INTÉRÊT DE L IRM MAMMAIRE DANS LA PRISE EN CHARGE CHIRURGICALE DES CARCINOMES LOBULAIRES INFILTRANTS ET ÉVALUATION DE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTÉRÊT DE L IRM MAMMAIRE DANS LA PRISE EN CHARGE CHIRURGICALE DES CARCINOMES LOBULAIRES INFILTRANTS ET ÉVALUATION DE"

Transcription

1 INTÉRÊT DE L IRM MAMMAIRE DANS LA PRISE EN CHARGE CHIRURGICALE DES CARCINOMES LOBULAIRES INFILTRANTS ET ÉVALUATION DE L ÉCHOGRAPHIE DE SECOND LOOK E. Neveu - Bruère (1), C. Vermersch (1), A. Vildé (1), L. Brunereau (1), F. Arbion (2), S. Guyetant (2), G. Body (3) 1. Groupement d Imagerie Médicale, Hôpital Bretonneau, CHRU de Tours 2. Service d Anatomopathologie, Hôpital Bretonneau, CHRU de Tours 3. Service de Gynécologie, Centre Olympe de Gouges, Hôpital Bretonneau, CHRU de Tours

2 ABREVIATIONS CCI: Carcinome Canalaire Infiltrant CLI: Carcinome Lobulaire Infiltrant FA: Fibro Adénome FN: Faux Négatif FOV: Field Of View FP: Faux Positif GS: Ganglion Sentinelle HAS: Haute Autorité de Santé IRM: Imagerie par Résonance Magnétique MC: Micro Calicifications MFK: Maladie Fibro Kystique du sein QSE : Quadrant Supéro Externe RCP: Réunion de Concertation Pluridisciplinaire SE: Spin Echo VN: Vrai négatif VP: Vrai Positif VPN: Valeur Prédictive Négative VPP: Valeur Prédictive Positive LIN: Lobular Intraepithelial Neoplasia

3 PLAN INTRODUCTION MATERIELS ET METHODE I. Patients II. Imagerie 1. Bilan mammographique et échographique initial 2. IRM mammaire 3. Echographie de second look III. Biopsies et chirurgie IV. Analyses statistiques RESULTATS I. Mode de découverte II. IRM mammaire 1. Lésion principale 2. Plurifocalité 3. Bilatéralité 4. Conséquences de l IRM mammaire préopératoire sur la prise en charge chirurgicale III. Echographie de second look DISCUSSION 1. Généralités 2. IRM 3. Echographie de second look 4. Biais et limites CONCLUSION

4 INTRODUCTION (1) Le carcinome lobulaire infiltrant (CLI) est en fréquence le deuxième type histologique des cancers invasifs et représente 10 à 15% des carcinomes mammaires (1,2). Du point de vue histologique, l infiltration des CLI se fait sans destruction de l architecture du sein et avec une très faible réaction stromale (3,4). De ce fait, le diagnostic clinique, mammographique et échographique du CLI est difficile (5). De plus, le CLI a la particularité d être fréquemment plurifocal et/ou bilatéral (6-9). L IRM apparaît être la technique de choix pour la recherche d une plurifocalité et d une bilatéralité du fait de sa grande sensibilité (10). Cependant, sa place dans le bilan d extension des cancers du sein n est pas encore définie et est en cours d évaluation par la Haute Autorité de Santé (H.A.S.) (11).

5 INTRODUCTION (2) L objectif de notre étude est donc d évaluer l IRM pour la détection d une plurifocalité et/ou d une bilatéralité, d analyser son impact sur la prise en charge chirurgicale des CLI et d étudier les performances de l échographie de second look.

6 PLAN INTRODUCTION MATERIELS ET METHODE I. Patients II. Imagerie 1. Bilan mammographique et échographique initial 2. IRM mammaire 3. Echographie de second look III. Biopsies et chirurgie IV. Analyses statistiques RESULTATS I. Mode de découverte II. IRM mammaire 1. Lésion principale 2. Plurifocalité 3. Bilatéralité 4. Conséquences de l IRM mammaire préopératoire sur la prise en charge chirurgicale III. Echographie de second look DISCUSSION 1. Généralités 2. IRM 3. Echographie de second look 4. Biais et limites CONCLUSION

7 MATÉRIELS ET MÉTHODE (1) I. Patients Critères d inclusion: - histologie de CLI (biopsie et/ou pièce chirurgicale). - entre janvier 2007 et juin 2009 (101 patients). Critères d exclusion: - IRM préthérapeutique réalisée dans un autre centre. - IRM post chirurgicale. 100 femmes 1 homme IRM au CHRU: 53 femmes IRM autre(s) centre(s): 47 femmes 1 homme IRM préopératoire: 50 femmes Exclues: 3 ( 2 IRM post op + 1 non CLI )

8 MATÉRIELS ET MÉTHODE (2) II. Imagerie 1. Bilan mammographique et échographique initial Échantillon: 50 patientes Bilan mammo + écho au CHRU: 12 femmes Bilan mammo + écho autre(s) centre(s): 38 femmes A l issue du bilan initial, nous avons retenu le nombre de lésions retrouvées et leur grand axe échographique.

9 MATÉRIELS ET MÉTHODE (3) 2. Bilan IRM Les 50 patientes de notre échantillon ont eu leur IRM dans notre centre (IRM 1.5T General Electric Sigma LX, Milwaukee, USA, avec une antenne de surface spécifique dédiée sein). Séquences réalisées sur les deux seins, dans un plan axial, en SE T1, SE T2 et enfin en EG T1 flash 3D sans puis après l injection de gadolinium (Dotarem ou Multihance, 0.1 à 0.15 ml/kg). Dix séries ont été répétées après injection, environ toutes les minutes. Chaque série injectée a été soustraite de la série avant injection. Etude dynamique de la prise de contraste en fonction du temps à l aide d un logiciel de post traitement (Functool). Réalisation de reconstruction en MIP dans les plans axial et sagittal. Nous avons retenu le grand axe de la lésion principale, et des éventuelles lésions associées homo ou controlatérales. Pour les patientes ayant eu une chimiothérapie néoadjuvante, nous avons pris en compte l IRM initiale, avant début du traitement.

10 MATÉRIELS ET MÉTHODE (4) 3. Echographie de second look Objectif: retrouver si possible une lésion suspecte visualisée sur l IRM, non mise en évidence lors du bilan initial (échographie et mammographie) et de procéder à une biopsie percutanée de cette cible échographique. Dans notre échantillon de 50 femmes, 23 patientes ont bénéficié d une échographie de second look. Tous ces examens ont été réalisés dans notre centre (échographe dédié de marque Bracco Esaote Mylab 70 mis en service le 06/04/2006, sondes de 10 à 18MHz), de façon bilatérale, par des radiologues confirmés et orientés par les données IRM. Nous avons pris en compte le grand axe échographique des lésions retrouvées.

11 MATÉRIELS ET MÉTHODE (5) III. Biopsies et chirurgie Échantillon:50 patientes Biopsies au CHRU: 22 femmes Biopsies autre(s) centre(s): 28 femmes 21 microbiopsies échoguidées 1 macrobiopsie Les lésions associées suspectes sur l IRM et retrouvées à l échographie de second look ont été soit biopsiées soit repérées sous guidage échographique ou scannographique avant la chirurgie. Microbiopsies : pistolet à biopsie automatique Magnum (Bard), aiguille de 14 à 18 G, débattement de 15 ou 22 mm. Macrobiopsies: sur table dédiée stéréotaxique Fischer avec un système de prélèvement de type Vacora (Bard), aiguille de 10, pose d un clip en fin de procédure. Repérages: aiguille de repérage Mammalock (Bard) 7,5 avant exérèse chirurgicale.

12 MATÉRIELS ET MÉTHODE (6) III. Biopsies et chirurgie (2) Les 50 patientes de notre échantillon ont été opérées dans notre centre. Les procédures chirurgicales ont été classées en 3 catégories : - traitement conservateur et technique du ganglion sentinelle (GS), - traitement conservateur et curage axillaire, - mastectomie et curage axillaire. Les patientes ayant eu un curage ganglionnaire secondaire à un ganglion Les patientes ayant eu un curage ganglionnaire secondaire à un ganglion sentinelle positif ont été laissées dans la première catégorie de traitement.

13 MATÉRIELS ET MÉTHODE (7) IV. Analyses statistiques Etude descriptive rétrospective Utilisation du logiciel Epi-info Analyse : - du mode de découverte. - des performances de l IRM dans l évaluation de la lésion principale et des lésions associées homo et controlatérales, comparativement au bilan mammographique et échographique initial. - de l impact de l IRM dans la prise en charge chirurgicale (discordance entre le traitement théorique à l issue du bilan initial et du traitement réalisé après réalisation de l IRM). - des performances de l échographie de second look (VPP, VPN, Se, Sp).

14 PLAN INTRODUCTION MATERIELS ET METHODE I. Patients II. Imagerie 1. Bilan mammographique et échographique initial 2. IRM mammaire 3. Echographie de second look III. Biopsies et chirurgie IV. Analyses statistiques RESULTATS I. Mode de découverte II. IRM mammaire 1. Lésion principale 2. Plurifocalité 3. Bilatéralité 4. Conséquences de l IRM mammaire préopératoire sur la prise en charge chirurgicale III. Echographie de second look DISCUSSION 1. Généralités 2. IRM 3. Echographie de second look 4. Biais et limites CONCLUSION

15 RÉSULTATS (1) I. Mode de découverte Clinique: 19 cas (38%) par palpation (autopalpation ou palpation par le médecin traitant ou un gynécologue). Radiologique: 29 cas (58%) dont 22 cas (44%) à titre systématique et 7 cas (14%) lors du bilan de surveillance de lésions préexistantes (lésions bénignes, canalaires malignes opérées, ou MFK). Autres: 2 cas (4%) (1 cas de découverte fortuite sur un scanner thoracique, 1 cas de découverte sur une localisation secondaire orbitaire).

16 RÉSULTATS (2) I. IRM mammaire (1) 1. lésion principale L IRM retrouvait un rehaussement suspect pour 96% des patientes (48/50). Pour les 2 autres patientes, L IRM était non contributive du fait de la présence d un rehaussement glandulaire potentiellement masquant. Pour comparaison, l échographie lors du bilan initial était positive dans 48 cas sur 50 (96%) et la mammographie dans 35 cas sur 50 (70%) pour la lésion principale. Concernant l appréciation de la taille tumorale, l IRM surestimait en moyenne la taille lésionnelle de 1,61 mm (25,13 mm [6-80 mm] contre 23,52 mm [2-85 mm] à l anapath). L échographie sous estimait de 4,5 mm en moyenne la taille lésionnelle (19 mm [4-51 mm] au diagnostic échographique initial).

17 RÉSULTATS (3) I. IRM mammaire (2) 2. plurifocalité Définition: présence d au moins une lésion associée dans le même sein. Pas de distinction dans notre étude entre multifocalité (même quadrant que la lésion principale) et multicentricité (autre quadrant).

18 RÉSULTATS (4) Échantillon: 50 patientes Suspicion IRM de Lésion unique IRM non plurifocalité: à l IRM: contributive: 24 femmes (48%) 24 femmes (48%) 2 femmes (4%) Confirmation Fausse histologique: plurifocalité IRM: 12 patientes (24%) 12 patientes (24%) 1 cas de plurifocalité histologique (FN) 1 cas de plurifocalité/2 Au total, l IRM avait donc mis en évidence 12 cas de plurifocalité sur les 14 cas (85,7%) retrouvés à l anatomopathologie. Il s agissait à l examen histologique de 12 CLI et de 2 CCI (figure 1). L examen mammographique et échographique initial n avait mis en évidence l existence d une lésion associée homolatérale que dans de 2 cas sur 14 (14,3%).

