Big Data & Risques. Mise en perspective du Big Data dans la gestion des risques bancaires. Stéphane Eyraud CEO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Big Data & Risques. Mise en perspective du Big Data dans la gestion des risques bancaires. Stéphane Eyraud CEO seyraud@chappuishalder."

Transcription

1 Big Data & Risques Mise en perspective du Big Data dans la gestion des risques bancaires Stéphane Eyraud CEO Benoit Genest Head of Global Research & Analytics 1

2 Agenda 1 Introduction Christian JIMENEZ, Président PRMIA Paris & Richard FRAJND, Vice-Président Oracle France 2 How big is Big Data for Axa? Philippe MARIE-JEANNE, Responsable du Data Innovation Lab, AXA 3 La mise en place du Big Data Franck POULAIN, Directeur Technique, Oracle France 4 Mise en perspective du Big Data dans la gestion des risques bancaires Stéphane EYRAUD, Partner du bureau de Londres et CEO de Chappuis Halder & Cie Benoit GENEST, Responsable Monde du GRA (Global Research & Analytics) de Chappuis Halder & Cie 5 Big Data Mining : Order out of Chaos Bertrand HASSANI, Responsable Monde des Méthodologies de Risque Opérationnel, Banque Santander, Londres 2

3 Agenda Mise en perspective Les opportunités permises par le Big Data 3

4 Big data : où va t on? Perspectives pour l industrie financière (Banques et assurances) Future Present Past INTEGRATED Increased computing power Centralised, unlimited data storage capacity Self detection, auto upgrading & efficient models DYNAMIC Largely improved data storage capacity Homogenisation of modelling practices Today s average position business incentives for Data modelling technique development Aggregation of data sources (Finance, Risk, Marketing, sales ) STATIC Limited data storage Unproved data quality Limited computing power Increase in volumes R&D development 0 Data collection Dataware house IT implementation & Infrastructure 1 2 Data Storage Historical data 3 Data cleaning Data quality management Data transformation 4 5 Data Statistical description Mean, Median, standard deviation Histogram VaR 95,99% 6 7 Artificial Intelligence Self-Learning models (auto efficient) Multi crossing data set X factor Mining Web mining (behavior ) Image mining (face recognition) Text mining Data Mining & Big Data Prediction Ranking / discrimination Anticipation & simulation Data analysis Clustering & segmentation Automatic classification Factorial analysis 4

5 Big data : qu est-ce que c est? Les critères d aujourd hui pour définir les risques de demain Les 7 critères qui fondent le Big Data d aujourd hui et les fonctions risques de demain 1. Qualité 7. Données exogènes 2. Profondeur 3. Exhaustivité 4. Centralisation 5. «Real time» data 6. «Data storage» L évolution des Directions des Risques des grandes industries (banques et assurances notamment) doit être mise en parallèle avec celles des données et des capacités IT et sera conditionnée par la capacité d autres fonctions à intégrer ces changements (directions commerciales et marketing notamment) Quelle conditions d utilisation des données peut-on envisager sur les 10 prochaines années? Capacité de stockage quasi infinie Historiques très profonds Données internes unifiées / consolidées au sein d une seule source (finance / marketing / risques / ) Des durées de traitement et de calcul réduits au minimum (passage au «real time data») Emergences de données d interprétation (données externes des réseaux sociaux, ) Un process de stabilisation de la réglementation bancaire (fin des périodes de mise en place et intégration effective des reporting avancés et des modèles internes) Désintermédiation (digital, banque en ligne ) 5

6 Big data : pour quoi faire? Tour d horizon des anticipations du marché Le Top 3 des objectifs Big Data Zoom sur le secteur bancaire et financier Le marché financier croit en une nouvelle approche client ainsi qu à une optimisation de ses fonctions supports (Finances et Risques) Source : Ventana Research 2013 Les bénéfices attendus du Big Data Vitesse et précision : une revalorisation du principe de l analyse La traduction de cette vision se matérialise concrètement par des effets d augmentation d efficacité que ce soit : dans l exécution, la lecture des phénomènes, leur interprétation, les actions en découlant Source : Analytics IBM Institute

7 Agenda Redistribution des cartes pour les Directions des Risques La naissance de nouvelles fonctions 7

8 Mise en perspective des opportunités permises par le Big Data Préambule Une évolution des Directions des Risques qui va de paire avec celle des capacités IT des banques et des environnements de recherche externes (Clouds, réseaux partagés ) 1 Evolution des Directions des Risques Meilleure intégration dans l organisation globale de la Banque Meilleure structuration de «l offre de la filière Risque» auprès des Métiers Plus de valorisation des résultats obtenus grâce à des indicateurs ajustés et dynamiques 2 Evolution des capacités IT des Institutions Mutualisation de l architecture SI dans la plupart des banques (plus homogène) Marché de solutions clés en main avec simplification de la mise en œuvre, notamment pour la mise en conformité aux attentes réglementaires Puissance de calculs et préservation des données exponentielles 3 Evolution de l approche aux données Amélioration constante de la qualité des données Stockage transversal des données Vers une exploitation des données comportementales (réseaux sociaux, etc.) 8

9 Une redistribution des cartes pour les Directions des Risques Message # 1 : Fin de l isolement de la fonction Risques Lien marketing risques plus fort grâce aux grands projets informatique CRM Data warehouse unique pour toutes les fonctions de la banque Un marketing plus ciblé grâce à une meilleure segmentation des clients Marketing Réseau Risques Finance IT Direction commerciale Après la crise durable, nécessité de sensibiliser largement aux enjeux de liquidité Compréhension fine des risques ALM, de marché, de crédit par la fonction Finance Multiplication des projets communs (ex : gestion du LCR) Mesure de la rentabilité du réseau d agences grâce à la collecte de data clients Meilleure gestion du risque opérationnel réseau 9

10 Une redistribution des cartes pour les Directions des Risques Message # 2 : Organisation «intelligente & évolutive» des fonctions Risques Des fonctions régaliennes qui vont rester essentielles 3. Contribution à la politique de prise de risques 1. Principes généraux de structuration d une DR 6. Avancement règlementaire 4. Prévention des risques 2. Missions, organisation et gestion interne mais dont les modalités d exécution vont radicalement changer! 5. Surveillance permanente et pilotage consolidé Vers une intelligence du risque Vers une Gouvernance partagée Vers une nouvelle organisation du travail Naissance / développement de départements d études => analyse du risque, traitement et analyse de la donnée Mise en place de relais beaucoup plus forts avec les autres directions de la banque (Comités partagés et/ou multilatéraux, études conjointes et reportings partagés ) Diminution des échelles hiérarchiques Une réduction des process => Réduction des temps de production versus un allongement de la durée d exploitation et d analyse des données Importance de la modélisation (data mining, profiliing, simulation ) Les risques sont dorénavant placés au service de la stratégie de la banque en lien direct avec les organes décisionnels et les autres directions (via des Comités partagés), ce qui crée une nouvelle intelligence du risque 10

11 Une redistribution des cartes pour les Directions des Risques Message # 3 : Simplification des process de production Cette simplification attendue des process se fera en contrepartie d un allongement des étapes à valeur ajoutée de ces mêmes process Réduction des temps de production Allongement de la durée d exploitation et d analyse des données Recours massifs à la modélisation et aux outils IT associés Process optimisés pour répondre plus rapidement aux attentes des régulateurs Plateformes de nouvelle génération (hardware) Outils de restitution performants Du temps libéré pour les analystes risques Mis à disposition pour l analyse des données L intelligence du risque remise au cœur de la fonction Data mining Text mining Data profiling / date visualizing Outils de simulations Plateforme IT unique 11

12 Une redistribution des cartes pour les Directions des Risques Message # 4 : Les nouveaux KPI, expressions de la nouvelle efficacité des fonctions risques Une capacité de maîtrise et de pilotage qui seront mieux mesurés Une nouvelle efficacité de la fonction Risques qui pourra prendre les effets suivants 1 Maturité de la fonction Risques Réduction des effectifs mais hausse des rémunérations moyennes Hausse de la maturité et de la capacité analytique Hausse des compétences d utilisation, d exploitation et de modélisation des données, hausse des compétences de synthèse («mass data analysis») 2 Nouvelles fonctions au sein de la Banque 1 Nouveaux objectifs pour les métiers du Risque Forte hausse des projets communs (ex : gestion du LCR) et naissance de départements pluri directions (Finance / Risques) Redistribution (refacturation interne / TCI risque?) des analyses en risque aux autres fonctions (études CRM, potentialité des données réseaux sociaux / fraude ) Contribution directe aux études de la Stratégie (reporting, ) Création de départements «Qualité» au sein des risques : mesure en bp des actions de recouvrement, octroi, variation du RWA, effets des stress ) Revue des objectifs (KPI) assignés à la Direction des Risques (moins réglementaires, beaucoup plus métiers : pertinence des stress, efficacité des prévisions, valorisation des actions de couverture, réduction du risque ) Revalorisation du positionnement du Directeur des Risques (Comité exécutif de la banque à minima) Beaucoup plus d analyses «à la demande» 12

13 Agenda Transformation des prestations de services Anticipation sur l évolution du quotidien d une fonction Risques (en environnement Big Data) 13

14 Une transformation des prestations de services La fin d une analyse en silo des risques Risque de crédit Risque de marché Risque opérationnel Risque ALM Analyse Risque de marché Risque opérationnel Analyse Risque ALM / liquidité Risque de crédit INFORMATION SEGMENTEE D une analyse compartimentée où chaque famille de risques est analysée séparément et indépendamment INFORMATION PARTAGEE & COMPLETE vers une analyse transversale où l on est capable d identifier et d appréhender de façon globale tous les risques à la fois TRANSMISSION INTELLIGENTE DE L INFORMATION Avec l exploitation de toutes les dimensions du Big Data et ses dérivés (utilisation du «data visualization» pour les reporting par exemple) 14

15 Une transformation des prestations de services Vers une lecture multi dimensionnelle du risque D un modèle de «Capital économique» à une dimension vers un outil d orientation de la «Stratégie économique» multidimensionnel Liquidité CT Liquidité CT HIER AUJOURD HUI DEMAIN Une optimisation du portefeuille bancaire qui reste encore théorique (peu de données ) et duale (couple PNB / Actifs pondérés) Des axes d études multi dimensionnels : Le bilan bancaire est désormais optimisé via une analyse «multivariée» (PNB / RWA / LCR). C est la montée en puissance de la politique d appétit pour le risque Une optimisation en dynamique du portefeuille bancaire : tous les axes d optimisation du portefeuille (PNB, RWA/LVR / BU ) seront utilisés pour une détermination idéale du bilan de la banque (arbitrage de composition des actifs et passifs pour optimiser et s aligner sur la stratégie de la direction) 15

16 Une transformation des prestations de services Un nouveau format de suivi et de pilotage du risque Un pilotage du risque plus «modulable» grâce à des données mieux exploitées Impacts attendus Formats de suivi intelligents intégrant une vision plus consolidée Demande pour des analyses d anticipation et de prédiction (expected Risk) Grâce aux nouvelles expertises et compétences de la Direction des Risques - Des reporting moins segmentés mais aussi plus précis et concis - Capables de mettre en exergue les risques à un moment donné Sur des horizons aussi bien court terme que stratégiques Mise en perspective des risques avec d autres dimensions - Rentabilité, Marge opérationnelle, capacité commerciale, etc. Nouvelles limites, nouveaux indicateurs et ratios de surveillance Nouveau format de reporting Moins axés sur les aspects réglementaires, plus flexibles Evolutifs (non figés) et donc adaptés au niveau général de risque de la banque à un moment donné (ex : liquidité) Liés à l activité réelle de la banque et sa prise de risque (ex : transformation) Une plus forte capacité de synthèse grâce au tri de l information Un reporting dynamique et interactif - Importance du détail et de la profondeur de la donnée Exemple : zoom sur une donnée particulière pour comprendre l augmentation des RWA sur une activité de marché donnée 16

17 Une transformation des prestations de services Une avancée significative attendue dans la restitution des analyses FORMAT DE RESTITUTION «INTELLIGENT» Embrasser tous es risques de l établissement en 1/2 graphs Représentation visuelle intelligente Format 3D et 4D (intégration du mouvement => projections) FORMAT DE REPORTING «FLOTTANT» (non figé) Indicateurs automatiquement choisis en fonction de l évolution des risques Tableaux de bord interactifs (changements d axes en temps réel) Détection des zones de risques et fixation automatique des limites adéquates (auto détection du risque ) Construction de reporting par objectif pré-fixés (reporting stratégique, reporting détection du risque, reporting mesure du risque ) REPORTING A POSSIBILITES CALCULATOIRES Formules intégrés dans un graph / TdB = simulation des effets Interactions entre les différents indicateurs et mise à jour instantanée (changement d un scénario=> recalcul immédiat des niveaux de RWA, liquidité sur tous les tableaux) Caractère auto correctif : Détection automatique des incohérences, écarts entre indicateurs, (caractère auto correctif ) 17

18 Une transformation des prestations de services Des outils de mesure et de gestion du risque plus efficaces Une explosion des outils reposant sur des techniques statistiques avancées 1 Scoring intégrant les comportements sociaux Adaptation dynamique des outils de détection de la fraude Capacité d adaptation des process de recouvrement beaucoup plus souples et rapides (sélection des garanties, etc.) Récupération automatique des données exogènes à l établissement et utiles pour son activité 2 Développement de modèles complexes et plus prédictifs Réseaux neuronaux (auto apprentissage => exemple de la fraude) + recherches des causalités dans les données accessibles Data mining à grande échelle Simulation (Monte Carlo ou équivalents) sur toutes les données du DWH (non limité au risque) Développement de nouvelles approches de modélisation comportementale (text mining) 1 Utilisation des outils de risque dans la gestion quotidienne Couverture du risque (provisions, EFP, ) Réduction du risque : Sélection à l entrée Maîtrise de la rentabilité / risque : Montant, totaux ou volume d un prêt pour un client donné Simulation du risque : Incidence en risque d une campagne marketing Pilotage du risque : Revue de limites ou de seuils de sélections «on line» pilotés en temps réels via internet 18

19 Une transformation des prestations de services Effets attendus de l intégration du Big Data dans les risques 1 2 REDUCTION DU COÛT DU RISQUE 3 4 OPTIMISATION DU RESULTAT ET DE LA RENTABILITE REDUCTION DU COÛT DE COUVERTURE NOUVELLE SOURCE DE REVENUS POUR LES RISQUES Avec le Big Data, les fonctions risques pourront être utilisées fonctionnellement comme des centres d opportunités Sélection dynamique à l octroi (découverts fixés en dynamiques ) Amélioration de la lecture du risque clientèle (intégrations des données comportementales, Informations des objets connectées pour les assureurs ) Intégration du coût exact des ressources rares dans les taux clientèles et la mesure des activités internes (appétit pour le risque) Très grande précision dans les anticipations de dotations reprises (provisions) Diminution du prix de la couverture actif passif (meilleurs estimations des impasses liquidité et intégration des prévisions comportementales, réduction du prix de produits de couverture ) Efficacités des méthodes de couvertures du risque opérationnelle (Fraude, nouvelle polices d assurances ) Optimisation de la Marge net d Intérêt Exploitation commerciales des clients les plus rentables Ventes de bases de données ciblées à certains clients Vente du savoir faire analytique (prestations de services) Nouveaux produits basés sur la masse d information en risk disponible (appli Risk, Objets connectés et risk, Produits financiers et assuranciels basés sur le niveaux des risques ) 19

20 Agenda Et aujourd hui? Des niveaux de maturités différents mais une conviction commune de forte potentialité du Big Data 20

21 Big Data : où en sont les banques aujourd hui? Les pratiques relatives au Big Data dans les banques aujourd hui restent très hétéroclites MATURITE 1 Identification, mesure, et prévention des risques 2 Vision consolidée des risques 3 Usage du Big Data en environnement risque 4 Intégration des risques dans le pilotage stratégique BENCHMARK Wells Fargo Le Big Data reste du domaine de la prospective. Réflexion autour de l évaluation du risque de crédit La Caixa Constitution d un «Data Pool» global pour faciliter la prise de décision et la création de nouveaux produits Crédit Mutuel Arkéa Accélération des temps de traitement, création d offres différenciantes, amélioration de la stratégie marketing JP Morgan Production de rapports destinés aux grandes entreprises grâce aux informations collectés sur les transactions Zions Bank Transformation du processus de gestion de la NYSE Euronext fraude Utilisation du Big Data pour détecter les nouveaux modèles de trading illégal BNP Paribas Customisation des offres produits fondée sur les besoins clients réels et les conditions de marché Citi Commercialisation directe de ses données, agrégées et anonymisées 21

22 Chiffres clés du Big Data dans l industrie bancaire C est parti! Chiffre d affaires du marché du Big Data en 2016 : 24 milliards de $ Taux de croissance annuel : - Solutions de stockage Big Data : 53,4% - Services Big Data : 21,1% Pourcentage d entreprises lançant des projets Big Data ou envisageant de le faire : France (10%), Allemagne (18%), UK (33%) 58% des entreprises françaises estiment être en retard par rapport à leurs concurrents En France, le Big Data pourrait générer 2,8 milliards d de revenus et emplois directs 57% des banques auraient prévu d investir dans le Big Data sur les 2 prochaines années La plupart des banques initient seulement leurs efforts de développement en termes de Big Data et l analyse et la gestion des risques restent l enjeu principal du Big Data pour les banques Définition d une feuille de route Big Data 47% Conformité réglementaire 28% 22% Gestion de la fraude Compréhension du concept 26% 27% Conduite de projets Big Data et implémentation Source: Jaspersoft Analyse et gestion des risques 37% 13% Autres Source: Jaspersoft 22

23 Conclusion DEMAIN? Les choix stratégiques des différentes institutions seront beaucoup plus perceptibles dans leurs résultats MT du fait d une accessibilité immédiate à l information qui oriente ces mêmes choix CONSEQUENCES? 1. Hausse de l influence stratégique dans les années à venir et indirectement hausse du risque «réputationnel» 2. Forts investissements dans le domaine du Big Data. Cet investissement ira bien au delà de l infrastructure IT, des capacités de calcul des serveurs et de stockage. L investissement sera aussi humain. Les prochaines années sont celles qui donneront un avantage compétitif aux établissements pionniers en la matière. Les écarts de maturité sur le Big Data seront amenés à se réduire sur un horizon MT ou LT compte tenu de l obligation des établissements à s adapter in fine. Le Big Data transformera aussi et surtout la relation des institutions à leurs utilisateurs finaux. L émergence de nouveaux comportements clients, c est aussi celles de nouveaux risques 23

24 Agenda Annexes 24

25 Une transformation des prestations de services Une nouvelle façon de lire et interpréter les risque Le Big Data va permettre une extension du périmètre d analyse des risques sur une nouvelle échelle de temps : le temps réel EXTENSION DU PÉRIMÈTRE D ANALYSE EN RISQUE «USE TEST» : UNE NOTION QUI DEVIENT MAJEURE AXES DE LECTURE DEMULTIPLIES Intégration de toutes les lignes métiers Intégration de tous les portefeuilles Vision intégrale et immédiate des risques de la banque Absence de «zones d ombre» Une nouvelle échelle de temps : le temps réel (lecture des résultats en temps réel, information disponibles en temps réel ) Vision intégrale et immédiate des risques bancaires (traitement de masse) Par filiales Par produits Par dates Par niveau de risques Par niveau de stress (EL vs UL) Par marges opérationnelles Par perspectives commerciales Intégration de données externes (comportements sociaux et risques associés) 25

26 Une transformation des prestations de services Une gestion dynamique : anticiper et projeter le risque Capacité à anticiper et projeter : une gestion en dynamique du risque de l institution RESSOURCES RARES : NOUVEAU FORMAT DE RÉALLOCATION SIMULATION D IMPACT : EXERCICE EMBRASSANT PLUSIEURS DOMAINES À LA FOIS LECTURE EN TEMPS RÉEL : NOUVEAU MODE DE LECTURE DES LIMITES EN RISQUE À L ÉCHELLE DE LA BANQUE MODÈLES DE RISQUE : BEAUCOUP PLUS PRÉCIS ET PUISSANTS (ALM, BUDGET ) Cross activité Cross région Circulation de ressources quasi immédiates fonction de leur disponibilité en T Arbitrage des niveaux de risques cross activités en temps réel Stress testing réalisés avec un degré de précision très fin et dans des temps très courts Scénarios avec impact sur l ensemble des risques mais également en lien avec les éléments financiers clés Stress test devient un exercice de pilotage récurent et largement utilisé par la direction de la banque et les autorités de tutelles Consommation de liquidité de la banque, de l évaluation du stock d actifs liquides en temps réel Zoom sur n importe quelle entité / activité de la banque Optimisation de la couverture et de son coût (instruments de hedge moins chers car plus précis => pas de sur couverture par exemple) Diminution sensible des marges d erreurs Augmentation sensible des capacités de prévisions Augmentation sensible des horizons de projections permettant un degré de lecture a la fois sur toute la banque mais aussi pour un sous portefeuille donné 26

27 Une transformation des prestations de services Un nouveau rôle dans la stratégie de la banque D un modèle de «Capital économique» à une dimension vers un outil d orientation de la «Stratégie économique» multidimensionnel Capital Capacité de zoom très précis Capital économique Liquidité Perspectives commerciales et budgétaires Evolution du marché et de la concurrence Mise en perspective macro très large 27

28 Agenda 1 Introduction Christian JIMENEZ, Président PRMIA Paris & Richard FRAJND, Vice-Président Oracle France 2 How big is Big Data for Axa? Philippe MARIE-JEANNE, Responsable du Data Innovation Lab, AXA 3 La mise en place du Big Data Franck POULAIN, Directeur Technique, Oracle France 4 Mise en perspective du Big Data dans la gestion des risques bancaires Stéphane EYRAUD, Partner du bureau de Londres et CEO de Chappuis Halder & Cie Benoit GENEST, Responsable Monde du GRA (Global Research & Analytics) de Chappuis Halder & Cie 5 Big Data Mining : Order out of Chaos Bertrand HASSANI, Responsable Monde des Méthodologies de Risque Opérationnel, Banque Santander, Londres 28

Malgré la crise, Le décisionnel en croissance en France

Malgré la crise, Le décisionnel en croissance en France Malgré la crise, Le décisionnel en croissance en France 11 juin 2009 www.idc.com Cyril Meunier IDC France Consulting Manager Copyright 2009 IDC. Reproduction is forbidden unless authorized. All rights

Plus en détail

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Approches & opportunités face aux enjeux de volume, variété et vélocité France, 2012-2014 28 mars 2013 Ce document

Plus en détail

Piloter le contrôle permanent

Piloter le contrôle permanent Piloter le contrôle permanent Un cadre règlementaire en permanente évolution L évolution des réglementations oblige les institutions financières à revoir leur dispositif de contrôle Secteur bancaire CRBF

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC

PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC I - Gestion de la relation commerciale MODULE 1 : LA RELATION COMMERCIALE ET SON CONTEXTE La relation commerciale et les unités commerciales L unité commerciale physique La

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Le pilotage de la performance... 17 I. Du contrôle au pilotage de la performance... 17 A. Le contrôle de gestion traditionnel... 17 B. Le pilotage de la performance... 19

Plus en détail

Position paper. AnaCredit. enjeux et impacts. pour les établissements de crédit. Trusted partner for your Digital Journey

Position paper. AnaCredit. enjeux et impacts. pour les établissements de crédit. Trusted partner for your Digital Journey Position paper AnaCredit enjeux et impacts pour les établissements de crédit Trusted partner for your Digital Journey Une des conséquences de l hétérogénéité de la remontée des données de crédit est la

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Les pratiques du sourcing IT en France

Les pratiques du sourcing IT en France 3 juin 2010 Les pratiques du sourcing IT en France Une enquête Solucom / Ae-SCM Conférence IBM CIO : «Optimisez vos stratégies de Sourcing» Laurent Bellefin Solucom en bref Cabinet indépendant de conseil

Plus en détail

CRM Banque. Fonctionnalités clés. Vision complète de la performance de la banque. Optimisation fondamentale de la relation client

CRM Banque. Fonctionnalités clés. Vision complète de la performance de la banque. Optimisation fondamentale de la relation client CRM Banque Fonctionnalités clés Vision complète de la performance de la banque Suivi des indicateurs clés de performance de la banque avec des tableaux de bord en temps réel, des rapports prédéfinis, une

Plus en détail

Stratégie et Vision de SAP pour le secteur Banque- Assurance: Data-Management, BI, Mobilité

Stratégie et Vision de SAP pour le secteur Banque- Assurance: Data-Management, BI, Mobilité Stratégie et Vision de SAP pour le secteur Banque- Assurance: Data-Management, BI, Mobilité Patrice Vatin Business Development SAP FSI Andrew de Rozairo Business Development Sybase EMEA Septembre 2011

Plus en détail

Qui sommes-nous? Expertises. Chiffres clé. Premier intégrateur mondial des technologies Microsoft. Références. 2015 Avanade Inc. All Rights Reserved.

Qui sommes-nous? Expertises. Chiffres clé. Premier intégrateur mondial des technologies Microsoft. Références. 2015 Avanade Inc. All Rights Reserved. Qui sommes-nous? Chiffres clé Expertises Premier intégrateur mondial des technologies Microsoft Références 2015 Avanade Inc. All Rights Reserved. 1 Avanade en quelques chiffres Plus de 25 000 collaborateurs

Plus en détail

Présentation. Intervenant EURISTIC. Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé

Présentation. Intervenant EURISTIC. Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé Atelier ORAS Pilotage des rémunérations variables Groupe RH&M Le volet informatisation Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé EURISTIC 4 février 2010 Présentation Intervenant EURISTIC Jean-Louis BAUDRAND

Plus en détail

Propriété de VISEO SA reproduction interdite

Propriété de VISEO SA reproduction interdite Propriété de VISEO SA reproduction interdite 1 Gilles PEREZ Directeur Activité SCO Gilles.perez@viseo.com Speakers Mehdi KHARAB Responsable Colibri France mkharab@colibri-aps.com Comment répondre aux nouveaux

Plus en détail

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Conférence IDC Ernst & Young Thierry Muller, Associé «Technologies, management et

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

Comment valoriser votre patrimoine de données?

Comment valoriser votre patrimoine de données? BIG DATA POUR QUELS USAGES? Comment valoriser votre patrimoine de données? HIGH PERFORMANCE HIGH ANALYTICS PERFORMANCE ANALYTICS MOULOUD DEY SAS FRANCE 15/11/2012 L ENTREPRISE SAS EN QUELQUES CHIFFRES

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire

La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire IDC France, Conférence Gouvernance IT 6 Avril 2011 www.idc.fr Cyril Meunier IDC France Research & Consulting Manager Copyright

Plus en détail

Nos Solutions Conseil en Stratégie et Management Ce qui nous distingue Domaines d Intervention Nos Solutions Diagnostique stratégique et analyses de marchés. Planification stratégique et études prospectives.

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Contexte. Objectif. Enjeu. Les 3 questions au cœur du Pilotage de la Performance :

Contexte. Objectif. Enjeu. Les 3 questions au cœur du Pilotage de la Performance : Les 3 questions au cœur du Pilotage de la Performance : Contexte Il est naturel de construire et d adapter son système d information à son métier pour répondre aux besoins opérationnels et quotidiens.

Plus en détail

Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal

Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal Plateforme intégrée de gestion des risques et de conformité réglementaire Solvabilité II - Gestion et Qualité des données Des enjeux essentiels pour une remise

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

La fonction Conformité dans l assurance

La fonction Conformité dans l assurance La fonction Conformité dans l assurance L approche par les risques L exemple de la lutte contre le blanchiment Présentation pour : Faculté d Orléans Intervenant(s) : Laurent GUEREL AG2R LA MONDIALE 1/19

Plus en détail

Résultats Semestriels 2007. Réunion d information du 3 octobre 2007

Résultats Semestriels 2007. Réunion d information du 3 octobre 2007 Résultats Semestriels 2007 Réunion d information du 3 octobre 2007 1 S o m m a i r e efront, expert en solutions logicielles pour la finance Stratégie de développement Activité du 1 er semestre 2007 Perspectives

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

www.bluestone.fr 55, rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris +33 (0)1 53 35 02 10 contact@bluestone.fr

www.bluestone.fr 55, rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris +33 (0)1 53 35 02 10 contact@bluestone.fr www.bluestone.fr 55, rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris +33 (0)1 53 35 02 10 contact@bluestone.fr Une équipe de 120 Data Scientists, dont les compétences couvrent l intégralité du spectre d intervention

Plus en détail

Gouvernance et qualité des données sous Solvabilité II Grégoire VUARLOT

Gouvernance et qualité des données sous Solvabilité II Grégoire VUARLOT Gouvernance et qualité des données sous Solvabilité II Grégoire VUARLOT Directeur adjoint, Contrôles spécialisés et transversaux en assurance Autorité de contrôle prudentiel et de résolution 01/04/2015

Plus en détail

BI CONSULTING. Présentation de l offre. Mai 2013. La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins des métiers

BI CONSULTING. Présentation de l offre. Mai 2013. La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins des métiers Présentation de l offre BI CONSULTING La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins des métiers Mai 2013 Valeur ajoutée 100% Banque Assurance 100% Systèmes de synthèse & de pilotage Des expertises

Plus en détail

Résultats semestriels 2014 & perspectives. «Du mobile au Big Data»

Résultats semestriels 2014 & perspectives. «Du mobile au Big Data» Résultats semestriels 2014 & perspectives «Du mobile au Big Data» Sommaire 1. Profil du Groupe Du mobile au Big Data 2. Résultats semestriels 2014 Croissance et rentabilité 3. Environnement & perspectives

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

FEELEUROPE GÉNÉRATEUR DE PERFORMANCE CONSEIL EN SYSTÈMES D INFORMATION

FEELEUROPE GÉNÉRATEUR DE PERFORMANCE CONSEIL EN SYSTÈMES D INFORMATION FEELEUROPE GÉNÉRATEUR DE PERFORMANCE CONSEIL EN SYSTÈMES D INFORMATION DATES CLÉS 2013 Spécialisation en nos domaines d expertises 2008 Séparation des activités Conseil et IT 2006 Création de FEEL EUROPE

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Créer de la valeur avec l Open Data

Créer de la valeur avec l Open Data Créer de la valeur avec l Open Data Des enjeux économiques majeurs Entre 106 et 141 par personne et par an Entre 387 et 640 par personne et par an (~les intérêts de la dette en France) Leviers pour créer

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT DANS UN ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE MARQUÉ PAR UNE FORTE MONTÉE DES RISQUES, LA CAPACITÉ À ANTICIPER ET À «METTRE SOUS TENSION» L ENSEMBLE

Plus en détail

5 raisons de placer Le CRM au cœur de votre performance

5 raisons de placer Le CRM au cœur de votre performance L'expertise du Data Management 5 raisons de placer Le CRM au cœur de votre performance Thierry ALINGRIN William BEREAULT L'information client au cœur des décisions et de l'action CRM & Performance d Entreprise

Plus en détail

Mise en oeuvre d'office 365 Gestion de projet et conduite du changement

Mise en oeuvre d'office 365 Gestion de projet et conduite du changement La transformation digitale 1. Introduction 13 2. La transformation digitale 13 2.1 Les premières analyses 13 2.2 Les analyses actuelles 18 2.3 Les perspectives 28 3. Présentation d Office 365 29 3.1 Présentation

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO Le rôle des Crédit Bureaux pour l accès au crédit des PME 2009 Agenda L activité des Crédit Bureaux Sujets critiques pour les PME Crédit Bureaux: quels avantages pour les PME? Exemple d évaluation Conclusion

Plus en détail

Performance Management Budgeting & Financial Analysis: A necessary Evil!

Performance Management Budgeting & Financial Analysis: A necessary Evil! Performance Management Budgeting & Financial Analysis: A necessary Evil! Cabinet de conseil exclusivement positionné sur la mise en œuvre de solutions logicielles de pilotage de la performance : tableaux

Plus en détail

Présentation GRILOG. Février 2013

Présentation GRILOG. Février 2013 Présentation GRILOG Février 2013 Sujet / Agenda Comment maximiser ses performances commerciales et services à l aide d un CRM métier Editeur/intégrateur? Agenda: La filière de l édition de logiciel : Les

Plus en détail

BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques

BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques 1 BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques Etude Ailancy du 19 janvier 2015 2 1. Quelques mots sur Ailancy 2. Présentation de BCBS 239 et de ses impacts pour les Banques QUELQUES MOTS SUR AILANCY

Plus en détail

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ 1 LA GESTION DES RISQUES : La formalisation de règles de gestion et de techniques de mesure du risque 2 COSO un

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications

Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications Equinox-Cognizant Contexte Vers une harmonisation des méthodes de calcul de RWA à

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

Risk Adjusted Return On Capital

Risk Adjusted Return On Capital Master gestion des risques Abdelkader Bousabaa 19 Novembre 2008 Historique Définition Historique Charles S. Sanford (Bankers Trust) Développement tardif en France État des lieux Historique Définition Définition

Plus en détail

Analyse de données électroniques et intelligence d affaires

Analyse de données électroniques et intelligence d affaires Analyse de données électroniques et intelligence d affaires Valoriser les données internes et externes 3 avril 2014 Ordre du jour UNE INTRODUCTION À L ANALYSE DE DONNÉES Analyse de données et l intelligence

Plus en détail

Références des missions en Gestion des Risques

Références des missions en Gestion des Risques Références des missions en Gestion des Risques DIRECTION DES RISQUES Service Calculs, Modèles et Reporting Depuis janvier 2011, ALGOFI accompagne la Direction des Risques sur la maîtrise d ouvrage bancaire

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

BOOSTEZ MAITRISEZ. votre business en ligne. la qualité de vos données

BOOSTEZ MAITRISEZ. votre business en ligne. la qualité de vos données 3 BOOSTEZ votre business en ligne MAITRISEZ la qualité de vos données J accélère drastiquement le temps de mise en ligne d un nouveau site et je m assure de la qualité de marquage Mon site évolue constamment

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION TABLE DES MATIÈRES Préface... 5 Remerciements... 7 Introduction... 9 Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION D UN INSTRUMENT DE PILOTAGE... 11 Chapitre 1 Un système nommé «entreprise»... 13 1. L approche

Plus en détail

is built today Mot du Président

is built today Mot du Président Mot du Président En quelques années, CIEMS a relevé de nombreux défis, il est devenu aujourd'hui un acteur de référence en Intelligence Economique et Management Stratégique. f t re f t re is built today

Plus en détail

LES MATINÉES DE LA CRM

LES MATINÉES DE LA CRM LES MATINÉES DE LA CRM TOULOUSE, le 07 juin 2012 SOMMAIRE 9h00 : Accueil Café 9h30 : Rappel des principes et du contexte de la CRM Quelques chiffres Préoccupation de l entreprise L outil informatique 10h00

Plus en détail

Accélérer l agilité de votre site de e-commerce. Cas client

Accélérer l agilité de votre site de e-commerce. Cas client Accélérer l agilité de votre site de e-commerce Cas client L agilité «outillée» devient nécessaire au delà d un certain facteur de complexité (clients x produits) Elevé Nombre de produits vendus Faible

Plus en détail

QLIKVIEW POUR SALESFORCE

QLIKVIEW POUR SALESFORCE QLIKVIEW POUR SALESFORCE Exploiter rapidement et facilement les données issues de votre CRM QlikView simplifie l intégration de la Business Discovery à une Plate-forme PaaS (Platform as a Service) éprouvée

Plus en détail

ECONOCOM acquiert ECS et s impose comme le leader européen

ECONOCOM acquiert ECS et s impose comme le leader européen Résultats 2010 Stratégie & Perspectives RÉUNION D INFORMATION - 17 mars 2011 INTERVENANTS Jean-Louis Bouchard Fait marquant 2010 ECONOCOM aujourd hui Président Jean-Philippe Roesch Directeur Général Résultats

Plus en détail

Business Intelligence

Business Intelligence Business Intelligence Enjeux, Projets, Données, Indicateurs Gilles FONTANINI g.fontanini@decision-network.eu +33 (0)6 11 21 24 53 2? Gilles Fontanini Consultant et Administrateur d un GIE d experts en

Plus en détail

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm. WEB15 IBM Software for Business Process Management un offre complète et modulaire Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.com Claude Perrin ECM Client Technical Professional Manager

Plus en détail

BI Managed by Business

BI Managed by Business BI Managed by Business Introduction Après avoir enregistré une forte croissance au cours de ces dernières années, la Business Intelligence se popularise dans les entreprises pour devenir un élément stratégique

Plus en détail

Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM

Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM IZZILI édite et implémente une suite applicative Cloud IZZILI Business Place Manager dédiée aux managers et à leurs équipes pour le management

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Méthodologie de conceptualisation BI

Méthodologie de conceptualisation BI Méthodologie de conceptualisation BI Business Intelligence (BI) La Business intelligence est un outil décisionnel incontournable à la gestion stratégique et quotidienne des entités. Il fournit de l information

Plus en détail

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Patrick CONVERTY Directeur Commercial www.cibeo-consulting.com Approche globale de la performance Stratégie Système

Plus en détail

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM LIVRE BLANC L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM Une situation optimale pour la force de vente et pour le marketing LIVRE BLANC OPTIMISATION DU MARKETING 2 A PROPOS Au cours des dernières années,

Plus en détail

Modèle financier des prestations à engagement Restitution de la soirée thématique du 7 novembre 2013 12/12/2013

Modèle financier des prestations à engagement Restitution de la soirée thématique du 7 novembre 2013 12/12/2013 Association Française pour la promotion des bonnes pratiques de sourcing escm. Modèle financier des prestations à engagement Restitution de la soirée thématique du 7 novembre 2013 12/12/2013 EXTRAIT de

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

www.microsoft-project.fr

www.microsoft-project.fr Microsoft Project Server 2010 unifie la gestion de projet et la gestion de portefeuille afin d aider les entreprises à aligner les ressources et les investissements avec les priorités métier, et à exécuter

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

12 e journée d information

12 e journée d information 12 e journée d information des RCCI et desrcsi Jeudi 22 mars 2012 Palais des Congrès - Paris Intervention Arnaud Oseredczuk Secrétaire général adjoint Direction de la gestion d actifs et des marchés Autorité

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

La Gestion d'affaires

La Gestion d'affaires Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ La Gestion d'affaires Copyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reproduction or distribution of this document, in any form, is expressly prohibited without the advance

Plus en détail

Contexte. Objectif. Enjeu. Les 3 questions au cœur du Pilotage de la Performance :

Contexte. Objectif. Enjeu. Les 3 questions au cœur du Pilotage de la Performance : Contexte Il est naturel de construire et d adapter son système d information à son métier pour répondre aux besoins opérationnels et quotidiens. Facturation, production, gestion de stocks, ressources humaines,

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape )

Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape ) Altaïr Conseil QUALITE - ORGANISATION - CHANGEMENT Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape ) Altaïr Conseil - 2007-33, Rue Vivienne 75 002 Paris - 01 47 33 03 12 Présentation

Plus en détail

Optimisation de la gestion des risques opérationnels. EIFR 10 février 2015

Optimisation de la gestion des risques opérationnels. EIFR 10 février 2015 Optimisation de la gestion des risques opérationnels EIFR 10 février 2015 L ADN efront METIER TECHNOLOGIE Approche métier ERM/GRC CRM Gestion Alternative Approche Technologique Méthodologie Implémentation

Plus en détail

FrontERM. Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II

FrontERM. Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II FrontERM Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II efront - Présentation Nos valeurs CA en M SATISFACTION CLIENT 31% Croissance organique 37 48,0

Plus en détail

Le consommateur est infidèle et chasseur de primes! Business Analytics software

Le consommateur est infidèle et chasseur de primes! Business Analytics software Connaissance client et analyse prédictive Julien Moreschetti Technical sales B.A. - SPSS Le consommateur est infidèle et chasseur de primes! Business Analytics software Il y a une explosion des points

Plus en détail

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser?

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser? LES FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITE GENERALE Comprendre et acquérir les bases de la comptabilité DURée : 3j + 1J en option sur logiciel* Toute personne en charge de la gestion en * En option : mise en

Plus en détail

SOLUTION DE GESTION COMMERCIALE POUR IMPRIMEURS

SOLUTION DE GESTION COMMERCIALE POUR IMPRIMEURS SOLUTION DE GESTION COMMERCIALE POUR IMPRIMEURS ENJEU: PRODUCTIVITÉ ET EFFICACITÉ COMMERCIALE DES BESOINS, UNE SOLUTION Pour un imprimeur de petite ou moyenne taille, le devisage est complexe o Chaque

Plus en détail

AFRC Centres de Relation Client - Optimisation & Virtualisation

AFRC Centres de Relation Client - Optimisation & Virtualisation AFRC Centres de Relation Client - Optimisation & Virtualisation Laurent CORNU Partner, Customer Relationship Management Leader IBM Business Consulting Services Plus que tout autre canal, le centre de relation

Plus en détail

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence Gestion de la Performance, Business Intelligence, Big Data Domaine d expertise «Business Intelligence» Un accompagnement adapté à votre métier dans toutes

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Aligner le SI sur la stratégie de l entreprise

Aligner le SI sur la stratégie de l entreprise En convention avec la chaire Ecole Polytechnique Thales «Ingénierie des systèmes complexes» Aligner le SI sur la stratégie de l entreprise Etude de cas: Transformation d un Système d Information Philippe

Plus en détail

La Gestion de la Relation Client n est pas un luxe : c est une nécessité pour gagner en efficacité

La Gestion de la Relation Client n est pas un luxe : c est une nécessité pour gagner en efficacité SAGE CRM EXPRESS La Gestion de la Relation Client n est pas un luxe : c est une nécessité pour gagner en efficacité Titre de la rubrique Pourquoi un logiciel de Gestion de la Relation Client? Découvrir

Plus en détail