L investissement technologique dans la gestion des sinistres

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L investissement technologique dans la gestion des sinistres"

Transcription

1 L investissement technologique dans la gestion des sinistres La pertinence des investissements technologiques comme levier d amélioration de la gestion des sinistres

2 Sommaire Avant-propos 2 Synthèse 4 Les moteurs du changement dans la gestion des sinistres 6 FOCUS : S adapter aux nouvelles attentes des consommateurs 13 Quelles priorités d investissement dans les technologies? 18 FOCUS : Travailler efficacement avec les fournisseurs tiers 25 Approches de l investissement dans les technologies de gestion des sinistres 28

3 Tirer profit des nouvelles technologies 34 FOCUS : Les technologies au service des gestionnaires de sinistres 40 Conclusion 42 Ernst & Young, votre conseiller en gestion des sinistres 44 Contacts 45

4 Avant-propos 2 L investissement technologique dans la gestion des sinistres

5 Ces dernières années, l arrivée d une nouvelle génération de technologies a suscité un regain d intérêt pour l informatisation de la gestion des sinistres. Mais il reste de nombreux défis à relever pour obtenir les bénéfices escomptés. Il est donc intéressant d analyser dans quelle mesure les assureurs optimisent leurs performances en investissant dans les technologies de gestion des sinistres et sur quels points ils doivent se focaliser pour augmenter leurs chances de réussite. Il est largement reconnu dans le secteur que la simplification et la fluidification des processus de gestion des sinistres sont des enjeux majeurs pour les assureurs. Les difficultés auxquelles sont confrontés les acteurs en Europe sont exacerbées par le nombre et la variété des problématiques qui touchent leurs activités. Dans le climat actuel de contraintes budgétaires, garantir l efficacité des opérations tout en répondant aux attentes des clients dans le respect de la réglementation représente un réel défi pour les directions chargées des sinistres. Les pertes liées à une mauvaise gestion des sinistres connues sous le nom de «leakage» restent également un problème, en particulier dans la lutte contre la fraude. Les facteurs liés à l actualité, comme les catastrophes naturelles de ces dernières années et la volatilité du volume des sinistres qui en découle ont également contribué à mettre en évidence l importance cruciale d une bonne gestion des sinistres. S il est possible de réaliser ces bénéfices opérationnels et de démontrer l impact d un processus à la fois simple et fluide de gestion des sinistres sur les résultats d une société, alors l intérêt d accroître les investissements, en particulier dans les technologies, devient évident. Ce rapport s appuie sur des entretiens avec des dirigeants et des responsables des fonctions gestion des sinistres et informatiques dans cinq pays européens. Il s intéresse plus particulièrement à certains domaines dans lesquels les assureurs doivent investir pour obtenir des améliorations. Il permet d identifier les principales tendances en matière de priorités d investissement, les différents obstacles au changement et les solutions d optimisation du retour sur investissement. Andreas Freiling Responsable Assurance pour la zone EMEIA Ernst & Young GmbH La pertinence des investissements technologiques comme levier d amélioration de la gestion des sinistres 3

6 Synthèse Lorsque l on demande aux assureurs d identifier les moteurs actuels du changement en matière de gestion des sinistres, les réponses sont très variées, allant de la lutte contre la fraude à la conformité vis à vis des nouvelles réglementations. Un élément commun est néanmoins récurrent, celui du parcours client : le besoin de répondre à l évolution des exigences des clients est au premier plan des nombreux changements qui s opèrent en Europe. Ceci peut sembler contradictoire avec le besoin impérieux et constant de maximiser la rentabilité et de maintenir les coûts au plus bas. Toutefois, il existe des domaines dans lesquels les exigences des clients et les impératifs financiers de l entreprise sont convergents. C est notamment le cas de la rapidité de règlement d un sinistre : fréquemment citée comme une priorité par les clients, elle se traduit également par des coûts réduits pour l assureur. La gestion des sinistres peut en effet permettre de réduire les coûts ; c est d ailleurs la raison pour laquelle, malgré la conjoncture économique incertaine, les assureurs ne sont pas frileux en matière d investissement dans les technologies. En Europe, on note actuellement une forte activité en termes de transformation et d investissement dans la gestion des sinistres. La plupart des responsables des sinistres sont confiants et estiment que le secteur des assurances dans son ensemble investit suffisamment dans l informatique pour améliorer le traitement des sinistres en termes de rapidité, d efficacité et de fiabilité. Les assureurs s accordent également à dire que les équipes qualifiées de gestion de sinistres doivent pouvoir s appuyer sur des technologies efficaces et mises à jour. Les assureurs se montrent plus que jamais désireux d investir dans ces technologies, tandis que les responsables des sinistres cherchent à tirer au maximum profit des nouveaux logiciels et solutions. Mais avec ce besoin toujours présent d assurer un retour sur tous les investissements, il reste à savoir où allouer au mieux les ressources. Voici les principales conclusions de notre étude : Les attentes des clients évoluent, mais cela ne se traduit pas nécessairement par un investissement dans des technologies de gestion des sinistres axées sur le client. 40 % des personnes interrogées considèrent les «attentes des clients en matière de rapidité et d efficacité» comme l un des principaux facteurs de changement dans la gestion des sinistres. Une satisfaction accrue des clients figure également parmi les trois principaux moteurs d investissement dans les technologies de gestion des sinistres. Pourtant, la gestion des clients n a été sélectionnée que par un quart des personnes interrogées comme un domaine à faire évoluer en priorité, et moins d un cinquième des sondés investit dans des outils facilitant les échanges avec les clients. La capacité à interagir avec les clients via une multitude de canaux sera pourtant vitale. L enquête révèle en effet qu au cours des cinq prochaines années, les clients compteront de plus en plus sur l utilisation des périphériques mobiles et des médias sociaux pour communiquer au cours du processus de règlement des sinistres, tout en souhaitant maintenir des rencontres en face à face. La manière dont les assureurs envisagent l investissement dans les technologies de gestion des sinistres évolue, ce qui se traduit par un besoin accru en compétences et ressources spécifiques. Par le passé, l approche courante consistait à concevoir un système sur mesure, mais dans les trois prochaines années, les assureurs auront davantage tendance à acheter un progiciel et à l adapter, ou à améliorer ou redimensionner des éléments de leur système existant. Cela vaut en particulier pour les sondés dont les sociétés ont entrepris un programme à grande échelle d informatisation de la gestion des sinistres ces trois dernières années. Parmi les sondés qui ont conçu un système sur mesure par le passé, seuls 6 % envisagent de continuer à faire de même dans les trois prochaines années. Mais malgré ce changement d approche, près de 4 assureurs sur 10 affirment toujours qu ils recrutent en interne de nouvelles compétences pour soutenir leurs plans de développement. Ce décalage est particulièrement marqué au Royaume-Uni, où 60 % des sondés déclarent recruter du personnel qualifié en interne, alors que seulement 5 % prévoient de concevoir un système sur mesure. Ce besoin constant en compétences internes peut s expliquer par le niveau de personnalisation que les assureurs envisagent pour les outils standard qu ils achètent ou par le fait qu ils aient externalisé auparavant une grande partie de leurs activités de développement informatique. 4 L investissement technologique dans la gestion des sinistres

7 Les assureurs reconnaissent le besoin d une meilleure gestion des données, mais n en font pas pour autant une priorité dans le déploiement des technologies de gestion des sinistres. Les personnes interrogées déclarent qu une «meilleure gestion des données» constitue le levier qui augmenterait le plus l efficacité et le rendement du traitement des sinistres. Par ailleurs, l amélioration de la saisie des données figure parmi les cinq principaux moteurs d investissement dans les nouvelles technologies de traitement des sinistres. Les logiciels de reporting et d analyse sont les premières solutions envisagées par les assureurs pour résoudre les problèmes rencontrés dans le traitement des sinistres. Il est intéressant toutefois d examiner de plus près les questions d amélioration de la saisie des données et de production de meilleures informations de gestion : ce sont des moteurs d investissement plus importants pour les entreprises ayant mis en œuvre un vaste programme d informatisation de la gestion des sinistres ces trois dernières années, que pour celles ne l ayant pas fait. Les investissements antérieurs pourraient donc ne pas avoir apporté les résultats escomptés dans ces domaines. Une interaction plus efficace avec les fournisseurs et les intermédiaires est en tête des priorités pour réduire la hausse des coûts de règlement des sinistres. Près d un quart des sondés ont le sentiment que le manque d efficacité dans la relation avec les fournisseurs externes contribue à l augmentation des coûts de règlement des sinistres. Par ailleurs, une meilleure connexion avec les fournisseurs a été citée par près d un tiers des sondés comme un moyen important pour améliorer l efficacité du service de traitement des sinistres. Une communication efficace avec les fournisseurs tiers et les intermédiaires, comme les courtiers et les experts en assurances, est la deuxième priorité en termes de changement pour les assureurs. C est en particulier le cas au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne. En outre, un meilleur échange des données avec les fournisseurs est considéré comme l objectif ou le moteur le plus important d investissement dans les nouvelles technologies de gestion des sinistres, pour 75 % des sondés en Espagne et 50 % en Italie. À propos de ce rapport «L investissement technologique dans la gestion des sinistres» est un rapport d Ernst & Young rédigé par l Economist Intelligence Unit. Il examine les nombreuses pressions qui pèsent aujourd hui sur les services de gestion des sinistres et évalue la manière dont les assureurs répondent aux nouveaux enjeux du secteur, en particulier au moyen de solutions technologiques. Pour cette étude, nous avons contacté 78 compagnies d assurance, certaines ayant un chiffre d affaires annuel supérieur à 5 milliards d euros (16 %) et d autres, un chiffre d affaires annuel compris entre 100 et 300 millions d euros (22 %). Le rapport s appuie sur deux travaux de recherche menés en septembre et octobre 2011 par l Economist Intelligence Unit. Ces deux études fournissent des informations importantes sur les moteurs du changement dans la gestion des sinistres, ainsi que sur les stratégies des assureurs dans le choix de solutions technologiques : Une enquête menée auprès de 100 hauts dirigeants de compagnies d assurance non-vie ou mixte, évoluant dans des services de gestion de sinistres ou informatiques, avec une répartition homogène entre le Royaume-Uni, la France, l Allemagne, l Italie et l Espagne. Des entretiens approfondis avec des responsables des sinistres ou des directeurs des systèmes d information de 20 compagnies d assurance au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Italie et en Espagne. La pertinence des investissements technologiques comme levier d amélioration de la gestion des sinistres 5

8 Les moteurs du changement dans la gestion des sinistres La nécessité de faire évoluer la gestion des sinistres a été une des rares constantes pour les assureurs ces dernières années. Ceci en raison de différents facteurs, que ce soit le besoin de diminuer les pertes liées à une mauvaise gestion des sinistres, de garder un temps d avance sur les fraudeurs ou de garantir l efficacité des opérations, tout en répondant à l évolution et à la diversité des attentes des clients. Par le passé, le secteur des assurances a été stigmatisé, accusé de proposer un service client de mauvaise qualité. Il est évident aujourd hui que les assureurs souhaitent redorer leur image. Il suffit de discuter avec la plupart d entre eux pour s apercevoir que le service client représente, pour eux, une priorité absolue et qu ils placent le client au cœur d une grande partie des changements qui s opèrent actuellement dans la gestion des sinistres. Pas moins de 65 % des sondés au Royaume-Uni et 40 % en Allemagne ont cité les «attentes des clients en matière de rapidité et d efficacité» comme le premier facteur de changement en matière de gestion des sinistres dans le secteur des assurances. 6 L investissement technologique dans la gestion des sinistres

9 Quels sont les principaux facteurs de changement en matière de gestion des sinistres? Attentes des clients en matière de rapidité et d'efficacité Volume croissant des déclarations de sinistres Nécessité de garantir l'efficacité des opérations Pertes liées à une mauvaise gestion des sinistres Gestion des données (accès, qualité et sécurité) 4 4 Coûts de règlement des sinistres en hausse 2 4 Meilleure gestion des fraudes Contraintes des systèmes existants Exigences réglementaires Innovations technologiques en matière de sinistre Royaume-Uni Allemagne France Italie Espagne Source : Economist Intelligence Unit pour Ernst & Young. Remarque : la somme des pourcentages n'est pas égale à 100 % car les sondés pouvaient sélectionner plusieurs réponses. De toute évidence, les assureurs s attachent de plus en plus à répondre aux besoins croissants de leurs clients. Graham Gibson, Directeur du département Sinistres pour Allianz UK, affirme : «Nous avons passé beaucoup de temps et nous avons fait des efforts considérables pour comprendre les besoins de nos clients et pouvoir ensuite aligner nos processus en conséquence.» La pertinence des investissements technologiques comme levier d amélioration de la gestion des sinistres 7

10 Les experts en règlement des sinistres font tous le même constat : les clients sont devenus plus exigeants. Mais les assureurs ont envie de les satisfaire. Peter Albrecht, Directeur de la fonction Sinistres d ACE European, souligne ainsi : «Le sinistre est pour toute compagnie d assurance le moment de vérité car il la met face à ses engagements. Chez ACE European, nous avons la chance de tenir nos promesses.» L augmentation des coûts de règlement des sinistres est un autre élément de vive préoccupation pour les assureurs. Dans notre enquête, 40 % des sondés espagnols, ainsi que 25 % des sondés en Italie, au Royaume-Uni et en France qualifient ce critère comme un moteur essentiel du changement. Les assureurs automobiles ne sont pas les seuls à devoir gérer la question épineuse des déclarations de sinistre frauduleuses. Dans l enquête, si une grande variété de facteurs contribuant à l augmentation des coûts de règlement des sinistres a été identifiée, la fraude à l assurance reste celui le plus fréquemment cité. Par ailleurs, pas moins de 50 % des sondés en Espagne et 40 % en Italie estiment qu une «meilleure gestion des fraudes» serait l un des principaux motifs d amélioration de la gestion des sinistres. Imran Ahmed, Associé Ernst & Young LLP (Royaume-Uni) Responsable du Conseil en Gestion des Sinistres pour la zone EMEIA «Dans un marché où les pressions sur le chiffre d affaires sont considérables pour la branche «Particuliers» comme pour la branche «Entreprises», et où les coûts des sinistres continuent d augmenter, essayer d opérer des changements en matière de gestion des sinistres peut payer au niveau du résultat net. La plupart des moteurs du changement mis en évidence sont spécifiques à certains pays. Plusieurs tendances se dégagent néanmoins : l Europe enregistre une recrudescence des réclamations liées aux dommages corporels ; la fraude est un domaine de plus en plus surveillé, et le problème des pertes liées à une mauvaise gestion des sinistres ne cède pas du terrain. Le réel défi pour de nombreux assureurs consiste à savoir comment opérer un changement durable. Les changements touchant la structure de l entreprise et les processus auront généralement un impact limité sans le soutien des technologies.» 8 L investissement technologique dans la gestion des sinistres

11 Quelles sont selon vous les principales raisons de l augmentation des coûts de règlement des sinistres? Investissement inefficace dans les technologies de traitement des sinistres Attentes de plus en plus grandes de la part des clients 3 Manque d'efficacité dans la relation avec les fournisseurs externes lors du processus de règlement des sinistres Meilleure information des clients sur les conditions d indemnisation 1 2 Pertes liées à une mauvaise gestion des sinistres 1 2 Exigences réglementaires Fraude à l'assurance Investissement insuffisant dans les technologies de traitement des sinistres Inflation sous-jacente des produits et des services 1 Mon entreprise n'a pas subi une augmentation des coûts des sinistres Royaume-Uni Allemagne France Italie Espagne Source : Economist Intelligence Unit pour Ernst & Young. Remarque : la somme des pourcentages n'est pas égale à 100 % car les sondés pouvaient sélectionner plusieurs réponses. Felix Tarradellas, Directeur du département Sinistres de Zurich en Espagne, reconnaît que la fraude est clairement un catalyseur de la transformation amorcée. Il explique que les technologies peuvent aider à lutter contre la fraude, mais que le partage insuffisant des données est un véritable frein. «Nous ne sommes pas autorisés à échanger nos données avec d autres compagnies et ne pouvons donc pas recouper les informations pour déceler d éventuelles fraudes. En raison de nos lois de protection des données très strictes ici en Espagne, nous pouvons uniquement gérer les informations de nos propres clients», précise-t-il. «L échange des informations avec d autres compagnies nous permettrait pourtant une action bien plus efficace.» M. Gibson d Allianz UK considère la fraude comme une question vitale. Sur 750 gestionnaires de sinistres Allianz au Royaume-Uni, 75 sont chargés exclusivement de repérer les déclarations frauduleuses. Pour M. Gibson, la solution doit être globale en combinant à la fois technologies et compétences humaines. Les assureurs savent également qu ils doivent traiter les fraudeurs potentiels avec prudence. Il est important en particulier que les déclarants de bonne foi ne se sentent pas suspectés de fraude. En France, 65 % des personnes interrogées ont déclaré que le risque d incriminer l ensemble des clients par le simple recours à des technologies anti-fraude représente la plus grande difficulté dans la détection des fraudes à l assurance. Ce sentiment est partagé en Italie et au Royaume-Uni. La pertinence des investissements technologiques comme levier d amélioration de la gestion des sinistres 9

12 Quelles sont les principales difficultés dans la détection des fraudes à l assurance? Le recours à des technologies anti-fraude risque d'incriminer l'ensemble des clients (entraînant un grand nombre de faux positifs) Manque de connaissances sur les technologies anti-fraude les plus appropriées 3 4 Les technologies disponibles sont insuffisantes pour régler le problème de la fraude à l'assurance Les fraudeurs ont un temps d'avance sur les professionnels du secteur des assurances Restrictions budgétaires Autre, veuillez préciser Royaume-Uni Allemagne France Italie Espagne Source : Economist Intelligence Unit pour Ernst & Young. Remarque : la somme des pourcentages n'est pas égale à 100 % car les sondés pouvaient sélectionner plusieurs réponses. Bien entendu, la fraude n est pas la seule problématique. Les résultats de l enquête indiquent également différentes approches d un pays à l autre pour régler le problème des pertes liées à une mauvaise gestion des sinistres. L automatisation renforcée dans le processus de règlement des sinistres et la rationalisation des processus métiers ont souvent été citées comme autant de stratégies pouvant être déployées pour réduire ces pertes, au même titre que la formation et le développement du personnel. Laurent Corbineau, Associé Ernst & Young Advisory (France) «En France, les compagnies d assurance sont membres de l ALFA (Agence pour la lutte contre la fraude à l assurance). Cette association informe les compagnies d assurance sur les études, les méthodologies et les évolutions techniques en la matière, et leur permet de bénéficier d un partage des informations et d un réseau d agents agréés qui mènent des recherches privées. Malgré les efforts des autorités et des assureurs également, la fraude à l assurance ne cesse d augmenter. Cette situation est dommageable pour tous. Les assureurs cherchent donc par tous les moyens à lutter efficacement contre la fraude sans risquer pour autant de mettre en péril leur relation avec les clients honnêtes.» 10 L investissement technologique dans la gestion des sinistres

13 Que fait votre entreprise pour réduire les pertes liées à une mauvaise gestion des sinistres (leakage)? Elle renforce l'automatisation du processus de règlement des sinistres Elle rationalise les processus métiers Elle augmente ses capacités de détection des fraudes Elle assure la formation et le développement du personnel Elle améliore la saisie et la validation des données Elle améliore l'accès aux informations provenant de ou destinées aux fournisseurs tiers Elle augmente la spécialisation des processus et du personnel 2 3 Elle améliore les processus d'assurance qualité Royaume-Uni Allemagne France Italie Espagne Source : Economist Intelligence Unit pour Ernst & Young. Remarque : la somme des pourcentages n'est pas égale à 100 % car les sondés pouvaient sélectionner plusieurs réponses. Avec Solvency II se profilant à l horizon, la réglementation a été une préoccupation majeure pour les assureurs. Mais cette réforme semble n avoir contraint que dans une moindre mesure les services de gestion des sinistres à adapter leurs processus, puisque seulement 15 % des sondés ont identifié les exigences réglementaires comme un moteur clé du changement dans la gestion des sinistres. Ana Irigoyen, Directrice du département Sinistres pour QBE en Espagne, observe que la réglementation a un impact sur la gestion des sinistres, mais qu elle n a pas été à l origine de changements ces dernières années car les systèmes avaient déjà été adaptés pour répondre aux exigences réglementaires. La pertinence des investissements technologiques comme levier d amélioration de la gestion des sinistres 11

14 Êtes-vous d accord ou non avec le fait que les exigences réglementaires ont conduit à une augmentation des coûts de gestion des sinistres? Royaume-Uni Allemagne France Italie Espagne Tout à fait d'accord Pas du tout d'accord Source : Economist Intelligence Unit pour Ernst & Young Au Royaume-Uni, la question de la réglementation a été abordée du point de vue de la protection des assurés. Parmi les assureurs, beaucoup pensent que la conformité avec la réglementation de la Financial Services Authority (FSA) ne devrait pas poser de problème tant que le principe de traitement équitable des clients fait partie intégrante de leur culture d entreprise. Comme le souligne David Bonehill, Directeur des services Sinistres et Risques pour Ecclesiastical Insurance : «J estime que la réglementation de la FSA ne devrait nous poser aucun problème. Le programme Treating Customers Fairly (traitement équitable des clients) est un bon exemple : contrairement à d autres sociétés, le respect de la réglementation n a pas été une préoccupation pour nous car nous avions de toute façon déjà placé le client au cœur de nos activités.» M. Bonehill ajoute que la priorité actuelle au regard de la réglementation porte sur la qualité des données, en particulier dans le cadre de Solvency II. Les assureurs et leurs services sinistres continuent de s adapter à l évolution de la réglementation, comme aux problèmes de fraude ou aux exigences des clients. Mais ils doivent également faire face à des «pics de sinistralité» de plus en plus fréquents, causés par exemple par des catastrophes naturelles ou des troubles sociaux. Les stratégies de gestion des sinistres sont alors poussées à leur maximum. Andreas Freiling, Associé Ernst & Young GmbH (Allemagne) Responsable Assurance pour la zone EMEIA «Solvency II contraint les compagnies d assurance à améliorer leur efficacité et à renforcer le contrôle de leurs processus internes. Cette exigence ne concerne pas uniquement le processus de règlement des sinistres. Dans le contexte de protection des consommateurs, les organismes de régulation devront examiner de plus près les risques et les contrôles relatifs à la gestion des sinistres, en particulier du fait que tout sinistre implique une mise en relation immédiate entre la compagnie d assurance et l assuré.» 12 L investissement technologique dans la gestion des sinistres

15 FOCUS S adapter aux nouvelles attentes des consommateurs Notre enquête corrobore clairement que les attentes croissantes des clients sont un moteur clé du changement dans la gestion des sinistres. Ceci reflète une vision de plus en plus partagée selon laquelle, dans un environnement particulièrement concurrentiel, la capacité à atteindre un niveau élevé de satisfaction client peut être un avantage significatif face à la concurrence. Les assureurs doivent tout de même faire face à un problème non négligeable : en constante évolution, les attentes des clients sont en effet difficiles à cerner et varient également de manière significative d un pays à l autre. Une grande majorité des sondés espagnols (80 %) et une petite majorité des sondés italiens (55 %) placent la «rapidité de règlement des sinistres» en tête des priorités pour leurs clients dans le processus de règlement des sinistres (outre un règlement équitable). En Allemagne, la «protection des données personnelles» est l élément le plus cité, tandis qu au Royaume-Uni, il s agit de «l empathie des gestionnaires de sinistres», suivi de près par «la mise en relation avec des gestionnaires de sinistres compétents et expérimentés.» Quels éléments jugez-vous prioritaires pour vos clients dans le processus de règlement des sinistres (outre un règlement équitable)? Empathie des gestionnaires de sinistres 2 4 Mise en relation avec des gestionnaires de sinistres compétents et expérimentés 2 3 Rapidité de règlement des sinistres Protection des données personnelles Visibilité sur le statut de leur demande Réactivité globale sur l'ensemble du processus de règlement des sinistres Vaste choix d'options pour communiquer avec l'assureur au sujet de leur demande (par ex. téléphone fixe, téléphone portable, Internet, face-à-face) 1 3 Qualité des fournisseurs externes Autre, veuillez préciser Royaume-Uni Allemagne France Italie Espagne Source : Economist Intelligence Unit pour Ernst & Young. Remarque : la somme des pourcentages n'est pas égale à 100 % car les sondés pouvaient sélectionner plusieurs réponses. La pertinence des investissements technologiques comme levier d amélioration de la gestion des sinistres 13

16 La question est la suivante : comment les assureurs peuvent-ils répondre aux exigences nombreuses et diverses de leurs clients? La réponse se trouve dans l équilibre délicat entre des gestionnaires de sinistres compétents et expérimentés et des solutions technologiques efficaces. Mme Irigoyen de QBE définit une bonne expérience client comme suit : «Une réponse rapide, une bonne communication, et une solution et un règlement efficaces». Pour elle, «les technologies jouent un rôle important, en particulier lorsque les dossiers à traiter sont nombreux. Il est important dans ce cas de les [gérer] avec un système de saisie des données efficace. Sans système suffisamment performant, il est impossible de proposer au client une réponse satisfaisante.» Parmi les différents domaines, il en est un qui semble être amené à changer de manière déterminante : celui des canaux que choisissent les clients pour communiquer avec les assureurs en cas de sinistre. Plus précisément, d après l enquête, les assureurs pensent qu au cours des cinq prochaines années, le nombre de clients utilisant Internet ainsi que des périphériques ou des applications mobiles augmentera très fortement. Si les responsables des sinistres veulent suivre la tendance, ils devront adapter leurs services informatiques et leurs processus en conséquence. Au Royaume-Uni, Allianz UK s intéresse de très près au parcours client. M. Gibson explique : «On s aperçoit que certaines personnes sont attachées à un moyen de communication en particulier et s attendent donc à ce que tout le parcours client se fasse par le biais de ce média : souscrire à une assurance, la modifier le cas échéant, renouveler une police, déclarer un sinistre, le gérer et le régler et ce, quelle que soit la méthodologie de leur choix.» Laurent Corbineau, Associé Ernst & Young Advisory (France) «On constate avec étonnement que pour les assureurs la «rapidité de règlement des sinistres» n est pas en tête de liste des priorités des clients français. Ils citent plutôt une série d autres facteurs en relation avec la qualité du traitement des sinistres, notamment le processus de suivi qui permet de faciliter la communication avec l assureur. Seuls 15 % des assureurs en France ont cité «la rapidité de règlement des sinistres» comme l élément le plus important, ce qui est très peu par rapport aux autres pays. Nous recommandons à nos clients d investir dans des outils de workflow et dans un réseau extranet pour mieux répondre aux attentes des déclarants.» 14 L investissement technologique dans la gestion des sinistres

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

L Evènement Assurance Automobile de GT Motive

L Evènement Assurance Automobile de GT Motive L Evènement Assurance Automobile de GT Motive Résultats de l étude satisfaction des assurées : 27,8% des assurés sont susceptibles de changer d assurance après la gestion d un sinistre Lancement de la

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

La situation du Cloud Computing se clarifie.

La situation du Cloud Computing se clarifie. Résumé La situation du Cloud Computing se clarifie. Depuis peu, le Cloud Computing est devenu un sujet brûlant, et à juste titre. Il permet aux entreprises de bénéficier d avantages compétitifs qui leur

Plus en détail

à prendre l ascendant en matière de Big Data et de Cloud Les DSI de la région Asie-Pacifique cherchent

à prendre l ascendant en matière de Big Data et de Cloud Les DSI de la région Asie-Pacifique cherchent 8 L enquête souligne la prépondérance accordée à la création de valeur ajoutée par rapport aux réductions de coûts, ainsi que la prédominance des investissements dans le Big Data, le Cloud et la sécurité.

Plus en détail

Les assureurs cherchent à optimiser la gestion des sinistres afin d abaisser les coûts et de satisfaire leurs clients

Les assureurs cherchent à optimiser la gestion des sinistres afin d abaisser les coûts et de satisfaire leurs clients Etude Accenture sur l investissement dans la fonction Sinistres en Europe et en Amérique latine - Edition 2013 Les assureurs cherchent à optimiser la gestion des sinistres afin d abaisser les coûts et

Plus en détail

L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis

L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis ÉTUDE TECHNIQUE L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis Pour une entreprise, l informatique en nuage constitue une occasion majeure d améliorer

Plus en détail

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Objectifs Baromètre des investissements informatiques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables

Plus en détail

PASS_Compagnia. Dommages et Vie LE CHOIX DE L INNOVATION. Étude de cas HDI Assicurazioni

PASS_Compagnia. Dommages et Vie LE CHOIX DE L INNOVATION. Étude de cas HDI Assicurazioni PASS_Compagnia Dommages et Vie LE CHOIX DE L INNOVATION Étude de cas HDI Assicurazioni Index 1. PASS_COMPAGNIA DOMMAGES ET VIE... 3 1.1 Sommaire... 3 1.2 Le scénario... 4 1.3 La solution de RGI... 5 1.3.1

Plus en détail

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.620.5533 F.508.988.6761 www.idc-fi.com Créer de la valeur dans le secteur d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Analytics» L

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Rid the World of Project Failure

Rid the World of Project Failure La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : Une Visibilité Parfaite, Un Net Avantage Concurrentiel Rid the World of Project Failure Collaboration. Compliance. Control. Qu est-ce que la gestion

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

Présentation à l Autorité des marchés financiers. Offre d assurance par Internet au Québec

Présentation à l Autorité des marchés financiers. Offre d assurance par Internet au Québec Présentation à l Autorité des marchés financiers Offre d assurance par Internet au Québec Par l Association canadienne des institutions financières en assurance Mai 2012 Au sujet de l ACIFA L ACIFA a été

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

Solutions EMC Documentum pour les assurances

Solutions EMC Documentum pour les assurances Caractéristiques d EMC Documentum La famille de produits EMC Documentum aide les compagnies d assurance à gérer tous les types de contenu de plusieurs départements au sein d un seul référentiel. Grâce

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens

LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens Nouvel opérateur de la gestion du Tiers Payant Complémentaire, Mut Santé a souhaité

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Aperçu : Permettre l agilité du data-center La flexibilité métier est votre objectif primordial Dans le monde d aujourd hui, les clients attendent

Plus en détail

Accenture Software. IDMF Insurance Data Migration Factory. La migration en toute confiance de vos données d assurance

Accenture Software. IDMF Insurance Data Migration Factory. La migration en toute confiance de vos données d assurance Accenture Software IDMF Insurance Data Factory La migration en toute confiance de vos données d assurance Plus de 60 millions de contrats migrés avec succès Les compagnies d assurance sont régulièrement

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Servez-les bien ou vous les perdrez. Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne

Servez-les bien ou vous les perdrez. Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne Servez-les bien ou vous les perdrez Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne Le secteur canadien de l assurance multirisque est en train de subir des

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Gestion de la sécurité de l information par la haute direction

Gestion de la sécurité de l information par la haute direction Étude technique Gestion de la sécurité de l information par la haute direction _la force de l engagement MC Groupe CGI inc. 2004, 2010. Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Enquête. Compagnies d assurance : êtes-vous équipées pour lutter efficacement contre la fraude? Une étude SAS

Enquête. Compagnies d assurance : êtes-vous équipées pour lutter efficacement contre la fraude? Une étude SAS Enquête Compagnies d assurance : êtes-vous équipées pour lutter efficacement contre la fraude? Une étude SAS Sommaire Synthèse... 1 Principaux résultats... 2 Situation actuelle...2 Utilisation de solutions

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.935.4400 F.508.988.7881 www.idc-ri.com S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance

Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance 1 En cette période de tension sur leur rentabilité et de pression sur les tarifs, les assureurs soulignent la nécessité de renforcer leur dispositif

Plus en détail

Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux.

Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux. Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux. NCR SERVICES Brochure Title Goes Here Gestion Sub-header proactive, / description maintenance goes here

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

DÉMYSTIFICATION DE L AUTO-ASSURANCE

DÉMYSTIFICATION DE L AUTO-ASSURANCE POURQUOI L AUTOASSURANCE? Une chaîne de casinos canadiens offre l expérience client idéale. Dès l arrivée des clients et jusqu à leur départ, c est satisfaction garantie! Leurs chambres offrent tous les

Plus en détail

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Accélération et précision des rapports, budgets et prévisions au service d une entreprise en plein essor En bref Les besoins À la suite de plusieurs acquisitions

Plus en détail

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER Pour les banques, le papier devrait servir à imprimer des billets ; pas à en garder la trace dans

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Puisque ce numéro de la Revue, tout comme celui de janvier 2004, est consacré à l assurance automobile, j ai choisi

Plus en détail

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Une étude personnalisée commandée par Cisco Systems Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Juillet 2013 Déploiement d'une large gamme

Plus en détail

EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE

EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE 21 novembre 2003 Sommaire Objectifs de l'enquête et méthodologie Tendances des SID (Systèmes d'information Décisionnels)

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

Votre guide 2013 pour la gestion des déplacements et frais professionnels

Votre guide 2013 pour la gestion des déplacements et frais professionnels Votre guide 2013 pour la gestion des déplacements et frais professionnels La majorité des organisations comptent sur les voyages d affaires pour réaliser leurs objectifs opérationnels, qu il s agisse de

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle LIVRE BLANC Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle Quels sont les avantages d adopter uneapproche intégrée à la gestion de service. INTRODUCTION Lorsque vous pensez CRM,

Plus en détail

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE ETUDE RHÔNE Septembre 2015 CCI LYON - DIRECTION DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TERRITORIAL Page 1 I CCI DDIT Page 2 I CCI DDIT ommaire Avant-propos page

Plus en détail

En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille moyenne

En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille moyenne Présentation du produit SAP s SAP pour les PME SAP BusinessObjects Business Intelligence, édition Edge Objectifs En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille

Plus en détail

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres Janvier 2015 Enquête CLCV Assurances et sinistres 1 Synthèse Au cours du deuxième semestre 2014, nous avons réalisé une enquête auprès de 442 assurés ayant subi un sinistre automobile ou habitation aux

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together.

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together. Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante Delivering Transformation. Together. Sopra Steria Consulting est l activité Conseil du Groupe Sopra Steria. Présent

Plus en détail

Pourquoi toutes les entreprises peuvent se priver de centrale téléphonique?

Pourquoi toutes les entreprises peuvent se priver de centrale téléphonique? WHITE PAPER Pourquoi toutes les entreprises peuvent se priver de centrale téléphonique? Le «cloud voice» : l avenir de la communication Introduction Il fut un temps où, par définition, les entreprises

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Digital Trends Morocco 2015. Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014

Digital Trends Morocco 2015. Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014 Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014 Sommaire 04 Objectifs de la démarche 07 Méthodologie 05 Parties prenantes 09 Résultats de l étude 06 Objectifs de l étude 37 Conclusion 02 Contexte

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises :

Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises : LIVRE BLANC SUR LES MEILLEURES PRATIQUES Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises : Choisir la meilleure solution de support technique et améliorer le retour sur

Plus en détail

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Enquête ADP 2015 auprès des responsables de la gestion du capital humain d entreprises internationales TABLE DES MATIÈRES Synthèse... 3 Introduction

Plus en détail

La conformité et la sécurité des opérations financières

La conformité et la sécurité des opérations financières La conformité et la sécurité des opérations financières Au service de vos systèmes d information critiques www.thalesgroup.com/security-services Des services financiers plus sûrs, même dans les passes

Plus en détail

Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario

Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario Examen préliminaire du rapport de KPMG daté du 13 juin 2012 24 juillet 2012 Auteur : M. Liam M. McFarlane Ernst & Young s.r.l. Services

Plus en détail

Êtes-vous à risques? Exploitation optimale des données. Dans ce numéro : Êtes-vous prêt? Vol. 8, n o 1. kpmg.ca/etesvousarisques

Êtes-vous à risques? Exploitation optimale des données. Dans ce numéro : Êtes-vous prêt? Vol. 8, n o 1. kpmg.ca/etesvousarisques Êtes-vous à risques? Vol. 8, n o 1 Dans ce numéro : Exploitation optimale des données Êtes-vous prêt? kpmg.ca/etesvousarisques 1 Êtes-vous à risques? Vol. 8, n o 1 EXPLOITATION OPTIMALE DES DONNÉES Êtes-vous

Plus en détail

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012 TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012 Novembre 2012 Sommaire 3 7 9 12 14 19 25 27 31 Présentation du baromètre Profil des entreprises Contexte économique Ressources humaines Financement

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Liste de vérification des exigences Flexfone

Liste de vérification des exigences Flexfone Liste de vérification des exigences Flexfone Introduction Avant de déployer un service de voix par le protocole de l Internet (VoIP) ou un PBX hébergé dans votre entreprise, vous devriez prendre certaines

Plus en détail

Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles

Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles À travers toute l Europe, des entreprises toujours plus nombreuses cherchent à transformer leurs datacenters. Une nouvelle recherche menée

Plus en détail

Le Cisco Smart Business Communications System

Le Cisco Smart Business Communications System Le Cisco Smart Business Communications System Smart Business Brochure Le Cisco Smart Business Communications System Aujourd hui, les petites entreprises sont confrontées à une concurrence accrue. Une

Plus en détail

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Au 1er janvier 2005, les entreprises pourront répondre aux marchés publics sous forme électronique, et les collectivités territoriales

Plus en détail

Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence?

Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence? Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence? SOLUTIONS D AGENCE NCR Pour une expérience d agence financière plus moderne, intelligente et efficace. Experience a new world

Plus en détail

e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises

e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises Livre Blanc e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises Optimisation des opportunités en ligne pour les PME Opportunités en ligne La conjoncture n a jamais été aussi favorable

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

La certification dans les Organismes de Protection Sociale

La certification dans les Organismes de Protection Sociale La certification dans les Organismes de Protection Sociale Quelles certifications sont représentées dans le secteur? Quelles initiatives sont actuellement menées? Comment appréhende-t-on les certifications

Plus en détail

Motiver les équipes commerciales

Motiver les équipes commerciales Motiver les équipes commerciales Nouvelle recherche sur les facteurs de motivation des commerciaux les plus performants. par Colleen O Sullivan & Greg McDonald Developing the 21st century workforce TM

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Développer une culture d efficience

Développer une culture d efficience point de vue services financiers Développer une culture d efficience dans les Back Offices Hughes ROY Partner au sein de l'équipe Services Financiers de Sopra Consulting, Hughes Roy est porteur de l offre

Plus en détail

Performances de Sage ERP X3. étude réalisée par Ernst & Young Advisory auprès de moyennes et grandes entreprises

Performances de Sage ERP X3. étude réalisée par Ernst & Young Advisory auprès de moyennes et grandes entreprises Performances de Sage ERP X3 étude réalisée par Ernst & Young Advisory auprès de moyennes et grandes entreprises Edito En tant qu acteur majeur du marché du conseil, nous nous devons de tenir informés nos

Plus en détail

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

Etude tendancielle de la SaarLB sur les énergies renouvelables

Etude tendancielle de la SaarLB sur les énergies renouvelables Etude tendancielle de la SaarLB sur les énergies renouvelables Sommaire Etude tendancielle de la SaarLB 1. Principales données du sondage 2. Évaluation générale des énergies renouvelables : opportunités

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Sortir des murs, démultiplier les contacts 2013 T A L E N T E D T O G E T H E R Unissons nos Talents 1 Introduction Entre discours incantatoires

Plus en détail

Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité?

Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité? Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité? 4 e édition Avril 2014 Sommaire Baromètre Confiance 2014 : statu quo Fidélité clients : mythe ou réalité? 2 Relations banques et clients édition

Plus en détail