P R O D U I T S C A L A I R E.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P R O D U I T S C A L A I R E."

Transcription

1 ère S 00/005 Produit scalaire J TAUZIEDE P R O D U I T S C A L A I R E I- DEFINITION ET PREMIERES PROPRIETES ) Produit scalaire de deux vecteurs colinéaires Définition Soit u et v deux vecteurs colinéaires On appelle produit scalaire des vecteurs u et v le nombre réel noté u v défini par : u v u v u v = lorsque u et v sont de même sens lorsque u et v sont de sens contraire Remarque Lorsque l un des vecteurs u ou v est nul, on a : u v =0 Définition On appelle carré scalaire du vecteur u, le produit scalaire de u par lui-même, c est à dire u u Par définition, on a alors, u u = u Proposition Soit i un vecteur unitaire Si u et v sont deux vecteurs tels que = v x' i où ( ) x; x' IR alors, u v = xx' u = x i et Démonstration Soient ( ) x; x' IR tel que u = x i et = = v x' i On a : u x i = x i = x et v = x' i = x' i = x' ainsi u v = x x' = xx' Corollaire Soient u et v deux vecteurs colinéaires et ( ), i- Si u et v sont de même sens alors u v = xx' ii- Si u et v sont de sens contraire alors u v = xx' x; x' IR Démonstration D après la proposition, u v = xx' i- Si u et v sont de même sens, x et x sont de même signe et donc xx ' est positif, d où xx ' = xx' et par suite u v = xx'

2 ii- Si u et v sont de sens contraire, x et x sont de signe opposé et donc xx ' est négatif, d où On conclut en disant que u v = xx ' Propriétés xx' = xx' et par suite u v = xx' Soit u, v et w trois vecteurs colinéaires i- u v+ w = u v + u w ; le produit scalaire est distributif par rapport à l addition ii- α IR, u α v = α u v Démonstration Soient u, v et w trois vecteurs colinéaires à un vecteur unitaire i ( ) 3 u = x i, = i v y et w = z i x; y; z IR : i- On a u v = xy et u w = xz donc u v+ u w = xy + xz ; par ailleurs, + + = ( + ) v w y z i et u v w = x( y + z ) = xy + xz ii- Soit IR α, u α v = x( αy) = αxy = α( xy) u α v = α u v donc v+ w u = u v + u w et α u v = α( xy) d où ) Cas de deux vecteurs quelconques Définition Soit u et v deux vecteurs et notons ' v le projeté orthogonal de v sur u On pose u v = u v' Définition Soit u et v deux vecteurs non nuls avec u = orthogonal de B sur ( OA ) Le produit scalaire de u et v est défini par Remarque v OA i- u 0 si et seulement si OA et OB ' ont même sens v et v = ii- u 0 si et seulement si OA et OB ' sont de sens contraire Exemple Soit ABC un triangle rectangle en A OB Soit B le projeté u v = OA OB' - -

3 ère S Produit scalaire On a AC = AB AB AB car le projeté orthogonal de C sur ( ) AB = On a BC = 0 AB AB puisque C se projette en B sur ( ) AB est le point B Corollaire Le produit scalaire de deux vecteurs orthogonaux est nul Exemple Soit ABCD un carré de côté a et I le milieu du segment [ AD ] On cherche à calculer le produit scalaire IB IC On a IB IC = ( IA + AB) IC = IA IC + AB IC En projetant le point C sur la droite (AD), on a et en projetant le point C sur la droite (AB), on a 3 donc IB IC = a + a = a IA IC = IA ID = IA AB IC = AB AB = a ID = a 3 ) Extension de la notion d orthogonalité Proposition Deux vecteurs sont orthogonaux si et seulement si leur produit scalaire est nul Démonstration i- Si u = 0 ou v = 0 alors u v = 0 ii- Réciproquement, soient u et v deux vecteurs non nuls, tel que u = 0 Prenons u = OA v = 0 et v = OB v et notons B le projeté orthogonal de B sur ( OA ) ; alors u équivaut OA OB = 0 équivaut OA OB' = 0 équivaut à OB ' = 0 c est à dire O = B' Le triangle OBA est un triangle rectangle en O et prouve que u et v sont orthogonaux On a alors : u v u v = 0 Exemple Soit ABCD un carré de côté, I et J sont les milieux respectifs des segment [ AB ] et [ ] veut montrer que les droites ( AJ ) et (DI) sont perpendiculaires On a AI = ( AB + AC ) et DI = ( DA + DB ) donc, AJ DI = ( AB + AC) ( DA + DB) = ( AB DA + AB DB + AC DA + AC DB) BC On Comme ABCD est un carré, AB DA = AC DB = 0 et AB DB = BA BD = BA et AC DA = AC AD = AD Par conséquent, AJ DI = BA AD = 0 ce qui prouve que les droites (AJ) et (DI) sont perpendiculaires - 3 -

4 ) Autres expressions du produit scalaire Théorème Soient u et v deux vecteurs non nuls u v = u v cos u, v Démonstration La relation est vraie lorsque les vecteurs sont colinéaires, soit qu ils aient même sens cos u, v = : u v = u v, soit qu ils aient des sens contraires cos u, v = ce qui donne u v = u v Si les vecteurs u et v ne sont pas colinéaires, posons Lorsque θ est aigu u = OA et Lorsque θ est obtus v = OB u ; et θ v [ π ] u v = OA OB = OA OH u v = OA OB = OA OH cos ( θ ) u v = OA OB = OA OH u v = OA OH cos ( π θ ) u v = OA OB = OA OH cos ( θ ) Autre démonstration Soit i le vecteur unitaire associé au vecteur u, c est à dire i = u u Soit α une mesure de l angle orienté du couple de vecteurs v u; On a i ; v = α [ π ] Le projeté orthogonal de v sur u s écrit OH = v cos α i or, u et OH étant colinéaires, on a u v = u OH = u v cosα Exemple : Exercice [,5 point 5 min] Soit ABCD un carré de côté a, où a est un réel strictement positif On désigne par I le milieu du segment [BC] et par θ l angle IA ˆ C ) Calculer les longueurs AC et AI en fonction de a Exprimer alors le produit scalaire AC cos θ [,5 pt] AI en fonction de a et de ( ) - -

5 ère S Produit scalaire Soit a un réel strictement positif Comme ABCD est un carré de coté a, le triangle ABC est un triangle rectangle en B D après le théorème de Pythagore, = + d où AC AB BC = a Comme I est un point de [BC], on a aussi AC = a a 5 AI = = AB + BI = a + a d où A l aide de la propriété du produit scalaire, on a : AC = AI AC cos( θ ) a 5 AI = AI ce qui donne : 0 AI 3 AI = AB + AC, montrer que AI AC = a [,5 pt] AI = AB + AC d où : Pour tout réel a strictement positif, AC = a cos( θ ) ) En utilisant le fait que ( ) Comme I est le milieu de [BC], on a ( ) AI AC = ( AB + AC) AC = ( AB AC + AC AC) = AB AC + AC Comme AC se projette orthogonalement sur AB, on a alors 3 AI AC = AB AC + = ( a + a ) = a 3 Pour tout réel a strictement positif, AI AC = a 3 ) Déduire des deux expressions de AC valeur approchée, à AI la valeur exacte de ( θ ) cos puis donner une 0 près par défaut, de θ en degrés [,5 pt] * 0 3 Pour tout réel a IR +, AI AC = a cos( θ ) et AI AC = a donc ( ) a cos θ = a cos( θ ) = La valeur exacte de cos ( θ ) est cos ( θ ) = 0 Avec la calculatrice, on obtient θ 8, 3 ) Que peut-on déduire de la valeur de cet angle θ [0,5 pt] Comme la valeur de l angle est indépendante du coté a du carré, on en déduit que Dans n importe quel carré, la valeur de l angle IA ˆ C est indépendante de la longueur du côté a du carré - 5 -

6 II- LES PROPRIETES DU PRODUIT SCALAIRE ) Symétrie du produit scalaire Théorème Soient u et v deux vecteurs : u v = v u (Symétrie du produit scalaire) Démonstration D après le théorème précédent, lorsque u et v sont non nuls, on a v u = v u v, u cos mais ( u ; v) cos( v; u ) cos = d où l égalité u v = u v cos u, v et ) Opérations sur le produit scalaire Théorème Pour tous vecteurs, u, v et w et pour tout réel α, on a : i- u ( v + w) = u v + u w, ii- u ( v) = α( u v) α Démonstration i- Soient OA, OB et OC trois représentants des vecteurs u, v et w et prenons OD comme représentant du vecteur v + w u ( v + w) = OA OD = OA OH et u v = OA OB = OA OH puis u w = OA OD = OA OH ainsi u v + u w = OA ( OH + OH ) mais OH = HH car OB se projette en OH et CD se projette en H H donc u v + u w = OA ( OH + HH ) = OA OH d où l égalité ii- Soit α un réel non nul et u, v deux vecteurs quelconques Montrons que u α v = α u v Montrons que si u, v sont orthogonaux alors u α v = α u v = 0 Si u est orthogonal à v, alors u v = 0 De plus, α v est un vecteur colinéaire à v donc u et α v sont orthogonaux donc ( v) = 0 u α v = α u v u α ce qui établit la relation ( ) ( ) - 6 -

7 ère S Produit scalaire Supposons à présent u, v non orthogonaux Soit O, A, B et C quatre points distincts du plan tels que u = OA, v = OB et α v = OC On note H le projeté orthogonal de A sur (OC) Montrer que α u v u α v = 0 Supposons u et v non orthogonaux Soient OA, OB et OC trois représentants des vecteurs u, v et α v et notons H le projeté orthogonal de A sur (OC) On a u v = OA OB = OH OB donc, pour tout réel α non nul : α ( u v) = α( OH OB) par ailleurs, u ( α v) = OA OC = OH OC par soustraction, u v u α v = α OH OB et comme v et α ( ) OH OC = OH ( αob OC) α v sont colinéaires, on a prouve que α u v = u α v 3 ) En déduire la propriété voulue Pour tout réel α non nul et, pour tout vecteurs u et v, on a OC = αob d où α u v u α v = 0 ce qui u α v = α u v Exercice Soit ABC un triangle quelconque Soit H le point d intersection des hauteurs issues de A et de B ) Justifier que AH BC = BH AC = 0 Montrer par le calcul que CH AB = 0 Quelle propriété connue vient-on de démontrer? ) (AH) est perpendiculaire à (BC) donc AH BC = 0 et (BH) est perpendiculaire à (AC) donc BH AC = 0 ) CH AB = ( CA + AH ) AB = CA AB + AH AB = CA ( AH + HB) + AH AB = CA AH + CA HB + AH AB = AH CA AH AB ( CA AB) = AH + = AH CB =0 3 ) (CH) est donc la troisième hauteur du triangle ce qui prouve que les hauteurs d un triangle sont concourantes - 7 -

8 3 ) Applications Corollaire Le produit scalaire de deux vecteurs reste inchangé si on ajoute à l un d eux un vecteur orthogonal à l autre Preuve D après la relation u ( v + w) = u v + u w u ( v + w) = u v et la relation demeure Si u w, on a u w = 0 et donc ) Normes et produit scalaire Théorème Pour tous vecteurs u et v, on a : i- u + v = u + v + u v, ii- u v = u iii- ( u + v) ( u v) + = v u u v, v Démonstration évidente i- on a u + v = u + v u + v = u + v + u v Cette égalité fournit une autre expression du produit scalaire, u v = u + v u v Dans un quadrilatère ABCD où l on pose u = AB, v = AC et u + v = AD, on a AB AC = ( AD AB AC ) III- PRODUIT SCALAIRE ET CONFIGURATIONS ) Caractérisation du cercle de diamètre [AB] Théorème Soit A et B deux points distincts du plan Le cercle de diamètre [ AB ] est l ensemble des points M du plan tel que MA MB = 0 Démonstration Si M est confondu avec l un des points A ou B alors l un des deux vecteurs est le vecteur nul et la relation est satisfaite Supposons M distinct des points A et B AB, alors d après le théorème de l angle i- Si M est un point du cercle de diamètre [ ] droit, les droites ( MA ) et ( ) MB sont orthogonaux d où MA MB = 0 ii- Réciproquement, supposons MB = 0 MB sont perpendiculaires et donc les vecteurs MA et MA, alors les droites ( MA ) et ( ) perpendiculaires, et donc M est un point du cercle de diamètre [ AB ] MB sont - 8 -

9 ère S Produit scalaire ) Projection orthogonale Proposition Soit u un vecteur unitaire d un axe Le projeté orthogonal du vecteur v sur u est le vecteur v ' = ( u v)u Démonstration u et v ' sont colinéaires, donc il existe un réel tel que v ' = u Or u v = u v' = u u = u, mais comme u est un vecteur unitaire, on a u = u = et donc u v = En reportant dans la relation v ' = u, on a v ' = ( u v)u Corollaire Dans une base orthonormale ( j ) i;, lorsque u = xi + y j alors x = u i et y = u j 3 ) Transformations de MA MB, MA + MB, MA MB Théorème de la médiane Soit A et B deux points distincts du plan et I le milieu de [ ] M du plan, on a : i- MA MB = MI AB, ii- MA + MB = MI + AB, iii- MA MB = IM AB AB ; alors pour tout point Démonstration Remarquons d abord que comme I est le milieu de [ AB ], on a IA + IB = 0 et que IA = IB = AB i- MA MB = ( MI + IA) ( MI + IB) = MI + MI ( IA + IB) + IA IB = ( ) ( MI + MI 0 + AB AB) = MI AB ii et iii MA = MA = ( MI + IA) = ( IA IM ) = IA IA IM + IM = AB IA IM IM + MB = MB ( ) ( ) = MI + IB = IB IM = IB IB IM + IM = AB IB IM IM + Par addition, on a AB MA + MB = IM ( IA + IB) + IM = MI + AB Par soustraction, MA MB = IM ( IB IA) = IM AB Remarque Ces relations sont à connaître par cœur ainsi que leur démonstration - 9 -

10 IV- ANALYTICITE DU PRODUIT SCALAIRE ) Expression analytique du produit scalaire Théorème Dans une base orthonormale ( j ) et ( x' ; y' ) v est u v = xx' + yy' Démonstration i; une base orthonormale On a : Soit ( j ) ( xi + y j ) ( x' i + y' j ) = xx' i + ( xy' + x' y) i j yy' j i; le produit scalaire de deux vecteurs u ( x; y) u v = + mais i j = 0 et i = j = par choix de la base d où u v = xx' + yy' Remarques On retrouve les résultats suivants i- ( u v) u v = 0 xx + yy = 0 ii- Si ( x y) u ;, u + = x y iii- Lorsque A ( x A ; y A ) et B ( x B ; y B ), on a AB ( x ) ( ) B xa + yb ya = ) Vecteur normal à une droite Définition Etant donnée une droite D du plan, tout vecteur non nul orthogonal à un vecteur directeur de la droite D est appelé vecteur normal à D Remarques Soit D une droite d équation ax by = c 3 + avec ( a; b; c) IR et ( ; b) ( 0;0) D admet pour vecteur normal, le vecteur n ( a; b) En effet, si ud ( b; a) vecteur directeur de D, on a ud n = ( b) a + a b = ab + ab = 0 a est un, ce qui prouve que les vecteurs u D et n sont orthogonaux Soit D une droite non parallèle à l axe des ordonnées, d équation réduite y = mx + p Le vecteur ud ( ;m) est un vecteur directeur de la droite D et n ( m; ) est un vecteur normal à D 3 ) Equation d une droite définie par un vecteur normal Théorème Soit ( a b) n ; un vecteur non nul Une droite D admettant n comme vecteur 3 normal, a une équation cartésienne de la forme ax + by = c avec ( a; b; c) IR et ( a ; b) ( 0;0) La réciproque est vraie - 0 -

11 ère S Produit scalaire Démonstration i- Soit D une droite admettant le vecteur non nul ( a b) passant par le point A ( x A ; y A ) Soit ( x y) Le point ( x y) seulement si ( x x ) + b( y y ) = 0 ii- n ; comme vecteur normal et M ; un point du plan M ; appartient à la droite D si et seulement si n AM = 0 si et a A A si et seulement si ax + by = ax A + bya En posant c = ax A + by, on a que M D ax + by = c ce qui prouve que la droite A D a bien une équation de la forme voulue avec ( ; b) ( 0;0) a puisque n est un vecteur non nul La réciproque est déjà traitée : c est la remarque de la définition précédente Exemple Soit A ( ;), B ( 3;) et ( ;) C ) En notant I le milieu du segment [AB], donner une équation cartésienne de la médiatrice du segment [AB] ) Donner une équation cartésienne de la hauteur issue de A ) Le milieu du segment [AB] a pour coordonnées I ( ; 3 ) Or la médiatrice du segment [AB] M ; appartient à la médiatrice IM si et seulement si 8 x y = 5 admet le vecteur AB ( ; ) comme vecteur normal Ainsi, ( x y) du segment [AB] si et seulement si AB = 0 ) Le vecteur BC ( ;3) étant un vecteur normal à la hauteur issue de A, les vecteur BC et AM ( x + ; y ) sont orthogonaux si et seulement si BC AM = 0 si et seulement si x + 3 y = 7 ) Equation cartésienne d un cercle a- Cercle défini par son centre Ω et son rayon r Définition Soit Ω et M deux points distincts du plan et r un nombre réel positif On appelle cercle de centre Ω et de rayon r l ensemble des points M du plan tels que Ω M = r Lorsque Ω et M sont confondus, donc lorsque r = 0, on appelle ce cercle, le cercle point Ω Théorème Dans un repère orthonormal ( O i; j ) centre ( ) α; β Ω et de rayon IR+ Démonstration ; l équation cartésienne d un cercle de x α + y β = r r est : ( ) ( ) D après la définition, un point M ( x; y) appartient au cercle C ( Ω ;r ) avec ( α; β ) si et seulement si ΩM = r ΩM = r ( ) ( ) Exemple L équation du cercle ( O;) x α + y β = r C est x + y = Ω et r IR+ - -

12 b- Reconnaître l équation d un cercle Si on développe l équation obtenue précédemment, il vient : x + y αx βy = r α β La question de la réciproque se pose alors Toute équation de la forme x + y + ax + by = c 3 où ( a; b; c) IR est-elle l équation d un cercle dont on pourrait connaître les coordonnées du centre ainsi que le rayon? Utilisons la forme canonique du trinôme du second degré On a : x y ax by c x ax y by c x ax a a = = + y by b b = a b a b x + + y + = + + c On voit alors que sous cette forme, une condition nécessaire et suffisante pour que x + y + ax + by = c soit l équation d un cercle est que a + b + c 0 On pose alors r = a + b a b + c On obtient ainsi l équation d un cercle de centre Ω ; et de rayon r = a + b + c ( ) ( ) c Théorème Dans un repère orthonormal ( O i; j ) ; l équation x + y + ax + by = c où a est : a b i- celle d un cercle de centre Ω ; et de rayon r = a + b + c si a + b + c > 0, a b ii- celle d un cercle point Ω ; si a + b + c = 0, iii- l ensemble vide si a + b + c < 0 3 ( ; b; c) IR c- Cercle défini par son diamètre Théorème Soit A et B deux points distincts du plan L ensemble des points M du plan tels que MB = 0 AB MA est le cercle de diamètre [ ] Démonstration Les points A et B vérifient la relation car le vecteur nul est orthogonal à tout vecteur Si M est un point du plan distinct des points A et B tel que MA MB = 0 Ceci revient à dire que les vecteurs MA et MB sont orthogonaux et donc que les droites ( MA ) et ( ) l angle droit, le point M appartient au cercle de diamètre [ AB ] MB sont perpendiculaires en M D après le théorème de - -

13 ère S Produit scalaire Si M est un point du cercle de diamètre [ AB ], toujours d après le théorème de l angle droit, les droites ( MA ) et ( ) MA MB = 0 MB sont perpendiculaires en M et donc Théorème Soit C un cercle de centre Ω et A un point de C Un point M du plan appartient à la tangente à C en A si et seulement si AM AΩ = 0 Exemple Dans un repère orthonormal, on considère le cercle C ( Ω;5) avec Ω ( ; ) ) Déterminer une équation cartésienne du cercle C ) Montrer que le point A ( 5; ) appartient au cercle C 3 ) Déterminer une équation cartésienne de la tangente à C au point A - 3 -

14 V- LIGNES DE NIVEAU ET FONCTION SCALAIRE DE LEIBNIZ ) Nature du problème Il s agit de déterminer des lieux géométriques, c est à dire des ensembles de points f : P IR M f M et un réel donné On cherche Γ = M P f M = ; IR f M prend les formes suivantes : vérifiant une certaine relation Soit ( ) l ensemble { / ( ) }, où ( ) f ( M ) = u OM, f ( M ) = MA MB, f ( M ) = MA + MB, f ( M ) MA λ MB f ( M ) = α MA + βmb et f ( M ) = MA MB Ces ensembles de points sont appelés lignes de niveau de l application f =, Définition Soit f une application définie sur une partie U du plan à valeurs dans IR Soit un nombre réel On appelle ligne de niveau de, l ensemble des points U du plan tels que f ( M ) = ) Etude de f ( M ) u OM = Soit u un vecteur fixé non nul, O un point donné du plan et un nombre réel On cherche l ensemble Γ défini par Γ = { M P / u OM = ; IR} Si =0 alors Γ0 = M P / u OM = 0 Ainsi, M appartient à Γ 0 si et seulement si les vecteurs u et OM sont orthogonaux donc si et seulement si M est sur la droite passant par O et de vecteur normal u Si 0 Considérons la droite D de vecteur directeur u passant par le point O et soit M un point du plan non situé sur la droite D Appelons H le projeté orthogonal de M sur D Par définition du produit scalaire, u OM = u OH donc u OM = u OH = Comme OH est le projeté orthogonal de OM sur le vecteur u, le vecteurs OH et u sont colinéaires donc il existe un réel α tel que ( ) OM = u OH u OH = u OH = α u d où u α mais u OH = donc α u = α = u - -

15 ère S Produit scalaire On en déduit que u OM = équivaut à OH = u L ensemble Γ cherché est la droite orthogonale à l axe ( u ) l abscisse sur cet axe est u Théorème u O; passant par le point H dont Soit u un vecteur non nul et O un point du plan Pour tout réel fixé, l ensemble des points M du plan tels que f ( M ) u OM = est une droite orthogonale à u Autre méthode (analytique) Considérons le plan muni d un repère orthonormé coordonnées ( a; b) où ( ; b) IR a avec ( a ; b) ( 0;0) Soit ( ) O ; i, j et soit u un vecteur non nul de M x; y un point du plan D après l expression analytique du produit scalaire, on a alors, u OM = ax + by Donc, pour tout réel, u OM = ( ax + by = ) Avec cette dernière écriture, on reconnaît que les lignes de niveau de f sont les droites de a b vecteur normal u ( a; b) passant par le point H ; a + b a + b f M = MA MB ) Etude de ( ) Soit A et B deux points fixés du plan et notons O le milieu du segment [AB] On cherche l ensemble Γ = { M P / MA MB = ; IR} Soit M un point du plan tel que f ( M ) = MA MB D après le théorème de la médiane, ( M ) ( MA MB) ( MA MB) f = + = AB OM D où, pour IR, ( M ) f = AB OM = Les points A et B étant fixés, on peut poser u = AB et on est ramené au problème précédent avec u OM = Les lignes de niveau de f sont les droites perpendiculaires à (AB) Remarque Lorsque décrit IR, toute droite orthogonale à (AB) est une ligne de niveau de f f M = MA + MB 3 ) Etude de ( ) Soit A et B deux points fixés du plan et notons O le milieu du segment [AB] On cherche Γ = M P / MA + MB = ; IR l ensemble { } - 5 -

16 Soit M un point du plan tel que ( ) ( M ) f = MO + AB D où, pour IR MO = AB f M = MA + MB D après le théorème de la médiane,, ( M ) f = MO + AB = i- Si AB, Γ est le cercle de centre O de rayon r = AB, ii- Si < AB, Γ = Remarques i- Si ii- iii- Si = AB = AB,, Γ est le cercle point O r = AB, Γ est le cercle de diamètre [AB] Lorsque décrit l intervalle AB ; +, le réel AB cercle de centre O est une ligne de niveau de l application f décrit IR + ; ainsi tout f M = MA λ MB ) Etude de ( ) où IR + { } λ Soit A et B deux points fixés du plan On cherche l ensemble : Γ = M P / MA λ MB = ; IR { } On a f ( M ) = MA λ MB = ( MA λmb) ( MA + λmb) système {( A ; ), ( B;λ )} et J celui de {( A ; ), ( B; λ )}, on a : f ( M ) = [( + λ ) MI ] [( λ ) MJ ] = ( λ ) MI MJ donc ( M ) puisque λ IR { } + ; en notant I le barycentre du f = MI MJ = λ On pose K = Soit G le milieu du segment [IJ] D après le théorème de la médiane, λ MI MJ = K MG IJ = K MG = K + IJ i- Si K IJ, Γ est le cercle de centre G milieu de [IJ] et de rayon r = K + IJ, ii- Si K < IJ, Γ = f M = α MA + βmb Si + β = 0 5 ) Etude de ( ) α avec ( ; β ) ( 0;0) ( MA MB ) α + β = α, déjà vu au ) MA MB Si + β 0 α, on a β = α et donc α, considérons le barycentre G du système {( A ; α ), ( B; β )} alors, ( ) ( ) f M = α + β MG + αga + βgb On a - 6 -

17 ère S Produit scalaire αga βgb Ainsi, ( f ( M ) = ) MG = α + β Si α = β =, c est le théorème de la médiane, G = O déjà vu c est le cas 3 ) Si α = et β = λ, c est le cas ) Dans les autres cas, on a αga βgb K = α + β - Si K 0, Γ est le cercle de centre G et de rayon K - Si K < 0, Γ = αga βgb MG = on pose α + β 6 ) Etude de ( M ) f = MA MB, avec M distinct de B Soit A et B deux points fixés du plan On cherche l ensemble : Γ = { MA M P / = ; IR + } MB Soit M un point du plan, et IR+, = MA MB = 0 MB MA Si =, MA MB MB MA = = et Si, c est un cas particulier de ) AB, Γ est la médiatrice du segment [ ] Exercices sur les équations de droites 3 Soit la droite d équation cartésienne ax + by + c = 0 avec ( a; b; c ) IR et ( a ; b ) ( 0;0) et A ( x y A; A ) un point du plan On note H ( x y H; H ) le projeté orthogonal du point A sur la droite ) Donner les coordonnées d un vecteur normal n à la droite ) Calculer de deux manières différentes le produit scalaire n AH axa + bya + c 3 ) En déduire que la distance du point A à la droite est donnée par : AH = a + b ) Application numérique ; calculer la distance des points A ( 6;3) et B ( 5;) à la droite d équation x + 3y = 5 ) Soit deux droites parallèles D et D d équations cartésiennes respectives ax + by + c = avec ( a; b; c ) IR et ( a ; b ) ( 0;0) et a ' x + b' y + c' = 0 avec ( a; b; c ) IR et ( a '; b' ) ( 0;0) a- Soit A un point appartenant à D et A le projeté orthogonal de A sur D La distance AA est la distance des droites D et D Démontrer en utilisant 3 ) que c c' AA' = a + b b- Calculer la distance des droites D d équation x + y = 0 et D d équation x + y + = 0-7 -

18 - 8 -

19 ère S Produit scalaire - 9 -

NOM : PRODUIT SCALAIRE 1ère S

NOM : PRODUIT SCALAIRE 1ère S Exercice 1 R D Q C Soit un carré ABCD. On construit un rectangle AP QR tel que : P et R sont sur les côtés [AB] et [AD] du carré ; AP = DR. Le problème a pour objet de montrer que les droites (CQ) et (P

Plus en détail

1 Équations cartésiennes, équations polaires d un ensemble de points

1 Équations cartésiennes, équations polaires d un ensemble de points Plans, cercles, droites et sphères Ce chapitre aborde les objets fondamentaux utilisés en géométrie : droites et cercles dans le plan, plans, droites et sphères dans l espace. Les objectifs du chapitre

Plus en détail

Terminale S Chapitre «Géométrie dans l espace» Page 1 sur 17

Terminale S Chapitre «Géométrie dans l espace» Page 1 sur 17 Terminale S Chapitre «Géométrie dans l espace» Page sur 7 Terminale S Chapitre «Géométrie dans l espace» Page sur 7 I) Produit scalaire Dans tout ce paragraphe, on travaillera dans un repère orthonormé

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce qu un vecteur du plan? Somme de vecteurs Vecteur nul - Opposé d un vecteur Produit d un vecteur par un nombre réel

Sommaire. Qu est-ce qu un vecteur du plan? Somme de vecteurs Vecteur nul - Opposé d un vecteur Produit d un vecteur par un nombre réel Sommaire 1 Vecteurs Qu est-ce qu un vecteur du plan? Somme de vecteurs Vecteur nul - Opposé d un vecteur Produit d un vecteur par un nombre réel 2 Vecteurs colinéaires Définition Conséquences 3 Base du

Plus en détail

On dit que M est l origine du vecteur et N son extrémité.

On dit que M est l origine du vecteur et N son extrémité. ❶ - Vecteurs I-- Définition d un vecteur Définition : Lorsqu on choisit deux points distincts M et N dans cet ordre, on définit : - une direction : celle des droites parallèles à (MN) ; - un sens : de

Plus en détail

Géométrie dans l espace

Géométrie dans l espace Géométrie dans l espace I Modes de repérage dans l espace 1 I.A Coordonnées cartésiennes...................... 1 I.B Coordonnées cylindriques...................... 2 I.C Coordonnées sphériques.......................

Plus en détail

Produit Scalaire. Site MathsTICE de Adama Traoré Lycée Technique Bamako

Produit Scalaire. Site MathsTICE de Adama Traoré Lycée Technique Bamako Produit Scalaire Site MathsTICE de dama Traoré Lycée Technique amako I- Norme d un vecteur 1 ) Définition : u étant un vecteur de représentant le bipoint (;), on appelle norme de u le nombre réel positif

Plus en détail

Géométrie dans l espace. Complément au chapitre «géométrie élémentaire du plan et de l espace»

Géométrie dans l espace. Complément au chapitre «géométrie élémentaire du plan et de l espace» Chapitre 9 truc Géométrie dans l espace Complément au chapitre «géométrie élémentaire du plan et de l espace» Prérequis On suppose ici connue toute la géométrie de collège et de lycée, en particulier les

Plus en détail

On appelle H la projection orthogonale de A sur la droite (BC).

