Comment fonctionne la FX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment fonctionne la FX"

Transcription

1 Que ont le rayon X? Comment fonctonne la FX Ad van Eenbergen Ingéneur Produt et Applcaton fluorecence X PANalytcal France S.A.S. mel Brévanne Radaton Electromagnétque ongueur d'onde de.1 nm à 1. nm Energe de 124 kev à.124 kev 1nm = 1Å = 1-9 m = 1-6 mm Orgne de rayon X (1) (Tube) Producton de rayon X e rayon X ont généré par la perte d'énerge d'électron aocée à l'nteracton d'électron de haute énerge avec le atome Encente olante e tube à rayon X Courant flament Flament (Cathode) Fond contnu (Rayonnement de frenage) Radaton caractértque (Bremtrahlung) kv _ + ma Vde Anode (Ant-cathode) RX Fenêtre (Be) Tube à rayon X à fenêtre frontale "Super Sharp" Tube à rayon X à fenêtre frontale "Target Tranmon" 1

2 Producton de rayon X Fond contnu Forme du fond contnu Intenté maxmum à λ=2λ 2λmn Producton de rayon X Formaton de rae caractértque État fondamental État excté Stablaton K K K N N N Photon X Kα Tranton Électron provenant du flament et accéléré par la haute tenon du tube acune électronque Un atome de l anode du tube à rayon X Orgne de rayon X Spectre d'un tube à rayon X avec une anode en tungtène Proprété de rayon X Interacton de rayon x avec un maf Effet photo-électrque Dffuon Cohérente Incohérente Dffracton Tou ce effet e produent multanément! Proprété de rayon X Aborpton Effet photo-électrque Rendement de fluorecence Effet photoélectrque Formaton de rae caractértque État fondamental État excté Stablaton K K K Photon X Kα Dffuon Cohérente (Raylegh) Incohérente (Compton) Dffracton Photon provenant du tube N N N acune électronque Tranton Un atome de l échantllon 2

3 Proprété de rayon X Coeffcent d'atténuaton de mae Coeffcent d'atténuaton de mae ( µ) pour l'élément Z en foncton de la longueur d'onde (λ) du rayon X ncdent Producton de rayon X Exctaton de l'échantllon Spectre Rh K Dcontnuté d aborpton Al K Rh 6kV Fond contnu Spectre Rh Producton de rayon X Exctaton de l'échantllon Spectre Rh K Dcontnuté d aborpton o K Rh 6kV Decrpton typque Source Échantllon Optque Fond contnu Spectre Rh () Électronque ogcel Spectre aprè l échantllon Spectre aprè l échantllon Spectre du tube (Raylegh) Spectre du tube déplacé (Compton) Intenté dépend de la matrce Spectre typque à l échantllon Énerge dépend de compoé et l ntenté dépend de la concentraton Tube Compton Spectre typque de fluorecence de rayon X d'un échantllon Photo pc Raylegh 3

4 Analye Il y une relaton entre: Intenté Concentraton a atrce R = C / atrce Chaque atome et une ource à rayon X Il y de effet d exctaton et d aborpton % de l ntenté max Sytème bnare Al 2 O 3 /SO 2 Effet de matrce en géologe Pour S Kα dan SO2 à % SO2 : S = 5 cp/% à 1% SO2 : S =1 cp/% S Ka Al Ka Conc. SO2 (%) Exctaton et effet nter-élément Relaton Intenté - Concentraton µ alheureuement le monde et plu complqué j k Prmare : rk 1 I( λ) W ( µ ( λ) ) ccψ' ωk f rk P ( λ ) = ( µ ( λ )) ccψ' + ( µ ( λ) ) ccψ" ) Kα Ω 4π Exctaton S ( λ, λ ) j j = I ( λ) 2 cc ψ ' C j Q j ( λ, λ j ) C Q ( λ j, λ ) ( µ ( λ )) cc ψ ' + ( µ ( λ )) cc ψ" ) Ω 4π E Kβ Kα j Kβ j Kα k Kβ k K ABSORPTION EXATATION λ Secondare : µ ( λ ) n ψ ' ρ n ψ" ln ( µ ( λ )) ( µ ( λ )) n ψ ' ( µ ( λ )) j j ln 1 + ( µ ( λ j) ) ( µ ( λ )) n ψ" a détecton EDXRF a fluorecence X a dperon d énerge Tradtonnelle Polaré WDXRF a fluorecence X à dperon de longueur d onde Smultané Séquentelle Sm/Seq Un pectromètre à rayon x applque: E = h. υ = λ Ou λ = 2d n n θ EDXRF WDXRF 4

5 Tube à rayon X Fonctonnement d un ytème EDXRF Échantllon 1 2 Z λ 1 E λ 2 Z E Donc : o de oeley Théore de Quanta Comptage ur le canal Energe (KeV) Amplfcateur et analyeur mult-canaux Dperon d'énerge Utlaton d'un détecteur "proportonnel", où le voltage de l'mpulon produte et proportonnel à l'énerge du photon X qu l'a caué. e détecteur peut être olde S(), un compteur proportonnel à gaz ou un compteur à cntllaton. e mpulon ont trée dan le canaux d'un analyeur mult-canaux, où le numéro du canal et proportonnel au voltage de l'mpulon. Proprété de rayon X Aborpton Effet photo-électrque Rendement de fluorecence Dffuon Cohérente (Raylegh) Incohérente (Compton) Dffracton Proprété de rayon X Dffracton Dffuon cohérente d'un matérau crtalln Pour qu'l y at dffracton, la lo de Bragg dot 'applquer Extncton de photon dffué qu ne ont pa en phae Sommaton (dffracton) de photon dffué qu ont en phae Proprété de rayon X Fonctonnement d un ytème WDXRF Dffracton - o de Bragg - Échantllon 11 Z 2 oeley o de oeley λλ nλn λ= = 22d dn nθ θ Bragg o de relatonh Bragg p 2 n thu Z n 1 Donc: Z 2 2d 2d nθ CPS degré 2 θ Collmateur prmare Tube à rayon X Crtal analyeur 2θ Crcut d amplfcaton de dcrmnaton et de comptage 5

6 Repréentaton chématque FX équentelle Echantllon jeu de fltre programmable Repréentaton chématque équentelle (ute) Θ Θ aque collmateur programmable Tube à rayon X Crtaux plat Collmateur prmare Repréentaton chématque FX équentelle (ute) Repréentaton chématque FX multané Echantllon Chambre d analye Crtal courbe Canal fxe Gonomètre programmable ou vde Crtal courbe Tube à rayon X Canal fxe Canal fxe à crtal courbe (Focalant) Gonomètre focalant ou vde Chambre de meure Fxaton du canal V de réglage du crtal (Θ ) Daphragme Fente de orte Crtal Fente d entrée Chambre du crtal 6

7 2θ Gonomètre programmable à vde partel Repréentaton chématque FX multané fable puance proportonnel (Krypton) à cntllaton Générateur Termnal Crtal Fenêtre Faceau de rayon X Collmateur d entrée Chambre de meure du pectromètre Collmateur de orte Protecton radaton Courroe de commande oteur pa à pa Collmateur de orte Échantllon croproceeur Échelle de comptage e dfférente technque Spectromètre en EDS polarée WDS Sample EDS Sample EDS polaré X-ray tube Sample Promary Dperon collmator énerge I X-ray tube P 1 Exctaton drecte Exctaton econdare pécale Analyng crytal P 3 P2 Detector X-ray tube Secondary target Detector Detector I P 1 P 3 P P 3 1 P 2 P 2 Radaton X Polarée Radaton prmare Non-polarée Échantllon Radaton fluorecente Tube Optque polarée : Brut de fond trè fable Excellente valeur pc ur fond Seul de détecton trè ba!!!! P 4 B B 3 1 B2 B 4 B B P 4 Ε E E Cble econdare Spectromètre à dperon d'énerge (EDS) Inconvénent auvae réoluton pour le élément léger. Intenté totale maxmum(σ tou élément)2 c/. auvae enblté ur le élément léger. Spectromètre à dperon d'énerge (EDS) Avantage Avec un détecteur S(l), tou le élément ont meuré multanément. Relatvement peu coûteux. Peut néceter de l'azote lqude. 7

8 Dperon d'énerge Analye qualtatve et quanttatve. Comparée avec la dperon de longueur d'onde, la réoluton et: elleure ur le forte énerge (Ag/Sn/Sb pectre K) Égale ur le énerge moyenne (Fe/n/Cr pectre K) auvae ur le bae énerge (Na/g/Al/S pectre K) 11 < Z < 92 Intenté (cp) Spectre WDXRF gradué en énerge Zn K (et ) α K et ) β Ca Fe Zn Pb Pb Cu Br K Ca Fe T n Rb Cu Cr Sr kev14.5 Energe(keV) Spectre EDXRF avec un détecteur S() Spectre EDXRF avec Exctaton drecte (2-D) Intenté (cp) K (et ) α K (et ) β Zn Ca Fe Energe(keV) kev Optque et brut de fond Exctaton polarée 3-D Notre gamme de Fluorecence X aujourd hu AXIOS WDXRF CubX EDXRF 3-D EDXRF npal Venu agxfast Eplon5 nate 8

9 Applcaton Contrôle de producton Cmentere Fondere (Acer, Cuvre, Alumnum, etc ) Indutre de verre et réfractare Chme Pétrochme Polymère et Platque Pharmace et Almentare ne et néraloge À partr de quelque centane de ppb juqu à 1% De Béryllum juqu à Uranum Durée d analye entre 1 econde juqu à 15 mnute Applcaton a recherche Unverté et centre de recherche Indutre Automoble Contructon Pharmace et Almentare Géologe À partr de quelque centane de ppb juqu à 1% De Béryllum juqu à Uranum Durée d analye entre 15 mnute et 2 heure Avec de programme an étalon Applcaton Envronnement 9

Cours de CEM. Lois physiques de l électricité et de l électromagnétisme

Cours de CEM. Lois physiques de l électricité et de l électromagnétisme Cours de CEM - Orgne des éléments parastes os physques de l électrcté et de l électromagnétsme es composants passfs possèdent des éléments parastes qu lmtent leurs utlsatons. Ils sont dus aux los physques

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

PHYSICO-CHIMIE (4 points)

PHYSICO-CHIMIE (4 points) La calculatrice est autorisée. Un document-réponse est à rendre avec la copie. Deux feuilles de papier millimétré sont nécessaires PHYSICO-CHIMIE (4 points) 1 ) Comment définit-on l'énergie de première

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Scanner X Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Intervenant: F. Rousseau Les rayonsx Production des rayonsx Interaction avec la matière Détectiondes rayonsx Les scanners X

Plus en détail

viamobil eco V14 Sommaire Aperçu 72 Avantages du produit 73 Visuel du produit 74 Descriptif 75 Accessoires 76 Caractéristiques techniques 77

viamobil eco V14 Sommaire Aperçu 72 Avantages du produit 73 Visuel du produit 74 Descriptif 75 Accessoires 76 Caractéristiques techniques 77 Sommare vamobl eco V14 Aperçu 72 Avantages du produt 73 Vsuel du produt 74 Descrptf 75 Accessores 76 Caractérstques technques 77 vamobl eco V14 71 Aperçu V14 Pousser un fauteul faclement. 72 Avantages

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

Effets CEM sur et des circuits imprimés

Effets CEM sur et des circuits imprimés Effets CEM sur et des crcuts mprmés 2 avrl 2009 André Trabold Tel. 026 411 93 33 1728 Rossens www.emc.montena.com 1 Programme Introducton Immunté: Sgnaux perturbateur et fltres Emsson: Sgnaux perturbateur

Plus en détail

Rappel des technologies utilisées // Nouvelles technologies. (Synthèse par J.Ph GOURRAUD d une conférence des Dr B.BEUMER et Dr I.

Rappel des technologies utilisées // Nouvelles technologies. (Synthèse par J.Ph GOURRAUD d une conférence des Dr B.BEUMER et Dr I. ANALYSEUR DE SOUFRE TOTAL DANS LES PROCEDES DE CARBURANTS PETROLIERS Caractéristiques Principales Détermination du soufre total par le procédé MWD XRF Etendue de mesure dynamique de 0.6ppm à 3000ppm Temps

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

CONVERTISSEURS ALTERNATIF/CONTINU A DIODES

CONVERTISSEURS ALTERNATIF/CONTINU A DIODES École Natonale Supéreure d Art et Méter Centre d Enegneent et de Recherche - LILLE Texte de Traaux Pratque en ÉLECTRONIQUE E PUISSANCE CONVERTISSEURS ALTERNATIF/CONTINU A IOES Proeeur : Jean-Perre CARON

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

EXERCICE I. Altitude en mètre

EXERCICE I. Altitude en mètre EXERCICE I L exercice I est composé de 4 problèmes indépendants. La disparition des ampoules à incandescence s explique par le très mauvais rendement de cette technologie (de l ordre de 5 %). Ces ampoules

Plus en détail

Mes Objectifs. De, par, avec Sandrine le Métayer Lumières de Philippe Férat. spectacle produit par la Cie DORE

Mes Objectifs. De, par, avec Sandrine le Métayer Lumières de Philippe Férat. spectacle produit par la Cie DORE Me Objectf De, par, avec Sandrne le Métayer Lumère de Phlppe Férat pectacle produt par la Ce DORE t j Me objectf numéro prx du Jury aux Gradn du rque (Le Hvernale/ Avgnon) p l e t t a r d, p Sandrne le

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail

Machine synchrone. On considère un repère d,q dont l axe d est aligné sur l axe polaire. bs. q Vbs VD. Vas. Vcs Vf

Machine synchrone. On considère un repère d,q dont l axe d est aligné sur l axe polaire. bs. q Vbs VD. Vas. Vcs Vf achne ynchrone Notaton complémentare Pour alléger le notaton a,b, c égnent le arable tatorue. égne le arable relate à l amorteur ur l axe égne le arable relate à l amorteur ur l axe égne le arable relate

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin»

MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin» MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin» Exemple d application : quantification de monocouches de ségrégation par WDS Frédéric hristien, Pawel Nowakowski, Yann Borjon-Piron, René Le Gall LGMPA - Polytech Nantes

Plus en détail

Présentation du Radiomètre infrarouge aéroporté CLIMAT Gérard BROGNIEZ, Laurianne BÉCU, Michel LEGRAND, Bahaiddin DAMIRI*, Jean-Pierre BUIS* LOA (V.

Présentation du Radiomètre infrarouge aéroporté CLIMAT Gérard BROGNIEZ, Laurianne BÉCU, Michel LEGRAND, Bahaiddin DAMIRI*, Jean-Pierre BUIS* LOA (V. Présentaton du Radomètre nfrarouge aéroporté CLIMAT Gérard BROGNIEZ, Lauranne BÉCU, Mchel LEGRAND, Bahaddn DAMIRI*, Jean-Perre BUIS* LOA (V. d Ascq) - *CIMEL Électronque (Pars) INTRODUCTION Il exste un

Plus en détail

Détecteur à comptage de photons uniques, ultra-rapide, pour applications bio-photoniques A. Dominjon (1) (1) Institut de Physique Nucléaire de Lyon IN2P3/CNRS - Université de Lyon E. Chabanat (1), P. Depasse

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU DESIGN ET DES ARTS APPLIQUES SESSION 2013 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Guide d'installation rapide

Guide d'installation rapide Gude d'nstallaton rapde Calbrer le capteur avant toute utlsaton La calbraton se fat par un appu sur le bouton ON de la télécommande, porte fermée, après nstallaton du capteur et de l'amant. Bonjour! Merc

Plus en détail

FORMATION TIC (Phymed) FORMATION DES IMAGES X et GAMMA

FORMATION TIC (Phymed) FORMATION DES IMAGES X et GAMMA FORMATON TC (Phymed) FORMATON DES MAGES X et GAMMA Fayçal Ben Bouallègue - faybenb@hotmal.com http://scnt.etud.unv-montp.fr dx -d 0 X E X r, Z E X hf E X - - - Z r E ' X E X MAGERE DE TRANSMSSON X Photo-électrque

Plus en détail

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10 UE 3A Organisationdesappareilset appareils et dessystèmes systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude Dr Tristan Richard L1 santé année universitaire 2009/10 Rayons X et gamma Rayonnements particulaires

Plus en détail

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie 4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie a) Classifications b) Microscope métallographique c) Microscope électronique à balayage d) Microscope électronique en transmission e) Diffraction des rayons

Plus en détail

Protocoles d utilisation et essais de calibration du scanner de microfluorescence X de type «ITRAX TM Core Scanner»

Protocoles d utilisation et essais de calibration du scanner de microfluorescence X de type «ITRAX TM Core Scanner» Protocoles d utilisation et essais de calibration du scanner de microfluorescence X de type «ITRAX TM Core Scanner» Rapport de recherche No 954 Octobre 2007 Stéphanie Cuven, Pierre Francus, Jean-François

Plus en détail

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie Rappel : Lorsque l on chauffe un mélange d une solution de glucose et d une solution d acide 3,5- dinitrosalycilique

Plus en détail

Optique. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P5.6.2.1. 0706-Gan/Hag. Vitesse de la lumière Mesure avec des impulsions lumineuses courtes

Optique. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P5.6.2.1. 0706-Gan/Hag. Vitesse de la lumière Mesure avec des impulsions lumineuses courtes Optique Vitee de la lumière Meure avec de impulion lumineue courte LEYBOLD Fiche d expérience de phyique Détermination de la vitee de la lumière dan l air à partir de la ditance parcourue et du temp de

Plus en détail

Compte Rendu -Di ractomètre et le logiciel Maud-

Compte Rendu -Di ractomètre et le logiciel Maud- Compte Rendu -Di ractomètre et le logiciel Maud- FAWAZ Karim IUT de CAEN - Licence ATI 1 Contents 1 Le di ractomètre 3 1.1 Introduction.............................. 3 1.2 Fonctionnement d un di ractomètre................

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous.

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous. Concours Centralesupélec TSI 2011 corrge sous reserves I L'élément soufre et les sources naturelles de soufre I.A.1. Les règles pour obtenr la confguraton électronque d un atome dans son état fondamental

Plus en détail

en première approximation: lentille mince optique géométrique (plus précisément lentille épaisse: plans principaux, distances focales asymétriques )

en première approximation: lentille mince optique géométrique (plus précisément lentille épaisse: plans principaux, distances focales asymétriques ) Lentilles (I) en première approximation: lentille mince optique géométrique (plus précisément lentille épaisse: plans principaux, distances focales asymétriques ) En particulier une image de la source

Plus en détail

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n 5. Tests du Kh-deux (non paramétrque) Lo du Ch-deux (χ n ) à n degrés de lberté (ddl) S X 1, X,..., X n, sont n varables ndépendantes, suvant toutes une lo normale N (0,1), la varable χ n = X 1 + X + +

Plus en détail

Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen

Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen ULB Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen Par Hancisse Olivier, Huon Alice, Sintobin Olivier, Straus Joanne et Wambé Patrick Etudiants en Bioingénieur 3/10/2010 [Type

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Radiographie Niveau 2 (accès direct)

Radiographie Niveau 2 (accès direct) Objectifs Connaître les bases du contrôle par radiographie. Mettre en œuvre des contrôles par radiographie suivant des instructions écrites. Rédiger un rapport d examen. Préparation à la certification

Plus en détail

Grandeurs de réaction et de formation

Grandeurs de réaction et de formation PSI Brzeux Ch. hermochme 1 : grandeurs de réacton et de formaton 1 C H A P I R E 1 r a p p e l s e t c o m p l é m e n t s ) Grandeurs de réacton et de formaton 1. RAPPELS 1.1. Phases et consttuants Donnons

Plus en détail

Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux

Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux R. Losno, Professeur, Université Paris 7 Denis-Diderot, LISA EECA - EUROFINS Alan

Plus en détail

Devoir Commun 1S de sciences physiques 2013

Devoir Commun 1S de sciences physiques 2013 Devoir Commun 1S de sciences physiques 2013 L usage de la calculatrice est autorisé. EXERCICE 1 : radioactivité (5 points) Voici un extrait d un article du journal Ouest-France du 18 septembre 2006 à propos

Plus en détail

La classification périodique

La classification périodique Chapitre 3 : UE1 : Chimie Chimie physique La classification périodique Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble -

Plus en détail

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C ANALYSE XPS (ESCA) I - Principe La spectroscopie XPS (X-Ray Photoelectron Spectroscopy) ou ESCA (Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) est basée sur la photo émission. Lors de l'irradiation par

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Cyril BARSU Laboratoire de Chimie Département des sciences de la matière Spectrométrie de masse - Actuellement, le secteur le plus dynamique

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Approche inverse pour la restauration de l information cristallographique

Approche inverse pour la restauration de l information cristallographique Approche inverse pour la restauration de l information cristallographique Ferréol Soulez INSA CNDRI, Centre de Quantimétrie Lyon 1 1 / 19 Principe 2 / 19 Diffraction des rayon X Diffraction des rayons

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

Systèmes optiques pour la définition du faisceau X

Systèmes optiques pour la définition du faisceau X Systèmes optiques pour la définition du faisceau X Stéphan Rouzière Laboratoire de Physique des Solides CNRS-UMR8502 Bat. 510, Université Paris-Sud 91405 Orsay Cedex Rayons X et Matière 2006 - Limoges

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

écrans de sous-toiture

écrans de sous-toiture écrans de sous-toture Les règles de bonne pratque # défnton Un écran souple de sous-toture est une feulle déroulée sur la charpente, sur un solant thermque ou sur un support contnu ventlé, avant la mse

Plus en détail

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm Etude d une peinture flamande de Jan Van Eyck : XV e siècle Les époux Arnolfini 1 434 «Fake or not fake»? Données numériques h = 6,62 10-34 J.s c = 3 10 8 m.s -1 e = 1,60 10-19 C 1 ev= 1,60 10-19 J A -

Plus en détail

L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative

L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative Méthodes pour l analyse élémentaire SAA une méthode bien établie depuis plus de 45 ans Simplicité peu d interférences Robustesse

Plus en détail

Introduction à l optique non-linéaire. Lionel Canioni

Introduction à l optique non-linéaire. Lionel Canioni STGE LSERS INTENSES Du 15 au 19 ma 006 COURS Introducton à l otque non-lnéare Lonel Canon CPMOH, Unverté Bordeaux 1 l.canon@cmoh.u-bordeaux1.fr Introducton otque non Lnéare Lonel Canon Formaton Laer Intene

Plus en détail

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique Chaptre 5. Les s et l eet photoélectrque L ntensté d une onde électromagnétque n 884, le physcen brtannque John Henry Poyntng a démontré à partr des équatons de Maxwell que l ntensté d un champ électromagnétque

Plus en détail

Réalisation d un spectromètre à fluorescence X portable

Réalisation d un spectromètre à fluorescence X portable Réalisation d un spectromètre à fluorescence X portable Thèse de doctorat présentée par Alain CARAPELLE Je tiens à remercier David Strivay d'avoir accepté de diriger ce travail. De même, mes remerciements

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Sciences Industrielles Précision des systèmes asservis Papanicola Robert Lycée Jacques Amyot

Sciences Industrielles Précision des systèmes asservis Papanicola Robert Lycée Jacques Amyot Scence Indutrelle Précon de ytème erv Pncol Robert Lycée Jcque Amyot I - PRECISION DES SYSTEMES ASSERVIS A. Poton du roblème 1. Préentton On vu que le rôle d un ytème erv et de fre uvre à l orte (t) une

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS SESSION 2015 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté

Plus en détail

Evaluation des performances du spectromètre portable de fluorescence X Niton XL723S (au laboratoire et sur le terrain) BRGM/RP-53377-FR Avril 2005

Evaluation des performances du spectromètre portable de fluorescence X Niton XL723S (au laboratoire et sur le terrain) BRGM/RP-53377-FR Avril 2005 Evaluation des performances du spectromètre portable de fluorescence X Niton XL723S (au laboratoire et sur le terrain) BRGM/RP-53377-FR Avril 25 Evaluation des performances du spectromètre portable de

Plus en détail

UE3-S1 : Organisation des appareils et des systèmes Bases physiques des méthodes d exploration **********

UE3-S1 : Organisation des appareils et des systèmes Bases physiques des méthodes d exploration ********** tutorat@carabin.fr carabin.fr Année universitaire 2012-2013 UE3-S1 : Organisation des appareils et des systèmes Bases physiques des méthodes d exploration DUREE : 60 mn CETTE EPREUVE COMPREND : **********

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA SPECTROMETRIE RMN

CHAPITRE 2 LA SPECTROMETRIE RMN .J. Ducauze et D.N. Rutledge groparstech PITRE L SPETRMETRIE RMN «Spectrométre RMN» veut dre qu on s ntéresse aux nformatons qu apportent les spectres, c est-à-dre à un ensemble d observatons effectuées

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm)

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Cet appareil est constitué d une fibre optique, d un réseau de diffraction, et d une caméra linéaire (capteur CCD de 2048 pixels de 14 µm x 200 µm). On obtient

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

SYSTEME DE MESURE DE VITESSE ET LONGUEUR SANS CONTACT

SYSTEME DE MESURE DE VITESSE ET LONGUEUR SANS CONTACT SYSTEME DE MESURE DE VITESSE ET LONGUEUR SANS CONTACT InteliSENS SL Series HAUTE PRECISION, SANS CONTACT, PRINCIPE DE MESURE: LASER DOPPLER Applications : Mesure de process en continu, Coupe à longueur,

Plus en détail

Exercices de révision pour examen #1

Exercices de révision pour examen #1 Exercces de révson pour examen #1 Queston 1. Questons théorques. a) Nommez les courants qu exstent quand une dode est en équlbre. Courants de dffuson et de drft. b) Dessnez la structure physque réelle

Plus en détail

M1 - MP057. Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Imagerie

M1 - MP057. Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Imagerie M1 - MP057 Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Imagerie Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Le microscope électronique en transmission : - colonne,

Plus en détail

Comparaison de méthodes d ajustement d une distribution de Weibull à 3 paramètres sur une base de données de mesures de ténacité

Comparaison de méthodes d ajustement d une distribution de Weibull à 3 paramètres sur une base de données de mesures de ténacité Comparason de méthodes d ajustement d une dstrbuton de Webull à 3 paramètres sur une base de données de mesures de ténacté M. Marquès, N. Pérot, N. Devctor Laboratore de Condute et Fablté des Réacteurs

Plus en détail

Instrumentation scientifique

Instrumentation scientifique Liste Guide > Juin 2013 Instrumentation scientifique Microscopie électronique et Instrumentation associée Microscopie en champ proche et Profilométrie Analyse élémentaire Analyse structurale www.elexience.fr

Plus en détail

Réservoirs avec serpentin

Réservoirs avec serpentin Réervor avec erentn our la roducton et l'accumulaton d'eau chaude antare (un erentn) Modèle: GX-200...1000-M1 Decrton c Réervor detné à la roducton et à l'accumulaton d'eau chaude antare, oédant une caacté

Plus en détail

NPIH800 GENERATION & RESEAUX. PROTECTION de COURANT TERRE

NPIH800 GENERATION & RESEAUX. PROTECTION de COURANT TERRE GENERATION & RESEAUX PROTECTION de COURANT TERRE NPIH800 assure la protection à maximum de courant terre des réseaux électriques de moyenne et haute tension. Ce relais multifonction surveille les défauts

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM)

MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM) MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM) La microscopie électronique en transmission est proche dans son principe de la microscopie optique. Cependant la longueur

Plus en détail

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES Journal Officiel de l OHADA N 10 4 ème Année 221 AA CHAPITRE 3 : POSTES / COMPTES SECTION 1 : Système normal BILAN-ACTIF ACTIF N os DE COMPTES À INCORPORER DANS LES POSTES Réf. POSTES Brut Amortissements/

Plus en détail

Analyse élémentaire d échantillons minéraux d intérêt atmosphérique

Analyse élémentaire d échantillons minéraux d intérêt atmosphérique Université de Marne-la-Vallée UFR Sciences de la matière Rapport de maîtrise de Chimie-physique Année 2002-2003 *** LEBASNIER Jérôme Analyse élémentaire d échantillons minéraux d intérêt atmosphérique

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION 1. Le but du travail 1.1. Mise en evidence du phénomène de dispersion de la lumière par l observation des spectres d émission et

Plus en détail

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Philippe HERVÉ Julie CEDELLE Laboratoire d Énergétique et d Économie d Énergie, Université Paris X Nanterre, 50 Rue de Sèvres, 92140 Ville

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Courant alternatif. Dr F. Raemy La tension alternative et le courant alternatif ont la représentation mathématique : U t. cos (!

Courant alternatif. Dr F. Raemy La tension alternative et le courant alternatif ont la représentation mathématique : U t. cos (! Courant alternatf Dr F. Raemy La tenson alternatve et le courant alternatf ont la représentaton mathématque : U t = U 0 cos (! t + " U ) ; I ( t) = I 0 cos (! t + " I ) Une résstance dans un crcut à courant

Plus en détail

P17- REACTIONS NUCLEAIRES

P17- REACTIONS NUCLEAIRES PC A DOMICILE - 779165576 P17- REACTIONS NUCLEAIRES TRAVAUX DIRIGES TERMINALE S 1 Questions de cours 1) Définir le phénomène de la radioactivité. 2) Quelles sont les différentes catégories de particules

Plus en détail

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM ère parte : Electrocnétque Chaptre ntroducton L Electrocnétque est la parte de l Electrcté qu étude les courants électrques. - Courant électrque -- Défntons Défnton : un courant électrque est un mouvement

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Notation : note globale = 50%TP + 50 % Projet MASC Projet MASC Durée estimée : 12h de travail/groupe (binôme ou trinôme) Objectif : présenter un exemple d'analyse

Plus en détail

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Yannick DE WILDE (dewilde@optique.espci.fr) Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles (ESPCI) Laboratoire d Optique Physique UPR A0005-CNRS,

Plus en détail

Un.5/6 LA lumière des étoiles évaluation

Un.5/6 LA lumière des étoiles évaluation Un.5/6 LA lumière des étoiles évaluation Classe : Nom : sujet A Note : appréciation: Question n 1 : Relier chaque spectre à la légende qui lui correspond : a. Spectre émis par une étoile rouge b. Spectre

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques GDR Verres GDR 3338 Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Partie 1 - Le microscope électronique

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images IUT StDié Cours niveau Licence Optique v.2005-10-05 Stéphane Gobron Plan Introduction 2. Image, réflexion et réfraction 4. Interférences et

Plus en détail

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS SOMMAIRE 1. Méthode de détermnaton de l énerge transférée lors du transfert d une cargason de. Calcul de l énerge transférée.1 Calcul de l énerge brute transférée.1.1

Plus en détail