Les déterminants de la diffusion d Internet en Afrique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les déterminants de la diffusion d Internet en Afrique"

Transcription

1 Les déteminants de la diffusion d Intenet en Afique pa Benad Conte Maîte de Conféences, Cente d économie du développement Univesité Montesquieu-Bodeaux IV - Fance 6µWYQµ Les pogès apides des technologies de l infomation et de la communication (TIC) ont entaîné l émegence d une nouvelle société : la société de l infomation. Cette société qui se développe dans un cade de mondialisation implique pou l ensemble des nations un agenda d ajustement stuctuel. Cet ajustement doit impéativement s opée dans les pays du Sud, et paticulièement en Afique, sous peine d exclusion de la société mondiale de l infomation. Pami ces TIC, Intenet appaaît comme la technologie qui véhicule le plus d espois pou le Sud. De nombeux acteus intenationaux et nationaux du développement mettent en œuve des pojets susceptibles de comble le etad existant de l Afique dans le domaine d Intenet. Ce papie se popose d étudie les déteminants de la diffusion d Intenet en Afique, afin d appécie les politiques mises en œuve pou le développement de cette technologie. Un cetain nombe de elations, su lesquelles se fondent implicitement les politiques de développement des TIC en Afique sont été mises en évidence. Pou la plupat, ces elations s avèent significatives. Elle évèlent le ôle impotant du niveau d éducation fomation, du phénomène d ubanisation, du niveau de vie, de l activité économique, des elations extéieues, des infastuctues de télécommunications, des équipements et des coûts d accès ainsi que de l offe dans le développement d Intenet en Afique. Deux modèles explicatifs sont également poposés. Ils mettent tous deux en lumièe l impotance des infastuctues de télécommunication dont le développement constitue le souci majeu des pincipaux acteus de la coopéation intenationale. %FWXVEGX Within the context of cicuit theoy, we show that the woks of Saffa ae still elevant and fom, togethe with those of Fast pogess in infomation and communication technologies (ICT) involved the emegence of a new society : the infomation society. This society which appeas within a famewok of globalisation implies fo all the nations a stuctual adjustment agenda. This adjustment must impeatively take place in the counties of the South, and paticulaly in Afica, unde penalty of exclusion of the wold infomation society. Among these ICT, Intenet seems to be the technology which conveys most hopes fo the South. Many intenational and national actos in the development pocess implement pojects able to fill the existing delay of Afica in the field of Intenet. This pape pupose is to examine the deteminants of Intenet penetation in Afica, in ode to appeciate policies implemented fo the development of this technology in Afica. Some elations, on which ae implicitly based development policies of ICT ae highlighted. Most of these elations ae significant. They show the impotance of skills, ubanisation, wealth, economic activity, foeign elations, telecommunication infastuctues, computes, costs of Intenet access and Intenet supply in the Intenet penetation in Afica. At last, two models ae built. They both especially highlight the main ole of telecommunication infastuctues whose development is the majo concen of intenational co-opeation.

2 7SQQEMVI -RXVSHYGXMSR RXIVRIX IX PI RMZIEY H µhygexmsr JSVQEXMSR... -RXIVRIX TLµRSQ RI YVFEMR... -RXIVRIX IX PI RMZIEY HI ZMI... -RXIVRIX IX PIW µglerkiw I\XµVMIYVW... -RXIVRIX IX P MRZIWXMWWIQIRX HMVIGX µxverkiv... -RXIVRIX IX P IRXVITVMWI... -RXIVRIX PIW GSÇXW HIW XµPµGSQQYRMGEXMSRW IX H EGG W -RXIVRIX IX PIW SVHMREXIYVW -RXIVRIX IX PIW MRJVEWXVYGXYVIW HI XµPµGSQQYRMGEXMSR -RXIVRIX IX P SJJVI (IY\ QSH PIW I\TPMGEXMJW 'SRGPYWMSR 6µJµVIRGIW WXEXMWXMUYIW... 6µJµVIRGIW FMFPMSKVETLMUYIW...

3 -RXVSHYGXMSR La péiode contempoaine est pincipalement maquée pa deux phénomènes : la mondialisation et le développement de la société de l infomation. Ces deux phénomènes impliquent des tansfomations qui touchent tant les domaines social, économique, politique que technique et cultuel. Ces tansfomations concenent l ensemble de la planète et sont de ce fait poteuses d enjeux et de pespectives déteminants. Les pogès apides des technologies de l infomation et de la communication (TIC) ont facilité l émegence d une nouvelle société : la société de l infomation qui est une fome spécifique d oganisation sociale dans laquelle la poduction, le taitement et la diffusion d infomations constituent les souces pincipales de poductivité et de puissance 1. Cette société est difféente de la société industielle : elle est plus compétitive, plus démocatique, moins centalisée, moins stable, plus à même de satisfaie les besoins des individus et moins agessive pou l envionnement 2 [Wold Bank, 1995, abstact]. Le développement de la société de l infomation dans un cade de mondialisation implique pou l ensemble des nations un agenda d ajustement stuctuel. Les pays industialisés éalisent à gands pas leu ajustement. Les pays du Sud doivent impéativement en faie de même sous peine d exclusion de l économie mondiale. Ces pays se touvent confontés à une nouvelle et dangeeuse fome de pauveté 3 : la pauveté de l infomation qui peut encoe élagi le fossé ente le Nod et le Sud. Le nécessaie ajustement appaaît complexe, coûteux, délicat et isqué. Mais l insetion dans la société mondiale de l infomation s avèe également poteuse d espoi. La évolution de l infomation cée des possibilités nouvelles de lutte conte la pauveté, l inégalité et les dégadations de l envionnement et ouve des pespectives impotantes de développement tant économique qu humain. Le développement des TIC s opèe de façon exponentielle mais difféenciée au Sud et au Nod. Le Sud accuse un etad cetain. Ce etad est tès sensible en Afique pou des aisons tenant pincipalement au manque ou à la déficience des infastuctues de communication. En effet, l envionnement aficain de l infomation et des communications pésente les caactéistiques suivantes : faibles taux de pénétation du téléphone, faible coissance des éseaux, systèmes dépassés, 1 Cf. pa exemple Bangeman [1994]. 2 Taduction de l auteu. 3 Su la pauveté voi les tavaux de Jean-Piee Lachaud en bibliogaphie. éinvestissement de bénéfices qui laisse à désie, taification élevée des installations pivées, liaisons téléphoniques inteubaines médioces et infastuctues de éseaux nationaux tès vaiables [ECA 1999, p. 8]. Pami les TIC, Intenet 4 appaaît comme la technologie qui véhicule le plus d espois notamment pou le Sud et plus paticulièement pou l Afique [PNUD, 1999]. Intenet enegiste une coissance apide en Afique, la pogession des abonnements a été de 92 % ente juillet 1998 et septembe 1999, d apès les statistiques de l Institut intenational pou la communication et le développement (IICD) 5. Néanmoins, d impotantes dispaités égionales existent : l Afique du Sud et le Magheb appaaissant les mieux dotés 6. Ces écats, au sein du continent, se évèlent toutefois moins impotants que ceux constatés à l'échelle de la planète, ente l'afique et le este du monde. Malgé la nette augmentation du nombe d'utilisateus d'intenet su le continent, on ne dénombait en 1999 qu'un intenaute pou habitants, conte 1 pou 4 aux Etats-Unis, la moyenne mondiale se situant aux alentous de 1 pou 40. Dans ce contexte, de nombeux acteus intenationaux et nationaux du développement mettent en œuve des pojets susceptibles d amene à comble le etad aficain dans le domaine d Intenet 7. Selon leu initiateu, ces pojets mettent en avant le ôle du maché ou celui de l Etat. Toutefois, ils eposent conjointement su l existence d éventuelles liaisons fotes ente un cetain nombe de vaiables et le développement d Intenet. Au niveau mondial, une étude éalisée pa l Union intenationale des télécommunications [ITU, 1997a] soutient que la pénétation globale d Intenet est significativement 4 Intenet est un éseau mondial associant des essouces de télécommunication et des odinateus seveus et clients, destiné à l échange de messages électoniques, d infomations multimédias et de fichies. Il fonctionne en utilisant un potocole commun qui pemet l acheminement de poche en poche de messages découpés en paquets indépendants. 2SXI : L acheminement est fondé su le potocole IP (Intenet Potocol), spécifié pa l Intenet Society (ISOC). L accès au éseau est ouvet à tout utilisateu ayant obtenu une adesse aupès d un oganisme accédité. La gestion est décentalisée en éseaux inteconnectés. Vocabulaie de l infomatique et de l Intenet, Jounal officiel du 16 mas Cette statistique exclut l Afique du Sud dont la situation se distingue nettement de celle du este du continent.. De plus, ce chiffe ne tient compte que du nombe d odinateus connectés, sachant qu un même odinateu peut abite plusieus abonnements et qu un même abonnement peut ête utilisé pa plusieus pesonnes. Site de l IICD : < >. 6 L Afique du Sud concente à elle seule 57 % des comptes Intenet. 7 On peut cite à ce popos un cetain nombe d initiatives : le pojet RIO de l ORSTOM, le pojet canadien ACACIA, le pojet REFER de l AUPELF, l initiative Leland de l USAID et de nombeux pojets de moinde ampleu initiés pa des ONG.

4 (3'91)28 () 86%:%-0 23 Vaiable expliquée : Logaithme du nombe de comptes Intenet pou 100 habitants () égession Logaithme du taux d alphabétisation des adultes Logaithme de l indicateu du niveau d éducation 1 Vaiables explicatives Logaithme du taux de scolaisation secondaie Logaithme du nombe d étudiants pou 100 habitants -1,17* -1,02* -4,46* -1,17* t -5,84-4,97-7,93 5,73 1,95* 2,30* 1,80* 0,63* t 3,25 3,96 5,07 3,60 Nombe d obsevations R² 0,19 0,25 0,42 0,23 F 10,55* 15,66* 25,71* 13,00* (1) L indicateu de niveau d éducation du PNUD est composé pou deux ties du taux d alphabétisation des adultes et pou un ties du taux but de scolaisation tous niveaux confondus. Cet indicateu est une composante de l indicateu du développement humain IDH. coélée à un cetain nombe de facteus : la ichesse, la quantité et la qualité des infastuctues de télécommunications, le nombe d odinateus, les coûts des communications téléphoniques et d accès à Intenet, le langage, le taux d alphabétisation et la fomation. En ce qui concene l Afique, une étude de la Banque Mondiale teste les liaisons ente un cetain nombe de vaiables : le nombe d hôtes Intenet pa pays aficain et la population, le PNB ainsi que le nombe d odinateus pesonnels [Banque mondiale, SD]. Nous nous poposons de tente d identifie les pincipales vaiables économiques explicatives du développement d Intenet su le continent aficain. Cette démache pemetta d appécie les politiques mises en œuve pou pomouvoi l usage d Intenet. Pou ce faie, étant donné le manque de fiabilité des données statistiques 8, nous utiliseons des instuments simples et ustiques, mais obustes et nous ne etiendons que les elations les plus significatives. L usage d Intenet sea epésenté pa le nombe de comptes Intenet pa pays en mai 1999 [Jensen Mike, 1999a]. A cette date, 49 pays hébegeaient des abonnés à Intenet. Etant données les caactéistiques de la distibution de cette vaiable, il est appau oppotun d utilise les logaithmes. Nombe de comptes Intenet pa pays 8 Les estimations du nombe d utilisateus actifs de l Intenet vaient fotement selon les oganismes évaluateus : en mas 1999, l OTEC évaluait le nombe d utilisateus en Allemagne à 8,4 millions tandis que IDC Reseach en touvait 12,9 millions à la même péiode soit 53,5 % de plus. De même, en octobe 1998, Multiscope évaluait le nombe d utilisateus belges à 0,4 million tandis qu Initiative Média avançait le nombe de 1,12 millions [Elie Michel, 2000]. On peut pense que les estimations concenant l Afique sont au moins aussi impécises. Nombe de comptes Intenet N Min Max x σ En conséquence, la vaiable expliquée etenue est le logaithme du nombe de comptes Intenet pou 100 habitants dans chaque pays aficain (). Caactéistiques de la vaiable N Min. Max. x σ 49-2,99 0,12-1,74 0,78 Dans un pemie temps l investigation potea su la véification des liaisons les plus communément admises ente un cetain nombe de vaiables et l utilisation d Intenet et, dans un deuxième temps, seont poposés deux modèles explicatifs. -RXIVRIXIXPIRMZIEY H µhygexmsrjsvqexmsr L éducation est un viatique pou ente dans la haute société en éseau [PNUD, 1999, p.62]. Pou tente de véifie le lien ente le niveau d éducation fomation et l usage d Intenet en Afique, quate égessions ont été opéées. Elles s avèent toutes significatives. Les liaisons se évèlent positives mais d intensité elativement moyenne si l on se éfèe aux s espectives des coefficients de détemination. Paadoxalement, l impotance elative de l enseignement supéieu semble moins déteminante dans l usage d Intenet que celle de l enseignement secondaie 9. L usage d Intenet nécessiteait-il 9 Il est à note qu en aison de la disponibilité des données, la égession potant su le taux de scolaisation secondaie ne compote que 38 obsevations ce qui peut avoi une influence su la du R².

5 LES DÉTERMINANTS DE LA DIFFUSION D INTERNET EN AFRIQUE 3 Vaiable expliquée : égession Vaiables explicatives Log de la population ubaine en poucentage Log de la population ubaine totale -4,37* -6,8E-02 t -6,70-0,06 1,74* -0,26 t 4,01-1,52 N R² 0,27 0,05 F 16,78* 2,31 simplement un niveau d études secondaie? Les ésultats obtenus dans les quate égessions semblent alle à l enconte de l étude CABECA menée en dans un petit nombe de pays aficains 10 [Wold Bank, SD, p.18]. Cette étude évèle que 87% des utilisateus d Intenet en Zambie et 98% en Ethiopie possédaient un diplôme de l enseignement supéieu. Homis pou l enseignement supéieu, la des élasticités souligne l impotance de l éducation fomation dans l usage d Intenet. L indicateu de niveau d éducation, avec une élasticité de 2,30 synthétise à lui seul le ôle majeu du système éducatif. -RXIVRIXTLµRSQ RIYVFEMR On pouait pense qu Intenet est un phénomène essentiellement ubain ca les zones ubaines concentent la majoité des lignes téléphoniques, pincipal moyen d accès au éseau mondial. Dans l ensemble, les égions ubaines sont le plus souvent elativement bien dessevies même si les listes d attente demeuent impotantes et que l ensemble de la demande n est pas satisfait. Ainsi, au Sénégal et en Côte d Ivoie, 80 à 90 % du pac de lignes se touveait en zones ubaines ou industielles [Machal Jean. 2000, p. 70]. La égession opéées ente la vaiable et le logaithme de la population ubaine totale évèle une liaison non significative 11. De plus, la faiblesse du 10 Cette étude potait pincipalement su l Ethiopie, le Sénégal, l Ouganda et la Zambie. 11 Les ésultats de la égession du nombe d hôtes Intenet pa pays avec la population donne une liaison positive mais non significative (R² = 0,04) [Banque mondiale, SD, pp ]. Vaiable expliquée : Cte Coeff. Log dupnb /hab. ($ couants) Vaiables explicatives Log du PIB éel /hab. PPA PIB éel/hab. PPA des 20% les plus iches -5,40* -6,94* -9,47* t -11,67-9,30-5,58 1,35* 1,62* 2,17* t 8,01 7,03 4,59 N R² 0,58 0,52 0,54 F 64,16* 49,46* 21,07* coefficient de détemination ne pemettait pas de eteni une liaison effective ente ces deux vaiables. Ce ésultat inattendu peut ête attibué à la situation spécifique de cetains pays qui possèdent une population ubaine totale nombeuse qui enegistent une densité d utilisateus d Intenet elativement élevée (l Afique du Sud, l Egypte, le Maoc) et des pays à population ubaine nombeuse ayant une densité d utilisateus d Intenet faible (La République démocatique du Congo, le Nigeia). Pa conte, la deuxième égession ente et le logaithme de la population ubaine en poucentage est significative. Elle taduit le fait que l usage d Intenet est un phénomène essentiellement ubain en Afique. -RXIVRIXIXPIRMZIEYHIZMI L accès (à Intenet) est subodonné au evenu [PNUD 1999, p. 62]. De nombeux tavaux mettent en avant le lien ente le développement d Intenet et le niveau de vie. Les deux égessions potant su le PNB pa habitant et le PIB éel pa habitant (PPA) se évèlent significatives. Elles poduisent des s du coefficient de détemination assez poches : 0,58 pou le PNB pa habitant en dollas couants et 0,52 pou le PIB éel pa habitant en PPA. L intensité de la liaison appaaît plus faible que ce que l on pouvait attende 12. La difféence de ente les coefficients de égession du PNB (1,35) et du PIB éel (1,62) pa habitant appaaît confome aux attentes. En effet, la vaiation du PIB éel (PPA) etace plus fidèlement l évolution du pouvoi d achat des populations et donc de leu aptitude à assume les coûts liés à l usage d Intenet. Il semble logique que l élasticité de l usage d Intenet au PIB éel pa habitant soit la plus élevée. 12 Une égession du nombe d hôtes Intenet en 1995, avec le PNB de 35 pays aficains donne une elation significative avec un R² de 0,76 [Wold Bank, SD, p.66].

6 (3'91)28 () 86%:%-0 23 Vaiable expliquée : Cte Coeff. Log des expots de B&S pou 100 habitants Vaiables explicatives Log des impots de B&S pou 100 habitants Log des échanges extéieus de B&S pou 100 habitants -9,2E-02 0,21-0,24 t -0,38 0,87-1,17 0,87* 1,01* 0,99* t 7,45 8,47 7,92 N R² 0,59 0,65 0,62 F 55,55* 71,69 62,81* Les ésultats de la toisième égession, potant il est vai su un échantillon plus esteint 13, évèle confomément aux attentes, une liaison significative obuste (R² = 0,54) ente le evenu des plus iches et l utilisation d Intenet. La élevée du coefficient de égession (2,17) semble indique l impact des goupes à evenu élevé censés expime la majeue pat de la demande solvable adessée à Intenet. -RXIVRIXIXPIWµGLERKIW I\XµVMIYVW Depuis le début des années 80, la position de l Afique au sein de l économie mondiale s est pofondément détéioée. En effet, sa place dans les échanges intenationaux n a cessé de se dégade. Toutefois, le continent este lagement tibutaie des ses expotations encoe essentiellement constituées de poduits pimaies. Le continent este également tès dépendant de ses impotations de biens et sevices en povenance des pays développés. Dans ce contexte, le commece extéieu devait ête un facteu de développement de l usage d Intenet, technologie appopiée pou des contacts intenationaux. Les tois égessions évèlent effectivement une liaison notable ente le commece extéieu et l usage d Intenet. Il est à note que la liaison se évèle plus intense en ce qui concene les impotations. La difféence de 6 points du coefficient de détemination ente les impotations et les expotations de biens et sevices pouait s explique du fait de l impotance elative des impotations ca les échanges extéieus de biens et sevices du continent 13 Etant donné la disponibilité des données statistiques su le PIB éel pa habitant des 20% les plus iches de la population. Vaiable expliquée : égession Vaiable explicative Log des investissements diects étanges ($ pou 100 habitants) -3,11* t -8,71 0,57* t 3,94 N 32 R² 0,34 F 15,53* sont déficitaies 14. D aute pat, les activités d impotations qui nécessitent des contacts nombeux avec l extéieu, se évèlent plus atomisées que celles liées à l expotation qui sont pincipalement le fait de gandes entepises moins nombeuses. -RXIVRIXIXP MRZIWXMWWIQIRX HMVIGXµXVERKIV A l insta des échanges extéieus, les investissements diects étange (IDE) dont le volume en diection des pays du Sud 15 s est fotement accu ces denièes années, devaient se taduie pa un développement de l usage d Intenet. En effet, les IDE sont le fait d acteus extéieus, le plus souvent issus des pays développés, pou lesquels l usage des TIC est une devenu une nécessité. Dans cette optique, il seait logique que les IDE génèent une impulsion au développement d Intenet dans les pays d accueil. Les ésultats de la égession ente et les IDE 16 évèlent l existence d une liaison significative mais d intensité elativement moyenne (R² = 0,34). La du coefficient de égession (0,57) taduit une faible élasticité des abonnements Intenet aux IDE. -RXIVRIXIXP IRXVITVMWI Malgé les tentatives de démocatisation 17, l usage d Intenet est encoe elativement peu développé en Afique. Le continent ne compteait qu un utilisateu d Intenet pou 1500 habitants conte 14 En 1997, pou l Afique subsahaienne : impotations de biens et sevices : 106,4 milliads de dollas ; expotations : 100,8 milliads [Banque mondiale, 2000, p. 287]. 15 L Afique dans son ensemble n a pas bénéficiée de cet accoissement des IDE. 16 L obsevation elative au Gabon a été ignoée ca le montant des IDE était négatif. 17 Voi les initiatives extéieues potant notamment su le développement du patage de l Intenet notamment à taves les télécentes.

7 LES DÉTERMINANTS DE LA DIFFUSION D INTERNET EN AFRIQUE 5 Vaiable expliquée : égession Vaiable explicative Log du nombe d entepises nationales + 1 classées dans les 500 pemièes du continent pa le CA pa million d habitants -1,49* t -18,63 0,89* t 7,97 N 49 R² 0,58 F 63,48* Vaiable expliquée : égession Vaiable explicative Log du nombe d entepises nationales classées dans les 500 pemièes du continent pa le CA pa million d habitants -1,35* t -12,58 0,86* t 6,26 N 29 R² 0,59 F 39,14* une moyenne mondiale d un utilisateu pou 38 habitants et une moyenne d un utilisateu pou 4 habitants en Améique du Nod et en Euope [Jensen Mike, 1999b]. Intenet, sauf peut ête en Afique du Sud 18, este encoe un outil ésevé à une demande solvable esteinte. Il est à pense que les gandes entepises contibuent pou une lage pat à cette demande solvable. Pou tente de véifie cette hypothèse, deux égessions ont été menées. La pemièe ente et le logaithme du (nombe d entepises nationales +1), classées dans les 500 pemièes du continent pa le chiffe d affaies [JAE, millions de dollas, c'est le chiffe d'affaies que les entepises sud-aficaines ont éalisé en 1998 su le Web. C'est, du moins, l'estimation de la société Acuity Media Afica spécialisée dans le maketing su Intenet. Ce qui epésente une coissance de 140% pa appot à l'année pécédente. Le décollage ne fait que commence. Selon Athu Goldstuck, diecteu d'acuity Media Afica, une nouvelle pogession de 125% sea enegistée cette année. Envion 600 sociétés sud-aficaines poposent une offe commeciale su le Net [MFI/RFI, 17/12/99]. 1999]. Ceci afin d intége dans l analyse, les pays n ayant aucune entepise dans le classement Vaiable expliquée : égession Vaiables explicatives Log du coût hoaie d une communicatio n locale / (PNB/hab.) Log du coût annuel de cinq heues d accès à Intenet pa mois (USD) / (PNB/hab.) -3,44* -1,68* t -8,48 13,01-0,72* -0,75* t -4,51-3,72 N R² 0,37 0,41 F 20,38* 13,82* continental. La seconde égession élimine ces pays. Les deux égessions se évèlent significatives avec un coefficient de détemination moyen et à peu de chose pès identique. Dans les deux cas, la elation ente les vaiables est positive : la pésence de gandes entepises su le teitoie national seait un facteu explicatif notable de la diffusion d Intenet. Ce ésultat confime la liaison obsevée ente et le commece extéieu ca ces entepises, de pa leu activité, inteviennent tant dans les impotations que dans les expotations. -RXIVRIXPIWGSÇXWHIW XµPµGSQQYRMGEXMSRWIXH EGG W Les coûts d accès epésentent un facteu impotant influençant l usage d Intenet [Jensen Mike, 1998a]. La plupat des pays qui enegistent une fote pénétation d Intenet ont des coûts d accès au sevice elativement faibles. Les coûts d accès à Intenet se décomposent en deux éléments : le coût des communications téléphoniques et le coût d accès aux founisseus de sevices Intenet (FSI). Dans les pays industialisés, ces coûts sont elativement faibles tant en ce qui concene les communications que les sevices des FSI. En Afique, les coûts sont élevés 19 et 19 Oute le pix des équipements et l'accès au éseau téléphonique, le pix des communications est un obstacle au développement du éseau des éseaux. Si la factue moyenne pou une minute de communication est de 2,7 dollas pou une heue de suf, il existe de fotes dispaités ente les Etats. Ainsi, le sufeu égyptien ne paiea que 1,6 dolla de l'heue, là où l'ivoiien débousea 4,8 dollas. Et le Mauitanien 6,60 dollas [MFI/RFI].

8 epésentent une chage impotante pou les usages d Intenet et notamment pou ceux qui utilisent un Vaiable expliquée : égession Vaiable explicative Log du nombe de PC pou 100 habitants (en 1998) -1,24* t -13,77 0,95* t 7,57 N 39 R² 0,61 F 57,38* founisseu d accès situé en dehos de la zone d appel local 20. La pemièe égession ente et logaithme du coût hoaie d une communication locale / PNB pa habitant, s avèe significative et d intensité moyenne (R² = 0,37). Le coefficient de égession a le signe négatif attendu signifiant une elation invese ente les deux vaiables 21. La deuxième égession ente et le logaithme du coût total annuel de 5 heues d accès Intenet pa mois / PNB pa habitant, pote su un échantillon plus esteint (N = 22) mais poduit des ésultats similaies. Les politiques de éduction des coûts d accès à l Intenet se touveaient justifiées. Cette éduction des coûts d accès passe pa la pivatisation des office publics de télécommunications ainsi que pa la mise en concuence des founisseus de sevices Intenet (FSI) [Jensen Mike, 1996b ; Wold Bank, 1995 ; ITU, 1998b]. -RXIVRIXIXPIWSVHMREXIYVW Dans la plupat des cas, l accès à Intenet implique la disponibilité d odinateus. La égession ente et le Logaithme du nombe de PC pou 100 habitants monte effectivement l existence d une 20 Fo instance, the pecentage of costs fo local intenet access that go towads telephone chages and ISP chages is 58 pecent of the total use cost. Fo a use who accesses an ISP fom outside a local calling aea, telephone and ISP chages skyocket to 86 pecent of total use cost, [Wold Bank, SD, p. 4]. 21 Une pemièe égession ente et le logaithme du coût hoaie d une communication locale, donnait une elation invese mais non significative ente les deux vaiables. (3'91)28 () 86%:%-0 23 elation positive significative ente ces deux vaiables. La poche de l unité du coefficient de égession suggèe l efficacité d un accoissement du nombe Vaiable expliquée : égession Vaiable explicative Log de la télédensité -1,65* t -23,50 1,05* t 8,84 N 49 R² 0,62 F 78,07* d odinateus su l usage d Intenet 22. Toutefois, l accoissement du pac de mico-odinateus se heute à un poblème de coût. Si l on considèe qu un odinateu pouvant se banche au éseau Intenet possède le même coût en Euope qu en Afique soit 1000 dollas, ce coût epésente 9 fois le PNB pa habitant de l Ethiopie et 5 fois celui du Nige. C est pou cette aison que se développe le patage des odinateus dans des lieux publics tels les écoles, les bibliothèques, les cybecafés et télécentes. -RXIVRIXIXPIWMRJVEWXVYGXYVIW HIXµPµGSQQYRMGEXMSR Des études économétiques ont évélé un lien de causalité ente le développement des télécommunications et la coissance économique [Canning 1998, 1999 ; Eastely et Levine 1997]. Eastely et Levine soutiennent d ailleus que le faible développement des télécommunications est un facteu explicatif impotant de la faiblesse des taux de coissance en Afique. Il est vai que l Afique possède l infastuctue de télécommunications la moins développée du monde. Le continent ne compte que 2 % des postes téléphoniques mondiaux alos qu il abite 12 % de la population mondiale. En Afique subsahaienne pa exemple, la densité globale este inféieue à un poste téléphonique pou 200 habitants, la plupat des éseaux de télécommunication sont analogiques et bon nombe 22 L élasticité (0,95) bien que poche de l unité, évèle que la totalité des odinateus installés ne sont pas connectés au éseau.

9 LES DÉTERMINANTS DE LA DIFFUSION D INTERNET EN AFRIQUE 7 de sections sont tès peu fiables, notamment pendant la saison des pluies [Jensen Mike, 1998a, p. 8]. La pousuite de la coissance d Intenet en Afique est intimement liée à la qualité et la disponibilité d infastuctues de communications dans ce vaste continent [Banque mondiale, SD, p.2] 23. Le accodement à Intenet étant Vaiable expliquée : égession Vaiables explicatives Log du nombe de founisseus d accès pou 100 habitants Log de la lageu de bande intenationale pou 100 habitants 2,71* 0,26 t 4,98 1,48 1,05* 0,87* t 8,25 12,13 N R² 0,59 0,76 F 67,98* 147,11* tibutaie du éseau de télécommunication, il appaaît utile de teste la liaison ente le nombe de comptes Intenet et la télédensité 24. Une elation significative ente les deux vaiables se dégage, l intensité de la liaison s avèe notable (R² = 0,62). La du coefficient de égession (1,05) indique l impact impotant de l infastuctue de télécommunications su la densité d usages Intenet. Il est toutefois à note que la télédensité ne end pas compte de la qualité de ladite infastuctue ce qui peut explique la elative faiblesse du coefficient de détemination. -RXIVRIXIXP SJJVI L offe est également un élément impotant de la diffusion d Intenet. Seont envisagés l influence de la lageu de bande intenationale mesuée en kilobits pa seconde et celle du nombe de founisseus d accès Intenet (FSI). Pou la plupat des pays aficains, le gos poblème est d avoi accès à une lageu de bande intenationale suffisante pou pouvoi mene à bien des activités inteactives su l Intenet [Mike Jensen, 1998a]. La égession ente et le logaithme de lageu de bande intenationale pou 100 habitants évèle une elation significative positive 23 Taduction de l auteu. Voi aussi : [ITU, 1997a]. 24 Télédensité : nombe de lignes téléphoniques pou 100 habitants. ente la densité d utilisateus Intenet et la lageu de bande intenationale. De même, la deuxième égession fait appaaîte une elation significative positive ente et les FSI. L accoissement de la lageu de bande intenationale ainsi que la multiplication des FSI 25 pouaient avoi une effet favoable su la pénétation d Intenet si l on considèe évidemment que Log de la télédensité Log du coût hoaie d une communication locale/(pnb/hab) Log du montant des échanges de B&S pou 100 habitants Vaiable expliquée: -0,23 t -0,58 1,18* t 5,65 0,34** t 2,24 0,30** t 2,06 N 33 R² 0,86 F 57,38* l accoissement de l offe induit une augmentation paallèle de la demande. Un cetain nombe de elations, su lesquelles se fondent implicitement les politiques de développement des TIC en Afique, ont été mises en évidence. Pou la plupat, ces elations s avèent significatives. Elle évèlent le ôle impotant du niveau d éducation fomation, du phénomène d ubanisation, du niveau de vie, de l activité économique, des elations extéieues, des infastuctues de télécommunications, des équipements et des coûts d accès ainsi que de l offe dans le développement d Intenet en Afique. (IY\QSH PIWI\TPMGEXMJW A pati de l analyse pécédente, deux modèles explicatifs ont été constuits 26. Le pemie modèle, significatif (F = 57,38) explique le nombe de comptes Intenet pa la 25 Thee is evidence to suggest that competition in the ISP (FSI) maket has shaply affected the level of pices and degee of Intenet penetation [ITU, 1999b]. 26 Su la base de la méthode d intoduction des vaiables pas à pas.

10 télédensité, le coût elatif des communications locales et les échanges extéieus. Il met en évidence l impotance des infastuctues de communication avec la télédensité (élasticité = 1,18) et dans une moinde mesue (élasticité = 0,30) celle des elations extéieues 27. Pa conte, le coefficient de égession du Log de la télédensité Log de la population Log des impotations de B&S pou 100 habitants Log du coût hoaie d une communication locale/(pnb/hab) Vaiable expliquée: log du nombe de comptes Intenet pa pays (LCI) -3,05* t -4,33 1,06* t 5,40 1,19* t 11,21 0,55* t 3,30 0,35** t 2,50 N 33 R² 0,90 F 64,14* coût hoaie d une communication locale appotée au PNB pa habitant ne pésente pas le signe attendu. Le modèle explique 86 % de la vaiance de. Dans le pemie modèle, la vaiable expliquée est appotée à la population, ce qui occulte d une cetaine manièe la dimension démogaphique qui concout à la taille du maché national. Dans un second modèle nous avons considéé le logaithme du nombe de comptes Intenet pa pays (LCI). Le modèle significatif (F = 64,14) confime les ésultats du modèle pécédent en mettant en lumièe l impotance des infastuctues de communication, celle du commece extéieu à taves les impotations de biens et sevices et accessoiement du coût des communications qui comme pécédemment ne possède pas le signe attendu. Pa conte, le modèle évèle l impotance de la population de chaque pays comme facteu impotant de la taille du maché national dans une Afique balkanisée. Ce modèle a 27 Il est possible de emplace la vaiable échanges extéieus de biens et sevices pa la vaiable impotations de biens et sevices. Dans ce cas, la égession accoît sa signification (F = 63,2), le coefficient de égession de la vaiable intoduite augmente 0,41** (2,67), ce qui tend à confime que les impotations sont un élément incitatif d usage d Intenet plus impotant que les expotations. Enfin, le R² pend la 0,87. (3'91)28 () 86%:%-0 23 une capacité explicative plus impotante que le pécédent puis que le coefficient de détemination est égal à 0,9. Au total, les deux modèles paviennent à explique envion 90 % de la vaiance du nombe de comptes Intenet. Ils mettent tous deux en lumièe l impotance des infastuctues de télécommunication dont le développement constitue le souci majeu des pincipaux acteus de la coopéation intenationale. Il convient de note que l accoissement de la explicative des modèles nécessiteait peut ête l intégation d une nouvelle vaiable, il pouait s agi d une vaiable économique non pise en compte 28, ou bien d une vaiable sociale du type âge ou langue d expession 29. 'SRGPYWMSR La pésente étude a mis en évidence un cetain nombe de déteminants de la diffusion d Intenet en Afique. Le pemie déteminant a tait à la télédensité et plus généalement aux infastuctues de communication. O, l Afique pésente de nombeuses caences dans ce domaine tant en quantité qu en qualité. Toutefois pou cetains, cette situation peut ête exploitée pou empunte un accouci technologique. En effet, les pays aficains ne sont pas encombés pa des éseaux extensifs constuit su la base de technologies obsolètes, qui nécessiteaient un pocessus de emplacement pogessif. L inetie technologique s avèe donc elativement faible. Dans le domaine technologique, l ampleu du bond en avant est en aison invese de l inetie technologique véhiculée. L objectif étant de maximise l ampleu du bond, la technologie la plus évoluée deva ête utilisée pou éalise les nouvelles infastuctues. Les pays aficains pouont ainsi bûle plusieus étapes et gagne plusieus décennies dans le pocessus de développement des technologies de l infomation. En agissant ainsi, ils pofiteont de l expéience des pays plus avancés pou détemine les voies et moyens de maximise les bénéfices sociaux adessés à une lage fange de la population, tout en évitant les effets peves 30 [PANOS, 1998]. Le développement des 28 Il peut aussi s agi d une vaiable pise en compte mais pou laquelle nous n avons pas un nombe suffisant d obsevations. 29 Il est évident que le langage de la toile mondiale est l anglais, en ce sens les pays fancophones d Afique ont à faie face à un handicap. Pès de 80% des sites web et les intefaces utilisateus (gaphismes et instuctions) sont exclusivement en anglais, alos que moins d une pesonne su dix maîtise cette langue dans le monde [PNUD, 1999, p.62]. 30 Taduction de l auteu.

11 LES DÉTERMINANTS DE LA DIFFUSION D INTERNET EN AFRIQUE 9 infastuctues de communication en Afique fait l objet d un lage consensus, mais il pose une cetain nombe de poblèmes. Le pemie concene le coût élevé des infastuctues. L Union intenationale des télécommunications (UIT) a estimé qu il faudait au moins 50 milliads de dollas pou paveni à une télédensité de 5%, soit 5 lignes téléphoniques pou 100 habitants en Afique subsahaienne 31 [ITU 1998a]. Ces coûts seont encoe plus élevés si l objectif d un accès univesel au éseau 32 poposé pa cetaines oganisations intenationales et ONG, est etenu, sachant que 80 % de la population aficaine se situe en zone uale. Et ce, même si l on oganise un patage des essouces au sein de centes d infomation communautaies à vocation multiples (télécentes). Le second poblème est celui du financement. Il est évident que la éalisation d investissements massifs dépasse la capacité de financement public d Etats aficains le plus souvent exsangues et sous le joug des institutions de Betton Woods. Conscients de cette situation et pou évite la maginalisation du continent, les acteus de la coopéation intenationale ont mis en œuve un cetain nombe de pojets (initiative Leland de l USAID, pojet ACACIA du Canada, pojet RIO de la Fance, pogamme Infodev de la Banque Mondiale ) dont l une des contepaties est la libéalisation du secteu des télécommunications dans les pays bénéficiaies 33. Cette libéalisation est censée incite l investissement pivé qui devait assue la majeue pat du financement des infastuctues. Déjà, dans le cade de pocessus de pivatisation, les fimes multinationales des pays du Nod se sont taillé de lages pats de maché en Afique 34. En effet, pou la plus gande pat, les ventes d opéateus nationaux de télécommunications ont été éalisées au pofit d investisseus étanges 35 [ITU 1998b, p.2]. Le toisième poblème est celui de la maîtise de la technologie. En effet, vue d Afique la technologie adoptée appaaît totalement off-shoe. Les aficains ne la maîtisent pas en ce sens qu ils estent étanges à toutes les étapes allant de la conception à la poduction de la technologie. Se pose également le poblème de la maintenance. En fait, l Afique este en position de simple consommateu vis à vis des TIC. Le même type d analyse peut ête faite pou ce qui est des équipements nécessaies à l accès au 31 Dans la zone OCDE, la télédensité est de 52,3. 32 Cet accès univesel est peçu comme une condition essentielle du développement socio-économique. 33 Le pogamme Infodev de la Banque Mondiale se fixe comme objectif pemie la céation d un envionnement favoable au maché dans lequel la esponsabilité pemièe en matièe d investissement et de founitue de sevices appatient au secteu pivé. 34 C est notamment le cas de Fance Télécom en Côte d Ivoie et au Sénégal. 35 Taduction de l auteu. éseau (odinateu, modem ) ca la généalisation de l utilisation d Intenet este malgé tout limitée en aison de l insuffisance de l infomatisation [Jensen Mike, 1998a p.3]. Un deuxième déteminant de la diffusion d Intenet se éfèe à l activité économique et paticulièement au commece extéieu. Les échanges extéieus nécessitent l établissement de contacts avec des clients ou founisseus étanges et en ce sens ils suscitent le développement d Intenet. Mais, le développement d Intenet peut à son tou suscite un développement du commece extéieu et pemette à l Afique de paticipe activement à l économie mondiale. Le couie électonique, la mise en ligne de poduits locaux peuvent développe le commece à taves le éseau mondial. La Banque mondiale cite les exemples du café et des poduits de l atisanat [Banque Mondiale SD, p.19]. En fait, la question qui se pose n est pas l utilisation des TIC pou expote mieux, mais plutôt que peut-on expote? Il est évident que le développement des TIC en Afique ne suscitea pas le développement, tant que le continent continuea d expote des matièes pemièes et des poduits issus de l agicultue de ente. Ce développement tant attendu implique une modification de la spécialisation intenationale du continent. Peut-elle avoi lieu dans un contexte ulta-libéal? Un toisième déteminant est la population. A taves elle, on voit se dessine la notion de taille du maché. L Afique est balkanisée et l intégation égionale se pésente comme une nécessité. Les TIC peuvent ête utilisées pou enfoce l intégation égionale pa le développement des échanges d infomations. Un cetain nombe d initiatives ont déjà été pises au niveau égional comme au sein de la SADC et du COMESA dans le cade du pojet de société de l infomation en Afique (AISI) coodonné pa la Commission économique pou l Afique (CEA). Au niveau national, Intenet peut contibue au bien-ête des populations. Les applications dans le domaine de l enseignement, de la fomation, de la santé, de la gouvenance et de la démocatie sont nombeuses [cf. Wold bank, 1995]. Un quatième déteminant de la diffusion d Intenet est epésenté pa les coûts d accès au éseau. Ces coûts élevés doivent ête éduits. Selon les tenants de la pensée économique dominante, cette éduction implique une libéalisation du secteu. La pivatisation des opéateus publics de télécommunication, l ouvetue du maché à de nouveaux intevenants auait déjà pemis une éduction des coûts d accès qui devait se pousuive. A mesue que le maché d Intenet en Afique se libéalise, et que les foces du maché pennent de la vigueu, les initiatives pivées se évèlent en mesue

12 d assue la pogession d Intenet. Les pix devaient baisse, endant plus abodable l accès et incitant à la céation de nouveaux sevices pou les aficains [ITU 1998b, p.14]. La libéalisation et la dééglementation epésentent peut ête le pix à paye pou que l Afique se connecte à la société mondiale de l infomation. Ca, les pays, les égions, les populations ne disposant pas des moyens financies ou des infastuctues, ou bien ne possédant pas le savoi faie nécessaie à l exploitation et à la maintenance des infastuctues et des éseaux, isquent de se voi maginalise, de s exclue de la société mondiale de l infomation ou bien d en subi passivement les couants dominants. Le isque est gand de voi se développe une société mondiale factionnée ente des pôles connectés au sein desquels l accès aux essouces d infomation est illimité et des péiphéies où l accès este limité voie inexistant. La conséquence en seait un élagissement de la factue déjà existante ente le Nod et le Sud et une maginalisation accue du continent aficain. (SRRµIW WXEXMWXMUYIW Nombe de comptes Intenet pa pays en mai 1999, [Jensen Mike, 1999a] Nombe de founisseus de sevices Intenet pa pays (FSI) en mai 1999, [Jensen Mike, 1999a] Télédensité (nombe de lignes téléphoniques fixes pou cent habitants) en 1998, [Jensen Mike, 1999a] Bande passante intenationale en Kbps en mai 1999, [Jensen Mike, 1999a] Coût d une communication téléphonique locale en dolla US pa heue en mai 1999, [Jensen Mike, 1999a] Population en 1998, [Jensen Mike, 1999a] Coût annuel de 5 heues d accès à Intenet pa mois en dollas US, 1998, [Jensen Mike, 1998a] Taux d alphabétisation des adultes en 1997 [PNUD, 1999] Indicateu de niveau d éducation en 1997 [PNUD, 1999] Taux net de scolaisation secondaie (en poucentage du goupe d âge concené) en 1997 [PNUD, 1999] PIB éel pa habitant (PPA) en 1997, [PNUD, 1999] PIB éel pa habitant (PPA) des 20% les plus iches ( ), [PNUD, 1999] Population ubaine en 1997, [Banque mondiale, 1999] PNB pa habitant en 1997 (dollas US), [Banque mondiale, 1999] Expotations et impotations de biens et sevices en 1997, (millions de dollas US) [Banque mondiale, 2000] Investissements diects étanges (IDE) de 1996 en millions de dollas US, [Banque mondiale, 1999]. Nombe d étudiants dans l enseignement supéieu (diveses années) [UNESCO, SD] Classement des 500 pemièes entepises aficaines pa le chiffe d affaies en 1998, [JAE, 1999]. Nombe d odinateus pesonnels (PC) en 1998, [ITU, 2000] 6µJµVIRGIW FMFPMSKVETLMUYIW (3'91)28 () 86%:%-0 23 Afican Development Bank. [1999], Afican Development Repot, 1999, Abidjan: ADB. Afican Development Bank. [1998], Afican Development Repot, 1998, Abidjan: ADB. Andieu Olivie, Lafont Denis. [1995], Intenet et l entepise, Pais, Ed. Eyolles. Antonelli, C. [1996], The Netwok of Netwoks: Localized Technological Change in Telecommunications and Poductivity Gowth, Infomation Economics and Policy, 8, pp Aschaue, D. [1989,], Is Public Expenditue Poductive?, Jounal of Monetay Economics, XXIII, pp Bamogo, D. et al. [1996], The Impact of new Communication and Infomation Technologies in Developing Counties : A Case study of Bukina Faso, Document pésenté à l'atelie intenational su la technologie de l'infomation pou le développement UNI/INTECH, Maasticht, Pays-Bas, octobe. Baanshamaje Etienne et al. [1995], Inceasing Intenet Connectivity in Sub-Sahaan Afica Issues, Options, and Wold Bank Goup Role, Wold Bank, daft of 29 Mach, <http://www.woldbank.og/af/connect/incint.htm>. Bond, J. [1997], The Dives of the Infomation Revolution Cost Computing Powe, and Convegence in The Wold Bank, The Infomation Revolution and the Futue of Telecommunications. Callaghy, T, Ravenhill J. (eds.). [1993], Hemmed In: Responses to Afica's Economic Decline. New Yok, Columbia Univesity Pess. Canning David. [1999], Telecommunications, infomation technology and economic development, Cambidge, Havad Institute fo Intenational Development, CAER II, Discussion pape n53, decembe. Canning David. [1998], A database of wold infastuctue stocks, , Wold bank economic eview, Vol. 12, pp Chéneau-Loquay Annie. (di) [2000], Enjeux des technologies de la communication en Afique, Pais, Kathala Regads. Chéneau-Loquay Annie. [1999], Défis liés à l insetion des technologies de l infomation et de la communication dans les économies aficaines, l exemple d Intenet au Sénégal, communication au symposium Ouestaftech, Lille I, 25-26janvie Conte Benad. (di) [2000], Impact des nouvelles technologies de l infomation et de la communication

13 LES DÉTERMINANTS DE LA DIFFUSION D INTERNET EN AFRIQUE 11 (NTIC) su les elations inta et inte-étatiques en Afique, Etude éalisée pou la DAS, Bodeaux, CEAN. Eastely, William, Levine Ross. [1995], Afica s Gowth Tagedy: a etospective, Washington, Wold Bank, Policy eseach woking pape, n Eastely, W. and Rebelo, S. [1993], Fiscal Policy and Economic Gowth: an Empiical Investigation, Jounal of Monetay Economics, XXXII, pp Economic Commission fo Afica (ECA) [1999a], Politiques et statégies pou accélée le développement de l infastuctue de l infomation en Afique, Addis Abeba, ECA. Economic Commission fo Afica (ECA) [1999b], Le pocessus de développement de l Infastuctue nationale de l infomation et de la communication (INIC) en Afique, Addis Abeba, ECA. Economic Commission fo Afica (ECA) [1999c], Developing National Infomation and Communications Infastuctue (NICI) Policies, Plans and Stategies: the 'why' and 'how', Fist Meeting of the Committee on Development Infomation (CODI), Addis Ababa, Ethiopia. 28 June - 2 July 1999, <http://www.un.og/depts/eca/adf/codipap2.htm>. Economic Commision fo Afica, Economic and Social Council. [1996], Building Afica s Infomation Highway: The Case of Mozambique, Seventh Meeting of the Technical Thity-Fist Session of the Commission, Addis Ababa, 30 Apil to 3 May. Elie Michel. [2000], Décypte les chiffes d Intenet, in Chéneau-Loquay Annie. (di) [2000], Enjeux des technologies de la communication en Afique, Pais, Kathala Regads, pp Foge S. [1995], The Consequences of Cuent Telecommunications Tends fo the Competitiveness of Developing Counties. Washington DC, Banque mondiale. Fancisco Maius. (cood), A daft suvey of Infomation Policy in Afica, <http://www.sas.upenn.edu/afican_studies/eca/mmaiu s.html>. Feeman, C. [1984], The Diffusion of Infomation and Communication Technology in the Wold Economy in the 1990's, in R. Mansell (ed.) The Management of Infomation and Communication Technologies: Emeging Pattens of Contol. Londes. Aslib, pp Foge, S. [1995], The Consequences of Cuent Telecommunications Tends fo the Competitiveness of Developing Counties. Washington DC, Banque mondiale. Hafkin, Nancy et Menou, Michel J. [1995], Impact of electonic communication on development in Afica, dans Paul McConnell (di.), Making a diffeence: measuing the impact of infomation on development, compte endu d'un séminaie tenu à Ottawa (Canada), du 10 au 12 juillet 1995, CRDI. Hanna, N. et. al. [1996], The East Asian Miacle and Infomation Technology, Documents de synthèse de la Banque mondiale, No.326, Washington DC, Banque mondiale. Hanna, N. [1991], The Infomation Technology Revolution and Economic Development, Documents de synthèse de la Banque mondiale No. 120, Washington DC, Banque mondiale. Hegene Michiel. [1997], Intenet Unwied, The Hague, Intenational institute fo communication and development. Intenational Telecommunications Union [1997a], Challenges to the Netwok: Telecoms and the Intenet, ITU, Geneva. Intenational Telecommunications Union [1997b], Wold Telecommunication Development Repot, ITU, Geneva. Intenational Telecommunications Union [1998a], Wold Telecommunication Development Repot, ITU, Geneva. Intenational Telecommunications Union [1998b], Afican Telecommunication Indicatos, ITU, Geneva. Intenational Telecommunications Union [1999a], Wokshop on telecommunication efom, Final epot, Botswana telecommunication authoity, Gabaone. Intenational Telecommunications Union [1999b], Challenges to the netwok, intenet fo development, Geneva, octobe Intenational Telecommunications Union [1999c], The afican geen pape : telecommunications fo Afica, novembe, Geneva, ITU. Intenational Telecommunications Union [2000], Intenet indicatos, <http://www.itu.og/>. Jensen, Mike. [1995], Telematics fo Development, Discussion Pape, <http//www.sas.upenn.edu/afican_studies/padis /telematics_jensen.html> Jensen Mike. [1996a], A guide to impoving Intenet access in Afica with wieless technologies, IRDC study, August. Jensen, Mike. [1996b], Bidging the gap in Intenet Development in Afica, <http://www.idc.ca/acacia/studies/i-gaps2.htm#3.0>. Jensen, Mike. [1997], Intenet Connectivity fo Afica: A UNIDO Study, Confeence of Afican Ministes of Industy, Acca, Ghana. Jensen, Mike. [1998a], Connectivité à Intenet en Afique vue d ensemble, octobe <http://www3.sn.apc.og/ >.

14 Jensen, Mike. [1998b, 1999a], Afican Intenet Connectivity, <http://www3.sn.apc.og/ >. Jensen, Mike. [1999b], Afican Intenet status, Intenational institute fo communication and development, 14/09. Jeune Afique économie (JAE), Les 500, numéo hos-séie, M2939, 1999, pp Kelly Tim, Petazzini Ben. [1997], What does the Intenet means fo development, Telecom Inteactive Development symposium, Geneva, 11 septembe. Konaé Alpha Ouma,[2000] L'appopiation collective des NTIC légitimise nos espois, allocution à l'occasion de la céémonie de clôtue de Bamako2000, 25 févie 2000, <http://www.iicd.og/seach/showenty.ap?entyid=4160> Konae Alpha Ouma. [1996], L Afique face aux nouvelles technologies de l infomation : comment pende l initiative?, Discous pononcé los de la enconte su l Afique et les NTIC, Genève, 17 octobe. Kwankam Yunkap, Ningo Ntomambang. [1997], Infomation Technology in Afica: A Poactive Appoach and the Pospects of Leapfogging Decades in the Development Pocess, Univesity of Yaounde I, Cameoon, <http://www.isoc.og/inet97/poceedings/b7/b7_1.htm> Lachaud Jean-Piee, [1998a]. La pauveté en Mauitanie : une appoche multidimensionnelle, Bodeaux, DT/31, Cente d'économie du développement, Univesité Montesquieu-Bodeaux IV. Lachaud Jean-Piee, [1998b]. Modélisation des déteminants de la pauveté et maché du tavail en Afique : le cas du Bukina Faso, Bodeaux, DT/32, Cente d'économie du développement, Univesité Montesquieu- Bodeaux IV. Lachaud Jean-Piee, [1999a]. Pauveté, ménages et gene en Afique. Nouvelles dimensions analytiques, Bodeaux, Séie de echeche 3, Cente d'économie du développement, Univesité Montesquieu-Bodeaux IV. Lachaud Jean-Piee, [1999b]. Les difféences spatiales de pauveté en Mauitanie : un test de dominance, Bodeaux, DT/35, Cente d'économie du développement, Univesité Montesquieu-Bodeaux IV. Lachaud Jean-Piee [1999c]. Le difféentiel spatial de pauveté au Bukina Faso : "capabilities" vesus dépenses, Bodeaux, DT/36, Cente d'économie du développement, Univesité Montesquieu-Bodeaux IV. Lachaud Jean-Piee, [1999d]. La pauveté aux Comoes : concepts, mesue et analyse, Mooni, Pogamme des nations unies pou le développement. La Rovee R. [1996], Infomation Technology Diffusion in Small and Medium sized Entepises: Elements fo Policy (3'91)28 () 86%:%-0 23 definition, Infomation Technology fo Development, Vol.1, Issue 4, pp Mannisto Laua, Petazzini Ben. [1999], Challenges to the netwok 1999, Genève, UIT, Bueau de développement des télécommunications, Unité des systèmes d infomation, Document WTIM99/36-F, Mansell, R. and U. Wehn (eds.). [1998], Knowledge Societies: Infomation Technology fo Sustainable Development. Oxfod, OUP. Mansell R.(ed.) [1984], The Management of Infomation and Communication Technologies: Emeging Pattens of Contol. Londes, Aslib. Menou Michel J. [Sans date], Assessing methodologies in studies of the impact of infomation : a synthesis, <http://www.bellanet.og/patnes/aisi/poj/synthesis.htm>. Menou, Michel J. [1993], Measuing the impact of infomation on development. Intenational Development Reseach Cente (IDRC), Ottawa, ON, Canada. MFI/RFI, <http://www.fi.f/>. Minges Mickael. [1999], Oveview : the afican telecommunications enaissance, Geneva, ITU, <http://www.mbendi.co.za/indy/cotl/cotlaf.htm>. Moton Michael Scott. [1995], L'entepise compétitive du futu : technologies de l infomation et de la communication et tansfomation de l'oganisation, Pais, Éd. d'oganisation. National Reseach Council, Office of Intenational Affais. [1996], Bidge buildes: Afican expeiences with infomation and communication technology, National Academy Pess, Washington, D.C. OECD. [1999], The Economic and Social Impacts of Electonic Commece: Peliminay Findings and Reseach Agenda, Pais, OECD. OECD. [1997a], Infomation technology outlook, 1997, Pais, OCDE. OECD. [1997b], Towads a Global Infomation Society. Pais, OECD. OECD. [1997c], Comité de la politique de l infomation, de l infomatique et des communications, L infastuctue mondiale de l infomation et la société mondiale (GII- GIS) : ecommandations pou l action des pouvois publics, Pais, OCDE. OECD, [1996a]. Infomation Infastuctue Convegence and Picing : The Intenet, <http://www.oecd.og/dsti/gd_docs/96_xxe.html>. OECD. [1996b], The Knowledge-based Economy. Pais, OECD.

15 LES DÉTERMINANTS DE LA DIFFUSION D INTERNET EN AFRIQUE 13 OECD. [1995a], Technology, Poductivity and Job Ceation Vol. I and II: The OECD Job Stategy. Pais: OECD. OECD. [1995b], National Policy Famewoks fo Infomation Infastuctues, Repot of the Woking Paty on Telecommunications and Infomation Sevice Policies, Diectoate fo Science, Technology and Industy; Committee fo Infomation, Compute and Communications Policy. OECD, Pais. PANOS. [1998], Infomation, Knowledge and Development, Debate and Development, A seies of Panos pespective papes, London, Octobe, < >. Pateyon Emmanuel, Salmon Robet. [1996], Les nouvelles technologies de l'infomation et l'entepise, Pais, Economica (Gestion poche). Wellenius, B. and al. [1993], Telecommunications: Wold Bank Expeience and Stategy, Wold Bank, Discussion Papes 19. Wold Bank. [sans date, SD], Economic toolkit fo afican policy makes, Washington, Wold bank, < >. Wold Bank. [1995], Hanessing Infomation fo Development - A Poposal fo a Wold Bank Goup Stategy, <http://www.woldbank.og/html/fpd/telecoms/hanessing>. Wold Bank.[1999, 2000], Rappot su le développement dans le monde, 1998, , Washington DC, Banque Mondiale. Wold tade oganization. [1998], Compute and elated sevices, Geneva, WTO, S/C/W/45. Pateyon Emmanuel. [1994], Le management statégique de l infomation, Pais, Economica. PNUD. [1999], Rappot su le développement humain 1999, Pais, Buxelles, De Boeck univesité. Renaud Pascal. [1996], Intenet, une chance pou le Sud, Le monde diplomatique, févie. Saundes, R. Wafod, J. and Wellenius, B. [1998], Telecommunications and Economic Development, Baltimoe, Johns Hopkins. Shapio, C, Vaian. H.R. [1999], Infomation Rules: A Stategic Guide to the Netwok Economy. New Yok, McGaw-Hill. Siimanne Shamika. [1996], La évolution de la technologie de l infomation et les pays en développement, Expess su le développement, n4, Cente d infomation su le développement, ACDI Agence canadienne de développement intenational. Smith Pete, Staple Gegoy. [1994], Telecommunications Secto Refom in Asia: Towad a New Pagmatism. Wold Bank Discussion Papes #232. The Wold Bank, Washington, DC. Taleo, E. and Gaudette, P. [1995], Hanessing Infomation fo Development: A poposal fo a Wold Bank Goup vision and stategy, Infomation Technology fo Development, Vol. 6, No. 3, Nov-Dec, pp Tudesq A.J. [1994], Les technologies de l infomation, facteu d inégalité en Afique sub-sahaienne, Ties Monde, tome XXXV, n138, pp UNESCO, [sans date, SD], <http://unescostat.unesco.og/statsf/statistics/database/d_ pages/enoltesexreg/etesex19000.asp?ano=1970,&n omeg=afique >.

Démarche)Qualité)pour)Améliorer)la)Communication) Pluridisciplinaire)entre)les)Jeunes)Chercheurs)

Démarche)Qualité)pour)Améliorer)la)Communication) Pluridisciplinaire)entre)les)Jeunes)Chercheurs) Démache)Qualité)pou)mélioe)la)Communication) Pluidisciplinaie)ente)les)s)Checheus) Sommaie)! Intoction!...!1! 1.!Desciption!de!la!poblématique!...!1! 1.1.#Contexte#de#la#communication#ente#les#jeunes#s#...#1#

Plus en détail

Créer un observatoire de la concurrence. Créer un observatoire de la concurrence. Démarche. ntérêt. C aractéristiques.

Créer un observatoire de la concurrence. Créer un observatoire de la concurrence. Démarche. ntérêt. C aractéristiques. Cée un obsevatoie de la concuence poblématique I Quelle est l'étendue d'un maché? Quelle pat du maché, une entepise peut-elle espée pende? Quels sont les atouts des entepises pésentes su le maché? ntéêt

Plus en détail

LICENCE SCIENCES DE L EDUCATION

LICENCE SCIENCES DE L EDUCATION www.fls LICENCE SCIENCES DE L EDUCATION A pati de la maquette actuelle, nous avons déployé une offe en L1, L2 et L3 se déclinant en 3 pacous los de la denièe année. Tois dépatements de la faculté des Lettes

Plus en détail

SOMMAIRE F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.2 FORMATION... 4 F.2.1 NATURE DES FORMATIONS... 4

SOMMAIRE F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.2 FORMATION... 4 F.2.1 NATURE DES FORMATIONS... 4 F MODULE F PRESTATIONS ET MISSIONS SOMMAIRE F MODULE F PRESTATIONS ET MISSIONS... 1 F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.1.2 SERVICES PERMANENTS... 2 F.1.3 SERVICES PONCTUELS...

Plus en détail

Serveur vidéo IP. caméras analogiques PC serveur. PC Client 1. Serveur de stockage ( optionnel )

Serveur vidéo IP. caméras analogiques PC serveur. PC Client 1. Serveur de stockage ( optionnel ) Sony RealShot Manage V3 Info Poduit Mas 2005 RealShot Manage V3.0 Logiciel de gestion des caméas IP MJPEG, MPEG-4, Audio, il sait tout enegiste! Une nouvelle vesion du logiciel RealShot Manage de Sony

Plus en détail

Directives. Confidentiel une fois rempli

Directives. Confidentiel une fois rempli 200, chemin Sainte-Foy Québec (Québec) G1R 5T4 ENQUÊTE SUR L ADOPTION DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE PAR LES ENTREPRISES QUÉBÉCOISES Coige le nom et l'adesse s'il y a lieu Nom Adesse Municipalité Povince Code

Plus en détail

GENOPOLE ACCOMPAGNE VOTRE DÉVELOPPEMENT

GENOPOLE ACCOMPAGNE VOTRE DÉVELOPPEMENT Les _ Un chagé d affaies qualifé _ L accès à un éseau de conseils opéationnels et d expets _ Un soutien à la levée de fonds publics et pivés GENOPOLE ACCOMPAGNE VOTRE DÉVELOPPEMENT Genopole, c est une

Plus en détail

5.1. Introduction. 5. Epargne, investissement et système financier. Introduction (suite) 5.2. Institutions financières

5.1. Introduction. 5. Epargne, investissement et système financier. Introduction (suite) 5.2. Institutions financières 5.1. Intoduction 5. Epagne, investissement et système financie Réalisation : Natacha Gilson! Mankiw, chapite 25 Pêts et empunts sont inexticablement liés : si quelqu un pête, c est qu un aute a décidé

Plus en détail

SNSMC SYMPOSIUM DE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE DE

SNSMC SYMPOSIUM DE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE DE National Specialty Society fo Community Medicine NSSCM SNSMC Société nationale de spécialistes pou la médecine communautaie SYMPOSIUM DE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE DE 2007 Passons à l action Le

Plus en détail

Système d ouverture de porte de TGV

Système d ouverture de porte de TGV Le sujet se compose de : TD MP-PSI REVISION CINEMATIQUE Système d ouvetue de pote de TGV 6 pages dactylogaphiées ; 2 pages d annexe ; 2 pages de document éponse Objet de l étude Le tanspot feoviaie, concuencé

Plus en détail

Accessibilité du cabinet médical aux personnes handicapées

Accessibilité du cabinet médical aux personnes handicapées Accessibilité du cabinet médical aux pesonnes handicapées : http://www.ups-picadie.og : upsmedecinslibeauxpicadie@oange.f P. 1-2 Popos intoductifs Diagnostic accessibilité - Le cade juidique - P. 3-4 Mon

Plus en détail

E G A E E M. e v i t e. i t. Guide méthodologique à destination des chefs cuisiniers, des intendants, des acheteurs, de toute personne ayant un projet

E G A E E M. e v i t e. i t. Guide méthodologique à destination des chefs cuisiniers, des intendants, des acheteurs, de toute personne ayant un projet E G A L L I P S A E G R I e l A e T i N u E M Red I e v i t AL collec e n e n o i t a stau Guide méthodologique à destination des chefs cuisinies des intendants des acheteus de toute pesonne ayant un pojet

Plus en détail

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0.

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0. 7- Tests d austement, d indépendance et de coélation - Chapite 7 : Tests d austements, d indépendance et de coélation 7. Test d austement du Khi-deux... 7. Test d austement de Kolmogoov-Sminov... 7.. Test

Plus en détail

LA CONVERSION DE DONNÉES HISTORIQUES SELON UN NOUVEAU SYSTÈME DE CLASSIFICATION POUR L ENQUÊTE MENSUELLE SUR LE COMMERCE DE GROS ET DE DÉTAIL

LA CONVERSION DE DONNÉES HISTORIQUES SELON UN NOUVEAU SYSTÈME DE CLASSIFICATION POUR L ENQUÊTE MENSUELLE SUR LE COMMERCE DE GROS ET DE DÉTAIL Assemblée annuelle de la SSC, juin 2003 Recueil de la Section des méthodes d enquête LA CONVERSION DE DONNÉES HISTORIQUES SELON UN NOUVEAU SYSTÈME DE CLASSIFICATION POUR L ENQUÊTE MENSUELLE SUR LE COMMERCE

Plus en détail

Monnaie et finance 1 : Les marchés financiers. Sommaire. 1.1. L équilibre financier. Chapitre 1 : Le système financier

Monnaie et finance 1 : Les marchés financiers. Sommaire. 1.1. L équilibre financier. Chapitre 1 : Le système financier Monnaie et finance 1 : Les machés financies Sommaie hapite 1 : Le système financie hapite 2 : Le maché des actions hapite 3 : Le maché obligataie hapite 4 : Le maché des poduits déivés Bibliogaphie : 1.

Plus en détail

A LA SANTE L ACCES DES JEUNES. dossier ...

A LA SANTE L ACCES DES JEUNES. dossier ... ... dossie L ACCES DES JEUNES A LA SANTE 20% d étudiants en Fance, et 26% en Midi-Pyénées, enoncent à des taitements médicaux pou des aisons financièes*. 18% des étudiants n ont pas de complémentaie santé.

Plus en détail

Le Véhicule Hybride du LAMIH

Le Véhicule Hybride du LAMIH Le Véhicule Hybide du LAMIH Une éalisation collective Le pojet véhicule hybide a été éalisé pa une équipe tansvesale du LAMIH egoupant des automaticiens et des mécaniciens. Leus domaines de echeche sont

Plus en détail

Guide de l acheteur de logiciel de Paie

Guide de l acheteur de logiciel de Paie Note pespicacité Pivilégie les essouces humaines Guide de l acheteu de logiciel de Paie Table des matièes Intoduction Tendances écentes de Paie L automation de Paie avec libe-sevice pou employés Analyse

Plus en détail

GESTION DU TRAVAIL COLLABORATIF

GESTION DU TRAVAIL COLLABORATIF GESTION DU TRAVAIL COLLABORATIF TRAVAIL COLLABORATIF DEMANDE D INFORMATION Vous souhaitez ecevoi de l infomation elative aux solutions de la thématique Gestion du tavail collaboatif? ACAMAYA - TeamLink

Plus en détail

Association Presse Purée - 58 rue Castetnau - 64 000 Pau pressepuree64@orange.fr / www.pressepuree64.fr 05 59 30 90 30 / 06 83 51 66 92

Association Presse Purée - 58 rue Castetnau - 64 000 Pau pressepuree64@orange.fr / www.pressepuree64.fr 05 59 30 90 30 / 06 83 51 66 92 Dossie d insciption Association Pesse Puée - 58 ue Castetnau - 64 000 Pau pessepuee64@oange.f / www.pessepuee64.f 05 59 30 90 30 / 06 83 51 66 92 Identification de la stuctue exposante SOUSCRIPTEUR Etes-vous

Plus en détail

( Codes : voir verso du feuillet 3 ) SPECIMEN

( Codes : voir verso du feuillet 3 ) SPECIMEN Aide demandeu d emploi Pojet pesonnalisé d accès à l emploi Pesciption de Pô emploi RFPE AREF CRP - CTP ou d un patenaie de Pô emploi Pécisez : N d AIS Concene de naissance Pénom Né(e) Inscit(e) depuis

Plus en détail

INFORMATIQUE. MAÎTRISE - Le perfectionnement - COURS - STAGES ATELIERS

INFORMATIQUE. MAÎTRISE - Le perfectionnement - COURS - STAGES ATELIERS ASSOCIATION UNIVERSITÉ INTER-ÂGES 18 ue des Fèes Bolifaud 95220 HERBLAY 06 73 14 01 98 - Email : univesia@wanadoo.f INFORMATIQUE COURS - STAGES ATELIERS Un pogamme pesonnalisé de «cous et patiques» est

Plus en détail

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables Leçon Foce nomale L applet Foce nomale simule les foces qui s execent su un bloc qui se déplace veticalement. Péalables L élève devait connaîte les concepts d accéléation et de foce, et le lien qui existe

Plus en détail

La réforme des régimes de retraite en Europe: le point de vue de l actuaire

La réforme des régimes de retraite en Europe: le point de vue de l actuaire La éfome des égimes de etaite en Euope: le point de vue de l actuaie Stasboug, 7 octobe 2010 Pofesseu Piee DEVOLDER UCL, Belgique Agenda 1. Le défi des etaites en Euope 2. Répatition ou capitalisation

Plus en détail

Vous êtes... jeune ou adulte, étudiant ou enseignant, parent, jeune couple, éducateur, animateur, responsable associatif, etc Si vous cherchez...

Vous êtes... jeune ou adulte, étudiant ou enseignant, parent, jeune couple, éducateur, animateur, responsable associatif, etc Si vous cherchez... I N S T I T U T E U R OI NP SE TE IN Se fome autement tout au long de la vie Vous êtes... I N S T I T U T E U R OI NP SE TE IN... jeune ou adulte, étudiant ou enseignant, paent, jeune couple, éducateu,

Plus en détail

La Surveillance Industriel Dynamique par les Systèmes Neuro-Flous Temporels : Application à un système de Production

La Surveillance Industriel Dynamique par les Systèmes Neuro-Flous Temporels : Application à un système de Production SETIT 2009 5 th Intenational Confeence: Sciences of Electonic, Technologies of Infomation and Telecommunications Mach 22-26, 2009 TUNISIA La Suveillance Industiel Dynamique pa les Systèmes Neuo-Flous Tempoels

Plus en détail

Emploi des seniors : quelles normes d emploi»?

Emploi des seniors : quelles normes d emploi»? PROPOSITIONS CGT POUR LE PLAN NATIONAL CONCERTE EN FAVEUR DE L EMPLOI DES SENIORS Emploi des senios : quelles nomes d emploi»? Il est nécessaie de claifie ce que peut ête un «plan national conceté en faveu

Plus en détail

GESTION DES RELATIONS HUMAINES ET COMPÉTENCES

GESTION DES RELATIONS HUMAINES ET COMPÉTENCES GESTION DES RELATIONS HUMAINES ET COMPÉTENCES DEMANDE D INFORMATION Vous souhaitez ecevoi de l infomation elative aux solutions de la thématique Gestion des elations humaines et des compétences? Photocopiez

Plus en détail

Votre mission : Utiliser le logiciel de messagerie électronique Thunderbird

Votre mission : Utiliser le logiciel de messagerie électronique Thunderbird Vote mission : Utilise le logiciel de messageie électonique Thundebid BUTS DE LA MISSION : - Ouvi le logiciel de messageie électonique Découvi son inteface Configue un compte mail Lie / Envoye / Recevoi

Plus en détail

Une Ville qui bouge... par ses jeunes, pour ses jeunes!

Une Ville qui bouge... par ses jeunes, pour ses jeunes! Une Ville qui bouge... pa ses jeunes, pou ses jeunes! A5 Bochue jeunesse 0 12 ans_piee.indd 1 1/12/15 08:22 ! ts n n i a o f s n Vos e n penons e no us A5 Bochue jeunesse 0 12 ans_piee.indd 2 1/12/15 08:22

Plus en détail

SOMMAIRE. ATRACOM-Centrafrique Manuel de Procédures Administratives Financiers et Comptables

SOMMAIRE. ATRACOM-Centrafrique Manuel de Procédures Administratives Financiers et Comptables ATRACOM-Centafique Manuel de Pocédues Administatives Financies et Comptables G MODULE G GESTION DE LA TRESORERIE SOMMAIRE G MODULE G GESTION DE LA TRESORERIE... 1 G.1 COMPOSANTES DE LA TRESORERIE... 2

Plus en détail

GESTION DES RÉSEAUX, SERVEURS ET INTERFACES

GESTION DES RÉSEAUX, SERVEURS ET INTERFACES GESTION DES RÉSEAUX, SERVEURS ET INTERFACES RÉSEAUX, SERVEURS ET INTERFACES DEMANDE D INFORMATION Vous souhaitez ecevoi de l infomation elative aux solutions de la thématique Gestion des éseaux, seveus

Plus en détail

Po ur d o nne r un é lan à vo tre re traite

Po ur d o nne r un é lan à vo tre re traite Po u d o nne un é lan à vo te e taite ez a p é P aite t e e vot joud'hui dès au E N EN T TR RE E N NOOUUSS,, CC EESSTT FFAA CC I I LL EE DD EE SS EE O M M PP RR EE NN DDRRE E CC O Toutes les gaanties de

Plus en détail

Rhône-Alpes. Services Territoriaux de l Architecture et du Patrimoine Le ravalement n est pas un acte simple, obligatoire ou sans conséquence

Rhône-Alpes. Services Territoriaux de l Architecture et du Patrimoine Le ravalement n est pas un acte simple, obligatoire ou sans conséquence Le avalement de façade Fiche conseil n 7 Séie Patimoine / Inteventions su le bâti ancien PRÉFET DE LA RÉGION RHÔNE-ALPES Diection Régionale des Affaies Diection Régionale Cultuelles des Affaies -Alpes

Plus en détail

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30 Univesité Pais Ouest Nantee La Défense Année univesitaie 010-011 UFR SEGMI L Economie-Gestion Micoéconomie B Inteogation du Mecedi 4 Novembe 010 Duée : 1h30 Aucun document n est autoisé et les calculatices

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/04. Elle précise les méthodes de valorisation des titres de capital et des titres de créances contenus dans les actifs de l OPCVM.

CIRCULAIRE N 02/04. Elle précise les méthodes de valorisation des titres de capital et des titres de créances contenus dans les actifs de l OPCVM. Rabat, le 02 juillet 2004 CIRCULIRE N 02/04 RELTIVE UX CONDITIONS D ÉVLUTION DES VLEURS PPORTÉES À UN ORGNISME DE PLCEMENT COLLECTIF EN VLEURS MOBILIÈRES OU DÉTENUES PR LUI La pésente ciculaie vient en

Plus en détail

A. Étude d une installation électrique domestique

A. Étude d une installation électrique domestique Banque «go Véto» - 3 PHYSIUE Duée : 3 h 3 L usage d une calculatice est autoisé pou cette épeuve Il sea tenu le plus gand compte dans la notation de la qualité de la édaction Si, au cous de l épeuve, un

Plus en détail

Photographie. r r r r r r ) * ) *

Photographie. r r r r r r ) * ) * Photogaphie TYPE DE RÉMUNÉRATION ) ) * * è è _ ) ) * * Conditions généales de vente (CGV) de «l Association de Gestion du Cna Alsace», association loi 1908, dont le siège social est situé 15-17, ue

Plus en détail

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance STTIQUE 1.- Quel est l objectif de la statique? Pou étudie les conditions d équilibe des solides indéfomables. Remaques : - Un solide est considéé indéfomable tant que les défomations estent faibles. -

Plus en détail

BoxInternet :choisir le bon forfait

BoxInternet :choisir le bon forfait Au-delà En Tout Chez En D Aute Ce BoxIntenet :choisi le bon fofait Lesoffes «tiple play se» démocatisent gâce aux boîties d opéateus délivant l accès à Intenet dans tout le foye avec des communications

Plus en détail

guide de qualité d accès aux commerces Perpignan, une ville accessible aux citoyens handicapés

guide de qualité d accès aux commerces Perpignan, une ville accessible aux citoyens handicapés guide de qualité d accès aux commeces infomations à l usage des commeçants pepignanais Pepignan, une ville accessible aux citoyens handicapés Pepinyà, una ciutat accessible als ciutadans minusvàlids Un

Plus en détail

Analyse hygrothermique d une structure tubulaire multicouche

Analyse hygrothermique d une structure tubulaire multicouche IM - ovembe Analyse hygothemique d une stuctue tubulaie multicouche A. Hocine (,. Boutiba (, F. Kaa Achia ( ( Dépatement de mécanique, Univesité Hassiba Benbouali hlef Email : hocinea_dz@yahoo.f, adhwane_cm@yahoo.f

Plus en détail

INITIATION A LA MESURE ----

INITIATION A LA MESURE ---- INITIATION A LA MSUR ---- Le but de ce TP est : - de mesue la foce électomotice et la ésistance intene d'une pile, - d'évalue, en tenant compte des incetitudes de mesue et des caactéistiques de l'appaeil

Plus en détail

Séance de TP n 2 du jeudi 10 décembre 2009. Manipulation Pré-requis Montages liés. Electrocinétique, modulation d amplitude diagramme de bode

Séance de TP n 2 du jeudi 10 décembre 2009. Manipulation Pré-requis Montages liés. Electrocinétique, modulation d amplitude diagramme de bode Tavaux Patiques Pépaation à l agégation intene de Sciences Physiques 009-010 Séance de TP n du jeudi 10 décembe 009 Manipulation Pé-equis Montages liés Etude d un cicuit passif passe bas application à

Plus en détail

Grille de lecture Échantillonnage et analyse des sols pollués

Grille de lecture Échantillonnage et analyse des sols pollués Santé envionnement Gille de lectue Échantillonnage et analyse des sols pollués Sommaie Intoduction 2 1. Éléments de cadage de la conception d une campagne de mesues dans les sols 3 1.1 Étape 1 : définition

Plus en détail

www.ucpa-formation.com

www.ucpa-formation.com Depuis le mois de septembe 2005, il est obligatoie de posséde un diplôme pofessionnel pou diige un accueil de loisis ou un séjou de vacances de plus de 80 enfants duant plus de 80 jous, le BAFD ne suffit

Plus en détail

Part ager Informer Relayer r e s i r o l a V

Part ager Informer Relayer r e s i r o l a V m o f In e Pa ta alise Mutu ge D op el év Ag i pe e ng a h Éc Relaye dé Fé Val o i s e e Édito 75 milliads d euos L de budget des Dépatements en 2014 es Dépatements sont aujoud hui vivants, dynamiques

Plus en détail

Gestion dynamique de contexte pour l informatique diffuse * Dynamic context management for pervasive computing

Gestion dynamique de contexte pour l informatique diffuse * Dynamic context management for pervasive computing Gestion dynamique de pou l infomatique diffuse * Dynamic context management fo pevasive computing Jéôme Euzenat 1 Jéôme Pieson 2 Fano Rampaany 2 1 INRIA Rhône-Alpes 2 Fance Telecom R&D Jeome.Euzenat@inialpes.f,

Plus en détail

SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS

SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS NOTICE D UTILISATION Vous venez d acquéi un système de sécuité DAITEM adapté à vos besoins de potection et nous vous en emecions. Quelques pécautions L installation

Plus en détail

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable 3 ème os DYNAMIQUE Théoie Quantité de mouvement Les systèmes de masse vaiable Intoduction À pati du Moyen Âge, on s'est endu compte que la vitesse ne suffisait pas à explique toutes les caactéistiques

Plus en détail

tudes & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION L assurance habitation dans les départements d Outre Mer n 24 Juin 2010

tudes & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION L assurance habitation dans les départements d Outre Mer n 24 Juin 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 24 Juin 2010 É tudes & documents L assuance habitation dans les dépatements d Oute Me RISQUES ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Sevice de l économie, de l évaluation

Plus en détail

Projet expérimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT

Projet expérimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT Magistèe de Physique Fondamentale 2007-2008 Pojet expéimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT 1 DESCRIPTION DU PROJET... 2 1.1 OBJECTIFS... 2 1.2 MODE DE TRAVAIL... 2 2 LES JETS TURBULENTS...

Plus en détail

SOMMAIRE B.1 CADRE REGLEMENTAIRE... 2 B.1.1 RAPPEL DES TEXTES DE REFERENCE... 2

SOMMAIRE B.1 CADRE REGLEMENTAIRE... 2 B.1.1 RAPPEL DES TEXTES DE REFERENCE... 2 B MODULE B GESTION DU PERSONNEL SOMMAIRE B MODULE B GESTION DU PERSONNEL... 1 B.1 CADRE REGLEMENTAIRE... 2 B.1.1 RAPPEL DES TEXTES DE REFERENCE... 2 B.1.2 ORGANISMES SOCIAUX... 2 B.1.3 ORGANISMES DE CONTROLE...

Plus en détail

Pôle Représentation Fédération Nationale des Etudiants en Kinésithérapie. Le Coût de la Rentrée : Du côté des Etudiants Kinés

Pôle Représentation Fédération Nationale des Etudiants en Kinésithérapie. Le Coût de la Rentrée : Du côté des Etudiants Kinés Le Coût de la Rentée : Du côté des Etudiants Kinés www.fnek.og Membe de la PROPOS LIMINAIRES En cette entée 2009, la Fédéation Nationale des Etudiants en Kinésithéapie, membe de la FAGE et epésentative

Plus en détail

Exercices sur le chapitre «Les combustions» Exercice n 1 : Lire l extrait de texte ci-dessous avant de répondre aux questions posées.

Exercices sur le chapitre «Les combustions» Exercice n 1 : Lire l extrait de texte ci-dessous avant de répondre aux questions posées. Execices su le chapite «Les combustions» Execice n 1 : Lie l extait de texte ci-dessous avant de éponde aux questions posées. Essence et envionnement De nombeuses activités humaines sont susceptibles de

Plus en détail

Propriétaire/origine du fichier. Distributeur informatique marchand sur Internet (hardware et software)

Propriétaire/origine du fichier. Distributeur informatique marchand sur Internet (hardware et software) 2AC 3AC Cible/Secteu/Région Acheteu infomatique en ligne Acheteu bueautique et infomatique en ligne Di./Resp Infomatique, Diecteu Achat infomatique Diigeant TPE, Assistante de Diection, Diection des Achats

Plus en détail

N : 1P-016 FERHANI K., Université de Guelma, Algérie ETUDE EXPERIMENTALE DE L ABSORPTION CAPILLAIRE DES BETONS AUTO-PLAÇANTS

N : 1P-016 FERHANI K., Université de Guelma, Algérie ETUDE EXPERIMENTALE DE L ABSORPTION CAPILLAIRE DES BETONS AUTO-PLAÇANTS ETUDE EXPERIMENTALE DE L ABSORPTION CAPILLAIRE DES BETONS AUTO-PLAÇANTS FERHANI Kamel 1, CHERAIT Yacine 2 1 Doctoant/Post Gaduant, Laboatoie LGCH, Univesité de Guelma, fe23000@gmail.com 2 Maîte de Conféences,

Plus en détail

Guide 2005 GESTION. des solutions partenaires logiciels. IBM Software. commerciale (CRM) comptable et financière logistique marketing de la qualité

Guide 2005 GESTION. des solutions partenaires logiciels. IBM Software. commerciale (CRM) comptable et financière logistique marketing de la qualité IBM Softwae Guide 2005 des solutions patenaies logiciels GESTION commeciale (CRM) comptable et financièe logistique maketing de la qualité des elations humaines et compétences documentaie (GED) des appels,

Plus en détail

Pour obtenir le grade de. Arrêté ministériel : 7 août 2006

Pour obtenir le grade de. Arrêté ministériel : 7 août 2006 THÈSE Pou obteni le gade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE GRENOBLE Spécialité : Infomatique Aêté ministéiel : 7 août 2006 Pésentée pa Luc Michel Thèse diigée pa Fédéic Pétot et encadée pa Nicolas Founel pépaée

Plus en détail

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions hapite 5 Les condensateus. Définitions a. ondensateu. Si on elie chacune des bones + et - d une pile (ou aute souce de difféence de potentiel) à un conducteu, on obtient un condensateu. Les deux conducteus

Plus en détail

Permis de feu. Travail par point chaud. r Soudage r Brasage. r Découpage r Tronçonnage. r Meulage r Autres. r Poste à souder r Tronçonneuse

Permis de feu. Travail par point chaud. r Soudage r Brasage. r Découpage r Tronçonnage. r Meulage r Autres. r Poste à souder r Tronçonneuse Pemis de feu Tavail pa point chaud Patage vote engagement Ce document doit ête établi avant tout tavail pa point chaud (soudage, découpage, meulage, ) afin de péveni les isques d incendie et d explosion

Plus en détail

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 TSI Sciences Industielles GM DL N 1 COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 1.MISE EN SITUATION : L étude ci-apès pote su un compesseu de climatisation de véhicule automobile de maque SANDEN.

Plus en détail

L imagerie échographique ultrarapide et son application à l étude de la viscoelasticité du corps humain

L imagerie échographique ultrarapide et son application à l étude de la viscoelasticité du corps humain L imageie échogaphique ultaapide et son application à l étude de la viscoelasticité du cops humain Jeemy Becoff To cite this vesion: Jeemy Becoff. L imageie échogaphique ultaapide et son application à

Plus en détail

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE Spé 8-9 Devoi n 8 OPTIQUE ETRALE PSI 8 A Pou que deux ondes poduisent des inteféences, il faut qu elles soient cohéentes, c est-à-die igoueusement synchones Pou obteni expéimentalement cette condition

Plus en détail

Votre mission : Réaliser un publipostage avec OpenOffice

Votre mission : Réaliser un publipostage avec OpenOffice Vote mission : Réalise un publipostage avec OpenOffice BUTS DE LA MISSION : Cée une base de données avec OpenOffice Calc Cée une lette-type avec OpenOffice Wite Insée les champs de la base de données dans

Plus en détail

Présentation d une méthode d analyse sensorielle des baies de raisin. Principe, méthode, interprétation

Présentation d une méthode d analyse sensorielle des baies de raisin. Principe, méthode, interprétation Aticle pau dans : Revue Fançaise d Oenologie, N 183, pages 10-13, ju illet/août 2000. Pésentation d une méthode d analyse sensoielle des baies de aisin. 1. Intoduction Pincipe, méthode, intepétation Jacques

Plus en détail

SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS

SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS NOTICE D UTILISATION Vous venez d acquéi un système de sécuité DAITEM adapté à vos besoins de potection et nous vous en emecions. Quelques pécautions L'installation

Plus en détail

Principes du traitement pharmacologique Dix-sept considérations dans le choix du traitement pharmacologique du TDAH 209

Principes du traitement pharmacologique Dix-sept considérations dans le choix du traitement pharmacologique du TDAH 209 Chapite 7: TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE DU TDAH Pincipes du taitement phamacologique Dix-sept considéations dans le choix du taitement phamacologique du TDAH 209 1. Âge et vaiations individuelles 2. Duée

Plus en détail

VALORISATION D INVESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES

VALORISATION D INVESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES CLUB FINANCE ALORISATION D INESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES LES ETUDES DU CLUB N 98 DECEMBRE 03 ALORISATION D INESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES LES ETUDES DU CLUB N 98 DECEMBRE

Plus en détail

Gestion de versions incertaines de documents XML

Gestion de versions incertaines de documents XML Gestion de vesions incetaines de documents XML Mouhamadou Lamine Ba, Talel Abdessalem, Piee Senellat Institut Mines-Télécom Télécom PaisTech ; CNRS LTCI 46 Rue Baault, 75013 Pais, Fance fist.last@telecom-paistech.f

Plus en détail

FINANCE Mathématiques Financières

FINANCE Mathématiques Financières INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entepises 2005/2006 C.M. : M. Godlewski Intéêts Simples Définitions et concepts FINANCE Mathématiques Financièes L intéêt est la émunéation d un pêt.

Plus en détail

DiaDent Group International

DiaDent Group International www.diagun.co.k DiaDent Goup Intenational Dispositif de compactage sans fil à chaleu intégée Copyight 2010 DiaDent Goup Intenational www.diadent.com Dispositif de compactage sans fil à chaleu intégée w

Plus en détail

D'CLICS CONSO. ayez les bons réflexes! Logement, téléphonie, mobilité, budget : soyez acteur de votre consommation! www.crij.org.

D'CLICS CONSO. ayez les bons réflexes! Logement, téléphonie, mobilité, budget : soyez acteur de votre consommation! www.crij.org. n 26 2013/2014 Jounal du Cente Régional d Infomation Jeunesse Midi-Pyénées D'CLICS CONSO ayez les bons éflexes! d o s s i e Logement, téléphonie, mobilité, budget : soyez acteu de vote consommation! www.cij.og

Plus en détail

Equipement Electrique

Equipement Electrique Equipement Electique TEEM 1 èe Année Equipement Electique, TEEM 1 ee année, uno FRAÇO 1 ntoduction 2 Le pogamme * Champ magnétique, flux, induction électomagnétique, chages électiques et foces * La machine

Plus en détail

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE SUPPORT DE COURS ENONCE DE TRAVAUX DIRIGES. 5 ème Année Réseau et Télécom

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE SUPPORT DE COURS ENONCE DE TRAVAUX DIRIGES. 5 ème Année Réseau et Télécom INSTITUT NATIONAL DS SCINCS APPLIQUS D TOULOUS 5 ème Année Réseau et Télécom ANTNNS SUPPORT D COURS NONC D TRAVAUX DIRIGS Alexande Boye alexande.boye@insa-toulouse.f www.alexande-boye.f Antennes Octobe

Plus en détail

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Poblème 1 Condensateu en égime vaiable (extait de l'examen S3SMPE 2002-2003) On considèe un condensateu plan à amatues ciculaies, de ayon a, distantes de d, alimenté

Plus en détail

ENONCE SUJET. Usage de la calculatrice interdit

ENONCE SUJET. Usage de la calculatrice interdit CONCOURS COMMUN 2006 DES ECOLES DES MINES D ALBI, ALES, DOUAI, NANTES Epeuve spécifique de Sciences Industielles pou l Ingénieu Filièe PCSI, option PSI Vendedi 12 mai 2006 de 8h00 à 12h00 Instuctions généales

Plus en détail

CHAPITRE 1 SUITES. 1. On dit plus simplement suite réelle si K = R et complexe si K = C.

CHAPITRE 1 SUITES. 1. On dit plus simplement suite réelle si K = R et complexe si K = C. CHAPITRE 1 SUITES Les suites sont un objet fondamental à la fois en mathématiques et dans l application des mathématiques aux autes sciences. Nous veons dans ce cous et les tavaux diigés dives exemples

Plus en détail

LE LOGEMENT AU NUNAVIK

LE LOGEMENT AU NUNAVIK SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC LE LOGEMENT AU NUNAVIK DOCUMENT D INFORMATION WWW.HABITATION.GOUV.QC.CA Coodination du contenu et édaction Diection des affaies integouvenementales et autochtones Coodination

Plus en détail

SOMMAIRE. ATRACOM-Centrafrique Manuel de Procédures Administratives Financiers et Comptables

SOMMAIRE. ATRACOM-Centrafrique Manuel de Procédures Administratives Financiers et Comptables E MODULE E GESTION DES BIENS SOMMAIRE E MODULE E GESTION DES BIENS... 1 E.1 DEFINITIONS... 2 E.2 PRINCIPES DE GESTION... 3 E.2.1 OBJECTIFS POURSUIVIS... 3 E.2.2 DESTINATION FINALE DES BIENS MIS A DISPOSITION...

Plus en détail

Stratégie Vélo du Pays des Vallées des Gaves. Vers un développement de la destination cyclo des Vallées des Gaves

Stratégie Vélo du Pays des Vallées des Gaves. Vers un développement de la destination cyclo des Vallées des Gaves Statégie Vélo du Pays des Vallées des Gaves Ves un développement de la destination cyclo des Vallées des Gaves 2013-2016 Avant-popos Le développement de la filièe cyclo, un enjeu économique impotant pou

Plus en détail

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S MECA NI QUE L yc ée F.B UISS N PTS I MUVEMENT D UNE PARTICULE SUMISE A UNE F R C E C E N T R A L E C N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I N A U X R B I T E S C I R C U L A I R E S PRELUDE Dans ce chapite,

Plus en détail

La filière des lampes usagées Aide au repérage des risques dans les points de collecte et les entreprises de collecte et de recyclage

La filière des lampes usagées Aide au repérage des risques dans les points de collecte et les entreprises de collecte et de recyclage La filièe des lampes usagées Aide au epéage des isques dans les points de collecte et les entepises de collecte et de ecyclage L Institut national de echeche et de sécuité (INRS) Dans le domaine de la

Plus en détail

Microfondements du canal étroit du crédit bancaire : le motif de précaution

Microfondements du canal étroit du crédit bancaire : le motif de précaution Micofondements du canal étoit du cédit bancaie : le motif de pécaution Modèle de compotement d une banque confontée à un isque de liquidité et à une offe de financement extene impafaitement élastique Julio

Plus en détail

Analyse et Conception d une Nouvelle Structure de Coupleur Squared-Coax-to-Microstrip pour des Applications Hautes Puissances en Télécommunications

Analyse et Conception d une Nouvelle Structure de Coupleur Squared-Coax-to-Microstrip pour des Applications Hautes Puissances en Télécommunications Communication Science & technologie N 9. Janvie 2011 COST Analyse et Conception d une Nouvelle Stuctue de Coupleu Squaed-Coax-to-Micostip pou des Applications Hautes Puissances en Télécommunications Naseddine

Plus en détail

APPROCHE DESCRIPTIVE DES ÉCOULEMENTS ; RÔLE DE LA VISCOSITÉ. NOTION DE COUCHE LIMITE.

APPROCHE DESCRIPTIVE DES ÉCOULEMENTS ; RÔLE DE LA VISCOSITÉ. NOTION DE COUCHE LIMITE. CASSIFICATION DS ÉCOUMNTS APPOCH DSCIPTIV DS ÉCOUMNTS ; Ô D A VISCOSITÉ NOTION D COUCH IMIT Objectifs Connaîte l expession de la foce de taînée execée su un cops solide en mouement ectiligne unifome dans

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2004-2005 Devoi n 6 CONVERSION DE PUISSANCE Une alimentation de d odinateu de bueau est assez paticulièe, elle doit founi des tensions de +5, +12, 5 et 12 volts avec une puissance moyenne de quelques

Plus en détail

MODELISATION DES COUPLAGES EN CHAMP PROCHE DES COMPOSANTS DE FILTRES CEM

MODELISATION DES COUPLAGES EN CHAMP PROCHE DES COMPOSANTS DE FILTRES CEM MODELISATION DES COUPLAGES EN CHAMP PROCHE DES COMPOSANTS DE FILTRES CEM S. angui*, K. Bege *, B. Vincent*, E. Clavel**, R. Peussel*, C. Vollaie* (*) : Laboatoie Ampèe UMR CNRS 5005, Ecole Centale de Lyon,

Plus en détail

Rencontrez votre filleul... au Bangladesh

Rencontrez votre filleul... au Bangladesh Rencontez vote filleul... au Bangladesh Vote guide de visite Afin d oganise au mieux vote visite et de péveni l équipe locale ainsi que vote filleul de vote aivée, Contactez-nous 2 mois avant il est impotant

Plus en détail

BULLETIN DE SOUSCRIPTION IR

BULLETIN DE SOUSCRIPTION IR Fais d entée éduits su une sélection de FIP et FCPI 47 ue POTERNE - 21200 BEAUNE contact@fcpi-enligne..com FCPI FIP Comment Souscie Toute décision doit êtee pise apès consultationn du pospectus d infomation.

Plus en détail

Modélisation du transfert thermique dans les contacteurs mécaniquement agités

Modélisation du transfert thermique dans les contacteurs mécaniquement agités Modélisation du tansfet theique dans les contacteus écaniqueent agités Abdelkade DEBAB *, Nacéa CHERGUI et Joël BERTRAND Laboatoie d hydodynaique et tansfet physique dans les éacteus USTOan, Dépateent

Plus en détail

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées.

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées. I- PREAMBULE : La mécanique des fluides est l étude du compotement des fluides (liquides et gaz) et des foces intenes associées. Elle se divise en statique des fluides, l étude des fluides au epos, qui

Plus en détail

Thèse. Docteur de l Université Henri Poincaré, Nancy-I

Thèse. Docteur de l Université Henri Poincaré, Nancy-I FACULTE DES SCIENCES U.F.R Sciences & Techniques : S.T.M.I.A Ecole Doctoale : Infomatique-Automatique-Electotechnique-Electonique-Mathématique Dépatement de Fomation Doctoale : Electotechnique-Electonique

Plus en détail

Immobilière Midi-Pyrénées SA de la Vallée du Thoré. Parce que rien n est plus essentiel que l habitat

Immobilière Midi-Pyrénées SA de la Vallée du Thoré. Parce que rien n est plus essentiel que l habitat SA de la Vallée du Thoé Pace que ien n est plus essentiel que l habitat Rappot d activité 2 e 3F 3 Sommaie Édito p. 3 Pivilégie la qualité et opte pou l'innovation p. 4 Implantations p. 5 À vos côtés pou

Plus en détail

Moments partiels crédibilistes et application à l évaluation de la performance de fonds spéculatifs

Moments partiels crédibilistes et application à l évaluation de la performance de fonds spéculatifs Moments patiels cédibilistes et application à l évaluation de la pefomance de fonds spéculatifs Alfed MBAIRADJIM M. 1 & Jules SADEFO K. 2 & Michel TERRAZA 3 1 LAMETA- Univesité Montpellie 1 et moussa alf@yahoo.f

Plus en détail

Quelques éléments d écologie utiles au forestier

Quelques éléments d écologie utiles au forestier BTSA Gestion Foestièe Module D41 V.1.1. Avil 1997 Quelques éléments d écologie utiles au foestie Paysage vosgien : un exemple d écocomplexe divesifié. Sylvain Gaudin CFPPA/CFAA de Châteaufaine E 10 ue

Plus en détail

MODE D EMPLOI MONFINANCIER VIE SCPI EDISSIMMO

MODE D EMPLOI MONFINANCIER VIE SCPI EDISSIMMO MODE D EMPLOI MONFINANCIER VIE SCPI EDISSIMMO Pou établi vote contat MonFinancie Vie, nous vous emecions de bien vouloi éuni les éléments suivants : Le bulletin de sousciption complété et signé Le bulletin

Plus en détail

Chapitre I. Description des milieux continus

Chapitre I. Description des milieux continus Chapite I Desciption des milieu continus OBJET Ce chapite est consacé à la desciption des milieu continus. On intoduia les notions fondamentales de desciption du mouvement au sens de Lagange et d Eule,

Plus en détail

L'atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

L'atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique L'atome et la mécanique de Newton : Ouvetue au monde quantique Lod Kelvin affime en 1892 que "tous les concepts de la physique sont déteminés, et qu'il n'y a plus qu'à touve quelques décimales supplémentaies

Plus en détail

Chaînes énergétiques

Chaînes énergétiques Chapite 7 Chaînes énegétiques Découvi Activité expéimentale n 1 Comment fonctionne une voitue utilisant une pile à combustible? Expéience n 1 Au niveau des ésevois, on obseve la fomation de bulles : des

Plus en détail