On appelle H la projection orthogonale de A sur la droite (BC). Première S 2010-2011 Exercices sur le produit scalaire, équations de droite et de cercles Exercice 1 : Distance d'un point à une droite. On se donne une droite ( ) dont l'équation cartésienne est de la

Plus en détail

Première S 2 mai 2011

Première S 2 mai 2011 Première S mai 011 Exercices 11 1 Homothétie 1 Mathématiques Soit ABC un triangle, ( Γ ) son cercle circonscrit et O le centre de ( Γ ) Soit H le milieu de [BC] et D le point de ( Γ ) diamétralement opposé

Plus en détail

Géométrie de l espace

Géométrie de l espace [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 septembre 06 Enoncés Géométrie de l espace Notions communes Exercice [ 087 ] [Correction] À quelle(s) condition(s) simple(s) l intersection de trois plans de l

Plus en détail

Classe de Terminale S

Classe de Terminale S Pˆr o dˆuˆiˆt Œs c a l aˆiˆr e d e l e sœp a c e Classe de Terminale S I. GÉNÉRALISATION DU PRODUIT SCALAIRE À L ESPACE. Exercice 1 ABCDEFGH est un cube d arête 1, O est le centre de la face EFGH. 1. a)

Plus en détail

Géométrie analytique dans l espace

Géométrie analytique dans l espace Généralités Points coplanaires Quatre points de l espace sont dits coplanaires s ils appartiennent à un même plan (rappel : 3 points d un plan sont dits alignés s ils appartiennent à une même droite) Vecteurs

Plus en détail

Méthodes sur le produit scalaire

Méthodes sur le produit scalaire Méthodes sur le produit scalaire G. Petitjean Lycée de Toucy 10 juin 2007 G. Petitjean (Lycée de Toucy) Méthodes sur le produit scalaire 10 juin 2007 1 / 32 1 connaître les différentes façons de calculer

Plus en détail

Cours : SIMILITUDES PLANES.

Cours : SIMILITUDES PLANES. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : définir une similitude plane à partir de la conservation des rapports des distances. en déduire la définition du rapport de similitude. faire le lien

Plus en détail

Produit scalaire et géométrie analytique de l espace. Corrigés d exercices

Produit scalaire et géométrie analytique de l espace. Corrigés d exercices Produit scalaire et géométrie analytique de l espace Corrigés d exercices Les exercices du livre corrigés dans ce document sont les suivants : Page 319 : N 76, 77, 81 Page 35 : N 117 Page 30 : N 85, 86,

Plus en détail

Le produit scalaire et ses applications

Le produit scalaire et ses applications 1 Le produit scalaire et ses applications Table des matières 1 Définitions et propriétés 1.1 Définition initiale............................. 1. Définition dans un repère orthonormal................. 1.3

Plus en détail

Les nombres complexes

Les nombres complexes Les nombres complexes 8 novembre 009 Table des matières Définitions Forme algébrique Représentation graphique Opérations sur les nombres complexes Addition et multiplication Inverse d un nombre complexe

Plus en détail

Cours de Géométrie Pour BCPST 1

Cours de Géométrie Pour BCPST 1 Cours de Géométrie Pour BCPST 1 Année scolaire : 2004/2005 16 juin 2005 Mohamed TARQI Table des matières 1 Géométrie 2 1.1 Repère. Changement de repère......................... 2 1.1.1 Bases et repères..............................

Plus en détail

1 Calcul vectoriel. 2 Vecteurs colinéaires. 1.1 coordonnées d un vecteur dans un repère. 1.2 Caractérisation du milieu d un segment

1 Calcul vectoriel. 2 Vecteurs colinéaires. 1.1 coordonnées d un vecteur dans un repère. 1.2 Caractérisation du milieu d un segment Chapitre : Géométrie plane 1 Calcul vectoriel 1.1 coordonnées d un vecteur dans un repère Définition 1. Soit #» u un vecteur du plan. Pour tout point O du plan, il existe un unique point M tel que OM #»

Plus en détail

Exercices Géométrie plane

Exercices Géométrie plane I Notions élémentaires et compléments sur les vecteurs Savoir-faire 1 : Démontrer avec des vecteurs Exercice 1 ABCD et BDFE sont deux parallélogrammes. Le point K est défini par BK = CB. 1. Justifier les

Plus en détail

Produit scalaire dans le plan

Produit scalaire dans le plan CH 1 Géométrie : 3 ème Sciences Septembre 009 A LAATAOUI Produit scalaire dans le plan 1 ) PRODUIT SCALAIRE A) DEFINITION Ce n est pas une multiplication Soit u et v deux vecteurs non nuls du plan Le produit

Plus en détail

Chapitre 1 : Équations de la droite dans le plan

Chapitre 1 : Équations de la droite dans le plan EQUATIONS DE LA DROITE DANS LE PLAN 1 Chapitre 1 : Équations de la droite dans le plan 1.1 Introduction Exercice d introduction : On considère l équation vectorielle: x = 3 3 + k. y 2 2 Représenter, dans

Plus en détail

() Compléments de géométrie 1 / 33

() Compléments de géométrie 1 / 33 Compléments de géométrie () Compléments de géométrie 1 / 33 1 Compléments de géométrie dans le plan complexe 2 Calcul barycentrique 3 Transformations du plan complexe () Compléments de géométrie 2 / 33

Plus en détail

Chapitre 9 : Géométrie vectorielle

Chapitre 9 : Géométrie vectorielle Chapitre 9 : Géométrie vectorielle I Notion de vecteur 1 Translation et vecteur Soit A et B deux points du plan La translation qui transforme A en B associe à tout point C du plan l unique point D tel

Plus en détail

Chapitre 4: Géométrie analytique dans l'espace

Chapitre 4: Géométrie analytique dans l'espace GEOMETRIE ANALYTIQUE DANS L'ESPACE 35 Chapitre 4: Géométrie analytique dans l'espace Prérequis: Géom. vectorielle dans V 3, géom. analytique dans le plan Requis pour: Algèbre linéaire, examen de maturité.

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercices sur les vecteurs Exercice 1 : Associativité de la somme de trois vecteurs. On donne trois vecteurs u, v et w. Sur les deux figures suivantes tracer la somme u + v + w de deux manières : u + v

Plus en détail

Géométrie du plan. Barycentre. Notions communes. Mesures algébriques. Produits scalaires et mixtes

Géométrie du plan. Barycentre. Notions communes. Mesures algébriques. Produits scalaires et mixtes [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 septembre 016 Enoncés 1 Géométrie du plan Notions communes Exercice 1 [ 01903 ] [Correction] Montrer que deux droites parallèles sont disjointes ou confondues.

Plus en détail

EXERCICES SUR LES SUITES

EXERCICES SUR LES SUITES EXERCICES SUR LES SUITES EXERCICE 1 u est une suite définie sur IN par u 7 = 6 et u 10 = 162 Déterminer sa raison, son premier terme u 0, ainsi que la somme S = u 10 + u 11 + + u 25 : 1) dans le cas où

Plus en détail

EXERCICES SUR LE PRODUIT SCALAIRE. Dans toute cette série d'exercices, les repères considérés sont tous orthonormaux.

EXERCICES SUR LE PRODUIT SCALAIRE. Dans toute cette série d'exercices, les repères considérés sont tous orthonormaux. EXERIES SUR LE PRODUIT SLIRE Dans toute cette série d'exercices, les repères considérés sont tous orthonormaux. Exercice 1 Soit un carré D. On construit un rectangle PQR tel que : P et R sont sur les côtés

Plus en détail

HOMOTHÉTIES - TRANSLATIONS - ROTATIONS

HOMOTHÉTIES - TRANSLATIONS - ROTATIONS HOOTHÉTIES - TRASLATIOS - ROTATIOS I s - Propriétés On appelle translation de vecteur u, l'application qui à un point associe l'unique point tel que = u On la note souvent t u (ou simplement t lorsqu'il

Plus en détail

PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES

PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES Exercice n. (correction) Répondre par VRAI (V) ou FAUX (F) : Question Soient A, B et C trois points distincts du plan. PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES a) A, B et C sont alignés si et seulement si :

Plus en détail

III. Géométrie du plan

III. Géométrie du plan 1 Repérage dans le plan 11 Repérage cartésien Définition 1 On appelle base du plan un couple ( i, avec i et deux vecteurs non colinéaires du plan Tout vecteur u du plan s exprime de manière unique comme

Plus en détail

Droites et plans de l espace - Vecteurs

Droites et plans de l espace - Vecteurs Chapitre 8 Droites et plans de l espace - Vecteurs Objectifs du chapitre : item références auto évaluation étude de la position relative de droite(s) et de plan(s) vecteurs de l espace formules dans un

Plus en détail

2. Donner des équations paramétriques et cartésiennes des droites passant par A et dirigées par v avec :

2. Donner des équations paramétriques et cartésiennes des droites passant par A et dirigées par v avec : Exo7 Droites du plan ; droites et plans de l espace Fiche corrigée par Arnaud Bodin 1 Droites dans le plan Exercice 1 Soit P un plan muni d un repère R(O, i, j), les points et les vecteurs sont exprimés

Plus en détail

Application du produit scalaire: Géométrie analytique

Application du produit scalaire: Géométrie analytique Application du produit scalaire: Géométrie analytique I) Vecteur normal et équation de droite 1) Vecteur normal à une droite Dire que est un vecteur non nul normal à une droite (d) de vecteur directeur

Plus en détail

TS - Maths - Révisions Nombres complexes

TS - Maths - Révisions Nombres complexes TS - Maths - Révisions Nombres complexes Exercice 1 LIBAN 01 On considère la suite de nombres complexes z n définie par z 0 = i et pour tout entier naturel n : z n+1 = 1 + iz n. Les parties A et B peuvent

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base

MATHÉMATIQUES II. Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base MATHÉMATIQUES II Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base canonique (, ij) On notera o = (,) 00 l origine du plan Tout élément ( xy, ) de IP peut s interpréter

Plus en détail

Définition. Dans le plan muni d un repère (O;! i,! j ), les coordonnées d un vecteur! u sont les coordonnées de l unique point M tel que. OM=! u.

Définition. Dans le plan muni d un repère (O;! i,! j ), les coordonnées d un vecteur! u sont les coordonnées de l unique point M tel que. OM=! u. Interprétation Propriété Coordonnées d un vecteur Dans le plan muni d un repère (O; i, j ), les coordonnées d un vecteur u sont les coordonnées de l unique point M tel que OM= u. On écrit u (x; y) pour

Plus en détail

Similitudes directes du plan

Similitudes directes du plan Similitudes directes du plan I Transformations du plan - Déplacements Définition On dit qu'une application f du plan dans lui-même est une transformation si f est une bijection du plan dans lui-même, c'est-à-dire

Plus en détail

Coniques. Ellipses. Définition monofocale. Hyperboles. Paraboles. Equations polaires

Coniques. Ellipses. Définition monofocale. Hyperboles. Paraboles. Equations polaires [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 septembre 06 Enoncés Coniques Ellipses Définition monofocale Exercice [ 099 ] [Correction] Soit D une droite du plan P et F un point non situé sur D. (a) Justifier

Plus en détail

Plan complexe avec GéoPlan

Plan complexe avec GéoPlan Plan complexe avec GéoPlan Des carrés autour d'une figure - études de configurations avec les complexes. Sommaire 1. Trois carrés Deux triangles rectangles isocèles - Médiane de l'un, hauteur de l'autre

Plus en détail

Équations cartésiennes de plans et de droites

Équations cartésiennes de plans et de droites Chapitre 4 Équations cartésiennes de plans et de droites Sommaire 4.1 Équation cartésienne d un plan........................................... 25 4.1.1 Équation cartésienne d un plan........................................

Plus en détail

Espace. + β v = 0. On dit aussi que les deux vecteurs sont

Espace. + β v = 0. On dit aussi que les deux vecteurs sont I Vecteurs dans l espace. II Notion de plan. III Coordonnées. IV Equations dans l espace. Espace. «Espace, frontière de l'infini vers lequel voyage notre vaisseau spatial. Sa mission: Explorer de nouveaux

Plus en détail

Dans cette partie, ABCD est un tétraèdre régulier, c'est-à-dire un solide dont les quatre faces sont des triangles équilatéraux.

Dans cette partie, ABCD est un tétraèdre régulier, c'est-à-dire un solide dont les quatre faces sont des triangles équilatéraux. Pondichery Avril 2011 Série S Exercice Partie I Dans cette partie, ABCD est un tétraèdre régulier, c'est-à-dire un solide dont les quatre faces sont des triangles équilatéraux. A D B A C A' est le centre

Plus en détail

GEOMETRIE ANALYTIQUE EQUATIONS DE DROITES

GEOMETRIE ANALYTIQUE EQUATIONS DE DROITES GEOMETRIE ANALYTIQUE EQUATIONS DE DROITES Géométrie analytique C est Descartes (1596-1650) qui a développé l idée de représenter les figures géométriques dans un repère, les points du plan étant définis

Plus en détail

Sylvain ETIENNE 2003/2004 PLC1, groupe 1 Exposé 36

Sylvain ETIENNE 2003/2004 PLC1, groupe 1 Exposé 36 THEOREME DE L ANGLE INSCRIT : ENSEMBLE DES POINTS M DU PLAN TELS QUE L ANGLE ORIENTE DE DROITES OU DEMI-DROITES (MA MB SOIT CONSTANT COCYCLICITE APPLICATIONS Niveau : complémentaire Pré-requis : Vecteurs

Plus en détail

Fiche d exercices 9 : Géométrie et orthogonalité dans l espace

Fiche d exercices 9 : Géométrie et orthogonalité dans l espace Fiche d exercices 9 : Géométrie et orthogonalité dans l espace Droites et plans de l espace Exercice SABC est un tétraèdre, la droite (SA) est orthogonale au plan (ABC), le triangle ABC est rectangle en

Plus en détail

Feuille de TD n o 13. Géométrie

Feuille de TD n o 13. Géométrie Mathématiques BCPST1 Lycée Roland Garros 2016-2017 πππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππ Feuille de TD n o 13. Géométrie πππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππππ

Plus en détail

Similitudes planes. I Transformations du plan. Définition. Propriété (voir démonstration 01) Exemple. Exercice 01. Exercice 02. Exemple.

Similitudes planes. I Transformations du plan. Définition. Propriété (voir démonstration 01) Exemple. Exercice 01. Exercice 02. Exemple. Similitudes planes I Transformations du plan On dit qu'une application f du plan dans lui-même est une transformation si f est une bijection du plan dans lui-même, c'est-à-dire si pour tout point N du

Plus en détail

(Isométrie et produit scalaire)

(Isométrie et produit scalaire) 1. Définitions et propriétés Définition (d une isométrie) Soit f une application du plan dans lui-même. On dit que f est une isométrie du plan si elle conserve la distance c est-à-dire pour tous points

Plus en détail

Nombres complexes - Équations et forme trigonométrique

Nombres complexes - Équations et forme trigonométrique Lycée Paul Doumer 0-04 TS Cours Nombres complexes - Équations et forme trigonométrique Contents Équation du second degré. Racines carrées..................................... Équation du second degré à

Plus en détail

Dossier n 22 : Exemples d étude de configurations faisant l objet de constructions géométriques à la règle et au compas.

