Oncogenèse: introduction générale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Oncogenèse: introduction générale"

Transcription

1 Oncogenèse: introduction générale Nathalie Boulle ( ) MIB Oncogenèse cancérogenèse Histoire naturelle des cancers: item 138 de l examen national classant 1

2 PLAN 1- Evolution et Cancer 2- Quelles sont les propriétés de la cellule tumorale? 3- Quelles sont les bases de la cancérogenèse? 4- Comment ces altérations de l ADN aboutissent à une cellule tumorale? 5- Comment la cellule tumorale parvient-elle accumuler plusieurs altérations de son ADN? 6- Comment l instabilité génétique apparaît-elle? 1-Evolution et cancer: Dans quels organismes apparaît le cancer au cours de l évolution? 2

3 Organismes eucaryotes Unicellulaire Pas de cancer Levure Multicellulaires, simples: Pas de tissus renouvelables chez l adulte Pas de cancer Drosophile Multicellulaires, complexes: Tissus renouvelables chez l adulte Mammifères, oiseaux, plantes Cancer C. Elegans L apparition du cancer est étroitement lié à la prolifération cellulaire Eucaryotes multicellulaires à tissus «renouvelables» Prolifération cellulaire = risque d altérations de l ADN Equilibre entre différentes populations cellulaires Risque de cancer Mise en place de systèmes de contrôle «anti-tumeurs» 3

4 2-Quelles sont les propriétés de la cellule tumorale? Plus de 100 différents types de cancers décrits. Complexité +++ Autant de cellules tumorales ayant des comportements différents? 4

5 Hanahan et Weinberg (Cell; 2000) Les cellules tumorales partagent des propriétés communes qui les différencient des cellules «normales» Facteurs paracrines/ endocrines Cellules voisines Matrice extracellulaire Environnement Cellule normale Sénescence Prolifération Quiescence Différenciation Mort cellulaire (apoptose, autophagie.) 5

6 Facteurs paracrines/ endocrines Cellules voisines Matrice extracellulaire Environnement Cellule tumorale 1-Indépendance visà-vis des signaux de prolifération 2- Insensibilité aux signaux antiprolifératifs 3-Résistance à l apoptose Les cellules tumorales sont caractériseés par 6 propriétés caractéristiques : Indépendance vis-à-vis des signaux provenant de l environnement 1- indépendance vis-à-vis des signaux de prolifération 2- insensibilité aux signaux anti-prolifératifs 3- Résistance à l apoptose 6

7 Les cellules tumorales sont caractérisées par 6 propriétés caractéristiques : 1- indépendance vis-à-vis des signaux de prolifération 2- insensibilité aux signaux anti-prolifératifs 3- Résistance à l apoptose Indépendance vis-à-vis de l environnement 4- Prolifération illimitée (perte de la sénescence) 5- Capacité d angiogenèse 6- Capacité d invasion et de diffusion métastatique Les comportements de la cellule sont strictement régulés - Multiplicité des mécanismes de contrôle - Systèmes de contrôles interconnectées et redondants Défense anti-tumorale de l organisme +++ Pour acquérir ces 6 propriétés, la cellule tumorale doit franchir de multiples barrières. 7

8 Importance de l environnement péri-tumoral (stroma) +++ Cellule immunitaire Protéases extracellulaires Facteurs de croissance Facteurs angiogéniques chemokines Fibroblaste D après Hanahan and Weinberg (2000; Cell 100: 57-70) Cellule endothéliale Cellule tumorale Tumeur = tissu complexe Cellules normales péri-tumorales: collaboratrices actives + ou - de la progression tumorale 8

9 3-Quelles sont les bases de la cancérogenèse? Cancer: 2 hypothèses: Anomalies intrinsèques de la cellule ou phénomène environnemental? Cancer = Maladie génétique résultant d altérations de l ADN dans les cellules somatiques (90% des cas) Les lésions de l ADN de la cellule tumorale sont transmissibles aux cellules filles au cours des divisions cellulaires. 9

10 Altérations de l ADN : Altérations génétiques ou épigénétiques Touchent la séquence de l ADN (mutations, délétions ) Marquent la séquence de l ADN (méthylation ) Modifient, perturbent l expression des gènes 4- Comment ces altérations de l ADN aboutissent à une cellule tumorale? 10

11 Clonalité des tumeurs - Leucémie myéloide chronique et translocation t(9,22) - X inactivé dans des tumeurs issues de femmes Toutes les cellules tumorales proviennent d une même cellule à l origine 1 mutation = 1 cellule tumorale = 1 cancer? 11

12 Arguments épidémiologiques, anatomopathologiques et expérimentaux Le cancer est un processus multi-étapes La cellule doit accumuler plusieurs altérations de l ADN pour acquérir un phénotype cancéreux Cancer : Accumulation de plusieurs évènements rares et indépendants 12

13 Accumulation d anomalies génétiques Cycles d Altérations de l ADN / Sélections Altération ADN 1 Propriétés caractéristiques de la cellule tumorale Etc Sélection (avantage) Altération Barrière ADN 2 (contrôle) Altération ADN 3 Barrière Génotypes/ Phénotypes différents 5- Comment la cellule tumorale parvient-elle accumuler plusieurs altérations de son ADN? 13

14 Des altérations de la molécule d ADN surviennent en permanence au cours de la vie de la cellule Agressions endogènes Erreurs de réplication de l ADN (radicaux libres ) Altérations spontanées Agressions exogènes (environnement, agents chimiques, RX, virus ) La cellule possède différents systèmes pour détecter et réparer ces altérations Lésions de l ADN et systèmes de réparation Rayons X Radicaux libres Agents alkylants Réactions spontanées UV Polycycliques aromatiques hydrocarbures Rayons X Agents antitumoraux Erreurs de réplication ADN D après Hoeijmakers JHJ Nature (2001) 411 : 366 Cassure simple brin Excision / réparation des bases mutation d une base Excision / réparation des nucléotides Liaisons interbrins d ADN Cassure double brin BRCA1/2 Réparation par recombinaison homologue Insertion, délétion MMR Réparation des misappariements 14

15 Cellule normale ADN Altération de l ADN Détection Réparation Points de contrôle du cycle cellulaire «Contrôles de qualité» Arrêt du cycle cellulaire ± Apoptose Cellule normale Accumulations de lésions de l ADN = processus inefficace 15

16 Cellule tumorale ADN Altération de l ADN Détection Réparation Arrêt du cycle cellulaire Apoptose Propriétés de la Cellule tumorale Cellule cancéreuse Dysfonctionnement des systèmes de surveillance et de réparation du génome (non fonctionnel ou débordé) Accumulation de lésions de l ADN avantages à la cellule (mutation / sélection) = Instabilité génétique de la cellule tumorale Mécanisme essentiel dans la genèse et l évolution du Processus tumoral 16

17 6-Comment cette instabilité génétique apparaît-elle? Cancer Facteurs génétiques (Terrain) (prédisposition héréditaire aux cancers, polymorphismes génétiques, ) Environnement (nutrition, agents chimiques, f.hormonaux, virus, radiations ) Instabilité génétique / Cancer Vieillissement Systèmes de détoxification (carcinogènes) Système immunitaire? 17

18 Environnement - Mode de vie: alcool / tabac / nutrition: contrôle impact sur 1/3 des cancers les plus communs - Environnement (contaminants, pollution ) - Expositions professionnelles (amiante, benzène, rayonnements ) - Agents infectieux (impliqués dans 18% des cancers OMS, 2006) 18

19 Nouvelles hypothèses? Nat Rev Mol Cell Biol 2010: 11:

20 Mécanismes moléculaires de l oncogenèse PLAN 1- Les modèles utilisés en cancérologie 2- Quels sont les gènes impliqués dans la progression tumorale? 3- Quels sont les mécanismes moléculaires aboutissant à l altération de ces gènes? 4- Quelles sont les fonctions de ces gènes? 20

21 1- Les modèles utilisés en cancérologie Modèles in vitro Modèles in vivo 21

22 Modèles in vitro: Cellules tumorales en culture Tumeur Analyse prolifération / apoptose Manipulations génétiques Cellules en culture + protéine transformante / irradiation Réponse à différents agents Etc. Cellules tumorales en culture 22

23 Modèles in vivo: Modèles animaux Souris ex: souris nude Greffe de cellules tumorales Tumeurs? ex: souris transgéniques Avec surexpression ou extinction d un gène Tumeurs? Greffe de cellules cancéreuses luminescentes et observation de la progression tumorale Souris Nude Injection sous cutanée ou orthotopique de cellules tumorales fluorescentes J0 J7 J10 J14 J17 J21 J24 J28 J31 J35 J38 -Etude de la progression tumorale -Etude du potentiel métastatique -Etude de l effet de molécules anticancéreuses 23

24 Greffe de cellules cancéreuses et étude de l angiogenèse TUMOR WINDOW MODEL Modèles in vivo: Analyse de tumeurs humaines - Analyse morphologique des tissus (anatomopathologie) - Niveau d expression d une protéine? Ex: Récepteur aux estrogènes dans une tumeur du sein O % 9O % - Niveau d expression d un gène? 24

25 Modèles in vivo: Analyse de tumeurs humaines Profil d expression de plusieurs milliers de gènes dans le tissu tumoral = «Carte d identité des tumeurs» Puces à ADN 2- Quels sont les gènes impliqués dans la progression tumorale? 25

26 2 grandes familles de gènes sont impliqués dans la progression tumorale - Les oncogènes Gain de fonction - Les gènes suppresseurs de tumeur Perte de fonction Les oncogènes Oncogène = gène altéré gain de fonction Gène altéré : L équivalent cellulaire normal = proto-oncogène 1 seul allèle altéré (muté ) progression tumorale Exemples: gène RET muté, Bcr-Abl, Her2 26

27 Les gènes suppresseurs de tumeurs Gène suppresseur de tumeur = verrou protecteur contre la transformation tumorale de la cellule Progression tumorale perte de fonction complète Protéine absente ou non fonctionnelle - Les 2 allèles de l anti-oncogène doivent être altérés: Altération bi-allélique 2 familles de gènes suppresseurs de tumeur Gènes impliqués dans le maintien de l intégrité du génome cellulaire (surveillance, réparation) (gènes mutateurs ou «Caretakers») Gènes impliqués dans la prolifération et la survie cellulaires (cycle cellulaire / apoptose) («Gatekeepers») Exemples: MMR, BRCA1, ATM Exemples: prb, p53 27

28 Cellule normale ADN Altération de l ADN Détection Réparation Gènes mutateurs Arrêt du cycle cellulaire ± Apoptose Cellule normale ADN Altération de l ADN Détection Réparation Gatekeepers P53, Rb Arrêt du cycle cellulaire ± Apoptose 28

29 3- Quels sont les mécanismes moléculaires aboutissant à l altération de ces gènes? Mécanismes génétiques et épigénétiques 29

30 Mécanismes épigénétiques Troubles de la méthylation: Evénements précoces dans la progression tumorale Troubles de la méthylation de certaines régions du génome Instabilité génétique Hypo ou hyper-méthylation de gènes Modification de l expression de gènes Mécanismes «génétiques» Oncogènes Conversion proto-oncogène oncogène Gain de fonction 3 grands mécanismes: Mutation ponctuelle, délétion Amplification génique Recombinaison chromosomique 30

31 Oncogènes Mutation ponctuelle, délétion ADN ARN Protéine hyperactive Ex: RET (cancer médullaire de la thyroide) D après Molecular Biology of the cell Alberts et al. (4th Ed) p 1338 Oncogènes Exemple de RET Mutations (non exhaustives) de l oncogène RET 10q11.2 CMTF NEM2A NEM2B

32 Relation phénotypes-génotypes CMTF (95%) NEM2A (98,5%) NEM2B (99%) % Exon 10 Exon 8(1 famille) Exon 11(rares) Exon 13 61% Exon 14 Exon Exon 10 Exon 11 Exon 10 Exon 11 Exon 13 Exon 14 98% Exon 15 Exon 16 Exon 14 Exon 16 98% 2% Mutations aggressives Fort potentiel oncogenique : Age de survenue du CMT : 1 à 2 ans Adénopathies 2 à 3 ans Mutation potentiel moyen Mutations à potentiel oncogénique faible Survenue tardive du CMT 40 ans Oncogènes Amplification génique ADN ARN protéine Ex: HER2 (cancer du sein) N-myc (neuroblastome) D après Molecular Biology of the cell Alberts et al. (4th Ed) p

33 Mise en évidence de l amplification de Her2 dans une tumeur du sein Absence d amplification de Her2 Amplification de Her2 Her2 + Oncogènes Réarrangement chromosomique + Promoteur fort Protéine hybride Ex: IgH, IgL / Myc t(8,14) Lymphome de Burkitt D après Molecular Biology of the cell Alberts et al. (4th Ed) p 1338 Ex: - BCR / ABL Leucémie myéloide chronique - virus à ADN : Hépatite B (HBV) HBV / RARβ Hépatocarcinome 33

34 Mécanismes «génétiques» Gènes suppresseurs de tumeurs Double évènement Gène inactif au niveau des 2 allèles - Mutation - Délétion - Anomalies au moment de la mitose: Non-disjonction des chromosomes (perte d un chromosome ) Recombinaison mitotique - Conversion génique 4- Quelles sont les fonctions de ces gènes? 34

35 Oncogènes / Gènes suppresseurs de tumeur Signalisation cellulaire Prolifération / Cycle cellulaire Apoptose +++ Différenciation Thérapies ciblées Progression tumorale et Apoptose Apoptose: Barrière majeure contre la progression tumorale cellule tumorale cellule apoptotique Progression tumorale +/- Apoptose Progression tumorale +++ «Restauration» de l Apoptose: nouvelles thérapeutiques anti-cancer? 35

36 Conséquences de cette survie «anormale»: Survie de la cellule tumorale malgré un ADN endommagé, un environnement inadéquat Thérapeutique: résistance aux chimiothérapies, à la radiothérapie. Les gènes de maintien de l intégrité du génome Gènes suppresseurs de tumeur, «Caretakers» ou gènes mutateurs 36

37 Lésions de l ADN et systèmes de réparation + p53 - Arrêt du cycle cellulaire - Apoptose RAD50 BRCA1 ATM MLH1 MSH2 MSH6 ADN Complexe multi-fonctionnel de surveillance de l intégrité du génome: Exemples: MSH2, MSH6, ATM, BRCA1, RAD50, MLH1 Gènes de maintien de l intégrité du génome et cancer Quelques exemples de prédisposition aux cancers Syndrome Xéroderma pigmentosum HNPCC (human non polyposic colon cancer) BRCA1, BRCA2 Ataxietelangiectasie Mécanisme de réparation affecté Excision /réparation des nucléotides Réparation des misappariements gènes MMR: MSH-2; MSH-6, MLH1 Réparation par recombinaison homologue Détection des cassures double brin de l ADN (protéine ATM) Prédisposition Cancer de la peau induit par les UV Cancer du colon Cancer du sein, de l ovaire Leucémies, lymphomes, sensibilité aux rayons γ 37

38 Exemple d application clinique Dépistage des formes familiales de cancer du colon non polyposique: HNPCC Statut MSI (ou RER) Test de dépistage: Comparaison des séquences microsatellites tissu sain (sang ou colon) vs tumeur du colon Sang MSI - Sang MSI + Colon tumoral Tumeur Colon sain Mutations des Gènes MMR? 38

39 = Tests de dépistage Recherche MSI et étude immunohistochimique de l expression des protéines hmlh1, hmsh2, hmsh6 dans le colon tumoral Instabilité microsatellites Recherche d un cancer du colon héréditaire: HNPCC «Human Non Polyposic Colon Carcinoma» Etude génétique constitutionnelle Recherche d une mutation germinale des gènes MMR: hmlh1 +++, hmsh2 +++ et hmsh6 par séquençage Consultation d oncogénétique préalable En conclusion 39

40 L identification des Oncogènes / Gènes suppresseurs de tumeur permet de comprendre les propriétés des cellules tumorales Indépendance vis-à-vis des signaux de prolifération Insensibilité aux signaux anti-prolifératifs Résistance à l apoptose Prolifération illimitée (perte de la sénescence) Et d envisager des «thérapeutiques ciblées» 40

41 Angiogenèse Invasion et dissémination tumorales Angiogenèse 41

42 Angiogenèse et progression tumorale Judah Folkman ( ) Une tumeur solide ne peut pas se développer au delà d une certaine taille (1 à 2 mm 3 ) en l absence de néovascularisation New England Journal of medecine 1971: «Tumor angiogenesis: therapeutics implications» «antiangiogenesis therapy, perhaps by immunization against TAF, should provide a powerful adjunct to the control of solid neoplasms.» Facteurs antiangiogéniques Angiogenèse et progression tumorale Facteurs angiogéniques VEGF / VEGF-R Thrombonspondine PDGF/ PDGF-R FGF/ FGF-R Angiogenèse 42

43 Angiogenèse et thérapies ciblées Agent Endostatin Vitaxin Bevacizumab (Avastin ) SU (Sutent ) Sorafenib (Nevaxar ) Mécanisme d'action Inhibition de l'intégrine αvβ3 Anticorps humanisé dirigé contre l'intégrine αvβ3 Anticorps monoclonal dirigé contre le VEGF inhibant son activité Inhibition des récepteurs du VEGF et du PDGF Inhibition des récepteurs du VEGF et du PDGF Marimastat / BB-2516 Inhibition des Protéases Matricielles MMP Invasion et dissémination tumorales 43

44 Invasion et dissémination tumorales Def: Invasion des tissus avoisinants puis prolifération des cellules tumorales dans un site secondaire (métastases) 1 - Importance sur le plan clinique +++ responsables de 90% des décès par cancer 2- Processus peu efficace: Injection de millions de cellules tumorales chez la souris Quelques métastases seulement détectables 3- Beaucoup d inconnues persistent (gènes des métastases?) Invasion et dissémination tumorales Plusieurs étapes Lame basale 1-Détachement / invasion Matrice extracellulaire 2-Passage dans la circulation Vaisseaux 3-Survie et multiplication dans un site étranger Cellules voisines Étape limitante Étape assez peu limitante Nouveau tissu Étape limitante

45 Quels sont les problèmes posés par ces 3 étapes? 1-Détachement / invasion Étape limitante Quels sont les gènes impliqués dans la capacité d invasion des cellules tumorales? Quels sont parmi les cellules composant la tumeur primitive, celles ayant la capacité à métastaser? Thérapeutiques spécifiques? 45

46 2-Passage dans la circulation Etape peu limitante millions de cellules par g de tumeur Problème pratique: Comment détecter (le plus tôt possible) les cellules tumorales circulantes? Quelle est leur valeur pronostique? 2-Passage dans la circulation Société Veridex, LCC (Johnson & Johnson company) CellSearch : Mesure du nombre de cellules tumorales circulantes (CTC) À partir de 7,5 ml de sang Autorisation FDA: : cancer du sein métastatique : cancer du colon métastatique : cancer de la prostate métastatique - seuil de 5 CTC Facteur pronostique / suivi de l efficacité thérapeutique? 46

47 3-Survie et multiplication dans un site étranger Etape limitante +++ Modèles in vivo: Suivi de cellules tumorales injectées dans la circulation: Ex: Lignée tumorale B16F1 (mélanome) injectée dans la veine mésentérique de souris: - 83% des cellules injectées atteignent le parenchyme hépatique après 3 jours - 2% forment des micrométastases - 0,02% forment des métastases détectables (mort de la souris) 3-Survie et multiplication dans un site étranger Cellule tumorale Cellule dormante (ni prolifération, ni apoptose) Micrométastases (0,2 2 mm) (balance prolifération/ apoptose) Métastases «actives» Développement de l angiogenèse+++ Non détectable Difficilement détectables Détectables 47

48 3-Survie et multiplication dans un site étranger Quelles sont les cellules tumorales qui, parvenues au niveau du site secondaire, vont évoluer vers des métastases actives, et quelles sont leurs caractéristiques? Quels sont les facteurs qui vont réactiver une cellule dormante et induire sa prolifération? Comment éliminer ces cellules dormantes? Tissu- spécificité des métastases 48

49 Tissu- spécificité des métastases Stephen Paget: 1889 Plus de 900 autopsies chez des patients atteints de cancers différents Le site des métastases secondaires n est pas lié au hasard mais à l affinité particulière de certaines tumeurs pour certains organes Exemples: Tumeur de la prostate Tumeur du sein os os, poumon, foie Hypothèse «soil and seed» Adéquation entre l environnement (site secondaire) (soil) et la cellule tumorale (seed) Tissu- spécificité des métastases Plusieurs hypothèses non exclusives: - Hypothèse «mécanique» (trajet vasculaire) Ex: Envahissement régional (ganglion), foie et cancer du colon - Hypothèse «soil and seed» Adéquation, compatibilité cellule tumorale / Environnement Survie et la prolifération de la cellule tumorale - Rôle des chimiokines: Substances attirant la cellule cancéreuse sur le site secondaire. Ex: CXCR4 / CXCL12 dans les tumeurs du sein: nouvelles thérapies? 49

50 Nombreuses voies de recherche actuelles Cellules souches et cancer, Thérapies ciblées / marqueurs de réponse aux thérapies ciblées, Vieillissement et cancer, Environnement et cancer, 50

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

Modèles animaux de cancérogenèse

Modèles animaux de cancérogenèse INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE isabelle.dhennin@u-picardie.fr Modèles animaux de cancérogenèse I- Généralités sur le cancer 1- Données épidémiologiques Hommes Femmes

Plus en détail

La différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire La différenciation cellulaire Définitions Différenciation cellulaire : Processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée acquiert les caractéristiques d un type cellulaire sur le plan morphologique

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Angiogénèse Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Définition Vasculogénèse : différenciation du mésoderme en cellules endothéliales (embryogénèse) Angiogénèse : formation de nouveaux vaisseaux à partir du lit vasculaire

Plus en détail

Le cancer, le grand envahisseur.

Le cancer, le grand envahisseur. Le cancer, le grand envahisseur. Jean-Paul Sculier Service des soins intensifs et urgences oncologiques & Oncologie thoracique Institut Jules Bordet (ULB) www.pneumocancero.com Définition et histoire naturelle

Plus en détail

Portail de la biologie de la reproduction

Portail de la biologie de la reproduction Portail de la biologie de la reproduction www.bio-courses.jimdo.com Auteurs : Yasmina ANTEUR Licence : Module : Biologie du développement Les mécanismes de différenciation cellulaire I. Introduction -

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P.

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P. Les modèles précliniques in vivo sont ils à la hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy Mars 2009 P. Chastagner - Oncologie pédiatrique, CHU Nancy - EA 4001, faculté de Médecine, Nancy

Plus en détail

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie Florence de Fraipont UF Cancérologie Biologique et Biothérapie, pôle de Biologie, CHU Grenoble Définitions Méthodes d

Plus en détail

Cancer broncho-pulmonaire : le poids de l hérédité. A. FAJAC Histologie-Biologie Tumorale Hôpital Tenon

Cancer broncho-pulmonaire : le poids de l hérédité. A. FAJAC Histologie-Biologie Tumorale Hôpital Tenon Cancer broncho-pulmonaire : le poids de l hérédité A. FAJAC Histologie-Biologie Tumorale Hôpital Tenon Tabac +++ Facteurs de risque Amiante Radiations Métaux lourds (arsenic, chrome, nickel) Hydrocarbures

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Anne Fajac Service Histologie-Biologie Tumorale, Hôpital Tenon Prédisposition héréditaire au cancer Mutation constitutionnelle Cancer héréditaire

Plus en détail

Examen de Mi-d'année. Exercice I: L albinisme et ses causes.

Examen de Mi-d'année. Exercice I: L albinisme et ses causes. Class: 3 ème. Secondaire (S.V.) Matière: Biologie Exercice I: L albinisme et ses causes. Examen de Mi-d'année Points: 20 pts. Durée: 180 min. (4.5 pts.) L albinisme résulte d un manque général de la pigmentation

Plus en détail

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique

Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique Christine Varon, MCF INSERM U853 Laboratoire de Bactériologie du Pr. F. Mégraud Université Bordeaux Segalen christine.varon@u-bordeaux2.fr Le

Plus en détail

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes.

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Epigénétique Introduction «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Deux périodes successives récentes dans l étude des génomes

Plus en détail

Professeur Joël LUNARDI

Professeur Joël LUNARDI Biochimie - Biologie moléculaire Chapitre 9 : Applications médicales Professeur Joël LUNARDI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 9. APPLICATIONS

Plus en détail

Faculté des sciences de Tunis Laboratoire de génétique, immunologie et pathologie humaine Institut Salah Azaiez Le Cancer Du Sein Héréditaire En Tunisie Génétique & Éthique TROUDI Wafa C est Quoi Le Cancer?

Plus en détail

INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION D UNE TUMEUR CLASSIFICATION DES TUMEURS CLASSIFICATION DES TUMEURS LA CELLULE CANCEREUSE

INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION D UNE TUMEUR CLASSIFICATION DES TUMEURS CLASSIFICATION DES TUMEURS LA CELLULE CANCEREUSE INTRODUCTION LA CELLULE CANCEREUSE Mécanismes impliqués dans la transformation oncogénique et dans l interaction des cellules cancéreuses avec leur micro-environnement Dr Eric GUERIN Laboratoire de Biochimie

Plus en détail

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil 47 Définition du phénotype MSI (MicroSatellite Instability) Environ 15% des cancers colo-rectaux présentent

Plus en détail

BMCP Cancérogenèse vs Tumorigenèse. Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite)

BMCP Cancérogenèse vs Tumorigenèse. Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite) 14/04/2015 BOUILLOUX Elsa L2 (CR : Hamza Berguigua) BMCP Pr.OUAFIK 8 pages Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite) Plan A. Angiogenèse tumorale I. Sources des facteurs angiogéniques II. Régulation des facteurs

Plus en détail

Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique

Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique Année universitaire 2011-2012 MED-2 - Enseignements Thématiques Bases moléculaires et cellulaires des pathologies Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique Planches pour le Campus Virtuel

Plus en détail

Testing moléculaire RER/MSI

Testing moléculaire RER/MSI Atelier Instabilité Microsatellitaire 26 avril 2014, Bordeaux Testing moléculaire RER/MSI Isabelle Soubeyran Unité de Pathologie Moléculaire Institut Bergonié Bordeaux PGMC d Aquitaine Système RER = système

Plus en détail

Cancer, maladie géné/que : muta/on, amplifica/on, transloca/on

Cancer, maladie géné/que : muta/on, amplifica/on, transloca/on Cancer, maladie géné/que : muta/on, amplifica/on, transloca/on Le dogme de la mutation somatique Les premières démonstrations que des agents extérieurs (chimiques ou physiques) pouvaient conduire au cancer

Plus en détail

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein BENEFICES ET RISQUES Gilles PAGES CNRS UMR 6543 - Nice Néovascularisation des tumeurs / Stade 1 Ang 2 Déstabilisation des interactions cellules endothéliales

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

Prédispositions génétiques aux cancers

Prédispositions génétiques aux cancers CANCERS SEIN / OVAIRES tumorales du au moins 3 cas de cancer du sein chez des apparentés au 1 er ou 2 nd degré quel que soit l'âge 2 cas de cancer du sein dont 1 bilatéral au 1 er ou 2 nd degré quel que

Plus en détail

La génétique en cancérologie: une démarche progressive

La génétique en cancérologie: une démarche progressive La génétique en cancérologie: une démarche progressive UCP: A partir d observations cliniques et/ou biologiques (âge, ATCDs) émettre une hypothèse diagnostique poser l indication d une consultation d oncogénétique

Plus en détail

La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale

La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale Définitions Historique Génomique dans le cancer du sein Utilité Problèmes Futur Chaque personne:

Plus en détail

Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques

Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques Atelier MMR / RER 26/04/2014 Dr Virginie Bubien Dr Emmanuelle Barouk-Simonet Unité d oncogénétique - Département de Biopathologie - Institut

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot 11 septembre 2008 Service d'oncologie Médicale Traitements en Oncologie Chirurgie Radiothérapie Chimiothérapie cytotoxique Hormonothérapie Thérapies Moléculaires

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

IV- L instabilité génétique : mécanisme essentiel dans la genèse et l évolution du processus tumoral

IV- L instabilité génétique : mécanisme essentiel dans la genèse et l évolution du processus tumoral ONCOGENESE : INTRODUCTION GENERALE OBJECTIFS - Citer les propriétés de la cellule cancéreuse, en comparant ces propriétés à celles d'une cellule normale. Citer l'importance du tissu péri-tumoral et des

Plus en détail

Prédisposition génétique aux cancers

Prédisposition génétique aux cancers Prédisposition génétique aux cancers Plan de cours I-Introduction I-1 Fréquence des mutations I-2 Objectifs médicaux de l oncogénétique I-3 Rappels sur la prolifération cellulaire tumorale; la théorie

Plus en détail

PRINCIPES DE BASES DE L ANALYSE DES CHROMOSOMES HUMAINS

PRINCIPES DE BASES DE L ANALYSE DES CHROMOSOMES HUMAINS PRINCIPES DE BASES DE L ANALYSE DES CHROMOSOMES HUMAINS Dr Sylvie Taviaux Laboratoire de cytogénétique Hôpital Arnaud de Villeneuve CHU Montpellier S-taviaux@chu-montpellier.fr Septembre 2014 PRINCIPES

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2011-2012 ED UE9s Mars 2012

Université Bordeaux Segalen - PACES 2011-2012 ED UE9s Mars 2012 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2011-2012 ED UE9s Mars 2012 QCM 1. La température de fusion (Tm) d une molécule d ADN : A. est mise en évidence par l augmentation

Plus en détail

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Définitions : Cancer Multiplication anarchique de cellules échappant aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication Capacité à

Plus en détail

Génétique et cancer. Cours DCEM1. Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye

Génétique et cancer. Cours DCEM1. Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye Génétique et cancer Cours DCEM1 Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye Plan 1. Définitions 2. Exemples de proto-oncogènes 3. Exemples de gènes suppresseurs de tumeurs 4. Cancers familiaux 1. Exemple

Plus en détail

Mort cellulaire. Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose,

Mort cellulaire. Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose, Mort cellulaire Quelques généralités Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose, Rôles physiologiques variés : morphogenèse, élaboration du système immunitaire,

Plus en détail

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Classification histologique- voies de cancérogénèse Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Cancers de l endomètre Epidémiologie Cancer gynécologique le plus

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

BILAN D ACTIVITE DES PLATEFORMES HOSPITALIERES DE GENETIQUE MOLECULAIRE DES CANCERS POUR L ANNEE 2010

BILAN D ACTIVITE DES PLATEFORMES HOSPITALIERES DE GENETIQUE MOLECULAIRE DES CANCERS POUR L ANNEE 2010 BILAN D ACTIVITE DES PLATEFORMES HOSPITALIERES DE GENETIQUE MOLECULAIRE DES CANCERS POUR L ANNEE 2010 Merci de faire parvenir ces données avant le 11 mai 2011 aux coordonnées suivantes : Frédérique Nowak

Plus en détail

Cours IFSI Rockefeller 2013 Dr Julie Marzais

Cours IFSI Rockefeller 2013 Dr Julie Marzais Cours IFSI Rockefeller 2013 Dr Julie Marzais Séquençage de génomeg Projet Génome G Humain Débuté en 1990 Objectifs: Séquencer l ensemble l des 3 milliards de paires de bases de notre ADN (2004) Identifier

Plus en détail

1.6 La division cellulaire

1.6 La division cellulaire 1.6 La division cellulaire Notions clé La mitose est la division du noyau en deux noyaux génétiquement identiques. Les chromosomes se condensent par super-enroulement durant la mitose. La cytocinèse se

Plus en détail

Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves

Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves 1 INFORMATION SUR L ORGANISATION REGIONALE DES TESTS MOLECULAIRES INDIQUES EN PRATIQUE CLINIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS COLORECTAUX 24 septembre 2008 Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves 1.

Plus en détail

Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale

Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale Joseph ABECASSIS Laboratoire de Biologie Tumorale Centre Régional de Lutte contre le Cancer

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer DEFINITIONS Le cancer semble être le résultat d une série d accidents génétiques aléatoires soumis à la sélection naturelle. Chaque cancer est Unique mais il

Plus en détail

Virus et cancer. Amis des sciences et techniques Université Interâges du Dauphiné 8 Janvier 2010, Grenoble

Virus et cancer. Amis des sciences et techniques Université Interâges du Dauphiné 8 Janvier 2010, Grenoble Amis des sciences et techniques Université Interâges du Dauphiné 8 Janvier 2010, Grenoble Virus et cancer Patrice MARCHE Directeur de Recherche INSERM U823, Grenoble patrice.marche@ujf-grenoble.fr Virus

Plus en détail

Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003

Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003 Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003 1. Introduction La plupart des cancers thyroïdiens ont une évolution lente, une extension le plus souvent locoregionale, et un bon pronostic. Cependant

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers

Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers Partie 1 - Oncogènes dominants, - Oncogènes récessifs, suppresseurs de tumeur - Convergence et ciblage des fonctions Oncogènes physiologiquement

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Formes histologiques des cancers du sein

Formes histologiques des cancers du sein Formes histologiques des cancers du sein DESC Régional Rennes 24/01/2013 Giretti Giovanni Tours Plan Introduction Histologie du tissu mammaire Carcinome in situ (intra-canalaire et intra-lobulaire) Carcinomes

Plus en détail

Processus tumoraux. Cécile FAURE-CONTER Centre Léon Bérard-IHOP 2012

Processus tumoraux. Cécile FAURE-CONTER Centre Léon Bérard-IHOP 2012 Processus tumoraux Cécile FAURE-CONTER Centre Léon Bérard-IHOP 2012 Plan du cours Terminologie Notions de cancérogénèse Epidémiologie Dépistage-prévention Diagnostic Traitement Rechutes-Resistance-Soins

Plus en détail

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Communiqué de presse Bâle, le 24 janvier 2013 La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY)

Plus en détail

Séance commune Académie des sciences et Académie nationale de médecine. La médecine personnalisée en cancérologie

Séance commune Académie des sciences et Académie nationale de médecine. La médecine personnalisée en cancérologie Séance commune Académie des sciences et Académie nationale de médecine Organisée par Hugues de Thé, Membre de l Académie des sciences & Guy Leverger, Membre de l Académie nationale de médecine La médecine

Plus en détail

TD 5 : Génétique humaine

TD 5 : Génétique humaine TD 5 : Génétique humaine Exercice 1 (pour se mettre en forme...). Une femme de vision normale dont le père est daltonien (maladie héréditaire récessive, caractérisée par un défaut de vision des couleurs,

Plus en détail

Plateforme hospitalière de génétique moléculaire des. Pr Eric Delabesse Laboratoire d Hématologie CHU Purpan delabesse.e@chu-toulouse.

Plateforme hospitalière de génétique moléculaire des. Pr Eric Delabesse Laboratoire d Hématologie CHU Purpan delabesse.e@chu-toulouse. Plateforme hospitalière de génétique moléculaire des cancers de Midi-Pyrénées Pr Eric Delabesse Laboratoire d Hématologie CHU Purpan delabesse.e@chu-toulouse.fr Plateformes de diagnostic moléculaire des

Plus en détail

Jean-Louis Bergé-Lefranc

Jean-Louis Bergé-Lefranc Apport du séquençage du génome humain à la toxicologie: Toxicogénomique Jean-Louis Bergé-Lefranc QuickTime et un décompresseur TIFF (LZW) sont requis pour visionner cette image. QuickTime et un décompresseur

Plus en détail

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie?

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? «Rôle des inhibiteurs de l angiogenèse dans le traitement et la prise en charge des cancers avancés de la prostate.» Résumé du Symposium ABBOTT

Plus en détail

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice ANNEXE III Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice 20 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Ce médicament fait l objet

Plus en détail

L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques.

L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques. Introduction : L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques. Au sein du vivant, les espèces se différencient les unes des autres par l existence de gènes différents. Au sein d une espèce,

Plus en détail

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans Professeur Michel Bourguignon Commissaire de l Autorité de Sûreté Nucléaire Professeur de biophysique

Plus en détail

Pourquoi la stéréotaxie fonctionne?

Pourquoi la stéréotaxie fonctionne? Pourquoi la stéréotaxie fonctionne? Pr Georges NOEL Département universitaire de radiothérapie Centre Paul Strauss Pr Georges noel 8ème printemps de l AFCOR 28-30 mars 2014 Métastases cérébrales Adénocarcinome

Plus en détail

LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS

LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS Pharmacologie n 10 Jeudi 16/12/10 10h30-12h30 Pr Fabien CALVO Ronéotypeuse: GOUVEIA Morgane Ronéolectrice : DESGURSE Margot LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS Introduction I. Thérapies ciblées et cancer

Plus en détail

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino 1 Effets cellulaires Effets liés à l exposition Effets déterministes Effets stochastiques Les sources d exposition de l être humain

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Mercredi 23 Octobre LECLERCQ Barbara L2 GM Pr Krahn 10 pages Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Plan A. Introduction B. Techniques courantes

Plus en détail

UE Biodiversité NU 185. 28 septembre 2010

UE Biodiversité NU 185. 28 septembre 2010 UE Biodiversité NU 185 Roscoff 28 septembre 2010 Professeur Robert Bellé CNRS-UPMC Mer et Santé - Roscoff Anthropisation et pollutions marines Impact sur la santé Cancer et environnement A- les bases pour

Plus en détail

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique Diagnostiquer une tumeur du sein : argumenter l'attitude thérapeutique et justifier le suivi du patient Professeur X Pivot, Professeur M Marty, Docteur M Espié CHU de Besançon, Hôpital Saint Louis-Paris

Plus en détail

Premier exemple en cancérologie de thérapie ciblée sur une altération génétique. Mutation BRCA et Inhibiteur PARP OLAPARIB. Dr LAZARD Alexandre

Premier exemple en cancérologie de thérapie ciblée sur une altération génétique. Mutation BRCA et Inhibiteur PARP OLAPARIB. Dr LAZARD Alexandre Premier exemple en cancérologie de thérapie ciblée sur une altération génétique Mutation BRCA et Inhibiteur PARP OLAPARIB Dr LAZARD Alexandre INTRODUCTION Nos cellules sont en permanence soumises à des

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau?

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Personnalisation des traitements et du suivi des femmes mutées Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Viviane Feillel Institut Claudius Regaud 1 Mutations BRCA1/2: Quels risques? Risque

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

CANCERS TRIPLE-NEGATIFS. Aspects moléculaires morphologiques et cliniques. Professeur Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

CANCERS TRIPLE-NEGATIFS. Aspects moléculaires morphologiques et cliniques. Professeur Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg CANCERS TRIPLE-NEGATIFS Aspects moléculaires morphologiques et cliniques Professeur Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Compréhension grâce à l analyse de profils d expression de

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT Les mécanismes épigénétiques impliqués dans la différenciation des cellules souches

THESE DE DOCTORAT Les mécanismes épigénétiques impliqués dans la différenciation des cellules souches L Academie Roumaine L Institute de Biologie et Pathologie Cellulaire Nicolae Simionescu THESE DE DOCTORAT Les mécanismes épigénétiques impliqués dans la différenciation des cellules souches Directeur de

Plus en détail

Les tumeurs du sein triple négatives

Les tumeurs du sein triple négatives Les tumeurs du sein triple négatives Le point de vue du Pathologiste Gaëtan MacGrogan Institut Bergonié Bordeaux La classification intrinsèque en 2011 Luminal B Luminal A Normal breast-like Basal-like

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

Cancérogenèse : transformation cellulaire (2)

Cancérogenèse : transformation cellulaire (2) 31/03/15 BASTOS REINALDO Julia L2 BMCP Pr OUAFIK 6 pages CR : Borg Manon Cancérogenèse : transformation cellulaire (2) Plan: A. Gènes suppresseurs de tumeur I. Généralités / définition II. Découverte III.

Plus en détail

Formes familiales du cancer colorectal

Formes familiales du cancer colorectal Tlemcen, 05/05/06 Formes familiales du cancer colorectal Emmanuel Mitry Fédération des spécialités digestives CHU Ambroise Paré AP-HP épithélium! normal! cancer sporadique :! M1! M2! M3!... Mn! tumeur!

Plus en détail

GLOSSAIRE. Aperto libro

GLOSSAIRE. Aperto libro GLOSSAIRE Aperto libro 1089 1090 GLOSSAIRE Acide désoxyribonucléique ou ADN (angl. DNA) : dimère constitué de deux brins hélicoïdaux composés de nucléotides dont les bases azotées sont la thymine, l adénine,

Plus en détail

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse Mort cellulaire Lara Chalabreysse 1 1/ Apoptose 2 Définition Forme de mort cellulaire Eliminer les cellules indésirables Étapes coordonnées programmées Gènes dédiés à cette tache Implications Développement

Plus en détail

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien Dr Dugast catherine cc Dépistage de masse K sein chez mère 60 ans, nulliparité? Antécédent de hodgkin à 15 ans???? Quel est mon

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

De la biologie molécualire à la génomique

De la biologie molécualire à la génomique De la biologie molécualire à la génomique Pierre Neuvial École Nationale de la Statistique et de l Administration Économique Méthodes statistiques pour la biologie Plan du cours 1 Introduction à la biologie

Plus en détail

PROJETS FRM / CANCER DU SEIN

PROJETS FRM / CANCER DU SEIN PROJETS FRM / CANCER DU SEIN 23 recherches financées grâce à l opération en partenariat avec La Parisienne de 2006 à 2015 Sommaire Table des matières En 2015... 4 Un nouvel agent anticancéreux à l étude

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

Professeur François BERGER

Professeur François BERGER UE2 : Biologie cellulaire Chapitre 1 : L apoptose ou mort cellulaire programmée Professeur François BERGER Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la fabrication des produits de thérapie génique, en termes de sécurité

Plus en détail

Savons-nous vraiment ce que font les pesticides à nos cellules? Le cas des récepteurs à la dioxine et aux estrogènes

Savons-nous vraiment ce que font les pesticides à nos cellules? Le cas des récepteurs à la dioxine et aux estrogènes Savons-nous vraiment ce que font les pesticides à nos cellules? Le cas des récepteurs à la dioxine et aux estrogènes Luc Gaudreau Département de Biologie, Faculté des Sciences Quelques données concernant

Plus en détail