Éducation Thérapeutique en Cancérologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Éducation Thérapeutique en Cancérologie"

Transcription

1 Éducation Thérapeutique en Cancérologie

2 I. ETP /Généralités 1 ) Définition 2 ) Législation 3 ) Différentes étapes en Education Thérapeutique 4 ) Modèle D Ivernois/Gagnayre 5 ) Spécificités de l ETP en cancérologie II. Situation clinique, ETP en cancérologie, dans le cancer du sein pris en charge dans le cadre du MIS.

3 I. ETP /Généralités 1 ) Définition L ETP, d'après l OMS, «vise à aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique et participe à l amélioration de la santé du patient ainsi qu'à l amélioration de sa qualité de vie et de celle de ses proches»

4 -La prévention primaire a pour but d éviter les causes et/ou la maladie (éducation à la santé ;vaccination; information) -La prévention secondaire vise à détecter la maladie ( dépistage) -La prévention tertiaire a pour objectif de limiter la gravité des conséquences d une pathologie (ETP)

5 2 ) Législation: - Article 84 de la Loi HPST de 2009 concernant l'éducation thérapeutique du patient, codifié sous l article L du code de la santé publique. Première fois que l ETP est inscrite dans la loi - Décret n du 2 août 2010 relatif aux compétences requises pour dispenser l éducation thérapeutique du patient. - Décret n du 2 août 2010 relatif aux conditions d autorisation des programmes d éducation thérapeutique du patient. - Décret n du 31 mai 2013 relatif aux compétences requises pour dispenser ou coordonner l'éducation thérapeutique du patient. - Arrêté du 2 août 2010 relatif aux compétences requises pour dispenser l éducation thérapeutique du patient. - Arrêté du 31 mai 2013 modifiant l'arrêté du 2 août 2010 relatif aux compétences requises pour dispenser l'éducation thérapeutique du patient. - Arrêté du 14 janvier 2015 relatif au cahier des charges des programmes d'éducation thérapeutique du patient et à la composition du dossier de demande de leur autorisation et de leur renouvellement et modifiant l'arrêté du 2 août 2010 modifié relatif aux compétences requises pour dispenser ou coordonner l'éducation thérapeutique du patient. Tout participant à un programme d Education Thérapeutique du Patient doit avoir la formation des 40 heures minimum.

6 3 ) Différentes étapes en Education Thérapeutique ( Séances Individuelles) Identification d un problème éducatif au cours d une consultation médicale - Réalisation des séances en ETP - Bilan éducatif final (évaluation) transmis au médecin: nouveaux acquis du patient/suivi éducatif si besoin Choix d un modèle d éducation thérapeutique Détermination des compétences/objectifs éducationnels personnalisés en accord avec le patient (PPS) - Réalisation du Bilan Educatif Partagé Initial -Pose du diagnostic éducationnel en lien avec le DI

7 4 ) Modèle d éducation thérapeutique d Ivernois/ Gagnayre Dimension somatique: rapport au corps et à la maladie «qu a-t-il» Dimension socioprofessionnelle: rapport au social et au collectif «que fait-il» Dimension cognitive: rapport au traitement, au parcours de soin «que sait-il» Dimension psychoaffective: rapport aux affectes et aux émotions «qui est-il, comment vit-il cette situation» Dimension motivationnelle: rapport au futur «quel est son projet»

8 Compétences à acquérir par le patient 1. Faire connaître ses besoins, déterminer des buts en collaboration avec les soignants, informer son entourage 2. Comprendre, s expliquer 3. Repérer, analyser, mesurer 4. Faire face, décider 5. Résoudre un problème de thérapeutique quotidienne, de gestion de sa vie et de sa maladie, résoudre un problème de prévention 6. Pratiquer, faire 7. Adapter, réajuster 8. Utiliser les ressources du système de soins. Faire valoir ses droits

9 5 ) Spécificités de l ETP en cancérologie Dimension somatique : effets secondaires des traitements, observance si chimio per os Dimension socioprofessionnelle: perte de l emploi, baisse des revenus, soutien des proches et personne ressource, identifier les personnes qui vivent seules Dimension cognitive: évaluer les croyances en santé du patient, représentations des traitements et de la maladie Dimension psychoaffective: estime de soi, image corporelle (amputation, perte des cheveux, stomie ), problématiques de deuil Dimension motivationnelle: projets de vie

10 Valeur ajoutée de ce type de prise en charge Le Patient : Amélioration du vécu de la maladie et des traitements, Acquisition de compétences gestuelles et cognitives Valorisation de son estime de soi en lien avec ses compétences Le Médecin : Meilleure connaissance des difficultés de son patient=adaptation de la prise en charge L infirmière: Valorisation des compétences infirmières relevant du rôle propre.

11 Tu ne peux pas tout enseigner à un homme, tu peux seulement l aider à le trouver en lui. Galilée

12 II. Situation clinique, ETP en cancérologie, dans le cancer du sein pris en charge dans le cadre du MIS.

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Dr Caroline BUREAU LENOIR Polyclinique Bordeaux Nord Aquitaine HISTORIQUE (1)

Plus en détail

projet institutionnel : développer un outil d évaluation commun pour les intervenants diplômés des CMS lausannois

projet institutionnel : développer un outil d évaluation commun pour les intervenants diplômés des CMS lausannois projet institutionnel : développer un outil d évaluation commun pour les intervenants diplômés des CMS lausannois 26 août 2015 1 Quand l éducation thérapeutique devient une philosophie de prise en soins.

Plus en détail

L ETP EN CANCEROLOGIE

L ETP EN CANCEROLOGIE Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - L ETP EN CANCEROLOGIE Isabelle VAN PRAAGH-DOREAU Régine CHEVRIER Sommaire Définition et cadre ETP ETP aplasies

Plus en détail

L infirmier consultant douleur: quel référentiel proposé par la SFETD? Alexandra DANGUIRAL Infirmière Ressource Douleur

L infirmier consultant douleur: quel référentiel proposé par la SFETD? Alexandra DANGUIRAL Infirmière Ressource Douleur 6 ème Journée des actualités de la douleur L infirmier consultant douleur: quel référentiel proposé par la SFETD? Alexandra DANGUIRAL Infirmière Ressource Douleur «Je déclare ne pas avoir de conflit direct

Plus en détail

Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils

Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils Anne-Françoise Pauchet-Traversat Quatrièmes journées du Réseau PIC - Lille - 21 septembre 2012 Auto-évaluation

Plus en détail

Programme d éducation thérapeutique du patient Grille d aide à l évaluation de la demande d autorisation par l ARS

Programme d éducation thérapeutique du patient Grille d aide à l évaluation de la demande d autorisation par l ARS Programme d éducation thérapeutique du patient Grille d aide à l évaluation de la demande d autorisation par l ARS «L éducation thérapeutique s inscrit dans le parcours de soins du patient. Elle a pour

Plus en détail

Présentation des traitements de fond auto-injectables. Mme Nathalie MAGRO, Infirmière RRASEP M.Joël BOULAI, Infirmier en Neurologie

Présentation des traitements de fond auto-injectables. Mme Nathalie MAGRO, Infirmière RRASEP M.Joël BOULAI, Infirmier en Neurologie Présentation des traitements de fond auto-injectables Mme Nathalie MAGRO, Infirmière RRASEP M.Joël BOULAI, Infirmier en Neurologie Quelques chiffres - 1/4 de la population française (soit 15 millions de

Plus en détail

Le Patient expert, sa place dans les programmes d ETP. L ETP Le Patient expert

Le Patient expert, sa place dans les programmes d ETP. L ETP Le Patient expert Le Patient expert, sa place dans les programmes d ETP L ETP Le Patient expert ETP? «L ETP s inscrit dans le parcours de soins du patient. Elle a pour objectif de rendre le patient plus autonome en facilitant

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT. L auto-évaluation annuelle en 10 questions-réponses

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT. L auto-évaluation annuelle en 10 questions-réponses ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT L auto-évaluation annuelle en 10 questions-réponses Mars 2012 1. Qu est-ce que l auto-évaluation annuelle d un programme? L auto-évaluation annuelle est une démarche

Plus en détail

L Education Thérapeutique du Patient-ETP : une opportunité pour le kinésithérapeute-physiothérapeute, en 2014

L Education Thérapeutique du Patient-ETP : une opportunité pour le kinésithérapeute-physiothérapeute, en 2014 L Education Thérapeutique du Patient-ETP : une opportunité pour le kinésithérapeute-physiothérapeute, en 2014 L éducation thérapeutique-etp n est pas une nouveauté, loin de là! Les kinésithérapeutes ont

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION «EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT» Niveau 1 (40h) PREVART FORMATION. Commanditaire : Organisme Formateur : PREVART FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION «EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT» Niveau 1 (40h) PREVART FORMATION. Commanditaire : Organisme Formateur : PREVART FORMATION PROGRAMME DE FORMATION «EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT» Niveau 1 (40h) Commanditaire : Organisme Formateur : PREVART FORMATION Formateur : Dr Guillaume DERVAUX PREVART FORMATION CONTEXTE Le rapport

Plus en détail

Recrutement d un Coordinateur en ETP

Recrutement d un Coordinateur en ETP ! 2012 : Souhait de développer une culture éducative commune à tous les professionnels de la santé afin de permettre à tout patient du territoire un accès au soin éducatif " «L Educ attitude» au quotidien

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT. Législation VAE AS PN

LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT. Législation VAE AS PN LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT NOTION D EQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE L équipe: ensemble de personnes travaillant en vue d un objectif commun, ici il s agit de la meilleure prise en charge possible du

Plus en détail

SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE

SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE A. SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE 09/06/09 Mme Roustan Sté publique I. Définition de la santé II. Concepts et définitions A. Santé : une évolution dans les définitions 1. Une définition négative

Plus en détail

L éducation du patient diabétique au CHRSO. Paulette LION Marie-Hélène OLIVE

L éducation du patient diabétique au CHRSO. Paulette LION Marie-Hélène OLIVE L éducation du patient diabétique au CHRSO Paulette LION Marie-Hélène OLIVE En hospitalisation L infirmière d éducation intervient: Dans le service de médecine interne et d HPDD Dans le service de gynéco-obstétrique

Plus en détail

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du patient en Cancérologie Nicole Gérentes, Cécile Migala, Patrice Moreau, Véronique Tarit IDE pivots de l Institut de Cancérologie Lucien Neuwirth

Plus en détail

ACTIVITES DE L AIDE SOIGNANTE A DOMICILE

ACTIVITES DE L AIDE SOIGNANTE A DOMICILE RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile ACTIVITES DE L AIDE SOIGNANTE A DOMICILE ACTIVITE de RELATION : a) Vis à vis de la personne aidée et son entourage

Plus en détail

5EME UNIVERSITE D ÉTÉ DE MEDECINE EN MILIEU PENITENTIAIRE

5EME UNIVERSITE D ÉTÉ DE MEDECINE EN MILIEU PENITENTIAIRE 5EME UNIVERSITE D ÉTÉ DE MEDECINE EN MILIEU PENITENTIAIRE Et après la prison quelles conditions pour réussir un traitement? Hugues WENGER IDE Coordinateur Equipe mobile hépatites 26/27 juin 2014 LES FACTEURS

Plus en détail

Catalogue. Formation

Catalogue. Formation Catalogue de Formation Pôle régional de compétences en éducation et Promotion de la Santé En Limousin Notre mission Soutenir les acteurs de terrain dans la mise en oeuvre de projets et de programmes en

Plus en détail

Programme de Formation Professionnelle certifiante (40heures) en Education Thérapeutique

Programme de Formation Professionnelle certifiante (40heures) en Education Thérapeutique Programme de Formation Professionnelle certifiante (40heures) en Education Thérapeutique Ce programme s appuie sur le référentiel de compétences du 31 Mai 2013 modifiant l arrêté du 2 août 2010 relatif

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

Promouvoir l éducation thérapeutique en soins oncologiques de support pour les patients à domicile

Promouvoir l éducation thérapeutique en soins oncologiques de support pour les patients à domicile Appel à projets 2015 Promouvoir l éducation thérapeutique en soins oncologiques de support pour les patients à domicile 7.6 Assurer une orientation adéquate vers les soins de support pour tous les malades

Plus en détail

L UFSBD EN QUELQUES MOTS

L UFSBD EN QUELQUES MOTS L EN QUELQUES MOTS FRANÇAISE SANTÉ L FRANÇAISE SANTÉ, CENTRE COLLABORATEUR OMS L est l organisme de la profession dentaire pour la prévention et la promotion de la santé bucco-dentaire. Créée et pilotée

Plus en détail

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Dr Audinet cardiologue, Dr Quélennec pharmacien Centre Hospitalier

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE SECTION AIDE-SOIGNANT 1

Plus en détail

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE Tranier Alexandrine Réunion d information infirmières et aides soignants 12 septembre 2016 Sommaire Rationnel de l étude Méthodologie

Plus en détail

CONSULTATION OU ENTRETIEN? Apport infirmier dans le suivi de santé des salariés Véronique BACLE Dolorès MARTINEZ-BUTHAUD Dr Karinne LEGRAND-CATTAN

CONSULTATION OU ENTRETIEN? Apport infirmier dans le suivi de santé des salariés Véronique BACLE Dolorès MARTINEZ-BUTHAUD Dr Karinne LEGRAND-CATTAN CONSULTATION OU ENTRETIEN? Apport infirmier dans le suivi de santé des salariés Véronique BACLE Dolorès MARTINEZ-BUTHAUD Dr Karinne LEGRAND-CATTAN QUELQUES DEFINITIONS Définition de la profession par l

Plus en détail

Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient

Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient Guide pour les coordonnateurs et les équipes Mars 2012 Ce guide est téléchargeable gratuitement

Plus en détail

Education Thérapeutique du Patient. Expériences en Psychiatrie

Education Thérapeutique du Patient. Expériences en Psychiatrie Education Thérapeutique du Patient Expériences en Psychiatrie Edgar TISSOT EPSM Novillars - Besançon Introduction Tour de table Présentation expérience des participants en ETP PHOTOLANGAGE : Groupes de

Plus en détail

DISPOSITIF DE SORTIE

DISPOSITIF DE SORTIE DISPOSITIF DE SORTIE ou PPAC Mise en place d un Plan Personnalisé de l Après Cancer J-F CAILHOL Infirmier Coordinateur 1.Le Projet et l organisation à l IPC Consultation Médecin IPC Critères d inclusion

