L'étude des projets d'hydraulique agricole à l'aide des calculatrices électroniques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'étude des projets d'hydraulique agricole à l'aide des calculatrices électroniques"

Transcription

1 L'étu s projs d'hydraulique agrico l'ai s calcutrices éctroniques Labye Y. Informatique développemt rural Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n pages Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : To cite this artic / Pr citer c artic Labye Y. L' étu s projs d' hydraulique agrico l' ai s calcutrices éctroniques. Informatique développemt rural. Paris : CIHEAM, p (Options Méditerranénes; n. 2)

2 L CIHEAM - Options Mediterranenes LABYE ès Génie l 1 I - dans sud années posa multips techniques, économiques humains dont ne pvait dif- mtant justifia blics, dont tains avaitdéjacquis e d é champ activités s mt, névos tels que Compagnies d Aménage- bée ne faut ce qui suit, ns faisons e esstiel même plus spéciamt En fait, cte limitation constitue e plus s mis au point utilisés tels étant aisémt temt applicabs s co, ainsi qu on loin. La ce dans s domaines faisant appel s disciplines scitifiques techniques s position méthos calcul nvels l utilisation colcte, stockage données volumineuses, difficis B plus svt ET - LES ET CALCUL apports s cutrices on peut : cal- cal- 1. La calculs e manuels >> manipution fastidieux. 2. La faculté choix judicieux, même, ce qui est ne dispose pas d 3. La mise disposition. quasi immédiate, s volume d (données, çon standard. c.) fa- 4. La possibilité étus statistiques façon s jant dans but s << >>. s étus 5. La mis application calcul dont l utilisation était b avant s 6. La possibilité s plus d aménagemt faisant convit, appel, qui chac semb type n est qu til a psant 19 n est qu e illusion, machine effectuant.. qui lui ont été commandées l ai choix judicieux s données B fixation qu il consi l habité dont on fait calcul, nants ce qui coût calcul, validité s spsse simplicité possibilité s mt si Une équipe mées bi que b dans e équipe est eff l étu spécialistes ne peuvt s spécialistes sem- que l équipe pluchacesdis- ciplines, tels que mathématiques, e cssification plus faisant état d e soi disant tive d e ces disciplines e ne peut Étus techniques économiques est qu e insuffisance tu technique conit d instaltions justifiant existce dans s conditions maintance, commodité coût s effectivemt compétitifs. Une tel défailnce e l évaluation s investissemts s coûts d exploitation que l étu économique el-même n a plus signification. même, soli que soit l étu technique, el estotamt dési el n est pas accompagnée d e étu économique mtant j. L aspect sociologique est capital ne pas que dépd es Sa <( sa volonté sa faculté d adaptation s méthos nvels sont c sa disposition s moys qu il ne pas, pas, ne peut pas convabmt, ne 1 Etat. C est so- ciologique néfice nomiques qui ne constitut se donne svt minimisé, au bé- s humains. La dhfinition s incombant équipes d étu a fait l obj d débat Congsès oìì l on vit s que s 73

3 CIHEAM - Options Mediterranenes ~ ~ ~ d'étu ne vint inconsciemmt tt puissants Q )> imposant s décisions basées iquemt s économiques méconnaissant s l'aspect humain )> maavec s auc cas d'étu ne sdécisions fixation sobjectifs, ne pvant ne vant ap s équipes d'étus doit se seignemtsusceptibs s avis pinemt sgs décision s conséquces l'adoption d'e décision, Un tel psab si l'on veut que s avis émis tels équipes d'indépdance sans quel ils tte validité. il d'etu tats, s données domaine qu'il moy tifs fixés. puissant moy d'investigation que constitue mt qui n'avait pas été visagées au l'objectif initiamt évtuelmt bénéfique. que d' optimum économique n'est qu' cas d'activité d' tel conit immanquabmt plus est donc loisib l'aspect humain, soit s G )>, soit étudiant coût d'e >>. Ainsi, est il qut qu'ons'impose, exemp, que soit pas seuil ; ainsi qu' d'e & suite d'étus plus généayant e politqoe k!'échdie naticna s objectifs l'échel d'impntation, stockage fusion s usines s étus l'influce tail ne pas visagés. En fait il s'agit l d' abus ngage sont évoqués svt même fondis l'occasion l'étu d'aménagemt Ns vlons plutôt ici qu'on successives qu'on ne pas néant, e étu d'sembmée l'échelon national jectifs, au mtal, svt e évaluation d'ail calcul, s débchés possibs, s annexes, s zônes où l'on peut On est e s sont dans modè d'aménagemt national. s possibilités l'incince s YEtat, l'ai qu'on p- ( ce même dans sa situé pluctaines même justifit l'adoption d' tel politique ju pine connaissance, sa politique économique d'ai qu'il estime l'aménagemt, s in s visions s estimations vabs. En mot il légitimemt e adhésion décisions fie s qu'iljusti- - L'étu d'aménagemt. Auto-arrosage. Ns iquemt cas s que, comme on l'a mtionné plus haut, s dans ce chasoit, moynant s adaptations modificafions dans s amé- Ns ns posé délimitation l'évolution optin dans temps d' d' situé dans e zone donnée supposant que s données ont déj été on peut l'étu l'aménagemt bi t étus local données ques, étus techniques au ss s sont s modalités conception suite s économiques compte qui d'e nation mais s guidant, s

4 CIHEAM - Options Mediterranenes voisins. choix économique adopté peut évtuelmt s nations difféux pays se même idéologie d'e même nation. on est conit systèmes: l'utilisation, L'utilisation. L'étu conjointe bution, s moys l'eau l'étu loc stockage mée jusqu'au sta l'exploitation sa : soit fonction temps s besoins pn fixé ; b) soit ajtée fixe fonction temps débit tête ( points voisinage cte au En fait e simplification tante peut, saufexception, vabmt effectuée l'existce pointe. Ceci que doit s e besoins B cte t que l'on soit dans cas a) b) ci-ssus, il y a coût 2" Calcul (can, tuy) fonction tions, s débits s 3" L,a Calcul débit susceptib %ion son volume, son impntation, gestion technique adoptée. Chac s systèmes fait ( peut l'obj d'e optimisation avec >?. tats ainsi obtus sont suite injectés dans modè d'semb que c sons possibs d'investissemt d'aménagemt dans temps. s données est, dans tte possib pe d'étu son e seumt d'e tel étu, simplification, soit que s mt). Au dans l'étu d'aménagemt l'usine stockage, c. qu'on est mgme est ont été tus ce compxes, qu'il existe s l'étu, s d'y font estloisib ne pas l'étu déi second passage machine modifiant s données, compte tu s ob- a pu s nvels a pu ( davantage dans ess- tiel sions données tats effectivemt atteints ce qui Tant ce qui l'économie que technique il s s fiches gestion d'exploitation, mtant ges, s modifications suite méthos actuelmt usage. d' e on dans l'optique économique optimal )> suivant, qu'on confond svt avec gestion technico-comptab d' vastsemb : chaque instant technique économique système déj existant, politique s modalités d'exploitation d'équipemt compte tu l'semb s lies l'évol'état s végét, s l'état s finan technicité possibilités stockage, s avis d'e fonction << d'optimisation satisfaction )? où l'on peut e l'aspect humain?>, que e mal >>. économique opti- - LES ns s d'actualité qui d'étu d' ns allons dans détail tel étu. NOUS l'occasion s exemps faisant Évaluation Cte évaluation fois au sta dans beau- national. El ne peut effectuée mt que si l'on dispose s données dont capita qui fait ts navigation, alimtation eau potab, c.). La colcte, sion, stockage, ss mieux exploitab s titue fait national. ne fait auc dte qu'on a ntemt conscice tant qu' que s ne soit pas même ne fasst pas totamt défaut où il y a lieu e étu comme on doit svt. Une constance a que fait s veloppes que a )>. Ce fait ne doit obstac l'établissemt d' pn local tion plus long mtant se au canevas généqui Un choix a s définitions, e e sation e diminution notab coût s tions. On que dans s nations l'existce monopos s actuelmt constitut B mos fil s données. La Chat, (E.- s liaisons tion, s l'ajustemt s échantillons lois cssiques, s cissus mtionnés sont l'ai, métho s << appliquées équations Saint Vant. est impossib ici e liste faites modè bidi exploité compte l'u.n.e.s.c.o., 75

5 CIHEAM - Options Mediterranenes lta km. La ciété Sos modès mathématiques simt dans tes hypothèses Notons aussi tion Compagnies d'aménagemts, Génie sins, c.). Citons s matiques nappes. 2. Étuds Els constitut tante s étus mtionnées 1 Els nécessitt e étu détaillée chaque exploitation, chaque Els d'els, s modalités s l'instaltion dans d' optimum fonction tels cube d'eau, débit maximum susceptib s débits fonction temps. A mtionnonss ca- tt s çais. La zone long d'étu pottiel l'utilisation opdéfinit suite ces objectifs, compte tu s développemt. on déc- pe zone mogènes ce qui physique lisation actuel s lités dispost s temt sociologique, c. On suite système compte tu s e popution compatib avec nal. A c eff on utilise mation milieu l'utis pottiadont qui, l'effectif (modè statique). Ceci cssemt ques cha- c d'eux mise optimal On peut s l'optimum fonctions s données base. Ce modè a été l'étu vallée ncia Espagne. est modè mathématique type dynamique, smis b temps, qui simu l'évolution d' semb d'exploitations chace d'els ss l'influce s combinaisons s actions possibs. C'est ainsi qu'a été étudié développemt vallée La Société aues Sociologiques combinaison exploitation d'exploitations égamt application mation mais mixtes, où s acti compétition, s s liaisons s évimmt fonction économique Els dispose d' modè tissemt mise qui a mixtes, dynamique, équipemt sagé où s tion l'eau, s s liaisons modè base s activités étant viconçu Ce moce équipemts s difhomogènes s activités, besoins eau, technique, c.), e fonction économis coût s chaque acti- vité. Ces modès base dans sont qui est complété s nvels cohé succession dans temps, possibilités c.). économiquess homogènes valo l'eau, sont tation d' semb d'exploitations. L'étu mise vallée Chelif (100 O00 ha), cel mise lique buts multips dont 20 O00 ha constitut ux applications ce modè. s citons s étus compte Compagnie d'aménagemt s Cote Gascogne, Algél'0.C.- l'antijo, au tugal). Une s a été mée l'ai tion >) Société Canal National

6 CIHEAM - Options Mediterranenes ont commcé d'exploitation. 11 a été tu compte que tte n'est pas que l'exploitant n'est pas obligé tion totalité, ce qui lui impne On a distingué s nécessitt l'emploi qualifié, ceux qui ne font appelqu' e spécialisée. On a l'intsification fond exigé s culs existant dans ts s modès ce type, s spécifiques ont été compte. On a admis que tt s'imposant que que ce soit infé e soit faib. on passa suite tion utilisants ceux utilisés s ux d'étu ci-ssus employant, l li avis, d'indans s calculs débitsi l'on veut se davantage au utilisant (A spécial connaissance s utilisations bs mixtes d'étu, comme on l'a mtionnéplus haut, c ne doit pas posé s doses titue fonction temps consgigantesque où vint s notions tels que définition l'état d' végétan fonction s sols, c. Ttefois, sans difficulté longues, coûteuses difficis &es il d'a- << schémas >> s solution, s s s modès font appel que sont compétition. s nomiques s Compagnies d'aménagemt, d'étu publics substantiel difficis quantification s dans s modès mathématiques. étus d'aménagemt vallée Tiffech l' mine, Guelial, Tebessa... Ces que débitd'utilisation juste e optimal est celui qui ajtée G maxima >> qu'il ne s'intifie pas dans cas où l'eau n'est pas limitant. est fait qu'on dit d'imtion qui est comme base l'évaluation s besoins >> eau, qu'il ne pas a débit économique a optimal qu'il ne donne même pas, maximum, ction point cas, l'e.- justifie effectuées sa mination, mais gltisse sommes qu'on bs que plus sait qu'il obtit utilisant e dose ntemt cte Citons aussi s més qui a établi t subvtion, cald'e exploitation fagon que, compte tu s investissemts complé l'aménagemt, on obtine t tation, fixe e pine pin emploi ' main On doit, E.F., e étu e s coûts Clémt applique au-coût afin vte selonszones, besoins c.), nas consommations' (débit volume consommé). En' afin capacité a s modès mathématiques consommations ploitation Compagnie. Ces évimmt utilisabs ts s skid'aménagemt. (S.T.C.-

7 CIHEAM - Options Mediterranenes ont, ss publié < e étu s besoins eau )>, appliquant e métho sée tel Un d'étu au sta l'établissed'inves OU faib ne justi- mt s tissemt, dans cas oh fit pas s étus longues coûteuses. s font svt e utilisation intempestive s énonces dans cte étu se que s'était fixés eux-mêmes s Ainsi, on voit s s systématiquemt seau façon qu'il satisfasse, mois pointe au <( besoin B quce décna. est que l'adoption a d' aussi simpliste économique vab s moys Tt ceci qu'il ne faut que ici simp s ficultés quels on se difs socio économiques qui constitut suj inépuisab. s difficultés d'obttion, quantification s tions, pations selon que l'on se pce au point vue Compa s conséquces s. décisions, humaines, l'impossibilité s spécutions fonction s fluctuations s phénomènes qualité volume s ns fois mostie. plus 3. gestion tion tion. s d'accumution. choix s volume, ( même l'époque) s consignes d'exploitation l'semb dans exposée au Afin spossibilités s modès mathématiques mis au point ns état ux exemps d'applications : Gimone il falit capacité d' annuel optima S s séquce s avait été d'e étu Une simution l'exploitation a statistique t, volume effectivemt gations, besoin s COUps Ces l'aménagemt, nu capitalisé S) coût s investissemts (fonction S). Compte tu l'ocs sbesoins,s consignes d'exploitation solution été obtues application c< %. posé régution Gimone consistait d' d'exploitation d' semb ; capab man d'eau tt temps au maximum s d'eau. L on a fait appel e métho simution. Quoiqu'ils ait fait plus, l'obj d'application il est que s plus moins appel évimmt utilisés avec plus s tion. Ss l'impulsion Fe1 (1"- a mis au point e métho d'étu séisante, appliquant ces s compte s pation, vannes son d'oued Fodda. au cas que s lois gestion technique, soit stabilité foncs d'incints tels que tionnemt intempestifs soit y a donc fois blème comman, ( même comman optima systèmes). a établi s modès quelques applications : a) canal primaire Sommierois était alimté tête station pompage ique, puis se divisait ux station ; débit maximum station tête étant égal au débit moy s ux stations, a mis s dimsions s Chac

8 CIHEAM - Options Mediterranenes ches canal, que -i ces élémts puisst débit -_... - vues intempestives) moynant si e modification gestion technique sa vérité. c v. b) Une étu Canal stabilité fonctionnemt l'absce dans s biefs ciel Cte étu, qui a jé minées s dimsions s chepcées s ga l'amont immédiat vannes automatiques mo ces vannes, a nécessité l'utilisation calcul s can me (équations St-Vant), d' dans s canalisations (mvemtmasse) disimt fonctionnemt s c> canal équipé l'aval, que s can au-ssus ligned'eau ma. été l'ai s modès mtionnés ci-ssus qui ont aval. La Société a fait (Chat) modè mathématique tion Signes, qui essai Chat, a été adapté mt. Ss (S.C.P.) sa Labo- Chat. modè fonctionnemt tte stabilité. est établi élémt type e d'élémtstype quel (quel) on connaît s conditions limitesusceptibs modè est donc conçu façon que puisse comme s tant lité : Clémt utilisant modès que cte Compagnie e tel possibi- 1. où l'on doit bon fonctionnemt qu'il convit 2. où il mt s modifications d'e évtuel svt shaitab modification gestion. 3. l'exploitation où il faut 3.3. s élémts seau position, débit nominal, fonction ses, système (stations pom- tions suivantes : a) Conditions techniques satisfaisant condi- faut que type) au débit instantané au volume moy éga moyne d' conditions fìxées a ( suite cte étu nomique). b) Conditions coût faut, s conditions techniques cissus, celui dont coût est minimum, compte tu s pompage, d'exploitation, maintaxe, c... On peut c optitelsque dépses effectuées avant, au ns cas généoù l'on peut pointe où est avec situé tête - dispose pas tel On a donc été conit d'étu consistant successifs : débit 3. s s stations pompage cte débit coût soit minimum. Quoique cte métho ne soit pas conit a calcul, séconomies si (alnt jusqu' 50 % coût qu'els justifit pinemt l'emploi d' tel pas possib, dans chose qu' qui ont été mées cte occasion, mais ns sommes ce cqui ns

9 CIHEAM - Options Mediterranenes L'optimisation s tuyaua. 1. est obtu appliquant métho Conseil Aix-- El utilise e loca çons s angs s points fixés a ces façon que soit minimum i=3 homogène = où li est lon- ce i On appliquant successivemt cte dont << local * ne que solution dépd jonction adopté s Si cte maisé calcul automatique el ne isse fait au qu' choix nom solutions.aussi,quoiqu'el isse cte métho est fait el doit, façon utilisée a pu consque son emploi s économies 20 % coût s canalisations). canalisation qui chac s l'on pl = p2 = p3. s font ang 120". On utilise ainsi débits qui se i=l qui pl, p2, p3. cte base nveau voisin n'a pu mais qui peut expliquée est s plus bénéfiques s s 2. s débits. fait taitie e défailnce peut siel e diminution son coût. on accepte que puisse ne pas man dont totamt e faib m l d'e loca (11 est impossib plus ce suj). faite s ts pits se, s débits sont tcalculés machine. En s Compagnies d'aménagemt, c. dispost tièsatisfaction soit soit secon dites man dûes mt Ttefois, utilise aussi e métho díìe s Cote Gascogne) qui st notion e tion d' élémt conit e explicitation >) qui fonctionnemt d'e Ns pas ici cte métho La man. T, d, étant pointe, fonctionnemt au cte débit fictif totalité débitmoy d'e total bilité moyne (< fonctionnemt >) d'e T' ns avons : = - avec = -. T La que s il y ait au plus N fonctionne- mt simultané est donc = z i=o où q = l-p. L'application ling conit l'explicitation babilité (X) que débit appelé soit au plus égal X. On a : X - < u ' - où II(ZI) est fonction Lapce- Gauss. U appelé << qualité fonctionnemt s étant fixé, débit Q avec Q = = + U(p) On même façon débit choix tant logique l'exam Actuelmt, s font 0,99, 0,95 même 0,90 tête. cas difficulté application connues G = XG~, = I r! 2.2. La secon man. El peut vabmt fait.que l'on man ne pas compte La théofait appel sance cas naiss Clémt définit l'état Ej fonctionnemt j notion débit N satisfait selon que qu'il donc selon que j est, non, au moins égal N. Une exposition cte théoestdonnée Clémt dans nusp6cial no 5, 1966 < où développemt au calcul l'ai

10 CIHEAM - Options Mediterranenes 3. tituées Ns s més dia- cias que l'on peut se Quoiqu'els soit vabs débit quelconque, il est que l'on bits qrri ont été calculés l'ai s méthos exposées ci-ssus. sance, s d' tel tant sa économies connaisau mon em- Si avis, ont calcul, il s coût s s canalisations étant s fonctions canalisations, on peut blème h l'ai fut ns l'utilisation cte métho, se lui s évintes équations pondantes. La difficulté dans tion consi données mée pit). La fut abandonnée 1963 qui pça métho discontinue que 1960 qui même ntemt Si, connaissance cte métho est peu seu utilisée s il convit m- peuvt, avec types employées ta e cte métho qui m s optimas s pompes s cotes optimas s quasi totalité s cas susceptibs s Citons aussi Et Chatin S.A.C.), bi utilisant cte métho. cas où l'on s'impose comme cotes s s gains (exploitation, débit constant. pompes c., inclus) va- 12 % 3 % selon que topoest plus OU moins été s s s pvant se calcul système matécitons : a) cas où l'on doit pludébits qui se ne pas au même momt l'semb On peut, simplifications l'utilisation tion dynamique. 6) On doit Gand e tion calculs actuels au cas nis d' dans pcé e aval. c) Ns avons cas simps d) Signalons qu'on peut, moynant e modification s plus simp métho discontifme, cas où l'on meilpossib que s techniques empêcht tête e cote' éga au minimum shaitab. e) Ns au Sympo au Vine calcul s se maillés faisant appel au mtant faculté Q li- >) section B l'emploi boolénes. On peut ainsi choix optimum semb e modification optima sa gestion technique fonction temps, tant ce qui ne s canalisations que s pompes, c., dont on peut position. Ceci canalisations Une méthoclémt vue cas >> peut Si coût calcul aussi limis possibilités s mixtes actuels limitt champ d'application cte métho, soit ts pits soit où l'on peut vabmt il est que son emploi se génédans d'autant moins au augmte- s tabs s C'est avis, seu métho ce où l'on doit s difficultés non icité 4. ; mo- Ns ici au cas station pompage ique situé tête, ayant métho calcul consistant emploi conjoint d'e s mus Clémt métho discontinue. On voh immédiatemt qu'on peut au ce qui validité d' tel 1. L'équation continuité tt Clémt). métho 2. s compte mt < qualité >> chaque tel qu'on l'a défini au est que tel que l'visage sa dépd, non seumt tes mais s positions ces élémts, constitué suite s suite, N définition l'état Clémt Feuvt contestation. 3. ne m pas qu'e son débit égal d, tte O d peut évtuelmt obtue schéma = d faitemt En mot, débits appelés sans possibilité que secon fait appel schéma Ceci calcul Clémt 4- métho discontinue >> solution que cessifs peut au l'obj vabs. En fait, il n'existe pas métho absolu- complètemt même dans cas visagé ici. se fait dans tt d'optimisation il est calcul néces- 81

11 CIHEAM - Options Mediterranenes plifiés si l'on veut s. schémas sim.. on a soit s conisant s temps calcul hibitifs, soit tels s données que ne qu'e factice. si minimum d'honnêté intelctuel comman s s cédés calcul dont on dispose, il ridrcz tlc s qu'iis ainsi qu'on l'a pinemt plus haut, s coût. On psa judicieusemt, qu'il. façon ap-' s cédés calcul dont on dispose, que ce e qualité e solution dont coût voisin l'optimum déj atteint. a) caractéristique rgseau Z amont. Q débit effectivemt ns fonction Z (Q) ayant s suivantes : 1. tt Q il faut il suffit que, quel que soit spatia s s appels dont somme est éga Q s appels soit satisfaits. 2. mais fixé, Z (Q) est plus pite Z mtant ce Ainsi que ns l'avons. ns avons Symposium calcul exacte Z (Q), qui est e fonction monotone Q est simp,,el a tique - réavec plus cote tête où s pompes, Z cte métho pvant évtuelmt cel métho discontinue débit Q, métho Clémt. b) nzodè a esstielmt donnant statistique débit nis e d' choisie faisant état l'existce d' limite statistiques Clémt dans son étu. On utilise aussi cipes utilisés simp discontinue 32 l'équation continuité, s bits qu'on modifie l'état état quelconque étant défini position spatia débit d'el peut d, fait tiques techniques s s Tt ceci tionnemt. bi fonc étant obtues suite n'y a lieu que dont position l'altitu pas satisfaites. coût d'e tel simution pvant on visage se l'étu quelques type afin qualité fonctionnemt s s ss On ce suj ce débits obtues s s s suite s expéeffectuées dans s Compagnies. En fait, s sées donnt s si voisines que ne peuvt coût s peut se si l'on n'attache pas sans incince V. Comme il n'est scice qui plus moins dans nos il faut se choix s plus contestab n'ayant auc limitatif. Ns ns quelques étus C'est quels s Chaussées qui vices calcul publics posant s s can topo- 1'Eco s exemp) dis- que d'exécution établi d'aix- va donc sans Chat, c.) dispost mtant cps l'é canique s Fluis Tlse a Qabli d' changemt accintel mise vannes, canalisations, c.). gestion technique s appa comman cas d' fonctionnemt manuel, semi-manuel automatique Ce n'est l qu' exemp cte équipe ET Jean, c.) ss Escan, Si e sol )> maisée, même non shaitab, tels dans cas il est possib se pose faisant usage s mtionnés plus haut quelques spécifiques. (En ceux s nappes). va ainsi d'aménagemt lta d'aménagemt cité plus haut, Qu'il s'agisse données tats, définitifs, on est s s maisée exploitation, c vue d'semb a C'est s visualisation >>, qui e <c dynamique spatio- )> s phénomènes étudiés, quasi immédiatemt, saspects s l'atttion s Ainsi, d'exemp, e exploitation film calcul mvemts a

12 CIHEAM - Options Mediterranenes ~~ ~ I - ~~ Chat gnemts écmt quelques minutes que s moys nécessité l'analyse documts volumineux. - Ns néceslimitation son l'esstiel s méthos utilisés l'étu s ménagemt où d'aje On peut que qu'il s'agisse s techniques d'étu calcul instaltion estsplus fait quostechniques modè dans nompays ne tance tâche qui : ;. Chef ; : Chaussées ; : Génie ; : Faculté; : ; : AU ; : _. France:. :. ~ ~ -... ~ - ~ National ; : d'etu&s^ & ; X : Application technique. of to velopmts mand and supply in compx and Simution of system the sign of main chan&ls-hy-eng. Eugio - Anis quin Cabin Slope stability analysis of dams and A.S. Apte ; applications in s exploitations nage, a a case ; ES. - Calcul s of ' to systemno 5/6965 E. Swain (ZT.SA.1. Optimal sign of system-by Annas Ohigkit, and 1967 Technique Génie n* Use of analysis Of - s Can age -J. L'utilisation niques d'assainissemt-essai - Y. La- Calcul s bye pompage, Use of mathematical mhods and computing s stations, c. technique in of no 5/1966 base s The application of analysis c...). of supply systems in Amit 83

Informatique et études d'aménagement de l'espace rural

Informatique et études d'aménagement de l'espace rural Informatique étus d'aménagemt l'espace rural Kffman C., Lagache P., Pelissié du Rsas A. Informatique développemt rural Paris : CIHEAM Options Méditerranénes n. 2 1970 pages 108-111 Artic avaib on line

Plus en détail

L'éducation pour certains groupes ou la formation de tout un milieu

L'éducation pour certains groupes ou la formation de tout un milieu L'écation pour certains groupes ou formation tout un milieu Foreuil F. Formation Développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 21 1973 pages 77-81 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse

Plus en détail

Qui former et pour quoi faire?

Qui former et pour quoi faire? Qui former pour quoi faire? Brugnot J., Pebon C. Eco forma Paris : CIHEAM Ops Méditerranénes; n. 20 1973 pages 68-72 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : http://om.ciheam.org/artic.php?idpdf=ci010527

Plus en détail

Les causes de l'inégalité de développement du territoire en Yougoslavie avec ses conséquences sur l'environnement

Les causes de l'inégalité de développement du territoire en Yougoslavie avec ses conséquences sur l'environnement Les causes l'inégalité développemt territoire Yougosvie avec ses conséquces sur l'vironnemt Vujanac Borovnica S. Espace développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 23 1973 pages 67-71 Artic avaib

Plus en détail

Le marché et la formation des prix

Le marché et la formation des prix Le marché formation s prix Lucchti F. in Alya M. (ed.). L' économie l' olivier Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série Etus; n. 1988-V 1988 pages 99-105 Article avaible on line / Article disponible

Plus en détail

Le rôle de l'agriculture dans le développement

Le rôle de l'agriculture dans le développement Le rô l'agriculture développemt Bairoch P. Le développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 11 1972 pages 25-29 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : http://om.ciheam.org/artic.php?idpdf=ci010720

Plus en détail

La formation agronomique au Liban

La formation agronomique au Liban La formation agronomique au Liban Hamze M. in Hervieu B. (ed.). La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus; n. 1987-II 1987 pages

Plus en détail

Les diverses formes de groupements agricoles en France

Les diverses formes de groupements agricoles en France Les diverses formes groupemts agrico France Terrier N. Agriculture groupe Paris : CIHEAM Options Méditerranénes n. 6 1971 pages 48-53 Article avaible on line / Article disponible ligne l adresse : http://om.ciheam.org/article.php?idpdf=ci010359

Plus en détail

Le système national de formation agricole en Tunisie

Le système national de formation agricole en Tunisie système national formation agrico en Tunisie Tahar El Mili M in Hervieu B (ed) La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus n 1987II

Plus en détail

La production d'amandes en Espagne

La production d'amandes en Espagne La production d'amans Espagne Felipe A.J. L' amandier Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 32 1976 pages 83-91 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Réforme agraire et développement économique

Réforme agraire et développement économique Réforme agraire développemt économique Rullière G. Le développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 11 1972 pages 42-50 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Pour une problématique de l'environnement

Pour une problématique de l'environnement Pr une problématique l'environnement Labattut J.L. La maîtrise s ressrces naturel Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 17 1973 pages 27-32 Artic avaib on line / Artic disponib en ligne à l adresse

Plus en détail

La formation agricole en Algérie

La formation agricole en Algérie La formation agricole en Algérie Ait Belkacem M. in Hervieu B. (ed.). La formation agronomique dans les pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etudes; n. 1987II

Plus en détail

Les services de pointes offerts par Géothermix incluent : 1. La distribution d'équipements; 2. Le service de forages; 3. Le support technique;

Les services de pointes offerts par Géothermix incluent : 1. La distribution d'équipements; 2. Le service de forages; 3. Le support technique; Géothermix est e société canadine faisant exclusivemt distribution s systèmes chffage climatisation thermopompes géothermi s applications résintiels, commercias instriels. La mission fondamta Géothermix

Plus en détail

Le tourisme dans les pays membres de l'ocde en 1969 et au cours des premiers mois de 1970

Le tourisme dans les pays membres de l'ocde en 1969 et au cours des premiers mois de 1970 Le tourisme dans s pays membres l'ocde et au cours s premiers mois 1970 Tourisme et mon rural Paris : CHEAM Options Méditerranénes; n. 3 1970 pages 82-85 Artic avaib on line / Artic disponib ligne à l

Plus en détail

Le tourisme international : un état de fait colonial

Le tourisme international : un état de fait colonial Le tourisme international : un état fait colonial Zarka C. Tourisme et mon rural Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 3 1970 pages 26-29 Artic availab on line / Artic disponib en ligne l adresse

Plus en détail

Le système de l'enseignement supérieur agronomique au Maroc

Le système de l'enseignement supérieur agronomique au Maroc Le système l'enseignement supérieur agronomique au Maroc Firdawcy L in Hervieu B (ed) La formation agronomique dans les pays du bassin méditerranéen Montpellier : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série

Plus en détail

Les pollutions bactériennes en Méditerranée

Les pollutions bactériennes en Méditerranée Les pollutions bactérines Méditerranée Gauthier M.J. La mer Méditerranée Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 19 1973 pages 100-107 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

La recherche agricole en Algérie

La recherche agricole en Algérie La recherche agricole en Algérie Kellou R. in Casas J. (ed.). La recherche agronomique dans les pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus; n. 1988III 1988 pages

Plus en détail

Samsung Wave Paiement par facture SFR

Samsung Wave Paiement par facture SFR Paiemt Désormais Désormais disponibs disponibs,, 723, 723, II, II, 575 575 Direction Terminaux- D.LAM & M.MACHADO Jan 2011 1 Qu ce Direct Billing? A Propos du Direct Billing ont ont mis mis pce pce nveau

Plus en détail

Cité de la musique. Description de la base. Comment accéder à la ressource? Mener la recherche. recherche simple

Cité de la musique. Description de la base. Comment accéder à la ressource? Mener la recherche. recherche simple Cité musique Type Base multimédia : concerts audio vidéo, conférces, documtaires, photothèque ligne Domaine Musique Périmètre Intégralité s ressources Cité d'abonnemt musique Public Tout public Editeur

Plus en détail

La situation pastorale dans le nord de l'afrique : état d'avancement des données et des travaux

La situation pastorale dans le nord de l'afrique : état d'avancement des données et des travaux La situation pastorale dans le nord l'afrique état d'avancemt s données s travaux Le Houérou H.N. Le développemt s zones aris Paris CHEAM Options Méditerranénes; n. 28 975 pages 7 Article avaible on line

Plus en détail

La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen

La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen La conception d'une architecture d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen Milieu vie, mo vie Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 13 1972 pages 94-102 Artic avaib on line / Artic disponib

Plus en détail

La culture de la rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques à venir

La culture de la rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques à venir La culture rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques venir Scialom S.R. Les cultures floras Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 10 1971 pages 64-72 Artic avaib on line / Artic

Plus en détail

Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue à chêne kermès

Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue à chêne kermès Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue chêne kermès Arnaud M., Molénat G., Vincent M. Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture une économie durabs

Plus en détail

Les principes d'aménagement touristique sur le littoral Languedoc- Roussillon

Les principes d'aménagement touristique sur le littoral Languedoc- Roussillon Les principes d'aménagement touristique sur littoral Languedoc- Roussillon Raynaud P. La maîtrise s ressources naturel Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 17 1973 pages 84-90 Artic avaib on line

Plus en détail

Le rôle de l'olivier en Grèce

Le rôle de l'olivier en Grèce Le rôle l'olivier en Grèce Papageorgiou C.L. in Allaya M. (ed.). L' économie l' olivier Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série Etus; n. 1988V 1988 pages 4146 Article available on line / Article

Plus en détail

Iharizaka Rahaingoson, ministre entrant des Télécommunications, Postes et Nouvelles Technologies

Iharizaka Rahaingoson, ministre entrant des Télécommunications, Postes et Nouvelles Technologies Iharizaka Rahaingoson : un vrai transition Iharizaka Rahaingoson, trant s Télécommunications, Postes Nouvels Technologies Il a 36 ans mais déj mature réaliste. Il sait qu il sera rnier s Télécommunications,

Plus en détail

LA DÉMARCHE CLINIQUE DE L INFIRMIÈRE LA COLLABORATION DE L AIDE SOIGNANTE. Thérèse Psiuk cesiform 2011

LA DÉMARCHE CLINIQUE DE L INFIRMIÈRE LA COLLABORATION DE L AIDE SOIGNANTE. Thérèse Psiuk cesiform 2011 LA DÉMARCHE CLINIQUE DE L INFIRMIÈRE LA COLLABORATION DE L AIDE SOIGNANTE LE RAISONNEMENT CLINIQUE D UNE INFIRMIÈRE EXPERTE EST IMPLICITE Processus démarche clinique il sera accessible à l étudiant si

Plus en détail

Notre application permet la lecture des codes et la consultation des fiches sans introuvable, ce qui la rend inutilisable.

Notre application permet la lecture des codes et la consultation des fiches sans introuvable, ce qui la rend inutilisable. SINCERATION ACTUEL Pr U réctes vs vie s vies, compliqut l e s principa Seu Particulièremt ls Cos con primdia rivemt effica Co où,d tel man auc pré-res ni auce concteur ignt dépd étéfmation ncées pr s commt

Plus en détail

Unité d'enseignement de biostatistiques

Unité d'enseignement de biostatistiques Unité d'enseignement de biostatistiques Examen du 0 janvier 014 Les questions sont indépendantes et peuvent être traitées dans le désordre. Une enquête a été réalisée en 00 sur un échantillon représentatif

Plus en détail

ERREUR DE CALCUL DE LA HAUTEUR REGLEMENTAIRE DES CHEMINEES DE L'USINE D'INCINERATION ISSÉANE Problématiques & enjeux - 6 avril 2011

ERREUR DE CALCUL DE LA HAUTEUR REGLEMENTAIRE DES CHEMINEES DE L'USINE D'INCINERATION ISSÉANE Problématiques & enjeux - 6 avril 2011 ERREUR DE CALCUL DE LA HAUTEUR REGLEMENTAIRE DES CHEMINEES DE L'USINE D'INCINERATION ISSÉANE Problématiques & enjeux - 6 avril 2011 PRÉSENTATION du processus réglementaire Les enjeux environnementaux de

Plus en détail

Dynamique des fluides

Dynamique des fluides Dynamique des fluides DYNAMIQUE DES FLUIDES INCOMPRESSIBLES DEFINITIONS Le débit est le quotient de la quantité de fluide qui traverse une section droite de la conduite par la durée de cet écoulement.

Plus en détail

Réglementation relative à la sécurité des Digues En cours En projet. 8 juillet 2014

Réglementation relative à la sécurité des Digues En cours En projet. 8 juillet 2014 Réglementation relative à la sécurité des Digues ----------- En cours En projet 8 juillet 2014 1 Réglementation relative à la sécurité des Digues I. Rappel réglementaire II. Obligations réglementaires

Plus en détail

aout 2013/M.A.BRANTHOME/ FR MFR Provence Languedoc

aout 2013/M.A.BRANTHOME/ FR MFR Provence Languedoc aout 2013/M.A.BRANTHOME/ FR MFR Provce Languedoc 1 PREAMBULE Alors que pdant longtemps les référtiels formation mandait d évaluer s savoirs, dans différtes disciplines, le fait majeur ces rnières années

Plus en détail

TP N 06 ETUDE DE LA STATION DE POMPAGE

TP N 06 ETUDE DE LA STATION DE POMPAGE OBJECTIFS Etude des solutions technique de la station de pompage. Etude des fonctionnements de la station de pompage : Local/distant Manu/Auto avec ou sans forçage de la pompe fixe. Etude du rendement

Plus en détail

Unités de cogénération au biogaz jusqu'à 3.000 kw el. Également disponible en option container clé en mains. Avec un rendement maximum.

Unités de cogénération au biogaz jusqu'à 3.000 kw el. Également disponible en option container clé en mains. Avec un rendement maximum. Unités de cogénération au biogaz jusqu'à 3.000 kw el Également disponible en option container clé en mains. Avec un rendement maximum. Partout où l'électricité et la chaleur sont nécessaires Rendement

Plus en détail

Planification statique Programmation linéaire. T.G. Crainic - Planification agrégée statique - L.P.

Planification statique Programmation linéaire. T.G. Crainic - Planification agrégée statique - L.P. Planification statique Programmation linéaire 1 Programmation linéaire Un des outils les plus puissants et les plus utilisés en applications «industrielles» parmi les technologies d aide à la décision

Plus en détail

Le " time-sharing " au service du calcul d'un réseau d'irrigation

Le  time-sharing  au service du calcul d'un réseau d'irrigation Le " time-sharing " au service du calcul d'un réseau d'irrigation Lafond J. Informatique et développement rural Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 2 1970 pages 102-105 Article avaible on line

Plus en détail

SPORTS, CULTURE, LOISIRS GUIDE PRATIQUE A DESTINATION DES PARENTS. Présentation des Tickets Sports. Les différentes étapes de l inscription

SPORTS, CULTURE, LOISIRS GUIDE PRATIQUE A DESTINATION DES PARENTS. Présentation des Tickets Sports. Les différentes étapes de l inscription MJC des Portes du Maine SPORTS, TICKET -- SPORTS, 2008 2009 2008 CULTURE, LOISIRS GUIDE PRATIQUE A DESTINATION DES PARENTS Présentation des Tickets Sports Le règlement intérieur Les différentes étapes

Plus en détail

CHAPITRE II GESTION DE L APPROVISIONNEMENT. 2) La durée de détention des 3 articles se rapprochent et sont très courtes.

CHAPITRE II GESTION DE L APPROVISIONNEMENT. 2) La durée de détention des 3 articles se rapprochent et sont très courtes. CHAPITRE II GESTION DE L APPROVISIONNEMENT I - LA GESTION COMPTABLE DES STOCKS Activité n 1 p 46 : 1) Problèmes rencontrés par M. BAHI, responsable de la gestion des stocks dans son entreprise, réside

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

L'amandier en Israël. Spiegel Roy P. L' amandier. Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n pages 92-95

L'amandier en Israël. Spiegel Roy P. L' amandier. Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n pages 92-95 L'amandier Israël Spiegel Roy P. L' amandier Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 32 1976 pages 92-95 Article available on line / Article disponible ligne à l adresse : http://om.ciheam.org/article.php?idpdf=ci010652

Plus en détail

Configurations soudées

Configurations soudées Configurations soudées Les configurations soudées sont conçues pour optimiser les procédés aseptiques par la réduction de bras morts selon la cgmp. Ces configurations soudées peuvent être aussi simples

Plus en détail

Bonnes pratiques en matière d eau

Bonnes pratiques en matière d eau Salon ENVIROSUD 7 mars 2008 Bonnes pratiques en matière d eau 1. le comptage 2. le diagnostic des réseaux d eau 3. les actions individuelles d économie d eau 4. les aides de l Agence au 9ème programme

Plus en détail

DOUBLE DRAGON II: The Revenge

DOUBLE DRAGON II: The Revenge DOUBLE DRAGON II: The Revge 1 Comma ns 2 Commcer jer 3 Dérmt partie 4 É cran jeu 5 Objs 1 d n s e a o C m m aéri Cp aéri. effectuer sautant B A Appuyez auter S B A + pause/confirmer jeu cinématiques/mtre

Plus en détail

Chapitre 21- LA METHODE DES EFFETS : LA METHODE DES REMONTEES DES CHAINES DE PRODUCTION

Chapitre 21- LA METHODE DES EFFETS : LA METHODE DES REMONTEES DES CHAINES DE PRODUCTION 217 Chapitre 21- LA METHODE DES EFFETS : LA METHODE DES REMONTEES DES CHAINES DE PRODUCTION Soit les caractéristiques suivantes d'un projet minoterie. 1-FICHE DU PROJET. Dénomination : Minoterie Initiateur

Plus en détail

L'élevage du lapin en Tunisie peut contribuer à résoudre le problème de déficit en viande du pays

L'élevage du lapin en Tunisie peut contribuer à résoudre le problème de déficit en viande du pays L'élevage du pin en Tunisie peut contribuer résoudre le problème déficit en vian du pays Bergaoui R. in Rouvier R. (ed.), Baselga M. (ed.). Rabbit production and genics in the Mediterranean area Zaragoza

Plus en détail

Politique d opposition à déclaration au titre de la législation sur l eau

Politique d opposition à déclaration au titre de la législation sur l eau DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Service Environnement LE MANS, le 18 avril 2011 RAPPORT DU DIRECTEUR DEPARTEMENTAL DES TERRITOIRES AU CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ENVIRONNEMENT ET DES RISQUES SANITAIRES

Plus en détail

Equation de continuité

Equation de continuité DYNAMIQUE DES FLUIDES 1/5 g =9,81 m/s² pour tous les exercices Equation de continuité Exercice 1 Lors de l étude d un canal d irrigation on mesure, dans une partie horizontale, ces différentes grandeurs

Plus en détail

Carte d achat et engagement préalable

Carte d achat et engagement préalable ANNEXE 5 Carte d achat et engagement préalable Avant d engager une dépense, la collectivité locale doit effectuer des contrôles relatifs à la disponibilité des crédits et au respect des seuils des marchés

Plus en détail

Étude de l impact sur le plan de protection du raccordement d une production décentralisée en HTA

Étude de l impact sur le plan de protection du raccordement d une production décentralisée en HTA Direction Réseau Étude de l impact sur le plan de protection du raccordement d une production décentralisée en HTA Identification : ERDF-PRO-RES_09E Version : V3 Nombre de pages : 7 Version Date d'application

Plus en détail

Chapitre III : La gestion des approvisionnements Section II : Les modes d approvisionnement :

Chapitre III : La gestion des approvisionnements Section II : Les modes d approvisionnement : Chapitre III : La gestion des approvisionnements Section II : Les modes d approvisionnement : Avant de voir de prés les différents modes d approvisionnement, il convient tout d abord de s intéresser au

Plus en détail

Prises en charge pour tuyaux en PVC-U et PEHD

Prises en charge pour tuyaux en PVC-U et PEHD FTA 60/05-C Page 1 sur 5 FICHE TECHNIQUE FTA/60/05-C Prises en charge pour tuyaux en PVC-U et PEHD Date d approbation : 24 janvier 2013 Nombre de pages : 5 NOTES PRELIMINAIRES 1) S'il est fait mention

Plus en détail

Réunion des villes et territoires durables de Midi-Pyrénées. Programme d éd

Réunion des villes et territoires durables de Midi-Pyrénées. Programme d éd Réunion des villes et territoires durables de Midi-Pyrénées Mercredi 12 septembre 2007 Programme d éd économies d eau d dans les nappes profondes de Gironde 1 SAGE NAPPES PROFONDES DE GIRONDE Adopté en

Plus en détail

AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE DE REPRÉSENTATION LÉGALE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU

AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE DE REPRÉSENTATION LÉGALE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU FICHE V AU TONO MIE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU MINEUR ISOLÉ ÉTRANGER AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE, REPRÉSENTATION LÉGALE 1. A. PRINCIPES Incapacité GÉNÉRAUX B. La représtation juridi s s C. Actes non-

Plus en détail

risque inondation Agglomération Nevers Modeliser : une maquette dans laquelle on fait couler les crues sur l

risque inondation Agglomération Nevers Modeliser : une maquette dans laquelle on fait couler les crues sur l Le risque Modeliser : d inondation une maquette sur l Agglomération dans laquelle on fait de Nevers couler les crues Minea - Octobre 2010 Page 1 Sommaire Modèliser, c est faire une maquette dans laquelle

Plus en détail

Audit de la filière agritouristique en Martinique

Audit de la filière agritouristique en Martinique Audit filière agritouristique Martinique Note synthèse Etu réalisée Janvier Juill 00 par B pour le compte Chambre d Agriculture Martinique, avec le concours financier l Odéadom l Union européne Ernst &

Plus en détail

I. Mise en disponibilité

I. Mise en disponibilité Le Directeur académique des services de l éducation nationale du département du Territoire de Belfort à Service DRH Mesdames et Messieurs les Instituteurs et Professeurs des écoles s/c de Mesdames et Monsieur

Plus en détail

Madagascar. Où en est l enquête sur les policiers ayant agressé le journaliste Tsirava?

Madagascar. Où en est l enquête sur les policiers ayant agressé le journaliste Tsirava? Madagascar. Où l quête sur policiers ayant agressé journaliste Tsirava? Mercredi, 02 Novembre 2016 09:17 - Mis jour Mercredi, 02 Novembre 2016 11:08 Lors sa 68ème session, 2013, l Assemblée Généra s Unies

Plus en détail

TABLEAU ATOUTS KÄERJENG SYNTHÈSE

TABLEAU ATOUTS KÄERJENG SYNTHÈSE TABLEAU ATOUTS AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE 01. REGIONAL CONTEXTES 06. NATUREL HUMAIN PAYSAGE NON Appartance connexions à région d aménagemt synergies sud région Kordall Située hors s activités

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Rectifieur (euse) sur machine cylindrique universelle

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Rectifieur (euse) sur machine cylindrique universelle COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : 2008 11 64 0276 Catégorie : A Dernière modification : 13/11/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Rectifieur (euse) sur machine

Plus en détail

Université de Franche-Comté - IREM. Un exemple de calcul de risques de première et de seconde espèces Séminaire IREM - Yves DUCEL - 21 juin 2013

Université de Franche-Comté - IREM. Un exemple de calcul de risques de première et de seconde espèces Séminaire IREM - Yves DUCEL - 21 juin 2013 Université de Franche-Comté - IREM Un exemple de calcul de risques de première et de seconde espèces Séminaire IREM - Yves DUCEL - 21 juin 2013 1 L expérience de la pièce de Buffon Illustrons cette démarche

Plus en détail

Acquis de la recherche en matière d\'évaluation génétique des ovins et des caprins en Tunisie

Acquis de la recherche en matière d\'évaluation génétique des ovins et des caprins en Tunisie Acquis recherche en matière d\'évaluation génétique s ovins et s caprins en Tunisie Aloulou R., Ben Dhiaf S., Chalh A., Djemali M., Hammami H., Jamal S. in Gabiña D. (ed.). Strategies for sheep and goat

Plus en détail

TABLEAU D AVANCEMENT

TABLEAU D AVANCEMENT NOTION D AVANCEMENT D UNE RÉACTION CHIMIQUE TABLEAU D AVANCEMENT Prof : BEN KAHLA JAWHER Une transformation chimique est l évolution d un système chimique d un état initial à un état final. I - Etude d

Plus en détail

SAISIR EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU

SAISIR EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU FICHE II AU TONO MIE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU MINEUR ISOLÉ ÉTRANGER SAISIR Le/ DES ENFANTS 1. A. LE La RôLE protection DU/ DE s LA mineur e s JUGE DES ENFANTS : mission DANS confiée LA PROTECTION

Plus en détail

Economic Research. Grandes tendances Chances et risques pour les PME Thème principal 2011: l innovation

Economic Research. Grandes tendances Chances et risques pour les PME Thème principal 2011: l innovation Economic Research Grans tdances Chances riss Thème principal 2011: l innovation Impressum Editeur Martin Neff, responsab Economic Research, Credit Suisse Ulibergstrasse 231, CH-8070 Zurich Contact branch.economicresearch@credit-suisse.com

Plus en détail

SOMMAIRE. 3.1 Pression ou dépression d essai Déformation résiduelle Déplacement frontal Flèche frontale...

SOMMAIRE. 3.1 Pression ou dépression d essai Déformation résiduelle Déplacement frontal Flèche frontale... Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 2 Constructions, façades et cloisons légères Modalités des essais de résistance à la charge due au vent sur les systèmes de bardages

Plus en détail

Ce bac professionnel se prépare selon un parcours structuré en 3 années de formation

Ce bac professionnel se prépare selon un parcours structuré en 3 années de formation Bac Pro Technici Conseil Vte Animalerie B.A.C Pro Technici Conseil Vte Animalerie Ce bac professionnel se prépare selon un parcours structuré 3 années formation -2 n Professionnelle conseil-vte -1 ère

Plus en détail

Valeur alimentaire et utilisation des sous-produits des agrumes en alimentation animale

Valeur alimentaire et utilisation des sous-produits des agrumes en alimentation animale Valeur alimtaire utilisation des sous-produits des agrumes alimtation animale Rihani N. in Tisserand J.-L. (ed.), Alibés X. (ed.). Fourrages sous-produits méditerranés Zaragoza CIHEAM Options Méditerranénes

Plus en détail

REDEVANCES CODE DE L ENVIRONNEMENT. Partie législative. Redevances des agences de l eau. Dispositions générales

REDEVANCES CODE DE L ENVIRONNEMENT. Partie législative. Redevances des agences de l eau. Dispositions générales REDEVANCES CODE DE L ENVIRONNEMENT Partie législative Redevances des agences de l eau Dispositions générales Redevances pour prélèvement sur la ressource en eau Article L.213-10-9 I. - Toute personne dont

Plus en détail

L'alimentation du bétail : solutions nouvelles

L'alimentation du bétail : solutions nouvelles L'alimtation bétail solutions nvels Cotte A. L' évage Méditerrannée Paris CIHEAM Options Méditerranénes; n. 7 1971 pages 35-41 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Croisement de lapins locaux avec la souche Hyla: résultats des performances de reproduction et de croissance en première génération

Croisement de lapins locaux avec la souche Hyla: résultats des performances de reproduction et de croissance en première génération Croisement lapins locaux avec la souche Hyla: résultats s performances reproduction croissance en première génération Ben Hamouda M., Kennous S., El Gaied J. in Rouvier R. (ed.). Races populations locales

Plus en détail

CH5 : dimensionnement d une pompe

CH5 : dimensionnement d une pompe BTS électrotechnique 1 ère année - Sciences physiques appliquées CH5 : dimensionnement d une pompe Installation d un centre de lavage auto. Enjeu : Problématique : Dans un centre de lavage pour voiture

Plus en détail

Université de Provence Feuille d exercices n 4. Théorie des ensembles, relations, applications. I. Un peu de logique

Université de Provence Feuille d exercices n 4. Théorie des ensembles, relations, applications. I. Un peu de logique Université de Provence 2010 2011 Mathématiques Générales 1 Feuille d exercices n 4 Théorie des ensembles, relations, applications I. Un peu de logique Exercice 1 Ecrire à l aide de quantificateurs (, )

Plus en détail

Etude de l impact sur le plan de protection du raccordement d une production décentralisée en HTA Résumé / Avertissement

Etude de l impact sur le plan de protection du raccordement d une production décentralisée en HTA Résumé / Avertissement Etude de l impact sur le plan de protection du raccordement d une production décentralisée en HTA Résumé / Avertissement Ce document décrit l étude de l impact sur le plan de protection du raccordement

Plus en détail

DOSSIERS / ETUDES / MAÎTRISE D ŒUVRE ET TRAVAUX POUR LA GEOTHERMIE

DOSSIERS / ETUDES / MAÎTRISE D ŒUVRE ET TRAVAUX POUR LA GEOTHERMIE LISTE DES RÉFÉRENCES (Dernière mise à jour : JUIN 2014) DOSSIERS / ETUDES / MAÎTRISE D ŒUVRE ET TRAVAUX - Avril 2014 AMPUIS (69) COMMUNE D'AMPUIS : Etude de faisabilité pour la création d une pompe à chaleur

Plus en détail

Exercices type bac sur les suites.

Exercices type bac sur les suites. Exercices type bac sur les suites Corrigés NB : On ne donne dans ce document que des indices, la preuve complète reste à faire Exercice D après sujet du baccalauréat Centres étrangers, juin 003 On définit,

Plus en détail

Chapitre III Espaces vectoriels

Chapitre III Espaces vectoriels Chapitre III Espaces vectoriels Dans ce cours, le symbole désigne, ou un corps commutatif quelconque. I Espaces vectoriels 1. Définition Définition : Un -espace vectoriel (ou e.v.) est un ensemble muni

Plus en détail

Madagascar-Inde : Journée Internationale du Yoga 2015 Mercredi, 24 Juin :05 - Mis à jour Mercredi, 24 Juin :36

Madagascar-Inde : Journée Internationale du Yoga 2015 Mercredi, 24 Juin :05 - Mis à jour Mercredi, 24 Juin :36 Madagascar-In : Jrnée Internationa 2015 Suite à man Premier ministre l In décrer date 21 juin comme Jrnée internationa, l Assemblée généra s Nations Unies a adopté, 11 décembre 2014, résolution proposée

Plus en détail

«PCR. Bibliothèque de Régulateurs Prédictifs. Description et applications» AVANTAGES POUR LES UTILISATEURS-INSTRUMENTALISTE :

«PCR. Bibliothèque de Régulateurs Prédictifs. Description et applications» AVANTAGES POUR LES UTILISATEURS-INSTRUMENTALISTE : «PCR. Bibliothèque de Régulateurs Prédictifs. Description et applications» FONCTIONALITES CLEF PCR convient parfaitement pour tout procédé dont le comportement doit être amélioré : meilleure stabilité,

Plus en détail

TD de révisions : Calcul matriciel

TD de révisions : Calcul matriciel TD de révisions : Calcul matriciel I. Révisions sur le calcul matriciel a) Remarques générales sur le calcul matriciel Le calcul matriciel n'a pas autant de propriétés que le calcul numérique : - On ne

Plus en détail

Quelques aspects de l'élevage du lapin au Maroc

Quelques aspects de l'élevage du lapin au Maroc Quelques aspects l'élevage du pin au Maroc Barkok A. in Rouvier R. (ed.), Baselga M. (ed.). Rabbit production and genics in the Mediterranean area Zaragoza : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série A.

Plus en détail

Chapitre V : Les opérations de la gestion

Chapitre V : Les opérations de la gestion Chapitre V : Les opérations de la gestion Contrôler / évaluer = mettre en place un système d'informations. Est-ce qu'on produit ou on détruit? La perspective économique est différente de la perspective

Plus en détail

L é tude des indi ca teurs de la stra tégie Europe 2020 et

L é tude des indi ca teurs de la stra tégie Europe 2020 et L é tude des indi ca teurs de la stra tégie 2020 et une ana lyse rétros pec tive des indi ca teurs de la stra tégie de Lis bonne en Nord-Pas-de-Calais don nent une image de la région tou jours défa vo

Plus en détail

Étude de l impact sur le plan de protection du raccordement d une production décentralisée en HTA

Étude de l impact sur le plan de protection du raccordement d une production décentralisée en HTA Date : 16/02/2006 Étude de l impact sur le plan de protection du raccordement d une production décentralisée en HTA RÉSUMÉ / AVERTISSEMENT Ce document décrit l étude de l impact sur de plan de protection

Plus en détail

La réforme de la surface de plancher de référence en urbanisme

La réforme de la surface de plancher de référence en urbanisme La réforme de la surface de plancher de référence en urbanisme Direction départementale des territoires de la Savoie Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

A.- SONDAGE ÉLÉMENTAIRE SIMPLE

A.- SONDAGE ÉLÉMENTAIRE SIMPLE Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué d Epidémiologie - Faculté de Médecine d Oran Etablissement Hospitalier et Universitaire d Oran, Mars 2014 A.- SONDAGE ÉLÉMENTAIRE SIMPLE Tirage direct dans la base

Plus en détail

STATION DE POMPAGE. 1 / Analyser et comparer l'influence sur le réseau de 3 systèmes différents de démarrage

STATION DE POMPAGE. 1 / Analyser et comparer l'influence sur le réseau de 3 systèmes différents de démarrage STATION DE POMPAGE PREAMBULE : La formation à la prévention des risques électriques en vue de l habilitation des élèves, en milieu professionnel, est obligatoire à compter de la rentrée 1997. Cette formation

Plus en détail

Les obstacles à l'industrialisation du Tiers-Monde

Les obstacles à l'industrialisation du Tiers-Monde Les obstac l'instrialisation Tiers-Mon Ikonocoff M. Le développemt Paris CIHEAM Options Méditerranénes; n. 11 1972 pages 52-59 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Article. «Taux de croissance et potentiel de production» Jean Lotte. L'Actualité économique, vol. 41, n 1, 1965, p. 100-104.

Article. «Taux de croissance et potentiel de production» Jean Lotte. L'Actualité économique, vol. 41, n 1, 1965, p. 100-104. Article «et potentiel de production» Jean Lotte L'Actualité économique, vol. 41, n 1, 1965, p. 100-104. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/1002966ar

Plus en détail

Norme NFP Avril CETE Méditerranée- Laboratoire Régional d'aix en Provence.

Norme NFP Avril CETE Méditerranée- Laboratoire Régional d'aix en Provence. Norme NFP 98 150-2 Avril 2011 CETE Méditerranée- Laboratoire Régional d'aix en Provence www.cete-mediterranee.fr Domaine d'application (1/2) - En robé s hydrocarbon é s à froid: exé cu tion de s assise

Plus en détail

La gestion des stocks

La gestion des stocks MODULE : MANAGEMENT & RH La gestion des stocks Cours basé sur le livre «La gestion des opérations et de la production - une approche systémique», Nollet et al., 1994 CH - 02 Source : http://www.elantransport.co.ma/

Plus en détail

PT Electronique Chapitre 1 Page 1

PT Electronique Chapitre 1 Page 1 CHAPITRE 1. STABILITE DES SYSTEMES LINEAIRES I. Qu est ce que la réponse harmonique d un système linéaire permanent?... 2 1. Réponse harmonique... 2 2. Système linéaire... 2 3. Critère de linéarité...

Plus en détail

L association «de France» est créée officiellement et immédiatement reconnue d utilité publique 1935 : L autorisation légale

L association «de France» est créée officiellement et immédiatement reconnue d utilité publique 1935 : L autorisation légale 1916 Confection s premiers bus tissu 1925 Création d ateliers confection furs bu tissu par s psionnaires s Invalis 1929 Autorisation vdre s furs bu ainsi confectionnées sur la voie publique 11 novembre

Plus en détail

TD : Le langage SysML appliqué à l analyse fonctionnelle par diagramme cas d utilisation

TD : Le langage SysML appliqué à l analyse fonctionnelle par diagramme cas d utilisation Termina appliqué à l analyse fonctionnel par Objectif : lire et interpréter un outil de description de système du point de vue fonctionnel à l aide du langage SysML (Diagramme cas d utilisation). Mise

Plus en détail

LES AUTOMATISMES ALGEBRE LOGIQUE GJC. Lycée L.RASCOL 10,Rue de la République BP ALBI CEDEX

LES AUTOMATISMES ALGEBRE LOGIQUE GJC. Lycée L.RASCOL 10,Rue de la République BP ALBI CEDEX LES AUTOMATISMES ALGEBRE LOGIQUE GJC Lycée L.RASCOL 10,Rue de la République BP 218. 81012 ALBI CEDEX SOMMAIRE BASES DE NUMERATION CORRESPONDANCE ENTRE LES BASES CHANGEMENT DE BASE Passage d une base «B»

Plus en détail

Pour le pré dimensionnement, la rugosité selon Strickler vaut K = 85 m 1/3 /s. L'énergie de pompage coûte en moyenne Fr par kwh.

Pour le pré dimensionnement, la rugosité selon Strickler vaut K = 85 m 1/3 /s. L'énergie de pompage coûte en moyenne Fr par kwh. Situation & données Pour l approvisionnement en eau potable, celle- ci est pompée d un lac vers un réservoir amont à un niveau H rés donnée. La conduite forcée en acier doit être dimensionnée, afin de

Plus en détail