Dossier n 22 : Exemples d étude de configurations faisant l objet de constructions géométriques à la règle et au compas. Dossier n : Exemples d étude de configurations faisant l objet de constructions géométriques à la règle et au compas Rédigée par Cécile COURTOIS, le juillet 003 Cecile-courtois@wanadoofr I Situation par

Plus en détail

Géométrie analytique

Géométrie analytique 8 décembre 2009 Théorème Dans( le plan muni d un repère orthonormal O; i, ) j, on considère une droite( passant par A et α de vecteur directeur u. β) Tout point M de cette droite est tel que : AM = t u,

Plus en détail

1S DS 4 Durée : 2h. ( 5,5 points ) Exercice 1

1S DS 4 Durée : 2h. ( 5,5 points ) Exercice 1 1S DS Durée : h Exercice 1 (, points ) Dans un repère orthonormé (annexe exercice 1), on donne la droite (d) d équation x 3y + 6 = 0, le point A(1; 7) et le vecteur v (; 3). 1. Pour tracer (d) on peut

Plus en détail

CHAPITRE IV : GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE ET DROITES

CHAPITRE IV : GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE ET DROITES CHAPITRE IV : GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE ET DROITES Configurations du plan Le théorème de Pythagore s applique à un triangle rectangle ; le théorème de Thalès, à une figure qui comprend des droites parallèles

Plus en détail

Notions de géométrie

Notions de géométrie IUT Orsay Mesures Physiques Notions de géométrie Cours du 1 er semestre A. Les systèmes de coordonnées dans le plan A-I. Coordonnées cartésiennes Le plan étant muni d un repère orthonormé ( O, i, j) nombres

Plus en détail

Transformations du plan et de l espace

Transformations du plan et de l espace [http://mp.cpgedupudelome.fr] édité le 24 septembre 2016 Enoncés 1 Montrer que si A et B sont des points fies de f alors la droite (AB) est invariante par f. Eercice 5 [ 0218 ] [Correction] Soient A, B,

Plus en détail

Vecteurs et droites. u = 0 et on dit que

Vecteurs et droites. u = 0 et on dit que Vecteurs et droites ) Rappels sur les vecteurs Généralités Définitions : ) Un vecteur u ou B est défini par : une direction (la droite (B)) un sens (de vers B) une longueur : la norme du vecteur u ou B

Plus en détail

I. Vecteur normal à une droite

I. Vecteur normal à une droite pplications du produit scalaire I. Vecteur normal à une droite 1. Définition : n D u Dire que n ( n ) est un vecteur normal à D de vecteur directeur u signifie que n est orthogonal à u.. Caractérisation

Plus en détail

1S Modèles de rédaction Enoncés

1S Modèles de rédaction Enoncés Par l équipe des professeurs de 1S du lycée Parc de Vilgénis 1S Modèles de rédaction Enoncés Produit scalaire & Corrigés Exercice 1 : définition du produit scalaire Soit ABC un triangle tel que AB, AC

Plus en détail

Produit scalaire. Expressions et propriétés du produit scalaire

Produit scalaire. Expressions et propriétés du produit scalaire Produit scalaire 1ère STI I - Expressions et propriétés du produit scalaire 1 éfinitions Le produit scalaire de deux vecteurs non nuls u et v, noté u v, est le nombre, u v = u. u.cos ( u, v. u v θ u v

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY. U.F.R. Économie & Gestion. LICENCE d ÉCONOMIE et GESTION. Première année - Semestre 2 MATHÉMATIQUES

UNIVERSITÉ DE CERGY. U.F.R. Économie & Gestion. LICENCE d ÉCONOMIE et GESTION. Première année - Semestre 2 MATHÉMATIQUES Année 011-01 UNIVERSITÉ DE CERGY U.F.R. Économie & Gestion LICENCE d ÉCONOMIE et GESTION Première année - Semestre MATHÉMATIQUES MATH10 : Fonctions de plusieurs variables Enseignant responsable : C. Andrianasitera

Plus en détail

ISOMETRIES DANS LE PLAN

ISOMETRIES DANS LE PLAN Année Scolaire Isométrie 2011-2012 Terminale Association des Professeurs de Mathématiques de la Région de Sikasso et Sympathisants ISOMETRIES DANS LE PLAN 7 ème ASSEMBLEE GENERALE Koutiala Du 28 au 30

Plus en détail

Proposition1.1. (i) Le composé d une rotation et d une translation (ou d une translation et d une rotation) est une rotation de même angle.

Proposition1.1. (i) Le composé d une rotation et d une translation (ou d une translation et d une rotation) est une rotation de même angle. Géométrie affine 0. Objet du cours. L objet de ce cours est de présenter les principales idées et les résultats importants de la géométrie élémentaire dans le cadre réel affine et dans le cadre réel euclidien,

Plus en détail

Terminale S Géométrie dans l espace

Terminale S Géométrie dans l espace Terminale S Géométrie dans l espace 1 Positions relatives de droites et de plans 1.1 Positions relatives de deux droites Deux droites de l espace sont : soit..................... elles sont alors soit...............

Plus en détail

EXERCICES CORRIGES DE MATH

EXERCICES CORRIGES DE MATH EXERCICES CORRIGES DE MATH PAR Ahmed Mowgli, PROFESSEUR DE MATH ET PHYSIQUE-CHIMIE Ce document est la propriété de son auteur, vous avez le droit de l utiliser, de le lire et même de le travailler! Je

Plus en détail

Sylvain ETIENNE 2003/2004 PLC 1 Exposé 27

Sylvain ETIENNE 2003/2004 PLC 1 Exposé 27 HOMOTHETIES ET TRANSLATIONS ; TRANSFORMATION VECTORIELLE ASSOCIEE. INVARIANTS ELEMENTAIRES : EFFET SUR LES DIRECTIONS, L ALIGNEMENT, LES DISTANCES APPLICATIONS A L ACTION SUR LES CONFIGURATIONS USUELLES.

Plus en détail

Produit vectoriel dans l espace euclidien orienté de dimension 3. Point de vue géométrique, point de vue analytique. Applications.

Produit vectoriel dans l espace euclidien orienté de dimension 3. Point de vue géométrique, point de vue analytique. Applications. Produit vectoriel dans l espace euclidien orienté de dimension 3. Point de vue géométrique, point de vue analytique. Applications. Chantal Menini 18 mai 2009 Avant de vous lancer dans cet exposé assurez-vous

Plus en détail

DROITES, PLANS ET VECTEURS DE L ESPACE.

DROITES, PLANS ET VECTEURS DE L ESPACE. DROITES, PLANS ET VECTEURS DE L ESPACE. I- Droites et plans de l espace : Rappels des règles de base Par deux points distincts de l espace, passe une unique droite. Par trois points non alignés passe un

Plus en détail

Parallélogrammes Particuliers

Parallélogrammes Particuliers Parallélogrammes Particuliers I) Définitions et propriétés Les parallélogrammes particuliers étudiés sont les rectangles, les carrés et les losanges. 1) Le rectangle a) Définition : Un rectangle est un

Plus en détail

I. Relations métriques

I. Relations métriques 1 sur 8 http://www.ilemaths.n/maths-capes-lecon-37-relation-triangle-rectang... LEÇON 37 : RELATIONS MÉTRIQUES DANS UN TRIANGLE RECTANGLE. TRIGONOMÉTRIE. APPLICATIONS Niveau : Collège (4 ème - 3 ème )

Plus en détail

5. Exercices et corrigés

5. Exercices et corrigés 5. Exercices et corrigés Rappels et questions-tests p.166 1) ABC est un triangle. Placez les points D et E tels que : BD = AC et AE = BA. Quelle est la nature du quadrilatère ADCE? ) ABC est un triangle.

Plus en détail

Orthogonalité de droites et de plans

Orthogonalité de droites et de plans Orthogonalité de droites et de plans Par Mathtous Ce mini cours s'adresse en priorité aux élèves de première. Il a pour objectif de rappeler les propriétés essentielles des droites orthogonales et des

Plus en détail

Les vecteurs du plan

Les vecteurs du plan Les vecteurs du plan Colinéarité Lycée du golfe de Saint Tropez Année 2015/2016 Première S ( Lycée du golfe de Saint Tropez) Vecteurs Année 2015/2016 1 / 13 1 Vecteurs colinéaires Définition et première

Plus en détail

Dans l ensemble du chapitre, on considère le plan muni d un repère orthonormal. est un nombre «complexe» (au sens de «composé» défini avec

Dans l ensemble du chapitre, on considère le plan muni d un repère orthonormal. est un nombre «complexe» (au sens de «composé» défini avec 1/Les Nombres Complexes Chapitre 4 Les Nombres Complexes. I. Définitions Objectif : On veut «construire» un ensemble de nombres contenant l ensemble des nombres réels, muni de deux opérations qui généralisent

Plus en détail

Géométrie. δmaths BAC MATHS. M. Ezeddine ABDA DeltaMaths

Géométrie. δmaths BAC MATHS. M. Ezeddine ABDA DeltaMaths Géométrie BAC MATHS δmaths M. Ezeddine ABDA DeltaMaths Nombres complexes * +. Si, alors il existe un unique couple tel que. est la forme algébrique du nombre complexe. : la partie réelle de. : la partie

Plus en détail

( ) = 1, Im( z 1 ) = 2. ( ) = 0, Im( z 2 ) = 1. ( ) = 7, Im( z 3 ) = 0. = 1+ 2i. Re z 1 = i. Re z 2 z 3. z 1. = 7. Re z 3

( ) = 1, Im( z 1 ) = 2. ( ) = 0, Im( z 2 ) = 1. ( ) = 7, Im( z 3 ) = 0. = 1+ 2i. Re z 1 = i. Re z 2 z 3. z 1. = 7. Re z 3 I Forme algébrique d un nombre complexe 1 Il existe un ensemble noté et appelé ensemble des nombres complexes qui vérifie les propriétés suivantes : " ; L'ensemble est muni d'une addition et d'une multiplication

Plus en détail

Exo7. Géométrie du plan. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur

Exo7. Géométrie du plan. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur Exo7 Géométrie du plan Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

Plus en détail

(6 points) c. En déduire les dimensions de la boîte ayant le plus grand volume et donner la valeur de volume maximal. (5 points)

(6 points) c. En déduire les dimensions de la boîte ayant le plus grand volume et donner la valeur de volume maximal. (5 points) Bac Blanc - Maths - 1S - 08/0/01 (sur 0 durée : h - calculatrice autorisée La présentation et la qualité de rédaction seront prises en compte dans la note EXERCICE 1 Un chocolatier veut faire fabriquer

Plus en détail

Ch3 : configurations du plan - repérage d un point

Ch3 : configurations du plan - repérage d un point Ch3 : configurations du plan - repérage d un point 1. Coordonnées d un point sur un plan : repère orthonormé 1 (O,I,J et repérage d un point distance de deux points - démonstration avec le théorème de

Plus en détail

LEÇON N 22 : Équation cartésienne d une droite du plan. Problèmes d intersection, parallélisme. Condition pour que trois droites soient concourantes.

LEÇON N 22 : Équation cartésienne d une droite du plan. Problèmes d intersection, parallélisme. Condition pour que trois droites soient concourantes. LEÇON N 22 : Équation cartésienne d une droite du plan. Problèmes d intersection, parallélisme. Condition pour que trois droites soient concourantes. Pré-requis : Déterminants ; Définition vectorielle

Plus en détail

Configurations fondamentales - Seconde

Configurations fondamentales - Seconde Configurations fondamentales - Seconde Exercices de géométrie plane avec GéoPlan : puzzle, triangle, point fixe. Sommaire 1. Puzzle et triangle isocèle 2. Puzzle et carrés 3. Propriété de Thalès 4. Utiliser

Plus en détail

ISEFC Juin 2007 Département de Mathématiques MA115. Série d exercices: Géométrie élémentaire du Plan

ISEFC Juin 2007 Département de Mathématiques MA115. Série d exercices: Géométrie élémentaire du Plan ISEFC Juin 2007 Département de Mathématiques MA115 Série d exercices: Géométrie élémentaire du Plan Exercice 1: Soient (ABC) et (ABD) deux triangles tels que C et D soient de part et d autre de la droite

Plus en détail

Géométrie dans l'espace

Géométrie dans l'espace Géométrie dans l'espace 1. Rappels de géométrie dans l'espace 1.1. Positions relatives de droites et plans 1.1.1. Position relative de deux plans Définition : On dit que deux plans sont strictement parallèles

Plus en détail

Géométrie élémentaire du plan

Géométrie élémentaire du plan Géométrie élémentaire du plan omme le veut le programme, les notions suivantes de géométrie sont supposées connues : calcul vectoriel et barycentrique, distance et norme euclidiennes, orthogonalité et

Plus en détail

Leçon 29. Droites remarquables du triangle

Leçon 29. Droites remarquables du triangle Tout ce qui est en bleu sera dit à l'oral ou nous sera éventuellement utile pour les questions venant du jury; le reste sera projeté. Leçon 29. Droites remarquables du triangle Introduction (à l'oral):

Plus en détail

Troisièmes : formulaire de révision pour le brevet et la seconde. Cours disponibles sur le net :

Troisièmes : formulaire de révision pour le brevet et la seconde. Cours disponibles sur le net : Troisièmes : formulaire de révision pour le brevet et la seconde. Cours disponibles sur le net : http://titaile.free.fr (sans le www) I. Calcul. Revoir impérativement «développer, factoriser, résoudre

Plus en détail

Remarque : A chaque translation correspond un vecteur qu on appelle vecteur de la

Remarque : A chaque translation correspond un vecteur qu on appelle vecteur de la Vecters I. Notion de vecters a) Vecters et translations Définition : A et B désignent dex points d plan. La translation qi transforme A en B associe à tot point C d plan l'niqe point D tel qe les segments

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Ph DEPRESLE. 11 janvier Les nombres complexes-forme algébrique d un nombre complexe 2

NOMBRES COMPLEXES. Ph DEPRESLE. 11 janvier Les nombres complexes-forme algébrique d un nombre complexe 2 NOMBRES COMPLEXES Ph DEPRESLE janvier 06 Table des matières Les nombres complexes-forme algébrique d un nombre complexe Opérations dans l ensemble C. Addition dans C...........................................

Plus en détail

Géométrie Chapitre 1 : Vecteurs et droites du plan

Géométrie Chapitre 1 : Vecteurs et droites du plan Géométrie Chapitre 1 : Vecteurs et droites du plan I- Rappels et compléments sur les vecteurs 1) Vecteurs égaux La translation qui transforme en est appelée la translation de vecteur. Le point s appelle

Plus en détail

Les nombres complexes

Les nombres complexes DERNIÈRE IMPRESSION LE 17 février 016 à 15:35 Les nombres complexes Table des matières 1 Introduction 1.1 Un problème historique......................... 1. Création d un nouvel ensemble.....................

Plus en détail

Triangles rectangles et trigonométrie

Triangles rectangles et trigonométrie Chapitre 6 Triangles rectangles et trigonométrie I] Rappels a) Définition Un triangle qui a un angle droit est un triangle rectangle. Le côté opposé à l angle droit est l hypoténuse, c est le plus grand

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Centres étrangers 16 juin 2011

Corrigé du baccalauréat S Centres étrangers 16 juin 2011 Corrigé du baccalauréat S Centres étrangers 6 juin EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. a. A O A A 4 A 6 A 5 A A On a a a a,5, puis a,75, a 4,65 a 5,6875 et a 6,6565 b. c. Puisque le point A

Plus en détail

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S )

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 4 Janvier 007 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble ( Année 006-007 ) 1 Table des matières 1 Grille d autoévaluation

Plus en détail

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation )

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Introduction : On se place dans plan affine euclidien muni

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Géométrie analytique (affine ou euclidienne) Exercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très

Plus en détail

Exercices sur le produit scalaire

Exercices sur le produit scalaire Exercices sur le produit scalaire Exercice 1 La figure ci-dessous représente un rectangle ABCD tel que : AB = 5 et BC = ; un triangle ABF équilatéral et un triangle BCE rectangle et isocèle en C. Le point

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. 2 2 à coefficients réels dont l élément nul est noté 0, et S 2 formé des matrices symétriques.

MATHÉMATIQUES II. 2 2 à coefficients réels dont l élément nul est noté 0, et S 2 formé des matrices symétriques. MATHÉMATIQUES II Dans tout le problème, M désigne le IR -espace vectoriel des matrices carrées à coefficients réels dont l élément nul est noté 0, et S le sous-espace vectoriel de M formé des matrices

Plus en détail

Chapitre 9 Les nombres complexes

Chapitre 9 Les nombres complexes Chapitre 9 Les nombres complexes Vocabulaire-représentation Définition des nombres complexes Définition Nombres complexes, partie réelle, partie imaginaire) On introduit i, un nombre qui vérifie i = On

Plus en détail