SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE"

Transcription

1 - Département de l'isère - Commune de MENS Place de la mairie MENS 5 rue du portail rouge VIF SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE Phase 2 : Propositions d amélioration Mémoire explicatif Dossier Juin 2012 Bureau d'études Techniques Tél. : , rue Mayoussard - CENTR ALP Fax : MOIRANS E.mail :

2 Sommaire I Problématique générale sur la commune... 4 II Sécurisation de la ressource... 5 II.1 Qualité... 5 II.2 Quantité... 5 II.2.1 Les ressources actuelles... 5 II.2.2 Les ressources gravitaires potentielles... 6 II.2.3 La ressource de Foreyre... 7 II.2.1 Conclusion sur les ressources... 8 III Réseaux... 9 III.1 Renouvellement / renforcement... 9 III.2 Maillages de secours et d appoint...10 III.2.1 Synthèse des alimentations de chaque réseau...10 III.2.2 Point sur les collectivités voisines...10 III.2.3 Création du forage de Foreyre et interconnexion avec le réseau du Bourg...11 III.3 Extension de réseau...13 IV Ouvrages...15 IV.1 Ouvrages existants...15 IV.2 Ouvrages à créer...16 IV.3 Télésurveillance dans les réservoirs...17 V Branchements - Compteurs...18 VI Défense incendie...19 VI.1 Modélisation du réseau à l aide du logiciel Porteau :...19 VI.2 Causes des non-conformités...21 VI.3 Propositions d amélioration sur le réseau principal des Granges...21 VI.4 Propositions d amélioration sur les hameaux isolés...24 VI.5 Conclusion...26 VII Hiérarchisation des travaux proposés...27 VIII Impact sur le prix de l eau...29 IX Conclusion...31 Juin 2012 Page 1

3 RESUME DE LA PHASE 1- DIAGNOSTIC DE LA SITUATION ACTUELLE ET DE LA PHASE 2 BILAN DU FONCTIONNEMENT DU RESEAU D'EAU POTABLE PROPOSITIONS D'AMELIORATION SERVICE habitants permanents et ~2 540 habitants en saison estivale SERVICE Eau facturée au m³ (pas de forfait) ADDUCTION 3 ressources, dont 1 sur St Baudille et Pipet et appartenant à cette commune ADDUCTION DUP en cours sur toutes les ressources Les débits sont jaugés régulièrement, mais il faudrait les mesurer à la source Jauger les sources avant trop-plein et de façon saisonnière Nettoyage/désinfection régulière des réservoirs Traitement au chlore pour le bourg, UV sur la Vanne, mais pas de traitement sur Bessayre ni les Ecarts Traitement à envisager sur ces 2 réseaux DISTRIBUTION 4 réservoirs, 4 sous-réseaux DISTRIBUTION ~ 1080 abonnés, volume facturé de m³/an ; Une dizaine "gros" consommateurs représentant m³/an Bonne sécurisation du réseau du Bourg et de Bessayre (multiplicité de la ressource) Une seule ressource pour les réservoirs de Menglas et Milmaze : pas de sécurisation Compteurs en sortie des réservoirs Relevés réguliers de compteurs généraux Conformité bactériologique sur tous les réseaux en 2010 ; Non conformités ponctuelles les années précédentes sur le Bourg et Milmaze Pas de traitement sur le réseau de Bessayre (sources Baret et Verdier) - Ce réseau a un long linéaire. Ouvrages en bon état, quelques travaux à prévoir Renouvellement des compteurs particuliers anciens Rendement global de 60%, avec moins de 50% sur le Bourg malgré de très nombreuses réparations Pression globalement satisfaisante sur toute la commune ; fortes pressions sur le réseau de Bessayre (> 10 bar) Temps de séjour de l'eau inférieur à 2 jours dans tous les réservoirs (sauf au réservoir de Milmaze : 3 jours) Gestion d'une crise (pollution de la ressource, ou casse de conduite) par bouteilles ou camions citerne Traitement au chlore sur le réservoir de Milmaze à envisager Modification de la chambre de vannes du réservoir des Granges pour traitement du réseau des Traitement au chlore sur le réservoir de Bessayre à envisager Faire les travaux signalés sur les ouvrages Renouveler chaque année une partie du réseau Equiper les compteurs généraux d'une télésurveillance afin de mieux repérer les fuites (suivi des débits nocturnes) Proposition de traitement à l'aval du réservoir de Milmaze DEFENSE INCENDIE Réserves suffisantes sauf sur le réservoir de Milmaze Sur 57 poteaux, 16 conformes, (soit 28% conformité) Couverture insuffisante ou inexistante sur certains secteurs sur l'habitat isolé BILAN BESOINS-RESSOURCES Bilan très défavorable (source à l'étiage, et jour de pointe de l'année pour la consommation) : déficit en eau, sur la base du débit d'étiage connu Bilan (débit moyen de la source, et jour de pointe de l'année pour la consommation) : faible marge sur la ressource, montrant l'importance de maintenir un bon rendement DEFENSE INCENDIE Défnse incendie des hameaux du réseau de Milmaze à assurer par des bâches incendie Améliorations proposées : ajout de 2 poteaux minimum, renforcements de réseau, maillage des 2 réseaux des Granges, et bâches incendie sur les hameaux les plus éloignés des réseaux principaux BILAN BESOINS-RESSOURCES Surveiller les débits nocturnes pour détecter l'apparition de fuites Renouveler chaque année une partie du réseau pour améliorer le rendement (recherche de fuites pour déterminer les urgences) et pour ne pas gaspiller la ressource A long terme, création et exploitation d'une nouvelle ressource à Foreyre Juin 2012 Page 2

4 Objectif de la phase 2 Suite au diagnostic de l alimentation en eau potable sur la commune, des aménagements et travaux permettant l amélioration de la situation vis-à-vis de la ressource, des réseaux, des ouvrages et de la défense incendie sont proposés. Les aménagements retenus par la commune seront présentés et chiffrés. L impact de ces travaux sur le prix de l eau sera également étudié. Juin 2012 Page 3

5 I PROBLEMATIQUE GENERALE SUR LA COMMUNE La commune de MENS est alimentée par 3 ressources dont 1 appartenant à la commune de St Baudille et Pipet. La commune dispose de traitements qui couvrent une grande partie des zones desservies. Le débit disponible est très variable entre la situation moyenne et l étiage de l automne. La campagne de mesures réalisée dans le cadre de cette étude par ATEAU a mis en évidence un débit de fuites important (9.6 m³/h), dont 6.2 m³/h sur le réseau du bourg. Le rendement global du réseau est de l ordre de 60%. Le grand froid de février 2012 a engendré beaucoup de casses et n a pas permis d améliorer le rendement malgré les nombreuses réparations effectuées depuis la campagne de mesures. Un 1 er bilan besoins-ressources, dans une situation volontairement défavorable, qui fait coïncider une pointe de consommation avec un étiage sévère des ressources, fait clairement apparaître un déficit en eau de la commune de Mens, en situation actuelle comme en Il manquerait entre 400 et 600 m³/j pour couvrir les besoins de la commune. Un second calcul moins défavorable, réalisé cette fois en comparant la pointe de consommation avec le débit moyen des sources, met en évidence une marge sur la ressource de 200 à 400 m³/j selon le rendement considéré. Pour tenir compte de la grande variation de débit des ressources, directement lié à la pluviométrie, nous retiendrons pour la suite les valeurs les plus défavorables du bilan besoins-ressources. On notera enfin l insuffisance de la défense incendie (28% de poteaux conformes). Le diagnostic des non-conformités sera affiné lors de la modélisation du réseau. Dans le cadre des phases 2 et 3 de l étude, des aménagements seront donc proposés, notamment pour renouveler les réseaux et contribuer à l amélioration du rendement, et pour améliorer les conditions de défense incendie. Juin 2012 Page 4

6 II SECURISATION DE LA RESSOURCE II.1 QUALITE La commune dispose de 2 ressources communales, qui complètent la ressource de la Vanne, partagée avec St Baudille et Pipet. Aucune n a de DUP à ce jour. Seulela source de Baret a protégée par une clôture. Les procédures de DUP sont en cours, et devront être suivies des travaux de protection pour améliorer la qualité de l eau brute (=avant traitement). Sur la période entre 2008 et 2010, aucune non-conformité n a été constatée sur la commune. La qualité bactériologique et physico-chimique de l eau distribuée est donc bonne. On a noté en phase diagnostic une absence de traitement sur : le réseau secondaire du réservoir des Granges (Les Ecarts) ; le réseau de Bessayre. Par ailleurs, au niveau du réseau de Milmaze, la présence de bactéries dans les analyses tend à montrer que la qualité de l eau se dégrade entre le réservoir de St Baudille-et-Pipet et le hameau de Milmaze. Il est donc proposé de mettre en place 2 chlorations par pompes doseuses : 1 au réservoir de Milmaze, 1 au réservoir de Bessayre. Estimation du coût du traitement chlore aux réservoirs de Bessayre et de Milmaze : HT (travaux +divers), hors branchement électrique. Une demande de raccordement au réseau électrique devra être réalisée auprès d ERDF pour le réservoir de Milmaze, où le réseau existant n est pas à proximité, et pour le réservoir de Bessayre, où des fourreaux sont en attente. Sur le réservoir des Granges, une modification de la chambre de vannes serait à envisager pour traiter les 2 départs de distribution (Bourg et Ecarts). Voir paragraphe VI.3. II.2 QUANTITE II.2.1 Les ressources actuelles Lors de la phase 1, un 1 er bilan besoins-ressources, dans une situation volontairement défavorable, qui fait coïncider une pointe de consommation avec un étiage sévère des ressources, a fait clairement apparaître un déficit en eau de la commune de Mens, en situation actuelle comme en Il manquerait entre 400 et 600 m³/j pour couvrir les besoins de la commune. Un second calcul moins défavorable, réalisé cette fois en comparant la pointe de consommation avec le débit moyen des sources, a mis en évidence une marge sur la ressource de 200 à 400 m³/j selon le rendement considéré. Pour tenir compte de la grande variation de débit des ressources, directement lié à la pluviométrie, nous retiendrons pour la suite les valeurs les plus défavorables du bilan besoins-ressources. Ces calculs mettent en évidence l importance de maintenir un bon rendement sur le réseau. Juin 2012 Page 5

7 Pour améliorer puis maintenir un bon rendement, le renouvellement progressif des réseaux devra être mis en place (voir paragraphe III.1). La connaissance des ressources exploitées et exploitables pourrait être améliorée par un suivi plus fréquent de leurs débits, pour évaluer précisément les variations de débit dans l année. II.2.2 Les ressources gravitaires potentielles Pour pallier le manque d eau, la commune devra utiliser au maximum les ressources gravitaires potentielles de son territoire, qui ne sont actuellement pas connectées au réseau. Elles sont listées dans le paragraphe II.4 du rapport de phase 1. Démarche à suivre pour ces ressources : 1) Les intégrer aux procédures DUP comme pour les ressources exploitées ; 2) Faire la visite de ces ressources avec l hydrogéologue agréé, qui définira les travaux à réaliser pour les conserver, ou qui donnera un avis défavorable à leur utilisation. Exemple du captage Verdier, très rudimentaire : des travaux seront nécessaires s il est conservé. 3) En cas d avis favorable, continuer la procédure de DUP, faire les travaux de réhabilitation indiqués par l hydrogéologue, puis faire les vérifications sur les réseaux. Nous indiquons ci-après uniquement les vérifications à réaliser avant mise en service des captages, sous réserve de l avis favorable de l hydrogéologue. Captage Menglas : conduite existante entre ce captage et le réservoir de Menglas ; Prévoir une vérification sommaire de la conduite avant remise en service. Captage Tolondet : conduite existante entre ce captage et le réservoir des Granges (nota : cette source ne peut alimenter que la cuve de gauche (300 m³)). Captages privés de Verdier et Baret : ces captages sont déjà reliés au réseau d eau potable par des interconnexions fermées. Le renouvellement des vannes d interconnexion serait à prévoir. La vérification sommaire des conduites consiste à s assurer qu aucun débit n arrive au réservoir à l aval lorsque la ressource est mise en vidange. Les ressources gravitaires potentielles représentent un volume journalier de 200 m³/j en étiage. Juin 2012 Page 6

8 II.2.3 La ressource de Foreyre Justification de la nécessité à long terme de cette ressource : Selon les hypothèses de rendement et de débit d étiage prises en compte, le débit des sources gravitaires ne suffirait pas à couvrir les besoins de pointe de la commune en La ressource de Foreyre, qui peut être exploitée par pompage, serait donc nécessaire, soit en 2025 (hypothèse pessimiste), soit à plus long terme. La commune doit donc anticiper ses besoins à très long terme, et préserver le site de pompage de Foreyre (achat du terrain, ou à minima protection par les documents d urbanisme). A titre indicatif, la ressource exploitable sur Foreyre serait de m³/j (53 m³/h 20 heures de pompage par jour hypothétiques). Conclusions de la recherche en eau sur le site et choix de l emplacement du forage d exploitation : La nappe du secteur de Foreyre a été identifiée suite à une campagne de panneaux et sondages électriques en 2007, puis a fait l objet de recherches plus approfondies par la réalisation de 2 piézomètres et un forage de reconnaissance en Il s avère que la nappe, protégée par 10 m d argile plastique étanche, dispose d un fort potentiel (40 m³/h testé dans un petit forage), avec une très bonne protection contre les pollutions d origine superficielle. En revanche, on note la présence de manganèse à des taux dépassant les normes de potabilité. La présence de fer et d ammonium est également constatée, mais cela ne nécessiterait pas de traitement. Le taux de manganèse semblant diminuer d aval en amont sur les 3 ouvrages réalisés, il a été décidé en 2009 de créer 2 nouveaux piézomètres (pz 3 et 4) en amont des ouvrages précédents. Or, les prélèvements réalisés sur ces 2 ouvrages ont mis en évidence des concentrations en manganèse plus fortes que sur les 1ers piézomètres. On retiendra donc de ces investigations que : la qualité de l eau est très variable sur le secteur étudié (manganèse, fer, ammonium). l emplacement le plus favorable pour la réalisation d un forage d exploitation est situé au niveau du piézomètre Pz 2, sur lequel le taux de manganèse observé est le moins élevé (de l ordre de 0.2 mg/l, pour une référence de qualité de 0.05 mg/l). Un traitement du manganèse sera obligatoire pour garantir la potabilité de l eau pompée, et ce traitement est coûteux. Les contraintes d accès au site sont importantes, la création d une piste sera nécessaire. Le coût de la création du pompage est présenté au paragraphe III.2.3. avec le chiffrage de la conduite de refoulement. Juin 2012 Page 7

9 Le traitement du Manganèse : Le traitement du manganèse a pour objectif de limiter le goût et l odeur de l eau induits par une forte concentration de cet élément. Le principe du traitement est de réaliser une oxydation de l élément afin de le rendre insoluble dans l eau. Les éléments de coûts de traitements du Manganèse sont issus de l étude : «Elimination catalytique du fer et du manganèse pour la production d eau potable», par CIRSEE, centre de recherche de Suez Environnement, Etude financée par l'agence de l'eau Seine Normandie, octobre 2006 : Les coûts d investissements associés à la déferrisation et à la démanganisation biologique et physico-chimiques provenant d une base de données interne au CIRSEE permettent de comparer ces filières pour deux débits différents, l un de 50 m3/h, l autre de 100 m3/h. Voir figure ci-après : Evolution du coût suivant les débits et les filières utilisées (base de données CIRSEE), octobre 2006 A titre indicatif, le coût d un traitement biologique du manganèse sur une installation de 50 m³/h serait de l ordre de HT actualisés (travaux seuls). Le coût serait à affiner en fonction du débit équipé, qui pourra être inférieur à 50 m³/h. C est un investissement extrêmement coûteux, auquel s ajoutent des frais de fonctionnement non négligeables. II.2.1 Conclusion sur les ressources La commune doit, par ordre de priorité : Mieux connaître ses ressources exploitées, par le suivi régulier des débits, notamment en étiage ; Faire le point sur ses ressources gravitaires non exploitées en les intégrant dans la procédure de DUP ; Acheter ou au moins protéger le terrain de Foreyre sur les documents d urbanisme afin de conserver cette ressource potentielle pour un futur plus ou moins lointain, selon l évolution du rendement. Juin 2012 Page 8

10 III RESEAUX III.1 RENOUVELLEMENT / RENFORCEMENT La loi Grenelle 2 et son décret d application du 27 janvier 2012 imposent aux collectivités locales, avant fin 2013, la réalisation d un inventaire détaillé de leurs réseaux, une évaluation des fuites, et un programme de travaux de réparation lorsque les pertes d'eau dans les réseaux de distribution dépassent les seuils fixés par le décret. A défaut, une majoration de la redevance pour prélèvement sur la ressource en eau est appliquée. Le réseau date de 1932, avec des tronçons renouvelés récemment. L âge du réseau de distribution peut donc atteindre 80 ans, il doit être renouvelé. Le programme de travaux proposé se base sur un renouvellement d environ 840 ml de réseau par an puisque le réseau de distribution a un linéaire de 42 km et que l on considère une durée de vie de 50 ans pour les conduites. Le tableau ci-après présente le coût indicatif d une partie du renouvellement du bourg sur 2 ans (1 450 ml de renouvellement). Echéance troncon* Voirie concernée type linéaire Cout canalisations en H.T Nombre approximatif branchements Cout branchements en H.T Cout total travaux H.T Cout total travaux + 15% divers H.T 2012 A-B rue du Pied de Mens en cours C-D rue du Bourg Ø100 F 140 ml ~ 25 ab E-F rue Dr Sénebier Ø100 F 350 ml ~ 40 ab C-B A-D C-G Total renouvellement COUT DES TRAVAUX DE RENOUVELLEMENT EN EAU POTABLE SUR LE RESEAU DE MENS - secteur Bourg rue St Giraud / rue du Temple /Place La Halle rues du pas de l'aiguille, du Breuil, et Louis Rippert rue de l'église, place Richard Béranger, et rue St Germain Ø100 F 220 ml ~ 70 ab Ø100 F 500 ml ~ 50 ab Ø40 F 240 ml ~ 40 ab ml ab * voir plan des restructurations ci-joint Le montant global des travaux de renouvellement de réseaux pour est de HT, soit HT travaux + 15% divers. Ceci ne représente qu une partie du renouvellement du bourg. Le renouvellement de cette partie du réseau du bourg représente donc une moyenne de HT par an (travaux + divers). Cette dépense aura un impact non négligeable sur le budget de l eau, voire sur le budget général (voir paragraphe VIII). Une campagne de recherche de fuites doit être lancée pour définir les secteurs prioritaires pour le renouvellement. Le renouvellement pourra donc être effectué dans un ordre différent de celui indiqué ci-dessus. Juin 2012 Page 9

11 III.2 MAILLAGES DE SECOURS ET D APPOINT III.2.1 Synthèse des alimentations de chaque réseau Les réseaux sont majoritairement alimentés par plusieurs ressources, cette diversité permettant un secours en cas pollution sur l une des sources : Réseaux de Menglas et Milmaze : 1 seule ressource (Vanne) Réseau de Bessayre : 2 sources (Vanne, Baret) Réseau des Granges : 3 sources (Vanne, Baret et Verdier) En cas de pollution sur une ressource, le réseau principal (le Bourg) peut être alimenté par d autres ressources. Les réseaux de Menglas et Milmaze sont en revanche très vulnérables en cas de pollution sur la source de la Vanne. Aucune autre ressource ne pouvant alimenter ces secteurs en secours, une pollution engendrerait la distribution d eau en bouteille chez les abonnés de ces réseaux. III.2.2 Point sur les collectivités voisines Outre l interconnexion avec St Baudille et Pipet, qui est utilisée en permanence, la commune dispose d une interconnexion en conduite Ø60 avec la commune voisine de St Jean d Hérans. Cette interconnexion se situe au niveau du Col Accarias, anciennement alimenté par Mens. Ce hameau est alimenté aujourd hui par le SIE de l Homme du Lac, via un pompage. Bien que les ressources du syndicat soient suffisantes pour les besoins de ses 2 communes membres (St Jean d Hérans et Cornillon en Trièves), la marge sur la ressource (de l ordre de 60 m³/j pour 2030) n est pas suffisante pour combler le déficit en eau calculé sur Mens. Par ailleurs, l interconnexion en Ø60 serait largement insuffisante, et des travaux de renforcement de la conduite et du pompage seraient nécessaires. On signale également l existence d un autre syndicat d eau, le SIE St Jean d Hérans St Sébastien, qui ne dispose pas d interconnexion avec Mens. Les réseaux actuels du syndicat sont éloignés de Mens, et le syndicat ne dispose pas d une marge suffisante pour combler le déficit de Mens. Conclusions : Les 2 syndicats voisins de Mens ne disposent pas d une marge suffisante pour alimenter Mens en situation d étiage et de pointe de consommation. Juin 2012 Page 10

12 III.2.3 Création du forage de Foreyre et interconnexion avec le réseau du Bourg Les recherches en eau ont mis en évidence l existence d une nappe exploitable sur le secteur de Foreyre (voir paragraphe II.2.3). Cette ressource est située en point bas de la commune (~ 675 m), et elle se trouve donc plus bas que tous les réservoirs communaux : voir synoptique ci-après : Ressource de Foreyre L utilisation de la ressource de Foreyre nécessitera donc un refoulement. Deux possibilités de refoulement sont envisageables : 1) Un refoulement vers le réseau de Milmaze, très proche (Ø500 ml), permettrait d alimenter ce réseau qui représente une faible part du besoin communal (environ 35 m³/j en juin 2011), mais avec de gros consommateurs (fermes). Le réseau de Milmaze présente l avantage d avoir un très bon rendement (100%), l eau pompée ne serait ainsi pas perdue. 2) Un refoulement vers le bourg permettrait d alimenter le secteur où le besoin est le plus important (425 m³/j en juin 2011 pour les 2 réseaux des Granges réunis). Le linéaire à créer est très important : plus de ml. Dans les 2 cas, le refoulement se ferait par interconnexion avec les réseaux de distribution existants, afin de limiter le linéaire de conduites à créer. La modélisation du réseau (présentée plus loin au paragraphe VI) a permis de montrer qu en période de fonctionnement du pompage, la pression augmenterait de 1 bar dans le bourg : Juin 2012 Page 11

13 Evolution de la pression (en m) sur 24 h au bas du bourg Simulations de 2 périodes de fonctionnement du forage A titre indicatif, profil de pression entre le forage et le réservoir des Granges à un instant donné : RESERVOIR FORAGE Compte-tenu du coût important du raccordement au réseau du bourg, les travaux pourraient être réalisés en 2 phases : 1) Forage + refoulement vers réseau de Milmaze, avec des pompes immergées de 5 m³/h et 140 m de HMT. 2) Refoulement vers réseau du Bourg, avec des pompes immergées de 50 m³/h et 250 m de HMT. Juin 2012 Page 12

14 L estimation des dépenses, détaillée en annexe 2, est synthétisée ci-dessous (montant travaux + 15% divers) : NOUVELLE RESSOURCE DE FOREYRE ET ADDUCTIONS A CREER 0) CREATION D'UN FORAGE D'EXPLOITATION A FOREYRE ) TRAITEMENT DU MANGANESE ) EQUIPEMENTS FORAGE POUR RESEAU DE MILMAZE bis) EQUIPEMENTS FORAGE POUR RESEAU PRINCIPAL ) CONDUITES DE REFOULEMENT VERS RESEAU DE MILMAZE bis) CONDUITES DE REFOULEMENT VERS RESEAU PRINCIPAL Phase 1 : forage + traitement + alimentation de MILMAZE (= ) Phase 2 : alimentation du réseau principal (2bis + 3bis) TOTAL nouvelle ressource et adductions La totalité du projet (travaux + 15% divers) est estimée à plus d un million d euros, traitement du Manganèse inclus. Si la commune réalisait directement le maillage avec le réseau du Bourg, sans maillage avec Milmaze, le projet serait estimé à HT (travaux + 15% divers). Remarques : solutions étudiées non retenues : - Un refoulement en utilisant une partie du réseau de Bessayre n est pas envisageable (augmentation de 10 bar de la pression dans le réseau de distribution). - Le manganèse aurait pu théoriquement être «traité» par dilution avec les sources gravitaires de la commune, mais sa concentration est trop forte (il faudrait 4 volumes d eau des sources pour un volume d eau du forage). III.3 EXTENSION DE RESEAU Le centre Terre Vivante situé à l ouest de la commune n est pas alimenté en eau potable par le réseau communal (sources privées). Suite à une demande de raccordement du centre sur le réseau public, nous étudions ci-après la faisabilité d alimentation du centre par le réseau de Mens. Les 2 réseaux les plus proches sont : Le réseau de Bessayre (réservoir à 980 m) Le réseau de Milmaze (réservoir à 800 m) Le centre est situé à 760 m d altitude. Le débit maximum d alimentation est fixé à 4 m³/h (hypothèse à confirmer avec le centre). Juin 2012 Page 13

15 Tableau comparatif des solutions : Raccordement au Réseau de Bessayre Réseau de Milmaze DESCRIPTION TECHNIQUE ml de conduite Ø40 intérieur à poser entre la colonie de vacances de Foreyre et le centre. Pression au centre : ml de conduite Ø60 intérieur à poser entre le hameau de Foreyre et le centre. Pression au centre : 22 bar statique 4 bar statique 10 bar pour un tirage de 4 m³/h (1.1 l/s) 2 bar pour un tirage de 4 m³/h (1.1 l/s) COMMENTAIRES Linéaire de conduite moins élevé, avec un diamètre plus faible mais nécessité d être en classe de résistance à la pression plus élevée (PN 25, voire plus en point bas) Pression de service importante sur le réseau et au niveau du centre, favorisant les fuites Linéaire de conduite plus élevé, en diamètre supérieur pour limiter les pertes de charges. Conduite classique en PN 16 Pression de service correcte voire faible en cas de fort tirage (>1 l/s) Nous chiffrons donc à titre indicatif le raccordement du centre sur le réseau de Milmaze, qui présente le plus d avantages en terme de pression : HT (travaux + divers). Voir détail du coût des travaux en annexe 2. Ce coût est donné à titre indicatif, il n est pas retenu dans la liste des travaux à réaliser. Juin 2012 Page 14

16 IV OUVRAGES IV.1 OUVRAGES EXISTANTS Les travaux à réaliser sur les captages seront précisés dans le cadre de la DUP des sources. A titre indicatif, lors de notre visite des ouvrages, nous avions noté : CAPTAGES Baret Verdier Reprendre le béton sur les murs et la dalle du toit, et protéger les aciers apparents Défricher autour de l ouvrage (végétation envahissante) Porte acier à changer dans le cadre de la mise en conformité 2 grilles de ventilation à changer Mur de soutènement à consolider à gauche Porte acier à changer dans le cadre de la mise en conformité Des travaux sont à prévoir dans les réservoirs (mise en sécurité des échelles immergées,.) : Réservoir de Menglas Prix unitaire unité Quantité TRAVAUX PARTICULIERS Sous Total Arbres à couper sur la cuve et dans les enrochements du mur de soutènement 1000 forf Echelle immergée à changer (en inox ou résine) 2000 forf Trappe acier à renouveler en inox (y compris le cadre) 1500 forf TOTAL TRAVAUX HT (*) MAITRISE D'ŒUVRE, DIVERS ET IMPREVUS (15 %) TOTAL GENERAL ARRONDI HT (*) (*) Total HT Travaux : Estimation travaux Hors Taxes valeur octobre TRAVAUX PARTICULIERS Réservoir de Bessayre Prix unitaire unité Quantité Sous Total Couper les arbres qui poussent sur et à côté du réservoir Remettre de la terre sur la coupole 800 forf forf Aciers apparents sous la dalle du toit à protéger 120 forf Quelques mousses à nettoyer au niveau de la liaison cuve / chambre de vannes Caillebottis à renouveler en inox 300 forf forf Echelle immergée à changer (en inox ou résine) 2000 forf Trappe de fermeture de la cuve à renouveler en inox 1500 forf Renouveler à terme les vannes opercule acier en opercule caoutchouc TOTAL TRAVAUX HT (*) MAITRISE D'ŒUVRE, DIVERS ET IMPREVUS (15 %) TOTAL GENERAL ARRONDI HT (*) (*) Total HT Travaux : Estimation travaux Hors Taxes valeur octobre Juin 2012 Page 15

17 TRAVAUX PARTICULIERS Réservoir des Granges Prix unitaire unité Quantité Sous Total Clôture à reprendre partiellement (remplacer les barbelés), et tenir le portillon fermé 900 forf Reprendre ponctuellement le béton du mur longeant l escalier Reprendre l étanchéité des pavés de verre pour supprimer les infiltrations d eau côté cuve droite dans la chambre de vannes 2 échelles immergées à changer (en inox ou résine) 2 garde-corps à prévoir sur la passerelle où est installé le traitement javel Ajouter un tube de niveau d eau dans la chambre de vannes pour visualiser le niveau sans accéder aux cuves par l extérieur Vannes à opercule acier à renouveler à terme en opercule caoutchouc TOTAL TRAVAUX HT (*) MAITRISE D'ŒUVRE, DIVERS ET IMPREVUS (15 %) TOTAL GENERAL ARRONDI HT (*) (*) Total HT Travaux : Estimation travaux Hors Taxes valeur octobre forf forf forf forf forf TRAVAUX PARTICULIERS Réservoir de Milmaze Prix unitaire unité Quantité Sous Total Acrotère du toit à reprendre Couper quelques taillis sur la cuve Coupole à regarnir de terre Echelle immergée à changer (en inox ou résine) TOTAL TRAVAUX HT (*) MAITRISE D'ŒUVRE, DIVERS ET IMPREVUS (15 %) TOTAL GENERAL ARRONDI HT (*) (*) Total HT Travaux : Estimation travaux Hors Taxes valeur octobre forf forf forf forf Les travaux sur les réservoirs représentent un montant global travaux +15% divers de HT. On notera que la commune a réalisé les travaux d entretien de la végétation depuis les visites. IV.2 OUVRAGES A CREER Il n y a pas d ouvrage à créer. Juin 2012 Page 16

18 IV.3 TELESURVEILLANCE DANS LES RESERVOIRS Afin d améliorer la connaissance du réseau, il est proposé de mettre en place une télésurveillance dans chacun des 4 réservoirs communaux, afin de rapatrier automatiquement les index de compteurs. Ce système permet ainsi de suivre en direct le volume distribué, et de détecter plus vite une éventuelle fuite sur le réseau. A titre indicatif, les relèves de compteurs actuelles permettent d avoir une information par semaine. Le système proposé comprend : - L équipement des 4 réservoirs par des postes locaux de télégestion ; - L installation d un logiciel simple de paramétrage, de visualisation et d archivage des données. L ensemble est estimé à ~ HT (travaux + 15% divers), avec un logiciel simple à exploiter. Des postes de supervision plus complets mais aussi plus complexes existent sur le marché, mais leur coût est bien supérieur. Juin 2012 Page 17

19 V BRANCHEMENTS - COMPTEURS Le recensement des branchements en plomb est en cours. Le programme de renouvellement des canalisations proposé comprend le remplacement de la partie publique des branchements ainsi que des compteurs. En effet, on rappelle qu en vieillissant les compteurs d eau ont tendance à sous-estimer les volumes consommés. Juin 2012 Page 18

20 VI DEFENSE INCENDIE Lors de la phase diagnostic, il a été mis en évidence des non-conformités au regard de la réglementation en vigueur : Réserve insuffisante sur le réservoir de Milmaze ; Pourrait être suffisante avec le projet de décret ; Beaucoup de poteaux non conformes (dont certains inférieurs à 30 m³/h) Le plan des rayons d action des poteaux incendie montre que certains secteurs et certaines maisons isolées ne sont pas couverts. Nous proposons ci-après des solutions pour les non-conformités constatées, avec un test des solutions hydrauliques sur le modèle informatique décrit ci-après. Toutes les propositions d amélioration ci-après devront être validées avec le SDIS. Nota : le détail des coûts des travaux proposés dans ce paragraphe est indiqué en annexe 2. VI.1 MODELISATION DU RESEAU A L AIDE DU LOGICIEL PORTEAU : Dans le cadre de l étude, une modélisation du réseau a été réalisée à l aide du logiciel Porteau- Zomayet. L objectif est de simuler le fonctionnement futur du réseau en testant les restructurations. Principales caractéristiques du modèle : Réalisé sous Porteau tronçons, 80 nœuds, dont 4 réservoirs et 2 trop-pleins d un réservoir à un autre, La consommation est calée sur les mesures de juin 2011 (exemple : les 35 m³/j du réseau de Milmaze ont été répartis sur les 5 nœuds de ce réseau). Le modèle est calé à l aide des essais de poteaux incendie. Juin 2012 Page 19

21 Schéma du réseau d eau de MENS réalisé à partir du logiciel Porteau Réservoir des Granges Réservoir de Bessayre Réservoir de Menglas Réservoir de Milmaze Juin 2012 Page 20

22 VI.2 CAUSES DES NON-CONFORMITES Plusieurs causes de non-conformités sont à distinguer : - Conduites sous-dimensionnées pour le débit incendie : c est le cas sur les hameaux alimentés par le réseau de Milmaze, en Ø80 maximum (Mas Martinenc, Milmaze, Serre de Milmaze, Foreyre, Boiras) ; les hameaux de Menglas (Ø60), du Pigeonnier (Ø60), de Bonthoux (Ø60), de Haut-Blanchet et Beaumet (Ø75 et 60). C est aussi le cas sur certains poteaux du Bourg (PI 28, 54, 56) des allées des Peupliers et des 4 Pierres. Voir améliorations proposées aux paragraphes VI.3 et VI.4. - Certains poteaux devraient être conformes en théorie compte-tenu des diamètres des conduites qui les alimentent (ceci a été vérifié avec la modélisation) : PI 6 : Terre des ruisseaux PI 7 : les Marais PI 8 : Charvet PI 12 : Ser Clapi PI 43 : Pont de Carton Pour chacun : il faut vérifier que le diamètre du poteau est bien Ø100, et que la vanne de raccordement du poteau est bien ouverte. VI.3 PROPOSITIONS D AMELIORATION SUR LE RESEAU PRINCIPAL DES GRANGES 2 nouveaux poteaux devront être implantés : 1) au niveau de la Croix (entre le réservoir des Granges et le centre-bourg) afin de couvrir les maisons à proximité (qui sont à plus de 200 m d un poteau actuellement). Coût indicatif : HT (travaux + 15% divers). 2) au niveau de Pierre Longue, où les maisons le long de la voirie parallèle à la RD 66 ne sont pas couvertes. Une extension de réseau de réseau sera nécessaire pour implanter le poteau. Les maisons seront ainsi à moins de 400 m, voire moins de 200 m du poteau projeté. Coût indicatif : HT (travaux + 15% divers). Afin de rendre les poteaux existants du Bourg conformes, nous proposons deux types de modifications: 1) Déplacer les poteaux 54, 28 et 56 avenue Courtial Bard, où la conduite Ø100 permettra d assurer le débit incendie. Le déplacement des poteaux sur cette avenue ne changera pas la couverture des habitations des allées des Peupliers et des 4 Pierres (elles seront à moins de 200m des poteaux). Juin 2012 Page 21

23 2) Les poteaux du centre-bourg (PI 27, 21, 14) peuvent devenir conformes en maillant les 2 réseaux au départ du réservoir des Granges. Principe du maillage : Description des travaux à réaliser pour le maillage des 2 réseaux des Granges DEPART ACTUEL DU BOURG DEPART ACTUEL DES ECARTS VF INJECTION DE JAVEL VO VO VF VO 29 LEGENDE : VO VF Conduites à créer Vanne à ouvrir Vanne à fermer Juin 2012 Page 22

24 Avantages et inconvénients du maillage : MAILLAGE DES 2 RESEAUX RESEAUX NON MAILLES Avantages - Amélioration des débits de tous les PI ; Certains «deviennent» conformes : PI 27, 21, 14 - Le traitement du réseau des Ecarts se fait à l emplacement actuel de l injection de javel. - Sectorisation des réseaux pour la recherche de fuites (en vue de l amélioration du rendement) - Traitement des Ecarts : déplacer l injection de chlore sur l adduction et mettre en place des robinets flotteurs Inconvénients - Suppression de la sectorisation des réseaux pour la recherche de fuites - Renforcer les principales conduites pour la défense incendie La modification de la chambre de vannes peut être estimée à : HT (travaux + 15% divers). Juin 2012 Page 23

25 VI.4 PROPOSITIONS D AMELIORATION SUR LES HAMEAUX ISOLES Sur le secteur de Menglas : Le renforcement de la conduite Ø60 en Ø100 permettrait de rendre conforme le poteau PI 36. Le coût du renforcement est estimé à HT (travaux + divers). Autre solution à privilégier pour son faible coût : le hameau de Menglas est à moins de 400 m du réservoir : si les pompiers peuvent accéder au réservoir en véhicule, un poteau d aspiration pourrait être mis en place sur le réservoir pour couvrir le hameau. Sur le réseau de Milmaze (Mas Martinenc, Milmaze, Serre de Milmaze, Foreyre, Boiras) : La modélisation a permis de tester un renforcement complet du réseau en Ø100, qui s avère être insuffisant pour rendre conforme les poteaux les plus éloignés (47, 51). La solution de renforcer le réseau dans des diamètres supérieurs à Ø100 n est pas retenue car le temps de séjour de l eau dans les conduites serait trop important et dégraderait la qualité de l eau. La solution alternative est donc de prévoir des bâches de stockage sur les hameaux de sorte que chaque habitation soit située à moins de 400 m d une bâche. Il faudrait donc théoriquement 4 bâches (à valider avec le SDIS), dont le volume est calculé de la façon suivante : Volume de la bâche = 120 m³ 2 h débit du poteau en m³/h Bâche à implanter sur Volume de la bâche En complément du poteau Coût de la bâche (travaux + 15% divers) Foreyre 70 m³ PI HT Milmaze / Serre de Milmaze 70 m³ PI HT Mas Martinenc ~70 m³ PI HT Boiras 120 m³ PI 52 (pas de débit) HT TOTAL 330 m³ HT Ces restructurations seront à confirmer à le SDIS, qui pourrait préférer une seule et unique réserve de grande capacité à ces 4 bâches de 330 m³ au total. La mise en place de 4 bâches souples (moins chère qu une bâche béton mais à durée de vie plus courte) est estimée à HT (travaux + 15% divers). Sur le secteur du Bonthoux (Nord de la commune, réseau de Bessayre) : Le poteau du hameau (PI 10) n est pas conforme, et le poteau conforme le plus proche (PI 11) est situé à plus de 400 m (700 ml). Juin 2012 Page 24

26 La solution de renforcer le réseau en Ø100 n est pas retenue car le temps de séjour de l eau dans la conduite serait trop important et dégraderait la qualité de l eau (le hameau est en extrémité d antenne). Une bâche pourrait donc compléter la défense incendie du secteur : Volume de la bâche = 120 m³ 2 h 25m³/h = 70 m³ Coût indicatif de l opération (travaux + 15% divers) : HT (pour une bâche souple) Sur le secteur de Bessayre (au-dessus du réservoir du même nom) : Ce secteur n est pas alimenté par le réseau public. Une bâche incendie de 120 m³ devrait être mise en place pour être conforme à la réglementation incendie. On signale cependant la présence du réservoir de Bessayre à ~500 ml du hameau, avec sa réserve incendie de 120 m³ : un poteau d aspiration pourrait être créé sur le réservoir pour desservir le hameau (en demandant une dérogation pour une distance supérieure à 400 m). Coût indicatif de la bâche souple (travaux + 15% divers) : HT Sur le secteur du Pigeonnier (Sud du réservoir des Granges, réseau de Menglas) : Le secteur pourra être couvert par le nouveau poteau prévu aux Croix (il sera à moins de 400 m de ce poteau). Sur les secteurs de Haut-Blanchet et Beaumet, et des Apreaux (sud-ouest du bourg, réseau des Granges) : Si le secteur tend à se développer, un renforcement de réseau en Ø100 sera à envisager. Dans le cadre contraire, nous préconisons la mise en place d une bâche incendie en complément des poteaux 2 et 3. Volume de la bâche = 120 m³ 2 h 27m³/h ~ 70 m³ Coût indicatif de l opération (travaux + 15% divers) : HT (pour une bâche souple) Centre Terre Vivante : Ce secteur n est pas alimenté par le réseau public. Une bâche incendie de 120 m³ devrait être mise en place pour être conforme à la réglementation incendie. Coût indicatif de la bâche souple (travaux + 15% divers) : HT Autres secteurs : Certaines maisons isolées comme Grange Haute, les Chirons, sont éloignées des poteaux existants. Une réunion avec les pompiers devra être organisée pour définir si des bâches doivent être envisagées. Juin 2012 Page 25

27 Pour les maisons isolées, les pompiers peuvent parfois mettre en place des procédures différentes (comme pour les interventions pour les feux de forêt). VI.5 CONCLUSION Les travaux pour la mise en conformité de la défense incendie sont estimés à HT (travaux + 15% divers). Avant d engager ces travaux, il est nécessaire de les valider avec le SDIS. AMELIORATION DE LA DEFENSE INCENDIE Ajout d'un poteau incendie au niveau des Croix (réseau des Granges) Menglas : Renforcement de la conduite en Ø Extension de réseau et ajout d'un poteau incendie au niveau de Pierre Longue (réseau des Granges) Modification de la chambre de vannes du réservoir des Granges Création de 3 bâches de 70 m³ sur les hameaux Foreyre, Milmaze, et Mas Martinenc Création d'une bâche de 120 m³ sur Boiras Création d'une bâche de 70 m³ sur le hameau de Bonthoux Création d'une bâche de 70 m³ sur le secteur de Beaumet - les Apreaux - Haut-Blanchet Création d'une bâche de 120 m³ sur Bessayre (si pas d'autorisation pour aspirer dans réservoir) Création d'une bâche de 120 m³ au centre Terre Vivante Juin 2012 Page 26

28 VII HIERARCHISATION DES TRAVAUX PROPOSES Le tableau suivant fait la synthèse des travaux à réaliser sur le réseau d eau potable de la commune, hors renouvellement : Montant opération HT (travaux + divers) AMELIORATION DE LA QUALITE DE L'EAU NOUVELLE RESSOURCE DE FOREYRE ET ADDUCTIONS A CREER Chloration au réservoir de Milmaze et Bessayre ) CREATION D'UN FORAGE D'EXPLOITATION A FOREYRE ) TRAITEMENT DU MANGANESE ) EQUIPEMENTS FORAGE POUR RESEAU DE MILMAZE bis) EQUIPEMENTS FORAGE POUR RESEAU PRINCIPAL ) CONDUITES DE REFOULEMENT VERS RESEAU DE MILMAZE bis) CONDUITES DE REFOULEMENT VERS RESEAU PRINCIPAL Phase 1 : forage + traitement + alimentation de MILMAZE (= ) Phase 2 : alimentation du réseau principal (2bis + 3bis) TOTAL nouvelle ressource et adductions AMELIORATION DE LA DEFENSE INCENDIE Ajout d'un poteau incendie au niveau des Croix (réseau des Granges) Menglas : Renforcement de la conduite en Ø Extension de réseau et ajout d'un poteau incendie au niveau de Pierre Longue (réseau des Granges) Modification de la chambre de vannes du réservoir des Granges Création de 3 bâches de 70 m³ sur les hameaux Foreyre, Milmaze, et Mas Martinenc Création d'une bâche de 120 m³ sur Boiras Création d'une bâche de 70 m³ sur le hameau de Bonthoux Création d'une bâche de 70 m³ sur le secteur de Beaumet - les Apreaux - Haut-Blanchet Création d'une bâche de 120 m³ sur Bessayre (si pas d'autorisation pour aspirer dans réservoir) Création d'une bâche de 120 m³ au centre Terre Vivante TRAVAUX DE RENOVATION DES OUVRAGES Les réservoirs : Menglas Bessayre Granges Milmaze MISE EN PLACE D'UNE TELESURVEILLANCE SUR LES COMPTEURS DES RESERVOIRS TOTAL MENS, hors renouvellement de réseau Juin 2012 Page 27

29 Hiérarchisation des travaux : Les travaux à réaliser rapidement : L amélioration de la qualité de l eau avec la chloration sur 2 réservoirs La rénovation des ouvrages (dont certains ont déjà été réalisés depuis la phase diagnostic). Ils représentent un coût de H.T. La télésurveillance sur les compteurs des réservoirs ( HT). Par ailleurs, la procédure de DUP des captages définira les travaux à réaliser sur les captages en service et en secours. Les travaux à réaliser après réunion avec le SDIS : Seul le SDIS pourra valider les améliorations de la défense incendie, qui représentent HT d après nos estimations. Nous conseillons à la commune de ne pas réaliser de travaux sans demander l avis des pompiers, qui pourront proposer d autres solutions que celles présentées dans ce dossier. Les travaux à réaliser à long terme (horizon , voire au-delà) : La création du forage de Foreyre, et la conduite d interconnexion avec Milmaze et/ou le Bourg. L ensemble des travaux représente un coût de HT hors renouvellement. Quant aux travaux de renouvellement, à programmer sur 50 ans, ils permettront la conservation et l entretien du patrimoine communal et donc la diminution des volumes mis en distribution. Ils permettront de différer dans le temps la réalisation du forage de Foreyre. Juin 2012 Page 28

30 VIII IMPACT SUR LE PRIX DE L EAU Ces résultats ne sont donnés qu à titre indicatif. Ils permettent d'avoir un ordre de grandeur sur l'augmentation du prix de l'eau si la commune décide de réaliser les travaux listés ci-dessus. Nous attirons votre attention sur le fait que les travaux de défense incendie ne sont pas pris en compte pour réaliser l impact sur le prix de l eau ; en effet, la défense incendie relève du budget général et non de celui de l eau. Les frais de fonctionnement (produit de chloration, analyses ), entretien et réparation sont ceux observés sur une année par la commune. Ils ont été appliqués sur toute la durée d amortissement via un taux d actualisation de 2%. Quant au renouvellement de réseau, le montant des travaux est réparti annuellement et actualisé. Il est à noter que nous surestimons probablement les dépenses liées au réseau d eau potable en considérant que les frais de réparation sont constants tandis que les travaux de renouvellement sont réalisés. Les modélisations de l impact des aménagements sur le prix de l eau (voir annexe 3) ont pris en compte différents paramètres : Subventions Contribution du budget général Les travaux à court terme 2 chlorations, rénovation des ouvrages et télégestion - sont réalisés en 2013 (hypothèse), avec un emprunt sur 5 ans, et les renouvellements de réseaux commencent dès Des simulations ont été faites avec et sans le projet de forage à Foreyre. Dans les simulations avec ce projet, nous avons pris en compte les hypothèses suivantes : 2020 : 1 ère phase de travaux (forage et refoulement au réservoir de Milmaze) : HT, avec emprunt sur 5 ans 2025 : 2 ème phase de travaux (refoulement vers le Bourg) : HT, avec emprunt sur 10 ans Calcul des subventions Les aides du Conseil Général et de l Agence de l Eau Juin 2012 Page 29

31 L Agence de l Eau a des critères d attribution de subvention très restrictifs, c est pourquoi nous ne prendrons pas ces subventions en compte. De même, ne connaissant pas encore le nombre exact de branchements plomb à remplacer, nous ne prendrons pas en compte les subventions afférentes. Ne connaissant pas les aides pour le projet de Foreyre, nous avons pris 15% du montant de l opération par hypothèse. Nous attirons votre attention sur le fait que ces programmes de subvention ne sont valables que jusqu à fin Il est très difficile de connaître les règles de subventionnement qui seront retenues au-delà de cette échéance. Dans ce contexte, nous ne pouvons pas certifier que les subventions prises en compte dans nos calculs pourront être obtenues. IMPACT SUR LE PRIX DE L EAU SANS PROJET DE FOREYRE : Hypothèse 1 : en l absence de subventions : simulation 1 : En l absence de subventions, le budget général de la commune doit contribuer au budget eau potable à hauteur de HT / an ce qui correspond globalement au renouvellement annuel du réseau. Hypothèse 2 : avec subventions : simulation 2 : Les informations dont nous disposons concernant les subventions de travaux d eau potable sont valables jusqu à fin Nous ne pouvons pas certifier que les subventions prises en compte dans nos calculs pourront être obtenues. Le budget général de la commune doit contribuer au budget eau potable à hauteur de HT /an les 5 premières années (remboursement de l emprunt pour les travaux à court terme) puis environ /an. IMPACT SUR LE PRIX DE L EAU AVEC PROJET DE FOREYRE : Hypothèse 1 : en l absence de subventions : simulation 3 : En l absence de subventions, le budget général doit contribuer à hauteur de /an jusqu'en 2020, ce qui correspond quasiment au montant du renouvellement de réseau. A partir de 2020, le budget général contribue également au remboursement de l'emprunt de Foreyre, soit au total / an de 2020 à 2024 (remboursement de l emprunt de la phase 1 du projet) et /an entre 2025 et 2034 (remboursement de l emprunt phase 2). Hypothèse 2 : avec subventions : simulation 4 : Les informations dont nous disposons concernant les subventions de travaux d eau potable sont valables jusqu à fin Nous ne pouvons pas certifier que les subventions prises en compte dans nos calculs pourront être obtenues. Juin 2012 Page 30

32 Avec les subventions vues précédemment, le budget général doit contribuer à hauteur de /an jusqu'en 2020, ce qui correspond quasiment au montant du renouvellement de réseau. A partir de 2020, le budget général contribue aussi au remboursement de l'emprunt de Foreyre, soit au total / an de 2020 à 2024 (remboursement de l emprunt de la phase 1) et /an entre 2025 et 2034 (remboursement de l emprunt phase 2). INFLUENCE DU PRIX DE L EAU : Le passage du prix de l eau de 0.82 HT/m³ actuel à 1.6 HT/m³ permet de doubler la recette de vente d eau, soit un gain de HT/an sur la base de la consommation actuelle. La hausse du prix de l eau à 1.6 HT /m³ permettrait de réduire la participation du budget général de /an dans les 4 simulations ci-dessus. IX CONCLUSION Le présent schéma directeur d alimentation en eau potable a permis de mettre en place un programme de travaux permettant : d assurer une bonne qualité de l eau, de renouveler le réseau et donc améliorer son rendement et économiser la ressource actuelle, d envisager la création d une nouvelle ressource à long terme, d avoir une défense incendie conforme. Juin 2012 Page 31

SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE - Département de l'isère - Commune de BEAUFIN Mairie 38970 BEAUFIN 5 rue du portail rouge 38450 VIF SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE Phase 2 : Propositions d améliorations Mémoire explicatif

Plus en détail

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES NATURE DES OPERATIONS - Infrastructures liées à la protection de la ressource, au traitement et à la distribution de l eau potable. BENEFICIAIRES Communes

Plus en détail

Alimentation en eau potable et assainissement

Alimentation en eau potable et assainissement Qualité et cadre de vie Environnement Alimentation en eau potable et assainissement Alimentation en eau potable : Cf : tableau page suivante Assainissement Cf : tableau page suivante Contact Les dossiers

Plus en détail

Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l eau potable

Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l eau potable Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l eau potable Récolte de Miscanthus Décret n 95-636 du 6 mai 1995 Exercice 2013 SIAEP 2, rue de l école 68210 AMMERTZWILLER Tél 03 89 25 34

Plus en détail

> Les engagements. des entreprises

> Les engagements. des entreprises Charte du Syndicat professionnel des entreprises de services d eau et d assainissement pour la gestion du patrimoine Les engagements des entreprises Sommaire 1 Les signataires de la Charte 2 Les enjeux

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE - Département de l'isère - Commune de AMBEL Mairie Le village 38970 AMBEL 5 rue du portail rouge 38450 VIF SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE Phase 1 : Diagnostic de la situation actuelle Diagnostic

Plus en détail

REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013

REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013 REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013 La Commune de Paulhan exploite en régie directe le service des eaux, dont le siège social est situé dans les locaux administratifs

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR COMMUNE DE LA VALLA EN GIER Le Bourg 42131 La Valla-en-Gier DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR Rapport de Phase III Juin 2012 ICA ENVIRONNEMENT 6 Rue Emile Noirot - 42300

Plus en détail

EN EAU POTABLE ANNEXES SANITAIRES

EN EAU POTABLE ANNEXES SANITAIRES COMMUNE DE NERNIER Révision du Plan Local d Urbanisme ALIMENTATION EN EAU POTABLE ANNEXES SANITAIRES Edition Mai 2012 Page 1 sur 5 SOMMAIRE 1 - GENERALITES 2 - LE SYNDICAT INTERCOMMUNAL DES EAUX DES MOISES

Plus en détail

Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable

Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable Département de la Savoie Commune de Saint FRANC PHASE 2 : MODELISATION Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable CY00618 Siège social : 2, rue des Glénans - ZA du Pontay 35760 ST GRÉGOIRE (RENNES)

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL Prix Qualité Transparence 2010 1 Le présent rapport a pour objet de Présenter les différents éléments techniques et financiers relatif au prix et à la qualité

Plus en détail

Appel à projets 2016

Appel à projets 2016 Appel à projets 2016 Réduction des fuites dans les réseaux d eau potable Agence de l Eau Artois Picardie RÉGLEMENT Date de lancement de l appel à projets : 15 Mars 2016 Date limite de réception des candidatures

Plus en détail

Service Eau et Assainissement

Service Eau et Assainissement Service Eau et Assainissement Sommaire Description du service d'eau potable 3-4 Une eau d'origine variée 5 Le stockage de l'eau 6 La qualité de l'eau 7 Le réseau de distribution 8 Le profil de la consommation

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE

SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE FEVRIER 2009 SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE SIÈGE SOCIAL PARC DE L'ILE - 15/27 RUE DU PORT 92022 NANTERRE CEDEX Agence de CHAMBERY : Savoie Technolac BP 318 73377 LE BOURGET DU LAC CEDEX

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011. Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités

DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011. Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011 Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités Contacts presse : Agence de l eau Adour-Garonne Catherine Belaval- 05 61 36 36 44- catherine.belaval@eau-adour-garonne.fr

Plus en détail

Syndicat Intercommunal des Eaux de Dampierre

Syndicat Intercommunal des Eaux de Dampierre DEPARTEMENT DU JURA Arrondissement de DAMPIERRE Dampierre Evans Salans Ranchot Syndicat Intercommunal des Eaux de Dampierre Rapport annuel 2012 sur le prix et la qualité de l eau potable. RAPPORT DE PRESENTATION

Plus en détail

Réunion publique du 12 Juillet 2013. Dossier Assainissement collectif de

Réunion publique du 12 Juillet 2013. Dossier Assainissement collectif de Réunion publique du 12 Juillet 2013 Dossier Assainissement collectif de La fin de la réunion du 30-11-12 La décision finale? Après les résultats des études économiques, l analyse des avantages et inconvénients

Plus en détail

DIAGNOSTIC ECLAIRAGE PUBLIC. Cahier des charges

DIAGNOSTIC ECLAIRAGE PUBLIC. Cahier des charges DIAGNOSTIC ECLAIRAGE PUBLIC Cahier des charges SOMMAIRE I Objet page 2 II Objectifs page 2 III Champs du diagnostic page 2 IV Inventaire technique page 2 V Inventaire financier page 3 VI Schéma directeur

Plus en détail

Déploiement d une Infrastructure de Recharge publique de Véhicules Electriques dans le département de l AISNE DIRVE 02

Déploiement d une Infrastructure de Recharge publique de Véhicules Electriques dans le département de l AISNE DIRVE 02 Déploiement d une Infrastructure de Recharge publique de Véhicules Electriques dans le département de l AISNE DIRVE 02 1 Présentation de l USEDA 2 L USEDA au 30 juin 2015 L USEDA : 801 communes regroupant

Plus en détail

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47)

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) VI. RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Novembre 2009 Mise à jour juillet 2011 Réf. : RP/ER/MM/2009/092

Plus en détail

TECHNIQUES PARTICULIERES

TECHNIQUES PARTICULIERES COMMUNE DE BEAUCENS OBJET DU MARCHE : Mise en place de 2 CITERNES INCENDIE ENTERREES de 60 m³ chacune. CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d oeuvre : Commune de BEAUCENS 4 rue des Arailhès

Plus en détail

Ville de Bulle Novembre 2014

Ville de Bulle Novembre 2014 Ville de Bulle Novembre 2014 SEANCE DU CONSEIL GENERAL DES 15 ET 16 DECEMBRE 2014 Point 3.1.9 de l ordre du jour Construction d'un nouveau réservoir d'eau potable 1. Préambule Afin d éviter toute ambiguïté

Plus en détail

Commune de PISIEU. SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE. Département de l ISERE. Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement, Environnement.

Commune de PISIEU. SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE. Département de l ISERE. Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement, Environnement. Département de l ISERE SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE Commune de PISIEU Etude des possibilités d assainissement collectif / non collectif Octobre 2005 Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement,

Plus en détail

Résumé Non Technique ORIGINAL N OTRE-DA ME - D OE

Résumé Non Technique ORIGINAL N OTRE-DA ME - D OE M ISE A JOUR D U ZONAGE D A SSAINISSEMENT DE LA COMMUNE DE N OTRE-DA ME - D OE ORIGINAL Tours 3 cour du 56 avenue Marcel Dassault 37205 Tours Cedex 3 Tel. : +33 (0)2 47 71 12 50 Fax : +33 (0)2 47 71 12

Plus en détail

Participation financière à la transformation d'un réservoir de Lausanne pour bénéficier de l utilisation d un volume d eau

Participation financière à la transformation d'un réservoir de Lausanne pour bénéficier de l utilisation d un volume d eau COMMUNE DE LUTRY PREAVIS MUNICIPAL N 1114/ 2007 Participation financière à la transformation d'un réservoir de Lausanne pour bénéficier de l utilisation d un volume d eau Au Conseil communal de Lutry,

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex

Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex Commune de LAVEY-MORCLES Préavis de la Municipalité au Conseil communal N 20/2015 Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex Lavey, le 26 août 2015 Au Conseil communal de Lavey-Morcles,

Plus en détail

RÉUNION PUBLIQUE DE PRÉSENTATION DU PROJET D ASSAINISSEMENT DU 23 NOVEMBRE 2013

RÉUNION PUBLIQUE DE PRÉSENTATION DU PROJET D ASSAINISSEMENT DU 23 NOVEMBRE 2013 MAIRIE DE BAZINCOURT/THIERCEVILLE RÉUNION PUBLIQUE DE PRÉSENTATION DU PROJET D ASSAINISSEMENT DU 23 NOVEMBRE 2013 Mairie de BAZINCOURT sur EPTE et THIERCEVILLE 6, rue de la Mairie 27140 Bazincourt sur

Plus en détail

STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE

STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE L usine de la Boissonnade assure la production d eau potable pour la Ville de Rodez. Créée dès 1938, elle a par la suite connu plusieurs modernisations

Plus en détail

SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1

SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1 SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1 L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF : ANC Objectifs : Protection de la santé et de la salubrité publique Préservation

Plus en détail

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Pour la gestion durable de l eau La réduction des volumes de pertes en eau sur le réseau représente, pour le sevice de l eau, un enjeu majeur qui

Plus en détail

Gestion patrimoniale des réseaux et redevance eau potable

Gestion patrimoniale des réseaux et redevance eau potable Gestion patrimoniale des réseaux et redevance eau potable Objectifs : Lutter contre le gaspillage d eau traitée Diminuer le surcoût d exploitation du service Limiter les prélèvements Les réseaux AEP :

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne Bassin Loire-Bretagne : 155 000 km² (28% du territoire national métropolitain) Population concernée : 12,4 millions d habitants Les grands axes

Plus en détail

RÉGLEMENT INTÉRIEUR I - Compétences : II - Fonctionnement : Le Groupe de Travail : III - Champs d intervention :

RÉGLEMENT INTÉRIEUR I - Compétences : II - Fonctionnement : Le Groupe de Travail : III - Champs d intervention : RÉGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur est établi en conformité avec les statuts du Syndicat Mixte Départemental d Eau et d Assainissement I - Compétences : Le SMDEA est chargé par le Conseil

Plus en détail

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion d information LES EAUX USEES DOMESTIQUES : Définition Quelles solutions de traitement? Quelle règlementation? Oct.09 Les Eaux Usées Domestiques

Plus en détail

La gestion patrimoniale du système d alimentation en eau potable

La gestion patrimoniale du système d alimentation en eau potable La gestion patrimoniale du système d alimentation en eau potable présenté par Sébastien Coudert, G2C environnement G2C environnement Ingénierie et conseil aux collectivités Vision systémique et complémentaire

Plus en détail

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00 Date d ouverture de l appel à projet : 1er octobre 2015 Date limite d envoi des dossiers de candidatures : 31 janvier 2016 Pour toutes questions : Délégation du bassin Atlantique-Dordogne Unité territoriale

Plus en détail

COMPTE RENDU Visite de terrain Quartier Bas Frayol

COMPTE RENDU Visite de terrain Quartier Bas Frayol 3, Rue Henri Dunant BP 14 07400 LE TEIL 04.75.52.25.98 04.75.49.09.04 email rhone.helvie@free.fr COMPTE RENDU Visite de terrain Quartier Bas Frayol Date de la sortie : Lundi 11 Mars 2013 de 10h00 à 12h00

Plus en détail

Strasbourg PLAN LOCAL D URBANISME. Commune d ECKBOLSHEIM. 6.2. Annexe sanitaire Eau potable. Département du Bas-Rhin

Strasbourg PLAN LOCAL D URBANISME. Commune d ECKBOLSHEIM. 6.2. Annexe sanitaire Eau potable. Département du Bas-Rhin Strasbourg Communauté Urbaine Communauté Urbaine de Strasbourg Commune d ECKBOLSHEIM Département du Bas-Rhin PLAN LOCAL D URBANISME 6.2. Annexe sanitaire Eau potable Dossier approuvé Décembre 2007 Communauté

Plus en détail

Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle»

Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle» Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle» ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide de préconisations relatives à la réalisation des études de Conception des Systèmes d assainissement

Plus en détail

Un outil développé par

Un outil développé par Un outil développé par 1 SOMMAIRE Calendrier de campagne... 3 Identification... 4 Paramétrage... 5 Page d accueil... 5 Tableau de bord de la campagne... 6 Ciblage des clients... 7 Choix du format... 13

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Département de la Corrèze Commune de SAINT-BONNET L ENFANTIER Elaboration du Plan Local d Urbanisme LE PADD : Projet d Aménagement et de Développement Durable «vu pour être annexé à la délibération en

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

SECTORISATION ET PRELOCALISATION ACOUSTIQUE A LA ROCHELLE

SECTORISATION ET PRELOCALISATION ACOUSTIQUE A LA ROCHELLE SECTORISATION ET PRELOCALISATION ACOUSTIQUE A LA ROCHELLE Régie Municipale de l eau Ville de La Rochelle Missions dédiées à ce service : Maîtrise d ouvrage déléguée Maîtrise d œuvre Exploitation: Production

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

Préambule. Yvonand, le 18 janvier 2010 AU CONSEIL COMMUNAL 1462 YVONAND. Préavis municipal No 2010/01

Préambule. Yvonand, le 18 janvier 2010 AU CONSEIL COMMUNAL 1462 YVONAND. Préavis municipal No 2010/01 Yvonand, le 18 janvier 2010 AU CONSEIL COMMUNAL 1462 YVONAND Préavis municipal No 2010/01 Concerne : Demande d un crédit de construction pour des travaux de transformations du bâtiment ECA 859, chemin

Plus en détail

Commune de Vovray en Bornes. Schéma Directeur de la Défense Incendie de la Commune

Commune de Vovray en Bornes. Schéma Directeur de la Défense Incendie de la Commune . Commune de Vovray en Bornes. Schéma Directeur de la Défense Incendie de la Commune Octobre 2011. Régie Départementale d Assistance. 1 Rue du 30 ème Régiment d Infanterie. BP 2444. 74041 Annecy Cedex.

Plus en détail

Le financement des investissements par emprunts

Le financement des investissements par emprunts Le financement des investissements par emprunts Définition Pour bien démarrer I) Les emprunts a) Remboursables par amortissements constants b) Remboursables par échéances constantes c) Conclusion sur les

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D EAU POTABLE Du 1er juillet 2012 au 30 Juin 2013

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D EAU POTABLE Du 1er juillet 2012 au 30 Juin 2013 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D EAU POTABLE Du 1er juillet 2012 au 30 Juin 2013 1- INDICATEURS TECHNIQUES : 1.1 - POINT DE PRELEVEMENT : La station de pompage «Le Petit Bois»

Plus en détail

Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014

Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014 Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014 1 Sommaire Préambule :...4 1. Caractérisation technique du service :... 5 2 Présentation du territoire desservi :...

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC

DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC PLAN LOCAL D URBANISME PIECE N 6.2.1 ANNEXES SANITAIRES EAU POTABLE : NOTICE TECHNIQUE Le réseau d adduction d eau potable La Communauté d Agglomération

Plus en détail

Comment choisir les toits les plus appropriés pour une première opération

Comment choisir les toits les plus appropriés pour une première opération Centrales villageoises photovoltaïques Comment choisir les toits les plus appropriés pour une première opération 1. Les caractéristiques techniques de la toiture et du bâtiment... 1 2. Les critères susceptibles

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL CONCERNANT LA DEMANDE DE CREDIT DE FR. 70 000

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL CONCERNANT LA DEMANDE DE CREDIT DE FR. 70 000 COMMUNE DE GORGIER RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL CONCERNANT LA DEMANDE DE CREDIT DE FR. 70 000.- CONCERNANT DES TRAVAUX D ENTRETIEN AU RESERVOIR DU CHÂTEAU Madame la présidente, Mesdames

Plus en détail

PROGRAMME DE L'OPERATION

PROGRAMME DE L'OPERATION MARCHE DE MAITRISE D'OEUVRE POUR L'EXTENSION DU RÉSEAU DE COLLECTE DES EAUX USÉES VERS L'HABITAT EXISTANT ET LA RÉHABILITATION DU RÉSEAU D'EAU POTABLE «LE FORT» - TRANCHE 2 PROGRAMME DE L'OPERATION Maître

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CHAPITRE II : APPLICABLES A LA ZONE N Caractère de la zone : Il s agit d une zone naturelle et forestière protégée en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur

Plus en détail

Mini-Projet : choix d une version tarifaire pour son contrat d électricité en fonction de la recharge de son véhicule électrique

Mini-Projet : choix d une version tarifaire pour son contrat d électricité en fonction de la recharge de son véhicule électrique LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD Spécialité Energie et Environnement Mini-Projet : choix d une version tarifaire pour son contrat d électricité en fonction de la recharge de son véhicule électrique Thème

Plus en détail

ETALONNAGE DE COMPTEURS VOLUMETRIQUES SUR DES RESEAUX D IRRIGATION INDIVIDUELS REALISES DE 2011 A 2014

ETALONNAGE DE COMPTEURS VOLUMETRIQUES SUR DES RESEAUX D IRRIGATION INDIVIDUELS REALISES DE 2011 A 2014 ETALONNAGE DE COMPTEURS VOLUMETRIQUES SUR DES RESEAUX D IRRIGATION INDIVIDUELS REALISES DE 2011 A 2014 Simon CORDIER Février 2015 Objectif Suite aux évolutions de la loi sur l eau de 1999, les compteurs

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE

COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE RAPPORT ANNUEL 2012 Page 2 RAPPORT 2012 Caractérisation technique du service Organisation administrative

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Carte de la Terre Sainte

Carte de la Terre Sainte Carte de la Terre Sainte Page 1 La Terre Sainte regroupe 8 communes du bout du canton de Vaud, les dernières communes avant le canton de Genève. Elles représentent environ 15'000 habitants. C est une région

Plus en détail

Concernant la révision et l actualisation du règlement communal sur l évacuation et l épuration des eaux usées

Concernant la révision et l actualisation du règlement communal sur l évacuation et l épuration des eaux usées Commune de Lutry Direction des travaux Préavis municipal no 1096/2006 Concernant la révision et l actualisation du règlement communal sur l évacuation et l épuration des eaux usées Au Conseil communal

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Fiche eau potable. Synthèse :

Fiche eau potable. Synthèse : Synthèse : Fiche eau potable La forêt du Rousset dont une partie pourrait accueillir le projet de Center-Parcs n est actuellement pas desservie en eau potable. La commune du Rousset adhère au SIE de l

Plus en détail

Manuel d utilisation du formulaire «études de sol» à l attention des experts agréés en pollution du sol en Région de Bruxelles-Capitale.

Manuel d utilisation du formulaire «études de sol» à l attention des experts agréés en pollution du sol en Région de Bruxelles-Capitale. 1 POLLUTION DES SOLS Manuel d utilisation du formulaire «études de sol» à l attention des experts agréés en pollution du sol en Région de Bruxelles-Capitale. SOMMAIRE CHAPITRE I : INTRODUCTION... 2 CHAPITRE

Plus en détail

Synthèse de l audit énergétique des bâtiments communaux. Audit réalisé par l entreprise CLIMAT CONSEIL En octobre 2006

Synthèse de l audit énergétique des bâtiments communaux. Audit réalisé par l entreprise CLIMAT CONSEIL En octobre 2006 Synthèse de l audit énergétique des bâtiments communaux Audit réalisé par l entreprise CLIMAT CONSEIL En octobre 2006 JANVIER 2007 1 AUDIT ENERGETIQUE des bâtiments communaux 1 BILANS DES INSTALLATIONS

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2013 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

RAPPORT ANNUEL 2013 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Service Public d Assainissement Non Collectif 57, Grande Rue 01 290 PONT-DE-VEYLE RAPPORT ANNUEL 2013 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Lorette CLEMENT Mars 2014 SOMMAIRE

Plus en détail

Règlement concernant le fonds de rénovation immobilière; adoption; décision

Règlement concernant le fonds de rénovation immobilière; adoption; décision SYNODE D HIVER 4 et 5 décembre 2012 Point 10 Règlement concernant le fonds de rénovation immobilière; adoption; décision Propositions: 1. Le Synode approuve le règlement concernant le fonds de rénovation

Plus en détail

RÉSEAU D EAU Commune de Fauvillers. Séance d information

RÉSEAU D EAU Commune de Fauvillers. Séance d information RÉSEAU D EAU Commune de Fauvillers Séance d information Situation actuelle 1. La distribution Réseau de distribution : 56,694 KM (estimation communale) Performance du réseau : 64,8 % Cela signifie que

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE Département de l Isère COMMUNE DU CHEYLAS SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE RAPPORT DE PHASE 3 PROPOSITIONS D AMENAGEMENTS Mémoire explicatif E 42-12 189, chemin du Bac à Traille 69 300 CALUIRE

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France»

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Plan Séisme Chantier N 1- Action 1.4.2 Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Rapport AFPS Contrat AFPS / MEDD N CV05000137

Plus en détail

Rencontre n 3 : Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante

Rencontre n 3 : Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Cycle de rencontres techniques : Gestion patrimoniale AEP Rencontre n 3 : Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante 26 Mai 2011 Besançon 1 Déroulement de la rencontre

Plus en détail

ÉPREUVE E2 ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE SOUS-ÉPREUVE E2 PRÉPARATION ET SUIVI DE L ACTIVITÉ DE L UNITÉ COMMERCIALE

ÉPREUVE E2 ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE SOUS-ÉPREUVE E2 PRÉPARATION ET SUIVI DE L ACTIVITÉ DE L UNITÉ COMMERCIALE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ COMMERCE ÉPREUVE E2 ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE SOUS-ÉPREUVE E2 PRÉPARATION ET SUIVI DE L ACTIVITÉ DE L UNITÉ COMMERCIALE CORRIGÉ Le corrigé comporte 13 pages Partie 1 :

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Cahier des charges Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Maître d Ourvage : xxxx Consultation pour

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Projet «La lumière à Konna»

Projet «La lumière à Konna» Janvier 2011 Projet «La lumière à Konna» Contexte : Les pays en développement sont aujourd hui conscients du défi que leur impose la mise en place d une énergie propre et économe dans leur processus de

Plus en détail

SPANC & SIGREDA. Ma commune a transféré sa compétence SPANC au Sigreda, dans quel cadre intervient il?

SPANC & SIGREDA. Ma commune a transféré sa compétence SPANC au Sigreda, dans quel cadre intervient il? SPANC & SIGREDA Ma commune a transféré sa compétence SPANC au Sigreda, dans quel cadre intervient il? Au préalable Le SIGREDA Le SIGREDA Syndicat Intercommunal de la Gresse, du Drac et de leurs Affluents

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION DU RÉSEAU DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL DE FLUXYS SA ET DE PLUSIEURS OPÉRATEURS EUROPÉENS

COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION DU RÉSEAU DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL DE FLUXYS SA ET DE PLUSIEURS OPÉRATEURS EUROPÉENS Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. 02/289.76.11 Fax 02/289.76.99 CONFÉRENCE DE PRESSE Bruxelles - le 5 avril 2002 COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION

Plus en détail

SIMULATION D UN RÉSEAU D EAU : DE LA MÉCANIQUE DES FLUIDES SANS BANC D ÉTUDE

SIMULATION D UN RÉSEAU D EAU : DE LA MÉCANIQUE DES FLUIDES SANS BANC D ÉTUDE Classe : Terminale STL-SCL Enseignement : Systèmes et rocédés SIMULATION D UN RÉSEAU D EAU : DE LA MÉCANIQUE DES FLUIDES SANS BANC D ÉTUDE Fiche de présentation de la ressource Document professeur Sommaire

Plus en détail

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices 1 Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices Les constats sont les suivants : Une eau globalement abondante à l échelle de la Région mais très inégalement répartie

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT QUENTIN SUR ISERE. Schéma directeur et zonage d assainissement pluvial

COMMUNE DE SAINT QUENTIN SUR ISERE. Schéma directeur et zonage d assainissement pluvial PROGEO ENVIRONNEMENT Ingénieurs Conseils COMMUNE DE SAINT QUENTIN SUR ISERE Schéma directeur et zonage d assainissement pluvial Dossier d enquête publique (PROCÉDURE : ARTICLE R123-1 ET S. DU CODE DE L

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS N 17-2015

EXPOSE DES MOTIFS N 17-2015 Commune de Plan -les-ouates EXPOSE DES MOTIFS N 17-2015 Message aux membres du Conseil municipal OBJET: EXTENSION DU RESEAU DE LA FIBRE OPTIQUE COMMUNALE CREDIT D INVESTISSEMENT Fr. 200 000.00 Plan-les-Ouates

Plus en détail

Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE D'OPOUL-PÉRILLOS

Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE D'OPOUL-PÉRILLOS Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE D'OPOUL-PÉRILLOS Caractéristiques techniques du service d'eau potable Le service d'eau

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

La méthanisation des matières organiques

La méthanisation des matières organiques Direction Départementale des Territoires de l Orne Service Aménagement et Environnement Bureau Aménagement du Territoire La méthanisation des matières organiques Fiche n 2 bis Informations sur l injection

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

PROPRIÉTAIRE, SYNDIC, BAILLEURS, ÊTES-VOUS BIEN RACCORDÉS AU RÉSEAU D ASSAINISSEMENT?

PROPRIÉTAIRE, SYNDIC, BAILLEURS, ÊTES-VOUS BIEN RACCORDÉS AU RÉSEAU D ASSAINISSEMENT? PROPRIÉTAIRE, SYNDIC, BAILLEURS, ÊTES-VOUS BIEN RACCORDÉS AU RÉSEAU D ASSAINISSEMENT Un accompagnement personnalisé et gratuit Plaine Commune vous aide, face à vos obligations de propriétaire, en termes

Plus en détail

CENTRE AQUATIQUE 3CPS COÛT, EMPRUNT, DEFICIT D EXPLOITATION, FISCALITÉ : QUELLES IMPLICATIONS POUR LA COLLECTIVITÉ ET POUR LE CONTRIBUABLE?

CENTRE AQUATIQUE 3CPS COÛT, EMPRUNT, DEFICIT D EXPLOITATION, FISCALITÉ : QUELLES IMPLICATIONS POUR LA COLLECTIVITÉ ET POUR LE CONTRIBUABLE? CENTRE AQUATIQUE 3CPS COÛT, EMPRUNT, DEFICIT D EXPLOITATION, FISCALITÉ : QUELLES IMPLICATIONS POUR LA COLLECTIVITÉ ET POUR LE CONTRIBUABLE? Le bureau d études mandaté par la collectivité prévoit un investissement

Plus en détail

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC)

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) Demande d attestation de conformité du projet d assainissement individuel dans le cadre d une demande d urbanisme Accueil du public 1 boulevard Maréchal

Plus en détail

VII COMMANDES/LIVRAISONS 1 Création-Modification du bon de commande 2 Création-Modification du détail du bon de commande

VII COMMANDES/LIVRAISONS 1 Création-Modification du bon de commande 2 Création-Modification du détail du bon de commande INTRODUCTION I - FONCTIONNALITES II LES TABLES III LE FICHIER DES ENGINS 1 Création-Modification d un engin 2 Suppression d un engin IV LES ORDRES DE TRAVAIL (OT) 1 Création-Modification du bon de commande

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République - 77 340 Pontault-Combault

Plus en détail

Guide pratique pour un raccordement électrique individuel consommateur, d une puissance inférieure ou égale à 36 kva

Guide pratique pour un raccordement électrique individuel consommateur, d une puissance inférieure ou égale à 36 kva Rédigé par : MD/JFR Le 24/05/2013 Guide pratique pour un raccordement électrique individuel consommateur, d une puissance inférieure ou égale à 36 kva Versions : Nom Version Date Modifications MD V1.3

Plus en détail

MAIRIE DE BEAUFORT RAPPORT DE DIAGNOSTIC ACCESSIBILITE HANDICAPES EGLISE

MAIRIE DE BEAUFORT RAPPORT DE DIAGNOSTIC ACCESSIBILITE HANDICAPES EGLISE MAIRIE DE BEAUFORT À l attention de Monsieur LE MAIRE RAPPORT DE DIAGNOSTIC ACCESSIBILITE HANDICAPES EGLISE DATE : 05 DECEMBRE 2012 INDICE 02 PAGE : 2/13 MANDATAIRE : CABINET JEAN-MICHEL SIMON 7&9 chemin

Plus en détail

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-1 : GEOTHERMIE UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-1 : GEOTHERMIE UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS FICHE THEMATIQUE 4-1 : GEOTHERMIE Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 4a:

Plus en détail