APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES"

Transcription

1 APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES Keller A (1-2), Laemmli C (1), Steiner C (1) Service de Médecine Nucléaire (1) Service de Radiodiagnostic et de Radiologie Interventionnelle (2) Hôpitaux universitaire de Genève - Suisse

2 Objectif Définir la place de la tomographie par émission de positrons (TEP - 18 FDG) dans le diagnostic et le bilan d extension des sarcomes

3 Matériel patients ( 4 F - 4 M ) Age : 44 ± 22 ( min - max : 9-64 ) Diagnostic final Ostéosarcome : 5 Intraosseux ( fémur : 2 - tibia : 1 - côte : 1 ) : 4 Extraosseux ( rétropéritonéal ) : 1 Chondrosarcome : 1 Transformation maligne d une exostose du bassin : 1 Sarcome fusocellulaire : 1 Transformation maligne d une dysplasie fibreuse du bassin : 1 Léiomyosarcome : 1 Cuisse : 1

4 Méthode 18 FDG MBq ( dose adaptée pour l âge en pédiatrie ) Caméra PET : ECAT ART - CTI Siemens - BGO - Résolution : 5 mm Acquisition : Transmission - Emission 1 heure après injection «corps entier» - Paliers : 16 cm (13.5 cm) - Chevauchement : 2.5 cm Transmission ( 137 Cs) : 6 min - Emission : 10 min Cyclotron : IBA Cyclone 18 / 9 ( protons / deuterons )

5 Présentation des images Coupes dans les 3 plans orthogonaux ( axial - coronal - sagittal ) Critères d interprêtation 2 lecteurs indépendants Détermination du SUV ( tumeur et métastases m ) Foyer(s) hypercaptant(s) dans des localisations non physiologiques «Gold standard» Corrélation avec le bilan radiologique RX : 8 - Scintigraphie osseuse ( Tc HDP) : 6 - CT : 6 - IRM : 5 Histopathologie (100%)

6 Résultats Dans notre collectif, les tumeurs primitives avaient des valeurs SUV moy comprises entre 1.5 et 7.1 ( min-max max ),), avec une valeur moyenne de 5.0 ± 2.4 ( moy ± DS ) et des SUV max comprises entre 1.8 et 8.4 ( min-max max ). SUV max Une corrélation positive entre l hypermétabolisme démontré à la TEP- 18 FDG et le réhaussement après s injection de contraste des zones tumorales «viables» en IRM ou au CT-scan a été constatée. Par contre,, pour le bilan d extension,, chez les 4 patients présentant des métastases à distance sur le bilan radio-scintigraphique ( poumons : 3, ganglion : 1, foie : 1, rétropéritoineritoine : 1, skip métastase : 1, tissu sous-cutan cutané : 1 ) la TEP- 18 FDG n a identifié que la métastase rétropéritonéale ( SUV moy-max max : ). On précisera cependant que la majorité des métastases avaient une taille infracentimétrique trique ( résolution spatiale intrinsèque de la caméra : 5 mm ).

7 Résultats Sexe Age Pathologie Grade SUV moy SUV max 1 M 59 Ostéosarcome high M 59 Ostéosarcome M 14 Ostéosarcome high F 23 Ostéosarcome F 9 Ostéosarcome high M 63 Chondrosarcome F 64 Sarc. fusocellulaire 8 F 61 Léïomyosarcome low high

8 Cas N N 1 : Ostéosarcome extra-osseux rétropéritonéal

9 52 ème 52 ème Journées Françaises de Radiologie M - 59 ans 18 FDG + C SUV moy : 7.1 SUV max : 7.8 SUV max 99m Tc HDP

10 Cas N N 5 : Ostéosarcome

11 52 ème 52 ème Journées Françaises de Radiologie 18 FDG + Gd 99m Tc HDP + Gd SUV moy : 1.6 SUV max : 1.8 SUV max

12 Cas N N 6 : Dégénérescence chondrosarcomateuse d une d exostose

13 18 FDG + Gd 99m Tc HDP SUV moy : 1.8 SUV max : 2.0 SUV max

14 Sexe Age Pathologie Metastase(s) SUV moy SUV max 1 M 59 Ostéosarcome M 59 Ostéosarcome M 14 Ostéosarcome + not visualized 4 F 23 Ostéosarcome F 9 Ostéosarcome + not visualized 6 M 63 Chondrosarcome F 64 Sarc. fusocellulaire + not visualized 8 F 61 Léïomyosarcome

15 Cas N N 1 : Ostéosarcome extra-osseux rétropéritonéal Métastase rétropéritonéale (hile splénique)

16 18 FDG + C SUV moy : 6.9 SUV max : 7.7 SUV max + C

17 Cas N N 5 : Ostéosarcome - Métastases pulmonaires

18 18 FDG - C

19 Discussion - 1 Les SRC constituent un groupe de tumeurs hétérogènes au comportement biologique très variable et développées aux dépens du tissu conjonctif. Ils sont classés histopathologiquement en tumeur de bas ( BG ), intermédiaire ( IG ) ou haut grade ( HG ). L utilité du TEP- 18 FDG dans les SRC est en cours d évaluation, mais quelques publications soulignent déjà son apport dans la distinction des tumeurs bénignes des SRC ( osseuses et tissus mous ), la détermination du «grading» tumoral,, le bilan d extension,, la différenciation entre récidive tumorale et modification tissulaire post- thérapeutique et l évaluation précoce de l efficacité d une chimiothérapie.. La littérature actuelle retient les valeurs SUVmoy / SUVmax de 1.8 / 3.0 respectivement pour distinguer les SRC des tumeurs bénignes. Dans notre série limitée e de 8 SRC, 3 cas présentent un SUVmoy et un SUVmax à 1.8 et 3.0 respectivement ( 1 chondrosarcome et 2 ostéosarcomes ). Pour les 5 SRC dont le «grading» histopathologique est disponible ( 4 HG et 1 BG ), 3/4 SRC de HG avaient des SUVmoy / SUVmax > 1.8 / 3.0 alors qu un SRC de HG ( ostéosarcome ) avait un SUVmoy / SUVmax de 1.6 et 1.8 respectivement. Par contre, le SRC de BG ( sarcome fusocellulaire ) avait des valeurs SUVmoy / SUVmax de 5.6 et 8.4 respectivement.

20 Discussion L utilisation du TEP-18FDG dans la recherche de métastase(s) s est avérée décevante. Des 4 patients présentant des métastases «à distance» ( 3 ostéosarcomes osarcomes et un sarcome fusocellulaire ), la TEP-18FDG n a diagnostiqué qu une métastase à distance. Dans 3 cas, la présence de multiples métastases pulmonaires, certes de taille souvent infracentimétrique,, n a pas été diagnostiquée. Le seul cas de récidive tumorale ( ostéosarcome ) a été reconnu visuellement, mais avec des valeurs SUVmoy / SUVmax de 1.5 et 2.5. Quant à l évaluation précoce d une chimiothérapie,, largement rapportée dans la littérature, nous ne l avons pas évaluée dans ce collectif.

21 Conclusions L ensemble des SRC de cette série limitée présentent des valeurs SUVmoy / SUVmax très variables de et respectivement. Les valeurs de SUVmoy/max proposées dans la littérature pour distinguer les tumeurs bénignes des SRC ne sont qu indicatives et plusieurs exceptions dérogent à ces valeurs. L histologie des tumeurs ou pathologies ne respectant pas ces valeurs seuils sont progressivement répertoriées. Une réserve identique doit être faite en ce qui concerne la détermination du «grading» par la TEP- 18 FDG. Les métastases infracentimétriques n ont pas été diagnostiquées.

22 Bibliographie : Watanabe H et al. : «Glucose metabolic analysis of musculoskeletal tumors using 18 FDG PET as an aid to preoperative planning» - JBJS Br (2000) 82(5) : Feldman F et al. : «18 FDG PET scanning of benign and malignant musculoskeletal lesions» - Skeletal Radiol (2003) 32 : Aoki J et al. : «18 FDG PET of primary benign and malignant bone tumors : standardized uptake value in 52 lesions» - Radiology (2001) 219(3) : Schulte M et al. : «Grading of tumors and tumorlike lesions of bone : evaluation by 18 FDG PET» - J Nucl Med (2000) 41(10) : Hawkins D et al.. : «Evaluation of chemotherapy response in pediatric bone sarcomas by 18 FDG positron emission tomography» - Cancer (2002) 94(12) :

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib@cimen.fr Conflit d intérêt : aucun Quand demander

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

TEP Choline et cancer de la prostate

TEP Choline et cancer de la prostate TEP Choline et cancer de la prostate Eric ZERBIB CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, eric.zerbib@cimen.fr Pas de conflit d intérêt pour cette communication Médecins Nucléaires et Urologues

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES. S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal.

ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES. S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal. ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal. Introduction Les tumeurs malignes du massif facial:

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Cancers Digestifs : Quelle Imagerie? Philippe Soyer Service de Radiologie Viscérale et Interventionnelle ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Détection ti tumorale Extension locale Extension à distance Surveillance

Plus en détail

Irradiation Médicale et Grossesse

Irradiation Médicale et Grossesse Nucléaire et Santé février 2013 Irradiation Médicale et Grossesse Médecin chef des services Laroche Professeur au Val de grâce Service de Protection Radiologique des Armées INTRODUCTION Manque de connaissance

Plus en détail

Tomographie par Emission de Positon (TEP) et Thyroïde

Tomographie par Emission de Positon (TEP) et Thyroïde GHPS Tomographie par Emission de Positon (TEP) et Thyroïde Charlotte Lepoutre-Lussey Service de médecine nucléaire Institut Gustave Roussy-Hôpital Pitié-Salpêtrière Samedi 8 Juin 2013 Club Thyroïde Ile

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail

Apport du TEP SCAN en cancérologie Gynécologique et Mammaire.

Apport du TEP SCAN en cancérologie Gynécologique et Mammaire. Apport du TEP SCAN en cancérologie Gynécologique et Mammaire. Dr F. CACHIN Médecine Nucléaire Centre Jean Perrin Clermont Ferrand Florent.cachin@cjp.fr MÉDECINE NUCLÉAIRE : Étapes de la réalisation d une

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial. Antoine KHALIL Marie-France CARETTE

Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial. Antoine KHALIL Marie-France CARETTE Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial Antoine KHALIL Marie-France CARETTE Introduction Le cancer bronchique est la première cause de mortalité par cancer en Europe avec une survie à 5

Plus en détail

les incidentalomes surrénaliens :! quelle stratégie diagnostique?!

les incidentalomes surrénaliens :! quelle stratégie diagnostique?! les incidentalomes surrénaliens :! quelle stratégie diagnostique?! incidentalome surrénalien :! "masse surrénalienne (> 1 cm) de découverte fortuite lors dʼun examen dʼimagerie abdominale qui nʼest pas

Plus en détail

LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP)

LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) Qu est ce que la TEP? - Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique - Injection d un radiopharmaceutique Particularité : Emetteur de positons -

Plus en détail

Dosimétrie des examens sur appareils hybrides : TEP & SPECT. ACOMEN Groupe Radioprotection

Dosimétrie des examens sur appareils hybrides : TEP & SPECT. ACOMEN Groupe Radioprotection Dosimétrie des examens sur appareils hybrides : TEP & SPECT ACOMEN Groupe Radioprotection PLAN Présentation de l ACOMEN et du groupe Radioprotection Travaux réalisés sur la dosimétrie patients en TDM Pré

Plus en détail

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France Pré-requis Principe des ultrasons focalisés ou HIFU (High Intensity Focal Ultrasound)

Plus en détail

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons François Bénard, MD, FRCPC Clinicien-chercheur, Centre de recherche clinique Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Professeur

Plus en détail

Tumeurs osseuses en radiographie standard

Tumeurs osseuses en radiographie standard Tumeurs osseuses en radiographie standard Ernestho-ghoud IM, Rakotonirainy OH USFR RHUMATOLOGIE «Après-midi Rhumato», juillet 2014 Objectif Faire la différence entre une tumeur osseuse maligne et une tumeur

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Cellule adipeuse Source de cellules souches Source de facteurs de croissance Possibilité

Plus en détail

Intérêts de l'irm corps entier avec

Intérêts de l'irm corps entier avec Intérêts de l'irm corps entier avec séquences de diffusion en Oncolgie JC JOUVET 1, V THOMSON 1, M YANES 1, C JOURNE 1, M BAKIR 1,M DURIEUX 1, F DURUPT 2, Y BERTHEZENE 1 1. Service de Radiologie, Hôpital

Plus en détail

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, JFR 09 Apport de l imagerie dans les tumeurs glomiques des doigts. À propos de 15 cas Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, Touria AMIL*, Ahmed HANINE*, Souâd CHAOUIR*, Amina

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 12 avril 2012 2009 : TEP-TDM à temps de vol AVANT

Plus en détail

Biograph mmr. Hôpital La Pitié Salpêtrière. www.siemens.fr/medical

Biograph mmr. Hôpital La Pitié Salpêtrière. www.siemens.fr/medical Biograph mmr Hôpital La Pitié Salpêtrière www.siemens.fr/medical Deux en un : le Biograph mmr En 2011, Siemens a introduit le premier système IRM et TEP totalement intégré. Il permet de réaliser des examens

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France

Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France Intérêt de l IRM avec injection du Dotarem chez les nouveau-nés nés et nourrissons de moins

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial 18 F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial Dr. Elif Hindié, Dr. Anne-Laure Cazeau, Dr. Jean-Baptiste Pinaquy - Bordeaux Dr. David Groheux - Hôpital Saint-Louis

Plus en détail

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE ONCOLOGIE THORACIQUE Peer-reviewed article Stadification ganglionnaire médiastinale du cancer du poumon: nouveaux concepts Kurt G. Tournoy Oncologie thoracique, Onze-Lieve-Vrouw Ziekenhuis Aalst; Universiteit

Plus en détail

La tomographie par émission de

La tomographie par émission de Le dossier Indications TEP-TDM dans le cancer du sein réalités en gynécologie-obstétrique # 141_Novembre/Décembre 2009 RÉSUMÉ : Dans cet article, les auteurs présentent les indications actuelles, potentielles,

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz,

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, La Tomographie par Emission de Positons Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, Qu est ce que la TEP? Plateau technique de médecine nucléaire Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique PET scan : terme

Plus en détail

Scintigraphie. Radioélément : élément radioactif que l on peut administrer soit seul, ou fixer sur une molécule

Scintigraphie. Radioélément : élément radioactif que l on peut administrer soit seul, ou fixer sur une molécule MEDECINE NUCLEAIRE la scintigraphie est une technique d imagerie fonctionnelle. Elle apporte souvent des arguments complémentaires à l imagerie morphologique (radiodiagnostic) Scintigraphie Radioélément

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

Diagnostic radiologique des tumeurs parapharyngées

Diagnostic radiologique des tumeurs parapharyngées Diagnostic radiologique des tumeurs parapharyngées I. Achour, M. Sellami, z. B Rhaiem, MA. Chaabouni, I. Charfeddine, B. Hammami, A. Ghorbel Service ORL CHU Habib Bourguiba, Sfax Tunisie Introduction Tumeurs

Plus en détail

ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP

ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP ROHLim - rapport d activité année 213 ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP 1 Il existe en Limousin 3 Centres de Coordination

Plus en détail

Cancer de la Prostate Quoi de neuf?

Cancer de la Prostate Quoi de neuf? Cancer de la Prostate Quoi de neuf? CAFCIM -10 décembre 2011 Y. LE BRAS Imagerie Diagnostique et Thérapeutique de L adulte CHU Bordeaux Généralités 350 000 nouveaux cas/an en Europe 25% des cancers chez

Plus en détail

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne Généralités Imagerie du cancer de DES de gynécologie 09 février 2007 Edouard Poncelet, Pr D Vinatier Service d Imagerie médicale, JDF Service de Chirurgie gynécologique, JDF 3 cancer chez la femme (sein,

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients.

Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients. Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les suspicions de récidive r de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients. Laurence Champion, Myriam Wartski,,

Plus en détail

TEP au 18F-FDG et bilan d extension d dans le cancer du sein

TEP au 18F-FDG et bilan d extension d dans le cancer du sein TEP au 18F-FDG et bilan d extension d initial dans le cancer du sein Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d! Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib zerbib@cimen.fr atiente de 64 ans

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

L imagerie fonctionnelle en cancérologie digestive Comment je l intègre dans le compte-rendu?

L imagerie fonctionnelle en cancérologie digestive Comment je l intègre dans le compte-rendu? L imagerie fonctionnelle en cancérologie digestive Comment je l intègre dans le compte-rendu? Olivier PELLET INOL Lyon SIAD 2016 GENERALITES Imagerie fonctionnelle Etudie une fonction : sécrétion, métabolisme,

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Head and neck: formulaire d enregistrement des carcinomes de l oropharynx (nouveau diagnostic)

Head and neck: formulaire d enregistrement des carcinomes de l oropharynx (nouveau diagnostic) Head and neck: formulaire d enregistrement des carcinomes de l oropharynx (nouveau diagnostic) 1/6 08/05/2014 Head and neck carcinome oropharynx formulaire pour l enregistrement des nouveaux diagnostics

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Analyses moléculaires des tumeurs conjonctives Expérience de l Institut Bergonié Bordeaux. Activité FISH/CGH et présentation de cas

Analyses moléculaires des tumeurs conjonctives Expérience de l Institut Bergonié Bordeaux. Activité FISH/CGH et présentation de cas Analyses moléculaires des tumeurs conjonctives Expérience de l Institut Bergonié Bordeaux Activité FISH/CGH et présentation de cas Gaëlle Pérot Institut Bergonié Département de Biopathologie Bordeaux Département

Plus en détail

Recherche petit animal en pratique A quoi ça sert? L Fournier Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, UMR970

Recherche petit animal en pratique A quoi ça sert? L Fournier Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, UMR970 Recherche petit animal en pratique A quoi ça sert? L Fournier Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, UMR970 Deux objectifs différents 1. Améliorer l imagerie des cancers

Plus en détail

PETscan en Oncologie Thoracique. Dr. Laurence MABILLE

PETscan en Oncologie Thoracique. Dr. Laurence MABILLE PETscan en Oncologie Thoracique Dr. Laurence MABILLE PETSCAN: Grandes Indications Diagnostic de Malignité Bilan d extension Valeur pronostique Aide à la biopsie Précision du volume cible en cible radiothérapie

Plus en détail

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE;

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; Dans la grande majorité des situations de suspicion de pathologie osseuse bénigne, l exploration radiologique conventionnelle constitue l examen de

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

Yves Gandon CANCER DU RECTUM

Yves Gandon CANCER DU RECTUM Yves Gandon CANCER DU RECTUM Enjeux Problème de santé publique: 2 nd K pays développés, 1/3 des CCR 15000 nouveaux cas/ an en France Mauvais pronostic selon : extension locale T, CRM et lymphonoeuds N

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

MB3: Biophysique Imagerie - Rayonnement Année universitaire 2007-2008

MB3: Biophysique Imagerie - Rayonnement Année universitaire 2007-2008 Imagerie Médicale : Bases techniques Indications, Risques, Bénéfices 1. Imagerie Diagnostique SIM St-Eloi Montpellier J- M BRUEL, B. GALLIX UFR Médecine Montpellier-Nîmes PCEM 2 novembre 2007 1 L'IMAGERIE

Plus en détail

Surveillance des cancers thyroïdiens opérés: place de l échographie et des examens de surveillance

Surveillance des cancers thyroïdiens opérés: place de l échographie et des examens de surveillance SFR Ile de France 2012 Surveillance des cancers thyroïdiens opérés: place de l échographie et des examens de surveillance Laurence Leenhardt Service de Médecine Nucléaire Pitié-Salpêtrière Université Paris

Plus en détail

IRM de diffusion corps entier et TEP/TDM en cancérologie digestive: résultats préliminaires d une étude comparative.

IRM de diffusion corps entier et TEP/TDM en cancérologie digestive: résultats préliminaires d une étude comparative. IRM de diffusion corps entier et TEP/TDM en cancérologie digestive: résultats préliminaires d une étude comparative. PF Montoriol 1, D Da Ines 1, C Merlin 2, D Pezet 3, JM Garcier 1. 1 Radiologie et Imagerie

Plus en détail

«Chimiothérapie pour MHCR, SOS et CASH : le point de vue du pathologiste»

«Chimiothérapie pour MHCR, SOS et CASH : le point de vue du pathologiste» «Chimiothérapie pour MHCR, SOS et CASH : le point de vue du pathologiste» Laura Rubbia-Brandt Service de Pathologie Clinique Cancer colorectal avancé Traiter les métastases hépatiques Augmenter la résecabilité

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

Nouvelles techniques en Radiothérapie. Dr Sonia Roux-Palobart Service de Cancérologie, Polyclinique de Limoges 09/04/2015

Nouvelles techniques en Radiothérapie. Dr Sonia Roux-Palobart Service de Cancérologie, Polyclinique de Limoges 09/04/2015 Nouvelles techniques en Radiothérapie Dr Sonia Roux-Palobart Service de Cancérologie, Polyclinique de Limoges 09/04/2015 PLAN Introduction sur la radiothérapie De la radiothérapie 2D à la Radiothérapie

Plus en détail

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Irène Buvat et Simon Stute Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr

Plus en détail

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé W. Hajlaoui, P. Dean, N. Hablani, I. Mahé-Halley, D. Sacko, R. Habachou, P. Armand, J. Albisetti.

Plus en détail

Suivi tumoral après chimiothérapie et thérapies ciblées : la contribu6on de la TEP

Suivi tumoral après chimiothérapie et thérapies ciblées : la contribu6on de la TEP Suivi tumoral après chimiothérapie et thérapies ciblées : la contribu6on de la TEP Point de vue du clinicien François Chomy Ins6tut Bergonié - Bordeaux Evalua6on de la réponse Réalité OMS RECIST D après

Plus en détail

L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM

L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM Congrès de l AORLQ - Octobre 2012 L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM Moein Alizadeh, William Guertin, Louise Lambert, Louis Guertin, Manon Bélair, Luc

Plus en détail

Comment évaluer les méthodes de détermination de volumes métaboliquement actifs en Tomographie par Emission de Positons (TEP)?

Comment évaluer les méthodes de détermination de volumes métaboliquement actifs en Tomographie par Emission de Positons (TEP)? Comment évaluer les méthodes de détermination de volumes métaboliquement actifs en Tomographie par Emission de Positons (TEP)? Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris IRM du cancer de la prostate François CORNUD, Paris IRM du CaP en 2009 1990-2000 : détection des T3 occultes 2000-2010 : évolution technologique IRM fonctionnelle : localiser la tumeur lympho-irm : méts

Plus en détail

l agrandissement! Lésion expansive ostéoformatrice développée en regard de la diaphyse du 5 ème métatarsien droit

l agrandissement! Lésion expansive ostéoformatrice développée en regard de la diaphyse du 5 ème métatarsien droit Patient de 39 ans, tuméfaction de la face plantaire du pied droit apparue quelques mois plus tôt Quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir sur les clichés standards Lésion expansive ostéoformatrice

Plus en détail

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire Plus de 25 sous types de lymphomes: 65% de lymphomes agressifs 35% de lymphomes indolents Age moyen au diagnostic pour LMNH:

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

TEP au 18 FET dans l évaluation de la réponse au traitement de tumeur cérébrale de haut grade par chimiothérapie intra-artérielle

TEP au 18 FET dans l évaluation de la réponse au traitement de tumeur cérébrale de haut grade par chimiothérapie intra-artérielle TEP au 18 FET dans l évaluation de la réponse au traitement de tumeur cérébrale de haut grade par chimiothérapie intra-artérielle Sylvain Caron R3 Médecine Nucléaire JSIM 8 octobre 2010 Introduction Tumeurs

Plus en détail

Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV?

Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV? Réunion APRAMEN Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV? Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene APRAMEN - Irène Buvat - 14 novembre 2006-1

Plus en détail

Sémiologie en imagerie

Sémiologie en imagerie Sémiologie en imagerie gynécologique et obstétricale Pr Alain Le Blanche Université de Picardie Jules Verne le_blanche.alain@chu-amiens.fr 03 22 66 84 07 Amphithéâtres Sylvius_Riolan lundi 28 septembre

Plus en détail

Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie. Radiothérapie interne vectorisée: traitement

Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie. Radiothérapie interne vectorisée: traitement Imagerie métabolique. Radiothérapie vectorisée. Détection per-opératoire. Radio-immunologie Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie Radiothérapie interne vectorisée: traitement Détection

Plus en détail

2 examens de MN en pratique courante. - TEP-TDM au 18 Fluoro-deoxyglucose (FDG) - Scintigraphie aux leucocytes marqués

2 examens de MN en pratique courante. - TEP-TDM au 18 Fluoro-deoxyglucose (FDG) - Scintigraphie aux leucocytes marqués 2 examens de MN en pratique courante - TEP-TDM au 18 Fluoro-deoxyglucose (FDG) - Scintigraphie aux leucocytes marqués - Scintigraphie au Citrate de Gallium 67 Principes, avantages et inconvénients 2 Mécanisme

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Evaluation d un outil de. ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle

Evaluation d un outil de. ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle Evaluation d un outil de diagnostic assisté par ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle B. Lecourtois, J. Frandon, I. Bricault, G. Ferretti Clinique Universitaire de Radiologie et Imagerie Médicale CHU

Plus en détail

Place de la tomographie par émission de positons au [ 18 F]-FDG (TEP-FDG) dans la prise en charge des cancers bronchopulmonaires et pleuraux

Place de la tomographie par émission de positons au [ 18 F]-FDG (TEP-FDG) dans la prise en charge des cancers bronchopulmonaires et pleuraux traitements, soins et innovation AOÛT 2009 Place de la tomographie par émission de positons au [ 18 F]-FDG (TEP-FDG) dans la prise en charge des cancers bronchopulmonaires et pleuraux Rapport 2009 relatif

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE IMAGERIE EN CANCÉROLOGIE : UN ARSENAL COMPLET À L HPL Benjamin GEISSLER (1), Didier LIEUX (2) (1) Centre d Imagerie Nucléaire (2) Centre d Imagerie

Plus en détail

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération PLAN CANCER 2003-2007 Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération consolidant le plateau technique du Centre Hospitalier Sud Francilien dédié à la cancérologie Mercredi 19 décembre

Plus en détail

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE.

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. L.Laborie (1), P.Sarliève (1), P.Manzoni (1), N.Méneveau (2), J-C Dalphin (3), B.Kastler

Plus en détail

SOMMAIRE MATERIELS ET METHODES RAPPEL ANATOMIQUE ASPECTS IRM CONCLUSION I. INTRODUCTION II. III. IV. V. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL VI.

SOMMAIRE MATERIELS ET METHODES RAPPEL ANATOMIQUE ASPECTS IRM CONCLUSION I. INTRODUCTION II. III. IV. V. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL VI. ASPECT IRM DES METASTASES LEPTOMENINGEES A L ETAGE DORSO-LOMBAIRE Hôpital européen Georges Pompidou H.GHANNEM; V.BRUN; C.MUTSCHLER; L.FOURNIER; P.HALIMI; G.FRIJA SOMMAIRE I. INTRODUCTION II. III. IV. MATERIELS

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail