1) Immunothérapie non spécifique. 3) Immunothérapie spécifique «adoptive» 4) Vaccination thérapeutique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1) Immunothérapie non spécifique. 3) Immunothérapie spécifique «adoptive» 4) Vaccination thérapeutique"

Transcription

1 Immunothérapie du cancer 1) Immunothérapie non spécifique 2) Immunothérapie par anticorps monoclonaux 3) Immunothérapie spécifique «adoptive» 4) Vaccination thérapeutique Marie-Alix Poul Institut de recherche en cancérologie, Montpellier FMBS215 Immunopathologie, , UM2 1

2 Historique des traitements du cancer Débuts du traitement chirurgical du cancer Débuts de la radiothérapie Débuts de la chimiothérapie Découverte interleukine-2 Immunothérapie par Acm (rituximab) Inhibiteur de tyrosine kinase (imatinib) anti-ctla4 mab dy (ipilimumab) Mélanome Inhibiteur de BRAF (vemurafenib) mélanome Utilisation de toxines immunogènes par Coley Gross: Greffes de tumeurs sur souris syngéniques Burnet & Thomas: Théorie de l immunosurveillance souris Prehn & Main: T. Boon: Antigènes spécifiques de tumeurs Premier Ag tumoral reconnu par un CTL (MAGE) Schreiber, Dunn: Théorie de l immuno-editing Anti- PD1/PD-L1 (diverses indications) Rosenberg: Transfert adoptif de lymphocytes T Essais cliniques de vaccination avec des Ag tumoraux définis

3 Le père de l immunothérapie i antitumorale: William B. Coley ( )

4 Cancer immunotherapy : therapeutic strategies Stratégies d immunothérapie i (1) Classification générale Non spécifique: stimulation générale du système immunitaire - injection de cytokines stimulatrices - inhibition de cytokines inhibitrices i - inhibition de cellules immunosuppressives Spécifique: apport d anticorps ou d effecteurs cellulaires spécifiques d antigènes tumoraux - passive -active

5 Cancer immunotherapy : therapeutic strategies Stratégies d immunothérapie i (2) spécifiques Passive (administration d effecteurs) Injection d anticorps monoclonaux Rituximab (anti-cd20): leucémies et lymphomes B Herceptine (anti-her2/neu), cancer du sein Transfert adoptif de CTL, éventuellement amplifiés in vitro -spécifiques d un antigène de mélanome (S. Rosenberg) -d antigènes mineurs d histocompatibilité dans des leucémies -lignées de CTL modifiées pour exprimer un TcR spécifique d un antigène tumoral (T-bodies) Active (administration d un antigène pour initier une réponse immunitaire adaptative): Vaccination pour induire des CTL tumeur spécifiques in vivo -avec des antigène définisi -avec des antigènes non purifiés (mobilisation des cellules dendritiques (in vitro ou in vivo))

6 Cytokines immunomodulatrices Cytokines ayant un rôle anti-tumoral IL-2 IFN de type I et IFN- IL-15 Cytokines ayant un rôle pro-tumoral TGF-beta Inhibe les réponses adaptatives de type TH1 Oriente la réponse T vers un type TH17 en présence d IL-6 Inhibe l activation T en général IL-10 Régule négativement t l expression de cytokines de type TH1 (et TH2) Inhibe la différenciation des cellules dendritiques Inhibe l expression des molécules de CMH IL-17 IL-6, TNF-alpha, cytokines inflammatoires 6

7 Immunothérapie non spécifique par cytokines: IFN -Augmente l expression des molécules de classe I et II du CMH -Potentialise/active les CTL et les NK -Mature les cellules dendritiques -Anti-angiogénique -Inhibition directe de la croissance tumorale Indications : «Hairy cell»l leukemia (LLC), leucémie myéloïde chronique (LMC), Sarcome de Kaposi associé au SIDA, lymphome folliculaire

8 Les cytokines TH1 diminuent i avec le développement d une tumeur INTERFERON INTERLEUKINE 2 INTERLEUKINE 4 (U/ml) (pg/ml) (pg/ml) Souris normale < 5 Souris portant une tumeur < Ghosch J. Natl Cancer Inst. 1995

9 Immunothérapie non spécifique par cytokines: IL 2 - IL-2 : Taux de réponse de 10 à 20% avec 5% de rémission complète (Indications: mélanome/carcinome rénal) -Forte toxicité -Recherche h de marqueurs de prédiction deréponse - Les répondeurs ont peu d IL-6 sérique et peu de CRP (protéine C- réactive) initialement - Les répondeurs développent en parallèle un vitiligo

10 Immunothérapie non spécifique Des injections de cytokines ne suffisent pas à induire une réponse antitumorale efficace Ciblage et destruction des cytokines pro-inflammatoires? Ciblage et destruction des cellules immunosuppressives?

11 Nomenclature des Acms selon leur origine Murins omab = mouse Ex: muronomab Chimèriques ximab = chimeric Ex: rituximab Humanisés zumab = humanized Ex: alemtuzumab Humains mumab = human Ex: adalimumab

12 Cibles des ACms: cellules tumorales + micro environnement Cibles tumeur-spécifiques: - Diriger i les NK (+macrophages) vers les cellules l tumorales pour favoriser leur destruction - Moduler la fonction des antigènes tumoraux (auto-destruction des cellules tumorales) Cibles génériques: Immunomodulation -Bloquer des interactions inhibitrices des CTL: Acm anti-ctla4, PD1 ou PD-L1 -Inhiber les T régulateurs: Acm anti-cd25 -Activer la présentation antigénique par les DCs: Acm anti-cd40 NB:cibles moins développées mais prometteuses Inhiber l angiogénèse: Acm anti-vegf (vascular endothelial growth factor)

13 Elimination de la cible (déplétion) CD20 Apoptose ADCC Granzymes Perforine Rituximab (CD20) Ofatumumab (CD52) Alemtuzumab (CD20) Trastuzumab (HER2) Phagocytose Complément CD20 CDC Lyse cellulaire CAM

14 Mécanismes d action des anticorps thérapeutiques NK cell staining in biopsies from HER2-amplified breast cancer patients Ex:Trastuzumab Trastuzumab-treatedtreated Untreated Dia T Chardes

15 Interaction fonctionnelle avec la cible CD20 Apoptose Rituximab Induction d une voie de signalisation Blocage du récepteur EGF EGFR Cetuximab (Erbitux ) D après A.Chan et P.J Carter Nat Rev Immunol, 2010

16 Mécanismes d action des anticorps Thérapeutiques: Pancreatic BxPC3 samples from xenografted mice EGFR Inhibition of Cell Signalling Ex: Cetuximab, Trastuzumab p-egfr Larbouret et al., Ann. Oncol., 2010, 21, Dia T Chardes

17 Blocage du ligand VEGF VEGFR Bevacizumab (Avastin ) D après A.Chan et P.J Carter Nat Rev Immunol, 2010

18 Mécanismes d action des anticorps thérapeutiques VEGF expression in biopsies from bevacizumab-treated breast cancer patients Ligand trapping Ex: Bevacizumab Non-responder Responder

19

20 Anticorps Monoclonaux Utilisés en Clinique pour le Traitement de Cancers Nom Forme de Antigène Mécanisme d action* Indication Date d utilisation l anticorps cible clinique** clinique*** Rituximab (Rituxan ) (Mabthera ) IgG1 Chimérique CD20 ADCC, CDC, induction directe de l apoptose. LNH 26 Nov Trastuzumab (Herceptin ) IgG1 humanisé HER2 Inhibition de la prolifération et de la migration cellulaire médiées par HER2. Cancer du sein métastatique 25 Nov Gemtuzumab Ozogamicin (Mylotarg ) IgG4 humanisé lié à la calicheamicin CD33 Délivrance de la calicheamin, inducteur de cassure des brins d ADN et apoptose. LAM 17 Mai 2000 Alemtuzumab (Campath ) IgG1 humanisé CD52 ADCC, CDC. LLC 1er Juil 2001 Tosimumomab (Bexxar ) IgG2 murin Conjugué à 131 I CD20 Délivrance de radiation cytotoxique, ADCC, CDC, apoptose. LNH résistant rituximab 2 Sept 2002 Ibritumomab Tiuxetan (Zevalin ) IgG1 murin conjugué à 90 Y et 111 In CD20 Délivrance de radiation cytotoxique, ADCC,CDC, apoptose LNH résistant 27 Juin 2003 Cetuximab (Erbitux ) IgG1 chimérique HER1 (EGFR) Prévient l intéraction de l EGF avec son récepteur Cancer du colon métastatique 12 Fév 2004 Bevacizumab (Avastin ) IgG1 humanisé VEGF Prévient l intéraction du VEGF avec son récepteur. Cancer du colon métastatique * : ADCC : cytotoxicité cellulaire dépendante d'anticorps ; CDC : cytotoxicité dépendante de complément. ** : LNH : lymphome non-hodgkinien ; LAM : leucémie aiguë myéloïde ; LLC : leucémie lymphoïde chronique. *** : Date d approbation aux USA par la FDA ou par la commission européenne (EMEA) 26 Fév 2004

21 Anticorps Monoclonaux Utilisés en Clinique pour le Traitement de Cancers (2) Nom Forme de Antigène Mécanisme d action* Indication Date d utilisation l anticorps cible clinique** clinique*** Panitumumab (Vestibix ) IgG2 Humain HER1 (EGFR) Prévient l intéraction de l EGF avec son récepteur Cancer du colon Métastatique 27 sept 2006 Catumaxomab (Removab ) IgG2a de souris et IgG2b de rat EpCAM et CD3 ADCC Ascite malin 20 avril 2009 Ofatumumab (Arzerra ) Ipilimumab Yervoy IgG1 Humain IgG1 Humain CD20 CTLA-4 ADCC, CDC, induction directe de l apoptose. Bloque l interaction B7/CTLA-4 LLC réfractaire à fludarabine 26 oct 2009 et alemtuzumab Mélanome 25 mars 2011 Brentuximab vedotin Lymphole anaplasique IgG1 Chimérique CD30 ADCC/CDC à grandes cellules et Hodgkin lymphoma 19 Aout 2011

22 ADC: anticorps conjugué à une drogue D

23 ADC: anticorps conjugué à une drogue D 1) Puissante molécule cytotoxique (très peu atteint l intérieur de la cellule) 2) Linker clivable (ex: pont disulfure, sequence peptidique) ou Linker non clivable 3) Anticorps induisant l internalisation de la molécule ciblée (= anticorps internalisant)

24 ADC: Mylotarg D 1) Calicheamicin: liaison à l ADN causant des cassures double-brins 2) Linker clivable 3) Anticorps internalisant anti-cd33 humanisé (gentuzumab) Leucémie aigue myéloïde

25 ADC: Brentuximab vedotin D 1) monomethyl auristatin E (MMAE): agent inhibant la polymérisation des microtubules 2) Linker clivable par des protéases lysosomiales(linker valine citulline) 3) Anticorps chimérique IgG1 anti-cd30 internalisant Hodgkin s lymphoma et lymphome anaplastique à grande cellules (ALCL) Hodgkin s lymphoma et lymphome anaplastique à grande cellules (ALCL) (application Fev.2011)

26 ADC: Trastuzumab-DM1 D 1) N2 -deacetyl-n2 -(3-mercapto-1-oxopropyl)- maytansine (DM1): agent inhibant la polymérisation des microtubules 2) Linker non clivable 3) Anticorps humanisé IgG1 anti-her2/neu (Trastuzumab) Cancer du sein surexprimant HER2 et métastatique

27 ADC: développement clinique en clinique

28 Thérapies ciblées avec anticorps: résumé +/- effet fonctionnel tumeur ADCC CDC NK, T cells Efficacité clinique o o o Lymphome folliculaire : Rituximab Tumeur sein: Trastuzumab Tumeur côlon : Cetuximab Perspectives o C Nouveaux Ac avec affinité FcR augmentée (meilleure ADCC) Apoptose p immunogène? o o Combinaison i avec adjuvants (eg GM-CSF) (effet vaccination) Ciblage tumoral de composés toxiques

29 Greffe allogénique de moëlle osseuse Graft vs Tumor reaction Blastes tumoraux Progéniteurs hématopoïétiques T Rejet greffon Graft vs Host disease T, NK Conditionnement chimio ou radiothérapeutique du patient Greffon Receveur Efficacité thérapeutique prouvée de la greffe allogénique dans les leucémies chroniques (effet GvT) mais forte toxicité potentielle de la GvHD

30 Transfert adoptif de lymphocytest autologues Réponses cliniques: 72% mais seulement 4% de rémissions totales (mélanome) D après Rosenberg S.A. et al, Nat Rev Can 2008, 8:

31 Transfert adoptif de lymphocytes T autologues: un développement difficile Enjeux et perspectives Efficacité prouvée même à des stades tardifs (mélanomes) Améliorer les modalités de l établissement de lignées et clones T antitumoraux (natifs ou génétiquement modifiés) Défis o o o Essais cliniques limités (phases I/II) Standardisation protocoles d expansion en conditions GMP Modèle économique viable? (complexité / thérapie individuelle)

32 Vaccination thérapeutique = Initiation d une réponse immunitaire anti-tumorale Peptide Anticorps anti-idiotype Différentes sources Protéine d antigène tumoral Virus + adjuvants Cellules Tumorales modifiées ADN plasmidique Cellules Tumorales Cellules Dendritiques modifiées Lysats de Cellules Tumorales Agonistes de TLR (utilisés comme adjuvants) D après Gilboa, Nat Review Cellules Dendritiques pulsées

33 Vaccin thérapeutique contre le cancer de l utérus lié à l infection par HPV Peptides issus de E6 et E7 + Adjuvant incomplet de Freund ou plus récemment Imiquimod

34 Vaccheli E, Oncoimmunology, Adjuvants actuellement en clinique en vaccination anticancéreuse Agent Cible principale indication Bacillus Calmette- Guérin Monophosphoryl lipid A* (combiné à des sels d alun) TLR2/TLR4/TLR9 TLR2/TLR4 Carcinome vésical in situ (vaccin thérapeutique) Prévention du cancer de l uterus associé à HPV (cervaryx) Imiquimod TLR7 Carcinome basocelluaire (vaccin thérapeutique)

35 Vaccin prophylactique contre le cancer de l utérus lutérus lié à l infection par HPV MPL = 3-O-desacyl-4 -monophosphoryl lipid A, dérivé du LPS de Salmonella minnesotta + Agoniste du Toll-like recepteur 4 + viral major capsid protein L1 assemblé en VLP (virus like particules produites en baculovirus/cellules d insecte)

36 Stimulation des Récepteurs Toll-likelike au niveau tumoral: arme à double tranchant Traitement de lignées de cancer du poumons chimie Immunohistoc TLR7 TLR8

37 Différentes sources d antigène tumoral Peptide Anticorps anti-idiotype Melacine; lysat d une lignée de mélanome allogénique + aduvant (Detox TM ) Protéine Virus Detox =MPL(3-O-desacyl-4 - monophosphoryl lipid A, dérivé du LPS de Salmonella minnesotta) + extrait de mycobacterium bovis Cellules Tumorales modifiées ADN plasmidique Etude sur malades (mélanome), médiane de survie à 11 mois/7,8 mois), distribué au Canada; (Corixa Inc.) Cellules Tumorales Lysats de Cellules Tumorales Agonistes de TLR (utilisés comme adjuvants) Cellules Dendritiques modifiées Cellules Dendritiques pulsées

38 Différentes sources d antigène tumoral Peptide Anticorps anti-idiotype Mvax, Ovax, LungVax: cellules tumorales autologues avec haptène DNP (Mvax, Ovax, LungVax) Protéine Virus 62 malades avec mélanome; à 4 ans, 48% sans maladie/20% groupe contrôle (Avax Technologies) Cellules Tumorales modifiées Cellules Tumorales ADN plasmidique Cellules Dendritiques modifiées Lysats de Cellules Tumorales Agonistes de TLR (utilisés comme adjuvants) Cellules Dendritiques pulsées

39 Vaccin ALVAC minimage En essai clinique, Sanofi Pasteur

40

41 Premier vaccin anti-cancer approuvé par la FDA PA2024 = fusion protein = GM-CSF + PAP (prostatic acid phosphatase) p Leukapheresis PBMC Cancer de la prostate résistant à l hormono-thérapie n = 341 i.v. infusion Provenge (Sipuleucel-T) 2w 2w Median survival Probability of survival at 36 months 25,8 m 31,7% n = 171 Placebo (= PBMC without PA2024 pulse) i.v. infusion 2w 2w 21,7 m 23,0% Kantoff PW et al. New Engl J Med 2010, 363 (5), pp

42 Vaccins dendritiques Enjeux et perspectives Quelques réponses cliniques notoires (mélanome, cancer de la prostate, cancer du sein, lymphome folliculaire..) mais Standardisation délicate (multiplicité des protocoles) Modalités d expansion et différentiation des DC Domiciliation tumorale in vivo et survie des DCs variable Manque d adjuvants GMP aisément disponibles Quel antigène utiliser pour pulser les DC? Nature Sous quelle forme; extraits, RNA, DNA, peptides Développement pharmaceutique problématique

43 Immunothérapie active contre les cancer actuellement en clinique

44 Perspectives en immunothérapie Amélioration des protocoles immunothérapeutiques : utiliser des traitements combinés Combinaison des thérapies conventionnelles et immunothérapie antitumorale - certaines substances chimiothérapeutiques seraient immunogènes Recherche e c e de marqueurs immunitaires ou autres prédictifs de réponse (polymorphismes immuns ) Essai sur des stades précoces (faible charge tumorale)

45 Stratégies d immunothérapie i combinées Lever l immunosuppression associée aux tumeurs pour permettre l activité des CTL Immunothérapie adoptive (transfert de CTL) et active (vaccination) But : produire/induire d i des CTL spécifiques TAM tumor associated macrophage (M2-subtype) MDSC myeloid derived suppressive cell 47

46 Perspectives en immunothérapie (1) Inhibition de l immunosuppression Déplétion/bloc age avec Acms Treg MDSC TGF IL10 TAM (M2) (2) Chimiothérapie faible dose Anthracyclines, cyclophosphamide induction d une mort immunogénique Présentation antigénique Cytotoxicité (3) Co-stimulation: Adjuvants (agonistes de TLRs) Cytokines activatrices DC TCD8 TCD4 Immunogénicité

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Vaccins anti-cancer: progrès et perspectives?

Vaccins anti-cancer: progrès et perspectives? Vaccins anti-cancer: progrès et perspectives? ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE Mercredi 5 décembre 2012 Le cancer en France Le cancer: un problème majeur de santé publique Le cancer est la première cause

Plus en détail

THERANOSTIC. Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011

THERANOSTIC. Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011 THERANOSTIC Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011 THERANOSTIC Therapy + Diagnostic Nouveau mot reliant le choix d un médicament à la détection d une anomalie génétique (mutation ). Ex.: Cancers

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

82 collaborateurs 52 millions

82 collaborateurs 52 millions Édito Chiffre d affaires à fin Septembre 2007 Assemblée générale du 26 juin 2007 Réponses aux questions des actionnaires * Actualité R&D et produits I 2 : la science d Innate * Innate Pharma et ses actionnaires

Plus en détail

Immunothérapie des cancers bronchiques

Immunothérapie des cancers bronchiques Immunothérapie des cancers bronchiques Alexis Cortot, MD, PhD Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette, CHRU de Lille UMR8161, Institut de Biologie de Lille 11 ème Journée du CPHG

Plus en détail

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein à cellules claires métastatique (CRM) Plus de 30 % des CR deviendront métastatiques

Plus en détail

Bauland, Gladel & Martinez ASPAJ administrateurs judiciaires associes

Bauland, Gladel & Martinez ASPAJ administrateurs judiciaires associes Bauland, Gladel & Martinez ASPAJ administrateurs judiciaires associes APPEL D'OFFRES DE PARTENARIAT ET/OU REPRISE EN REDRESSEMENT JUDICIAIRE (Art. L. 631-13 et R. 631-39 du Code de Commerce) Activité :

Plus en détail

Petit Vademecum Dr Pierre Vereecken Services de Dermatologie Erasme/Bordet/Brugmann

Petit Vademecum Dr Pierre Vereecken Services de Dermatologie Erasme/Bordet/Brugmann Traitement du mélanome Petit Vademecum Dr Pierre Vereecken Services de Dermatologie Erasme/Bordet/Brugmann Le mélanome est une maladie mortelle Quels outils thérapeutiques? EPIDEMIOLOGIE du mélanome Incidence

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 COLLECTION Rapports & synthèses POUR UN ACCÈS AUX THÉRAPIES CIBLÉES : - LES PLATEFORMES

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604 Vaisseaux méningés Sinus veineux Os crânien Dure-mère Espace Périvasculaire Cortex cérébral ventricules Substance blanche Flux de LCR Villosités arachnoïdes Sinus veineux Plexus choroïdes Substance grise

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO Communiqué de presse Villejuif, jeudi 30 mai 2013 49 ème congrès de l American Society of Clinical Oncology (ASCO, Chicago, USA, 31 mai 4 juin 2013) LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte.

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Marcelo de Carvalho Bittencourt, Christophe Baron, Gilles Blancho, Myriam Labalette, Hélène Moins Teisserenc

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

Les plateformes de génétique

Les plateformes de génétique Thérapies ciblées : de l anatomopathologie th l à la biothérapie i Les plateformes de génétique moléculaire PO Schischmanoff UF Génétique moléculaire et oncogénétique CHU Avicenne ACP FHF 29 mars 2012

Plus en détail

Production d effecteurs immuns. Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy

Production d effecteurs immuns. Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy Production d effecteurs immuns Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy Conditionnement Receveur Allogreffe de CSH Non prise et rejet de la greffe Donneur Immunosuppression

Plus en détail

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Science de la vie et de la terre MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT Pour l obtention du diplôme de l Ecole Pratique des Hautes Etudes

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Médicaments du futur : Tendances et enjeux Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Quelques mots sur Debiopharm Groupe fondé en 1979 Siège à Lausanne 350 collaborateurs Financièrement

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Situation de la chimiothérapie des cancers en 2009

Situation de la chimiothérapie des cancers en 2009 TRAITEMENTS, SOINS ET INNOVATION Situation de la chimiothérapie des cancers en 2009 C O L L E C T I O N Rapports & synthèses ANALYSE DE L ÉVOLUTION DE L USAGE DES MOLÉCULES INSCRITES SUR LA LISTE «EN SUS

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Les Applications industrielles et commerciales s cellules souches Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Matthieu COUTET, Responsable du Pôle Jean-François RAX, Business Analyst 1 Plan Cellules souches

Plus en détail

G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg

G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg Les vaccins aux allergènes des mammifères: approches avec les allergènes recombinants G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg 2 èmes rencontres francophones d allergologie moléculaire,

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Le retour de l immunothérapie dans le traitement du cancer bronchique.

Le retour de l immunothérapie dans le traitement du cancer bronchique. Le retour de l immunothérapie dans le traitement du cancer bronchique. Dr Bertrand MENNECIER, Charlotte LEDUC, Benjamin RENAUD-PICARD, Clément KORENBAUM CHRU de Strasbourg FOM Lille 21/03/2013 Disclosure

Plus en détail

Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302

Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302 Communiqué de presse Relations avec les médias : Annick Robinson Dominique Quirion Merck NATIONAL Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302 Relations avec les investisseurs

Plus en détail

plan Transplantation d organe 2 types de donneurs 05/05/2015 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet

plan Transplantation d organe 2 types de donneurs 05/05/2015 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet plan Transplantation d organe 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet 2 types de donneurs Activité de prélèvement en France Donneurs décédés:+++++ Donneurs vivants: Apparenté Non apparenté

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Sébastien Lacroix-Desmazes INSERM UMRS 1138 Immunopathology and herapeutic Immunointervention CRC - Paris, France Ma connaissance d un patient

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante.

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. 4.9 Surdosage Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. Il n existe pas d antidote spécifique à un surdosage par pazopanib,

Plus en détail

Immunosuppression Immunosuppr F Castex, PhD EA 7288 FMBS 215 UE Immunopath 2013

Immunosuppression Immunosuppr F Castex, PhD EA 7288 FMBS 215 UE Immunopath 2013 Immunosuppression F Castex, PhD EA 7288 FMBS 215 UE Immunopath 2013 Stratégies Emballement Déficience Insuffisance Systéme Immunitaire Immunosuppression Immunosubstitution Injection de cellules souches

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010 Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010 COLLECTION Rapports & synthèses POUR UN ACCÈS AUX THÉRAPIES CIBLÉES : - LES PLATEFORMES

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L historique 1960 - Pr Jean DAUSSET Découverte des groupes HLA 1970 - Pr Georges MATHE Première greffe de moelle osseuse allogénique 1974 - Pr Donald THOMAS

Plus en détail

LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET. Février 2007

LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET. Février 2007 LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET Février 2007 Introduction Il est aujourd hui souhaitable de ne plus parler de «greffe de moelle» mais de «greffe de cellules souches hématopoïétiques

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Qu est-ce que la leucémie myéloïde chronique?

Qu est-ce que la leucémie myéloïde chronique? Leucémie myéloïde chronique Qu est-ce que la leucémie myéloïde chronique? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de

Plus en détail

Transplantation de cellules souches du sang

Transplantation de cellules souches du sang Transplantation de cellules souches du sang Rapport d Immersion en communauté NICOLAS BRANDT-DIT-GRIEURIN DAMIEN POLET PHILIPPE REYMOND EHTESHAM SHAMSHER Sous la supervision de : Mme L. Soguel Prof. C.

Plus en détail

Les greffes de cellules souches

Les greffes de cellules souches A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous voulez savoir

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Société anonyme à directoire et conseil de surveillance. au capital social de 1 884 339,70 euros. réparti en 37 686 794 actions de nominal 0,05 euro

Société anonyme à directoire et conseil de surveillance. au capital social de 1 884 339,70 euros. réparti en 37 686 794 actions de nominal 0,05 euro Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital social de 1 884 339,70 euros réparti en 37 686 794 actions de nominal 0,05 euro Siège social : 117 Avenue de Luminy 13009 Marseille 424

Plus en détail

Anesthésie et cancer: qu en est-il?

Anesthésie et cancer: qu en est-il? Hôpital René Huguenin Saint-Cloud Anesthésie et cancer: qu en est-il? Christian Jayr Chef du département d Anesthésie-Réanimation christian.jayr@curie.net Objectifs spécifiques 1.Comprendre la littérature

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient

À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À PROPOS DU cancer colorectal Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient Table des matières Qu est-ce que le cancer colorectal?... 1 Les stades du cancer colorectal... 2 Quels sont

Plus en détail

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies DIAPOSITIVE 1 Cette présentation fournit une vue d ensemble de l Office of Cellular, Tissue, and Gene Therapies (bureau des thérapies cellulaires,

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours Université Mohammed V-Agdal Département de Biologie Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 Année Universitaire : 2009-2010 Module optionnel: Biologie Humaine (M 16.1) Elément : Parasitologie - Virologie

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Annexe 1 Catalogue des objectifs de formation spécifiques à la discipline

Annexe 1 Catalogue des objectifs de formation spécifiques à la discipline SIWF ISFM Annexe 1 1. Contenu de la formation postgraduée Les objectifs de formation spécifiques à la discipline sont définis dans la présente annexe et correspondent à ceux du logbook. Le terme «candidats»

Plus en détail

LE CANCER C EST QUOI? QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UN ORGANE NORMAL ET UN ORGANE ATTEINT PAR LE CANCER? Organe normal Organe précancéreux Cancer

LE CANCER C EST QUOI? QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UN ORGANE NORMAL ET UN ORGANE ATTEINT PAR LE CANCER? Organe normal Organe précancéreux Cancer LE CANCER C EST QUOI? Généralement, le cancer se présente sous la forme d une tumeur, d une masse, qui se développe dans un organe. Les tumeurs solides, qui représentent 90% de tous les cancers, se distinguent

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Ataxie de Friedreich Maladie héréditaire Transmission récessive Liée au chromosome 9 Due

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à Information presse Roche, l Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Baylor Research Institute (BRI) et Inserm Transfert mettent en place une coopération stratégique

Plus en détail

Cytométrie en flux. DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05. Phnom Penh Septembre 2009

Cytométrie en flux. DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05. Phnom Penh Septembre 2009 DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05 Cytométrie en flux Phnom Penh Septembre 2009 Michelle Rosenzwajg Service de Biothérapies/UPMC CNRS UMR7211 INSERM U959 Pitié-Salpétrière - Paris

Plus en détail

LE CHEMINEMENT DES PATIENTS DIAGNOSTIQUÉS AVEC LE CANCER DU SEIN. Nathaniel Bouganim MD FRCPC Medical Oncologist McGill University Health Center

LE CHEMINEMENT DES PATIENTS DIAGNOSTIQUÉS AVEC LE CANCER DU SEIN. Nathaniel Bouganim MD FRCPC Medical Oncologist McGill University Health Center LE CHEMINEMENT DES PATIENTS DIAGNOSTIQUÉS AVEC LE CANCER DU SEIN Nathaniel Bouganim MD FRCPC Medical Oncologist McGill University Health Center Agenda Vue générale du cancer du sein Cas cliniques Adjuvant

Plus en détail

ovarienne Indications, RésultatsR

ovarienne Indications, RésultatsR Cryopréservation ovarienne Indications, RésultatsR K. Morcel 1, D. Le Lannou 2 1 Médecine de la reproduction,pogmr,hôpital,hôpital Sud, Rennes 2 Biologie de la reproduction, POGMR, Hôpital Sud, Rennes

Plus en détail

TYNDALL. 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014. Bulletin d Informations. et d échanges N 24 MARS 2009

TYNDALL. 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014. Bulletin d Informations. et d échanges N 24 MARS 2009 TYNDALL Bulletin d Informations 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014 Site internet : www.inflamoeil.org SOMMAIRE 1. L éditorial de la Présidente 2. Des immunosuppresseurs

Plus en détail

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé 2 EDITION Etablissement relevant du ministère de la santé Le don de sang placentaire Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique

Plus en détail

Nouveautés et perspectives thérapeutiques dans les lymphomes cutanés

Nouveautés et perspectives thérapeutiques dans les lymphomes cutanés Nouveautés et perspectives thérapeutiques dans les lymphomes cutanés 5 ème Journée Corrézienne de Dermatologie Samedi 23 juin 2012 Michel D Incan, Clermont-Ferrand CARYOLYSINE CAELYX CARMUSTINE Physiopathologie

Plus en détail

Innovation. Research. Care. Excellence. Dans ce numéro

Innovation. Research. Care. Excellence. Dans ce numéro -cancer newsletter n3 7/06/07 16:02 Page 1 N E W S L E T T E R 3 - J U I N 2 0 0 7 Innovation Research Care Excellence Dans ce numéro Cliniques universitaires Saint-Luc Av Hippocrate, 10 1200 Bruxelles

Plus en détail

Thérapies ciblées des cancers :

Thérapies ciblées des cancers : Thérapies ciblées des cancers : Pr. Gilles VASSAL Directeur de la Recherche Clinique et Translationnelle Institut Gustave Roussy, Villejuif Thérapies ciblées du cancer: Conséquences pour le biologiste

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous?

Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous? Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous? Dynamique des réseaux de signalisation et réponse aux thérapies ciblées Pascal GAUDUCHON Unité "Biologie et Thérapies Innovantes

Plus en détail

PRÉSENTATION DES GRANDS ENJEUX DE LA RECHERCHE EN CANCÉROLOGIE

PRÉSENTATION DES GRANDS ENJEUX DE LA RECHERCHE EN CANCÉROLOGIE DOSSIER DE PRESSE MARDI 31 JANVIER PRÉSENTATION DES GRANDS ENJEUX DE LA RECHERCHE ET DU WEBDOCUMENTAIRE RECHERCHE SUR LES CANCERS : TOUT S ACCÉLÈRE w w w. r e c h e r c h e - t o u t - s a c c e l e r

Plus en détail

Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA

Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA G Sterkers, D Zeliszewski, A Eljaatari-Corbin To cite this version: G Sterkers, D Zeliszewski, A Eljaatari-Corbin. Régulation de la réponse immunitaire

Plus en détail

Thérapies ciblées et immunomodulation dans les tumeurs solides Targeted therapies and immunomodulation in solid tumours

Thérapies ciblées et immunomodulation dans les tumeurs solides Targeted therapies and immunomodulation in solid tumours Réanimation 15 (2006) 297 302 Mise au point Thérapies ciblées et immunomodulation dans les tumeurs solides Targeted therapies and immunomodulation in solid tumours J. Fayette a,b, *, J.-Y. Blay a,b a Service

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Les premières greffes de CSH ont été des greffes de moelle osseuse allogénique

Les premières greffes de CSH ont été des greffes de moelle osseuse allogénique INDICATIONS ACTUELLES DES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES Ibrahim Yakoub-Agha Service des Maladies du Sang, Hôpital Huriez, CHRU, LILLE Introduction La greffe de cellules souches hématopoïétiques

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires :

DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires : R a p p o r t d e x p e r t i s e DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires : état des lieux j u i l l e t 2 0 11 Un médicament biologique est une substance produite à partir

Plus en détail