, analyser et visualiser des données géoréférées (géométriques et attributs).» «Un SIG regroupe les fonctionnalités de collecte, de traitement et de restitution d information géographique.» ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 24 12

13 «[Un SIG est] un système pour collecter, stocker, vérifier, manipuler, analyser et restituer des données spatialement référencées à la surface de la Terre» «Un SIG est d'abord un Système d'information (SI) dont l'objectif est de décrire un territoire de façon à améliorer sa connaissance et à permettre la description et l'analyse des phénomènes naturels ou humains qui s'y produisent.» Un SIG est donc un véritable outil décisionnel, permettant de stocker, d extraire, de traiter et de présenter des données cartographiques et internes à l entreprise. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 25 Cependant des équivoques persistent encore sur la stricte définition des SIG. Elles sont essentiellement dues au fait que le vocable désigne à la fois : le concept de chaîne de traitement de l'information géographique numérique ; les outils informatiques qui permettent de l'instrumenter ; et les applications qui sont construites avec cet outil. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 26 13

14 Structure des SIG Les SIG sont composés de couches multiples, dans la logique des applications «n-tiers» classiques : bases de données spatiales et attributs intégrés un système de gestion des bases de données (SGBD) requêtes géographiques fonctions appliquées (manipulation, analyse) interfaces utilisateurs ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 27 Les données sources pour les SIG Les données cartographiques nécessaires au fonctionnement des SIG peuvent être issues : de cartes papier, difficiles à numériser de bases de données existantes, posant des problèmes de qualité, copyright, de méta-data des techniques de télémétrie, enregistrement continu (monitoring de l aire) des techniques de télédétection, enregistrement périodique (LANDSAT, SPOT) des données GPS et instruments à saisie numérisée (topographie) d Internet, mais la qualité des données est alors à contrôler ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 28 14

15 Les utilisations des SIG Les SIG ont de nombreuses applications, qui historiquement sont apparues à peu près dans l ordre : gestion des conduites hydrauliques, du réseau routier, de l habitat et de l urbanisation,, gestion du «business» (Géomarketing). Loin d être de simples outils d inventaires, les SIG ont pour fonctions d inventorier (le passé) en décrivant l organisation spatiale des phénomènes, de comprendre (le présent) par la modélisation les phénomènes, de prévoir (le futur) par la simulation et l optimisation. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 29 ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 30 15

16 ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 31 III - Géocodage ocodage et grille géomarketingg ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 32 16

17 Le croisement des données nécessite la constitution d un référentiel commun à toutes les sources de données. Comme les données portefeuille et marché peuvent être localisées dans l espace, le référentiel considéré est celui des données cartographiques, à savoir un référentiel spatial. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 33 Les données cartographiques étant déjà ancrées sur ce référentiel, il convient de localiser géographiquement les autres données grâce àun procédé appelé géocodage. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 34 17

18 Une des composantes essentielles d un outil de géomarketing est donc son algorithme de géocodage, sans lequel il ne peut y avoir de croisement entre les différentes entités qu il faut au préalable ancrer sur le référentiel des entités cartographiques. Il fait correspondre à tout objet son emplacement géographique dans le référentiel donné. Le géocodage d un objet par rapport à un référentiel spatial donné est le processus (ou algorithme) qui, à partir de l adresse de l objet exprimée en langage naturel, localise ce dernier dans le référentiel. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 35 Le pré -requis de tout géocodage d une base de données interne à l entreprise est d avoir pour chaque objet à localiser des données permettant de le localiser, notamment des adresses sous forme (Adresse, Code Postal, Ville) dans le cas d un portefeuille client. C est la condition sine qua non de la mise en place d une solution de géomarketing, et elle est souvent hélas - loin d être acquise. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 36 18

19 ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 37 Les différents rents types de géocodageg ocodage Les géocodages topographiques et statistiques Deux types de géocodage peuvent être différenciés de part le référentiel utilisé et les applications qui lui sont associées : le géocodage topographique et le géocodage statistique. Le géocodage topographique utilise un référentiel de type repère géographique, donc espace continu, et l algorithme de géocodage fournit les coordonnées de l objet considéré dans ce repère. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 38 19

20 Pour localiser l objet, l algorithme compare l adresse de l objet avec les données cartographiques dont ils disposent (i.e. les coordonnées des rues, les bornes des numéros d habitation en chaque tronçon de rue, des villes, etc.). Quatre résultats peuvent alors être renvoyés : Adresse trouvée (elle est localisée par interpolation linéaire entre les bornes du bon tronçon de rue). Numéro mo difié (déplacé entre les bornes de la rue) Numéro et parité modifiés (donc le côté de la rue) Géocodage à la rue (le point est situé au milieu de la rue) ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 39 Un géocodage aussi précis est utile aux applications de navigation, mais aussi au géomarketing lorsque l on désire effectuer un géocodage à l adresse, par exemple localiser de manière précise un magasin dans une rue. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 40 20

21 Pour le géocodage statistique, le référentiel est un maillage (ou «discrétisation») de l espace, donc espace discret, et l algorithme de géocodage fournit l élément du maillage dans lequel se trouve l objet considéré. Les maillages devront donc être une partition de l espace, leurs différents éléments ne se recouvrant pas. Les maillages classiques peuvent être : ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 41 Des territoires administratifs : régions, départements, communes, cantons. L algorithme de géocodage associe à l adresse de l objet sa région, son département, etc. Des territoires conceptuels : îlots de personnes semblables, IRIS de 2000 personnes homogènes. L algorithme fournit le numéro unique de l îlot, de l Iris, ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 42 21

22 Géocodage ocodage d une d une base de données es Si les objets à géocoder sont stockés dans une base de données, telle une base clients, alors le géocodage peut être vu comme pré-traitement aux études de corrélations, visant à localiser une fois pour toute ces objets de la base. Le pré-requis est d avoir pour chaque objet à localiser des données permettant de le localiser, notamment des adresses sous forme (Adresse, Code Postal, Ville) dans le cas d un portefeuille client, ce qui, hélas, loin d être le cas. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 43 Pour pré-localiser les objets dans divers référentiels, il suffit d ajouter à chaque table représentant les entités à géocoder, et pour chaque référentiel de localisation considéré, un attribut (ou colonne dans la table représentant l objet) de localisation dans le référentiel. Par exemple, pour agréger rapidement des données client à la fois à l échelle départementale et communale, deux colonnes contenant respectivement le code du département et le numéro de la ville dans lequel demeurent les clients peuvent être ajoutées à la table client.. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 44 22

23 Généralement, les logiciels de géocodage ajoutent à la table géocodée une colonne qui associe à chaque donnée un pointeur vers un objet géométrique ponctuel stocké dans une base conservant tous les objets géométriques ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 45 Enfin, pour véritablement ajouter une dimension géographique au S.I. de l entreprise, il convient de pouvoir géocoder de manière incrémentale la base de données de l entreprise : toute donnée entrante doit pouvoir être localisée «à la volée». ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 46 23

24 ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 47 Packaging des données es marché Regroupés dans des tables selon leur échelle d agrégation, les données du marché proposées par les fournisseurs de données sont géocodées statistiquement à la plupart des échelles classiques, soit : Pays, Régions, Départements, Communes,. Elles contiennent de nombreux indicateurs sociodémographiques du territoire étudié. Enfin, si aucune des données marché sur les individus n est disponible sous forme non agrégée, pour se conformer au principe de liberté informatique, il est cependant possible d acheter des bases d entreprises qui possèdent un gros portefeuille client. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 48 24

25 Les limites du géocodage La complexité de l opération de géocodage Le force et la complexité des algorithmes de géocodage résident dans : Leur capacité à traiter la plupart des syntaxes d adresses communément utilisées, i.e. leur compréhension de la langue naturelle. Ainsi boulevard peut être écrit en toutes lettres ou encore se trouver abrégé en bd, Bd,bvd, Bld, cette dernière abréviation n étant pas toujours utilisée bien qu étant la norme. Leur tolérance vis à vis les erreurs ou incomplétudes de saisie ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 49 Le problème des rejets et des erreurs Un algorithme de géocodage peut avoir des comportements insatisfaisants : Il peut lui arriver de géocoder une adresse au mauvais endroit. Cette erreur, qui n est décelable que par visualisation par un opérateur, est extrêmement dangereuse car biaise toute analyse postérieure. Aussi une vérification statistique par un opérateur sur un sousensemble des données géocodées est-elle nécessaire pour vérifier la fiabilité du géocodage. Parfois il décide qu il ne peut géocoder l adresse par manque d information. Tout algorithme de géocodage renvoie donc, en plus des adresses géocodées, l ensemble des adresses qu il lui a été impossible de localiser : ce sont les rejets. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 50 25

26 ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 51 APPLICATIONS DU GEOMARKETING ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 52 26

27 Le choix d un d marché et d un d site spécifique ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 53 Les décisions d liées à l implantation d un d réseaur Source : D après Lilien G. et Rao A. (1979), Sloan Management Review Les décisions stratégiques Combien de magasins doivent être ouverts dans les x années qui viennent? Dans quels marchés géographiques ces magasins doivent-ils ouvrir? Quand ces magasins doivent-ils ouvrir? Les décisions tactiques Quel est l intérêt de tel site? Quels changements dans l environnement peuvent avoir un impact sur l intérêt de ce site? Quel impact ce point de vente a-t-il sur les autres points de vente de l enseigne? ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 54 27

28 L attractivité d un un marché Source : D après Ghosh A. et McLafferty S.M. (1987), Location strategies Potentiel d expansion fort Indice de saturation faible fort faible ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 55 Le calcul de l indice l indice de saturation IS = C x D / S C : nombre de foyers D : dépenses / foyer (dans la catégorie étudiée) S : surface des points de vente (ou nombre de points de vente) Exemple : comparer les trois marchés, pour un hyper (dépenses fictives) Alençon ( habitants, 3 000, m²) Saint Brieuc ( habitants, 3 500, m²) Reims ( habitants, 3 500, m²) Interprétation Plus l indice est élevé, plus le marché est attractif. L indice doit être comparé à une norme (enseigne, secteur ) ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 56 28

29 Le calcul du potentiel d expansiond Estimer les ventes théoriques Identifier les principales variables qui peuvent expliquer les ventes de la catégorie étudiée Estimer le poids de chacune de ces variables par une analyse de régression multiple Y = f (nombre de foyers, revenu moyen, âge, concurrents ) Si la prévision est correcte (80% par exemple), utiliser cette équation pour estimer les ventes théoriques dans la zone étudiée Soustraire les ventes actuelles (réalisées par les concurrents en place) afin de déduire le potentiel d expansion ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 57 Le potentiel d un d un marché géographique Source : D après Ingene C.A. (1984), Journal of Retailing Les constats précédents Le revenu explique en partie les dépenses, pour un grand nombre de catégories De nombreuses autres variables peuvent expliquer les dépenses pour des catégories spécifiques (exemple : taux d équipement en congélateur) L étude des ventes par habitant 10 univers de produits sur étudiés 250 bassins de chalandise (SMSA) Globalement, les variables socio-démographiques et économiques expliquent peu les dépenses par habitant (entre 10% et 40%) Les variables d action améliorent sensiblement la qualité du modèle (assortiment, qualité de service) ; la densité commerciale sur la zone est peu explicative Au final, on peut expliquer entre 30% (grands magasins) et 70% (magasins populaires) des dépenses ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 58 29

30 Affiner l analyse l analyse de l attractivitl attractivité Prendre en compte des variables plus «qualitatives» Attitude des autorités administratives (mairie, conseil général ) Nature et force des concurrents en place (intra et inter-type) Disponibilité de certains médias (radio locale ) Coûts salariaux, motivation des employés Etc. Appréhender ces facteurs d une façon dynamique : comment vont-ils évoluer dans le futur? Evolutions démographiques Risque pesant sur les revenus des foyers Etc. ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 59 La matrice de choix d un d un marché Attractivité du marché forte faible forte Compétitivité de l enseigne faible S implanter rapidement Étudier ou attendre Étudier ou attendre Ne pas s implanter ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 60 30

31 L évaluation valuation d un d un site L évaluation par la méthode des «check lists» Identifier les dimensions pour évaluer les sites Exemple de grille Donner une note d importance à chaque dimension (de 1 à 10), fonction de la stratégie marketing de l enseigne Noter chaque site sur chacune des dimensions Sélectionner le ou les sites ayant le score le plus élevé Prendre en compte les interactions entre points de vente ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 61 Exemple de grille pour évaluer un site Population : âge, éducation, type de logement, CSP Concurrence : nombre et taille, type, forces et faiblesses Trafic pédestre Trafic automobile : véhicules / heure, type de véhicules, fluidité Stationnement Accès : livraisons, transport en commun Nature du site : notoriété, qualité, taille, forme Environnement : type de magasins, niveau de qualité, complémentarité Conditions d installation : coûts d entretien, impôts ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 62 31

32 L analyse de la zone de chalandise ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 63 Les frontières res de la zone de chalandise (1) La forme hexagonale d après la théorie des places centrales Illustration Le principe de hiérarchie des places centrales La portée d un bien (distance maximal qu un consommateur est prêt à parcourir pour se procurer un bien) Le seuil (demande qui permet au distributeur d atteindre le point mort) La distribution est effective si «portée > seuil» Exemple Si la demande minimale est de personnes, avec une densité de 400 habitants au m², la surface de demande est de 18,75 km². Quel doit être la portée minimale du produit? (d après Jallais, Fady et Orsoni, 1994) ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 64 32

33 La forme hexagonale d aprd après s la théorie orie des Source places : D après Christaller centrales W. (1933) r Espace libre ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 65 Les frontières res de la zone de chalandise (2) La forme polygonale d après la loi de Reilly / Converse Enoncé de la loi de gravitation commerciale (1931) : «deux villes attirent les achats des populations situées entre elles en proportion directe du nombre total d habitants des villes considérées et en proportion inverse du carré de la distance qu il faut parcourir pour s y rendre» Formule : Va / Vb = (Pa / Pb) (Db / Da)² Exemple : 30 km X 50 km Ville A Ville B habitants habitants Méthode du point de séparation (break point) de Converse ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 66 33

34 Méthode La méthode m thode du point de séparation paration (1) Tracer une ligne entre le centre de la ville et les villes qui l entourent Calculer chaque distance Déterminer la population de chaque ville Utiliser la formule de Converse pour calculer le point de séparation (D) sur chaque ligne, en partant de la plus petite ville : point de séparation = D / [1+(P grande / P petite) ½] note : le paramètre ½ dépend d type de produit considéré Reporter les points de séparation sur une carte Connecter les points de séparation entre-eux, tout autour de la ville ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 67 Flint La méthode m thode du point de séparation paration (2) Detroit Ann Arbor Lansing Saginaw Port Huron Populati on Distance Exemple ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD Point Centre A B C D E Séparati on N/A 34

35 Les frontières res de la zone de chalandise La forme concentrique (3) à partir des courbes isochrones Les formes réelles Non homogénéité des densités de population Concentration des logements Zones non bâties Importance des obstacles naturels (rivières, lignes ferroviaires) Impact des concurrents ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 69 La forme concentrique à partir des courbes isochrones Exemple Les «normes dans la profession» Centre commercial régional : 20 à 30 Hypermarché (6000 m²) : 15 à 20 Supermarché (1500 m²) : 8 (1 km) Supérette ( m²) : 500 m D après Jallais et al. (1994) ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 70 35

36 Les frontières res de la zone de chalandise (4) Les méthodes «empiriques» Le recueil de l information sur la provenance des clients Les plaques d immatriculation (départements, pays limitrophe) Les chèques Les bons de livraisons Les promotions (concours, coupons, offres de remboursement ) Les enquêtes en magasin (échantillon de 500 à 1000 personnes, représentatifs du CA en jour / heures, sélectionné en entrée de façon aléatoire (pas de 5 ou 10, par exemple) Le géocodage des adresses Le calcul de proportion pour tracer les zones primaires (70% des clients), secondaires (20%) et limitrophe ; les % sont indicatifs ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 71 Les frontières res de la zone de chalandise (5) - de 500 m1000 m 1500 m m Clients Répartit ion 45% 35% 15% 5% 100% Source : D après Jallais J., Fady A. et Orsoni J. (1994) Une application réelle D après Latour et le Floc h (2001) Zone Primair e Seconda Limitro ire phe ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 72 36

37 Déterminer la zone de chalandise Source : D après Latour P. et le Floc h J. (2001) Objectif : évaluer le nombre de clients potentiels Contexte Centre de Nice Concurrent à 600 mètres, au Nord Rayonnement sur 800 mètres à la ronde Attraction forte dans un rayon de 300 mètres (80%), puis 50% entre 300 et 500 mètres, et 30% au dessus Méthode 1. Déterminer la densité de la population sur la ville de Nice 2. Déterminer le nombre d habitants dans un rayon de 800 mètres autour du magasin (12 122) ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 73 Déterminer la zone de chalandise (suite) Source : D après Latour P. et le Floc h J. (2001) 3. Affecter les coefficients d attraction (80%, 50%, 30%) selon les distances (de 0 à 300 mètres, de 300 à 500 mètres, de 500 à 800 mètres) 4. Déterminer le nombre de prospect pour chaque zone : rouge (1 310), bleue (1 608) et orange (2 180), soit prospects, soit 42 % des foyers dans la zone Note : si les foyers avaient été répartis de façon homogène, les prospects auraient été 53% 5. Les mêmes critères sont appliqués au concurrents 6. Répartir les clients dans la zone d intersection en proportion de la distance à chaque point de vente 7. Appliquer une décote de 50% pour les zones situées au-delà des obsatcles naturels en C et B 8. Le calcul final donne prospects ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 74 37

38 La part de marché du point de vente Méthode de Huff Pour tout consommateur i, l attraction exercée par un point de vente j est directement proportionnelle à la taille de j et inversement proportionnelle à la distance entre i et j. Soit A(ij) = Taille (j) / Distance (ij)² Pour tout consommateur i, la probabilité de choisir le point de vente j est égale à l attraction de j, divisée par la somme des attractions des autres points de vente k Soit Prob(ij) = A(ij) / Σ A(ik) Temps Taille (000) Mag Mag Mag Mag ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 75 La part de marché du point de vente (2) Réalisation des courbes d iso-probabilité Prolongements : le modèle MCI (Multiplicative Competitive Interaction) Utiliser plus d une variable pour mesurer l attraction Exemple : nombre de produits, nombre de caisses Utiliser des variables «subjectives» pour qualifier l attraction Exemple : satisfaction Les méthodes empiriques sur la base d enquête Interroger un échantillon d individus dans chaque zone (primaire ) pour estimer le pourcentage de visite réalisé au point de vente Pondérer par le poids de chaque zone Exemple ALAOUI/EST/ ALAOUI/EST/CSMD 76 38

Objectif : optimiser des décisions et croiser des données en tenant compte de leur caractère géographique

Objectif : optimiser des décisions et croiser des données en tenant compte de leur caractère géographique S853-1 LE GEOMARKETING S85 Informatique appliquée à la gestion de l offre S853 La mise en place de l offre dans l unité commerciale 1 Qu est ce que le géomarketing? Le géomarketing est la prise en compte,

Plus en détail

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise.

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. La zone de chalandise : une zone géographique de captation La zone de chalandise, ou zone d attraction, est le territoire géographique dans

Plus en détail

Le géomarketing - Page 1 sur 7

Le géomarketing - Page 1 sur 7 Le géomarketing - Page 1 sur 7 LES DOSSIERS MADWATCH.net méthodes Le Géomarketing Novembre 2003 Nb de pages : 7 Le géomarketing - Page 2 sur 7 Créé dans les années 80, la plupart des applications du géomarketing

Plus en détail

Esri Business Analyst

Esri Business Analyst Esri Business Analyst La solution Géomarketing Implantation actuelle Proposition n 2 Proposition n 1 Comprendre notre monde Esri Business Analyst Une solution complète pour mener vos études géomarketing

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

4 L attractivité du point de vente

4 L attractivité du point de vente CHAPITRE 41 4 L attractivité du point de vente Objectif : Être capable de mesurer l attractivité d une unité commerciale Spécialiste du prêt-à-porter à bas prix, Kiabi possède 208 magasins dans le monde

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Master ère année Analyse spatiale, analyse géographique, spatialité des sociétés Master

Plus en détail

Déroulement d un projet en DATA MINING, préparation et analyse des données. Walid AYADI

Déroulement d un projet en DATA MINING, préparation et analyse des données. Walid AYADI 1 Déroulement d un projet en DATA MINING, préparation et analyse des données Walid AYADI 2 Les étapes d un projet Choix du sujet - Définition des objectifs Inventaire des données existantes Collecte, nettoyage

Plus en détail

Synopsis : Introduction : - L étude de la zone de chalandise doit tenir compte de la concurrence

Synopsis : Introduction : - L étude de la zone de chalandise doit tenir compte de la concurrence S422-3 L ETUDE DE LA CONCURRENCE LOCALE S422 La relation commerciale et son marché S42 La relation commerciale la concurrence Identifier les caractéristiques de la concurrence locale. Caractériser les

Plus en détail

La Geo-Business Intelligence selon GALIGEO avec 26/10/2005 1

La Geo-Business Intelligence selon GALIGEO avec 26/10/2005 1 La Geo-Business Intelligence selon GALIGEO avec ESRI 2005 session «Décisionnel» 26/10/2005 1 La Business Intelligence : Une Définition La Business intelligence permet l utilisation des données opérationnelles

Plus en détail

Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008

Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008 Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008 Version 1.0 VALENTIN Pauline 2 Introduction à la B.I. avec SQL Server 2008 Sommaire 1 Présentation de la B.I. et SQL Server 2008... 3 1.1 Présentation rapide

Plus en détail

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES GEOSPATIALE CREATION A D UNE L ECHELLE BANQUE NATIONAL DE DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE 1 AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. P O Box 3463

Plus en détail

Organisation SIG. DDE de l Indre et Loire Service Prospective et Habitat

Organisation SIG. DDE de l Indre et Loire Service Prospective et Habitat Organisation SIG DDE de l Indre et Loire Service Prospective et Habitat Cadre de l étude Objectifs Opportunité de la mise en place d un SIG à l échelle du service SPH Analyse des pratiques actuelles Plus-value

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

ADRAL, une filiale du Groupe CARTEGIE

ADRAL, une filiale du Groupe CARTEGIE - page 2 - Emails géosociétés 6 Élus et décideurs des Institutions Françaises 7 Géobodacc - procédures collectives 8 Comités d entreprises 9 Géoprofessionnels 10 Géosociétés 11 Géosociétés créations 13

Plus en détail

Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles

Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles Michael Vandenbossche mvn@softcomputing.com Soft Computing 165 avenue de Bretagne 59000 Lille 1. Présentation 2. Indicateurs statistiques de base

Plus en détail

Université Paris 8. L analyse géomarketing au sein de PGM Territoires

Université Paris 8. L analyse géomarketing au sein de PGM Territoires Université Paris 8 UFR GEOGRAPHIE CUARTERO Nicolas Master 2 de Géomatique, Géomarketing et Multimédia Année 2007-2008 Rapport de stage L analyse géomarketing au sein de PGM Territoires Etude des méthodes

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

Système d Information Géographique (SIG) : quels apports dans les métiers de l assurance?

Système d Information Géographique (SIG) : quels apports dans les métiers de l assurance? Système d Information Géographique (SIG) : quels apports dans les métiers de l assurance? 20 mars 2012 Agenda Présentation Esri A quels enjeux du secteur Assurance un SIG peut-il répondre? Qu est-ce qu

Plus en détail

Que faire des data? 04/06/2015

Que faire des data? 04/06/2015 Que faire des data? 04/06/2015 2 minutes pour le BigData Le Big Data Volume : la dimension du teraoctet est dépassée Variété : données structurées (relationnelle) et non structurées Vélocité : création,

Plus en détail

Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 - .I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude -

Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 - .I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude - Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 -.I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude - 1.1 - La recherche ou phase exploratoire : Définir précisément

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Sommaire Introduction... 3 Définition... 3 Les domaines d application de l informatique décisionnelle... 4 Architecture d un système décisionnel... 5 L outil Oracle

Plus en détail

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING SÉLECTION DES RISQUES PRÉVISION DES DÉFAUTS SUIVI ET CONTRÔLE Pierre-Louis GONZALEZ Différents types de

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Gé Aucame - Outil de suivi des projets de logement des PLH Guide d utilisation

Gé Aucame - Outil de suivi des projets de logement des PLH Guide d utilisation Gé Aucame - Outil de suivi des projets de logement des PLH Guide d utilisation Rédacteurs V1 - Août 2014 Julien RAVENEL / Soazig VANNIER Objectifs de l application Le Programme Local de l Habitat (PLH),

Plus en détail

Gestion de projet d une base de données cartographiques

Gestion de projet d une base de données cartographiques RapportdeStage ServiceClientsAcxiomFrance Gestiondeprojetd unebasededonnées cartographiques PRESENTEETSOUTENUPAR EvelyneBALLOU AnnéeUniversitaire2005-2006 SOUSLADIRECTIONDE ChristopheLeBOUILLE (Maître

Plus en détail

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente.

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente. LES PANELS DE DISTRIBUTEURS. Le fonctionnement et l utilisation des données. Définition Un panel est une étude permanente de recueil d informations (achat, vente, lecture, TV, radio etc.) auprès d un échantillon

Plus en détail

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch)

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch) REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'intérieur et de la mobilité Service de la mensuration officielle 02.2012 Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois

Plus en détail

Dossier de Presse. Edition 2015

Dossier de Presse. Edition 2015 1 Dossier de Presse Edition 2015 2 Sommaire I. Présentation 3 II. L Entrepôt DaaS* du Groupe CARTEGIE 4 III. Expertises 5 IV. Recherche & Développement 6 V. Éthique & Engagements 7 VI. Références Clients

Plus en détail

Présentation du module Base de données spatio-temporelles

Présentation du module Base de données spatio-temporelles Présentation du module Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Partie 1 : Notion de bases de données (12,5h ) Enjeux et principes

Plus en détail

Introduction au datamining

Introduction au datamining Introduction au datamining Patrick Naïm janvier 2005 Définition Définition Historique Mot utilisé au départ par les statisticiens Le mot indiquait une utilisation intensive des données conduisant à des

Plus en détail

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et

Plus en détail

Journée Santé ESRI France 28/01/2010 La valeur ajoutée des SIG Retours d expériences (PMSI et géomarketing)

Journée Santé ESRI France 28/01/2010 La valeur ajoutée des SIG Retours d expériences (PMSI et géomarketing) Jean-François Mary, Études géographiques Journée Santé - ESRI France - 28/01/10 La valeur ajoutée des SIG dans la santé : Retours d expériences de consultant et de formations (PMSI, Géomarketing) La valeur

Plus en détail

L analyse de la gestion de la clientèle

L analyse de la gestion de la clientèle chapitre 1 - La connaissance du client * Techniques utilisées : observation, recherche documentaire, études de cas, études qualitatives (entretiens de groupes ou individuels, tests projectifs, analyses

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels E1 RECRUTEMENT DES ASSISTANTS INGENIEURS DE RECHERCHE ET DE FORMATION...2 E1.1 Gestionnaire de base de données...2 E1.2 Développeur

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire 1 Producteurs 2 Dénomination du produit 3 Protection militaire 4 Abréviations 5 Description générale 1. Définition

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

Formation PME Etude de marché

Formation PME Etude de marché Formation PME Etude de marché Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les business-tools, aller sous www.banquecoop.ch/business L étude de marché ou étude marketing

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Le géomarketing 4

SOMMAIRE. I. Le géomarketing 4 SOMMAIRE I. Le géomarketing 4 A. définition 4 B. la finalité du géomarketing 5 C. Les outils du Géomarketing : le systeme d information géographique et le géotypage 7 1. Le sig (système d information géographique)

Plus en détail

1 Introduction et installation

1 Introduction et installation TP d introduction aux bases de données 1 TP d introduction aux bases de données Le but de ce TP est d apprendre à manipuler des bases de données. Dans le cadre du programme d informatique pour tous, on

Plus en détail

Prestations de conseil en SRM (Storage Ressource Management)

Prestations de conseil en SRM (Storage Ressource Management) Prestations de conseil en SRM (Storage Ressource Management) Sommaire 1 BUTS DE LA PRESTATION 2 PRESENTATION DE LA PRESTATION 3 3 3 ETAPE 1 : ELEMENTS TECHNIQUES SUR LESQUELS S APPUIE LA PRESTATION DE

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

Les théories de l économie spatiale

Les théories de l économie spatiale Fiche méthodologie #2 Les théories de l économie spatiale Cette rubrique présente des notes et documents publiés par Philippe Latour, enseignant au Master Géomarketing et stratégies territoriales des entreprises

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Esri LOCATION ANALYTICS

Esri LOCATION ANALYTICS Esri LOCATION ANALYTICS Le «où» qui fait la différence De meilleurs résultats avec Esri Location Analytics. Comment canaliser les flux de données et comment en tirer la valeur ajoutée la plus élevée? À

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Informations générales

Informations générales Informations générales Principes fondamentaux de l information géographique 1 Les points de référence 1.1 - Definition de l information géographique Toute information (de nature phenomenology comme de

Plus en détail

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée Les Français et le chauffage Résultats de l étude menée par IPSOS pour Via sèva Méthodologie et échantillon METHODOLOGIE : Cette étude a été réalisée en adhoc online, auprès d un échantillon issu de l

Plus en détail

«COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?»

«COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?» «COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?» Sommaire 1. Introduction : les clients, les Médias et la Publicité 2. Construire une Stratégie de Communication

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE

S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE S422 La relation commerciale et son marché S42 La relation commerciale la clientèle de l unité commerciale Définir la notion de zone

Plus en détail

Title Text. Outil intégré de collecte, d'analyse et de visualisation de données de mobilité

Title Text. Outil intégré de collecte, d'analyse et de visualisation de données de mobilité Title Text Outil intégré de collecte, d'analyse et de visualisation de données de mobilité Contenu de la présentation Schéma général et avancement Suivi et administration Validation des entrevues Enrichissement

Plus en détail

MODULE 3 Analyses thématiques

MODULE 3 Analyses thématiques MODULE 3 Analyses thématiques Ce module a pour objectif d approfondir les différents modes de représentation cartographique des données attributaires à l'aide de la gestion des styles. - la nouvelle symbologie

Plus en détail

CLEAR CHANNEL MONITOR. L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes

CLEAR CHANNEL MONITOR. L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes CLEAR CHANNEL MONITOR ou L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes Mieux comprendre le média, réussir vos campagnes! Fort de partenaires référents dans

Plus en détail

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Christine TURCK 1 * et **, Christiane WEBER**, Dominique THOME*

Plus en détail

données en connaissance et en actions?

données en connaissance et en actions? 1 Partie 2 : Présentation de la plateforme SPSS Modeler : Comment transformer vos données en connaissance et en actions? SPSS Modeler : l atelier de data mining Large gamme de techniques d analyse (algorithmes)

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

ils entretiennent entre eux des flux, ils partagent des perceptions sur l environnement

ils entretiennent entre eux des flux, ils partagent des perceptions sur l environnement Les modèles de Flux Introduction L analyse systémique fournie une modélisation de l organisation échangeant et transformant des flux Cette modélisation du S.I. reste trop générale Il faut découper l organisation

Plus en détail

Mercredi 24 Juin 2015

Mercredi 24 Juin 2015 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Session 2015 MATHÉMATIQUES Série ES ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 5 MATHÉMATIQUES Série L ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ Durée de l épreuve : 3 heures

Plus en détail

Licence Professionnelle en Statistique et Informatique Décisionnelle (S.I.D.)

Licence Professionnelle en Statistique et Informatique Décisionnelle (S.I.D.) Université de Lille 2 - Droit et Santé Ecole Supérieure des Affaires & Institut Universitaire de Technologie (IUT-C) Département Statistique et Traitement Informatique des Données Licence Professionnelle

Plus en détail

Location Analytics. Astrid GLADYS Thierry BABELAERE Pierre TEYSSENDIER. SIG 2013 Conférence Francophone 2 & 3 Octobre Versailles Atelier Technique

Location Analytics. Astrid GLADYS Thierry BABELAERE Pierre TEYSSENDIER. SIG 2013 Conférence Francophone 2 & 3 Octobre Versailles Atelier Technique SIG 2013 Conférence Francophone 2 & 3 Octobre Versailles Atelier Technique Astrid GLADYS Thierry BABELAERE Pierre TEYSSENDIER Plan de session La solution Focus Esri Maps for Cognos Focus Esri Maps for

Plus en détail

COMMENT CONSACRER PLUS DE TEMPS À SES CLIENTS?

COMMENT CONSACRER PLUS DE TEMPS À SES CLIENTS? COMMENT CONSACRER PLUS DE TEMPS À SES CLIENTS? Le temps est une ressource rare. Vous pouvez visualiser et analyser vos données sur des fonds de carte avec PTV Map&Market. Ceci permet de planifier automatiquement

Plus en détail

ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT. Note Méthodologique

ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT. Note Méthodologique ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT Note Méthodologique 1 Introduction En mars 2010, l Insee a réalisé une enquête de comparaison des niveaux

Plus en détail

Nouveau dispositif de rémunération des diffuseurs

Nouveau dispositif de rémunération des diffuseurs Nouveau dispositif de rémunération des diffuseurs Depuis le 1 er janvier 2015, la rémunération des diffuseurs en métropole sur les produits presse a évolué suite aux décisions 2014-03 et 2014-07 du Conseil

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Utilisation du SIG dans une entreprise industrielle pour l analyse et la prise de décision

Utilisation du SIG dans une entreprise industrielle pour l analyse et la prise de décision 309 Schedae, 2007 Prépublication n 47 Fascicule n 2 Utilisation du SIG dans une entreprise industrielle pour l analyse et la prise de décision Mohamed Najeh Lakhoua UR : Système, Énergétique, Productique

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Jean-Matthieu Monnet UR Écosystèmes Montagnards, Irstea Grenoble Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea

Plus en détail

Inventaire permanent de la flore de Lorraine

Inventaire permanent de la flore de Lorraine En collaboration avec : Faculté des sciences et technologies Campus des Aiguillettes BP 70239 54 506 Vandœuvre-lès-Nancy Tél : 03 83 68 41 77 Mail : contact@polelorrain-cbnne.fr 100 rue du jardin botanique

Plus en détail

Les clients puissance cube

Les clients puissance cube LETTRE CONVERGENCE Les clients puissance cube L intelligence artificielle au service du marketing des services N 28 To get there. Together. A PROPOS DE BEARINGPOINT BearingPoint est un cabinet de conseil

Plus en détail

Cahiers métho dologiques

Cahiers métho dologiques le gouvernement du grand-duché de luxembourg Inspection générale de la Sécurité sociale Cahiers métho dologiques Août 2013 Numéro 2 Christine Weisgerber MICROSIMULATION DES BÉNÉFICIAIRES ET PRESTATIONS

Plus en détail

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Modélisation et simulation du trafic Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Plan de la présentation! Introduction : modèles et simulations définition

Plus en détail

Agenda de la présentation

Agenda de la présentation Le Data Mining Techniques pour exploiter l information Dan Noël 1 Agenda de la présentation Concept de Data Mining ou qu est-ce que le Data Mining Déroulement d un projet de Data Mining Place du Data Mining

Plus en détail

Localiser S orienter «Le local»

Localiser S orienter «Le local» «Le local» 5-11 Niveau 1 Entraînement 1 Objectifs - Etre capable de repérer en fonction des points cardinaux. - Etre capable de se repérer en fonction des points cardinaux. Applications En classe : orienter

Plus en détail

Logiciel Concerto Outil de connaissance de l accidentologie

Logiciel Concerto Outil de connaissance de l accidentologie Logiciel Concerto Outil de connaissance de l accidentologie Un outil de la connaissance de l accidentologie Concerto est un applicatif SIG dédié à la connaissance de l accidentologie : Il est conçu pour

Plus en détail

SOMMAIRE OPÉRATIONS COURANTES OPÉRATIONS D INVENTAIRE

SOMMAIRE OPÉRATIONS COURANTES OPÉRATIONS D INVENTAIRE SOMMAIRE OPÉRATIONS COURANTES OPÉRATIONS D INVENTAIRE 1 Factures de doit p. 9 Processus 1 2 Réductions sur factures de doit p. 11 Processus 1 3 Frais accessoires sur factures p. 13 Processus 1 4 Comptabilisation

Plus en détail

Chapitre 3 : Le budget des ventes. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 3

Chapitre 3 : Le budget des ventes. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 3 Chapitre 3 : Le budget des ventes Introduction 2 Rappel des différents budgets opérationnels - budget des ventes (chapitre 3) - budget de production (chapitre 4) - budget des approvisionnements et des

Plus en détail

ESTIMATION DE LA POPULATION EN ZONE INONDABLE PAR LA METHODE DITE «INSEE»

ESTIMATION DE LA POPULATION EN ZONE INONDABLE PAR LA METHODE DITE «INSEE» ESTIMATION DE LA POPULATION EN ZONE INONDABLE PAR LA METHODE DITE «INSEE» GUIDE PRATIQUE -1 - Estimation de la population en zone inondable par exploitation du recensement de la population Guide pratique

Plus en détail

Principes d AdWords. Quelques mots de présentation. Une audience large : les réseaux de ciblage. Réseau de recherche

Principes d AdWords. Quelques mots de présentation. Une audience large : les réseaux de ciblage. Réseau de recherche 3 Principes d AdWords Les deux premiers chapitres de ce livre, plutôt généraux, ont présenté l univers d Internet et de la publicité en ligne. Vous devriez maintenant être convaincu de l intérêt d une

Plus en détail

Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD. Modèle de dynamique urbaine désagrégé

Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD. Modèle de dynamique urbaine désagrégé Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD Identité du modèle : Nature Voyageurs / Marchandises Sur quoi porte le modèle d'urbanisme? Modes de transports Modèle agrégé/désagrégé? Modèle d'occupation

Plus en détail

Mémo technique MODELES GENERIQUES DE SCORE DE CREDIT ou Le scoring de crédit «prêt à l emploi»

Mémo technique MODELES GENERIQUES DE SCORE DE CREDIT ou Le scoring de crédit «prêt à l emploi» Mémo technique MODELES GENERIQUES DE SCORE DE CREDIT ou Le scoring de crédit «prêt à l emploi» 46, rue de la Tour 75116 Paris tél. (33) 01 73 00 55 00 fax (33) 01 73 00 55 01 www.softcomputing.com Sommaire

Plus en détail

Les données urbaines

Les données urbaines Les données urbaines Pour les études de faisabilité, le STIF a chargé l Institut d Aménagement et d Urbanisme d Ile-de- France (IAU IdF), d analyser et d'estimer les évolutions urbaines possibles du territoire

Plus en détail

Observatoires du Bruit. Import des données du Classement sonore : Utilisation de l'outil VSMAP

Observatoires du Bruit. Import des données du Classement sonore : Utilisation de l'outil VSMAP Observatoires du Bruit Import des données du Classement sonore : Utilisation de l'outil VSMAP SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 1. INTÉRÊT DE L'UTILISATION DE L'OUTIL VSMAP POUR LA MISE EN FORME DES DONNÉES DE CLASSEMENT

Plus en détail

SUJET N l CORRIGE. Mai 120 30 250 280 160 220. Mai 120 ) 170-170 50 110

SUJET N l CORRIGE. Mai 120 30 250 280 160 220. Mai 120 ) 170-170 50 110 SUJET N l CORRIGE Question 1 : Le candidat doit pouvoir présenter les deux types de coût et leurs origines. STOCK => 2 types de COUTS COUT DE PASSATION est déterminé par l'analyse des charges liées : o

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Révision du Plan directeur communal 2020 2030 de la Ville de Lausanne : Position de PRO VELO Région Lausanne

Révision du Plan directeur communal 2020 2030 de la Ville de Lausanne : Position de PRO VELO Région Lausanne Révision du Plan directeur communal 2020 2030 de la Ville de Lausanne : Position de PRO VELO Région Lausanne I. Introduction PRO VELO Région Lausanne, en tant qu association forte de plus de 1 200 membres

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Présentation des projets de plans directeurs sectoriels

Présentation des projets de plans directeurs sectoriels Présentation des projets de plans directeurs sectoriels 20.05.2014 Le plan sectoriel transports (PST) Sommaire Considérations générales Le PST, ses éléments réglementaires et mise en conformité des PAG

Plus en détail