Plus en détail

A propos des questions posées en atelier

A propos des questions posées en atelier Diabète éducation de langue française L éducation thérapeutique : pourquoi, avec qui, comment? Rennes, 9 juin 2010 A propos des questions posées en atelier Dr Brigitte Sandrin-Berthon 1- Education thérapeutique

Plus en détail

LE METIER INFIRMIER. Loi du 31 mai 1978

LE METIER INFIRMIER. Loi du 31 mai 1978 Loi du 31 mai 1978 «Est considérée comme exerçant la profession d infirmier ou d infirmière toute personne qui, en fonction des diplômes qui l y habilitent, donne habituellement des soins infirmiers sur

Plus en détail

CŒUR ET TRAVAIL PRISE EN CHARGE DU PATIENT INSUFFISANT CARDIAQUE (PARAMEDICAUX) Méthodologie du programme de DPC

CŒUR ET TRAVAIL PRISE EN CHARGE DU PATIENT INSUFFISANT CARDIAQUE (PARAMEDICAUX) Méthodologie du programme de DPC Méthodologie du programme de DPC L objectif de ce programme de formation sur l insuffisance cardiaque est de permettre aux personnels paramédicaux travaillant dans les services de cardiologie ou de réadaptation

Plus en détail

Intégration de l éducation thérapeutique dans la prise en charge Claire Marchand

Intégration de l éducation thérapeutique dans la prise en charge Claire Marchand Intégration de l éducation thérapeutique dans la prise en charge Claire Marchand Maître de Conférence en Sciences de l Education Directrice de Format Santé France Prise en charge des PvVIH Soigner le patient

Plus en détail

Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer

Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer CJP / Dr DURANDO, Dr BAHADOOR,

Plus en détail

SPORT OBESITÉ ET SURPOIDS La prévention des risques liés au surpoids et à l obésité Module professionnels de santé

SPORT OBESITÉ ET SURPOIDS La prévention des risques liés au surpoids et à l obésité Module professionnels de santé Conseil & Formation Management-Communication-Santé SPORT OBESITÉ ET SURPOIDS La prévention des risques liés au surpoids et à l obésité Module professionnels de santé Form à IV Compétences Conseil & Formation

Plus en détail

Le master en sciences cliniques infirmières. J CAILLEUX-KREITMANN Responsable pédagogique MASTER PCS- AMU

Le master en sciences cliniques infirmières. J CAILLEUX-KREITMANN Responsable pédagogique MASTER PCS- AMU Le master en sciences cliniques infirmières J CAILLEUX-KREITMANN Responsable pédagogique MASTER PCS- AMU Création Co-habilitation Aix-Marseille Université et EHESP 2009: première «rentrée» en M1 des étudiants

Plus en détail

DEMARCHE DE SOINS ET BAC PROFESSIONNEL Accompagnement Soins et Services à la Personne

DEMARCHE DE SOINS ET BAC PROFESSIONNEL Accompagnement Soins et Services à la Personne DEMARCHE DE SOINS ET BAC PROFESSIONNEL Accompagnement Soins et Services à la Personne Brigitte MICHEL, PLP STMS et cadre de santé, LP Beau de Rochas DIGNE - Académie d'aix-marseille - Avril 2012 PLAN Démarche

Plus en détail

Concept en Santé Publique et Médecine préventive. IFMT-Philaysak-SantéPubl

Concept en Santé Publique et Médecine préventive. IFMT-Philaysak-SantéPubl Concept en Santé Publique et Médecine préventive. IFMT-Philaysak-SantéPubl.2006 1 Éléments essentiels en santé publique. 1. Responsabilité collective. 2. Rôle primordial de l état : protection et promotion

Plus en détail

GENERALITES SUR L EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT

GENERALITES SUR L EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT GENERALITES SUR L EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT Dr Claire Pollet,, Pharmacien EPSM Armentières res Définition L ETP : définition OMS 1998 HAS 2007: l ETP doit permettre aux patients d acquérir et

Plus en détail

Atelier ETP. Journée romande d oncologie 4 Septembre Véronique Urbaniak Spécialiste Clinique Neuchatel

Atelier ETP. Journée romande d oncologie 4 Septembre Véronique Urbaniak Spécialiste Clinique Neuchatel Atelier ETP Journée romande d oncologie 4 Septembre 2015 Définition par l OMS 1998 «L éducation thérapeutique du patient doit permettre aux patients d acquérir et de conserver les compétences les aidant

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1)

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1) 1. DEFINITION DE LA FONCTION Au service du Projet de Vie Institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel, droit

Plus en détail

Soins palliatifs Pédiatriques au Luxembourg

Soins palliatifs Pédiatriques au Luxembourg Soins palliatifs Pédiatriques au Luxembourg Comment assurer une prise en charge globale pour les enfants gravement malades de notre pays Dr Isabelle Kieffer, pédiatre, Kannerklinik CHL COLLOQUE NATIONAL

Plus en détail

II. LA DEMARCHE EDUCATIVE, BASE DE L EDUCATION THERAPEUTIQUE

II. LA DEMARCHE EDUCATIVE, BASE DE L EDUCATION THERAPEUTIQUE CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-ESPRIT Route de Petit-Bourg 97270 SAINT-ESPRIT Tél 0596 77 31 11 - Fax n 56 55 59 Mail : guylene.partel@ch-saint-esprit.fr EDUCATION A LA SANTE ET THERAPEUTIQUE INTRODUCTION

Plus en détail

Le petit livret du soignant Tome 1 : Projet de vie personnalisé

Le petit livret du soignant Tome 1 : Projet de vie personnalisé PR-PVI-FT-04 Le petit livret du soignant Tome 1 : Projet de vie personnalisé Projet Echanges PVI Démarche du projet de vie personnalisé Le résident doit être informé de la démarche du projet de vie et

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement

Informations de l'unité d'enseignement Année Académique 2016-2017 (Version définitive du : 13 Septembre 2016 ) Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Parnasse-ISEI Spécialisation en oncologie Cancers digestifs O4200 Cycle

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES TRONC COMMUN POUR L EMPLOI DE LA CLASSIFICATION NATIONALE AIDE-SOIGNANT(E)

REFERENTIEL DE COMPETENCES TRONC COMMUN POUR L EMPLOI DE LA CLASSIFICATION NATIONALE AIDE-SOIGNANT(E) REFERENTIEL DE COMPETENCES TRONC COMMUN POUR L EMPLOI DE LA CLASSIFICATION NATIONALE AIDE-SOIGNANT(E) N.B. : Ce référentiel de compétences tronc commun a été élaboré par un groupe de travail fédéral à

Plus en détail

La relation soignant soigné dans la maladie chronique

La relation soignant soigné dans la maladie chronique Rencontres Lorraines La relation soignant soigné dans la maladie chronique Yolande VILLEMIN infirmière d éducation au réseau lorrain pour la sclérose en plaques le 21 novembre 2015 Un peu d histoire! Dans

Plus en détail

L Annonce diagnostique en psychiatrie

L Annonce diagnostique en psychiatrie L Annonce diagnostique en psychiatrie 1 Dr DOMINIQUE JANUEL Chef de pole 93 G03 EPS DE VILLE EVRARD À ST DENIS 5 rue du Dr Delafontaine Saint Denis Définition Diagnostic : Identification d une maladie

Plus en détail

LES COOPERATIONS. Valérie ACHART DELICOURT CPP du pôle 3 I. Source et Remerciements :Corinne Sliwka Direction des soins, GHPS. Journée IDE 2012 SFLS

LES COOPERATIONS. Valérie ACHART DELICOURT CPP du pôle 3 I. Source et Remerciements :Corinne Sliwka Direction des soins, GHPS. Journée IDE 2012 SFLS LES COOPERATIONS Valérie ACHART DELICOURT CPP du pôle 3 I Source et Remerciements :Corinne Sliwka Direction des soins, GHPS Journée IDE 2012 SFLS Contexte Contexte social fragilisé Vieillissement de la

Plus en détail

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET 15h45 Les Infirmières Coordinatrices: en hématologie en et oncologie au CHP Cécile BEDU

Plus en détail

ENQUETE AUPRES DES PHARMACIENS D'OFFICINE DU VAL DE MARNE ET SEINE ET MARNE CONCERNANT LEURS PRATIQUES AUPRES DES MALADES BPCO

ENQUETE AUPRES DES PHARMACIENS D'OFFICINE DU VAL DE MARNE ET SEINE ET MARNE CONCERNANT LEURS PRATIQUES AUPRES DES MALADES BPCO ENQUETE AUPRES DES PHARMACIENS D'OFFICINE DU VAL DE MARNE ET SEINE ET MARNE CONCERNANT LEURS PRATIQUES AUPRES DES MALADES BPCO L'Ordre Régional des Pharmaciens d'ile de France et le Département de Médecine

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN

1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN 1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN 1.LEGISLATION n Dans le cadre du rôle propre infirmier n Dans le domaine

Plus en détail

Plaies et cicatrisations

Plaies et cicatrisations Formation extra-muros Plaies et cicatrisations Programme DPC N 47341500036 Hôtel Ibis Nice Centre Gare 14 avenue Thiers - 06000 Nice constat s plaies chroniques sont, en grande majorité, des ulcères, des

Plus en détail

Programme d éducation Thérapeutique Savoir Mieux vivre malgré le cancer (SMILE)

Programme d éducation Thérapeutique Savoir Mieux vivre malgré le cancer (SMILE) Programme d éducation Thérapeutique Savoir Mieux vivre malgré le cancer (SMILE) PORTEUR DE L ACTION : 3C BdR Nord Public CHI Aix-Pertuis - Av des Tamaris 13616 AIX EN PROVENCE ETABLISSEMENTS PARTICIPANTS

Plus en détail

ETP DANS LA BPCO : UN OUTIL D AIDE A L ARRET DU TABAC

ETP DANS LA BPCO : UN OUTIL D AIDE A L ARRET DU TABAC ETP DANS LA BPCO : UN OUTIL D AIDE A L ARRET DU TABAC F. Marchandise, J. Perriot, L. Doly-Kuchcik Dispensaire Emile Roux F-63 Clermont-Ferrand francois.marchandise@cg63.fr 8 ème Congrès National de la

Plus en détail

L intégration de travailleurs sociaux en GMF

L intégration de travailleurs sociaux en GMF L intégration de travailleurs sociaux en GMF TABLE LOCALE DE COORDINATION DES SERVICES MÉDICAUX, PROFESSIONNELS ET PHARMACEUTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE 1 Adaptation d une présentation intitulée : L intégration

Plus en détail

Nadine Atoui,Christine Blache,Cécile Godel,Florence de Taroni, Xavier de la Tribonnière, Laurent Trin Dinh. SMIT CHU Montpellier 5 octobre 2016

Nadine Atoui,Christine Blache,Cécile Godel,Florence de Taroni, Xavier de la Tribonnière, Laurent Trin Dinh. SMIT CHU Montpellier 5 octobre 2016 Nadine Atoui,Christine Blache,Cécile Godel,Florence de Taroni, Xavier de la Tribonnière, Laurent Trin Dinh SMIT CHU Montpellier 5 octobre 2016 1 De l individuel au collectif : «Histoire d un long cheminement»

Plus en détail

ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE

ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE Groupe de réflexion Co-piloté par :. Sandrine BONNEHON (Ide Clinique BDC). Armelle RUFFIN (IDE D Education au CEDD) Synthèse présentée par : Sandrine BONNEHON et Armelle

Plus en détail

La ville de Lyon fait partie des 15 villes de France ayant un service de santé scolaire (pris en charge habituellement par l Education nationale).

La ville de Lyon fait partie des 15 villes de France ayant un service de santé scolaire (pris en charge habituellement par l Education nationale). Mise à jour en octobre 2010 GUIDE DE PRESENTATION DU SERVICE MEDICO-SOCIAL SCOLAIRE DIRECTION DE L EDUCATION VILLE DE LYON DELEGATION AUX AFFAIRES SOCIALES, EDUCATION, PETITE ENFANCE La ville de Lyon fait

Plus en détail

SOIREE D INFORMATION. La SISA. Société interprofessionnelle de soins ambulatoires

SOIREE D INFORMATION. La SISA. Société interprofessionnelle de soins ambulatoires SOIREE D INFORMATION Essor de nouveaux modes d exercice collectif Informations clés pour réussir la transition La SISA Société interprofessionnelle de soins ambulatoires 1 LES SOIREES D INFORMATIONS Un

Plus en détail

COORDINATION VILLE-HOPITAL AUTOUR DU VIH Comment faire? JP AUBERT, 20/1/2015, COREVIH IDF NORD

COORDINATION VILLE-HOPITAL AUTOUR DU VIH Comment faire? JP AUBERT, 20/1/2015, COREVIH IDF NORD COORDINATION VILLE-HOPITAL AUTOUR DU VIH Comment faire? JP AUBERT, 20/1/2015, COREVIH IDF NORD La problématique 90% de patients stabilisés sous traitement Des indications formalisées de suivi des personnes

Plus en détail

Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient.

Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient. Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient. AFDET 3 février 2012 HUSTACHE-MATHIEU L 1, ESSERT M 2 1 Service de maladies infectieuses

Plus en détail

PSYCHOLOGUE. Psychologue Personnel de catégorie A

PSYCHOLOGUE. Psychologue Personnel de catégorie A FICHE METIER PSYCHOLOGUE FONCTION MISSION Le(La) psychologue contribue à la définition et à la mise en œuvre des projets éducatifs et d orientation en articulation avec les autres professionnels de l équipe.

Plus en détail

Programme personnalisé de soins (PPS)

Programme personnalisé de soins (PPS) Programme personnalisé de soins (PPS) FÉVRIER 2012 Définition et objectifs Le PPS est un outil opérationnel proposé aux professionnels de santé pour organiser et planifier le parcours de soins des personnes

Plus en détail

PROJET DE CIRCONSCRIPTION POUR LES ELEVES A BESOINS EDUCATIFS PARTICULIERS : ECOLES et RASED 2013/2016

PROJET DE CIRCONSCRIPTION POUR LES ELEVES A BESOINS EDUCATIFS PARTICULIERS : ECOLES et RASED 2013/2016 CIRCONSCRIPTION D IRIGNY-MORNANT- SOUCIEU PROJET DE CIRCONSCRIPTION POUR LES ELEVES A BESOINS EDUCATIFS PARTICULIERS : ECOLES et RASED 2013/2016 L'objectif de l'école est d'amener tous les élèves à la

Plus en détail

LA MALADIE DE PARKINSON

LA MALADIE DE PARKINSON LA MALADE DE PARKNSON L expérience de l ETP de la maladie de Parkinson Clinique de Provence Bourbonne Aubagne Loïc BANCLHON, Directeur Expérience ETP malafdie de Parkinson 11.03.12 Qu est ce que la maladie

Plus en détail

EP PLUS organisme agréé

EP PLUS organisme agréé L évaluation des pratiques professionnelles : un plus pour la santé au travail EP PLUS organisme agréé 2009 n 100 491 Déclaration d activité 11 94 07857 9494 La loi HPST a introduit la notion de Développement

Plus en détail

PRESENTATION FORMATION : AIDE SOIGNANT

PRESENTATION FORMATION : AIDE SOIGNANT PRESENTATION FORMATION : AIDE SOIGNANT L'aide soignant exerce son activité sous la responsabilité de l'infirmier. L'aide soignant réalise des soins liés aux fonctions d'entretien et de continuité de la

Plus en détail

Santé mentale maternelle. Morbidité dépressive chez les mères adolescentes au Cameroun

Santé mentale maternelle. Morbidité dépressive chez les mères adolescentes au Cameroun Santé mentale maternelle Morbidité dépressive chez les mères adolescentes au Cameroun Santé mentale maternelle : morbidité dépressive périnatale Plan: - Généralités et définitions - Projet/objectif - Contexte

Plus en détail

Pour ne pas perdre la vue

Pour ne pas perdre la vue Pour ne pas perdre la vue En route vers l enseignement thérapeutique En route vers l enseignement thérapeutique du patient atteint de glaucome Congrès SIDIIEF Montréal 31 mai 5 juin 2015 P. Borrero, C.

Plus en détail

NOUVEAU REFERENTIEL DE FORMATION INFIRMIERE COMPARAISON ENTRE LE PROGRAMME DE 1992 ET LE PROJET DE NOUVEAU REFERENTIEL

NOUVEAU REFERENTIEL DE FORMATION INFIRMIERE COMPARAISON ENTRE LE PROGRAMME DE 1992 ET LE PROJET DE NOUVEAU REFERENTIEL NOUVEAU REFERENTIEL DE FORMATION INFIRMIERE COMPARAISON ENTRE LE PROGRAMME DE 1992 ET LE PROJET DE NOUVEAU REFERENTIEL DUREE DE LA FORMATION INFIRMIERE Durée totale Durée des congés Programme (92) 37 mois

Plus en détail

UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES

UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES 1 LE PROJET Création d une unité d accueil spécifique d EHPAD pour les personnes handicapées psychiques déficitaires

Plus en détail

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Sce HépatoGastroentérologie, Oncologie Digestive Fédération des Spécialités Digestives Hop Ambroise Paré, Boulogne PRINCIPES CONDITIONS Consultation

Plus en détail

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013 L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013 «Législation, bilan et perspectives» Dr Yves MORRIET 1 L ETP et la loi - Code de la santé publique Article L.1161-1 : L éducation

Plus en détail

La place du diététicien libéral dans le parcours de soin du patient obèse

La place du diététicien libéral dans le parcours de soin du patient obèse La place du diététicien libéral dans le parcours de soin du patient obèse Nelly LEVERT Diététicienne Nutritionniste libérale, Déléguée régionale AFDN Association Française des Diététiciens Nutritionnistes

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE DOSSIER DE CANDIDATURE FORMATION de PRATICIENS ETP - 2017-2 photos d identité obligatoires Parcours choisi Sessions Cocher Certificat Modules 1 à 4-10 jours + dossier portfolio Formation de base en ETP

Plus en détail

ACCOMPAGNER LES SENIORS DANS L EMPLOI

ACCOMPAGNER LES SENIORS DANS L EMPLOI ACCOMPAGNER LES SENIORS DANS L EMPLOI 1 Depuis le 1er janvier 2010, les associations employant au moins 50 salariés risquent une pénalité financière si elles n ont pas conclu un accord ou établi un plan

Plus en détail

Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer?

Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer? Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer? -Modes de découverte de la maladie et gravité au diagnostic -Traitements reçus -Etat de santé à deux ans -Qualité de vie à deux ans Modes de découverte

Plus en détail

PARTENARIAT RCA - CCECQA

PARTENARIAT RCA - CCECQA PARTENARIAT RCA - CCECQA Illustration avec le projet régional EVADA Sandrine Domecq, sandrine.domecq@ccecqa.asso.fr Dr Laurence Digue, ldigue@canceraquitaine.org Rencontre annuelle du réseau Onco Poitou-Charentes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 13 février 2013 modifiant l arrêté du 25 février 2010 fixant la composition du dossier à fournir aux

Plus en détail

LE PLAN CANCER. Formation destinée aux Aides Soignantes. Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LE PLAN CANCER. Formation destinée aux Aides Soignantes. Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LE PLAN CANCER Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France - Sous l égide de l état avec rapport

Plus en détail

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

Prise en charge des patients sous chimiothérapie orale. MikaëlDAOUPHARS, Valentin JORET 4 novembre 2014, Rouen

Prise en charge des patients sous chimiothérapie orale. MikaëlDAOUPHARS, Valentin JORET 4 novembre 2014, Rouen Volet Médicament : Prise en charge des patients sous chimiothérapie orale MikaëlDAOUPHARS, Valentin JORET 4 novembre 2014, Rouen Partage d expérience : un pharmacien d officine Par Valentin JORET, pharmacien

Plus en détail

L INSTITUT DU MAINTIEN A DOMICILE, FONDE

L INSTITUT DU MAINTIEN A DOMICILE, FONDE COMMUNIQUE DE PRESSE 2010 MAINTIEN A DOMICILE DES PERSONNES AGEES OU HANDICAPEES L INSTITUT DU MAINTIEN A DOMICILE, FONDE PAR LA SOCIETE INDEPENDANCE ROYALE, RECOMPENSE LE RELAIS DES FAMILLES EN LUI REMETTANT

Plus en détail

Comment et pourquoi avoir recours au Médecin du Travail avant ou lors de la reprise du travail en situation de deuil?

Comment et pourquoi avoir recours au Médecin du Travail avant ou lors de la reprise du travail en situation de deuil? Comment et pourquoi avoir recours au Médecin du Travail avant ou lors de la reprise du travail en situation de deuil? Congrès «Deuil et Monde du Travail» Dr Marie-Pierre BARRIERE Médecin du Travail Contexte

Plus en détail

Coopération entre professionnels de santé. Vers de nouveaux métiers?

Coopération entre professionnels de santé. Vers de nouveaux métiers? Coopération entre professionnels de santé Vers de nouveaux métiers? Qu est-ce que la coopération entre les professionnels de santé? La loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et

Plus en détail

Soins palliatifs Définitions et concepts

Soins palliatifs Définitions et concepts LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Les concepts A1 Soins palliatifs Définitions et concepts 1 Soins curatifs destinés à

Plus en détail

Table des matières. Principes de l éducation thérapeutique

Table des matières. Principes de l éducation thérapeutique Table des matières Liste des collaborateurs................................ V Préface de la troisième édition.......................... IX Préface de la deuxième édition......................... XIII Préface

Plus en détail

SCOLARISATION DES ENFANTS A BESOINS EDUCATIFS PARTICULIERS Rôle de la médecine scolaire. Dr Jaya BENOIT Médecin de l Education nationale

SCOLARISATION DES ENFANTS A BESOINS EDUCATIFS PARTICULIERS Rôle de la médecine scolaire. Dr Jaya BENOIT Médecin de l Education nationale SCOLARISATION DES ENFANTS A BESOINS EDUCATIFS PARTICULIERS Rôle de la médecine scolaire Dr Jaya BENOIT Médecin de l Education nationale Réseaux de périnatalité IdF.9/10/2015 2 QUI SONT LES MEDECINS DE

Plus en détail

Empowerment Patients chroniques

Empowerment Patients chroniques Empowerment Patients chroniques SIO- 7 mars 2015 Gut Florence 1 1.Introduction O Terme récent O Confusion O Réflexion Gut Florence 2 Représentations O Que signifie pour vous l empowerment? Gut Florence

Plus en détail

UE 2.3 S2 l UE Santé, maladie, handicap, accidents de la vie 2 ECTS

UE 2.3 S2 l UE Santé, maladie, handicap, accidents de la vie 2 ECTS UE 2.3 S2 l UE Santé, maladie, handicap, accidents de la vie 2 ECTS Approche de la chronicité, fragilité, handicap, ruptures de vie et stratégies d adaptation positives pour y faire face Concepts prévalents

Plus en détail

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert Centre de Coordination en Cancérologie d Hématologie Région Limousin INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie une liaison entre la ville et l hôpital Katia Aubert ORGANISATION DE LA CANCEROLOGIE

Plus en détail

Formation-Action-Cancer-Education (FACE)

Formation-Action-Cancer-Education (FACE) Appel à projet INCa Education Thérapeutique du Patient et chimiothérapies per os Formation-Action-Cancer-Education (FACE) V. Noirez - Pharmacien CHR Mercy N. Fabié Pharmacien RRC Oncolor AAP - ETP (juin

Plus en détail

Programme de restauration fonctionnelle du rachis : Partenariat et complémentarité pour un retour vers l emploi. 29 Mai 2015 GNMST BTP

Programme de restauration fonctionnelle du rachis : Partenariat et complémentarité pour un retour vers l emploi. 29 Mai 2015 GNMST BTP Programme de restauration fonctionnelle du rachis : Partenariat et complémentarité pour un retour vers l emploi INTRODUCTION La Lombalgie Chronique Non Spécifique (LCNS) Modèle bio-psycho-social Nécessité

Plus en détail

LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements.

LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements. LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements. Dr Gaëtan DES GUETZ Oncologie Médicale Consultation d annonce Gage de qualité PREMIER CONTACT Succès dépend de dossier communication.

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier, cadre

Plus en détail