Les confusions entre indice, benchmark, allocation stratégique et passive

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les confusions entre indice, benchmark, allocation stratégique et passive"

Transcription

1 Les confusions entre indice, benchmark, allocation stratégique et passive Noël Amenc PhD, Professeur de Finance, Edhec Business School Directeur de la Recherche, Misys Asset Management Systems 27 Novembre 2003

2 Sommaire Benchmarks versus Indices Les arguments «indiciels» L importance du choix du benchmark Peut-on se passer d un benchmark? Conclusion

3 Benchmarks versus Indices Qu est-ce qu un benchmark? Un benchmark est un portefeuille de référence pour la gestion. A ce titre, il est représentatif des risques de la gestion sur la période de référence. Ce portefeuille sert à la fois à gérer et à évaluer la performance. Une gestion «non benchmarkée» limite le rôle du benchmark à l évaluation de la performance. Choisir un benchmark pour sa gestion, c est se fixer un objectif en termes de risques systématiques du portefeuille. Même quand la gestion se veut sans benchmark (bottom-up, absolute return ), cela ne signifie pas qu elle est sans risque. Il est donc toujours possible a postériori de reconstituer un benchmark.

4 Benchmarks versus Indices Qu est-ce qu un indice? Un indice est un portefeuille représentatif d un ou de plusieurs facteurs de risques : un indice géographique se fixe pour objectif de représenter le risque du marché boursier du pays considéré indice de style : représentatif du risque du style concerné indice sectoriel : représentatif du risque de secteur Une gestion «indexée» signifie que l indice est le benchmark du gérant.

5 Benchmarks versus Indices Les indices sont-ils de bons benchmarks? Si par «bon», on entend «représentatif du risque de la gestion» : Oui, si le gérant décide de ne pas s écarter de l indice qu il a choisi comme benchmark. Seule lui est autorisée une tracking-error faible ou pour le moins essentiellement constituée du risque spécifique des titres de son portefeuille. Non, si le gérant construit sa performance à partir d un choix de risques systématiques différents de celui du benchmark. Si par «bon», on entend «efficient», qu il n y a pas de meilleur choix possible : Non, mais est-ce l objectif d un indice? Un indice se veut représentatif d un risque. Il n est pas le «portefeuille optimal de marché» introuvable de la littérature financière (Roll, 1977).

6 Les arguments «indiciels» Les lectures «rapides» de la littérature académique Le modèle de Black-Litterman (1990) Il est bien connu que de faibles variations dans les inputs (rendements moyens, matrice de variance-covariance des actifs) entraînent de fortes variations dans les outputs (composition des portefeuilles efficients) Cette sensibilité aux conditions initiales est d autant plus dommageable qu il est difficile d estimer les moments d ordre 1 (et aussi, mais dans une moindre mesure, les moments d ordre 2) de la distribution des rentabilités des actifs avec une grande précision (Merton (1980), Jorion (1985, 1986)) Typiquement, l optimisation moyenne-variance conduit à surpondérer les classes d actifs pour lesquelles l erreur d estimation est la plus grande!

7 Les arguments «indiciels» Les lectures «rapides» de la littérature académique Le modèle de Black-Litterman (1990) - suite Black et Litterman ont proposé une méthode permettant d effectuer des optimisations moyenne-variance plus robustes L idée est d extraire des estimations des rendements moyens qui sont explicites dans la composition d un benchmark donné Ces estimations des rendements moyens sont alors utilisées comme points de référence, et les vues (paris actifs) des investisseurs sont exprimées comme des paris relatifs à ces points de référence Portée et généralité de l approche : L investisseur a également la possibilité de préciser le niveau d incertitude sur ses vues, ainsi que les corrélations éventuelles entre ses vues ; l investisseur «bayesien» est un peu mois passéiste. En revanche, l approche conserve le caractère statique et moyenne-variance propre à Markowitz.

8 Les arguments «indiciels» Les lectures «rapides» de la littérature académique La fausse contrainte de Black-Litterman Il est parfois dit que la méthode de Black-Litterman légitimait le rôle des indices de marché comme portefeuilles de référence Rien n exige en fait que le benchmark utilisé dans la méthode de Black- Litterman soit un indice de marché ; ce benchmark peut très bien être le portefeuille stratégique de référence de l investisseur Alternative à Black-Litterman : Une autre façon, moins subtile mais assez proche dans son esprit, consiste à imposer des contraintes de tracking error vis-à-vis d un indice, ou plus généralement vis-à-vis d un benchmark de référence On peut montrer que de telles contraintes de tracking error reviennent à implémenter une technique de «statistical shrinkage» (amélioration des propriétés des estimateurs par structuration du problème).

9 Les arguments «indiciels» Les lectures «rapides» de la littérature académique Les travaux «oubliés» : des indices plus efficients De récents travaux ont mis en évidence la possibilité de créer des benchmarks plus efficients que les indices de marché Par exemple, Alexander et Dimitriu (2003) proposent la réplication de la première composante principale d un ensemble de titres, plutôt qu un portefeuille équipondéré ou capi-pondéré, cr? à partir de ces titres. En s appuyant sur une estimation débruitée de la matrice de variancecovariance des titres, ils montrent que cette approche permet une meilleure stabilité et une surperformance par rapport aux benchmarks de marché Une approche polaire consiste à utiliser comme benchmark un portefeuille minimum-variance constitué à partir des titres individuels.

10 Les arguments «indiciels» Les lectures «rapides» de la littérature académique L efficience des indices «bute» aussi sur l inobservabilité du portefeuille de marché. Dans le cas du modèle de marché (CAPM) : modèle d équilibre = indice général des actifs. Cf. la critique de Roll (1977) pour lequel les indices ne sont pas représentatifs de l univers d investissement et ne tiennent pas compte des revenus liés au capital humain (salaires, stock options, etc.) Existe-t-il un indice efficient ou des modèles de construction de portefeuille efficient? Si le CAPM n est pas un bon modèle, i.e., s il existe des facteurs (par exemple, taille, B/M) autres que l exposition au rendement du marché qui commandent une prime de risque, le portefeuille optimal sera impacté par la présence de ces facteurs (cf. hedging demands dans le modèle de Merton (1971)).

11 Les arguments «indiciels» Fama, French et les autres... La logique de représentativité pour les capitalisations boursières est issue du CAPM et de l idée que le risque et la rentabilité sont liés, le risque de marché étant le seul risque pris en compte. Si l on prend en considération d autres risques, et notamment le risque de faillite plus important pour les petites capitalisations ou pour des valeurs ayant de faibles perspectives de profit (appelées à tort «value»), les portefeuilles construits ont des profils de risques différents. Cette diversification à partir d une approche multifactorielle est à la base des offres de type «enhanced indexation» et justifie le recours aux modèles multifactoriels (Fama et French, Barra etc). Dimensional Fund Advisors s est fait le promoteur de ce type d approche aux USA avec des surperformances de 400 bps / an aux indices value-weighted.

12 Les arguments «indiciels» Fama, French et les autres... Cela suppose bien entendu que la diversification s effectue sur un modèle factoriel spécifique pour les risques de l univers d investissement. Earnings / Assets ,38 Value Stock Company Size and Financial Strength Annual Data: Earnings 9,68 Growth Stock Annualized Compound Return 18,00% 16,00% 14,00% 12,00% 10,00% 8,00% 6,00% 4,00% 2,00% 0,00% Returns 16,85% Value Stocks 12,25% Growth Stocks Earnings / Assets Earnings 4,16 6,2 Annualized Compound Return 18,00% 16,00% 14,00% 12,00% 10,00% 8,00% 6,00% 4,00% 2,00% 0,00% Returns 16,12% 12,25% Small Stocks Large Stocks Small Stocks Large Stocks Source: Dimensional Fund Advisors Inc., April 2001

13 Les arguments «indiciels» Les indices sont des choix de risques particuliers La logique de représentativité n est pas une logique de «pureté» Exposition du DJ EURO STOXX 50 aux secteurs Juin 96 à Fev 00 Mars 00 à Nov 03 DJ EURO STOXX ES BASIC MATS. - PRICE INDEX 1,03% 9,94% DJ EURO STOXX ES CNS. NON. CYC. - PRICE INDEX 8,19% 10,60% DJ EURO STOXX ES CNS. CYCLICAL - PRICE INDEX 21,57% 1,37% DJ EURO STOXX ES ENERGY - PRICE INDEX 11,74% 15,00% DJ EURO STOXX ES FINANCIAL - PRICE INDEX 20,00% 24,60% DJ EURO STOXX ES HEALTHCARE - PRICE INDEX 0,00% 0,67% DJ EURO STOXX INDUSTRIAL - PRICE INDEX 0,00% 0,00% DJ EURO STOXX ES TECHNOLOGY - PRICE INDEX 13,40% 15,74% DJ EURO STOXX ES TELECOM. - PRICE INDEX 20,54% 12,58% DJ EURO STOXX ES UTILITIES - PRICE INDEX 3,53% 9,49% Source: Edhec Risk and Asset Management Research Centre (2003) Analyse d exposition effectuée selon une analyse RBSA par approche de régression contrainte de W. Sharpe (1992)

14 Les arguments «indiciels» Les indices sont des choix de risques particuliers La logique de représentativité n est pas une logique de «pureté» Exposition du DJ EURO STOXX 50 aux styles growth et value Mars 00 à Nov 03 Juin 96 à Fev 00 0% 20% 40% 60% 80% 100% MSCI EUROPEAN UNION :V - TOT RETURN IND MSCI EUROPEAN UNION :G - TOT RETURN IND Source: Edhec Risk and Asset Management Research Centre (2003) Analyse d exposition effectuée selon une analyse RBSA par approche de régression contrainte proposée par W. Sharpe (1992)

15 Les arguments «indiciels» Les indices sont des choix de risques particuliers La logique de représentativité ne peut pas toujours être appréhendée par un critère simple et objectif comme les capitalisations boursières L exemple des indices de style: Table 2. List of Competing Indexes for each Style Style List of competing indexes Small Cap Small Cap Growth Small Cap Value Mid Cap Mid Cap Growth Mid Cap Value Large Cap Large Cap Growth Large Cap Value IIA, Fama French, S&P BARRA, Dow Jones US, Russell, Wilshire IIA, Fama French, Russell, S&P BARRA, Dow Jones US, Wilshire IIA, Fama French, Russell, S&P BARRA, Dow Jones US, Wilshire IIA, S&P BARRA, Russell, Dow Jones US, Wilshire Russell, S&P BARRA, Dow Jones, Wilshire Russell, S&P BARRA, Dow Jones, Wilshire IIA, S&P BARRA, Fama French, Russell, Dow Jones US, Wilshire IIA, Fama French, Russell, S&P BARRA, Dow Jones US, MSCI, Wilshire IIA, Fama French, Russell, S&P BARRA, Dow Jones US, MSCI, Wilshire

16 Les arguments «indiciels» Les indices sont des choix de risques particuliers Hétérogénéité des indices actions Style Maximum Return Differential Small Cap (Feb 00: IIA (-4.04) / Dow Jones Indexes (24.50)) Small Cap Growth (Feb00 : IIA (1.56) / Dow Jones Indexes (33.34)) Small Cap Value (Jan01 : Fama French (0.774) / Dow Jones Indexes (18.71)) Mid Cap (Feb00 : Russell (-4.18) / Wilshire (13.90)) Mid Cap Growth (Dec91 : S&P Barra (14.45) / Russell (0.00)) Mid Cap Value 8.99 (Dec91 : S&P Barra (8.99) / Russell (0.00)) Large Cap (Sept98 : Dow Jones Indexes -0.62) / IIA (6.947)) Large Cap Growth (Feb01 : Dow Jones indexes (-18.36) / S&P Barra (11.75)) Large Cap Value (Sept90 : Russell (-13.20) / IIA (-2.21)) This table provides the maximum monthly return difference between competing indices for the same style Source: Edhec Risk and Asset Management Research Centre, 2003

17 Les arguments «indiciels» Les indices sont des choix de risques particuliers Figure 2. Heterogeneity Index Hétérogénéité des indices 0,180 0,160 0,155 0,162 0,140 0,131 0,120 0,114 0,114 0,100 0,104 0,102 0,080 0,073 0,060 0,040 0,025 0,020 0,000 Small Cap Small Cap Growth Small Cap Value Mid Cap Mid Cap Growth Mid Cap Value Large Cap Large Cap Growth Large Cap Value Source: Edhec Risk and Asset Management Research Centre, 2003 L indice d hétérogénéité est calculé à partir des corrélations entre chaque indice d une même catégorie de style. Ainsi, pour chaque catégorie, un indicateur (HI) est déterminé par différence entre 1 et la valeur du coefficient de corrélation inter-catégorie. Si HI=0, cela signifie donc que la catégorie est parfaitement homogène.

18 Les arguments «indiciels» Les indices sont des choix de risques particuliers Dans l univers alternatif, la complexité des stratégies et l opacité des fonds exacerbent le problème. Les indices de style de hedge-funds souffrent à la fois de problèmes de représentativité et de pureté (cf. Amenc, Martellini , et Vaissié ).

19 Les arguments «indiciels» Les fausses évidences empiriques Le «data mining» de John Bogle (ou l art de choisir la période pour dénoncer ses petits camarades ) Managed Fund Risk-Adusted Return Average Value Blend Growth Large 17,79% 0,23% 11,95% Medium 11,23% 6,91% 24,32% Small -4,85% 32,88% 158,96% Managed Fund Risk-Adusted Return Average Value Blend Growth Large -20,13% -16,79% -18,37% Medium -22,58% -22,83% -19,28% Small -28,57% -16,96% 9,52% Source: Minor (2001)

20 Les arguments «indiciels» Les fausses évidences empiriques Plus généralement, la sous-performance constatée d un grand nombre de fonds est plus liée à l aversion à la perte des investisseurs qu à la fatalité ou l efficience des indices. Ainsi, une étude célèbre de Dalbar (1996) sur les investisseurs US montre que leur souci d éviter le risque de faillite par le stock picking a pour conséquence une sous-performance annuelle de 10% par rapport au S&P500.

21 L importance du choix du benchmark Strategy Benchmarks Les poids «normaux» ou neutres Le benchmark est considéré dans la littérature académique et professionnelle sur l analyse et la gestion de portefeuille comme le portefeuille constitué des poids «normaux» ou neutres sur la période d analyse. Bailey, Richard et Tierney (1990) ont formalisé cette approche par : avec P=B+(P-B)=B+A B : Benchmark A : Position Active si M est un indice de marché, on peut écrire : P=M+(B-M)+A=M+S+A où S est l exposition au style du benchmark, et donc du marché.

22 L importance du choix du benchmark Strategy Benchmarks Les qualités d un benchmark (Bailey et alii, 1990, Bailey 1992) Non ambigu Investissable Mesurable Approprié Reflète les vues de l investisseur Spécifié à l avance Kuenzi distingue deux cas de gestion (2003) : «PBC disciplines» : le gérant n a pas de biais stratégique en dehors des indices (M=B donc S=0) «MS Strategy» : le gérant a un biais stratégique (M?B donc S?0)

23 L importance du choix du benchmark Strategy Benchmarks Le choix d un benchmark cohérent avec la stratégie conditionne la surperformance et sa mesure. Le tableau présente l impact du choix de sociétés à faible ratio d endettement sur la composition sectorielle d un benchmark stratégique vs S&P500 Published Index Sector Weights/Risk Controls and Those implied by Strategy (1) (2) (3) (4) (5) (6) S&P 500 Maximum Minimum Strategy Difference Risk Limits Weights Exposure Exposure Weight Strat - S&P Energy 3,57% +/- 7,5% 11,07% 0,00% 12,15% 8,58% Matrials 5,78% +/- 7,5% 13,28% 0,00% 1,68% -4,10% Industrials 11,80% +/- 7,5% 19,30% 4,30% 4,55% -7,25% Consumer Discrt 15,27% +/- 7,5% 22,77% 7,77% 11,75% -3,52% Consumer Stpls 11,65% +/- 7,5% 19,15% 4,15% 6,70% -4,95% Health Care 11,60% +/- 7,5% 19,10% 4,10% 22,34% 10,74% Financials 17,02% +/- 7,5% 24,52% 9,52% 5,07% -11,95% Info Technology 12,83% +/- 7,5% 20,33% 5,33% 34,84% 22,00% Telecom Services 3,20% +/- 7,5% 10,70% 0,00% 0,92% -2,28% Utilities 7,28% +/- 7,5% 14,78% 0,00% 0,00% -7,28% Source: "Strategy Benchmarks", David E. Kuenzi, The Journal of Portfolio Management, Winter 2003

24 L importance du choix du benchmark Strategy Benchmarks Attribution Example Using a Published and a Strategy Benchmark Using Published Benchmark Using Strategy Benchmark Outperformance of Technology Sector 10% 10% Portfolio Technology Exposure 23% 25% Benchmark technology Exposure 15% 25% Overweight (Portfolio Exposure - Index Exposure) 10% 0% Outperformance Attribuable to Technology Exposure * 1% 0% * Calculated as Overweight X Outperformance Source: "Strategy Benchmarks", David E. Kuenzi, The Journal of Portfolio Management, Winter 2003

25 L importance du choix du benchmark Strategy Benchmarks Return, Standard Deviation, and Sharpe Ratio Comparison - S&P500, S&P/BARRA Growth, and Strategy Benchmark (Annualized from Full Period 4/97-3/02 3 Years 4/97-3/00 2 Years 4/00-3/02 Monthly Data) S&P500 Growth Strategy S&P500 Growth Strategy S&P500 Growth Strategy Geometric Total Return 10,19% 10,15% 10,27% 27,43% 35,76% 37,78% -11,39% -19,50% -21,05% Standard Deviation 17,72% 20,55% 22,69% 17,43% 20,89% 19,42% 16,52% 20,89% 24,28% Sharpe Ratio 0,31 0,24 0,24 1,07 1,29 1,69 NM NM NM Source: "Strategy Benchmarks", David E. Kuenzi, The Journal of Portfolio Management, Winter 2003 Return, Standard Deviation, and Sharpe Ratio Comparison - S&P500, S&P/BARRA Growth, and Strategy Benchmark Full Period 4/97-3/02 3 Years 4/97-3/00 2 Years 4/00-3/02 versus S&P500 versus Growth versus S&P500 versus Growth versus S&P500 versus Growth Beta 1,20 1,08 1,04 1,03 1,41 1,14 Alpha -0,97% -0,27% 7,27% 0,80% -4,68% 1,69% Total Tracking Error 8,55% 5,31% 7,12% 5,15% 9,64% 5,61% Residual Tracking Error 7,75% 5,08% 7,09% 5,13% 6,82% 4,82% Information Ratio -0,13-0,05 1,03 0,16-0,69 0,35 Source: "Strategy Benchmarks", David E. Kuenzi, The Journal of Portfolio Management, Winter 2003

26 L importance du choix du benchmark L étude de Brinson, Singer, Beebower (1991) L étude de Brinson, Singer, Beebower (1991) analyse les causes de la variation de performance du portefeuille sur longue période en comparant les évolutions trimestrielles du portefeuille avec celles des classes d actifs dans lesquelles il est investi. L étude ne conclut que sur une évidence : quand les marchés représentatifs des classes d actifs dans lesquelles est investi le portefeuille s apprécient, le portefeuille voit sa valeur croître (quand l eau monte, le bateau monte!). Explication des variations de rendement sur longue période Explication des variations de rendement sur longue période 1,8% 2,1% 4,6% 91,5% Strategic Asset Allocation Market Timing Autres Stock Picking Source : Brinson, Beebower, Singer (1991)

27 L importance du choix du benchmark L étude de Brinson, Singer, Beebower (1991) Et pourtant, les professionnels s évertuent à lui en faire dire beaucoup plus Les mauvaises interprétations de l étude Brinson, Singer & Beebower étude de Nutall et Nutall (1998) Le pourcentage des auteurs qui interprètent mal l'œuvre de Brinson, en étant une solution à la relation entre l'allocation d'actifs et le niveau de rendement. Par exemple : Une étude suggère que plus de 91 % du rendement d'un 75% portefeuille est attribuable à son mix de classes d'actifs. Dans cette étude, la sélection d'actions individuelles et le market timing représentaient ensemble moins de 7 % du rendement d'un portefeuille diversifié." Vanguard Group Le pourcentage des auteurs qui interprètent mal l'œuvre de Brinson, en étant une solution aux conséquences du choix d'une politique d'allocation d'actifs par rapport à une autre. Par exemple : Une étude sur les gestionnaires de fonds de pension, 10% largement citée, démontre que 91,5 % de la différence entre les performances de deux portefeuilles distincts est due à l'allocation d'actifs." Fidelity Investments Autres citations erronées 13% Le pourcentage des auteurs qui ont cité Brinson avec précision 2% (seulement une interprétation juste)

28 L importance du choix du benchmark L étude de Brinson, Singer, Beebower (1991) La bonne question que n ont pas abordée Brinson, Singer & Beebower et qui a été posée par Ibbotson et Kaplan (2000) est celle de l explication de la différence entre les fonds. Explication des différences de rendement entre les fonds 3,5% 11,0% 40,0% Strategic Asset Allocation 45,5% TacticalAsset Allocation Stock Picking Fees Source : Edhec (2002) and Ibbotson, Kaplan (2000)

29 L importance du choix du benchmark L étude de Brinson, Singer, Beebower (1991) En 1997, Singer, en réponse aux critiques de l étude de 1991, admet que lorsque les valeurs de rentabilité et de risques s éloignent significativement de celles justifiant l allocation initiale, il convient de modifier cette dernière. L allocation stratégique n est pas synonyme d immobilisme.

30 L importance du choix du benchmark Comment évaluer le choix du benchmark? Le choix d un benchmark stratégique est une valeur ajoutée que les mesures traditionnelles du talent du gérant ne prennent pas en compte. L alpha est défini comme une capacité à surperformer le benchmark par le market timing et/ou le stock picking. Dans un article récent, Kuenzi (2003) a tenté de proposer une mesure de la valeur ajoutée du choix du benchmark par le gérant : Le benchmark doit être comparé à un indice de référence qui l englobe L indice de référence doit pouvoir minimiser sur longue période la tracking-error du benchmark Le changement de style conditionnera le choix d un benchmark et d une tracking-error.

31 Peut- on se passer d un benchmark? Peut-on se passer de stratégie? Les gestions en rentabilité absolue ont souvent un benchmark qui est le taux sans risque. Le choix d un benchmark est au cœur d un grand nombre de technologies de construction de portefeuille (optimisation relative). C est le choix d un benchmark qui, pour une même série de paris ou de prévisions, déterminera la rentabilité ajustée du risque du portefeuille. Choix du benchmark et performance du portefeuille. Benchmark Euribor 1 month EuroStoxx 50 50%/50% Benchmark Benchmark TAA Portfolio Benchmark TAA Portfolio Benchmark TAA Portfolko Cumulative Return 12.12% 27.52% % % % % Annualised Return 3.82% 8.28% % % -8.80% -3.91% Annualised Volatility 0.25% 5.55% 25.73% 22.45% 12.84% 10.08% Sharpe NA % Negative Returns NA 13.89% 61.11% 61.11% 38.89% 47.22% Worst Monthly Drawdown NA -3.39% % % -7.55% -6.56% Annualised Tracking Error NA NA NA 5.61% NA 5.64% Information Ratio NA NA NA NA Source: Amenc, Malaise, Sfer, Martellini (2003). Résultats d un portefeuille géré en Tactical Style Asset Allocation (Eurostoxx50 versus cash). Travaux de recherche soutenus par Eurex.

32 Peut- on se passer d un benchmark? Peut-on se passer de stratégie? Le choix d un benchmark est le fondement d un process de délégation de gestion. Sans choix de benchmark, il ne peut y avoir de fixation pour l investisseur d un niveau de risque. Plus généralement, en présence d une rémunération fondée sur la surperformance, l absence d un benchmark peut conduire à des prises de risque de la part du gérant peu compatibles avec le profil et l aversion au risque de l investisseur (Basak, Pavlova & Shapiro, 2003).

33 Peut- on se passer d un benchmark? Le benchmark n interdit pas d être actif Il est difficile de battre le marché si on ne s en éloigne pas! Grinold et Kahn (2000) ont montré qu il était totalement inefficace de rechercher des managers sans leur laisser de liberté de décision. Les fortes contraintes de tracking-error ne laissent la place qu à des paris sur des risques diversifiables et non rémunérés La mise en place d une approche core-satellite rend compatible le respect d un benchmark et les bénéfices d une allocation active du portefeuille.

34 Peut- on se passer d un benchmark? Comment implémenter la gestion active? La mauvaise interprétation de la loi fondamentale de la gestion active (Grinold, 1989, Clarke, de Silva et Thorley, 2002) IR = IC IR = TC(IC N N) IC n est pas identique selon que l on travaille sur les styles, les secteurs, les classes ou les titres. La faiblesse de IC dans le cas du stock picking relativise l intérêt d une multiplication des positions(n) ou d un desserrement des contraintes (TC). L excès de rendement ne compense alors pas la tracking-error.

35 Conclusion Le choix du benchmark est une source essentielle de performance ajustée du risque. Le benchmark est au cœur du process d investissement des asset managers Européens. Which investment process do you favour? (Europe) 33% Country France Germany UK A top/down approach separating the strategic and tactical allocation phase from the stock picking stage 100% 75% 37% An opportunitic approach based on stock selection without reference to a process or to asset allocation constraints 0% 0% 0% A bottom up approach based on stock selection with allocation constraints 0% 25% 63% 3% 64% Percentage is established based on number of responses, eleven percent of respondents did not answer this question. A top/down approach separating the strategic and tactical allocation phase from the stock picking stage Source: Edhec European Asset Management Practices Survey 2003 An opportunistic approach based on stock selection without reference to a process or to asset allocation constraints A bottom up approach based on stock selection with allocation constraints

36 Conclusion Malheureusement, celui-ci est trop souvent assimilé à un indice ou ne fait pas l objet pour sa construction de l attention que justifierait son influence sur le risque et la performance du portefeuille. Is portfolio composition for one or more asset classes, categories or styles based on: 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Optimisation of absolute risk basedon a mean-variance approach Optimisation of absolute risk basedon a mean-var approach An approach based on a minimum acceptable level of riskor return The minimisation of volatilityrisk The minimisation of extreme risk A relative riskapproachcompared to a benchmark that represents the long-term allocation policy No quantitative methods for optimisation Others France Germany United Kingdom Others Europe

37 Références Amenc, N., P. Malaise, L. Martellini and D. Sfeir, October 2003, Portable alpha and portable beta strategies in the Euro zone Implementing active asset allocation decisions using equity index options and futures (preliminary version), Edhec Risk and Asset Management Research Centre, working paper. Amenc N., and L. Martellini, 2002, The brave new world of hedge fund indices, USC / Edhec Risk and Asset Management Research Centre, working paper. Bailey, J. V., Spring 1992, Are manager universes acceptable performance benchmarks?, The Journal of Portfolio Management, pp Bailey, J. V., T. M. Richards and D. E. Tierney, 1990, Benchmarks portfolios and the manager/plan sponsor relationship, in Frank J. Fabozzi and T. Dessa Fabozzi eds., Current Tropics in Investment Management, New York: Harper Collins, pp Basak S., A., Pavlova, and A., Shapiro, April 2003, Offsetting the incentives: Risk shifting and benefits of benchmarking in money management, MIT Sloan School of Management, working paper Black, F., and R. Litterman, 1990, Asset allocation: combining investor views with market equilibrium, Goldman Sachs, Quantitative Research Group.

38 Références Bogle, J., The Implication of Style Analysis for Mutual Fund Performance Evaluation, The journal of Porfolio Management, Summer 1998,pp Brinson G. P., B. D. Singer and G. L. Beebower, May-June 1991, Determinants of portfolio performance II : An update, Financial Analysts Journal. Clarke R., H. de Silva and S. Thorley, September/October 2002, Portfolio construction and the fundamental law of active management, Financial Analysts Journal, pp Dalbar study, 1996, Quantitative analysis of investor behavior, Fourth Quarter Update. Dimensional Fund Advisors Inc., April 2001 Dimitriu, A., and C., Alexander, 2003, Common trends, mean reversion and herding: sources of abnormal returns in equity returns, working paper, ISMA Center Edhec, 2003, Edhec European Asset Management Practices Survey, Edhec Risk and Asset Management Research Center Fama E. F., and K. R., French, 1992, The cross-section of expected stock returns, The Journal of Finance, 47, pp Grinhold R. C., Spring 1989, The fundamental law of active management, The Journal of Portfolio Management, pp

39 Références Grinold R. C. and R. N., Kahn, 2000, Active Portfolio Management : A Quantitative Approach for Producing Superior Returns and Controlling Risk, Irwin, 2e éd. Ibbotson R. G., and P. D., Kaplan, January-February 2000, Does asset allocation policy explain or 100 percent of performance?, The Financial Analysts Journal, January- February. Jorion, P., 1985, International portfolio diversification with estimation risk, Journal of Business, 58, Jorion, P., 1986, Bayes-Stein estimation for portfolio analysis, Journal of Financial and Quantitative Analysis, 21, 3, Kuenzi D. E., Winter 2003, Strategy benchmarks, The Journal of Portfolio Management, pp Merton, R., 1980, On estimating the expected return on the market: an exploratory investigation, Journal of Financial Economics, 8, Merton R. C., 1971, Optimal Consumption and Portfolio Rules in a Continuous-Time Model, Journal of Economic Theory, 3, Minor D. B., Summer 2001, Beware of index fund fundamentalists, The Journal of Portfolio Management.

40 Références Nuttall J. A., 1998, Asset Allocation Claims Truth or Fiction?, Unpublished. Roll R., 1977, A critic of the asset pricing theory s test, The Journal of Financial Economics, Singer B., October 1997, Asset Allocation, Hoaxes, and the Creation of Straw Men, Journal of Financial Planning. Sharpe W. F., 1992, Asset allocation: Management style and performance measurement, Journal of Portfolio Management, vol. 18, Winter, p Vaissié M., 2003, Une analyse détaillée des méthodes de construction et des principes de gestion des indices de hedge funds, Edhec Risk and Asset Management Research Centre, working paper.

Les Benchmarks dans la Gestion d Actif 27 Novembre 2003

Les Benchmarks dans la Gestion d Actif 27 Novembre 2003 Les Benchmarks dans la Gestion d Actif 27 Novembre 2003 Construction de Benchmarks et Risk Profiling Lionel Martellini Risk and Asset Management Research Center, EDHEC Graduate School of Business lionel.martellini@edhec.edu

Plus en détail

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions Stratégie Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions La recherche des primes de risque constitue une stratégie relativement courante sur les marchés obligataires

Plus en détail

BCGE. Profession de foi de la BCGE

BCGE. Profession de foi de la BCGE L investissement en entreprise Profession de foi de la BCGE Septembre 2012 Sommaire 1. La BCGE est bien placée pour connaître les entreprises 2. La performance est produite par l économie réelle et ses

Plus en détail

Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman

Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne, IAE (Sorbonne Graduate Business School) PLAN Les raisons du modèle 1 Les raisons du modèle 2 1.

Plus en détail

DynAmiser vos investissements

DynAmiser vos investissements DynAmiser vos investissements Aequam en quelques mots Jeune entreprise indépendante et innovante Agréée AMF n GP-10000038 Incubée par le Pôle Sponsorisée par Fondatrice de Savoir-faire / Innovation 5 associés

Plus en détail

Gestion de Portefeuille. Mesures de Performance Ajustées du Risque

Gestion de Portefeuille. Mesures de Performance Ajustées du Risque Gestion de Portefeuille Mesures de Performance Ajustées du Risque Le Ratio de Sharpe La mesure de performance (ajustée du risque) la plus utilisée Rappel: Propriétés du ratio de Sharpe Mesure de la stratégie:

Plus en détail

www.styleanalytics.com

www.styleanalytics.com www.styleanalytics.com Style Analytics EuroPerformance a le plaisir de vous présenter Style Analytics, outil de mesure des risques et de la performance des fonds d investissement. Style Analytics offre

Plus en détail

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille I. Concept d'efficience des marchés et stratégies de gestion - Efficience opérationnelle des marchés

Plus en détail

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008 Décembre 2008 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers

Plus en détail

Table des matières. l a r c i e r

Table des matières. l a r c i e r Chapitre 1 Introduction... 1 1.1. Objectifs et structure du livre.... 1 1.2. Qu est-ce que la gestion de portefeuille?.... 2 1.3. Qu est-ce que «investir»?.... 3 1.4. Canalisation des flux d épargne et

Plus en détail

Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs

Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs P R O D U I T S Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs MEMBRE DE L'ASSOCIATION SUISSE DES BANQUIERS L environnement économique mondial actuel et ses modifications structurelles

Plus en détail

Paris, 15 mai 2014. Mathieu Vaissié, PhD, CAIA. Directeur de la Recherche, GINJER AM Chercheur Associé, EDHEC-RISK Institute

Paris, 15 mai 2014. Mathieu Vaissié, PhD, CAIA. Directeur de la Recherche, GINJER AM Chercheur Associé, EDHEC-RISK Institute Paris, 15 mai 2014 Mathieu Vaissié, PhD, CAIA Directeur de la Recherche, GINJER AM Chercheur Associé, EDHEC-RISK Institute Les vues exprimées dans cette présentation n engagent que leur auteur. UNE NOUVELLE

Plus en détail

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Joseph GAWER NATIXIS Asset Management Université Paris Dauphine joseph.gawer@am.natixis.com Association Française

Plus en détail

MERCER INVESTIR. La gestion actions en beta-test SEPTEMBRE 2013

MERCER INVESTIR. La gestion actions en beta-test SEPTEMBRE 2013 MERCER INVESTIR SEPTEMBRE 2013 La gestion actions en beta-test Avertissement : Cette publication est un état des lieux sur la gestion smart beta qui n engage que son auteur, elle s adresse aux professionnels

Plus en détail

Attribution de performance HEG Genève

Attribution de performance HEG Genève Attribution de performance HEG Genève David Sueur Novembre 2006 Genève Buts pédagogiques! Comprendre l importance d un «reporting» adéquat! S initier au calcul de performance! S initier à l attribution

Plus en détail

Matinale recherche. Gestion des risques comme source inexploitée de performance : impact sur la gestion d actifs et la gestion actif-passif

Matinale recherche. Gestion des risques comme source inexploitée de performance : impact sur la gestion d actifs et la gestion actif-passif Matinale recherche Gestion des risques comme source inexploitée de performance : impact sur la gestion d actifs et la gestion actif-passif Intervenante : Adina GRIGORIU, Directrice de recherche, AAAiC,

Plus en détail

D Expert en Finance et Investissements

D Expert en Finance et Investissements MODULES FINAL D Expert en Finance et Investissements Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières 1. Modules

Plus en détail

Koris International. Historique

Koris International. Historique Koris International Historique Koris International est une société de conseil en investissements financiers spécialisée dans la conception et le développement de modèles d allocation d actifs. La société

Plus en détail

L approche mondiale en matière d allocation d actifs stratégique

L approche mondiale en matière d allocation d actifs stratégique L approche mondiale en matière d allocation d actifs stratégique Une étude menée par Vanguard Juillet 2012 Sommaire. L importance du choix d une allocation d actifs stratégique est désormais reconnue par

Plus en détail

Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain. Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite

Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain. Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite Ce sont GM et Verizon qui ont ouvert le marché des rachats d engagements

Plus en détail

Thèmes de recherche. Projets en cours

Thèmes de recherche. Projets en cours Formation Michel Baroni Professeur, Département Finance Responsable Pédagogique des Mastères Spécialisés en Techniques Financières et Finance & Asset Management Habilitation à Diriger des Recherches, Université

Plus en détail

Étude de nouvelles stratégies de gestion indicielle

Étude de nouvelles stratégies de gestion indicielle Étude de nouvelles stratégies de gestion indicielle Une étude menée par Vanguard Novembre 2011 Résumé. Une petite partie de la communauté des investisseurs (qui parvient toutefois à se faire entendre)

Plus en détail

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières La gamme de fonds «Finance Comportementale» de JPMorgan Asset Management : Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières Document réservé aux professionnels

Plus en détail

Actions Suisses Minimum Variance De la performance avec un risque réduit. Mars 2014

Actions Suisses Minimum Variance De la performance avec un risque réduit. Mars 2014 Actions Suisses Minimum Variance De la performance avec un risque réduit Mars 2014 Mars 2013 Table des matières Solutions pour les caisses de pensions p. 3 Processus d investissement p. 10 Annexes: Performance

Plus en détail

Gestion obligataire passive

Gestion obligataire passive Finance 1 Université d Evry Séance 7 Gestion obligataire passive Philippe Priaulet L efficience des marchés Stratégies passives Qu est-ce qu un bon benchmark? Réplication simple Réplication par échantillonnage

Plus en détail

PLAN DE COURS. Description du cours. Approche pédagogique. Matériel pédagogique. 3-203-99 Gestion de portefeuille Automne 2005

PLAN DE COURS. Description du cours. Approche pédagogique. Matériel pédagogique. 3-203-99 Gestion de portefeuille Automne 2005 3-203-99 Gestion de portefeuille Automne 2005 PLAN DE COURS Professeurs : Kodjovi Assoé Téléphone : 340-6615, bureau 4.222, kodjovi.assoe@hec.ca Jean-Philippe Tarte Téléphone : 340-6612, bureau 4.261,

Plus en détail

Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société.

Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société. Glossaire Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société. Alpha Alpha est le terme employé pour indiquer la surperformance d un placement après l ajustement

Plus en détail

La gestion actions. Nicolas Pelletier Responsable de la Gestion active Actions américaines BCV Asset Management 05.11.2014

La gestion actions. Nicolas Pelletier Responsable de la Gestion active Actions américaines BCV Asset Management 05.11.2014 La gestion actions Nicolas Pelletier Responsable de la Gestion active Actions américaines BCV Asset Management 05.11.2014 Sommaire Le marché des actions Les styles de gestion et les outils Business case

Plus en détail

Outils théoriques du modèle standard. MASTER 2003 Paris IX [Dauphine] François Jubin

Outils théoriques du modèle standard. MASTER 2003 Paris IX [Dauphine] François Jubin Outils théoriques du modèle standard MASTER 2003 Paris IX [Dauphine] François Jubin Le portefeuille : la notion centrale du modèle standard On ne s intéresse pas ici à la dynamique du prix d un titre mais

Plus en détail

Hedge funds: des faiblesses dans la gestion des risques

Hedge funds: des faiblesses dans la gestion des risques Avec leurs rendements supérieurs aux actifs traditionnels et leur faible volatilité, les hedge funds attirent toujours de nombreux investisseurs. Néanmoins, ils restent risqués. Hedge funds: des faiblesses

Plus en détail

INFORM GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION

INFORM GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION 1 2002 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? On prône souvent en faveur de la gestion de fortune passive en arguant que la plupart

Plus en détail

L Après Comité D Amours. Commentaires et Enjeux. Et les perspectives de rendement Octobre 2013. Richard Guay Ph.D., CFA, FRM

L Après Comité D Amours. Commentaires et Enjeux. Et les perspectives de rendement Octobre 2013. Richard Guay Ph.D., CFA, FRM L Après Comité D Amours Commentaires et Enjeux Et les perspectives de rendement Octobre 2013 Richard Guay Ph.D., CFA, FRM Professeur titulaire en finance, ESG-UQAM, Groupe Finance CIRANO et Chaire CDPQ

Plus en détail

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Secretariat-General L'examen annuel de la croissance 2015: Le programme de la Commission pour la croissance et l'emploi est fondé sur trois piliers

Plus en détail

Amundi Oblig Internationales

Amundi Oblig Internationales Amundi Oblig Internationales Une gestion obligataire de convictions Janvier 2015 Document à usage strictement professionnel au sens de la Directive Européenne MIF Amundi Oblig Internationales Caractéristiques

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

REVISION 2009 DU CONINCO CHF MULTI FUNDS OF HEDGE FUND INDEX. Novembre 2009

REVISION 2009 DU CONINCO CHF MULTI FUNDS OF HEDGE FUND INDEX. Novembre 2009 REVISION 2009 DU CONINCO CHF MULTI FUNDS OF HEDGE FUND INDEX Mise à jour au 31.12.2009 A. Table des matières A. Table des matières 2 B. Révision 2009 du CONINCO CHF MULTI FUNDS OF HEDGE FUND INDEX 3 B.I.

Plus en détail

Mémoire du MASTER 104 FINANCE. Master 104 Finance dirigé par Edith Ginglinger, Professeur http://www.master104finance.com

Mémoire du MASTER 104 FINANCE. Master 104 Finance dirigé par Edith Ginglinger, Professeur http://www.master104finance.com Mémoire du MASTER 104 FINANCE Master 104 Finance dirigé par Edith Ginglinger, Professeur http://www.master104finance.com Les méthodes alternatives d allocation entre matières premières Hubert Corpechot

Plus en détail

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival La conception de rapports d attribution de performance Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival Agenda Drivers, Attentes des clients et Pratiques de marché

Plus en détail

Le meilleur et le pire de l'investissement à faible volatilité

Le meilleur et le pire de l'investissement à faible volatilité LIVRE BLANC 2015 Document destiné aux investisseurs professionnels uniquement Le meilleur et le pire de l'investissement à faible volatilité David Blitz, PhD Matthias Hanauer, PhD, CFA Pim van Vliet, PhD

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Directives CHS PP D 05/2013. Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations de placement

Directives CHS PP D 05/2013. Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations de placement français Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives CHS PP D 05/2013 Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations

Plus en détail

BCGE Synchrony Finest of TM. Gestion de portefeuilles institutionnels balancés globaux. Une approche originale et sûre.

BCGE Synchrony Finest of TM. Gestion de portefeuilles institutionnels balancés globaux. Une approche originale et sûre. BCGE Synchrony Finest of TM Gestion de portefeuilles institutionnels balancés globaux. Une approche originale et sûre. BCGE Asset Management Comment s assurer que la gestion des actifs correspond parfaitement

Plus en détail

Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds

Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds Inform informations générales pour les investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2006 Swisscanto le centre de compétence des Banques Cantonales

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations / Gestion de portefeuille

Question 1: Analyse et évaluation des obligations / Gestion de portefeuille Question 1: Analyse et évaluation des obligations / Gestion de portefeuille (33 points) Monsieur X est un gérant de fonds obligataire qui a repris la responsabilité de gestion du portefeuille obligataire

Plus en détail

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE)

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) 2 2004 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) Dans la gestion de portefeuilles en actions, Swissca mise

Plus en détail

DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES. Christophe Mianné, Luc François

DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES. Christophe Mianné, Luc François DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES Christophe Mianné, Luc François Sommaire Notre activité Nos atouts La gestion du risque Conclusion 2 Notre activité 3 Les métiers Distribution de produits dérivés actions

Plus en détail

Confiez la gestion de votre portefeuille à des professionnels PRIVATE BANKING DEXIA ASSET MANAGEMENT

Confiez la gestion de votre portefeuille à des professionnels PRIVATE BANKING DEXIA ASSET MANAGEMENT Confiez la gestion de votre portefeuille à des professionnels PRIVATE BANKING DEXIA ASSET MANAGEMENT Bénéficiez d une gestion rigoureuse à travers un large choix de portefeuilles Il existe de nombreux

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

Hedge funds: une alternative aux obligations et aux actions?

Hedge funds: une alternative aux obligations et aux actions? Asset management UBS Institutional Funds Réservé aux investisseurs professionnels - Juillet 2014 Hedge funds: une alternative aux obligations et aux actions? Les investisseurs qui sont obligés d'investir

Plus en détail

Gestion de portefeuille Réseau Capital

Gestion de portefeuille Réseau Capital Gestion de portefeuille Réseau Capital Réal Desrochers Directeur, Placements Alternatifs CalSTRS Sacramento, Californie Novembre 2003 Plan de la présentation Univers de placement Caractéristiques des placements

Plus en détail

Liste des 43 trackers disponibles dans le contrat Patrimea Premium

Liste des 43 trackers disponibles dans le contrat Patrimea Premium CAC 40 Françaises FR0007052782 Le FCP CAC 40 a pour objectif de reproduire l'évolution de l'indice CAC 40 GROSS TR en minimisant au maximum l'écart de suivi («tracking error») entre les performances du

Plus en détail

Complex Weapons - Delivering Capability Through Partnerships Nick Neale Project Director Future Local Area Air Defence System (Maritime)

Complex Weapons - Delivering Capability Through Partnerships Nick Neale Project Director Future Local Area Air Defence System (Maritime) Complex Weapons - Delivering Capability Through Partnerships Nick Neale Project Director Future Local Area Air Defence System (Maritime) Presentation Themes MBDA delivering capability through partnerships

Plus en détail

La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative

La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative Stratégie 24 Update II/2014 La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative Depuis la fin de l année 2007, le secteur des hedges funds a entamé une traversée du désert. Pourtant, le nouveau

Plus en détail

Construire des portefeuilles durables dans un environnement incertain

Construire des portefeuilles durables dans un environnement incertain PORTFOLIO RESEARCH AND CONSULTING GROUP Construire des portefeuilles durables dans un environnement incertain Tirer parti de l approche Durable Portfolio Construction * Nous pensons que les investisseurs

Plus en détail

Allocation Robuste et Restrictions sur les Contributions au Risque

Allocation Robuste et Restrictions sur les Contributions au Risque Allocation Robuste et Restrictions sur les Contributions au Risque QuantValley/QMI Workshop, Geneve, 26 Septembre, 2013 http://ssrn.com/abstract=2192399 1/33 Les contributions du papier: Nous définissons

Plus en détail

Un nouveau standard pour mesurer la performance des gérants

Un nouveau standard pour mesurer la performance des gérants Données de performance amleague Euro Equities Année en cours Période du 31 Décembre 2013 au 28 novembre 2014 Un nouveau standard pour mesurer la performance des gérants Un univers de compétition équitable

Plus en détail

Gestion institutionnelle d actifs : tendances du secteur, incitations et implications pour l efficience de marché 1

Gestion institutionnelle d actifs : tendances du secteur, incitations et implications pour l efficience de marché 1 Ingo Fender +41 61 280 9458 ingo.fender@bis.org Gestion institutionnelle d actifs : tendances du secteur, incitations et implications pour l efficience de marché 1 La gestion institutionnelle s est développée

Plus en détail

Les ETF immobiliers dans le monde au 28 février 2011, par zone d exposition, en milliards d euros. Nombre Actif net Poids Nombre Actif net

Les ETF immobiliers dans le monde au 28 février 2011, par zone d exposition, en milliards d euros. Nombre Actif net Poids Nombre Actif net ÉTUDE EN BREF Juin 2011 Les ETF immobiliers dans le monde et en France Les ETF ou Exchange-Traded Funds immobiliers sont des produits financiers cotés en Bourse répliquant la performance d un indice immobilier

Plus en détail

Allocation d actifs : avantages, limites et évaluation de l allocation tactique

Allocation d actifs : avantages, limites et évaluation de l allocation tactique Allocation d actifs : avantages, limites et évaluation de l allocation tactique Recherche Vanguard Juillet 2010 Introduction. L allocation d actifs tactique (Tactical asset allocation ou TAA) est une stratégie

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle

Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle Philippe Bernard Ingénierie Economique& Financière Université Paris-Dauphine mars 2013 Les premiers fonds indiciels futent lancés aux Etats-Unis par

Plus en détail

Le 26 mars 2015. Cher porteur de parts,

Le 26 mars 2015. Cher porteur de parts, Cher porteur de parts, En tant que membres du comité d examen indépendant (le «CEI») des fonds d investissement gérés par Gestion d actifs BlackRock Canada Limitée («BlackRock Canada») et visés par le

Plus en détail

Indices Pictet LPP 2015. Une nouvelle référence pour les caisses de pension suisses

Indices Pictet LPP 2015. Une nouvelle référence pour les caisses de pension suisses Indices Pictet LPP 2015 Une nouvelle référence pour les caisses de pension suisses Pictet Asset Management Janvier 2015 Table des matières Une nouvelle famille d indices 3 Un examen des indices LPP existants

Plus en détail

Les matières premières : une classe d actifs à part entière?

Les matières premières : une classe d actifs à part entière? Les matières premières : une classe d actifs à part entière? PHILIPPE MONGARS, CHRISTOPHE MARCHAL-DOMBRAT Direction des Opérations de marché Service de Suivi et d Animation des marchés L intérêt des investisseurs

Plus en détail

Série Smart Beta Partie 2 : Smart ne rime pas toujours avec intelligence

Série Smart Beta Partie 2 : Smart ne rime pas toujours avec intelligence Série Smart Beta Partie 2 : Smart ne rime pas toujours avec intelligence John F. Brown John F. Brown Vice-Président Senior, Directeur du Développement jbrown@intechjanus.com (561) 775.1163 L efficacité

Plus en détail

Options de placements VU Challenger de NN en 1993

Options de placements VU Challenger de NN en 1993 Nouvelles façons d investir dans la VU AIG Options de placements dans le passé Options de placements VU Challenger de NN en 1993 Option intérêt quotidien Moyenne de portefeuille 5 ans Indice d Actions

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Alpha Turbo 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Alpha Turbo 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Top Protect Alpha Turbo 08/208 Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Alpha Turbo 08/208 Cette fiche d information financière Assurance-vie décrit

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Relations Presse : Tel : +33(1) 77 13 51 72 Tel : +33(1) 75 54 77 94 Cell : +33(6)17 78 48 44 Cell : +33(6) 10 70 29 72

DOSSIER DE PRESSE. Relations Presse : Tel : +33(1) 77 13 51 72 Tel : +33(1) 75 54 77 94 Cell : +33(6)17 78 48 44 Cell : +33(6) 10 70 29 72 DOSSIER DE PRESSE FOURPOINTS Investment Managers 13-15 rue de La Baume 75008 Paris France Tél. + 33 (0) 1 40 28 16 50 Fax + 33 (0) 1 40 28 00 55 www.fourpointsim.com Relations Presse : Alexandra Origet

Plus en détail

Les Obligations Convertibles (introduction)

Les Obligations Convertibles (introduction) TROISIEME PARTIE Les Obligations Convertibles (introduction) Avril 2011 Licence Paris Dauphine 2011 Sommaire LES OBLIGATIONS CONVERTIBLES Sect 1 Présentation, définitions Sect 2 Eléments d analyse et typologie

Plus en détail

Processus et stratégie d investissement

Processus et stratégie d investissement FCP Bryan Garnier Long Short Equity Recherche de performance par le «stock picking» Processus et stratégie d investissement FCP Bryan Garnier Long Short Equity TABLE DES MATIERES Introduction 2 I Méthodologie

Plus en détail

Éligible PEA. La recherche de la performance passe par une approche différente

Éligible PEA. La recherche de la performance passe par une approche différente Éligible PEA La recherche de la performance passe par une approche différente FIDELITY EUROPE : UNE GESTION Sur la durée, on constate qu il est difficile pour les Sicav de battre les indices des grandes

Plus en détail

Gestion Flexible Pays Émergents

Gestion Flexible Pays Émergents Gestion Flexible Pays Émergents Alexandre Narboni 27.11.2014 Pavillon Cambon, Paris Pour les investisseurs professionnels uniquement 2 MAGELLAN Performance* (nette, en EUR) Performance cumulée depuis la

Plus en détail

Avantages de la gestion indicielle: étude appliquée à des fonds domiciliés en Europe et «offshore»

Avantages de la gestion indicielle: étude appliquée à des fonds domiciliés en Europe et «offshore» Avantages de la gestion indicielle: étude appliquée à des fonds domiciliés en Europe et «offshore» Recherche Vanguard août 2012 Résumé. Un indice est un panier de titres représentatif d un marché ou d

Plus en détail

Wallonia-Belgium A continuous success story. Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America

Wallonia-Belgium A continuous success story. Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America Wallonia-Belgium A continuous success story Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America I. ORGANISATION & STRATEGY II. FIGURES & RESULTS III.BELGIUM WALLONIA S ASSETS I. ORGANISATION

Plus en détail

Etude statistique de l ATP. Pour un profil d investisseur spéculatif, les performances sont de 39% / an

Etude statistique de l ATP. Pour un profil d investisseur spéculatif, les performances sont de 39% / an Etude statistique de l ATP Etude réalisé sur des tests s étalant entre Janvier 1996 et Janvier 2011 Pour un profil d investisseur spéculatif, les performances sont de 39% / an Le système présente un rendement

Plus en détail

QUEL EST L INTÉRÊT D INVESTIR EN BOURSE?

QUEL EST L INTÉRÊT D INVESTIR EN BOURSE? QUEL EST L INTÉRÊT D INVESTIR EN BOURSE? L attrait de l investissement en actions sur le long terme et présentation des stratégies des deux fonds TreeTop Thierry Beauvois Senior Financial Advisor TREETOP

Plus en détail

Master en Droit et Economie / Automne 2013 / Prof. F. Alessandrini. Allocation d actifs. Sébastien Maucci, Stratégiste (BCV) 06.12.

Master en Droit et Economie / Automne 2013 / Prof. F. Alessandrini. Allocation d actifs. Sébastien Maucci, Stratégiste (BCV) 06.12. Allocation d actifs Sébastien Maucci, Stratégiste (BCV) 06.12.2013 Contenu Et si on était riche, on ferait quoi? Gestion de fortune 1. Définition des besoins 2. Définition d une stratégie d investissement

Plus en détail

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002 Département d économie politique DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS Semestre d hiver 2001-2002 Professeurs Marc Chesney et François Quittard-Pinon Séance

Plus en détail

Théorie Financière 2014-2015

Théorie Financière 2014-2015 Théorie Financière 2014-2015 1. Introduction Professeur Kim Oosterlinck E-mail: koosterl@ulb.ac.be Organisation du cours (1/4) Cours = Théorie (24h) + TPs (12h) + ouvrages de référence Cours en français

Plus en détail

DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5

DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5 DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5 29.06.2011 Groupe de placement Prisma Risk Budgeting Line 5 (RBL 5) Caractéristiques du groupe de placement 1. Le RBL 5 est un fonds composé d actifs susceptibles

Plus en détail

CLES DE COMPREHENSION DE LA BEST EXECUTION

CLES DE COMPREHENSION DE LA BEST EXECUTION CLES DE COMPREHENSION DE LA BEST EXECUTION Club AM No17, Novembre 2007 David Angel, ITG (c) 2007 All rights reserved. Not to be reproduced without permission. Sommaire ITG experts en Best Execution Notion

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

Analyse comparée du couple performance / risque des compartiments Large, Mid et Small en Europe. Février 2015 2 ème partie

Analyse comparée du couple performance / risque des compartiments Large, Mid et Small en Europe. Février 2015 2 ème partie Analyse comparée du couple performance / risque des compartiments Large, Mid et Small en Europe Février 2015 2 ème partie Préambule Le suivi des performances et du comportement des différentes classes

Plus en détail

Présentation IGOPP. 14 Novembre 2013

Présentation IGOPP. 14 Novembre 2013 Présentation IGOPP 14 Novembre 2013 La vague des «fonds de couverture» est-elle maintenant terminée? Présentée à par Yves Martin, CFA Président, Akira Capital Jeudi 14 Novembre 2013 2 UNE VAGUE? Source:

Plus en détail

Moneta Long Short T2 2010

Moneta Long Short T2 2010 Moneta Long Short T2 2010 17 rue de la Paix 75002 PARIS Tél.: 01 58 62 53 30 Fax : 01 58 62 53 39 Email : contact@moneta.fr Site web : www.moneta.fr Société de Gestion Agréée par l AMF 9 Juillet 2010 Moneta

Plus en détail

gestion de patrimoine vaut-il plus que 1%?

gestion de patrimoine vaut-il plus que 1%? A L USAGE EXCLUSIF DES PROFESSIONNELS DE L EPARGNE Opinion et recherche Russell Mon conseiller en gestion de patrimoine vaut-il plus que 1%? Par Michaël Sfez Directeur général, Russell Investments France

Plus en détail

Un nouveau standard pour mesurer la performance des gérants

Un nouveau standard pour mesurer la performance des gérants Données de performance amleague Euro Equities Année en cours Période du 31 Décembre 2013 au 31 décembre 2014 Un nouveau standard pour mesurer la performance des gérants Un univers de compétition équitable

Plus en détail

AFIM MELANION DIVIDENDES RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014

AFIM MELANION DIVIDENDES RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014 AFIM MELANION DIVIDENDES RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part A : FR0011619345 Part B : FR0011619352 Part C : FR0011619402 Dénomination : AFIM MELANION DIVIDENDES Forme juridique

Plus en détail

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE CETMO-ASE Version 08.01 Année de référence 2008 Février 2013 BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF Présentation La Société de Gestion IGEA Finance La structure L approche originale Société de gestion agréée par l AMF Gestion diversifiée, patrimoniale Clients privés

Plus en détail

Orchidée I Long Short

Orchidée I Long Short Orchidée I Long Short Concilier performance, décorrélationet faible volatilité 1er trimestre 2015 Document d information non contractuel réservé à des investisseurs professionnels au sens du Règlement

Plus en détail

Session : Coût du capital

Session : Coût du capital Session : Coût du capital 1 Objectifs Signification du coût du capital Mesure du coût du capital Exemple illustratif de calcul du coût du capital. 2 Capital fourni par les actionnaires ou les banques L

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

Directives relatives au règlement d'examen professionnel supérieur d expert en finance et investissements

Directives relatives au règlement d'examen professionnel supérieur d expert en finance et investissements Commission AQ pour l examen professionnel supérieur d expert en finance et investissements Directives relatives au règlement d'examen professionnel supérieur d expert en finance et investissements Où l'obtenir:

Plus en détail

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire 28/3/2011 ANNEXE 6 (Source: Electrabel) Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire Si nous vendons une bande d énergie nucléaire à certains clients, que nous garantissons

Plus en détail

L avantage des portefeuilles d actions à faible volatilité TD

L avantage des portefeuilles d actions à faible volatilité TD L avantage des portefeuilles d actions à faible volatilité TD Par : Jean Masson, Ph. D., Directeur général Avril 05 La plupart des investisseurs préfèrent les rendements élevés, mais n aiment pas prendre

Plus en détail