Mathématique - Cours

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mathématique - Cours"

Transcription

1 Mathématique - Cours Filière PRO Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : partie seconde PRO partie première PRO partie terminale PRO

2 Sommaire 1 Ensemble 2 Équations et inéquations - Système du 1 er degré 2.1 Équations du type f(x)=g(x) Résolution graphique Résolution algébrique 2.2 Équations - produits 2.3 Inéquations 2.4 Intervalles 2.5 Systèmes de deux équations à deux inconnues 2.6 Équation de droite 3 Équation du second degré Résolution algébrique Résolution graphique Factorisation 3.1 Inéquations 4 Fonctions 4.1 Vocabulaire 4.2 Représentation graphique Fonction affine 4.3 Opérations avec les fonctions 4.4 Résolution graphique 4.5 Fonction de référence 4.6 Fonctions du second degré 4.7 Tangente à une courbe - nombre dérivé 4.8 Dérivée et sens de variation d une fonction 4.9 Fonctions logarithmes 4.10 Fonctions exponentielles 4.11 Intégrale 5 Statistiques 5.1 Vocabulaire 5.2 Représentation des données 5.3 Indicateurs de tendance centrale 5.4 Indicateurs de dispersion 5.5 Diagramme en boîte à moustaches 5.6 Fluctuation d une fréquence 6 Probabilité 7 Suites 8 Géométrie 8.1 Les solides 8.2 Aires et Volumes 8.3 Agrandissement et réduction 8.4 Figure plane 8.5 Thalès et Pythagore

3 1 Ensemble N contient les nombres 0,1,2,3... C est l ensemble des entiers naturels. Z contient les nombres précédents ainsi que..., 2, 1,0,1,2... C est l ensemble des entiers relatifs. D contient les nombres précédents ainsi que les nombres qui peuvent s écrire sous la forme un entier naturel. C est l ensemble des nombres décimaux. Q contient les nombres précédents ainsi que toutes les fractions par exemple : 48,9;54, C est l ensemble des rationnels. R contient les nombres précédents ainsi que π, 2... C est l ensemble des nombres réels. ( 3 2, 10 3, 562 ) a avec a un entier relatif et n 10n C contient les nombres précédents ainsi que les nombres imaginaires (ex : i tel que i2 = -1) C est l ensemble des nombres complexes. (étudié en filière S) Nous avons donc les inclusions suivantes N Z D Q R C Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 3/40

4 2 Équations et inéquations - Système du 1 er degré 2.1 Équations du type f(x)=g(x) Résolution graphique Résoudre graphiquement une équation du type f (x) = g (x) revient à définir le ou les points d intersection des courbes représentatives des fonctions f et g. On peut voir sur le graphique que la solution de l équation f (x) = g (x) est le point d intersection des deux courbes. On peut lire graphiquement que l abscisse et l ordonnée du point [1;2]. Algébriquement ( on retrouve le point de coordonnées 12 7 ; 11 ) comme solution. 7 Résolution algébrique Résoudre une équation (respectivement une inéquation) d inconnue x, c est trouver toutes les valeurs possibles que l on peut donner à x pour que l égalité (respectivement l inégalité) soit vérifiée. Ce sont les solutions de l équation ((respectivement l inéquation). (1) 5x + 2 = 3x 4 5x = 3x 4 2 5x = 3x 6 5x 3x = 3x 6 3x 2x = 6 2x = x = 3 (2) 4x (x 2) = 5(1 + 2x) on développe : 4x x + 2 = x on réduit : 3x + 2 = x 3x = x 2 3x = 10x + 3 3x 10x = 10x x 7x = 3 7x = x = 3 7 (3) x 3 1 = x On réduit au même dénominateur 2x 6 1 = x 6 on multiplie chaque membre par 6 2x 1 = 9 6x 2x 1+1 = 9 6x+1 2x = 10 6x 2x+6x = 10 6x+6x 8x = 10 8x = x = 10 8 = 5 4 (4) Un grossiste livre 88 plantes à un fleuriste. Il y a des cyclamens et des azalées. Il y a trois fois plus d azalées que de cyclamens. Combien y a-t-il de cyclamens? Choix de l inconnue : Soit x, le nombre de cyclamens. - Mise en équation : 3x + x = 88 - Résolution de l équation 4x = 88 4x 4 = 88 4 x = 22 Conclusion : Il y a 22 cyclamens. Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 4/40

5 2.2 Équations - produits Propriété P 1 : Un produit de facteurs est nul si l un, au moins, des facteurs est nul. (1) (3x 2)( x + 7) = 0 or P 1 donc 3x 2 = 0 ou x + 7 = 0 3x = 2 ou x = 7 x = 2 3 ou x = 7 L équation a deux solution : 2 3 et 7 (2) (2 3x)(x 4) (x 4)(5 + 2x) = 0 On factorise : (x 4)((2 3x) (5 + 2x)) = 0 (x 4)(2 3x 5 2x) = 0 (x 4)( 7 5x) = 0 or P 1 donc x 4 = 0 ou 7 5x = 0 3x = 4 ou x = 7 5 L équation a deux solution : 7 5 et 4 (3) x 2 = 9 x 2 9 = 0 (x 3)(x + 3) = 0 or P 1 donc x 3 = 0 ou x + 3 = 0 x = 3 ou x = 3 L équation a deux solution : 3 et Inéquations En ajoutant (ou retranchant) un même nombre aux deux membres d une inégalité, on obtient une nouvelle inégalité de même sens. En multipliant (ou divisant) les deux membres d une inégalité par un même nombre strictement positif, on obtient une nouvelle inégalité de même sens. En multipliant (ou divisant) les deux membres d une inégalité par un même nombre strictement négatif, on obtient une inégalité de sens contraire. (1) Résoudre 4x 9 2x 7 4x x x + 2x 2x x 2x 2 2x 2 2 < 0 x 1 Solutions 1 (2) Résoudre 1 2 x 1 < x x 2 < x (2x 2) < x 24 On réduit 5 2x < x x+2x < x 24+2x Solutions < 3x < 3x < x Intervalles x appartient à l intervalle C est l ensemble des nombres rééls x tel que Sa représentation graphique est [a;b] ]a;b] [a;b[ ]a;b[ a x b a < x b a x < b a < x < b L intervalle I =] 2;4] est l ensemble des rééls tels que 2 < x 4-2 n appartient pas à l intervalle I. On dit que le crochet devant 2 est ouvert. 4 appartient à l intervalle I. On dit que le crochet devant 4 est fermé. Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 5/40

6 2.5 Systèmes de deux équations à deux inconnues Une solution d un système de deux équations à deux inconnues est un couple de nombre qui vérifie chacune des deux équations. x + 3y = 11 (2 ;3) est solution du système 2x y = 1 car = 11 et = 1 Un système de deux équations à deux inconnues peut se résoudre algébriquement par substitution ou par addition. (méthode pour la substitution) Substituer, c est remplacer par (mettre à la place de) : 3x + y = 7 (1) Avec le système suivant : 2x 3y = 1 (2) 1. Première étape : Isoler y dans l équation (1) et remplacer y par sa valeur dans l équation (2) y = 7 3x (1 ) 2x 3(7 3x) = 1 2. Deuxième étape : Conserver l équation (1 ) et effectuer les calculs dans l équation (2) y = 7 3x 2x ( x) = 1 y = 7 3x 11x 21 = 1 3. Troisième étape : Conserver l équation (1 ) et Calculer la valeur de x y = 7 3x 11x = = 22 y = 7 3x x = = 2 4. Quatrième étape : Remplacer x dans (1 ) par la valeur trouvée, et calculer y Conserver la valeur de x y = x = 2 y = 1 x = 2 x = 2 5. CONCLUSION : y = 1 ou S = (2 ;1). 3x + y = 7 Phrase de conclusion : Le système admet pour solution (2 ;1). 2x 3y = = 7 (1) Vérification : Égalités vérifiées = 1 (2) Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 6/40

7 (méthode pour l addition) 3x + 2y = 7 (1) Résoudre le système : 5x 2y = 1 (2) Remarque : Coefficient de y dans (1) : 2 Coefficient de y dans (2) : -2 Ce sont deux nombres opposés Propriété à utiliser : On obtient une égalité en ajoutant membre à membre deux égalités. 1. Première étape : Écrire l équation obtenue en ajoutant membre à membre les équations (1) et (2) et conserver l une des deux équations ( (1) ou (2) ) 3x + 2y = 7 (1) 3x + 2y = 7 (1) 3x + 2y = 7 (1) 3x + 2y + 5x 2y = (2) 8x = 8 (2) x = 1 (2) 2. Deuxième étape Conserver la valeur de x et remplacer x par sa valeur et calculer y y = 7 (1) 4 + 2y = 7 (1) 2y = 7 4 (1) 2y = 3 (1) x = 1 (2) x = 1 3. CONCLUSION : y = 3 2 Phrase de conclusion : Le système Vérification : = 7 (1) x = 1 (2) ou S = (1 ; 3 2 ). 3x + 2y = 7 5x 2y = = 1 (2) Égalités vérifiées x = 1 (2) admet pour solution (1 ; 3 2 ). x = 1 (2) y = 3 2 (1) x = 1 (2) 2.6 Équation de droite Détermination de l équation d une droite passant par 2 points (son équation peut se mettre sous la forme y = ax + b ) Détermination de l équation de la droite passant par les points : A( 1; 5) et B(2;4) 5 = a + b (1) 4 = 2a + b (2) Remplaçons a par sa valeur dans l équation (1) = L équation de la droite est y = 3x 2. (1) (2) 9 = 3a a = 9 3 = 3 5 = 3 + b b = = 2 b = 2 Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 7/40

8 3 Équation du second degré Une équation du second degré a pour forme générale : ax 2 + bx + c = 0 (a 0) Les solutions, si elle existent, sont les abscisses les points d intersection de la parabole P d équation y = ax 2 + bx + c et l axe (ox) d équation y = 0 Résolution algébrique Pour résoudre l équation ax 2 + bx + c = 0 (avec a 0) : 1. On calcul le nombre = b 2 4ac. Ce nombre est appelé discriminant de l équation. Trois cas sont possible : a) si < 0, l équation n a pas de solution b) si = 0 l équation a une solution unique : x 0 = b 2a c) si > 0 l équation a deux solutions distinctes : x 1 = b 2a x 2 = b + 2a Résoudre : 3x 2 + 5x 5 = 0 1. Identification : a = 3, b = 5 et c = 5 2. Calcul de : = b 2 4ac = ( 3) ( 5) = 35 D où = 35 < 0, donc l équation n a pas de solution. Résoudre : 4x 2 4x + 1 = 0 1. Identification : a = 4, b = 4 et c = 1 2. Calcul de : = b 2 4ac = ( 4) = 0 D où = 0, donc l équation a une solution. 3. Calcul de la solution : x 0 = b 2a = ( 4) 2 4 = 1 2 Résoudre : 2x 2 5x 3 = 0 1. Identification : a = 2, b = 5 et c = 3 2. Calcul de : = b 2 4ac = ( 5) ( 3) = 49 D où = 49 > 0, donc l équation a deux solutions. 3. Calcul des solutions : x 1 = b 2a x 2 = b + 2a = ( 5) = ( 5) = = = 1 2 = 12 4 = 3 4. La solution de l équation est Les solutions de l équation sont 1 2 et 3 Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 8/40

9 Résolution graphique 1. La parabole (P) coupe l axe des abscisses (ox) en deux points A et B : Les deux solutions distinctes sont les abscisses des points d intersection de (ox) et P. L équation x 2 + x 6 = 0 a) On trace la parabole P d équation y = x 2 + x 6 b) On lit sur l axe (ox) d équation y = 0 c) Les points d intersection A et B ont pour coordonnées respectives ( 3,0) et (2,0) Les abscisses x A = 3 et x B = 2 sont solutions de l équation x 2 + x 6 = 0. Vérification : ( 3) 2 + ( 3) 6 = 0 et = 0 2. L axe (ox) est tangent à la parabole (P) au point I : La solution est l abscisse du point de tangence de la droite à la parabole. L équation x 2 4x + 4 = 0 a) On trace la parabole P d équation y = x 2 4x + 4 b) On lit sur l axe (ox) d équation y = 0 c) Le point d intersection I a pour coordonnées (2, 0) L abscisse x I = 2 est solutions de l équation x 2 4x + 4 = 0. Vérification : = 0 3. L axe (ox) ne coupe pas la parabole (P) : L équation n a pas de solution dans ce cas. L équation x 2 x 2 = 0 a) On trace la parabole P d équation y = x 2 x 2 b) On lit sur l axe (ox) d équation y = 0 c) On ne trouve aucun point commun In n existe donc pas de réel x pour lequel x 2 x 2 = 0. Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 9/40

10 Factorisation 1. si > 0 le polynôme ax 2 + bx + c a deux racines x 1 et x 2 et il se factorise comme suit : ax 2 + bx + c = a(x x 1 )(x x 2 ) 2. si = 0, ax 2 + bx + c admet une seule racine x 0 telle que : ax 2 + bx + c = a(x x 0 ) 2 3. si < 0, ax 2 + bx + c n a pas de racine, il ne peut être factorisé. Remarque : Dans le cas où l équation à résoudre peut se mettre immédiatement sous forme de produit de facteur, on n utilise pas la méthode du discriminant. Il sera plus rapide de factoriser l équation. 3.1 Inéquations Résoudre : 3x 2 9x = 0 3x 2 9x = 0 3x(x 3) = 0 3x = 0 x = 0 ou x 3 = 0 x = 3 D où les solutions x 1 = 0 et x 2 = 3 Objectif : trouver le signe du trinôme ax 2 + bx + c avec a 0 1. Cas où > 0 on a le schéma suivant : x x 1 x 2 + Signe de ax 2 + bx + c Signe de a 0 Signe de a 0 Signe de a Signe de a pour x ] ; x 1 [ ]x 2 ;+ [ et Signe de a pour x ]x 1 ; x 2 [ 2. Cas où = 0 ou < 0 : dans ce cas le polynôme ax 2 + bx + c est toujours du signe de a Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 10/40

11 4 Fonctions 4.1 Vocabulaire (Notion de fonction) Définir une fonction f sur un intervalle [a;b], c est donner un procédé qui, à chaque valeur de la variable x de l intervalle [a,b], fait correspondre un nombre noté ( f (x). On dit que le nombre x a pour image le nombre f (x) par la fonction f. Inversement, le nombre f (x) a pour antécédent le nombre x. (Fonction affine) Soient a et b des nombres quelconques. Définir la fonction affine f,c est associer à tout nombre x le nombre ax +b. On note Cas particuliers : si a = 0, alors f est une fonction constante. si b = 0, alors f est une fonction linéaire. f : x ax + b Toute situation de proportionnalité se traduit par une fonction linéaire. (Extremum) Un extremum est un maximum ou un minimum. f : x 4x + 2 L image de 3 par f est f ( 3) = 4 ( 3) + 2 = 10. Un nombre qui a pour image 4 par f est un nombre x tel que : f (x) = 4 soit 4x + 2 = 4 c est-à-dire 4x = 2 soit x = 0,5. L image de 2 est 2 L image de 1 est 2 L antécédent de 4 est 2 Les antécédents de 2 sont 4 et 4 Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 11/40

12 4.2 Représentation graphique (Ensemble de définition) L ensemble de définition d une fonction f est l ensemble des nombres réels qui ont une image par la fonction f. (Domaine d étude) Le domaine d étude d une fonction f est la partie du domaine de définition sur laquelle la fonction f doit être étudiée. (Graphe d une fonction) Le graphe d une fonction f dans le plan muni d un repère est composé de tous les points dont l abscisse est un nombre du domaine d étude de la fonction et dont l ordonnée est l image de cette abscisse par la fonction f. Remarque Toute courbe n est pas le graphe d une fonction. Un nombre x du domaine de définition ne peut avoir, au plus, qu une seule image par la fonction f. Ici trois points de la courbe x 2 + x y + x y 3 + 3y 2 y = 1 ont pour abscisse 0 : Fonction affine La représentation graphique de la fonction f dans un repère est l ensemble des points de coordonnées (x; f (x)) dans ce repère. La représentation de la fonction affine f : x ax+b est la droite (d) d équation y = ax+b. Cette droite passe par le point de coordonnées (0;b). a est le coefficient directeur de (d), b est l ordonnée à l origine de (d). Cas particuliers : La représentation graphique de la fonction constante f : x b est la droite parallèle à l axe des abscisses qui passe par le point de coordonnées (0 ; b). La représentation graphique de la fonction linéaire f : x ax est la droite qui passe par l origine du repère et par le point de coordonnées (1; a). (Sens de variation d une fonction affine) Soit la fonction affine f : x ax + b ; x 1 et x 2 désignent deux nombres distincts. On a : a = f (x 2) f (x 1 ) x 2 x 1 Une fonction affine est croissante si a > 0 et décroissante si a < 0 Ci joint à droite : Fonction constante : y = 3 a = 0 et b = 3 Fonction linéaire décroissante : y = 2x a = 2 et b = 0 Fonction affine croissante : y = 4x + 2 a = 4 et b = 2 Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 12/40

13 Cours- Filière PRO 4.3 Opérations avec les fonctions (Variations et représentations) Les fonctions h : x 1, g : x x et f : x x 2 sont des fonctions de référence. Les représentations graphiques de ces fonctions sont données ci-contre. La fonction h : x 1 est définie pour tout x : D h = R =] ; + [. Elle est constante sur D h. Elle est représentée par la droite horizontale d équation y = 1 La fonction g : x x est définie pour tout x : D g = R =] ; + [. Elle est croissante sur D g. Elle est représentée par la droite d équation y = x. C est la fonction identité. La fonction f : x x 2 est définie pour tout x : D f = R =] ; + [. Elle est décroissante sur R =] ; 0] et croissante sur R+ = [0; + [. Elle est représentée par la parabole d équation y = x 2 (Addition d une constante) Lorsqu onajoute une constante k à une fonction f, on obtient une fonction g qui a le même sens de variation que f. Les fonctions h : x x 2 2, g : x x ont le même sens de variation que la fonction de référence f : x x 2 (Multiplication par une constante) Lorsqu on multiplie une fonction f par une constante k positive (k R+ ), on obtient une fonction g qui a le même sens de variation que f. Lorsqu on multiplie une fonction f par une constante k négative (k R ), on obtient une fonction g qui varie en sens contraire de f. La fonction i : x 0, 5x 2 a le même sens de variation que la fonction de référence f : x x 2 La fonction i : x 2x 2 varie en sens contraire par rapport à la fonction de référence f : x x 2 (Résolution graphique f (x) = c ) Les solutions, si elles existent, de l équation f (x) = c (où c est un nombre donné) sont les abscisses des points d intersection de la courbe représentative C f de la fonction f et de la droite D d équation y = c. Les solutions de l équation i (x) = 2 sont 2 et 2. Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 13/40

14 4.4 Résolution graphique (Signe d une fonction) Soit c la courbe représentative de la fonction f définie sur un intervalle I. Lorsqu elles existent, les solutions de l équation f (x) = 0 sont les abscisses des points d intersection de C avec l axe des abscisses. Lorsqu elles existent, les solutions de l inéquation f (x) > 0 (respectivement f (x) < 0) sont les abscisses des points de c situés au-dessus (respectivement en dessous) de l axe des abscisses. Soit la fonction f définie par f (x) = x 3 x 2 2x sur l intervalle [-1,5 ;3]. La courbe représentative C f de f coupe l axe des abscisses en trois points d abscisses : -1, 0 et 2. L équation f (x) = 0 a donc trois solution qui sont -1, 0 et 2. Les solution de l inéquation f (x) 0 sont les nombres x tels que : 1 x 0 et 2 x 3 Les solutions de l inéquation f (x) < 0 sont les nombre x tels que : 1,5 < x < 1 ou x < 2. (Comparaison de deux fonctions) f et g sont deux fonctions définies sur un intervalle I. Soit c f la courbe représentative de la fonction f et C g celle de la fonction g. Lorsqu elles existent, les solutions de l équation f (x) = g (x) sont les abscisses des points d intersection des courbes C f et C g. Lorsqu elles existent, les solutions de l inéquation f (x) > g (x) (respectivement f (x) < g (x)) sont les valeurs de x telles que le point de C f d abscisse x est au-dessus (respectivement en dessous) du point de C g de même abscisse. Soit f définie précédemment. On donne de plus la fonction g telle que : g (x) = 0.5x 0.5 sur l intervalle [-1,5 ;3]. Elle est représentée par C g. La courbe C f et la courbe C g se coupent en deux points d abscisses : -1,3 et 0.2. L équation f (x) = g (x) a donc deux solution qui sont -1,3 et 0.2. Les solution de l inéquation f (x) g (x) sont les nombres x tels que : 1.3 x 0.2 Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 14/40

15 4.5 Fonction de référence (Fonction carré) Elle est définie par f : x x 2 pour tout x Elle est décroissante sur R =] ;0] et croissante sur R + = [0;+ [. Elle est représentée par une parabole (Fonction inverse) Elle est définie par f : x x 2 pour tout x 0 Elle est décroissante sur R =] ;0[ et décroissante sur R + =]0;+ [. Elle est représentée par une hyperbole (Fonction cube) Elle est définie par f : x x 3 pour tout x Elle est croissante sur R =] ;+ [. (Fonction racine carré) Elle est définie par f : x x pour tout x 0 Elle est croissante sur R + = [0;+ [. 4.6 Fonctions du second degré (second degré) Une fonction polynôme de degré 2 f est définie sur R par f (x) = ax 2 + bx + c, où a, b et c sont des nombres réels donnés et a 0 Propriété (1) Soit f une fonction polynôme de degré 2, telle que f (x) = ax 2 + bx + c, alors f admet un extremum pour α = b 2a Propriété (2) Soit f une fonction polynôme de degré 2, telle que f (x) = ax 2 + bx + c : Si a est positif, f est d abord décroissante, puis croissante ( l extremum est un minimum) Si a est négatif, f est d abord croissante, puis décroissante ( l extremum est un maximum) Propriété (3) L équation f (x) = 0 à une, deux ou aucune solution. (cf. équations du second degré). Même équation que partie équation du second degré : f (x) = 2x 2 5x 3 : a > 0 et > 0 g (x) = 4x 2 4x + 1 : a > 0 et = 0 h(x) = 3x 2 + 5x 5 : a < 0 et < 0 Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 15/40

16 4.7 Tangente à une courbe - nombre dérivé (Approximation affine) La droite qui approche au mieux la courbe représentative d une fonction au voisinage d un point A est appelée tangente à la courbe au point A. Elle représente la meilleure approximation affine de la fonction au voisinage de ce point. En ce point, et uniquement, en ce point précis, la tangente et la courbe se confondent. (Nombre dérivé) Soit f une fonction dont la courbe représentative admet une tangente au point α d abscisse x α. Le coefficient directeur de la tangente à la courbe représentative de la fonction f au point de coordonnées (x α, f (x α )) est appelé nombre dérivé de f en x α. Le nombre dérivé de f en x α est noté f (x α ). Soit C f la courbe représentative d une fonction f, T α la tangente à C f au point α d abscisse 2 et T β la tangente à C f au point β d abscisse 1 3. On trouve l équation de la tangente : Par lecture graphique : On lit sur le graphique le coefficient directeur de la tangente à C f au point α d abscisse 2 : il vaut 10. Donc le nombre dérivé de f en 2 vaut 10 : f (2) = 10 D où : T (x) = 10x + b Puis on lit b au niveau de l intersection de la courbe T α avec l axe des ordonnées : b = 13 T (x) = 10x 13 f (x) = 3x 2 2x 1 et f (x) = 6x 2 L équation de la tangente au point α d abscisse 2 est donc : T (x) = f (2)(x 2) + f (2) T (x) = [6 2 2)](x 2) + [ ] T (x) = [12 2](x 2) + [12 4 1] T (x) = 10(x 2) + 7 = 10x 13 La courbe T α représente la tangente pour x = 2. (Équation réduite d une tangente) Soit f une fonction dont la courbe représentative admet une tangente au point α d abscisse x α. La tangente passe par α et a pour coefficient directeur f (x α ). L équation réduite de la tangente est y = f (x α )x + b ou y = f (x α ) (x x α ) + f (x α ) Le point α de l exemple précédent a pour coordonnées (2 ;7) et le nombre dérivé de f en 2 vaut 10 : f (2) = 10 La tangente T à C f au point α a pour équation réduite : y =f (x α ) (x x α ) + f (x α ) y =f (2) (x 2) + f (2) y =10 (x 2) + 7 y =10x y =10x 13 Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 16/40

17 4.8 Dérivée et sens de variation d une fonction (Fonction dérivée) Soit f une fonction admettant un nombre dérivé pour tout point d un intervalle I. La fonction dérivée de f est la fonction qui, à tout point de I, fait correspondre le nombre dérivé de f en ce point. Elle est noté f (Calcul d une dérivée) Si f (x) = Domaine de dérivabilité Alors f (x) = 1 k, k R R 0 2 kx, k R R k 3 kx + b, k R R k 4 x 2 R 2x 5 x 3 R 3x 2 6 x n R nx n x, x 0 R 1 x 2 8 x, x 0 R + 1 =]0;+ [ 2 x 9 u(x) + v(x) D u D v u (x) + v (x) 10 k u(x), k R D u k u (x) f (x) = x x x + 2 : 1. ensemble de définition : R = R\{0} 2. dérivons chaque membre : g (x) = x 2 g (x) = 2x d après (3) h(x) = 1 x h (x) = 1 x 2 d après (6) i(x) = x i (x) = 1 d après (2) j (x) = 2 j (x) = 0 d après (1) Or f (x) = g (x)+h (x)+i (x)+ j (x) d après (8) D où f (x) = 2x 1 x = 1 x 2 + 2x 1 (Signe de la dérivée et sens de variation d une fonction) Soit f une fonction définie et dérivable sur un intervalle I = [a;b]. Pour toute valeur de x appartenant à I : Si f (x) = 0, alors f est constante sur I Si f (x) > 0, alors f est croissante sur I Si f (x) < 0, alors f est décroissante sur I x a b Signe de f (x) + Variations f (b) de f f (a) x a b Signe de f (x) - Variations f (a) de f f (b) Soit f la fonction définie sur I = [ 5;6] par f (x) = 3x + 5. Sa dérivée f est égale à : f x) = 3 qui est positif pour tout x I. Donc la fonction f est croissante sur I. x 5 6 Signe de f (x) + Variations f (6) de f f ( 5) Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 17/40

18 4.9 Fonctions logarithmes (Fonction logarithme népérien) La fonctions logarithme népérien, notée ln, est la fonction définie pour x > 0 (D ln =]0;+ [, dont la dérivée est la fonction x 1 x sur ]0;+ [, et qui s annule en 1. ln : x ln(x) Par définition, ln(1) = 0 et ln (x) = 1 x La fonction ln est croissante sur l intervalle ]0; + [ Le nombre e est le nombre tel que ln(e) = 1. Une valeur approchée de e au dixième est 2,7 La courbe représentative de la fonction ln : Propriété a et b sont deux nombres strictement positifs ; n est un entier positif ou négatif. ( a,b R + et n Z) ln(a b) = ln(a) + ln(b) ; log(a b) = log(a) + log(b) ( a ) ( a ) ln = ln(a) ln(b) ; log = log(a) log(b) ; b b ln(a n ) = n ln(a) ; log(a n ) = n log(a) ln(21) = ln(3 7) = ln(3) + ln(7) ; log(4) + log(5) = log(4 ( ) 5) = log(20) 10 ln(10 ln(3) = ln ; ( ) 3 3 log = log(3) log(4) 4 ln(25) = ln(5 2 ) = 2ln(5) ; 3 log(4) = log(4 3 ) = log(64) Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 18/40

19 4.10 Fonctions exponentielles (Fonction exponentielle de base e) Soit b un nombre quelconque. Le nombre noté e b est la solution unique de l équation ln(x) = b. La fonction exponentielle de base e est définie pour tout nombre x et s écrit : x e x Valeurs particulières : e 0 = 1, e 1 = e et e x > 0 pour tout x Propriété : Pour x > 0, si ln(x) = b, alors x = e b Pour b > 0, si e x = b, alors x = ln(b) Dérivé : Si f (x) = e x alors f (x) = e x Variations : ] ;+ [ Courbe représentative : La fonction exponentielle de base e est croissante sur Si ln(x) = 5, alors x = e 5. Si e x = 3,5, alors x = ln(3,5) (Fonction exponentielles du type x e ax ) Soit la fonction définie pour tout x par f (x) = e ax (a constante non nulle) alors f (x) = a e ax. f est croissante si a > 0 et décroissante si a < 0. f (x) = e 0,5x f (x) = 0,5 e 0,5x 0,5 > 0 : la fonction f est donc croissante : f (x) = e 0,5x f (x) = 0,5 e 0,5x 0,5 > 0 : la fonction f est donc décroissante : Propriété Pour x et y deux nombres quelconques et n un entier positif ou négatif : e x e y = e x+y e x e y = ex y (e x ) n = e x n e 1,2 e 3 = e 1,2+( 3) = e 1,8 ; e 2+x = e 2 e x ; e 5 e 8 = e5 8 = e 3 (e 3 ) 4 = e 3 4 = e 12 Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 19/40

20 4.11 Intégrale (Primitive d une fonction) Une fonction F est une primitive d une fonction f sur un intervalle I si, pour tout x de ect intervalle I, la fonction f est la dérivée de F : F (x) = f (x) Toutes les primitives de la fonction f sont les fonctions F définies par F (x) + k où k est une constante réelle quelconque (k R). Fonction f f (x) = a Primitive F F (x) = ax + k f (x) = x f (x) = x 2 f (x) = x 3 F (x) = 1 2 x2 + k F (x) = 1 3 x3 + k F (x) = 1 4 x4 + k f (x) = x n ; n 1 F (x) = 1 n + 1 xn+1 + k f (x) = 1 x ; x > 0 F (x) = ln(x) + k Soit f la fonction définie pour tout x par f (x) = 4x 2 5x : Les primitives F de f sont données par F (x) = 4 3 x3 5 2 x2 + k Soit g la fonction définie pour tout x strictement positif par g (x) = 3 x : Les primitives G de g sont données par G(x) = 3ln(x) + k f (x) = u(x) + v(x) f (x) = a u(x) ; a R F (x) = U(x) +V (x) F (x) = a U(x) (Intégrale définie d une fonction) Soit f une fonction admettant une primitive F sur un intervalle [a;b]. Le nombre F (b) F (a) (indépendant de a primitive F choisie) est appelé intégrale définie de la fonction f entre les valeurs a et b de la variable. Les nombres a et b sont les bornes d intégration. On écrit : b a f (x)dx = F (b F (a) ou b a f (x)dx = [F (x)] b a = F (b F (a) Le symbole b a f (x)dx se lit somme de a à b de f (x)dx Dans le cas d une fonction f positive et définie sur l intervalle [a;b], l aire A du domaine limité par la courbe représentative de f, l axe des abscisses et les droites d équations x = a et x = b est égale à l intégrale définie de f sur l intervalle [a; b]. Elle s exprime en unité d aire du repère : A = b a f (x)dx Soit l intégrale I = 2 1 f (x)dx, f étant définie pour tout x par f (x) = 2x + 3 Une primitive de f est : F (x) = x 2 + 3x. On a : F (2) = 10 et F (1) = 4 I = 2 1 (2x + 3)dx = F (2) F (1) = 10 4 = 6 Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 20/40

21 5 Statistiques 5.1 Vocabulaire On appelle population statistique l ensemble des individus sur lesquels porte l étude statistique. On appelle effectif total de la population statistique le nombre d éléments de l ensemble de cette population. On appelle variable statistique ou caractère, la chose que l on étudie et qui est commune à tous les individus de la population de référence. L ensemble des résultats s appelle série statistique. Une série statistique est composée de valeurs. Le nombre de fois où une valeur est répétée s appelle l effectif de cette valeur. La somme des effectifs donne l effectif total de la série statistique. Au CFMM, il y a 82 élèves en filière PRO (seconde, première, terminales) il y a 58 élèves en filière TECH il y a 90 élèves en filière BTS La population statistique est l ensemble des élèves du CFMM. L effectif total est = 230 La variable statistique étudiée est la filière de chaque élèves. L effectif des élèves en filière PRO est 82. Une variable est dite quantitative si elle est représentée par un nombre. Une variable qui n est pas quantitative est qualitative. Une variable quantitative est dite discrète si elle ne prend que des valeurs isolées. Une variable quantitative est dite continue si elle peut prendre toutes les valeurs comprises entre 2 nombres. Un âge, une distance, une durée, une note sont des variables quantitatives. Une couleur, un diplôme, un prénom sont des variables qualitatives. Un âge, une note arrondie au demi-point sont des variables discrètes. La distance entre le domicile et le collège est une variable quantitative continue. Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 21/40

22 5.2 Représentation des données tableau (1) une enquête réalisée dans un village porte sur le nombre d enfants à charge par famille. Chaque famille interrogée a donc donné un chiffre correspondant au nombre d enfants. Les résultats sont donnés dans la liste ci dessous (une case par résultat) (2) Voici les notes obtenues par des élèves lors d un examen ,2 17,5 14,6 16,3 8,8 12 7,7 7 15,1 5,9 19,3 6,2 10,6 5 8,4 7,1 12 9,5 2, ,5 17,2 14,1 8 3,1 10,5 11,1 18,1 3,4 12 9,3 4,3 13,3 11,5 13,8 14,9 5,2 6,4 10, ,7 16,4 7,6 4 (Représentation en tableau) La présentation brute des résultats n est guère exploitable, il est donc usuel de regrouper les résultats par valeurs identiques dans un tableau. Pour l exemple 1, 8 familles n ont pas d enfants, donc 8 sous la case 0. Nombre d enfants TOTAL Nombre de familles Pour l exemple 2, il n est pas pratique de prévoir une case par note! Les variables continues sont donc "toujours" regroupées par classes d amplitudes égales. Ici, on a choisi de regrouper les notes par classes d amplitude 4. Notes obtenues [0; 4[ [4; 8[ [8; 12[ [12; 16[ [16; 20[ TOTAL Effectifs (amplitude) Si une distance d est comprise entre 2 km (valeur incluse) et 5 km (valeur exclue), on notera 2 d < 5 ou bien d [2;5[. On parle alors de la classe deux-cinq, l amplitude de cette classe est 5 2 = 3. Diagrammes en barres ou bâtons Ce type de représentation est adapté aux variables discrètes, quantitatives ou qualitatives. On affecte une barre à chaque valeur possible de la variable. Règles de construction : La longueur de chaque barre est proportionnelle à l effectif d une valeur. La largeur de chaque barre est identique. Deux barres voisines ne se touchent pas. Si la largeur des barres est nulle, on parle de bâtons. On peut ne pas représenter l étendue complète des valeurs, mais on prend au minimum toutes les valeurs entre les 2 valeurs extrêmes. Pensez à mettre des légendes sur les axes et un titre au dessin. Avec l exemple 1 : Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 22/40

23 Histogramme Ce type de représentation est adapté aux variables continues (donc quantitatives) regroupées en classes. On affecte un rectangle à chaque classe. A la différence des barres du diagramme précédent qui représentent une unique valeur, un rectangle correspond à toutes les valeurs possibles entre les 2 valeurs extrêmes de la classe. Règles de construction : La largeur de chaque rectangle est proportionnelle à l amplitude de la classe. L aire de chaque rectangle est proportionnelle à l effect if d une valeur. On peut ne pas représenter l étendue complè te des valeurs, mais on prend au minimum toutes les valeurs entre les 2 valeurs extrêmes. Pensez à mettre des légendes sur les axes et un titre au dessin. Avec l exemple 2 (par classe) : Diagramme en secteurs Ce type de représentation est adapté aux variables qualitatives. On affecte un secteur à chaque valeur possible de la variable. Règles de construction : L aire des secteurs est proportionnelle à la fréquence. Le rayon de chaque secteur est identique. On peut ne pas représenter l étendue complète des valeurs, mais on prend au minimum toutes les valeurs entre les 2 valeurs extrêmes. Pensez à mettre des légendes sur les axes et un titre au dessin. Avec l exemple des élèves de CFMM Pour 300 acheteurs sur Internet, on illustre les caractères situation géographique (qualitatif), nombre d acheteurs (quantitatif discret) et montant de la dépense (quantitatif en classes). Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 23/40

24 5.3 Indicateurs de tendance centrale (Moyenne) La moyenne d une série statistique est obtenue en divisant la somme des valeurs par l effectif total n. A faire la somme des produit de chaque valeur par son effectif divisé par l effectif total. Remarque : Lorsque les valeurs sont regroupées en classes, la somme des valeurs est obtenue en multipliant chaque valeurs centrale par l effectif de la classe. (Médiane) La médiane d une série statistique de n valeurs classées par ordre croissant est : la valeur du milieu si n est impair la demie somme des deux valeurs du milieu, si n est pair La médiane est le nombre se trouvant au "milieu" de la série, c est-à-dire qu il y a autant d effectif à droite de ce nombre qu à gauche. Interprétation : 50% des valeurs de la série sont inférieures, réciproquement supérieures, ou égales à la médiane. Avec l exemple 1 : Moyenne : x = = = ,02 Médiane : 46 valeurs donc la médiane est la somme de la 23 ème et de la 24 ème valeurs divisée par 2 soit : = 2 2 Avec l exemple 2 (par classe) : Moyenne : x = = = ,53 Médiane : 45 valeurs donc la médiane est la valeur centrale de la 23 ème valeurs : 10 (mode) Le mode est la valeur la plus fréquente. Lorsque les données sont regroupées par classe on parle alors de classe modale. 5.4 Indicateurs de dispersion (Étendue) L étendue de la série quantitative est la différence entre le plus grand caractère et le plus petit. (Quartile) Le premier quartile Q 1 est la plus petite valeur de la série telle qu au moins 25% des valeurs lui soient inférieures ou égales. Le troisième quartile Q 3 est la plus petite valeur de la série telle qu au moins 75% des valeurs lui soient inférieures ou égales. Avec l exemple 1 : Étendue : 7-0 = 7 Q 1 : 25% de 46 = 11,5 12 ème valeurs : 1 Q 3 : 75% de 46 = 34,5 35 ème valeurs : 3 Avec l exemple 2 (par classe) : Étendue : 18-2 = 16 Q 1 : 25% de 45 = 11,... valeur centrale de la 12 ème valeurs : 6 Q 3 : 75% de 45 = 33,... valeur centrale de la 34 ème valeurs : 14 Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 24/40

25 (écart interquartile) L écart interquartile Q 3 Q 1 est un indicateur de dispersion associé à la médiane. Interprétation : c est l écart maximal entre les valeurs de la moitié centrale de la série ; plus l écart interquartile est grand, plus la dispersion est importante. (écart type) L écart type σ (sigma), fourni par la calculatrice ou le tableur, est un indicateur de dispersion associé à la moyenne. Interprétation : plus l écart type est grand, plus la dispersion est importante. Avec l exemple 1 : Q 3 Q 1 : 2 σ : 1,81 Avec l exemple 2 (par classe) : Q 3 Q 1 : 8 σ : 4, Diagramme en boîte à moustaches La boîte est limitée par Q 1 et Q 3 et montre la médiane ; sa longueur est Q 3 Q 1. Les moustaches sont limitées par les valeurs extrêmes. Avec l exemple 1 : Avec l exemple 2 (par classe) : 5.6 Fluctuation d une fréquence (fréquence) La fréquence d une donnée est le quotient de son effectif par l effectif total. effectif de la valeur effectif total effectif de la valeur On calcule la fréquence d une valeur en pourcentage, en effectuant le calcul suivant : 100 effectif total Prendre au hasard un élément d une population signifie que chaque élément a les mêmes chances d être tiré. Un échantillon aléatoire de taille n est obtenu lorsqu on prend au hasard n éléments de la population. Si la population est peu importante, on effectue ces tirages avec remise. Le fichier d une entreprise comporte les fiches de ses nombreux clients. Pour effectuer une enquête, on prélève 50 fiches au hasard. C est un échantillon aléatoire de taille 50. Une urne contient 30 boules rouges et 20 boules bleues. On effectue 10 tirages avec remise (on note la couleur de chaque boule prise au hasard et on la remet dans l urne). On a obtenu : R, R, B, R, R, B, R, R, R, B. C est un échantillon aléatoire de taille 10. On considère une population où la fréquence d un caractère est p. On prélève dans cette population un échantillon aléatoire de taille n. La fréquence du caractère dans cet échantillon est notée f. Il est probable que f soit proche de p, mais ces fréquences peuvent ne pas être égales, voire éloignées, sous les effets du hasard. Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 25/40

26 Cours- Filière PRO On reprend l exemple de l urne précédente, où l on s intéresse aux boules rouges. La fréquence des boules rouges dans l urne (la population) est p = 7 30 = 0, 6. La fréquence des boules rouges dans l échantillon est f = = 0, Si l on prélève plusieurs échantillons de même taille, les fréquences obtenues varient. On dit que la fréquence étudiée fluctue. Pour mesurer cette fluctuation, on peut calculer l étendue des fréquences en effectuant la soustraction de la plus grande fréquence et de la plus petite. Dans le cas de l urne précédente, on prélève 6 échantillons de taille 10. Pour la fréquence des boules rouges, on observe (par exemple) les fluctuations suivantes entre les 6 échantillons : 0, 7 ; 0, 8 ; 0, 6 ; 0, 6 ; 0, 7 ; 0, 5. L étendue des fréquences est 0, 8 0, 5 = 0, 3 (Distribution d échantillonnage d une fréquence) On considère une population où la fréquence d un caractère est p, dans laquelle on prélève au hasard N échantillons de même taille n. La liste des fréquences f 1, f 2,..., f N du caractère, obtenue sur les N échantillons, constitue une distribution d échantillonnage de la fréquence étudiée. Une urne contient 60% de boules rouges et 40% de boules bleue. On prélève avec remise N = 50 échantillons aléatoires de même taille n = 100. On observe la distribution d échantillonnage suivante de la fréquence des boules rouges. Numéro de l échantillon Fréquence des boules rouges ,61 0,60 0,64 0,53 0, ,55 0,62 0,60 0,51 (Moyenne d une distribution d échantillonnage) Lorsque la taille n ou le nombre N des échantillons sont assez importants, la moyenne f de la distribution d échantillonnage est proche de la fréquence p dans la population. f = (0, , , , , , , , , 51) 50 = 0, 5994 Cette valeur est très proche de la fréquence dans l urne : p = 0, 60 (Intervalle de fluctuation à 95%) Sous certaines conditions (n assez grand, p ni très petit, ni très grand), la probabilité d une échantillon aléatoire de taille n 1 1 fournisse une fréquence dans l intervalle p p ; p p est au moins 0,95. n n On a p = 0, 6 et n = 100. L intervalle de fluctuation à 95% est [0, 6 0, 1 : 0, 6+0, 1], c est-à-dire [0, 5; 0, 7]. Sur les 50 échantillons ci-dessus, 2 fournissent une fréquence en dehors de cet intervalle et 48, soit 96%, à l intérieur de l intervalle. Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 26/40

27 Statistique à deux variables (Nuage de points et point moyen) Une série statistique à deux variables est donnée sous forme d un tableau : Variable 1 : x i x 1 x 2 x 3... x n Variable 2 : y i y 1 y 2 y 3... y n Dans un repère, les points de coordonnées (x i ; y i ) constituent le nuage de points représentant la série statistique. Le point moyen du nuage a pour coordonnées ( x; ȳ) où x est la moyenne des x i et ȳ est la moyenne des y i. Il est situé au centre du nuage. (Ajustement affine) Lorsque le nuage a une forme allongée, on peut rechercher une droite passant par le point moyen et au plus près des autres points : c est un ajustement affine du nuage. L équation y = ax + b de la droite d ajustement donne la tendance de l évolution de y en fonction de x. La série suivante correspond au poids et aux tailles de 9 nouveaux-nés d une maternité. Poids x i en kg 2,76 3,56 3,38 2,92 3,22 2,84 2,93 4,28 3,72 Tailles y i en cm Le point moyen G a pour coordonnées le poids moyen des 9 bébés, x = 3,29 kg, et la taille moyenne ȳ = 50 cm. Il semble que plus un bébé est lourd, plus sa taille a tendance à être grande. Le tableur fournit la droite d équation y = 3,9034x + 37,158 comme ajustement affine du nuage précédent. Cette équation indique comment la taille des bébés à la naissance a tendance à augmenter lorsque leur poids de naissance augmente. Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 27/40

28 6 Probabilité (Expérience aléatoire) Une expérience aléatoire est une expérience réelle, décrite de façon assez précise pour être reproductible, et dont le résultat est imprévisible. Le lancer d un ou de plusieurs dés, le tirage de cartes ou de numéros sont des expériences aléatoires : on connait les résultats possibles mais on ne sait pas lequel va se produire avant l expérience réalisée (Éventualités - Univers) Les résultats possibles d une expérience aléatoire sont appelés éventualités ou issues. L ensemble des éventualités est appelé univers ; on le note souvent Ω On lance un dé cubique. Les issues sont : 1, 2, 3, 4, 5 et 6. L univers est Ω = {1;2;3;4;5;6} (ensemble des nombres) (Événements) Une partie de l univers est appelée événement. Un événement élémentaire est un événement constitué d une seule éventualité Deux événements, A et B sont contraires lorsque leur réunion est l univers (A B = Ω) et leur intersection est vide (A B = ) On lance un dé cubique. L événement obtenir un nombre impair est constitué des nombres 1 ; 3 ; 5 ; L événement contraire est constitué de 2 ; 4 ; 6 L événement obtenir six est constitué du nombre 6 : c est un événement élémentaire. L événement obtenir 8 est, ensemble vide : c est l événement impossible. L événement obtenir un nombre inférieur à 10 est égal à l univers Ω : c est l événement certain (Probabilité) La probabilité d un événement est un nombre compris entre 0 et 1 0 est la probabilité de l événement impossible et 1 est la probabilité de l événement certain. Modéliser une expérience aléatoire consiste à attribuer une probabilité à chacun des résultats possibles. La somme de ces probabilités doit être égale à 1. Propriété Plus la probabilité d un événement est proche de 1, plus l événement a des chances de se réaliser La probabilité d un événement est égale à la probabilité des événements élémentaires qui le composent (Loi de probabilité) On définit une loi de probabilité sur l ensemble des n issues d une expérience aléatoire, en associant à chaque issue notée x i un nombre p i positif de sorte que la somme p 1 + p 2 + p p n = 1 1. Les statistiques effectuées sur les naissances permettent d estimer qu il naît 100 filles pour 205 naissances, soit environ 48.8% de naissances de filles. On peut définir une probabilité sur l univers lié aux deux événements F : l enfant à naître est une fille et G : l enfant à naître est un garçon en utilisant ces statistiques : p(f ) = et p(g) = La probabilité d obtenir un nombre impair lorsqu on lance un dé cubique est égale à : p(1) + p(3) + p(5) Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 28/40

29 Cours- Filière PRO (Tirages répétés dans une urne) Une urne contient deux sortes de boules, rouges et bleues. La proportion p des boules rouges dans l urne est inconnue. On prélève, au hasard et avec remise, un échantillon de plus en plus grand dans l urne. Lorsque la taille de l échantillon augmente, la fréquence f des boules rouges dans l échantillon a tendance à se rapprocher de la valeur p. Le graphique montre une fréquence observée se rapprochant de 0,4. L urne contient sans doute 40% de boules rouges. (Stabilisation des fréquences et évaluation de la probabilité) Lorsqu on répète n fois, de façon indépendante, une expérience aléatoire, la fréquence f d un résultat a tendance à se stabiliser, lorsque n augmente, autour d une valeur p. On prend alors cette valeur p comme probabilité du résultat étudié. On lance un très grand nombre de fois un dé qui nous semble truqué. La fréquence de sortie du 6 se stabilise autour de 0, 25. On prend 1/4 comme probabilité de sortie du 6. (Équiprobables) Lorsque chaque événement élémentaire a la même probabilité de se réaliser, on dit que les événements élémentaires sont équiprobables 1. Le lancer d un dé non pipé (= bien équilibré) est associé à six événements élémentaires équiprobables : p(1) = p(2) = p(3) = p(4) = p(5) = p(6) = On peut aussi estimer qu il y a une chance sur deux d avoir une fille quand on attend un enfant. Dans ce cas, on a défini une probabilité sur l univers de sorte que les événements élémentaires soient équiprobables : p(f ) = p(g) = 1 2 (Opérations sur les événements) A est l élément contraire de A. On a P (A) = 1 P (A) A B est l ensemble des issues réalisant A et B (les deux à la fois). A B est l ensemble des issues réalisant A ou B (au moins l un des deux). On a p(a B ) = p(a) + p(b ) p(a B ) Partie hachurée : A B Partie hachurée : A Au lancer d un dé cubique, on considère A : Obtenir au moins 5 et B : Obtenir un bombre pair : A={5 ;6} ; B={2 ;4 ;6} A = {1; 2; 3; 4} ; A B = {2, 4, 5, 6} ; A B = {6} Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 29/40

30 7 Suites (Suite numérique) Des nombres réels u 1,u 2,u 3,...,u n,... rangés dans un certain ordre, constituent une suite numérique. Ces nombres réels sont les termes de la suite. u 1 est le premier terme de la suite, u 2 le deuxième... u n est le n-ième terme de la suite. Le terme qui suit u n est noté u n+1. Prix d un litre de gazole relevé au 1er janvier entre 1999 et 2008 : 0,62 0,95 0,82 0,78 0,81 0,80 0,92 1,05 1,01 1,20 Le premier terme est 0,62 ; le deuxième terme est 0,95... (Suite arithmétique) Une suite arithmétique est une suite de nombres où chaque terme, à partir du deuxième, est obtenu en ajoutant au précédent un même nombre, appelé raison : u n+1 = u n + r, r est la raison de la suite arithmétique Pour une suite arithmétique, la différence entre deux termes consécutifs quelconques est constante. Soit la suite de nombres : 10,6 14,4 18, ,8 29,6 On constate que 14,4-10,6=3,8 ; 18,2-14,4=3,8 ; 22-18,2=3,8 ; 25,8-22=3,8 et 29,6-25,8=3,8. La suite est donc arithmétique et sa raison est 3,8 : 10,6 14,4 18, ,8 29,6 +3,8 +3,8 +3,8 +3,8 +3,8 Dans une suite arithmétique, de raison r, le terme u n est obtenu à partir du premier terme, par la relation : u n = u 0 + nr lorsque le premier terme est noté u 0 u n = u 1 + (n 1)r lorsque le premier terme est noté u 1 Soit la suite numérique arithmétique (u n ), de premier terme u 0 = 3,6 et de raison r = 8,8. On choisit u n = u 0 + nr. Donc, par exemple, u 9 = 3,6 + 9 ( 8,8) = 75,6 Soit la suite numérique arithmétique (u n ), de premier terme u 1 = 2 et de raison r = 4. On choisit u n = u 1 + (n 1)r. Donc, par exemple, u 100 = 2 + (100 1) 4 = 394 Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 30/40

31 (Suite géométrique) Une suite géométrique est une suite de nombres où chaque terme, à partir du deuxième, est obtenu en multipliant le précédent par un même nombre, appelé raison. u n+1 = u n q q est la raison de la suite géométrique, q > 0 Pour une suite géométrique, le quotient de deux termes consécutifs quelconques est constant. Le premier terme d une suite est 200 ; le deuxième terme est 160 ; le troisième terme est 128, le quatrième est 102,4 et le cinquième 81,92. On calcule les rapports : = 0,8 ; = 0,8 ; 102,4 128 = 0,8 ; et 81,92 102,4 = 0,8 ; Ces rapports sont égaux. La suite est géométrique, sa raison est 0,8 : ,4 81,92 0,8 0,8 0,8 0,8 Dans une suite géométrique, de raison q, le terme u n est obtenu à partir du premier terme, par la relation : u n = u 0 q n lorsque le premier terme est noté u 0 u n = u 1 q n 1 lorsque le premier terme est noté u 1 Soit la suite numérique géométrique (u n ), de premier terme u 0 = 15,2 et de raison q = 1,7. On choisit u n = u 0 q n. Donc, par exemple, u 11 = 15,2 1, ,33 Soit la suite numérique géométrique (u n ), de premier terme u 1 = 1200 et de raison q = 0,2. On choisit u n = u 1 q n 1. Donc, par exemple, u 6 = ,1 6 1 = ,1 5 = 0,384 Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 31/40

32 8 Géométrie 8.1 Les solides (Perspective cavalière) Dans une représentation en perspective cavalière d un solide, on applique les règles suivantes : Les droites parallèles sur le dessin Deux arêtes parallèles et de même longueur restent parallèles et de même longueur Les arêtes cachées sont tracées en pointillés Les faces qui ne sont pas dans un plan frontal sont déformées : les rectangles deviennent des parallélogrammes et les cercles des ellipses ABCDEFGH est un cube dessiné en perspective cavalière. la face avant, le carré ABF E, n est pas déformé par le dessin : les angles sont droits et AB = AE. La face de dessus, le carré EFGH, est déformée par le dessin : dans la réalité D AB = HEF est un angle droit (=90 ) et AB = AD Les solides usuels : Un tétraèdre régulier est une pyramide dont les quatre faces sont des triangles équilatéraux. Propriété Deux droites de l espace sont parallèles si elles appartiennent à un même plan et n ont pas de point commun. Une droite et un plan sont parallèles s ils n ont pas de point commun. Deux droites de l espace sont orthogonales si, en un point de l espace, leurs parallèles sont perpendiculaires. ABC DEFG H est un parallélépipède rectangle ( ou pavé droit). Les droites (AC) et (EG) sont parallèles Les droites (DB) et (D H) sont perpendiculaires Les droites (AC) et (HG) ne sont pas parallèles bien qu elles n aient pas de point commun Les droites (DB) et (CG) sont orthogonales. La droite (BF) est perpendiculaire au plan ABCD Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 32/40

33 8.2 Aires et Volumes (Périmètre P et Aires A) P car r é = c 4 A car r é = c 2 P cer cle = 2 π r A di sque = π r 2 P rect ang le = 2 (L + l) A rect ang le = L l P tr i ang les =somme des côtés A tr i ang le = 1 2 b h Un DVD a pour rayon 6 cm. Le périmètre du DVD est : p = 2 π 6, soit p 37,7 cm. L aire du DVD est : A = π 6 2, soit A 113,1cm 2 (Volumes) V cube = a 3 V pavédr oi t = L l h Le volume d un cube de 4 cm de côté est : V = 4 3, soit V = 64cm 3. Une gomme en forme de pavé droit a pour dimensions : L = 5,8cm ; l = 0,9cm ; h = 1,8cm Le volume de la gomme est : V = 5,8 0,9 1,8, soit V = 9,396cm Agrandissement et réduction (Échelle) Si l échelle d un document (carte, croquis... ) est égale à 1, 1 cm sur le document représente r cm dans la réalité. r Lors d un agrandissement ou d une réduction de rapport k d une figure géométrique : Les longueurs sont multipliées par k Les aires des surfaces sont multipliées par k 2 Les volumes sont multipliés par k 3 Si k > 1, on a un agrandissement de la figure. Si k < 1, on a une réduction de la figure. Marine Estorge Centre de Formation aux Métiers de la Montagne 33/40

Mathématique - Cours

Mathématique - Cours Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : partie seconde partie 1/3 partie 2/3 partie 3/3 Sommaire 1 Ensemble

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

Chapitre 1 Second degré. Table des matières. Chapitre 1 Second degré TABLE DES MATIÈRES page -1

Chapitre 1 Second degré. Table des matières. Chapitre 1 Second degré TABLE DES MATIÈRES page -1 Chapitre 1 Second degré TABLE DES MATIÈRES page -1 Chapitre 1 Second degré Table des matières I Exercices I-1 1................................................ I-1................................................

Plus en détail

BTS MCI. Lycée Vauban, Brest 4 mai 2016. André Breton

BTS MCI. Lycée Vauban, Brest 4 mai 2016. André Breton BTS MCI Lycée Vauban, Brest 4 mai 06 André Breton Table des matières I Compléments pour les bac pro 8 ÉquationsFactorisationsInéquations 9. Identités remarquables................................ 9. Le

Plus en détail

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014 Baccalauréat Série S Métropole, juin 4 Sujet et Corrigé Stéphane PASQUET Disponible sur http://www.mathweb.fr juin 4 Exercice (5 points) - Commun à tous les candidats Partie A Dans le plan muni d un repère

Plus en détail

Le second degré. Table des matières

Le second degré. Table des matières Le second degré Table des matières 1 La forme canonique du trinôme 1.1 Le trinôme du second degré......................... 1. Quelques exemples de formes canoniques................. 1.3 Forme canonique

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES. Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES. Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont

Plus en détail

Séquence 3. 1 ère partie : 2 e partie : Second degré. Probabilités (1) Séquence 3 MA12. Cned - Académie en ligne

Séquence 3. 1 ère partie : 2 e partie : Second degré. Probabilités (1) Séquence 3 MA12. Cned - Académie en ligne Séquence 3 1 ère partie : Second degré e partie : Probabilités (1) Séquence 3 MA1 1 1 ère partie Second degré Sommaire 1. Pré-requis. Forme canonique, étude d une fonction du second degré 3. Équation du

Plus en détail

Expérimentation 2007

Expérimentation 2007 Mathématiques série S Épreuve pratique au baccalauréat Expérimentation 2007 - Banque de sujets - Ce document peut être utilisé librement dans le cadre des activités de l'enseignement scolaire, de la formation

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

3D Compléments de cours. Guy GREISEN

3D Compléments de cours. Guy GREISEN 3D Compléments de cours Guy GREISEN 14 septembre 2009 3D 3 Table des matières 1 SECOND DEGRÉ 6 1.1 Introduction................................................ 6 1.2 Formule générale.............................................

Plus en détail

FICHE DE RÉVISION DU BAC

FICHE DE RÉVISION DU BAC Note liminaire Programme selon les sections : - fonctions de références, représentations graphiques, dérivées, tableau de variations : toutes sections - opérations sur les limites, asymptotes : STI2D,

Plus en détail

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités Sujet Métropole 01 EXERIE 1. [4 pts] Probabilités Une jardinerie vend de jeunes plants d arbres qui proviennent de trois horticulteurs : 5% des plants proviennent de l horticulteur H 1, 5% de l horticulteur

Plus en détail

Chapitre 1 GRAPHIQUES

Chapitre 1 GRAPHIQUES Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 1 GRAPHIQUES On entend souvent qu un schéma vaut mieux qu un long discours. Effectivement, lorsque l on

Plus en détail

7 FONCTIONS USUELLES. 1 Parité d une fonction. 2 Fonctions affines

7 FONCTIONS USUELLES. 1 Parité d une fonction. 2 Fonctions affines Cours 7 FONCTIONS USUELLES Parité d une fonction Définition Soit f une fonction définie sur un ensemble D. On dit que f est paire si : { D est symétrique par rapport à 0 Pour tout x D, f ( x) = f (x) On

Plus en détail

Second degré. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2008/2009

Second degré. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2008/2009 Second degré Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 008/009 Table des matières 1 Polynômes du second degré 1.1 Définition................................................. 1. Forme canonique.............................................

Plus en détail

COURS STATISTIQUES. Etude statistique de la couleur des yeux des stars de cinéma américaines. Population : Individu : Variable étudiée :

COURS STATISTIQUES. Etude statistique de la couleur des yeux des stars de cinéma américaines. Population : Individu : Variable étudiée : I) Vocabulaire de la statistique COURS STATISTIQUES Exemple : pour se rendre au collège des Chênes à Chambéry, 46 élèves utilisent un deux roues, 284 élèves utilisent les transports en commun, 163 élèves

Plus en détail

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions 1) f (x) = 7x+3 TD Dérivation n : étude des variations de fonctions Étude de variations f est une fonction affine, de coefficient directeur négatif, on sait donc qu elle est décroissante surê. Le calcul

Plus en détail

Inde, avril 2014, exercice 1

Inde, avril 2014, exercice 1 Sujet 1 Inde, avril 2014, exercice 1 4 points Dans cet exercice, sauf indication contraire, les résultats seront arrondis au centième. 1 La durée de vie, exprimée en années, d un moteur pour automatiser

Plus en détail

BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS EN 3 ANS

BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS EN 3 ANS BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS EN ANS Électrotechnique énergie équipements communicants Exemple de progression pédagogique Programmes : BOEN n 11 du 1/06/199 / A 8/07/99 modifié A 19/07/0 Mathématiques :

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Corrigé du Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie Mars 2016

Corrigé du Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie Mars 2016 Corrigé du Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie Mars 0 A. P. M. E. P. EXERCICE Commun à tous les candidats points Partie A Une boite contient 00 médailles souvenir dont 50 sont argentées, les autres dorées.

Plus en détail

Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge

Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : Rappels collège/seconde Partie STAV 1/3 Partie STAV 2/3 Partie STAV

Plus en détail

119 exercices de mathématiques pour 1 re S

119 exercices de mathématiques pour 1 re S mai 06 9 exercices de mathématiques pour re S Stéphane PASQUET Sommaire Disponible sur http: // www. mathweb. fr mai 06 I Le second degré.................................. I. Calcul de discriminant et

Plus en détail

Mathématiques en Terminale STG. David ROBERT

Mathématiques en Terminale STG. David ROBERT Mathématiques en Terminale STG David ROBERT 2008 2009 Sommaire 1 Optimisation à deux variables 1 1.1 Équations de droites................................................... 1 1.1.1 Activités......................................................

Plus en détail

2 nde Corrigé de l évaluation n 3 de mathématiques Lundi 13 Mai 2013. Lectures graphiques (9 points) Les 2 parties sont indépendantes Partie A

2 nde Corrigé de l évaluation n 3 de mathématiques Lundi 13 Mai 2013. Lectures graphiques (9 points) Les 2 parties sont indépendantes Partie A nde Corrigé de l évaluation n 3 de mathématiques Lundi 13 Mai 013 Lectures graphiques (9 points) Les parties sont indépendantes Partie A Tous les clients d un petit restaurant ont opté pour la formule

Plus en détail

Sommaire. Les pourcentages. Les suites. Statistiques. Les probabilités. Descriptif de l épreuve... Conseils pour l épreuve...

Sommaire. Les pourcentages. Les suites. Statistiques. Les probabilités. Descriptif de l épreuve... Conseils pour l épreuve... Sommaire Descriptif de l épreuve............................................. Conseils pour l épreuve............................................ Les pourcentages FICHES Pages 1 Pourcentage Proportions....................................7

Plus en détail

Statistique : Résumé de cours et méthodes

Statistique : Résumé de cours et méthodes Statistique : Résumé de cours et méthodes 1 Vocabulaire : Population : c est l ensemble étudié. Individu : c est un élément de la population. Effectif total : c est le nombre total d individus. Caractère

Plus en détail

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Développements ités Corrections d Arnaud Bodin. Calculs Exercice Donner le développement ité en 0 des fonctions :. cosx expx à l ordre 2. ln + x)) 2 à l ordre 4 shx x. x à l ordre 6 4. exp sinx) )

Plus en détail

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Ce chapitre est le chapitre central de la classe de Terminale STG. Il permet (en partie) de clore ce qui avait été entamé dés le collège avec les fonctions affines

Plus en détail

Dérivées et applications. Equation

Dérivées et applications. Equation Dérivées et applications. Equation I) Dérivée d une fonction strictement monotone 1) Exemples graphiques Soit une fonction dérivable sur un intervalle I. Pour tout I, (x) est le coefficient directeur de

Plus en détail

T ES/L DEVOIR SURVEILLE 3 16 JANVIER 2015

T ES/L DEVOIR SURVEILLE 3 16 JANVIER 2015 T ES/L DEVOIR SURVEILLE 3 16 JANVIER 2015 Durée : 3h NOM : Prénom : Calculatrice autorisée «Le candidat est invité à faire figurer sur la copie toute trace de recherche, même incomplète ou non fructueuse,

Plus en détail

Chapitre 5 Le logarithme néperien

Chapitre 5 Le logarithme néperien A) La fonction ln(x) Chapitre 5 Le logarithme néperien ) Définition Nous avons vu que nous ne savions pas exprimer la primitive de la fonction inverse avec des fonctions connues. Alors inventons cette

Plus en détail

8. Statistique descriptive

8. Statistique descriptive 8. Statistique descriptive MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v2) MTH2302D: statistique descriptive 1/47 Plan 1. Introduction 2. Terminologie 3. Descriptions graphiques des

Plus en détail

MATHÉMATIQUES PROGRAMMES DE. 1 ère & 2 ème Années secondaires

MATHÉMATIQUES PROGRAMMES DE. 1 ère & 2 ème Années secondaires RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DIRECTION GENERALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE ------------------------------ DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

2) Ecrire en utilisant la notation : 3+5+7+9+ 15+17

2) Ecrire en utilisant la notation : 3+5+7+9+ 15+17 STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES Exercice n. Les 5 élèves d'une classe ont composé et le tableau ci-dessous donne la répartition des diverses notes. Recopier et compléter ce tableau en calculant

Plus en détail

Chapitre 4. Fonction exponentielle. 4.1 Activité. Sommaire

Chapitre 4. Fonction exponentielle. 4.1 Activité. Sommaire Chapitre 4 Fonction exponentielle Sommaire 4.1 Activité............................................. 37 4. Fonctions exponentielles de base q (q > 0)........................ 39 4..1 Définition.........................................

Plus en détail

Comme la moyenne au devoir est plutôt faible, le professeur propose deux possibilités pour augmenter cette moyenne :

Comme la moyenne au devoir est plutôt faible, le professeur propose deux possibilités pour augmenter cette moyenne : Chapitre 6 : Statistiques I Premières définitions - Etablir une statistique, c est relever pour tous les individus d une population les valeurs d une grandeur X, appelée caractère ou variable statistique.

Plus en détail

Exercice 1 Partie A Soit f la fonction définie, sur R, par :

Exercice 1 Partie A Soit f la fonction définie, sur R, par : Exercice Partie A Soit f la fonction définie, sur R, par : f (x)= ex e x +. On ( appelle (C ) sa courbe représentative dans le plan muni d un repère orthonormal O, ı, ) j ( unité graphique : cm).. a. Déterminer

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 Corrigé

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 Corrigé Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 2 novembre 2 Corrigé A. P. M. E. P. EXERCICE Commun à tous les candidats 5 points. Diminuer le budget de 6 % sur un an revient à multiplier par 6 =,94. Diminuer le budget

Plus en détail

MT18 A 2012 Variables aléatoires à valeurs réelles Aleth Chevalley Loi binomiale, loi de Poisson, loi normale

MT18 A 2012 Variables aléatoires à valeurs réelles Aleth Chevalley Loi binomiale, loi de Poisson, loi normale MT8 A 0 Variables aléatoires à valeurs réelles Aleth Chevalley Loi binomiale, loi de Poisson, loi normale. Fonction de répartition.. Variable aléatoire à valeurs réelles Définition : Soit un ensemble fondamental

Plus en détail

Probabilité mathématique et distributions théoriques

Probabilité mathématique et distributions théoriques Probabilité mathématique et distributions théoriques 3 3.1 Notion de probabilité 3.1.1 classique de la probabilité s Une expérience ou une épreuve est dite aléatoire lorsqu on ne peut en prévoir exactement

Plus en détail

Connaissances et capacités attendues en mathématiques à la fin du CM2 et à la fin de la classe de 6 ème (*) 1.1. Proportionnalité.

Connaissances et capacités attendues en mathématiques à la fin du CM2 et à la fin de la classe de 6 ème (*) 1.1. Proportionnalité. Cycle 3 de l'école primaire Connaissances et capacités attendues en mathématiques à la fin du CM2 et à la fin de la classe de 6 ème (*) Classe de 6ème du collège Le texte en caractère droit indique des

Plus en détail

C k A C. x 5 4 + Signe de f (x) + 0 0 + x 4 2 2 + Variations

C k A C. x 5 4 + Signe de f (x) + 0 0 + x 4 2 2 + Variations nde Eléments de correction du DNS 1 Lectures graphiques Soient f et g deux fonctions définies sur IR. Leurs représentations graphiques, notées respectivement C f et C g, sont tracées dans le repère ci-dessous.

Plus en détail

MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ. Ce polycopié conforme au programme 2002, regroupe les documents distribués aux élèves en cours d année.

MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ. Ce polycopié conforme au programme 2002, regroupe les documents distribués aux élèves en cours d année. MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ Ce polcopié conforme au programme 00, regroupe les documents distribués au élèves en cours d année. Année 0-0 Année 0-0 T le ES A. YALLOUZ (MATH@ES) TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Baccalauréat STL Biotechnologies juin 2014 Polynésie Correction

Baccalauréat STL Biotechnologies juin 2014 Polynésie Correction Baccalauréat STL Biotechnologies juin 014 Polynésie Correction EXERCICE 1 Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de manière indépendante. Les résultats seront arrondis, si nécessaire,

Plus en détail

Groupe : (h, k) ( 5, 12)

Groupe : (h, k) ( 5, 12) Fiche de soutien Les propriétés de la fonction racine carrée PROPRIÉTÉ FONCTION SOUS FORME CANONIQUE f(x) = a + k (ou f(x) = a 1 + k et a 1 = a ) EXEMPLE f(x) = 2 12 (ou f(x) = 6 12) Coordonnées du sommet

Plus en détail

Baccalauréat STMG Polynésie 12 septembre 2014 Correction

Baccalauréat STMG Polynésie 12 septembre 2014 Correction Baccalauréat STMG Polynésie 1 septembre 014 Correction Durée : 3 heures EXERCICE 1 6 points Pour une nouvelle mine de plomb, les experts d une entreprise modélisent le chiffre d affaires (en milliers d

Plus en détail

Fonctions affines Exercices corrigés

Fonctions affines Exercices corrigés Fonctions affines Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : antécédent, image, résolution d équation, représentation graphique d une fonction affine (coefficient directeur et ordonnée

Plus en détail

Cours fonctions, expressions algébriques

Cours fonctions, expressions algébriques I. Expressions algébriques, équations a) Développement factorisation Développer Développer un produit, c est l écrire sous forme d une somme. Réduire une somme, c est l écrire avec le moins de termes possibles.

Plus en détail

Renforcer ses compétences

Renforcer ses compétences Renforcer ses compétences en mathématiques Tome 1 AVANT PROPOS Vos études ou vos activités professionnelles vous ont peut-être éloignés des mathématiques et ceci, parfois depuis longtemps. Vous souhaitez

Plus en détail

Tableau comparatif des connaissances et capacités des programmes de CM2 et 6ème

Tableau comparatif des connaissances et capacités des programmes de CM2 et 6ème Lundi Matin - «Comparatif des programmes de CM2 et 6 ème» Page 1 Tableau comparatif des connaissances et capacités des programmes de CM2 et 6ème CM2 6 ème Plus tard... Vocabulaire divers Le vocabulaire

Plus en détail

Statistiques - Alternance HSE

Statistiques - Alternance HSE Statistiques - Alternance HSE Anne Fredet, Jean-Marie Gourdon 8 janvier 2006 Table des matières 1 Statistique descriptive 2 1.1 Définitions............................. 2 1.2 Effectif, moyenne, médiane

Plus en détail

MATHEMATIQUES BTS1 2013-2014 Corrigés des devoirs

MATHEMATIQUES BTS1 2013-2014 Corrigés des devoirs MATHEMATIQUES BTS1 2013-201 Corrigés des devoirs CC 23 /09/2013 page2 CC 18/10/2013 page DV 25/11/2013 page 6 BTS Blanc 13/12/2013 page 8 CC 07/01/201 page 12 CC 0/02/201 page 1 BTS Blanc 27/02/201 page

Plus en détail

CH VI Notion de fonctions : les fonctions linéaires et affines.

CH VI Notion de fonctions : les fonctions linéaires et affines. CH VI Notion de fonctions : les fonctions linéaires et affines. I) Activités : Activité 1 : Relier les points correspondants. [- ; 3] Ensemble des réels x tels que x [ ; + [ Ensemble des réels x tels que

Plus en détail

Fonctions à deux variables

Fonctions à deux variables Fonctions à deux variables ECE Lcée Carnot 5 janvier Aspect graphique Définition. Une fonction à deux variables est une application f : D R, où D est une sous-ensemble du plan R appelé domaine de définition

Plus en détail

Cours de mathématiques de sixième

Cours de mathématiques de sixième Cours de mathématiques de sixième Bertrand Carry SOMMAIRE 1. Nombres entiers, nombres décimaux... 1 1.1 Ecriture et lecture de nombres... 1 1.2 Comparaison de deux nombres... 2 1.3 Valeurs approchées...

Plus en détail

Amérique du Sud, novembre 2006

Amérique du Sud, novembre 2006 Exercice 1 ( 5 points) Commun à tous les candidats Un hôpital est composé de trois services : service de soins A, service de soins B, service de soins C. On s intéresse aux prises de sang effectuées dans

Plus en détail

Variations des fonctions

Variations des fonctions CH2-1er S Variations des fonctions Rédacteur : Yann BANC Le mot du prof : Ce chapitre vous permet de revoir les fonctions usuelles et de découvrir de nouvelles fonctions usuelles : valeur absolue et racine

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat ES Asie 19 juin 2014

Corrigé du baccalauréat ES Asie 19 juin 2014 Corrigé du baccalauréat ES Asie 9 juin 4 EXERCICE 4 points Commun à tous les candidats Proposition : fausse f (4) est le coefficient directeur de la tangente à la courbe au point C ; cette droite passe

Plus en détail

Cours 2 : Rappels de Statistique descriptive. A- Introduction B- Statistique descriptive unidimensionnelle C- Statistique descriptive bidimensionnelle

Cours 2 : Rappels de Statistique descriptive. A- Introduction B- Statistique descriptive unidimensionnelle C- Statistique descriptive bidimensionnelle Cours 2 : Rappels de Statistique descriptive A- Introduction B- Statistique descriptive unidimensionnelle C- Statistique descriptive bidimensionnelle A- Introduction A- Introduction Rappel : Série statistique

Plus en détail

Fonctions. Fonctions linéaires, affines et constantes

Fonctions. Fonctions linéaires, affines et constantes linéaires, affines et constantes 1. linéaires Comme il existe une infinité de fonctions différentes, on les classe par catégories. La première catégorie est constituée par les fonctions linéaires. Une

Plus en détail

Cours de mathématiques pour la classe de Sixième

Cours de mathématiques pour la classe de Sixième Cours de mathématiques pour la classe de Sixième Anne Craighero - Florent Girod 1 Année scolaire 2014 / 2015 1. Externat Notre Dame - Grenoble Table des matières 1 Nombres décimaux 4 I lire et écrire des

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR SOUS ÉPREUVE : MATHÉMATIQUES. Le GROUPEMENT Agencement de l environnement architectural de 2001 à 2011

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR SOUS ÉPREUVE : MATHÉMATIQUES. Le GROUPEMENT Agencement de l environnement architectural de 2001 à 2011 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR A. P. M. E. P. SOUS ÉPREUVE : MATHÉMATIQUES Le GROUPEMENT Agencement de l environnement architectural de 2001 à 2011 Métropole 2001..........................................

Plus en détail

C(x) = 5 9. et h = 160

C(x) = 5 9. et h = 160 Chapitre Fonctions affines. Définition Définition. La fonction définie par f : R R = m+h où m et h sont des nombres réels, est appelée fonction affine. Eemple La fonction C() qui permet de convertir des

Plus en détail

Exemples d exercices de nature pédagogique pouvant être proposés lors de l épreuve d admissibilité de mathématiques au CAPLP externe Maths-Sciences.

Exemples d exercices de nature pédagogique pouvant être proposés lors de l épreuve d admissibilité de mathématiques au CAPLP externe Maths-Sciences. Exemples d exercices de nature pédagogique pouvant être proposés lors de l épreuve d admissibilité de mathématiques au CAPLP externe Maths-Sciences. Exemple 1 Voici une situation pouvant être utilisée

Plus en détail

CHAPITRE 6 LES OPÉRATIONS SUR LES FONCTIONS. 6.1 QUATRE OPÉRATIONS (+,, x, ) SUR LES FONCTIONS

CHAPITRE 6 LES OPÉRATIONS SUR LES FONCTIONS. 6.1 QUATRE OPÉRATIONS (+,, x, ) SUR LES FONCTIONS CHAPITRE 6 LES OPÉRATIONS SUR LES FONCTIONS 6.1 QUATRE OPÉRATIONS (+,, x, ) SUR LES FONCTIONS On peut effectuer les quatre opérations de base sur des fonctions, c est-à-dire les additionner, les soustraire,

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. MATHÉMATIQUES Série ES/L

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. MATHÉMATIQUES Série ES/L BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 MATHÉMATIQUES Série ES/L Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 (ES), 4 (L) ES : ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L : ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE Les calculatrices électroniques

Plus en détail

Les paraboles. x ax 2 + bx + c.

Les paraboles. x ax 2 + bx + c. 1ES Résumé du cours sur le second degré. Les paraboles. On appelle fonction du second degré une fonction de la forme x ax 2 + bx + c. Bien sûr a doit être différent de 0 sinon ce n est pas une fonction

Plus en détail

Mathématiques en Première S. David ROBERT

Mathématiques en Première S. David ROBERT Mathématiques en Première S David ROBERT 007 008 Sommaire Progression 1 Devoir maison n 1 : Lieux de points 3 1 Généralités sur les fonctions 5 1.1 Activités..........................................................

Plus en détail

Une année de Mathématiques en classe de Première S

Une année de Mathématiques en classe de Première S Une année de Mathématiques en classe de Première S Freddy Mérit Année scolaire 2012-2013 Ce manuel, à destination des élèves de Première S, a été en partie réalisé à partir de la consultation des ouvrages

Plus en détail

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Arithmétique Algorithmique http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Partie III Algorithmes classiques 1 Coût de la multiplication et de la division 2 Exponentiation rapide 3 Algorithme d Euclide

Plus en détail

Lycée Marlioz - Aix les Bains. Bac Blanc 2012. Mathématiques - Terminale ES. 16 mai 2012

Lycée Marlioz - Aix les Bains. Bac Blanc 2012. Mathématiques - Terminale ES. 16 mai 2012 Lycée Marlioz - Aix les Bains Bac Blanc 2012 Mathématiques - Terminale E Candidats n ayant pas choisi la spécialité maths 16 mai 2012 Pour cette épreuve, la rédaction, la clarté et la précision des explications

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Thomas Rey classe de première ES ii Table des matières 1 Les pourcentages 1 1.1 Variation en pourcentage............................... 1 1.1.1 Calcul d une variation............................

Plus en détail

Statistiques descriptives (1/2)

Statistiques descriptives (1/2) Statistiques descriptives (1/2) Anita Burgun 2011-2012 http://www.med.univ-rennes1.fr Introduction! Statistique: méthode scientifique qui consiste à réunir des données chiffrées sur des ensembles d individus

Plus en détail

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Thème : probabilités 1) On lance deux dés équilibrés à 6 faces et on note la somme des deux faces obtenues. 1.a) Donner un univers associé cette expérience.

Plus en détail

MATÉRIEL D APPRENTISSAGE SERVANT D APPUI AU NOUVEAU TABLEAU DE CORRESPONDANCE DU CURRICULUM À : MATHÉMATIQUES 11 NO P-0-257

MATÉRIEL D APPRENTISSAGE SERVANT D APPUI AU NOUVEAU TABLEAU DE CORRESPONDANCE DU CURRICULUM À : MATHÉMATIQUES 11 NO P-0-257 MATÉRIEL D APPRENTISSAGE SERVANT D APPUI AU NOUVEAU CURRICULUM DE L ONTARIO : MATHÉMATIQUES, FONCTIONS, 11 e année, COURS PRÉUNIVERSITAIRE/PRÉCOLLÉGIAL (MCF3M) TABLEAU DE CORRESPONDANCE DU CURRICULUM À

Plus en détail

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC Dénombrement et probabilités Version du juillet 05 Enoncés Exercice - YouTube Sur YouTube, les vidéos sont identifiées à l aide d une chaîne

Plus en détail

Statistiques. Effectif total. Une valeur du caractère c) Situation 3 : on relève l activité sportive préférée de 40 adolescents. Plongée.

Statistiques. Effectif total. Une valeur du caractère c) Situation 3 : on relève l activité sportive préférée de 40 adolescents. Plongée. Statistiques Échauffez-vous! Pour les trois situations, reliez chaque information à sa signification statistique. a) Situation : on réalise une étude statistique sur les 5 élèves d une classe. 5 Population

Plus en détail

1 C est quoi une fonction? 2. 2 Représentation graphique d une fonction. 6. 3 Fonction affine. 8. 4 Représentation graphique d une fonction affine.

1 C est quoi une fonction? 2. 2 Représentation graphique d une fonction. 6. 3 Fonction affine. 8. 4 Représentation graphique d une fonction affine. Sommaire 1 C est quoi une fonction? 2 2 Représentation graphique d une fonction. 6 3 Fonction affine. 8 4 Représentation graphique d une fonction affine. 10 5 Coefficient directeur d une fonction affine.

Plus en détail

Statistiques: rappels et compléments

Statistiques: rappels et compléments Statistiques: rappels et compléments I) Vocabulaire élémentaire Population: Ensemble étudié. Individus: Éléments de la population. Caractère étudié ou variable statistique: Propriété étudiée dans la population.

Plus en détail

Connaître les variations des fonctions polynômes de degré 2 (monotonie, extremum) et la propriété de symétrie de leurs courbes.

Connaître les variations des fonctions polynômes de degré 2 (monotonie, extremum) et la propriété de symétrie de leurs courbes. www.mathsenligne.com 2N3 - FONCTION CARRE ET SECOND DEGRE COURS (1/6) CONTENUS CAPACITES ATTENDUES COMMENTAIRES Expressions algébriques Transformations d expressions algébriques en vue d une résolution

Plus en détail

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP)

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) SESSION DE 2005 concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) section : mathématiques deuxième composition de mathématiques (épreuve de remplacement)

Plus en détail

Baccalauréat S Amérique du Nord 2 juin 2015

Baccalauréat S Amérique du Nord 2 juin 2015 Durée : 4 heures Baccalauréat S Amérique du Nord 2 juin 2015 Exercice 1 Commun à tous les candidats 5 points Dans l espace, on considère ( une pyramide SABCE à base carrée ABCE de centre O. Soit D le point

Plus en détail

Baccalauréat Blanc 10 février 2015 Corrigé

Baccalauréat Blanc 10 février 2015 Corrigé Exercice Commun à tous les candidats Baccalauréat Blanc février 25 Corrigé. Réponse d. : e Le coefficient directeur de la tangente est négatif et n est manifestement pas 2e 5,4. 2. Réponse b. : positif

Plus en détail

1. Explorer, organiser et démontrer des propriétés géométriques en termes de longueurs et d angles. Découvrir et étudier des nombres irrationnels.

1. Explorer, organiser et démontrer des propriétés géométriques en termes de longueurs et d angles. Découvrir et étudier des nombres irrationnels. Compétences : math, 2 ème degré (pages 1 à 3) math, 3 ème degré (pages 4 à 8) 3 grands thèmes du cours à 4h sem (pages 9 à 11) 3 grands thèmes du cours à 2h sem (pages 12 à 14) (Seules les définitions

Plus en détail

Contrôle commun : 4 heures

Contrôle commun : 4 heures Exercice 1 (5 points) Contrôle commun : 4 heures PARTIE A On considère la fonction f définie sur l intervalle ]0 ; + [ par f(x) = ln x + x. 1. Déterminer les limites de la fonction f en 0 et en +.. Étudier

Plus en détail

C H A P I T R E 2 C A L C U L S A L G E B R I Q U E S

C H A P I T R E 2 C A L C U L S A L G E B R I Q U E S Classe de Troisième C H A P I T R E C A L C U L S A L G E B R I Q U E S UTILISER DES LETTRES...4 EXPRESSIONS ÉQUIVALENTES...6 VOCABULAIRE DU CALCUL LITTÉRAL...7 RÉDUCTIONS D'ÉCRITURES...9 DÉVELOPPER UN

Plus en détail

mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques SÉRIE ES ANNALES D EXERCICES REGROUPÉS PAR THÈME

mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques SÉRIE ES ANNALES D EXERCICES REGROUPÉS PAR THÈME mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques mathématiques

Plus en détail

NOMBRES RELATIFS 1. 287 : naissance d Archimède : 287 ans avant la naissance de J.C. 3 : température de 3 en dessous de 0

NOMBRES RELATIFS 1. 287 : naissance d Archimède : 287 ans avant la naissance de J.C. 3 : température de 3 en dessous de 0 I. Qu est-ce qu un nombre relatif? 1) Rappel NOMBRES RELATIFS 1 Dans de nombreuses situations, on utilise des nombres «positifs» ou «négatifs».ce sont les nombres relatifs. Ils sont utiles dans les cas

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n a u x ( 2 0 S ) m a t h é m a t i q u e s a p p l i q u é e s e t p r é - c a l c u l 1 0 e a n n é e

I n t r o d u c t i o n a u x ( 2 0 S ) m a t h é m a t i q u e s a p p l i q u é e s e t p r é - c a l c u l 1 0 e a n n é e I n t r o d u c t i o n a u x m a t h é m a t i q u e s a p p l i q u é e s e t p r é - c a l c u l 0 e a n n é e ( 0 S ) Examen de préparation de mi-session Corrigé I n t r o d u c t i o n a u x m a

Plus en détail

Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique

Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique CHAPITRE 4 DÉRIVATION ET PRIMITIVATION Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique 08. Nombre dérivé Soit f une fonction numérique, définie sur un intervalle ou une réunion d intervalles,

Plus en détail

CORRECTION DU BREVET BLANC ---- MAI 2010 1 PARTIE : ACTIVITES NUMERIQUES

CORRECTION DU BREVET BLANC ---- MAI 2010 1 PARTIE : ACTIVITES NUMERIQUES CORRECTION DU BREVET BLANC ---- MAI 010 4 points sont attribués pour la qualité de la rédaction, le soin et la présentation. points correspondent au soin et à la propreté, ils sont proportionnels à la

Plus en détail

Baccalauréat ES La Réunion 19 juin 2009

Baccalauréat ES La Réunion 19 juin 2009 Baccalauréat ES La Réunion 9 juin 9 EXERCICE points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples. Pour chaque question, trois réponses sont proposées. Une seule de ces réponses est exacte. Aucune

Plus en détail

Comparatif des programmes de mathématiques Cycle 3 et 6 ème

Comparatif des programmes de mathématiques Cycle 3 et 6 ème Comparatif des programmes de mathématiques Cycle 3 et 6 ème 1 - Nombres et calcul Cycle 3 L étude organisée des nombres est poursuivie jusqu au milliard, mais des nombres plus grands peuvent être rencontrés

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Métropole 21 juin 2013 (sujet dévoilé)

Baccalauréat ES/L Métropole 21 juin 2013 (sujet dévoilé) Baccalauréat ES/L Métropole 21 juin 2013 (sujet dévoilé) EXERCICE 1 4 points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples (QCM). Pour chacune des questions posées, une seule des quatre réponses

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie MEÉF - Mathématiques DS2-5 octobre 25 Analyse - Géométrie Eercice Soit E un K-espace vectoriel (K étant le corps R ou C). Deu normes N et N 2 sur E sont dites équivalentes s il eiste deu constantes réelles

Plus en détail

Chapitre 2. Caractéristiques des distributions à une variable quantitative

Chapitre 2. Caractéristiques des distributions à une variable quantitative Chapitre 2. Caractéristiques des distributions à une variable quantitative Jean-François Coeurjolly http://www-ljk.imag.fr/membres/jean-francois.coeurjolly/ Laboratoire Jean Kuntzmann (LJK), Grenoble University

Plus en détail