Cours de. Point et système de points matériels

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de. Point et système de points matériels"

Transcription

1 Abdellah BENYOUSSEF Amal BERRADA Pofesseus à la Faculté des Scences Unvesté Mohammed V Rabat Cous de Pont et système de ponts matéels A L USAGE DES ETUDIANTS DU 1 ER CYCLE UNIVERSITAIRE FACULTES DES SCIENCES, FACULTES DES SCIENCES ET TECHNIQUES, CLASSES PREPARATOIRES AUX ECOLES D INGENIEURS

2 PRESENTATION Ce document pésente l ensegnement de «Mécanque du pont et du système de ponts matéels», dspensé pendant quelques années pa les auteus à la Faculté des Scences de Rabat. Cetes, les ouvages de qualté consacés à cette même pate de la physque classque sont nombeux et chacun d eux compote généalement son ognalté qu tadut la sgnatue de ses auteus. C est justement ce cachet, fut d une expéence pédagogque qu fat que nous avons pvlégé dans le développement du document tel aspect su tel aute tout en estant à l ntéeu des contous des pogammes de mécanque classque généalement ensegnés. C est donc pou fae patage ces petts eements aux étudants, aux collègues, et autes concenés que nous avons été encouagés à puble ce cous. Les lecteus emaqueont que le pésent document a nssté de manèe patculèe su quelques aspects mathématques ou physques à taves lesquels on peut découv quelques fondements de la mécanque du pont et du système de ponts matéels. On peut cte notamment le poblème du epéage, le tède de Fenet, la noton de éféentel, le pendule de Foucault et autes applcatons lées à la dynamque teeste, les collsons élastques et nélastques, les oscllateus hamonques, le poblème à deux cops etc Ce document n est sûement pas exempt d mpefectons ou de coqulles qu ont pu échappe à note attenton ; les lecteus nous en excuseont volontes et toutes leus emaques seont les benvenues. Les auteus

3 Chapte I I- Repéage d'un pont matéel. Systèmes de coodonnées, sufaces et coubes coodonnées. L'espace physque est déct pa un espace euclden (dmenson 3) où sont défns les angles et les dstances. La poston de tout pont matéel M dans cet espace est défne pa appot à un (ou pluseus) objet(s) appelé(s) epèe. Pou caactése cette poston c'est à de pou epée le pont M, l sufft en généal de détemne 3 paamètes éels q, q 1, q 3 ou coodonnées du pont. A cet effet on défnt un système de coodonnées cohéent qu peut engende un espace dans lequel on assoce à tout pont M tos nombes q, q,q de 1 3 manèe unque. 1- Systèmes de coodonnées a- Coodonnées catésennes Sot un pont ogne O et un système d'axes (Oxyz) su lesquels on consdèe tos vecteus untaes e 1, e, e 3 supposés consttue une base othonomée decte. Tout pont M de l'espace peut ête caactésé pa ses coodonnées catésennes q = x, q = y, q = 1 3 z qu sont les pojectons de OM su les axes Ox, c'est-à-de : OM = x e 1 + y e + z e 3 Oy et Oz espectvement (fgue I.1), x = Om1 est l'abscsse du pont M, y = Om l'odonnée et z = Om 3 la cote avec x, y, z ] - ; + [.

4 z m 1 M(x,y,z) e 3 O m 1 e 1 e m y b- Coodonnées cylndques x Fg. I.1 En coodonnées cylndques tout pont M peut ête caactésé de manèe également unque pa la connassance des tos paamètes,ϕ,z : q 1 = = Om 0 (ayon vecteu) Om q = ϕ = ( Ox, OM ) [0,π[ q 3 = z = ' Om ] -,+ [ (angle polae) (cote) Les ponts m et m' sont les pojectons othogonales de M espectvement su le plan polae ( Ox, Oy ) et su l'axe Oz (vo FgI.). z m' M (,ϕ,z ) O ϕ m y x Fg. I.

5 c- Coodonnées sphéques En coodonnées sphéques tout pont M de l'espace (fgue I.3) peut ête caactésé de manèe également unque pa la connassance des tos paamètes (ou coodonnées sphéques), ρ,θ,ϕ défns pa : q 1 = ρ = OM [0,+ [ (ayon vecteu) q = θ = ( Oz, OM ) [0,π] (colattude ) q 3 = ϕ = ( Ox, Om ) [0,π [ (longtude) Fg. I.3 Remaque : S (q 1,q,q 3 ) est un système de coodonnées cohéent, alos q 1,q,q 3 peuvent ête expmées en fonctons des coodonnées d'un aute système. Ans nous pouvons avo en foncton des coodonnées catésennes pa exemple : q 1 = q 1 (x,y,z) ; q = q (x,y,z) ; q 3 = q 3 (x,y,z) et nvesement x= x (q 1,q,q 3 ) ; y = y (q 1,q,q 3 ) ; z = z (q 1,q,q 3 )

6 dans les cas patcules où nous penons comme q,q,q les coodonnées,ϕ,z nous auons 1 3 des elatons qu exstent ente les deux systèmes de coodonnées catésennes et cylndques : x = cos ϕ y = sn ϕ z = z et nvesement : = x + y ϕ = Actg y x ou Π + Actg y x (selon les sgnes espectfs de x et de y) z = z De la même manèe nous avons ente les coodonnées sphéques et catésennes les elatons : x = ρ sn θ cos ϕ y = ρ sn θ sn ϕ z = ρ cos θ et nvesement : ρ = x + y + z θ = Actg x + y z ou Π + Actg x + y z (selon le sgne de z) ϕ = Actg y x ou Π + Actg y x (selon les sgnes espectfs de x et y) Enfn ente les coodonnées sphéques et cylndques nous avons : = ρ sn θ ϕ = ϕ z = ρ cos θ et nvesement :

7 ρ = + z θ = Actg ρ z ou Π + Actg ρ z (selon le sgne de z) ϕ = ϕ II- Sufaces coodonnées. Coubes coodonnées 1- Défntons a- Suface coodonnée Sot (q,q,q ) un système de coodonnées, on appelle "suface coodonnée" 1 3 l'ensemble des ponts où l'une des coodonnées q est constante. On l'appelle également suface " so q ". b- Coube coodonnée L'ntesecton de deux sufaces coodonnées quelconques est une coube où seule la tosème coodonnée vae; on appelle cette coube une coube coodonnée "q vaable". Ans l'ntesecton des sufaces " so q 1 " et " so q " est la coube coodonnée "q 3 vaable". Remaques : * Dans un système de coodonnées (q,q,q ) quelconque tout pont M(q,q,q ) est à l'ntesecton des tos sufaces coodonnées " so q " = 1,,3 comme l est également à l'ntesecton des tos coubes q vaable assocés à = 1,,3. * On dt que les coubes coodonnées sont othogonales au pont M(q,q,q ) s les tangentes 1 3 en M aux tos coubes "q vaable" pou = 1,,3 sont pependculaes deux à deux (vo fgue II.1).

8 q vaable 3 T 3 T 1 M q vaable q vaable 1 Fg. II.1 T - Applcaton au cas de systèmes de coodonnées smples Il s'agt de détemne les sufaces et les coubes coodonnées que nous avons défnes pécédemment dans les cas des coodonnées catésennes, cylndques et sphéques successvement. a- Sufaces et coubes coodonnées en coodonnées catésennes. Sot un pont M(x,y,z) défn pa ses coodonnées catésennes; la suface x = x 1 = cte (" so x ") est le plan (π 1 ) paallèle au plan (Oy,Oz) passant pa le pont A 1 d'abscsse x 1 su l'axe Ox. De même la suface y = y 1 = cte (" so y ") est le plan (π ) paallèle au plan (Ox,Oz) et passant pa le pont B 1 d'odonnée y 1 su l'axe Oy. Enfn la suface z = z 1 = cte (" so z ") est le plan (π 3 ) paallèle au plan (Ox,Oy) et passant pa le pont C 1 de l'axe Oz et de cote z 1 (fgue II.).

9 z Z ( π ) X ' Y ' C 1 M ( π 3 ) Y X O B 1 y ( π 1 ) A 1 Z ' x Fg. II. La coube "x vaable"est l'ntesecton des plans (π ) et (π 3 ), pa conséquent c'est la dote X'X. La coube "y vaable" est l'ntesecton de (π 1 ) et (π 3 ) c'est donc la dote Y'Y et la coube "z vaable" est l'ntesecton des plans (π 1 ) et (π ), sot donc la dote Z Z. La fgue II.3 pésente ces coubes coodonnées au pont M. Z X' Y' M Y X Z' Fg. II.3 b- Sufaces et coubes coodonnées en coodonnées cylndques Sot M(,ϕ,z) défn pa ses coodonnées cylndques (fgue II.4); la suface = 1 = cte (" so ") est le cylnde (C) d'axe Oz et de ayon = 1 = OM. La suface ϕ = ϕ 1 = cte (" so ϕ ") est le dem-plan (P) : (Oz,Om). Enfn la suface z = z 1 = cte (" so z ") est le plan (P') paallèle au plan (Ox,Oy) et contenant le pont M de cote z = z 1.

10 M (, ϕ, z) ϕ x Fg. II.4 Pou les coubes coodonnées, celle qu coespond à " vaable" est l'ntesecton de " so ϕ " et " so z "; donc c'est la dem dote O'M. La coube coodonnée "ϕ vaable" est l'ntesecton de " so " et de " so z " c'esu pa conséquent le cecle de cente O' et de ayon O'M. Enfn la coube coodonnée "z vaable" est l'ntesecton des sufaces " so " et " so ϕ ", c'est pa conséquent la dote mm paallèle à Oz et passant pa M. La fgue II.5 epésente de manèe smplfée les coubes coodonnées et le pont M(,ϕ,z) qu se touve à leu ntesecton. ϕ vaable O' M (,ϕ,z) vaable Fg. II.5 z vaable c- Sufaces et coubes coodonnées en coodonnées sphéques Sot un pont M(ρ,θ,ϕ) défn pa ses coodonnées sphéques (fgue II.6).

11 z plan paallèle (C' ) m' M(ρ,θ,ϕ) θ O ϕ m y (C) dem plan x méden Fg. II.6 La suface ρ = ρ 0 = cte (" so ρ ") est la sphèe de cente O et de ayon OM = ρ 0 = cte; la suface θ = θ 0 = cte (" so θ ") est le dem cône de sommet O et de dem angle au sommet θ = θ 0. Enfn la suface ϕ = ϕ 0 = cte (" so ϕ ") est le dem plan méden (Oz,Om). La coube coodonnées "ρ vaable" est à l'ntesecton des sufaces " so θ " (dem cône) et " so ϕ " (dem plan méden), c'est pa conséquent (D) la dem-dote OM. La coube coodonnée "q vaable" est l'ntesecton des sufaces " so ρ " et " so ϕ " c'est-à-de à l'ntesecton de la sphèe et du dem-plan méden, c'est pa conséquent le dem-cecle (C) est appelé dem cecle méden. Enfn la coube coodonnée "ϕ vaable" est à l'ntesecton des sufaces " so ρ " '(sphèe) et " so θ " (dem cône), c'est donc le "cecle paallèle" (C') qu est paallèle au plan (Ox,Oy) de cente m' et de ayon m'm. La fgue II.7 epésente les coubes coodonnées au vosnage du pont M(ρ,θ,ϕ). (C' ) M (ρ,θ,ϕ) (D) (C) Fg. II.7

12 III- Systèmes d'axes locaux ("epèes locaux") 1- Poston du poblème Sot A (M) un champ de vecteus défn en un pont M de l'espace ; en généal ce pont M est un pont moble qu déct une tajectoe. A chaque nstant on peut assoce au pont moble M un système d'axes dont la decton vae d'un nstant à l'aute avec le pont. Ce système d'axes est appelé système d'axes locaux ou "epèe local". Le champ de vecteus A (M) poua alos se décompose à chaque nstant su les axes locaux. A tte d'exemple un pont matéel M en mouvement possède à chaque nstant une vtesse v (M) (champ de vecteus) ; cette vtesse peut s'éce comme la ésultante de ses composantes selon un système d'axes dont l'ogne est placée en ce pont M (ou en un pont quelconque) et les dectons dépendent de la poston du pont. Il s'agt donc de pécse ces dectons ans que les autes caactéstques du "epèe local" dans le cas d'un système de coodonnées quelconques (q 1,q,q 3 ), pus dans les cas patcule de systèmes de coodonnées catésennes, cylndques et sphéques. - Détemnaton du "epèe local" dans le cas généal a- Decton et sens des axes locaux Sot un système de coodonnées (q 1,q,q 3 ) et un pont M(q 1,q,q 3 ); ce pont est à l'ntesecton des tos coubes coodonnées "q vaables" (fgue III.1). q 3 vaable M q 1 vaable q vaable Fg. III.1

13 Consdéons un déplacement nfntésmal ( dm ) q su la coube coodonnée q vaable et 1 1 supposons que ( dm ) q sot suffsamment pett pou qu'l sot confondu avec la tangente à la 1 coube en M(q,q,q ) 1 3 Nous pouvons éce : ( dm ) q 1 = ( MM ) 1 avec M(q 1,q,q 3 ) et M 1 (q 1,dq 1,q,q 3 ) deux ponts su cette tangente (fgue III.) ; l'élément dfféentel ( dm ) q s'éct alos : 1 ( dm ) q 1 = M dq 1 q 1 ans ( dm)q 1 = dq 1 M est un vecteu tangent en M à la coube coodonnée "q vaable". 1 q 1 M q 1 q 1 vaable M ( q 1,q, q 3 ) M1 ( 1 dq1,q, q 3 q + ) Fg. III. En consdéant successvement deux autes déplacements nfntésmaux ( dm ) q = ( MM ) et ( dm ) q = ( MM 3 ) espectvement su les coubes coodonnées "q vaable" et "q 3 3 vaable", nous dédusons de la même manèe que pécédemment, que les vecteus :

14 (dm) dq q M = q et (dm) dq 3 q3 = M q 3 sont tangents en M à ces deux coubes coodonnées (fgue III.3). M M M L'ensemble des tos vecteus,, qu dépendent de la poston du pont q 1 q q 3 M(q,q,q ) défnt un système d'axes locaux ou "epèe local" assocé au système de 1 3 coodonnées (q,q,q ). Le caactèe "local" de ces axes vent du fat qu'ls dépendent 1 3 justement de la poston du pont M(q,q,q ) à chaque nstant. 1 3 M q 3 q 3 vaable M q 1 q 1 vaable M q q vaable Fg. III.3 Remaques : * Tout champ de vecteus A (M) peut s'éce comme la somme de tos composantes qu sont les pojectons de A (M) su les axes locaux; ans nous pouvons éce : A (M) = A q + A 1 q + A q 3

15 avec A q la pojecton de A (M) su la decton 1 coube coodonnée "q vaable". 1 M, c'est-à-de su la tangente en M à la q 1 * S nous consdéons un déplacement nfntésmal quelconque d M de M(q 1,q,q 3 ) nous pouvons donc éce également : dm = (d M ) q1 + (d M ) q + (d M ) q3 avec (d M M ) q = dq pojecton de d M su la tangente en M à la coube coodonnée q "q vaable". * L'ogne d'un système d'axes locaux peut ête placée en un pont quelconque de l'espace une fos que leu decton a été détemnée à chaque nstant. b- Vecteus untaes de base du système d'axes locaux M M M Nous avons défn tos vecteus ndépendants,, qu caactésent les q 1 q q 3 dectons du système d'axes locaux. Nous pouvons leu assoce des vecteus untaes de même sens et même decton en les nomalsant. Ans, les vecteus untaes su e q su la decton M sont défns successvement pa : q e q 1 = M q1 M q 1 e q = M q M q e q 3 = M q3 M q 3 ( e q 1, e q, e q 3 ) est une base de vecteus untaes du "epèe local". Remaques :

16 M * S les coubes coodonnées sont othogonales, c'est-à-de s au pont M les dectons, q 1 M M, sont pependculaes deux à deux, alos la base ( e q, e q, e q ) est othonomée. 1 3 q q 3 Nous avons alos : e q = 1 et e q. e q = 0 pou j j S, en plus nous avons : e q 1 Λ e q = e q 3 e q Λ e q 3 = e q 1 e q 3 Λ e q 1 = e q la base ( e q 1, e q, e q 3 ) est alos decte. * La base du système d'axes locaux étant défne, nous pouvons éce tout champ de vecteu A (M) sous la fome : A (M) = A q1 e q + A q e q + A q3 e q 1 3 avec A q = A q1 e q et A q1 epésentant la valeu algébque de la pojecton de A (M) su la 1 1 decton de e q, c'est-à-de : A (M) = ( A (M).e q ) e q + ( A (M). e q ) e q + ( A (M). e q ) e q Systèmes d'axes locaux en coodonnées catésennes, cylndques et sphéques a- "Repèe local" en coodonnées catésennes (q 1 = x, q = y, q 3 = z) Sot un système de coodonnées catésennes (O,x y z) et, j, k une base othonomée decte assocée à ce système.

17 z Z e z X' k O e x Y' j X Z' e y M (x,y,z) Y y x Fg. III.4 Sot M(x,y,z) un pont de l'espace tel que : OM = x + y j + z k Nous nous poposons de détemne le "epèe local" en M en applquant la démache suve au III. pécédent. Le pont M(x,y,z) est à l'ntesecton des tos dotes X'X, Y'Y, Z'Z qu coespondent espectvement aux tos coubes coodonnées " x vaable ", " y vaable " et " z vaable " (fgue III.4). Consdéons su la coube " x vaable " (dote X'X) un déplacement élémentae (d M ) x ; celu-c est poté pa la tangente en M à la coube coodonnée "x vaable" (c'est-àde la dote X'X passant pa le pont M est paallèle à Ox). Nous pouvons donc éce : (d M ) x = dx Pa alleus d'apès ce qu pécède ( III.) et en fasant q 1 = x nous avons :

18 (d M M M ) x = dx, avec = s on dentfe les deux expessons de (d M ) x. Dans ce cas x x M défnt dectement le peme vecteu untae e x du epèe local, en effet : x e x = M x M x = = En efasant de même su les autes coubes coodonnées, nous obtenons : e y = j et e z = k Le epèe local en M(x,y,z) est donc défn à pat de ses vecteus de base ( e x, e y, e ) qu consttuent un tède othonomé et dect. z Remaques : * Tout champ de vecteu A (M) peut ête décomposé à chaque nstant selon ses composantes su le "epèe local" en coodonnées catésennes : A (M) = A x e x + A y e y + A z avec A x = A (M). e x ; A y = A (M). y e z e ; A z = A (M). e z * En patcule un déplacement élémentae quelconque du pont M dans l'espace s'éct : dm = (d M ) x + (d M ) y + (d M ) z = dx e x + dy e y + dz b- Repèe local en coodonnées cylndques (q 1 =, q = ϕ, q 3 = z) e z e z Sot un pont M(,ϕ,z) défn pa ses coodonnées cylndques. Ce pont est à l'ntesecton des tos coubes coodonnées" vaable","ϕ vaable" et "z vaable", (fgue III.5)

19 z *e z M' *e ϕ M *e O ϕ m y x Fg. III.5 La coube " vaable " est la dem-dote M'M. Consdéons le vecteu untae e su cette decton et oenté dans le sens cossant de c'est-à-de dans le sens cossant de l'axe M ' M. Un déplacement élémentae de M su la coube coodonnée " vaable " losque vae de d s'éct : ( dm ) = d e Pa alleus nous avons : ( dm ) = M d en dentfant les deux expessons pécédentes nous obtenons : M = e

20 M ce qu pemet d'avo la decton d'un axe du " epèe local " en l'occuence celle de qu M est celle de e, et de défn le vecteu untae su cette decton pa, c'est-à-de pa M e. Repenons la même démache pou la coube coodonnée " ϕ vaable ", c'est-àde le cecle de cente M' et de ayon M'H =. Nous défnssons su la tangente en M à ce cecle un vecteu untae e ϕ oenté dans le sens cossant de ϕ (fgue III.6). Sot ( dm ) ϕ un déplacement élémentae de M su la coube coodonnée " ϕ vaable ", losque ϕ vae de dϕ. Supposons que dϕ est suffsamment pett pou que ( dm ) ϕ sot poté pa la tangente. M' dϕ M e ϕ Ans nous avons : ( dm ) ϕ = dϕ e ϕ pa alleus d'où ( dm ) ϕ = M dϕ ϕ M = dϕ e ϕ ϕ ce qu pemet de dédue que la seconde decton du système d'axes locaux est celle de e ϕ et M ϕ le vecteu untae su cette decton est donné pa, c'est-à-de pa e ϕ. M ϕ

21 Enfn su la coube coodonnée " z vaable " qu est la dote mm paallèle à oz, défnssons un vecteu untae e z oenté dans le sens cossant de z, c'est-à-de dans le sens cossant de l'axe mm. Sot (d M ) z un déplacement élémentae de M su la coube coodonnée " z vaable " losque z vae de dz; nous avons alos : (d M ) z = dz e z pa alleus nous avons : (d M ) z = M dz z d'où M = e z z et la denèe decton du système d'axes locaux est donc détemnée; c'est celle de e z, M pusque le vecteu untae assocé est z = e z M z Ans le "epèe local" (système d'axes locaux) en coodonnées cylndques est entèement détemné. La base de vecteus untaes ( e, e ϕ, e z ) que nous avons assocée au epèe local est othonomée (les coubes coodonnées étant othogonales en M) et decte. Remaques : * Tout champ de vecteus A (M) peut s'éce à l'ade de ses composantes dans le système d'axes locaux : A (M) = A e + A ϕ e ϕ + A z e z avec A = A (M). e A ϕ = A (M). e ϕ A z = A (M). e z composante adale composante othoadale composante axale

22 * Un déplacement élémentae quelconque dm s'éct alos sous la fome d'une somme de ses tos composantes : dm = ( dm ) + ( dm ) ϕ + ( dm ) z = d e + dϕ e ϕ + dz e z c- Repèe local en coodonnées sphéques : (q 1 = ρ, q = θ, q 3 = ϕ) Sot un pont M(ρ,θ,ϕ) défn pa ses coodonnées sphéques. Ce pont est à l'ntesecton des tos coubes coodonnées " ρ vaable ", " θ vaable " et " ϕ vaable " (fgue III.7). Fg. III.7 La coube coodonnée ρ vaable est la dem-dote OM ; défnssons e ρ vecteu untae su OM oenté dans le sens cossant de ρ = OM c'est-à-de de O ves M. Sot un déplacement élémentae ( dm ) ρ su cette coube coodonnée losque ρ vae de dρ ( dm ) = dρ ρ e ρ

23 ( dm ) = ρ M d ρ ρ en dentfant les deux expessons, nous dédusons : M = e ρ ρ ce qu pemet la détemnaton de la decton de à la coodonnée ρ au pont M. M, c'est-à-de celle de l'axe local assocé ρ ; sot e ρ La coube coodonnée " θ vaable " est de dem cecle méden (C) passant pa M le vecteu untae poté pa la tangente en M au dem cecle (C) et tel que son sens coespond au sens cossant de l'angle ( Oz, OM ) (fgue III.8). z M θ dθ O e θ (C) Fg. III.8 Sot ( dm ) θ un déplacement élémentae su la coube (C) losque la vaable θ vae de dθ ; nous avons : ( dm ) θ = ρ dθ e θ pa alleus ( dm ) θ = M dθ θ

24 d'où M = ρ e θ θ La decton du second axe du "epèe local" est donnée pa celle de M, c'est-à- θ M de pa la decton de e θ et le vecteu untae assocé est défn pa e θ ρ ρ = e θ θ = M θ Enfn pou la tosème decton du "epèe local" nous consdéons la coube coodonnée " ϕ vaable " qu est le cecle paallèle (C') de cente M'. Sot e ϕ le vecteu untae poté pa la tangente à (C') au pont M et oenté dans le sens cossant de ϕ et sot ( dm ) ϕ le vecteu déplacement élémentae du pont M su (C') losque ϕ vae de dϕ (fgue III.9). e ϕ (C' ) M' dϕ ϕ M M 1 θ ρ O Fg. III.9 ( dm ) ϕ = MM 1 = MM' dϕ e ϕ

25 = ρ sn θ dϕ e ϕ pa alleus ( dm ) ϕ = M dϕ ϕ d'où M = ρ sn θ e ϕ ϕ La decton du tosème axe local est celle de assocé à cette decton est : M, donc celle de e ϕ. Le vecteu untae ϕ M ϕ M ϕ sn θ sn θ = eϕ = eϕ Ans le "epèe local" au pont M en coodonnées sphéques a pou decton des M axes celles de, M M et espectvement, (ces dectons étant othogonales), et a pou ρ θ ϕ base othonomée et decte, le système ( e ρ, e θ, e ϕ ) tel qu'l a été défn. Remaques : * Tout champ de vecteus A (M) peut s'éce comme la ésultante de ses composantes selon les axes locaux : A (M) = A ρ e ρ + A θ e θ + A ϕ e ϕ avec A ρ = A θ = A ϕ = A (M). e ρ composante adale de A (M) A (M). e θ composante de A (M) A (M). e ϕ composante de A (M)

26 S A (M) = OM nous avons dans ce cas : OM = ρ e ρ avec e ρ = e ρ (θ,ϕ) foncton des paamètes θ et ϕ. * Un déplacement élémentae dm quelconque s'éct dans la base ( e ρ, e θ, e ϕ ) sous la fome : dm = ( dm ) ρ + ( dm ) θ + ( dm ) ϕ = dρ e ρ + ρ dθ e θ + ρ sn θ dϕ e ϕ d- Passage d'un epèe local à un aute Nous pouvons passe de la base en coodonnées catésennes ( e x, e y, e ) à la z base en coodonnées cylndques ( e, e ϕ, e ) pa les elatons : z e x + ( e. e y ) e y + ( e. e = ( e. e x ) = cos ϕ e x + sn ϕ e y e ) e z z e ϕ = ( e ϕ. e x ) e x + ( e ϕ. e y ) e y + ( e ϕ. e ) e z z = - snϕ e x + cosϕ e y e = z e z Ans, nous emaquons que nous avons e = e ( ϕ) et e ϕ = e ϕ ( ϕ). De même, les vecteus de la base en coodonnées sphéques peuvent s'expme en foncton des vecteus de base en coodonnées catésennes pa les elatons : e ρ = ( e ρ. e x ) e x + ( e ρ. e y ) e y + ( e ρ. e ) z = snθ cosϕ e x + snθ snϕ e y + cos θ e z e z e θ = ( e θ. e x ) e x + ( e θ. e y ) e y + ( e θ. e ) z e z

27 e ϕ = cosθ cosϕ e x + cosθ snϕ e y - snθ = ( e ϕ. e x ) e x + ( e ϕ. e y ) e y + ( e ϕ. = snϕ e x + cosϕ e y e ) z e z e z Nous emaquons dans ce cas que nous avons e ρ e ϕ = e ϕ (ϕ). = e ρ (θ,ϕ), e θ = e θ (θ,ϕ) et Les epésentatons planes su les fgues III.10 et 11 pemettent de touve faclement les elatons pécédentes. e ϕ e y e z e ρ M' O ϕ M ϕ e e x O θ M e θ e (C) Fg. III.10 plan paallèle dédut de la Fg.III.5 Fg. III.11 dem plan méden dédut de la Fg.III.7 4- Cas patcule : epèe local de Seet Fenet et fomules assocées. a - Pésentaton Sot une coube oentée epésentant la tajectoe d'un pont matéel M. Dans les paagaphes pécédents nous avons défn des systèmes d'axes locaux qu sont lés à la poston du pont M(q,q,q ), l'élément tajectoe n'ntevenant pas c'est à de que s le 1 3 pont M(q 1,q,q 3 ) est su la tajectoe (C 1 ) ou (C ) pa exemple, le epèe local en ce pont est le même ca l est lé à la seule poston du pont. Le epèe local de SERRET FRENET que nous allons ntodue est d'un type dfféent des autes dans la mesue où ce système d'axes

28 locaux dépend à la fos de la tajectoe du pont matéel et de la poston de ce pont su la tajectoe et non pas seulement de la poston du pont dans un epèe donné. (C ) M Fg. III.1 (C ) 1 Ans s on connat les caactéstques de la tajectoe on peut alos défn en chaque pont et de manèe unque un système d'axes locaux patcule appelé epèe de SERRET FRENET. Les composantes dans ce epèe sont appelées composantes ntnsèques. b - Eléments caactéstques d'une coube (tajectoe) La connassance des caactéstques d'une coube quelconque (c'est-à-de qu n'est pas focément plane), telles que les notons de plan osculateu, nomale pncpale, bnomale, ayon de coubue, ayon de toson, etc, sont nécessaes pou la détemnaton du tède de SERRET FRENET et les elatons ente les vecteus untaes de ce tède, auss avons nous développé en paagaphe annexe toutes ces notons. c - Tède et base de SERRET FRENET Sot (C) une coube tajectoe et M un pont de cette coube. On consdèe la decton MT de la tangente à (C) au pont M et su cette decton un vecteu untae τ oenté dans le sens de pacous de la tajectoe (fgue III.13).

29 B *b (C) T *τ M *n Fg. III.13 N Pa alleus, sot MN la decton de la nomale pncpale à la coube (C) au pont M, c'est-à-de la pependculae à MT qu est contenue dans le plan osculateu à la coube (C) au même pont, on consdèe alos su cette nomale pncpale un vecteu untae n oenté postvement ves le cente de coubue de (C). Enfn sot MB la decton de la bnomale à la coube au pont M, c'est-à-de la pependculae au plan ( MT, MN ) et on consdèe un vecteu untae b poté pa ( MB ) et oenté de telle manèe que ( τ, n, b ) sot un tède dect. Ans le tède ( MT, MN, MB ) défnt le tède de SERRET-FRENET et ( τ, n, b ) consttue la base othonomée decte qu lu est assocée, c'est-à-de nous avons : τ Λ n = b n Λ b = τ b Λ τ = n d - Fomules de SERRET-FRENET Sot ( τ, n, b ) la base de SERRET-FRENET et un pont M d'abscsse cuvlgne "s" su la coube tajectoe (C); le ayon de coubue R(s) et le ayon de toson T(s) de la coube (C) au pont M sont défns (vo annexe A) pa les elatons : dτ = ds n R(s) (1)

30 db = - ds n T(s) () dn A pat de ces elatons nous pouvons dédue l'expesson de. En effet : ds n = b Λ τ d n ds = d ( b Λ τ ds ) dn = Λ τ + b Λ ds dτ ds compte tenu des elatons (1) et () nous avons : dn = - ds n T(s) Λ τ + b Λ n R(s) d'où (3) dn = ds b - T(s) τ R(s) Les fomules (1), (), (3) sont appelées fomules de SERRET-FRENET. IV- Caactéstques fondamentales de la cnématque La noton de temps ayant été ntodute pécédemment nous pésentons les notons de tajectoe, de vtesse et d'accéléaton. 1- Tajectoe - Equatons paamétques du mouvement a - Tajectoe Sot un moble M et O une ogne fxe. A chaque nstant t la poston de M est donnée pa le vecteu OM (t). L'ensemble des postons du pont M losque t vae de manèe contnue consttue une coube (C) qu epésente la tajectoe du moble.

31 b- Equatons paamétques Sot un système de coodonnées (q,q,q ); la poston d'un pont matéel M pa 1 3 appot à un epèe est donnée pa ses coodonnées M(q,q,q ). S le pont M déct une 1 3 coube tajectoe (C), les coodonnées q,q,q sont en généal des fonctons d'un paamète 1 3 auxlae t qu détemne la poston de M su cette tajectoe. Les équatons du mouvement de M su la tajectoe (C) sont alos : q 1 = f(t) q = g(t) q 3 = h(t) Exemples : * Dans le système de coodonnées catésennes x,y,z un pont M qu évolue su une tajectoe cculae de ayon R dans le plan xoy (vo fgue IV.1) a pou équatons paamétques de mouvement : x = R cos ωt y = R sn ωt z = 0 z O ωt R M y x Fg. IV.1

32 Dans le système de coodonnées cylndques,ϕ,z le même mouvement du pont M est déct pa les équatons paamétques : = R = cte ϕ(t) = ω t z = 0 Remaques : * En mécanque le paamète t epésente souvent le temps; cependant d'autes paamètes sont également utlsés dans les équatons paamétques. Pa alleus, toute coube tajectoe assocée à un mouvement peut ête epésentée paamétquement d'une nfnté de manèes, en substtuant au paamète t consdeé ntalement, un aute qu en est dédut pa une elaton quelconque. Ans dans l'exemple pécédent du système de coodonnées catésennes au leu de t on peut pende ϕ = ωt et on aua avec le paamète ϕ : x = R cos ϕ y = R sn ϕ z = 0 * En élmnant le paamète auxlae (quel qu'l sot) ente les équatons paamétques nous pouvons touve la ou les elaton (s) elant les coodonnées des ponts de la coube tajectoe. Ans dans le cas smple pécédent x = R cos ωt y = R sn ωt z = 0 l'élmnaton de t nous donne : x + y = R et z = 0

33 qu epésente l'équaton d'un cecle dans le plan xoy. Dans le cas plus généal d'une coube tajectoe gauche, l'élmnaton du paamète t pemet de passe des équatons paamétques x(t), y(t), z(t) (s on se place dans le système de coodonnées catésennes pa exemple) aux coubes expmées pa l'ntesecton de deux sufaces. On obtent alos deux équatons elant x,y,z : f 1 (x,y,z) = 0 (1) g 1 (x,y,z) = 0 () Sgnalons que cec n'mplque pas que l'ntesecton des deux sufaces epésentées pa (1) et () sot exclusve aux seuls ponts de la coube (C). D'autes ponts autes que ceux qu consttuent (C) peuvent véfe également smultanement (1) et (). Donc des condtons supplémentaes sont nécessaes pou que les équatons (1) et () soent absolument équvalentes aux équatons paamétques x(t), y(t), z(t). - Vtesse d'un pont matéel a- Vtesse moyenne Sot un pont matéel M en mouvement dans un éféentel (R). A l'nstant t le pont est en A et à un nstant t' l est en A'. A t A' t' La vtesse moyenne du moble ente t et t' est pa défnton : v moy (M) = AA' = t' t A avec t A = AA ' et t = t' - t Cette vtesse moyenne ne dépend que du pont de dépat et du pont d'avée. Cette vtesse moyenne est peu utlsée du fat qu'elle ne ende pas compte de l'évoluton de la vtesse ente les nstants t et t'.

34 b- vtesse nstantanée La vtesse nstantanée d'un moble M à un nstant t, pa appot à un éféentel (R) est la lmte de la vtesse moyenne pécédemment défne, losque t = t'-t tend ves 0. v (M) = lm v AA ' OA' OA moy (M) = lm = lm (1) t t t 0 t 0 t 0 S O est une ogne fxe quelconque, on peut assoce à chaque nstant au moble M, le vecteu poston OM (t) foncton vectoelle de pont. Ans à l'nstant t le moble est en A et nous avons OM (t) = OA et à l'nstant t' = t + t le moble est en A' et nous avons OM(t + t) = OA '. D'apès (1) la défnton de la vtesse nstantanée se amène donc à celle de la dévée pa appot au temps de la foncton vectoelle OM (t). v (M) = lm OM(t + t) OM(t) t losque t 0 = lm M t t 0 et on note cette vtesse nstantanée en utlsant l'éctue dfféentelle v (M) = la vtesse nstantanée étant elatve au éféentel (R) on adoptea la notaton suvante pou la sute. v dm (M) /R = / R dm Remaques : * La vtesse nstantanée v (M) est tangente à la tajectoe (C) et oentée dans le sens du mouvement (fgue IV.). S τ est le vecteu untae poté pa la tangente à la coube au pont M et oenté dans le sens du mouvement du moble, nous pouvons éce : v (M) = v (M) τ

35 (C) M (t) v (M) M (t + t) Fg. IV. v (M) * La vtesse s'expme en unté de longueu pa unté de temps [L][T -1 ]. c. Hodogaphe du mouvement Sot une tajectoe (C) pacouue pa un moble M. En chaque pont A de la tajectoe (fgue IV.3) (c'est-à-de à chaque nstant t ) le pont M a une vtesse v t (M) = v. M (t1) A 1 v 1 M(t) (C) A v M (t 3) v 3 A Fg. IV.3 Sot un pont fxe O ps comme ogne des vecteus équpollents aux vecteus v ; c'est-à-de à pat du pont O on tace les vecteus OB = v ( = 1,, ). La coube (C') défne pa les extemtés B est appelée hodogaphe du mouvement (fgue IV.4). B 1 B (C' ) O B Fg. IV.4

36 3- Accéléaton d'un pont matéel L'accéléaton pa appot à un éféentel (R) assocée à un moble M tadut la vaaton au cous du temps du vecteu vtesse. En d'autes temes le vecteu vtesse est pou l'accéléaton ce que le vecteu poston est pou le vecteu vtesse. On défnt donc le vecteu accéléaton nstantanée γ(m) du moble M pa appot à un éféentel (R) pa la dévée pa appot au temps du vecteu vtesse v (M) : γ(m) /R = lm t 0 v(t + t) v(t) t (1) dv(m) = / R o nous avons : v (M) /R = dm / R d'où γ(m) dv(m) /R = / R = d dm / R et en utlsant la notaton : d dm / R = d M / R Nous dédusons que l'accéléaton nstantanée du moble M peut s'éce : d M γ(m) /R = / R Remaque : * On monte à pat de l'expesson (1) que l'accéléaton est toujous oentée ves la concavté de la tajectoe (fgue IV.5).

Chapitre 1.5a Le champ électrique généré par plusieurs particules

Chapitre 1.5a Le champ électrique généré par plusieurs particules hapte.5a Le chap électque généé pa pluseus patcules Le chap électque généé pa pluseus chages fxes Le odule de chap électque d une chage ponctuelle est adal, popotonnel à la chage électque et neseent popotonnel

Plus en détail

- Cours de mécanique - STATIQUE

- Cours de mécanique - STATIQUE - Cous de mécanque - STTIQUE SOMMIRE. GENERLITES 5.. RPPELS DE NOTIONS DE PHYSIQUE...5.. REPERE, CONVENTIONS...6... REPÈRE DE L STTIQUE 6.3. SOLIDE RÉEL...7.4. SOLIDE DÉORMLE SELON UNE LOI CONNUE : (HYPOTHÈSE

Plus en détail

Prise en main du logiciel

Prise en main du logiciel Pse en man u logcel Au émaage le logcel génèe un pofl e émonstaton (pou entaînement). Vous pouvez éfn vote pope pofl : pa lectue un fche exstant (fche texte) (Fche/Ouv fche ponts) avec possblté e sauvegae

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6 D M 6 Coection PCSI 1 013 014 RVUX DIRIGÉS DE M 6 Execice 1 : Pemie vol habité (pa un homme) Le 1 avil 1961, le commandant soviétique Y Gagaine fut le pemie cosmonaute, le vaisseau spatial satellisé était

Plus en détail

Méthodes de catégorisation : Réseaux bayesiens naïfs. Olivier Aycard E-Motion group. Université Joseph Fourier. http://emotion.inrialpes.

Méthodes de catégorisation : Réseaux bayesiens naïfs. Olivier Aycard E-Motion group. Université Joseph Fourier. http://emotion.inrialpes. Méthodes de atégosaton : éseau aesens naïfs le Aad E-Moton goup Unesté Joseph Foue http://emoton.nalpes.f/aad le.aad@mag.f lan du ous Intéêts éseau aesens naïfs Appentssage de éseau aesens naïfs ésentaton

Plus en détail

Chapitre 6: Moment cinétique

Chapitre 6: Moment cinétique Chapite 6: oment cinétique Intoduction http://www.youtube.com/watch?v=vefd0bltgya consevation du moment cinétique 1 - angula momentum consevation 1 - Collège éici_(360p).mp4 http://www.youtube.com/watch?v=w6qaxdppjae

Plus en détail

Physique quantique. Dans l UF Physique Quantique et Statistique. 3ème année IMACS. Pierre Renucci (cours) Thierry Amand (TDs)

Physique quantique. Dans l UF Physique Quantique et Statistique. 3ème année IMACS. Pierre Renucci (cours) Thierry Amand (TDs) Physque quantque Dans l UF Physque Quantque et Statstque ème année IMACS Pee enucc cous They Aman TDs Objectfs UF Nanophysque I : De l Optque onulatoe à la Photonque et aux Nanotechnologes La physque quantque

Plus en détail

Modélisation numérique du chauffage par induction : approche éléments finis et calcul parallèle

Modélisation numérique du chauffage par induction : approche éléments finis et calcul parallèle Modélsaton numéque du chauffage pa nducton : appoche éléments fns et calcul paallèle Valée Labbé To cte ths veson: Valée Labbé. Modélsaton numéque du chauffage pa nducton : appoche éléments fns et calcul

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire 11.5 Le moment de foce τ (tau) : Poduction d une accéléation angulaie La tige suivante est soumise à deux foces égales et en sens contaie: elle est en équilibe N La tige suivante est soumise à deux foces

Plus en détail

Système d ouverture de porte de TGV

Système d ouverture de porte de TGV Le sujet se compose de : TD MP-PSI REVISION CINEMATIQUE Système d ouvetue de pote de TGV 6 pages dactylogaphiées ; 2 pages d annexe ; 2 pages de document éponse Objet de l étude Le tanspot feoviaie, concuencé

Plus en détail

Chapitre I. Description des milieux continus

Chapitre I. Description des milieux continus Chapite I Desciption des milieu continus OBJET Ce chapite est consacé à la desciption des milieu continus. On intoduia les notions fondamentales de desciption du mouvement au sens de Lagange et d Eule,

Plus en détail

Mécanique du point : forces Newtoniennes (PCSI)

Mécanique du point : forces Newtoniennes (PCSI) écanique du oint : foces Newtoniennes (PCSI Question de cous On admet que, losqu'il est soumis à une foce Newtonienne F K u, la tajectoie d'un cos est lane et décite a mc K +e cosθ où C θ est une constante

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

CHAPITRE VI : Le potentiel électrique

CHAPITRE VI : Le potentiel électrique CHPITRE VI : Le potentiel électiue VI. 1 u chapite III, nous avons vu ue losu'une foce est consevative, il est possible de lui associe une énegie potentielle ui conduit à une loi de consevation de l'énegie.

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.retronaut.com/2013/01/rotor-rides/

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.retronaut.com/2013/01/rotor-rides/ Dans un manège tel que celui monté su la figue, quelle est la péiode de otation maximale que doit aoi le manège pou que les pesonnes ne glissent pas es le bas de la paoi si le coefficient de fiction ente

Plus en détail

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d Chapite 2: But: connaîte les lois auxquelles doit obéi un cops solide en équilibe. Ceci pemet de décie la station debout ainsi que les conditions nécessaies pou teni une tasse dans la main, souleve une

Plus en détail

Modélisation des actions mécaniques Statique des solides indéformables Puissance et rendement

Modélisation des actions mécaniques Statique des solides indéformables Puissance et rendement Modélisation des actions mécaniques, statique des solides indéfomables, puissance et endement Les actions mécaniques. Définition On appelle action mécanique toute cause susceptible de : 4modifie le mouvement

Plus en détail

FINANCE Mathématiques Financières

FINANCE Mathématiques Financières INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entepises 2005/2006 C.M. : M. Godlewski Intéêts Simples Définitions et concepts FINANCE Mathématiques Financièes L intéêt est la émunéation d un pêt.

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

INITIATION A LA MESURE ----

INITIATION A LA MESURE ---- INITIATION A LA MSUR ---- Le but de ce TP est : - de mesue la foce électomotice et la ésistance intene d'une pile, - d'évalue, en tenant compte des incetitudes de mesue et des caactéistiques de l'appaeil

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0.

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0. 7- Tests d austement, d indépendance et de coélation - Chapite 7 : Tests d austements, d indépendance et de coélation 7. Test d austement du Khi-deux... 7. Test d austement de Kolmogoov-Sminov... 7.. Test

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2004-2005 Devoi n 6 CONVERSION DE PUISSANCE Une alimentation de d odinateu de bueau est assez paticulièe, elle doit founi des tensions de +5, +12, 5 et 12 volts avec une puissance moyenne de quelques

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/04. Elle précise les méthodes de valorisation des titres de capital et des titres de créances contenus dans les actifs de l OPCVM.

CIRCULAIRE N 02/04. Elle précise les méthodes de valorisation des titres de capital et des titres de créances contenus dans les actifs de l OPCVM. Rabat, le 02 juillet 2004 CIRCULIRE N 02/04 RELTIVE UX CONDITIONS D ÉVLUTION DES VLEURS PPORTÉES À UN ORGNISME DE PLCEMENT COLLECTIF EN VLEURS MOBILIÈRES OU DÉTENUES PR LUI La pésente ciculaie vient en

Plus en détail

CONSTANTES DIELECTRIQUES

CONSTANTES DIELECTRIQUES 9 E7 CONTANTE DIELECTRIQUE I. INTRODUCTION Dans cette expéience, nous étuieons es conensateus et nous éiveons les popiétés e iélectiques tels que l'ai et le plexiglas. II. THEORIE A) Conensateus et iélectiques

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

Créer un observatoire de la concurrence. Créer un observatoire de la concurrence. Démarche. ntérêt. C aractéristiques.

Créer un observatoire de la concurrence. Créer un observatoire de la concurrence. Démarche. ntérêt. C aractéristiques. Cée un obsevatoie de la concuence poblématique I Quelle est l'étendue d'un maché? Quelle pat du maché, une entepise peut-elle espée pende? Quels sont les atouts des entepises pésentes su le maché? ntéêt

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

Dossier. L avocat. demain

Dossier. L avocat. demain Dosse L avocat de deman S la éflexon su l aven de la pofesson, et pa conséquent l avocat de deman, n est pas écente, elle semble aujoud hu se cstallse autou de pluseus ntatves ou éflexons, qu elles soent

Plus en détail

Dynamique du point matériel

Dynamique du point matériel Chaptre III Dynaqe d pont atérel I Généraltés La cnéatqe a por objet l étde des oveents des corps en foncton d teps, sans tenr copte des cases q les provoqent La dynaqe est la scence q étde (o déterne)

Plus en détail

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D'INGENIEURS DU MANS - UNIVERSITE DU MAINE. Jean-Claude Pascal

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D'INGENIEURS DU MANS - UNIVERSITE DU MAINE. Jean-Claude Pascal ECOLE NAIONALE SUPERIEURE D'INGENIEURS DU MANS - UNIVERSIE DU MAINE VIBRAIONS et ACOUSIQUE Jean-Claude Pasal 7-8 Cous Vbatons et Aoustque Pate A : Vbatons I - Vbatons lbes des systèmes méanques à un degé

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. CHPITRE DEUX : FORMLISME GEOMETRIQUE verson.3, -8 I. GEOMETRIE DNS L ESPCE-TEMPS ) Prncpe de relatvté Le prncpe de relatvté peut s exprmer ans : toutes les los physques

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

Les Angles. I) Angles complémentaires, angles supplémentaires. 1) Angles complémentaires. 2 Angles supplémentaires. a) Définition.

Les Angles. I) Angles complémentaires, angles supplémentaires. 1) Angles complémentaires. 2 Angles supplémentaires. a) Définition. Les Angles I) Angles complémentaires, angles supplémentaires 1) Angles complémentaires Deux angles complémentaires sont deux angles dont la somme des mesures est égale à 90 41 et 49 41 49 90 donc Les angles

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Gérard Debionne dimanche 20 mai 2012. Quasar 95. La Mesure de G. Présentation : 18 mai 2012

Gérard Debionne dimanche 20 mai 2012. Quasar 95. La Mesure de G. Présentation : 18 mai 2012 Géad Debionne dimanche 0 mai 01 Quasa 95 La Mesue de G Pésentation : 18 mai 01 La mécanique céleste pemet de calcule les mouvements des planètes autou d une étoile en unités elatives. Pou avoi des valeus

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Repérage d un point - Vitesse et

Repérage d un point - Vitesse et PSI - écanique I - Repérage d un point - Vitesse et accélération page 1/6 Repérage d un point - Vitesse et accélération Table des matières 1 Espace et temps - Référentiel d observation 1 2 Coordonnées

Plus en détail

Corrigé du problème de Mathématiques générales 2010. - Partie I - 0 0 0. 0.

Corrigé du problème de Mathématiques générales 2010. - Partie I - 0 0 0. 0. Corrgé du problème de Mathématques générales 2010 - Parte I - 1(a. Sot X S A. La matrce A est un polynôme en X donc commute avec X. 1(b. On a : 0 = m A (A = m A (X n ; le polynôme m A (x n est annulateur

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

( Mecanique des fluides )

( Mecanique des fluides ) INSTITUT NTION GRONOMIUE ERTEMENT U GENIE RUR SECTION YRUIUE GRICOE YRUIUE GENERE ( Mecanique des fluides ) TRONC COMMUN ème NNEE atie : Statique des Fluides ( ydostatique ) atie : ynamique des Fluides

Plus en détail

Mouvement d'une particule chargée dans un champ magnétique indépendant du temps

Mouvement d'une particule chargée dans un champ magnétique indépendant du temps Moueent d'une patiule hagée dans un hap agnétique indépendant du teps iblio: Pee elat Gaing Magnétise Into expéientale: Dispositif: On obsee une déiation du faseau d'életons losqu'il aie ae une itesse

Plus en détail

ANAMORPHOSE PAR TRANSFORMATIONS PSEUDO-EQUIVALENTES 1 APPLICATION A LA CARTOGRAPHIE THEMATIQUE

ANAMORPHOSE PAR TRANSFORMATIONS PSEUDO-EQUIVALENTES 1 APPLICATION A LA CARTOGRAPHIE THEMATIQUE Aamophose pa tasomatos pseuo-équvaletes ANAMORPHOE PAR TRANFORMATION PEUDO-EQUIVALENTE APPLICATION A LA CARTOGRAPHIE THEMATIQUE Patce Laglos, UMR IDEE CNR 6063, Laboatoe MTG Patce.Laglos@uv-oue. RÉUMÉ.

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Michel Henry Nicolas Delorme

Michel Henry Nicolas Delorme Michel Henry Nicolas Delorme Mécanique du point Cours + Exos Michel Henry Maître de conférences à l IUFM des Pays de Loire (Le Mans) Agrégé de physique Nicolas Delorme Maître de conférences à l université

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Mécanique des Milieux Continus

Mécanique des Milieux Continus Mécanque des Mleux Contnus Golay Frédérc SEATECH MMC Golay MMC - - Ce cours de mécanque des mleux contnus est à la base de l ensegnement de mécanque à SEATECH. Les notons abordées c, transport de champs,

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Sébastien Charnoz & Adrian Daerr Université Paris 7 Denis Diderot CEA Saclay

Sébastien Charnoz & Adrian Daerr Université Paris 7 Denis Diderot CEA Saclay Algoithmes de minimisation Sébastien Chanoz & Adian Dae Univesité Pais 7 Denis Dideot CEA Saclay De nombeux poblèmes nécessitent de minimise une onction : -Minimise la distance (HI ente des points de mesues

Plus en détail

Intégrales doubles et triples - M

Intégrales doubles et triples - M Intégrales s et - fournie@mip.ups-tlse.fr 1/27 - Intégrales (rappel) Rappels Approximation éfinition : Intégrale définie Soit f définie continue sur I = [a, b] telle que f (x) > 3 2.5 2 1.5 1.5.5 1 1.5

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

SOMMAIRE F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.2 FORMATION... 4 F.2.1 NATURE DES FORMATIONS... 4

SOMMAIRE F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.2 FORMATION... 4 F.2.1 NATURE DES FORMATIONS... 4 F MODULE F PRESTATIONS ET MISSIONS SOMMAIRE F MODULE F PRESTATIONS ET MISSIONS... 1 F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.1.2 SERVICES PERMANENTS... 2 F.1.3 SERVICES PONCTUELS...

Plus en détail

Serveur vidéo IP. caméras analogiques PC serveur. PC Client 1. Serveur de stockage ( optionnel )

Serveur vidéo IP. caméras analogiques PC serveur. PC Client 1. Serveur de stockage ( optionnel ) Sony RealShot Manage V3 Info Poduit Mas 2005 RealShot Manage V3.0 Logiciel de gestion des caméas IP MJPEG, MPEG-4, Audio, il sait tout enegiste! Une nouvelle vesion du logiciel RealShot Manage de Sony

Plus en détail

Pour obtenir le grade de. Arrêté ministériel : 7 août 2006

Pour obtenir le grade de. Arrêté ministériel : 7 août 2006 THÈSE Pou obteni le gade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE GRENOBLE Spécialité : Infomatique Aêté ministéiel : 7 août 2006 Pésentée pa Luc Michel Thèse diigée pa Fédéic Pétot et encadée pa Nicolas Founel pépaée

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Le fabricant qui rend la piscine accessible à tous. ans. d ec en n a. is e. a n. i n e. piscines

Le fabricant qui rend la piscine accessible à tous. ans. d ec en n a. is e. a n. i n e. piscines Le fabicant qui end la piscine accessible à tous. ga antie 10 ans e d ec en n a l f fab ication a ç is e u di ect s i n e piscines w w w. p i s c i n e s - o p l u s. c o m DES PRODUITS INNOVANTS piscines

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

Révision d algèbre et d analyse

Révision d algèbre et d analyse Révision d algèbre et d analyse Chapitre 9 : Intégrales triples Équipe de Mathématiques Appliquées UTC Mai 2013 suivant Chapitre 9 Intégrales triples 9.1 Motivation, définition et calcul de l intégrale

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

VALORISATION D INVESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES

VALORISATION D INVESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES CLUB FINANCE ALORISATION D INESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES LES ETUDES DU CLUB N 98 DECEMBRE 03 ALORISATION D INESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES LES ETUDES DU CLUB N 98 DECEMBRE

Plus en détail

CHAPITRE XIII : Les circuits à courant alternatif : déphasage, représentation de Fresnel, phaseurs et réactance.

CHAPITRE XIII : Les circuits à courant alternatif : déphasage, représentation de Fresnel, phaseurs et réactance. XIII. 1 CHAPITRE XIII : Les circuits à courant alternatif : déphasage, représentation de Fresnel, phaseurs et réactance. Dans les chapitres précédents nous avons examiné des circuits qui comportaient différentes

Plus en détail

Moments partiels crédibilistes et application à l évaluation de la performance de fonds spéculatifs

Moments partiels crédibilistes et application à l évaluation de la performance de fonds spéculatifs Moments patiels cédibilistes et application à l évaluation de la pefomance de fonds spéculatifs Alfed MBAIRADJIM M. 1 & Jules SADEFO K. 2 & Michel TERRAZA 3 1 LAMETA- Univesité Montpellie 1 et moussa alf@yahoo.f

Plus en détail

Po ur d o nne r un é lan à vo tre re traite

Po ur d o nne r un é lan à vo tre re traite Po u d o nne un é lan à vo te e taite ez a p é P aite t e e vot joud'hui dès au E N EN T TR RE E N NOOUUSS,, CC EESSTT FFAA CC I I LL EE DD EE SS EE O M M PP RR EE NN DDRRE E CC O Toutes les gaanties de

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL: mailto:scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL: mailto:scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS AVERTISSEMENT Ce document est le fuit d un long tavail appouvé pa le juy de soutenance et mis à disposition de l ensemble de la communauté univesitaie élagie. Il est soumis à la popiété intellectuelle

Plus en détail

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE Table de smbole Recheche : opéation fondamentale données : éléments avec clés Tpe abstait d une table de smboles (smbol table) ou dictionnaie Objets : ensembles d objets avec

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Clemenceau. Régime sinusoïdal forcé. Impédances Lois fondamentales - Puissance. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O.

Clemenceau. Régime sinusoïdal forcé. Impédances Lois fondamentales - Puissance. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O. ycé Clnca PCS - Physq ycé Clnca PCS (O.Granr) ég snsoïdal forcé pédancs os fondantals - Pssanc ycé Clnca PCS - Physq ntérêt ds corants snsoïdax : Expl d tnsons snsoïdals : tnson d sctr (50 H 0 V) s lgns

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Historique de la fibre optique Les fontaines lumineuses de l antiquité

Historique de la fibre optique Les fontaines lumineuses de l antiquité stoque de la fbe optque Les fotaes lumeuses de l atquté Pcpe de la popagato de la lumèe? Pcpe du gudage plaae (1 Dmeso) Se place e codto de éfleo totale A 1 A 1 Gae g Gae g M < c Cœu c M > c Cœu c Fute

Plus en détail

Géométrie en trois dimensions

Géométrie en trois dimensions 1 Géométrie en trois dimensions Il s agit de visualiser des objets en trois dimensions sur un plan, pour nous l écran de l ordinateur. Pour ce faire, nous allons simplifier les choses au maximum. Nous

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Microfondements du canal étroit du crédit bancaire : le motif de précaution

Microfondements du canal étroit du crédit bancaire : le motif de précaution Micofondements du canal étoit du cédit bancaie : le motif de pécaution Modèle de compotement d une banque confontée à un isque de liquidité et à une offe de financement extene impafaitement élastique Julio

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov.

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov. La théore classque de l nformaton. ère parte : le pont de vue de Kolmogorov. La sute de caractères comme outl de descrpton des systèmes. La scence peut être vue comme l art de compresser les données quelles

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Introduction à l'electromagnétisme

Introduction à l'electromagnétisme Introduction à l'electromagnétisme 5 novembre 2014 Table des matières 1 Systèmes de coordonnées et vecteurs 6 1.1 Systèmes de coordonnées................................... 6 1.1.1 Repère cartésien...................................

Plus en détail

Le planimètre polaire

Le planimètre polaire Le planimètre polaire Document d accompagnement des transparents. Bruno eischer Introduction Dans mon exposé à La Rochelle, ou au séminaire de l IREM de Besançon, j ai volontairement consacré une longue

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Chapitre 11. 2ème partie Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES 2ème partie Produit scalaire Produit scalaire

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, revu en 2006 STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE Eléments de calcul vectoriel Opérations avec les forces Equilibre du point

Plus en détail

La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques

La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques III. Cercles 1. Cercle d'euler 2. Droite d'euler 3. Théorème de Feuerbach 4. Milieux des segments joignant

Plus en détail

Analyse et Conception d une Nouvelle Structure de Coupleur Squared-Coax-to-Microstrip pour des Applications Hautes Puissances en Télécommunications

Analyse et Conception d une Nouvelle Structure de Coupleur Squared-Coax-to-Microstrip pour des Applications Hautes Puissances en Télécommunications Communication Science & technologie N 9. Janvie 2011 COST Analyse et Conception d une Nouvelle Stuctue de Coupleu Squaed-Coax-to-Micostip pou des Applications Hautes Puissances en Télécommunications Naseddine

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail