Projet AgroMed Quality. Partie 4. Études de cas des entreprises agroalimentaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet AgroMed Quality. Partie 4. Études de cas des entreprises agroalimentaires"

Transcription

1 Projet AgroMed Quality Partie Études de cas des entreprises agroalimentaires La présente section reprend la méthodologie et les résultats d une enquête effectuée auprès des entreprises agricoles et/ou agroalimentaires localisées dans les régions d étude. En une première étape.1. Collecte des données et méthodologie de l enquête Une enquête dirigée aux entreprises agricoles et agroalimentaires a été élaborée. Le questionnaire est assez succin (voir annexe 1) et répond aux objectifs du travail. Ainsi trois sections peuvent être distinguées. Une première partie relative à la caractérisation générale de l entreprise (raison sociale, adresse, nombre d employés, etc.). La deuxième partie inclut des questions relatives au secteur de production de l entreprise, sa participation à un réseau d entreprises, et le type de certifications internationales dont elle possède. Finalement la dernière partie concerne les principaux produits agricoles et/ou agroalimentaires que l entreprise produit ainsi que le pourcentage des ventes de ces produits aux niveaux local et international. Les entreprises enquêtées appartiennent aux 8 gouvernorats de la zone d étude à savoir : Tunis, Ben Arous, Ariana, Manouba, Bizerte, Nabeul, Béja, et Jendouba. Au total 72 entreprises ont été enquêtées. La Figure5 résume la répartition des entreprises enquêtées selon leur localisation. Le nombre d entreprises agricoles et/ou agroalimentaires dans chaque gouvernorat a été obtenu auprès de l Institut National de la Statistique (INS). En collaboration avec l INS, un échantillonnage aléatoire stratifié selon le gouvernorat d appartenance a été appliqué pour sélectionner les entreprises à enquêter. Figure 5. Répartition des entreprises enquêtées selon leur localisation Nb entreprises % 20% 0% 60% 80% 100% Jendouba Béja Ariana Manouba Bizerte Tunis Ben Arous Nabeul 1

2 L entretien s est fait en face-à-face avec soit le gérant de l entreprise, soit un cadre de l entreprise (responsable production, responsable export, etc.). En moyenne l entretien dure entre 20 et 0 minutes. Les entreprises ont été contactées par téléphone pour les introduire aux objectifs du travail et avoir le consentement pour participer à l enquête. Dans le cas d une réponse positive, un rendez-vous est fixé pour la réalisation de l interview. La collecte des données a été faite pendant la période allant d octobre 2012 jusqu à Janvier 201. Il est à signaler la réticence de plusieurs entreprises à participer à l étude..2. Caractérisation des entreprises enquêtées La majorité des entreprises enquêtées (5%) sont localisées dans la région du Grand Tunis incluant les quatre gouvernorats de Tunis, Ariana, Ben Arous et Manouba. D autre part, 28% des entreprises interviewées appartiennent au gouvernorat de Nabeul. Selon les statistiques de l INS, en 2011 le nombre d entreprises agroalimentaires localisées dans de le gouvernorat de Nabeul a été 861, occupant la deuxième position après le gouvernorat de Tunis en termes d implantation d entreprises agroalimentaires. L échantillon est principalement composé par des entreprises de moyenne taille (7%), suivies par les petites entreprises (%). Les grandes entreprises de plus de 200 employés constituent le un cinquième de l échantillon (Figure 6). La composition de l échantillon reflète à un certain degré à la composition du tissu national des entreprises agroalimentaires avec une prédominance des petites et moyennes entreprises. Figure 6. Répartition des entreprises enquêtées selon leur taille * 20% Petites (entre 5 et 50 employés) % Moyennes (entre 51 et 200 employés) 7% Grandes (plus de 200 employés) * La classification de l INS a été suivie Les petites entreprises enquêtées comptent en moyenne près de 2 travailleurs dont en moyenne les deux tiers (1 employés) sont des travailleurs à temps plein et les % restants sont des employés saisonniers ou à temps partiel. Les entreprises de taille moyenne ayant participé à l étude emploient en moyenne 98 personnes. Les 2

3 travailleurs à temps plein sont de l ordre de 60 personnes alors que les 8 restants sont des travailleurs à temps partiel ou des travailleurs saisonniers. Les grandes entreprises regroupent quant à elles en moyenne près de 05 salariés à temps plein et 79 personnes à temps partiel ou saisonniers (Figure 7). Paradoxalement ce sont les entreprises de grande taille qui détiennent en moyenne la plus grande proportion d employés permanents (80%). Figure 7. Répartition moyenne du type d employés selon la taille de l entreprise Grandes (plus de 200 employés) 05, 78,8 Moyennes (entre 51 et 200 employés) 60,2 7,6 Petites (entre 5 et 50 employés) 1,7 7,0 0% 20% 0% 60% 80% 100% E. permanents E. temps partiel/saisonniers Plusieurs entreprises enquêtées opèrent dans deux ou trois secteurs de production en même temps. Ainsi, certaines entreprises sont à la fois concernées par la production agricole, la transformation industrielle des produits agricoles, et leur commercialisation soit sur le marché local, soit exportés vers d autres pays. C est essentiellement le cas des entreprises opérant dans le secteur de la pêche. Une grande proportion (72%) des entreprises enquêtées opèrent dans le secteur des industries agroalimentaires. Près du un cinquième (21%) des entreprises interviewées sont concernées par l import et/ou export des produits agroalimentaires (Figure 8). Nonobstant la vraie proportion des entreprises exportatrices est de 50% en se basant sur les réponses relatives à la question 6 concernant entre autre les produits exportés et les pays destinataires. La proportion des entreprises cultivant des produits agricoles ne dépasse pas les 18%, alors que seulement 1% des entreprises de l échantillon sont directement et uniquement concernées par le commerce local des produits agroalimentaires. A un niveau plus détaillé des gouvernorats, la majorité des entreprises interviewées appartenant au gouvernorat de Béja (80%) appartiennent au secteur des industries agroalimentaires. C est aussi le cas des gouvernorats de Ben Arous, Nabeul et Jendouba avec respectivement 71%, 67%, 67% des entreprises enquêtées. Dans le cas du gouvernement de Bizerte la répartition des entreprises échantillonnées est plus ou moins équilibrée avec 6% des entreprises appartenant au secteur des industries agroalimentaires, 1% appartiennent au secteur agricole, 15% sont concernées par

4 l activité de l import-export, et 8% commercialisent des produits agroalimentaires au niveau local. Les entreprises interviewées appartenant au gouvernorat de Tunis se répartissent égalitairement avec 20% du total entre les secteurs d activité relatifs aux produits agricoles, à l import-export des produits agroalimentaires, et au commerce des produits agroalimentaires au niveau local. En ce qui concerne les entreprises appartenant au secteur des industries agroalimentaires la proportion est de 0%. Figure 8. Répartition des entreprises selon leur secteur d activité Industrie agroalimentaire Import-export produits agroalimentaires Produits agricoles Commerce local des produits agroalimentaires Les entreprises enquêtées localisées au gouvernorat de l Ariana appartiennent principalement au secteur des industries agroalimentaires (60%), alors que le reste des entreprises sont à moitié réparties entre les activités d import-export (20%) et celles du commerce des produits agroalimentaires au niveau local (20%). Au niveau du gouvernorat de Manouba, 50% des entreprises interviewées appartiennent au secteur des industries agroalimentaires. Le reste des entreprises est subdivisé entre les secteurs de la production agricole (20%), l import-export des produits agroalimentaires (20%), et le commerce local des produits agroalimentaires (10%). La plupart des entreprises enquêtées (76%) ne sont pas adhérées à un consortium, à une coopérative, ou à un réseau de distribution (Figure 9). Leur méthode de travail reste très classique avec aucune ou peu de collaboration avec les autres intervenants dans le processus de commercialisation et de marketing. Il est intéressant de noter qu en comparaison avec l échantillon total, le groupe des entreprises non adhérées regroupe en proportion plus d entreprises de petites tailles 2% contre 5% pour l échantillon total. Pour le reste des entreprises qui sont adhérées à l une des formes de consortium ou réseau, le pourcentage des entreprises de grandes tailles est plus élevé (1%). Dans ce groupe, 7 entreprises (soit près de 10% du total de l échantillon) ont des contrats de

5 commercialisation avec des distributeurs. Trois entreprises (%) ont des contrats de vente avec des grandes enseignes de distribution et ventes (supermarchés et hypermarchés). Cinq entreprises (7%) ont leurs propres réseaux de distribution. Une entreprise fait partie d un réseau de coopératives agricoles, alors qu une autre entreprise spécialisée dans la capture et conditionnement des produits de la mer a signé un contrat de distribution avec une entreprise italienne. Figure 9. Répartition des entreprises selon leur adhésion à un consortium ou réseau % 20% 0% 60% 80% 100% Non adhérée Contrat avec des distributeurs Contrat avec des enseignes grande distribution Propre réseau de distribution Centre de stockage Coopérative Le nombre d entreprises possédant un certificat international de qualité est de 9, soit l équivalent de 5% des entreprises enquêtées. Ces chiffres indiquent l importance qu accordent les entreprises agroalimentaires aux normes de qualité et de sécurité alimentaire. Parmi les 56% entreprises non certifiées, 19% sont en cours d installation ou d obtention d un certificat de qualité. La certification HACPP (Hazard Analysis Critical Control Point) de maîtrise de l hygiène est la plus répandue parmi les entreprises interviewées (%). En plus, mises à part les entreprises déjà certifiées, 1 autres entreprises (18%) ont entamé la certification HACCP. C est-à-dire qu au bout d une certaine période, plus de 50% des entreprises enquêtées disposeraient d une certification HACCP. Ce type de certification est très répandu dans le domaine agroalimentaire car il permet de maîtriser la sécurité sanitaire des denrées alimentaires. Il est intéressant de noter que ce sont les entreprises exportatrices qui sont le plus concernées par ce type de certification (67% du total des entreprises certifiées HACCP). Cependant seulement % des entreprises exportatrices sont certifiées HACCP. Ceci indique qu il y a encore du travail à faire pour le reste des entreprises. Paradoxalement les plus grandes proportions d entreprises exportatrices certifiées HACCP sont observées dans les cas des exportations vers des pays de Maghreb ou des pays du Golfe. La certification ISO 9001 relative à la gestion de la qualité est adoptée par 20 entreprises (28% du collectif total). La moitié des entreprises certifiées ISO 9001 opèrent uniquement sur le marché local, ce qui indiquent l importance de ce type de 5

6 certification pour les entreprises tunisiennes. Les entreprises exportatrices certifiées ISO 9011 représentent 28% du total des entreprises exportatrices de produits agroalimentaires. Comme dans le cas de la certification HACCP, les plus grandes proportions d entreprises exportatrices certifiées ISO 9001 sont observées dans le cas des entreprises exportant cers les pays du Maghreb (principalement l Algérie et la Libye) et les pays arabes (Syrie par exemple). Près du quart (2%) des entreprises interviewées possèdent la certification ISO relative au management de la sécurité des denrées alimentaires dans la chaîne alimentaire. Dix-huit autres entreprises ont déjà entamé les démarches pour obtenir cette certification, ce qui ramènerait la proportion totale des entreprises certifiées ISO aux alentours de 50%. Plus des 82% des entreprises certifiées ISO exportent des produits agroalimentaires, alors que les 18% restantes opèrent exclusivement sur le marché local. Les entreprises exportatrices certifiées ISO représentent 9% des entreprises exportatrices totales, ce qui dénote de l importance de ce type de certification pour les marchés d import. En termes de proportions, ce sont les pays tels que l Algérie (67%), la France (50%) et la Libye (50%) qui enregistrent les proportions les plus élevées d entreprises tunisiennes certifiées ISO par rapport à l ensemble des entreprise enquêtées. Figure 10. Répartition des entreprises selon leur possession de certificat de qualité % 20% 0% 60% 80% 100% HACCP ISO 9001 ISO ISO 1001 ISO Agre. sanitaires CE Autres IFS OHSAS ISO Global Gap En comparaison avec les autres types de certification, la certification ISO 1001 est appliquée par seulement 8 entreprises, soit 11% du total des entreprises enquêtées. L ISO 1001 fait partie du groupe de normes ISO 1000 relatives au management environnemental. L ISO 1001 spécifie les exigences relatives à un système de management environnemental. Parmi les 8 entreprises certifiées ISO 1001, cinq entreprises (6%) exportent des produits agroalimentaires. Ces 5 entreprises représentent 1% des entreprises exportatrices totales. Ceci indique que ce type de 6

7 certification reste peu exigé par les pays ou les entreprises des pays importateurs. Paradoxalement aucune entreprise exportant vers la France, l Italie ou l Espagne n est certifiée ISO Par contre, ce sont essentiellement le marché maghrébin qui compte les proportions les plus élevées d entreprises certifiées (Algérie 50%, Maroc 25%, Libye 1%). La certification ISO 22005, fixant les principes et spécifiant les exigences fondamentales pour la conception et mise en œuvre d un système de traçabilité de la chaîne alimentaires (ISO, 1012), est implantée par 7 entreprises (10% du total). Cette norme est principalement implantée par les entreprises enquêtées qui exportent des denrées alimentaires (86%). Ceci indique que les normes et les lois nationales n exigent pas de système de traçabilité pour les entreprises tunisiennes. Seulement 17% des entreprises exportatrices sont certifiées ISO Ces entreprises exportent généralement vers les pays du Maghreb Arabe. En effet, 50% des entreprises exportant vers l Algérie sont certifiées ISO Ce taux est de 25% et 21% respectivement pour les marchés marocain et libyen. Parmi toutes les entreprises exportant vers l Italie, la France ou l Espagne, aucune n est certifiée ISO Pour le reste des certifications, le nombre d entreprises ayant obtenues ou sollicité une certification donnée reste très limité. Ainsi seulement 6% des entreprises interviewées ont un obtenu agrément sanitaire européen, % ont un certificat IFS (International Food Standards) qui concerne les entreprises coopérant avec des vendeurs telles que les grandes surfaces. Dans ce sens, deux des trois entreprises certifiées IFS ont des contrats avec des sociétés de distribution. Quelques autres entreprises ont obtenu d autres certifications telles qu OHSAS (%), ISO17025 (%) et Global GaP (%). Figure 11. Répartition des entreprises selon le type de certification et le pays 100% 90% 80% 70% 60% 50% 0% 0% 20% 10% 0% Algérie Libye Maroc Pays Golfe Italie France IFS HACCP ISO ISO ISO 1001 ISO 9001 La Figure 11 résume la distribution des entreprises exportatrices interviewées selon le type de certification obtenu et le pays de destination des exportations. Les chiffres représentent le nombre d entreprises certifiées. Comme soulevé dans les paragraphes 7

8 précédents, ce sont les du Maghreb et le groupe des pays arabes du Golfe qui possiblement requièrent différents types de certification. Dans le cas des deux pays de l Union Européenne (Italie et France) ce sont surtout les certifications HACCP et ISO qui importent le plus. La liste des pays qui importent des produits agroalimentaires auprès des entreprises tunisiennes interviewées est composée d une trentaine de pays. Dans la figure cidessous sont représentés les pays les plus fréquemment cités par les entreprises exportatrices. Les résultats obtenus indiquent que les plus destinations les plus fréquentes des exportations agroalimentaires des entreprises interviewées sont les pays de l Union Européenne (essentiellement la France, l Italie et l Espagne) et les pays du Maghreb (Libye, Algérie, Maroc). Ces résultats sont en consonance avec les données statistiques présentées dans le deuxième chapitre qui montrent que les plus grands importateurs de produits agroalimentaires tunisiens sont les pays européens de la rive sud de la Méditerranée et les pays du Maghreb. Figure 12. Répartition des entreprises selon le type de certification et le pays Reste des Pays Libye Italie France Algérie Pays Golfe Espagne Maroc Syrie Canada 8

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

ÉTUDE SUR LA TRAÇABILITÉ DANS L INDUSTRIE DE LA TRANSFORMATION AGROALIMENTAIRE AU QUÉBEC - Les faits saillants -

ÉTUDE SUR LA TRAÇABILITÉ DANS L INDUSTRIE DE LA TRANSFORMATION AGROALIMENTAIRE AU QUÉBEC - Les faits saillants - ÉTUDE SUR LA TRAÇABILITÉ DANS L INDUSTRIE DE LA TRANSFORMATION AGROALIMENTAIRE AU QUÉBEC - Les faits saillants - La traçabilité a été et est encore aujourd hui au cœur des discussions au niveau provincial,

Plus en détail

Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges

Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges Relatif à la sélection des entreprises et organismes au programme d aide de l Etat à l accompagnement pour la certification des systèmes de management

Plus en détail

Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Cahier des charges

Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Cahier des charges Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Division de la Qualité et de la Sécurité Industrielle Cahier des charges relatif à la sélection des entreprises et organismes

Plus en détail

International Featured Standard. Champs obligatoires à compléter dans le rapport d audit IFS

International Featured Standard. Champs obligatoires à compléter dans le rapport d audit IFS International Featured Standard Champs obligatoires à compléter dans le IFS Champs obligatoires à compléter dans le IFS Avril 2009 Préface Les exigences suivantes, à compléter de manière systématique par

Plus en détail

Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France

Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France C. Piquet 1 Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France Christian Piquet France Bois

Plus en détail

RÉPUBLIQUE POUR LA PROMOTION. Semaine de la qualité du 23 au 26 Mars 2010

RÉPUBLIQUE POUR LA PROMOTION. Semaine de la qualité du 23 au 26 Mars 2010 Société Tunisienne de Boissons Gazeuses- STBG LAUREATE DU GRAND PRIX DU PRESIDENT DE LA RÉPUBLIQUE POUR LA PROMOTION DE LA QUALITE 2008 Semaine de la qualité du 23 au 26 Mars 2010 Présentation de l entreprise

Plus en détail

Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme de Master français

Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme de Master français Master SF2M Sustainable Food Manufacturing Management Présentation aux ENTREPRISES Managers internationaux pour l agroalimentaire Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme

Plus en détail

Exportation wallonne et certification ISO

Exportation wallonne et certification ISO Exportation wallonne et certification ISO Janvier 2015 1 Contenu 1. Introduction... 3 2. Méthodologie d analyse... 3 3. Résultats chiffrés... 4 3.1. Au global... 4 3.2. Répartition par province... 4 3.3.

Plus en détail

La formation professionnelle en chiffres

La formation professionnelle en chiffres MINISTERE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI Observatoire National de l Emploi et des Qualifications La formation professionnelle en chiffres Décembre 2011 Chiffres clés p. 2 Inscrits en formation

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France

Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France La Banque de France mène une enquête trimestrielle auprès des entreprises de l industrie, des services et du bâtiment sur

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

GUIDE DU GUICHET UNIQUE de l Agence de Promotion de l Industrie et de l Innovation Janvier 2015

GUIDE DU GUICHET UNIQUE de l Agence de Promotion de l Industrie et de l Innovation Janvier 2015 République Tunisienne Ministère de l Industrie, de l Energie et des Mines Agence de Promotion de l Industrie et de l Innovation GUIDE DU GUICHET UNIQUE de l Agence de Promotion de l Industrie et de l Innovation

Plus en détail

L accès au financement des PME en Tunisie

L accès au financement des PME en Tunisie L accès au financement des PME en Tunisie SIGMA Angle 43, Rue Alain Savary 1002 Tunis Belvédère Tunisie. Tél: + 216 71 286 927 - + 216 71 785 164 Fax: + 216 71 286 534 Email: direction@sigma.tn Site Web:

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Programme d appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l Accès au Marché «PcAM» PCAM

Programme d appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l Accès au Marché «PcAM» PCAM 1 EDITORIAL Depuis l engagement de la Tunisie dans la politique de libéralisation économique, et la signature de l accord d association avec l Union européenne, le Ministère de l Industrie s est lancé

Plus en détail

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS Symposium sur la valorisation des produits agricoles dans les boissons Hôtel HILTON Mars 2013 EXIGENCES ET OBLIGATIONS DE LA SECURITE ALIMENTAIRE DANS

Plus en détail

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Répertoire des modules de formations Date de mise à jour 18/04/2014 REPERTOIRE DES MODULES DE FORMATION CODINORM Agréé FDFP FORMATION SYSTEME DE MANAGEMENT

Plus en détail

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 Certification ISO 9001 Enquête «entrants» et «sortants» M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 MWQ/MESURER/Enquêtes sur la certification/2010/iso 9001 1 1. Introduction Le document «Baromètre Qualité Bilan 2008»

Plus en détail

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Répertoire des modules de formations Date de mise à jour Janvier 2015 REPERTOIRE DES MODULES DE FORMATION CODINORM Agréé FDFP Page 1 sur 9 FORMATION SYSTEME

Plus en détail

La situation des entreprises maghrébines concernant la Gestion Environnementale Une enquête dans le cadre du REME

La situation des entreprises maghrébines concernant la Gestion Environnementale Une enquête dans le cadre du REME La situation des entreprises maghrébines concernant la Gestion Environnementale Une enquête dans le cadre du REME realisée par : Contexte Le REME se veut un réseau environnemental performant et régional

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique

COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique 28/4/2015 Level IT Introduction Level IT est un Centre de Recherche

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Les métiers du gaz et de l électricité, des métiers d avenir

Les métiers du gaz et de l électricité, des métiers d avenir Les métiers du gaz et de l électricité, des métiers d avenir thermique à flamme hydraulique nucléaire gaz : réseaux de transport, stockages et terminaux méthaniers réseaux de transport électriques distribution

Plus en détail

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE -------------------- LA COMMISSION -------------------

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE -------------------- LA COMMISSION ------------------- COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE -------------------- LA COMMISSION ------------------- DOSSIER TYPE A FOURNIR PAR LES INDUSTRIELS ET A PRESENTER PAR LES ETATS MEMBRES DE LA CEMAC

Plus en détail

«Orientations pour la mise en place des référentiels QHSE en Coopératives»

«Orientations pour la mise en place des référentiels QHSE en Coopératives» «Orientations pour la mise en place des référentiels QHSE en Coopératives» Contact : Stéphanie Costa et Christophe Gualtieri 2014 Sommaire Préambule... 2 Les principaux avantages des référentiels de certification...

Plus en détail

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA Global Consulting est une société de consultation internationale, constituée à Tunis. Cette

Plus en détail

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007 PANORAMA de l Economie en Haute-Normandie J U I N 2 1 EDITO La Chambre Régionale de l Economie (CRES) de Haute- Normandie est heureuse de vous présenter ce premier Panorama de l Economie dans notre Région.

Plus en détail

SOMMAIRE. Avertissement... 3. Sommaire... 5 STRUCTURE ET STRATEGIES DE LA GRANDE DISTRIBUTION GENERALISTE EN SLOVENIE... 7

SOMMAIRE. Avertissement... 3. Sommaire... 5 STRUCTURE ET STRATEGIES DE LA GRANDE DISTRIBUTION GENERALISTE EN SLOVENIE... 7 5 SOMMAIRE Avertissement... 3 Sommaire... 5 STRUCTURE ET STRATEGIES DE LA GRANDE DISTRIBUTION GENERALISTE EN SLOVENIE... 7 I. La distribution généraliste slovène... 9 Présentation générale... 11 Définitions

Plus en détail

Statistiques structurelles sur les entreprises

Statistiques structurelles sur les entreprises 1 Statistiques structurelles sur les entreprises - Analyse Statistiques structurelles sur les entreprises Un aperçu de la structure de l'économie belge en 2011 et des possibilités offertes par cette source

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

Guide d Utilisateur De la Base de données du système de Suivi de la Pêche artisanale Continentale Dans les Etats membres de l UEMOA

Guide d Utilisateur De la Base de données du système de Suivi de la Pêche artisanale Continentale Dans les Etats membres de l UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ Département de la Sécurité Alimentaire, de l Agriculture, des Mines et de l Environnement Guide d Utilisateur

Plus en détail

Synthèse de l enquête insertion 2012. Situation professionnelle des ingénieurs IAARC diplômés en 2010 et 2011

Synthèse de l enquête insertion 2012. Situation professionnelle des ingénieurs IAARC diplômés en 2010 et 2011 Document interne : ne pas diffuser Synthèse de l enquête insertion 2012 Situation professionnelle des ingénieurs IAARC diplômés en 2010 et 2011 Marie-Camille BUSSENAULT marie-camille.bussenault@supagro.inra.fr

Plus en détail

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL / LES ENTREPRISES 2008 DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////2008 Observatoire

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR UNE ACTION DE FORMATION D AUDITEURS EN CERTIFICATION DE SYSTEMES DE MANAGEMENT

TERMES DE REFERENCE POUR UNE ACTION DE FORMATION D AUDITEURS EN CERTIFICATION DE SYSTEMES DE MANAGEMENT REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L INDUSTRIE ET DE LA TECHNOLOGIE Institut National de la Normalisation et de la Propriété Industrielle -INNORPI TERMES DE REFERENCE POUR UNE ACTION DE FORMATION D AUDITEURS

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

La démarche qualité dans l entreprise MANTAL

La démarche qualité dans l entreprise MANTAL La démarche qualité dans l entreprise MANTAL Abdelkrim YAHIA BERROUIGUET Faculté des Sciences Economiques et de Gestion Université Aboubekr Belkaid Tlemcen,Algérie ab_berrouiguet@yahoo.fr Résumé Aujourd

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Science et technique. Recommandations pratiques d hygiène pour la fabrication du saucisson sec artisanal. Guide pratique

Science et technique. Recommandations pratiques d hygiène pour la fabrication du saucisson sec artisanal. Guide pratique CHRISTIEANS.qxd 19/01/2007 15:24 Page 181 La nouvelle législation communautaire fixant les règles d hygiène, avec l entrée en vigueur d un vaste plan révisé de la législation sur les aliments et l alimentation

Plus en détail

Aperçu général IFS BRC

Aperçu général IFS BRC Aperçu général IFS BRC Il existe de très nombreux référentiels pour la maîtrise de la sécurité des denrées alimentaires DS3027 Aldi system Kraft food system ISO14001 EFSIS IFS Mc Donalds system AG9000

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE EMPLOI FORMATION 2013 Ile-de-France

NOTE DE CADRAGE EMPLOI FORMATION 2013 Ile-de-France NOTE DE CADRAGE EMPLOI FORMATION 2013 Chaque année, l'observatoire Emploi Formation de la branche des acteurs du lien social et familial propose une photographie des associations, des salariés et des formations

Plus en détail

MANUEL QUALITÉ. Formation. Audit. Conseil Accompagnement. L efficacité sur le terrain au service du client BR 2. Page 1 sur 9

MANUEL QUALITÉ. Formation. Audit. Conseil Accompagnement. L efficacité sur le terrain au service du client BR 2. Page 1 sur 9 MANUEL QUALITÉ Formation BR 2 Audit Conseil Accompagnement L efficacité sur le terrain au service du client BR2 CONSULTING EURL au capital de 1000 - Siret 528 787 294 0001 APE 8559 DIECCTE GUYANE 96 97

Plus en détail

Printemps 2015 : Aperçu des 5 grandes tendances

Printemps 2015 : Aperçu des 5 grandes tendances + Printemps 2015 : Aperçu des 5 grandes tendances Sommaire des dernières constatations de l OTM Publication : Le 25 juin 2015 Marque de commerce de CBC/Radio-Canada Pour distribution interne uniquement.

Plus en détail

FORMATION HYGIENE. (D après méthode HACCP) EN INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

FORMATION HYGIENE. (D après méthode HACCP) EN INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE 1. Objectif : Comprendre les enjeux de la maîtrise de l hygiène dans votre entreprise «Agroalimentaire» (Fabrication, conditionnement, logistique, ) Savoir identifier les risques spécifiques à votre activité

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Etendue des exigences qualité. Séance 4 4-6 mai 2015, Ouagadougou, Burkina Faso Shyam K Gujadhur, Consultant ISO

Etendue des exigences qualité. Séance 4 4-6 mai 2015, Ouagadougou, Burkina Faso Shyam K Gujadhur, Consultant ISO Etendue des exigences qualité Séance 4 4-6 mai 2015, Ouagadougou, Burkina Faso Shyam K Gujadhur, Consultant ISO Les exigences qualité se présentent sous différentes formes 2 Exigences techniques pour l

Plus en détail

ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire

ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire Par : EL ATYQY Mohamed, Ingénieur I.A.A www.azaquar.com Sommaire : 1. INTRODUCTION...2 2. Genèse de la norme ISO 22000...2 3. PRINCIPES DE

Plus en détail

Résultat du commerce extérieur

Résultat du commerce extérieur Publication Statistique P 0104 Résultat du commerce extérieur Octobre 2012 Prochaine publication Novembre 2012 06 Décembre 2012 Date prévue de parution Pour plus de détails, contacter l unité information

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et l économie sociale et solidaire Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

AGENCE DE PROMOTION DE L INDUSTRIE ET DE L INNOVATION LES INDUSTRIES ELECTRIQUES, ELECTRONIQUES ET DE L ELECTROMENAGER EN TUNISIE

AGENCE DE PROMOTION DE L INDUSTRIE ET DE L INNOVATION LES INDUSTRIES ELECTRIQUES, ELECTRONIQUES ET DE L ELECTROMENAGER EN TUNISIE AGENCE DE PROMOTION DE L INDUSTRIE ET DE L INNOVATION LES INDUSTRIES ELECTRIQUES, ELECTRONIQUES ET DE L ELECTROMENAGER EN TUNISIE ANNEE 2014 TABLE DES MATIÈRES I. INTRODUCTION 04 II. CARACTERISTIQUES GLOBALES

Plus en détail

Résultats de l enquête Besoins Informatiques des Entreprises de Région Midi-Pyrénées

Résultats de l enquête Besoins Informatiques des Entreprises de Région Midi-Pyrénées Résultats de l enquête Besoins Informatiques des Entreprises de Région Midi-Pyrénées Objectifs et méthodologie: La Commission Emploi - Formation - Education de La Mêlée a pour vocation de connaître, entre

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN Étude de marché Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN EDMS N : 1382269 MS-4034/GS Afin d être pris en considération en tant que soumissionnaire

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 La pauvreté et le bien-être en Belgique Chiffres de la pauvreté selon l'enquête SILC Le risque de pauvreté reste stable autour de 15% en Belgique ; 21%

Plus en détail

par la suite, ont reçu d autre(s) aide(s) pour se développer ou se restructurer (27 entreprises depuis 2007 ; 6 entreprises

par la suite, ont reçu d autre(s) aide(s) pour se développer ou se restructurer (27 entreprises depuis 2007 ; 6 entreprises 6 INDUSTRIE, commerce ET SERVICES n 32 juin 213 ENTREPRISES EN RELATION AVEC UN ORGANISME DE PROMOTION économique : RÉSULTATS DE L ENQUÊTE 212 Selon l enquête 212 de l Office cantonal de la statistique

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

ANNEXE I. DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AGREMENT AU SCHEMA DE LIBERALISATION DES ECHANGES DE LA CEDEAO. ++++++++

ANNEXE I. DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AGREMENT AU SCHEMA DE LIBERALISATION DES ECHANGES DE LA CEDEAO. ++++++++ COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES ANNEXE I. DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AGREMENT AU SCHEMA DE LIBERALISATION DES ECHANGES DE LA CEDEAO. ++++++++

Plus en détail

Sommaire. Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Kasserine... 5. Analyse descriptive... 5. 1. Infrastructure... 5

Sommaire. Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Kasserine... 5. Analyse descriptive... 5. 1. Infrastructure... 5 Sommaire Sommaire... 2 Introduction... 4 Présentation de Kasserine... 5 Analyse descriptive... 5 1. Infrastructure... 5 1.1. Part des routes classées... 5 1.2. Taux de raccordement au réseau d assainissement...

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

Les entreprises exportatrices allemandes en Tunisie Situation et perspectives 2012/2013

Les entreprises exportatrices allemandes en Tunisie Situation et perspectives 2012/2013 Les entreprises exportatrices allemandes en Tunisie Situation et perspectives 2012/2013 Résultats de l'enquête de l AHK Tunisie auprès des entreprises exportatrices allemandes en Tunisie Les entreprises

Plus en détail

L innovation dans le commerce

L innovation dans le commerce L innovation dans le commerce Xavier Reif* Pour une entreprise commerciale, l innovation est un levier servant à consolider sa position par rapport à ses concurrentes. Elle contribue à conquérir de nouveaux

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS?

LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS? LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS? Résultats de l enquête menée en 2013 www.provelo.org Table des matières Introduction...3 Méthodologie...3 Récolte des données... 3 Traitement des données...3 Résultats...4

Plus en détail

TUNISIE: PERSPECTIVES DES ENTREPRISES SERIE DE L ITC SUR LES MESURES NON TARIFAIRES

TUNISIE: PERSPECTIVES DES ENTREPRISES SERIE DE L ITC SUR LES MESURES NON TARIFAIRES TUNISIE: PERSPECTIVES DES ENTREPRISES SERIE DE L ITC SUR LES MESURES NON TARIFAIRES TUNISIE : PERSPECTIVES DES ENTREPRISES SÉRIE DE L ITC SUR LES MESURES NON TARIFAIRES Résumé à l intention des services

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Groupe AFNOR au service de votre performance

Groupe AFNOR au service de votre performance Groupe AFNOR au service de votre performance GROUPE AFNOR Les clés de votre différenciation et de votre développement AFNOR est un groupe de services organisé autour de 4 grands domaines de compétences

Plus en détail

EXPLORER L ÉCONOMIE COOPÉRATIVE

EXPLORER L ÉCONOMIE COOPÉRATIVE EXPLORER L ÉCONOMIE COOPÉRATIVE RAPPORT 2015 Résumé analytique Antalya, novembre 2015. L Alliance coopérative internationale («l Alliance») lance l Observatoire mondial des coopératives 2015, avec le concours

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL

COMMERCE INTERNATIONAL NOVEMBRE 2013 COMMERCE INTERNATIONAL AQUITAINE Enquête auprès des entreprises exportatrices aquitaines LES EXPORTATEURS AQUITAINS : QUI SONTILS? Présentation de l échantillon Ce document présente une synthèse

Plus en détail

Usages des flottes de véhicules dans les entreprises et intégration de véhicules électriques Synthèse des résultats de l enquête Mai Juin 2011

Usages des flottes de véhicules dans les entreprises et intégration de véhicules électriques Synthèse des résultats de l enquête Mai Juin 2011 Usages des flottes de véhicules dans les entreprises et intégration de véhicules électriques Synthèse des résultats de l enquête Mai Juin 2011 SOMMAIRE Démarche Description de l échantillon Réflexion des

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK)

02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK) 02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK) La direction générale pour la formation technique et professionnelle

Plus en détail

de France Bois Forêt

de France Bois Forêt Observatoire économique de France Bois Forêt Observatoire national de la 2012 es entreprises doivent disposer des informations stratégiques pour se développer sur leur marché. La collecte, l analyse, la

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 590 Décembre 2014 La mobilité à longue distance des Français en 2013 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT En 2013, la mobilité à longue distance des personnes

Plus en détail

Dossier de Presse. SALM : Le leadership durable. Contact Presse Jean-Lin GINI Tél. : 03 89 58 26 77 Mail : jeanlin.gini@salm.fr

Dossier de Presse. SALM : Le leadership durable. Contact Presse Jean-Lin GINI Tél. : 03 89 58 26 77 Mail : jeanlin.gini@salm.fr Dossier de Presse F É V R I E R SALM : Le leadership durable INTRO : Points de repère DEVELOPPEMENT DURABLE : Les preuves d un engagement SCHMIDT : La marque de référence européenne CUISINELLA : Une progression

Plus en détail

Index d encadrés. Bilan : l année méditerranéenne. 453 Med.2010 Index d encadrés

Index d encadrés. Bilan : l année méditerranéenne. 453 Med.2010 Index d encadrés Index d encadrés Bilan : l année méditerranéenne Politiques méditerranéennes Moyen-Orient Vers une communauté de l eau et de l énergie au Moyen-Orient........................ 208 La Turquie-Les Balkans

Plus en détail

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Yohan Baillieul* Lorsqu elles achètent des prestations de services, les administrations s adressent autant à des petites

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

«Territoires métropolitains innovants: Technopôles et Pôles de Compétitivité» Tunis, 19 et 20 Juin 2007

«Territoires métropolitains innovants: Technopôles et Pôles de Compétitivité» Tunis, 19 et 20 Juin 2007 «Territoires métropolitains innovants: Technopôles et Pôles de Compétitivité» Tunis, 19 et 20 Juin 2007 Présentation Par Mr Kamel BELKAHIA ral du Pôle de Compétitivit titivité de Bizerte Président Directeur

Plus en détail

Association nationale de la meunerie française

Association nationale de la meunerie française Association nationale de la meunerie française LA MEUNERIE FRANCAISE : ses entreprises, ses marchés t tla t structure des entreprises de la meunerie française La meunerie française est composée de 373

Plus en détail