19 plurifocalité Image d IRM mammaire axiale de soustraction à 2 minutes, retrouvant la lésion du QSE du sein gauche en rapport avec la lésion connue. Présence d une autre lésion suspecte du QSE du sein gauche, un peu plus haut située. Positionnement de la zone d intérêt au sein de cette lésion pour réalisation de la courbe de prise de contraste (image reconstruite sur Functool). Courbe de rehaussement très suspecte de malignité. Lésion associée Retrouvée lors de l échographie de 2nd look et biopsiée (CLI) : cliché aiguille en place.

20 RÉSULTATS (5) I. IRM mammaire (3) 2. bilatéralité Échantillon: 50 patientes Suspicion IRM de bilatéralité: 9 femmes (18%) Absence d atteinte controlatérale à l IRM: 41 femmes (82%) Confirmation Fausse histologique: bilatéralité IRM: 3 patientes (24%) 6 patientes (24%) 2 LIN I et II, 1 AF, 1 RAS histo 2 non explorées après 2 nd look négative Au total, il existait donc dans notre groupe de 50 patientes 3 cas (6%) de bilatéralité (3 CLI). L examen mammographique et échographique initial avait mis en évidence l existence d une lésion associée controlatérale sur 3 (33,3%).

21 RÉSULTATS (6)

22 bilatéralité Image d IRM mammaire axiale de soustraction à 2 minutes, retrouvant la lésion du QSE du sein gauche en rapport avec la lésion connue. Présence d une autre lésion suspecte rétroaréolaire du sein droit. Positionnement de la zone d intérêt au sein de cette lésion pour réalisation de la courbe de prise de contraste (image reconstruite sur Functool). Courbe de rehaussement très suspecte de malignité. Lésion associée Retrouvée lors de l échographie de 2nd look et biopsiée (CLI) : cliché aiguille en place.

23 RÉSULTATS (7) I. IRM mammaire (4) 3. Conséquences de l IRM mammaire préopératoire sur la prise en charge chirurgicale Sur les 50 patientes de notre échantillon, après bilan mammographique et échographique initial: - pour 34 patientes (68%), indication de traitement conservateur avec technique du ganglion sentinelle (lésion unique inférieure à 20 mm), - pour 5 patientes (10%), indication de traitement conservateur avec curage axillaire (lésion unique comprise entre 20 et 30 mm ), - pour 9 patientes (18%), indication de mastectomie avec curage axillaire (lésion supérieure à 30 mm et/ou multifocale), - pour 1 patiente (2%), indication de traitement conservateur bilatéral avec GS (bilatéralité d emblée), - pour 1 patiente (2%) sans anomalie sur le bilan initial, la prise en charge chirurgicale ne pouvait être décidée avant réalisation de l IRM.

24 RÉSULTATS (8) Dans notre échantillon de 50 patientes, les résultats de l IRM on entraîné une modification de la prise en charge chirurgicale pour 22 patientes (44%, [30-58]). Causes: - Dans 7 cas sur 22 (36,4%), l IRM a entraîné une majoration de l évaluation de la taille tumorale, - dans 10 cas sur 22 (45,4%) par la découverte d une plurifocalité, - dans 2 cas sur 22 (9,1%) par mise en évidence d une bilatéralité, - 2 cas sur 22 (9,1%) du fait de la découverte d une multifocalité et d une bilatéralité.

25 RÉSULTATS (9) Conséquences chirurgicales: - élargissement du geste conservateur dans 7 cas sur 22 (6 tumorectomies élargies et une double zonectomie), - une transformation d une indication de traitement conservateur en mastectomie dans 10 cas sur 22, - une chirurgie du sein controlatéral non prévue dans 2 cas sur 22 (2 traitements conservateurs), - modification de traitement du sein principal avec chirurgie du sein controlatéral non prévue dans 1 cas sur 22 (mastectomie bilatérale). De plus, il faut souligner que pour 2 patientes qui étaient suspectes de bilatéralité à L IRM sans cible échographique au second look permettant une biopsie, il n a pas été pratiqué de chirurgie du sein controlatéral. Sur les 22 patientes pour lesquelles l IRM a entraîné une modification de la prise en charge thérapeutique, on constate 3 cas pour lesquels la chirurgie effectuée était trop large en comparaison des résultats histologiques définitifs (dans les 3 cas, zonectomies de lésions après repérage écho ou scannoguidé : 1 AF, 1 LIN II et 1 histologie normale).

26 RÉSULTATS (10) I. Échographie de second look (1) Au total, on a suspecté lors du bilan IRM la présence d au moins une lésion associée (homolatérale et/ou controlatérale) chez 27 patientes (54%). Parmi ces 27 femmes, 4 n ont pas eu d échographie de second look (1 car bilatéralité déjà connue et 3 car indication de mastectomie dès le bilan initial). Les 23 autres patientes suspectes de lésion associée à l IRM ont eu une échographie de second look. Deux patientes ont été exclues, car on ne disposait pas de preuve histologique (échographie de 2 nd look négative sans exploration supplémentaire). Pour les 21 autres patientes, il a été réalisé des biopsies, des repérages écho ou scannoguidés avant chirurgie ou des chirurgies élargies d emblée.

27 RÉSULTATS (11) écho de 2 nd look: 23 patientes EXCLUES Pas d histologie: 2 patientes Preuve histologique: 21 patientes Étude de 25 lésions Chez les 21 patientes 2nd look négatif: 8 lésions VN 7 lésions bénignes FN 1 lésion maligne 2 nd look positif: 17 lésions VP 13 lésions malignes (12 CLI + 2 CCI) FP 4 lésions bénignes (2 FA + 2 LIN II)

28 RÉSULTATS (12) AU TOTAL: Dans notre groupe de 21 patientes (= 25 lésions IRM suspectes), on met en évidence pour l échographie de 2 nd look: - une sensibilité de une spécificité de une VPP de une VPN de 0.88

29 PLAN INTRODUCTION MATERIELS ET METHODE I. Patients II. Imagerie 1. Bilan mammographique et échographique initial 2. IRM mammaire 3. Echographie de second look III. Biopsies et chirurgie IV. Analyses statistiques RESULTATS I. Mode de découverte II. IRM mammaire 1. Lésion principale 2. Plurifocalité 3. Bilatéralité 4. Conséquences de l IRM mammaire préopératoire sur la prise en charge chirurgicale III. Echographie de second look DISCUSSION 1. Généralités 2. IRM 3. Echographie de second look 4. Biais et limites CONCLUSION

30 DISCUSSION (1) 1. Généralités Du fait de ses caractéristiques histologiques (absence de réaction stromale), la détection des lésions de CLI est particulièrement difficile (5,12). De plus, la présence d une plurifocalité et le risque de bilatéralité sont plus élevés que pour le CCI (6-9), ce qui rend indispensable un diagnostic lésionnel le plus précis possible, afin d orienter au mieux la prise en charge chirurgicale. On retrouve dans notre échantillon les difficultés diagnostiques rencontrées pour les CLI lors du bilan sénologique initial: - Absence de traduction mammographique du CLI chez 30% des patientes et échographique chez 2 patientes (4%). - Seules 2 plurifocalités /14 et 1 bilatéralité /3 diagnostiquées initialement. - Sous évaluation de 4,52 mm en moyenne de la lésion principale (19 mm de taille moyenne échographique et 23,52 mm de taille moyenne histologique).

31 DISCUSSION (2) 2. IRM L IRM apparaît donc comme un examen très pertinent dans le bilan d extension (13,14) des CLI, avec un bénéfice supérieur que pour le CCI, du fait d une part des difficultés diagnostiques, et d autre part de la plus grande fréquence de lésion associée (15). Dans notre étude, l IRM présente une très bonne sensibilité, avec une lésion principale retrouvée dans 96% des cas, avec une sensibilité pour la détection des lésions malignes de l ordre de 93% à 100% dans la littérature (13,16-19). L évaluation de la taille lésionnelle apparaît meilleure en IRM qu en L évaluation de la taille lésionnelle apparaît meilleure en IRM qu en échographie dans notre série, avec une sur évaluation de la taille de 1,61mm en moyenne (25,13 mm de taille moyenne à l IRM et 23,52 mm de taille moyenne histologique), ce qui est retrouvé dans la littérature (20-22).

32 DISCUSSION (3) Une plurifocalité a été prouvée histologiquement chez 28% des patientes de notre échantillon et semble exister pour 22 à 32% des CLI (19,23). L IRM avait mis en évidence 85,7% de ces lésions associées homolatérales. Concernant l atteinte controlatérale, une bilatéralité a été retrouvée dans notre échantillon dans 6% des cas, avec des chiffres très disparates dans la littérature, de l ordre de 5,8% à 13% (9,19,23,24). L IRM avait retrouvé les 3 cas; cependant, il est techniquement impossible d évaluer les faux négatifs (4,17). Dans notre échantillon, 2 cas de plurifocalité n avaient pas été diagnostiqués à l IRM : - 1 cas de faux négatif (absence de rehaussement) - 1 cas d IRM non contributive du fait d un rehaussement glandulaire potentiellement masquant.

33 DISCUSSION (4) Différentes études se sont intéressées aux faux négatifs à l IRM (25,26), la non détection serait plus souvent due à des problèmes techniques ou à une localisation très périphérique de la tumeur qu aux caractères histologiques de la lésion. Le rehaussement glandulaire potentiellement masquant est une autre cause fréquente de faux négatif, en particulier chez la femme jeune. Cependant, d après l étude de Lehman (24), il semblerait que l IRM ait une très bonne VPN (0,99). Bien qu ayant une forte sensibilité, cet examen est peu spécifique et est à l origine de nombreux faux positifs :12 cas dans notre échantillon, soit 24% de notre cohorte et 50% des lésions suspectes à l IRM. Cette faible spécificité est bien connue (24,27,28) dans la littérature et impose autant que possible la réalisation de biopsies percutanées des lésions retrouvées sur l IRM.

34 DISCUSSION (5) Dans notre étude, l IRM a eu un impact sur la prise en charge chirurgicale dans 22 cas, soit 44% de notre échantillon. Ces chiffres sont concordants avec les chiffres de la littérature, compris entre 29 et 46% (19,23,29-31). Cependant, ces changements de thérapeutique ont été trop larges pour 3 patientes sur 22 (15%) qui ont bénéficié d une biopsie exérèse chirurgicale après repérage (écho ou scannoguidé) de lésions bénignes. Les chiffres retrouvés dans la littérature sont comparables à ceux de notre série : 3 cas sur 8 d impact négatif pour Fabre Demard (23), 1 cas sur 6 pour Kneeshaw (29), 2 cas sur 9 pour Bedrosian (30) et 12 cas sur 119 pour Siegmann (31). De plus, 3 autres patientes ont eu des biopsies lors de l échographie de second look retrouvant des lésions bénignes. L IRM a donc des conséquences le plus souvent positives (85% dans notre série) sur la prise en charge chirurgicale; cependant, sa faible spécificité rend indispensable l obtention d une preuve histologique avant chirurgie.

35 DISCUSSION (6) 3. Échographie de second look Dans notre échantillon, l échographie de second look a permis de retrouver dans 63% des cas la lésion IRM suspecte (17 sur 25 lésions suspectes chez les 23 patientes ayant eu une échographie de second look), ce qui correspond aux données de la littérature, de l ordre de 60% (23). L évaluation de l échographie de second look dans notre expérience retrouve une bonne VPN (0,88) et une bonne spécificité (0,88). La VPP reste par contre décevante, évaluée à 0,76. Cependant, dans notre expérience, afin qu elle soit la plus performante possible, il est important qu elle soit réalisée par le même opérateur que l IRM, si possible le même jour, bien que cela puisse parfois être difficile du point de vue organisationnel. Pour les lésions non retrouvées, l obtention d une preuve histologique avant chirurgie est difficile (repérage ou biopsie scannoguidée, chirurgie élargie) et soulignent l intérêt des procédures de biopsie ou de repérage guidées par IRM afin de proposer la prise en charge la plus adaptée possible (23,32,33).

36 DISCUSSION (7) 4. Biais et limites Échantillon Échantillon seulement composé de patientes porteuses d au moins une localisation de CLI et absence d un groupe témoin (spécificité de l IRM non évaluable). Petite taille du groupe, ne permettant pas de tirer des données statistiquement significatives. Imagerie Hétérogénéité du bilan échographique et mammographique initial (différents centres) Comparaison des données de l IRM (objectives) à celles de l échographie mammaire (opérateur-dépendantes) Techniques de réalisation et d interprétation des IRM apparaissent très variables d une étude à l autre, en l absence de critères stricts et reproductibles définis. Évaluation impossible des faux négatifs de l IRM dans la recherche d une plurifocalité et/ou d une bilatéralité.

37 DISCUSSION (8) Méthodologie Classement des patientes en catégories de taille de lésion, correspondant à des catégories de traitement théorique, qui sont comparées à des prise en charge réelle ; nous comparons donc une donnée hypothétique à des données réelles. Concernant l échographie de second look, obligation d exclure deux patientes sans preuve histologique de bénignité (arrêt des investigations après échographie de second look négative), biaisant ainsi l évaluation des VN et des FN de l échographie de second look dans notre échantillon.

38 PLAN INTRODUCTION MATERIELS ET METHODE I. Patients II. Imagerie 1. Bilan mammographique et échographique initial 2. IRM mammaire 3. Echographie de second look III. Biopsies et chirurgie IV. Analyses statistiques RESULTATS I. Mode de découverte II. IRM mammaire 1. Lésion principale 2. Plurifocalité 3. Bilatéralité 4. Conséquences de l IRM mammaire préopératoire sur la prise en charge chirurgicale III. Echographie de second look DISCUSSION 1. Généralités 2. IRM 3. Echographie de second look 4. Biais et limites CONCLUSION

39 CONCLUSION Dans notre série, l IRM apparaît performante pour le bilan de lésion principale, mais aussi pour la recherche d une plurifocalité et d une bilatéralité. Son impact est important sur la prise en charge chirurgicale, qui est modifiée dans 44% des cas dans notre cohorte. Malgré l absence de recommandation actuelle (indication en cours d évaluation par l H.A.S.), elle nous semble donc indispensable dans le bilan préthérapeutique des CLI. Néanmoins, sa faible spécificité souligne l importance d une grande rigueur dans la réalisation et l interprétation des examens et la nécessité d obtenir une preuve histologique des lésions suspectes avant chirurgie. L échographie de second look reste l examen de choix dans l étude complémentaire des lésions suspectes à l IRM et apparaît particulièrement intéressante pour sa bonne VPN (0,88). Cependant, dans les cas d échographie de second look négative, le développement des techniques de biopsies sous IRM apparaît nécessaire, malgré les contraintes organisationnelles, pour adapter au mieux le traitement.

40 BIBLIOGRAPHIE 1. Evans WP, Warren Burhenne LJ, Laurie L, O'Shaughnessy KF, Castellino RA. Invasive lobular carcinoma of the breast: mammographic characteristics and computer-aided detection. Radiology 2002;225: Rostagno R, Pona N, Oliva M, Basi A. Carcinome Lobaire Infiltrant. Analyse de ses caractéristiques radiologiques et échographiques sur 52 cas. J Le Sein 1998;2: Yeatman TJ, Cantor AB, Smith TJ, et al. Tumor biology of infiltrating lobular carcinoma. Implications for management. Annals of surgery 1995;222: ; discussion Krecke KN, Gisvold JJ. Invasive lobular carcinoma of the breast: mammographic findings and extent of disease at diagnosis in 184 patients. Ajr 1993;161: Lopez JK, Bassett LW. Invasive lobular carcinoma of the breast: spectrum of mammographic, US, and MR imaging findings. Radiographics 2009;29: Cornford EJ, Wilson AR, Athanassiou E, et al. Mammographic features of invasive lobular and invasive ductal carcinoma of the breast: a comparative analysis. The British journal of radiology 1995;68: Heron DE, Komarnicky LT, Hyslop T, Schwartz GF, Mansfield CM. Bilateral breast carcinoma: risk factors and outcomes for patients with synchronous and metachronous disease. Cancer 2000;88: Hilleren DJ, Andersson IT, Lindholm K, Linnell FS. Invasive lobular carcinoma: mammographic findings in a 10-year experience. Radiology 1991;178: Liberman L, Morris EA, Dershaw DD, Abramson AF, Tan LK. MR imaging of the ipsilateral breast in women with percutaneously proven breast cancer. Ajr 2003;180: Morris EA, Schwartz LH, Dershaw DD, van Zee KJ, Abramson AF, Liberman L. MR imaging of the breast in patients with occult primary breast carcinoma. Radiology 1997;205:

41 11. H.A.S. Place de l'irm mammaire dans le bilan d'extension locorégional préthérapeutique du cancer du sein. Note de cadrage du 30 juillet Cawson JN, Law EM, Kavanagh AM. Invasive lobular carcinoma: sonographic features of cancers detected in a BreastScreen Program. Australasian radiology 2001;45: Boetes C, Strijk SP, Holland R, Barentsz JO, Van Der Sluis RF, Ruijs JH. False-negative MR imaging of malignant breast tumors. European radiology 1997;7: Weinstein SP, Orel SG, Heller R, et al. MR imaging of the breast in patients with invasive lobular carcinoma. Ajr 2001;176: Diekmann F, Diekmann S, Beljavskaja M, et al. [Preoperative MRT of the breast in invasive lobular carcinoma in comparison with invasive ductal carcinoma]. Rofo 2004;176: Berg WA, Gutierrez L, NessAiver MS, et al. Diagnostic accuracy of mammography, clinical examination, US, and MR imaging in preoperative assessment of breast cancer. Radiology 2004;233: Boetes C, Mus RD, Holland R, et al. Breast tumors: comparative accuracy of MR imaging relative to mammography and US for demonstrating extent. Radiology 1995;197: Rieber A, Merkle E, Bohm W, Brambs HJ, Tomczak R. MRI of histologically confirmed mammary carcinoma: clinical relevance of diagnostic procedures for detection of multifocal or contralateral secondary carcinoma. Journal of computer assisted tomography 1997;21: Mann RM, Hoogeveen YL, Blickman JG, Boetes C. MRI compared to conventional diagnostic work-up in the detection and evaluation of invasive lobular carcinoma of the breast: a review of existing literature. Breast cancer research and treatment 2008;107: Davis PL, Staiger MJ, Harris KB, et al. Breast cancer measurements with magnetic resonance imaging, ultrasonography, and mammography. Breast cancer research and treatment 1996;37:1-9

42 21. Boetes C, Veltman J, van Die L, Bult P, Wobbes T, Barentsz JO. The role of MRI in invasive lobular carcinoma. Breast cancer research and treatment 2004;86: Onesti JK, Mangus BE, Helmer SD, Osland JS. Breast cancer tumor size: correlation between magnetic resonance imaging and pathology measurements. American journal of surgery 2008;196: ; discussion Fabre Demard N, Boulet P, Prat X, Charra L, Lesnik A, Taourel P. [Breast MRI in invasive lobular carcinoma: diagnosis and staging]. Journal de radiologie 2005;86: Lehman CD, Gatsonis C, Kuhl CK, et al. MRI evaluation of the contralateral breast in women with recently diagnosed breast cancer. The New England journal of medicine 2007;356: Orel SG, Schnall MD. MR imaging of the breast for the detection, diagnosis, and staging of breast cancer. Radiology 2001;220: Teifke A, Hlawatsch A, Beier T, et al. Undetected malignancies of the breast: dynamic contrast-enhanced MR imaging at 1.0 T. Radiology 2002;224: Bedrosian I, Schlencker J, Spitz FR, et al. Magnetic resonance imaging-guided biopsy of mammographically and clinically occult breast lesions. Annals of surgical oncology 2002;9: Lee SG, Orel SG, Woo IJ, et al. MR imaging screening of the contralateral breast in patients with newly diagnosed breast cancer: preliminary results. Radiology 2003;226: Kneeshaw PJ, Turnbull LW, Drew PJ. Role of magnetic resonance imaging in the diagnosis and single-stage surgical resection of invasive lobular carcinoma of the breast (Br J Surg 2002; 89: ). The British journal of surgery 2003;90: Bedrosian I, Mick R, Orel SG, et al. Changes in the surgical management of patients with breast carcinoma based on preoperative magnetic resonance imaging. Cancer 2003;98:

43 31. Siegmann KC, Baur A, Vogel U, Kraemer B, Hahn M, Claussen CD. Risk-benefit analysis of preoperative breast MRI in patients with primary breast cancer. Clinical radiology 2009;64: Federal Multi-agency consortium on imaging technologies to improve women's health. Washington; Saslow D, Boetes C, Burke W, et al. American Cancer Society guidelines for breast screening with MRI as an adjunct to mammography. CA: a cancer journal for clinicians 2007;57:75-89

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA 1 IRM du sein: généralités Sensibilité - spécificité bilan sénologique classique : mammographie, échographie indications

Plus en détail

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser?

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? MRI negative predictive negative: when and how to use it? M. Asad-syed, S. Ferron, M. Boisserie-Lacroix et G. Hurtevent 3 Mots clés :

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011 COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE Samedi 8 octobre 2011 Imagerie du sein Georgios Sgourdos Chef de clinique Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle

Plus en détail

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Plan Généralités Le dépistage La Mammographie: place/limites/indications L'echographie:

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Les lésions infra-cliniques du sein:

Les lésions infra-cliniques du sein: Les lésions infra-cliniques du sein: Expérience de l hôpital Saint-Louis entre 2001 et 2007 : Analyse prospective de 2708 lésions mammaires infra-cliniques Anne-sophie Hamy, Cédric de Bazelaire, Anne de

Plus en détail

Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE

Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE Cas 1 Béatrice, femme de 47 ans, consulte suite à la palpation d une

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale Volume 2008 publié le 3.12.2008 TRENTE-DEUXIÈMES JOURNÉES NATIONALES

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Dr Biopsie Corinne du Balleyguier sein guidée par IRM : Technique Service de Radiologie Institut Gustave Roussy,

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Les problématiques rencontrées Détection de reliquat tumoral Detection récidive Patiente asymptomatique Patiente

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Qu est-ce qu un bilan exhaustif?

Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Référentiel interrégional (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine) Examen clinique Mammographie Incidences face et oblique Le profil permet de préciser la topographie

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre Définition ACR 3: Anomalie probablement bénigne Risque de malignité inférieur

Plus en détail

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Patiente âgée de 46 ans Antécédents familiaux: Mère décédée d un cancer du sein à l âge de 41 ans (2 ans post-diagnostic) Grand-mère: cancer du sein à 45 ans,

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein STRATÉGIE DIAGNOSTIQUE FACE À UNE ANOMALIE CLINIQUE OU INFRACLINIQUE DU SEIN I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein 1. Anomalie à la palpation (ou à l inspection : capiton, rétraction

Plus en détail

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE Dr Philippe de Vanssay de Blavous Sénologie interventionnelle Clinique des ORMEAUX AHFMC 2 avril 2015 EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN 50 000 nouveaux cas/an 11 000 décès/an

Plus en détail

IRM mammaire Indications et non indications

IRM mammaire Indications et non indications IRM mammaire Indications et non indications CAFCIM - 14 Décembre 2013 G.Hurtevent-Labrot S.Ferron, N.Lippa, M.Boisserie-Lacroix, M.Asad-Syed IRM mammaire : Excellente sensibilité/bonne spécificité VPP

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION LOCORÉGIONALE PRÉTHÉRAPEUTIQUE DU CANCER DU SEIN TEXTE COURT DU RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Mars 2010 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy Atelier 1: Oncogénétique O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy 2 Cas clinique Mme L C Historique Patiente âgée de 61 ans 1998 -Traitement conservateur d un CLI (carcinome lobulaire

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

IRM mammaire : les clés de la prescription et du compte rendu

IRM mammaire : les clés de la prescription et du compte rendu IRM mammaire : les clés de la prescription et du compte rendu Breast MRI: prescription and interpretation keys B. Salicru 1 Mots clés : IRM mammaire, indications, interprétation Keywords: breast magnetic

Plus en détail

Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques

Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques F. Sarquis (1), M. Castro Barba (1), B. Miller (1), P. Cobos Bombardiere (1), R. Garcia Monaco (1) (1) Service d Imagerie, Hospital Italiano, Buenos Aires,

Plus en détail

IRM mammaire. Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles

IRM mammaire. Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles IRM mammaire Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles Principe Etude de la néovascularisation tumorale => corrélation entre la densité des vaisseaux et la prise de contraste» Frouge et

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez?

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Fait-on trop de micro- ou de macrobiopsies? Too many breast biopsies? V. Juhan, P. Siles et S. Coze Mots clés : cancer du sein, surdiagnostic,

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

IRM Mammaire chez Les Patientes à Très Haut Risque de Cancer du Sein

IRM Mammaire chez Les Patientes à Très Haut Risque de Cancer du Sein IRM Mammaire chez Les Patientes à Très Haut Risque de Cancer du Sein A. Jalaguier-Coudray, A. Tardivon, L. Ollivier, A. Athanasiou, F. Thibault, S. Neuenschwander Service de Radiologie Institut Curie -

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

*VPP: valeur prédictive positive

*VPP: valeur prédictive positive Gestion des anomalies Bi-rads 3 en IRM mammaire C. Chapellier, C. Marcotte, A. Iannessi, B. Flipo, I. Raoust, C.Balu Maestro Poster JFR 2010 Rappels sur l'irm mammaire sensibilité (94 à 100 %) spécificité

Plus en détail

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION LOCORÉGIONALE PRÉTHÉRAPEUTIQUE DU CANCER DU SEIN RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Mars 2010 Service évaluation des actes professionnels 2, avenue du

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein Le cancer mammaire Atelier 5 Pr Carole Mathelin, Pr Bellocq Jean Pierre CHRU Strasbourg Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Plus en détail

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne Microcalcifications mammaires :comment s en sortir? J El Azizi El Alaoui, R Latib, B Benayada, L Jroundi, I Chami, N Boujida Service d Imagerie Médicale Institue d Oncologie Rabat Maroc Introduction L

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations.

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Chapitre 1 Bilans Généralités Examen clinique L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Le compte-rendu doit comporter : - âge de la patiente, le statut ménopausique

Plus en détail

Traitement néo adjuvant par Cyberknife du cancer du sein: aspect en IRM

Traitement néo adjuvant par Cyberknife du cancer du sein: aspect en IRM Traitement néo adjuvant par Cyberknife du cancer du sein: aspect en IRM C. Marcotte Bloch (1), C. Chapellier (1), C Maestro (1), PY. Bondiau (2) (1) Service de Radiodiagnostic et (2) Service de Radiothérapie

Plus en détail

INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES

INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES ETUDE RETROSPECTIVE CHEZ 30 PATIENTS N. Hoarau, J. Gabrillargues, B. Claise, B. Jean,

Plus en détail

Department de Sénologie Unilabs Karin Leifland MD, Ph D Brigitte Wilczek MD, Ph D. Hôpital de Capio S:t Göran Stockholm Suède

Department de Sénologie Unilabs Karin Leifland MD, Ph D Brigitte Wilczek MD, Ph D. Hôpital de Capio S:t Göran Stockholm Suède Caractéristiques des cancers du seins détectés par l échographie automatisée 3 D (ABUS) dans le cadre d un grand centre hospitalier de mammographie de dépistage organisé à Stockholm, Suède Department de

Plus en détail

F JABNOUN, H BERMENT, R KHAYAT, M MOHALLEM, Y BARUKH, P CHEREL Institut Curie Hôpital René Huguenin, Saint Cloud JFR 2010

F JABNOUN, H BERMENT, R KHAYAT, M MOHALLEM, Y BARUKH, P CHEREL Institut Curie Hôpital René Huguenin, Saint Cloud JFR 2010 F JABNOUN, H BERMENT, R KHAYAT, M MOHALLEM, Y BARUKH, P CHEREL Institut Curie Hôpital René Huguenin, Saint Cloud JFR 2010 Une anomalie ACR5 n est pas synonyme de malignité (VPP>95%) Quelle CAT après un

Plus en détail

Surveillance par imagerie des seins et des ovaires

Surveillance par imagerie des seins et des ovaires GENEPY Réseau de prise en charge des personnes à risque GENEtique de Cancer en Midi-Pyrénées Référentiel Régional Syndrome Seins - Ovaires Surveillance par imagerie des seins et des ovaires Janvier 2016

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style des soustitres. Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral

Cliquez pour modifier le style des soustitres. Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral Cliquez pour modifier le style des soustitres du masque Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral Antécédents PR a 13 ans 2 accouchements normaux à terme Chir=0 Med=0 Fam= 2 sœurs

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Les macrobiopsies mammaires sous IRM. R. Plantade Centre de Sénologie Nice-Europe Journées Françaises de Radiologie Paris, Octobre 2005

Les macrobiopsies mammaires sous IRM. R. Plantade Centre de Sénologie Nice-Europe Journées Françaises de Radiologie Paris, Octobre 2005 Les macrobiopsies mammaires sous IRM R. Plantade Centre de Sénologie Nice-Europe Journées Françaises de Radiologie Paris, 15-19 Octobre 2005 L IRM mammaire, examen de deuxième intension En sénologie, l

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B CANCERS DU SEIN Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B Dépistage 1 Patiente de 43 ans Pas d ATCD familiaux ni personnels 3 enfants, allaitement maternel Contraception par stérilet au Levonorgestrel

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

La biopsie du sein. Mme Vetsmany Breast Care Mme Elguidaoui - BARD

La biopsie du sein. Mme Vetsmany Breast Care Mme Elguidaoui - BARD La biopsie du sein Mme Vetsmany Breast Care Mme Elguidaoui - BARD Le Sein Muscle pectoral Ganglion axillaire Mamelon Ligaments Tissue glandulaire Les indications de la biopsie Les lésions visibles sous

Plus en détail

Biopsies mammaires : Comment optimiser votre taux de réussite? Ou «Trucs et astuces en biopsie mammaire»

Biopsies mammaires : Comment optimiser votre taux de réussite? Ou «Trucs et astuces en biopsie mammaire» Biopsies mammaires : Comment optimiser votre taux de réussite? Ou «Trucs et astuces en biopsie mammaire» A Jalaguier-Coudray, S Lasalle, A Tardivon, N Perrot, J Chopier, I Thomassin-Naggara Institut Curie,

Plus en détail

Echographie du sein. Echographie. Sono-élastographie. Scintigraphie. Breast Specific Gamma Imaging. Imagerie volumique 12.09.2012

Echographie du sein. Echographie. Sono-élastographie. Scintigraphie. Breast Specific Gamma Imaging. Imagerie volumique 12.09.2012 12.09.2012 Historique de l imagerie du sein Prof Jean-Yves Meuwly Service de Radiodiagnostic et radiologie interventionnelle, CHUV Lausanne Imagerie du sein: Autres techniques émergentes Premiers essais

Plus en détail

CAFCIM 12 décembre 2015 ECHOGRAPHIE MAMMAIRE M A R T I N E B O I S S E R I E - L A C R O I X

CAFCIM 12 décembre 2015 ECHOGRAPHIE MAMMAIRE M A R T I N E B O I S S E R I E - L A C R O I X CAFCIM 12 décembre 2015 ECHOGRAPHIE MAMMAIRE 1995 2015 M A R T I N E B O I S S E R I E - L A C R O I X «des petits morceaux du quotidien, ces choses que, telle ou telle année, tous les gens d un même âge

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS.

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. OBJECTIFS Evaluer la fiabilité de l imagerie notamment

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g

Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g B. de Korvin*, C Bouriel*, P. Tas **, M. Clouet*,R. Gastinne*, C. Marchetti*,H. Mesbah***, JF Laurent***

Plus en détail

IRM mammaire: kit d auto-enseignement

IRM mammaire: kit d auto-enseignement IRM mammaire: kit d auto-enseignement E.KERMARREC (1), S.TAïEB (2), E.PONCELET (1), L.CEUGNART (2) 1- Service d imagerie médicale de la femme et de l enfant Hôpital Jeanne de Flandre - CHRU Lille 2- Département

Plus en détail

Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller. Mammographie-Echographie-IRM

Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller. Mammographie-Echographie-IRM Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller Mammographie-Echographie-IRM Dr Luc Ceugnart LILLE SFSPM Paris 14 novembre 2012 BI-RADS: Breast Imaging Reporting And Data System de

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale Volume 2009 publié le 9.12.2009 TRENTE-TROISIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Chirurgie du sein Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Différentes chirurgies du sein Chirurgie conservatrice Chirurgie radicale Chirurgie

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

L ANGIOMAMMOGRAPHIE EN DOUBLE ENERGIE : QUELLE UTILITE CLINIQUE?

L ANGIOMAMMOGRAPHIE EN DOUBLE ENERGIE : QUELLE UTILITE CLINIQUE? L ANGIOMAMMOGRAPHIE EN DOUBLE ENERGIE : QUELLE UTILITE CLINIQUE? M KOLLEN, E AUBERT, A TARDIVON, C MALHAIRE, A ATHANASIOU, L OLLIVIER, F THIBAULT INSTITUT CURIE - PARIS - FRANCE Objectifs Connaître le

Plus en détail

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Notre programme Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Carcinome in situ Sénologie Dr Mazy Pathologie Dr Müller Chirurgie conservatrice Dr Bollue Mastectmie

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

MASTECTOMIE PROPHYLACTIQUE: POURQUOI, POUR QUI,QUAND, COMMENT? 19 Septembre 2014 PATHOLOGIE Anne de ROQUANCOURT Hôpital St Louis PARIS

MASTECTOMIE PROPHYLACTIQUE: POURQUOI, POUR QUI,QUAND, COMMENT? 19 Septembre 2014 PATHOLOGIE Anne de ROQUANCOURT Hôpital St Louis PARIS MASTECTOMIE PROPHYLACTIQUE: POURQUOI, POUR QUI,QUAND, COMMENT? 19 Septembre 2014 PATHOLOGIE Anne de ROQUANCOURT Hôpital St Louis PARIS LÉSIONS OBSERVÉES DANS LES PIÈCES DE MASTECTOMIES PROPHYLACTIQUES

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique

Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique Anomalie infraclinique à la mammographie Mammographie de bonne qualité? Nouvelle mammographie s Incidences complémentaires Agrandissements si micro-calcifications

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales. Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy

IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales. Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy Spécificités prise en charge thérapeutique d un cancer

Plus en détail

Quality-Dashboard Explications

Quality-Dashboard Explications Quality-Dashboard Explications pour la certification de centres du sein Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie Label de qualité de la Ligue suisse contre le cancer de sénologie Société

Plus en détail

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez?

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Que fait-on en Europe? Le point de vue du Groupe européen en pathologie mammaire (EWGBP) European breast expert pathologists experience

Plus en détail

Nouvelles techniques d imagerie : à qui s adressent-elles?

Nouvelles techniques d imagerie : à qui s adressent-elles? Nouvelles techniques d imagerie : à qui s adressent-elles? New imaging techniques: for who? C. Dromain, C. Balleyguier et S. Canale 1 Mots clés : mammographie numérique, tomosynthèse, angiomammographie,

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille EPIDEMIOLOGIE 1 K chez la femme : 50000 nouveaux cas / an 1 femme sur 8 concernée! K sein = 30 % des K

Plus en détail

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 DEFINITION Exérèse totale de la tumeur = tumorectomie Conservant le sein (mamelon et aréole)

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Françaises de Radiologie Paris, 10-15 Octobre 2005 L objectif

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail