Groupement de Coopération Sanitaire. Rapport d activité. e-santé Bourgogne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Groupement de Coopération Sanitaire. Rapport d activité. e-santé Bourgogne"

Transcription

1 Groupement de Coopération Sanitaire 2013 Rapport d activité e-santé Bourgogne

2 Sommaire Rapport d Activité 2013 I. Le GCS e-santé Bourgogne.4 A. Caractéristique de la région... 4 B. Nos missions...5 C. L Espace Numérique Régional de Santé....6 D. La gouvernance L Administrateur 2. L Assemblée Générale 3. Le Conseil Exécutif E. Les membres....8 F. Modifications de la Convention Constitutive.. 10 G. Les moyens. 11 H. L équipe.. 12 II. Les services et les applicatifs A. Les services Visio conférence et Web conférence VPN Régional...15 B. Les applicatifs Répertoire Opérationnel de Ressources Bonne Pratique de Chimiothérapie (BPC Chimio) Logiciel VIH Observatoire Réseau Urgences Bourgogne Dépistage de la rétinopathie Diabétique...18 III. Les projets...21 A. Télémédecine Télé-AVC Autres spécialités...29 B. Dossier Médical Personnel.31 C. Dossier Communicant de Cancérologie..35 D. Trajectoire...36 E. Géolocalisation des ambulances...38 F. Interconnexion des moyens héliportés..40 IV. Communication et Evènements..42 A. Pass Santé Jeunes 42 B. Premières Rencontres SSI de Bourgogne.43 C. Identité Visuelle.44 D. Nouveau site internet..44 E. Presse...46 Annexes 49 2

3 Le Groupement de Coopération Sanitaire e-santé Bourgogne 2013, une année «sur les rails» «Sur les rails», c est ainsi que l on pourrait définir le GCS en cette année Celle-ci a bien commencé avec l arrivée du nouveau directeur des projets, des charges d administration générale sans augmentation pour la seconde année consécutive, la publication du marché de plateforme de services et le démarrage du projet Trajectoire. Une nouvelle instance de gouvernance a vu le jour : le COMOP (COMité OPérationnel). Celle-ci réunit autour du directeur des projets ceux qui assurent le bon déroulement des projets SI dans leur structure. C est un lieu d échange important pour la bonne marche des projets Régionaux. A la demande des membres, le GCS s est doté d un chef de projets SSI (Sécurité des Systèmes d Information). Une démarche projet est initiée en lien avec les experts de terrain afin notamment d aider les structures dans l atteinte des prérequis «Hôpital Numérique». La SSI, ce fût justement le thème choisi pour la première grande journée régionale organisée le 21 novembre à Montceau-les-Mines. Malgré une neige abondante tombée toute la nuit, une centaine de participants venus de toute la région et une vingtaine d intervenants de haut niveau venus de Paris ou d ailleurs se sont retrouvés pour un moment d échange et de convivialité. Un effort important a été consacré à la communication avec l arrivée d une cheffe de projet, le changement d identité graphique et de logo, la mise en œuvre de lettres mensuelles, d un site Internet ou de support plus clairs. La dernière assemblée générale de l année a acté de nouvelles évolutions du GCS, lui permettant ainsi de devenir groupement d achat, mais également organisme de formation avec numéro d agrément, ou bien encore d ouvrir les coopérations avec d autres régions avec la création d un neuvième collège. Une année «sur les rails» que je vous laisse vous remémorer à la lecture de ce rapport d activité. Cyrille Politi Administrateur du GCS 3

4 I. Le GCS e-santé Bourgogne Le Groupement de Coopération Sanitaire e-santé Bourgogne A. Caractéristique de la région La Bourgogne est une région caractérisée par la ruralité qui couvre les deux tiers de son territoire ; elle se situe au sixième rang des régions françaises pour sa superficie. La surface agricole occupe 60% de la région et les étendues boisées 30%. La Bourgogne est une région moyennement et inégalement peuplée ; elle compte 1.6 million d habitants, soit 2.7 % de la population métropolitaine. Les contrastes territoriaux sont importants tant en termes de répartition de la population qu en termes d offres de soins. Une population âgée La population bourguignonne est plus âgée qu au niveau national. 25% de la population a 60 ans ou plus, contre 22 % au niveau national. Certains axes sont très peuplés comme l axe Dijon-Chalon-Mâcon, l arc Autun-Creusot-Montceau-Digoin, l Ouest de la Nièvre et la diagonale Nord-Ouest/Sud-Est de l Yonne. A l inverse, des territoires comme le Morvan, le Charolais ou encore le Nord de la Côte d Or sont beaucoup moins denses. Des zones rurales en manque de médecin La région est moins dotée en professionnels de santé que la France, notamment en médecins, masseurskinésithérapeutes, chirurgiens-dentistes et manipulateurs d électroradiologie. En 2007, la Bourgogne comptait 153 médecins généralistes pour habitants contre 165 en métropole ; 135 médecins spécialistes pour habitants contre 173 en métropole. Qui plus est, 32 % des médecins ont 55 ans ou plus. De nombreux hôpitaux locaux mais des recrutements difficiles Le taux d équipement en lits est plutôt supérieur à la moyenne nationale pour le court séjour. Il se situe dans la moyenne pour le moyen séjour et la psychiatrie. Mais dans certains territoires ruraux, l hôpital souffre de problèmes de recrutement. Dans la Nièvre par exemple, 20% des postes de praticiens hospitaliers restent vacants. 4

5 Le Groupement de Coopération Sanitaire e-santé Bourgogne B. Nos missions Le Groupement de Coopération Sanitaire e-santé Bourgogne est une structure de coopération de droit privé, créée en juin Il a pour objectif : la mise en œuvre au niveau régional des politiques nationales liées aux systèmes d information partagés de santé, la mise en œuvre des projets régionaux contractualisés avec l Agence Régionale de Santé de Bourgogne, la mise en œuvre des projets demandés par ses membres. Ce sont ses membres justement qui constituent son identité : structures sanitaires, médicosociales, médecine libérale Pour ces acteurs régionaux mobilisés au quotidien auprès des patients, le GCS a créé un espace de confiance, le Cloud Santé, regroupant un ensemble de services pour les professionnels de santé. Un objectif clair et essentiel pour une région touchée par la désertification médicale : créer des outils qui garantissent la même prise en charge du patient quelle que soit sa situation géographique et médicale (urgence, soin de suite, consultation ). Par le biais de ses différents projets organisés en couches de services (réseau sécurisé à haut débit bourguignon, visio et web conférence, workflow, partage d image, etc), le GCS e-santé Bourgogne développe une solution cohérente et efficiente au service de tous les patients du territoire. 5

6 Le Groupement de Coopération Sanitaire e-santé Bourgogne C. L Espace Numérique Régional de Santé Afin de répondre aux attentes de ses membres, le GCS élabore un Cloud Santé : un espace de confiance qui regroupe un ensemble de services nécessaires à la bonne coordination des professionnels de santé. C est au sein même de ce Cloud Santé, appelé aussi Espace Numérique Régional de Santé (ENRS), que se trouve la plateforme de télésanté. Un socle transversal où les projets de télémédecine viendront se greffer au fur et à mesure : télé-avc, télécardio, télé-dermato Améliorer la coordination des soignants, leur proposer un espace d échange sécurisé, des outils performants dans leur pratique sont autant d atouts pour faire du Cloud Santé, une solution cohérente et efficiente sur le terrain. L ENRS se veut être un outil aidant les professionnels au quotidien via différents services comme la visio-conférence, la web-conférence, l espace collaboratif Actions 2013 : La plateforme ENRS a été mise à jour en version 6.8 avec le nouveau design, Mise en place également d une double instance (restreinte et sécurisée), Mise en place d une gestion documentaire orientée qualité, Refonte du mécanisme de gestion des comptes (création par lots, certificats anonymes, certificats prompts, nouveau portail de gestion), Mise en place d applications (Rétinopathie, Périnatalité, Télémédecine, Visioconférence). A venir : Nouvelle interface de gestion des comptes. 6

7 Le Groupement de Coopération Sanitaire e-santé Bourgogne D. La gouvernance 1. L Administrateur L Administrateur du Groupement est élu par l Assemblée Générale parmi les personnes physiques représentant les personnes morales, membres du Groupement. L Administrateur est nommé pour une durée de trois ans, renouvelable. Il est révocable à tout moment par l Assemblée Générale. L Administrateur du Groupement assure, sous le contrôle de l Assemblée Générale, le fonctionnement du Groupement et sa gestion courante (préparation et exécution des décisions de l Assemblée Générale, exécution du budget adopté, gestion du personnel du Groupement ). L Administrateur assure la Présidence de l Assemblée Générale. Il est de droit membre du Conseil Exécutif et préside celui-ci. 2. Assemblée Générale L Assemblée Générale est convoquée par l Administrateur du groupement aussi souvent que l intérêt du groupement l exige et au moins deux fois par an. Elle est composée de l ensemble des membres du groupement répartis selon les collèges suivants : Collège 1 Collège 2 Collège 3 Collège 4 Collège 5 Collège 6 Collège 7 Collège 8 Etablissements publics secteur sanitaire Etablissements privés secteur sanitaire Etablissements privés à but non lucratif secteur sanitaire Etablissements et services, publics secteur médico-social Etablissements et services, privés secteur médico-social Etablissements et services, publics à but non lucratif secteur médico-social Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS) Personnes physiques ou morales utiles à la réalisation de l objet du GCS, autorisées à participer par l Agence Régionale de Santé de Bourgogne 7

8 Le Groupement de Coopération Sanitaire e-santé Bourgogne 3. Conseil Exécutif Le Conseil Exécutif est présidé par l Administrateur qui le réunit mensuellement (hors période estivale). Il est composé de 15 membres représentant les différents membres du GCS, ainsi que les Fédérations hospitalières (FHF, FHP et FEHAP ) et les médecins libéraux (URPS). Il a pour rôles et missions : d assister l Administrateur pour la mise en œuvre du groupement validée par l Assemblée Générale et les décisions notables dans la gestion de ce dernier, de préparer les réunions de l Assemblée Générale, de donner son avis sur toutes questions relatives au fonctionnement général du groupement que lui aura soumis l Administrateur, de faire valoir les besoins et attentes des établissements, services et professionnels en matière de système d information de santé. E. Les membres A la fin de l année 2013, le GCS e-santé Bourgogne compte 94 membres (Annexe 1) répartis de la manière suivante: Collège 1 : 43 Etablissements publics secteur sanitaire, Collège 2 : 28 Etablissements privés secteur sanitaire, Collège 3 : 10 Etablissements privés à but non lucratif secteur sanitaire, Collège 4 : 6 Etablissements et services, publics secteur médico-social, Collège 5 : 1 Etablissements et services, privés secteur médico-social, Collège 7 : 2 Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS), Collège 8 : 4 Personnes physiques ou morales utiles à la réalisation de l objet du GCS, autorisées à participer par l Agence Régionale de Santé de Bourgogne. 8

9 Le Groupement de Coopération Sanitaire e-santé Bourgogne Répartition des membres par département : 15 % 33 % 13 % 39 % Répartition des membres par collège Collège 1 Collège 2 Collège 3 Collège 4 Collège 5 Collège 7 Collège 8 1% 2% 4% 6% 11% 46% 30% 9

10 Le Groupement de Coopération Sanitaire e-santé Bourgogne F. Les modifications de la convention constitutive en 2013 La convention constitutive du Groupement de Coopération Sanitaire e-santé Bourgogne a été modifiée sur différents points et cette nouvelle version a été votée lors de l Assemblée Générale du 18 décembre Vous trouverez ci-dessous le détail des changements : Ajouts des arrêtés et publications ARS, et avenant convention. Ajout du Collège 9 : établissements ou organismes relevant d autres régions que la Bourgogne et dont l adhésion au Groupement permettrait de consolider son objet et ses actions. Ajout notion groupement d achat : «passer des marchés, au nom et pour le compte de ses membres en qualité de coordonnateur d un groupement de commandes ; se constituer en centrale d achats [ ] afin de mettre en œuvre en tant que pouvoir adjudicateur, une activité d achat et de revente au profit de ses membres ; adhérer à tout groupement de commandes ou centrales d achats ; s appuyer sur les compétences et l expertise de ses membres en la matière». Ajout notion organisme formateur : depuis novembre 2013, le GCS possède un numéro d agrément en tant qu organisme de formation. Aucune limitation pour les délégations et les procurations : «Tout membre empêché peut se faire représenter par un autre membre du groupement pour lequel il établit une procuration de vote.» Dans l ancienne version : «et sous réserve que ce dernier ne détienne pas plus de deux mandats au titre de ladite séance». 10

11 Le Groupement de Coopération Sanitaire e-santé Bourgogne G. Les moyens 1. Financement des projets En 2013, le financement des projets du GCS e-santé Bourgogne provient essentiellement des subventions de l ARS de Bourgogne et du Conseil Régional. Ces subventions s élèvent à un total de Financement des projets reçus en 2013 (en ) Agence Régionale de Santé de Bourgogne Conseil Régional de Bourgogne Affectation non-consommation Admin. Générale Total Financement Projets Financement Administration Générale du GCS Financement Administration Générale reçus en 2013 (en ) Agence Régionale de Santé de Bourgogne Membres du Groupement Reliquat Total Financement Administration Générale Financements des projets 2013 Financement Administration Générale 4% 7% 15% ARS ARS 78% Conseil Régional Reliquat Adm. Gén. 40% 56% Membres Reliquat

12 Le Groupement de Coopération Sanitaire e-santé Bourgogne H. L équipe 12

13 L année 2013 du Groupement Sanitaire e-santé Bourgogne en Chiffres 3 Assemblées Générales 8 Conseils Exécutifs 31 Nouveaux membres 13

14 II. Les services et les applicatifs A. Services 1. Visio et Web Conférence Les services et les applicatifs du GCS e-santé Bourgogne La Web Conférence et la Visio Conférence permettent aux professionnels de se réunir à distance et d organiser différents événements (réunions, formations, échange de document ). Outils de collaboration de plus en plus indispensables, ces procédés facilitent les échanges et multiplient les possibilités d entretien. La web conférence s opère à partir de plusieurs postes de travail et passe par le réseau internet. La visioconférence elle, nécessite la connexion des participants à une salle spécifique via un pont dédié au procédé de visioconférence. Chaque établissement est libre de s équiper s il le souhaite; sur les chariots de télémédecine par exemple, le système de visioconférence est inclus pour les échanges entre site expert et site requis. Actions 2013 Objectif : remplacer le pont de visioconférence du CHU de Dijon devenu obsolète et offrir aux adhérents des fonctionnalités aujourd hui non possibles (HD, partage de documents, web conférence), Attribution du marché et installation de l infrastructure régionale, Récolte d informations et test de compatibilité des stations existantes avec le nouveau pont de visioconférence. A venir : Migration des stations de visioconférence des établissements, mise à disposition de la web conférence aux membres. 14

15 Les services et les applicatifs du GCS e-santé Bourgogne 2. VPN Régional Le réseau sécurisé à haut débit est une composante clé pour la réussite et le bon fonctionnement de l ensemble des projets du GCS. C est lui en effet qui permet le transfert d information vers les différents outils et les multiples structures de Santé en Bourgogne. Créé en 2007 sous le nom de ClonySanté, le réseau était à l époque utilisé par 27 établissements de santé et porté par le CHU de Dijon. Lors du renouvellement du marché en septembre 2011, le GCS e-santé Bourgogne a pris le relais. En juin 2013, ClonySanté a laissé sa place à Net sant, le nouveau VPN régional qui sera déployé afin de permettre à tous les établissements d acquérir le débit nécessaire aux outils régionaux. Le prestataire chargé de la mise en œuvre a été choisi lors d une séance extraordinaire du Conseil Exécutif le 14 mai 2013 ; il s agit de la société RMI division Adista Chalon. Actions 2013 Attribution du marché VPN régional au nouveau prestataire et migration de 113 liens. 23 liens sont en cours de migration. Mise en place de différents services auprès des établissements membres (Messagerie, audit informatique, gestion de noms de domaine, mise en place de firewall, ). Les liens migrés utilisent plusieurs technologies telles que la fibre optique, l ADSL et le SDSL, le faisceau hertzien et les accès nomades. En parallèle à ces migrations, les anciens liens ClonySanté ont été résiliés pour les établissements migrés chez le nouvel opérateur. A venir : Augmentation du nombre de liens liés aux projets régionaux de télémédecine. 15

16 Les services et les applicatifs du GCS e-santé Bourgogne B. Applicatifs 1. ROR Le Répertoire Opérationnel des Ressources (ROR) décrit l offre de soins de chaque établissement de la région selon une description formalisée. Il fournit aux professionnels de santé une connaissance fiable de l ensemble des ressources de la Bourgogne. Le ROR Bourgogne répond aux critères réglementaires ainsi qu aux recommandations nationales. La mise en œuvre du ROR vise à répondre à différents objectifs : Permettre d accéder au détail de l offre de soins en Bourgogne, Améliorer l orientation du patient vers l établissement le plus adapté, Afficher les filières de soins et réseaux de santé des territoires et optimiser leur fonctionnement, Améliorer la connaissance de l organisation de la Permanence Des Soins des Etablissements de Santé (PDSES). 2. BPC Chimio Bonne Pratique de Chimiothérapie est un outil de prescription permettant la coopération et l optimisation des conduites thérapeutiques, la diffusion rapide de l information, en particulier des recommandations. BPC Chimio est un progiciel qui facilite les échanges pluridisciplinaires, et impose une standardisation des pratiques. Il améliore et sécurise la prise en charge du patient, tout en assurant une traçabilité en temps réel et en facilitant l évaluation des pratiques. BPC permet entre autre la gestion des dossiers «chimio» patients, la saisie des prescriptions de chimiothérapie et leur transmission depuis les unités de soins jusqu à la pharmacie, ou encore la transmission des ordonnances aux pharmacies de ville Cette application est mise à disposition par la Région Franche-Comté et hébergée par le GCS Emosist; elle est accessible par Net SanT et en mode secours par Internet. 16

17 Les services et les applicatifs du GCS e-santé Bourgogne 3. Logiciel VIH Depuis janvier 2010, l INSERM et l ATIH (Agence Technique de l Information sur l Hospitalisation) ont mis en place le Dossier Médico-Epidémiologique du VIH. Ce support permet le recueil des données VIH dans une base nationale. Les données entrées dans le DOMEVIH par les Techniciennes d Etudes Cliniques (TEC) sont transmises deux fois par an à l INSERM. Des statistiques peuvent ainsi être réalisées et des données relatives à la prise en charge des personnes vivant avec le VIH sont collectées. Le DOMEVIH n est pas un dossier patient mais bien un outil de recueil de données alimentant la base de données hospitalière française sur l infection VIH et les études menées soit localement par les centres eux-mêmes ou régionalement par les COREVIH. A ce jour, le DOMEVIH est installé en Bourgogne et concerne 6 établissements. Actions 2013 Suite à la demande initiée par le Pr Chavanet, président du COREVIH, Le 3 juillet a été lancé l appel d offres : «Acquisition et déploiement d un dossier patient spécialisé pour le suivi des patients infectés par le VIH». Ce marché à procédure adaptée a pour objet : L acquisition et le déploiement d un dossier patient spécialisé pour le suivi des patients infectés par le VIH ; La mise en place d interfaces entre le dossier patient spécialisé pour le suivi des patients infectés par le VIH et les systèmes d information de santé des établissements concernés (DPI, GAM, Labos). Installation de la base régionale et mise en place d une solution de mobilité pour l utilisateur se déplaçant dans les 6 établissements principaux de la région Bourgogne. A venir : Installation d un poste fixe pour l utilisateur récoltant les informations régionales. 17

18 Les services et les applicatifs du GCS e-santé Bourgogne 4. Observatoire Régional des Urgences de Bourgogne (ORUB) L Observatoire Régional des Urgences de Bourgogne a pour objectif la fourniture de statistiques d activité validées des 22 structures d urgence de la région Bourgogne et des SAMU/SMUR pour en effectuer leur analyse. Actions 2013 Mise en place du serveur de veille régionale. Mise en place des remontées RPU pour 18 établissements sur 22 et envoi de ces informations sur le serveur INVS. A venir : Installation du ROR en région Bourgogne actuellement hébergé au Mipih, intégration du ROR à l ENRS, interaction du ROR avec le serveur de veille régional. 5. Dépistage de la Rétinopathie Diabétique Ce projet est né en 2004 à la suite d un triple constat : Des patients diabétiques qui s orientent trop tardivement vers l ophtalmologie lorsqu ils constatent un effondrement de leur acuité visuelle, Une baisse de la démographie médicale, La spécificité de la Bourgogne : région à caractère rural avec difficultés d accès aux soins et aux consultations ophtalmologiques notamment. La rétinopathie diabétique est une affection de la rétine qui concerne uniquement les diabétiques. C est une des principales causes de cécité en France. Un dépistage annuel du fond d œil permet d éviter les complications éventuelles. Malheureusement en France, seuls 45% des diabétiques appliquent cette recommandation. Ceci s expliquerait par la méconnaissance de cette maladie asymptomatique pour certains et par la difficulté d accès aux soins pour d autres. L objectif est de prévenir le handicap visuel de la rétinopathie diabétique en ramenant le patient dans le parcours de soins. 18

19 Les services et les applicatifs du GCS e-santé Bourgogne Avec un véhicule aménagé et équipé, un orthoptiste sillonne les villages les plus isolés de la Bourgogne, pour dépister une éventuelle atteinte de la rétine. 80% des diabétiques dépistés ont été sélectionnés et informés de la venue du fourgon grâce à un courrier d invitation, provenant des caisses d assurance maladie, de la MSA, du RSI et de la Mutualité française via la MGEN. Chaque jour, dans le canton concerné, la mairie prête une salle qui fait office de salle d attente. Les patients, arrivant sans rendez-vous, sont accueillis par un bénévole membre de l Association Française des Diabétiques. Dans le fourgon entièrement aménagé, l orthoptiste sensibilise le patient sur l importance d un suivi régulier, effectue les clichés du fond d œil et la tension oculaire, deux examens totalement indolores. L URPS Médecins Libéraux de Bourgogne qui mène ce projet a souhaité faire évoluer l outil à sa disposition tant du point vue fonctionnel que du point de vue réglementaire pour se mettre en conformité notamment avec le décret d hébergement des données de santé à caractère personnel. Actions 2013 L URPS Médecins libéraux a souhaité s appuyer sur l expertise technique du GCS e-santé Bourgogne pour mener à bien cette mission. Ainsi le GCS a travaillé avec l URPS durant toute la phase d étude mais également de déploiement du projet. Le GCS a notamment accompagné l URPS Médecins libéraux dans le choix d un prestataire pour développer la nouvelle plateforme de rétinopathie diabétique, et pour sa mise en conformité (accès, hébergement des données). La plateforme de dépistage a été intégrée au sein de l ENRS permettant aux médecins de bénéficier de services supplémentaires. Supervision de la réalisation de l interfaçage entre le prestataire développant la plateforme de dépistage et l hébergeur des données de santé, Gestion des utilisateurs de l ENRS permettant de bénéficier d un accès à la plateforme de dépistage, o 16 utilisateurs créés dans l ENRS et en capacité d utiliser l outil de dépistage 19

20 Les services et les applicatifs du GCS e-santé Bourgogne La plateforme de dépistage a été installée chez l hébergeur de données de santé travaillant avec le GCS, IDS à Montceau-les-Mines. La plateforme est fonctionnelle et en production depuis septembre A venir Suivi de l hébergement de la plateforme au sein de l ENRS (gestion des utilisateurs, assistance technique dans l utilisation de l ENRS), Accompagnement de l URPS Médecins Libéraux de Bourgogne dans la mise à disposition de leur outil à d autres régions intéressées par le dispositif. 20

21 Les projets du GCS e-santé Bourgogne III. Les Projets A. Télémédecine Inscrite dans le Projet Régional de Santé (PRS) de Bourgogne , la télémédecine représente un enjeu majeur pour le territoire. La Bourgogne est vaste et la répartition des professionnels de santé est inégale, compliquant l accès aux soins et le parcours de certains patients. Par cette médecine à distance qui n est pas là pour remplacer les services de soins actuels mais bien pour les compléter et palier aux manques de certains territoires, le GCS e-santé Bourgogne met en place des solutions visant à réduire ces inégalités. L ambition est de déployer une plateforme globale de télémédecine et de mailler ainsi toutes les structures et tous les acteurs pour améliorer l efficience de l offre de soins. Le GCS se chargera de la mise en œuvre régionale. C est donc suite aux besoins exprimés par les professionnels de santé qu un appel d offres a été lancé en avril 2013 pour acquérir une solution régionale de télémédecine. Cette solution comprend un système de visioconférence et de webconférence ainsi qu un bouquet de services à la carte comme les worflow, le partage d imagerie Suite au conseil exécutif du 14 mai 2013, les sociétés SPIE, Inovelan, Comearth et Général Electric forment le consortium retenu pour la mise en œuvre. C est le projet Télé-AVC qui ouvre le bal des projets de télémédecine. Le décret de télémédecine du 19 octobre 2010 pose les bases d un cadrage de la télémédecine en France. Inclus dans le Projet Régional de Santé de Bourgogne, le Programme Régional de Télémédecine décline les orientations stratégiques de l ARS. Les objectifs du Programme Régional de Télémédecine Augmenter la qualité des soins, Améliorer la qualité de vie des patients en leur permettant de rester à leur domicile tout en bénéficiant d un suivi médical, de prévention et d éducation pour la santé, Lutter contre la désertification médicale, Rationaliser les dépenses de santé en réduisant le nombre de transferts de patients médicalement non justifiés ou de journées d hospitalisation, Assurer la continuité des soins, la fluidité des trajectoires et la permanence des soins. 21

22 Les projets du GCS e-santé Bourgogne 1. Télé - AVC Le projet télé-avc est l une des actions starter du Programme Régional de Télémédecine, une priorité dans le cadre de la gestion des urgences. Mais plus qu une urgence, l AVC est véritablement une hyper-urgence. La prise en charge d un infarctus cérébral est une course contre la montre : la fibrinolyse*, seul traitement curatif de l AVC, doit être administrée au maximum 4h30 après le début des symptômes. Et plus le traitement est pris tôt, plus il est efficace. *La fibrinolyse est un traitement injecté par voie veineuse ; il va permettre la dissolution du caillot. La télémédecine, en permettant une expertise neuro-vasculaire à distance, limite le délai entre le diagnostic et le traitement : un gain de temps, un gain de vie. Le projet a débuté en 2012 par une phase d expérimentation menée dans 13 établissements. A terme, les 19 sites d urgence du territoire seront équipés d un matériel de télémédecine pour que chaque bourguignon ait les mêmes chances face à l AVC. 22

23 Les projets du GCS e-santé Bourgogne Actions 2013 En Janvier 2013, le GCS e-santé Bourgogne a décidé de fusionner le marché de visioconférence régional et de télémédecine. Ce marché «GCS » a donc été renommé «Acquisition et déploiement de solutions et équipements de visioconférence, web conférence et télémédecine en région Bourgogne». Le cahier des charges comprenait 3 lots : Acquisition d une solution de visioconférence et web conférence régionale Acquisition d outils régionaux de télémédecine Fourniture d un catalogue d équipements d extrémité et de service Pour rappel, il a été souhaité que la solution de télémédecine retenue soit transverse à la majorité des problématiques métiers : téléavc dans un premier temps, puis téléradiologie, télédermatologie, télécardiologie, télédialyse, télégériatrie Cette solution, full-web, et venant remplacer l expérimentation Télé-AVC déjà en place, est composée de plusieurs éléments : Un moteur de workflow, permettant la création de nouveaux worklflow et formulaires pour l ensemble des thématiques métier, Un outil de partage d images régional : l établissement demandeur pousse son image à partir de sa modalité (son PACS sur la plateforme). Le centre expert peut alors accéder à l image, présente sur le serveur régional, sans avoir besoin de la télécharger. A noter également que ce serveur régional a vocation à remplacer progressivement les stations Sigmacom, déployées depuis 2004 sur la Bourgogne. Un pont de visioconférence, entièrement intégré avec la solution de télémédecine. Suite au dépouillement des 4 candidatures reçues, et sur décision du Conseil Exécutif, il a été acté que le prestataire ayant remporté le marché est la société Spie Communications, sous forme de groupement dont il est mandataire. 23

24 Les projets du GCS e-santé Bourgogne Ce consortium est donc composé de : SPIE : mandataire du marché, également en charge de la gestion de projet et de l installation des équipements INOVELAN : partie workflow GENERAL ELECTRIC : partie imagerie (mise à disposition de 3 viewers) COMEARTH : assistance Equipements Polycom pour la partie visio Tous ces éléments sont hébergés chez IDS, et intégrés à l Espace Numérique Régional de Santé, permettant une connexion unique sur l ENRS (redirection automatique vers la plateforme de télémédecine). Le marché s étend sur 3 ans : de mai 2013 à mai Synthèse des différentes étapes i. Appels d offre Publication 4 février 2013 Date limite de dépôt de dossier 29 mars 2013 Auditions 18 et 19 avril 2013 Date de sélection par le Conseil Exécutif 14 mai 2013 Envoi des rejets 15 mai 2103 Date de notification 28 mai 2013 Réunion de lancement 19 juin 2013 ii. Installations chez IDS Début d installation chez IDS : 12 août 2013 Fin d installation Inovelan (hors 19 juillet 2013 SantNetBox) Fin d Installation de la SantNetBox 13 septembre 2013 Fin d installation des équipements 22 août 2013 Polycom Fin d installation des équipements GE non-défini iii. Conception du workflow TéléAVC 1 er atelier de conception 22 juillet 2 ème atelier de conception 26 août Livraison de la plateforme de test Mi-septembre 24

25 Les projets du GCS e-santé Bourgogne iv. Recette Recette à l UNV de Dijon Validation de la contre-recette à l UNV de Dijon 3 et 4 octobre 17 décembre 2013 v. Réception des bons de commande Etablissement Chatillon 16 sept. Le Creusot 18 sept. Mâcon 19 sept. Montceau 24 sept. Semur 2 oct. Sens 11 oct. Joigny 17 oct. Autun - Cosne - Auxerre Nevers Dijon Chalon Clamecy Avallon Decize Beaun Tonnerre Paray 18 juillet 18 juillet 25 juillet 2 août 7 août 7 août 12 août 19 août 26 août 10 sept. vi. Installations Etablissements Auxerre Dijon Decize Semur Chalon UNV Nevers Paray Le Creusot Mâcon Montceau 26 septembre 1er octobre 2 décembre 3 décembre 9 décembre 10 décembre 16 décembre 17 décembre 19 décembre 20 décembre vii. Difficultés rencontrées Difficultés au niveau des prérequis, qu il a fallu modifier ultérieurement. Difficultés au niveau des installations dans les établissements, puisque chaque établissement dispose de caractéristiques différentes. Délai de livraison des liens Net SanT pour l utilisation de la solution. 25

26 Les projets du GCS e-santé Bourgogne Délai de retour des bons de commande des établissements concernant les équipements de télémédecine. Réflexion autour du choix d un matériel commun à l ensemble des utilisateurs de la Bourgogne. Respect des prérequis par les établissements. Désignation d interlocuteurs sur chaque site. Difficultés sur le choix et la publication des adresses URL. L utilisation de la solution par Internet Grand Public implique des lenteurs des connexions de la part du CHU. viii. Autres Evènements 13 septembre 2013 : autorisation de la CNIL pour l utilisation de la solution 29 septembre 2013 : Conférence de presse pour la journée mondiale de l AVC au CHU de Dijon, avec démonstration entre le CHU de Dijon et le CH d Auxerre. 26

27 Les projets du GCS e-santé Bourgogne Quelques précisions sur la solution Les Services de télémédecine : l application Full-Web Le workflow de Télé-AVC 27

28 Les projets du GCS e-santé Bourgogne Le chariot de télémédecine Chariot autonome Batterie incluse. Possibilité de connexion wifi (en cours de validation) Installation d un lecteur CPS Installation d un lecteur de carte VItale PC durci 1 écran 23 pour le télédossier et l imagerie 1 écran 23 pour la visioconférence Association avec un système complet de visio-conférence (lancement automatique dans le logiciel). A terme, mise en place d une potence permettant de fixer la caméra au-dessus des deux écrans. La station fixe de télémédecine 28 Installation d un lecteur CPS Installation d un lecteur de carte VItale PC durci 1 écran 23 pour le télé-dossier 1 écran 23 pour l imagerie 1 écran 32 pour la visioconférence Association avec un système complet de visioconférence (lancement automatique dans le logiciel). A terme, mise en place d une potence permettant de fixer la caméra au-dessus des deux écrans.

29 Les projets du GCS e-santé Bourgogne 2. Les autres spécialités concernées par la télémédecine La solution de télémédecine portée par le GCS e-santé Bourgogne s appliquera à d autres spécialités médicales dont la dermatologie, la cardiologie et la néphrologie. DERMATOLOGIE La dermatologie apparaît prioritaire puisqu une forte demande a été exprimée dans plusieurs territoires, notamment pour l organisation de téléconsultation dans le cadre de traitement des plaies ou d escarres par exemple. La cardiologie s est hissée elle aussi parmi les priorités, de par l urgence de certains cas mais aussi la complexité du suivi de certains patients qui nécessite le recours à l avis d un expert. Pour ces deux spécialités, 14 sites sont concernés : 12 en dermatologie, (certains sites participant à 2 projets simultanément). 10 en cardiologie En dermatologie, deux types d actes de télémédecine sont envisagés : D une part la téléconsultation programmée : cette consultation s effectue en présence du patient entre son dermatologue libéral et un dermatologue d un centre expert distant, D autre part la téléexpertise, permettant au médecin de demander un deuxième avis à un spécialiste expert de manière asynchrone. De manière générale, la télédermatologie pourra limiter le déplacement des patients, améliorer leur orientation, le diagnostic mais aussi le suivi des plaies ou des tumeurs. CARDIOLOGIE En cardiologie, il s agira aussi de limiter les déplacements tout en améliorant le délai de diagnostic. Ces nouvelles technologies seront par exemple un véritable atout pour le traitement de l hypertension, grâce à la télésurveillance. La télémédecine présente aussi un avantage indéniable pour le suivi des maladies chroniques, point capital du Projet Régional de Santé. Développer des soins de proximité, assurer la surveillance à domicile pour améliorer l autonomie et la qualité de vie des malades chroniques sont autant d objectifs à atteindre. La télémédecine apporte de réelles perspectives pour l amélioration de la prise en charge et l accompagnement tout au long de la pathologie. 29

30 Les projets du GCS e-santé Bourgogne NÉPHROLOGIE La démarche dédiée à la néphrologie a pour but d améliorer la surveillance clinique des séances de dialyse, de développer un réseau de soins spécifique mieux réparti sur le territoire et d optimiser le suivi des patients. La télédialyse permettra un gain de temps précieux pour les professionnels de santé tout en assurant le bon déroulement des soins. La téléconsultation évitera le déplacement des médecins spécialistes dans les unités parfois très éloignées des centres hospitaliers. Ce projet s adresse aux patients dialysés en Unité de Dialyse Médicalisée et en auto-dialyse, avec pour l instant 3 sites concernés : un requérant et deux requis (sites experts). Actions 2013 Ces différents projets sont au stade de la définition des attentes de chaque acteur et la définition d objectifs concrets. De nombreux acteurs sont impliqués, notamment à travers les différents groupes métiers mais aussi les comités de pilotage. Ces réunions doivent aboutir à un document d expression des besoins des Professionnels de Santé. Ce document, établi pour chaque spécialité, et transmis à Inovelan, permettra d établir une charge et un planning prévisionnel pour la conception de chaque nouveau workflow. 30

31 06-janv. 06-févr. 06-mars 06-avr. 06-mai 06-juin 06-juil. 06-août 06-sept. 06-oct. 06-nov. 06-déc. Rapport d activité 2013 Les projets du GCS e-santé Bourgogne B. Dossier Médical Personnel Véritable carnet de santé informatisé, le Dossier Médical Personnel (DMP) est un outil de coordination des soins mis en place au niveau national par l ASIP Santé (Agence des Systèmes d Information Partagés). C est un service public proposé gratuitement à tous les bénéficiaires de l Assurance Maladie. Ce dossier, protégé par le secret médical, facilite le suivi et la prise en charge des patients grâce au partage des données et des documents entre les professionnels de santé, hospitaliers ou libéraux. Le DMP permet d avoir accès via internet ou son logiciel de souhaitent dans leur démarche. gestion de cabinet, en quelques clics et de façon sécurisée aux principales informations médicales du patient : traitement en cours, analyses de laboratoire, antécédents et allergies, compte-rendu d hospitalisation. Pratique, il permet au patient d éviter de répéter son parcours médical, et en cas d urgence, l accès rapide aux données est capital. Le consentement du patient est obligatoire pour l ouverture de son dossier. Avec un identifiant, un mot de passe et un code d accès à usage unique, il accède à son dossier et devient acteur de son parcours de soins. C est lui qui choisit les professionnels de santé auxquels il donne accès à ses informations médicales. Il est aussi libre d intégrer tout document qu il juge utile de porter à la connaissance des professionnels de santé qui le suivent. Evolution des DMP en Bourgogne en 2013 La Bourgogne est l une des 14 régions qui a été retenue dans le cadre de l appel à projet de l ASIP Santé pour le déploiement du DMP en Région. Le GCS en tant que maîtrise d ouvrage régionale assure la gestion de ce projet d envergure et accompagne les établissements et les professionnels de santé qui le Création Alimentation 0 31

32 Les projets du GCS e-santé Bourgogne Les chiffres au 31/12/13 : Nombre de DMP créés en Bourgogne : Nombre de DMP alimentés en Bourgogne : 6130 Actions 2013 Des réunions de sensibilisation au DMP auprès des professionnels de santé et des associations de patients ont été organisées afin d en présenter les grands principes, l utilité dans le cadre d une prise en charge coordonnée via des démonstrations, et de faire connaître les actions de déploiement en France et surtout en Bourgogne et distribuer les supports de communication. Deux URPS ont été sollicité : o o URPS médecins libéraux URPS infirmiers libéraux 32

33 Les projets du GCS e-santé Bourgogne Visites de structures de soins et sensibilisation au DMP : o Rencontre avec le Centre de Soins Infirmiers de Dijon dans le cadre d un projet de partage d information avec les médecins partenaires (SOS21, médecins traitants ), o Présentation du DMP au centre orthopédique de Dracy le Fort, o Présentation du DMP à la clinique d Autun, o Suivi du centre de radiologie Buffon Wilson. Sensibilisation des acteurs de la formation médicale : o Réalisation d un cours à la faculté de pharmacie de Dijon dans le cadre du module «Pharmacien et nouvelles technologies : un professionnel de santé 2.0» Accompagnement sur les aspects méthodologiques et techniques des établissements engagés dans le programme DMP au niveau des bassins pilotes (Auxerre, Dijon) : o Organisation et réalisation de formations auprès du personnel des établissements, o Constitution de groupe projets sur chaque structure, o Organisation de réunions mensuelles sur le suivi de projet, o Accompagnement dans la mise en place d actions de communication, o Organisation d une rencontre inter-établissement avec la région Champagne Ardennes, o Accompagnement dans la recherche de solutions techniques permettant de rendre le SI DMP compatible, o Fourniture de supports de communication. Une campagne de communication est en préparation à destination des professionnels de santé libéraux de la région, par le biais entre autre, de campagne de phoning et de mailing. Pour davantage se faire connaître et de sensibiliser sur son utilité, le GCS a participé à la Journée Régionale des Diabétiques de Bourgogne. Bilan DMP 2013 Le nombre de DMP créés sur 2013 est en augmentation de 83.7% par rapport à Le nombre de DMP alimentés sur 2013 est en augmentation de 13.2% par rapport à

34 Les projets du GCS e-santé Bourgogne La mobilisation des professionnels de santé reste à consolider notamment par le biais d une meilleure implication de leurs éditeurs de logiciels de gestion de cabinet. Les établissements engagés dans le programme DMP au niveau des bassins pilotes ont rencontré des difficultés techniques qui ont rendu difficile le passage à l alimentation des dossiers créés. La mobilisation des Unions Professionnelles doit se poursuivre afin d avoir une communication efficace auprès des Professionnels de Santé Libéraux La DMP compatibilité des solutions logicielles constitue un vrai frein tant pour les professionnels de santé libéraux que pour les établissements de santé. La future alimentation des DMP par les établissements devrait permettre de déclencher les usages au niveau des bassins pilotes. A venir L accent sera mis sur les actions permettant d alimenter les dossiers créés jusqu à ce jour (recherche d une solution régionale permettant de rendre un établissement DMP compatible «indépendamment» du DPI en place). La conduite de déploiement en région sera modifiée en fonction des axes définis à propos du DMP de deuxième génération. Les actions de communication sur le terrain auprès des professionnels de santé seront poursuivies afin que tous les acteurs se mobilisent sur le sujet. 34

35 Les projets du GCS e-santé Bourgogne C. Dossier Communicant de Cancérologie Le partage et l échange de données de santé entre professionnels de santé, hospitaliers et libéraux, constituent une obligation de la coordination des soins en particulier pour la prise en charge des maladies chroniques ou d épisodes de soins requérant l intervention coordonnée de nombreux professionnels autour du patient. Dans le cas de la prise en charge des patients atteints de cancer, la mesure 34 du plan cancer prévoyait la création d un Dossier Communicant de Cancérologie (DCC), mis en œuvre et développé par les Réseaux Régionaux de Cancérologie (RRC). Le Plan Cancer , dans sa mesure 18, a prévu de déployer ce service comme un élément du dossier médical personnel (DMP). Sur la base de ces nouvelles orientations, des travaux ont été conduits depuis 2011 par l ASIP Santé et l INCa avec le concours de sept régions pilotes dans le but de définir les éléments d un système d information en cancérologie et de déterminer les conditions techniques de sa mise en œuvre. Sur le fondement de ces travaux, une concertation pilotée par la DSSIS et élargie à l ensemble des ARS (CMSI et correspondants cancer) a permis de définir une cible fonctionnelle et technique. L objectif pour le GCS, en collaboration avec le réseau OncoBourgogne est de mettre en œuvre le Dossier Communicant de Cancérologie en répondant : aux orientations nationales définies par l INCA et l ASIP, aux problématiques de la stratégie régionale en matière de cancérologie (SROS) et particulièrement à la logique du parcours de santé, aux besoins des utilisateurs. Actions 2013 Le GCS a accompagné le réseau Onco Bourgogne pour l hébergement sécurisé des données extraites de l ancien dossier communiquant de cancérologie. Une pré-étude a été réalisée afin d identifier les contraintes réglementaires liées au DCC. Une analyse de risques et une analyse de besoins ont également été réalisées. A ce jour, le plan projet est défini et le recueil des besoins est en cours de finalisation. A venir : Mise à disposition des besoins pour développement auprès des éditeurs, Développement de l application et mise en œuvre au sein de l Espace Numérique de Santé. 35

36 Les projets du GCS e-santé Bourgogne D. Trajectoire Trajectoire est un logiciel permettant de fluidifier le circuit du patient grâce à la prise en compte des spécificités de sa prise en charge. Il permet de connaître rapidement, pour chaque patient, la ou les structures appropriées, d identifier les structures compétentes par rapport aux soins que nécessite son état, ou encore les structures proches de son domicile ou de ses proches. Le logiciel permet également aux professionnels de dialoguer par voie électronique entre prescripteurs de soins souvent les services Médecine Chirurgie Obstétrique MCO et la ou les Unités de Soins de Suite et de Réadaptation SSR concernées. Il a été conçu et mis en œuvre par la région Rhône-Alpes et son utilisation fait l objet d une convention entre les ARS de Rhône-Alpes et de Bourgogne. Il peut, par ailleurs, être utilisé avec les régions limitrophes l ayant déjà déployé : Rhône-Alpes, Auvergne et Ile-de-France. Actions 2013 Entre janvier et juin 2013, trois premiers bassins ont été déployés : Mâcon B01, Chalon B10, Auxerre B12. Ont suivi les bassins des Etablissements SSR Dijon B07, de Beaune B05 et du CHU de Dijon B06 jusqu à la fin d année Suivront les bassins des établissements MCO de Dijon (B08), le bassin de Sens (B04), et le bassin du Morvan (B11) début Participation de la coordination Bourgogne aux comités de suivi des coordinations régionales sur le champ sanitaire. Financement de la région au Développement Trajectoire Personnes Agées. Trajectoire en chiffres Nombre d'établissements formés 39 Nombre de personnes formées 670 Nombre de sessions organisées 149 Nombre d'unités prescriptrices 167 Nombre d'unités receveuses 79 Unités SSR 51 Unités SSR HdJ 19 Unités HAD 6 Unités USLD 3 Nombre de demandes envoyées 5643 Nombre de demandes reçues 8919 Nombre de patients bourguignons admis

37 Les projets du GCS e-santé Bourgogne Répartition des unités receveuses Unités USLD 4% Unités HAD 8% Unités SSR HdJ 24% Unités SSR 64% 37

38 Les projets du GCS e-santé Bourgogne E. Géolocalisation des ambulances Le projet de géolocalisation des ambulances est un projet destiné à améliorer la gestion de l urgence pré-hospitalière. Il doit permettre notamment de réduire le temps de prise en charge du patient en offrant la possibilité de sélectionner un moyen ambulancier plus rapidement. Le fonctionnement de ce système repose sur la localisation en temps réel de chaque ambulance de la région (adhérent au système), tout en ayant une visibilité sur sa disponibilité vis-à-vis de la mission. Ainsi les équipes du SAMU qui devaient auparavant contacter les sociétés ambulancières par téléphone pourront avec ce système, gagner en réactivité et en efficacité puisque la sélection de l ambulance répondant au mieux à l intervention (temps d intervention, matériel souhaité, équipe médicale nécessaire ) sera automatiquement sélectionnée par le système. Ce projet doit donc permettre à terme de faire communiquer un ensemble d applications hétérogènes (solution de géolocalisation des ambulances, logiciels de SAMU différents en fonction des départements) par le biais d interfaces assurant une communication bidirectionnelle. 38

39 Les projets du GCS e-santé Bourgogne Ce projet implique différents acteurs à commencer par les sociétés d ambulances de la région qui adhèrent dans leur grande majorité à l association RASSUR Bourgogne (Réseau Ambulancier, Service et Secours Urgent, Régional de Bourgogne, adhérent depuis septembre 2013) et qui devront s équiper de matériel permettant de localiser leur position et d envoyer l information au serveur centralisateur. Les autres acteurs impliqués sont les SAMU de chaque département de la région qui sont à l initiative de l attribution des missions de secours. Actions 2013 Un cahier des charges a été élaboré, détaillant les interfaces nécessaires à la mise en place d un système d échange d informations entre le logiciel de géolocalisation des ambulances privées et les différents logiciels de régulation utilisés dans les SAMU. Le GCS a également rencontré les différents éditeurs (SIS, LOMACO, APPLIGOS). La multiplicité des acteurs engagés dans le projet complique sa mise en œuvre. La stratégie de déploiement du projet doit permettre un lancement progressif du projet sur les différents départements. 39

40 Les projets du GCS e-santé Bourgogne F. Interconnexion des moyens héliportés L efficacité de la réponse aux demandes d aide médicale urgente nécessite la mise en place d une organisation structurée des transports sanitaires, notamment pour ce qui concerne la gestion des moyens héliportés. Les transports sanitaires par hélicoptère sont un point particulièrement important de l organisation des soins. Ils sont en effet la cheville ouvrière de deux grands principes, qui régissent la médecine d urgence moderne : l accès rapide aux soins pour l ensemble des patients, permettant une prise en charge médicale en urgence dans les 30 minutes, la création de parcours de soins spécialisés, permettant aux patients «critiques» de bénéficier d une filière multidisciplinaire reposant sur un plateau technique adapté. La régulation médicale réalisée par les Samu Centres 15 potentialise la bonne intégration du patient, dès la phase pré-hospitalière, dans un parcours de soins efficace. Dans le contexte d une réforme hospitalière s inscrivant dans le dispositif de la loi HPST, les transports sanitaires par hélicoptère sont devenus un outil indispensable de la restructuration des plateaux techniques. Leur organisation sous-entend les objectifs d efficience, de qualité et de sécurité des soins d urgence. La maîtrise des transports sanitaires est, pour les patients les plus graves, le garant d une prise en charge performante, alors même que les plateaux techniques sont ou seront regroupés, classés par le niveau de prise en charge qu ils peuvent fournir et répartis pour desservir un territoire de santé identifié. La région Bourgogne souhaite mettre en place un système permettant d interconnecter l ensemble des moyens héliportés sanitaires et permettre une mutualisation améliorée des moyens. Il s agit de mettre à disposition de chaque SAMU un système lui permettant de pouvoir visualiser la localisation et la disponibilité des différents hélicoptères de la région. Actions 2013 Réalisation d une pré-étude sur les solutions pouvant répondre aux contraintes imposées par le projet et d une étude de faisabilité auprès des éditeurs de solutions logicielles et fabricants de matériel, Elaboration d un budget prévisionnel, Elaboration d un cahier des charges définissant le cadre du projet. A ce jour, aucune solution industrielle n existe aux vues de la multiplicité des acteurs engagés et des contraintes imposées par le projet. 40

41 Les projets du GCS e-santé Bourgogne Les exigences techniques du projet doivent s adapter au contexte réglementaire et au budget disponible. A venir Une synergie devrait s opérer avec le projet de géolocalisation des ambulances. La solution mise en place devra être évolutive afin de répondre rapidement aux contraintes principales dans un premier temps. De nouvelles fonctions pourront venir s ajouter à l application pour couvrir un large spectre de fonctionnalités. 41

42 IV. Communication et Evènements A. Pass Santé Jeunes Communication et Evènements et du GCS e-santé Bourgogne «Pass Santé Jeunes» est un site internet lancé en juillet 2013, initié par l ARS dans le cadre du Programme Régional de Télémédecine, plus précisément le point de Télésanté 4 dédié à l information, la prévention et l éducation à la santé. Le GCS était chargé de la maîtrise d ouvrage ; les contenus du site ont été rédigés par l Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé de Bourgogne (IREPS). Le site s adresse aux 8-18 ans et a pour objectif premier de les renseigner et de les rendre acteurs de leur parcours de santé. Conseils pratiques, informations fiables et aussi annuaire des structures pouvant les accompagner constituent les points-clés de ce nouvel outil. L autre objectif du site est de mobiliser, structurer, animer et engager un réseau d acteurs (partenaires participant à l animation de la vie adolescente et familles) dans une démarche commune de promotion de la santé des jeunes, autour d un corpus commun et d un référentiel fiable et actualisé. Des ateliers santé et des contrats locaux ont été à ce titre élaborés sur plusieurs sites, 4 dans un premier temps, pour soutenir cette dynamique : Le quartier de la Fontaine-d Ouche pour la Côte-d Or, Le Pays Bourgogne Nivernaise pour la Nièvre, Le Pays Autunois Morvan pour la Saône-et-Loire, Le Pays Puisaye-Forterre pour l Yonne. Quelques chiffres entre juillet et décembre 2013 : 42 + de 2800 visites, + de pages vues, En moyenne 4 pages regardées lors d une visite, Durée moyenne connexion : 6 min 35, un score honorable pour un public jeune.

43 Communication et Evènements et du GCS e-santé Bourgogne B. Journée dédiée à la sécurité des Systèmes d Information Le 21 novembre 2013, le GCS e-santé et l ARS de Bourgogne ont organisé les Premières Rencontres dédiées à la Sécurité des Systèmes d Information. Une grande nouveauté pour la Bourgogne et un évènement qui a réuni directeurs d établissements, responsables des Systèmes d Information, médecins libéraux, praticiens hospitaliers. Une centaine de personnes s est ainsi rendue à Montceau-les-Mines pour cette journée d information et d échanges menées par des spécialistes nationaux. Répartition Métiers des participants Réponse aux attentes Admin. 9% Divers 14% Directeurs structures 14% Médecin DIM, praticiens 18% RSI, DSI 45% Oui Oui 95% Oui en partie; 1 Oui en partie Non; 1 Non 65 participants 18 intervenants Note moyenne donnée par les participants : 4.1/5 43

44 Evènements et Communication du GCS e-santé Bourgogne C. Nouvelle identité visuelle Le GCS e-santé Bourgogne s est doté d une nouvelle identité visuelle en 2013 : nouveau logo et nouvelle charte graphique. Pour ces réalisations, le Groupement a travaillé avec l agence de communication Interlude Santé. D. Nouveau site internet Dans la continuité du travail engagé au niveau de l identité visuelle, le GCS a aussi travaillé à la refonte complète du site web. Nouvelles rubriques, nouveaux services et des actualités sans cesse renouvelées pour maintenir le lien constant avec ses membres. Thématisation des contenus pour une meilleure lisibilité. 44

45 Evènements et Communication du GCS e-santé Bourgogne Présentation de chaque service, applicatif ou projet en cours. Espace documentaire avec agenda du GCS, téléchargement des News Letter ou des comptes rendus d Assemblées Générales. 45

La e-santé pour communiquer

La e-santé pour communiquer GCS e-santé BRETAGNE Professionnels de la santé, du médico-social, en structure ou en libéral... La e-santé pour communiquer Présentation des services e-santé en Bretagne BIPS², réseau très haut débit

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014

DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014 DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014 La Bourgogne, territoire de soins numérique La Bourgogne fait partie des 5 régions lauréates de Territoire de Soins Numérique (TSN). La région va recevoir un soutien

Plus en détail

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, DGOS. Le 03 avril 2014 Session Santé Numérique : quelle est la place de la France en Europe? Etat des lieux et comparatifs La position

Plus en détail

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique TELEMEDINOV la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique Présentation Michel RIOLI directeur du projet LA REGLEMENTATION

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique + La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique 15 ème Conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane Y. MARIE-SAINTE Directeur 28/04/2011 V1.0 + #

Plus en détail

RECENSEMENT DES USAGES EXPRIMÉS. De nombreux usages potentiels exprimés par les adhérents avec des degrés de maturité et de faisabilité variables

RECENSEMENT DES USAGES EXPRIMÉS. De nombreux usages potentiels exprimés par les adhérents avec des degrés de maturité et de faisabilité variables 1 RECENSEMENT DES USAGES EXPRIMÉS De nombreux usages potentiels exprimés par les adhérents avec des degrés de maturité et de faisabilité variables 2 LE PSIT A DÉFINI UN CADRE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA

Plus en détail

Stratégie de déploiement

Stratégie de déploiement Messageries Sécurisées de Santé (MSSanté) Mars 2014 Page 1 La présente note vise à éclairer la démarche de mise en place d un système de messageries sécurisées de santé en concertation avec l ensemble

Plus en détail

Les Systèmes d informations de santé

Les Systèmes d informations de santé Les Systèmes d informations de santé Programme ETAT DES LIEUX EVOLUTION ET CONTEXTE 1 Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées FOCUS SUR LES SYSTEMES D INFORMATION DE SANTE MESTARI Nordine RSI ONCOMIP DESC

Plus en détail

Journées de formation DMP

Journées de formation DMP Journées de formation DMP Le DMP dans l écosystème Chantal Coru, Bureau Etudes, ASIP Santé Mardi 26 juin 2012 Processus de coordination au centre des prises en charge Quelques exemples Maisons de santé

Plus en détail

Le DMP en Bretagne. Assemblée générale ANIORH. Vendredi 7 Décembre 2012

Le DMP en Bretagne. Assemblée générale ANIORH. Vendredi 7 Décembre 2012 Le DMP en Bretagne Assemblée générale ANIORH Vendredi Ordre du Jour 1- Présentation du DMP 2- Déploiement du DMP en Bretagne 3- Présentation de la démarche en établissement 4- Présentation de la démarche

Plus en détail

SDRSIS Systèmes d information en santé

SDRSIS Systèmes d information en santé SDRSIS Systèmes d information en santé SCHÉMA DIRECTEUR RÉGIONAL DES SYSTÈMES D INFORMATION EN SANTÉ SDRSIS Systèmes d information en santé Introduction...4 La démarche...5 Le contexte des Systèmes d

Plus en détail

PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS

PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS Ateliers de prospective PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS L ORGANISATION DES SOINS : LA TÉLÉMÉDECINE PERMET-ELLE DES ORGANISATIONS DE SOINS PLUS PERFORMANTES? Dr Pierre SIMON Président de l'association nationale

Plus en détail

Plateforme Lorraine de services mutualisés pour l échange et le partage de données médicales 16/02/2009

Plateforme Lorraine de services mutualisés pour l échange et le partage de données médicales 16/02/2009 Plateforme Lorraine de services mutualisés pour l échange et le partage de données médicales 16/02/2009 1 Le GCS Télésanté Lorraine La télésanté en lorraine Groupement de Coopération Sanitaire créé en

Plus en détail

Proyecto Telemedicina

Proyecto Telemedicina Seminario Internacional Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores 3-4 octubre 2013 Proyecto Telemedicina Dr Jean-Philippe Flouzat Médico geriatra, Consejero Médico Social de la Agencia Regional

Plus en détail

Les perspectives nationales de la télémédecine Dr Pierre SIMON Président de la Société Française de Télémédecine. InnovSanté, St Denis, 26 mars 2015

Les perspectives nationales de la télémédecine Dr Pierre SIMON Président de la Société Française de Télémédecine. InnovSanté, St Denis, 26 mars 2015 Les perspectives nationales de la télémédecine Dr Pierre SIMON Président de la Société Française de Télémédecine InnovSanté, St Denis, 26 mars 2015 Quand la santé numérique vend du rêve 45 ans 65 ans 85

Plus en détail

Note créée le 19/03/2014

Note créée le 19/03/2014 Note créée le 19/03/2014 La télémédecine : présentation générale et expérimentations 2014 Note d information réalisée par pôle santé et soins Auteure : Fanny Gaspard, Conseillère technique aide et soins

Plus en détail

La dématérialisation des échanges grâce aux messageries sécurisées de santé

La dématérialisation des échanges grâce aux messageries sécurisées de santé La dématérialisation des échanges grâce aux messageries sécurisées de santé HOPITECH - Angers 10 Octobre 2014 Vladimir Vilter ASIP Santé Comment échanger par mail les données de santé des patients facilement

Plus en détail

Point d actualité DMP et Messageries Sécurisées de Santé

Point d actualité DMP et Messageries Sécurisées de Santé Point d actualité DMP et Messageries Sécurisées de Santé Assemblée Générale GCS Télésanté Basse Normandie 26 mars 2014 Anne Bertaud Pole Territoire Dossier Médical Personnel 2 DMP : quelques chiffres (février

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Bilan d activité du GCS SISCA. 18/12/2008 Ce qui a été fait depuis Décembre 2007.

Bilan d activité du GCS SISCA. 18/12/2008 Ce qui a été fait depuis Décembre 2007. Bilan d activité du GCS SISCA 18/12/2008 Ce qui a été fait depuis Décembre 2007. Mise en place opérationnelle du GCS SISCA - Equipement en mobilier, matériels informatique, téléphonie et réseau informatique.

Plus en détail

Fiches pédagogiques d aide à la qualification d un projet de télémédecine

Fiches pédagogiques d aide à la qualification d un projet de télémédecine Conseil Stratégique des Industries de Santé (CSIS) Fiches pédagogiques d aide à la qualification d un projet de télémédecine GT 33 CSIS-CSF : Permettre l émergence d une stratégie industrielle en matière

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

Annexe 7. Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine

Annexe 7. Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine Annexe 7 Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine A37 Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la

Plus en détail

Dossier Médical Personnel une réalité partagée en Alsace!

Dossier Médical Personnel une réalité partagée en Alsace! Dossier Médical Personnel une réalité partagée en Alsace! Mardi 14 Février 2012 L accompagnement des professionnels de santé sur le terrain M. Gaston STEINER directeur d Alsace e-santé(gcs) Le DMP, socle

Plus en détail

Soirée d information URPS ML

Soirée d information URPS ML Modifiez le style du titre Soirée d information URPS ML «Accompagnement à l Informatisation des Pôles et Maisons de Santé» 09/10/2014 GCS e-santé Pays de la Loire - document de travail 1 Modifiez le style

Plus en détail

GCS e-santé ARCHIPEL. Présentation du SI régional de télésurveillance. 26/06/2015 Système d'information régional de télésurveillance 1

GCS e-santé ARCHIPEL. Présentation du SI régional de télésurveillance. 26/06/2015 Système d'information régional de télésurveillance 1 GCS e-santé ARCHIPEL Présentation du SI régional de télésurveillance 26/06/2015 Système d'information régional de télésurveillance 1 UNE SOLUTION GLOBALE la santé connectée aux services des patients 26/06/2015

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Orange Healthcare vers un système de santé connecté

Orange Healthcare vers un système de santé connecté Orange Healthcare vers un système de santé connecté Orange est conscient que les grands établissements de santé doivent évoluer pour améliorer la prise en charge des patients, coordonner l ensemble des

Plus en détail

Cercle Lanjuinais - Rennes Jeudi 16 juin 2011

Cercle Lanjuinais - Rennes Jeudi 16 juin 2011 NTIC, territoires et santé NTIC, territoires et santé Cercle Lanjuinais - Rennes Jeudi 16 juin 2011 La télésanté : un historique Possibilités offertes par les Technologies de l Information et de la Communication

Plus en détail

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer la coordination entre les professionnels et les structures de soins ambulatoires hospitaliers et médicosociaux

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

Phase pilote de mise en œuvre du service «Dossier Communicant de Cancérologie» du Dossier Médical Personnel

Phase pilote de mise en œuvre du service «Dossier Communicant de Cancérologie» du Dossier Médical Personnel Phase pilote de mise en œuvre du service «Dossier Communicant de Cancérologie» du Dossier Médical Personnel Cahier des charges Janvier 2011 Mesure 18 : Personnaliser la prise en charge des malades et renforcer

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne FIR Fonds d Intervention Régional Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne SOMMAIRE 1 2 3 4 5 6 Les dépenses engagées par thématique L accès aux soins La modernisation, la performance

Plus en détail

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Département Système d Information en Santé et Télémédecine Direction de l Efficience de l Offre 5 mai 2015 1 les enjeux régionaux Enjeux régionaux

Plus en détail

EDITO AGENDA. www.esante-poitou-charentes.fr LETTRE N 16 05/2015. SOMMAIRE Page 1. Page 2. Page 3. Page 4 PAGE 5. Edito Agenda

EDITO AGENDA. www.esante-poitou-charentes.fr LETTRE N 16 05/2015. SOMMAIRE Page 1. Page 2. Page 3. Page 4 PAGE 5. Edito Agenda EDITO Cette newsletter est l occasion de saluer le démarrage de nouveaux projets. Les activités de télémédecine sont au rendez-vous et vous découvrirez ainsi les premiers projets organisés par l ARS et

Plus en détail

= Meilleure coordination des soins

= Meilleure coordination des soins Intérêts pour l Assurance Maladie Rationalisation des soins Maitrise des dépenses de santé Intérêts pour le corps médical Meilleur suivi du patient Connaissance des antécédents du patient Connaissance

Plus en détail

SI des établissements Impact des référentiels d interopérabilité et de sécurité de l ASIP Santé

SI des établissements Impact des référentiels d interopérabilité et de sécurité de l ASIP Santé SI des établissements Impact des référentiels d interopérabilité et de sécurité de l ASIP Santé Jean-François Parguet Directeur pôle Référentiels Architecture & Sécurité de l ASIP Santé Sommaire Dématérialisation

Plus en détail

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe Un éclairage pour un déploiement national Journée Télémédecine ASIP Santé 3 mai 2012 Pascale MARTIN - ANAP Agence Nationale d Appui à la Performance

Plus en détail

La Télémédecine pour améliorer l accès aux soins

La Télémédecine pour améliorer l accès aux soins La Télémédecine pour améliorer l accès aux soins Dr Pierre Simon Président de la Société Française de Télémédecine Congrès Association Lyon 23 avril 2015 Quelques dates historiques de la TLM. 1920, première

Plus en détail

Un projet multi-établissements de territoire en Franche-Comté

Un projet multi-établissements de territoire en Franche-Comté Un projet multi-établissements de territoire en Franche-Comté Dr Denis BABORIER CH LONS-LE-SAUNIER 31 Août 2009 La géographie du projet ISYS Projet d informatisation du système de soins Franche-Comté EMOSIST-fc

Plus en détail

Les Dossiers Médicaux Partagés en Franche-Comté :

Les Dossiers Médicaux Partagés en Franche-Comté : Les Dossiers Médicaux Partagés en Franche-Comté : Retour d'expérience du GCS EMOSIT-FC GCS EMOSIST-fc 10, avenue Clemenceau 25000 Besançon PLAN DE LA PRESENTATION 1 La Franche-Comté & EMOSIST-FC 2 Organiser

Plus en détail

Programme régional de télémédecine

Programme régional de télémédecine e-santé Programme régional de télémédecine 2012 > Consultation réglementaire www.sante.midi-pyrenees.fr PRT > Programme régional Télémédecine Contexte p. 4 Les actions du premier Programme régional de

Plus en détail

Projet régional de santé d Alsace 2012-2016. Programme régional de télémédecine (PRT)

Projet régional de santé d Alsace 2012-2016. Programme régional de télémédecine (PRT) Projet régional de santé d Alsace 2012-2016 Programme régional de télémédecine () Sommaire I- ENJEUX, OBJECTIFS ET BENEFICES ATTENDUS... 4 A/ LES ENJEUX POUR LE SYSTEME DE SANTE... 4 B/ LES OBJECTIFS DES

Plus en détail

Et si vous optimisiez votre temps de travail?

Et si vous optimisiez votre temps de travail? Et si vous optimisiez votre temps de travail? La feuille de route du GCS Télésanté Lorraine était précise en termes d outils et de services à offrir à ses adhérents dans un court délai. Grâce à l implication

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU PROJET DMP EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ

GUIDE PRATIQUE DU PROJET DMP EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ GUIDE PRATIQUE DU PROJET DMP EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ 2 e édition Mai 2012 www.dmp.gouv.fr GuideDMP_ASIP_Couv.indd 1 27/04/12 11:35 2 - GUIDE PRATIQUE DU PROJET DMP EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ INTRODUCTION

Plus en détail

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Séminaire FHF-RA - 24 septembre 2015 - Jean-Pierre BERNARD, Directeur du Centre Hospitalier de Valence - Denis GOSSE, Directeur du Centre Hospitalier

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Règlement Intérieur. Date : 6 novembre 2014. Code documentaire : ORU.REGLINT.ENR006

Règlement Intérieur. Date : 6 novembre 2014. Code documentaire : ORU.REGLINT.ENR006 Règlement Intérieur Date : 6 novembre 2014 Code documentaire : ORU.REGLINT.ENR006 OBJECTIFS - FINALITES DE L ORU-MiP Article 1. : Conformément à sa convention constitutive, la mission principale du GIP

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

Les technologies de l information, support de la réorganisation territoriale

Les technologies de l information, support de la réorganisation territoriale Les technologies de l information, support de la réorganisation territoriale Pierre Simon Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) De quoi parlons-nous? Le cadre de la santénumérique

Plus en détail

CV Emmanuel PAVAGEAU

CV Emmanuel PAVAGEAU Etude de télésanté sur le Pays du Haut-Languedoc et Vignobles Bédarieux, le 11 janvier 2010 Lancement du projet 1 ère réunion du Comité de pilotage 2IM Conseil 7, rue Jean Mermoz 78000 VERSAILLES Tél.

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics)

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Relatif au projet de : Déploiement du logiciel DMU Net au sein du service des urgences et mise en place d un EAI (Enterprise Application Integration)

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010.

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Contexte L expérimentation NMR est organisée depuis 2 ans sous l égide de la Direction Générale de la

Plus en détail

L un des objectifs du GCS SIS Martinique est de répondre

L un des objectifs du GCS SIS Martinique est de répondre La Newsletter de la e-santé en Martinique ÉDITION N 5 Nov. 2013 La e-santé, hier, aujourd hui et demain. Edito L un des objectifs du GCS SIS Martinique est de répondre aux besoins d échanges et de partage

Plus en détail

S I S C E N T A U R E 1 5

S I S C E N T A U R E 1 5 Club Utilisateurs Centaure 15 Jeudi 18 et Vendredi 19 juin 2009 - NANTES Centaure 15 est la solution informatique choisie en 1999 par le CHU de NANTES pour équiper son Samu- Centre 15. C est un progiciel

Plus en détail

L impact du programme de relance sur le projet régional 19/05/2009 COPIL AMOA 1

L impact du programme de relance sur le projet régional 19/05/2009 COPIL AMOA 1 L impact du programme de relance sur le projet régional 19/05/2009 COPIL AMOA 1 L Identifiant National Santé (INS) Delphin HENAFF-DARRAUD Point du programme sur l INS Le constat L absence d identifiant

Plus en détail

La mise en place du PACS 1 Midi-Pyrénées s inscrit

La mise en place du PACS 1 Midi-Pyrénées s inscrit Pr Louis Lareng ADMINISTRATEUR Dr Monique Savoldelli DIRECTEUR SIH Karine Seymour CHEF DE PROJET 35 GROUPEMENT DE COOPÉRATION SANITAIRE TÉLÉSANTÉ MIDI-PYRÉNÉES, TOULOUSE Mise en place d un PACS mutualisé

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Plan du cours. La carte SESAM-VITALE, les FSE, le RSS. Le Dossier Pharmaceutique. Les systèmes de chiffrements de l'information. Glossaire à retenir

Plan du cours. La carte SESAM-VITALE, les FSE, le RSS. Le Dossier Pharmaceutique. Les systèmes de chiffrements de l'information. Glossaire à retenir Plan du cours La carte SESAM-VITALE, les FSE, le RSS Le Dossier Pharmaceutique Les systèmes de chiffrements de l'information Glossaire à retenir I - La carte SESAM VITALE En janvier 2004 déja 21600 officines

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Le dossier Médical Personnel ou DMP aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Chronologie du DMP

Plus en détail

CPS CPS CPS CARTE DE PROFESSIONNEL CARTE DE PROFESSIONNEL CHIRURGIEN-DENTISTE ORDRE NATIONAL DES SAGES-FEMMES. www.ordres-sante.fr

CPS CPS CPS CARTE DE PROFESSIONNEL CARTE DE PROFESSIONNEL CHIRURGIEN-DENTISTE ORDRE NATIONAL DES SAGES-FEMMES. www.ordres-sante.fr MÉDECIN SAGE-FEMME S CARTE Votre carte professionnellee pour de nouveaux services es en toute confiance. FESSIONNEL ANTÉ MASSEUR- KINÉSITHÉRAPEUTE PÉDICURE-PODOLOGUE SAN S DE SANTÉ PHARMACIEN INFIRMIER(E)

Plus en détail

Réunion du comité de pilotage de l OMEDIT de Bourgogne. 30 Septembre 2014 à 11 H

Réunion du comité de pilotage de l OMEDIT de Bourgogne. 30 Septembre 2014 à 11 H Personnes présentes Réunion du comité de pilotage de l OMEDIT de Bourgogne 30 Septembre 2014 à 11 H Représentants de l Agence Régionale de Santé Monsieur Christophe LANNELONGUE, Directeur Général de l

Plus en détail

TÉLÉMÉDECINE EN FRANCHE-COMTÉ

TÉLÉMÉDECINE EN FRANCHE-COMTÉ TÉLÉMÉDECINE EN FRANCHE-COMTÉ PROGRAMME 2012-2016 Préface Dans une région à forte composante rurale et dont la démographie médicale pourrait rapidement devenir préoccupante, nous devons anticiper et permettre

Plus en détail

Connectathon 2010 Développer la télésanté gràce à IHE Pourquoi faire converger les projets Karima Bourquard Directeur Interoperabilité IHE-Europe IN-SYSTEM Bordeaux 12-16 April 2010 Connectathon 2010 Développer

Plus en détail

Mise à disposition d un outil CRM aux MOAR pour soutenir le déploiement des SIS. Vendredi 13 janvier 2012

Mise à disposition d un outil CRM aux MOAR pour soutenir le déploiement des SIS. Vendredi 13 janvier 2012 Mise à disposition d un outil CRM aux MOAR pour soutenir le déploiement des SIS Vendredi 13 janvier 2012 Objectifs du projet Une aide au déploiement des SIS Une réponse à une nécessité d action immédiate

Plus en détail

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux «le pourcentage de résidents âgés nécessitant des soins pour des plaies simples ou complexes était de 8,6% selon l étude PATHOS menée en 2009

Plus en détail

PLEXUS OI, UN INNOVANT

PLEXUS OI, UN INNOVANT PLEXUS OI, UN INNOVANT UN PROJET E-SANTE PLEXUS OI Genèse du projet L innovation au cœur du parcours de prise en charge LAGENÈSE DU PROJET Favoriser l émergence de territoires d excellence Des démarches

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 Présentation de l offre de services 100% web Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 L Offre de services dématérialisée porte l offre de services en ligne et l offre de services 100% web La convention

Plus en détail

SOMMAIRE... 2 1 PREAMBULE... 5 2 INTRODUCTION... 7 3 LE PROGRAMME NATIONAL DE DEVELOPPEMENT DE LA TELEMEDECINE. 10

SOMMAIRE... 2 1 PREAMBULE... 5 2 INTRODUCTION... 7 3 LE PROGRAMME NATIONAL DE DEVELOPPEMENT DE LA TELEMEDECINE. 10 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 1 PREAMBULE... 5 2 INTRODUCTION... 7 3 LE PROGRAMME NATIONAL DE DEVELOPPEMENT DE LA TELEMEDECINE. 10 3.1 UN PLAN NATIONAL... 10 3.2 LES CHANTIERS NATIONAUX PRIORITAIRES... 11 Imagerie

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins»

CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins» CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins» La Bourse Mutualiste pour la Recherche Infirmière et Paramédicale LE CONTEXTE GÉNÉRAL La recherche infirmière et paramédicale - c est-à-dire l étude

Plus en détail

Télésanté et parcours de soins

Télésanté et parcours de soins Télésanté et parcours de soins Dr Pierre Simon Président de la Société Française de Télémédecine (SFT-Antel) JetSan, Compiègne, 28 mai 2015 La santé connectée, aujourd hui et demain Les outils supports

Plus en détail

Dossier communicant de cancérologie (DCC) et dossier médical personnel (DMP)

Dossier communicant de cancérologie (DCC) et dossier médical personnel (DMP) Dossier communicant de cancérologie (DCC) et dossier médical personnel (DMP) Cadre national Octobre 2010 Mesure 18 : Personnaliser la prise en charge des malades et renforcer le rôle du médecin traitant

Plus en détail

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique.

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique. Cette consultation a pour objectif de recruter un prestataire informatique

Plus en détail

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle possible? 18 octobre 2012 Professeur Philippe KOLH CIO, Directeur du Service des Informations Médico-Economiques CHU de LIEGE Plan

Plus en détail

Dispositions déclarées contraires à la Constitution :

Dispositions déclarées contraires à la Constitution : Loi n 2011-940 du 10 août 2011 modifiant certaines dispositions de la loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires Texte définitivement

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Infirmieres libérales

Infirmieres libérales Détail des programmes- Feuillets complémentaires à la plaquette générale Infirmieres libérales Stages courts 2012 Durées et dates disponibles sur un calendrier en annexe Santé formation Formations gratuites

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE Le développement de la e-santé : un cadre juridique et fonctionnel qui s adapte au partage Jeanne BOSSI Secrétaire

Plus en détail

FICHE ACTION PROJETS SYSTEME D INFORMATION DELEGUES AU RESEAU ESPACE PAR SISRA

FICHE ACTION PROJETS SYSTEME D INFORMATION DELEGUES AU RESEAU ESPACE PAR SISRA FICHE ACTION PROJETS SYSTEME D INFORMATION DELEGUES AU RESEAU ESPACE PAR SISRA Le réseau est membre fondateur du GCS Plate-forme SISRA avec les trois CHU de la région, le CRLCC Léon Bérard et une association

Plus en détail

«Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité»

«Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité» «Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité» Mai 2014 La définition de territoires prioritaires : les espaces d équipes de soins fragiles et sous vigilances Enjeux des espaces d

Plus en détail