Influence de la veille stratégique sur le processus de conception

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Influence de la veille stratégique sur le processus de conception"

Transcription

1 Influence de la veille stratégique sur le processus de conception Caroline Prat*, Sylvie Mira-Bonnardel** * Ecole Centrale de Paris Laboratoire Génie Industriel Grande voie des Vignes Châtenay-Malabry ** Ecole Centrale de Lyon Département CLES 36, avenue Guy de Collongue Ecully Cedex RÉSUMÉ Dans notre champ de recherche qu est la conception, nous nous intéressons à l influence de la veille stratégique sur le processus de conception. En partant du postulat suivant : «les entreprises sont de plus en plus confrontées à l instabilité de leur environnement (concurrents, fournisseurs, clients...)», nous pressentons le travail conjoint entre veilleurs et acteurs du processus de conception comme facteur clé de réussite. En dévoilant les tendances du marché, le veilleur aiguille les différents acteurs du processus de conception dans leurs choix, tant stratégiques qu opérationnels, afin que le produit soit en meilleure adéquation avec le marché lors de sa sortie. MOTS-CLÉS Information, Signal d alerte précoce, Veille stratégique, Reverse-engineering, Conception. 1 INTRODUCTION D'après Carlo Revelli [10], «Tout organisme doit apprendre à maîtriser les flots informationnels avant de prendre une quelconque décision stratégique». Effectivement, les positions des concurrents évoluent, de nouveaux entrants arrivent sur le marché, des domaines technologiques s ouvrent, sans oublier l instabilité des fournisseurs et sous-traitants, ainsi que bien évidemment l évolution des désirs des clients Face à la rapidité de ces multiples mutations, la quête d information permettant la prise de décision pertinente est devenue vitale, selon Daniel Rouach [12]. Néanmoins les entreprises sont confrontées à de redoutables pièges, tels que le manque ou le surplus d informations, la montée de l incertitude et de l instabilité dans l environnement décisionnel Pour résoudre ces dysfonctionnements les entreprises s éveillent à la veille stratégique afin de «circonscrire l incertitude, maîtriser partiellement l'instabilité et se hisser à une vision globale du monde et de ses changements», pour Robert Salmon [12]. De façon imagée, Francis-Joseph Aguilar [1] compare la veille stratégique de l entreprise au radar du navire, puisqu elle vise à détecter des événements avant qu il ne soit trop tard pour pouvoir agir, cela allant de la création ou découverte d opportunités à la réduction des risques liés à l incertitude. Ainsi la veille stratégique, en intervenant à tous les niveaux de l organisation, du stratégique à l opérationnel, est une condition sine qua non de performance pour l entreprise. Après une définition des aspects ontologique, structurel et génétique de la veille stratégique, nous nous focaliserons sur l influence de la veille stratégique sur le processus de conception, tout d abord d un point de vue théorique, puis au travers d'un cas clinique. 10 ième Séminaire CONFERE, 3-4 Juillet 2003, Belfort France, pp

2 2 LA VEILLE STRATEGIQUE : UN OUTIL STRATEGIQUE ET OPERATIONNEL 2.1 Aspect ontologique Nous définissons la veille stratégique comme un processus suivant une démarche rigoureuse, continue et itérative visant à une surveillance active de l environnement (technologique, concurrentiel, commercial, etc) d une entreprise, par une exploitation systématique et organisée de l information. Cette approche méthodique est le moyen pour l entreprise de faire émerger les éléments stratégiques de la masse d information disponible aujourd hui. Les principaux objectifs sont de se tenir informé des innovations dans le secteur, voire dans d autres secteurs, de repérer toutes les innovations utiles assurant l aide aux développements techniques, d anticiper les évolutions, pour créer ou découvrir des opportunités, prévenir et détecter les menaces, réduire les risques liés à l incertitude En résumé, la veille stratégique est un outil permettant de sauvegarder et faire croître l entreprise. La veille stratégique est un terme générique qui englobe : Å La veille technologique : désigne les recherches ayant trait aux acquis scientifiques et techniques, aux produits ou services, aux procédés de fabrication, aux matériaux... Ç La veille concurrentielle : porte sur les concurrents actuels ou potentiels. É La veille commerciale : concerne les fournisseurs et sous-traitants, les clients ou les marchés Ñ La veille environnementale : désigne le reste de l'environnement de l'entreprise, comme les aspects politique, géopolitique, socioculturelle, réglementaire, juridique, législative... Ç VEILLE CONCURRENTIELLE Entrants potentiels Fournisseurs É VEILLE COMMERCIALE Concurrents du secteur Substituts Å VEILLE TECHNOLOGIQUE Ñ VEILLE ENVIRONNEMENTALE Clients É VEILLE COMMERCIALE Figure 1 : Aux 5 forces concurrentielles du marché identifiées par Michael Porter [9], 4 types de veille peuvent être associés, Bruno Martinet et Jean-Michel Ribault [7] 2.2 Aspect structurel Plusieurs représentations du processus de veille stratégique existent, nous avons retenu celle d'humbert Lesca [6] qui nous paraît être la plus pertinente. Ce processus de veille stratégique est composé de plusieurs sous-processus dont la réussite de chacun est une condition nécessaire pour la performance du processus global, sans oublier l importance de l interaction entre chacune des phases! Il est présenté en haut de la page suivante. Trop d'informations tue l'information, c'est pourquoi la cible (types d informations à surveiller) doit être en adéquation avec la stratégie de l'entreprise. La traque de ces informations est organisée non seulement à l'extérieur de l'entreprise mais aussi à l intérieur, où de nombreuses informations sont déjà présentes. Lors de la sélection de ces informations, la fiabilité de la source et de l'information doivent être évaluées, l idéal étant d avoir un recoupement d informations issues de diverses sources. Les veilleurs dispersés dans l'entreprise font remonter les informations pour les stocker. Un puzzle, effectué à partir des signaux faibles recueillis, permet de prévoir un événement. Cette information est diffusée aux catégories d acteurs concernés en vue d'une exploitation. 160

3 Réseau externe Récepteurs externes Emetteurs externes Informations externes 2. Traque Informations internes Emetteurs internes 1. Ciblage 3. Sélection 8. Exploitation Récepteurs internes 7. Diffusion Réseau interne 4. Circulation 5. Stockage 6. Transformation des signaux faibles en force motrice Entreprise Environnement Figure 2 : Processus de veille stratégique inspiré du modèle conceptuel d'humbert Lesca [6] Le processus de veille stratégique proposé est composé du modèle d Humbert Lesca [6] auquel nous avons ajouté les caractères en italique : éléments essentiels à toute communication, c est-à-dire les réseaux, l un interne à l entreprise, l autre externe, comprenant des émetteurs et récepteurs et bien évidemment l information qui est au cœur du processus. Cette «frontière» entre acteurs internes et externes à l entreprise met en exergue une erreur souvent commise par les entreprises qui consomment une énergie considérable à rechercher des informations à l'extérieur de l'entreprise, alors qu une bonne identification du réseau interne et de ses bases de données est primordiale. Derrière l aspect illogique, voire inconscient, de l émission du fruit du travail de la cellule de veille à des récepteurs externes, peut se cacher une stratégie afin de «favoriser la prise de conscience d'un enjeu commun à une profession ou un secteur, faire connaître à certains partenaires clés le lancement d'un nouveau produit, l'évolution d'une gamme», d'après Alain Bloch [4]. La diffusion interne est fonction du type d organisation de l entreprise. Dans le cas d une organisation dite «par fonction» ou «verticale», l'information spécifique est émise uniquement en direction des récepteurs immédiatement concernés, ce qui risque de privilégier un aspect local de l activité au détriment de la performance globale. De plus, les récepteurs ne sont pas stables, dans le sens où ils peuvent être mutés, changer de projet, élargir leurs compétences, etc, ce qui pourrait rendre caduque, voire inadaptée l information transmise. C est pourquoi une nouvelle approche de l organisation émerge au sein des entreprises : «La logique des métiers est alors remplacée par la logique des activités», selon Jean-Claude Bocquet et Franck Marle [5]. Cette organisation dite «processus» ou «horizontale» consiste à diffuser simultanément les mêmes informations aux différents acteurs d un processus, elle permet d éviter l écueil des boucles de rétroaction intempestives dans le processus de conception par exemple. Ce propos peut être illustré ainsi : «Dans une entreprise pratiquant le reverse-engineering, la formule de composition d une pièce plastique d un produit concurrent est obtenue par le veilleur. Cette nouvelle matière est moins chère. Le veilleur informe les acheteurs, qui vont ainsi pouvoir faire baisser le coût de revient. S ils décident d approvisionner l entreprise de cette nouvelle matière sans en faire part aux concepteurs, ils risquent d être surpris du résultat : le gain financier n aura pas lieu, en revanche le nombre de retour client lui aura un coût, car les caractéristiques de cette nouvelle matière sont moindres. Si l entreprise était organisée par activités et non par métiers, l erreur n aurait pas eu lieu.» 161

4 Comment apprécier la valeur d'une information sachant qu'elle relève de plusieurs paramètres? Les caractéristiques de l'information qui vont décider si elle sera retenue ou non sont sa pertinence, son caractère anticipatif, sa fiabilité, sa nouveauté, son urgence, son type. Il faut pouvoir l'argumenter et évaluer sa qualité pour décider de l'urgence de son traitement. Or, comme l'intensité du signal évolue dans le temps, il faut savoir le traiter au plus tôt afin d'anticiper au plus juste les changements induits sur l'environnement. «En matière d intelligence économique et de veille, où prendre l avantage sur un concurrent signifie souvent disposer d une information avant lui, le facteur temps revêt une importance fondamentale», Alain Bloch [4]. Types de signaux Intensité du signal Signaux nouveaux, isolés, sporadiques T Convergence de signaux Début de quantification Délai de manœuvre pour réagir Signaux organisés Début de menace Faits commerciaux E : événement réalisé S : signal fort, mais tardif E : événement annoncé S : signal faible, mais précoce T Temps Exemples Création de nouveaux locaux Embauche d un ingénieur spécialisé Annonce dans la presse spécialisée Lancement du nouveau produit Figure 3 : Association du signal d alerte précoce, Harry-Igor Ansoff [2] et de la courbe d observation des changements, Maurice Reyne [11] L'événement E, exprimé par le signal S d intensité maximale, est totalement réalisé au moment T, plus aucune marge de manœuvre n est possible, il est trop tard pour agir! La capture de l'événement annoncé E', exprimé par le signal S' de faible intensité, qu'amorcé au moment T', aurait été préférable. Le délai de manœuvre aurait permis de ne pas être mis devant le fait accompli, et ainsi pouvoir agir, voire réagir. La première information semble quelconque mais l'action qu'elle génère est cruciale, comme l illustre cette citation d Alain Bloch [4] : «Maintenir ou conquérir un avantage concurrentiel sur ses concurrents, c est accéder avant eux aux informations et signaux qui permettront d anticiper les besoins et réactions du marché, le lancement d un nouveau produit, un changement de législation, la découverte d un nouveau process ou d une nouvelle technologie». Néanmoins, il faut savoir être prudent dans les hypothèses émises et vérifier à chaque étape si la supposition correspond à la réalité. 2.3 Aspect génétique 80% des coûts engagés, par une entreprise manufacturière, durant le cycle de vie d un produit, le sont durant la phase de conception, d où l importance pour les acteurs du processus de conception de travailler en coopération avec les veilleurs. La réflexion de Christophe Midler [8] sur la convergence des projets peut se transposer aux projets de conception : «La première conséquence de l irréversibilité des projets est l importance de l inertie de leurs dispositifs de pilotage. Plus tardive est la détection d un problème, plus long est le délai d élaboration d une solution, et moins grands sont les degrés de liberté disponibles pour les résoudre efficacement et à moindre coût. La seconde conséquence est que l accélération de la convergence ne passe pas par une translation de la courbe des décisions vers l amont : décider quand l incertitude est trop forte, loin de raccourcir le processus, risque de le rallonger à cause des modifications induites. En amont, la non-décision est payante, dans la mesure où elle ne bloque pas le processus d exploration. En aval au contraire, la rapidité de la décision doit, comme on l a vu, l emporter sur la finesse des analyses : la valeur de cette information tardive sera dans tous les cas faible au regard des coûts d immobilisation et d obsolescence. Le gain de temps sur la convergence des projets se gagne donc des deux cotés à la fois : en commençant à décider plus tard, et en finissant plus tôt». 162

5 Degrés de liberté sur le projet Niveaux de connaissance sur le projet Convergence rapide des projets Convergence lente des projets Temps Figure 4 : Convergence des projets : un apprentissage articulant décisions irréversibles et acquisition d informations, Christophe Midler [8] La veille stratégique est un élément essentiel au processus de conception. Un état des lieux est nécessaire en amont du processus, pour anticiper les tendances du marché, pour savoir ce qui se fait chez les concurrents, pour connaître les innovations technologiques présentes ou futures et voir si elles peuvent être intégrées mais aussi tout au long du processus afin de connaître toutes les nouveautés en terme de produit, technologie, norme et ainsi pouvoir réagir plus tôt dans le processus afin que les niveaux de connaissances sur le produit ne soient pas trop élevés, que les degrés de liberté ne soient pas trop faibles et que les coûts engagés ne soient pas trop importants 3 INFLUENCE DE LA VEILLE STRATEGIQUE SUR LE PROCESSUS DE CONCEPTION 3.1 De la théorie... «La mise en place d un projet d intelligence économique n est pas neutre : l information est à n en plus douter l un des actifs de l entreprise les plus difficiles à manipuler, d une part parce que des enjeux forts de pouvoir y sont associés, mais aussi parce qu elle innerve l ensemble des processus de l entreprise, et en particulier le processus de création de produits», selon Alain Bloch [4] Informations issues de la veille : Å Technologique Ç Concurrentielle É Commerciale Ñ Environnementale É Ç Å Ñ Å É Å Ñ Besoin identifié Traduction du besoin par l entreprise Cahier des charges fonctionnel Définition du produit Concepts directeurs validés Cahier des charges concepteurs Définition du produit Dossier produit Validation du produit Prototype Test utilisateur PHASE 1 : Traduction du besoin PHASE 2 : Interprétation du besoin (par recherche de concepts) PHASE 3 : Définition du produit PHASE 4 : Validation du besoin Industrialisation Figure 5 : Influence de la veille stratégique sur le processus de conception, inspiré de la démarche de conception d'améziane Aoussat et de Marc Le Coq [3] 163

6 A la démarche de conception proposée par Améziane Aoussat et Marc Le Coq [3], nous avons ajouté les flux d information issus de la veille, afin de mieux comprendre quel(s) type(s) d information influenc(ent) quelles phases du processus de conception. Lors de la phase de traduction du besoin identifié par l entreprise, la veille stratégique permet d offrir une meilleure vision de l'environnement du projet grâce aux connaissances du marché, des besoins clients, de la concurrence, des technologies et de l'environnement. Pour interpréter le besoin, le champ d'investigation des concepts doit être élargi au maximum afin de répondre à la traduction du besoin, le but étant de proposer des concepts directeurs validés en fonction des veilles technologique et commerciale et de la stratégie de l'entreprise. Pour la définition du produit à concevoir, la veille technologique permet d'aider le concepteur dans ses choix de solutions, tout en intégrant les informations issues de la veille environnementale à la pratique... Le cas présenté est celui d'une entreprise manufacturière développant et fabriquant des produits électroménagers. La cellule de veille dépend de la direction Recherche et Développement. Bien que l'entreprise se situe dans un secteur très concurrentiel, le veilleur est essentiellement seul, des experts viennent à sa demande et une personne travaillant sur l'analyse de la valeur l'assiste lors du démontage de machines concurrentes. La mission du veilleur est de savoir répondre à tout moment, le plus précisément possible, aux différentes questions énoncées ci-dessous (la liste n étant pas exhaustive) : Types Questions Objets de réponses Localisations Å Veille technologique Ç Veille concurrentielle É Veille commerciale Ñ Veille environnementale Quelles sont les matières premières innovantes? Quels sont les composants nouveaux ou d avenir? Quelles sont les nouveautés techniques? Quelles sont les évolutions dans les secteurs annexes au domaine de l entreprise? Est-ce que les concurrents déposent des brevets? Quels laboratoires travaillent pour les concurrents? Quels sont les travaux en cours de ces derniers? Quels sont les concurrents locaux et mondiaux? Quels produits fabriquent-ils? Quelles sont les caractéristiques de leurs machines? Quelle est leur stratégie? Sur quoi communiquent-ils? Dans quels pays le groupe peut-il et veut-il exporter? Peut-il mettre en adéquation ses produits avec les spécificités des marchés locaux? Quels sont les organisations consuméristes dans ces pays cibles? Quelles sont les cultures des pays cibles? Quels sont leurs niveaux de vie? Quelles sont leurs habitudes de vie et de consommation? Quels sont leurs milieux climatiques? Quelles sont les normes en vigueur? Nouveaux produits Nouveaux services Nouveaux procédés Nouveaux axes de R&D Nouveautés dans le domaine de l entreprise Technologies émergentes Innovations de rupture Nouveaux entrants Nouveaux produits Analyse de la stratégie et de la communication des concurrents Parts de marché Prix de vente Meilleures ventes Tendances de marché Attentes des consommateurs Observation et analyse statistique des populations et de leurs environnements Normes Salons Fournisseurs Revues spécialisées, scientifiques, techniques Publications, thèses Base de données INPI Réseau d expert Salons Revendeurs Revues spécialisées Publicité Internet Etudes de marché NIELSEN Revendeurs Publicité Internet Organismes locaux Livres, documents Statistiques Normes La démarche du veilleur commence par une surveillance de la sortie ou l évolution des gammes de machines concurrentes, ainsi que leur outil de production. Elle se nourrit de différentes sources : Revues génériques : L Usine Nouvelle, Industries et Techniques Revues professionnelles : Univers Hebdo, Confortique, Appliance (Amérique), Appliance Manufacturer (Amérique), Elektro Händler (Allemagne) Revues consuméristes : Que Choisir, 60 millions de consommateurs, Test-Achats Magazine (Belgique), Stiftung Warentest (Allemagne), Altroconsumo (Italie) Points de vente : le veilleur analyse les linéaires (machines, prix, promotions, performances techniques, caractéristiques, arguments de vente ), puis questionne les vendeurs sur les tendances des marchés locaux et sur les aspirations des consommateurs Internet : il surveille les marchés grâce aux sites des concurrents et des domaines d activité proches de ceux de l entreprise et aux sites de vente par correspondance. Il recherche des signaux d alerte précoce sur les concurrents, les entrants potentiels, les substituts, les fournisseurs, sur les tendances du gros et du petit électroménager 164

7 La surveillance de l environnement permet au veilleur d établir une liste de produits à analyser. Il répond soit à un besoin identifié par l entreprise, en se constituant un panel de machines concurrentes sur un segment de marché précis, soit à un besoin potentiel, en analysant une machine innovante. Deux machines sont achetées : l une pour être démontée et analysée (rétro ou reverse-engineering), l autre pour des essais en laboratoire. Le reverse-engineering enrichit la base de données en analysant les divers composants (fournisseurs, matériaux, dimensions, poids ), les procédés techniques utilisés, les processus de fabrication, les innovations technologiques... L analyse fonctionnelle est effectuée par sous-ensembles de la machine : emballage, habillage, cuve, tambour, palier... L analyse de la valeur la complète en reconstituant la totalité des coûts de fabrication de la machine. Cette démarche permet d étudier les différentiels de coûts de production entre les produits de l'entreprise et des concurrents, en analysant le coût global et les coûts par fonction, d étudier les points remarquables des produits pour une éventuelle exploitation, de vérifier que les concurrents ne copient pas les solutions brevetées par l'entreprise, d utiliser les points faibles des produits concurrents pour développer des argumentaires favorables aux produits du groupe Deux types d'informations découlent du reverse-engineering : les unes relatives aux meilleures techniques : «BEST OF», les autres aux meilleures technologies : «BEST PRACTICES». Lorsque ces solutions sont validées par les laboratoires, elles sont proposées aux différentes personnes du processus de conception, sous la forme d un produit virtuel, composé des meilleures solutions par fonction, mais il ne s'agit pas d'additionner toutes les solutions entre elles, car elles peuvent être incompatibles 3.3 : attention aux distorsions Bien que la cellule de veille offre à l entreprise de nombreux avantages (détection des menaces et des opportunités, aide à la décision...), son activité peut comporter des dysfonctionnements Organisation et fonctionnement de la cellule de veille La cellule de veille doit relever de la direction générale de l entreprise, sinon, n'étant pas informée des changements de cible, elle ne cherchera pas les informations en adéquation avec la stratégie. De par l idiosyncrasie des veilleurs, la mise en place d un système souple conduisant à des actions homogènes est nécessaire pour supprimer toute perte de temps ainsi que les disparités dans le travail effectué Identification des besoins Si les besoins sont mé ou mal connus, il sera difficile de choisir les bons thèmes de recherche, les bonnes actions à mener, les bons produits à analyser... Les thèmes peuvent être transversaux, évoluer et leurs limites pas toujours faciles à cerner. Le veilleur risque de se mettre à une écoute trop large ou au contraire trop limitée. Il est donc important de bien travailler la phase de ciblage, savoir prendre du recul sur un thème et se demander à quoi servira l information recueillie Choix des sources Si la source retenue n'est pas représentative du domaine, l'interprétation des données risque d'être erronée. Plusieurs sources devront être choisies pour recouper ou compléter l information et des experts devront valider l information recueillie sur Internet. Un autre problème réside dans l évolution des sources : certaines meurent alors que d autres naissent ; la cellule devra toujours être en éveil et modifier ce qu'elle propose aux veilleurs, en fonction de la fiabilité et de la pertinence de ces sources Caractéristiques de l'information La surcharge de l information envahissant tous azimuts les traqueurs, sa mauvaise circulation (lenteur, pertes, etc), son arrivée trop tardive, sa rétention à certains niveaux entraînent un mauvais partage de l information ou alors une dissémination ne permettant pas de la recouper Stockage de l'information Par manque de temps ou de méthode, certains dossiers sont classés sans que l information n ait vraiment été analysée et synthétisée. Elle ressemble plus à des données brutes qu'à des informations à véritable valeur ajoutée. De plus, stocker trop d'informations est un piège, le but n'est pas de cumuler des données comme dans une base documentaire, mais de ne retenir que celles qui sont potentiellement stratégiques pour les mettre à disposition le temps de leur validité, puis les supprimer. 165

8 Les bases de données ainsi constituées ne sont pas forcément très volumineuses Diffusion de l information La mission du veilleur est de donner la bonne information, au bon moment, à la bonne personne, pour prendre la bonne décision, mais sans cartographie des différents acteurs, comment savoir qui travaille sur quoi et donc à qui peut profiter l'information, sans oublier le corollaire qui est : que doit chercher le veilleur sans connaissance de la cible, des projets et de leurs acteurs. Et comment faire prendre en compte les informations car nombreuses sont les personnes pensant ne rien avoir à apprendre de la concurrence et préférant par conséquent réinventer la roue Motivation Arriver à motiver l'ensemble du personnel est primordial pour le bon fonctionnement du processus de veille. Mais comment mesurer l'impact réel du travail réalisé par les veilleurs, afin qu ils puissent voir concrètement les résultats de leurs efforts et qu ils se sentent utiles à l organisation. La direction devra montrer un certain intérêt pour le projet, sinon la motivation des employés s'affaiblira. Elle devra aussi collaborer avec la cellule de veille pour mandater les personnes devant collecter l'information, ainsi il y aura plus de probabilités que l'opération réussisse. 4 CONCLUSION Dans notre monde où l'information est reine, il est très difficile de séparer l'ivraie du bon grain. La veille stratégique et plus récemment l'intelligence économique permettent à l entreprise de mieux connaître son environnement, dans les buts avoués de créer ou découvrir des opportunités, de prévenir et détecter les menaces, afin de doper le marché. Lors de la présentation du processus de conception, nous avons vu que l'entreprise doit s'ouvrir sur l'extérieur et récupérer des signaux d'alerte précoce afin que le produit soit en meilleure adéquation avec le marché lors de sa sortie, mais il faut aller plus loin. L entreprise doit mettre en place une politique de gestion des connaissances et des compétences pour passer d une base de données statique à une base de connaissances dynamique ; la connaissance étant la mise en action de l information. Cette démarche de Knowledge Management permettra d identifier les porteurs de savoirs, ainsi que leurs connaissances et compétences stratégiques, et de développer l avance technologique de l entreprise dans des créneaux identifiés. 5 BIBLIOGRAPHIE [1] Aguilar, F.J. (1967). Scanning the business environment. New-York: MacMillan. [2] Ansoff, H.I. (1976). Managing strategic surprise by response to weaks signals (pp ). California Management Review, vol. XVII, n 2 [3] Aoussat, A., & Le Coq, M. (1998). Conception de produits mécaniques : méthodes, modèles et outils (pp ). Paris: Hermès. [4] Bloch, A. (1999). L'intelligence économique. Paris: Economica. [5] Bocquet, J.C., & Marle, F. (2002). Processus et management de projet d'innovation. Communication présentée au colloque LCGI1. Lyon, France, Avr. [6] Lesca, H. (1994). Veille stratégique. Villeurbanne: Aster. [7] Martinet, B., & Ribault, J.M. (1988). La veille technologique, concurrentielle et commerciale. Paris: Les Editions d'organisation. [8] Midler, C. (1993). L auto qui n existait pas. Paris: InterEditions. [9] Porter, M. (1986). L'avantage concurrentiel. Paris: InterEditions. [10] Revelli, C. (1998). Intelligence stratégique sur Internet. Paris: Dunod. [11] Reyne, M. (1990). Le développement de l entreprise par la veille technologique. Paris: Hermès. [12] Rouach, D., & Salmon R. (introduction) (1999). La veille technologique et l intelligence économique. Paris: Presses Universitaires de France. 166

CIHEAM-IAMM - Janvier 2002 Synthèse documentaire - C. Adamolle. VEILLE STRATEGIQUE & RESEAU INTERNET des outils et méthodes à maîtriser

CIHEAM-IAMM - Janvier 2002 Synthèse documentaire - C. Adamolle. VEILLE STRATEGIQUE & RESEAU INTERNET des outils et méthodes à maîtriser CIHEAM-IAMM - Janvier 2002 Synthèse documentaire - C. Adamolle VEILLE STRATEGIQUE & RESEAU INTERNET des outils et méthodes à maîtriser 2 PLAN : 1 ère Partie : L information : un outil de gestion stratégique

Plus en détail

Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle

Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle Intervenants : Mardi 5 septembre 2006 Séance 14h00 15h30 Janin AUDAS, EC,CAC, Arezki

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Ni naïf, ni paranoïaque : sachez protéger votre valeur ajoutée La veille stratégique Anticiper au moindre coût

Ni naïf, ni paranoïaque : sachez protéger votre valeur ajoutée La veille stratégique Anticiper au moindre coût Le 05 novembre 2013 Ni naïf, ni paranoïaque : sachez protéger votre valeur ajoutée La veille stratégique LA VEILLE, POURQUOI? 1. Enjeux de la démarche NE PAS PAYER LE COÛT DE L IGNORANCE 2. Intérêts pour

Plus en détail

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Histoire-Géographie Analyse économique Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Michel Claessens Professeur de Marketing, groupe ESC Nantes Atlantique. Les firmes évoluent dans un environnement

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation

Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation Document de Présentation Dakar, le 12 Novembre 2014 Présentation faite par Jean Louis PORTELLA Copyright VIZEUM M.C 1 L innovation

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

votre entreprise mode d emploi CCI de Saumur - 29 avril 2006 Philippe EPAILLARD

votre entreprise mode d emploi CCI de Saumur - 29 avril 2006 Philippe EPAILLARD Intelligence Économique CCI de Saumur : mode - 29 avril d emploi 2006 L intelligence Intelligence économique économique au cœur : de votre entreprise mode d emploi CCI de Saumur - 29 avril 2006 Philippe

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENVIRONNEMENT... 11 M. JANSSENS-UMFLAT

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENVIRONNEMENT... 11 M. JANSSENS-UMFLAT TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS................................................................... 7 PRÉFACE............................................................................ 9 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

LA VEILLE STRATEGIQUE

LA VEILLE STRATEGIQUE LA VEILLE STRATEGIQUE Les Yeux et les Oreilles de Votre Entreprise? Etude 3IE Dernière mise à jour : 01/12/01 3IE c/o EPITA, 14-16 Rue Voltaire 94276 Kremlin-Bicêtre Cedex Tel : 0153145936 Fax : 0153145928

Plus en détail

Le concept de veille. Définitions. Définition de l AFNOR

Le concept de veille. Définitions. Définition de l AFNOR Le concept de veille OPERMIND Alain DELABY / UFR TOURS Ecole Doctorale 17-18 et 19 mars 2004 1 Définitions Définition du Commissariat du Plan : L intelligence économique est l ensemble des actions coordonnées

Plus en détail

DOSSIER VEILLE. SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique. Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015

DOSSIER VEILLE. SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique. Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015 DOSSIER VEILLE SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique - Introduction à la veille - Guide du routard Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015 SOMMAIRE I - Définition et objectifs de la «veille»

Plus en détail

Veille Marketing. Le radar de votre entreprise

Veille Marketing. Le radar de votre entreprise Marketing Le radar de votre entreprise Octobre 2006 www.centredoc.ch 1 CENTREDOC Jaquet-Droz 1 2002 Neuchâtel +41 32 720 51 11 info@centredoc.ch www.centredoc.ch www.centredoc.ch 2 CENTREDOC Société coopérative

Plus en détail

DU METIER DE VENDEUR AU METIER DE RESPONSABLE COMMERCIAL : UN PARCOURS PAR ETAPES

DU METIER DE VENDEUR AU METIER DE RESPONSABLE COMMERCIAL : UN PARCOURS PAR ETAPES DU METIER DE VENDEUR AU METIER DE RESPONSABLE COMMERCIAL : UN PARCOURS PAR ETAPES Convention Collective Nationale de l Expédition- Exportation de fruits et légumes (CCN N 3233) Cet outil «passerelle» a

Plus en détail

Modeli catalogue de formation intra-entreprise 2012

Modeli catalogue de formation intra-entreprise 2012 catalogue de formation intra-entreprise 2012 2 - catalogue de formations Fondé en 2008, le cabinet de conseil accompagne ses clients dans les projets de transformation de leurs organisations. La complémentarité

Plus en détail

La veille. Plan. Problématique Définition La veille en question: Conclusion 29/11/2010. Pour qui? Pourquoi? Comment? Avec qui? Combien?

La veille. Plan. Problématique Définition La veille en question: Conclusion 29/11/2010. Pour qui? Pourquoi? Comment? Avec qui? Combien? La veille Anass EL HADDADI Plan Problématique Définition La veille en question: Pour qui? Pourquoi? Comment? Avec qui? Combien? Conclusion 2 Anass EL HADDADI - haddadi@irit.fr 1 Problématique - Le contexte

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 3: le pilotage et l optimisation des processus opérationnels

Plus en détail

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Les stratégies sont globales ou de domaine. Les stratégies globales

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

KnowMade. Veille technologique et innovation. http://www.knowmade.fr

KnowMade. Veille technologique et innovation. http://www.knowmade.fr KnowMade Veille technologique et innovation http://www.knowmade.fr KnowMade S.A.R.L. 2405 route des Dolines, BP 65, 06560 Valbonne Sophia Antipolis FRANCE Page 2 Sommaire Présentation de KnowMade... 3

Plus en détail

René Duringer. www.smartfutur.fr

René Duringer. www.smartfutur.fr La Veille Stratégique René Duringer www.smartfutur.fr Néo-Économie mondiale sans couture = guerre économique ouverte Compétition mondiale : low cost + déflation + agressivité facteur prix (cf. Chine) Des

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS Christophe GINESY - Cyril PEREIRA PLAN GENERAL I INTRODUCTION Définition : veille, IE, recherches d information II NOTRE APPROCHE Constats, retours d expérience

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

SERVICE du COMMERCE EXTERIEUR 1

SERVICE du COMMERCE EXTERIEUR 1 SERVICE du COMMERCE EXTERIEUR 1 PROGRAMME : L Intelligence Economique 1. Présentation de la veille et de l'intelligence économique 2. Les types de Veille 3. Le Cycle de décision 4. Les 10 commandements

Plus en détail

IEMA-4. Appel à participation

IEMA-4. Appel à participation Appel à participation Les tendances, méthodes et outils de mise en place des cellules de veille et d intelligence économique Sensible aux nouveaux enjeux en matière de veille, d intelligence économique

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE FORMATION EN ACHATS STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE , cabinet conseil spécialisé en stratégie, organisation d entreprise vous assiste dans vos choix stratégiques et vous accompagne dans

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

G P A O Maîtriser sa logistique et ses flux à valeur ajoutée

G P A O Maîtriser sa logistique et ses flux à valeur ajoutée G P A O Maîtriser sa logistique et ses flux à valeur ajoutée Lorraine Dans les périodes de crise, la capacité des entreprises industrielles à maîtriser leurs modèles économiques et leur apport de valeur

Plus en détail

Définition Veille concurrentielle

Définition Veille concurrentielle Par Badr Benchaal Définition Veille concurrentielle La veille concurrentielle est un état ou dispositif de surveillance continue des actions et produits des concurrents actuels ou potentiels. La veille

Plus en détail

Economie et organisation d entreprises

Economie et organisation d entreprises Economie et organisation d entreprises 0. Introduction générale 1. Définition et diversité d entreprises 2. L environnement des entreprises 3. Les fonctions de l entreprise 4. L organisation des entreprises

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

L industrie Pharmaceutique

L industrie Pharmaceutique L industrie Pharmaceutique Stratégie de veille Le cas de Sanofi Aventis Pascal Mietlicki Jérémy Grenon Année 2008 1 P a g e Table des matières Stratégie de veille dans l industrie pharmaceutique 2008 PARTIE

Plus en détail

SCIENCES DE GESTION. Rénovation Voie Technologique Tertiaire, de STG vers STMG. Académie de Lyon. Équipe des formateurs académiques 1

SCIENCES DE GESTION. Rénovation Voie Technologique Tertiaire, de STG vers STMG. Académie de Lyon. Équipe des formateurs académiques 1 SCIENCES DE GESTION Rénovation Voie Technologique Tertiaire, de STG vers STMG Académie de Lyon Équipe des formateurs académiques 1 Jeux sérieux Enjeux et intégration pédagogique Définition(s) d un jeu

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TECHNICO-COMMERCIAL RÉFÉRENTIEL 2006-1 - SOMMAIRE Arrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur technico-commercial ANNEXE

Plus en détail

Approche produit/processus comme dynamique de développement

Approche produit/processus comme dynamique de développement Donnez un avenir industriel à vos projets Approche produit/processus comme dynamique de développement Stéphane MICHEL Date : 24 / 06 / 2010 3, Avenue de l industrie, Adamantis bât. A - 31150 Bruguières

Plus en détail

Décideurs. Finances pour non financiers. Comprendre les mécanismes de base de l économie d entreprise

Décideurs. Finances pour non financiers. Comprendre les mécanismes de base de l économie d entreprise Décideurs Finances pour non financiers Comprendre les mécanismes de base de l économie d entreprise Serena-Team Aidez vos équipes à atteindre vos buts 06 08 48 27 87 info@serena-team.fr http://www.serena-team.fr

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

Stéphane SIRJEAN Licence. Gestion des flux

Stéphane SIRJEAN Licence. Gestion des flux Stéphane SIRJEAN Licence Gestion des flux 1 Pilotage des flux Plan du Cours Chapitre 1: Introduction Définition des flux Les différents types de flux Notion de processus Notion d opération et d opérations

Plus en détail

Notions fondamentales

Notions fondamentales Gestion de projet Notions fondamentales Versions récentes du cours pdf, ppt, vidéo disponibles ici : management de projet Image : domaine public (source) 1 Avant de commencer Introduction Objectifs Plan

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté Commentaire général préalable: Le «contrat de projet» présenté ci-après fait suite à la lettre de mission envoyée par le Directeur Général au Maître d Ouvrage d un projet. Il a 3 objectifs majeurs : -

Plus en détail

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Que la stratégie soit belle est un fait, mais n oubliez pas de regarder le résultat. Winston Churchill PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Conseil en Organisation, stratégie opérationnelle

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création d Entreprise 7 et 8 octobre 2004 - Rennes - Le Liberté

Les Journées Régionales de la Création d Entreprise 7 et 8 octobre 2004 - Rennes - Le Liberté Les Journées Régionales de la Création d Entreprise 7 et 8 octobre 2004 - Rennes - Le Liberté Animé par : Business Plan : Votre premier pas vers la réussite Sylvain COQUET - Technopole Rennes Atalante

Plus en détail

Jurisassociations Cette tribune fait partie d'un dossier spécial Maitrise des risques incluant 4 textes de KPMG 15 janvier 2014 - n 491

Jurisassociations Cette tribune fait partie d'un dossier spécial Maitrise des risques incluant 4 textes de KPMG 15 janvier 2014 - n 491 Jurisassociations Cette tribune fait partie d'un dossier spécial Maitrise des risques incluant 4 textes de KPMG 15 janvier 2014 - n 491 Patrick Zeimett, Associé, économie sociale et solidaire, KPMG Sébastien

Plus en détail

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Sommaire Organisation et fonctionnement de l'entreprise... 1 Les principales fonctions de l entreprise... 2 La notion de structure... 3 Caractéristiques d

Plus en détail

Description du projet. La visée

Description du projet. La visée Description du projet La visée «Dans une conjoncture économique difficile et incertaine, dans un environnement de travail sans cesse évolutif, devant des risques répétés de perte d emploi,, celui qui pourra

Plus en détail

SOMMAIRE. Rubrique : Audit et amélioration. Sommaire THEMATIQUE

SOMMAIRE. Rubrique : Audit et amélioration. Sommaire THEMATIQUE SOMMAIRE Rubrique : Audit et amélioration... 2 Rubrique : Divers...12 Rubrique : Maintenance...17 Rubrique : Système de management de la qualité...20 1 Rubrique : Audit et amélioration SOMMAIRE Auditer

Plus en détail

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable!

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! VISUEL Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! InnovatIon et Supply ChaIn Votre contact Une équipe dédiée pour vous accompagner et répondre à vos questions!

Plus en détail

Notions fondamentales

Notions fondamentales Gestion de projet Notions fondamentales Versions récentes du cours pdf, ppt, vidéo disponibles ici : management de projet Image : domaine public (source) 1 Avant de commencer Introduction Objectifs Plan

Plus en détail

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique»

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Qu est ce qu un Schéma Directeur Informatique (SDI)? Un Schéma Directeur Informatique est un document conçu pour préparer l évolution et l adaptation de

Plus en détail

Écoconception d une PLV Fiche pratique

Écoconception d une PLV Fiche pratique Lorsqu une Mise en place PLV d un outil est de veille conçue, basé sur des les mots différents clés à sélectionner acteurs Eco-conception du : circuit doivent prendre en compte Rédaction plusieurs de recommandations

Plus en détail

La Gestion Electronique des Documents

La Gestion Electronique des Documents La Gestion Electronique des Documents La mise en place d une solution La gestion de l information est devenue un enjeu stratégique majeur à l intérieur des organisations. D après l observation des projets

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

La relation IE-ERP est-elle possible?

La relation IE-ERP est-elle possible? La relation IE-ERP est-elle possible? Maîtriser l information et opérer des choix éclairés Ce n est pas si simple!... Francis MOATY Hassane MIMOUN IEMA.04 La décision Environnement incertain, risqué, changeant,

Plus en détail

Le Plan de Continuité d Activité (PCA / BCP)

Le Plan de Continuité d Activité (PCA / BCP) Le Plan de Continuité d Activité (PCA / BCP) Comment le mettre en œuvre et vérifier qu il restera opérationnel? Bruno KEROUANTON RSSI Clear Channel France - CISSP 16 juin 2004 - Paris Introduction, définitions

Plus en détail

Innovation et valorisation industrielle : quelles informations pour quels enjeux? 21 septembre 2012

Innovation et valorisation industrielle : quelles informations pour quels enjeux? 21 septembre 2012 Innovation et valorisation industrielle : quelles informations pour quels enjeux? 21 septembre 2012 Plan 1. Pourquoi l intelligence économique? 2. Intelligence économique pour innover et valoriser 3. Comment

Plus en détail

Vers une automatisation. des processus métiers

Vers une automatisation. des processus métiers DEPLOIEMENT MOBILITE Vers une automatisation des processus métiers Le déploiement des solutions mobiles ne connaît plus d entrave. La maturité de tous les éléments de la chaîne de valeur mobile se révèle

Plus en détail

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing Stéphanie MICHEL AMATO Consultante AJEM Consultants Avec le témoignage de François CHALUMEAU Directeur GlobaWare International

Plus en détail

I. Mercatique et stratégie

I. Mercatique et stratégie 02. LE DIAGNOSTIC 1 I. Mercatique et stratégie A. Stratégie générale Selon Chandler, «la stratégie consiste à déterminer les objectifs et les buts fondamentaux à long terme d une organisation, puis à choisir

Plus en détail

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication Bande de Com! Tableau de Bord Julien Pansier PROJET Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication 1.1.1 Prise en charge du dossier de l annonceur C11.1. S approprier la demande de l annonceur - Comprendre

Plus en détail

Ecole Nationale de Commerce et de Gestion. L impact du développement durable sur la stratégie de l entreprise

Ecole Nationale de Commerce et de Gestion. L impact du développement durable sur la stratégie de l entreprise Ecole Nationale de Commerce et de Gestion L impact du développement durable sur la stratégie de l entreprise Année universitaire : 2011/2012 1 Introduction..3 Chapitre 1 : Généralités sur le développement

Plus en détail

Vers une Intelligence Economique & Stratégique IES Opérationnelle

Vers une Intelligence Economique & Stratégique IES Opérationnelle Vers une Intelligence Economique & Stratégique IES Opérationnelle 1 Préambule Sun Tzu dit: Un général qui s expose sans nécessité, comme le ferait un simple soldat, qui semble chercher les dangers et la

Plus en détail

Le Télémarketing : un outil au service de l'action commerciale

Le Télémarketing : un outil au service de l'action commerciale Le Télémarketing : un outil au service de l'action commerciale Une démarche qualitative et construite dans la durée PREMIUM 23 avenue de Genève 74 000 ANNECY Tél : 04.50.46.54.56 - Fax: 04.50.67.51.49

Plus en détail

Samuel Bassetto 04/2010

Samuel Bassetto 04/2010 Industrialisation Lean manufacturing 4.2 Réalisé avec V. FIGENWALD - SIEMENS Samuel Bassetto 04/2010 Plan de la partie 2 : Vers une production Lean 1. Valeur Ajoutée et Gaspillages Muda walk 2. Temps de

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

Sommaire. Première partie

Sommaire. Première partie Sommaire Introduction... XIX Première partie Pour bien piloter, il faut mieux mesurer Chapitre 1 Vos tableaux de bord ne sont plus efficaces... 3 Rôle du tableau de bord...3 Le modèle conducteur, automobile

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Cahier des clauses techniques particulières

Cahier des clauses techniques particulières FOURNITURES COURANTES ET SERVICES CONSULTATION AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU TRAVAIL DIRECTION GENERALE UNITE RESSOURCES HUMAINES 253, avenue du Général Leclerc 94701

Plus en détail

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Définition : Gestion de la Chaine Logistique «Supply Chain Management» ou «La gestion de la chaîne logistique» est fait l'activité consistant à

Plus en détail

Les nouveaux tableaux de bord des managers

Les nouveaux tableaux de bord des managers Alain Fernandez Les nouveaux tableaux de bord des managers Le projet Business Intelligence clés en main Sixième édition Tableaux bord NE.indd 3 26/03/13 15:22 Le site www.piloter.org, dédié au pilotage

Plus en détail

Faut-il brûler les Business-plan? Animé par : Elise BOUREILLE, Strego Rachid NEDJAR, Rennes Atalante

Faut-il brûler les Business-plan? Animé par : Elise BOUREILLE, Strego Rachid NEDJAR, Rennes Atalante Faut-il brûler les Business-plan? Animé par : Elise BOUREILLE, Strego Rachid NEDJAR, Rennes Atalante Sommaire 1. Qu est-ce qu un business-plan? 2. La start-up hier et aujourd hui 3. Utilité d un business-plan

Plus en détail

La directive inondation

La directive inondation La directive inondation Stratégies locales de gestion des risques d inondation Bassin Seine-Normandie 2013 Les dispositions de la directive européenne sur le risque inondation se mettent progressivement

Plus en détail

Mise en place d un plan d Assurance Qualité du Dossier Patient

Mise en place d un plan d Assurance Qualité du Dossier Patient Mise en place d un plan d Assurance Qualité du Dossier Patient Mireille Cosquer*, Myriam Turluche**, Béatrice Le Vu*, Bernard Asselain***, Alain Livartowski* Institut Curie Service d Information Médicale*

Plus en détail

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008 La conservation, la restauration et l étude du patrimoine en milieu isolé sous les aspects opérationnels dans le cadre d un projet de réalisation (constructions, rénovations, aménagements, équipements

Plus en détail

Que dit l ISO 9001 au sujet des processus? Quelques définitions indispensables dans le cadre de l ISO 9001

Que dit l ISO 9001 au sujet des processus? Quelques définitions indispensables dans le cadre de l ISO 9001 Atelier Euro-Med sur les Stratégies de simplification administrative pour les entreprises: De meilleurs services publics pour des entreprises compétitives Bruxelles 30 novembre 1 er décembre 2011 Que dit

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

L IMPORTANCE DE LA COMMUNICATION ET DE LA GESTION DU CHANGEMENT DANS LA REUSSITE D UN PROJET QUALITE

L IMPORTANCE DE LA COMMUNICATION ET DE LA GESTION DU CHANGEMENT DANS LA REUSSITE D UN PROJET QUALITE Société Nationale Burkinabé d Hydrocarbures La SONABHY, une société de référence: Sécurité et qualité, aujourd hui et demain MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE Selon la norme ISO 9001 (Version 2008) Siège social,

Plus en détail

UMMTO Département sciences commerciales 3 ème année Marketing LMD 2012/2013 VEILLE MARKETING. Exposé. Tarmoul Lyes T. Said Y.

UMMTO Département sciences commerciales 3 ème année Marketing LMD 2012/2013 VEILLE MARKETING. Exposé. Tarmoul Lyes T. Said Y. UMMTO Département sciences commerciales 3 ème année Marketing LMD 2012/2013 Exposé VEILLE MARKETING Tarmoul Lyes T. Said Y. Lynda SOMMAIRE Introduction Chapitre I : Généralité, objet et les types de veille

Plus en détail

Supply chain management NESTLE. Les Rois de la Supply Chain 2010

Supply chain management NESTLE. Les Rois de la Supply Chain 2010 áå ΩINSTITUT SUPERIEUR DU MANAGEMENT Supply chain management NESTLE Les Rois de la Supply Chain 2010 Cabinet ISM Abidjan, Cocody,Bvd F. Mitterand, Riviera Bonoumin, Immeuble La Paix 22 BP 876 Abidjan 22

Plus en détail

Gestion des clusters : guide pratique

Gestion des clusters : guide pratique Outils d action Gestion des clusters : guide pratique Cluster management? A practical guide, Part A: Overview, GTZ, décembre 2007. Même à l époque où les économies étaient encore largement centrées sur

Plus en détail

10. Indicateurs et tableaux de bord comme outil de management entrepôt

10. Indicateurs et tableaux de bord comme outil de management entrepôt Nos programmes rammes réalisés Exemples de réalisation 1. «Enjeux de la Supply Chain : collaboration et création de valeurs» 2. La Supply Chain dans un environnement mass market 3. «Prise de conscience

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

S inscrire dans une dynamique de création de valeur et renforcer les chances du succès commercial des projets collaboratifs

S inscrire dans une dynamique de création de valeur et renforcer les chances du succès commercial des projets collaboratifs Module 17 Marketing S inscrire dans une dynamique de création de valeur et renforcer les chances du succès commercial des projets collaboratifs Objectifs pédagogiques Ce module dédié à l approche marketing

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Le mémoire de Master 2 doit permettre au lecteur d apprécier la maîtrise d ensemble des compétences pratiques et théoriques attendues d un(e) diplômé(e), et la

Plus en détail