Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables"

Transcription

1 Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables G.M. Saulnier 1, W. Castaing 2 1 Laboratoire EDYTEM (UMR 5204, CNRS, Université de Savoie) 2 TENEVIA (http://www.tenevia.com) Projet FLASH

2 Plan de la présentation 1 Introduction 2 Correction des erreurs 3 Modélisation semi-physique 4 Anticipation des précipitations 5 Conclusions Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 2/33

3 Plan de la présentation 1 Introduction 2 Correction des erreurs 3 Modélisation semi-physique 4 Anticipation des précipitations 5 Conclusions Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 3/33

4 Introduction Problématique Améliorer la justesse, precision et robustesse des prévisions pour des horizons temporels permettant d améliorer la sécurité des personnes et des biens Apports respectifs et complémentarités entre l apprentissage statistique (DBM) et la modélisation physique (PBM) Approche disciplinaire Modélisation par apprentissage statistique avec développement des capacités d adaptativité Modélisation basée sur la description des processus avec procédure de mise à jour des variables de contrôle Quelles sont les complémentarités et les possibilités de synergie? Comment les exploiter? Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 4/33

5 Introduction Problématique Améliorer la justesse, precision et robustesse des prévisions pour des horizons temporels permettant d améliorer la sécurité des personnes et des biens Apports respectifs et complémentarités entre l apprentissage statistique (DBM) et la modélisation physique (PBM) Approche disciplinaire Modélisation par apprentissage statistique avec développement des capacités d adaptativité Modélisation basée sur la description des processus avec procédure de mise à jour des variables de contrôle Quelles sont les complémentarités et les possibilités de synergie? Comment les exploiter? Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 4/33

6 Plan de la présentation 1 Introduction 2 Correction des erreurs 3 Modélisation semi-physique 4 Anticipation des précipitations 5 Conclusions Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 5/33

7 Correction des variables simulées par PBM/DBM Motivations Modèles imparfaits, contraints et forcés par des données incertaines, interaction des sources d incertitudes Erreurs non indépendantes et identiquement distribuées Autocorrélation des résidus principalement déterminée par la structure du PBM Principe Mise à jour des sorties du modèle étant donné les erreurs constatées au cours des pas de temps précédents: forme particulière d assimilation de données Faire le réseau de neurones apprendre les erreurs commises par le modèle en mode simulation afin de pouvoir les corriger en phase de prévision Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 6/33

8 Corrections des erreurs par RN Principe Constater les erreurs commises par le modèle physique Faire apprendre au RN les erreurs du modèle (régularités? systématismes?) Ajouter l erreur calculée par le RN aux calculs du modèle physique. Résultats Le RN n apporte rien en terme d améliorations de la correction triviale du modèle physique. Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 7/33

9 Corrections des erreurs par RN Figure : Erreurs calculées par le RN vs erreur du dernier pas de temps du modèle physique. Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 8/33

10 Corrections des erreurs par RN Principe Constater les erreurs commises par le modèle physique Faire apprendre au RN les erreurs du modèle (régularités? systématismes?) Ajouter l erreur calculée par le RN aux calculs du modèle physique. Résultats Le RN n apporte rien en terme d améliorations de la correction triviale du modèle physique. Modèle physique incertain mais non biaisé? ou mauvaise approche du semi-physique? Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 9/33

11 Autocorrélation des erreurs Figure : Fonction d autocorrélation moyenne de l erreur modèle en mode simulation sur les épisodes disponibles Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 10/33

12 Influence de la connaissance des pluies futures sur cette dépendance? Figure : Comparaison des fonctions d autocorrélation moyennes de l erreur modèle sur les épisodes disponibles en mode simulation et en mode prévision (5h) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 11/33

13 Influence de la connaissance des pluies futures sur cette dépendance? Figure : Comparaison des fonctions d autocorrélation moyennes de l erreur modèle sur les épisodes disponibles en mode simulation et en mode prévision (5h) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 11/33

14 Influence de la connaissance des pluies futures sur cette dépendance? Figure : Comparaison des fonctions d autocorrélation moyennes de l erreur modèle sur les épisodes disponibles en mode simulation et en mode prévision (5h) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 11/33

15 Commentaires... L analyse de l autocorrélation semble indiquer que cette dépendance est renforcée par la méconaissance des pluies à venir...!? Concept d Information Mutuelle Moyenne (théorie de l information), capture les dépendances non-linéaires... Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 12/33

16 Influence de la connaissance des pluies futures sur cette dépendance? Figure : AMI Gardons Figure : AMI Vogue Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 13/33

17 Influence de la connaissance des pluies futures sur cette dépendance? Figure : AMI Gardons Figure : AMI Vogue Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 13/33

18 Influence de la connaissance des pluies futures sur cette dépendance? Figure : AMI Gardons Figure : AMI Vogue Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 13/33

19 Influence de la connaissance des pluies futures sur cette dépendance? Figure : AMI Gardons Figure : AMI Vogue Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 13/33

20 Influence de la connaissance des pluies futures sur cette dépendance? Figure : AMI Gardons Figure : AMI Vogue Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 13/33

21 Commentaires... Apprentissage de l erreur plus complexe en mode prévision (erreur également due à l hypothèse sur les précipitations futures) Résultats plaidant pour une analyse des performances de l apprentissage de l erreur avec connaissance des pluies futures Evaluation avec pluies futures connues afin de vraiment étudier la correction des incertitudes paramétriques et structurelles Comment aider l apprentissage? Quelle autre information peut être utile au réseau de neurones afin de mieux prévoir l erreur que fera le modèle sur les pas de temps suivants? Variables internes du modèle? Quelle type d analyse peut nous indiquer la/les variable(s) pertinente(s)? Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 14/33

22 Commentaires... Apprentissage de l erreur plus complexe en mode prévision (erreur également due à l hypothèse sur les précipitations futures) Résultats plaidant pour une analyse des performances de l apprentissage de l erreur avec connaissance des pluies futures Evaluation avec pluies futures connues afin de vraiment étudier la correction des incertitudes paramétriques et structurelles Comment aider l apprentissage? Quelle autre information peut être utile au réseau de neurones afin de mieux prévoir l erreur que fera le modèle sur les pas de temps suivants? Variables internes du modèle? Quelle type d analyse peut nous indiquer la/les variable(s) pertinente(s)? Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 14/33

23 Commentaires... Apprentissage de l erreur plus complexe en mode prévision (erreur également due à l hypothèse sur les précipitations futures) Résultats plaidant pour une analyse des performances de l apprentissage de l erreur avec connaissance des pluies futures Evaluation avec pluies futures connues afin de vraiment étudier la correction des incertitudes paramétriques et structurelles Comment aider l apprentissage? Quelle autre information peut être utile au réseau de neurones afin de mieux prévoir l erreur que fera le modèle sur les pas de temps suivants? Variables internes du modèle? Quelle type d analyse peut nous indiquer la/les variable(s) pertinente(s)? Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 14/33

24 Selection d autres variables explicatives... Figure : Information mutuelle moyenne pour différentes variables explicatives (Gardons) Figure : Information mutuelle moyenne pour différentes variables explicatives (Vogue) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 15/33

25 Commentaires... Analyse corroborant le sens physique Variables internes du modèle de nature à aider l apprentissage des erreurs commises par le modèle pour des horizons temporels plus lointains Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 16/33

26 Plan de la présentation 1 Introduction 2 Correction des erreurs 3 Modélisation semi-physique 4 Anticipation des précipitations 5 Conclusions Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 17/33

27 Principe et enjeux Utiliser la flexibilité/souplesse de l apprentissage statistique pour réduire l incertitude structurelle/paramétrique Nécessaire de concilier... Arguments de nature physique motivant la modularisation et l hybridation Prise en compte des difficultés liées à la mise en œuvre du modèle semi-physique et à la phase d apprentissage Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 18/33

28 Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 19/33

29 Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 19/33

30 Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 19/33

31 Introduction Correction des erreurs Mode lisation semi-physique Anticipation des pre cipitations Conclusions Informations utilise es pour le transfert vers l extutoire Figure : Gardons distance exutoire Re union FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse Figure : Gardons longueur versants 20/33

32 Introduction Correction des erreurs Mode lisation semi-physique Anticipation des pre cipitations Conclusions Informations utilise es pour le transfert vers l extutoire Figure : Vogue distance exutoire Re union FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse Figure : Vogue longueur versants 20/33

33 Fonctions de transfert calées en mode simulation Figure : Transfert sur les Gardons (V r = 1.57m 3 /s ) Figure : Transfert sur Vogué (V r = 2.55m 3 /s ) Raisons physiques motivant une adaptation du transfert en fonction de l intensité du ruissellement Mais... compensation d autres sources d incertitudes (e.g. variabilité spatiale de la pluie) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 21/33

34 Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 22/33

35 Exfiltration des écoulements hypodermiques Hypothèse TOPMODEL avec Q 0 donné par ( Q b (t) = Q 0 exp D t m do ) m (1) Q 0 = AT 0 exp( λ) (2) Hypothèses de dérivation de cette équation discutables Incertitude parfois traitée par l ajout d un facteur multiplicatif Relation entre débit d exfiltration, déficit moyen et les paramètres de la modélisation par apprentissage statistique Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 23/33

36 Hybridation, modularité et selection de variables... Figure : Information mutuelle moyenne (Gardons) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 24/33

37 Figure : Information mutuelle moyenne (Vogue) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 25/33

38 Plan de la présentation 1 Introduction 2 Correction des erreurs 3 Modélisation semi-physique 4 Anticipation des précipitations 5 Conclusions Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 26/33

39 Prévision TOPMODEL avec hypothèse pluie nulle Figure : Débit observé, simulé et prévu avec augmentation de l horizon de prévision (Vogue) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 27/33

40 Prévision TOPMODEL avec hypothèse pluie nulle Figure : Débit observé, simulé et prévu avec augmentation de l horizon de prévision (Vogue) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 27/33

41 Prévision TOPMODEL avec hypothèse pluie nulle Figure : Débit observé, simulé et prévu avec augmentation de l horizon de prévision (Vogue) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 27/33

42 Prévision TOPMODEL avec hypothèse pluie nulle Figure : Débit observé, simulé et prévu avec augmentation de l horizon de prévision (Vogue) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 27/33

43 Prévision TOPMODEL avec hypothèse pluie nulle Figure : Débit observé, simulé et prévu avec augmentation de l horizon de prévision (Vogue) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 27/33

44 Prévision TOPMODEL avec hypothèse pluie nulle Figure : Débit observé, simulé et prévu avec augmentation de l horizon de prévision (Vogue) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 27/33

45 Prévision TOPMODEL avec hypothèse pluie nulle Figure : Débit observé, simulé et prévu avec augmentation de l horizon de prévision (Vogue) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 27/33

46 Prévision TOPMODEL avec hypothèse pluie nulle Figure : Débit observé, simulé et prévu avec augmentation de l horizon de prévision (Vogue) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 27/33

47 Prévision TOPMODEL avec hypothèse pluie nulle Figure : Débit observé, simulé et prévu avec augmentation de l horizon de prévision (Vogue) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 27/33

48 Prévision TOPMODEL avec hypothèse pluie nulle Figure : Débit observé, simulé et prévu avec augmentation de l horizon de prévision (Vogue) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 27/33

49 Prévision TOPMODEL avec hypothèse pluie nulle Figure : Dégradation rapide de la performance avec l horizon de prévision Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 28/33

50 Dépendance temporelle entre précipitations observées Figure : Fonction d autocorrélation moyenne sur les épisodes disponibles Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 29/33

51 Dépendance temporelle entre précipitations observées Figure : Information mutuelle moyenne sur les épisodes disponibles Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 29/33

52 Anticipation des précipitations par apprentissage statistique Envisageable étant donnée l autocorrelation temporelle observée Devrait contribuer à ralentir la dégradation des performances avec l augmentation de l horizon de prévision Approche modulaire permettant une utilisation pour n importe quelle représentation de la relation pluie-débit (PBM, DBM ou hybride) Travaux réalisés sur la comparaison de différentes approches (ANN, ARMA et K-NN) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 30/33

53 Anticipation des précipitations par apprentissage statistique Figure : Extrait de Toth et al (2000) Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 31/33

54 Plan de la présentation 1 Introduction 2 Correction des erreurs 3 Modélisation semi-physique 4 Anticipation des précipitations 5 Conclusions Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 32/33

55 Conclusions De nombreuses possibilités pour exploiter les complémentarités des deux approches D autres synergies sont possibles mais celles évoquées ne posent pas de difficultés d implémentation. Exploiter les avantages liées à la séparation de la représentation/émulation d une la relation pluie-débit et de l estimation des pluies futures Réunion FLASH - 18 Octobre SCHAPI Toulouse 33/33

Tâche 03 Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables

Tâche 03 Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables 31 décembre 2013 Georges-Marie Saulnier, William Castaings, Anne Johannet, Gérard Dreyfus Tâche 03 Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables Sommaire 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES DEB : DECOUVERTE DU LOGICIEL EVIEWS INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS FORMATIONS METHODES ECONOMETRIQUES VAR : MODELES

Plus en détail

Forum radar hydrométéorologique 2011

Forum radar hydrométéorologique 2011 Forum radar hydrométéorologique 2011 Système d aide à la décision pour la gestion des réseaux d assainissement 24 novembre 2011 Contexte : le ruissellement urbain Les fonctions du système d assainissement

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour la gestion hydraulique intégrée des barrages de Haute-Vilaine

Outil d aide à la décision pour la gestion hydraulique intégrée des barrages de Haute-Vilaine DHI Eau Environnement Santé Conférence francophone ESRI 30 septembre 2009 Outil d aide à la décision pour la gestion hydraulique intégrée des barrages de Haute-Vilaine Samia Mejdi DHI Eau Environnement

Plus en détail

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM.

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM. Projet de recherche franco-marocain : Fonctionnement et ressources hydro-écologiques en région semi-aride (Tensift, Maroc) : Caractérisation, modélisation et prévision Application de la télédétection à

Plus en détail

Analyse des réseaux sociaux et apprentissage

Analyse des réseaux sociaux et apprentissage Analyse des réseaux sociaux et apprentissage Emmanuel Viennet Laboratoire de Traitement et Transport de l Information Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Réseaux sociaux? Réseaux sociaux? Analyse

Plus en détail

Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé

Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé 1 TGR Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé Simon Munier Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l'environnement (AgroParisTech)

Plus en détail

FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE. Mathématiques financières

FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE. Mathématiques financières FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE Mathématiques financières A1. Résoudre des problèmes comportant des intérêts composés dans la prise de décisions financières. [C, L, RP, T, V] Résultat d apprentissage

Plus en détail

Francis JAMBON Laboratoire d Informatique de Grenoble

Francis JAMBON Laboratoire d Informatique de Grenoble Francis JAMBON Laboratoire d Informatique de Grenoble Mise en œuvre de l oculométrie dans différents contextes d usage Analyse ergonomique Tuteurs intelligents IHM adaptatives Interaction via le regard

Plus en détail

Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale

Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale UMR 5564-INPG-UJF/CNRS/IRD Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale Présenté par TRAN Xuan Truong Sous la direction de Thierry PELLARIN et Jean-Paul LAURENT 1

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

Managements des risques industriels : quelques verrous scientifiques et techniques à résoudre pour le futur. Le point de vue d'un industriel.

Managements des risques industriels : quelques verrous scientifiques et techniques à résoudre pour le futur. Le point de vue d'un industriel. Managements des risques industriels : quelques verrous scientifiques et techniques à résoudre pour le futur. Le point de vue d'un industriel. Workshop du GIS 3SGS Reims, 29 septembre 2010 Sommaire Missions

Plus en détail

Exploitation des lames d eau radar : Retour sur 5 ans d utilisation opérationnelle à la CNR. Graff B., CNR

Exploitation des lames d eau radar : Retour sur 5 ans d utilisation opérationnelle à la CNR. Graff B., CNR Exploitation des lames d eau radar : Retour sur 5 ans d utilisation opérationnelle à la CNR Graff B., CNR 1 Plan de l exposé La CNR en bref Les besoins en prévision AEGIR Qualité des LE radar sur le bassin

Plus en détail

PROJET. Département Image et Automatique. O. Déforges H. Guéguen

PROJET. Département Image et Automatique. O. Déforges H. Guéguen PROJET Département Image et Automatique O. Déforges H. Guéguen 1 Organisation du Département Image Automatique (O. Déforges H. Guéguen) (E5) Image (O. Déforges) (E6) Automatique des Systèmes Hybrides (H.

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale David BONACCI Institut National Polytechnique de Toulouse (INP) École Nationale Supérieure d Électrotechnique, d Électronique, d Informatique,

Plus en détail

La banque de données

La banque de données La banque de données Comme les navigateurs du XIXe siècle cherchant à remplir les blancs de la carte La voile est surprenante parce qu elle se déroule dans l incertain, dans une nature évolutive instable,

Plus en détail

Une approche pour un contrôle non-linéaire temps réel

Une approche pour un contrôle non-linéaire temps réel Une approche pour un contrôle non-linéaire temps réel L. Mathelin 1 L. Pastur 1,2 O. Le Maître 1 1 LIMSI - CNRS Orsay 2 Université Paris-Sud 11 Orsay GdR Contrôle des décollements 25 Nov. 2009 Orléans

Plus en détail

Planification et ordonnancement sous incertitudes Application à la gestion de projet

Planification et ordonnancement sous incertitudes Application à la gestion de projet Toulouse, 14 mai 2003 Planification et ordonnancement sous incertitudes Application à la gestion de projet Julien Bidot Plan Séminaire au LAAS Planification de tâches et ordonnancement Domaine d application

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

Hydrologie statistique et reconstitution des régimes naturels

Hydrologie statistique et reconstitution des régimes naturels Hydrologie statistique et reconstitution des régimes naturels Eric SAUQUET Unité de Recherche Hydrologie-Hydraulique Cemagref Lyon 26 avril 2010 Givors Journée «Gestion quantitative de la ressource» Contexte

Plus en détail

Afin de définir les axes d innovation liés à l observation de la Terre dans le domaine des risques naturels et de l agriculture, des «réservoirs d

Afin de définir les axes d innovation liés à l observation de la Terre dans le domaine des risques naturels et de l agriculture, des «réservoirs d 1 Afin de définir les axes d innovation liés à l observation de la Terre dans le domaine des risques naturels et de l agriculture, des «réservoirs d innovation» ont été définis. Ils correspondent à des

Plus en détail

AXES DE RECHERCHE - DOMAINE D'INTERET MAJEUR LOGICIELS ET SYSTEMES COMPLEXES

AXES DE RECHERCHE - DOMAINE D'INTERET MAJEUR LOGICIELS ET SYSTEMES COMPLEXES 1 AXES DE RECHERCHE - DOMAINE D'INTERET MAJEUR LOGICIELS ET SYSTEMES COMPLEXES 2 Axes de recherche L activité du DIM LSC concerne la méthodologie de la conception et le développement de systèmes à forte

Plus en détail

Thèmes et situations : Cadre et conditions de travail. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Cadre et conditions de travail. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : CFP Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Cadre et conditions de travail Fiche

Plus en détail

Ordonnancement robuste et décision dans l'incertain

Ordonnancement robuste et décision dans l'incertain Ordonnancement robuste et décision dans l'incertain 4 ème Conférence Annuelle d Ingénierie Système «Efficacité des entreprises et satisfaction des clients» Centre de Congrès Pierre Baudis,TOULOUSE, 2-4

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

La rugosité arithmétique (Ra), la rugosité quadratique moyenne (Rq) et les normes Lα

La rugosité arithmétique (Ra), la rugosité quadratique moyenne (Rq) et les normes Lα WORKSHOP RUGOSITE Université de Poitiers 11 Octobre 27 La rugosité arithmétique (Ra), la rugosité quadratique moyenne (Rq) et les normes Lα François HENNEBELLE 1,3, Maxence BIGERELLE 2 et Thierry COOREVITS

Plus en détail

Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES

Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES Nous abordons dans ce chapitre l analyse de données statistiques particulières

Plus en détail

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Arnaud Foulquier, Florian Malard, Janine Gibert UMR CNRS 5023, Écologie des Hydrosystèmes Fluviaux Université Lyon 1, Bât. Forel

Plus en détail

Modélisation pluie-débit distribuée avec le logiciel ATHYS

Modélisation pluie-débit distribuée avec le logiciel ATHYS Manuel de Formation Version 2014 Modélisation pluie-débit distribuée avec le logiciel ATHYS Application au Gardon à Anduze SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 1. GENERALITES SUR LES MODELES... 4 1.1. Définitions

Plus en détail

Fouille de données multi-stratégies pour l'extraction de connaissances à partir d'images de télédétection

Fouille de données multi-stratégies pour l'extraction de connaissances à partir d'images de télédétection Fouille de données multi-stratégies pour l'extraction de connaissances à partir d'images de télédétection Cédric WEMMERT* Alexandre BLANSCHE* Anne PUISSANT** *LSIIT UMR 7005 CNRS/ULP Apprentissage et Fouille

Plus en détail

APPORT DES RESEAUX BAYESIENS DANS LA PREVENTION DE LA DELINQUANCE

APPORT DES RESEAUX BAYESIENS DANS LA PREVENTION DE LA DELINQUANCE SûretéGlobale.Org La Guitonnière 49770 La Meignanne Téléphone : +33 241 777 886 Télécopie : +33 241 200 987 Portable : +33 6 83 01 01 80 Adresse de messagerie : c.courtois@sureteglobale.org APPORT DES

Plus en détail

Vous trouvez plus d information sur AREL. ainsi que sur : http://www.eisti.fr/ mma/html-iad/iad.html

Vous trouvez plus d information sur AREL. ainsi que sur : http://www.eisti.fr/ mma/html-iad/iad.html ainsi que sur : http://www.eisti.fr/ mma/html-iad/iad.html Option Deux thèmes : La recherche opérationnelle : Traiter des problèmes d optimisation, d aide à la décision et d évaluation de performances

Plus en détail

Le projet DRIAS : premières études et documents

Le projet DRIAS : premières études et documents Le projet DRIAS : premières études et documents Julien Lémond CNRM / GAME, Météo-France, CNRS Direction de la Climatologie Réunion Comité Utilisateurs, le 29 juin 2010 Plan de la présentation 1 ) Les services

Plus en détail

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS Académie d Orléans 20 novembre 2012 Jean-Paul POLLIN Université d Orléans 1 Observons tout d abord l évolution des taux d endettement public dans quelques pays

Plus en détail

I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11. 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique... 13 1.2 Le plan... 18 1.3 Problème...

I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11. 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique... 13 1.2 Le plan... 18 1.3 Problème... TABLE DES MATIÈRES 5 Table des matières I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique................... 13 1.2 Le plan...................................

Plus en détail

Définition et évaluation d un système de ventilation innovant pour l habitat

Définition et évaluation d un système de ventilation innovant pour l habitat Définition et évaluation d un système de ventilation innovant pour l habitat Journée Thématique «Équipements Énergétiques du Bâtiment» Paris, Qualité énergétique, environnementale et sanitaire : préparer

Plus en détail

Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques

Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques Méthode Analyse Conception Introduction à UML Génie logiciel Définition «Ensemble de méthodes, techniques et outils pour la production et la maintenance

Plus en détail

Choix méthodologiques pour l évaluation économique à la HAS

Choix méthodologiques pour l évaluation économique à la HAS GUIDE MÉTHODOLOGIQUE Choix méthodologiques pour l évaluation économique à la HAS Octobre 2011 1 Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France - F 93218 Saint-Denis La Plaine

Plus en détail

Le portail Drias les futurs du climat

Le portail Drias les futurs du climat Le portail Drias les futurs du climat www.drias-climat.fr Sommaire : Fiche 1 : Drias les futurs du climat : une des mesures phares du plan national d'adaptation au changement climatique Fiche 2 : les informations

Plus en détail

Introduction au datamining

Introduction au datamining Introduction au datamining Patrick Naïm janvier 2005 Définition Définition Historique Mot utilisé au départ par les statisticiens Le mot indiquait une utilisation intensive des données conduisant à des

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ avril 2013 NOTE D INFORMATION LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ En tant qu exploitant des centrales de production d électricité, EDF met en

Plus en détail

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX Vêlayoudom MARIMOUTOU Laboratoire d Analyse et de Recherche Economiques Université de Bordeaux IV Avenue. Leon Duguit, 33608 PESSAC, France tel. 05 56 84 85 77 e-mail

Plus en détail

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Modélisation et simulation du trafic Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Plan de la présentation! Introduction : modèles et simulations définition

Plus en détail

Apprentissage Statistique. Bureau d étude :

Apprentissage Statistique. Bureau d étude : Apprentissage Statistique Bureau d étude : Score d appétence en GRC Hélène Milhem IUP SID M2 2011/2012 Institut de Mathématiques de Toulouse UMR CNRS C5219 Equipe de Statistique et Probabilités Université

Plus en détail

Modélisation Prédictive Robuste

Modélisation Prédictive Robuste INTELLIGENT TECHNOLOGIES Modélisation Prédictive Robuste GENERATE P R E D I C T O P T I M I Z E Découvrir l'essentiel. pour comprendre, prédire et optimiser. est une solution inédite de modélisation et

Plus en détail

Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining

Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining Voici un exemple du processus d application des algorithmes d apprentissage statistique dans un contexte d affaire, qu on appelle aussi data-mining. 1.

Plus en détail

COURS DE STATISTIQUE APPLIQUÉE

COURS DE STATISTIQUE APPLIQUÉE UNIVERSITE PROTESTANTE AU CONGO CENTRE CONGOLAIS-ALLEMAND DE MICROFINANCE COURS DE STATISTIQUE APPLIQUÉE Professeur Daniel MUKOKO Samba daniel_mukoko@yahoo.fr Quelques références Droesbeke, Jean-Jacques,

Plus en détail

Informatique Décisionnelle pour l environnement

Informatique Décisionnelle pour l environnement Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale Unité mixte de recherche AgroParisTech - Cirad - Irstea Informatique Décisionnelle pour l environnement Principe, architecture informatique

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE «FAIRE RESPECTER UNE PROPRIÉTÉ EXPRIMÉE SOUS FORME D AUTOMATE TEMPORISÉ»

RAPPORT DE STAGE «FAIRE RESPECTER UNE PROPRIÉTÉ EXPRIMÉE SOUS FORME D AUTOMATE TEMPORISÉ» Université Joseph Fourier Département Licence Sciences & Technologie RAPPORT DE STAGE «FAIRE RESPECTER UNE PROPRIÉTÉ EXPRIMÉE SOUS FORME D AUTOMATE TEMPORISÉ» VISAN Vlad Laboratoire d accueil : Verimag

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

La plate-forme de modélisation et simulation

La plate-forme de modélisation et simulation La plate-forme de modélisation et simulation Hélène Raynal U-MIAT, INRA, Toulouse 1 / 25 Plan Eléments de contexte Les spécifications qui ont prévalu à la mise en place de la solution Principaux services

Plus en détail

Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration.

Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration. Contacts : jean-martial.cohard@ujf-grenoble.fr AMA Fall Meeting 2013 Toulouse, 22-24 janvier Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration.

Plus en détail

AVERSIONRISK Rôle de l'aversion au risque des agriculteurs dans l'utilisation de pesticides et implications pour la régulation

AVERSIONRISK Rôle de l'aversion au risque des agriculteurs dans l'utilisation de pesticides et implications pour la régulation AVERSIONRISK Rôle de l'aversion au risque des agriculteurs dans l'utilisation de pesticides et implications pour la régulation D. Bougherara, INRA, UMR 1135 LAMETA, F-34000 Montpellier, France APR 2009

Plus en détail

Mesure agnostique de la qualité des images.

Mesure agnostique de la qualité des images. Mesure agnostique de la qualité des images. Application en biométrie Christophe Charrier Université de Caen Basse-Normandie GREYC, UMR CNRS 6072 Caen, France 8 avril, 2013 C. Charrier NR-IQA 1 / 34 Sommaire

Plus en détail

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Alexandre Nassiopoulos et al. Journée d inauguration de Sense-City, 23/03/2015 Croissance de la demande énergétique et

Plus en détail

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Nicolas Parent, département des Marchés financiers Il est généralement reconnu aujourd hui qu une grande

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Coup de Projecteur sur les Réseaux de Neurones

Coup de Projecteur sur les Réseaux de Neurones Coup de Projecteur sur les Réseaux de Neurones Les réseaux de neurones peuvent être utilisés pour des problèmes de prévision ou de classification. La représentation la plus populaire est le réseau multicouche

Plus en détail

Présentation. Intervenant EURISTIC. Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé

Présentation. Intervenant EURISTIC. Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé Atelier ORAS Pilotage des rémunérations variables Groupe RH&M Le volet informatisation Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé EURISTIC 4 février 2010 Présentation Intervenant EURISTIC Jean-Louis BAUDRAND

Plus en détail

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 Contenu de la présentation Une conséquence du développement urbain La charge hydraulique provenant d une pluie La gestion des eaux pluviales

Plus en détail

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone...

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone... Liste des notes techniques.................... xxi Liste des encadrés....................... xxiii Préface à l édition internationale.................. xxv Préface à l édition francophone..................

Plus en détail

ESPADA : Un outil innovant pour la gestion en temps réel des crues urbaines

ESPADA : Un outil innovant pour la gestion en temps réel des crues urbaines ESPADA : Un outil innovant pour la gestion en temps réel des crues urbaines ESPADA : An innovative tool for real time urban flood management Raymond M.*, Peyron N.*, M. Bahl*, A. Martin***, F. Alfonsi

Plus en détail

Liste des résultats d apprentissage et indicateurs de rendement

Liste des résultats d apprentissage et indicateurs de rendement ANNEXE Mathématiques appliquées 3232 Liste des résultats d apprentissage et indicateurs de rendement (incluant les pages de au programme d études) PROGRAMME D ÉTUDES - MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES 3232 (2013)

Plus en détail

Internet et commerce électronique Présentation du numéro P-J. Benghozi, C. Licoppe, A. Rallet

Internet et commerce électronique Présentation du numéro P-J. Benghozi, C. Licoppe, A. Rallet Internet et commerce électronique Présentation du numéro P-J. Benghozi, C. Licoppe, A. Rallet Ce numéro de Réseaux paraît à un moment où les perspectives de l internet et du commerce électronique semblent

Plus en détail

CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU

CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU Franck WANERT Expert Judicaire docteur en géologie Un sol se sature en passant d un état tri-phasique à un état bi-phasique C est-à-dire qu

Plus en détail

Les logiciels présents partout dans le monde de l entreprise, dans la recherche et dans la vie quotidienne

Les logiciels présents partout dans le monde de l entreprise, dans la recherche et dans la vie quotidienne Les logiciels présents partout dans le monde de l entreprise, dans la recherche et dans la vie quotidienne Nicolas Dzik Altran Sud Ouest nicolas.dzik@altran.com Les rencontres de l AVAMIP Toulouse, 2 octobre

Plus en détail

Projet ANR SAMOGWAS. Specific Advanced MOdels for Genome-wide Association Studies. Journée de lancement officielle. Nantes - vendredi 11 octobre 2013

Projet ANR SAMOGWAS. Specific Advanced MOdels for Genome-wide Association Studies. Journée de lancement officielle. Nantes - vendredi 11 octobre 2013 Projet ANR SAMOGWAS Specific Advanced MOdels for Genome-wide Association Studies Journée de lancement officielle Nantes - vendredi 11 octobre 2013 1 Les partenaires LINA Nantes GIGA-R Liège INSERM Nantes

Plus en détail

!-.!#- $'( 1&) &) (,' &*- %,!

!-.!#- $'( 1&) &) (,' &*- %,! 0 $'( 1&) +&&/ ( &+&& &+&))&( -.#- 2& -.#- &) (,' %&,))& &)+&&) &- $ 3.#( %, (&&/ 0 ' Il existe plusieurs types de simulation de flux Statique ou dynamique Stochastique ou déterministe A événements discrets

Plus en détail

Quelles sont les principales stratégies pédagogiques?

Quelles sont les principales stratégies pédagogiques? - 1 - Quelles sont les principales stratégies pédagogiques? Les définitions sont issues des sources suivantes : LEGENDRE, Renald. Dictionnaire actuel de l éducation, 2 e édition. Montréal, Éditions Guérin.

Plus en détail

Chapitre 1. L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de :

Chapitre 1. L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : Chapitre 1 L intérêt Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Comprendre la notion générale d intérêt. 2. Distinguer la capitalisation à intérêt simple et à intérêt composé. 3. Calculer la

Plus en détail

École Doctorale Cerveau et Coginition Laboratoire d InfoRmatique en Images et Systèmes d information LIRIS - UMR CNRS 5205 - Équipe TURING

École Doctorale Cerveau et Coginition Laboratoire d InfoRmatique en Images et Systèmes d information LIRIS - UMR CNRS 5205 - Équipe TURING Université Lumière Lyon2 École Doctorale Cerveau et Coginition Laboratoire d InfoRmatique en Images et Systèmes d information LIRIS - UMR CNRS 5205 - Équipe TURING UNE MODÉLISATION ÉVOLUTIONNISTE DU LIAGE

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure Introduction CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - La mesure d une résistance s effectue à l aide d un multimètre. Utilisé en mode ohmmètre, il permet une mesure directe de résistances hors

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Rapport sur l offre de formation «master» Conservatoire national des arts et métiers (CNAM)

Section des Formations et des diplômes. Rapport sur l offre de formation «master» Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) Section des Formations et des diplômes Rapport sur l offre de formation «master» Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Rapport sur l offre

Plus en détail

IFT6561. Simulation: aspects stochastiques

IFT6561. Simulation: aspects stochastiques IFT 6561 Simulation: aspects stochastiques DIRO Université de Montréal Automne 2013 Détails pratiques Professeur:, bureau 3367, Pav. A.-Aisenstadt. Courriel: bastin@iro.umontreal.ca Page web: http://www.iro.umontreal.ca/~bastin

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

Synergies de coûts Philippe Queuille Directeur général Opérations et Pilotage de la réorganisation de l organe central, membre du directoire

Synergies de coûts Philippe Queuille Directeur général Opérations et Pilotage de la réorganisation de l organe central, membre du directoire 17 juin 2011 Journée Investisseurs Crédit Synergies de coûts Philippe Queuille Directeur général Opérations et Pilotage de la réorganisation de l organe central, membre du directoire Avertissement Cette

Plus en détail

The capital asset pricing model and the liquidity effect: A theoretical approach G. Jacoby, D.J. Fowler, A.A. Gottesman

The capital asset pricing model and the liquidity effect: A theoretical approach G. Jacoby, D.J. Fowler, A.A. Gottesman The capital asset pricing model and the liquidity effect: A theoretical approach G. Jacoby, D.J. Fowler, A.A. Gottesman Présenté par : Laurette IVAIN Ouafae BACHIRI Simon PAYAN Médéric de VINCELLES Groupe

Plus en détail

Projet PLUME/RELIER. Un outil au service des laboratoires http://www.projet-plume.org/relier. Violaine Louvet

Projet PLUME/RELIER. Un outil au service des laboratoires http://www.projet-plume.org/relier. Violaine Louvet Projet PLUME/RELIER Un outil au service des laboratoires http://www.projet-plume.org/relier Violaine Louvet Institut Camille Jordan Université Lyon 1 & CNRS http://www.projet-plume.org/ V.Louvet (ICJ /

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Antoine BOUBAULT Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Introduction Contexte Sortie fluide Récepteur (Matériaux absorbeurs) Entrée fluide Héliostats (Matériaux réflecteurs) Accroissement la durée de vie des matériaux

Plus en détail

Variations de la circulation océanique dans l'atlantique Nord depuis 1955 : modèle global NEMO ORCA ½ avec rappel aux données in situ

Variations de la circulation océanique dans l'atlantique Nord depuis 1955 : modèle global NEMO ORCA ½ avec rappel aux données in situ Variations de la circulation océanique dans l'atlantique Nord depuis 1955 : modèle global NEMO ORCA ½ avec rappel aux données in situ T. Huck, P. Bellec, R. Dussin, F. Gaillard, J.-M. Molines, A. M. Treguier

Plus en détail

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques - ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 PLAN DE LA CONFERENCE Introduction à l Analyse économique - Maximisation

Plus en détail

Yannick Prié UFR Informatique Université Claude Bernard Lyon 1 M1 MIAGE SIMA / M1 Informatique MIF17 2008 2009

Yannick Prié UFR Informatique Université Claude Bernard Lyon 1 M1 MIAGE SIMA / M1 Informatique MIF17 2008 2009 Yannick Prié UFR Informatique Université Claude Bernard Lyon 1 M1 MIAGE SIMA / M1 Informatique MIF17 2008 2009 Notion de méthode de conception de SI Méthodes OO de conception Généralités sur les méthodes

Plus en détail

Utilisation de l environnement d optimisation DAKOTA

Utilisation de l environnement d optimisation DAKOTA UTC, ESI 50 Utilisation de l environnement d optimisation DAKOTA Rajan Filomeno Coelho Laboratoire de Mécanique Roberval, UTC CNRS, UMR 6253 Université de Technologie de Compiègne rfilomen@utc.fr http://www.utc.fr/~rfilomen/esi50/

Plus en détail

Simulation déterministe du canal de propagation UWB et Radio Cognitive

Simulation déterministe du canal de propagation UWB et Radio Cognitive Journées scientifiques CNFRS URSI Vers des radiocommunications reconfigurables et cognitives 28 et 29 mars 2006 Simulation déterministe du canal de propagation UWB et Radio Cognitive B. Uguen, F. Tchoffo

Plus en détail

3.2.2. Prévision et gestion des crues en Valais : le projet MINERVE

3.2.2. Prévision et gestion des crues en Valais : le projet MINERVE 3.2.2. Prévision et gestion des crues en Valais : le projet MINERVE Dominique BÉROD (Etat du Valais- service des routes et des cours d eau) Dominique Bérod présente MINERVE, un programme récent en Valais

Plus en détail

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Attitude des ménages face au risque - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Plan du cours 1. Introduction : demande de couverture et comportements induits pa 2. Représentations

Plus en détail

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES drainage Micro Drainage QUELS SONT LES DOMAINES D APPLICATION DE XPSWMM? Gestion des eaux pluviales: Modélisation

Plus en détail

ECCLAIRA. Etat d avancement au 20 janvier. Pierrick YALAMAS, chargé de mission Energie-Climat Rhônalpénergie-Environnement. Certifié ISO 14001

ECCLAIRA. Etat d avancement au 20 janvier. Pierrick YALAMAS, chargé de mission Energie-Climat Rhônalpénergie-Environnement. Certifié ISO 14001 DR DR R.Vezin ECCLAIRA Evaluation du Changement Climatique, ses Adaptations et Impacts en Rhône-Alpes : partenariat opérationnel entre équipes de recherche et collectivités territoriales Etat d avancement

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail