LE BAROMÈTRE DES DÉCIDEURS DE L'ASSURANCE 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE BAROMÈTRE DES DÉCIDEURS DE L'ASSURANCE 2014"

Transcription

1 LE BAROMÈTRE DES DÉCIDEURS DE L'ASSURANCE 2014 (11 ème édition) Synthèse de l'enquête Novembre 2014

2 BAROMETRE DES DECIDEURS DE L ASSURANCE ème Edition Paris, le 18 novembre 2014

3 Plus de 30 sociétés interrogées 1

4 Des perspectives de croissance pour 2015 plutôt favorables 2

5 La bonne santé de l assurance vie se confirme mais attention à l effet «trompe l œil»! La collecte nette de l assurance vie est redevenue largement positive depuis Cette tendance devrait se prolonger en Toutefois les raisons de cette soi-disant bonne santé ne sont-elles pas exogènes au produit : - Les taux bas, rendant moins attractif le Livret A, favorisent les rendements légèrement meilleurs des contrats en euro - Les marchés, globalement en bonne forme tendanciellement depuis plusieurs mois, redonnent des couleurs aux contrats en Unités de Comptes (en particulier auprès de la clientèle patrimoniale) 2015 devrait encore être une bonne année de collecte pour l assurance vie. - Les banques ayant moins de problème de liquidité, réorientent l épargne vers le non bilancielle - Enfin, le gouvernement a finalement «épargné» le secteur de mesures fiscales pourtant craintes sur les dernières années Il ne s agit donc pas d un «retour en amour» des français pour l assurance vie mais davantage d une épargne par défaut. D ailleurs, les assureurs restent inquiets sur l évolution de la rentabilité de la branche, jugée encore globalement stable à très court terme mais pouvant se dégrader à moyen terme. Soit les taux restent bas et il faudra continuer à «piocher» dans les réserves pour maintenir un semblant de rendement, soit les taux remontent et s ils le font trop vite, le risque de taux pourrait mettre en difficulté un certain nombre d acteurs. En attendant, cette situation de taux bas protège le marché de l arrivée de nouveaux entrants. Seul vrai espoir pour les assureurs, l arrivée de l Eurocroissance qui pourrait soit faire basculer de l euro vers ce produit moins consommateur de fonds propres, soit attirer quelques nouveaux clients intéressés par ce produit perçu comme intermédiaire entre l euro et les unités de comptes. 3

6 Premières vraies interrogations sur la Santé même si la prévoyance reste un marché à développer Pour la première année depuis l existence de ce baromètre moins de un tiers des dirigeants interrogés prévoient encore une forte croissance du marché de la complémentaire santé. Pour rappel, cette perception ne fait que confirmer la tendance de fond de l évolution de la croissance de ce marché qui était de près de 15% il y a dix ans et dont le taux de croissance n a cessé de baisser jusqu en 2013 à moins de 4%. Plusieurs raisons à cela : - L effet de l ANI : le transfert d une partie de l individuel vers le collectif qui pourrait voir, au moins dans un premier temps, le niveau moyen de couverture diminuer (les socles proposés par les petites entreprises pouvant être souvent moins couvrant que les contrats dont disposaient les salariés à titre individuel; et en attendant la mise en place et l efficience des dispositifs proposant des sur complémentaires à ces populations). Par ailleurs, la rentabilité des contrats collectifs étant moins bonne que celle de l individuel, la rentabilité globale de la branche devrait baisser. Les consommateurs ne considèreront-ils pas bientôt l Iwatch comme un bon substitut aux couvertures santé ou prévoyance? - L effet du contrat responsable qui pourrait limiter les couvertures de certains contrats et donc les primes associées. - Enfin, le développement de services de e.santé par d autres acteurs se positionnant sur le domaine de la prévention et pouvant amener, à moyen terme, certains consommateurs à vouloir moins s assurer ou revoir leurs cotisations à la baisse considérant leur risque plus faible (Iwatch, séquençage ADN, ). Ce sentiment de moindre croissance est toutefois mesuré par la certitude que la part complémentaire devrait continuer à progresser face au régime obligatoire (poursuite des transferts) et que ce domaine de l assurance est perçu comme «indispensable» par la population. Concernant la prévoyance, seule partie du marché des particuliers non saturée, les professionnels restent très positifs et continuent à déployer des plans d actions pour pousser ces produits. Le problème reste la pédagogie auprès des clients pour les convaincre de la nécessité de se couvrir, surtout dans un contexte de crise économique dans lequel les consommateurs regardent de près chaque dépense nouvelle. 4

7 La grande guerre des prix en automobile et habitation ne sera pas pour cette année Un dirigeant sur deux prévoit une croissance du marché au moins égale à celle de l année dernière en automobile et MRH. Pour l automobile, plusieurs raisons à cela : - Tous les assureurs n ont pas retrouvé un équilibre technique sur ce marché et les réajustements doivent se poursuivre (ratio combiné du marché à 104 mais très hétérogène allant de 94 à plus de 110 en fonction des acteurs) - Plusieurs mesures législatives risquent d alourdir les coûts techniques notamment sur les rentes en cas de gros corporels - Enfin, la plupart des assureurs anticipent une prochaine agitation du marché sur les prix une fois la loi Hamon en vigueur sur la résiliation infra annuelle et ils préfèrent (pour la plupart) rester dans une logique d augmentation des tarifs cette année encore. La Loi Hamon n aura pas d effet sur les tarifs cette année en tous cas pas dans le sens attendu par le législateur! En Habitation, c est principalement la répétition des catastrophes naturelles qui pèsent sur les résultats techniques et imposent des ajustements tarifaires importants. Sur les deux familles de produits, les acteurs perçoivent les impacts de la Loi Hamon de la façon suivante : - A court terme, une pression concurrentielle sur les primes - A moyen terme, une logique de segmentation plus forte qui entrainera une augmentation naturelle de la prime moyenne et des coûts d acquisition, fidélisation et gestion qui augmenteront avec un impact aussi sur la prime finale Sur ce dernier point, il est intéressant de constater que les grands acteurs du marché relancent les réflexions sur le PAYD ou plus généralement l utilisation des objets connectés pour se préparer à mieux segmenter leur risque, leurs tarifs et leurs approches commerciales. 5

8 En fonction des acteurs, un développement porté par la recherche de nouveaux marchés ou de nouveaux services Si les trois premiers axes de développement restent inchangés, le milieu du classement est totalement bouleversé. L intégration des nouvelle technologies dans l offre produits est toujours l axe majeur de développement. Il se couple avec le développement d offres à caractère affinitaire et le développement du «pay as you use», qui gagne deux places par rapport à Axa et Allianz relancent l idée du «pay how you drive» et l essor des objets connectés laisse entrevoir des approches similaires dans les univers de l habitation ou de la santé. Il est intéressant de noter que le développement de modèles low cost perd quatre places et n est plus un axe de développement poussé par les acteurs qui lui préfèrent une réflexion sur l optimisation de leurs modèles multicanal. Enfin, la diversification vers de nouveaux marchés gagne trois places, principalement portée par un intérêt pour le collectif sous l effet de l ANI et une recherche de diversification sur le marché des professionnels pour les acteurs qui n y étaient pas (notamment les bancassureurs et certaines mutuelles). 6

9 Après quelques années de rationalisation, les acteurs réinvestissent sur le développement Les évolutions réglementaires (ANI, Loi Hamon, ) associées au développement du digital et à la crainte de l arrivée sur le marché de nouveaux acteurs, poussent les acteurs à repartir très fortement dans des stratégies de développement. Les réflexions et travaux sont portés par le développement des nouvelles technologies avec trois enjeux majeurs : - Développer et optimiser les modèles multicanal : la multiplication des canaux amenée par le digital (les sites, le mail, le sms, le tchat, la visio, le selfcare, les média sociaux, les applications sur les devices mobiles, ) devient un véritable casse tête pour maintenir un modèle fluide et efficace - Améliorer la performance commerciale : l optimisation des parcours prospects et clients et la capacité des forces commerciales à s appuyer sur les nouveaux outils pour être plus performants sont autant de défis pour les directions du développement des acteurs du secteur - Améliorer la rentabilité des ventes : dans un contexte de conquête affiché, l enjeu de maintien de l équilibre technique reste un point d attention majeur. Les nouvelles capacités de collecte et traitement de données sont également étudiées sous cet angle fondamental pour les assureurs. 7

10 L arrivée de nouveaux acteurs venus du «monde digital» inquiète de plus en plus les assureurs historiques Bien sûr, les risques législatifs restent en tête de ce classement compte tenu de l instabilité réglementaire permanente qui pèse sur le secteur et de la dérive législatives des derniers mois le concernant. Les risques financiers sont toujours d actualité car les prévisions d évolution des marchés semblent impossibles et le risque de taux pèse de plus en plus sur l assurance vie pour certains acteurs particulièrement exposés. Toutefois, la vrai «nouveauté», c est la façon dont les assureurs, dans leur ensemble, commencent à regarder le monde extérieur et la crainte croissante de voir des Amazon ou autre Google se positionner en intermédiation avec une capacité de segmentation et de proposition de services sur lesquels les assureurs se demandent s ils pourront rivaliser. 8

11 Le développement responsable et durable n est pas un levier de développement mais peut-être de transformation Deux enseignements sortent de ce baromètre sur le sujet du développement responsable et durable : - Le sujet est de plus en plus pris au sérieux et adressé par les acteurs du secteur (l ensemble des item qui étaient entre faible et modéré les années précédentes passent progressivement entre modéré et fort) - Par contre, ce n est pas perçu ni utilisé comme un axe de développement. Les preuves en sont les places de «l intégration dans l offre de produits et de services» et «la sélection des clients» aux deux dernières places du classement Les défis du secteur sont nombreux et forts, ils imposeront de grands changements et mettent la pression sur les équipes. Les assureurs ont conscience qu ils ne réussiront pas sans les hommes et les femmes de leur entreprise. L attention portée à l humain dans cette période d accélération est forte. Chez les uns, c est pour se prémunir des risques psychosociaux, chez les autres, c est le fruit d une réelle croyance que le bien-être au travail sera le meilleur levier d accompagnement des transformations et une opportunité offerte par et pour la «révolution digitale». 9

12 La qualité de service considérée comme premier levier de fidélisation et même de conquête «Améliorer la qualité de service» recouvre de nombreux enjeux sur lesquels les assureurs mettent la priorité pour les 18 prochains mois au moins : - Fluidifier et optimiser les parcours prospects et clients proposés dans les nouveaux modèles multicanal - Professionnaliser les réseaux pour répondre à une nouvelle attente de la clientèle et prendre une nouvelle posture dans le modèle relationnel proposé - Être en capacité de proposer et maîtriser tous les nouveaux canaux et outils d échanges attendus par la clientèle, avec le juste niveau de qualité et de réactivité associé - Accélérer les délais de traitement et développer le self care - Faire évoluer la posture des collaborateurs en relation directe ou indirecte avec les prospects et clients pour les orienter «esprit de service» et non «technicien de l assurance» - Accompagner les managers de l entreprise pour manager la qualité de service et la performance de l entreprise - Saisir l opportunité des nouveaux outils et des nouvelles technologies pour apporter de nouveaux services ou améliorer les existants 10

13 L Internet mobile surtout pour les clients Les objets connectés encore au stade de la réflexion 11

14 L internet mobile déjà bien développé vers les clients mais encore beaucoup en transposition des services classiques Lorsque les acteurs de l assurance illustrent leur développement actuel de l Internet mobile, on s aperçoit assez vite que l on reste principalement sur la transposition «en mobile» des sites et fonctionnalités offertes sur les canaux traditionnels. Au-delà de la «simple transposition» des sites «fixes», le mobile est toutefois considéré comme un outil pouvant permettre d accroître le développement : - du selfcare (gestion de contrat, demande d attestation, déclaration de sinistres, recherche de partenaires ou réparateurs via la géolocalisation, ) - de la dématérialisation des échanges avec le client (e-constat, signature électronique, prise et envoi de photos en cas de sinistres pour accompagner la déclaration, prise de photos et enregistrement dans un coffre fort électronique, ) - des services de relation / gestion à distance ou basés sur le principe de mobiquité du type assistance, prévention, télé-expertise, - des services à destination des prospects (et clients) pour les inciter à entrer dans l univers de marque (ou à s y installer) : info / simulation sur la retraite, la santé, le bien être, (et pourquoi pas demain le marché du partage de voiture, de maison, ) - des outils de mobilité pour les commerciaux «debouts» (en entreprise en cas de visite de risque ou en assurances de personnes pour les clientèles patrimoniales, ) Enfin, les acteurs les plus avancés commencent à considérer véritablement ce canal comme un vrai canal à part entière et considèrent que ces nouveaux devices imposent des présentations d offres et de services assez différentes des présentations des offres mises en avant sur les autres canaux (yc Internet sites fixes). Ils cherchent aussi à développer les offres dites «contextuelles» (c est-à-dire proposant des produits et services immédiatement accessibles en fonction du besoin du client en mobilité). 12

15 Objets connectés : une simple évolution de modèle ou bien une vraie révolution en marche? Concernant les objets connectés, le débat pourrait se résumer de la façon suivante : - Soit ils permettront simplement de mieux connaître le client et de lui proposer une approche et une tarification plus segmentée (avec éventuellement quelques nouveaux services associés) - Soit ils amèneront à repenser complètement l offre (objet de risque / usage / service) et le business model associé Pour l essentiel, les acteurs du marché pensent (parient?) sur le fait que l impact sera surtout du premier ordre. Toutefois certains avouent néanmoins être inquiets sur le second volet, d autant plus qu ils ne sont pas sûrs que ce seront les assureurs qui s y positionneront mais peut être d autres nouveaux acteurs comme Amazon, Toshiba, Google ou autres encore. Les assureurs craignent entre autre les acteurs qui se positionneront en offreurs de services autour des objets connectés. Or presque tous les objets de risques de l assurance le sont et/ou vont le devenir de plus en plus (l automobile, la maison et l individu). Des acteurs bien plus agiles que les assureurs se positionnent sur le développement de ces objets connectés pour vendre le bouquet de services associés (Google sur la voiture, Toshiba sur la maison, ). Si cela se développe, au mieux les assureurs se retrouveront fortement intermédiés. Enfin, le développement des services de prévention associés aux objets connectés risque d inciter les consommateurs à réduire leur couverture en contre partie. Ainsi, il n est pas étonnant de constater que même si seulement environ 10% des acteurs investissent déjà l usage des objets connectés, ils sont plus de la moitié à s y intéresser de près. 13

16 Les débuts du télétravail dans le secteur mais encore loin du «Flex Office» Le digital et ses différentes composantes impactent fortement le modèle relationnel de l entreprise vis-à-vis de ses prospects, clients et partenaires. Ces évolutions engendrent par conséquent des aménagements dans l organisation et les modes de fonctionnement de l entreprise. Les nouveaux outils et moyens de communication utilisés dans la relation client s installent aussi progressivement dans l entreprise et ouvrent de nouvelles réflexions sur l organisation du travail. Les dirigeants du secteur sont globalement tous convaincus de la nécessité de mettre davantage de transversalité dans l entreprise, de fluidifier les relations, de développer les logiques collaboratives voire de fonctionnement en réseaux. Pour faire cela, les deux leviers le plus souvent exprimés sont : - l accompagnement des managers pour développer le mode de travail collaboratif entre les services et la porosité des relations - L appui sur la mise en place de réseaux sociaux d entreprise qui permet aussi d organiser de nouveaux modes d échanges entre les collaborateurs et de développer la logique réseau interne en complément des organisations hiérarchisées Très peu d entreprises du secteur vont plus loin pour le moment dans l organisation interne des espaces de travail avec des réflexions de type «Flex Office» comme aux Etats Unis (souvent d ailleurs ces concepts ne sont pas connus). En revanche, de plus en plus d acteurs du secteur commencent à signer et mettre en place des accords de télétravail (près d une dizaine parmi les entreprises interrogées). Les premiers retours semblent d ailleurs prometteurs avec une satisfaction partagée entre les collaborateurs, les managers et l entreprise : amélioration des conditions de vie et de travail, sans perte de performance ni de qualité. 14

17 Les media sociaux, levier de transformation culturelle de l entreprise Le développement des media sociaux est reconnu par tous les acteurs du secteur comme un phénomène important à prendre en considération et irréversible de l évolution de la société. Certains le regrettent, d autres y voient une opportunité. Pour l essentiel, les principales initiatives développées par le secteur se résument, pour le moment, à : - Utiliser LinkedIn pour le recrutement - Développer une page Facebook pour afficher une présence mais bien souvent sans trop savoir quoi y mettre et comment l animer - Etre en veille sur les media sociaux (earned media) pour écouter les consommateurs, parfois accompagné d un dispositif permettant de réagir et répondre Les initiatives développées dans une logique directement commerciale sont rares (d ailleurs les acteurs ne sont pas convaincus que ces media servent à cela). La principale initiative développée dans ce sens est l incitation du réseau commercial à utiliser LinkedIn pour développer la clientèle des professionnels. En fait, les entreprises les plus actives sur les media sociaux utilisent autant, si ce n est davantage, ce levier pour accélérer le changement culturel de l entreprise vers le digital. On imagine bien, par exemple, que les comptes twitter de Nicolas Moreau ou Jacques Richier ne sont pas lus par les clients (en tous les cas les clients particuliers) mais bien plus par les collaborateurs pour qui ce media devient progressivement familier dans les usages même de communication interne au sein de l entreprise. De même, le développement important d initiatives auxquelles les collaborateurs sont de plus en plus associés participe à ce changement culturel qui diffuse un nouvel état d esprit et parfois de nouveaux réflexes de travail. 15

18 Vos contacts Maxime LETRIBOT Associé Mob. : +33(0) Marc SIBLINI Associé Mob. : +33(0) EUROGROUP CONSULTING est membre fondateur de NextContinent, un réseau international de cabinets de conseil, indépendant et d essence européenne. 16

19 EUROGROUP CONSULTING FRANCE TOUR VISTA 52/54 QUAI DE DION BOUTON PUTEAUX CEDEX TEL (0) FAX + 33 (0)

LE BAROMÈTRE DES DÉCIDEURS DE L'ASSURANCE 2013

LE BAROMÈTRE DES DÉCIDEURS DE L'ASSURANCE 2013 LE BAROMÈTRE DES DÉCIDEURS DE L'ASSURANCE 2013 (10ème édition) Synthèse de l'enquête Novembre 2013 BAROMÈTRE DES DÉCIDEURS DE L ASSURANCE 2013 (10 ème ÉDITION) Novembre 2013 Plus de 30 sociétés interrogées

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

Conférence de Presse Groupama Banque

Conférence de Presse Groupama Banque Conférence de Presse Groupama Banque 22 mai 2014 Intervenants 2 Michel Lungart, Directeur Assurances, Banque et Services de Groupama Bernard Pouy, Directeur général de Groupama Banque Sommaire 3 Introduction

Plus en détail

Baromètre des Décideurs de l Assurance 2012

Baromètre des Décideurs de l Assurance 2012 Baromètre des Décideurs de l Assurance 2012 (9 ème édition) synthèse de l enquête eurogroup CONSULTING FRANCE Paris, Octobre 2012 Plus de 30 sociétés interrogées Panorama des décideurs rencontrés : --

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Depuis 2005, Selenis intervient aux côtés d acteurs de référence de l assurance. Ce qui nous caractérise fait aussi notre différence : Conseil métier, nous sommes spécialistes de

Plus en détail

Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015

Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015 Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015 Malakoff Médéric analyse les déterminants de la santé et du bien-être des salariés en Rhône-Alpes et évalue leur impact sur la performance des entreprises.

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Mardi 15 octobre 2013 00h00

Mardi 15 octobre 2013 00h00 Communiqué de presse Sondage CSA - Europ Assistance 7 ème baromètre Santé & Société Les opinions des Américains sur leurs systèmes de santé se dégradent tandis que celles des Européens restent très hétérogènes

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

Baromètre 2013 du Club de l Épargne Salariale Octobre 2013. Baromètre 2013. Club de l Epargne Salariale / Harris interactive. Harris Interactive

Baromètre 2013 du Club de l Épargne Salariale Octobre 2013. Baromètre 2013. Club de l Epargne Salariale / Harris interactive. Harris Interactive Baromètre 2013 Club de l Epargne Salariale / Harris interactive Toute diffusion de résultats tirés de cette étude doit être accompagnée de la mention suivante : "Baromètre 2013 du Club de l'epargne Salariale

Plus en détail

Améliorez les parcours transactionnels et relationnels de vos publics

Améliorez les parcours transactionnels et relationnels de vos publics Améliorez les parcours transactionnels et relationnels de vos publics 4, rue Saulnier 75009 Paris France Phone : +33 (0)1 42 29 88 80 RCS Paris 513 530 469 www.ysthad.fr Contact : Christophe Ralle 1 L

Plus en détail

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC)

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) Venant de prendre la Présidence d un important groupe financier français, le nouveau président est alerté par certains

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

Livre blanc. CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise?

Livre blanc. CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise? Livre blanc CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise? Longtemps considéré comme un outil de luxe exclusivement réservé aux grands groupes, le CRM a su démontrer au fil du temps, que son efficacité

Plus en détail

Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie

Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie Vague 8 Principaux enseignements Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au 13 septembre 2014 auprès d un

Plus en détail

UNE RELATION CLIENT DE QUALITÉ AU SERVICE DE LA CROISSANCE. Olivier Ducass, Vice-Président et responsable du secteur Banque, Capgemini Consulting

UNE RELATION CLIENT DE QUALITÉ AU SERVICE DE LA CROISSANCE. Olivier Ducass, Vice-Président et responsable du secteur Banque, Capgemini Consulting UNE RELATION CLIENT DE QUALITÉ AU SERVICE DE LA CROISSANCE Olivier Ducass, Vice-Président et responsable du secteur Banque, Capgemini Consulting LA BANQUE DE DÉTAIL : UN MARCHÉ A MATURITÉ ET TRÈS CONCURRENTIEL

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI

Observatoire de la performance des PME-ETI Observatoire de la performance des PME-ETI 30 ème édition Octobre 2013 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn & pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Mission Nationale de la Relation Client / AGEFOS PME Avril 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Etude et sondage effectués pour Observatoire

Plus en détail

Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance

Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance Le moment pour les assureurs de repenser leur relation client Forum International de l'assurance Casablanca 18 avril 2013 Enquête globale

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82 La transformation numérique des banques : Un levier d innovation pour les banques traditionnelles et en ligne qui souhaitent répondre aux nouveaux enjeux de leurs clients. Présentation Etude Multi Clients

Plus en détail

Les grands enjeux B2B du marketing mobile. Etude quantitative Vague 2 édition 2015

Les grands enjeux B2B du marketing mobile. Etude quantitative Vague 2 édition 2015 Les grands enjeux B2B du marketing mobile Etude quantitative Vague 2 édition 2015 Les grands enjeux B2B du marketing mobile 2015 1 2 3 Objectifs de l étude Investissements et actions Objectifs et défis

Plus en détail

Enquête de satisfaction Épargnants 2013 BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Enquête de satisfaction Épargnants 2013 BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Enquête de satisfaction Épargnants 2013 BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Enquête de satisfaction épargnants 2013 Renforcer la qualité des relations entretenues avec

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai?

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Paris, le 22 novembre 2010 3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Ciel, n 1 en France des logiciels de gestion et des

Plus en détail

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS ÉPARGNE patrimoniale chiffres clés 2012 LE GROUPE AG2R LA MONDIALE* Un groupe d assurance de protection sociale, paritaire et mutualiste Un assureur complet de la personne : Prévoyance, Santé, Épargne,

Plus en détail

LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE. Synthèse. Baromètre Generali CSA. n 1100079 Avril 2011

LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE. Synthèse. Baromètre Generali CSA. n 1100079 Avril 2011 Baromètre Generali CSA LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE Synthèse n 1100079 Avril 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite

CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite 1er juillet 2008 Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres FICHE TECHNIQUE Étude réalisée pour CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT

Plus en détail

Baromètre Défis RH 2014

Baromètre Défis RH 2014 5 ème édition depuis 2010 Baromètre Défis RH 2014 Etude Andrh Inergie pour Entreprise & Carrières Juin 2014 Pierre Havet Gina de Rosa Luc Vidal Président Rédactrice en chef Directeur général ANDRH Ile-de-France

Plus en détail

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts.

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. une expertise issue de l union des deux leaders de la protection des professionnels de la santé

Plus en détail

Comment accroître votre CA?

Comment accroître votre CA? Comment accroître votre CA? L objectif de PREMIUM : L'optimisation de la démarche commerciale PREMIUM 23 avenue de Genève 74 000 ANNECY Tél : 04.50.46.54.56 - Fax: 04.50.67.51.49 E-mail: marc.neyrand@premium-synaction.com

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

La Crm : quels sont les compartiments du jeu? Emmanuel Crevecoeur. Directeur commercial. Isagri

La Crm : quels sont les compartiments du jeu? Emmanuel Crevecoeur. Directeur commercial. Isagri La Crm : quels sont les compartiments du jeu? Emmanuel Crevecoeur. Directeur commercial. Isagri Gestion de la Relation Client GRC : quels sont les compartiments du jeu? Emmanuel Crevecoeur Mars 2012 Ordre

Plus en détail

Conférence 9 Vendre partout, tout le temps

Conférence 9 Vendre partout, tout le temps Conférence 9 Vendre partout, tout le temps MODÉRATEUR Clotilde BRIARD - Journaliste LES ECHOS INTERVENANTS Michaël AZOULAY Fondateur- Directeur Général AMERICAN VINTAGE Grégoire BRESSOLLES - Responsable

Plus en détail

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Objectifs Baromètre des investissements informatiques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables

Plus en détail

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale Banque de détail Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale L évolution de l environnement et les enjeux dans la Banque de détail CENTRES D'APPELS Intensification du

Plus en détail

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé Communiqué de Presse E Information sous embargo jusqu au 4/09 à 9h A trois mois de la généralisation de la complémentaire santé collective Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF)

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) JOURNEES D ETUDES IARD 20 et 21 mars 2014 «Les nouveaux défis de la tarification» INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) Quelques réflexions sur le contexte, le

Plus en détail

Capital Humain et Performance RH

Capital Humain et Performance RH Capital Humain et Performance RH Le bien-être performant, potentiel d avenir pour l entreprise Qualité de Vie et Santé au Travail Qualité de Vie et Santé au Travail, une opportunité pour se préparer aux

Plus en détail

Les grands enjeux du marketing mobile

Les grands enjeux du marketing mobile Les grands enjeux du marketing mobile Etude quantitative Vague 2 édition 2015 www.azetone.com www.harrisinteractive.fr www.hp.com Les présentateurs Aurélie Gibiat Directrice Département Media et Technologies

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Paris, mars 2013 page 1 ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Analyse de Guillaume Weill, Directeur Général MetrixLab France 5 CLÉS DE SUCCÈS POUR L E-TOURISME EN 2013 Les enseignements présentés dans ce document

Plus en détail

Présentation de la 4 ème vague du. Novembre 2012

Présentation de la 4 ème vague du. Novembre 2012 Présentation de la 4 ème vague du 1 Fiche technique 1 Données de cadrage : la filière de la Relation Client aujourd hui 3 Question : Les domaines d activité des clients des centres externes Parmi les domaines

Plus en détail

L Epargne Collective : Un marché d opportunités

L Epargne Collective : Un marché d opportunités L Epargne Collective : Un marché d opportunités Estimé par la Banque de France à 8.325 milliards d en 2005, le patrimoine des ménages français a augmenté de 44% depuis 2001. Chaque année, les flux d épargne

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX!

BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX! BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX! RÉSULTATS 2015 GREENWASHING CONTRAINTES PERFORMANCE SENS MODALITÉS DE RÉALISATION DU BAROMÈTRE Des Enjeux et des Hommes

Plus en détail

Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé

Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé Sondage Viavoice pour le CISS - Octobre 2010 MIEUX COMPRENDRE L OPINION POUR AGIR INSTITUT VIAVOICE Contacts : Arnaud ZEGIERMAN Aurélie

Plus en détail

Sondage de l institut CSA

Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina édition hors-série Journée de la femme digitale Sondage de l institut CSA En partenariat avec l SOUS EMBARGO JUSQU AU VENDREDI 8 MARS 2013 1 Fiche technique du sondage L

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION

DOSSIER DE PRESENTATION DOSSIER DE PRESENTATION Ce dossier est destiné à vous présenter à la fois l activité du cabinet de courtage A2C GROUPE, les services mis à la disposition de ses partenaires. Ce dossier se présente sous

Plus en détail

SOMMAIRE. Enquête Gender Directive 31/05/2012 2

SOMMAIRE. Enquête Gender Directive 31/05/2012 2 1 SOMMAIRE Introduction Les points clés Présentation des participants à l enquête Les hypothèses de tarification en assurance vie Les hypothèses de tarification en assurance non-vie Les impacts sur le

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com Sandrine Michel 1 LE MARKETING DIRECT Formation 2012 sandrine.michel@gmail.com Objectifs : Comprendre ce qu est le marketing direct Comprendre comment il s inscrit dans le secteur de la communication Connaître

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

Tellia. Centre de Relation Client. à votre Relation Client. Donnez de nouvelles dimensions DÉCOUVRIR COMPRENDRE FIDÉLISER

Tellia. Centre de Relation Client. à votre Relation Client. Donnez de nouvelles dimensions DÉCOUVRIR COMPRENDRE FIDÉLISER Tellia Centre de Relation Client DÉCOUVRIR COMPRENDRE FIDÉLISER Donnez de nouvelles dimensions à votre Relation Client Tellia Née de l expertise d Apria, Tellia est une offre de service qui défend une

Plus en détail

Pour soigner votre indépendance aujourd hui comme demain

Pour soigner votre indépendance aujourd hui comme demain AXA Prévoyance & Patrimoine Vous souhaitez vivre pleinement votre vie, faire des projets et préparer l avenir en toute confiance. Notre métier est de vous proposer les solutions qui vous protègent : vous,

Plus en détail

L Epargne Retraite «Une opportunité à saisir pour Motiver et Fidéliser vos Collaborateurs» Par : Rafaâ JEMLI & Fakhri CHAFFAI

L Epargne Retraite «Une opportunité à saisir pour Motiver et Fidéliser vos Collaborateurs» Par : Rafaâ JEMLI & Fakhri CHAFFAI L Epargne Retraite «Une opportunité à saisir pour Motiver et Fidéliser vos Collaborateurs» Par : Rafaâ JEMLI & Fakhri CHAFFAI 1 Le départ à la retraite des collaborateurs.. double problématique pour les

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse Dossier de Presse 2011 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contact Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Sommaire

Plus en détail

Epargne salariale et actionnariat salarié

Epargne salariale et actionnariat salarié Epargne salariale et actionnariat salarié Quels dispositifs choisir pour motiver vos collaborateurs? PEOPLE BASE CBM Compensations & Benefits Management Epargne salariale et actionnariat salarié L épargne

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

RECRUTEMENT. Vous recherchez un emploi? ARVAL, filiale de BNP Paribas recrute!

RECRUTEMENT. Vous recherchez un emploi? ARVAL, filiale de BNP Paribas recrute! Vous recherchez un emploi? ARVAL, filiale de BNP Paribas recrute! Des postes de Chargé de clientèle Assurances, Gestionnaire service client, Souscripteur assurances et Gestionnaire carburant sont à pourvoir!

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 INVENTONS ENSEMBLE LA SANTÉ DE DEMAIN Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Quels impacts anticiper sur le marché de l assurance de personnes? 21 février 2013 ANI 2013 Quels impacts prévisibles

Plus en détail

Vers un multi canal centré sur le client et la mobilité?

Vers un multi canal centré sur le client et la mobilité? 18 avril 2013 Vers un multi canal centré sur le client et la mobilité? Forum international de l Assurance 2 ème édition Agenda 1. Introduction 2. Gestion de la relation client et multicanal en France 3.

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Baromètre Défis RH 2013

Baromètre Défis RH 2013 Baromètre Défis RH 2013 Petit-déjeuner conférence Etude Andrh Inergie pour Entreprise & Carrières Mardi 21 mai 2013 Pierre Havet Jean-Paul Coulange Luc Vidal Président Directeur des rédactions Directeur

Plus en détail

1 ER BAROMÈTRE PROSPECTIF DES MÉTIERS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE ET DE LA PRÉVOYANCE

1 ER BAROMÈTRE PROSPECTIF DES MÉTIERS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE ET DE LA PRÉVOYANCE 1 ER BAROMÈTRE PROSPECTIF DES MÉTIERS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE ET DE LA PRÉVOYANCE QUELLES DYNAMIQUES D ÉVOLUTION DES MÉTIERS? FINALITÉS DU BAROMÈTRE PROSPECTIF Dresser un inventaire des tendances

Plus en détail

Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP

Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Étude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises 1 Deux enquêtes téléphoniques auprès de : Méthodologie

Plus en détail

2 e édition. Etude réalisée en partenariat avec

2 e édition. Etude réalisée en partenariat avec 2 e édition M A R S 2 0 0 9 Etude réalisée en partenariat avec En 2008, Ciel, N 1 français des logiciels de gestion pour petites entreprises, innovait en créant le Baromètre Ciel de l Informatisation des

Plus en détail

NEGOCIATION COMMERCIALE - VENTE

NEGOCIATION COMMERCIALE - VENTE CONSTANTIN Maurice Prestataire de Formation n 96 97 30382 97 81 av du Gal de Gaulle 97300 Cayenne Tél : 0594 29 29 42 maurice.constantin@amesco.net secretaire.amesco@orange.fr PROGRAMME FORMATION NEGOCIATION

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Dossier de presse Février 2015 Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Coverlife, le courtier spécialisé en distribution d assurances pour particulier, crée

Plus en détail

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES RESULTATS DE LA 12 EME EDITION L Association Française des Credit Managers et Conseils présente la 12 ème édition de son enquête annuelle.

Plus en détail

GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013. Présentation presse 20 février 2014

GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013. Présentation presse 20 février 2014 1 GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013 Présentation presse 20 février 2014 Groupama en 2013 2 Efficacité opérationnelle et réduction des coûts Stratégie de performance vs. stratégie de taille

Plus en détail

La fin de l âge d or des réseaux d agences bancaires?

La fin de l âge d or des réseaux d agences bancaires? La fin de l âge d or des réseaux d agences bancaires? Les réseaux d agences des banques de détail en Europe vont être confrontés à de profonds changements, à une pression accrue sur leur modèle économique

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Le e-business. Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés?

Le e-business. Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés? Le e-business Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés? Philippe Delaide Spécialiste e-business Les Spécialistes du Cabinet TOPS Consult est une Direction Développement

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA À propos de Banque Accord : Filiale financière du groupe Auchan Seule banque française détenue à 100% par un distributeur 3 activités

Plus en détail

«Les fortes évolutions de notre environnement constituent un réel défi pour Covéa.»

«Les fortes évolutions de notre environnement constituent un réel défi pour Covéa.» L essentiel 2013 «Les fortes évolutions de notre environnement constituent un réel défi pour Covéa.» Comment caractérisez-vous l année 2013 pour Covéa? Commercialement, 2013 a été plutôt satisfaisante

Plus en détail

MUTUELLES ET ASSURANCES

MUTUELLES ET ASSURANCES LIVRE BLANC E-MARKETING MUTUELLES ET ASSURANCES MARKETING VISIBILITE PERFORMANCE 13/02/13 - Page 2/9 01. Edito Comment être visible sur le net? Sur quoi être visible? Comment adopter une stratégie digitale

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives 4 ème édition Paris, le 27 janvier 2012 3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives Les points clés Le régime de l auto-entrepreneur, un potentiel énorme de croissance

Plus en détail

Les questions stratégiques pour La Poste aujourd hui

Les questions stratégiques pour La Poste aujourd hui Les questions stratégiques pour La Poste aujourd hui 1 Une entreprise singulière Une grande entreprise, présente dans la vie des Français, et dans l inconscient national Mais assez méconnue Forte dimension

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Epargne, Retraite, Prévoyance et Santé

Epargne, Retraite, Prévoyance et Santé L offre FOBA Des outils d aide à la vente Budget Retraite Augmenter la vente des différentes solutions retraite ANI Générer des rendez-vous qualifiés et réduire le délai de décision pour la souscription

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 17 ème édition mai 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 17 ème édition mai 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 17 ème édition mai 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail