Application de la médecine factuelle à la prévention. Alain LEVEQUE Faculté de Médecine École de Santé Publique ULB

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Application de la médecine factuelle à la prévention. Alain LEVEQUE Faculté de Médecine École de Santé Publique ULB"

Transcription

1 Application de la médecine factuelle à la prévention Alain LEVEQUE Faculté de Médecine École de Santé Publique ULB 1

2 Médecine factuelle? La médecine fondée sur les faits se définit comme l'utilisation rigoureuse et judicieuse des meilleures données disponibles lors de prise de décisions concernant les soins à prodiguer à des patients individuels. On utilise plus couramment le terme anglais Evidence-Based Medicine (EBM), et parfois les termes médecine fondée sur des preuves ou médecine factuelle. 2

3 Prévention? Ensemble de mesures collectives ou individuelles destinées à éviter la survenue, l aggravation ou à limiter les séquelles de maladies ou de traumatismes. 3

4 Prévention? La prévention dans l histoire naturelle d une maladie 4

5 Prévention? La prévention dans l histoire naturelle d une maladie Aide au sevrage tabagique Promotion de l activité physique Vaccination Port du préservatif 5

6 Prévention? La prévention dans l histoire naturelle d une maladie Dépistage du cancer colorectal Frottis de col de l utérus Dépistage de l HTA 6

7 Prévention? La prévention dans l histoire naturelle d une maladie Revalidation après AVC Kiné après fracture 7

8 Des actions diverses Le dépistage La vaccination L éducation pour la santé 8

9 Des approches diverses Individuelles communautaires 9

10 Evidence-based health promotion and prevention Quelles que soient les approches Quelles que soient les actions Quels que soient les acteurs Choix stratégiques et décisions doivent reposer sur des évidences 10

11 Evidence-based : des spécificités dans le champ de la prévention Dépistage diagnostic Approches individuelles / Approches collectives Tenir compte du terrain (contextualisation) 11

12 Evidence-based : des spécificités dans le champ de la prévention Dépistage diagnostic Approches individuelles / Approches collectives Tenir compte du terrain (contextualisation) 12

13 Distinguer : Dépistage : (phase préclinique) Individuel : le médecin et son patient à risque particulier (?) «Systématique», «de masse», «organisé» : démarche de santé publique (approche populationnelle) Diagnostic (personne symptomatique) 13

14 14

15 Epidémiologie clinique. Fletcher, Fletcher,

16 Biais dans les études sur l efficacité du dépistage 16

17 Evidence-based : des spécificités dans le champ de la prévention Dépistage diagnostic Approches individuelles / Approches collectives Tenir compte du terrain (contextualisation) 17

18 Différentes approches : Approche individuelle (occasionnelle) : Impact limité Peu de succès (les praticiens ont beaucoup d autres choses à faire) Fortes inégalités Approche populationnelle: Programme structuré / organisé / Impact attendu plus important Adéquation entre «évidences disponibles» et «approches utilisées»? 18

19 Brownson,R et al. Evidence-based Public health, OUP,

20 Evidence-based : des spécificités dans le champ de la prévention Dépistage diagnostic Approches individuelles / Approches collectives Tenir compte du terrain (contextualisation) 20

21 Importance du contexte : Efficacité «théorique» vaccin HPV (Gardasil R ) Dépistage cancer colorectal Circoncision et transmission HIV Essais cliniques randomisés 21

22 22

23 23

24 Importance du contexte : Efficacité «théorique» Efficacité «opérationnelle» vaccin HPV (Gardasil R ) Dépistage cancer colorectal Circoncision et transmission HIV Essais cliniques randomisés Études quasi expérimentales Études observationnelles ECR (rares) 24

25 Evidence-based : des spécificités dans le champ de la prévention Dépistage diagnostic Approches individuelles / Approches collectives Tenir compte du terrain (contextualisation) L importance de la validité externe (beyond the RCT) 25

26 Recherche des «évidences» pour les interventions en santé publique ECR/RCT: = gold standard! Mais Souvent peu pertinent dans le domaine des interventions en santé publique pour des raisons de: Faisabilité Coût Méthodologie pratique Est avant tout limité aux questions de : «efficacy» mais moins souvent utilisé et moins approprié quand on veut considérer la validité EXTERNE et les condition de mise en œuvre! Difficile de soustraire l intervention de santé publique de son environnement! 26

27 Evidence-Informed Public Health Evidence-Based : Evidence-Informed Connaissances (évidences) provenant de : Meta-analysis Revues systématiques ECR Connaissances (évidence) provenant : de la recherche Des acteurs Des usagers Des politiques Des processus 27

28 28

29 Quelques liens intéressants vers : Evidence Informed Site de l OMS Evidence-Informed Policy Network : Article du Lancet : Lancement EVIPNet Americas : 20article%20Sept08.pdf Centre de collaboration. 29

30 Prévention et Evidence-based: quelques sites WEB : boutthehda/evidencebase/evidence_base.jsp

31 31

32 32

33 33

34 34

35 35

36 36

37 37

38 Des documents à votre disposition : Sur le site : (rubrique «news») 38

39 La nécessité d une approche basée sur les preuves dans le domaine de la prévention : l exemple du dépistage du cancer de la prostate par le PSA 39

40 40

41 41

42 42

43 Cancer de la prostate : épidémiologie Incidence (B): +/- 189 pour P-A (2004)(Fondation Registre du Cancer) Cancer le plus fréquent chez les hommes de plus de 50 ans NC en 2004 en Belgique en augmentation : (réelle? Dépistage? ) 2000: : : :

44 Cancer de la prostate : épidémiologie Mortalité par cancer : prostate «seulement» en 2 ème position chez les 65 et plus (2004, CFWB) reste souvent latent (asymptomatique) nombreux cas ne sont repérés qu en cas d autopsie : 32% dans la cinquantaine 50% > 80 ans 44

45 Facteurs de risque? Cancer de la prostate : épidémiologie Âge : incidence très faible avant 50 ans, la moitié des cas après 74 ans. Cancer prostate chez les apparentés 1 er degré : risque multiplié par un facteur 2 à 3.5 Risque plus élevé chez les sujets d origine africaine Risque plus faible chez les sujets d origine asiatique 45

46 Dépistage : Objectifs du dépistage des cancers Réduire la mortalité liée à l affection recherchée en intervenant précocement dans son histoire naturelle, et en évitant par exemple le développement de métastases. Pour le cancer de la prostate, l objectif serait d identifier les cancers agressifs 46

47 Dépistage : des critères importants Affection fréquente, responsable d une mortalité et d une morbidité élevée Rappel des données épidémiologiques C est une affection fréquente, grave, mais nombreuses personnes porteuses d un cancer vont mourir d une autre cause (mourir avec mais pas à cause) 47

48 Dépistage : des critères importants Affection fréquente, responsable d une mortalité et d une morbidité élevée Il existe un traitement efficace : Le traitement doit être plus efficace que s il avait été appliqué à l apparition des symptômes (efficacité mesurée en terme de mortalité spécifique) 48

49 Dépistage : des critères importants En attente de résultats d études importantes 49

50 Dépistage : des critères importants Affection fréquente, responsable d une mortalité et d une morbidité élevée Il existe un traitement efficace moyens de dépistage fiables Toucher Rectal (TR) Ultrasonographie (US) Prostate Specific Antigen (PSA) (sérique total seuil 4ng/ml) (PSA libre: non recommandé en 1 ère intention) 50

51 Prostate Specific Antigen (PSA) +/- 1,1 million de test par an (2003) Soit : 1 hô / 4 de plus de 50 ans est dépisté de manière opportuniste Nbre de test augmente de +/- 10% par an 80% sont prescrits par le médecin généraliste 51

52 !"#!$!"% 52

53 La question du Gold Standard Quel Gold Standard : Biopsie : pas suffisamment fiable Cancers confirmés Sensibilité: 50 à 75 % Spécificité : 90 % 53

54 54

55 Valeur Prédictive d un PSA (seuil à 4ng/ml) VPP: de l ordre de 30% dans la situation de prévalence en Europe Sur 100 résultats + (>4ng/ml) : 70 sont des FAUX POSITIFS 70 vont subir des examens complémentaires inutilement VPN: de l ordre de 90 % Sur 100 résultats ( < 4ng/ml) : 90 sont des VRAIS NEGATIFS ( et 10 des FN) 55

56 Dépistage : des critères importants Affection fréquente, responsable d une mortalité et d une morbidité élevée Il existe un traitement efficace moyens de dépistage fiables moyens de dépistage sont acceptables Acceptabilité TR PSA US BIOPSIE 56

57 Dépistage : des critères importants Affection fréquente, responsable d une mortalité et d une morbidité élevée Il existe un traitement efficace moyens de dépistage fiables moyens de dépistage sont acceptables Acceptabilité Innocuité : effets positifs >>>>> effets négatifs 57

58 Effets + et du dépistage Effets positifs Réduction de la mortalité spécifique si traitement précoce????????? VPN : 90% (réassurance) mais 10% de FN Effets négatifs liés au test : FP et FN Traitement de formes qui seraient restées latentes (cancers mortels < << cancers latents) liés au traitement: Incontinence (10-20%), Difficultés d érection (60-70%) Impuissance (30-40%) 58

59 Dépistage : des critères importants Affection fréquente, responsable d une mortalité et d une morbidité élevée Il existe un traitement efficace moyens de dépistage fiables moyens de dépistage sont acceptables Identification d une population cible Population asiatique : protection Population afro-américaine: risque élevé Antécédents familiaux : risque plus élevé 59

60 Dépistage : des critères importants Affection fréquente, responsable d une mortalité et d une morbidité élevée Il existe un traitement efficace moyens de dépistage fiables moyens de dépistage sont acceptables Identification d une population cible coût non disproportionné par rapport au traitement 60

61 Dépistage : en guise de conclusion Dépistage «systématique» : ne pas le recommander au vu de l absence de preuves d efficacité de la démarche. 61

62 Dépistage : en guise de conclusion Dépistage individuel: impact non évalué! Ne pas occulter les effets négatifs informer les patients sur effets + et effets VPN intéressante mais il existe des FN PSA et TR: sur base de la recherche de FdR!! Positif US et biopsie : Si - : il s agissait d un des nombreux FP Si + : faut-il traiter??? «le traitement est-il nécessaire quand il est possible? Est-il possible quand il est nécessaire» À ce jour, les bénéfices attendus du dépistage individuel ne sont pas clairement démontrés! 62

63 Dépistage : en guise de conclusion «Le dépistage organisé et la promotion de l utilisation du PSA pour les hommes en bonne santé et sans risques particuliers peut faire plus de tort que de bien et entraîne un gaspillage des moyens» Health Technology Assessment: l antigène prostatique spécifique dans le dépistage du cancer de la prostate. KCE,

Dépistage. Organisé ou individuel. Dr Mariam ARVIS.

Dépistage. Organisé ou individuel. Dr Mariam ARVIS. Dépistage Organisé ou individuel Dr Mariam ARVIS www.ccmsa.msanet Dépistage Le dépistage est une démarche qui vise à détecter, au plus tôt, en l absence de symptôme, des signes d'une maladie avant qu'elle

Plus en détail

DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016?

DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016? DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016? Vincent Flamand APHNEP, le 04.02.2016 Ce que nous savons Ce que nous savons Tendances incidence et mortalité

Plus en détail

Mr P.B, 65ans. Quelles informations donner au patient? Oncologie pour le praticien-1. Généralisation du dosage du PSA.

Mr P.B, 65ans. Quelles informations donner au patient? Oncologie pour le praticien-1. Généralisation du dosage du PSA. Oncologie pour le praticien-1 Stratégies diagnostiques et thérapeutiques Cancer de la prostate localisé Expert: Prof AP. Sappino Animatrice: Prof M. Louis Simonet Consultation PSA 6 mg/l Asymptomatique

Plus en détail

Tests de dépistage biologiques : Sensibilité, spécificité, valeur prédictive

Tests de dépistage biologiques : Sensibilité, spécificité, valeur prédictive Tests de dépistage biologiques : Sensibilité, spécificité, valeur prédictive Le test de dépistage Un bon test de dépistage doit : être fiable et reproductible être facile à appliquer et à accepter par

Plus en détail

cancer de la prostate Le dépistage du Hôpital Bichat - Paris Pr. Vincent Ravery Urologie

cancer de la prostate Le dépistage du Hôpital Bichat - Paris Pr. Vincent Ravery Urologie Le dépistage du cancer de la prostate Pr. Vincent Ravery Urologie Hôpital Bichat - Paris Introduction 1. L espérance de vie augmente (INSEE, 1999) Tranches d âge EDV moyenne 60-64 19 65-69 16 70-74 12

Plus en détail

Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients.

Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients. Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les suspicions de récidive r de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients. Laurence Champion, Myriam Wartski,,

Plus en détail

Facteurs de risque et prévention

Facteurs de risque et prévention Facteurs de risque et prévention Congrès s sur le cancer de la prostate Montréal, 18 novembre 2005 François Meyer Taux d incidence d et de mortalité pour le cancer de la prostate au Canada 2005 180 160

Plus en détail

Faut-il : - dépister le cancer de la prostate? - prescrire un dosage du taux de PSA?

Faut-il : - dépister le cancer de la prostate? - prescrire un dosage du taux de PSA? Faut-il : - dépister le cancer de la prostate? - prescrire un dosage du taux de PSA? Êtes vous un dépisteur mou? Êtes vous un dépisteur dur? Dr François DUMEL 15 Oct 2009 FDUMEL 1 Diagnostic précoce en

Plus en détail

Schémas d étude. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale

Schémas d étude. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Schémas d étude Dr Julien Mancini julien.mancini@univmed.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté de Médecine de Marseille, Université de la Méditerranée

Plus en détail

Suivi des Cancer Urologiques. Steven P Lapointe MD, FRCSC Urologue Cité de la Santé de Laval 23 février 2013

Suivi des Cancer Urologiques. Steven P Lapointe MD, FRCSC Urologue Cité de la Santé de Laval 23 février 2013 Suivi des Cancer Urologiques Steven P Lapointe MD, FRCSC Urologue Cité de la Santé de Laval 23 février 2013 Conflits d intérêt Comité Consultatif AMGEN ASTELLAS GSK Cancers Urologiques Le suivi des cancers

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Docteurs Mondet et Boyer

Docteurs Mondet et Boyer VOUS AVEZ DES QUESTIONS CONCERNANT LE DEPISTAGE ET LA DETECTION PRECOCE DU CANCER DE PROSTATE? VOICI QUELQUES ELEMENTS DE REPONSE. POURQUOI? POURQUOI PAS? POUR QUI? COMMENT? Docteurs Mondet et Boyer 05/01/2015

Plus en détail

EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER

EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER FORMATION INFIRMIÈRE EN ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE BESANCON, LE 26/01/2012 MOUILLET GUILLAUME, ONCOLOGIE MÉDICALE Définition : ÉPIDÉMIOLOGIE Discipline qui a pour but l étude de la distribution

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 Objectifs généraux de la soirée Vous motiver et vous mobiliser Vous apporter les éléments épidémiologiques locaux Objectifs pédagogiques

Plus en détail

L accès aux connaissances médicales. M1 IBm Informatique Médicale PCEM 2 Pr Alain Venot UFR SMBH Université Paris 13

L accès aux connaissances médicales. M1 IBm Informatique Médicale PCEM 2 Pr Alain Venot UFR SMBH Université Paris 13 L accès aux connaissances médicales M1 IBm Informatique Médicale PCEM 2 Pr Alain Venot UFR SMBH Université Paris 13 1 2 Plan de l exposé L inflation des connaissances en Santé L Evidence Based Medicine

Plus en détail

Cout du dépistage organisé du CCR

Cout du dépistage organisé du CCR Cout du dépistage organisé du CCR Docteur Anne Calazel - Toulouse AG du CREGG 25 et 26 Septembre 2009, Disneyland Resort Paris Politique du dépistage Dépistage = diagnostic d une maladie inconnue Le pronostic

Plus en détail

Enquête auprès des médecins. généralistes des Pyrénées-Orientales

Enquête auprès des médecins. généralistes des Pyrénées-Orientales Etat des lieux du dépistage du cancer colorectal en France Enquête auprès des médecins généralistes des Pyrénées-Orientales Thèse pour le doctorat en médecine Présentée par Solène Goulaouic 12 Décembre

Plus en détail

L'EPP et l'audit clinique : une méthode de formation efficiente pour améliorer les pratiques préventives

L'EPP et l'audit clinique : une méthode de formation efficiente pour améliorer les pratiques préventives L'EPP et l'audit clinique : une méthode de formation efficiente pour améliorer les pratiques préventives Julien Gelly Aline Seif Christine Chandemerle Bruno Lepoutre Michel Nougairede Jean-Pierre Aubert

Plus en détail

Cours n 4. Marqueur diagnostique

Cours n 4. Marqueur diagnostique UE11 Biomédecine Quantitative Cours du Jeudi 21/02/13 Jérome Lambert Ronéotypeur: Vincent Marmouset Ronéolectrice: Charlotte Maestracci Cours n 4 Marqueur diagnostique Ronéo 5 Biomédecine Quantitative

Plus en détail

Pharmacovigilance des vaccins anti HPV en France. Dr C. Sgro Centre régional de PharmacoVigilance de Bourgogne Auxerre 8 mars 2016

Pharmacovigilance des vaccins anti HPV en France. Dr C. Sgro Centre régional de PharmacoVigilance de Bourgogne Auxerre 8 mars 2016 Pharmacovigilance des vaccins anti HPV en France Dr C. Sgro Centre régional de PharmacoVigilance de Bourgogne Auxerre 8 mars 2016 Vaccination anti HPV Une vaccination très prescrite : 190 millions de doses

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE. Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier

GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE. Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE F. Séguret Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier DFGSM 3 UE Méthodologie appliquée à la LCA 2012-2013

Plus en détail

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire Consultation Santé Jeunes Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire «La dépendance, elle ne me semble pas réelle. Elle n est qu illusion. Chaque homme est

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate

Le dépistage du cancer de la prostate Le dépistage du cancer de la prostate Quelle information faut-il donner au patient avant d envisager un dosage du PSA ou un toucher rectal? Le cancer de la prostate : histoire naturelle Le cancer de la

Plus en détail

Collaboration avec les médecins. Sensibilisation et dépistage des facteurs de risque dans la population âgée.

Collaboration avec les médecins. Sensibilisation et dépistage des facteurs de risque dans la population âgée. Collaboration avec les médecins. Sensibilisation et dépistage des facteurs de risque dans la population âgée. Dr med. Reto Auer, MAS. Policlinique Médicale Universitaire, Lausanne reto.auer@hospvd.ch Jones

Plus en détail

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER LE DÉPISTAGE DES CANCERS, UNE CHANCE > SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER Le dépistage

Plus en détail

«ENSEMBLE POUR MIEUX PRÉVENIR, SOUTENIR ET SOIGNER» LA SANTÉ PUBLIQUE ET LA LUTTE CONTRE LE CANCER : DES ACTIONS SUR LE TERRAIN

«ENSEMBLE POUR MIEUX PRÉVENIR, SOUTENIR ET SOIGNER» LA SANTÉ PUBLIQUE ET LA LUTTE CONTRE LE CANCER : DES ACTIONS SUR LE TERRAIN «ENSEMBLE POUR MIEUX PRÉVENIR, SOUTENIR ET SOIGNER» LA SANTÉ PUBLIQUE ET LA LUTTE CONTRE LE CANCER : DES ACTIONS SUR LE TERRAIN Sylvain Leduc m.d. FRCPC Direction de la santé publique 1 Décembre 2006 OBJECTIFS

Plus en détail

Formation programme cantonal dépistage du cancer colorectal.

Formation programme cantonal dépistage du cancer colorectal. Formation programme cantonal dépistage du cancer colorectal. Première partie Cancer colorectal: épidémiologie et prévention Dr PD MER Jean-Luc Bulliard Division des Maladies Chroniques - CHUV Jean-Luc.Bulliard@chuv.ch

Plus en détail

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Point sur le cancer de la vessie : dépistage précoce et santé au travail Dr Maria GONZALEZ Centre

Plus en détail

Cancer de la prostate: Dépistage? Dr Laurent Zini - Dr Bertrand Tiry Chirurgiens Urologues- Clinique de Saint Omer

Cancer de la prostate: Dépistage? Dr Laurent Zini - Dr Bertrand Tiry Chirurgiens Urologues- Clinique de Saint Omer Cancer de la prostate: Dépistage? Dr Laurent Zini - Dr Bertrand Tiry Chirurgiens Urologues- Clinique de Saint Omer 03 21 38 66 87 S Recommandations S Guides ALD élaborés conjointement par l INCa et l HAS

Plus en détail

6/ Prévention et promotion de la santé

6/ Prévention et promotion de la santé SEMESTRE 2 UE 1.2.S2 Santé publique et économie de la santé I. Introduction 6/ Prévention et promotion de la santé Buts de la prévention, l'éducation pour la santé et la promotion de la santé Anticiper

Plus en détail

Populations à risque de carcinome anal

Populations à risque de carcinome anal Populations à risque de carcinome anal Identification - Dépistage Traitements des stades «intra-muqueux» Prévention Ghislain STAUMONT Clinique St Jean Languedoc - Hôpital Rangueil - TOULOUSE Conflits d

Plus en détail

SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE

SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE A. SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE 09/06/09 Mme Roustan Sté publique I. Définition de la santé II. Concepts et définitions A. Santé : une évolution dans les définitions 1. Une définition négative

Plus en détail

POURQUOI LES SCORES CLINIQUES?

POURQUOI LES SCORES CLINIQUES? POURQUOI LES SCORES CLINIQUES? Alain F. Junod Professeur honoraire à la Faculté de Médecine de Genève Pourquoi les scores cliniques? Toute décision médicale est faite de deux composantes principales :

Plus en détail

Consentement éclairé et pratique obstétricale

Consentement éclairé et pratique obstétricale Consentement éclairé et pratique obstétricale Michel Boulvain Unité de développement en obstétrique Département de Gynécologie et d Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Genève Introduction Connaissances

Plus en détail

Professeur Patrice FRANCOIS

Professeur Patrice FRANCOIS UE7 - Santé Société Humanité - Santé Publique Chapitre 2 : Santé et prévention Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

Un dépistage précoce passe par la recherche des papillomavirus humains (HPV en anglais) Parlez-en à votre gynécologue

Un dépistage précoce passe par la recherche des papillomavirus humains (HPV en anglais) Parlez-en à votre gynécologue s informer pour l éviter Un dépistage précoce passe par la recherche des papillomavirus humains (HPV en anglais) Parlez-en à votre gynécologue Pourquoi le dépistage du cancer du col de l utérus est-il

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Quand proposer une surveillance du cancer de la prostate? Dr. Alexandre de la Taille

Quand proposer une surveillance du cancer de la prostate? Dr. Alexandre de la Taille Quand proposer une surveillance du cancer de la prostate? Dr. Alexandre de la Taille CHU Mondor, Créteil Recommandations des instances scientifiques Surveillance est admise si : Cancer cliniquement localisé

Plus en détail

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification.

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. Pierre CONORT Service d Urologie Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate par PSA

Le dépistage du cancer de la prostate par PSA Le dépistage du cancer de la prostate par PSA La prostate La prostate est une petite glande de la taille d une châtaigne, située juste sous la vessie. Elle est traversée par le canal de l urètre, par où

Plus en détail

Europa Uomo Switzerland. Conférence de presse Genève, le 22 octobre 2010

Europa Uomo Switzerland. Conférence de presse Genève, le 22 octobre 2010 Europa Uomo Switzerland Conférence de presse Genève, le 22 octobre 2010 Déroulement Présentation des intervenants Création d Europa Uomo Switzerland Les enjeux de la maladie pour lesquels Europa Uomo CH

Plus en détail

périphérique de la prostate :facteur prédictif du cancer prostatique?

périphérique de la prostate :facteur prédictif du cancer prostatique? ONCO-WS-11 - PSA rapporté au volume de la zone périphérique de la prostate :facteur prédictif du cancer prostatique? M CHELIF, S SALLAMI, S BEN RHOUMA, R MEJRI, Y NOUIRA, A HORCHANI SERVICE UROLOGIE HOPITAL

Plus en détail

Évaluation d'une procédure de diagnostic et de dépistage. Julien Mancini Master EISIS Mars 2006

Évaluation d'une procédure de diagnostic et de dépistage. Julien Mancini Master EISIS Mars 2006 Évaluation d'une procédure de diagnostic et de dépistage Julien Mancini Master EISIS Mars 2006 Test diagnostique? Anamnèse Signe clinique Examen complémentaire : biologique, radiologique Test diagnostique

Plus en détail

Indications du test HPV

Indications du test HPV Indications du test HPV Z. SADI Clinique de gynécologie obstétrique CHU Mustapha 12 ème congrès national SAERM Alger 23-24 mai 2014 HPV bref rappel historique 1907: découverte du papillomavirus humain

Plus en détail

Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1

Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1 Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1 Définir le rôle du clinicien en prévention Expliquer les liens entre l histoire naturelle d une maladie et les niveaux de prévention

Plus en détail

Congrès SFPT I Nancy. 19 > 21 Avril 2016

Congrès SFPT I Nancy. 19 > 21 Avril 2016 Congrès SFPT I Nancy 19 > 21 Avril 2016 Les faux positifs liés au biais et ceux liés au hasard Michel Cucherat Equipé EMET, Université Lyon 1, UMR 5558, CRNS Lyon Les faux positifs liés au hasard Risque

Plus en détail

Le cancer en Valais 2016

Le cancer en Valais 2016 Le cancer en Valais 2016 Luc Fornerod, Directeur, OVS PD Dr Arnaud Chiolero, Médecin-chef épidémiologue, OVS Dr Isabelle Konzelmann, Médecin responsable du Registre valaisan, OVS Dr Reinhard Zenhäusern,

Plus en détail

Introduction : La Démarche diagnostique

Introduction : La Démarche diagnostique PERFORMANCES D UN TEST DIAGNOSTIQUE «Malgré les précisions atomiques des balances modernes, on n'arrive pas encore à mesurer le poids exact de la solitude.» Georges Raby, Extrait du «Les Dents longues»

Plus en détail

Pr. Mondher Letaief Dr. Sana El Mhamdi

Pr. Mondher Letaief Dr. Sana El Mhamdi Etude de la culture sécurité au CHU de Monastir Pr. Mondher Letaief Dr. Sana El Mhamdi 1 Contexte, Opportunités o La sécurité des patients t : important t sujet de préoccupation et défis pour les systèmes

Plus en détail

Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique et libertés

Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique et libertés Rapport adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins lors de la session de décembre 2003 Dr. François STEFANI Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique

Plus en détail

Dysplasies et Cancer du col de l Utérus. Dépistage et Traitement

Dysplasies et Cancer du col de l Utérus. Dépistage et Traitement Dysplasies et Cancer du col de l Utérus Dépistage et Traitement JNI 2007 Professeur Patrice Mathevet Cancer du col utérin en France : en 2000 Incidence : 3 387 cas par an (7 ème position) Mortalité : 1

Plus en détail

Etude européenne ERSPC. Samuel Golshani

Etude européenne ERSPC. Samuel Golshani Etude européenne ERSPC Samuel Golshani 1 Contexte Le cancer de la prostate est le 2 e Objectif de la prostate, grâce à un dépistage basé sur le taux de PSA. la nécessité du dépistage. Méthode Entre 1990

Plus en détail

PARTAGE DES RÔLES ET RESPONSABILITÉS ENTRE LES MÉDECINS ET INFIRMIÈRES DE DIVERS NIVEAUX

PARTAGE DES RÔLES ET RESPONSABILITÉS ENTRE LES MÉDECINS ET INFIRMIÈRES DE DIVERS NIVEAUX Évaluation de la santé Évaluation de la condition physique et mentale Contribue à l évaluation de l état de santé Évaluation de l'autonomie fonctionnelle détaillée Anamnèse Génogramme Examen physique Initiation

Plus en détail

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Caractéristiques des virus de la grippe (influenza) Plusieurs sous-types : parmi les 24 sous types, 4 sont humains et 17 sont aviaires

Plus en détail

Valeur informationnelle d un signe : Sensibilité, spécificité, valeurs prédictives

Valeur informationnelle d un signe : Sensibilité, spécificité, valeurs prédictives I. Introduction Valeur informationnelle d un signe : A. La démarche diagnostique La démarche pour aboutir à un diagnostic est la suivante : Le médecin accueille dans son cabinet un patient qui se plaint

Plus en détail

K. Mühlethaler et Al. European Respiratory Journal Bérénice SOYEZ DES Pneumologie

K. Mühlethaler et Al. European Respiratory Journal Bérénice SOYEZ DES Pneumologie K. Mühlethaler et Al. European Respiratory Journal - 2012 Bérénice SOYEZ DES Pneumologie La pneumocystose pulmonaire est une pathologie de diagnostic difficile chez les patient immunodéprimés non VIH:

Plus en détail

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B Le patient traceur Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé Août 2014 ACC01_F205_B 1 La méthode du patient traceur Définition Méthode d évaluation et d amélioration

Plus en détail

Y-a-il une place pour la radio du. polytraumatisme? Dr Marion DOUPLAT Pôle RUSH Timone/Sainte Marguerite

Y-a-il une place pour la radio du. polytraumatisme? Dr Marion DOUPLAT Pôle RUSH Timone/Sainte Marguerite Y-a-il une place pour la radio du rachis cervical lors d un polytraumatisme? Dr Marion DOUPLAT Pôle RUSH Timone/Sainte Marguerite NON!!!!! Y-a-t-il une place pour la radio du rachis cervical lors d un

Plus en détail

Thrombose veineuse et cancer : facteurs prédictifs. Docteur Lionel Védrine Hôpital du Val-de-Grâce Paris

Thrombose veineuse et cancer : facteurs prédictifs. Docteur Lionel Védrine Hôpital du Val-de-Grâce Paris Thrombose veineuse et cancer : facteurs prédictifs Docteur Lionel Védrine Hôpital du Val-de-Grâce Paris Le cancer, facteur prédictif de thrombose veineuse 1865: syndrome de Trousseau Dans certains cas,

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA VACCINATION ANTI-HPV DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

MISE EN PLACE DE LA VACCINATION ANTI-HPV DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT MISE EN PLACE DE LA VACCINATION ANTI-HPV DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Dr Alima Essoh Coordinatrice Afrique pour l Introduction des nouveaux vaccins Actualités du Pharo, 7-9 octobre 2015 Plan Rappels

Plus en détail

MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale

MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale Définitions OMS 1996 Ménopause : arrêt définitif des menstruations Aménorrhée persistante 12 mois faisant suite

Plus en détail

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Le cancer de prostate AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA = 2,35 ng/ml L/T = 11% TR normal echo normale Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA

Plus en détail

Principes de l Evidence Based-Medicine (médecine basée sur les faits)

Principes de l Evidence Based-Medicine (médecine basée sur les faits) Principes de l Evidence Based-Medicine (médecine basée sur les faits) Dr Roch Giorgi roch.giorgi@ap-hm.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté

Plus en détail

Evidence Based Medecine

Evidence Based Medecine 19 Mars 2008 Evidence Based Medecine La médecine fondée sur les preuves Vianney JOUHET ISP Définition «il s'agit, pour assurer correctement la prise en charge d'un malade donné, de revoir ce que la littérature

Plus en détail

Faut-il un dépistage systématique dans les maladies de surcharge lysosomale? Ségolène Aymé

Faut-il un dépistage systématique dans les maladies de surcharge lysosomale? Ségolène Aymé Faut-il un dépistage systématique dans les maladies de surcharge lysosomale? Ségolène Aymé ayme@orpha.net Dépistage en population Problèmes spécifiques: - Les individus concernés sont par définition à

Plus en détail

Le Diagnostic. Marqueurs, Stratégies, Evaluation

Le Diagnostic. Marqueurs, Stratégies, Evaluation Le Diagnostic Marqueurs, Stratégies, Evaluation Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr/

Plus en détail

Devrais-je subir un test de dépistage du cancer de la prostate? Ce que vous devez savoir au sujet du test de l APS

Devrais-je subir un test de dépistage du cancer de la prostate? Ce que vous devez savoir au sujet du test de l APS Devrais-je subir un test de dépistage du cancer de la prostate? Ce que vous devez savoir au sujet du test de l APS Devrais-je subir un test de dépistage du cancer de la prostate? Ce que vous devez savoir

Plus en détail

LES TUMEURS DE LA PROSTATE. Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic

LES TUMEURS DE LA PROSTATE. Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic Faculté de Médecine Paris 7 - Denis Diderot Département de FMC LES TUMEURS DE LA PROSTATE Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic Professeurs Vincent DELMAS et Alain EDDI 1 Classement des cancers par

Plus en détail

Agression à l égard du personnel de soins dans les institutions de santé Importance des facteurs de contexte

Agression à l égard du personnel de soins dans les institutions de santé Importance des facteurs de contexte Agression à l égard du personnel de soins dans les institutions de santé Importance des facteurs de contexte Karin Stutte Conférence SHURP, Berne, le 3 février 2016 Contexte (I) Le comportement agressif

Plus en détail

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

Démarche de développement des. transformation Lean

Démarche de développement des. transformation Lean Démarche de développement des compétences des cadres pour une transformation Lean Stéphanie Thibert, Richard Cloutier et Pierre Collerette Direction des ressources humaines Le 23 mai 2014 Contexte initial

Plus en détail

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques Evaluation des procédures diagnostiques Objectifs pédagogiques Evaluer un signe, un examen, une décision médicale en calculant leur sensibilité et leur spécificité, leurs valeurs prédictives positives

Plus en détail

LE BON USAGE DU MEDICAMENT

LE BON USAGE DU MEDICAMENT LE BON USAGE DU MEDICAMENT L optimisation du rapport bénéfice risque des médicaments La minimisation du risque thérapeutique pour le patient. Une meilleure allocation des ressources disponibles Reposent

Plus en détail

Notions de méta-analyses

Notions de méta-analyses Notions de méta-analyses Dr Roch Giorgi roch.giorgi@ap-hm.fr LERTIM, Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Marseille, France http://cybertim.timone.univ-mrs.fr Introduction Technique développer

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES FACULTE DE MEDECINE DE CONSTANTINE ANNEE UNIVERSITAIRE : 2014-2015 EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Dr S. AMAROUCHE Maitre assistante en Epidémiologie Université 3 de Constantine 1 I. INTRODUCTION

Plus en détail

Le test CINtec PLUS. Sa place dans la prise en charge des frottis cervico-utérins anormaux

Le test CINtec PLUS. Sa place dans la prise en charge des frottis cervico-utérins anormaux Le test CINtec PLUS Sa place dans la prise en charge des frottis cervico-utérins anormaux Cancer du col utérin Les chiffres clés Chaque année : 500 000 - de 3 000 1100 nouveaux cas dans le monde 1 nouveaux

Plus en détail

Vers une administration publique du savoir en santé et services sociaux

Vers une administration publique du savoir en santé et services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale de la planification, de la performance et de la qualité Vers une administration publique du savoir en santé et services sociaux Luc Castonguay

Plus en détail

VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015

VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015 VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015 Professeur Alain Sobel Président du Corevih Ile de France Sud Centre de Diagnostic et de Thérapeutique Hôtel-Dieu

Plus en détail

Prévention et dépistage

Prévention et dépistage Prévention et dépistage Groupe de travail «risques sanitaires» 17 novembre 2010 M Mounier Dépister Découvrir ce qui n est pas apparent Déceler, Détecter, Mettre en évidence Antoine Laurent Lavoisier (1743-1794)

Plus en détail

UE 4 Séance 3: EPIDEMIOLOGIE

UE 4 Séance 3: EPIDEMIOLOGIE UE 4 Séance 3: EPIDEMIOLOGIE 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION II. LES BIAIS III. LES INDICATEURS IV. EPIDEMIOLOGIE OBSERVATIONNELLE V. EPIDEMIOLOGIE EXPERIMENTALE VI. CONCLUSION VII. EXERCICES 2 I. INTRODUCTION

Plus en détail

Diagnostic rapide de la mélioïdose une méta-analyse

Diagnostic rapide de la mélioïdose une méta-analyse Tests de diagnostic rapide en infectiologie tropicale Quels besoins? Quelles disponibilités? Quelles bonnes pratiques? Institut Pasteur - 28 mai 2014 Diagnostic rapide de la mélioïdose une méta-analyse

Plus en détail

Evaluation des prestations médicales

Evaluation des prestations médicales Dossier thématique 1/11 Politique de santé Faits relatifs à des questions de politique de santé et position de l industrie pharmaceutique Health Technology Assessment Evaluation des prestations médicales

Plus en détail

Les nouvelles recommandations en colposcopie chez les adolescentes Pédale douce!

Les nouvelles recommandations en colposcopie chez les adolescentes Pédale douce! Les Rencontres de Prangins Prangins, 3 décembre 2009 Les nouvelles recommandations en colposcopie chez les adolescentes Pédale douce! Stefan Gerber Maternité HUG, Genève Département de gynécologie Fribourg

Plus en détail

CIRCUIT DU MALADE DANS LE PSORIASIS. Marie Beylot-Barry Michel Le Maître

CIRCUIT DU MALADE DANS LE PSORIASIS. Marie Beylot-Barry Michel Le Maître CIRCUIT DU MALADE DANS LE PSORIASIS Marie Beylot-Barry Michel Le Maître Patrick R 45 ans Psoriasis depuis l âge de 25 ans A eu des traitements locaux multiples > 250 séances de PUVA et UVB Essai de Soriatane

Plus en détail

Soirée d information en cancérologie

Soirée d information en cancérologie Soirée d information en cancérologie Mardi 14 octobre 2014 Patrick Margaine Le plan de ce travail Prévention Epidémiologie Facteurs de risques Dépistage Les moyens de dépistage La biopsie Les controverses

Plus en détail

Les VIèmes journées internationales de cancérologie de Constantine 15-17 OCTOBRE 2010

Les VIèmes journées internationales de cancérologie de Constantine 15-17 OCTOBRE 2010 Les VIèmes journées internationales de cancérologie de Constantine 15-17 OCTOBRE 2010 LA PROSTATECTOMIE RADICALE L EXPERIENCE DU SERVICE D UROLOGIE DU CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE BAB-EL-OUED Alger K.BENAKILA,

Plus en détail

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures)

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Reconnaissance OPQ : # RA00612-13 SOFÉDUC : 2 unités d éducation continue Intervenir auprès de la personne suicidaire à l aide de bonnes pratiques

Plus en détail

LES FACTEURS CONTEXTUELS INFLUENÇANT LE MODÈLE DE HIÉRARCHISATION DES SOINS MIS EN PLACE SUR LE TERRITOIRE DU CSSS LUCILLE- TEASDALE

LES FACTEURS CONTEXTUELS INFLUENÇANT LE MODÈLE DE HIÉRARCHISATION DES SOINS MIS EN PLACE SUR LE TERRITOIRE DU CSSS LUCILLE- TEASDALE LES FACTEURS CONTEXTUELS INFLUENÇANT LE MODÈLE DE HIÉRARCHISATION DES SOINS MIS EN PLACE SUR LE TERRITOIRE DU CSSS LUCILLE- TEASDALE Véronique Wilson, ergothérapeute-hôpital Maisonneuve- Rosemont, candidate

Plus en détail

Référentiel de compétences en éducation pour la santé

Référentiel de compétences en éducation pour la santé Référentiel de compétences en éducation pour la santé Version synthétique septembre 2012 Comité consultatif pour l élaboration des programmes de formation en éducation pour la santé (Décret n 2006-57 du

Plus en détail

Passage au test immunologique Les points clés du nouveau dispositif

Passage au test immunologique Les points clés du nouveau dispositif PROGRAMME NATIONAL DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL Passage au test immunologique Les points clés du nouveau dispositif SOMMAIRE : I - Le dépistage du cancer colorectal chez les personnes à risque

Plus en détail

Contexte et enjeux pour les CECAM

Contexte et enjeux pour les CECAM Enjeux et impacts de la microfinance rurale à Madagascar : Etude d impact du réseau des Caisses d épargne et de crédit mutuel de Madagascar (CECAM) (2003-2007) BIM n - 24 octobre 2006 Emmanuelle BOUQUET

Plus en détail

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : Concernant les cancers A. C

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal: les recommandations persistent et se précisent! Lignes directrices 2016 du GÉCSSP

Dépistage du cancer colorectal: les recommandations persistent et se précisent! Lignes directrices 2016 du GÉCSSP Dépistage du cancer colorectal: les recommandations persistent et se précisent! Lignes directrices 2016 du GCSSP Stéphane Groulx,.D., CC, C embre du GCSSP édecin de famille, G Pierre-Boucher, Longueuil

Plus en détail

La consultation de la femme autour de 50 ans. Péri-ménopause Ménopause Un deuil ou une nouvelle vie?

La consultation de la femme autour de 50 ans. Péri-ménopause Ménopause Un deuil ou une nouvelle vie? La consultation de la femme autour de 50 ans Péri-ménopause Ménopause Un deuil ou une nouvelle vie? DUMG Rouen 2008 1 Quelles particularités? o Périménopause Gestion contraception et arrêt Gestion des

Plus en détail

Bénévolat : Une intervention en activité physique pour les personnes âgées Programme. Experience Corps à Baltimore

Bénévolat : Une intervention en activité physique pour les personnes âgées Programme. Experience Corps à Baltimore Bénévolat : Une intervention en activité physique pour les personnes âgées Programme Fiche No 41 Experience Corps à Baltimore Tan EJ, Xue Q, Li T, Carlson MC, Fried LP. Volunteering: A Physical Activity

Plus en détail

Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme

Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme Expérimentation à partir du programme Fluppy Jenny Tremblay Doctorante en Administration et évaluation en éducation, Université

Plus en détail

travail S.FEHRI Institut de santé et de sécurité au

travail S.FEHRI Institut de santé et de sécurité au PROMOTION DE LA SANTE EN MILIEU DE TRAVAIL «La prévention du diabète» Promouvoir la santé globale des travailleurs au cours de l exercice de la médecine du travail S.FEHRI Institut de santé et de sécurité

Plus en détail

L EBM. Et le diabète. J.Birgé Séminaire Diabète Metz 12 & 13 octobre 2012

L EBM. Et le diabète. J.Birgé Séminaire Diabète Metz 12 & 13 octobre 2012 1 L EBM Et le diabète Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques, et de parcours de soins et maladies chroniques de la HAS Je déclare

Plus en détail

Seuils d intervention thérapeutique : l état des lieux. Professeur Thierry Thomas, Saint-Etienne

Seuils d intervention thérapeutique : l état des lieux. Professeur Thierry Thomas, Saint-Etienne Seuils d intervention thérapeutique : l état des lieux Professeur Thierry Thomas, Saint-Etienne Stratégie dans l Ostéoporose Post-Ménopausique En l Absence de Fracture 60 à 80 Ans (Afssaps 2006) RECHERCHE

Plus en détail