Analgésie Postopératoire par Voie Epidurale Chirurgie abdominale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analgésie Postopératoire par Voie Epidurale Chirurgie abdominale"

Transcription

1 Analgésie Postopératoire par Voie Epidurale Chirurgie abdominale Jean Boogaerts Mira Dernedde CHU Charleroi Belgique

2 Principes de l analgésie péridurale peropératoire Chirurgie abdominale - approche thoracique Anesthésique local en peropératoire adapté aux besoins (! concentration - analgésie chirurgicale) Anesthésique local /(± opiacés) en continu pendant la période postopératoire ( 72 h) Evaluation régulière de l intensité de la douleur et effets secondaires

3 Péridurale thoracique Insertion à un niveau thoracique haut Anesthésique local pendant et après la chirurgie 72 h en continu Meilleure analgésie Meilleure fonction respiratoire + toux Réduction de la réponse au stress Travail cardiaque diminué

4 .. induit Fonction cardiaque améliorée - Risque cardiaque Ventilation contrôlée - réintubation Infections pulmonaires Ambulation précoce Réalimentation précoce Fatigue postopératoire Thrombose Meilleure Qualité de Vie Séjour hospitalier raccourci..

5 Sécurité! Analgésie péridurale: Complications: management Hypotension, Bloc moteur Dépression respiratoire Liées à l administration de médicaments (erreur de produit,, de posologie, toxicité du SNC..) Problème technique lié au mode de perfusion (PCEA, continu,..)

6 Pain Pain relief and safety after major surgery Flisberg P et al. Acta Anaesth Scand 2003 n = 2696 PCA morphine ou PCEA bupivacaine/morphine Analgésie (repos, mobilisation) Analgésie Bloc Moteur: (repos, mobilisation): PCEA PCEA > PCA lombaire > thoracique Effets Secondaires PCEA vs PCA Hypotension orthostatique: 6% 0.65% Prurit: 4.4% 1.1% Dépression respiratoire: 0.4% 1.3% Décès: 0

7 n=...pcea dans les services de chirurgie Liu SS et al. Anesthesiology 1998 n= ,05% bupivacaine+fentanyl bonne analgésie mais Prurit: 16% Nausées: 15% Sédation: 13% Hypotension: 7% Bloc moteur: 2% Dépression respiratoire: 0.3% Catheter déplacé: 12%

8 ... analgésie péridurale thoracique : échecs. 640 patients McLeod et al. Anaesthesia %: analgésie insuffisante 13%: problèmes techniques (cathéter, fuite, détachement, occlusion, ) Nécessité d une place à l USI (peu de places, couteux) Suivi inadéquat pendant la nuit Placement cathéter difficile habileté, technique?

9 Analgésie péridurale : management dans les services de chirurgie Standardisation des instructions et des pratiques infirmières Protocoles analgésiques standardisés Evaluation en continu au lit du patient (4/hr) Acute Pain Service!! Détection précoce des effets secondaires Réduction des risques

10 SDR Unité de soins Hypotension: Appel de l anesthésiste Remplissage/éphédrine Bloc moteur: Stop de l infusion péridurale Appel de l infirmière douleur/anesthésiste Analgésie insuffisante (EVA 3 cm): Morphine sc ou po Appel de l infirmière douleur/anesthésiste

11 Péridurale -Durée? 48/72 heures en fonction de la chirurgie Stop Evolution de l EVA EVA < 3 cm après 8 heures ablation EVA > 3 cm après 8 heures reprendre pour 24 heures Point de ponction à vérifier tous les jours Chirurgie thoracique: ± 7 jours

12 Levobupivacaine volume versus concentration C est la dose totale d anesthésique local et non le volume qui détermine la diffusion et la qualité de l analgésie péridurale Bromage et al. Br J Anaesth 1975;47: «back to basics»

13 Anesth Analg 2003;96: patients après chirurgie abdominale majeure 0,15% 0,5% 0 groupe «grand volume» groupe «petit volume» 10 ml/h 3ml/h 15 mg/h LB

14 Résultats 2,5 VAS (cm) 2 1,5 1 0,5 * * 0,15 0, Hours * p p = < Bromage (mean) 2 1,5 1 0,5 * * 0,15 0, Hours * p = 0.025

15 Résultats SBP (mean) Hours 0,15 0,5 D B P ( m e a n ) Hours 0,15 0,5 p =

16 90 patients après chirurgie abdominale majeure 0,15% 10 ml/h 0,5% 3ml/h 0,75% 2ml/h 15 mg/h LevobupivacaineL Cathéter péridural: Th 9 12 Administration continue

17 Evolution of Sensory Blockade 4 Evolution of VAS scores Th 4 Upper sensory level Th 5 Th 6 Th 7 Th 8 Th 9 Th 10 Th 11 Th Time (h) p<0.001 VAS (cm) * 1.5 mg/ml 5 mg/ml 7.5 mg/ml Time (h) *p<0.05 Evolution of Blood Pressure mg/ml 5 mg/ml 7.5 mg/ml ** BP sys (mmhg) * ** ** Bromage scores < I dans tous les groupes Time (h) *p<0.05 **p<0.01

18 Taux plasmatiques L-bupi 0,15% 0,5% 24 h (ng/ml) ± ± h (ng/ml) ± ± ns

19 Comparison of two concentrations of levobupivacaine in postoperative patient- controlled epidural analgesia M. Dernedde et al. JCA, 2004 n = 41 Chirurgie abdominale majeure Th 9-12 PCEA bolus seul 0.15% LB 0.5% LB bolus 3.3ml/20min bolus 1ml/20min

20 P=0.052 (GLM)

21 P=0.68 (GLM) Bromage scores < I dans tous les groupes

22 PCEA + background Dernedde et al Anesth Intens Care % L-bupi 3-mL bolus, lockout 30 min 0.5 % L- bupi 1-mL bolus, lockout 30 min + background 3.3 ml/h 0.15% or 1 ml/h 0.5% Chirurgie abdominale sous-ombilicale Cathéter Th 9-11

23 Sensory levels * * * * Upper sensory level T10 T9 T8 T7 levobupivacaïne 0.15% levobupivacaïne 0.5% Lower sensory level L2 L1 levobupivacaïne 0.15% levobupivacaïne 0.5% Time (h) Time (h)

24 Pain VAS at rest and cough VAS at rest (cm) levobupivacaïne 0.15% levobupivacaïne 0.5% VAS cough (cm) levobupivacaïne 0.15% levobupivacaïne 0.5% Time (h) Time (h)

25 Blood pressure BP sys (mmhg) * levobupivacaïne 0.15% levobupivacaïne 0.5% BP dia (mmhg) levobupivacaïne 0.15% levobupivacaïne 0.5% Time (h) Time (h)

26 Commentaires la dose totale est plus importante que la concentration ou le volume Bromage L utilisation de l espace péridurale thoracique plutôt que l espace péridurale lombaire a été l un des changements majeurs dans la pratique de l anesthésie ces 20 dernières années Wheatley

27 :the effect of volume and concentration on pain relief and motor impairment Whiteside R et al. BJA 2000 n = 40 Th 9-12 PCEA bolus seulement ropivacaine 0,1% (HVLC) ropivacaine 0,2% (LVHC) Analgesie (repos+mobilisation) Etendue du bloc +fentanyl LVHC=HVLC Consommation anesthésiques locaux bloc moteur LVHC>HVLC

28 Comparaison de 3 Solutions pour la PCEA post-opératoire Liu SS et al. Anesthesiology 1999 n=30 chirurgie abdominale basse Th12-L2 PCEA bolus seuls 1.Ropivacaine 0,2% +fentanyl 2.Ropivacaine 0,1% +fentanyl 3.Ropivacaine 0,05% +fentanyl EVA (repos, toux, ambulation) EVA (repos, toux, ambulation) Incidence des effets secondaires Volume total 3 > 1 et 2 Dose totale de drogue 2 > 1 et 3 Bloc moteur 1 > 2 et 3 1= 2= 3

29 Analgésie par voie épidurale Conclusions Chirurgie abdominale - Préférer abord thoracique haute conc/bas vol Car: - moins de bloc moteur membres inférieurs - moins de bloc sympathique - moins de risque d erreur (pas de dilution) - plus grande autonomie (débit ) - taux plasmatiques = basse conc/haut vol Et ce pour la même qualité d analgésie

30 Persistance de controverses en analgésie péridurale - Choix des drogues: AL ± opiacés - AL: concentration vs volume - PCEA vs perfusion continue - Problèmes organisationnels: ICU vs services - Efficacité et sécurité: APS - Outcome

Quelle ALR pour la chirurgie du pied? Dr Nathalie Bernard SAR A Montpellier

Quelle ALR pour la chirurgie du pied? Dr Nathalie Bernard SAR A Montpellier Quelle ALR pour la chirurgie du pied? Dr Nathalie Bernard SAR A Montpellier Chirurgie du pied et de la cheville Névrome de Morton, arthroplastie d orteil, ligamentoplastie de cheville Chirurgie peu douloureuse

Plus en détail

Réhabilitation et chirurgie abdominothoracique

Réhabilitation et chirurgie abdominothoracique Réhabilitation et chirurgie abdominothoracique Concept Intervention Multimodale, multidisciplinaire Préopératoire Information Préparation Réduction Stress Analgésie Alimentation Mobilisation entérale équipement

Plus en détail

DU Lyon 2015. Méthodes de mesure. Louvain: - Glycémie artérielle (GDS) NICE-SUGAR : - Glycémie artérielle ou capillaire ou laboratoire

DU Lyon 2015. Méthodes de mesure. Louvain: - Glycémie artérielle (GDS) NICE-SUGAR : - Glycémie artérielle ou capillaire ou laboratoire Méthodes de mesure Précision inégale Louvain: - Glycémie artérielle (GDS) Comparaison de la glycémie capillaire versus laboratoire Réanimaiton polyvalente (80 patients sur 4 mois) NICE-SUGAR : - Glycémie

Plus en détail

Les Blocs Nerveux: Pour qui? Pour quoi? Pour quand? Dr Vincent Alexis C.H.U. Charleroi

Les Blocs Nerveux: Pour qui? Pour quoi? Pour quand? Dr Vincent Alexis C.H.U. Charleroi Les Blocs Nerveux: Pour qui? Pour quoi? Pour quand? Dr Vincent Alexis C.H.U. Charleroi Introduction Avantages des blocs nerveux Désavantages des blocs nerveux Indications membres inférieurs Indications

Plus en détail

Recommandations générales

Recommandations générales Recommandations générales - Administration systématique : doses et horaires adaptés à l enfant - Pas de voie Sc - Intérêt des moyens non pharmacologiques : hypnorelaxation - Rôle des parents : hospitalisation

Plus en détail

Infiltration cicatricielle continue. Chirurgie gynécologique

Infiltration cicatricielle continue. Chirurgie gynécologique Strasbourg 13-15 Octobre 2009 Infiltration cicatricielle continue Chirurgie gynécologique 9CD502-Oct 2009 1/39 Agenda Historique Principes Bénéfices Cas particulier de la chirurgie gynécologique Césarienne

Plus en détail

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Pecs blocks PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Indications Prothèse mammaire Anesthesia, 2011 The pecs block : a novel technique for providing analgesia after breast surgery: R. Blanco PAC, pacemaker

Plus en détail

Analgésie par infiltration d anesthésiques locaux

Analgésie par infiltration d anesthésiques locaux Analgésie par infiltration d anesthésiques locaux Pr M Beaussier Département Anesthésie-Réanimation - CHU St-Antoine - Paris Définition de l infiltrationl Administration d un agent analgésique dans un

Plus en détail

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Equipe Ressource Régionale de Soins Palliatifs Pédiatriques Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Dr Cyril LERVAT ERRSPP EIRENE Unité d oncologie pédiatrique COL Symptômes en soins palliatifs

Plus en détail

Remerciements. Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles

Remerciements. Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Remerciements Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Conflit d intérêt NORDIC- Pharma : prise en charge de la présentation et de l organisation de la réunion. Introduction 40 % des ALR

Plus en détail

INTERET DES BLOCS ANESTHESIQUES FACIAUX DANS LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUE DU ZONA OPHTALMIQUE (à propos de 11 cas)

INTERET DES BLOCS ANESTHESIQUES FACIAUX DANS LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUE DU ZONA OPHTALMIQUE (à propos de 11 cas) INTERET DES BLOCS ANESTHESIQUES FACIAUX DANS LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUE DU ZONA OPHTALMIQUE (à propos de 11 cas) T. Boughenou, M. Tiar, A. Benmati, N. Fellah Département d anesthésie Réanimation,

Plus en détail

Place du bloc paravertébral dans la chirurgie du sein. Docteur Clément Brun Anesthésie réanimation Institut Paoli-Calmettes, Marseille

Place du bloc paravertébral dans la chirurgie du sein. Docteur Clément Brun Anesthésie réanimation Institut Paoli-Calmettes, Marseille Place du bloc paravertébral dans la chirurgie du sein Docteur Clément Brun Anesthésie réanimation Institut Paoli-Calmettes, Marseille Chirurgie du sein 100000 opérations en France par an Chirurgie plastique:

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

LA ROPIVACAINE A-T-ELLE UNE PLACE EN PEDIATRIE?

LA ROPIVACAINE A-T-ELLE UNE PLACE EN PEDIATRIE? Pédiatrie 211 LA ROPIVACAINE A-T-ELLE UNE PLACE EN PEDIATRIE? C. Ecoffey, Service d Anesthésie-Réanimation Chirurgicale 2, Hôpital Pontchaillou, Université Rennes 1, 35033 Rennes cedex 9. INTRODUCTION

Plus en détail

Néfopam. Marcel Chauvin Hôpital Ambroise Paré 92100 Boulogne

Néfopam. Marcel Chauvin Hôpital Ambroise Paré 92100 Boulogne Néfopam Marcel Chauvin Hôpital Ambroise Paré 92100 Boulogne Néfopam Benzoxazocine (orphénadrine) Action centrale Propriété principale : Analgésie Autre propriété : inhibition du frisson Néfopam Caractéristiques

Plus en détail

CEPHALEES POST-BRECHE DURALE. Post Dural Puncture Headache (PDPH)

CEPHALEES POST-BRECHE DURALE. Post Dural Puncture Headache (PDPH) CEPHALEES POST-BRECHE DURALE Post Dural Puncture Headache (PDPH) G. Buzançais Dr E. Morau 6 Mars 2013 Plan Introduction Physiopathologie Traitements Conclusion Définitions Brèche durale Ponction de dure-mère

Plus en détail

October 2011 Vol. 113 N 4. Biblio DAR A Lapeyronie 07/11/11 PH Pouchain

October 2011 Vol. 113 N 4. Biblio DAR A Lapeyronie 07/11/11 PH Pouchain October 2011 Vol. 113 N 4 Biblio DAR A Lapeyronie 07/11/11 PH Pouchain Contexte : 1970 description Winnie : Bloc plexus brachial = au moins 40ml d AL Winnie AP. Interscalene brachial plexus block. Anesth

Plus en détail

NOUVEAUX ANESTHÉSIQUES LOCAUX EN FRANCE

NOUVEAUX ANESTHÉSIQUES LOCAUX EN FRANCE Nouveaux anesthésiques locaux en France - D. Bedague, Y. Pichot NOUVEAUX ANESTHÉSIQUES LOCAUX EN FRANCE D. BEDAGUE, Y. PICHOT DAR 1, CHU Michallon, GRENOBLE En 1997 la famille des amino-amides s agrandit,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE PAR les infirmières libérales Pour un suivi bien orchestré de l hôpital à la ville Prise de conscience par les équipes que tout ne s arrête pas à la porte de l

Plus en détail

LA PREVENTION ALGOLOGIQUE ET ANESTHESIQUE DES DOULEURS CHRONIQUES POST-OPERATOIRES EN CHIRURGIE PELVIENNE ( incontinence et prolapsus )

LA PREVENTION ALGOLOGIQUE ET ANESTHESIQUE DES DOULEURS CHRONIQUES POST-OPERATOIRES EN CHIRURGIE PELVIENNE ( incontinence et prolapsus ) LA PREVENTION ALGOLOGIQUE ET ANESTHESIQUE DES DOULEURS CHRONIQUES POST-OPERATOIRES EN CHIRURGIE PELVIENNE ( incontinence et prolapsus ) Dr Christian BAUDE Unité de traitement de la douleur Hôpital Edouard

Plus en détail

Diagnostic d un d. cas de TRALI. 3 ème Journée Régionale d Hémovigilance Besançon, le 30 mars 2007

Diagnostic d un d. cas de TRALI. 3 ème Journée Régionale d Hémovigilance Besançon, le 30 mars 2007 3 ème Journée Régionale d Hémovigilance Besançon, le 30 mars 2007 Diagnostic d un d cas de TRALI Drs B. Barrucand et F. Bartholin Service de Réanimation Chirurgicale CHU Besançon Antécédents Monsieur S.,

Plus en détail

Analgésie postopératoire. Place des cathéters périnerveux

Analgésie postopératoire. Place des cathéters périnerveux Analgésie postopératoire Place des cathéters périnerveux Traitement de la douleur postopératoire En comparaison avec la PCA morphine La majorité des études sur le sujet montrent une diminution des scores

Plus en détail

Vendée. AGRES Hugues. IADE ressource douleur Novembre 2008

Vendée. AGRES Hugues. IADE ressource douleur Novembre 2008 Vendée Formation douleur. douleur. H.A.D. H.A.D. Vendée Vendée AGRES Hugues. IADE ressource douleur Novembre 2008 Cathéter périnerveux sciatique à domicile pour l analgésie postopératoire de la chirurgie

Plus en détail

Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire

Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2012 Sfar. Tous droits réservés. Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire N. DUFEU (PHAR) Unité de chirurgie ambulatoire

Plus en détail

Evaluation d un symptôme réfractaire

Evaluation d un symptôme réfractaire Evaluation d un symptôme réfractaire Petra Vayne-Bossert Médecin cheffe de clinique Hôpitaux Universitaires de Genève Dpt de réadaptation et médecine palliative Service de médecine palliative Déclaration

Plus en détail

Service de douleur aiguë

Service de douleur aiguë Service de douleur aiguë Olivier.m@chu chu-toulouse.fr Quintard M. Delbos A. Keita Meyer H. ETAT DES LIEUX DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE 8 000 000 de français sont opérés chaque année

Plus en détail

Paraplégie après AG+Rachi

Paraplégie après AG+Rachi Paraplégie après AG+Rachi Homme de 58 ans, obésité BMI : 35, HTA Prostatectomie radicale pour cancer Consultation d anesthésie 3 semaines avant l intervention : protocole anesthésique accepté sans information

Plus en détail

Les réactions allergiques graves :

Les réactions allergiques graves : Les réactions allergiques graves : marche à suivre Q et R Marie-Ève Bélanger, MD Présenté par l Université de Sherbrooke dans le cadre de Petites et grandes urgences, mars 2004 Le cas de Maxime Vous êtes

Plus en détail

Comment limiter les atélectasies postopératoires? Dr Françoise Gaillat

Comment limiter les atélectasies postopératoires? Dr Françoise Gaillat Comment limiter les atélectasies postopératoires? Dr Françoise Gaillat Anesthésie réanimation en chirurgie cardiaque et vasculaire, Timone, Marseille 90% des patients sous AG 15 à 20% de surface pulmonaire

Plus en détail

ANALGESIE POSTOPERATOIRE EN CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE LOURDE DE L ADULTE

ANALGESIE POSTOPERATOIRE EN CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE LOURDE DE L ADULTE Analgésie postopératoire 265 ANALGESIE POSTOPERATOIRE EN CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE LOURDE DE L ADULTE F. Singelyn. Service d Anesthésiologie, Cliniques Universitaires St Luc Avenue Hippocrate 10/1821 1200

Plus en détail

Poids économique de la thrombose au cours du cancer

Poids économique de la thrombose au cours du cancer Poids économique de la thrombose au cours du cancer Isabelle Borget Etudes et Recherches en Economie de la Santé, Service de Biostatistique et d Epidémiologie Institut Gustave Roussy PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions?

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Laurent ARGAUD Réanimation Médicale Groupement Hospitalier Edouard Herriot laurent.argaud@chu-lyon.fr Incidents lors des relais de seringues

Plus en détail

ANESTHESIE POUR CESARIENNE A.S.DUCLOY-BOUTHORS MATERNITE JEANNE DE FLANDRE

ANESTHESIE POUR CESARIENNE A.S.DUCLOY-BOUTHORS MATERNITE JEANNE DE FLANDRE ANESTHESIE POUR CESARIENNE A.S.DUCLOY-BOUTHORS MATERNITE JEANNE DE FLANDRE CESARIENNE? QUALITE DE L ANESTHESIE INDICATIONS CONTRE INDICATIONS EFFETS SECONDAIRES COMPLICATIONS QUALITE DE L ANALGESIE POST-OPERATOIRE

Plus en détail

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 avril 2014 BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA DCI Code ATC (2012) Motif de l

Plus en détail

7 CR2i, INRA (Jouy en Josas, France)

7 CR2i, INRA (Jouy en Josas, France) Chimio-embolisation pulmonaire par irinotecan sur le mouton: délivrance du produit et anatomopathologie P. Lacombe(1), J-P. Pelage(1), M. Baylatry(2,3), J. Desperramons(1), S. Ghegediban(4), J. Namur(5),

Plus en détail

Cas clinique. DES Anesthésie-Réanimation Module Pédiatrie 11/9/15. AF DUREAU Interne DESAR

Cas clinique. DES Anesthésie-Réanimation Module Pédiatrie 11/9/15. AF DUREAU Interne DESAR Cas clinique DES Anesthésie-Réanimation Module Pédiatrie 11/9/15 AF DUREAU Interne DESAR Consultation préanesthésique Enzo 4 mois, 5 kg Né à terme. APGAR 10-10-10 Allaitement maternel exclusif Hernie inguinale

Plus en détail

Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein

Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein Dr Aline Albi-Feldzer Département d anesthésie Hôpital René Huguenin Institut Curie Saint-Cloud Journée CLCC,22/05/2015 Plan 1. Les profils de douleurs

Plus en détail

Hypersensibilité aux produits de contraste iodés 2 ème journées francophones de scanner de l AFPPE 17 et 18 janviers 2015 Strasbourg Mélina

Hypersensibilité aux produits de contraste iodés 2 ème journées francophones de scanner de l AFPPE 17 et 18 janviers 2015 Strasbourg Mélina Hypersensibilité aux produits de contraste iodés 2 ème journées francophones de scanner de l AFPPE 17 et 18 janviers 2015 Strasbourg Mélina Dejonckheere Les différentes réactions : Figure 1 : Classification

Plus en détail

Traitement de l incontinence post-opératoire chez l homme

Traitement de l incontinence post-opératoire chez l homme DIU Rééducation Périnéale Traitement de l incontinence post-opératoire chez l homme DIU de Rééducation périnéale Dr Laurence Peyrat Définitions L incontinence urinaire chez l homme survient après une lésion

Plus en détail

Anesthésie loco-régionale et traitement de la douleur chronique après cancer du sein. Dr M Cottrel CHU de Brest

Anesthésie loco-régionale et traitement de la douleur chronique après cancer du sein. Dr M Cottrel CHU de Brest Anesthésie loco-régionale et traitement de la douleur chronique après cancer du sein Dr M Cottrel CHU de Brest Pourquoi l ALR dans le traitement des douleurs chroniques après cancer du sein? Apport de

Plus en détail

Vaccin contre la grippe saisonnière 2013-2014. Direction régionale de santé publique de Québec Octobre 2013

Vaccin contre la grippe saisonnière 2013-2014. Direction régionale de santé publique de Québec Octobre 2013 Vaccin contre la grippe saisonnière 2013-2014 Direction régionale de santé publique de Québec Octobre 2013 Plan Vaccin influenza Préparations sur le marché Indications Vaccins injectables Vaccin intranasal

Plus en détail

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats La Transfusion en France 3 millions de produits sanguins transfusés chaque année À 500 000 receveurs 1,5 millions de donneurs

Plus en détail

Protocole d utilisation de la naloxone (NARCAN, NALONE ) Antagonisation des morphiniques

Protocole d utilisation de la naloxone (NARCAN, NALONE ) Antagonisation des morphiniques Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation de la naloxone (NARCAN, NALONE ) Antagonisation des morphiniques Référence : CLUD 07 Version : 5 Date de diffusion Intranet : 09-03-12 Objet Ce

Plus en détail

LA DIALYSE CONVENTIONNELLE EN REANIMATION ET EN PRATIQUE. N. KERKENI Réanimation GHICL Hôpital Saint-Philibert - LOMME

LA DIALYSE CONVENTIONNELLE EN REANIMATION ET EN PRATIQUE. N. KERKENI Réanimation GHICL Hôpital Saint-Philibert - LOMME LA DIALYSE CONVENTIONNELLE EN REANIMATION ET EN PRATIQUE N. KERKENI Réanimation GHICL Hôpital Saint-Philibert - LOMME Plan Quand débuter l EER en Réanimation? Comment améliorer la tolérance de l EER Biocompatibilité

Plus en détail

Récupération améliorée après chirurgie

Récupération améliorée après chirurgie Récupération améliorée après chirurgie ENHANCED RECOVERY AFTER SURGERY Présentation du programme à l Hôpital du Valais www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch ERAS ET SON HISTOIRE Pendant 10 ans, un groupe d

Plus en détail

QUELLE ALR POUR LA CHIRURGIE DE LA HANCHE? Ph. Biboulet

QUELLE ALR POUR LA CHIRURGIE DE LA HANCHE? Ph. Biboulet QUELLE ALR POUR LA CHIRURGIE DE LA HANCHE? Ph. Biboulet Innervation de l articulation de la hanche La partie antérieure de la capsule articulaire est innervée par un rameau du nerf fémoral (L1-L4) longeant

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

Issue de grossesse en cas d'incontinence urinaire ou anale?

Issue de grossesse en cas d'incontinence urinaire ou anale? Issue de grossesse en cas d'incontinence urinaire ou anale? Arnaud Fauconnier, Anne-Cécile Pizzo-Ferrato, Xavier Fritel CHI Poissy Saint-Germain, Poissy, EA 7285 RISCQ, Montigny-le-Bretonneux,France INSERM

Plus en détail

La Prothèse de Hanche en Ambulatoire

La Prothèse de Hanche en Ambulatoire Journée d Information: La Chirurgie Ambulatoire ARS Poitou-Charentes 26 novembre 2014 La Prothèse de Hanche en Ambulatoire Dr Cédric BOUQUET Chirurgien Orthopédiste CAPIO - Clinique du Mail La Rochelle

Plus en détail

M Buisson, JP Dumas, M Duong, L Piroth, B Martha, M Grappin, P Chavanet, H Portier

M Buisson, JP Dumas, M Duong, L Piroth, B Martha, M Grappin, P Chavanet, H Portier Intérêt de l épreuve d effort musculaire dans le dépistage de la cytopathie mitochondriale chez des patients traités par inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH: étude pilote de 43

Plus en détail

Complications Oculaires de l Anesthl

Complications Oculaires de l Anesthl Complications Oculaires de l Anesthl Anesthésiesie Jean-Michel Devys DARU, Fondation Rothschild, Paris 19 ème Troubles de vision postopératoires ALR : 5% des plaintes de l ALR ALR ophtalmologique : 0,01

Plus en détail

Jeudi 13 février 2014. François Silhol. Unité d HTA CHU Timone Marseille. Centre de compétence des maladies Vasculaires rares

Jeudi 13 février 2014. François Silhol. Unité d HTA CHU Timone Marseille. Centre de compétence des maladies Vasculaires rares Jeudi 13 février 2014 Centre de compétence des maladies Vasculaires rares François Silhol Unité d HTA CHU Timone Marseille Confirmer l hypertension Quelle PA en dehors du cabinet médical? Effet blouse

Plus en détail

PROGRAMME D ANESTHÉSIOLOGIE. OBJECTIFS DE FORMATION CanMEDS

PROGRAMME D ANESTHÉSIOLOGIE. OBJECTIFS DE FORMATION CanMEDS PROGRAMME D ANESTHÉSIOLOGIE OBJECTIFS DE FORMATION CanMEDS Février 2011 127 Professionnalisme Se montre intègre et honnête; reconnaît ses limites Applique des principes éthiques et son code de déontologie

Plus en détail

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE P. Beuret Réanimation polyvalente C.H. Roanne AER 11/2014 LESIONS SOUVENT ASSOCIEES Pneumothorax Contusion pulmonaire Hémothorax Fractures costales

Plus en détail

La «double peine» de la démence

La «double peine» de la démence La «double peine» de la démence Dr Christophe TRIVALLE christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr 2 ème Colloque «Douleurs et démences» 10 juin 2011 Pas de conflit d intérêt La «double peine»

Plus en détail

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX Ph.TETARD ( CH Saint Camille) M.T. GATT ( CHU Avicenne) PTETARD 2009 1 1 - LÉGISLATIONPROFESSIONNELLE A. le rôle de l infirmière est fondé sur le décret

Plus en détail

C.H.U. Bicêtre, 78 rue du général Leclerc 94275 le Kremlin Bicêtre Cedex

C.H.U. Bicêtre, 78 rue du général Leclerc 94275 le Kremlin Bicêtre Cedex PRISEENCHARGEDELA EN DOULEUR EN SSPI Equipe douleur, soins palliatifs C.H.U. Bicêtre, 78 rue du général Leclerc 94275 le Kremlin Bicêtre Cedex Douleur: définition "expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia)

Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia) Pratique de la PCA (patient-controlled analgesia) - M. Navez, D. Baylot Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia) Navez M, Baylot D DAR Anesthésie Réanimation Pr Auboyer CHU ST Etienne BASES

Plus en détail

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis JLAR 2008 Dr A. Lafanechère, service d anesthésie neurochirurgicale Pôle d anesthésie réanimation, Hôpital Roger Salengro, CHRU Lille La douleur post

Plus en détail

ASPERGILLOSE INVASIVE. P. Bardou CHU Limoges DESC réa session sept 2009

ASPERGILLOSE INVASIVE. P. Bardou CHU Limoges DESC réa session sept 2009 ASPERGILLOSE INVASIVE P. Bardou CHU Limoges DESC réa session sept 2009 MICROBIOLOGIE Moisissure (ou champignon filamenteux) ubiquitaire se développant facilement sur la matière organique Fréquente contamination

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

Protocole d utilisation de la MORPHINE injectable à la SERINGUE ELECTRIQUE

Protocole d utilisation de la MORPHINE injectable à la SERINGUE ELECTRIQUE Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation de la MORPHINE injectable à la SERINGUE ELECTRIQUE Référence : CLUD 17 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole a

Plus en détail

Les Agents de la rachianesthésie : efficacité et effets secondaires LES AGENTS DE LA RACHIANESTHESIE: EFFICACITE ET EFFETS SECONDAIRES

Les Agents de la rachianesthésie : efficacité et effets secondaires LES AGENTS DE LA RACHIANESTHESIE: EFFICACITE ET EFFETS SECONDAIRES I LES AGENTS DE LA RACHIANESTHESIE: EFFICACITE ET EFFETS SECONDAIRES PLAN INTRODUCTION A-LES MEDICAMENTS DE LA RACHIANESTHESIE I- LES ANESTHESIQUES LOCAUX 1- LA BUPIVACAINE 2- LA LIDOCAINE II- LES MORPHINIQUES

Plus en détail

Unité Anesthésie Chirurgie Ambulatoire. Chirurgie Ambulatoire. 15 décembre 2011. Facteurs culturels Perspectives de développement à l hôpital Nord

Unité Anesthésie Chirurgie Ambulatoire. Chirurgie Ambulatoire. 15 décembre 2011. Facteurs culturels Perspectives de développement à l hôpital Nord Unité 15 décembre 2011 Facteurs culturels Perspectives de développement à l hôpital Nord 1 Unité 2009 En 2009, le Pôle Tête et Cou NORD disposait de 3 services d hospitalisation complète de 56 lits sur

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

L ANESTHÉSIE POUR LA CHIRURGIE OPHTALMOLOGIQUE

L ANESTHÉSIE POUR LA CHIRURGIE OPHTALMOLOGIQUE L ANESTHÉSIE POUR LA CHIRURGIE OPHTALMOLOGIQUE Service d Anesthésiologie CUB Erasme ULB Bruxelles PARTICULARITÉS DE L ANESTHÉSIE EN OPHTALMOLOGIE Le terrain patients aux âges extrêmes de la vie (enfants,

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE ADULTE : ÉTUDE PROSPECTIVE Communication orale n 24 François HERVY Pharmacien assistant spécialiste CHU de Bordeaux 2 CONTEXTE ET

Plus en détail

L analgésie péridurale pour un retour à domicile!

L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Vendée L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Une expérience partagée Mr AGRES Hugues IADE RD 85925 La Roche sur Yon Journée IRD PL B, 28 janv. 2011- REZE Le patient, La famille, L équipe soignante

Plus en détail

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2 Généralisation 2014 d un recueil d indicateurs pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins dans les établissements de santé de soins de courte durée Consignes de remplissage - Grille

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 octobre 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 08/01/2007 par arrêté du 23/12/2008. RHINADVIL, comprimé enrobé Boîte

Plus en détail

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA 1. INTRODUCTION. La PCA (patient controlled analgesia) est un système d'administration de morphine qui permet au patient de recevoir un débit continu

Plus en détail

Coronaropathie et Grossesse

Coronaropathie et Grossesse Coronaropathie et Grossesse Dr Durand M. Réanimation Cardiovasculaire et Thoracique Pole Anesthésie Réanimation CHU de Grenoble 1 Introduction Fréquence basse des pathologies coronaires chez les femmes

Plus en détail

LE MAL DE DOS ET LA SCIATIQUE Quand faut-il opérer et comment?

LE MAL DE DOS ET LA SCIATIQUE Quand faut-il opérer et comment? LE MAL DE DOS ET LA SCIATIQUE Quand faut-il opérer et comment? Dr Ph. Pencalet - Neurochirurgien Institut de l appareil Locomoteur Nollet (Paris) Service de Neurochirurgie - HEP La Roseraie (Aubervilliers)

Plus en détail

Sémiologie pancréatique

Sémiologie pancréatique Sémiologie pancréatique Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Pancréas Sémiologie Examens complémentaires:

Plus en détail

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Michel MAILLET Unité d Anesthésie & Chirurgie Ambulatoires Hôpital Tenon, AP-HP 4 rue de la Chine; 75020 Paris Chemin Clinique Éligibilité

Plus en détail

Quelles maladies après le cancer bronchique? Virginie Westeel CHRU Besançon, France

Quelles maladies après le cancer bronchique? Virginie Westeel CHRU Besançon, France Quelles maladies après le cancer bronchique? Virginie Westeel CHRU Besançon, France Etat de santé des survivants d un cancer bronchique National Health Interview Survey (E. U.) 1823 survivants de cancer

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION PRATIQUE POUR ETUDIANT-E-S EN SOINS INFIRMIERS

OFFRE DE FORMATION PRATIQUE POUR ETUDIANT-E-S EN SOINS INFIRMIERS OFFRE DE FORMATION PRATIQUE POUR ETUDIANT-E-S EN SOINS INFIRMIERS Ce document est destiné à l étudiant-e pour qu il puisse faire connaissance avec votre service avant d y arriver et se préparer à sa période

Plus en détail

LA VEINE JUGULAIRE INTERNE (abord percutané)

LA VEINE JUGULAIRE INTERNE (abord percutané) LA VEINE JUGULAIRE INTERNE (abord percutané) Cette voie veineuse profonde donne un accès à la veine cave supérieure et répond ainsi à de nombreuses situations: apports liquidiens importants, alimentation

Plus en détail

l enfant La douleur Quelles réponses? THÉMATIQUES ATELIERS DE FORMATION Vendredi 3 décembre 2010 CONFÉRENCES Jeudi 2 décembre 2010

l enfant La douleur Quelles réponses? THÉMATIQUES ATELIERS DE FORMATION Vendredi 3 décembre 2010 CONFÉRENCES Jeudi 2 décembre 2010 ASSOCIATION POUR LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DE L ENFANT journées La douleur de l enfant Quelles réponses? Vendredi 3 décembre 2010 CONFÉRENCES Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science

Plus en détail

GUIDE D INFORMATION PRESCRIPTEUR D ACIDE ZOLÉDRONIQUE DANS LE TRAITEMENT DE L OSTÉOPOROSE

GUIDE D INFORMATION PRESCRIPTEUR D ACIDE ZOLÉDRONIQUE DANS LE TRAITEMENT DE L OSTÉOPOROSE GUIDE D INFORMATION PRESCRIPTEUR D ACIDE ZOLÉDRONIQUE DANS LE TRAITEMENT DE L OSTÉOPOROSE Ce document s inscrit dans le cadre du Plan de Gestion des Risques des spécialités acide zolédronique 5 mg. Pour

Plus en détail

«Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans. Dr. Luc Radermacher

«Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans. Dr. Luc Radermacher «Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans Dr. Luc Radermacher Plan Les reins sains. Les reins malades. Les symptômes. Les traitements. La prévention de l insuffisance

Plus en détail

Information sur les injections intravitréennes de d Avastin

Information sur les injections intravitréennes de d Avastin Information sur les injections intravitréennes de d Avastin Vous présentez une maladie de la macula pour laquelle votre ophtalmologiste vous propose une injection d'un médicament directement à l intérieur

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXXI - 2007 publié le 12.12.2007

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXXI - 2007 publié le 12.12.2007 COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXXI - 2007 publié le 12.12.2007 TRENTE ET UNIÈMES

Plus en détail

La gestion de la douleur postopératoire

La gestion de la douleur postopératoire La gestion de la douleur postopératoire Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Comment évaluer la douleur postopératoire?...1 2 Quels sont la fréquence, l'intensité,

Plus en détail

Epidémiologie et pronostic de la rupture prématurée des

Epidémiologie et pronostic de la rupture prématurée des Epidémiologie et pronostic de la rupture prématurée des membranes à IHS - Dakar Cisse CT, Aïdibé I, Niang M, Diadhiou M, Moreau JC Problèmatique - Situation à risque: problème opportunité par rapport évolution

Plus en détail

Diapo 1 CHIRURGIE DU RACHIS. Indications et évolution des techniques

Diapo 1 CHIRURGIE DU RACHIS. Indications et évolution des techniques Diapo 1 CHIRURGIE DU RACHIS Indications et évolution des techniques Pierre ROUSSOULY Lyon Octobre 2003 Diapo 2 Les scolioses Les déformations scoliotiques ont la réputation d altérer la fonction ventilatoire.

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER

VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER OUI! ET C EST À CAUSE DE LA CERTIFICATION Je déclare avoir un lien d intérêt avec le sujet traité : Je suis expert-visiteur

Plus en détail

SMPR mai 2014. Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts. En Suisse : 4 milliards / an

SMPR mai 2014. Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts. En Suisse : 4 milliards / an Dr Stéphane Genevay Consultation multidisciplinaire du dos Service de Rhumatologie La lombalgie c est Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts.

Plus en détail

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique?

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Bruno Carbonne CEGORIF 6 avril 2013 Maternité Hôpital Trousseau, Paris Pourquoi cette question? 1 ère (arrière) pensée Prise en charge ambulatoire = peu

Plus en détail

Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches?

Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches? Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches? Charles M. Morin, Ph.D. Chaire de recherche du Canada sur les troubles du sommeil Professeur et Directeur, Centre d étude des troubles du sommeil

Plus en détail

ANGIO-OEDEME- HEREDITAIRE

ANGIO-OEDEME- HEREDITAIRE ANGIO-OEDEME- HEREDITAIRE QuickTim e et un décom pres s eur s ont requis pour vis ionner cette im age. Symposium Poissy 2014. Charles-Antoine Savariau Madame E., 35 ans, le 18/02/14. Depuis hier : Douleurs

Plus en détail

L ADMINISTRATION DU MÉDICAMENT

L ADMINISTRATION DU MÉDICAMENT L ADMINISTRATION DU MÉDICAMENT DONNER LE BON MEDICAMENT AU BON MALADE AU BON MOMENT 1 les différents acteurs en jeu La prescription : acte médical La dispensation : acte pharmaceutique L administration

Plus en détail

RÉVOLUTIONNER LE TRAVAIL DE L INFIRMIÈRE AU BLOC OPÉRATOIRE OUI, CELA EST POSSIBLE

RÉVOLUTIONNER LE TRAVAIL DE L INFIRMIÈRE AU BLOC OPÉRATOIRE OUI, CELA EST POSSIBLE RÉVOLUTIONNER LE TRAVAIL DE L INFIRMIÈRE AU BLOC OPÉRATOIRE OUI, CELA EST POSSIBLE M me Guylaine Marquis Conseillère en soins, évaluation de la qualité pour la direction des soins infirmiers CHUM M. Stéphane

Plus en détail

Unité mobile de Douleur Aiguë Hôpital Purpan, Toulouse

Unité mobile de Douleur Aiguë Hôpital Purpan, Toulouse Unité mobile de Douleur Aiguë Hôpital Purpan, Toulouse M. Quintard, Infirmière anesthésiste, douleur M. Olivier, Médecin anesthésiste réanimateur, algologue Unité mobile de douleur aiguë Mise en place

Plus en détail

EQUILIBRE ACIDE- BASE. V.Moulaire Juin 2007

EQUILIBRE ACIDE- BASE. V.Moulaire Juin 2007 EQUILIBRE ACIDE- BASE V.Moulaire Juin 2007 Objectif Maintien de la concentration en ions H+ dans les secteurs extra et intra cellulaires Gazométrie artérielle Valeurs normales: ph = 7,38-7,42 PCO2 = 38

Plus en détail

RCP de la SFSPM RENNES JUIN 2015. Anne LESUR, responsable du PARCOURS SEIN ICL ICL 3 AVRIL 2015

RCP de la SFSPM RENNES JUIN 2015. Anne LESUR, responsable du PARCOURS SEIN ICL ICL 3 AVRIL 2015 RCP de la SFSPM RENNES JUIN 2015 Anne LESUR, responsable du PARCOURS SEIN ICL ICL 3 AVRIL 2015 Ovaires actifs ou non? CAS CLINIQUES CAS UN : 34 ans, deux enfants de 4 et 6 ans, souhait autre grossesse

Plus en détail

INFORMATION IMPORTANTE PRODUIT

INFORMATION IMPORTANTE PRODUIT INFORMATION IMPORTANTE PRODUIT Maurepas, le XX avril 2014, A l attention du correspondant de Matériovigilance, Description du problème Le laboratoire Baxter S.A.S souhaite vous faire part d une information

Plus en détail