Prévention secondaire des AVC

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévention secondaire des AVC"

Transcription

1 Prévention secondaire des AVC

2 AVC 3 ère cause de mortalité 1 ère cause de handicap 90% d origine ischémique 40% cryptogénique

3 Foramen ovale perméable

4 Foramen ovale perméable C est la malformation cardiaque la plus fréquente : ¼ de la population générale (séries autopsiques)

5 Foramen ovale perméable et AVC Mécanisme : Embolie paradoxale Formation de thrombus dans le foramen Fibrillation auriculaire 54% des patients de moins de 55 ans avec AVC cryptogénique, contre 21% en cas d AVC avec cause retrouvée (1) 2,9 fois plus de FOP en cas d AVC cryptogénique (2) Associé à un ASIA dans 50-85% des cas (3)(4) (1) Lechat. N Engl J Med. 1988,(2) Overell. Neurology. 2000, (3) Pearson.J Am Coll Cardiol. 1991,(4) Agmon. Circulation 1999

6 Fermeture du FOP Taux de réussite : % Taux de complications : <1%

7 Fermeture du FOP ETO préopératoire : diagnostic, localisation, dimensions, shunt droit-gauche Sous anesthésie locale, ambulatoire, sous couverture antibiotique Traitement associé : aspirine (80-300mg/j) pendant 1 à 6 mois, +/- clopidogrel (75mg/j) dans certains centres ETO avec contraste de contrôle à 6 mois

8 Fermeture du FOP Fermeture du FOP versus traitement médical : Wöhrle (1) : taux de récidive d AVC significativement plus faible après fermeture du FOP (1,3% contre 5,2%) Pas d études randomisées Fermeture du FOP au moins aussi efficace que le traitement médical, simple, peu de complications, taux de réussite élevé (1) Wöhrle. Lancet.2006

9 Fermeture du FOP Consensus SFNV et SFC : Aucune recommandations fermes Non recommandé pour un premier épisode d AVC cryptogénique associé à un FOP isolé Fermeture recommandée pour les patients de moins de 55 ans FOP avec ou sans ASIA et AVC cryptogénique récidivant sous traitement anticoagulant bien conduit ou contre-indication à ce traitement FOP avec ou sans ASIA et maladie thrombo-embolique veineuse à haut risque de récidive thrombotique FOP avec ASIA et refus de traitement anticoagulant par le patient Traitement antiagrégant plaquettaire au long cours

10 Plaques aortiques

11 Plaques aortiques Plaques aortiques significativement plus fréquentes chez les patients ayant présenté un accident ischémique de cause indéterminée (28%) qu en cas d autre cause identifiée (11%) (1) Augmentation du risque d AVC en cas d athérome de plus de 4 mm (1) Macleod. Lancet Neurol. 2004

12 Plaques aortiques Plaques à risque : Épaisseur de plus de 4 mm Protrusives Eléments mobiles, Ulcérées, Non calcifiées

13 Plaques aortiques Recommandations de l EAE : (1) dépistage systématique par ETT en fenêtre suprasternale en cas d AVC ; l ETO doit être réalisée si l ETT est de mauvaise qualité ou pour préciser les caractéristiques des plaques En cas d embolie artérielle périphérique : réalisation d une ETO pour dépister un athérome aortique si l ETT n a pas permis d identifier une cause cardiaque d embolie (1) Pepi. Eur J Echocardiogr. 2010

14 Traitement plaques aortiques Statines : Régression significative des plaques aortiques avec remodelage inverse à 6 mois de traitement lié à la réduction du LDL cholestérol Diminution du nombre d AVC chez les patients coronariens Diminution des récidives Anticoagulants et antiagrégants : Plusieurs études discordantes Effet bénéfique de la warfarine Antiagrégants :?

15 Traitement plaques aortiques Chirurgie : Endartériectomie de l arche aortique au cours des chirurgies de pontages (1) Risque élevé d AVC peropératoire Traitement anticoagulant au long cours Surveillance régulière par ETO ou IRM À envisager seulement chez les sujets jeunes avec embolies récidivantes malgré le traitement médical => Traitement par statines recommandé ; le traitement par anticoagulant pourrait avoir un intérêt (1) Choukroun. Ann Vasc Surg 2002

16 Plaques aortiques Recommandations de l ACCP : (1) Aspirine à faible dose (75 à 325mg) en prévention secondaire Un traitement anticoagulant peut être proposé en cas de thrombus mobile de la crosse de l aorte Recommandations HAS : Après un infarctus cérébral ou un AIT associé à une athérosclérose 4 mm d épaisseur de la crosse de l aorte : repose sur les antiagrégants plaquettaires. En cas d athérosclérose sévère avec élément mobile et/ ou thrombus, un traitement anticoagulant de plusieurs semaines peut être envisagé (1) Albers. Chest. 2008

17 Sténoses carotidiennes

18 Sténoses carotidiennes Chirurgie versus traitement médical : NASCET (1) et ESCT (2) : bénéfice de l endartériectomie par rapport au traitement médical pour les sténoses serrées de la carotide interne diminution du risque absolu de 13,5% à 5 ans (critère combiné AVC/décès) (1) Barnet. N Engl J Med. 1998, (2) ESCT. Lancet 1998

19 Sténoses carotidiennes Chirurgie carotidienne versus angioplastie CREST (1) : Pas de différence pour le critère primaire combiné AVC/ IDM/décès à 4 ans Plus de complications per procédure dans le groupe endartériectomie : décès 0,7% contre 0,3%, AVC 4,1% contre 2,3% (1) Brott. N Engl J Med. 2010

20 Sténoses carotidiennes Recommandations HAS : Symptomatiques : Traitement de référence pour les sténoses serrées carotides 50-99% symptomatiques : endartériectomie Angioplastie réservée en cas de contre-indication à la chirurgie Asymptomatiques : La chirurgie peut être proposée en cas de sténoses 60% Pas d indication à l angioplastie Associé au traitement médical : statines, antiagrégants

21 ESC Guidelines Peripheral artery diseases. Sténoses carotidiennes

22 Conclusion AVC : pathologie fréquente, source de handicap Pas de cause retrouvée dans 40% des cas (FOP, plaques aortiques) Imputabilité du FOP et/ou des plaques aortiques dans l AVC Pas de recommandations formelles car données insuffisantes

Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations de l HAS

Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations de l HAS Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations 2007 2008 de l HAS Dr JF ALBUCHER Service de Neurologie Vasculaire (Pr F Chollet) CHU TOULOUSE

Plus en détail

Maladie athéromateuse carotidienne : Quelles recommandations en 2012?

Maladie athéromateuse carotidienne : Quelles recommandations en 2012? Septembre 2012 Maladie athéromateuse carotidienne : Quelles recommandations en 2012? d après ESC 2011, CHEST 2012, ACC/AHA 2011, ACCF 2012. G. Mahé Service des Explorations Fonctionnelles Vasculaires,

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

!"#$%#&'()*!+,(-.#/,'0%!*1! $2#(.&!*!&*#++'1!)&3!45($'0%!3

!#$%#&'()*!+,(-.#/,'0%!*1! $2#(.&!*!&*#++'1!)&3!45($'0%!3 !"#$%#&'()*!+,(-.#/,'0%!*1! $2#(.&!*!&*#++'1!)&3!45($'0%!3 DIU ECHOGRAPHIE CARIAQUE ET VASCULAIRE AIX EN PROVENCE 03 AVRIL 2009 Dr A.HIDOUD !"#$%#&'()*!+,(-.#/,'0%!*1!*$2#(.&!*!& #(.&!*!& #++'1!)&3*!45($'0%!3!

Plus en détail

Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques. Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue

Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques. Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue JIFA Janvier 2016 De quoi meurent nos patients artéritiques? Etude prospective française (Royat):

Plus en détail

ENDARTERIECTOMIE CAROTIDE INDICATIONS RESULTATS. Guy LESECHE

ENDARTERIECTOMIE CAROTIDE INDICATIONS RESULTATS. Guy LESECHE Guy LESECHE Hôpital BEAUJON Clichy (France) INDICATIONS - RESULTATS Sténoses symptomatiques ESSAI NASCET (n=331,328) NASCET (n=428,430) ECST (n=323,455) ACE (n=,1255) CAVATAS (Chirurgie) (n=.,253) RISQUE

Plus en détail

Recommandations. Bon usage des agents antiplaquettaires

Recommandations. Bon usage des agents antiplaquettaires Recommandations Bon usage des agents antiplaquettaires Juin 2012 PRINCIPAUX MESSAGES Ces recommandations ne concernent que 4 antiplaquettaires : l aspirine, le clopidogrel, le prasugrel et le ticagrelor.

Plus en détail

Prévention vasculaire après un infarctus cérébral (IC) ou un accident ischémique transitoire (AIT)

Prévention vasculaire après un infarctus cérébral (IC) ou un accident ischémique transitoire (AIT) Prévention vasculaire après un infarctus cérébral (IC) ou un accident ischémique transitoire (AIT) Recommandation de bonne pratique Juillet 2014 Mise à jour février 2015 Thème Cette recommandation de bonne

Plus en détail

PREVENTION VASCULAIRE APRES UN INFARCTUS CEREBRAL (IC) OU UN ACCIDENT ISCHEMIQUE TRANSITOIRE (AIT)

PREVENTION VASCULAIRE APRES UN INFARCTUS CEREBRAL (IC) OU UN ACCIDENT ISCHEMIQUE TRANSITOIRE (AIT) PREVENTION VASCULAIRE APRES UN INFARCTUS CEREBRAL (IC) OU UN ACCIDENT ISCHEMIQUE TRANSITOIRE (AIT) Recommandations professionnelles Mars 2008 THEME Ces recommandations professionnelles élaborées par la

Plus en détail

L AVC : une urgence pédiatrique aussi. Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff

L AVC : une urgence pédiatrique aussi. Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff L AVC : une urgence pédiatrique aussi Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff L AVC de l enfant : une triple spécificité Spécificité épidémiologique Spécificité étiologique artériopathie ++ cardioembolie

Plus en détail

La chirurgie carotidienne

La chirurgie carotidienne La chirurgie carotidienne Dr Arnaud Kerzmann CHU de Liège Hôpital Saint Nicolas d Eupen Clinique Saint Joseph de Saint Vith Introduction La sténose carotidienne est la plus part du temps une conséquence

Plus en détail

ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS

ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS Recommandations dans la prise en charge des patients présentant sténose carotidienne ou vertébrale extra crânienne. Recommandations pour écho-doppler

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux AVC Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications Thérapeutique

Plus en détail

Ischémie cérébrale : Quel bilan étiologique et dans quel délai?

Ischémie cérébrale : Quel bilan étiologique et dans quel délai? Ischémie cérébrale : Quel bilan étiologique et dans quel délai? SFR IDF Dec 2013 Julien Savatovsky F. Charbonneau, P. Roux, JC. Sadik, V. Macaigne*, M. Obadia**, F. Héran Service d Imagerie Médicale, Fondation

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux : définitions L accident vasculaire cérébral () est un déficit neurologique de survenue soudaine

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES STÉNOSES

PRISE EN CHARGE DES STÉNOSES PRISE EN CHARGE DES STÉNOSES DES de Médecine Interne Médecine Vasculaire 11 février 2006 Dr Muriel SPRYNGER Cardiologie-angiologie CHU- Sart Tilman 1 AVC o o o 3e cause de mortalité 1e cause de handicap

Plus en détail

Mortalité cardiaque postopératoire : 3ème cause de mortalité aux Etats-Unis. 1/3 des décès postopératoires.

Mortalité cardiaque postopératoire : 3ème cause de mortalité aux Etats-Unis. 1/3 des décès postopératoires. 200 millions d interventions chirurgicales /an dans le monde chez les adultes. Risque de l anesthésie diminué par 10 en 10 ans Risque de complications cardiaques postopératoires : 1,5 % = > Plus de 10

Plus en détail

L insuffisance artérielle des membres inférieurs. Dr Marc Righini, CC Service d Angiologie et d Hémostase Hôpitaux Universitaires de Genève

L insuffisance artérielle des membres inférieurs. Dr Marc Righini, CC Service d Angiologie et d Hémostase Hôpitaux Universitaires de Genève L insuffisance artérielle des membres inférieurs Dr Marc Righini, CC Service d Angiologie et d émostase ôpitaux Universitaires de Genève Genève, le 13.11.2010 Circulation sanguine L ATEROSCLEROSE EST UNE

Plus en détail

Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque de

Plus en détail

TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE: INDICATIONS ET PROBLEMES PRATIQUES. INDICATIONS Affections thrombo-emboliques veineuses profondes

TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE: INDICATIONS ET PROBLEMES PRATIQUES. INDICATIONS Affections thrombo-emboliques veineuses profondes TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE: INDICATIONS ET PROBLEMES PRATIQUES L objectif de ce numéro thématique est de proposer une synthèse des informations disponibles concernant le traitement antithrombotique de

Plus en détail

L angioplastie stenting carotidienne en 2012

L angioplastie stenting carotidienne en 2012 L angioplastie stenting carotidienne en 2012 Emmanuel Houdart Service de Neuroradiologie Hôpital Lariboisière Paris, France Athérome carotidien : 1 ère localisation de l athérome des artères cérébrales

Plus en détail

Amélioration de la prise en charge des patients adressés en explorations fonctionnelles vasculaires avant chirurgie cardiaque

Amélioration de la prise en charge des patients adressés en explorations fonctionnelles vasculaires avant chirurgie cardiaque Amélioration de la prise en charge des patients adressés en explorations fonctionnelles vasculaires avant chirurgie cardiaque EPP 01/09/2008 unité de médecine vasculaire M. Fontaine, B. Satger Introduction

Plus en détail

Infarctus cérébral cryptogénique ESUS: embolic source of unknown source

Infarctus cérébral cryptogénique ESUS: embolic source of unknown source Infarctus cérébral cryptogénique ESUS: embolic source of unknown source Pr S. Timsit, M.D., Ph.D Chef de Service de Neurologie et Unité Neuro-vasculaire CHRU de Brest Pourquoi une classification? La bataille

Plus en détail

Bon usage des agents antiplaquettaires

Bon usage des agents antiplaquettaires Recommandations de bonne pratique Bon usage des agents antiplaquettaires Recommandations. Juin 2012 doi:10.1684/met.2012.0385 270 GROUPE DE TRAVAIL ARTIGOU Jean-Yves, Président, cardiologue, Bobigny ARNOULD

Plus en détail

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE MEDICAMENTS ANTIPLAQUETTAIRES points d'impact 3 Liaison IIbIIIa- fibrinogène 1 Reconnaissance du signal Ca ++ 2 Transmission

Plus en détail

AVC Une maladie hétérogène

AVC Une maladie hétérogène AVC Une maladie hétérogène Pr. Jean-Louis MAS Journée Recherche et Santé AVC: de la clinique à la physiopathologie Paris, 24 novembre 2015 AVC: une maladie hétérogène Hémorragie méningée 5% 80% Infarctus

Plus en détail

C H I R U R G I E V A S C U L A I R E

C H I R U R G I E V A S C U L A I R E - 1 - Dr Jean-Michel Zabot Spécialiste FMH en chirurgie vasculaire, cardiaque et thoracique C H I R U R G I E V A S C U L A I R E I. Pathologie veineuse 1) Varices des membres inférieurs 1.1 Bilan : -

Plus en détail

LE POINT SUR... Accident ischémique transitoire d origine indéterminée, quelle prise charge? Introduction. Diagnostic positif Diagnostic clinique

LE POINT SUR... Accident ischémique transitoire d origine indéterminée, quelle prise charge? Introduction. Diagnostic positif Diagnostic clinique Introduction LE POINT SUR... Accident ischémique transitoire d origine indéterminée, quelle prise charge? Intissar Hmida, Service de neurologie et unité neurovasculaire, Centre hospitalier de Versailles,

Plus en détail

Item 128 : Athérome, épidémiologie et physiopathologie, le malade polyathéromateux

Item 128 : Athérome, épidémiologie et physiopathologie, le malade polyathéromateux Item 128 : Athérome, épidémiologie et physiopathologie, le malade polyathéromateux Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières

Plus en détail

faisons le point La sténose carotidienne asymptomatique : Est-ce qu un duplex carotidien est indiqué chez votre patient? Le cas de M.

faisons le point La sténose carotidienne asymptomatique : Est-ce qu un duplex carotidien est indiqué chez votre patient? Le cas de M. La sténose carotidienne asymptomatique : Est-ce qu un duplex carotidien est indiqué chez votre patient? faisons le point Stéphane Elkouri, MD, MSC, FRCSC Présenté dans le cadre d une formation médicale

Plus en détail

Ischémie cérébrale en cas de dissection artérielle cervicale : mécanisme embolique ou hémodynamique?

Ischémie cérébrale en cas de dissection artérielle cervicale : mécanisme embolique ou hémodynamique? Ischémie cérébrale en cas de dissection artérielle cervicale : mécanisme embolique ou hémodynamique? A.Morel 1, O. Naggara 1, X. Leclerc 2, M. Tisserand 3, M. Chennoufi 1, N. Carpentier 1, R. Souillard

Plus en détail

Prise en charge des accidents vasculaires cérébraux post-opératoires. Didier Leys (Lille)

Prise en charge des accidents vasculaires cérébraux post-opératoires. Didier Leys (Lille) Prise en charge des accidents vasculaires cérébraux post-opératoires Didier Leys (Lille) Généralités sur les AVC AVC: quelques chiffres Par million d habitants /an: 2400 AVC (75%: 1er AVC) 500 AIT A 1

Plus en détail

Anévrisme aorte thoracique Dissection aortique

Anévrisme aorte thoracique Dissection aortique D.U. Prise en charge des situations d urgences médico-chirurgicales Anévrisme aorte thoracique Dissection aortique 6 décembre 2016 Dr Alice HUTIN SAMU de Paris SMUR Necker Anévrisme de l aorte Anévrisme

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine -

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - U1116 AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - Dr Stéphane ZUILY, MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine

Plus en détail

STÉNOSE ARTÉRIELLE INTRACRANIENNE : UNE PEC ANALOGUE À LA STÉNOSE CAROTIDIENNE CERVICALE?

STÉNOSE ARTÉRIELLE INTRACRANIENNE : UNE PEC ANALOGUE À LA STÉNOSE CAROTIDIENNE CERVICALE? STÉNOSE ARTÉRIELLE INTRACRANIENNE : UNE PEC ANALOGUE À LA STÉNOSE CAROTIDIENNE CERVICALE? DR STEFANO BINAGHI NEURORADIOLOGIE CLINIQUE DE MONTCHOISI LAUSANNE CLINIQUE DE GENOLIER SUISSE ANGIOPLASTIE STENTING

Plus en détail

AVC : Imagerie cérébrale: IRM

AVC : Imagerie cérébrale: IRM AVC : Imagerie cérébrale: IRM Séquence de diffusion (DWI): ischémie récente } Sensibilité élevée (83%) >>> TDM (16%) } Diagnostic précoce (dès 30 min ischémie) Les séquences diffusion... Ischémie = arrêt

Plus en détail

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque

Plus en détail

UNE HISTOIRE DE FAMILLE

UNE HISTOIRE DE FAMILLE UNE HISTOIRE DE FAMILLE ARCO 29/09/15 - TOURS Gérôme PINEAUD - Orléans PRESENTATION Homme de 37 ans admis aux urgences pour troubles de la vigilance (suspicion de conversion hystérique). Antécédents de

Plus en détail

Indication en prévention primaire : quantifier le risque cardio-vasculaire (RCV) selon échelle de risque

Indication en prévention primaire : quantifier le risque cardio-vasculaire (RCV) selon échelle de risque RECOMMNDTIONS DE ONNE PRTIQUE «ON USGE DES NTIPLQUETTIRES» Synthèse du Conseil de recommandations de la Société française de Médecine Vasculaire (SFMV) d après les recommandations de l gence Nationale

Plus en détail

ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM)

ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM) ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM) Brighton T, Eikelboom J, Mann K et al. Low-dose aspirin

Plus en détail

RMM Infectiologie, septembre 2013

RMM Infectiologie, septembre 2013 RMM Infectiologie, septembre 2013 Complications neurologiques des endocardites infectieuses (EI). Dr Levent. EOH Référent antibiotique.chsa. Dr Dewilde. Urgences, CHSA. Références bibliographiques. 1.

Plus en détail

Sténoses carotidiennes athéromateuses symptomatiques

Sténoses carotidiennes athéromateuses symptomatiques Sténoses carotidiennes athéromateuses symptomatiques Pr. Jean-Luc MAGNE I - Problèmes posés Les accidents vasculaires cérébraux représentent la troisième cause de mortalité en Europe occidentale et sont

Plus en détail

Quand utiliser un ballon actif avec un stent nu plutot qu un stent actif?

Quand utiliser un ballon actif avec un stent nu plutot qu un stent actif? Quand utiliser un ballon actif avec un stent nu plutot qu un stent actif? P.Barragan.Ollioules Paris GRCI le 28/ 11/ 2O12 Conflits d intérêt Aucun Specific PCI devices *Recommendations are only valid for

Plus en détail

Actualités sur la prévention des AVC

Actualités sur la prévention des AVC Actualités sur la prévention des AVC L AVC en Normandie 3 ème journée médicale 16 juin 2016 Dr Anne-Laure BONNET Centre Hospitalier Mémorial de Saint-Lô Traitement des facteurs de risque vasculaire : HTA

Plus en détail

Selon l OMS : «développement rapide de signes cliniques localisés ou globaux

Selon l OMS : «développement rapide de signes cliniques localisés ou globaux Selon l OMS : «développement rapide de signes cliniques localisés ou globaux de dysfonction cérébrale éb avec des symptômes durant plus de 24 heures, pouvant conduire à la mort, sans autre cause apparente

Plus en détail

Prévention secondaire des AVC

Prévention secondaire des AVC Prévention secondaire des AVC S.ZEKRI*, N. DAMMENE-DEBBIH** *Service de Médecine Interne Clinique Arezki Kehal Hôpital Birtraria El Biar Alger **Service de Médecine Interne Hôpital Central de l Armée Ain

Plus en détail

Quelle(s) est (sont) le(s) diagnostic(s) à envisager? Déficit moteur transitoire. Quel(s) examen(s) demandez-vous?

Quelle(s) est (sont) le(s) diagnostic(s) à envisager? Déficit moteur transitoire. Quel(s) examen(s) demandez-vous? Déficit moteur transitoire Mme B, 89 ans, autonome à la maison, est hospitalisée pour une hémiparésie droite d installation brutale régressive en 6h. ATCD : HTA, tabagisme 40 PA, AC/FA, AOMI stade II,

Plus en détail

Fibrillation auriculaire en médecine générale. Dr Aymeric MENET CARDIOLOGIE. Les entretiens de médecine générale du GHICL

Fibrillation auriculaire en médecine générale. Dr Aymeric MENET CARDIOLOGIE. Les entretiens de médecine générale du GHICL Fibrillation auriculaire en médecine générale Dr Aymeric MENET CARDIOLOGIE Les entretiens de médecine générale du GHICL Samedi 7 novembre 2015 Prévalence (%) Cardiologie Prévalence de la FA avec l âge

Plus en détail

Sténose Carotidienne Le Traitement Médical

Sténose Carotidienne Le Traitement Médical Sténose Carotidienne Le Traitement Médical Jean Pierre Laroche Médecin Vasculaire CHU Montpellier / Hôpital Saint Eloi AVIGNON 4 12 2010 Que proposez vous à ce patient? Homme 67 ans HTA, Dyslipidémie traitées.

Plus en détail

Traitement des plaques aortiques emboligènes?

Traitement des plaques aortiques emboligènes? D O S S I E R Les lésions aortiques atypiques S. MOSCHIETTO, L. DROGOUL, E. FERRARI Service de Cardiologie, CHU Nice. Hôpital Pasteur, NICE. Traitement des plaques aortiques emboligènes? Les plaques de

Plus en détail

Quoi connaître sur les nouveaux anticoagulants oraux dans la fibrillation auriculaire

Quoi connaître sur les nouveaux anticoagulants oraux dans la fibrillation auriculaire Quoi connaître sur les nouveaux anticoagulants oraux dans la fibrillation auriculaire Lyne Charbonneau Infirmière clinicienne en électrophysiologie 13 novembre 2015 Objectifs d apprentissage Connaître

Plus en détail

HTA réno vasculaire Angioplastie de l artère rénale

HTA réno vasculaire Angioplastie de l artère rénale HTA réno vasculaire Angioplastie de l artère rénale Bernard Beyssen Radiologie cardio-vasculaire Paris et Neuilly sur Seine 10 juin 2015 Sténose athéromateuse de l artère rénale La prévalence augmente

Plus en détail

Mise à jour des Recommandations 2013 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale

Mise à jour des Recommandations 2013 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale Mise à jour des Recommandations 2013 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale European Heart Journal 18 mars 2013 EPU CHALONS EN CHAMPAGNE 17 SEPTEMBRE 2013 ESC = European Society of

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016

PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016 PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016 Au cours des vingt dernières années, la mortalité cardiovasculaire a considérablement baissé dans les pays

Plus en détail

Prise en charge de l AVC du sujet âgé

Prise en charge de l AVC du sujet âgé Prise en charge de l AVC du sujet âgé Docteur Laurent Derex Unité Neurovasculaire Hôpital Neurologique Hospices Civils de Lyon Réseau RESUVal Les AVC du sujet âgé Les enjeux Taux d incidence des AVC multiplié

Plus en détail

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT GESTION PERI-OPERATOIRE et (2002 20) DECLARATIONS d'accidents : 39 DECES : (28 %) 2 GESTION PERI-OPERATOIRE

Plus en détail

ème Réunion Nationale du GRCI, Tous droits réservés - Toute reproduction même est in

ème Réunion Nationale du GRCI, Tous droits réservés - Toute reproduction même est in AVC et FOP : lien de causalité Pr Pico Service Neurologie et UNV du CHV. Université Versailles Saint Quentin en Yvelines fpico@ch-versailles.fr 2ionale du Grodst inte Boehringer Ingelheim Bayer BMS -Pfizer

Plus en détail

Anesthésie du patient coronarien

Anesthésie du patient coronarien Anesthésie du patient coronarien Dr Philippe SARRABAY SAR II DES Anesthésie Réanimation Module Cardiovasculaire Evénements Coronaires Définitions: Mortalité globale Mortalité cardiaque Infarctus du myocarde

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 juin 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 juin 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 06 juin 2007 PLAVIX 75 mg, comprimés pelliculés B/28 (CIP 347 945.7) B/50 (347 946.3) PLAVIX 75 mg, comprimés pelliculés sous plaquette thermoformées B/28 (CIP 350 644.4)

Plus en détail

AOMI. AOMI: définition. Artériopathie oblitérante des 09/11/2010

AOMI. AOMI: définition. Artériopathie oblitérante des 09/11/2010 Artériopathie oblitérante des membres inférieurs () Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire, Hôpital St André, CHU Bordeaux Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications

Plus en détail

URGENCES HYPERTENSIVES

URGENCES HYPERTENSIVES Touggourt le 08 /01/2016 URGENCES HYPERTENSIVES Formation intensive en hypertensiologie Touggourt 24-25-26 Décembre 2015 07-08-09 Janvier 2016 Facebook: Docteurbenaouda INDICATIONS SPECIFIQUES Accident

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

Infarctus périopératoire Journée de L ALIADE

Infarctus périopératoire Journée de L ALIADE Infarctus périopératoire Journée de L ALIADE Samedi 17 novembre 2012 Cas clinique Monsieur P 75 ans ATCD : Dyslipidémie, HTA traitée Activité physique limitée Ostéosynthèse pour fracture du col du Fémur

Plus en détail

Cas clinique n 1. Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire. Indications des nouveaux antiplaquettaires

Cas clinique n 1. Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire. Indications des nouveaux antiplaquettaires Cas clinique n 1 Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire Pierre Fontana Jean-Luc Reny Updates de Médecine interne générale 18 Février 2013 Mr P. 60 ans, aggravation de son angor d effort

Plus en détail

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Département de gynécologie et d'obstétrique Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Quelles évidences épidémiologiques? G. Girardet Nendaz Mars 2000 Plan Introduction

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux

Accidents vasculaires cérébraux Accidents vasculaires cérébraux Introduction Problème de santé publique Entre 120 et 140 000 français par an Source de handicap Mortalité à 5 ans élevée Définition Atteinte du système nerveux central dont

Plus en détail

ENDOCARDITE INFECTIEUSE, ANTI- AGREGANTS et ANTI-COAGULANTS. Marina Dijos CCA Service de Cardiologie du Pr Roudaut

ENDOCARDITE INFECTIEUSE, ANTI- AGREGANTS et ANTI-COAGULANTS. Marina Dijos CCA Service de Cardiologie du Pr Roudaut ENDOCARDITE INFECTIEUSE, ANTI- AGREGANTS et ANTI-COAGULANTS Marina Dijos CCA Service de Cardiologie du Pr Roudaut ENDOCARDITE INFECTIEUSE, ANTI-AGREGANTS et ANTI-COAGULANTS L endocardite infectieuse est

Plus en détail

Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice

Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice I. Objectifs - Connaître les fréquences d'associations des différentes localisations de la maladie athéroscléreuse. - Connaître l'incidence des associations sur

Plus en détail

Echocardiographie et cardiopathies emboligènes. P Raud Raynier Poitiers Janvier 2011

Echocardiographie et cardiopathies emboligènes. P Raud Raynier Poitiers Janvier 2011 Echocardiographie et cardiopathies emboligènes P Raud Raynier Poitiers Janvier 2011 Etiologie des AVC De Castro AJC 2010; 106:1339 Sources cardio emboliques potentielles Risque majeur ACFA IDM récent ATCD

Plus en détail

Fibrillation auriculaire : traitement antithrombotique

Fibrillation auriculaire : traitement antithrombotique La prévention des embolies en cas de fibrillation auriculaire repose avant tout sur un traitement antithrombotique (antivitamine K ou antiagrégant plaquettaire). (n 245, p. 849) Lire aussi les Idées-Forces

Plus en détail

Généralités. Les mécanismes peuvent en être:

Généralités. Les mécanismes peuvent en être: Angine de poitrine Généralités L'insuffisance coronaire résulte d une inadaptation entre les apports et les besoins en oxygène du myocarde: la quantité de sang et/ou d'oxygène apportée au myocarde est

Plus en détail

Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau

Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau Marseille, le 31.01.2013 Les alternatives au DES chez le coronarien diabétique

Plus en détail

Particularités s du patient en fibrillation auriculaire

Particularités s du patient en fibrillation auriculaire Particularités s du patient en fibrillation auriculaire Dolbeau Jean-Baptiste Service d Anesthd Anesthésie sie Réanimation R II, Hôpital du Haut-Lévêque vêque, Groupe Hospitalier Sud, CHU de BORDEAUX Avenue

Plus en détail

Recommandations AHA/ASA AIT/AVC. JN POGGI Pour le Comité Recommandations

Recommandations AHA/ASA AIT/AVC. JN POGGI Pour le Comité Recommandations Recommandations AHA/ASA 2014 - AIT/AVC JN POGGI Pour le Comité Recommandations 1 cet intervenant : a déclaré ses liens d intérêt. Estime qu ils ne peuvent pas influer sur cette présentation Tous les orateurs

Plus en détail

Particularités s du patient en fibrillation auriculaire

Particularités s du patient en fibrillation auriculaire Particularités s du patient en fibrillation auriculaire Alexandre OUATTARA Service d Anesthd Anesthésie sie Réanimation R II, Hôpital du Haut-Lévêque, Groupe Hospitalier Sud, CHU de BORDEAUX Avenue Magellan

Plus en détail

Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international

Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international Janvier 2013 José Labarère 1. Quel est l objectif de cette étude? Comparer

Plus en détail

Que faire en 2012 devant une plaque sténosante découverte lors d un examen par Echo Doppler?

Que faire en 2012 devant une plaque sténosante découverte lors d un examen par Echo Doppler? Que faire en 2012 devant une plaque sténosante découverte lors d un examen par Echo Doppler? Docteur Christian PETITJEAN Unité de chirurgie carotidienne Clinique Alleray-Labrouste PARIS Les sténoses asymptomatiques:

Plus en détail

CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF

CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF Référence du Cas-Clinique- Progressif : Faculté Nom et prénom du rédacteur Nom et prénom du relecteur Spécialité du rédacteur

Plus en détail

TRAUMATISMES FERMÉS DES VAISSEAUX DU COU

TRAUMATISMES FERMÉS DES VAISSEAUX DU COU TRAUMATISMES FERMÉS DES VAISSEAUX DU COU Journées en Traumatologie 07/10/2010 Dr HAUTIN Etienne Introduction Pathologie rare (0,1 %) Mortalité (40 %) et morbidité importantes (80 %) Phase initiale : en

Plus en détail

T H É R A P E U T I Q U E

T H É R A P E U T I Q U E La prévention des accidents vasculaires cérébraux par les antiagrégants plaquettaires : à propos des résultats de l European Stroke Prevention Study 2 (ESPS 2) P. Jaillon* RÉSUMÉ. De nouvelles données

Plus en détail

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Recommandations Problématique - Pratique courante: référence, couverture nécessité de pratique. - Recommandations

Plus en détail

Rétrécissement mitral...15

Rétrécissement mitral...15 Préface Pr Jean ACAR...11 Recommandations...13 La pathologie valvulaire Rétrécissement mitral...15 Insuffisance mitrale Anatomie mitrale et analyse segmentaire des IM...23 Dégénérescence myxoïde ou dégénérescence

Plus en détail

Comment prévoir et traiter la maladie cardio vaculaire chez l hémophile âgé? Pr Jenny Goudemand Lille

Comment prévoir et traiter la maladie cardio vaculaire chez l hémophile âgé? Pr Jenny Goudemand Lille Comment prévoir et traiter la maladie cardio vaculaire chez l hémophile âgé? Pr Jenny Goudemand Lille R 1 Introduction L espérance de vie des hémophiles a été multipliée par 10 dans les 60 dernières années

Plus en détail

a déclaré ses liens d intérêt

a déclaré ses liens d intérêt En cas d artériopathie oblitérante des membres inférieurs asymptomatique ou de découverte de plaques à l examen échodoppler, faut-il mettre en route un traitement? Contre Pr Alessandra BURA-RIVIERE Service

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

Réadaptation après l accident vasculaire cérébral et Unités Neuro Vasculaires

Réadaptation après l accident vasculaire cérébral et Unités Neuro Vasculaires ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 COMMUNIQUÉ au nom de la Commission IV (Maladies cardio-vasculaires) Réadaptation après l

Plus en détail

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Marion ALBOUY-LLATY SF 1ère année 3 novembre 2009 1 Définitions Athérosclérose perte d'élasticité des artères due à la sclérose provoquée

Plus en détail

Une priorité en matière de Santé : les Accidents Vasculaires Cérébraux IDPS

Une priorité en matière de Santé : les Accidents Vasculaires Cérébraux IDPS Une priorité en matière de Santé : les Accidents Vasculaires Cérébraux les Accidents Vasculaires Cérébraux incidence Epidémiologie 1998 2003 2008 /an (%) US 631 700 689 500 755 900 1.8 Europe 633 200 687

Plus en détail

AVC per procédure : Quelle conduite à tenir?

AVC per procédure : Quelle conduite à tenir? AVC per procédure : Quelle conduite à tenir? «Time is muscle» but «Time is brain» too. 3èmes Journées Nationales du GACI jeudi 28 & vendredi 29 mars 2013 - Paris Homme, 54 ans, sans antécédent, tabagisme

Plus en détail

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Erik BOQUET Page 1 04/02/2008 LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX (Docteur Erik BOQUET) 1 RAPPELS Le tissu nerveux est formé de cellules appelées neurones qui ont la particularité de ne pas se reproduire

Plus en détail

ACE. Association des Cardiologues de l'est

ACE. Association des Cardiologues de l'est ACE Association des Cardiologues de l'est Etude de cas cliniques Vote interactif Cas clinique n 4 R. KRAFT M. PICHENE Questions Quel est le risque thrombotique lié à la FA? Dans le traitement anticoagulant

Plus en détail

Complications neurologiques post opératoires. N Bruder Marseille

Complications neurologiques post opératoires. N Bruder Marseille Complications neurologiques post opératoires N Bruder Marseille Un risque d AVC: l anesthésie OR: 3,9 OR: 2,9 G Wong et al. Anesthesiology 2000; 92:425 Chirurgie non cardiaque 0,08 % - 0,7 % AVC post-opératoire

Plus en détail

Echocardiographie avant une Chirurgie non Cardiaque

Echocardiographie avant une Chirurgie non Cardiaque Echocardiographie avant une Chirurgie non Cardiaque C Chauvel Clinique Saint-Augustin Bordeaux Les cardiopathies à risque Valvulopathies sévères (sténosantes) Dysfonction VG sévère Coronaropathie non stable

Plus en détail

Carine Boulon, Joël Constans. Hôpital St André,

Carine Boulon, Joël Constans. Hôpital St André, Artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire, Hôpital St André, CHU Bordeaux AOMI Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution,

Plus en détail

Peut-on prédire la sévérité de l athérome coronaire après analyse des lésions athéromateuses des troncs supra aortiques?

Peut-on prédire la sévérité de l athérome coronaire après analyse des lésions athéromateuses des troncs supra aortiques? Peut-on prédire la sévérité de l athérome coronaire après analyse des lésions athéromateuses des troncs supra aortiques? N. DIAB*, K. LOUNES**, N. MEFTI***, S. MEDJKOUN*, DAIF*, M.HADDAK*, N.ADJEROUD*.

Plus en détail

30 Anniversaire ARMV PACA DJERBA 125/18 Novembre 2012 AOMI / DPC. Laroche Jean Pierre / Christine Jurus

30 Anniversaire ARMV PACA DJERBA 125/18 Novembre 2012 AOMI / DPC. Laroche Jean Pierre / Christine Jurus 30 Anniversaire ARMV PACA DJERBA 125/18 Novembre 2012 AOMI / DPC Laroche Jean Pierre / Christine Jurus Rappel : EPP AOMI Mars 2012 Corinne ELHARAR elharar.corinne@wanadoo.fr Jean Pierre LAROCHE echoraljp@free.fr

Plus en détail

CORONARIEN ET SPORT JC VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE

CORONARIEN ET SPORT JC VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE CORONARIEN ET SPORT JC VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE CAPACITÉS D EFFORT ET PRONOSTIC CHEZ LES «CARDIAQUES» (N = 3679) Myers et al. N. Engl J Med 2002;346 : 793-801 L ENTRAÎNEMENT PHYSIQUE: COMPLÉMENT

Plus en détail