ISSN:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "M@n@gement ISSN: 1286-4892"

Transcription

1 ISSN: Emmanuel Josserand, HEC, Université de Genève (Editor in Chief) Jean-Luc Arrègle, Université du Luxembourg (editor) Stewart Clegg, University of Technology, Sydney (editor) Olivier Germain, U. du Québec à Montréal (editor, book reviews) Karim Mignonac, Université de Toulouse 1 (editor) Philippe Monin, EM Lyon Business School (editor) Jose Pla-Barber, Universidad de València (editor) Linda Rouleau, HEC Montréal (editor) Michael Tushman, Harvard Business School (editor) Martin G. Evans, University of Toronto (editor emeritus) Bernard Forgues, EM Lyon Business School (editor emeritus) Thibaut Bardon, Université Paris-Dauphine, CREPA - HEC, Université de Genève (managing editor) Florence Villesèche, HEC, Université de Genève (managing editor) Walid Shibib, Université de Genève (editorial assistant) 2011 Développement et test partiel des propriétés psychométriques d une échelle de mesure de l agilité organisationnelle 14(2), est la revue officielle de l AIMS Association Internationale de Management Stratégique is the official journal of AIMS Copies of this article can be made free of charge and without securing permission, for purposes of teaching, research, or library reserve. Consent to other kinds of copying, such as that for creating new works, or for resale, must be obtained from both the journal editor(s) and the author(s). is a double-blind refereed journal where articles are published in their original language as soon as they have been accepted. For a free subscription to and more information: and the author(s). 203

2 Développement et test partiel des propriétés psychométriques d une échelle de mesure de l agilité organisationnelle Développement et test partiel des propriétés psychométriques d une échelle de mesure de l agilité organisationnelle Enseignant-Chercheur Résumé : Cet article s intéresse à l agilité organisationnelle, un concept en phase avec les problématiques rencontrées par les organisations faisant face à un environnement complexe, incertain et turbulent. Définie comme une capacité de reconfiguration organisationnelle permettant d exploiter les opportunités offertes par le changement, l agilité fait l objet d un véritable engouement alors même qu il n existe pas d instrument de mesure susceptible de rendre compte de la multidimensionnalité et de la complexité de cette capacité organisationnelle. A partir d une étude qualitative et quantitative, ce papier présente et discute les résultats de la phase exploratoire et confirmatoire du développement d une échelle de mesure de l agilité organisationnelle, qui bénéficie, à ce stade de développement, de qualités psychométriques satisfaisantes. Mots clés : agilité organisationnelle, création d échelle de mesure INTRODUCTION L agilité organisationnelle représente une capacité d adaptation permanente de l entreprise en réponse à un environnement caractérisé par la complexité, la turbulence et l incertitude (Goldman, Nagel, & Preiss, 1995 ; Jorroff, Porter, Feinberg, & Kukla, 2003 ; Shafer, 1997). Elle s entend comme la possibilité de réagir rapidement au changement, mais également d agir et de «maîtriser» ce dernier, grâce à d importantes capacités d anticipation, d innovation et d apprentissage (Dove, 2001; Shafer, 1997). De nombreuses entreprises considèrent désormais l agilité organisationnelle comme essentielle pour assurer leur survie et leur compétitivité (Lin, Chiu, & Chu, 2006 ; Sharifi & Zhang, 1999), en leur permettant de développer un ensemble de capacités distinctives pour réagir face à la rapidité et à la continuité des changements et saisir de nouvelles opportunités. 120

3 L engouement managérial dont bénéficie l agilité organisationnelle s accompagne néanmoins d une littérature relativement restreinte et fragmentée. Certains auteurs déplorent l insuffisante conceptualisation dont souffre le construit, source d ambiguïté quant à sa définition et ses composantes (Sherehiy, Karwowski, & Layer, 2007). Peu de recherches s intéressent au concept dans son intégralité et plusieurs optent pour l étude de facettes spécifiques. Kassim et Zain (2004) analysent ainsi l agilité des systèmes et des technologies de l information tandis que Lin et ses collègues (2006) étudient la supply chain agile. D autres chercheurs, tels que Dyer et Shafer (1999) ou Breu, Hemingway, Strathern et Bridger (2001), s intéressent, pour leur part, à l agilité des ressources humaines. Lorsque des travaux sont menés sur le construit global d agilité organisationnelle, ils s accompagnent rarement de propositions d opérationnalisation et d instruments de mesure (Gunasekaran, 1999; Sharifi, Barclay, Colqhoun, & Dann, 2001; Yusuf, Sarhadi, & Gunasekaran, 1999). Si des outils de mesure ou de diagnostic existent néanmoins, certains ne sont pas librement disponibles (Barrand, 2006). Dans la majorité des recherches menées, il s agit de propositions d outils qui n ont pas fait l objet de tests empiriques (Goldman, et al., 1995 ; Shafer, 1997). Cette étude se propose de répondre à ces limites en développant et en testant un nouvel instrument de mesure de l agilité organisationnelle créé conformément au paradigme de Churchill (1979). La démarche méthodologique utilisée s appuie dans un premier temps sur une revue de la littérature ainsi qu une étude qualitative menée auprès de vingtdeux dirigeants et directeurs des ressources humaines d entreprises françaises, afin de clarifier le construit d agilité organisationnelle, de prendre en compte sa nature multidimensionnelle et de générer une première série d items. Dans un second temps, une méthodologie quantitative est destinée à tester la validité et la fiabilité de l instrument créé grâce à des analyses factorielles exploratoires et confirmatoires menées sur deux échantillons indépendants (N1 = 102 et N2 = 135). Les résultats obtenus permettent de restituer un ensemble riche et cohérent de onze dimensions. L échelle créée présente une fiabilité de cohérence interne et des niveaux de validité convergente et discriminante satisfaisants. Les résultats des analyses confirmatoires montrent un bon ajustement de l échelle aux données collectées. D un point de vue méthodologique, cette étude présente la première étape quantitative de validation d un outil de mesure de l agilité organisationnelle, qui permettra à l avenir de mieux cerner ce concept, de définir ses variables antécédentes et d appréhender ses conséquences. Après une présentation du cadre conceptuel de l agilité organisationnelle et des instruments de mesure existants dans une première partie, la deuxième partie développe les étapes de création de l échelle de mesure. La discussion expose les apports, les limites ainsi que les voies de recherche pouvant résulter d une telle étude. 121

4 Développement et test partiel des propriétés psychométriques d une échelle de mesure de l agilité organisationnelle L AGILITÉ ORGANISATIONNELLE : PERSPECTI- VES THÉORIQUES L élaboration d un instrument de mesure de l agilité organisationnelle nécessite de définir précisément le construit et d en déterminer les caractéristiques. Cette première partie présente les apports de la littérature consacrée à l agilité organisationnelle. Les définitions, le contenu théorique de l agilité ainsi que les outils d évaluation sont présentés puis synthétisés dans le tableau 1. Cette partie soulève également les limites et les difficultés théoriques inhérentes à l agilité organisationnelle et met en lumière les enjeux liés à la création d une échelle de mesure de ce construit. Les conditions d émergence du construit Le concept d agilité organisationnelle a été identifié par quatre chercheurs de l université de Lehigh (Goldman, Preiss, Nagel, & Dove, 1991) qui ont rédigé à la demande du Congrès américain un rapport circonstancié sur la stratégie des entreprises industrielles du x x i e siècle. Ce rapport détermine que l amélioration incrémentale du système de production de masse ne peut suffire face à l évolution de la concurrence, notamment asiatique, qui a développé un haut niveau de flexibilité. Il conclut qu un système productif renouvelé, se fondant sur l agilité organisationnelle, doit voir le jour pour répondre aux nouveaux facteurs de compétitivité. Peu après ce rapport, le forum de l entreprise agile (AMEF 1 ) est créé afin de développer et disséminer cette vision dans les entreprises américaines. En pratique, cette conception est adoptée depuis le milieu des années 1990 par les plus grandes firmes américaines, essentiellement dans les secteurs de l informatique et de la téléphonie. Ainsi, Microsoft a largement diffusé au début des années 2000 son slogan publicitaire d «entreprise agile» et orienté l ensemble de ses discours vers l adoption d un tel modèle, tant pour elle que pour ses clients. Des entreprises comme IBM ou Google s appuient également sur ce modèle pour développer leur compétitivité (Dyer & Shafer, 1999), et plusieurs sociétés de conseil proposent à leurs clients des solutions susceptibles d améliorer leur agilité, en particulier dans le domaine des systèmes d information. Si de grands groupes industriels et tertiaires utilisent fréquemment les termes «agile» ou «agilité» dans leurs supports de communication, cette utilisation s accompagne souvent d un manque de consensus quant à son contenu (Sherehiy, et al., 2007). Les recherches qui s intéressent au construit d agilité organisationnelle dans son intégralité et qui cherchent à en développer une conceptualisation sont rares et marquées par une certaine ambiguïté quant à sa définition et ses composantes (Shafer, 1997 ; Sherehiy, et al., 2007), limitant ainsi les possibilités d opérationnalisation. 1. L AMEF (Agile Manufacturing Enterprise Forum) a été créé à la fin de l année 1991 sous l impulsion du Iacocca Institute (université de Lehigh). Des groupes de travail ont été constitués (Enterprise Development Group), réunissant des dirigeants, des chercheurs ainsi que des représentants des syndicats et du gouvernement. Ceux-ci ont travaillé sur les meilleures pratiques et les pratiques innovantes à mettre en place pour développer l agilité organisationnelle. Plusieurs secteurs d activité étaient représentés (automobile, électronique, télécommunications, multimédia, informatique, assurances, pharmaceutique et santé, etc.) et des entreprises telles que Motorola, Dell Computer, Lexmark ou 3M ont activement participé à ce programme et mis en œuvre des plans d action destinés à améliorer leur agilité. L AMEF a également organisé des conférences et publié des rapports afin de faire connaître les résultats de leurs travaux et de leurs actions. Aujourd hui, d autres associations, à l image de l Agile Alliance (http://www.agilealliance.org/) tentent de promouvoir les méthodes et les projets d organisation agile, mais elles s adressent essentiellement au domaine du développement de logiciels. 122

5 Contenu théorique de l agilité organisationnelle Définition de l agilité organisationnelle Nombre d auteurs définissent l agilité organisationnelle de manière générale comme l aptitude d une organisation à s adapter rapidement aux changements environnementaux (Breu, et al., 2001 ; Gunasekaran, 1999 ; Kassim & Zain, 2004 ; Yusuf, et al., 1999). L agilité organisationnelle est toujours mise en relation avec l environnement et le marché (voir le tableau de synthèse n 1). Elle correspond avant tout à la capacité d une organisation à faire efficacement face à des conditions de marché changeantes et à un environnement cahoteux (complexe, incertain, interdépendant, turbulent) (Barrand, 2006 ; Joroff, et al., 2003). Selon Goldman et ses collègues (1995: 8), il s agit d une réponse délibérée permettant «de prospérer dans un environnement concurrentiel dont les opportunités de marché changent continuellement et de manière imprévisible». Rares sont les auteurs qui proposent une définition précise et opérationnelle de l agilité organisationnelle (Sherehiy, et al., 2007). Lorsque l on s intéresse aux capacités inhérentes à l agilité, celle-ci s entend en premier lieu comme la possibilité de réagir rapidement et efficacement aux évolutions de l environnement (évolutions technologiques, dans les attentes des clients ou les stratégies des concurrents par exemple). Plusieurs auteurs mettent également en lumière la facette proactive de l agilité, en tant qu aptitude à exploiter le changement comme une opportunité (Dove, 2001 ; Doz & Kosonen, 2007 ; Jamrog, McCann, Lee, Morrison, Selsky, & Vickers, 2006 ; Kidd, 1994 ; Sharifi & Zhang, 1999). Il s agit en effet d anticiper et de saisir des opportunités nouvelles ou de provoquer des «ruptures» par le biais de l innovation (Breu, et al., 2001; Dyer & Shafer, 2003 ; Yusuf, et al., 1999). «Ainsi le concept d organisation agile s est-il attaché à décrire un modèle d organisation permettant non seulement d accélérer son temps de réaction (séquence «observation + décision»), mais aussi d être flexible, et, plus encore, d anticiper et d innover en permanence, notamment par une entente exceptionnelle avec l ensemble des acteurs internes comme externes à l entreprise» (Barrand, 2006: 41-42). Plusieurs auteurs notent à cet effet l importance du synergisme issu de la coopération interne et externe dans le développement de l agilité organisationnelle (Goldman, et al., 1991, 1995 ; Sharp, Irani, & Desai, 1999 ; Sanchez & Nagi, 2001). Cette étude propose ainsi de définir l agilité organisationnelle comme une capacité de réponse intentionnellement recherchée et développée par l organisation, lui permettant d agir efficacement dans un environnement changeant caractérisé notamment par la complexité, la turbulence et l incertitude. Elle correspond à une capacité d adaptation permanente de l organisation, permise non seulement par une réaction rapide au changement, mais également par un potentiel d action destiné à anticiper et saisir les opportunités offertes par le changement, notamment par le biais de l anticipation, de l innovation et de l apprentissage. L agilité organisationnelle se présente alors comme un construit multidimensionnel latent (Goldman, et al., 1991, 1995 ; Tsourvelousdis & Valavanis, 2002) dont le contenu mérite d être explicité afin de propo- 123

6 Développement et test partiel des propriétés psychométriques d une échelle de mesure de l agilité organisationnelle ser un instrument de mesure susceptible de représenter de manière adéquate ses différentes dimensions. Les caractéristiques de l entreprise agile Plusieurs auteurs ont cherché à développer des «modèles conceptuels» de l agilité. Ces modèles ont pour objectif d intégrer et de préciser les circonstances qui incitent à rechercher l agilité organisationnelle (agility drivers : voir par exemple Lin, et al., 2006 ; Sharifi & Zhang, 1999 ; Sharifi, et al., 2001 ), les capacités agiles (agility capabilities : Amos, 2008 ; Lin, et al., 2006 ; Shafer, 1997; Sharifi & Zhang, 1999; Sharifi, et al., 2001; Yusuf, et al., 1999) et les pratiques opérationnelles ou attributs qui leur sont associés (agility practices ou agility attributes : Barrand, 2006; Breu, et al., 2001 ; Dyer & Shafer, 1999; Yusuf, et al., 1999 ; Kassim & Zain, 2004) ainsi que les leviers constitutifs de l infrastructure de l entreprise agile (agility providers ou agility enablers : Dyer & Shafer, 1999 ; Shafer, 1997 ; Sharifi & Zhang, 1999 ; Sharifi, et al., 2001 ; Lin, et al., 2006). Dans la mesure où la littérature sur le sujet est fragmentée, hétérogène et souffre parfois d un manque de consensus quant au contenu représenté par ces différents éléments, cet article propose de synthétiser les caractéristiques de l entreprise agile conformément à la figure 1, qui présente les leviers constitutifs de l infrastructure de l entreprise agile pouvant être mobilisés pour mettre en place et assurer le succès des pratiques agiles. Ces pratiques représentent le niveau le plus opérationnel de l agilité organisationnelle et concourent au développement des capacités agiles. Les capacités agiles représentent les capacités stratégiques essentielles permettant à l entreprise de répondre au changement (Sharifi et Zhang, 1999) et qui établissent ses bases concurrentielles (Yusuf, et al., 1999). Selon les auteurs, différents termes sont utilisés pour nommer ces capacités : réceptivité au changement, anticipation, adaptation ou reconfiguration, efficacité, flexibilité, rapidité de réponse, innovation, gestion du savoir, apprentissage (Amos, 1998 ; Dove, 2001; Kidd, 1994 ; Sharifi & Zhang, 1999 ; Sharifi, et al., 2001). La confrontation de ces travaux conduit à considérer, conformément à la proposition faite par Shafer (1997), que ces aptitudes peuvent être synthétisées au travers de trois capacités organisationnelles clés interreliées. La première capacité correspond à l aptitude de l organisation à mobiliser une réponse rapide face aux changements. Elle se fonde sur la flexibilité réactive et l optimisation des ressources existantes (Charbonnier-Voirin, 2010). La deuxième est l aptitude à lire le marché. Elle permet d explorer et de déceler les développements émergents ou potentiels au travers de capacités de veille (Sanchez & Nagi, 2001). Elle représente également la capacité de l organisation à transformer les informations disponibles en des projets créateurs de valeur grâce à une capacité d improvisation et d innovation suffisante (Shafer, 1997 ; Shafer, et al., 2001 ; Sharifi & Zhang, 1999). Enfin, la troisième capacité est l aptitude à intégrer l apprentissage organisationnel. Cette capacité à gérer et mettre en œuvre le savoir efficacement (Dove, 2001) correspond notamment à la possibilité d ajuster qualitativement les capacités humaines aux perspectives stratégiques, grâce aux échanges d expériences, aux transferts de connaissances et au développement 124

7 des compétences dans des délais raccourcis (Shafer, 1997). L agilité organisationnelle représente ainsi un construit intégrateur de travaux sur la flexibilité rarement mis en relation, en réunissant et en articulant ses dimensions réactive, offensive et qualitative. L étude de la flexibilité apparaît en effet problématique dans la mesure où sont regroupées sous ce terme diverses pratiques et différentes formes, parfois présentées comme des concepts opposés dans une perspective manichéenne (flexibilité interne versus externe, flexibilité qualitative ou fonctionnelle versus quantitative, flexibilité stratégique versus opérationnelle, flexibilité défensive, passive ou réactive versus offensive / proactive). Les conceptualisations de la flexibilité sont ainsi peu opératoires, marquées par l ambiguïté et une multiplicité excessive (El Akremi & Devos, 2004). L agilité organisationnelle semble répondre à ces faiblesses en proposant un cadre unifié et cohérent des dimensions de la flexibilité les plus étudiées pour faire face à des environnements hautement complexes, turbulents et incertains. Afin de concourir au développement de l agilité organisationnelle, l infrastructure de l entreprise agile est constituée de leviers reconfigurables conçus pour assurer le succès des pratiques agiles. Il existe un relatif consensus dans la littérature quant à ces leviers reconfigurables, pouvant être redéployés lorsque les circonstances changent, représentés par (1) la structure et l organisation, (2) les processus, (3) les technologies, dont celles de l information et (4) les ressources humaines (Amos, 2000 ; Dyer & Shafer, 1999, 2003 ; Shafer, 1997 ; Sharifi & Zhang, 1999 ; Sharifi, et al., 2001). Certains de ces auteurs notent également l importance pour l entreprise agile de s appuyer sur des leviers stables, qui assurent la continuité et l identité de l organisation afin de générer la cohésion nécessaire aux transformations : une vision et des valeurs partagées, ainsi que des critères d évaluation communs de la performance (Amos, 2000 ; Shafer, 1997). Les leviers favorisent l élaboration, la mise en œuvre et l ajustement des pratiques agiles (également dénommées attributs agiles) qui représentent le niveau le plus opérationnel de l agilité organisationnelle. Concernant ces pratiques, la littérature présente un manque de consensus important. En effet, certains auteurs tels que Sharifi et Zhang (1999) ne font que mentionner leur existence. D autres, à l instar de Yusuf et ses collègues (1999), proposent des listes d attributs qui restent générales (accessibilité de l information, introduction de nouveaux produits, formation rapide de partenariats, amélioration continue, délais de conception et de production courts, prise de décision décentralisée, etc.). Lin et ses collègues (2006) notent la nature vague et ambiguë de tels attributs. Certains auteurs, au contraire, précisent des pratiques liées à un seul domaine, par exemple inhérentes aux technologies et aux systèmes d information (Kassim & Zain, 2004). Face à ces limites, la proposition faite par certains auteurs (Goldman, et al., 1995 ; Kassim & Zain, 2004 ; Mates, Gundry, & Bradish, 1998) de structurer les pratiques agiles en quatre grandes catégories complémentaires permet une première clarification : (1) les pratiques orientées vers la maîtrise du changement, (2) les pratiques de valorisation des ressources humaines, (3) les pratiques de coopération et (4) les prati- 125

8 Développement et test partiel des propriétés psychométriques d une échelle de mesure de l agilité organisationnelle ques de création de valeur pour les clients. Les pratiques orientées vers la maîtrise du changement visent essentiellement à donner aux équipes les moyens de développer leur réactivité et leur proactivité, au travers de dispositifs de veille, d innovation, mais également des possibilités de fonctionner «en temps réel», grâce à la communication des informations et connaissances liées à la vision de l organisation, son environnement et les plans d actions stratégiques sous-tendant les objectifs individuels et collectifs (Dyer & Shafer, 1999 ; Shafer, et al., 2001). L entreprise agile met également en œuvre des pratiques de valorisation des ressources humaines qui privilégient l empowerment afin d octroyer aux salariés l autonomie et les responsabilités nécessaires pour faire face rapidement et efficacement aux multiples aléas rencontrés et au volume des informations à traiter et des décisions à prendre (Amos, 2000 ; Breu, et al., 2001 ; Dyer & Shafer, 1999 ; Goldman & Nagel, 1993 ; Kidd, 1994 ; Shafer, 1997; Shafer, et al., 2001 ; Van Oyen, Gel, & Hopp, 2001). Cette politique de responsabilisation ainsi que la continuité du changement supposent par ailleurs d enrichir et de développer le répertoire des compétences des salariés (Wright & Snell, 1998) en créant les conditions d un apprentissage continu (Dove, 2001 ; Shafer, et al., 2001). Plusieurs auteurs mettent également en lumière l importance, pour entretenir l élan mobilisateur, de reconnaître l impact des actions individuelles et collectives sur la performance globale (Burke & Terry, 2004 ; Dyer & Shafer, 1999). Les pratiques de coopération, aussi bien internes qu externes, occupent également une place cruciale au sein de l entreprise agile afin de réduire les temps de réponse, d améliorer l offre et d accroître le potentiel d innovation de l entreprise (Amos, 2000 ; Goldman, et al., 1995 ; Sanchez & Nagi, 2001 ; Shafer, 1997 ; Sharp, et al., 1999). La coopération au sein de l entreprise agile repose notamment sur des pratiques d ingénierie concourante ou simultanée et un fonctionnement en mode projet selon les opportunités identifiées (Goldman, et al., 1995 ; Shafer, 1997). L agilité organisationnelle suppose par ailleurs de mettre en place des pratiques de création de valeur pour les clients, focalisées sur la satisfaction du client et en particulier sur ses perceptions de la valeur de la solution proposée (Goldman, et al., 1995). Ces auteurs vont jusqu à employer l expression d «enrichissement du client» : l entreprise agile propose une combinaison individualisée de produits et de services perçue par le client comme une véritable «solution» à ses attentes. Si la confrontation et l intégration des différents apports de la littérature permettent d identifier et de structurer certaines pratiques agiles, le caractère fragmenté et l hétérogénéité des recherches menées révèlent un manque de consensus quant aux pratiques à développer. De plus, celles-ci présentent fréquemment un caractère normatif et prescripteur en énonçant un ensemble de «bonnes pratiques» parfois générales. Il est ainsi difficile, compte tenu de l état d avancement des recherches, d opérationnaliser les pratiques de l entreprise agile et de disposer d un instrument de mesure adéquat de l agilité organisationnelle. 126

9 Les limites inhérentes aux outils d évaluation de l agilité organisationnelle Plusieurs auteurs proposent des index afin d évaluer le degré de mise en œuvre des capacités agiles (voir par exemple Lin, et al., 2006 ; Tsourveloudis & Valavanis, 2002 ; Yusuf & Adeleye, 2002 ; Van Hoek, Harrison, & Christopher, 2001). Ils utilisent à cet effet un ensemble d indicateurs globaux permettant d apprécier les coûts et les temps de réponse de l entreprise face au changement (par exemple : temps de réaction face à un changement, capacité à anticiper les changements, taux d innovation, dépenses en recherche et développement ou en formation, capacité technologique, satisfaction client, flexibilité des individus, degré de décentralisation de la prise de décision). Tsourvelousdis et Valavanis (2002) notent à ce sujet qu une évaluation plus précise de l agilité organisationnelle est difficile à réaliser à cause de la nature floue et multidimensionnelle du construit. Lin et ses collègues (2006) soulignent également l imprécision de ces indicateurs, due à la complexité du phénomène 2. Ces indicateurs sont, de plus, difficilement interprétables en l absence d éléments de comparaison. Destinés à calculer un «score global d agilité» par agrégation (Sherehiy, et al., 2007), ils n offrent pas une réelle information sur les moyens d action et les pratiques à développer par une entreprise afin d améliorer son niveau d agilité. Des instruments de mesure ont par ailleurs été développés par des cabinets de conseil. À titre d exemple, Long (2000) propose un diagnostic d agilité destiné aux dirigeants, qui évalue la clarté de la vision stratégique, la connaissance des clients, la compréhension des comcelles-ci présentent fréquemment un caractère normatif et prescripteur en énonçant un ensemble de «bonnes pratiques» parfois générales. Il est ainsi difficile, compte tenu de l!état d!avancement des recherches, d!opérationnaliser les pratiques de l!entreprise agile et de disposer d!un instrument de mesure adéquat de l!agilité organisationnelle. Figure 1 : Les caractéristiques de l!agilité organisationnelle Figure 1 : Les caractéristiques de l agilité organisationnelle Leviers agiles Pratiques agiles Capacités agiles Reconfigurables Structure et organisation Processus Technologie Ressources humaines Stables et partagés Vision Valeurs Mesures de performance Pratiques orientées vers la maîtrise du changement Pratiques de valorisation des ressources humaines Pratiques de coopération Pratiques de création de valeur pour les clients Mobiliser une réponse rapide Lire le marché (veille et innovation) Intégrer l apprentissage organisationnel 2. Lin et al. (2006) proposent à ce titre d utiliser la logique floue (fuzzy logic) qui consiste à évaluer l agilité par le biais d attributs globaux (par exemple, degré d accessibilité de l information, degré de décentralisation de la prise de décision, existence d une culture du changement) grâce à des modalités de réponse correspondant à un intervalle, ce afin de décrire un état approximatif de la variable. 127

10 Développement et test partiel des propriétés psychométriques d une échelle de mesure de l agilité organisationnelle pétences clés de l entreprise et de la concurrence, la sélection des cibles stratégiques ainsi que les pratiques de responsabilisation mises en œuvre au profit des salariés. Barrand (2006) utilise également dans le cadre de son activité de consultant un outil de diagnostic d agilité en trois étapes «qui permet de se poser les questions clés au niveau stratégique, organisationnel et comportemental avant d envisager des changements dans le sens de plus d agilité» (Barrand, 2006: 111), mais seules les dimensions du questionnaire sont communiquées. Difficilement accessibles, voire non accessibles, ces outils de diagnostic semblent parfois partiels, et l on peut questionner leur validité scientifique dans la mesure où nous ne disposons d aucune information sur la méthodologie de leur construction et leurs qualités psychométriques. Les travaux de Goldman et ses collègues (1995) et de Shafer (1997) offrent des pistes d opérationnalisation intéressantes mais présentent également des limites. Ces deux outils recensent de manière indifférenciée un ensemble parfois abstrait de principes, de pratiques et de compétences organisationnelles. Ils n ont fait l objet d aucun test et ne sont par conséquent pas supportés par des résultats empiriques. Ils paraissent, en outre, difficiles à utiliser. Plus précisément, Goldman et ses collègues (1995) proposent, en guise de synthèse, plus de 80 questions ouvertes pouvant être posées dans le cadre d un audit d agilité. Plusieurs présentent des difficultés. Ainsi, certaines questions nécessitent pour le répondant de faire un choix entre des pratiques qui semblent difficiles à opposer (par exemple : Are you focusing management attentions on core competencies or on factory efficiency? ou Is quality measured in defect rates or customer delight over time?). D autres semblent difficilement compréhensibles (Is the organization focused on customer satisfaction or on product shipment?). En outre, plusieurs questions, par leur degré de précision, paraissent difficiles à adapter à «n importe quelle» organisation car elles sous-entendent d évaluer l agilité de grandes entreprises proposant des offres sophistiquées. Il semble également qu une entreprise peut développer son agilité sans nécessairement faire appel à certaines pratiques. Ainsi, des questions telles que Do your products have automatic self diagnostic capability when they malfunction or begin fail? ou encore Are you using the virtual company model to achieve vertical integration? ne semblent pas toujours pertinentes. Concernant l instrument de mesure proposé par Shafer (1997), il recense près de 150 items destinés à évaluer les capacités agiles ainsi que les leviers reconfigurables et stables avec une partie substantielle accordée aux activités ressources humaines. Les items utilisés nécessitent pour l entreprise d avoir préalablement mené une réflexion sur le concept d agilité (au travers de nombreuses questions telles que : The idea of competing through agility is an integral part of the organization s strategic intent). Le questionnaire évalue indifféremment des capacités stratégiques, des composantes de l infrastructure, des politiques, des outils et pratiques ainsi que le rôle de tous les acteurs, internes et externes à l entreprise. Les questions restent souvent générales et formulées dans des termes identiques, quel que soit l aspect évalué (par exemple : The core processes are designed to be easily reconfigured 128

11 as often as changing business conditions require ; Performance management systems and programs are rapidly and efficiently reconfigured as often as changing conditions require ; Work and jobs are rapidly and efficiently reconfigured as often as changing conditions require). Certaines pratiques habituellement présentes dans la littérature sont en outre négligées, voire absentes de l outil proposé, telles que les pratiques liées à la coopération ou à la création de valeur pour les clients. Ainsi, si plusieurs auteurs ont cherché à développer des approches destinées à apprécier le degré d agilité d une organisation, le manque de consensus et de précision concernant les caractéristiques de l entreprise agile ainsi que la nature multidimensionnelle de l agilité ont contraint les propositions d instruments de mesure. Les outils d évaluation n ont généralement pas été testés et sont donc rarement supportés par des résultats empiriques (Sherehiy et al., 2007). Les faiblesses inhérentes aux outils d évaluation existants (ou leur indisponibilité) associées à l état d avancement des recherches limitent ainsi les possibilités de mesurer les pratiques de l entreprise agile. La construction d un instrument de mesure de l agilité organisationnelle représente pourtant un enjeu majeur, aussi bien d un point de vue théorique, afin de favoriser les recherches futures sur l agilité, que d un point de vue managérial, afin de donner aux entreprises des variables d action concrètes. À ce titre, l objectif de cette recherche est de proposer une échelle de mesure de l agilité organisationnelle fiable en la considérant comme un construit multidimensionnel latent non directement observable, qui nécessite de préciser l ensemble des pratiques agiles. Dans cette perspective, une étude qualitative semble nécessaire afin de mettre à l épreuve des faits les pratiques issues de la littérature, de s assurer de leur pertinence au regard des enjeux rencontrés par les entreprises, en particulier françaises, et surtout d en préciser le contenu. La démarche méthodologique utilisée s appuie sur le paradigme de Churchill (1979) et sur des travaux plus récents en matière de développement d échelle (Roussel, 2005). 129

12 Développement et test partiel des propriétés psychométriques d une échelle de mesure de l agilité organisationnelle Tableau 1 : Synthèse des principaux apports de la littérature consacrée à l agilité : définitions, caractéristiques et outils de mesure Auteur Barrand (2006) Breu, et al. (2001) Goldman, et al. (1995) Gunaseka-ran (1999) Conception et caractéristiques de l agilité 7 principes d agilité : anticipation, coopération, innovation, culture client, culture du changement, offre globale, complexité à taille humaine Caractéristiques générales : veille environnementale, réceptivité au changement, évaluation et développement des compétences, empowerment des salariés et autonomie dans la prise de décision, accès à l information et aux connaissances, collaboration et entreprise virtuelle, intégration des processus et des systèmes d information, technologies flexibles Caractéristiques générales : structure plate, souple et coopérative (mode projet, équipes transversales, ingénierie simultanée, partenariats, entreprise virtuelle), décentralisation et empowerment, fonctionnement en temps réel, utilisation de technologies flexibles, enrichissement du client, innovation, apprentissage continu 4 catégories de pratiques agiles : (1) Enrichir le client, (2) Coopérer pour accroître la compétitivité, (3) Maîtriser le changement et l incertitude, (4) Valoriser les RH et les informations L agilité requiert de la flexibilité et une capacité de réponse dans : (1) les stratégies (entreprise virtuelle, supply chain, ingénierie concourante), (2) les technologies (équipements, outils et technologies de l information), (3) les RH (compétence, soutien managérial, empowerment des salariés, formation) et (4) les systèmes (de conception, de contrôle, de planification de la production) Instrumentation Outil de diagnostic de l agilité non disponible qui évalue : (1) le degré d agilité de la stratégie (de 0 à 4) sur 7 dimensions : processus participatif de la prise de décision, partage de la finalité, type de leadership, évaluation de la performance, reconfigurabilité des ressources, logique de création de valeur et intensité des coopérations ; (2) l adhésion aux 7 principes d agilité ci-contre (de 0 à 10) ; (3) les pratiques ou postures comportementales agiles (de 0 à 10) : partage, confiance, responsabilité, hybridation et aptitude au changement ; (4) les pratiques managériales (de 0 à 10) : fonctionnement par processus, symbiose environnementale, modularité synergique, pédagogie managériale, communication, interopérabilité, veille, dynamiques collaboratives et perspectives d épanouissement Évaluation de l agilité des salariés au travers de 10 indicateurs : développement de nouvelles compétences, réceptivité aux changements, efficacité de la coopération, innovation dans les compétences managériales, empowerment des salariés, soutien de l infrastructure des technologies de l information, par exemple Évaluation de chaque indicateur en termes de vitesse (échelle de Likert en 3 points : de Très rapide à Peu rapide) et en termes de niveau d adoption (échelle de Likert en 4 points : de Utilisation intensive à Non-utilisation) Structure factorielle unidimensionnelle testée sur un échantillon de 540 managers qui explique 37 % de la variance Outil de diagnostic de l agilité organisationnelle sous la forme d une liste de questions organisées selon ces quatre grands thèmes. Exemples de questions posées : L organisation est-elle focalisée sur la satisfaction des clients ou la livraison des produits? Recherchez-vous des opportunités pour ajouter de la valeur à vos produits? Coopérez-vous de manière opportuniste en dehors des frontières organisationnelles? Le changement et le chaos apparents sont-ils considérés comme des opportunités? Êtesvous proactifs avec vos clients? La communication est-elle réciproque ou seulement descendante? Pas d instrument de mesure Kassim & Zain (2004) 4 catégories de pratiques agiles adaptées aux systèmes et technologies de l information : (1) Enrichir le client, (2) Gérer le changement, (3) Coopérer et (4) Exploiter les ressources, notamment humaines Échelle de mesure (13 items) mesurant la contribution des systèmes et des technologies de l information dans le développement de l agilité Exemples d items : les SI/TI permettent de décentraliser la prise de décision, ils contribuent à l efficacité des processus, ils sont facilement accessibles à tous les salariés Solution à 4 facteurs supportée par les analyses confirmatoires Lin, et al. (2006) 4 capacités agiles : réceptivité, compétence, flexibilité, rapidité 4 attributs principaux : relations collaboratives, intégration des processus, intégration de l information, sensibilité aux clients Mesure de l agilité de la chaîne d offre avec la logique floue au travers de l évaluation de sous-indicateurs liés aux 4 attributs principaux : relations de confiance avec les clients / fournisseurs, focus sur le développement des compétences clés au travers de processus d excellence, objectifs d équipe, prise de décision rapide, intégration verticale, accessibilité de l information, rapidité d introduction de nouveaux produits, etc. Évaluation par un comité d experts du poids de ces attributs (très faible à très fort) et du «taux de performance» pour chaque attribut (mauvais à excellent) 130

13 Auteur Long (2000) Conception et caractéristiques de l agilité Non présentées Instrumentation Agilité stratégique évaluée par 28 questions structurées autour de 7 thèmes : (1) Clarté de la vision, (2) Connaissance des clients, (3) Compréhension des compétences clés, (4) Sélection des cibles stratégiques, (5) Responsabilité partagée, (6) Compréhension de la concurrence et (7) Capacité d action Exemples d items : j ai une bonne compréhension des compétences et des savoirs qui sont nécessaires pour fournir les résultats attendus par nos clients, mes clients sont pleinement impliqués dans l exécution des projets, j en connais beaucoup sur les capacités de nos concurrents Shafer (1997) 3 capacités agiles : lire le marché, mobiliser une réponse rapide, intégrer l apprentissage organisationnel 3 leviers stables (vision, valeurs et mesures partagées) et 4 leviers reconfigurables (structure, processus, technologies, RH) 7 activités RH de l entreprise agile : développement et formation, gestion de la performance, reconnaissance, relations de travail, conception du travail, recrutement, communication interne 20 comportements agiles : par exemple capacité à travailler en équipe, à innover, à gérer les priorités, à être orienté client Index d agilité organisationnelle développé à partir d études de cas, qui utilise (1) des indicateurs permettant d évaluer le besoin en agilité (de 1 à 10 selon l intensité des changements) et des indicateurs de fréquence (de 1. Toujours à 5. Jamais) sur (2) l adoption d une stratégie agile, (3) les capacités agiles, (4) les leviers agiles, (5) les activités ressources humaines, (6) le rôle des ressources humaines, (7) les comportements agiles Sharifi, et al. (2001) Yusuf, et al. (1999) 4 capacités agiles : réceptivité, compétence, rapidité, flexibilité 5 leviers : organisation, RH, technologie, système d information, innovation Caractéristiques générales : haute qualité et produits individualisés, à forte valeur ajoutée, mobilisation des compétences clés, réceptivité au changement, utilisation efficace des technologies, réponse au changement et à l incertitude, coopération et collaboration 6 bases concurrentielles (capacités agiles) : vitesse, flexibilité, innovation, proactivité, qualité et profitabilité 4 concepts clés : gestion des compétences clés, entreprise virtuelle, entreprise apprenante, capacité de reconfiguration Pas d instrument de mesure Présentation d un ensemble de pratiques en lien avec chaque levier à partir de 3 études de cas Pas d instrument de mesure Mention de certains attributs agiles : accessibilité de l information, développement de pratiques difficiles à copier, empowerment des individus travaillant en équipe, prise de décision décentralisée, technologies de production flexibles, amélioration continue, culture du changement, introduction de nouveaux produits, organisation apprenante, formation et développement continu, satisfaction des clients et des salariés CONSTRUCTION D UNE ÉCHELLE DE MESURE DE L AGILITÉ ORGANISATIONNELLE Conformément au paradigme de Churchill (1979), la démarche méthodologique utilisée mobilise dans un premier temps une étude qualitative dans le but de mieux cerner le concept d agilité organisationnelle et de compléter la revue de la littérature afin de faire émerger un ensemble cohérent d items. Après avoir procédé à des pré-tests qualitatifs de l échelle, les résultats des analyses exploratoires et confirmatoires sont présentés. L étude qualitative Afin de préciser le contenu du construit de l agilité avec pour finalité de développer une batterie d items, vingt-deux entretiens qualitatifs ont été menés auprès de dirigeants et de responsables d entreprises françaises faisant face à des mutations continues et pour lesquelles la réactivité et l innovation sont considérées comme des facteurs clés de 131

14 Développement et test partiel des propriétés psychométriques d une échelle de mesure de l agilité organisationnelle succès. Ces entreprises sont en majorité leaders européens ou mondiaux sur un ou plusieurs de leurs marchés, à l origine d un produit ou d un service novateur. Certaines d entre elles ont été contactées car elles utilisent dans leur support de communication les termes «agile» ou «agilité». À défaut, un critère de choix était le niveau des «mutations» et le degré d innovation nécessité par l activité, déterminés avec l aide d un consultant en organisation auquel les objectifs de la recherche ont été explicités. Un nombre restreint d entreprises de production qui adoptent des logiques de fonctionnement plus «traditionnelles» a en outre été contacté. Ce choix montre la préoccupation du chercheur de se rendre dans différents types d entreprises afin de mieux cerner les similarités et les différences dans les enjeux rencontrés. De plus, «la variété des entretiens est un élément important lorsque les entretiens sont utilisés pour générer des items sur lesquels le chercheur, dans la suite de sa recherche, recueillera des données par questionnaires» (Romelaer, 2005: 107). Le tableau 2 récapitule le secteur d activité et la taille des entreprises qui ont participé à la phase qualitative de la recherche ainsi que la fonction du répondant. Tableau 2 : Caractéristiques des entreprises sollicitées lors de la phase qualitative Secteur d activité Électronique automobile (R & D) Pharmaceutique Télécommunications Services informatiques aux entreprises Services pour téléphonie mobile Conseil et ingénierie en gestion de projet Ingénierie de projets scientifiques et technologiques Production d interfaces homme-machine Éditeur de logiciel CAO Bureau d études, production et maintenance aéronautiques Bureau d études, production et maintenance aéronautiques Fabrication d installations électriques Conseil en ingénierie et gestion de projets Interfaces homme-machine nouvelle génération (service aux entreprises) Assemblage et montage mécanique industriel Bureau d étude en mécanique Téléphonie Conseil en gestion Services aéroportuaires Aéronautique et spatial Production d équipements aéronautiques Téléphonie mobile Effectif dans le monde, personnes en France, sur site personnes dans le monde, en région personnes en France, 110 sur site personnes dans le monde, en France et environ 80 sur site 4 personnes 400 personnes en France, 50 en région 600 en France pour cette activité, une cinquantaine pour l agence personnes 340 personnes dans le monde 220 personnes 220 personnes Environ 600 personnes Une centaine pour l agence 20 personnes 300 personnes 370 personnes 200 personnes environ Moins de 50 personnes 250 personnes Plus de salariés personnes, 500 sur site en France, environ 800 sur site Fonction du répondant Chargé du management du changement Responsable développement des compétences Responsable site Responsable agence Dirigeant Responsable agence Responsable recrutement Dirigeant DRH corporate DRH Directeur stratégie et logistique Adjoint RH Responsable agence PDG DRH DRH DRH unité Sud-Ouest Responsable d activité DRH Responsable communication DRH site DRH site 132

15 L objectif de cette phase qualitative est de clarifier le construit théorique en explorant la signification de l agilité organisationnelle pour les entreprises, en testant les possibilités de mise en œuvre réelles des principes énoncés par la littérature et en précisant les pratiques auxquelles recourent ces entreprises pour faire face au changement (Charbonnier- Voirin, 2010). Afin d opérationnaliser le construit, la posture générale de Goldman et ses collègues (1991, 1995) est rejointe pour admettre l idée selon laquelle l agilité organisationnelle est un construit multidimensionnel latent, non directement observable, qui nécessite de définir les pratiques concourant à son développement. L objectif est par conséquent de générer un ensemble d items destiné à évaluer la fréquence de mise en œuvre des pratiques organisationnelles qui caractérisent l agilité organisationnelle. Dans cette perspective, l examen de la littérature a conduit à élaborer un guide d entretien (tableau 3) contenant une trentaine de questions structurées autour des quatre thèmes principaux adaptés de la littérature (Goldman, et al., 1995; Kassim & Zain, 2004; Mates, et al., 1998) : (1) Les pratiques orientées vers la maîtrise du changement : elles sont analysées au travers de questions liées aux capacités de réponse et d action de l organisation au changement (réactivité, veille et proactivité, clarté et communication de la vision stratégique, accompagnement du changement). (2) Les pratiques de valorisation des ressources humaines : avec des questions relatives à l empowerment et à la participation au processus décisionnel de la force de travail, aux outils visant à développer les compétences et à partager les connaissances et aux pratiques qui encouragent la créativité des collaborateurs. (3) Les pratiques de coopération : elles sont étudiées au travers des moyens destinés à favoriser la coopération interne et à développer les partenariats. (4) Les pratiques de création de valeur pour les clients : au travers de questions portant sur la connaissance des attentes des clients et de leurs évolutions ainsi que l introduction d innovations dans les offres proposées. 133

16 Développement et test partiel des propriétés psychométriques d une échelle de mesure de l agilité organisationnelle Tableau 3 : Guide d entretien qualitatif Introduction : présentation par le chercheur de la recherche, présentation par le répondant de son entreprise et de sa fonction Comment définiriez-vous l agilité organisationnelle? Pensez-vous que votre entreprise puisse être qualifiée d agile? Pourquoi? PRATIQUES ORIENTÉES VERS LA MAÎTRISE DU CHANGEMENT Clarté de la vision stratégique Les décisions prises à votre niveau / dans l entreprise vous paraissent-elles fondées sur une définition claire et précise de la stratégie de l entreprise? Les objectifs stratégiques sont-ils explicités à l ensemble des membres de l organisation? Selon quelle périodicité et par quels moyens? Vous semblent-ils réellement compris par vos salariés? Efficacité de réponse de l organisation au changement Votre entreprise vous semble-t-elle capable de comprendre rapidement les changements émanant de son environnement (et de définir une ligne de conduite appropriée)? Estimez-vous que votre entreprise / les équipes disposent d une capacité de prise de décision rapide? La structure, les processus et les pratiques utilisés vous semblent-ils adaptés à une prise de décision et à la mise en place d actions rapides? Pourquoi? Vision du changement En général, dans votre entreprise, le changement est-il considéré comme une menace ou comme une opportunité? Disposez-vous de pratiques de veille susceptibles d anticiper les opportunités et menaces provenant de votre environnement? Les capacités de créativité et d innovation sont-elles encouragées à l intérieur de l organisation? Comment? Connaissance des concurrents et réponse à leurs actions Dans votre entreprise, connaît-on bien la concurrence actuelle et potentielle? Votre entreprise vous semble-t-elle prête à réagir rapidement à des actions des concurrents (actions sur les prix et commerciales, introduction de nouveaux produits et services)? Votre entreprise adopte-t-elle des stratégies visant à changer les règles du jeu concurrentiel? PRATIQUES DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES La responsabilisation des membres de l organisation La délégation de responsabilités est-elle pratiquée dans votre entreprise? Pour quelles raisons? Comment qualifieriez-vous le pouvoir de prise de décision de vos salariés? Les salariés ont-ils la possibilité d être associés aux décisions prises par la direction? Sont-ils encouragés à s exprimer sur les choix faits par l entreprise? L impact des individus sur la performance de l entreprise Quelles pratiques sont utilisées pour le développement des compétences des salariés? Les salariés sont-ils conscients de l impact de leur travail sur la performance de l entreprise? Comment? Comment sont prises en considération les contributions des salariés à la performance globale? (aspects gestion des performances et rétributions) PRATIQUES DE COOPÉRATION Coopération interne Les différentes fonctions de l entreprise vous semblent-elles capables de coopérer en synergie (ou au contraire existe-t-il entre elles une communication minimum et une faible coopération)? L organisation encourage-t-elle la coopération et le travail d équipe entre les salariés? Quelles pratiques sont mises en œuvre? L information nécessaire à la coopération interne est-elle réellement et facilement disponible? Coopération externe Les occasions de partenariat sont-elles recherchées? Pourquoi? Et selon quelles modalités? Les systèmes d information et de communication que vous utilisez avec vos partenaires vous semblent-ils efficaces et accessibles en temps réel? PRATIQUES DE CRÉATION DE VALEUR POUR LES CLIENTS Connaissance des clients Pensez-vous que les attentes de vos clients sont clairement identifiées et connues de votre entreprise? Quelles pratiques sont utilisées dans cette optique? Pensez-vous que votre entreprise détecte rapidement l évolution des attentes de ses clients? Comment? Votre entreprise cherche-t-elle à aller au-delà de ces attentes? (par exemple en proposant des options inédites) Les clients sont-ils impliqués dans la conception des produits et services? Les caractéristiques de l offre proposée Les produits et services proposés sont-ils individualisés et évolutifs? Standardisés? Pourquoi? Votre entreprise essaie-t-elle d instaurer une relation durable avec ses clients? Par quels moyens? (Offre globale?) Le taux d introduction de produits et services nouveaux est-il important? 134

17 Génération des items Afin de générer des énoncés permettant d élaborer un outil de mesure de l agilité organisationnelle, les entretiens ont été codés en réalisant sur les verbatims une analyse de contenu thématique informatisée grâce au logiciel NVivo 2.0. L analyse de contenu qui a été menée peut être qualifiée de «semi-formatée» (Romelaer, 2005) : si une partie des thèmes a été préalablement fixée suivant le guide d entretien, le chercheur s est laissé la possibilité de découvrir de nouveaux thèmes ou d en préciser certains au cours de l analyse. L analyse thématique informatisée a alors permis d identifier les thèmes et les sous-thèmes communs et transversaux à l ensemble des entretiens réalisés, structurés autour d un arbre hiérarchique des codes dans lesquels sont classées les citations (tableau 4). Afin de vérifier la validité de ce codage, une procédure de double codage a été réalisée. Un deuxième codeur (chercheur en gestion également) a analysé les quatre premiers entretiens avec la liste des codes thématiques élaborée afin de coder à son tour ces données. Un taux d accord intercodeurs très satisfaisant de 88,5 % a été obtenu, permettant de s assurer de la validité du codage initial (Miles & Huberman, 1991). Thème Sous-thème et verbatim associés Tableau 4 : Extraits de l arbre des codes et des verbatims pour le thème «Pratiques orientées vers la maîtrise du changement» P R O AC T I V I T É Développement opportuniste. BD : «On a un mode de fonctionnement qui fait que l on va chercher à saisir les opportunités. Et j aurais presque tendance à dire qu il n y a de menaces que celles que nous générons, c est-à-dire une mauvaise appréhension du marché, rater une plate-forme chez un client ou des choses comme ça quoi.» ; DF : «On est proactif à chaque fois qu on peut», «On peut avoir un cadre stratégique, mais la vie d une boîte, c est quand même des opportunités qui se présentent : on en prend certaines, on n en prend pas d autres, on en rate d autres, et c est surtout ça quand même qui a une influence.» Capacités de veille et d anticipation. CTi : «Localement, on a des structures qui sont spécialisées dans la veille (technologique).» ; DF : «On a une activité de veille techno qui n est pas négligeable. Les gens passent pas mal de temps à scruter ce qui se passe et à le capitaliser sur notre Intranet.» ; ET : «Alors, au niveau de la veille terrain, opérationnelle, pour nous, les salariés sont un réseau participatif de veille.» ; FLa : «Veille technologique ça c est le rôle de nos services techniques, de nos ingénieurs, mais également de notre force de vente. Et puis il y a aussi une veille commerciale [ ]. Mais c est vrai à tous les niveaux. Il faut être en veille à tous niveaux.» Limites de l anticipation. CC : «Une veille oui mais tout allait divinement bien et puis quand le 11 septembre nous est tombé sur la tête, tout a été remis en question c est le genre de choses sur lesquelles on n est pas capable d avoir une veille. A un impact sur nous toute crise, que ce soit une crise économique, que ce soit une crise sociale, que ce soit une crise sanitaire, et c est difficile d avoir une veille.» Capacité d innovation / de rupture. CR : «Ce qui a fait la réussite de la société, c est quand même qu on était en avance de 10 ans sur tout le monde, et que cette avance, il faut absolument la conserver en innovant toujours.» ; DF : «On est une société qui est vraiment centrée sur l innovation et la R&D, donc qui a mis au point une offre qui est innovante. On pense qu aujourd hui il n y a pas d équivalent sur le marché [ ]. (On développe) des applications très sophistiquées.» Culture du changement. FLa : «Parce qu on est sur 25 projets en même temps, constamment, constamment, c est grisant. En tout cas, les gens, ils sont aujourd hui très habitués et adhèrent complètement à ça [ ]. En aucun cas, le changement c est quelque chose qui est vécu comme une menace. Ca fait partie de notre culture.» ; BD : «Le changement, on l accompagne [ ]. ça ne marche que si je change la culture des gens et leur manière d approcher le rapport à autrui, le rapport aussi aux clients et aux fournisseurs.» ; LB : «Il y a des réticences [ ], mais je sais comment on aide : en étant très présent sur le terrain, en déployant beaucoup de communication, de formation, de support. Ca ça rassure beaucoup.» R ÉA C T I V I T É Fonction taille entité. SM : «Les décisions sont très rapidement prises au niveau local. On peut se le permettre parce qu on est une petite entité.» ; SG : «Comme toute grande structure, les process sont parfois un peu ralentis de par la taille et la complexité de la structure. Maintenant je pense que le groupe travaille à accélérer au maximum et à fluidifier la circulation de l information. Le groupe est organisé de manière extrêmement décentralisée [ ]. Le fait d être structuré en petites entités, voire très petites pour certaines, permet d être plus réactif, plus sensible à des segments du marché, en particulier par rapport à des attentes des clients. Donc des décisions qui vont se prendre parfois au plus près du client, du marché, du produit pour pouvoir justement réagir rapidement par rapport à des changements d environnement, de marché, etc.» 135

18 Développement et test partiel des propriétés psychométriques d une échelle de mesure de l agilité organisationnelle Thème Sous-thème et verbatim associés R ÉA C TI V IT É Rapidité dans la prise de décision. DF : «Sur la réaction par rapport à une opportunité du marché, je pense que c est assez bon. On sait faire des propositions très vite. Quand ça démarre, on sait mettre en place l équipe très vite, on sort les projets à temps.» ; DS : «Le temps de réaction à partir du moment où on a l information, il faut la traiter dans la journée, ou le lendemain [ ]. C est en temps réel. C est une garantie aussi de performance.» Moyens de réactivité / capacité de réponse. LB : «On a une proximité maintenant avec les managers qui permet d avoir des réponses rapides.» ; BD : «Pour être encore plus réactifs, on est en train de s organiser par processus.» ; DF : «On a la technologie qui nous permet d aller 3 ou 4 fois plus vite (que nos concurrents).» ; ET : «Si on développe des process ou des procédures qui laissent quelques variantes possibles, on fixe un cadre de fonctionnement mais on permet d évoluer plus rapidement.» V I S I O N S T R A T É G I Q U E Communication de la stratégie. BD : «Les comités de direction se réunissent toutes les semaines, et ils font un compte rendu expurgé pour leur premier niveau de management, à charge à eux de le communiquer. Et ils communiquent tous les six mois la stratégie des business units, pour qu elle soit relayée au niveau de ce qu on appelle des réunions d expression des salariés. Ils ont pour mission d expliquer la stratégie de l entreprise.» Déclinaison de la stratégie. JC : «Les objectifs (stratégiques) sont déclinés du directeur général jusqu au directeur du centre d affaires d ici, qui lui après les décline aux niveaux inférieurs, donc c est tout à fait clair. On sait ce qu on fait, on sait qui on est, on sait pourquoi on travaille. On sait quels sont les enjeux à relever, quelles sont les améliorations sur lesquelles on doit insister, etc. C est bien clair pour tout le monde.» ; MD : «On décline la vision stratégique de manière descendante, bien sûr le directeur d unité participe avec ses homologues à des réunions style comité de direction. Après, il y a des réunions d équipes département par département, équipe par équipe, et toujours ça descend [ ]. Donc on descend au plus près chaque fois, en pluie, de plus en plus fine, et le plus rapidement possible.» Cohérence avec les objectifs individuels. SG : «Les objectifs (individuels) sont définis par rapport aux grands objectifs du groupe, c està-dire que si une année, l un de nos 2 PDG définit telle priorité, au sein de chaque département, on va retrouver ce type de priorité, alors bien entendu, elles seront déclinées et adaptées en fonction de l activité de chaque collaborateur, mais ce sera lié aux principaux objectifs du groupe.» Les verbatims associés à chacune de ces catégories ont été examinés afin de générer une première liste d items. Cette version préliminaire a été soumise à six chercheurs en sciences de gestion et à quatre professionnels (dirigeants et responsables de service), en leur mentionnant que l objectif était de mesurer la fréquence d utilisation de pratiques mises en œuvre par les organisations pour développer leur agilité. Après avoir fixé les modalités de réponse de l échelle (échelle de fréquence en 7 points avec : 1. Jamais, 2. Très rarement, 3. Assez rarement, 4. Indécis, 5. Assez souvent, 6. Très souvent, et 7. Toujours), une discussion sur le contenu de la liste a été engagée. Les chercheurs et les professionnels ont examiné la validité faciale ou de contenu de l échelle (Evrard, Pras, Roux, Choffray, & Dussaix, 1997; Roussel, 2005). Les nombreuses remarques recueillies au cours de cette phase ont conduit à supprimer ou à remplacer des items jugés «non spécifiques» à l entreprise agile ou insuffisamment discriminants (par exemple Les salariés ont la possibilité d acquérir de nouveaux savoirs et savoir-faire ou L entreprise est à l écoute de ses clients), trop abstraits (par exemple L organisation établit des plans de progrès pour l ensemble des salariés. L item L entreprise ajuste facilement ses ressources pour s adapter aux évolutions a été modifié ainsi : Nos ressources matérielles, financières, humaines sont facilement déployées pour répondre aux opportunités et menaces rencontrées), ou au contraire trop précis (par exemple Les salariés sont considérés comme un réseau participatif de veille), c est-à-dire n étant pas adaptés à tout contexte organisationnel. Les items les plus redondants ont également été éliminés. Les suggestions ont enfin permis d améliorer la version proposée dans le sens de la simplification (par exemple, l item L entreprise délègue facilement des responsabilités aux niveaux 136

19 hiérarchiques inférieurs a été remplacé par Des responsabilités sont déléguées aux niveaux hiérarchiques inférieurs, et l item Les partenariats constituent un axe de développement privilégié par l entreprise a été modifié pour devenir Pour développer notre activité, nous misons sur le renforcement de nos partenariats). Les items ont ainsi été retravaillés jusqu à ce qu un consensus émerge entre les «évaluateurs» sur une liste de 70 items. L échelle a par la suite été administrée en face à face auprès de seize managers d entreprises différentes. Le questionnaire consacré à l agilité organisationnelle est en effet destiné à être renseigné par des managers, responsables d un service ou d une équipe. Les phases qualitatives de la recherche ont montré que les managers étaient les personnes les mieux placées pour évaluer dans leur globalité les pratiques organisationnelles mises en œuvre au sein de l entité dont ils ont la responsabilité, grâce à leur position hiérarchique et à leur connaissance des missions, des objectifs et des orientations stratégiques de leur organisation (Schneider & Reichers, 1983). De plus, le fonctionnement même de l entreprise agile sous-tend le découpage de l entreprise en unités autonomes et coopératives de taille réduite agissant selon une finalité et des objectifs communs. Il s agit en effet de placer chaque entité opérationnelle dans un système de complexité réduite plus proche des clients, afin d améliorer sa réactivité et son adaptabilité (Barrand, 2006). L agilité organisationnelle est alors le fruit de l évaluation croisée des principaux responsables de l entreprise étudiée. Leurs remarques ont conduit à reformuler certains items pour une plus grande clarté afin qu ils conviennent à tous types d organisations. Certaines questions, pour lesquelles les répondants exprimaient fréquemment des hésitations, ont également été précisées (le terme «opérationnelle» a par exemple été ajouté aux deux items suivants : On fait descendre le pouvoir de prise de décision opérationnelle le plus bas possible et Les salariés sont associés à la prise de décision opérationnelle. Nous avons également précisé l item initial Les salariés sont sollicités pour agir en vue d une amélioration continue en ajoutant des produits, des processus et / ou des méthodes de travail). La version initiale de l échelle faisant suite à ces pré-tests qualitatifs est présentée dans le tableau

20 Développement et test partiel des propriétés psychométriques d une échelle de mesure de l agilité organisationnelle Tableau 5 : Échelle de départ de l agilité organisationnelle Thème «Pratiques orientées vers la maîtrise du changement» Proactivité Réactivité Communication de la vision stratégique Indiquez si ces pratiques concernent votre service : Mettre en œuvre une veille (observation et analyse de l environnement) pour anticiper les changements et prévenir les risques Créer et innover en permanence pour devancer les concurrents Développer une culture du changement auprès des salariés Saisir de nouvelles opportunités pour se développer Construire des scenarii d évolutions possibles pour se préparer aux changements (3) Au sein de votre service ou de votre équipe : Les processus de l entreprise nous permettent de prendre rapidement des décisions lorsque les circonstances changent Au niveau des équipes, les décisions sont prises et mises en œuvre très rapidement (3) Les informations relatives au marché sont traitées en temps réel Nos équipes s adaptent très rapidement à des évolutions majeures de nos marchés Nos ressources (matérielles, financières, humaines) sont facilement déployées pour répondre aux opportunités et menaces rencontrées Les équipes sont capables d identifier et de saisir rapidement les meilleures opportunités qui se présentent dans notre environnement Au sein de votre service ou de votre équipe : La stratégie de l entreprise est clairement déclinée vers tous les niveaux hiérarchiques Les informations concernant l entreprise et ses plans d action sont diffusées à tous les niveaux, en des termes compréhensibles par tous Les objectifs fixés aux individus et aux équipes sont cohérents avec la stratégie de l entreprise (3) Les salariés sont informés des transformations à venir et de leur déroulement Les valeurs prônées par mon entreprise sont claires et largement communiquées (3) Thème «Pratiques de valorisation des ressources humaines» Évaluation et reconnaissance des performances Participation des salariés aux processus décisionnels Développement des compétences et partage des connaissances Créativité et amélioration continue Délégation de responsabilités Fréquence de ces pratiques au sein de votre service ou de votre équipe : L entreprise fixe pour chaque salarié des objectifs individuels clairs Les contributions individuelles au succès organisationnel sont précisément évaluées Un suivi systématique des résultats individuels est réalisé Avec notre système d évaluation, chaque salarié peut facilement faire le lien entre son activité propre et l activité globale Les rétributions prennent en considération la contribution de chacun à la performance de l entreprise (3) Au sein de votre service ou de votre équipe : Les salariés de mon service sont en mesure d influencer des décisions prises dans l entreprise (3) Le processus de décision est décentralisé (1) Les salariés sont impliqués, via des réunions, dans des problématiques touchant l entreprise et ses orientations (3) Les salariés sont associés à la prise de décision opérationnelle (3) Sur de grandes questions touchant au développement de l entreprise, les salariés sont consultés par le biais d enquêtes, de groupes d expression ou de réunions (3) Les salariés participent activement aux projets de changement de l entreprise (3) L entreprise organise la remontée des informations des salariés vers la direction (1) Fréquence de ces pratiques au sein de votre service ou de votre équipe : Les salariés sont encouragés à prendre des initiatives pour apprendre de nouvelles choses Des dispositifs d acquisition de nouvelles compétences par les salariés sont mis en œuvre (1) Les compétences détenues par les salariés sont identifiées et évaluées (1) Les compétences des salariés sont développées en prévision des futures évolutions de l entreprise L entreprise organise la gestion et le partage des connaissances et savoir-faire entre les salariés Tout nouveau savoir crucial pour l entreprise est rapidement transmis aux salariés Fréquence des pratiques suivantes au sein de votre service ou de votre équipe : Les salariés sont encouragés à proposer des idées et des solutions nouvelles Les salariés sont sollicités pour agir en vue d une amélioration continue des produits, des processus et / ou des méthodes de travail La créativité des salariés est fortement valorisée (1) L entreprise a mis en place des moyens formels et / ou informels qui permettent de collecter les «bonnes idées» (1) Les salariés participent à des groupes d amélioration et / ou de résolution de problèmes (1) Des responsabilités sont déléguées aux niveaux hiérarchiques inférieurs On fait descendre le pouvoir de prise de décision opérationnelle le plus bas possible Les salariés disposent d une grande autonomie pour réaliser leur travail Thème «Pratiques de coopération» Coopération interne Coopération externe Fréquence de ces pratiques au sein de votre service ou de votre équipe : Pour atteindre les objectifs, on tend à organiser le travail en équipe (2) On met en place des solutions pour faciliter la coopération interne (2) Les différentes équipes de travail communiquent et coopèrent facilement (1) Les équipes de travail fonctionnent en mode projet (1) On encourage la coopération entre des personnes aux profils et aux compétences différents (2) Les cloisonnements entre les équipes de travail sont un problème pour notre entreprise (1) Fréquence de ces situations au sein de votre service ou de votre équipe : Le fonctionnement de notre service est basé sur des échanges avec des partenaires externes Nous travaillons avec des salariés de nos partenaires extérieurs Pour développer notre activité, nous misons sur le renforcement de nos partenariats Nous nouons des partenariats de court terme pour exploiter des opportunités limitées dans le temps Nous nous associons à des concurrents pour travailler sur des projets communs (1) 138

CREATION ET VALIDATION D UNE ECHELLE DE MESURE DE L AGILITE ORGANISATIONNELLE : ETUDE EXPLORATORIE ET CONFIRMATOIRE

CREATION ET VALIDATION D UNE ECHELLE DE MESURE DE L AGILITE ORGANISATIONNELLE : ETUDE EXPLORATORIE ET CONFIRMATOIRE CREATION ET VALIDATION D UNE ECHELLE DE MESURE DE L AGILITE ORGANISATIONNELLE : ETUDE EXPLORATORIE ET CONFIRMATOIRE Audrey CHARBONNIER - VOIRIN LIRHE & IAE Université Toulouse I 2 rue du Doyen Gabriel

Plus en détail

L AGILITÉ ORGANISATIONNELLE Du concept à l opérationnalisation

L AGILITÉ ORGANISATIONNELLE Du concept à l opérationnalisation L AGILITÉ ORGANISATIONNELLE Du concept à l opérationnalisation Hugues Simard Conseiller stratégique Consultant en développement organisationnel 418.454.3573 hsimard@doptimum.com LES DIFFÉRENTES FACETTES

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

«Technologies de l informationl & management»

«Technologies de l informationl & management» e-management Cours DEA e-management DEA «e-management : concepts & méthodesm thodes» Cours «Technologies de l informationl & management» Enseignants : Henri Isaac, Robert Nickerson e-management Objectifs

Plus en détail

Le 360 T&I Evaluations

Le 360 T&I Evaluations Le 360 T&I Evaluations Du développement personnel à la cartographie managériale Qui sommes-nous? Options RH, un cabinet de conseil spécialisé en Management des Hommes et des Organisations Depuis 14 ans,

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

AUDIT DE CULTURE. Introduction au rapport de culture d entreprise. Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com

AUDIT DE CULTURE. Introduction au rapport de culture d entreprise. Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com AUDIT DE CULTURE Introduction au rapport de culture d entreprise + Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com 2 Audit de Culture A PROPOS La démarche Vadequa Vadequa permet aux sociétés

Plus en détail

Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain

Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain Michael Dickmann Emma Parry Ben Emmens Christine Williamson Septembre 2010 People In Aid Cranfield University, School of Management

Plus en détail

Indicateurs et tableaux de bord

Indicateurs et tableaux de bord Indicateurs et tableaux de bord Fiche 19 Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards). 1. Définition. Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) ont été conçus initialement par Robert

Plus en détail

Introduction. Une traditionnelle opposition

Introduction. Une traditionnelle opposition Introduction Introduction XIII Dans la méthodologie des études en sciences sociales, on a longtemps opposé les approches quantitatives et qualitatives, comme deux philosophies en contradiction souvent,

Plus en détail

Jean-Louis Denis, ENAP Ann Langley, HEC Montréal Viviane Sergi, HEC Montréal. Deux têtes valent mieux qu une (Natalie Holland)

Jean-Louis Denis, ENAP Ann Langley, HEC Montréal Viviane Sergi, HEC Montréal. Deux têtes valent mieux qu une (Natalie Holland) LES FORMES PLURIELLES DE LEADERSHIP Implications pour les organisations pluralistes Jean-Louis Denis, ENAP Ann Langley, HEC Montréal Viviane Sergi, HEC Montréal Deux têtes valent mieux qu une (Natalie

Plus en détail

La pleine expression du potentiel pour une performance durable

La pleine expression du potentiel pour une performance durable La pleine expression du potentiel pour une performance durable PORTRAIT UNE equipe D experts Un niveau de performance élevé est indispensable, non seulement pour garantir la rentabilité de l entreprise,

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Evaluer et piloter la performance humaine Paru dans : Employeur Suisse, 17.8.2000, pp. 780-783

Evaluer et piloter la performance humaine Paru dans : Employeur Suisse, 17.8.2000, pp. 780-783 Daniel Held Mesurer les facteurs qualitatifs de l entreprise Evaluer et piloter la performance humaine Paru dans : Employeur Suisse, 17.8.2000, pp. 780-783 La difficulté actuelle que rencontrent presque

Plus en détail

L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances

L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances Hervé Khider, Doctorant LARGEPA Paris II La question de la transmission des

Plus en détail

Mesurer la valeur ajoutée par la gestion des ressources humaines

Mesurer la valeur ajoutée par la gestion des ressources humaines Mesurer la valeur ajoutée par la gestion des ressources humaines Par Daniel Held, Dr. ès Sc. Econ. Paru dans Personnel, Janvier 2001, no 416, pp. 34-37 La création de valeur a toujours été le moteur du

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Gestion de l information

Gestion de l information MODELE LOGIQUE DE CONSTRUCTION DES TABLEAUX DE BORD DEMARCHES PROSPECTIVES Tableau de Bord de la Performance Point «académique» sur l alignement des objectifs opérationnels et stratégiques Les démarches

Plus en détail

«Management et Direction de Projets»

«Management et Direction de Projets» Centrale Paris & Cegos Vos partenaires pour un nouvel élan dans votre carrière MASTERE SPECIALISE «Management et Direction de Projets» Bienvenue! René PALACIN Responsable pédagogique MS Management et Direction

Plus en détail

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 <

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 < Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL > 26 mars 2012 < Table des matières Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de

Plus en détail

Optimisez votre SIRH. HR Access Services Une nouvelle dimension de services. Business Consulting Services. Copyright IBM Corporation 2001

Optimisez votre SIRH. HR Access Services Une nouvelle dimension de services. Business Consulting Services. Copyright IBM Corporation 2001 Business Consulting Services Copyright IBM Corporation 2001 Compagnie IBM France Tour Descartes 2, avenue Gambetta La Défense 5 92066 Paris-La Défense cedex services/fr IBM, le logo IBM et le logo e-business

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Master en ingénieur de gestion. Intrapreneuriat. Finalité spécialisée du. Master en ingénieur de gestion

Master en ingénieur de gestion. Intrapreneuriat. Finalité spécialisée du. Master en ingénieur de gestion Master en ingénieur de gestion Intrapreneuriat Finalité spécialisée du Master en ingénieur de gestion Introduction Marre des raffinements théoriques et conceptuels sans possibilité de les mettre en œuvre?

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice Éditorial La mondialisation des marchés, la réduction de la durée de vie des produits et la compétition accrue entre petites et grandes organisations sont des facteurs qui incitent les entreprises à se

Plus en détail

«L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine

«L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine «L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine Par Eric Boespflug Préambule : cette journée de séminaire faisait état des résultats

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

La Fonction publique «Vers une organisation intelligente?»

La Fonction publique «Vers une organisation intelligente?» La Fonction publique «Vers une organisation intelligente?» «La fourmi est un animal intelligent collectivement et stupide individuellement. L homme c est l inverse» Karl Von Frich. GUY MORNEAU ENAP Plan

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

AGILITÉ ORGANISATIONNELLE : INNOVATION ORGANISATIONNELLE OU ASSERVISSEMENT AUX CHANGEMENTS.

AGILITÉ ORGANISATIONNELLE : INNOVATION ORGANISATIONNELLE OU ASSERVISSEMENT AUX CHANGEMENTS. AGILITÉ ORGANISATIONNELLE : INNOVATION ORGANISATIONNELLE OU ASSERVISSEMENT AUX CHANGEMENTS. ORGANIZATIONAL AGILITY: ORGANIZATIONAL INNOVATION OR SUBMISSION TO CONTINUOUS CHANGES? Résumé : Cette communication

Plus en détail

Thématique de travail possible n 1. RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME

Thématique de travail possible n 1. RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME Thématique de travail possible n 1 RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME Constat/Diagnostic On assiste depuis quelques années à une diffusion croissante de pratiques dites «responsables»

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Les nouveaux tableaux de bord des managers

Les nouveaux tableaux de bord des managers Alain Fernandez Les nouveaux tableaux de bord des managers Le projet Business Intelligence clés en main Sixième édition Tableaux bord NE.indd 3 26/03/13 15:22 Le site www.piloter.org, dédié au pilotage

Plus en détail

Résultats de l enquête Sport & Entreprise. mars 2009

Résultats de l enquête Sport & Entreprise. mars 2009 Résultats de l enquête Sport & Entreprise mars 2009 I. LE CONTEXTE DE L ENQUETE : LES RELATIONS SPORT / ENTREPRISE Une brève histoire des liens sport / entreprise La domination du modèle industriel paternaliste

Plus en détail

La gestion du changement en mode agile

La gestion du changement en mode agile La gestion du changement en mode agile Jean-Michel Moutot Professeur associé de management à l école de Management Audencia Nantes Kevin J. Johnson Professeur adjoint, HEC Montréal Les limites de la GdC

Plus en détail

European Foundation for Quality Management (EFQM) : découvrez le modèle et lancez la démarche! Présentation MFQ CCI - AFNOR CCI Toulouse le 26/02/15

European Foundation for Quality Management (EFQM) : découvrez le modèle et lancez la démarche! Présentation MFQ CCI - AFNOR CCI Toulouse le 26/02/15 European Foundation for Quality Management (EFQM) : découvrez le modèle et lancez la démarche! Présentation MFQ CCI - AFNOR CCI Toulouse le 26/02/15 1 Qu est-ce que l EFQM? European Foundation for Quality

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

étude de rémunérations

étude de rémunérations étude de rémunérations dans la finance de marché Les salaires des métiers de la Moe et de la Moa AVEC NOUS, VOTRE TALENT PREND DE LA VALEUR 1 Sommaire Le mot des dirigeants Présentation METIERS DE LA MOE

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 7 Management 2 e ÉDITION Jean-François Soutenain Christophe Torset Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie

Plus en détail

Institut national. Déceler, Étudier, Former LES FORMATIONS. Risques et Crises

Institut national. Déceler, Étudier, Former LES FORMATIONS. Risques et Crises Déceler, Étudier, Former LES FORMATIONS Le «Risques et crises» inscrit son action dans les objectifs du Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale. Il contribue à la formation et à la préparation

Plus en détail

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010. Epreuve conçue par HEC. Voie Technologique. Technologique 775 10,00 3,70

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010. Epreuve conçue par HEC. Voie Technologique. Technologique 775 10,00 3,70 MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010 Epreuve conçue par HEC Voie Technologique NBRE CANDIDATS MOYENNES ECARTS-TYPE RESULTATS GLOBAUX 775 10,00 3,70 VOIES PREPARATOIRES Technologique

Plus en détail

Comment réussir son projet de Master Data Management?

Comment réussir son projet de Master Data Management? Comment réussir son projet MDM? Table des matières Comment réussir son projet de Master Data Management?...... 2 Un marché en croissance..... 2 Les démarches qui réussissent... 2 A quels projets métiers

Plus en détail

Choisir des mesures et des indicateurs pour évaluer des programmes. Le 22 janvier 2013

Choisir des mesures et des indicateurs pour évaluer des programmes. Le 22 janvier 2013 Choisir des mesures et des indicateurs pour évaluer des programmes Le 22 janvier 2013 Les présentatrices d aujourd hui Ilana Smyth Associée au programme, Évaluation and recherche Centre d excellence de

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

MODELE DE MATURITE SOCIAL MEDIA MARKETING

MODELE DE MATURITE SOCIAL MEDIA MARKETING Online Intelligence Solutions MODELE DE MATURITE SOCIAL MEDIA MARKETING Jean-Marie Camiade, knowledge manager Mélanie Claisse, product marketing manager WHITE PAPER SOMMAIRE INTRODUCTION 3 1. Modélisation

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1

Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1 Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1 Relation client & Innovations méthodologiques Line Ricard Hélène Sicotte Marc- Antoine Vachon Hélène Vidot Delerue

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Démarche Compétences - JY LE ROUX

Démarche Compétences - JY LE ROUX 1 Pratiques RH Pratiques de Présélection Résultat chez les employés Résultat dans l entreprise Avantage compétitif Planification Analyse de poste Pratiques de Sélection Recrutement Sélection Pratiques

Plus en détail

Management. Planification. Flux. Valorisation Coûts. plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28

Management. Planification. Flux. Valorisation Coûts. plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28 Management Valorisation Coûts Flux Planification w w w. c b a c o n s e i l. f r plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28 La performance des flux dans la petite série et la production à la commande CBA Conseil

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Concevoir des supply chains résilientes

Concevoir des supply chains résilientes Concevoir des supply chains résilientes Karine Evrard Samuel CERAG UMR 5820 Université de Grenoble, France Définition de la résilience appliquée aux supply chains La résilience est la capacité à revenir

Plus en détail

De la rupture vers l innovation : Les nouvelles formes de Management dédiées à la Responsabilité Sociale de l Entreprise

De la rupture vers l innovation : Les nouvelles formes de Management dédiées à la Responsabilité Sociale de l Entreprise De la rupture vers l innovation : Les nouvelles formes de Management dédiées à la Responsabilité Sociale de l Entreprise Colloque parrainé par le Ministère MIPMEPI et organisé le 10-11 Octobre 2011 Grand

Plus en détail

GESTION DES COMPÉTENCES ET GPEC

GESTION DES COMPÉTENCES ET GPEC Cécile Dejoux GESTION DES COMPÉTENCES ET GPEC 2 e édition Pour aller plus loin, voir le site de l auteur : http://ceciledejoux.com Professeur à l Insead Dunod, Paris, 2 e édition, 2013 ISBN 978-2-10-058928-9

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

Innovation chez les PME : nécessité, diversité et facteurs de succès

Innovation chez les PME : nécessité, diversité et facteurs de succès Innovation chez les PME : nécessité, diversité et facteurs de succès Par : Josée St-Pierre 1, Ph.D., professeure titulaire Directrice du Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises Présidente

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

Le développement managériale

Le développement managériale Le développement managériale Comment et pourquoi le manager est au centre du processus Le concept managériale: «Business & People Partner partner: Business partner : participer à l efficacité et à la qualité

Plus en détail

Sommaire. Première partie

Sommaire. Première partie Sommaire Introduction... XIX Première partie Pour bien piloter, il faut mieux mesurer Chapitre 1 Vos tableaux de bord ne sont plus efficaces... 3 Rôle du tableau de bord...3 Le modèle conducteur, automobile

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition

Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition Laurence Sylvestre, Ph.D. 1 Université du Québec à Montréal

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

L entreprise virtuelle

L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle 1 2 Vers l entreprise virtuelle. Quel management de l entreprise virtuelle? L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle. Conventional Organization Virtual Organization Technologies

Plus en détail

La notation en matière de sécurité

La notation en matière de sécurité La notation en matière de sécurité Août 2008 Le CDSE Le Club des Directeurs Sécurité d Entreprise est l association des directeurs de sécurité d entreprise et de leurs collaborateurs. Il fédère des entreprises

Plus en détail

Gestion des clusters : guide pratique

Gestion des clusters : guide pratique Outils d action Gestion des clusters : guide pratique Cluster management? A practical guide, Part A: Overview, GTZ, décembre 2007. Même à l époque où les économies étaient encore largement centrées sur

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients est un portefeuille de solutions de gestion matures et intégrées, qui contribue

Plus en détail

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD)

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Le Cercle de c oopération des organisations non g ouvernementales de développement La Plateforme éducation à l environnement et au développement durable

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Management Technologique & Stratégique (MTS)

Management Technologique & Stratégique (MTS) Département de Formation & de Recherche (DFR) Management Technologique & Stratégique (MTS) Spécialisations (2A 2011-2012) Séverine LE LOARNE, Responsable Adjointe du DFR Professeur en Management de l innovation

Plus en détail

Exemple : Module d enseignement et planification de l évaluation Études informatiques 10 e année (4 e secondaire)

Exemple : Module d enseignement et planification de l évaluation Études informatiques 10 e année (4 e secondaire) Exemple : Module d enseignement et planification de l évaluation Études informatiques 10 e année (4 e secondaire) Titre du cours ou module : Informatique et enjeux sociaux Résultat d apprentissage visé

Plus en détail

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte D. Brochard Université Paris I L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte Contexte théorique et empirique Depuis le début des années 80, dans un contexte de mutations

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

Présentation du cabinet. www.connecsens.com

Présentation du cabinet. www.connecsens.com Présentation du cabinet Créé en 2010, Connec Sens est un cabinet de conseil en stratégie, organisation et management à temps partagé. Connec Sens permet aux dirigeants d affiner l élaboration de leur stratégie

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal Chapitre 9 LA FONCTION SUPPLY CHAIN 9.1 Les bases du plan de performance Supply chain et Logistique La Direction de la Supply chain est née récemment des nouveaux enjeux internes liés à l évolution du

Plus en détail

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Sébastien Pasquet, Responsable de missions Le CRM (Customer Relationship Management) s est développé depuis 10 ans essentiellement par l intégration

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Présentation Vinci Consulting

Présentation Vinci Consulting Présentation Vinci Consulting Practice Management et Performance Janvier 2013 Vinci Consulting 25 rue d Artois 75008 Paris www.vinci-consulting.com Vinci Consulting est un cabinet de conseil en management,

Plus en détail

La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations. Hélène Beaugrand juillet 2014

La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations. Hélène Beaugrand juillet 2014 La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations Hélène Beaugrand juillet 2014 1 Sommaire 1 Qu entend-on par mobilité? 2 Les grands enjeux de la mobilité 3 La mobilité professionnelle en pratiques

Plus en détail

Les démarches qualités

Les démarches qualités Les démarches qualités Sommaire : Introduction... 2 Un levier d'innovation organisationnelle et sociale... 3 Les enjeux... 5 1.1 Le marché... 5 1.2 L innovation incrémentale (amélioration continue) ou

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international 1 LES ENJEUX DE LA FONCTION R.H. Environnement : La mondialisation L accélération des changements L incontournable performance Le

Plus en détail