CONSTANTES DIELECTRIQUES

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSTANTES DIELECTRIQUES"

Transcription

1 9 E7 CONTANTE DIELECTRIQUE I. INTRODUCTION Dans cette expéience, nous étuieons es conensateus et nous éiveons les popiétés e iélectiques tels que l'ai et le plexiglas. II. THEORIE A) Conensateus et iélectiques Deux ou plusieus conucteus électiques (métalliques) sépaés pa une couche e matièe isolante (iélectique), tels que l'eau, l'ai, les matièes plastiques, etc., foment un conensateu. Dans un iélectique, toutes les chages sont liées aux atomes ou molécules. La pésence e champ électique extene povoque e léges éplacements e ces chages, ans un sens ou ans l'aute suivant le signe, céant ainsi une polaisation électique P. La polaisation 'un iélectique peut se pouie e eux manièes : - pa inuction : le champ électique inuit es ipôles ans les molécules su lesquelles il agit (cf. figue ). - pa oientation: si le iélectique contient éjà es ipôles pemanents (molécules polaies), le champ électique va oiente ces ipôles ans sa pope iection. P=0 Q Eext Q P=0 Eext Figue La iection e la polaisation P épen e l'oientation cistallogaphique u iélectique. Cepenant, pou les iélectiques isotopes ou e stuctue cubique, P est paallèle à E ext (champ électique extene).

2 9 B) Constantes iélectiques Les constantes iélectiques appaaissent ans les expessions pou la polaisation P : () P = ε o χe χ : susceptibilité électique u iélectique ε o = [As/m] est la pemittivité u vie et pou le éplacement électique D : () D= ε o E P = ε o ( χ)e = ε o ε E 'où l'on éuit que ε = χ ε : constante iélectique (ou pemittivité elative pa appot au vie). On éfinit pafois une constante iélectique absolue ε = ε o ε. Le tableau suivant onne quelques valeus e la constante iélectique ε pou ifféentes substances isolantes (à pession et tempéatue ambiantes). ubstance vie ai sec eau vee nylon huile Plexiglas ε Dans le cas 'un iélectique, la polaisabilité ou constante iélectique épen e la natue es éléments à polaise. C'est pouquoi on obseve une gane ifféence ente la valeu e ε e l'eau pue et celle 'un plastique, pa exemple. A l'intéieu 'un iélectique, le champ E n'est plus égal au champ E ext, mais il est onné pa la elation : (3) E = E ext E où E = - N P est le champ e épolaisation inuit pa la polaisation P ans le iélectique. N est le facteu e épolaisation. La capacité C 'un conensateu est liée à la chage Q et à la tension appliquée ente ses bones : (4) C = Q [ C] = A s = Faa

3 C épen e la géométie u conensateu et peut ête augmentée u facteu ε losqu'on place un iélectique ente ses plaques. 93 C) Conensateu à plaques paallèles (avec iélectique) Q Figue i l'extension es plaques (e suface ) est gane pa appot à, on peut néglige les effets e bo et consiée le champ E = constant ente les amatues. En appliquant la loi e Gauss su un petit ectangle entouant la suface 'une es plaques, on a : (5) Ainsi : Q = D = ε ε E (6) C = Q = 0 = ε0ε = ε0ε ε ε 0 D) Conensateu coaxial (avec iélectique) On consièe à nouveau un conensateu ont la longueu L est beaucoup plus gane que le ayon (L >> R ) e manièe à néglige les effets e bo. La loi e Gauss pemet 'écie : R (7) Q = ε0ε E R où est la suface essinée en pointillé. Figue 3 D'où Q = ε o ε E πl La ifféence e potentiel ente les eux électoes est onnée pa : R Q Q R (8) = E = = ln πε ε L πε ε L R 'où R R R 0 0

4 94 (9) C Q 0 L = = π ε ε R ln R III. DIPOITIF EXPERIMENTAL Nous utilisons, pou étemine C, une méthoe consistant à mesue la chage Q o totale pou une cetaine tension o, à l'aie 'un galvanomète balistique. Le schéma e mesue est le suivant : R =00kΩ R =50Ω C R 3 =5kΩ G alvano no Figue 5 Commutateu en position : le conensateu se chage à la tension o. Commutateu en position : le conensateu se échage ans les ésistances R i La éviation maximale u galvanomète max est popotionnelle à la chage qui le tavese: max Q o = C o Connaissant C en lisant max, il est alos facile e étemine la constante iélectique ε. Remaque : Le galvanomète est un instument élicat qui ne suppote pas les sutensions. Faites contôle le cicuit avant 'enclenche. I. MANIPULATION ) Mesue max pou les conensateus ont la capacité C est connue et pote su un gaphique max en fonction e C (utilise la écae e capacités). ) Mesue les capacités u conensateu à plaques paallèles pou l'ai et le plexiglas en changeant la istance et pote su un gaphique C en fonction e /. 3) Détemine les constantes iélectiques e l'ai et u plexiglas.

5 4) Contôle la elation ente C et R /R pou les conensateus cyliniques en potant su un gaphique C en fonction e /ln(r /R ) et étemine la constante iélectique ε e l'aalite. 95

Année universitaire 2012/2013

Année universitaire 2012/2013 Année univesitaie 1/13 Examen Electomagnétisme PEIP Aix-Maseille Univesité 15 janvie 13 5 poblèmes - ecto veso / Duée e l épeuve heues alculettes stanas autoisées / Fomulaie Page A4 autoisée 1. (4pts Quate

Plus en détail

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions hapite 5 Les condensateus. Définitions a. ondensateu. Si on elie chacune des bones + et - d une pile (ou aute souce de difféence de potentiel) à un conducteu, on obtient un condensateu. Les deux conducteus

Plus en détail

Exercices : 19 - Champ électrostatique

Exercices : 19 - Champ électrostatique 1 Execices : 19 - Champ électostatique Sciences Physiques MP 2015-2016 Execices : 19 - Champ électostatique A. Calculs de champ et de potentiel 1. Théoème de supeposition Une sphèe de ayon b pote une chage

Plus en détail

INITIATION A LA MESURE ----

INITIATION A LA MESURE ---- INITIATION A LA MSUR ---- Le but de ce TP est : - de mesue la foce électomotice et la ésistance intene d'une pile, - d'évalue, en tenant compte des incetitudes de mesue et des caactéistiques de l'appaeil

Plus en détail

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 TSI Sciences Industielles GM DL N 1 COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 1.MISE EN SITUATION : L étude ci-apès pote su un compesseu de climatisation de véhicule automobile de maque SANDEN.

Plus en détail

III Enonce du principe fondamental de la statique (ou P.F.S)

III Enonce du principe fondamental de la statique (ou P.F.S) Rèf : st Pincipe fondamental de la statique STI G.E. I Hypothèse de la statique En statique, les solides sont supposés géométiquement pafaits, indéfomables, homogènes et isotopes. Géométie : les aspéités,

Plus en détail

Exemples d antennes (9)

Exemples d antennes (9) Exemples d antennes (9) II. Le pincipe des images : Pemet de considée le cas de souces placées au dessus d un sol qui peut ête assimilé à un conducteu pafait (en BF : σ >> ωε ). a) Cas d une antenne filaie

Plus en détail

Cours d électromagnétisme EM15-Champ magnétique

Cours d électromagnétisme EM15-Champ magnétique Cous d électomagnétisme EM15-Champ magnétique Table des matièes 1 Intoduction 2 2 Action d un champ électomagnétique su une paticule chagée 2 2.1 Foce de Loentz.................................. 2 2.2

Plus en détail

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable 3 ème os DYNAMIQUE Théoie Quantité de mouvement Les systèmes de masse vaiable Intoduction À pati du Moyen Âge, on s'est endu compte que la vitesse ne suffisait pas à explique toutes les caactéistiques

Plus en détail

CIRCUITS COUPLES PAR MUTUELLE INDUCTANCE

CIRCUITS COUPLES PAR MUTUELLE INDUCTANCE CIRCUITS COUPLES PAR UTUELLE INDUCTANCE Philippe ROUX 4 CIRCUITS RLC COUPLES PAR UTUELLE INDUCTANCE PARTIE : PRESENTATION DES CIRCUITS COUPLES ) LES FLUX DES CHAPS AGNETIQUES DANS DEUX BOBINAGES COUPLES

Plus en détail

Chapitre 6: Moment cinétique

Chapitre 6: Moment cinétique Chapite 6: oment cinétique Intoduction http://www.youtube.com/watch?v=vefd0bltgya consevation du moment cinétique 1 - angula momentum consevation 1 - Collège éici_(360p).mp4 http://www.youtube.com/watch?v=w6qaxdppjae

Plus en détail

ns n I. Champ tournant, rotation synchrone, rotation asynchrone TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9

ns n I. Champ tournant, rotation synchrone, rotation asynchrone TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9 TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9 I. Champ tounant, otatioynchone, otation asynchone On appelle champ tounant un champ magnétique animé d'un mouvement de otation. On peut en cée un en faisant toune un

Plus en détail

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées.

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées. I- PREAMBULE : La mécanique des fluides est l étude du compotement des fluides (liquides et gaz) et des foces intenes associées. Elle se divise en statique des fluides, l étude des fluides au epos, qui

Plus en détail

L'atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

L'atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique L'atome et la mécanique de Newton : Ouvetue au monde quantique Lod Kelvin affime en 1892 que "tous les concepts de la physique sont déteminés, et qu'il n'y a plus qu'à touve quelques décimales supplémentaies

Plus en détail

FINANCE Mathématiques Financières

FINANCE Mathématiques Financières INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entepises 2005/2006 C.M. : M. Godlewski Intéêts Simples Définitions et concepts FINANCE Mathématiques Financièes L intéêt est la émunéation d un pêt.

Plus en détail

Chapitre 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE

Chapitre 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE Chapite 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE Se epote à la bibliogaphie pou le détail des démonstations et la desciption de l expéience de Sten et Gelach. 3.1 Définitions a- Considéons

Plus en détail

OPTIQUE ONDULATOIRE. 1. Les équations de propagation de E r et B r en vide: r r. r E (1) t 1

OPTIQUE ONDULATOIRE. 1. Les équations de propagation de E r et B r en vide: r r. r E (1) t 1 OPTIQUE ONDULATOIRE Le caactèe ondulatoie de la luièe a été énoncé pou la peièe fois pa C. Huygens (678). Il a été ensuite lageent développé pa A. Fesnel (8) et elié plus tad, en 876, à l électoagnétise

Plus en détail

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance STTIQUE 1.- Quel est l objectif de la statique? Pou étudie les conditions d équilibe des solides indéfomables. Remaques : - Un solide est considéé indéfomable tant que les défomations estent faibles. -

Plus en détail

Actionneurs Electriques

Actionneurs Electriques Plan Actionneus éluctants Actionneus électodynamiques Actionneus électomagnétique Actionneus hybides ou éluctants polaisés Actionneus classiques 1 Actionneus éluctants ou machine à éluctance vaiable Pas

Plus en détail

L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A302 Chapitre VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques

L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A302 Chapitre VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A3 Chapite VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques I) Expéience de ten et Gelach (9) ) L expéience ) Valeus numéiques 3) Matices de

Plus en détail

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Le champ magnétique. Le théorème d Ampère.

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Le champ magnétique. Le théorème d Ampère. Lcée lemenceau S 1 - hsique Lcée lemenceau S 1 O.Ganie Le champ magnétique Le théoème d Ampèe Olivie GRANER Lcée lemenceau S 1 - hsique Énoncé du théoème d Ampèe Le théoème d Ampèe est «l équivalent» du

Plus en détail

LPHY 1113 B & D, Physique générale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eric Deleersnijder, www.ericd.be) L4.1. Leçon 4: Frottement

LPHY 1113 B & D, Physique générale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eric Deleersnijder, www.ericd.be) L4.1. Leçon 4: Frottement LPHY 1113 B & D, Physique généale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eic Deleesnijde, www.eicd.be) L4.1 1. Intoduction (Benson 6.1) Leçon 4: Fottement On pose su une table hoizontale un objet de masse m. Si l'objet

Plus en détail

CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015

CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015 CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015 ************************************************************************************************* EPREUVE

Plus en détail

Masse de Jupiter. 2) On a répertorié dans un tableau les périodes T et les rayons r de trois satellites de Jupiter :

Masse de Jupiter. 2) On a répertorié dans un tableau les périodes T et les rayons r de trois satellites de Jupiter : Masse de upite Execice : Cet execice a pou but de détemine la masse de upite en étudiant le mouement de cetains de ses satellites que son Euope, Ganymède et Callisto. On donne G = 6,67 10-11 N.m.kg -.

Plus en détail

Chaînes énergétiques

Chaînes énergétiques Chapite 7 Chaînes énegétiques Découvi Activité expéimentale n 1 Comment fonctionne une voitue utilisant une pile à combustible? Expéience n 1 Au niveau des ésevois, on obseve la fomation de bulles : des

Plus en détail

Matériel utilisée en plongée 10/08/2003 Niveau 2 Club de la Plaine Philippe Jugla. Le Matériel Niveau 2-1/ 1 -

Matériel utilisée en plongée 10/08/2003 Niveau 2 Club de la Plaine Philippe Jugla. Le Matériel Niveau 2-1/ 1 - Le Matéiel Niveau 2-1/ 1 - 1 MATEIEL NECESSAIE EN AUTONOMIE... 3 1.1 NIVEAU 2... 3 1.2 NIVEAU 3... 3 1.3 APPLICATION TIQUE... 3 1.4 MATEIEL INDISPENSABLE... 3 2 LES BOUTEILLES... 4 2.1 LE MAQUAGE DES BLOCS...

Plus en détail

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K =

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K = Exercice : réponse harmonique de circuits passifs d'ordre Déterminer la fonction de transfert H(j) U 2 /U et tracer les asymptotes des diagrammes de Bode des circuits ci-dessous.! 60 nf 0 kω 50 nf U U

Plus en détail

BACCALAUREAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES. Étude d un Système Technique Industriel BALISE MARITIME. Construction Mécanique

BACCALAUREAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES. Étude d un Système Technique Industriel BALISE MARITIME. Construction Mécanique BCCLURET SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Spécialité génie électonique Étude des Systèmes Techniques Industiels BLISE MRITIME Constuction Mécanique Duée Conseillée 1h30 Lectue du sujet : 5mn Patie

Plus en détail

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d Chapite 2: But: connaîte les lois auxquelles doit obéi un cops solide en équilibe. Ceci pemet de décie la station debout ainsi que les conditions nécessaies pou teni une tasse dans la main, souleve une

Plus en détail

Chapitre VIII Ondes électromagnétiques et fibres optiques

Chapitre VIII Ondes électromagnétiques et fibres optiques Chapite VIII Ondes électomagnétiques et fibes optiques I Les Ondes Electomagnétiques II Les lois de l optique géométique III La fibe optique : un guide de lumièe I Les Ondes Electomagnétiques I.1 Le champ

Plus en détail

Equation de la Chaleur en Axisymétrique & en 3D

Equation de la Chaleur en Axisymétrique & en 3D P.-Y. Lagée, Equation de la Chaleu en Axi & en 3D Equation de la Chaleu en Axisymétique & en 3D Dans ce chapite nous faisons un bilan d énegie pou établi l équation de la chaleu en axisymétique. On pouait

Plus en détail

puits artésien ou en nappe captive (TD1, exercice 1)

puits artésien ou en nappe captive (TD1, exercice 1) Hydogéologie_mise à jou/mp-es / Pilippe Belleudy octobe 4 puits atésien ou en nappe captive (TD, execice ) Détemine le débit d'un puits en nappe captive compte tenu des infomations suivantes : fonctionnement

Plus en détail

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure Introduction CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - La mesure d une résistance s effectue à l aide d un multimètre. Utilisé en mode ohmmètre, il permet une mesure directe de résistances hors

Plus en détail

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire 11.5 Le moment de foce τ (tau) : Poduction d une accéléation angulaie La tige suivante est soumise à deux foces égales et en sens contaie: elle est en équilibe N La tige suivante est soumise à deux foces

Plus en détail

Question 1: Concepts (5.5 points)

Question 1: Concepts (5.5 points) P CAMP ÉLECTROMAGNÉTIQUE CONTRÔLE PÉRIOIQUE IER 9 ATE : mai mas 9 EURE : 83- PAGE : 7 QUETION : 4 NOTE : Aucune ocumentation pemise. Calculatice non-pogammable pemise. Question : Concepts (5.5 points).

Plus en détail

RESOLUTION PAR LA METHODE DE NORTON, MILLMAN ET KENNELY

RESOLUTION PAR LA METHODE DE NORTON, MILLMAN ET KENNELY LO 4 : SOLUTO P L MTHO OTO, MLLM T KLY SOLUTO P L MTHO OTO, MLLM T KLY MTHO OTO. toductio Le théoème de oto va ous pemette de éduie u cicuit complexe e gééateu de couat éel. e gééateu possède ue souce

Plus en détail

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE L électostatque Chapte 1 CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIUE 1.1 Intoducton La chage est une popété de la matèe qu lu fat podue et sub des effets électques et magnétques. On dstngue : - l'électostatque qu est

Plus en détail

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0.

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0. 7- Tests d austement, d indépendance et de coélation - Chapite 7 : Tests d austements, d indépendance et de coélation 7. Test d austement du Khi-deux... 7. Test d austement de Kolmogoov-Sminov... 7.. Test

Plus en détail

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle.

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. TP force centrifuge Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : Étudier la force centrifuge dans le cas d un objet ponctuel en rotation uniforme autour d un axe fixe. 1 Présentation

Plus en détail

Construire une image médicale

Construire une image médicale Vol. 10 hive pintemps 2015 6 Autefois, on passait des adiogaphies. Maintenant, on va aussi passe un examen pa scanne : la technique s appelle la tomodensitométie axiale. Dans les deux cas, ce sont des

Plus en détail

Performances d'un système frigorifique domestique avec stockage par chaleur latente

Performances d'un système frigorifique domestique avec stockage par chaleur latente Pefomances d'un système figoifique domestique avec stockage pa chaleu latente Kamel AZZOUZ 1*, Denis LEDUCQ 1, Jacques GUILPART 1, Dominique GOBIN 2 1 CEMAGREF Unité de Recheche Génie des Pocédés Figoifiques,

Plus en détail

5 ème COURS Chimie Chapitre 4 MESURER LES VOLUMES ET LES MASSES CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.

5 ème COURS Chimie Chapitre 4 MESURER LES VOLUMES ET LES MASSES CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 5 ème COURS Chimie Chapitre 4 MESURER LES VOLUMES ET LES MASSES CORRECTION DES EXERCICES Correction : Exercice 2 p 43 1 L = 100 cl 33 cl = 0,33 dm 3 1,31 dm

Plus en détail

Technique du drift-scan

Technique du drift-scan Technique du drift-scan Philippe Deverchère Octobre 2006 L objectif de ce petit article est de comprendre dans le détail la technique du drift-scan dans le cadre des occultations d étoiles par des astéroïdes.

Plus en détail

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4)

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Suite à l analyse expérimentale qui a mis en évidence plusieurs comportements non linéaires de matériaux,

Plus en détail

b- On peut donc électriser le plastique, l ébonite et le verre par frottement. Par contre le métal ne peut pas être électrisé par frottement.

b- On peut donc électriser le plastique, l ébonite et le verre par frottement. Par contre le métal ne peut pas être électrisé par frottement. Chapitre P1 : (TP-Cours) Les phénomènes d électrisation Introduction : Ce sont les anciens Grecs qui découvrirent les premiers phénomènes d électrisation, en constatant qu en frottant de l ambre jaune,

Plus en détail

SERIE DE TRAVAUX DIRIGES 1 (EXERCICES D ELECTROSTATIQUE)

SERIE DE TRAVAUX DIRIGES 1 (EXERCICES D ELECTROSTATIQUE) TD Electosttique ETL7 UNIVERSITE DJILLALI LIABES FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEENT ELECTROTECHNIUE SERIE DE TRAVAU DIRIGES 1 (EERCICES D ELECTROSTATIUE) EERCICE 1 Tois chges sont plcées ux

Plus en détail

ONDES. Partie I. , on négligera les effets de bord. L espace entre les conducteurs sera assimilé au vide sauf explicitation contraire.

ONDES. Partie I. , on négligera les effets de bord. L espace entre les conducteurs sera assimilé au vide sauf explicitation contraire. Spé ψ 1-13 Devoi n 6 ONDES Des données et un fomulaie sont donnés à la fin du sujet Les câbles coaxiaux sont utilisés comme moyen de tansmission d infomations. Ils sont conçus pou tansmette des signaux

Plus en détail

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30 Univesité Pais Ouest Nantee La Défense Année univesitaie 010-011 UFR SEGMI L Economie-Gestion Micoéconomie B Inteogation du Mecedi 4 Novembe 010 Duée : 1h30 Aucun document n est autoisé et les calculatices

Plus en détail

PROBLEME DE PHYSIQUE

PROBLEME DE PHYSIQUE SESSION 211 PSIP28 C O N C O U R S C O M M U N S P O LY T E C H N I Q U E S EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 2 Duée : 4 heues NB : Le candidat attachea la plus gande impotance à la claté, à la

Plus en détail

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE Spé 8-9 Devoi n 8 OPTIQUE ETRALE PSI 8 A Pou que deux ondes poduisent des inteféences, il faut qu elles soient cohéentes, c est-à-die igoueusement synchones Pou obteni expéimentalement cette condition

Plus en détail

Chapitre 5 : Condensateurs

Chapitre 5 : Condensateurs 2 e B et C 5 Condensateurs 37 Chapitre 5 : Condensateurs 1. Qu est-ce qu un condensateur? a) Expérience de mise en évidence 1. Un électroscope est chargé négativement au moyen d'un bâton d'ébonite frotté

Plus en détail

Travaux Pratiques d'hyperfréquence

Travaux Pratiques d'hyperfréquence Travaux Pratiques d'hyperfréquence GLEE604 Sommaire : 1 Ligne en régime impulsionnel 2 Ligne en régime harmonique : étude en fonction de la fréquence 3 Ligne en régime harmonique : étude en fonction de

Plus en détail

Les composants réels. département GEii-1 Electrotechnique, Electronique de puissance

Les composants réels. département GEii-1 Electrotechnique, Electronique de puissance Les composants réels IUT-1 département GEii-1 Electrotechnique, Electronique de puissance Généralités Les phénomènes CEM sont dus a des éléments «parasites» Capacité entre 2 pistes, piste châssis, Aux

Plus en détail

Système d ouverture de porte de TGV

Système d ouverture de porte de TGV Le sujet se compose de : TD MP-PSI REVISION CINEMATIQUE Système d ouvetue de pote de TGV 6 pages dactylogaphiées ; 2 pages d annexe ; 2 pages de document éponse Objet de l étude Le tanspot feoviaie, concuencé

Plus en détail

²Chapitre-2 Ondes lumineuses

²Chapitre-2 Ondes lumineuses ²Chapite- Ondes luineuses Les ondes luineuses sont des ondes életoagnétiques, est à die les gandeus qui se popagent sont un hap életique E et un hap agnétique B. Le aatèe ondulatoie de la luièe a été énoné

Plus en détail

SOURCE DE TENSION ET SOURCE DE COURANT

SOURCE DE TENSION ET SOURCE DE COURANT 59 E1 SOUCE DE TENSON ET SOUCE DE COUNT.- BUT DE L'EXPEENCE Les sources de tension et de courant sont des modèles que l'on ne rencontre pas dans la nature. Néanmoins, toute source d'énergie électrique

Plus en détail

Robot industriel IRB.60

Robot industriel IRB.60 Noguet - Lycée Blaise Pascal Colma - Robot industiel IRB - D apès Mécanique 1 P. Agati ED. Dunod - 24/02/05-1/5 EXERCICES D APPLICATION CINEMATIQUE Chapite 4 : Etude du mouvement ciculaie 1. Pésentation

Plus en détail

Un cours en 3D! Xavier Hallosserie. juin 2011

Un cours en 3D! Xavier Hallosserie. juin 2011 Un cours en 3D! Lycée Blaise Pascal - Longuenesse juin 2011 Mode d emploi Toutes les figures peuvent être activées et manipulées à la souris. Un clic droit fait apparaître le menu de visualisation en 3D.

Plus en détail

Nous relevons U (V) I (A) Nous réalisons un deuxième montage avec la lampe, dit montage en charge. Nous relevons U (V) I (A)

Nous relevons U (V) I (A) Nous réalisons un deuxième montage avec la lampe, dit montage en charge. Nous relevons U (V) I (A) LÇON 7 Page 1/5 1. xpérience Nous disposons du matériel suivant : n générateur à courant continu 24 V. n voltmètre. n ampèremètre ne lampe à incandescence. Nous réalisons un premier montage sans récepteur,

Plus en détail

Le Mini-Frigo. Cahier des charges : 1/20. Dpt GEII. Présentation. Contenir une canette de 33cl. Schémas de fonctionnement

Le Mini-Frigo. Cahier des charges : 1/20. Dpt GEII. Présentation. Contenir une canette de 33cl. Schémas de fonctionnement Cahier des charges :. Contenir une canette de 33cl Créer une différence. de température > à 20 C. Possibilité de régler la température. Voyant indication frigo allumé. Voyant d'indication refroidissement.

Plus en détail

Comptabilité d entreprise et comptabilité de l Etat : convergences et spécificités Séminaire des 18 et 19 septembre 2008

Comptabilité d entreprise et comptabilité de l Etat : convergences et spécificités Séminaire des 18 et 19 septembre 2008 Comptabilité d entreprise et comptabilité de l Etat : convergences et spécificités Séminaire des 18 et 19 septembre 2008 2003 - DRB [Minéfi] La comptabilité des marchands et la comptabilité des princes

Plus en détail

CHAPITRE 7 Polarisation des FETS

CHAPITRE 7 Polarisation des FETS CHAPITE 7 Polarisation des FETS 1 Polarisation des circuits FET POLAISATION des JFET Polarisation Fixe Auto-Polarisation Polarisation par pont diviseur de tension Polarisation des -MOSFET Auto-polarisation

Plus en détail

(A) 38 (B) 39 (C) 40 (D) 42 (E) 49 (A) 0 (B) 2 (C) 4 (D) 6 (E) 8. (C) 2 (D) +6 (E) Aucune de ces réponses

(A) 38 (B) 39 (C) 40 (D) 42 (E) 49 (A) 0 (B) 2 (C) 4 (D) 6 (E) 8. (C) 2 (D) +6 (E) Aucune de ces réponses 9 e année - 000 Page 1 Partie A 1. Le prochain terme de la suite 4, 5, 8, 13, 0, 9,... est : (A) 38 (B) 39 (C) 40 (D) 4 (E) 49. À quoi est égal + + + 3? (A) 1 (B) (C) 30 3 11 (D) (E) Aucune de ces réponses

Plus en détail

action de A sur B => B influencé par A : des charges - apparaissent sur la partie de B proche de A et des charges + sur la partie la plus éloignée.

action de A sur B => B influencé par A : des charges - apparaissent sur la partie de B proche de A et des charges + sur la partie la plus éloignée. ère partie hapitre VI Filière SMI Module Physique II Elément : Electricité ours Prof. R.Tadili Influence électrostatique et condensateurs I. Phénomène d influence I. Influence subie par un conducteur isolé

Plus en détail

Gérer le portefeuille des projets

Gérer le portefeuille des projets 55 Chapitre 3 Gérer le portefeuille des projets 1. Objet du chapitre Gérer le portefeuille des projets Après une introduction générale des différents concepts liés à la gestion de portefeuille de projets,

Plus en détail

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Le théorème de Gauss. Olivier GRANIER

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Le théorème de Gauss. Olivier GRANIER Lycée Clemenceau PCI (O.Ganie Le théoème de Gauss Olivie GANIE Définition : I Flux du champ électostatique oit un champ électostatique défini dans un domaine de l espace. uface (Σ (C oienté n E ( θ uface

Plus en détail

Exemples concrets de l effet des mesures fiscales

Exemples concrets de l effet des mesures fiscales Exemples concrets de l effet des mesures fiscales Un certain nombre d exemples concrets de l effet des mesures fiscales sont présentés sur les pages suivantes. Ces calculs se sont fait sur base de l application

Plus en détail

MESURES ET INCERTITUDES

MESURES ET INCERTITUDES MESURES ET INCERTITUDES OBJECTIFS DE CE CHAPITRE : Savoir exprimer une mesure avec le bon nombre de chiffres significatifs. Savoir arrondir le résultat d un calcul avec le bon nombre de chiffres significatifs.

Plus en détail

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction La diode à jonction I Introduction La diode est le semi-conducteur de base. Son fonctionnement est assimilable à celui d un interrupteur qui ne laisse passer le courant que dans un seul sens. C est la

Plus en détail

Travaux Pratiques de Chimie Organique

Travaux Pratiques de Chimie Organique Préparation du savon I. INTRODUCTION a) Composition d un corps gras : Les corps gras sont des composés naturels d origine végétale ou animale, appelés lipides. Ils sont essentiellement constitués de triglycérides,

Plus en détail

Dans ces expériences, nous avons montré la réduction de la consommation d eau sur un robinet à l aide d un mousseur économique

Dans ces expériences, nous avons montré la réduction de la consommation d eau sur un robinet à l aide d un mousseur économique Introduction Dans une maison muni d un jardin, il existe plusieurs moyens pour réduire sa consommation d eau sur différents appareils : - Mise en place d un «stop douche» ou un mitigeur thermostatique

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Poblème 1 Condensateu en égime vaiable (extait de l'examen S3SMPE 2002-2003) On considèe un condensateu plan à amatues ciculaies, de ayon a, distantes de d, alimenté

Plus en détail

Chapitre I : Annuité et Rente

Chapitre I : Annuité et Rente Chapitre I : Annuité et Rente I. Généralités On appelle annuité une suite de règlements effectuée à intervalle de temps égaux. On dit que cette suite de règlements constitue une rente pour celle ou celui

Plus en détail

Une voiture parcourt en 2 heures, 140 km ; en 3 heures, 210 km et en 5 heures, 350 km.

Une voiture parcourt en 2 heures, 140 km ; en 3 heures, 210 km et en 5 heures, 350 km. Calcul es Vitesses Tout objet en mouvement ( voiture, train, piéton, avion, tortue, bille, ) est appelé un mobile. Nous irons qu un mobile a un mouvement uniforme ( ou est animé un mouvement uniforme )

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN EFFET KERR B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN 1 I-Théorie de l effet Kerr L effet Kerr (1875) est un phénomène électro-optique de biréfringence artificielle. Certains milieux, ordinairement non-biréfringents,

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONDUCTION - - 53 - - [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONDUCTION - - 53 - - [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés INSA de LYON Dép. Génie Civil et Ubanisme 3GCU CONDUCION - - 53 - - [J. Bau], [006], INSA de Lyon, tous doits ésevés INSA de LYON Dép. Génie Civil et Ubanisme 3GCU INRODUCION - 56 CHAPIRE - 57 GENERALIES

Plus en détail

Atomes polyélectroniques : Structure électronique et propriétés

Atomes polyélectroniques : Structure électronique et propriétés Atomes polyélectroniques : Structure électronique et propriétés Observation Contrairement à l atome d hydrogène, l énergie totale (E) d un électron appartenant à un atome à plusieurs électrons ne peut

Plus en détail

I- FONCTIONS AFFINES PAR MORCEAUX

I- FONCTIONS AFFINES PAR MORCEAUX Introduction : Imposition en fonction du revenu annuel imposable Milliers d euros Milliers d euros I- FONCTIONS AFFINES PAR MORCEAUX 1) Définition Définition : une fonction définie sur la réunion d un

Plus en détail

TS Physique Histoire de noyaux Exercice résolu

TS Physique Histoire de noyaux Exercice résolu P a g e 1 TS Physique Exercice résolu Enoncé Remarque : les deux premières parties sont indépendantes. A. Première partie : temps de demi-vie Le thorium 23 Th est utilisé dans la datation des coraux et

Plus en détail

PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I.

PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I. PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I.. Donner les erreurs en position, en vitesse et en accélération d un système de transfert F BO = N(p) D(p) (transfert en boucle ouverte) bouclé par retour

Plus en détail

1.4 Capteurs de température

1.4 Capteurs de température 1.4 Capteurs de température 1 Introduction Des capteurs sont des éléments (systèmes) qui transforment une quantité physique (force, température etc.) en général en signaux électriques. La température est

Plus en détail

a) les barreaux constituent deux résistances en série : =3,5Ω. =1,4Ω ; R 2 =ρ l 2 S 2 R 1 =ρ l 1 S 1

a) les barreaux constituent deux résistances en série : =3,5Ω. =1,4Ω ; R 2 =ρ l 2 S 2 R 1 =ρ l 1 S 1 Questions de type examen sur la matière d'électricité PHYS-F-104 BA1 biologie, géographie, géologie et pharmacie, année 2014-2015 P.Vanlaer 1. Une pile qui fournit une tension continue de 2,2 V est raccordée

Plus en détail

Maîtriser le binaire et les conversions réciproques binaire-décimal.

Maîtriser le binaire et les conversions réciproques binaire-décimal. Support Réseau des Accès Utilisateurs SI 2 BTS Services Informatiques aux Organisations 1 ère année Support Réseau des Accès Utilisateurs Objectifs : Chapitre 1 : Codage de l'information Le système binaire

Plus en détail

L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK

L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK 1. Le but de l expérience L étude de l effet photoélectrique externe et le calcul de la constante de Planck( h ). 2. Considérations théoriques

Plus en détail

Exercices sur le mouvement rectiligne uniforme (MRU) Module 3 : Des phénomènes mécaniques Objectif terminal 3 : La cinématique

Exercices sur le mouvement rectiligne uniforme (MRU) Module 3 : Des phénomènes mécaniques Objectif terminal 3 : La cinématique Date : Nom : Goupe : Résultat : / 70 Execices su le mouement ectiligne unifome (MRU) Module 3 : Des phénomènes mécaniques Objectif teminal 3 : La cinématique 1. Voici un gaphique epésentant la position

Plus en détail

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Ce chapitre est le chapitre central de la classe de Terminale STG. Il permet (en partie) de clore ce qui avait été entamé dés le collège avec les fonctions affines

Plus en détail

Cinématique - Les engrenages LES ENGRENAGES

Cinématique - Les engrenages LES ENGRENAGES Cinémtique - Les engenges LES ENGRENAGES Génélités Les engenges ont pou onction e tnsmette une puissnce un be en ottion à un ute be tounnt à une vitesse génélement iéente, les eux vitesses estnt ns un

Plus en détail

I. Hybridation du carbone

I. Hybridation du carbone I. Hybridation du carbone I. Hybridation des orbitales atomiques La méthode LCAO ne peut pas expliquer le fait que dans la molécule de méthane (CH 4 ), les 4 liaisons C-H sont identiques et que la molécule

Plus en détail

Nombre maximal de points possibles dans cette épreuve. La note est calculée par la formule : Total des points possibles

Nombre maximal de points possibles dans cette épreuve. La note est calculée par la formule : Total des points possibles Profession n 500 Procédure de qualification 2015 Connaissances professionnelles, examen oral Techniscéniste CFC Nom Prénom Date de naissance Employeur Expert 1 Expert 2 N du candidat Date de l'examen Heure

Plus en détail

B - COURANT ELECTRIQUE

B - COURANT ELECTRIQUE B - COURANT ELECTRIQUE B - I - DEFINITION DE L'INTENSITE D'UN COURANT ELECTRIQUE La propriété des conducteurs solides d'avoir des électrons libres correspond à l'échelle des atomes à un déplacement permanent

Plus en détail

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP.

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP. Union générale des étudiants de Tunisie Modèle de compte-rendu de TP Dipôle RC Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement

Plus en détail

GENERALITE CONVECTION

GENERALITE CONVECTION http://www.ff-sachsenhagen.de/images/webdesign/flamme.jpg GENERALITE CONVECTION n peu de physique de la transmission de la chaleur Hypothèse de travail : on est en régime stationnaire : la production de

Plus en détail

Méthodes thermiques d analyse

Méthodes thermiques d analyse UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. Méthodes thermiques d analyse Pr Khalil EL GUERMAÏ Méthodes Thermiques d Analyse 1)- Introduction 2)- Analyse

Plus en détail

TP focométrie. Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé.

TP focométrie. Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé. TP focométrie Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé. Objectifs : déterminer la distance focale de divers lentilles minces par plusieurs méthodes. 1 Rappels 1.1 Lentilles... Une lentille

Plus en détail

Marche à suivre pour Mail

Marche à suivre pour Mail Marche à suivre pour Mail Configuration Il s agit ici de configurer le logiciel Mail pour avoir accès à votre compte Internet. A cet effet, il faut lancer l application et aller dans le menu déroulant

Plus en détail

COURBE DE RFROIDISSEMENT DU PLOMB : CHANGEMENT D ETAT

COURBE DE RFROIDISSEMENT DU PLOMB : CHANGEMENT D ETAT TP THERMODYNAMIQUE R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI COURBE DE RFROIDISSEMENT DU PLOMB : CHANGEMENT D ETAT OBJECTIFS Mettre en œuvre de façon modeste une chaine d acquisition d une grandeur physique. Utiliser

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail