OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes"

Transcription

1 OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes LES STAGIAIRES BAFA DU FINISTERE Octobre 2008 EnquÄte råalisåe pour La Direction DÅpartementale de la Jeunesse et des Sports du FinistÇre le Jury DÅpartemental BAFA Observatoire de l enfance en France - OVLEJ 3 square Max Hymans Paris cådex

2 Sommaire Contexte et objectifs de l enquäte.. MÅthodologie.. I- Qui sont les stagiaires BAFA du FinistÇre? Une majoritå de jeunes scolarisås Une minoritå d actifs Une population stable.. II- Devenir animateur 1- Comment a-t-on connaissance du BAFA? Pourquoi devient-on animateur? L expårience de l animation Les projets des stagiaires 4.1- La duråe de la pratique Sur quelles påriodes? Dans quel type de structure? Avec quel public? III- Les stages 1- Le coüt de la formation Une faible minoritå d externes.. 3- Une relative proximitå Le choix du stage de base.. 5- Le choix du stage d approfondissement Le stage pratique 6.1- Le choix du stage pratique La råmunåration du stage pratique... SynthÇse et propositions

3 Contexte et objectifs de l enquåte ConfrontÅs á la baisse du nombre de BAFA dålivrås chaque annåe, les membres du Jury DÅpartemental du BAFA du FinistÇre et la Direction DÅpartementale de la Jeunesse et des Sports ont souhaitå comprendre les raisons de cette Åvolution et identifier des pistes d actions susceptibles de l enrayer. Le FinistÇre apparaàt en effet particuliçrement affectå par la baisse gånårale du nombre de titulaires du BAFA. Dans ce dåpartement, la tendance á la baisse s observe depuis 1995, les annåes 1995 et 1996 avaient toutefois pråsentå une hausse de 14 á 12 % par rapport á 1994 (graphique 1). La lågçre remontåe des effectifs pour les annåes 2003 á 2005 ne s est pas confirmåe, les chiffres Åtant á nouveau á la baisse á partir de Ainsi, de 1994 á 2007, le nombre de candidats pråsentås au BAFA a diminuå de 33 %. Sur l ensemble du territoire, la baisse est plus tardive et date de 2000 avec -7.8 % entre 2000 et 2003 alors que pour la mäme påriode, le FinistÇre enregistrait une råduction de 11 %. A partir de 2003, les effectifs nationaux comme ceux du dåpartement, sont en hausse, pour dåcroàtre á nouveau en Les effectifs du BAFA dans le FinistÇre et sur l ensemble du territoire apparaissent donc avoir connu une Évolution parallçle, notamment depuis 1999, avec toutefois des réductions plus fortes et plus anciennes dans ce département. Au total, la baisse observée en France est de 2 % entre 1994 et 2006 (derniçre annåe pour laquelle nous disposons des chiffres nationaux), le FinistÇre enregistrant une diminution de 18 % pour la måme période. L Åvolution dåmographique contribue pour partie á cette tendance. Les tranches d âge les plus concernåes par le BAFA ont en effet connu une råduction de leur population plus importante que celle observåe sur l ensemble du territoire. Entre 1994 et 2006, le nombre de jeunes finiståriens de 15 á 19 ans a diminuå de 2.4 % et de 16.6 % pour les 20 á 24 ans alors que les effectifs des franäais de 15 á 19 ans ont augmentå de 3.7 % et ceux des ans se sont råduit de 9 %. Etant donnå le poids des ans parmi les candidats au BAFA (67 % en 2007 dans le FinistÇre, donnåes DDJS), la baisse dåmographique qui a surtout concernå les ans, ne peut suffire á expliquer la diminution des effectifs du BAFA. 3

4 Graphique 1 : Evolution du nombre de titulaires du BAFA par an France FinistÄre Effectifs France Effectifs FinistÇre Graphique 2 : Taux d accroissement annuel du nombre de titulaires du BAFA France FinistÄre 20,0% 15,0% 10,0% 5,0% 0,0% -5,0% -10,0% -15,0% Sources : MinistÄre de la SantÅ, de la Jeunesse, des sports et de la vie associative pour les effectifs nationaux (nombre de diplçmes dålivrås), Direction DÅpartementale de la Jeunesse et des Sports pour les effectifs du FinistÄre (candidats pråsentås). 4

5 De mäme si les annåes de forte Åvolution, positive ou någative, peuvent relever d un contexte spåcifique (Åvolutions rçglementaires, formations d ATSEM.), on observe une tendance gånårale á la baisse depuis plus de 10 ans. Cette tendance serait-elle le signe d une dåsaffection des jeunes pour le BAFA? Les råsultats de l enquäte menåe en 2003 par l OVLEJ auprçs d un Åchantillon repråsentatif de jeunes de 17 á 19 ans montraient plutãt que l animation et le BAFA bånåficiaient de l intårät d une proportion importante d entre eux, intårät s appuyant sur une image positive et attrayante. Cette Åtude identifiait les ressorts et les obstacles á la mobilisation de ces jeunes dans l animation occasionnelle ; une seconde enquäte conduite auprçs de titulaires du BAFA avait permis d approfondir ces råsultats 1. Dans la continuitå de ces travaux, la Direction DÅpartementale de la Jeunesse et des Sports du FinistÇre et les membres du Jury DÅpartemental du BAFA ont sollicitå l OVLEJ pour conduire une Åtude visant á mieux connaàtre les stagiaires du dåpartement, leurs motivations et projets concernant le dåroulement de leur formation et l animation en gånåral. Qui sont les stagiaires du dåpartement? Se distinguent-ils des populations observåes pråcådemment (OVLEJ 2004, CIRMESS 1993, CEC 1992)? Nous nous intåresserons ensuite au processus d engagement dans le BAFA. Comment, pourquoi et avec quels objectifs devient-on animateur? Qu en attend-on? Quels sont les circuits d information ou råseaux favorisant l engagement dans la formation? Plus concrçtement, comment souhaitent-ils s investir dans l animation? Sur quelle duråe, auprçs de quel public, dans quel type de structure et sur quelles påriodes? Enfin, nous examinerons la maniçre dont ils choisissent les diffårents stages. Ces analyses, comparåes aux råsultats de l Åtude conduite en 2003 par l OVLEJ, permettront de dågager des recommandations quant aux actions á mettre en œuvre pour dåvelopper l engagement dans le BAFA. 1 Ces Åtudes ont ÅtÅ menåes avec le soutien de la CNAF. Une premiçre enquäte par questionnaire a ÅtÅ conduite auprçs d un Åchantillon repråsentatif (måthode des quotas) de 285 jeunes âgås de 17 á 19 ans en Ile de France et dans la rågion Ouest. Une seconde enquäte qualitative a ÅtÅ menåe auprçs de 113 stagiaires d approfondissement BAFA (organisås par les Francas, les CEMEA et l UFCV dans le Var, le Morbihan, le Nord et Paris). Enfin, dans le cadre d une troisiçme enquäte par questionnaire, 400 jeunes animateurs ont ÅtÅ interrogås par tålåphone. L Åchantillon a ÅtÅ constituå de maniçre alåatoire á partir des listes de stagiaires BAFA III 2002 des CEMEA et de l UFCV, soit stagiaires sur les ayant obtenu le BAFA en 2002 sur l ensemble du territoire national. Voir les råsultats dans le nç du Bulletin de l OVLEJ, Oct 2004 ; I. Monforte, Les jeunes et l animation occasionnelle, Recherches et pråvisions, CNAF, nç80, Juin 2005, pp Devenir aujourd hui animateur et directeur occasionnel, rapport final, coll. Dossiers d Åtudes, CNAF, Mai 2005, 50 p. 5

6 MÉthodologie La råalisation du questionnaire s est appuyåe sur l analyse des donnåes recueillies par l OVLEJ en 2003 afin de disposer d un outil susceptible d Ätre auto administrå par les stagiaires eux-mämes et de pouvoir comparer certains des råsultats obtenus á ceux de l enquäte pråcådente 2. Le questionnaire a ÅtÅ diffuså avec la collaboration de la DDJS auprçs des organismes de formation, puis dans le cadre de chacun des stages de base ou d approfondissement se dåroulant pendant les vacances de printemps 2008 dans le dåpartement du FinistÇre. Afin d Åviter les effets d ordre pour les questions proposant une liste d items á Åvaluer, 18 versions du questionnaire ont ÅtÅ distribuåes pråsentant ces items de maniçre alåatoire. Les formateurs chargås de superviser la passation Åtaient destinataires d un document dåcrivant la måthodologie á suivre. Au total, 508 questionnaires ont ÅtÅ retournås á l OVLEJ via la DDJS, et 490 ont pu Ätre traitås 3, 268 ont ÅtÅ renseignås par les participants aux stages de base (55 %) et 222 aux stages d approfondissement (45 %). I. Qui sont les stagiaires BAFA du FinistÇre? Plus de trois quarts d entre eux (76 %) sont de sexe féminin, soit une proportion Åquivalente á celle observåe depuis plusieurs annåes sur l ensemble des inscrits au BAFA dans le dåpartement (78 á 74 % de 2005 á 2008, donnåes DDJS). L Åchantillon national interrogå par l OVLEJ en 2003 relevait le mäme råsultat (77 %) 4. La moyenne d âge est de 18.8 ans, de 18,1 ans en stage de base et 19.5 ans en stage d approfondissement. 2 Les questions ouvertes nåcessitant des relances de la part de l enquäteur pour Ätre renseignåes, elles ont ÅtÅ transformåes en questions fermåes proposant des listes d items qui ont ÅtÅ construits á partir des råsultats de questionnaires n ont pu Ätre pris en compte en raison d un problçme de reprographie ; seules les råponses Åtant visibles, nous ne pouvions vårifier á quel item elles correspondaient du fait de la pråsentation alåatoire des items, 1 autre questionnaire a ÅtÅ retournå vierge. 4 La Direction á l Emploi et á la Formation relevait en % de femmes (Stat-info, nç03-06, sept 2003), mais il s agit des titulaires, nos deux Åchantillons, en 2003 et en 2008, sont constituås de stagiaires non encore titulaires. D autre part, compte tenu des effectifs de ces Åchantillons et de la marge d erreur, la proportion est comprise entre 72 et 81 %. 6

7 L accçs Ñ l entrée de la formation BAFA s effectue donc Ñ 17 ans pour 64 % des stagiaires (cf. tableau 1), le dernier stage se déroulant le plus souvent un Ñ deux ans aprçs, 62 % des participants au stage d approfondissement sont en effet âgås de 18 á 19 ans. Sur l ensemble de l annåe 2007 (donnåes DDJS FinistÇre), les candidats pråsentås au BAFA Åtaient lågçrement plus âgås (21.3 ans en moyenne), les ans Åtant plus nombreux que sur notre Åchantillon. Toutefois, 42 % d entre eux Åtaient âgås seulement de 23 ou 24 ans, on peut donc penser qu ils avaient un ou deux ans de moins au moment de leur stage d approfondissement. En effet, en 2007, 60 % des stagiaires s Åtaient pråsentås devant le jury l annåe suivant le dåbut de leur formation, 20 % deux ans aprçs et 15 % dans la mäme annåe. La råpartition par âge et par sexe de notre Åchantillon s avçre donc comparable á celle observåe sur l ensemble d une annåe dans le dåpartement. Tableau 1 : RÉpartition par Öge Stages printemps FinistÇre Stage de base Stage d approfondissement Total Candidats présentés au jury BAFA ans 64 % 12 % 41 % 5,5 % 18 Ñ 19 ans 25% 62 % 48 % 61 % 20 Ñ 22 ans 5 % 19 % 12 % 20 % 23 Ñ 39 ans 4 % 6 % 4 % 10 % 40 Ñ 54 ans 1 % 1 % 5 % 3 % Total 100 % 100,0 % 100 % 100 % Total effectif Non réponses 3 3 Source : DDJS pour les candidats pråsentås au BAFA en DÅcembre En relation avec leur âge, ces stagiaires sont pour une forte majoritå d entre eux, lycéens ou Étudiants (87 %), seule une minorité occupe un emploi (8 %) ou en recherche un (5 %). 7

8 En 2003, nous relevions une proportion de lycåens ou d Åtudiants infårieure (74 %) et une moyenne d âge plus ÅlevÅe (21 ans, 60 % avaient 19 ou 20 ans, 24 % 21 ou 22 ans) mais les animateurs Åtaient interrogås un an aprçs l obtention du BAFA et non pas au cours de leur formation. De 19 á 21 ans, on observe en effet une råduction du taux de scolarisation de 24 points (65 % á 19 ans en , 52 % á 20 ans et 41 % á 21 ans) 5. L origine sociale des stagiaires du FinistÇre est Ågalement comparable á celle de notre Åchantillon national (tableau 2) : prçs de la moitié des stagiaires est issue des catégories sociales supérieures et moyennes (44 %), les enfants de cadres Åtant sur repråsentås par rapport á leur poids dans la population de råfårence, les enfants des é professions intermådiaires è s avçrent toutefois moins pråsents dans le dåpartement. En revanche, les enfants d ouvriers et d employés restent tout aussi peu nombreux qu en Par ailleurs, on note en relation avec l activitå Åconomique locale, une plus forte proportion d enfants d agriculteurs exploitants dans le FinistÇre. Enfin, les stagiaires du FinistÇre se caractérisent par le måme niveau de participation associative que celle relevée en 2003 : 20 % sont membres d une association, et 28 % bånåvoles ; ils Åtaient 22 % et 30 % en ComparÅs aux chiffres de l Observatoire de la Vie Etudiante qui estimait en 2002 á 12 % la proportion d Åtudiants impliquås dans les activitås d une association, le taux d implication des animateurs apparaissait ÅlevÅ. Les donnåes publiåes plus råcemment par l INSEE 6 Åvaluent á 25 % le taux de bånåvoles parmi les ans, 22 % des jeunes de cette tranche d âge Åtant membres actifs d une association et 7 % simples adhårents. Ces chiffres ne distinguant les actifs des jeunes scolarisås, il s avçre difficile de situer l implication associative des jeunes engagås dans la formation BAFA, en grande majoritå lycåens et Åtudiants, par rapport á celle observåe chez leurs pairs. En revanche, on peut souligner que plus de la moitié des stagiaires du FinistÇre envisagent de devenir bénévole (51 %), ce projet Åtait pråsent pour 61 % des animateurs interrogås en On peut Ågalement noter que l importance de l implication associative ou du bånåvolat parmi nos deux Åchantillons est identique quelque soit leur origine sociale alors que parmi la population gånårale, le taux d adhåsion tous âges confondus varie selon les milieux sociaux 7. 5 RepÄres et råfårences statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, MinistÇre de l Education Nationale, Ces chiffres publiås en 2006 sont tirås d une enquäte råalisåe en Le taux d adhåsion á au moins une association varie de 45 á 41 % chez les cadres et agriculteurs exploitants á 27 et 25 % chez les employås et ouvriers (INSEE 2006). 8

9 Tableau 2 : RÉpartition par PCS Stages printemps 2008 FinistÇre EnquÄte nationale OVLEJ 2003 Agriculteurs exploitants PCS du pçre Stagiaires FinistÇre 2008 PCS du pçre DiplÜmÉs du BAFA 2002 Echantillon national Population active % de ménages Bretagne 2005 Population active % de ménages France 2005 Population active % de ménages France % 2 % 4 % 2 % 2 % Artisans, 9 % 6 % 6 % 6 % 6 % commeráants, chefs d'entreprise Professions 28 % 25 % 11 % 14 % 12 % libérales, cadres, professions scientifiques 16 % 22 % 23 % 24 % 22 % Professions intermédiaires 15 % 16 % 28 % 29 % 30 % EmployÉs, agents de service Ouvriers 14 % 17 % 27 % 24 % 26 % RetraitÉs 8 % 9 % Autre, inactif 3 % 3 % 0.4 % 1 % 2 % Total 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % Total effectif Valeur Manquante 64 Total 490 Sources : DonnÅes INSEE pour la population active (soit les actifs ayant un emploi et les chçmeurs ayant dåjñ travaillå). Outre ces caractåristiques gånårales, deux types de populations se distinguent parmi les stagiaires du FinistÇre : les jeunes scolarisås d une part, les actifs d autre part. 9

10 1- Une majorité de jeunes scolarisés PrÇs de la moitiå d entre eux (46 %) sont âgås de 17 ans et 54 % ont entre 18 et 21 ans. Ils suivent en majorité des Études générales, au lycåe (54 %) ou á l UniversitÅ (12 %), 14 % pråparent un CAP ou un BEP, 3 % un BTS, 9 % un BaccalaurÅat professionnel. Ils se destinent en majorité aux fonctions d Éducateur ou aux métiers du secteur social (37 %), souhaitent travailler dans le secteur de l enseignement ou de l Éducation (26 %), ou encore dans le champ de la santé (24 %). Les métiers liés au domaine artistique (17 %) ou á celui du sport sont Ågalement pråsents (10 %) 8. Si en 2003, l enseignement et l Åducation (35 %) attirait davantage les jeunes animateurs que le secteur social et le måtier d Åducateur (20 %), on retrouve globalement les mämes champs d intårät 9. Ces jeunes scolarisås ont, un peu plus que les actifs, fråquentå dans leur enfance les centres de loisirs (68 % des premiers et 50 % des seconds) et les camps ou colonies de vacances (70 % et 42 %) 10. Cette expårience ne varie pas selon l origine sociale des stagiaires. En revanche les plus jeunes, âgås de 17 ans, dåclarent plus souvent avoir fråquentå un centre de loisirs (73 % et 63 % pour les ans) ou Ätre partis en colos (75 % et 65 % pour les plus âgås). Ces tendances concernant la fråquentation des accueils collectifs selon le statut et l âge sont similaires á celles observåes en 2003 pour l Åchantillon national d animateurs. En revanche, les stagiaires du FinistÇre, qu ils soient scolarisés ou actifs, se distinguent par une expérience plus fréquente des séjours collectifs : parmi les titulaires du BAFA interrogås sur l ensemble du territoire, seuls 61 % des jeunes scolarisås et 32 % des actifs Åtaient partis en colos dans leur enfance. 8 ThÅâtre, musique, spectacle, arts, graphisme. Plusieurs råponses Åtaient possibles. 9 En revanche, on ne retrouve pas chez les parents l importance que nous avions observåe en 2003 (pour les 113 stagiaires interviewås dans le cadre de leur stage d approfondissement) de ces secteurs d activitå. 10 Les jeunes scolarisås se distinguent davantage des actifs concernant le dåpart en colo (V de cramer=.199 et V=.124 pour la fråquentation du centre de loisirs). Le V de cramer est un test statistique permettant de mesurer l intensitå de la relation entre deux variables, on considçre qu en dessous de.200 la relation est relativement faible. 10

11 2- Une minorité d actifs Comme en 2003, les actifs se différencient des stagiaires scolarisés par leur Öge et leur niveau d Études. Ils sont plus âgås que les lycåens et Åtudiants, toutefois plus de la moitiå d entre eux ont seulement moins de 22 ans (52 % et 54 % en 2003, 17 % ont entre 17 et 19 ans et 35 % de 20 á 22 ans). Un tiers est âgå de 24 á 30 ans (32 %) et 8 % plus de 30 ans. Moins diplãmås que les stagiaires encore scolarisås, ils sont plus nombreux dans le FinistÇre que dans le cadre de notre enquäte nationale á avoir suivi un cursus professionnel, de niveau BaccalaurÅat (22 % et 10 % en 2003) ou CAP/BEP (22 % et 16 % en 2003). Les Åtudes gånårales sont moins fråquentes : 22 % se sont arrätås au lycåe et 5 % ont entamå un cursus universitaire, contre 38 % et 24 % en Ces råsultats reflçtent une spåcificitå rågionale, la Bretagne s avçre en effet Ätre la rågion oê la proportion de titulaires d un diplãme professionnel est la plus forte (INSEE 2003) 11. En revanche, si l on observait dans le cadre de notre enquäte nationale le mäme niveau d engagement associatif des titulaires du BAFA quel que soit leur statut, il n en est pas de mäme pour les stagiaires finistårien. Les actifs sont plus fréquemment 12 bénévoles que les lycéens et Étudiants (42 % pour les premiers et 27 % pour les seconds) ou membres d une association (36 et 19 %). Autre diffårence par rapport á notre pråcådente enquäte, le BAFA apparaàt plus fréquemment contribuer Ñ la formation d animateurs déjñ en poste ou participer directement du projet d insertion de demandeurs d emploi. En effet, 38 % des stagiaires actifs occupés du FinistÇre déclarent exercer une fonction d animateur et 20 % des demandeurs d emploi recherchent ce type de poste, soit au total 31 % des actifs. Un an aprçs l obtention du BAFA, seuls 13 % des actifs de notre Åchantillon national Åtaient animateurs professionnels (17 % des actifs occupås). Ces derniers correspondaient á la catågorie é professions intermådiaires è (16 % des actifs occupås). Dans le FinistÇre, cette catågorie concerne 49 % des actifs occupås et 28 % des demandeurs d emploi, soit 41 % de l ensemble des actifs. 11 ÖParmi l ensemble des rågions de province, c est en Bretagne que l on observe les parts les plus importantes de titulaires d un BEP, et d un bac technologique ou professionnel : respectivement 14 et 10.8 % et 11.6 % contre 9.4 % en province è I. Houssais, Une Bretagne plus diplãmåe que les autres rågions de province, Octant nü95, INSEE Bretagne, Nov 2003, pp La diffårence statistique n est pas toutefois trçs forte (V=.106 pour le bånåvolat et V=.132 pour l adhåsion á une association) 11

12 Aux animateurs s ajoutent en effet des Åducateurs ou intervenants sociaux (5 % de l ensemble des actifs), des moniteurs sportifs et intervenants artistiques (5 %), A l inverse, les employås Åtaient plus fortement repråsentås en 2003, avec 68 % des actifs occupås sans que l on dispose de plus pråcisions sur leur emploi. Parmi les stagiaires du FinistÇre, les employås repråsentent seulement 22 % actifs (occupås ou en recherche d emploi) : intervenants auprçs des enfants dans les Åcoles ou les accueils collectifs (5 % de l ensemble des stagiaires actifs), professionnels de la petite enfance (3 % assistante maternelle, auxiliaire puåricultrice) ou souhaitant le devenir (6 %), plus rarement exeräant une profession totalement extårieure au secteur (vendeurs 3 %) ou personnels techniques, principalement de collectivitås territoriales (5 %). Au total, si l on examine les emplois occupås ou recherchås en fonction de leur proximitå avec le secteur de l animation : prçs un tiers des stagiaires actifs (31 %) sont animateurs ou souhaitent le devenir ; pour la mäme proportion 31 % Également, le BAFA pourrait contribuer directement ou indirectement Ñ un projet ou une carriçre professionnelle qui s inscrit dans le secteur de l enfance, du social et de l Åducatif au sens large, comprenant les activitås sportives et artistiques ; 11 % exercent une profession ou cherchent un emploi sans lien explicite avec l animation (vendeur, ingånieur environnement, intårimaire ou en service civil) ; 5 % travaillent dans un service technique d une collectivité territoriale ; 23 % n ont pas råpondu quant á la profession exercåe actuellement (10 %) ou recherchåe (13 %). 3- Une population stable Les enquätes råalisåes pråcådemment par le CIRMESS et le CEC au dåbut des annåes 90 et celle de l OVLEJ conduite en 2003 aboutissaient aux mämes råsultats quant aux principales caractåristiques des personnes engagåes dans une formation BAFA. En 1993, l enquäte du CIRMESS (1993) relevait en effet 70 % de filles parmi les stagiaires en fin de formation, 84 % de 18 á 21 ans et 80 % de jeunes scolarisås, une råpartition des origines sociales Åquivalente á celle de notre Åchantillon (avec 26 % d enfants de cadres et 23 % de professions intermådiaires), un niveau d Åtudes Ågal ou supårieur au baccalauråat pour 61 % d entre eux. 12

13 PrÇs de la moitiå (45 %) souhaitait travailler dans les secteurs du social ou de l Åducation et 75 % d entre Åtaient partis en centres de vacances dans leur enfance. En 1992, CEC Pastel (1992) comptait 69 % de jeunes scolarisås parmi les animateurs interrogås en centres de vacances et de loisirs. Depuis le début des années 90 Ñ la derniçre enquåte de l OVLEJ en 2003, les caractéristiques majeures des stagiaires BAFA Étaient restées globalement identiques, celles des stagiaires BAFA du FinistÇre interrogés en 2008 sont comparables : il s agit d une population plutüt féminine, scolarisée, ÖgÉe de 19 Ñ 22 ans et issue des classes moyennes et supérieures. Deux tendances observåes en 2003 (OVLEJ) se confirment : par rapport au dåbut des annåes 90, une augmentation de la proportion de filles et de jeunes ayant un projet professionnel dans les secteurs du social ou de l Åducation, secteurs marquås par une forte fåminisation. En revanche, si nous notions en 2003 une råduction de la proportion des animateurs ayant une expårience de centres de vacances, celle-ci ne s observe pas dans le FinistÇre. Les stagiaires de ce département ont effet fréquenté les colos pour les trois quarts d entre eux. Autre spécificité, les actifs y apparaissent davantage engagés dans des activités associatives, et plus fortement que les jeunes scolarisés. Les stagiaires actifs restent tout aussi minoritaires (13 %) que dans le cadre des enquätes pråcådentes et le BAFA apparaàt plus fråquemment s inscrire directement ou indirectement dans leur projet ou carriçre professionnels. Un tiers d entre eux sont dåjá animateurs professionnels ou souhaitent le devenir et une proportion Åquivalente occupe ou recherche un emploi dans un secteur proche (secteurs de l enfance, du social, activitås artistiques ou sportives). Mais ces deux catågories d actifs repråsentent chacune 4 % de l Åchantillon, soit un total de 8 % de l ensemble des stagiaires. En 2003, 25 % des titulaires du BAFA interrogås un an aprçs l obtention de leur diplãme Åtaient actifs et 3 % animateurs professionnels. Enfin, les stagiaires actifs, occupés ou non, se classent moins fréquemment dans la catégorie â employés ä (regroupant notamment les ATSEM) et plus souvent dans celles des professions intermådiaires (animateurs, mais Ågalement Åducateurs, moniteurs sportifs ). 13

14 II- Devenir animateur 1- Comment a-t-on connaissance du BAFA? Une majorité de stagiaires (59 %) a parmi ses relations ou proches au moins un titulaire du BAFA 13. Pour 60 % d entre eux, il s agit d amis, 24 % des frçres et sœurs, 24 % des parents et 31 % d autres membres de la famille. Une faible minoritå Åvoque un professeur (4 %). La pråsence de l animation dans l entourage des stagiaires du FinistÇre est comparable á celle observåe dans le cadre de notre Åchantillon de jeunes animateurs (62 %) ou pour l ensemble des jeunes de 17 á 19 ans (67 %). Seule spåcificitå, les relations amicales sont plus pråsentes (48 % pour l enquäte de 2003). Par ailleurs, les enfants d agriculteurs exploitants (76 %) et de cadres (65 %) ont plus fråquemment que les enfants d ouvriers (39 %) 14 un titulaire du BAFA dans leur entourage. La moitié (54 %) des stagiaires disent avoir ÉtÉ encouragés par des proches pour devenir animateur 15, 67 % quand l un d entre eux est ou a ÅtÅ animateur. Ce soutien Åmane plus souvent des parents ou des professeurs pour les jeunes scolarisås (43 % et 7 % d entre eux contre 19 % et 3 % pour les actifs) 16. Quel que soit le statut des stagiaires, il provient Ågalement des frçres et sœurs (16 % de l ensemble de stagiaires), d autres membres de la famille (12 %), d amis (30 %), d animateurs ou de directeurs de centre (17 %). Le milieu professionnel, qui concerne uniquement les actifs, s avçre peu pråsent (10 % d entre eux). Quand on les interroge sur les autres sources d informations concernant le BAFA (tableau 3), la moitiå des stagiaires råpondent (53%), moins fråquemment quand ils ont dåclarå avoir ÅtÅ encouragå par un proche (48 %) mais surtout quand ils ont un proche titulaire du BAFA (38 %), l information provient donc de maniçre privilégiée de cette personne. Parmi l ensemble des stagiaires qui citent d autres sources d informations, la famille est á nouveau la plus citåe, particuliçrement pour les jeunes scolarisås, suivie par les structures de l animation, l entourage (voisinage et amis) et l Åtablissement scolaire. Les actifs placent au premier plan le milieu professionnel. 13 Cette proportion est identique pour les stagiaires scolarisås ou actifs, en revanche, on observait une diffårence en 2003 (65 % parmi les jeunes scolarisås et 53 % parmi les actifs). 14 v=233, soit une relation assez forte 15 Quels que soient leur origine sociale ou leur statut actuel. 16 V=.234, pour le soutien des parents. 14

15 Quel que soit le statut des stagiaires, les structures dådiåes á l orientation, la documentation sur support papier ou informatique, apparaissent jouer un rãle minime. La publicitå, les prospectus sont davantage mentionnås par ceux qui bånåficiaient dåjá du soutien de leurs proches 17. Pour la minoritå de stagiaires qui n ont pas bånåficiå du soutien de leur entourage et notamment d un de leur proche titulaire du BAFA, l information provient des structures de l animation, des råseaux amicaux et de voisinage ou des Åtablissements scolaires. Plus pråsents que chez les stagiaires s appuyant sur leur entourage, les lieux d orientation et d information des jeunes restent toutefois les moins citås. Tableau 3 : Sinon, vous avez eu connaissance du BAFA par Stages printemps 2008 FinistÇre Total Échantillon Pas de proche titulaire du BAFA Pas encouragé par un proche % des lycéens et Étudiants % des actifs % total des stagiaires % des lycéens et Étudiants % des actifs % total des stagiaires Famille 13 % 3 % 12 % 14 % 0 % 12 % Structures de l animation (associations, maisons des 11 % 6 % 10 % 24 % 17 % 23 % jeunes ) Voisinage, amis.. 10 % 5 % 10 % 25 % 17 % 24 % Etablissement scolaire 10 % 6 % 9 % 22 % 25 % 23 % Enseignants ou directeurs 4 % 0 % 3 % 5 % 0 % 4 % CIO, PIJ 2 % 2 % 2 % 9 % 0 % 8 % Internet, recherches personnelles 4 % 2 % 4 % 10 % 0 % 9 % PublicitÉ, prospectus 3 % 3 % 3 % 12 % 17 % 12 % Milieu professionnel 0.5 % 10 % 2 % 3 % 33 % 7 % Total 53 % N = % N = % de ceux qui disent avoir ÅtÅ encouragås par leurs proches mentionnent l information diffusåe sur support papier, et seulement 4 % de ceux qui n Åvoquent pas le soutien de leur entourage (p=0.04). 15

16 L information provient de maniçre privilégiée des relations interpersonnelles (professionnelles, amicales ou familiales) ou des lieux fréquentés habituellement, sur leur temps scolaire ou de loisirs pour les lycåens et Åtudiants. L entourage, familial, amical ou professionnel, joue un rüle majeur dans le processus d implication dans la formation BAFA Ñ la fois en terme d information, de soutien voire peut-åtre d incitation. Ces råsultats confirment et pråcisent ceux de l enquäte menåe en 2003 auprçs d un Åchantillon repråsentatif de jeunes de 17 á 19 ans. Si la majoritå d entre eux connaissaient le BAFA, leur information restait le plus souvent trop impråcise pour susciter effectivement leur mobilisation, á l exception de ceux bånåficiant de l expårience de leur entourage. La nécessité de développer une communication sur le BAFA reste d actualité. L enquåte conduite dans le FinistÇre montre que pour Åtre efficace, celle-ci devrait s inscrire dans les lieux de vie, scolaires, professionnels ou de loisirs. Afin d identifier le contenu du message qui pourrait susciter l intårät pour le BAFA voire l implication effective dans la formation, nous nous sommes intåressås aux motivations des stagiaires et de leur perception de leur expårience de l animation. 2- Pourquoi devient-on animateur? Les motivations des stagiaires s organisent autour de quatre dimensions principales d importance comparable, et deux plus secondaires (tableau 4) 18. On devient animateur avant tout parce qu on est attirå par ce qui apparaàt au cœur de la définition måme de l animation : la relation aux enfants, l organisation d activités, le travail en Équipe avec pour objectif de contribuer Ñ l Éducation de ces enfants (tableau 4), ont motivå plus 80 % des stagiaires, 70 % pour ce qui concerne les activitås (graphique 1). Cette adhåsion est encore plus marquåe encore chez ceux qui se destinent aux secteurs de l Åducation ou de l enseignement Il s agit des facteurs dågagås par l Analyse en Composante Principale råalisåe sur les notes attribuåes aux diffårents items par l ensemble des stagiaires qui ont råpondu á tous les items (N=432). Les tests confirment la validitå de l analyse (pråcision de l Åchantillon.857, test de Bartlett.000). 19 Les lycåens et Åtudiants ayant ce projet sont davantage pråsents que les autres sur cet axe (score factoriel.14). 16

17 Graphique 3 : Pour quelles raisons avez-vous souhaité devenir animateur? Distribution des notes attribuåes á chaque item et notes moyennes 10 9 Ç 7 6 Ç 4 3 Ç 1 0 Pour m'occuper d'enfants Pour contribuer Ç l'åducation des enfants, des jeunes Pour travailler en Åquipe Pour assumer des responsabilitås Pour prendre confiance en moi, Åvoluer personnellement Pour avoir un job d'åtå Pour dåcouvrir les autres Pour les activitås Pour l'ambiance de travail Pour tester mon intårñt pour les måtiers de l'animation et de l'åducation Pour rencontrer d'autres jeunes Pour m'occuper d'enfants, de jeunes handicapås Pour contribuer Ç une action sociale Pour m'impliquer dans les actions d'une association Pour m'occuper d'ados Pour trouver un emploi Pour avoir une premiäre expårience du monde du travail Pour mon futur måtier Pour gagner de l'argent Pour jouer un réle dans la sociåtå Pour continuer Ç partir en colo, aller en centre de loisirs Pour voir du pays Pour m'occuper d'adultes handicapås Note moyenne % 20% 40% 60% 80% 100% Lecture : Le questionnaire proposait aux stagiaires une liste de 22 items Ñ noter de 0 Ñ 10 selon qu ils ne correspondaient pas du tout ou tout Ñ fait Ñ leurs motivations,, les notes intermådiaires permettant de nuancer leur råponse. 56 % des stagiaires ont attribuå la note de 10 Ñ l item Ö Pour m occuper d enfant á, 34 % une note de 9 Ñ 7, etc la note moyenne attribuåe par l ensemble des stagiaires pour cet item est 8.9. La note moyenne pour l ensemble des items est 6.5, les notes moyennes de couleur diffårentes sont statistiquement diffårentes. 17

18 Tableau 4 : Les motivations des stagiaires Description des facteurs de l Analyse en Composante Principale et % de notes supårieures á 10 et á 7 CorrÅlation au facteur % de stagiaires ayant notå cet item 10 % de stagiaires ayant notå cet item 9 Ç 7 Un engagement social (12 %) Pour contribuer Ç une action sociale ,1 37,5 Pour jouer un réle dans la sociåtå ,3 33,3 Pour m'impliquer dans les actions d'une association ,5 33,3 Pour dåcouvrir les autres ,1 44,9 Pour assumer des responsabilitås ,1 49,1 Le plaisir de vacances entre jeunes (11 %) Pour m'occuper d'ados ,7 31,8 Pour voir du pays ,4 26,8 Pour continuer Ç partir en colo, aller en centre de loisirs ,8 26,2 Pour rencontrer d'autres jeunes ,1 38,8 Pour l'ambiance de travail ,6 49,2 Une expérience directement utile (11 %) Pour gagner de l argent Pour avoir un job d'åtå ,6 36 Pour avoir une premiäre expårience du monde du travail ,7 32,1 Pour trouver un emploi ,5 28,9 Pour prendre confiance en moi, Åvoluer personnellement ,8 Etre animateur (11 %) Pour m'occuper d'enfants ,6 34,1 Pour les activitås ,6 45,9 Pour travailler en Åquipe ,3 48,4 Pour contribuer Ç l'åducation des enfants, des jeunes ,3 47,4 Le public en situation de handicap (7 %) Pour m'occuper d'adultes handicapås.792 5,8 11,2 Pour m'occuper d'enfants, de jeunes handicapås ,6 25,7 Un projet professionnel (6%) Pour tester mon intårñt pour les måtiers de l'animation et de l'åducation ,6 34,2 Pour mon futur måtier ,4 21,4 Lecture : Dans ce type d analyse, chaque facteur repråsente une Ödimension á qui structure plus ou moins fortement les donnåes (% de la variance totale indiquå Ñ cotå de chaque facteur). Par ailleurs, plus la corrålation d un item au facteur est forte puis il contribue Ñ lui donner un sens. 18

19 On retrouve les ÉlÉments structurant l image de l animation, telle que nous l avions identifiée dans le cadre de notre précédente Étude. En effet, la relation aux enfants dåfinissait l animation pour 87 % des ans interrogås en 2003 et l attrait de cette relation Åtait la motivation la plus fråquemment citåe par les animateurs un an aprçs leur formation. De mäme, le travail en Åquipe constituait la troisiçme caractåristique de l animation pour les ans et une dimension structurante de leur perception. En revanche, les objectifs Éducatifs apparaissaient peu pråsents dans les råponses spontanåes des stagiaires interrogås en 2003, la relation aux enfants s exprimant essentiellement á travers les notions d amour et de plaisir. ProposÅ aux stagiaires du FinistÇre, é contribuer Ñ l Åducation des enfants è se situe en revanche en seconde place de leurs motivations (graphique 3). On peut penser que s ils n y pensent pas spontanåment, ils se reconnaissent dans cet objectif. Soulignons d ailleurs que ce rãle Åducatif est davantage plåbiscitå par les stagiaires en approfondissement que par ceux en dåbut de formation, il en est de mäme pour é s occuper d enfants è. Les motivations pour la relation aux enfants et les objectifs Åducatifs, prådominantes pour l ensemble des stagiaires, semblent donc se renforcer au cours de la formation 20. Par ailleurs, les motivations des stagiaires se structurent autour de la notion d engagement : ils souhaitent devenir animateur pour contribuer á une action sociale (tableau 4), jouer un rãle dans la sociåtå en s impliquant dans les activitås d une association. Ces intentions sont partagåes par seulement la moitié des stagiaires (53 á 47 % cf. graphique 2) et suscitent des attitudes assez contraståes 21. Leur sont associås le dåsir de é dåcouvrir les autres è et d assumer des responsabilitås, auxquelles adhçrent en revanche 72 Ñ 75 % d entre eux. Les lycåens ou Åtudiants se montrent plus fortement attirås par la prise de responsabilitå Note moyenne é pour contribuer Ñ l Åducation è 8.3 pour les é approfondissement è et 7.7 pour les é base è (p=.002, en dessous de p=0.05 la diffårence est statistiquement significative, entre p=0.05 et p=0.10, on considçre qu il s agit d une tendance), 9 et 8.7 pour é s occuper d enfants è (p=0.049). 21 Ecarts types de 3.14 á 3.78, alors qu ils sont infårieurs á 3 pour les items du groupe pråcådent. L Åcart type mesure la moyenne des Åcarts á la moyenne et constitue un est un indicateur de la dispersion d une distribution. 22 La note moyenne attribuåe á é assumer des responsabilitås è est 7.7 pour les stagiaires scolarisås et 6.7 pour les actifs (p=.003). 19

20 Ces deux types de motivations apparaissent ainsi constituer un premier niveau d engagement, alliant une ouverture Ñ l autre, dans le contexte de relations interpersonnelles, et la responsabilité individuelle. La notion d engagement est en effet davantage liåe á une utilitå pour soi qu á un public spåcifique. é Prendre confiance en soi è, é travailler en Åquipe è sont en effet plus fortement associås á cet axe que le souhait de s occuper d adolescents ou d adultes handicapås ou contribuer á l Åducation des enfants en gånåral 23. Assumer une responsabilité dans la société, s impliquer dans un cadre associatif constituerait ainsi une seconde Étape, motivant néanmoins la moitié des stagiaires. On comprend alors qu elle soit plus prågnante chez ceux qui sont engagås dans une action bånåvole ou l envisagent, ceux se destinent á un måtier du secteur social ou Åducatif ou chez les stagiaires en approfondissement, les motivations Åvoluant au cours de la formation. Les plus sensibles á la notion d action sociale sont Ågalement moins critiques quant au prix du BAFA, le jugeant plus fråquemment raisonnable 24. Les deux autres dimensions renvoient á la complåmentaritå relevåe chez les animateurs et stagiaires interrogås en 2003, entre le caractçre ludique et agråable de l animation d une part et l utilitå et le é sårieux è de cette expårience, d autre part. Les stagiaires interviewås dans le cadre d entretiens collectifs avaient d ailleurs cråå un nåologisme pour qualifier la spåcificitå de l animation pour eux : des é vacances-travail è. On retrouve en effet chez les stagiaires du FinistÇre d une part l utilité directe de l animation et d autre part, le plaisir de vacances entre jeunes. L utilité (tableau 4) recouvre les mämes aspects qu en 2003 : elle est d abord Économique puisqu il s agit avant tout de gagner de l argent grâce á ce qui constitue un job d ÅtÅ, et au second plan, l animation leur apparaàt utile d un point de vue Ñ la fois personnel et â pré professionnel ä. Devenir animateur leur permet selon eux, d acquårir une premiçre expårience du monde travail voire d obtenir un emploi, et ainsi d acquårir une meilleure confiance d eux-mämes. Evolution personnelle et job d ÉtÉ constituent des motivations pour une majorité des stagiaires (72 %) alors que l utilitå Åconomique attire seulement la moitiå d entre eux. 23 Prendre confiance en moi est corrålå á.411, travailler en Åquipe á.409, contribuer á l Åducation des enfants á seulement.273, m occuper d adultes handicapås á.263, alors que m occuper d enfants et de jeunes handicapås ou m occuper d enfants sont opposås á cette dimension (-.017 et -.047). 24 Ceux qui jugent le prix raisonnable, trçs minoritaires, sont trçs pråsents sur cet axe (score factoriel.57), les bånåvoles Ågalement (.35), ceux qui envisagent de le devenir plus faiblement (.19) comme ceux qui souhaitent travailler dans le social ou l Åducatif (.16) ou sont en stage approfondissement (.12) 20

LES STAGIAIRES BAFA DU FINISTERE. Octobre 2008. Enquête réalisée pour. le Jury Départemental BAFA

LES STAGIAIRES BAFA DU FINISTERE. Octobre 2008. Enquête réalisée pour. le Jury Départemental BAFA OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes LES STAGIAIRES BAFA DU FINISTERE Octobre 2008 Enquête réalisée pour La Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports du Finistère

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

Organisation du temps libre et pratiques collectives

Organisation du temps libre et pratiques collectives Bulletin nä32-37 Mai 2010 OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes Organisation du temps libre et pratiques collectives (2) Du colläge au lycåe Le präcädent bulletin de l OVLEJ

Plus en détail

Septembre 2007. Qu est-ce qu un animateur en centre social?

Septembre 2007. Qu est-ce qu un animateur en centre social? Septembre 2007 Qu est-ce qu un animateur en centre social? INTRODUCTION Qu est-ce qu un animateur en centre social? Emplois repères majoritaires En juillet 2007, l Observatoire a réalisé une synthèse des

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Avec près de 220 000 contrats en 2006, l économie sociale régionale rassemble plus de 11% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public.

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* NOTE DETAILLÉE Enquêtes sur l école maternelle Enquête Harris Interactive pour le SNUipp Enquête grand public réalisée en ligne entre le 03 et le 05 novembre 2015. Echantillon de 1 000 personnes, représentatif

Plus en détail

Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité

Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité Les principaux enseignements FD/EP N 113392 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion

Plus en détail

Dossier - Insertion des jeunes. La fonction publique comme mode de professionnalisation des jeunes : usages et conditions des stages étudiants 3

Dossier - Insertion des jeunes. La fonction publique comme mode de professionnalisation des jeunes : usages et conditions des stages étudiants 3 La fonction publique comme mode de professionnalisation des jeunes : La fonction publique comme mode de professionnalisation des jeunes : usages et conditions des stages étudiants Olivier Joseph Isabelle

Plus en détail

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013 n o 21 2015 situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013 TAUX DE POURSUITE D ÉTUDES 75,2% TAUX D EMPLOI 17% TAUX DE RECHERCHE D EMPLOI 5,2% TAUX D INACTIVITE 2,6% O B S E R VATO I R E Etude réalisée

Plus en détail

Evaluer et contråler vos fournisseurs

Evaluer et contråler vos fournisseurs Les JournÄes QualitÄ SÄcuritÄ Environnement Evaluer et contråler vos fournisseurs Date : 08 avril 2008 Bureau Veritas 53-55 rue Crozatier 75578 PARIS Cedex 12 TÄl : 01 58 51 58 00 / Fax : 01 58 51 58 37

Plus en détail

Mobilités professionnelles

Mobilités professionnelles Mobilités professionnelles Note de synthèse Mai 2009 CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI Laurence GAUNE Contact TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Eric CHAUVET / Raphaël RAYNAUD : 01 40 92 45

Plus en détail

L emploi dans l animation socio-culturelle, sportive et sociale en Champagne-Ardenne

L emploi dans l animation socio-culturelle, sportive et sociale en Champagne-Ardenne L emploi dans l animation socio-culturelle, sportive et sociale en Champagne-Ardenne Cahier de l OPEQ n 204 Décembre 2011 OPEQ Chambre de Commerce et d'industrie de région Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon

Plus en détail

La professionnalisation au DESS ILTS de l UniversitÅ Denis Diderot (Paris 7)

La professionnalisation au DESS ILTS de l UniversitÅ Denis Diderot (Paris 7) La professionnalisation au DESS ILTS de l UniversitÅ Denis Diderot (Paris 7) Michel Rochard, contribution au colloque international de l'universitä de Rennes 2 sur la professionnalisation des formations

Plus en détail

ÉCOLE CENTRALE PARIS MASTÈRE SPECIALISÉ

ÉCOLE CENTRALE PARIS MASTÈRE SPECIALISÉ ÉCOLE CENTRALE PARIS MASTÈRE SPECIALISÉ MS TECHNOLOGIES DE L'INFORMARION ET DU NUMERIQUE - BRANCHE MANAGEMENT DES SYSTEMES D'INFORMATION Objectifs Les technologies de l information et de la communication

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Les métiers de la distribution. Rapport final

Les métiers de la distribution. Rapport final Branche professionnelle des Industries Electriques et Gazières Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications Les métiers de la distribution Rapport final Décembre 2008 Page 1 sur 200 Sommaire

Plus en détail

DEUST ANIMATION DES LOISIRS SPORTIFS «MILIEUX URBAINS»

DEUST ANIMATION DES LOISIRS SPORTIFS «MILIEUX URBAINS» UNIVERSITE RENNES HAUTE BRETAGNE DEUST ANIMATION DES LOISIRS SPORTIFS «MILIEUX URBAINS» ETUDE DE L'INSERTION PROFESSIONNELLE DE LA PROMOTION 00/004 Observatoire des Parcours Etudiants et de l'insertion

Plus en détail

Les étudiants en formation aux métiers éducatifs en Bretagne en 2012

Les étudiants en formation aux métiers éducatifs en Bretagne en 2012 N 19 / Juin 2014 L'INFO STATISTIQUE Les étudiants en formation aux métiers éducatifs en Bretagne en 2012 En 2012, la Bretagne accueille plus d'un millier d'étudiants en formation aux métiers d'éducateur

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

L âge moyen en fin de cursus est de 20 ans et 5 mois. Il varie suivant les diplômes préparés (cf tableau 1).

L âge moyen en fin de cursus est de 20 ans et 5 mois. Il varie suivant les diplômes préparés (cf tableau 1). L insertion professionnelle s est légèrement améliorée par rapport à l an passé puisque le taux d emploi a progressé de 4 points. Le taux de chômage, en revanche, demeure toujours important avec plus d

Plus en détail

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 Observatoire Régional des Parcours Etudiants Aquitains (ORPEA) Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 En Bref : Le taux de réponse global atteint

Plus en détail

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports Direction Régionale Caisse d Allocations et Départementale Familiales de la Jeunesse et du Calvados des Sports CAHIER DES CHARGES POUR LES LOISIRS DES PRÉADOLESCENT(E)S ET ADOLESCENT(E)S SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

LES DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE

LES DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE LES DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE N 12 - AVRIL 2011 Le devenir des diplômés 2007 de licence professionnelle des Universités d Alsace Cheikh Tidiane Diallo, Annie Cheminat Les étudiants ayant obtenu une licence

Plus en détail

Les colos aujourd hui : un modèle de vacances socialement partagé qui perdure et se transforme

Les colos aujourd hui : un modèle de vacances socialement partagé qui perdure et se transforme Bulletin n 42 Juillet 2013 Les colos aujourd hui : un modèle de vacances socialement partagé qui perdure et se transforme Le mot de la Présidente Le départ en colos, où en sommes-nous? Partir en colos,

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses JANVIER 2014 N 002 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LA VAE EN 2012 DANS LES MINISTÈRES CERTIFICATEURS Plus de 250 000 personnes

Plus en détail

à Master recherche observatoire régional #42 Synthèse régionale août 2014

à Master recherche observatoire régional #42 Synthèse régionale août 2014 observatoire régional #42 Synthèse régionale août 2014 à Master recherche Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master recherche promotion 2011 1 046 diplômés de M2 recherche en

Plus en détail

Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion?

Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion? EMPLOI - FORMATION EN PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR MÉMO N 46 - DÉCEMBRE 2009 Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion? SÉVERINE LANDRIER CÉCILE REVEILLE-DONGRADI CHARGÉES D ÉTUDES L enquête

Plus en détail

Les éducateurs spécialisés En région Centre

Les éducateurs spécialisés En région Centre Les éducateurs spécialisés En région Centre La profession en quelques mots «L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement

Plus en détail

Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille

Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille Février 2013 Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Tel : 01 80 48 30 80 Email : jgoarant@opinion-way.com Méthodologie

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS

FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS Selon l enquête de satisfaction et de devenir des bénéficiaires

Plus en détail

Partie I. Points de repères et recommandations pour conduire sa formation

Partie I. Points de repères et recommandations pour conduire sa formation Partie I Points de repères et recommandations pour conduire sa formation 1/ A qui s adresse le BAFD? Le Brevet d Aptitude aux Fonctions de Direction (BAFD) a pour finalité de «développer, dans le cadre

Plus en détail

Enquête insertion professionnelle 2008 Devenir des diplômés de master 2006

Enquête insertion professionnelle 2008 Devenir des diplômés de master 2006 Enquête insertion professionnelle 2008 Devenir des diplômés de master 2006 Les 718 diplômés ayant quitté l'université de Franche-Comté, ont reçu une lettre les invitant à répondre à un questionnaire sur

Plus en détail

Licence pro Statistiques décisionnelles en marketing

Licence pro Statistiques décisionnelles en marketing Licence pro Statistiques décisionnelles en marketing Enquête réalisée par le ministère sur l ensemble des licences professionnelles françaises. L analyse individuelle pour l UBS est réalisée par l Observatoire.

Plus en détail

Le système de retraite français offre aux assurés

Le système de retraite français offre aux assurés Ministère de l Emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la Santé et des Solidarités La réforme des retraites d août 2003 offre aux cotisants du régime général davantage de choix dans

Plus en détail

IMAGE DES METIERS DU TOURISME. Mars 2013

IMAGE DES METIERS DU TOURISME. Mars 2013 IMAGE DES METIERS DU TOURISME Mars 2013 AMéthodologie page 2 Méthodologie Volet Jeunes de 15 à 25 ans : Echantillon de 519 personnes, représentatif des Français âgés de 15 à 25 ans, constitué selon la

Plus en détail

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES DÉCEMBRE 2014 N 10 SOMMAIRE P.2 LA SITUATION AU REGARD DE L EMPLOI VARIE EN FONCTION DE L AIDE P.3 QUATRE BÉNÉFICIAIRES SUR DIX DÉCLARENT AVOIR FAIT DES CONCESSIONS POUR RETROUVER

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE DEVENIR DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE QUALIFIANTE

ENQUÊTE SUR LE DEVENIR DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE QUALIFIANTE N U M É R O 2 8 études ENQUÊTE SUR LE DEVENIR DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE QUALIFIANTE > RÉSULTATS DE LA TROISIÈME INTERROGATION DEUX ANS APRÈS LA FORMATION M A R S 2 0 1 6 L'OBSERVATOIRE

Plus en détail

ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES

ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES 1 2 Erasmus + un atout pour l employabilité, une force pour les entreprises L Union Européenne investit 16,4 milliards d euros dans

Plus en détail

Centres de vacances, Colonies de vacances Perception et attentes des parents

Centres de vacances, Colonies de vacances Perception et attentes des parents Bulletin n 10-15 Avril 2005 OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes Jpa UFCV UNAT Centres de vacances, Colonies de vacances Perception et attentes des parents Depuis sa mise

Plus en détail

«FORMATIONS ET EMPLOI» - Édition 2009

«FORMATIONS ET EMPLOI» - Édition 2009 DARES (Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques) DEPP (Direction de l évaluation, de la prospective et de la performance) D Dossier de presse «FORMATIONS ET EMPLOI» - Édition

Plus en détail

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens?

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? 26 janvier 2015 Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? La parole des élèves est peu analysée dans la recherche. C'est pourquoi le Cnesco a décidé de mener

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes

Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes Magali Beffy, Delphine Perelmuter* Pour l année scolaire 2007-2008, les

Plus en détail

Ville de Lyon Direction de l Enfance DIRECTEUR (TRICE) D ETABLISSEMENT D ACCUEIL D ENFANTS DE 0 A 6 ANS

Ville de Lyon Direction de l Enfance DIRECTEUR (TRICE) D ETABLISSEMENT D ACCUEIL D ENFANTS DE 0 A 6 ANS DIRECTEUR (TRICE) D ETABLISSEMENT D ACCUEIL D ENFANTS DE 0 A 6 ANS Elle assure la responsabilitä de l Äquipement dans le respect du cadre räglementaire et de la räglementation Ville de Lyon. Elle est garante

Plus en détail

Entre soi ou avec les autres : Séjours familiaux, sans les parents ou colos Les 5-19 ans et les vacances (3)

Entre soi ou avec les autres : Séjours familiaux, sans les parents ou colos Les 5-19 ans et les vacances (3) OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes Bulletin n 19 Mars 2008 Entre soi ou avec les autres : Séjours familiaux, sans les parents ou colos Les 5-19 ans et les vacances (3) La

Plus en détail

En région Centre. La profession en quelques mots. Illustration des parcours pour accéder à la profession d aide médico-psychologique

En région Centre. La profession en quelques mots. Illustration des parcours pour accéder à la profession d aide médico-psychologique Les aides médico-psychologiques En région Centre La profession en quelques mots «L aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d accompagnement et d aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il

Plus en détail

Conditions de vie et attentes des étudiants

Conditions de vie et attentes des étudiants Conditions de vie et attentes des étudiants BVA Opinion Céline BRACQ Directrice adjointe BVA Opinion Emile LECLERC Chargé d études 01 71 16 88 00 Méthodologie Recueil Sondage réalisé par l Institut BVA

Plus en détail

Emploi et Formation Secteur Publicité

Emploi et Formation Secteur Publicité Rapport statistique Emploi et Formation Secteur Publicité 2009-2010 AFDAS / R&D - Septembre 2012 Sommaire 1. DONNEES SUR L EMPLOI 3 1.1. POINT METHODOLOGIQUE ET PRECAUTIONS D USAGE 4 1.2. LES ENTREPRISES

Plus en détail

La reprise et la transmission d'entreprises

La reprise et la transmission d'entreprises CSOEC ACFCI APCE Conseil Supérieur de l Ordre Assemblée des Chambres Françaises Agence Pour la des Experts-Comptables de Commerce et d Industrie Création d Entreprises La reprise et la transmission d'entreprises

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie - Gestion de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

à Parcours des bacheliers professionnels

à Parcours des bacheliers professionnels #32 #21 observatoire régional Synthèse régionale février avril 2013 2012 à Parcours des bacheliers professionnels Néo-bacheliers professionnels aquitains 2006 entrés d l enseignement supérieur en 2006-2007

Plus en détail

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël www.snf.ch Wildhainweg 3, case postale 8232, CH-3001 Berne Division Carrières Bourses Evaluation du Programme des bourses du Fonds national suisse (FNS) Résumé du rapport Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe,

Plus en détail

SynthÄse de l Çtude sur les pratiques et les opinions des bailleurs du secteur privç sur les garanties demandçes aux locataires

SynthÄse de l Çtude sur les pratiques et les opinions des bailleurs du secteur privç sur les garanties demandçes aux locataires Centre de Recherche pour l Åtude et l Observation des Conditions de vie SynthÄse de l Çtude sur les pratiques et les opinions des bailleurs du secteur privç sur les garanties demandçes aux locataires DÄpartement

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

Baromètre de l innovation

Baromètre de l innovation Baromètre de l innovation Un baromètre BVA Syntec numérique Ce sondage est réalisé par pour le Publié dans, et le 21 mai, et diffusé sur Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATIONS STATISTIQUES DE LA DIRECTION GÉNÉRALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE. La population enquêtée en 2007

BULLETIN D INFORMATIONS STATISTIQUES DE LA DIRECTION GÉNÉRALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE. La population enquêtée en 2007 StatEA N 08-04 Avril 2008 BULLETIN D INFORMATIONS STATISTIQUES DE LA DIRECTION GÉNÉRALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE L enquête 2007 auprès des diplômés BAC PRO sortis en 2003 confirme la finalité

Plus en détail

Confédération Française de l'encadrement-cgc

Confédération Française de l'encadrement-cgc Les classes moyennes www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc Les problématiques d éducation On peut dresser un premier constat : «l environnement familial et le voisinage scolaire pèsent

Plus en détail

pour La formation professionnelle vue par les salariés

pour La formation professionnelle vue par les salariés pour La formation professionnelle vue par les salariés Introduction Quelle est la vision des salariés sur la formation continue : quel est leur bilan sur 2009? Quelles sont leurs priorités pour 2010? Comment

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2012

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2012 n o 14 2014 situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2012 TAUX DE POURSUITE D ÉTUDES 77,3% TAUX D EMPLOI 17% TAUX DE RECHERCHE D EMPLOI 4,5% TAUX D INACTIVITE 1,2% OBSERVATOIRE Etude réalisée avec le

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

PRÉFET DE LA RÉGION. Septembre 2013

PRÉFET DE LA RÉGION. Septembre 2013 La formation aux professions sociales en Ile-de-France Exploitation statistique de l enquête 2011 Septembre 2013 PRÉFET DE LA RÉGION Sommaire Introduction 1 Présentation des résultats Ensemble des formations

Plus en détail

Le développement de la validation des acquis de l expérience marque une pause en 2007

Le développement de la validation des acquis de l expérience marque une pause en 2007 note d information 09.14 MAI En 2007, 21 967 dossiers déclarés recevables et déposés par des candidats à l obtention d un diplôme de l enseignement professionnel ou technologique de l Éducation nationale

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA OBSERVATOIRE Progression d activité PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA 1 Compte tenu de la forte croissance actuelle au niveau de l ensemble de l économie

Plus en détail

Effectifs et taux de réponse par discipline

Effectifs et taux de réponse par discipline observatoire régional #36 Synthèse régionale août 2013 à Master mixte Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2012 des diplômés de Master mixte promotion 2010 349 diplômés de M2 mixte en 2010 sur 399 interrogés

Plus en détail

Maîtrise Génie électrique et informatique industrielle (GEII)

Maîtrise Génie électrique et informatique industrielle (GEII) Maîtrise Génie électrique et informatique industrielle (GEII) La population de diplômés de l IUP Génie Informatique et Statistique est de 35 pour l année 003. Dans le cadre de l enquête 005, 88,5 % (3

Plus en détail

MarchÄ des professionnels. Le marchä des professionnels. Commentaires. Prise de notes

MarchÄ des professionnels. Le marchä des professionnels. Commentaires. Prise de notes Le marchä des professionnels 1 INTRODUCTION Les attentes des professionnels Quels sont les attentes des professionnels vis Ä vis de la banque? A titre privå A titre professionnel 2 INTRODUCTION Les attentes

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE. CPNEFP de la branche des Services funéraires Observatoire des Métiers. Mai 2009

NOTE DE SYNTHÈSE. CPNEFP de la branche des Services funéraires Observatoire des Métiers. Mai 2009 NOTE DE SYNTHÈSE Une identité professionnelle à valoriser 2 Des activités convergentes 2 Visibilité de la branche 2 Des métiers qui évoluent 2 La structure de l emploi 3 Pyramide d âge et ancienneté des

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE

OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE PREMIÈRE ANNÉE DE LICENCE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2006-2007 PLAN GÉNÉRAL INTRODUCTION p. 2 I. Représentativité de l'échantillon p. 3 1) Sexe

Plus en détail

Le programme EPS au collège

Le programme EPS au collège Le programme EPS au collège Structure générale IA-IPR EPS. Fév/Mars 2009 L EPS,, un rçle É jouer tout au long de la scolaritä Vise la räussite de tous les ÄlÖves Contribue É l instruction, la formation

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

La réalisation de ce panorama de l emploi territorial est le fruit d un travail collectif, impulsé au cours. Avant-propos

La réalisation de ce panorama de l emploi territorial est le fruit d un travail collectif, impulsé au cours. Avant-propos Avant-propos en vigueur de la loi du 19 février 2007 a confirmé et conforté les centres de gestion comme les partenaires privilégiés de l ensemble des collectivités en matière d emploi public local. Au

Plus en détail

«Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012

«Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012 «Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012 Enquête Réalisée par Nouveaux Armateurs 24 rue Sénac de Meilhan 17000 La Rochelle Page 1 IDENTIFICATION

Plus en détail

Juillet 2007. Qu est-ce que le métier d animateur dans notre branche? Etat des lieux en juillet 2007

Juillet 2007. Qu est-ce que le métier d animateur dans notre branche? Etat des lieux en juillet 2007 Juillet 2007 Qu est-ce que le métier d animateur dans notre branche? Etat des lieux en juillet 2007 INTRODUCTION Il y a 5 ans, lorsque l Observatoire Emploi Formation a été créé, sa première tâche a été

Plus en détail

Licence pro Gestion des Ressources Humaines

Licence pro Gestion des Ressources Humaines Licence pro Gestion des Ressources Humaines Enquête réalisée par le ministère sur l ensemble des licences professionnelles françaises. L analyse individuelle pour l UBS est réalisée par l Observatoire.

Plus en détail

LE TEMPS PERISCOLAIRE ORGANISATION ET REGLEMENTATION

LE TEMPS PERISCOLAIRE ORGANISATION ET REGLEMENTATION LE TEMPS PERISCOLAIRE ORGANISATION ET REGLEMENTATION QU'EST-CE QUE LE TEMPS PÉRISCOLAIRE? Le temps périscolaire est constitué des heures qui précèdent et suivent la classe durant lesquelles un encadrement

Plus en détail

Moniteur Educateur. Les candidats titulaires du bac (ou équivalent) sont dispensés de l épreuve écrite.

Moniteur Educateur. Les candidats titulaires du bac (ou équivalent) sont dispensés de l épreuve écrite. CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Moniteur Educateur Le Métier de Moniteur Educateur Le moniteur-éducateur exerce ses fonctions auprès d enfants ou d adolescents

Plus en détail

L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015

L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015 Observatoire régional des métiers du sanitaire et du social Enquêtes sur l insertion professionnelle des jeunes diplômés L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015 - Diplômés 2014

Plus en détail

Au fur et à mesure de leur formation et de leur

Au fur et à mesure de leur formation et de leur Les projets professionnels des jeunes sept ans après leur entrée au collège Les représentations des élèves du panel 1995, sept ans après leur entrée en sixième (enquête Jeunes 2002) è Sept ans après leur

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008.

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Dans le cadre des travaux de la Commission Consultative Sous-Régionale

Plus en détail

L impact des nouveaux modes de financement des CAF pour les places en crèches Une enquête menée dans les départements normands

L impact des nouveaux modes de financement des CAF pour les places en crèches Une enquête menée dans les départements normands formation pour pouvoir exercer ce métier et ne pas être ainsi confondue avec une employée de maison. Les assistantes parentales souhaiteraient aussi que ce métier soit rattaché à la Convention collective

Plus en détail

inésithérapeutes En région Centre

inésithérapeutes En région Centre Les masseur asseurs-kinésithérapeute inésithérapeutes En région Centre La profession en quelques mots «La profession de masseur-kinésithérapeute consiste à pratiquer habituellement le massage et la gymnastique

Plus en détail

études Les effets de la formation sur l insertion professionnelle des intérimaires

études Les effets de la formation sur l insertion professionnelle des intérimaires F o n d s d A s s u r a n c e F o r m a t i o n d u T r a v a i l T e m p o r a i r e études Les effets de la formation sur l insertion professionnelle des intérimaires juin 2010 F o n d s d A s s u r

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Arts plastiques de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

EVOLUTION DE LA FORMATION A LA FEDERATION NATIONALE HANDI-CHEVAL. Jacques GARCIAZ (FRANCE)

EVOLUTION DE LA FORMATION A LA FEDERATION NATIONALE HANDI-CHEVAL. Jacques GARCIAZ (FRANCE) EVOLUTION DE LA FORMATION A LA FEDERATION NATIONALE HANDI-CHEVAL Jacques GARCIAZ (FRANCE) La formation continue en France Ces trente dernières années ont vu se multiplier, tant en France qu à l étranger

Plus en détail

Educateur de Jeunes. Le Métier d Educateur de Jeunes. Le Concours. Concours Prépa Santé

Educateur de Jeunes. Le Métier d Educateur de Jeunes. Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Educateur de Jeunes Le Métier d Educateur de Jeunes A mi-chemin entre le social et l éducatif, l éducateur de jeunes enfants

Plus en détail

Observation et statistiques. L insertion professionnelle des diplômés de niveau IV des secteurs du sport et de l animation en Île-de-France

Observation et statistiques. L insertion professionnelle des diplômés de niveau IV des secteurs du sport et de l animation en Île-de-France Observation et statistiques L insertion professionnelle des diplômés de niveau IV des secteurs du sport et de l animation en Île-de-France Analyse des enquêtes 2013 et 2014 L insertion professionnelle

Plus en détail

L impact de la fermeture de MegaUpload sur les pratiques de téléchargement

L impact de la fermeture de MegaUpload sur les pratiques de téléchargement 24 février 2012 Présentation des résultats N 110 200 Contacts : 01 72 34 94 64 François Kraus Jean-Philippe Dubrulle francois.kraus@ifop.com L impact de la fermeture de MegaUpload sur les pratiques de

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013)

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) 1 «Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) ANALYSE DES RESULTATS : DOCUMENT DE TRAVAIL Enquête INJEP, réalisée en 2013 1 : questionnaire en ligne auprès de 130 répondants (dont

Plus en détail