Étude sur la distribution de viande en Aveyron

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude sur la distribution de viande en Aveyron"

Transcription

1 Commercialisation: Étude sur la distribution de viande en Aveyron Une enquête a été réalisée en 2012 sur le fonctionnement de l aval de la filière viande aveyronnaise afin de mieux comprendre les attentes des différents distributeurs. Celle-ci doit servir de support au développement de la distribution de viande bio sur le département de l Aveyron en déterminant la meilleure adéquation possible entre l offre des producteurs et la demande des distributeurs. La viande en Aveyron, un marché représentant près de 148 millions d euros! Volailles, lapins, gibiers 19% Viandes de boucherie 37% Charcuterie et conserve viande 44% Source : Publications CCI (2012) Le marché de la viande regroupe les viandes de boucherie mais aussi la charcuterie et la conserve de viande ainsi que les volailles, lapins et gibiers. La carte ci contre représente la répartition du marché et dessine ainsi les grands bassins économiques du département. Source : Publications CCI (2012) Répartition des achats de viande en fonction du mode de commercialisation et du secteur 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 8% 50% 41% 6% 45% 49% 6% 10% 11% 19% 57% 50% 60% 47% 37% 39% 29% 34% 4% 37% 56% Autres formes de vente Commerce non sédentaire Exploitations Typologie des systèmes bovins Effectif 2011 Évolution (2006) Effectif 2011 Évolution (2006) Sans production ou < 10 vaches* % % Éleveurs laitiers % % Éleveurs mixtes (BL/BV) % % Engraisseurs de veaux % % Grande distribution Commerce traditionnel Source : Publications CCI (2012) Où s achète la viande? En fonction du secteur, la population ne va pas acheter ses produits carnés dans le même type de commerce. Sur Rodez et Espalion, le commerce traditionnel demeure encore le principal lieu d achat. À l inverse, sur Saint Affrique, la grande distribution attire la majorité des consommateurs de viande. A noter que sur Decazeville, le commerce non sédentaire représente une part importante du marché de la viande avec 10 points de plus que la moyenne. (Cf. graphique ci contre) Vaches fin de campagne Éleveurs allaitants % % Total Aveyron % % *détenteurs de moins de 10 vaches ou qui ont vendu moins de 10 bovins en 2011 Source : IPG 2011 Avec le soutien de :

2 Total animaux abattus en 2011 en Aveyron (en tonne vif) Total animaux abattus en 2011 en Aveyron (en nb de têtes) Abattage animaux bio 2010 (échelle France) : Gros bovin : Veaux : 5169 Ovins : Porcins : Source : DDT 12, Source : DDT 12, 2011, INTERBEV T1, T2, T3, T4 : Trimestres 1, 2, 3, 4. Aval filière viande aveyronnaise Méthodes d étude et d échantillonnage Des recherches bibliographiques préliminaires ont permis de préciser la situation de la filière et de prendre connaissances des études d ores et déjà réalisées sur le sujet. Sur l Aveyron, 6 grands pôles représentent la majeure partie de l économie du département à savoir : Rodez Villefranche de Rouergue Millau Saint Affrique Decazeville Espalion L échantillon a donc été construit en sélectionnant des distributeurs répartis sur l ensemble du département. Les délais et budget pour réaliser l étude n ont pas permis de travailler sur un échantillon de taille importante. Les résultats obtenus ne sont en conséquence qu un aperçu des tendances globales de la filière mais ne peuvent pas être extrapolés de manière significative à l ensemble du département. La carte présentée ci contre permet de localiser les différents acteurs de l aval de la filière viande sur les différents secteurs. Sources : INSEE Recensement 2009, Ministère de l Agriculture 2012, Publications CCI Total département Contactés Rencontrés Hypermarchés (60%) Supermarchés (9%) (7,6%) (50%) Qui sont les enquêtés? La grande distribution (GMS), caractérisée par des magasins dont la surface de vente est supérieure à 300m². Les boucheries traditionnelles, magasins spécialisés dans la commercialisation de produits carnés. Le magasins bio spécialisés ne distribuant que des produits labellisés bio. GMS Boucheries traditionnelles Magasins spécialisés

3 La grande distribution (8 magasins enquêtés) La GMS est le circuit de distribution qui permet le plus grand potentiel de développement de la viande bio. En effet, la clientèle qui s approvisionne en grande surface est très variée ce qui permet aux responsables de rayons de proposer une gamme diversifiée. Aussi, au niveau national plus de la moitié de la viande bio est achetée en GMS. Présentation rayon boucherie En GMS, il faut distinguer les rayons dit traditionnels (Trad) avec découpe et service du client en direct et les rayon en libre service (LS) où les produits sont présentés préemballés. Ventes de viandes sous SIQO (hors AB) Ventes de viandes bio (AB) Format d approvisionnement Du bio, oui mais en LS uniquement... Raisons du non bio Dans l ensemble le prix reste le frein principal au développement de la distribution en GMS. En effet, si développement il doit y avoir, alors ce sera en rayon libre service avec des produits déjà conditionnés. Ainsi, les contraintes liées au cahier des charges ne constituent pas un blocage vis-à-vis du bio. Un magasin a considéré qu il n y avait ainsi aucune contraintes particulières pour distribuer de la viande bio et souhaiterait développer dans son rayon libre service (LS) une gamme bio. Intérêt pour le bio Agir, oui, mais sans précipitation! Il existe un certain intérêt de la part de la GMS pour intégrer des produits bio en tant que complément de gamme. Globalement il y existe un potentiel de développement dans ce canal de distribution. Cependant, fournir la GMS induit un certain nombre de contraintes. Régularité d approvisionnement en terme de volume, Régularité dans la qualité des produits, Suivi sanitaire et traçabilité des produits impeccables... Ces exigences peuvent être satisfaites en s organisant.

4 Les boucheries traditionnelles (7 magasins enquêtés) Les bouchers de l Aveyron sont pour la majorité des bouchers-abatteurs, ce qui signifie qu ils achètent les animaux vifs et abattent à leur nom. Le critère de sélection des produits est très souvent la qualité des animaux au niveau de l engraissement et de la conformation. Les contraintes liées au cahier des charges de l agriculture biologique ne permet pas toujours de satisfaire ces exigences. Localisation par secteur Ventes de produits sous SIQO (hors AB) Au total, 20 boucheries traditionnelles ont été contactées mais peu ont souhaité participer à l étude; par manque de temps ou désintérêt du bio. Sur les refus, 5 ont été catégoriques, les personnes contactées ont manifesté un blocage complet face au bio. Activité principale Raisons de la non distribution de viande bio Aucune boucherie traditionnelle distribue de la viande certifiée bio. Intérêt pour la vente de viande bio La différence de prix fait craindre aux commerçants une perte de clientèle importante. De plus, ils considèrent que la qualité de la viande produite sur le département est déjà bonne et ne nécessite pas de label spécifique. Un cahier des charge contraignant, Sur l ensemble des magasins contactés, 8/20 (40%) ont marqué un refus du bio. Le cahier des charge lié à la distribution de viande bio en rayon traditionnel est souvent peu connu. Les bouchers avertis remarquent que les contraintes de gestion et comptabilité liées à la distribution en parallèle de bio et conventionnel deviennent un prétexte pour ne pas faire la démarche de vente de produits certifiés. Aucun n a parié sur une boucherie 100% bio jugeant l offre trop exclusive et craignant une perte de clientèle.

5 Les magasins spécialisés bio (4 magasins enquêtés) La boucherie en magasin spécialisé bio ne représente pas une part importante de l activité. Sur les différents commerces rencontrés, le rayon viande ne pèse guère plus de 2 à 3% du chiffre d affaire total. Tous remarquent que la viande n est pas une priorité pour un consommateur qui souhaite acheter du bio et ne cherchent pas en conséquence à développer leurs rayons. Tous se contentent d un rayon en libre service et réceptionnent les produits déjà emballés. Produits distribués Fournisseurs 3/3 Il n y a pas une grande diversité dans les produits distribués. Concernant le porc par exemple, le rayon se limite souvent à de la charcuterie ou du jambon sous vide. Sélection des produits et fournisseurs L approvisionnement local va généralement de pair avec la distribution de produit bios. Cependant, le choix des fournisseurs n est pas toujours important et celui-ci se fait parfois par défaut. Un concurrent sur l Aveyron, la vente directe au consommateur! En principe, les magasins sont liés à une centrale d achat. C est la raison pour laquelle la régularité d approvisionnement ne ressort pas dans les priorités concernant le choix des fournisseurs car celle-ci peut justement compenser les variations liées à la production La vente directe prend une part importante du marché viande sur le département au détriment des petits distributeurs. En effet, le producteur va proposer au consommateur des produits de qualité à des prix globalement inférieurs à ceux pratiqués en magasin. Le consommateur qui fait la démarche de s approvisionner en magasin spécialisé achète généralement sa viande directement auprès du producteur. Développer le rayon boucherie dans ce canal de distribution ne semble donc pas le plus pertinent. Pourquoi n achète-t-on pas de viande bio? (remarques relevées par les responsables de magasins bio auprès de consommateurs réticents au bio) «Les produits bios sont trop chers» «Les produits bios, c est pas pour moi» «Je ne vois pas la différence entre une viande bio et non bio» «Je privilégie la qualité de la viande avant de regarder si elle est bio» «Sur l Aveyron, nombreux sont les élevages de qualité sans pour autant être en bio»

6 Préconisations Perspectives encourageantes Points d attention D après les GMS, distributeurs les plus importants, la viande bio a un certain potentiel et peut présenter un intérêt en tant que complément de gamme. Les boucheries semblent ne pas trouver d intérêt à travailler des produits biologiques. Ce canal de distribution semble délicat à pénétrer. L Aveyron est un territoire d élevage et les possibilités d évolution et d amélioration de la filière viande bio sont nombreuses. La viande bio en circuit de distribution organisé (hors vente directe) ne représente qu une très faible part du marché et donne donc à espérer des marges de croissances. Les freins au développement de la filière peuvent être en grande partie levés avec de la communication auprès des consommateurs et distributeurs, actions peu difficiles à mettre en place et qui peuvent rapidement porter leurs fruits. La mise en marché de produits bios avec la grande distribution est très exigeante et contraignante ; les producteurs devront être accompagnés pour tenir leur rôle de fournisseurs sur de tels établissements. Les volumes de la vente directe sont difficiles à évaluer mais importants et de toutes manières soustraits aux autres circuits. Un consommateur de viande va rechercher la qualité et l origine des produits avant de se tourner vers le bio. L appellation des produits joue beaucoup dans le choix du consommateur («Bœuf Fermier d Aubrac» vs «Bœuf Bio» par exemple). Suggestions d études à réaliser dans la continuité de cette enquête Contacter les grossistes et plateformes d achat des grandes surface pour comprendre leur fonctionnement et leurs attentes. Ce sont eux les moteurs de la distribution. Ceci permettra par ailleurs d avoir leur point de vue sur le potentiel de la viande bio sur le marché aveyronnais. Réaliser une étude de marché auprès des établissements de restauration commerciale. Dans un premier temps en rencontrant les établissement reconnus sous le titre de Maitre Restaurateur puis éventuellement en élargissant à l ensemble des restaurants. Étudier le marché sur les grandes agglomérations à proximité de l Aveyron où le pouvoir d achat de la population est plus important et où il y a moins de concurrence au niveau de l élevage (Toulouse, Montpellier, Marseille, Paris). Étudier le marché sur la vente directe, évaluer quel est son poids sur le marché de la viande aveyronnais. Comment l améliorer tout en développant les autres circuits? Bibliographie - Chambre de commerce et d industrie de l Aveyron, Publications. - Direction Départementale des Territoires de l Aveyron, Indicateurs du 4ème Indicateurs-1ertrimestre2011-Agriculture_Aveyron.pdf ] - Direction Départementale des Territoires de l Aveyron, Indicateurs du 4ème Indicateurs-2emetrimestre2011-Agriculture_Aveyron.pdf ] - Direction Départementale des Territoires de l Aveyron, Indicateurs du 4ème Indicateurs-2emetrimestre2011-Agriculture_Aveyron.pdf ] - Direction Départementale des Territoires de l Aveyron, Indicateurs du 4ème Indicateurs-2emetrimestre2011-Agriculture_Aveyron.pdf] - INSEE, Recensement de la population par commune [http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/recensement/populations-legales/ departement.asp?dep=12&annee=2009] - Interbev, Résultats de l Observatoire des Viandes BIO de la Commission BIO d INTERBEV : La viande bio en plein développement! - Ministère de l Agriculture de l Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l Aménagement du territoire, 29/05/2012. Liste des abattoirs de volailles, de lapins (et apparenté) agréés CE / Meat from poultry and lagomorphs slaughterhouse. DGAL/SA/SDSSA/BEAD - Ministère de l Agriculture de l Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l Aménagement du territoire, 29/05/2012. Liste des abattoirs d'ongulés domestiques agréés CE / Meat of domestic ungulates slaughterhouse. DGAL/SA/SDSSA/BEAD - Ministère de l Agriculture de l Alimentation, de la Pêche, de la ruralité et de l aménagement du territoire, 29/05/2012. Liste des ateliers de découpe de viandes de volailles, de lapins (et apparentés) agréés CE / Meat from poultry and lagomorphs cutting plant. DGAL/SA/SDSSA/BEAD - Ministère de l Agriculture de l Alimentation, de la Pêche, de la ruralité et de l aménagement du territoire, 29/05/2012. Liste des ateliers de découpe de viandes d'animaux de boucherie agréés CE / Meat of domestic ungulates cutting plant. DGAL/SA/SDSSA/BEAD Rédaction : Guillaume LEFEBVRE Édition 2012 Avec le soutien de :

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION 1 LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION par Gilles Le Pottier 1 Alors que notre alimentation est de plus en plus

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS.

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS. Sommaire Définitions Les circuits Les données de prix utilisées Retraitements Limites 1 Prix au stade production Définitions - prix perçu par le producteur agricole, s applique au kg de carcasse ; - acheteur

Plus en détail

La consommation des produits biologiques

La consommation des produits biologiques La Bio en France La consommation des produits biologiques Un marché de l ordre de 4 milliards d euros avec : 3,75 milliards d euros d achats de produits bio pour la consommation à domicile en 2011 158

Plus en détail

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES Contexte et Objectifs : La commercialisation et la promotion des produits agricoles locaux dans le contexte actuel s effectuent avec plus de succès si des

Plus en détail

Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège

Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège Lancement d une plate-forme de distribution des produits locaux en 2011 Demande en produits locaux pour la RHD L Ariège s

Plus en détail

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013 Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières Janvier 2013 Contexte et objectif Contexte Les industries agroalimentaires sont un secteur essentiel

Plus en détail

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE EN SAVOIR PLUS SUR LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE Bienvenu chez Hypermarket l éthique à prix discount avec la gamme équitable d hypermarket! Sinon l éthique tout court, c est en boutique monsieur!

Plus en détail

- Quelles actions à mener pour faciliter l émergence d une offre locale?

- Quelles actions à mener pour faciliter l émergence d une offre locale? DIRECCTE 59 - Pôle C septembre 2012 1 dans le respect des dispositions du Code des Marchés Publics - Quelles procédures mettre en œuvre? - Quels critères permettent de promouvoir la dimension de proximité?

Plus en détail

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers LÉGUMES Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers Dominique FICHE SCEES - Bureau des statistiques végétales et forestières Plus du quart des producteurs de légumes frais écoulent

Plus en détail

FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne

FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne Cette première synthèse est issue du travail mené par l ARDEAR Champagne-Ardenne dans le cadre

Plus en détail

ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Session 2008 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 4 Le sujet comporte 5 pages numérotées

Plus en détail

Ordre du jour. - Rappel du contexte de l étude - Présentation des résultats de l enquête - Propositions et choix des actions à conduire

Ordre du jour. - Rappel du contexte de l étude - Présentation des résultats de l enquête - Propositions et choix des actions à conduire Comité de Pilotage Etude sur le développement de l agriculture biologique et des circuits courts sur le territoire du Pays Page 1 Ordre du jour - Rappel du contexte de l étude - Présentation des résultats

Plus en détail

Commission européenne/agricultural Markets Task force

Commission européenne/agricultural Markets Task force Commission européenne/agricultural Markets Task force La contractualisation dans les filières animales en France 24 mai Bruxelles Thèmes abordés Les particularités des produits animaux Des filières sous

Plus en détail

Joséphine Henrion. Etats des lieux des données existantes en matière d offre alimentaire en Région de Bruxelles Capitale

Joséphine Henrion. Etats des lieux des données existantes en matière d offre alimentaire en Région de Bruxelles Capitale Etats des lieux des données existantes en matière d offre alimentaire en Région de Bruxelles Capitale Joséphine Henrion Département consommation durable et éco-comportement Inventaire et analyse des données

Plus en détail

Comment améliorer l image et la visibilité de nos produits de volailles?

Comment améliorer l image et la visibilité de nos produits de volailles? Comment améliorer l image et la visibilité de nos produits de volailles? Colot Catherine et Couvreur Pierre-Antoine, chefs de projet du Conseil de filière des secteurs avicole et cunicole L objectif principal

Plus en détail

Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole

Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole 1 LES ACTEURS Saint-Etienne Métropole Nicolas QUITTARD, chargé de mission agriculture Chambre d agriculture de la Loire

Plus en détail

La diversité des modes d organisation des enseignes

La diversité des modes d organisation des enseignes Numéro 4 / février 2014 L évaluation des coûts et des marges dans les rayons alimentaires de la grande distribution en 2012 Contributeurs : Philippe Boyer, Amandine Hourt Les travaux de l observatoire

Plus en détail

ETUDE DE MARCHE. Etude de marché

ETUDE DE MARCHE. Etude de marché ETUDE DE MARCHE 1 Sommaire 1. Définitions 2. Etude macro économique : connaissances générales du marché 3. Etude micro-économique : connaissances du terrain 4. Implantation de votre entreprise 5. Calcul

Plus en détail

Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015

Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015 DU 24 AU 28 JANVIER 2015 Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015 STAND «LA FILIERE VIANDE ET VOUS» HALL 2.2, ALLEE J, STAND 116 STAND «LES VIANDES BIO» HALL 2.2, ALLEE L, STAND 100 INTERBEV AU PLUS

Plus en détail

CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE

CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE "APPROVISIONNEMENT DE LA RESTAURATION COLLECTIVE DANS LE JURA PAR DES PRODUITS AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES LOCAUX" PREAMBULE

Plus en détail

Corrigé - Les Laboratoires Cattier

Corrigé - Les Laboratoires Cattier CIE4DME Session 2009 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé - Les Laboratoires Cattier PARTIE I : L ÉTUDE

Plus en détail

BAC PRO Gep éditions, 2009 ISBN : 978-2-84425-687-4

BAC PRO Gep éditions, 2009 ISBN : 978-2-84425-687-4 BAC PRO Rôle, objectifs et moyens d action d un point de vente 1 FICHE Être capable de Définir et comprendre le rôle et les objectifs d un point de vente. Identifier comment le magasin peut atteindre ses

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

Intégrer des produits issus du commerce équitable dans la commande publique

Intégrer des produits issus du commerce équitable dans la commande publique Association de promotion et de développement du Commerce Equitable en Rhône-Alpes Intégrer des produits issus du commerce équitable dans la commande publique Equi'Sol: Association de promotion du commerce

Plus en détail

«Relation éleveurs - prestataires» Diagnostic besoin / offre de prestation et sélection - EPL de La Roque -

«Relation éleveurs - prestataires» Diagnostic besoin / offre de prestation et sélection - EPL de La Roque - «Relation éleveurs - prestataires» Diagnostic besoin / offre de prestation et sélection - EPL de La Roque - Le choix de l abattoir et/ou du prestataire est une étape importante dans la mise en place d

Plus en détail

Rapport annuel 2011-2012

Rapport annuel 2011-2012 Code de conduite pour des relations commerciales équitables entre fournisseurs et acheteurs dans la chaîne agro-alimentaire Rapport annuel 2011-2012 Le code de conduite pour des relations commerciales

Plus en détail

CASDAR Développement et transfert en Agriculture

CASDAR Développement et transfert en Agriculture Titre : Mise en place et structuration d une filière de produits agricoles de proximité pour la restauration hors domicile. GAL : Pays du Mans Région : Pays de Loire Priorité ciblée : Prise en compte des

Plus en détail

(1) Les chiffres ne sont pas audités.

(1) Les chiffres ne sont pas audités. Paris, le 27 juillet 2015, 07h00 Systèmes Intelligents de Sûreté Protection en Milieux Nucléaires Projets et Services Industriels Impression 3D À propos de Groupe Gorgé Créé en 1990, Groupe Gorgé est un

Plus en détail

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on?

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on? Consommation alimentaire de produits biologiques : Juillet 2015 Où en est-on? En 2015, 88 % des Français ont consommé un produit bio (contre 75 % en 2013). 62 % déclarent en consommer au moins une fois

Plus en détail

CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE

CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE ENTRE LA MINISTRE DE L ÉCOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L

Plus en détail

L Australie et la crise agricole

L Australie et la crise agricole L Australie et la crise agricole Agriculture en Australie Agriculture en France 20% 8% céréales élevage à viande/laitier 23% culture et élevage 48% autre 17% 36% Sources : Bureau australien des Statistiques

Plus en détail

ANNEXE I Référentiels du diplôme

ANNEXE I Référentiels du diplôme ANNEXE I Référentiels du diplôme Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Savoirs associés Unités constitutives du référentiel de certification Management des unités commerciales

Plus en détail

Bio et local : c est l ideal

Bio et local : c est l ideal 01 Bio et local : c est l ideal Bio π Les produits vendus localement nécessitent moins d emballages. π En consommant bio et local, vous contribuez à la réduction des transports et à la préservation de

Plus en détail

Colloque Bio Transfo : Dynamique de développement des filières bio aujourd hui en France et en Rhône- Alpes

Colloque Bio Transfo : Dynamique de développement des filières bio aujourd hui en France et en Rhône- Alpes Colloque Bio Transfo : Dynamique de développement des filières bio aujourd hui en France et en Rhône- Alpes 1 FIN 2009 : 16 446 exploitations bio, 677 513 ha + 24% d exploitations / 2008 +16% surface bio

Plus en détail

Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer

Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

Les paniers de fruits et légumes : comparaison des différentes pratiques

Les paniers de fruits et légumes : comparaison des différentes pratiques Les paniers de fruits et légumes : comparaison des différentes pratiques Avec le soutien de Saveurs paysannes asbl. 2b Place de la Station - 5000 Namur Tél. 081/57 00 26-0499/11 43 64 - info@saveurspaysannes.be

Plus en détail

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Auteurs : Antoine JAN Blezat Consulting Florence GALLOIS BRIDE OC2 Consultants Février 2014 Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Synthèse Coordination

Plus en détail

Le marché. Définitions Le marché. Définitions Le marché du produit

Le marché. Définitions Le marché. Définitions Le marché du produit Le marché Le marché Le marché du produit Classification de C. MATRICON Les marchés amont et aval Parts de marché Les composantes du marché La demande L offre L environnement Définition Critères Techniques

Plus en détail

La restauration collective Planification et réalités techniques: Quelles implications pour les producteurs?

La restauration collective Planification et réalités techniques: Quelles implications pour les producteurs? La restauration collective Planification et réalités techniques: Quelles implications pour les producteurs? Sommaire La restauration collective chez Pro Natura Planification et organisation de la production

Plus en détail

ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008. COORDINATEUR : Alain Kruger

ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008. COORDINATEUR : Alain Kruger ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008 COORDINATEUR : Alain Kruger mail : akruger@esg.fr RAPPEL DES DELAIS : Constitution des équipes et des projets Semaine du 21 janvier 2008

Plus en détail

L'immobilier d'entreprise

L'immobilier d'entreprise DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE OMIQUE EN PARTENARIAT A R A T AVEC LA CCI C DE BÉTHUNE OCTOBRE 2008 NUMÉRO 2 L'immobilier d'entreprise La CCI et l AULAB ont réalisé une étude chiffrée du marché de l immobilier

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

FICHE «AGRICULTURE BIOLOGIQUE» ETABLIE A L ATTENTION DES METIERS DE LA VIANDE

FICHE «AGRICULTURE BIOLOGIQUE» ETABLIE A L ATTENTION DES METIERS DE LA VIANDE FICHE «AGRICULTURE BIOLOGIQUE» ETABLIE A L ATTENTION DES METIERS DE LA VIANDE CAB/I011/12-1 Cette fiche concerne tous les opérateurs abattoirs, ateliers de découpe et boucheries travaillant des produits

Plus en détail

Organisation et tendances. de la distribution des produits bio

Organisation et tendances. de la distribution des produits bio Organisation et tendances de la distribution des produits bio 1-Quelques généralités sur la distribution La fonction économique principale de la distribution est de rendre un produit accessible au consommateur

Plus en détail

Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur!

Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur! Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur! Février 2015 Edito Fraicheur et Terroir : une nouvelle étape! Le dernier édito vous faisait part de l évolution de notre magasin et du manque de place engendré par

Plus en détail

Le système PEFC en bref

Le système PEFC en bref 10-1-1 NOTE À L ATTENTION DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES PUBLIANT UN APPEL D OFFRE PUBLIC INTÉGRANT UNE EXIGENCE PEFC OU UNE EXIGENCE DE CERTIFICATION DE LA GESTION DURABLE DE LA FORÊT Devant le fort

Plus en détail

Une cuisine autonome pour chaque collège

Une cuisine autonome pour chaque collège Une cuisine autonome pour chaque collège 2 Genèse du projet Sur les 53 collèges, 36 disposent aujourd hui d une cuisine autonome où les repas y sont entièrement préparés. Deux Unités de Production Culinaire

Plus en détail

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale A Paris, le vendredi 07 septembre, REEXAMEN DU REGIME DE L UE APPLICABLE AU SECTEUR DES FRUITS ET LEGUMES - CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES OPTIONS PROPOSEES ET L'EVALUATION DE LEURS INCIDENCES Contribution

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011

États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011 Communiqué États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011 Chiffres clés de la en 2009 Exportations : 10,15 millions de bouteilles (soit 846 milliers de caisses) pour

Plus en détail

Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments

Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments C2 1/4 Paquet hygiène : actualités, enjeux Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Le «Paquet hygiène», composé de plusieurs textes législatifs adoptés par

Plus en détail

Les achats de produits carnés en restauration hors foyer en France. 2 mars 2010 SIA

Les achats de produits carnés en restauration hors foyer en France. 2 mars 2010 SIA Les achats de produits carnés en restauration hors foyer en France 2 mars 2010 SIA Méthodologie Centre de recherche pour l étude et l observation des conditions de vie Phase 1 : Analyse sectorielle du

Plus en détail

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997)

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) L hôtellerie-restauration, au sens large du terme, regroupe l ensemble des activités qui répondent aux besoins de la clientèle

Plus en détail

Sociétés agricoles : entre modernité et tradition

Sociétés agricoles : entre modernité et tradition EXPLOITATIONS AGRICOLES Sociétés agricoles : entre modernité et tradition Denis BARTHÉLEMY Anne-Marie DUSSOL INRA ENESAD - UMR en Économie et Sociologie Rurales Cet article a été réalisé dans le cadre

Plus en détail

Association Le Relais

Association Le Relais Association le Relais Achat d une prestation étude de marché Permettant la création d un atelier de transformation fruits, légumes et son équilibre financier Structure commanditaire Association Le Relais

Plus en détail

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

Marque et label : quelles différences, comment s y retrouver?

Marque et label : quelles différences, comment s y retrouver? Marque et label : quelles différences, comment s y retrouver? Bonjour, je me présente, Anne-Laure Blaise, je suis étudiante en Géographie de l alimentation à l Université de la Sorbonne à Paris, actuellement

Plus en détail

Ce document a été élaboré à partir de l étude réalisée par le Cabinet AID, en 2010, dans le cadre de l Observatoire du Commerce en Bourgogne.

Ce document a été élaboré à partir de l étude réalisée par le Cabinet AID, en 2010, dans le cadre de l Observatoire du Commerce en Bourgogne. Ce document a été élaboré à partir de l étude réalisée par le Cabinet AID, en 2010, dans le cadre de l Observatoire du Commerce en Bourgogne. Les résultats qui ont servi à la réalisation de ce document

Plus en détail

INTERBEV - FRANCEAGRIMER

INTERBEV - FRANCEAGRIMER INTERBEV - FRANCEAGRIMER JOURNEE DE L ELEVAGE FRANCAIS ORGANISEE EN ITALIE VERONE, LE VENDREDI 06 FEVRIER 2015 COMPTE RENDU de la présentation de l ISMEA Filière Bétail et Viande 18 mars 2015 Dossier n

Plus en détail

Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel

Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel DGT/ RT3 01/09/2009 Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel (PUCE) L article 2 de la loi du 10 août 2009 réaffirmant le principe du repos dominical et visant à adapter les dérogations à ce

Plus en détail

COMMENT ACHETER LA VIANDE EN RESTAURATION HORS DOMICILE?

COMMENT ACHETER LA VIANDE EN RESTAURATION HORS DOMICILE? COMMENT ACHETER LA VIANDE EN RESTAURATION HORS DOMICILE? Nouvelles fiches techniques pour faciliter l achat des viandes L a restauration collective joue un rôle social et éducatif majeur, notamment en

Plus en détail

DES OGM DANS MON ASSIETTE??? COMPRENDRE L ÉTIQUETAGE DES ALIMENTS

DES OGM DANS MON ASSIETTE??? COMPRENDRE L ÉTIQUETAGE DES ALIMENTS DES OGM DANS MON ASSIETTE??? COMPRENDRE L ÉTIQUETAGE DES ALIMENTS UN ORGANISME GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉ (OGM)??? C est un organisme (plante, animal, bactérie, virus) dont l ADN a été modifié de façon non

Plus en détail

Mise en marché des fruits et légumes biologiques québécois

Mise en marché des fruits et légumes biologiques québécois Mise en marché des fruits et légumes biologiques québécois Activité de maillage et de réflexion 3 avril 2008 Yves Dubois, consultant Ce projet a été réalisé grâce à un appui financier du Ministère de l'agriculture,

Plus en détail

Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think Consulting)

Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think Consulting) الشراكة المؤسسة الا نتاجیة وقطاع التوزیع الواسع( بین التجزي ة) تجارة Partenariat Producteur Grande Distribution Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think

Plus en détail

Enquête Restauration Collective* Conseil Local de Développement CDDRA de l Albanais

Enquête Restauration Collective* Conseil Local de Développement CDDRA de l Albanais Enquête Restauration Collective* Conseil Local de Développement CDDRA de l Albanais Le Territoire de l Albanais : 26 700 ha 38 000 habitants 29 communes 2 cantons 2 communautés de communes : Communauté

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RÉSULTATS DE LA VENTE DIRECTE DE VIANDE D'AGNEAUX BIO 2001-2007

SYNTHÈSE DES RÉSULTATS DE LA VENTE DIRECTE DE VIANDE D'AGNEAUX BIO 2001-2007 LE CAMBON Synthèse pluriannuelle SYNTHÈSE DES RÉSULTATS DE LA VENTE DIRECTE DE VIANDE D'AGNEAUX BIO 21-27 «recherche de références en élevage ovin viande et bovin viande conduite selon le mode de production

Plus en détail

Grouiez Pascal. MCF, Université de Nantes pascal.grouiez@gmail.com. LADYSS, 18 février 2013

Grouiez Pascal. MCF, Université de Nantes pascal.grouiez@gmail.com. LADYSS, 18 février 2013 Une analyse sectorielle et territoriale des transformations des exploitations agricoles en Russie postsoviétique : un questionnement sur lesfrontières économiques et sociétales des firmes à l'heure de

Plus en détail

Guillaume comprend que le marché est composé de 3 composantes, mais desquelles s agit-il?

Guillaume comprend que le marché est composé de 3 composantes, mais desquelles s agit-il? Thème 1 : Mercatique et consommateur Question de gestion : La mercatique cherche-t-elle à répondre aux besoins des consommateurs ou à les influencer? Chapitre 4 : Sur quel(s) marché(s) agir et comment

Plus en détail

Un regard sur l Europe

Un regard sur l Europe Les évolutions de la production porcine en Europe du Nord Nom Date Bert van Meer 29 Avril 2010 AG Marché du Porc Breton Index Un regard sur l Europe L Allemagne: Centre de l Europe Porcine Le Danemark

Plus en détail

BAROMÈTRE DU COMMERCE ÉQUITABLE. 2 ème édition AVRIL 2008. Contact Presse : laboite com concept Géraldine FERRIER FRUGIER 01 42 78 48 38

BAROMÈTRE DU COMMERCE ÉQUITABLE. 2 ème édition AVRIL 2008. Contact Presse : laboite com concept Géraldine FERRIER FRUGIER 01 42 78 48 38 BAROMÈTRE DU COMMERCE ÉQUITABLE 2 ème édition AVRIL 2008 Contact TNS Sofres : Pôle Actualité Stratégies d Opinion Guillaume PETIT Marie-Colombe AFOTA 01 40 92 46 90 / 45 03 Contact Presse : laboite com

Plus en détail

Une image cohérente avec sa production

Une image cohérente avec sa production Une image cohérente avec sa production Une image de marque peut être définie comme une représentation que se donne une entreprise vis-à-vis du public, de ses produits et de ses marques commerciales. Il

Plus en détail

la consommation responsable, pour tous s y retrouver!

la consommation responsable, pour tous s y retrouver! OSSIER E PRESSE la consommation responsable, pour tous s y retrouver! Chaque jour, de nouveaux produits éthiques et de nouvelles initiatives apparaissent sur le marché. Pour le consommateur, pas facile

Plus en détail

CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat

CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat Le compte de résultat est un document comptable qui permet de savoir si les recettes de l entreprise (les produits) ont permis de faire face

Plus en détail

Plateformes Régionales d innovation «Agriculture biologique, agriculture périurbaine durable» au Lycée Nature à la Roche sur Yon.

Plateformes Régionales d innovation «Agriculture biologique, agriculture périurbaine durable» au Lycée Nature à la Roche sur Yon. Plateformes Régionales d innovation «Agriculture biologique, agriculture périurbaine durable» au Lycée Nature à la Roche sur Yon Dossier de presse Sommaire Communiqué de synthèse p.2 Présentation de la

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE

RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE Fonctionnement de la base de données sur les variétés disponibles en semences issues du mode de production biologique Synthèse annuelle des dérogations accordées En

Plus en détail

Optimiser les initiatives S&OP des entreprises agroalimentaires

Optimiser les initiatives S&OP des entreprises agroalimentaires Optimiser les initiatives S&OP des entreprises agroalimentaires Anticiper et prendre les meilleures décisions au regard des contraintes économiques et organisationnelles, tels sont les challenges quotidiens

Plus en détail

Une nouvelle épicerie à Fourquevaux. Un projet associatif

Une nouvelle épicerie à Fourquevaux. Un projet associatif Une nouvelle épicerie à Fourquevaux Un projet associatif L épicerie dans l histoire de Fourquevaux Henri Jusqu à la fin des années 50 4 épiceries 2 boulangeries 1 boucherie 1 café restaurant Fermeture

Plus en détail

Décision n 10-DCC-127 du 23 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Comtrade par le groupe DCC

Décision n 10-DCC-127 du 23 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Comtrade par le groupe DCC RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-127 du 23 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Comtrade par le groupe DCC L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS Dans le cadre du projet de territoire Ambition 2020, le Pôle Territorial souhaite soutenir l agriculture et travaille sur le développement des

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013 Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI RAPPORT FINAL 13 mars 2013 Version finale 13/03/2013 RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE ÉLECTRONIQUE 2 Introduction Le questionnaire diffusé par l ASMEP-ETI auprès

Plus en détail

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY ETUDES Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire Pascal GARRY CTSCCV - 7 avenue du Général de Gaulle - 94704 Maisons-Alfort Cedex «Alimentation sous haute surveillance», «Faut-il avoir peur

Plus en détail

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT Numéro 117 - Février 2012 Île-de-France Recensement agricole 2010 : les circuits-courts en Île-de-France. DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

Plus en détail

«Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective»

«Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective» «Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective» Compte rendu de l initiative publique du 21 mars 2012 1 e - Rappel du contexte de l initiative, des objectifs de l

Plus en détail

Producteur individuel ou sociétaire (GAEC, EARL,...) R A. Fabrication à la FERME. Pot à lait

Producteur individuel ou sociétaire (GAEC, EARL,...) R A. Fabrication à la FERME. Pot à lait Filière lait biologique en oire-tlantique e lait de vache bio en 2010 2,2 millions de litres de lait io ont été produits en oire-tlantique. ait frais cru ype de filière Filière courte Filière longue 2,5%

Plus en détail

CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE

CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE Mémoire de La Coop fédérée dans le cadre des consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n

Plus en détail

BORDEAUX MÉTROPOLE. Rapport annuel d activité 2014. Marché d Intérêt National

BORDEAUX MÉTROPOLE. Rapport annuel d activité 2014. Marché d Intérêt National BORDEAUX MÉTROPOLE Rapport annuel d activité 2014 Marché d Intérêt National Edito Faits marquants de l année 2014 Repères Description du service Synthèse de l activité Analyse économique et financière

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Décision n 14-DCC-66 du 30 mai 2014 relative à la prise de contrôle de trois fonds de commerce de distribution alimentaire par le groupe SAFO-GHD

Décision n 14-DCC-66 du 30 mai 2014 relative à la prise de contrôle de trois fonds de commerce de distribution alimentaire par le groupe SAFO-GHD RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-66 du 30 mai 2014 relative à la prise de contrôle de trois fonds de commerce de distribution alimentaire par le groupe SAFO-GHD L Autorité de la concurrence, Vu le

Plus en détail

Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE

Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE FR Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 4(4) date: 18.8.2014 COMMISSION

Plus en détail

Séance de travail «Circuits courts de commercialisation Qualité alimentaire»

Séance de travail «Circuits courts de commercialisation Qualité alimentaire» DAAF Martinique Séance de travail «Circuits courts de commercialisation Qualité alimentaire» Le 24 mai 2011 1 Liste des personnes présentes : Nom - Prénom Organisme Fonction Email IGOUT Maryse Conseil

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE AI 2010 0 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DANS LA LIGNÉE DE SA POLITIQUE DE DISCOUNT RESPONSABLE QUI VISE À RENDRE ACCESSIBLES À TOUS LES CONSOMMATEURS

Plus en détail

Rapport intermédiaire sur le signalement des œuvres introuvables

Rapport intermédiaire sur le signalement des œuvres introuvables Le est une fonctionnalité mise en ligne par l Hadopi le 12 mars 2014 permettant à un internaute de signaler via un formulaire toute œuvre culturelle qu il souhaite consommer et qu il n arrive pas à trouver

Plus en détail

Présentation de l UGAP

Présentation de l UGAP 2013 Statut et mission PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L UNION DES GROUPEMENTS D ACHATS PUBLICS (UGAP) L UGAP est un établissement public industriel et commercial créé en 1985 et placé sous la double tutelle

Plus en détail

LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC

LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC Manifeste de la CFTC pour la mise en œuvre d un label «Traçabilité Sociale» Confirmant que la France souhaite toujours

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS D IDEES : IMAGINEZ LA BIBLIOTHEQUE UNIVERSITAIRE DU XXIème SIECLE

REGLEMENT DU CONCOURS D IDEES : IMAGINEZ LA BIBLIOTHEQUE UNIVERSITAIRE DU XXIème SIECLE REGLEMENT DU CONCOURS D IDEES : IMAGINEZ LA BIBLIOTHEQUE UNIVERSITAIRE DU XXIème SIECLE Date d ouverture : lundi 2 mars 2015 Date limite de dépôt des projets: vendredi 29 mai 2015 Comité de sélection :

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

La Bio en France : repères

La Bio en France : repères La Bio en France : repères Plus d un million d hectares engagés en bio fin 25 467 producteurs engagés en bio en et plus de 26 211 au 30 juin 2014 12 577 transformateurs, distributeurs et importateurs Evolution

Plus en détail

B7-VI Planifier et évaluer la production

B7-VI Planifier et évaluer la production B7-VI Planifier et évaluer la production Moyen d enseignement pour la formation professionnelle de base de l avicultrice, de l aviculteur en 3 ème année d apprentissage Table des matières 1 Planifier et

Plus en détail

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 - 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 Objectif(s) : o o Pré requis : o o o Contraintes de production, Optimisation de la gestion de la production. Coût de production, Production sous contraintes,

Plus en détail

Réunion de secteurs Etat des lieux

Réunion de secteurs Etat des lieux Chambre d'agriculture de la Drome Etude préalable à la mise en œuvre du PSADER de la Drôme des Collines Réunion de secteurs Etat des lieux AOUT 2011 PHASES DE TRAVAIL / METHODOLOGIE PHASE 1 PHASE 2 PHASE

Plus en détail