6 quai de Paris Strasbourg BILAN. Rapport moral Rapport d activité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "6 quai de Paris - 67000 Strasbourg - 03 88 21 96 62 BILAN. Rapport moral Rapport d activité"

Transcription

1 6 quai de Paris Strasbourg BILAN 2010 Rapport moral Rapport d activité

2 Sommaire Rapport moral Rapport d activité Vie Associative 1 Diffusion et promotion Revue le Furet Revue Enfants d Europe Edition en partenariat Le site internet Formation introduction Formations catalogue Formations sur site JE organisées par le Furet Interventions lors de JE ou de Forums Soirées-débat et conférences Recherches sur les lieux d Accueil Enfants Parents Débusquer la discrimination... Accompagnement d équipes et de projets Projets en ligne Réseau petite enfance et intégration & Newsletter Réseau ou partenariat Médiathèque

3

4 Rapport d activité

5 Vie Associative Un constat nécessaire Beaucoup de personnes d horizons divers contribuent à la bonne marche de l association. Par leur travail, qu ils soient salariés ou bénévoles, ils permettent de multiplier, par la formation, l édition, le site internet, les effets sur le secteur de la Petite Enfance. La petite équipe de salariés qui s impliquent de façon importante dans leur travail voit leurs actions majorées par toutes les bonnes volontés qui les accompagnent tout au long de l année. 30 janvier 2010 : Une rencontre enthousiasmante Qu ils soient salariés, membres du comité de rédaction, membres du comité d administration, et bénévoles, par leurs actions, ils permettent d engager efficacement l association dans la protection de la Petite Enfance. Dans le but de partager et de redéfinir ensemble les valeurs qui nous unissent et sur lesquelles l association se fonde, une rencontre avec toutes les personnes volontaires a eu lieu le 30 janvier personnes ont répondu à l appel. Se connaître Les personnes présentes, salariés, retraités de l éducation nationale, de l industrie, personnes actives directrices de crèches, ou d écoles maternelles, conseillers pédagogiques, psychologues, ont participé activement à la journée de rencontre. En début de matinée, par le biais de jeux de photos, elles ont pu découvrir les hommes et les femmes qui s impliquent dans l association. Qui sont-elles? Quelles passions les animent? Quelles sont leurs implications dans le Furet? Pour quelles raisons sont-elles présentes? Toutes y trouvent de la chaleur, de l humanité, une nécessité de mettre en commun des compétences au service des enfants. Elles sont arrivées dans l association de diverses façons, mais c est essentiellement par la rencontre avec Marie Nicole Rubio, la directrice que les liens se sont créés. Se reconnaître dans les valeurs de l association La deuxième partie de la matinée a permis, par groupes, de réfléchir aux valeurs de l association en favorisant la rencontre entre le personnel et les membres de l association. Ce temps a permis de se réapproprier et de redéfinir l identité du Furet par le biais de la page de présentation de l association sur le site internet. Il s agissait également par cette approche de construire de nouvelles pistes de travail pour l avenir. 1

6 Différentes notions ont été abordées : La notion de réseau d échange de partenariat de partage au cœur des valeurs de l association, dédiée à l enfance et tous les réseaux d acteurs et de chercheurs avec des valeurs humanistes. La notion de coéducation. La notion de veille, d écoute, d observation, d éclaireur, de passeur d idées, d éveilleur de conscience, nécessaires pour aider les professionnels de la Petite Enfance à créer leurs propres outils. La notion de dynamisme de l association et sa capacité d évolution. La dimension européenne à mettre davantage en perspective pour nos partenaires. Il en ressort qu il s agit de mettre en adéquation les valeurs de l association avec les objectifs et mettre en œuvre des actions adaptées. Cette adéquation doit se faire par l analyse de l organisation de l association. Ce temps de rencontre a été vécu comme un temps fort pour l association. Il a donné l occasion de découvrir ou de redécouvrir autrement les personnes présentes. Des rencontres statutaires L assemblée générale Au-delà des différentes présentations obligatoires durant l assemblée générale, le travail réalisé lors de la rencontre du 30 janvier sur les valeurs de l association a permis de redéfinir, avec toutes les personnes présentes, les articles 2 et 3 des statuts fondateurs de l association. L assemblée générale extraordinaire Article 2 : - L association le Furet a pour vocation de favoriser les échanges entre professionnels de la Petite Enfance, parents, acteurs sociaux et toutes personnes concernées pour permettre à chaque enfant de grandir et de se socialiser dans les meilleures conditions. Ces échanges se déclinent à travers l information, la formation, la communication, la recherche et la mise en commun de pratiques pour enrichir la réflexion sur les démarches éducatives favorisant l implication des familles de toutes origines, en Europe et ailleurs. Article 3 : - Les moyens d action de l association sont : LA COMMUNICATION - Les publications o Une lettre d informations électroniques sur l'actualité nationale et internationale en matière de Petite Enfance. o La revue "Le Furet". o La revue "Enfants d'europe" o Des ouvrages et outils de formation - Le site internet LES FORMATIONS LES COLLOQUES 2

7 LA RECHERCHE L ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS LA MEDIATHEQUE Et tout autre moyen, jugé pertinent pour atteindre les objectifs de l association. Les conseils d administrations 8 conseils d administration et des commissions spécifiques ont eu lieu tout au long de l année pour traiter différents points : Les subventions La situation financière Les chantiers en cours et à venir La gestion du personnel La recherche de nouveaux partenaires Le relookage de la revue Furet La formation L édition Les entretiens avec les salariés Les entretiens avec les salariés et les membres du CA ont permis de montrer combien les salariés sont attachés à leur travail dans l association. Une bonne entente règne au sein de l équipe. La coopération est loin d être un vain mot au sein de l association! 3

8 4

9 Diffusion et promotion Contexte Si 2009 était l année «EECERA», sous les couleurs de la charte graphique Engrenage déclinées sur l ensemble de la COM le Furet, y compris le site l année 2010 est l année de la rénovation de ce dernier avec l apparition notamment de la e-boutique du Furet réalisée avec l aide de Denislav Nicolov (entreprise NETTY). A partir de février et avec Roger Dietz (toujours bénévole et jamais bien loin lorsque le Furet entreprend des travaux informatiques de fond ) nous nous sommes familiarisés avec MAGENTO par le transfert du contenu de l ancien site en adaptation et réécriture partielle et la saisie des produits & services du Furet dans la partie e- boutique. Depuis mai 2010, site et boutique n ont cessé d évoluer, d élargir leur offre (nouveau programme formation, Newsletters, Lettres nouveautés et animations de la Médiathèque, documents téléchargeables ) et de se développer au fils des bugs de paramétrage, des besoins Le site est devenu une préoccupation centrale du poste COM, particulièrement chronophage en sa mise en place et ses débuts, mais qui le restera également dans la durée. Elle est devenue incontournable aujourd hui, puisque c est sur elle que reposent les communications du Furet, mais surtout les produits en vente dont le processus doit se dérouler sans faille jusqu au traitement de la commande, en passant par le paiement, la facturation et le transfert des factures en comptabilité. Les colloques En 2010 le Furet a augmenté sa présence en colloques par rapport à 2009, dans les régions France (Perpignan, Cannes, Paris et région, Lyon et région, Brest, Toulon, Grenoble, Brumath ), soit une vingtaine de colloques sur l année. Riches de nos expériences passées, nous affinons notre choix colloques selon le thème du colloque toujours, mais également en tenant un peu plus compte du ratio 5

10 investissement/rentabilité (delta entre frais d envois colis, préparation des stands, déplacements, restauration, hébergement des standistes et ce qu ils rapportent). A savoir qu en dehors d un gain en notoriété difficilement mesurable le Furet ayant acquis plutôt bonne presse, du développement et entretient de partenariats, les colloques ne génèrent que peu de bénéfices. Exception faite des grands colloques type TPMA, qui en 2010 ont cumulé la participation de standistes résidants sur place, la présence active de Sylvie Rayna (comme standiste mais essentiellement intervenante en colloque, membre active du comité de rédaction le Furet et fervente ambassadrice de la revue pour, lors de ses interventions, faire souvent référence aux articles parus dans nos revues), la motivation des membres de l association «lire à Paris» ou du «Réseau Idéal» (accessoirement auteurs du Furet). A leur demande, nous en sommes venus à prévendre les furets et abonnements avec des flyers présentant articles et sommaires à venir Un partenariat à conserver, à développer sur les principes sur d autres régions de France (le Sud, Lyon ) parmi nos partenaires (écoles, formateurs, associations). Ont été également très actifs en 2010, nos membres bénévoles de l association ainsi que notre partenaire ESSSE A noter que les colloques génèrent réellement de la vente «d ouvrages» qu en cas de sortie nouveauté Nombre total de colloques : 20 (15 en 2009, 19 en 2008) Nombre de plaquettes distribuées : environ 3000 (comme les années passées) Nbre de revues vendues : 336 (636 en 2009, 167 en 2008) Nbre d'abonnements vendus : 19 (72 en 2009, 18 en 2008) Nombre d'ouvrages vendus : 28 (63 en 2009, 25 en 2008) De l'écoute au respect : 4 (27 en 2009) Une crèche pour apprendre à vivre ensemble : 2 (17 en 2009) Les tout petits ont-ils des préjugés : 3 (2 en 2009) Parents professionnels «la coéducation en question» : 19 (nouveauté 2010) 6

11 Les partenariats Les partenariats restent indispensables pour l association car ils permettent de développer la diffusion d informations et de «publicités» et ce à des coûts très faibles. Colloques et insertions de plaquettes La participation du Furet à des colloques (stand ou diffusion de plaquettes) sur 2010 est restée gratuite. - En 2010 la revue le Furet a continué de parler de ses partenaires dans ses rubriques information : PIKLER, ANTHEA, ENFANCE ET MUSIQUE, AFORE, ANDPE, EECERA, OREE, PARENTEL, SPIRALE, PSYCHASOC, ANPASE, ERES Les partenariats avec les financeurs Nos financeurs et partenaires institutionnels sont toujours destinataires de plusieurs exemplaires de nos revues. Partenariat avec la revue Les métiers de la Petite Enfance Les échanges se poursuivent. Le Furet fournit aux Métiers de la Petite Enfance un article sur les différents modes d accueil dans les pays d Europe fournis par nos partenaires Enfants d Europe et des brèves européennes, et ce, une fois par trimestre. - N 159 (mars 2010) : a été proposé un article de Roger Prott sur «l aventure d Enfants d Europe», son origine, son lectorat, son fonctionnement et ses batailles. - N 163 (juillet-août 2010) a été proposé un article du partenaire grec Enfants d Europe Erasmia Zotou, sur la revue «Ponti», comme support de cours en classe maternelle. - N 167/168 (décembre 2010) a été proposé un article de Corinna Westphal «L expert en casiers à couches», dans lequel elle relate un rituel qui aboutit à un apprentissage de la parole pour l enfant et qui se transforme en acquis professionnels pour son éducatrice. Partenariat avec le Regroupement des centres de la Petite Enfance de la Montérégie, Québec L'association à but non lucratif de services de garde à la Petite Enfance, de la Montérégie, a contribué à la rédaction de chaque Furet 2010 et diffuse toujours nos revues au Québec, rendue possible également, directement à partir de notre site ce qui nous a amenés à mentionner dès la page d accueil le partenariat avec l association. Les «pays francophones», un axe à développer pour prendre une autre ampleur et augmenter notre lectorat 7

12 8

13 Revue le Furet Les acteurs Le Comité de Rédaction Il se réunit régulièrement, une dizaine de fois par an. Il détermine (avec l aval du CA) les thématiques, la manière avec laquelle celles-ci sont traitées, recherche les auteurs et effectue une relecture des articles avant édition. La vente d'espaces publicitaires Elle reste un des meilleurs moyens de baisser les coûts de production de la revue le Furet. Un axe de travail laissé pour compte en 2010 (faute de temps), mais repris début 2011 par Yvette Hamada Sur 2010 nous avons pu reconduire le contrat avec CAT'Pattes, présent sur les couvertures des Furets N 61 et N 63. Sur le N 62, a été présenté le colloque des 3, 4 octobre 2011 TPMA (en échange du stand sur leur colloque juin 2010). En 2009 nous envisagions la "vente d'espaces publicitaires" en colloque, en invitant et formant nos "standistes" à faire connaître l'association et nos offres espaces publicitaires aux autres exposants Une idée qui n a pu se mettre en place en 2010, qui n est pas abandonnée pour autant. Conclusion : Le bilan 2010 sur ce sujet est identique à celui des années précédentes : la recherche et la vente d espaces publicitaires auprès d annonceurs en adéquation avec la ligne éditoriale de la revue sont à intensifier. Les changements sur 2010 En 2010, la revue Le Furet poursuit sa course, à raison d'une quinzaine d'articles par numéro et par dossier et ses 60 pages. Photos et illustrations dont celles de Clotilde Perrin se succèdent. 9

14 Les abonnements en vente et au numéro en 2010 Bien que toujours insuffisant, le nombre d abonnés au Furet a, en 2010, repassé audessus de la barre des 600 abonnés. 625 abonnés au total sur le N 63, résultats des actions qui ont été entreprises dès janvier 2009 (et à intensifier) à savoir : Une intensification de la Com autour de la revue : l annonce systématique de la sortie des nouveaux Furets, au fichier presse passé à environ 350 adresses, ainsi qu à notre fichier lecteurs «Newsletter», «pré-vente» sur les stands en colloque Une optimisation de notre service gestion des suivis d abonnement plus de relances avant (et après) échéances abonnements, un meilleur traitement des NPAI. Les ventes au numéro du Furet se poursuivent à raison de 5 à 6 numéros de plus d un an par semaine (via le site internet et plaquettes le furet en circulation). Ces dernières (intègrent les ventes colloques moitié moins importantes qu en 2009) et peuvent être aussi imputées aux facilités Magento. A savoir, que de plus en plus, sur nos pages du site, nous intégrons ventes croisées/incitatives (sur un sujet donné nous rappelons les numéros antérieurs, les produits ou services, pouvant éclairer le même sujet). Diffusion des numéros parus en 2008, 2009, 2010 Furet N 55 N 56 N 57 N 58 N 59 N 60 N 61 N 62 N 63 Abonnés Vente au numéro Hors colloques Evolution des abonnements de 2009 à

15 Typologie des abonnés en % Les abonnés au Furet sont essentiellement «des professionnelles (féminin à 97%), agées en moyenne de 49 ans, recevant la revue sur leur lieu de travail où elles le lisent en 2h et se passent facilement la revue de mains en mains», selon l enquête de lectorat menée en 2010 par la stagiaire M-H. Sudres - IUT R. Schumann. Ce travail a été complété fin d année, de réunions «édition» du Comité d Administration afin de jeter les bases d un furet relooké, rajeuni, demande émanant de l enquête d une part, mais susceptible de répondre aussi à notre problématique augmenter notre lectorat en intéressant un public plus jeune. A noter sur le tableau ci-dessus, les structures d accueil sont en nette hausse 32% du lectorat (23% en 2009). Les N du Furet parus en 2010 Furet N 61 Printemps 2010 Se former à ne pas formater Furet N 62 Eté 2010 Avant de marcher toute une aventure Furet N 63 Hiver , 2, 3, On joue!!! 11

16 12

17 Revue Enfants d'europe Les acteurs Le Comité de Rédaction Le Comité de Rédaction d Enfants d Europe s est réuni à deux reprises en Une première fois en mars, à Turin, à l occasion d un congrès, puis à Budapest en octobre. Après la présidence Perrine Humblet (Belgique), c est Roger Prott qui a repris le flambeau fin Le soutien financier de la fondation Bernard van Leer La subvention de la Fondation a été renouvelée pour une période de deux ans. Une approche européenne de la Petite Enfance Cette déclaration est complétée maintenant par des dossiers, dont le premier principe concerne «L accès pour tous» réalisé par Perrine Humblet. Le principe numéro 7 sur «L évaluation» a donné lieu à un dossier réalisé par Tullia Musatti. Les dossiers seront prochainement traduits et pourront donner lieu à des articles et à des mises en ligne. Les thématiques de la revue à venir Thématiques 2011 : - EDE N 20 : l accueil des enfants de moins de trois ans - EDE N 21 : Compétences croisées La promotion d Enfants d Europe Pour consolider et développer son lectorat, le collectif envisage des opérations de marketing. Des calicots et des affichettes pour tous les partenaires ont été réalisés. En France notre promotion est liée à celle du Furet. Les partenaires Nous sommes actuellement 14 partenaires Espagne, Italie, Grèce, Croatie, Pologne, Danemark, Allemagne, Hollande, Belgique flamande, Belgique francophone, Royaume Uni, Portugal, Hongrie et France. Les Suédois et Norvégiens n ont pas donné suite à leur engagement. 13

18 Diffusion des numéros parus en 2008, 2009, 2010 Les abonnés d Enfants d Europe étant sensiblement les mêmes que ceux du Furet, ces derniers pâtissent des mêmes baisses. Enfants d'europe N 14 N 15 N 16 N 17 N 18 N 19 Abonnés Vente au numéro hors colloques Evolution des abonnements de 2009 à 2010 Les N d'enfants d'europe parus en 2010 Enfants d'europe N 18 Printemps 2010 Pédagogie contextuelle : environnements, communauté et services pour jeunes enfants Enfants d'europe N 19 Hiver 2010 Jouer en plein air 14

19 Editions en partenariat "De l'écoute au respect, Communiquer avec les enfants '' Il s agit du troisième et dernier ouvrage de la convention entre Le Furet, l ACEPP et l ESSSE. Traduction et relectures du livre du néerlandais au français ont eu lieu courant L'ouvrage est sorti au printemps Ventes Erès Ventes Le Furet dont L'ESSSE Total Ventes en Ventes en Ventes en Ventes en Une Crèche pour apprendre à vivre ensemble Cet ouvrage du Furet (co-éditeur Eres) paru en automne 2008, a bénéficié : d'une note de lecture parue dans le Furet n 57 de l annonce de la sortie du livre sur le site Internet et auprès de nos réseaux de la présentation et la vente sur des colloques, notamment lors de la Journée d'eude organisée par le Furet avec le soutien de L'Acsé et du REAAP 67 : La place de l'educatif dans les LAEP - l'expérience italienne - Tullia Musatti. 15

20 Ventes Erès Ventes Le Furet TOTAL Ventes en (dont 100 sans droits) Ventes en Ventes en Parents-professionnels : la coéducation en question Un ouvrage (co-éditeur Eres) rédigé suite à la journée sur «la coéducation» réalisée en 2009 par : Sylvie Rayna, Marie-Nicole Rubio, Henriette Scheu. Avec la participation de : Gilles Brougère, Nathalie Fraïoli, Pascale Garnier, Frédéric Jésu, Miwako Hoshi-Watanabe, Françoise Hurstel, Susanna Mayer, Tullia Musatti, Gérard Neyrand, Mariacristina Picchio, Griet Roets et Michel Vandenbroeck. L objectif de cet ouvrage est de faire avancer la connaissance des significations et des dynamiques interactives dans les processus éducatifs de la Petite Enfance aujourd hui. Les auteurs explicitent les perspectives politiques et éthiques qui fondent les approches de collaboration et de participation. Ils fournissent outils théoriques et exemples de dispositifs et de pratiques pouvant aider les professionnels de la Petite Enfance dans leurs tâches éducatives et leur travail avec les parents. Ils montrent que des politiques publiques en faveur de l implication parentale sont possibles dans les services de la Petite Enfance. Ventes Erès Ventes Le Furet TOTAL Ventes en

21 Le site Internet : Contexte En Mai 2010 a été effectuée la migration du site L ancienne version du site étant visible chez Trusttelecom de janvier à mai (en bleu), et le nouveau site (boutique intégrée) hébergé chez Netty à compter de mai jusqu en décembre 2010 et aujourd hui. En période de migration (mai) les sites étaient visibles dans les deux versions à partir des deux hébergeurs, (temps de recouvrement de quelques jours) durant lequel des fréquentations ont été enregistrées sur les deux sites. D où une colonne total 2010 en rouge ayant été hors normes Furet, sous l influence exceptionnelle et internationale de EECERA, nous avons volontairement conservé les chiffres 2008, année plus traditionnelle comme base de référence. Nombre de visites différents : Année (12mois ) Année (12mois ) Janv. à mai (5mois) Mai à déc. (8mois) Total /mois 3797/mois /mois Depuis 2009 nous avions grâce à EECERA sensiblement augmenté la fréquentation de notre site (pic août 2009 à 5362 visites/mois), dont nous en enregistrons encore les bienfaits sur janvier 2010 soient 3874 visites/mois, dont «EECERA accueil» : 1851 pages vues lors de 56 entrées, suivies de la «Newsletter N 45» : 400 pages vues en 275 entrées, de l édition «le Furet N 61» : 333 pages vues en 136 visites, les pages informatives génériques sur l édition, l association, suivies de 97 pages visitées à la bibliothèque qui refait son apparition dans les statistiques fréquentations. Les autres pics de fréquentations (prêt de 3000 visites/mois) sur 2010 coïncident avec les diffusions des Newsletters (lecture ou téléchargement obligée partir du site) : MAI (News 46, communiqués sortie du Furet 61), 2 JUILLET (News47), deux pics MI- SEPTEMBRE (News49 et mise en ligne du catalogue formations 2011) et FIN- OCTOBRE (News 50). La Newsletter N 48 du 06 août n ayant pas été très consultée et pour cause ) 17

22 Les sources du trafic proviennent de : - à 49.54% de moteurs de recherche, - à 31.47% en accès direct (des personnes connaissant l adresse) - à % à partir de sites référents tels : la FNEJE, l ANDPE, ALF-LUDOTHEQUES, PIKLER, EECERA D où la nécessité de développer nos partenariats et échanges de liens... Un total de visites provenant de 79 pays. Dont : de la France de la Belgique (lien avec «Grandir à Bruxelles» partenaire Enfants d Europe) de la Suisse du Canada (lien avec RPCEM Montérégie, auteurs réguliers du Furet) - 76 du Maroc - 57 des USA - 49 de la Grande Bretagne - 49 de l Allemagne - 43 de l Espagne Des liens avec les pays francophones à développer, notamment sur les cantons suisses et les régions québecquoises Des pays que nous toucherons aussi plus facilement avec nos produits téléchargeables de plus en plus nombreux dans notre boutique. Egalement avec nos pages PROJETS du site ces dernières ouvrant sur l Europe et étranger. Sur visites du site en 2010, nous avons repéré 9282 visiteurs, à savoir que 69% d entre eux ne se sont connectés qu une fois, 10.5% par deux fois, etc. Les pages les plus consultées restent les Newsletters, à priori passage obligé pour la lire!!! Ce qui suppose aussi que celles-ci renvoient un maximum et de manière pertinente sur nos pages produits (Sur les chiffres NETTY (de mai à décembre) et sur les pages vues les palmarès reviennent à : pages (avec un taux de rebond de 64%) : News p. les pages informatives Newsletter p. News p. (avec un taux de rebond de 48%) : programme formations p. News p. (avec un taux de rebond de 48.89%) «Qui sommes-nous» p. (avec un taux de rebond de 39.37%) infos. Edition le Furet p. News p. (avec un taux de rebond de 57.14%) contact p. Commander en ligne p. Colloque programme p. Recherche travaux en cours p. Formation notre offre 18

23 - 672 p. Formation nos formateurs p. Nos partenaires p. Recherche travaux réalisés p. Projet accompagnement (477 p. Projet présentation) p. Médiathèque lettre des nouveautés Pour conclure : EECERA a généré en 2009 un nombre de visites exponentiel qui nous ont peut-être fait un peu oublier notre fréquentation/site plus normale de visites. Même les chiffres globaux 2010 s en trouvent encore à priori faussés, du fait de la moyenne haute de fréquentation des premiers mois Se posent aujourd hui les questions suivantes, auxquelles il nous faudra chercher réponses : - Comment augmenter notre fréquentation, améliorer nos taux de rebond? - Comment toucher de nouveaux visiteurs, aussi dans les autres pays francophones? - Comment augmenter notre fichier d abonnés aux News? - Comment ne pas apparaître essentiellement comme un site commercial tout en cherchant à augmenter sensiblement nos ventes? - Comment diversifier nos offres? (rentabiliser notre édition dormante ) 19

24 20

25 Formations Introduction «L Association «Le Furet» a pour vocation de favoriser les échanges entre professionnels de la Petite Enfance, parents, acteurs sociaux et toutes personnes concernées pour permettre à chaque enfant de grandir et de se socialiser dans les meilleures conditions. Ces échanges se déclinent à travers l information, la formation, la communication, la recherche et la mise en commun de pratiques pour enrichir la réflexion sur les démarches éducatives favorisant l implication des familles de toutes origines, en Europe et ailleurs» (article 2 des statuts de l association). La formation s inscrit donc comme un moyen d action privilégié pour atteindre cet objectif et accompagner l évolution des pratiques en passant par les professionnels en contact direct avec les enfants et leurs familles. Interventions par nombre d'heures Total en 2010 : 368 heures 30 (environ 61 jours) 21

26 Interventions par nombre de participants Total en 2010 : 486 participants N.B. Les conférences et interventions lors de colloques qui faisaient partie du chapitre «Formation» en 2009 figurent cette année dans la partie «Manifestations». 22

27 Formations catalogue Contexte Nous proposons tous les ans un catalogue de formations à destination des professionnels de la Petite Enfance. Ces formations ont lieu dans nos locaux à Strasbourg. Principes de la formation Articuler l acquisition de connaissances et des témoignages d expérience à la pratique des stagiaires. Décloisonner les disciplines, les compétences et les savoirs. Valoriser et respecter les savoirs et savoirs faire des professionnels. Questionner le sens des pratiques et leurs effets sur les enfants et les parents. S appuyer sur des partenaires reconnus et favoriser le travail en réseau. Formations annoncées Comptines, berceuses et jeux de doigts Enrichir son répertoire de comptines, berceuses et jeux de doigts pour partager avec les jeunes enfants la saveur des mots et le goût de la musique, s ouvrir à des univers musicaux variés pour enrichir son approche de la musique et permettre une meilleure communication avec les enfants, mettre en place des projets qui impliquent les parents et leurs savoir-faire. Chantal Grosléziat, directrice de l association Musique en Herbe L accueil des enfants et des familles originaires de Turquie Bien que les familles originaires de Turquie soient nombreuses en France (et notamment dans l Est), ce n est que relativement récemment qu elles fréquentent les établissements de la Petite Enfance. Leyla Binici Gunes, médiatrice interculturelle 23

28 Bouger, jouer, grandir Du corps à la parole Les interrelations du tout-petit avec son environnement passent par son corps avant qu il ne sache parler. Cette expression du corps suit les variations des sensations de plaisir ou de déplaisir : elle est «traduite» par l adulte dans ses réponses gestuelles et ses paroles, c est un véritable dialogue qui s instaure, chargé d affects et de sens. Odile Frand, psychomotricienne Qualité d accueil et diversité Chaque lieu d accueil de jeunes enfants veut offrir des services de qualité et cherche donc à améliorer son accueil en tenant compte de la diversité des enfants et de leurs familles. Une mission primordiale des structures d accueil est de garantir l accessibilité de ces lieux à tous les enfants et à leurs parents, y compris aux personnes les plus vulnérables de notre société. Aujourd hui, les structures sont de plus en plus souvent confrontées à des normes culturelles ou sociales diverses, et cette réalité met parfois en difficulté les professionnels ou peut, à l inverse, être source de richesse à condition de l appréhender comme telle dans le projet éducatif et pédagogique. Caroline Baudry, formatrice VBJK (centre de ressources et de recherches pour la Petite Enfance et l éducation) Marie Nicole Rubio, psychologue clinicienne, directrice du Furet L accueil d un enfant en situation de handicap en structure Petite Enfance Depuis la mise en place du décret 2000 de la Petite Enfance, l accueil de l enfant en situation de handicap fait partie intégrante de la pratique professionnelle. Si l ensemble des professionnels est partie prenante de ce projet, l accueil des enfants interroge. Ce questionnement professionnel ne doit pas rester au sein d une équipe éducative mais doit être partagé avec l ensemble des acteurs participant à cet accueil particulier. Emile Blouet, ergothérapeute du CAMPS de l AAPEI de Strasbourg Anne Berretz, chef de service du multi accueil «Les Marmousets» - AAPEI de Strasbourg Valérie TASS, éducatrice de jeunes enfants «Les Marmousets» - AAPEI de Strasbourg Lorsque le rire vient toquer à la porte Quelle place pour le rire et les émotions dans la relation avec l enfant? Qu est-ce qui fait rire un enfant, pourquoi lui proposer le rire et le ludique? Comment le professionnel peut-il utiliser le rire comme médiateur, pour accompagner l enfant à dépasser ses difficultés? Comment le rire peut-il être un moyen de gérer le stress professionnel, de décompresser pour être plus à l écoute de l enfant? Marie Stirnemann, psychologue clinicienne Audrey Julie, psychologue et rigologue 24

Base de données documentaires [financement ACSE]

Base de données documentaires [financement ACSE] Réseau Ressources pour l Égalité des Chances et l Intégration (RECI) Rapport d activité 2011 Le programme de travail 2011 s est décliné autour de quatre types d actions : des outils, de la production de

Plus en détail

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI Décryptage c o m p r e n d r e p o u r a g i r Le coaching en individuel ou en équipe Alain Boureau Septembre 2006 Les Publications du Groupe BPI Le coaching en individuel ou en équipe Premières ressources

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé

Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé «Pour l amélioration de la qualité, la gestion des risques et l évaluation en Loire Atlantique et Vendée» Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé L organisation et la planification

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION Ø Un Master orienté vers l éducation, le jeu, la formation et l intervention, hors l école Le master en sciences de l éducation EFIS, Éducation, Formation, Intervention

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

Guide de création d une maison d assistants maternels (MAM)

Guide de création d une maison d assistants maternels (MAM) 2013 (MAM) Édito Le Conseil général et la Caisse d allocations familiales du Finistère favorisent le développement des modes d accueil de la petite enfance Le Conseil général du Finistère et la Caisse

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

Dép. 75 «Enfant présent»

Dép. 75 «Enfant présent» Dép. 75 «Enfant présent» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Créée en 1987, l association Enfant Présent, dispositif multi-accueil à caractère préventif, dispose de plusieurs

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Communiqué de presse Rolle, le 13.11.13 L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Education 4 Peace, Fondation Suisse basée à Rolle, en collaboration avec l UEFA, publie le premier

Plus en détail

OBJECTIF FORMATION ANIMATION QUALITE

OBJECTIF FORMATION ANIMATION QUALITE OBJECTIF FORMATION ANIMATION QUALITE Des animations de qualité pour les enfants 10 Allée du Cortil La Vacherie 74230 THÔNES Téléphone : 04 50 63 10 64 Messagerie : ofaq@aliceadsl.com Formations continues

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels Le master Ingénierie de Projets culturels et interculturels (IPCI), conçu en partenariat avec Sciences-Po Bordeaux,

Plus en détail

Lieux d Accueil Enfants Parents et socialisation(s)

Lieux d Accueil Enfants Parents et socialisation(s) Lieux d Accueil Enfants Parents et socialisation(s) Recherche coordonnée et dirigée par Henriette SCHEU avec l'appui de Nathalie FRAIOLI et la collaboration de Gérard NEYRAND, Sylvie RAYNA, Françoise HURSTEL,

Plus en détail

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX Accompagnement dans l élaboration de la stratégie de communication du Parc naturel régional du Haut-Jura Marché de Prestation de Service Marché A Procédure Adaptée MAPA 2013-001 Cahier des charges Décembre

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE

PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE Version du 23 avril 2008 1 Sommaire 1. RAPPEL DU CONTEXTE_ 3 2. PILOTAGE ET PERIMETRE DU PLAN

Plus en détail

Une association qui entreprend au service de l intérêt général

Une association qui entreprend au service de l intérêt général Une association qui entreprend au service de l intérêt général Des métiers au service du lien social L UFCV, UNE ASSOCIATION QUI ENTREPREND AU SERVICE DE L INTÉRÊT GÉNÉRAL 1907 Naissance de l Union Parisienne

Plus en détail

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile Formations Sanitaires et Sociales Petite enfance Gérontologie Aide à domicile SOMMAIRE Formations communes aux secteurs : petite enfance, gérontologie et aide à domicile Page 4 Formations relatives au

Plus en détail

Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI

Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI La formation continue du Centre d Ouverture Psychologique Et Sociale (Copes) s adresse à tous les acteurs du champ médical, psychologique,

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

L'art pour les tout-petits : expérience pilote au sein de différentes maisons d accueil et crèches

L'art pour les tout-petits : expérience pilote au sein de différentes maisons d accueil et crèches L'art pour les tout-petits : expérience pilote au sein de différentes maisons d accueil et crèches Par Annick Faniel Dans notre article précédent, nous avons tenté de définir l'art, avec ses codes d'évaluation

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

VENDREDI 13 JUIN 2014

VENDREDI 13 JUIN 2014 ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DE LA BOITE A MALICE VENDREDI 13 JUIN 2014 SALLE BARBARA ST MARTIN DU FOUILLOUX RAPPORT MORAL Difficile de résumer l année 2013 en quelques mots Du côté des administrateurs

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSEVAULX EN VELIN Document 6 : Demijournée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Synthèse des échanges sur la mise en œuvre des leviers

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : GESTION DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES ET SOCIAUX www.managementpublic.univ-cezanne.fr Aix-en-Provence : 21,

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement B. Charte, règlements, sanctions, encadrement «le futur citoyen n a pas seulement à apprendre à obéir à la loi mais aussi à la faire avec les autres. Dès lors, du coté de l élève, il ne s agit pas de se

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE

SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE CATALOGUE DE FORMATION POUR LES ENSEIGNANTS DE USPC 2014-2015 Le service SAPIENS créé en janvier 2014 propose durant l année 2014-2015

Plus en détail

F I L A M B U L E PROGRAMME COMPLET CONFÉRENCES / TABLES RONDES. De Fil en Soi : defilensoi@free.fr - Centre Fissiaux : sophie.guidet@if ac.asso.

F I L A M B U L E PROGRAMME COMPLET CONFÉRENCES / TABLES RONDES. De Fil en Soi : defilensoi@free.fr - Centre Fissiaux : sophie.guidet@if ac.asso. F I L A M B U L E PROGRAMME COMPLET CONFÉRENCES / TABLES RONDES CONFÉRENCE 1 11h/11h30 Médiateur : Patrick Korenblit, Président de APTE (Autisme piano et thérapie éducative) Conférencière : Virginie LIMOUSIN

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Santé durable et responsable

Santé durable et responsable Santé durable et responsable Je suis verteux! Qui le dit et comment je le mesure? Dossier de presse, 11 juin 2015 Présentation du guide d'évaluation RSE santé selon le modèle AFAQ 26000 à l usage des établissements

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres

Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres Daniel Thurre Joëlle Vaval Muséum d histoire naturelle de la Ville de Genève 1 route de Malagnou CP 6434 CH 1211 Genève

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE

POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE Table des matières INTRODUCTION... 2 POURQUOI UNE POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE... 3 L'IMPORTANCE DE LA SIESTE ET DU RESPECT DES RYTHMES BIOLOGIQUES... 3 À

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes CAHIER DES CHARGES Thématique de l appel à projets 2014 Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes Fondation Alsace Personnes Agées 4 rue de la Houblonnière 68000 COLMAR

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative.

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. L association présente un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. SOMMAIRE La présentation de l aventure Le schéma du projet Nos

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Projet d action d animation visant à développer des pratiques collectives d écoute et de participation

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES achat animation fidèlisation shopping CENTRES COMMERCIAUX & DE MARQUES VILLAGES trafic Partenaire des Centres Commerciaux La promesse d un centre de vie Aujourd hui, les centres commerciaux évoluent dans

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Voyages d'étude, apprentissages et innovations

Voyages d'étude, apprentissages et innovations École normale supérieure de Lyon (Siège) Institut français de l'éducation 15 parvis René-Descartes BP 7000, 69342 Lyon cedex 07 Se rendre à l IFÉ : 19 allée de Fontenay, 69007 Lyon Tél. +33 (0)4 72 76

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de formations 2011 Cher membre, cher sympathisant, Comme vous le savez peut-être déjà, les équipes d Ingénieurs Sans Frontières vous offrent la possibilité de vous investir à travers une grande

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE.

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE. POUR FAVORISER LA RÉUSSITE DE VOTRE PROJET ASSOCIATIF, IL EST INDISPENSABLE D ÉLABORER UNE STRATÉGIE. L URIOPSS DES PAYS DE LA LOIRE VOUS PROPOSE UN GUIDE D ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE ASSOCIATIVE QUI

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION SUR LA LIBRAIRIE INDÉPENDANTE DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 BIENVENUE Chez mon libraire, La librairie est un lieu essentiel de partage, qui valorise la richesse de notre

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Réunion Comité Directeur Samedi 23 Novembre 2013

Réunion Comité Directeur Samedi 23 Novembre 2013 Réunion Comité Directeur Samedi 23 Novembre 2013 Sommaire : 1 Approbation PV de la réunion du 5 octobre 2013... 2 2 Présents- Absents... 2 3 Vote ordre du jour AGR du 1 er février 2014... 2 4 Finances...

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17 Management Responsabilité Management Responsabilité 2012 17 L'entretien annuel d'évaluation Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Education formation communication de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Appel à manifestations

Appel à manifestations Appel à manifestations Rencontres Solidaires en Rhône-Alpes Edition 2013 20 événements pour vivre autrement en Rhône-Alpes www.rencontres-solidaires.org La 7éme édition des Rencontres Solidaires va se

Plus en détail

Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale

Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale Hélène Duclos Trans-Formation 1 er février 2013 - Brest Auto-évaluation de l utilité sociale d une structure Auto-évaluation dans le cadre d un accompagnement

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

MEMOS en français : Cadre général du programme

MEMOS en français : Cadre général du programme MEMOS en français : Cadre général du programme Octobre 2014 Septembre 2015 N.B. : Bien que seules les dénominations masculines soient utilisées dans ce document, les dénominations féminines sont systématiquement

Plus en détail