Sourcing informatique : cinq modèles de base

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sourcing informatique : cinq modèles de base"

Transcription

1 Sourcing informatique : cinq modèles de base Richard Peynot JEMM Vision Février 2012

2 JEMM Vision

3 Sourcing informatique : cinq modèles de base L externalisation informatique a connu depuis la dernière décennie quelques vagues et tendances, parfois opposées et simultanées : méga-contrats, consolidation de contrats dispersés, réduction drastique du nombre de fournisseurs, recherche de spécialistes «best-of-breed» (à l inverse de la consolidation), etc. Les clients finaux, mais aussi les offreurs de solutions, ont besoin de structuration et de modèles de réflexion. Nous présentons ici les modèles de base de sourcing, autour desquels chacun peut bâtir sa propre solution. Nous analysons les intérêts, les risques, les tendances et les situations les mieux adaptées pour chacun de ces modèles. Enfin il convient de distinguer les modèles de sourcing et les «types de relation de sourcing», autrement dit les montages possibles pour les mettre en œuvre : certaines confusions existent malheureusement sur le marché. JEMM Vision

4 Table des matières Le sourcing informatique... 4 Les modèles de sourcing... 5 Le besoin de structuration... 5 Les constituants du système d information... 6 Cinq modèles de base... 7 L externalisation globale... 9 L externalisation de l infrastructure L externalisation des applications L externalisation verticale : BFO et BPO Le multi-sourcing sélectif Ces modèles de base ne s excluent pas Comment choisir le bon modèle? Le multi-sourcing maîtrisé Trop de prestataires de services informatiques est coûteux Des opérations de rationalisation drastiques ont parfois été trop loin Rationaliser et optimiser le multi-sourcing Conclusion : rationalisation et multisourcing convergent Ne pas confondre modèles de sourcing et «business models» Le risque de confusion Quel est l impact du cloud computing dans ces approches? Nos recommandations JEMM Vision

5 Le sourcing informatique Sourcing. Voilà un terme anglais bien difficile à traduire. Du coup les francophones reprennent ce vocable en anglais. Disons que le sourcing informatique, ou sourcing IT, est la façon dont une entreprise réalise ou fait réaliser ses activités informatiques 1. On parle d insourcing, ou d internalisation, lorsque le personnel interne à l'entreprise réalise les activités, et d outsourcing ou d externalisation 2 lorsque du personnel externe réalise les activités. Une stratégie de sourcing est un ensemble de règles et d orientations qui conduisent à un découpage en domaines dont les activités sont réalisées en interne ou externalisées. Malheureusement trop de sociétés n ont pas de vraie stratégie de sourcing ou n en ont que des bribes. L externalisation n est évidemment pas une fin en soi, mais une approche qui permet à une DSI de confier à des spécialistes performants : - des activités qu elle assure de moins en moins bien (disparition de compétences due aux départs en retraite, au turn-over et à l évolution des développeurs), - des activités pour des projets techniques trop risqués (migrations techniques, remplacement de parcs applicatifs par une solution unique à base d un progiciel, développements et déploiements lourds liés à des transformations de processus métiers), - des activités devenues trop coûteuses (opérations, maintenance, développement), - et des activités qui absorbent trop de talents qui lui font défaut sur les nouveaux projets (la maintenance accapare durablement des profils souhaités ailleurs). L externalisation judicieuse de ces domaines permet à la DSI de se concentrer sur ses vrais défis : être le partenaire stratégique des métiers, le moteur de la transformation numérique de l entreprise et un promoteur de l innovation. 1 donne la définition suivante : «the buying of components of a product from an outside supplier,often one located abroad» 2 Dans la suite du document, nous utiliserons indifféremment les termes externalisation ou outsourcing JEMM Vision

6 Les modèles de sourcing Le besoin de structuration De nombreuses entreprises ont été déçues par certaines expériences d externalisation, ou considèrent qu elles n en bénéficient pas pleinement. Parfois la situation est totalement inefficiente et nécessiterait une restructuration complète. On en est arrivé là parce que les entreprises ont manqué de vision stratégique de leur sourcing. Les raisons sont multiples. - Sans clause d évolution, des contrats d externalisation globaux sont devenus trop rigides avec le temps. - Des situations de «poly-sourcing», c est-à-dire de multiples contrats et autant de prestataires, se sont développées au cours du temps. Elles résultent de décisions prises projet par projet. Des entreprises ont 50, 100 et même 200 sociétés de soustraitances présentes dans leurs locaux et qui se partagent de petits lots. Trop de sous-traitants, trop de contrats à gérer et à renouveler, finissent par limiter les marges de négociation et surtout par affecter la cohérence et l efficacité de l ensemble. - Des cas d infogérance «sur-site» mêlent de nombreux prestataires et des ressources internes dans les mêmes équipes. Il en résulte une dilution des responsabilités. Du reste nous ne considérons pas les nombreux informaticiens en régie, dispersés dans les équipes du client, comme une réelle externalisation. Il s agit de renfort des effectifs par apport extérieur («workforce augmentation» disent les Américains). - Le manque de coordination entre équipes et l absence d un réel responsable de la stratégie de sourcing conduisent à des contrats différents dans leurs objectifs et dans leurs termes, à la prolifération des fournisseurs qui sont sélectionnés avec des critères différents. On observe même des situations incongrues où des projets ont été sous-traités par manque de ressources ou de compétences alors qu elles étaient disponibles dans un département voisin. - Certaines sociétés vivent sous le règne des chasseurs de coûts (les «cost-killers») : des personnes mandatées en mission transversale sur l ensemble de la société, ou des responsables des achats. Leur obsession de la réduction des coûts se traduit par la pression sur les prix des fournisseurs. - Les différents niveaux de décision dans l entreprise ont des vues, conceptions et intérêts pas toujours convergents et pas concertés. Directeurs financiers et acheteurs peuvent grouper leurs points de vue pour une simple et forte pression sur les prix. Le directeur des systèmes d information recherche plutôt à remettre de l ordre dans la sélection et la gestion des fournisseurs de service, et voudrait mettre sur pied une stratégie de sourcing basée sur un découpage en domaines. D autres dirigeants, à commencer par la direction générale, se sont laissés parfois intoxiquer par cette idée que l informatique faisait partie des «utilities» ou «commodities» au JEMM Vision

7 même titre que l électricité, l eau et le restaurant d entreprise 3. De cette idée ils pensent qu il est nécessaire et facile d externaliser massivement. - On constate encore un manque de vrai processus de suivi et d évaluation périodique des fournisseurs de services informatiques. Bien souvent ce sont les équipes informatiques qui gèrent elles-mêmes les difficultés, y compris contractuelles, avec les fournisseurs. Tous ces problèmes sont bien visibles et devant ce constat, les entreprises expérimentées ressentent le besoin de mieux structurer l externalisation. Même les entreprises les plus matures, qui ont résolu la plupart des difficultés que nous venons de citer, ressentent le besoin d une meilleure structuration et d une meilleure vision de leur stratégie de sourcing à moyen voire long terme. Élaborer une stratégie de sourcing informatique nécessite de prendre en compte de nombreux paramètres. Les combiner est un exercice complexe qu il convient de mener avec méthode. Les constituants du système d information Pour nous aider à définir des modèles d outsourcing, nous considérons les principales couches du système d information (figure 1) : 1. Les réseaux : LAN, WAN, VoIP, 2. L infrastructure matérielle qui comprend les matériels (serveurs, systèmes mainframes, et postes de travail) avec leurs logiciels d exploitation respectifs, 3. Les moyens de stockage 4, 4. L infrastructure logicielle, c'est-à-dire la couche de logiciels techniques que l on appelle aussi «middleware», 5. L ensemble des applications d entreprise. 3 Voir la note JEMMVision «Utilities et commodities : un vocabulaire inapproprié qui fait oublier la complexité de l infrastructure informatique», 4 Il peut paraître étonnant de séparer l infrastructure serveurs de l infrastructure de stockage. Le «stockage as a service» est devenu une tendance forte dans le monde grand public (avec des offres telles que Amazon Simple Storage Service, icloud, Dropbox, Picassa, Google Storage, etc). La question est de savoir si le marché se développe pour les entreprises. On ne le voit pas vraiment aujourd hui pour les grandes entreprises mais certaines TPE et PME s y intéressent. JEMM Vision

8 CRM ecommerce Décisionnel Knowledge management ERP SCM Procurement Finance RH ECM - EDM Automatsation Syst. indiustriels CAD/CAM PLM APPLICATIONS Messagerie Sécurité Annuaires Gestion bases de données et stockage Intégration de données Intégration d applications Portails BPM Monitoring Asset management MIDDLEWARE Unix Linux AS400 OS390 Windows SERVEURS, STOCKAGE ET SYSTEMES D EXPLOITATION RESEAUX Figure 1 : les constituants du système d information Cinq modèles de base Cette représentation du système d information en grands domaines nous permet de reconnaitre plus facilement les situations d outsourcing des entreprises. Après avoir observé le marché, parlé à plus de cent entreprises, et conseillé plus de 50 ou 60 clients sur leur stratégie et leurs contrats d outsourcing, et ce pendant près de dix ans, nous sommes arrivés à la conclusion que l on pouvait classer les scénarios d outsourcing en cinq grandes catégories. On peut couvrir à peu près toutes les situations avec ces modèles. Bien entendu il s agit de modèles de base qui supportent quelques variantes. Nous discutons ces cinq modèles dans les sections qui suivent : 1. L externalisation globale ou «global outsourcing» : externalisation totale ou quasitotale de l ensemble du système d information. 2. Externalisation de l infrastructure : un prestataire unique ou principal gère l ensemble ou une grande partie de l infrastructure (ce peut être la totalité serveurs-stockagemiddleware, ou seulement serveurs-stockage). 3. Externalisation des applications : un ou plusieurs prestataires sont chargés des développements, de la maintenance et parfois de la gestion d une partie des applications. JEMM Vision

9 4. Externalisation verticale : les systèmes de toute une fonction ou de tout un processus de l entreprise sont externalisés. Dans ce cas, matériels, middleware et applications nécessaires au support du processus sont groupés pour constituer un lot cohérent ; 5. Le multi-sourcing sélectif : il consiste à externaliser par lots. Les lots correspondent à des périmètres bien précis dans chacun des grands domaines (applications, infrastructure matérielle, infrastructure middleware, réseaux). JEMM Vision

10 L externalisation globale Un seul prestataire de services prend en charge l ensemble du système d information : - Les développements applicatifs, la maintenance des applications, la gestion des changements et l exploitation au quotidien (maintien en conditions opérationnelles, adaptations mineures, gestion des droits d accès, ajout/retrait d utilisateurs, arrêts/relances, monitoring/contrôle). L ensemble de ces activités est appelé «application management» dans la terminologie anglo-saxonne. - La gestion et l exploitation des logiciels techniques : maintien en conditions opérationnelles, adaptations mineures, gestion des droits d accès, reconfiguration de logiciels d intégration (EAI, ESB, BPM), arrêts/relances, monitoring/contrôle, sauvegardes. - Les opérations liées au bon fonctionnement des matériels, la gestion de la disponibilité et les plans de secours. - La gestion des réseaux. Peu d acteurs de services informatiques sont réellement capables d assurer cette activité. Si elle est incluse dans le contrat global, alors bien souvent cette partie est sous-traitée à un spécialiste réseau. Dans une telle situation, la direction des systèmes d information est réduite à une équipe responsable principalement : - Du suivi et du contrôle de la bonne qualité des services, et de la gestion du ou des contrats avec le prestataire. - Des relations avec les utilisateurs : une cellule d interface maîtrise d ouvrage maîtrise d œuvre reste garante de la définition des applications confiées au prestataire. De tels contrats se traduisent généralement par d importants transferts de personnels du client vers le prestataire. Il s agit là d un modèle général, auquel on peut rattacher quelques variantes (figure 2). En effet l entreprise utilisatrice peut choisir de séparer la gestion purement informatique et la gestion des réseaux, en confiant celle-ci à un spécialiste télécom. Séparer l infogérance bureautique est aussi une pratique courante. JEMM Vision

11 Applications 1) Un seul contrat global, opérations réseaux éventuellement sous-traitées à un opérateur télécom. Serveurs Réseaux Applications Applications Serveurs Réseaux Serveurs Réseau 3) La gestion des postes de travail fait l objet d un contrat séparé, confié à un spécialiste 2) La gestion des réseaux fait l objet d un contrat séparé, avec un opérateur télécom! et la combinaison (2)+(3) Figure 2 : les variantes de l outsourcing global. Vécu et exemples Un tel choix résulte généralement d une stratégie globale d entreprise, qui vise à externaliser le maximum de fonctions dites «non cœur de métier». Peu de DSI choisissent ce modèle d elles-mêmes, il leur est la plupart du temps «suggéré» voire imposé par la direction générale. En France on peut citer l exemple de Schneider Electric qui, en 2005, a externalisé la quasitotalité de son informatique chez Capgemini (à l exception des systèmes de R&D restés en interne avec l appui technique d IBM) dans ce qu on nomme un «mega-deal». Il y a peu d exemples de contrat de taille comparable en France. Certaines PME ont également opté pour ce modèle. Avantages Un seul opérateur global qui assure le fonctionnement et l évolution de l ensemble de votre informatique : certains dirigeants en rêvent. Il faut bien reconnaître que ce modèle peut fonctionner et fournir à l entreprise une très bonne informatique, à condition que la relation client-fournisseur soit un vrai partenariat qui inclut des partages de responsabilités et des partages de gains lors d opérations permettant la réduction des coûts. JEMM Vision

12 Risques Quatre risques majeurs guettent les entreprises qui optent pour cette solution : - Dépendre d un seul fournisseur : cela est critique en cas de défaillance de celui-ci. Le cas de son rachat par un autre prestataire peut poser un problème si l acquéreur est concurrent du client (ou filiale d un groupe concurrent), ou si le nouveau prestataire adopte un comportement différent (renégociation, augmentation des prix, relations purement contractuelle et non plus de partenariat). - Avec le temps, la perte de compétence et la perte de maitrise du système d information. Certaines sociétés se sont ainsi retrouvées, après quelques années, totalement incapables de valider une évolution majeure ou un choix d architecture proposés par le prestataire. - L extrême difficulté à décrire de façon contractuelle l évolution du système d information (rénovation matérielle, évolution applicative, évolution du périmètre et du volume, transformation du SI en particulier l évolution du parc applicatif) et l évolution des services au cours du temps. - Certaines directions générales voient là une simplification à l extrême de sa direction des systèmes d information, réduite à une unité de dialogue et de contrôle, interface entre les métiers et le prestataire de services. Elles peuvent penser que l ensemble des problèmes à gérer et la responsabilité de la bonne fourniture des services sont totalement déportés sur le prestataire, ce qui est une grave erreur : quel que soit le contrat, c est bien la DSI qui reste responsable et garante du système d information vis-à-vis de l entreprise. Tendances Ce type d outsourcing est plutôt en déclin dans les très grands comptes. Ces grandes entreprises utilisatrices tendent à ne pas renouveler ces contrats et cherchent plutôt à les découper en lots c est du multi-sourcing, un modèle étudié plus loin. La rigidité des contrats et les déceptions sur les niveaux de services en sont les raisons principales. Les contrats d outsourcing global donnent parfois lieu à une co-entreprise (le vocabulaire anglais «joint-venture» ou JV est souvent utilisé) entre le client et le prestataire. Cette étape intermédiaire, au terme de laquelle le prestataire devient actionnaire à 100 % de la coentreprise 5, permet de gérer progressivement le transfert des actifs matériels et logiciels, et peut faciliter l acceptation des transferts de personnels. Le succès de ce type de contrat est lié aux progrès que doivent faire les utilisateurs dans la gestion des contrats, le contrôle du prestataire, leur capacité à gérer les changements avec le prestataire. Dans quel cas recommander ce modèle Ce modèle peut convenir aux TPE, PME et grandes PME qui se trouvent confrontées à la complexité technique, au manque de ressources compétentes, aux faibles moyens pour continuer à faire évoluer leur système d information. 5 En principe les co-entreprises ou JV ne sont pas faites pour durer indéfiniment. Cinq ans est la durée la plus courante. JEMM Vision

13 JEMM Vision

14 L externalisation de l infrastructure Certaines sociétés ont choisi de n externaliser que l infrastructure en la confiant à un prestataire unique. Plusieurs variantes de l infrastructure sont rencontrées. Il s agit parfois seulement de l hébergement des matériels et des systèmes d exploitation, l exploitation étant encore réalisée par le client. Plus souvent le contrat inclut toutes les opérations de pilotage et de maintien en conditions opérationnelles des serveurs, mainframes et postes de travail, ainsi que l ensemble des logiciels techniques. Les entreprises optent pour ce modèle dans deux cas de figure qui d ailleurs ne s excluent pas : - C est un premier pas vers l externalisation : la gestion d infrastructure est un domaine très «procéduré», souvent jugé plus facile à isoler et externaliser. - Avec le temps, le pilotage de l infrastructure a pu devenir peu performant : les utilisateurs sont insatisfaits, les coûts, en particulier salariaux, sont élevés, il y a eu peu ou pas d introduction de nouvelles méthodes. Dans un tel contexte, on a souvent vu des directions générales impatientes pousser leur DSI à externaliser les opérations vers un spécialiste censé apporter expertise, méthodes et structuration. Dans ce type de contrat les transferts de personnels du client vers le prestataire sont fréquents. Il s agit là encore d un modèle général supportant quelques variantes, selon que les réseaux et les postes de travail sont dans le contrat principal ou confiés séparément à des spécialistes (figure 3). JEMM Vision

15 Applications 1) Un seul contrat global, opérations réseaux éventuellement sous-traitées à un opérateur télécom. Serveurs Réseaux Applications Applications Serveurs Réseaux Serveurs Réseau 3) La gestion des postes de travail fait l objet d un contrat séparé, confié à un spécialiste 2) La gestion des réseaux fait l objet d un contrat séparé, avec un opérateur télécom! et la combinaison (2)+(3) Figure 3 : les variantes de l externalisation de l infrastructure. Vécu et exemples Au schéma général de la figure 3, il faut mentionner d autres variantes : - L hébergement des serveurs et des moyens de stockage est assuré par un «hébergeur pur» et l exploitation assurée par un prestataire de service. Par exemple Interxion, Global Switch, Colt hébergent des datacenters opérés par Capgemini, Intrinsec, BT, IBM, etc pour le compte de leurs clients. - L infrastructure matérielle (serveurs et stockage) est gérée par un infogérant, les middleware le sont par un autre infogérant, spécialisé. Un grand opérateur télécom avait ainsi confié à Sogeti la supervision de ses équipements, et à Sopra l infogérance de l EAI Axway 6. - C est le modèle choisi par les entreprises qui ne sont pas prêtes à externaliser leurs applications et qui se limitent aux opérations dans un premier temps. - Certaines sociétés veulent mettre fin à une situation dans laquelle il y a une trop grosse part d assistance technique (AT) dans leurs équipes, pouvant dépasser 50%. Une telle masse d AT revient trop chère et demande un effort de gestion 6 Contrat Sopra 2002 prolongé en Nous n avons pas connaissance de l état de ce contrat aujourd hui. JEMM Vision

16 (renouvellement de nombreux petits contrats, recrutement). De plus en AT le prestataire n a pas d engagement de résultat ni de respect d indicateurs. - C est souvent le seul moyen de faire prendre un virage important dans la structuration et l amélioration du service, et d introduire le cadre ITIL 7. Les contrats de ce type sont nombreux en France où tout ou partie de la gestion l infrastructure est confiée à un prestataire de service qui opère les systèmes depuis ses «command centers», les serveurs étant hébergés chez le client, chez le prestataire luimême s il a ses propres datacenters, ou chez un hébergeur. Les contrats d outsourcing d infrastructure peuvent aussi donner lieu à des co-entreprises entre clients et prestataires. Un exemple connu et réussi en France est la structure BPPI, coentreprise entre BNP-Paribas et IBM 8. Avantages - La plupart des SSII spécialisées dans la gestion d infrastructure atteignent des niveaux de qualité et productivité que les DSI peuvent difficilement atteindre. Les clients profitent de l industrialisation, de l automatisation et de la mutualisation de moyens de SSII. - Les infogérants sont capables de monter et assurer des solutions de redondance de systèmes (dual-room, dual-site 9 ), de PCA/PCS 10 et des PRA 11 pour les systèmes critiques, toutes solutions techniques difficiles à maitriser par une DSI. - On peut pousser le modèle plus loin en transférant la propriété des matériels vers l infogérant qui en facture alors la location au client. Le client s affranchit ainsi des investissements et remplace du CAPEX (en l occurrence dépenses d investissement en matériel) par de l OPEX (en l occurrence dépenses en achat de services). Risques Vouloir externaliser un département qui ne donne pas satisfaction et que l on juge trop difficile à transformer risque d être interprété comme une «externalisation sanction». Le personnel réagit très mal à une telle approche. S il est transféré dans le cadre du contrat, certaines personnes peuvent se montrer très peu coopératives. Il est donc indispensable de préparer l opération et de communiquer avant toute rumeur, et en présentant l intérêt pour le personnel (et pas seulement pour l entreprise) : perspectives de carrière plus variée, volume de formation plus élevé, rémunération, etc. 7 ITIL : Information Technology Infrastructure Library. C est un cadre méthodologique pour la gestion des activités de management des systèmes d information. ITIL a d abord été norme britannique avant d être normalisé au niveau international dans la norme ISO/CEI La plupart des grandes SSII maitrisent et appliquent ITIL, ce qui est moins vrai dans les DSI. 8 «BNP Paribas et IBM signent une extension de contrat de services informatiques d une durée de 6 ans.» (http://www-03.ibm.com/press/fr/fr/pressrelease/36368.wss). 9 Dual-room : les systèmes critiques ont un «clône» prêt à redémarrer en cas de panne ou accident, dans une salle voisine, sur le même site. Dual-site : les systèmes de secours sont un site distant ; c est une solution plus onéreuse mais qui est de plus haute sécurité vis-à-vis des accidents majeurs (incendie, inondation, panne électrique majeure). 10 PCS : plan de continuité de service. PCA : plan de continuité d activité. 11 PRA : plan de reprise d activité. JEMM Vision

17 A terme l entreprise peut craindre la perte de la maitrise de son architecture. A elle de conserver le périmètre de la conception de son système d information et donc les personnes clés pour cela. Enfin, si l opération se limite à la reprise du personnel par l infogérant et qu il maintient la même équipe, avec les mêmes managers et les mêmes méthodes, on voit mal comment le service sera subitement amélioré ni comment l infogérant pourrait être moins cher en appliquant une marge à des salaires maintenus. Il ne peut y avoir de vrai changement et de vrai progrès que si l infogérant : - forme le personnel transféré sur ses méthodes, ses outils et sur «l esprit service» (qu il n a pas toujours en entreprise), - effectue quelques changements (éventuellement en affectant quelques personnels repris vers d autres missions, pour d autres clients), - impose son management et ses méthodes. Tendances Ce modèle est assez apprécié en ce moment en France. Alors que la Grande-Bretagne et les pays scandinaves externalisent beaucoup plus et depuis plus longtemps que la France, l Allemagne et la France ont une approche assez similaire. Externaliser l infrastructure semble aux DSI plus facile à réaliser et plus facile à faire accepter : en effet bien des entreprises, sous la pression des métiers, veulent encore garder la main sur les applications. Depuis deux ou trois ans les DSI éprouvent l envie d externaliser les opérations pour faire transformer et industrialiser ce métier qui a pu se scléroser avec le temps. Une autre tendance visible sur le marché, et possible grâce à des offres de qualité sur le marché, est d étendre le périmètre des services au-delà du maintien en conditions opérationnelles (MCO) de l infrastructure, en incluant le MCO des applications : leur surveillance, l intervention sur les arrêts-relances, la surveillance et le tuning des bases de données, le dimensionnement des disques, certains actes d administration, voire du support applicatif 12. Dans quel cas recommander ce modèle Ce modèle convient à tout type d entreprise. Il est particulièrement indiqué si l entreprise «sent» ou a fait mesurer, par un benchmarking, que sa performance dans la gestion d infrastructure n atteint pas le niveau des meilleures SSII. Il convient également dans les situations de transformation, migration technique importante, refonte d architecture, fusion de DSI (consécutive à une fusion de sociétés), toutes situations à haut risque pour lesquelles l expérience, les ressources et les moyens d une grande SSII sont supérieures à ceux de l entreprise elle-même. 12 Un prestataire comme Oxya en a fait sa spécialité sur les logiciels SAP. T-Systems, Euriware, Capgemini, Atos, Bull sont ses principaux concurrents sur ce marché porteur. JEMM Vision

18 L externalisation des applications L externalisation des développements est en fait la plus ancienne forme d externalisation tout le monde la pratique depuis les années 70. Mais curieusement on n a jamais vraiment appelé «externalisation» les projets confiés au forfait, ni les agents prestataires dispersés dans les équipes internes dans un mode «assistance technique» (AT) ou «régie» 13. Aujourd hui lorsque l on parle d externalisation applicative, on se réfère au concept anglosaxon «d application management», qui va plus loin que l externalisation de projet, et qui comprend les domaines suivants : - Développement d application et intégration de systèmes. - Maintenance corrective et évolutive, et support technique. - Maintenance préventive. - Opérations de contrôle des applications et maintien de leur disponibilité, gestion des droits d accès, et paramétrage. - Support utilisateurs. Comme nous le montrons dans la figure 4, les DSI externalisent rarement l ensemble de leur domaine applicatif, mais une partie seulement. C est à la stratégie de sourcing de définir quels sont les domaines externalisables et ceux qui ne le sont pas. Figure 4 : externalisation des applications L exemple de la figure 4 comprend l ensemble des services «d application management». Vécu et exemples C est un modèle très répandu, retenu par les sociétés : 13 L achat de prestations en mode régie est un modèle en déclin en raison des diverses difficultés qu il porte. Il peut poser des problèmes de droit du travail (subordination d employé, prêt de personnel, délit de marchandage). Et le manque de définition et délimitation des tâches ouvre la porte aux «régies qui durent indéfiniment» dont le coût devient lourd. Pour cela les services achats organisent les tâches en lots de façon à les «forfaitiser», mais le mode de calcul du prix reste basé sur un volume multiplié par un taux journalier moyen (TJM). Ce n est que de la régie ou AT un peu plus structurée. JEMM Vision

19 - Qui manquent de ressources et de compétences pour faire face à tous leurs développements applicatifs et à la maintenance, - Qui ont des opérations d infrastructure performantes et qui tiennent à les garder ainsi, - Ou dont l infrastructure est difficile à externaliser. Les raisons peuvent être variées : parc dispersé, hétérogène et obsolète, impact social important et dissuasif pour transférer le personnel, confidentialité, etc. A titre d exemple la DSI de PSA Peugeot Citroën est dans les deux premiers cas de figure (Recours à un certain nombre de prestataires pour une bonne part des projets applicatifs et de la maintenance, alors que les data centers de PSA sont maintenus en interne, grâce à un niveau de performance très élevé des équipes d exploitation). l existe des cas d entreprises qui gèrent leur infrastructure et ont confié la totalité ou quasitotalité de leurs développements à des SSII. Une variante consiste à conserver et maitriser la conception et le développement d applications (y compris en recourant à l AT) et à externaliser la totalité des tests (TRA : tierce recette applicative) et la maintenance (TMA : tierce maintenance applicative) (figure 5 ci-dessous). Expression de besoins métier Spécifications système Tests d integration Test techniques : Performance Charge Stress Sécurité Tests utilisateurs Industrialisation Pré-production Production Maintenance Contrat de TMA Spécifications fonctionnelles Contrat de TRA Conception Tests d assemblage Conception technique détaillée Tests unitaires Développement Figure 5 : la place de la TRA et de la TMA JEMM Vision

Francis Chapelier. Infogérance Sélective de Production

Francis Chapelier. Infogérance Sélective de Production Francis Chapelier Infogérance Sélective de Production 2 Programme Qu est ce que l infogérance sélective? Présentation de l Infogérance Sélective de Production (ISP) Quelques références Questions / réponses

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme UE 5 Management des systèmes d informations Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1.

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Patrick CONVERTY Directeur Commercial www.cibeo-consulting.com Approche globale de la performance Stratégie Système

Plus en détail

se prépare maintenant 23/09/2015 PRESENTATION CLOUD TEMPLE 1

se prépare maintenant 23/09/2015 PRESENTATION CLOUD TEMPLE 1 20 20 se prépare maintenant 23/09/2015 PRESENTATION CLOUD TEMPLE 1 Le rythme des innovations majeures s accélère Traduction temps réel Assistants personnels virtuels Cloud Computing Software Defined Anything

Plus en détail

l esprit libre www.thalesgroup.com/security-services

l esprit libre www.thalesgroup.com/security-services > L infogérance l esprit libre Ou comment contribuer à la performance de l entreprise en externalisant ses systèmes d information critiques www.thalesgroup.com/security-services >> PERFORMANCE ET INFOGERANCE

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Des projets et des Hommes au service de l innovation EDI. www.bluteams.fr

Des projets et des Hommes au service de l innovation EDI. www.bluteams.fr Des projets et des Hommes au service de l innovation EDI Blue 0821 Présentation Blute@ms Group, créée en 2008, est composée de 3 filiales : Direction de Projets AMOE / AMOA EDI & Flux Développements applicatifs

Plus en détail

Snecma Services. For a longer life.

Snecma Services. For a longer life. Snecma Services. For a longer life. TM 1 GROUPE SAFRAN Un groupe international de haute technologie spécialisé dans quatre domaines d activité : Propulsion aéronautique et spatiale Snecma Snecma Services

Plus en détail

Périmètre d Intervention. Notre Offre

Périmètre d Intervention. Notre Offre 5 Nos Références 4 Nos Valeurs 3 Périmètre d Intervention 1 2 Notre Offre 1 La société La Société Qui sommes nous? 20 ans d expérience - 4 ans d existence Management des Systèmes d information Performance

Plus en détail

- Les métiers de l informatique - Focus sur les métiers de Capgemini. Djamal SAID, le 11 Mars 2009

- Les métiers de l informatique - Focus sur les métiers de Capgemini. Djamal SAID, le 11 Mars 2009 - Les métiers de l informatique - Focus sur les métiers de Capgemini Djamal SAID, le 11 Mars 2009 AGENDA Les métiers de l informatique Présentation de Capgemini Les métiers de Capgemini DSI ou SSII : Les

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Jean- Louis CABROLIER

Jean- Louis CABROLIER Directeur de Programme / Directeur de Projets Jl@cabrolier.com www.cabrolier.com Tel: +33 1 77 19 84 68 Mobile: +33 6 07 45 92 51 Direction de programmes et projets Management de transition et Organisation

Plus en détail

Système d information Système informatique

Système d information Système informatique [ Système d information Système informatique I q Définitions A. Système d information «Le système d information est un ensemble organisé de ressources : matériel, logiciel, personnel, données, procédures...,

Plus en détail

Les enjeux de l IT Service Management

Les enjeux de l IT Service Management Les enjeux de l IT Service Management Préparé pour IBM France Montpellier, 2 et 3 juillet 2008 Richard Peynot Agenda Les enjeux de la DSI et l IT Service Management ITIL s impose comme le standard ITSM

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

Développez votre système d'information en toute simplicité

Développez votre système d'information en toute simplicité Développez votre système d'information en toute simplicité IT CONSULTING HOSTING as a service SR opérations SA Société suisse fondée en 2003, SR opérations SA est une filiale de SRF groupe SA. SR opérations

Plus en détail

Matinée Standarmedia Gestion des Ressources Humaines et SIRH Mardi 7 novembre 2006 Table ronde n 1

Matinée Standarmedia Gestion des Ressources Humaines et SIRH Mardi 7 novembre 2006 Table ronde n 1 Matinée Standarmedia Gestion des Ressources Humaines et SIRH Mardi 7 novembre 2006 Table ronde n 1 Externalisation des fonctions et processus RH Approches et apports pour les entreprises Sylvie Chauvin

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Vers une IT as a service

Vers une IT as a service Vers une IT as a service 1 L évolution du datacenter vers un centre de services P.2 2 La création d une offre de services P.3 3 La transformation en centre de services avec System Center 2012 P.4 L évolution

Plus en détail

Mission Val de Loire 81 rue Colbert BP 4322 37043 TOURS CEDEX 1 Siret 254 503 048 00012. Cahier des charges MAINTENANCE INFORMATIQUE

Mission Val de Loire 81 rue Colbert BP 4322 37043 TOURS CEDEX 1 Siret 254 503 048 00012. Cahier des charges MAINTENANCE INFORMATIQUE Mission Val de Loire 81 rue Colbert BP 4322 37043 TOURS CEDEX 1 Siret 254 503 048 00012 Cahier des charges MAINTENANCE INFORMATIQUE Mai 2013 Table des matières Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Objectifs...

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Etude des outils du Cloud Computing

Etude des outils du Cloud Computing Etude des outils du Cloud Computing Sommaire : Présentation générale.. 2 Définitions. 2 Avantage.. 2 Inconvénients. 3 Types d offres de service Cloud.. 3 Comparaison des services Cloud 4 Conclusion 5 Présentation

Plus en détail

Sommaire 2. Généralités 3. ISO 27001 et SMG ou le pilotage de NC2 4. Approche processus et cartographie 5

Sommaire 2. Généralités 3. ISO 27001 et SMG ou le pilotage de NC2 4. Approche processus et cartographie 5 Sommaire 2 Généralités 3 ISO 27001 et SMG ou le pilotage de NC2 4 Approche processus et cartographie 5 D une organisation fonctionnelle vers des processus 6 Pilotage des processus et Amélioration continue

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 09 : CC : Cloud Computing Sommaire Introduction... 2 Définition... 2 Les différentes

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours)

TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours) TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours) Organisations = rassemblent de personnes qui répartit des tâches : I) Présentation de l entreprise A) Approche économique et sociale 1)

Plus en détail

INOP'S : un modèle prometteur

INOP'S : un modèle prometteur INOP'S : un modèle prometteur Décembre 2012 92 avenue de Wagram 75017 Paris Tel : +33 (0)1 56 56 63 33 info-france@pac-online.com Eric Monnoyer VP Consulting e.monnoyer@pac-online.com Le marché de l expertise

Plus en détail

Module Projet Personnel Professionnel

Module Projet Personnel Professionnel Module Projet Personnel Professionnel Elaborer un projet personnel professionnel. Connaissance d un métier, d une entreprise ou d un secteur d activités. Travail individuel de recherche SUIO-IP Internet

Plus en détail

Conseil en Amélioration de Performances

Conseil en Amélioration de Performances Gérer et réussir ensemble vos projets complexes pour améliorer votre résultat financier Conseil en Amélioration de Performances Nous améliorons les performances opérationnelles et financières de votre

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

Conseil en Technologie et Systèmes d Information

Conseil en Technologie et Systèmes d Information Conseil en Technologie et Systèmes d Information SMQ Offre Infrastructures_AT V2 SOMMAIRE Offre de services Infogérance pour PME, TPE, Administrations & Institutions NOTRE OFFRE COMPETENCES EXPERTISE SYSTEMES

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

Cloud computing ET protection des données

Cloud computing ET protection des données Cloud computing ET protection des données Typologies du CLOUD Ce sont les solutions complètement gérées par la DSI. La DSI peut faire éventuellement appel à un prestataire (type infogérant) mais elle

Plus en détail

AFDIT I Les contrats Cloud : des contrats clés en main? 15 octobre 2015

AFDIT I Les contrats Cloud : des contrats clés en main? 15 octobre 2015 AFDIT I Les contrats Cloud : des contrats clés en main? 15 octobre 2015 Déroulement Rappel : qu est-ce que Syntec Numérique? Une définition du Cloud Computing Les caractéristiques du Cloud Computing Les

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Aligner le SI sur la stratégie de l entreprise

Aligner le SI sur la stratégie de l entreprise En convention avec la chaire Ecole Polytechnique Thales «Ingénierie des systèmes complexes» Aligner le SI sur la stratégie de l entreprise Etude de cas: Transformation d un Système d Information Philippe

Plus en détail

Les avantages de la solution Soluciteam

Les avantages de la solution Soluciteam Qui sommes nous? Les avantages de la solution Soluciteam Notre offre Nos missions Nos références 1 - QUI SOMMES NOUS? PRESENTATION DE L ENTREPRISE Soluciteam, société de prestations de services informatiques

Plus en détail

L innovation au cœur des processus et des systèmes

L innovation au cœur des processus et des systèmes L innovation au cœur des processus et des systèmes www.novigo-consulting.com NOS OFFRES Notre vocation est d appuyer les entreprises pour évaluer la multitude de besoins et assurer le succès des projets

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client.

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client. Les PGI Les Progiciels de Gestion Intégrés sont devenus en quelques années une des pierres angulaire du SI de l organisation. Le Système d Information (SI) est composé de 3 domaines : - Organisationnel

Plus en détail

CIGREF 2010. La contribution des SI à la création de valeur

CIGREF 2010. La contribution des SI à la création de valeur 1 CIGREF 2010 La contribution des SI à la création de valeur Michel DELATTRE Directeur des Systèmes d Information du Groupe La Poste Administrateur du CIGREF CIGREF 2 Créé en 1970 Association de Grandes

Plus en détail

GT Architecture Technique d Entreprise. Le Métier d ATE : définitions, contributions, compétences, outils, dimensionnement.

GT Architecture Technique d Entreprise. Le Métier d ATE : définitions, contributions, compétences, outils, dimensionnement. GT Architecture Technique d Entreprise Le Métier d ATE : définitions, contributions, compétences, outils, dimensionnement. LE GT ATE du CRiP Se réunit depuis trois ans Ses membres : des Architectes Techniques

Plus en détail

GERER SA MAINTENANCE INFORMATIQUE

GERER SA MAINTENANCE INFORMATIQUE L AFNOR définit la maintenance comme l «ensemble des actions permettant de maintenir et de rétablir un bien dans un état spécifié ou en mesure d assurer un service déterminé.» De nos jours, les systèmes

Plus en détail

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens Frédéric ELIEN SEPTEMBRE 2011 Sommaire Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens... 3 «Pourquoi?»...

Plus en détail

Baromètre des investissements numériques en France

Baromètre des investissements numériques en France Baromètre des investissements numériques en France Novembre 2015 Objectifs Baromètre des investissements numériques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables informatique

Plus en détail

Les pratiques du sourcing IT en France

Les pratiques du sourcing IT en France 3 juin 2010 Les pratiques du sourcing IT en France Une enquête Solucom / Ae-SCM Conférence IBM CIO : «Optimisez vos stratégies de Sourcing» Laurent Bellefin Solucom en bref Cabinet indépendant de conseil

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Petit Déjeuner. Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources?

Petit Déjeuner. Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources? Petit Déjeuner Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources? 29 Janvier 2004 Mutualisation ou Externalisation?!1- Problématique de création de valeur!2- Définitions CSP / Externalisation!3-

Plus en détail

VIRTUALISATION: Des solutions technologiques pour tous vos besoins d'affaires

VIRTUALISATION: Des solutions technologiques pour tous vos besoins d'affaires VIRTUALISATION: EN FAIRE PLUS AVEC MOINS Des solutions technologiques pour tous vos besoins d'affaires De plus en plus de serveurs. Pas surprenant que les coûts en informatique continuent de monter! Si

Plus en détail

CA Oblicore Guarantee On Demand

CA Oblicore Guarantee On Demand FICHE PRODUIT : CA Oblicore Guarantee on Demand CA Oblicore Guarantee On Demand agility made possible CA Oblicore Guarantee On Demand est une solution de SaaS (Software-as-a-Service) extensible pour la

Plus en détail

Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie

Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie Les services de gestion de l énergie Schneider Electric valorisent votre datacenter. Schneider Electric www.schneider-electric.com

Plus en détail

Gérer les ventes avec le CRM Servicentre

Gérer les ventes avec le CRM Servicentre «Augmentez votre chiffre d affaires en prenant le contrôle de vos activités de ventes» 1 Gérer les ventes avec le CRM Servicentre L ÉVOLUTION EN SOLUTIONS INTÉGRÉES Un développeur de logiciels d expérience

Plus en détail

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal Chapitre 9 LA FONCTION SUPPLY CHAIN 9.1 Les bases du plan de performance Supply chain et Logistique La Direction de la Supply chain est née récemment des nouveaux enjeux internes liés à l évolution du

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

AGARIK, GROUPE ATOS PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ. Agarik, hébergeur d un monde intelligent

AGARIK, GROUPE ATOS PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ. Agarik, hébergeur d un monde intelligent AGARIK, GROUPE ATOS PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ Agarik, hébergeur d un monde intelligent Profil société 2 Profil La société SECTEUR D ACTIVITÉ : CLOUD ET INFOGÉRANCE Société du groupe ATOS Effectif : 50

Plus en détail

SOMMAIRE. 2.Maîtriser les Processus : Qu est-ce que ça apporte? 15. 3.Comment maîtriser vos Processus? 19

SOMMAIRE. 2.Maîtriser les Processus : Qu est-ce que ça apporte? 15. 3.Comment maîtriser vos Processus? 19 1.Introduction 5 1.1 A qui s adresse ce petit cahier? 6 1.2 Comment utiliser ce petit cahier? 7 1.3 Dans quel contexte utiliser ce petit cahier? 8 1.4 Les Processus, c est quoi? 9 2.Maîtriser les Processus

Plus en détail

Date : 29/10/2015 Version : v 0.4 IDENTIFICATION DU POSTE. Intégrateur d applications Administrateur d outils A ou contractuel de droit public

Date : 29/10/2015 Version : v 0.4 IDENTIFICATION DU POSTE. Intégrateur d applications Administrateur d outils A ou contractuel de droit public FICHE DE DESCRIPTION DE POSTE DIRECTION DE L INFORMATION LEGALE ET ADMINISTRATIVE TITULAIRE DU POSTE Nom : Prénom : RESPONSABLE HIERARCHIQUE DIRECT Nom : Aziz Prénom : Bénédicte Visa : Visa : Date : 29/10/2015

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Association ESSONNE CADRES

Association ESSONNE CADRES Association ESSONNE CADRES 10 avenue du Noyer Lambert - 91300 MASSY : 01 60 12 01 45 Email : competences91@essonnecadres.org Site web : www.essonnecadres.org Besoin d un Professionnel pour une situation

Plus en détail

L'outsourcing Cadre général Focus sur le domaine des systèmes d'information des PME

L'outsourcing Cadre général Focus sur le domaine des systèmes d'information des PME L'outsourcing Cadre général Focus sur le domaine des systèmes d'information des PME Patrick Joset, ABISSA Informatique SA Petits-déjeuners des PME & start-up - 13/11/09 CV Patrick Joset Jurassien d origine,

Plus en détail

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques.

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Ville de Paris Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Mail : richard.malachez@paris.fr Tel : 01 43 47 62 96 Organisme d accueil Présentation

Plus en détail

Continuité. Management de la. d activité. Assurer la pérennité de l, entreprise : planification, choix techniques et mise en œuvre 2 e édition

Continuité. Management de la. d activité. Assurer la pérennité de l, entreprise : planification, choix techniques et mise en œuvre 2 e édition E M M A N U E L Préface de Dominique Guinet B E S L U A U Management de la Continuité d activité Assurer la pérennité de l, entreprise : planification, choix techniques et mise en œuvre 2 e édition Groupe

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

NET@XIS OFFRE DE SERVICES OFFSHORE SAP

NET@XIS OFFRE DE SERVICES OFFSHORE SAP NET@XIS OFFRE DE SERVICES OFFSHORE SAP SOMMAIRE Introduction... 3 Scénarii & tendances...4 Offre de services Netaxis.8 Méthodologie... 9 Infrastructure Technique...11 Livrables...12 Management de Project...13

Plus en détail

DÉPLOIEMENT D UN ERP. Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins

DÉPLOIEMENT D UN ERP. Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins 1 DÉPLOIEMENT D UN ERP Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins LA CONDUITE D UN PROJET ERP La conduite d un projet d ERP est différente

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Cloud Computing, discours marketing ou solution à vos problèmes?

Cloud Computing, discours marketing ou solution à vos problèmes? Cloud Computing, discours marketing ou solution à vos problèmes? Henri PORNON 3 avril 2012 IETI Consultants 17 boulevard des Etats-Unis - F-71000 Mâcon Tel : (0)3 85 21 91 91 - fax : (0)3 85 21 91 92-

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise Comprendre comment réussir la continuité de service Mars 2008 Xavier Flez yphise@yphise.com Propriété Yphise 1 Constat Nous voyons dans beaucoup de DSI des opérations métier critiques sur lesquelles les

Plus en détail

Prendre la bonne décision, au bon moment, sur le bon sujet, sur la base des meilleures analyses, pour agir sur le bon indicateur.

Prendre la bonne décision, au bon moment, sur le bon sujet, sur la base des meilleures analyses, pour agir sur le bon indicateur. 2 Toute entreprise dispose d un capital informationnel qui, s il est efficacement géré, contribue à sa valeur et à sa performance. La société RHeport, propose une solution logicielle : RH&View, innovante,

Plus en détail

Responsable IT. Patrice Legoux CV 1986-2011. Patrice Legoux 74 allée des bosquets 93340 Le Raincy. +33 (0) 660 3132 93 business@patrice.legoux.

Responsable IT. Patrice Legoux CV 1986-2011. Patrice Legoux 74 allée des bosquets 93340 Le Raincy. +33 (0) 660 3132 93 business@patrice.legoux. Patrice Legoux Responsable IT CV 1986-2011 Patrice Legoux 74 allée des bosquets 93340 Le Raincy +33 (0) 660 3132 93 business@patrice.legoux.org Chez Bouygues Telecom de 1997 à 2010, j ai exercé les postes

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification Séminaire national Alger 12 Mars 2008 «L Entreprise algérienne face au défi du numérique : État et perspectives» CRM et ERP Impact(s) sur l entreprise en tant qu outils de gestion Historique des ERP Le

Plus en détail

5 Clefs pour basculer dans le monde du SaaS

5 Clefs pour basculer dans le monde du SaaS 5 Clefs pour basculer dans le monde du SaaS Philippe Nicard, Directeur Opérations SaaS et Support Julien Galtier, Senior Manager consulting SIRH, ACT-ON Agenda L origine du SaaS Vers une démarche SaaS

Plus en détail

SESSION 2010 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D'INFORMATION. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1

SESSION 2010 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D'INFORMATION. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 1020005 DSCG SESSION 2010 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D'INFORMATION Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

Cloud Computing. La révolution industrielle informatique. 2015 - Alexis Savin

Cloud Computing. La révolution industrielle informatique. 2015 - Alexis Savin Cloud Computing La révolution industrielle informatique 0 2015 - Alexis Savin Qui je suis Alexis Savin (asavin@integra.fr) Formation : Diplômé Ingénieur de l EPITA Spécialités : Architecture Réseau / Sécurité

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU

REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU PRÉSENTATION DU GROUPE Présent depuis plus de 17 ans en région Rhône Alpes où il a acquis une position de leader sur son marché, le Groupe CFI a élaboré, développé et modélisé avec

Plus en détail

ERP SURVEY 2014 1 ÈRE ENQUÊTE EN FRANCE AUTOUR DE LA SATISFACTION DES UTILISATEURS D ERP ET DE PROGICIELS DE GESTION

ERP SURVEY 2014 1 ÈRE ENQUÊTE EN FRANCE AUTOUR DE LA SATISFACTION DES UTILISATEURS D ERP ET DE PROGICIELS DE GESTION ERP SURVEY 2014 1 ÈRE ENQUÊTE EN FRANCE AUTOUR DE LA SATISFACTION DES UTILISATEURS D ERP ET DE PROGICIELS DE GESTION SURVEY ERP : LES OBJECTIFS Mesurer la satisfaction des utilisateurs d ERP / de progiciels

Plus en détail

Symposium IGSI 24 Mai 2007

Symposium IGSI 24 Mai 2007 Symposium IGSI 24 Mai 2007 In et Out sourcing : approche de la gestion des compétences Denis Torregrossa ESSILOR EN BREF N 1 mondial de l optique ophtalmique 2,7 milliards de CA en 2006 28 000 collaborateurs

Plus en détail

Recovery as a Service

Recovery as a Service Recovery as a Service Quand le Cloud Computing vole au secours des entreprises Membres du groupe : KIRCHHOFER Nicolas BUISSON Marc DJIBRINE Rayanatou DUVAL Fabien JOUBERT Yohan PAQUET Jérôme 1 Coachés

Plus en détail

Introduction. Pourquoi ce livre?

Introduction. Pourquoi ce livre? Introduction Pourquoi ce livre? La gestion de projet est un processus à la fois courant et complexe de nos organisations. Courant car la culture du travail en «mode projet» fait partie du vocabulaire et

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015 Société anonyme au capital de 538 668 euros. Siege social: 5-9, rue Mousset Robert 75012 Paris. RCS Bobigny 440 014 678 Activité : Services de Télécommunication

Plus en détail

«Quelle solution paie pour votre organisation?»

«Quelle solution paie pour votre organisation?» «Quelle solution paie pour votre organisation?» Internalisée, externalisée, assistée Choisir sa solution paie en fonction de son organisation ou Adapter son organisation à sa solution paie? Quels sont

Plus en détail

Au Service de la Performance IT

Au Service de la Performance IT DEODIS Filiale du Groupe Neurones NEURONES en quelques chiffres SSII diversifiée avec 25 ans d expérience 2500 collaborateurs 10 ème SSII française cotée (Eurolist) CA 2008 : 189 M en croissance de 20%

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

La Continuité des Activités

La Continuité des Activités Caroline Fabre- Offering Manager BC&RS Ikbal Ltaief Consulting Manager BC&RS La Continuité des Activités Nouveaux enjeux, nouvelles technologies, nouvelles tendances Paris, le 9 juin 2010 Grandes entreprises

Plus en détail

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Pépinière Acheteurs publics 21 avril 2006 Atelier : «Conduite du changement» Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Atelier «Conduite du changement» Plan de l intervention

Plus en détail

impacts du Cloud sur les métiers IT: quelles mutations pour la DSI?

impacts du Cloud sur les métiers IT: quelles mutations pour la DSI? impacts du Cloud sur les métiers IT: quelles mutations pour la DSI? Intervenants : Diarétou Madina DIENG Directrice Développement Orange business Services Sénégal Brutus Sadou DIAKITE Directeur Systèmes

Plus en détail