ACQUISITION DES MURS PROFESSIONNELS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACQUISITION DES MURS PROFESSIONNELS"

Transcription

1 ACQUISITION DES MURS PROFESSIONNELS Sylvie DURAND-DISCOURS, Resp. Natixis Lease Maître Séverine GIRARDON, Notaire Sébastien BOUZARD, Expert-Comptable

2 INTRODUCTION L investissement dans les murs professionnels par le dirigeant d entreprise se déclenche généralement à l occasion d une opportunité. De cette opportunité vont naître des objectifs qu il va se fixer : -Transformer les loyers versés par son entreprise en épargne? -Réaliser une belle plus-value à la revente? -Se constituer un patrimoine qui générera des rentes à la retraite? La principale difficulté va alors résider dans l adéquation des paramètres inhérents au projet, avec les objectifs fixés. => De cela va en découler le type de structure, le régime fiscal et le mécanisme de financement.

3 PLAN GENERAL PARTIE I : ACQUISITION EN PLEINE PROPRIETE A- ACQUISITION EN DIRECT PAR LE DIRIGEANT B- ACQUISITION INDIRECTE PAR LE DIRIGEANT : VIA UNE SCI IR OU IS ILLUSTRATION COMPARATIVE ET CHIFFREE REGIME IR /IS C- ACQUISITION PAR LA SOCIETE D EXPLOITATION DU DIRIGEANT D- ZOOM SUR UN FINANCEMENT ALTERNATIF : LE CREDIT-BAIL IMMOBILIER PARTIE II : ACQUISITION EN DEMEMBREMENT DE PROPRIETE A- ACQUISITION DE LA NUE PROPRIETE PAR LE DIRIGEANT (OU SA SCI IR) ET DE L USUFRUIT PAR LA SOCIETE D EXPLOITATION B- DEMEMBREMENT DES PARTS D UNE SCI (IR) AVEC ACQUISITION DE L USUFRUIT TEMPORAIRE DES PARTS PAR LA SOCIETE D EXPLOITATION ILLUSTRATION COMPARATIVE ET CHIFFREE DEMBREMENT A / B Logo partenaire

4 PARTIE I : ACQUISITION EN PLEINE PROPRIETE

5 PARTIE I : ACQUISITION EN PLEINE PROPRIETE A- En direct par le dirigeant B- Indirecte via une SCI IR ou IS C- Par la société d exploitation D- Zoom sur un financement alternatif : le crédit-bail immobilier

6 A-Acquisition directe par le dirigeant -Principe -D un point de vue juridique -Aspects fiscaux pendant détention des murs et à la cession des murs -Limites à cette solutions -Règles au regard de l ISF

7 PRINCIPE A-Acquisition directe par le dirigeant Les murs professionnels sont donnés en location par son propriétaire personne physique, qui perçoit directement des loyers de sa société d exploitation. Si le dirigeant s endette (en général ans), il supportera directement l éventuelle impasse de trésorerie (loyers perçus < échéances d emprunt).

8 A-Acquisition directe par le dirigeant D un point de vue juridique : L acquisition se confond avec le patrimoine privé du dirigeant. Cela permet aux murs professionnels d échapper aux effets d une éventuelle procédure collective (sauvegarde, redressement judiciaire, liquidation judiciaire ).

9 A-Acquisition directe par le dirigeant Régime fiscal : pendant la détention des murs Les loyers perçus, déduction faite des frais de gestion, intérêts d emprunt, taxe foncière sont imposés dans la catégorie des REVENUS FONCIERS. => Imposition directe au barème de l IR du propriétaire (jusqu à 45%). + imposition aux prélèvement sociaux (PS) actuellement au taux de 15.5%. Par conséquent, le propriétaire doit chaque année financer, sur ses deniers personnels, tout ou partie de l impôt généré par ses revenus fonciers.

10 A-Acquisition directe par le dirigeant Régime fiscal : à la cession des murs Régime des plus-value des particuliers : Impositions IR taux fixe 19% + PS 15.5% = 34.5% appliquées sur la plus-value nette imposable, c est-à-dire la plus-value générée après abattements fiscaux pour durée de détention. Attention, 2 calendriers différents (et non linéaires) pour les abattements : IR : Exonération complète au bout de 22 ans PS : Exonération complète au bout de 30 ans

11 A-Acquisition directe par le dirigeant Régime fiscal : à la cession des murs Régime des plus-value des particuliers (suite) : Taxe sur certaines plus-values immobilières : Due lorsque la plus-value nette imposable est supérieure à Euros. Calculée au moyen d un barème progressif. Taux maximal = 6% L imposition maximale peut donc s élever à 19% + 15,5% + 6% = 40,5% de la plus-value totale si aucun abattement ne rentre en jeu (durée de détention inférieure à 6 ans).

12 A-Acquisition directe par le dirigeant Limites de cette solution : Risques de l indivision : en cas de décès du dirigeant, les murs professionnels devenant propriété indivise de ses héritiers. Absence de déductibilité fiscale de l amortissement des murs, ce qui conduit à imposer les revenus sur une base élevée.

13 A-Acquisition directe par le Règles au regard de l ISF dirigeant Sont considérés comme professionnels (et donc exonérés) les murs loués à une société dont les parts ou actions sont elles mêmes des biens professionnels pour le redevable. L emprunt souscrit à titre personnel pour l acquisition des murs n est corrélativement pas déductible du patrimoine ISF

14 PARTIE I : ACQUISITION EN PLEINE PROPRIETE A- En direct par le dirigeant B- Indirecte via une SCI IR ou IS C- Par la société d exploitation D- Zoom sur un financement alternatif : le crédit-bail immobilier

15 -Principe B- Acquisition indirecte par le dirigeant : via une SCI IR ou IS -Rappel des caractéristiques de la SCI -Régime fiscal SCI IR : pendant détention des murs et à la cession des murs -Régime fiscal SCI IS : pendant détention des murs, à la cession des murs ; à la cession des parts. -Règles au regard de l ISF -Comparatif chiffré solution A / solution B

16 B- Acquisition indirecte par le dirigeant : via une SCI IR ou IS PRINCIPE Le dirigeant constitue une SCI qui acquiert les murs professionnels et les donne en location (via un bail) à la société d exploitation de ce même dirigeant. La SCI peut s endetter (emprunt classique ou créditbail) pour financer tout ou partie de l investissement.

17 B- Acquisition indirecte par le dirigeant : via une SCI IR ou IS Rappel des caractéristiques de la SCI => Contrat conclu entre un minimum de 2 associés => Responsabilité des associés indéfinie mais proportionnelle à la part du capital détenue (donc non solidaire). => Des statuts à rédiger avec précaution => La SCI relève de l impôt sur le revenu en fonction de la qualité de ses associés ou opte irrévocablement à l IS.

18 B- Acquisition indirecte par le dirigeant : via une SCI IR ou IS Régime fiscal SCI IR Imposition des bénéfices au nom des associés PP => idem que pour un dirigeant qui acquiert directement les murs : Pendant la détention des murs : «Régime des Revenus Fonciers» A la cession des murs par la SCI : «Régime des plus-value des particuliers».

19 B- Acquisition indirecte par le dirigeant : via une SCI IR ou IS Régime fiscal SCI IR (suite) A la cession des parts de la SCI : «Régime des plus-value des particuliers» avec une particularité qui peut s avérer importante : Pour les abattements fiscaux, le délai de détention est déterminé indépendamment de la date à laquelle l immeuble a été inscrit à l actif.

20 B- Acquisition indirecte par le dirigeant : via une SCI IR ou IS Régime fiscal SCI IS Imposition des bénéfices «au sein» de la SCI selon les règles B.I.C. => Taux d IS 15% à hauteur de Euros* => Taux d IS 33,1/3% au-delà. *si conditions remplies

21 B- Acquisition indirecte par le dirigeant : via une SCI IR ou IS Régime fiscal SCI IS : pendant la détention des murs Murs professionnels amortis sur une durée moyenne entre 20 et 30 ans excepté la quote-part représentant le terrain qui est non amortissable, Frais de construction, reconstruction ou agrandissement amortis, Les frais d actes et d enregistrement acquittés à l occasion de l acquisition de l immeuble sont déductibles du résultat.

22 B- Acquisition indirecte par le dirigeant : via une SCI IR ou IS Régime fiscal SCI IS : à la cession des murs La plus-value imposable (Prix de cession Valeur Nette Comptable*) est imposée au taux d IS. *V.N.C. = Prix acquisition amortissements pratiqués

23 B- Acquisition indirecte par le dirigeant : via une SCI IR ou IS Régime fiscal SCI IS : à la cession des parts Régime des «plus-values de cession de valeurs mobilières et droits sociaux» : Imposition au barème progressif de l IR après application d un abattement proportionnel de droit commun qui s élève à : 50% pour une durée de détention entre 2 et 8 ans. 65% pour une durée de détention > 8 ans. Imposition aux PS au taux de 15,5% sans abattement possible sur l assiette.

24 B- Acquisition indirecte par le dirigeant : via une SCI IR ou IS Règles au regard de l ISF Les parts de ces SCI sont qualifiées de biens professionnels : En proportion des droits détenus par le foyer fiscal dans la société utilisatrice, dans la limite des droits détenus dans la SCI.

25 COMPARATIF IR / IS Exemple d acquisition de murs professionnels : Prix d achat = Euros. Frais d acquisition = Euros Apport cash de 15% du coût d acquisition Emprunt 15 ans de Euros au taux fixe de 3,20% assurance comprise. Annuités constantes. Loyers = euros (soit un rendement de 9% du prix d achat) avec revalorisation annuelle de 2%. Durée d amortissement = 25 ans sur 90% de la valeur. Bien revalorisé chaque année à +1%. Tranche marginale d imposition du dirigeant (IR) = 41%

26 COMPARATIF IR / IS Exemple d acquisition de murs professionnels (suite) Pour comparer de manière convenable les 2 régimes d imposition, il convient de simuler une cession du bien à l issue des périodes considérées et ce, afin de mesurer l impact du coût de sortie des murs du patrimoine. Pour cela, les notions de «TRI» (Taux de Rentabilité Interne) et de «trésorerie cumulée» sont bien représentatives. Le «TRI» correspond à la rentabilité intrinsèque de l apport finançant l investissement avec prise en compte de tous les paramètres (économiques, fiscaux ) et surtout du facteur «temps».

27 COMPARATIF IR / IS : T.R.I. (Fin bail) (Fin Empr.) (Fin amort.) (Exo PV IR) 9 ans 15 ans 25 ans 30 ans IR ou SCI IR : 10,66% 8,54% 7,06% 7,09% SCI IS : 16,90% 15,14% 14,32% 14,31% 18,00% 16,00% 14,00% 12,00% 10,00% 8,00% IR / SCI IR SCI IS 6,00% 4,00% 2,00% 0,00% 9 ans 15 ans 25 ans 30 ans

28 COMPARATIF IR / IS : commentaires Le T.R.I. en régime IS est nettement meilleur pour les raisons suivantes : Pendant la durée du portage et particulièrement pendant la durée de l emprunt, la fiscalité est coûteuse en régime IR (56,5% dans notre cas), ce qui nécessite chaque année un apport en trésorerie personnelle de la part du dirigeant pour combler l insuffisance. Alors qu en régime IS, la déduction des frais d acquisition la 1 ère année et la déduction annuelles des dotations aux amortissements permettent suffisamment de défiscaliser pour ne rien réinjecter.

29 COMPARATIF IR / IS : Tréso cumulée (Fin bail) (Fin Empr.) (Fin amort.) (Exo PV IR) 9 ans 15 ans 25 ans 30 ans IR ou SCI IR : SCI IS : IR / SCI IR SCI IS ans 15 ans 25 ans 30 ans

30 COMPARATIF IR / IS : commentaires Dans notre cas d espèce, la Trésorerie cumulée à terme est légèrement plus favorable en régime IR mais il ne faut pas se leurrer. En effet, le TRI qui intègre le facteur «temps» est sans équivoque : l acquisition de murs professionnels est intrinsèquement plus rentable sous le régime IS grâce à l autonomie fiscale pendant toute la durée du portage.

31 PARTIE I : ACQUISITION EN PLEINE PROPRIETE A- En direct par le dirigeant B- Indirecte via une SCI IR ou IS C- Par la société d exploitation D- Zoom sur un financement alternatif : le crédit-bail immobilier

32 C- Acquisition par la société d exploitation -Principe -D un point de vue juridique -Régime fiscal pendant la détention des murs et à la cession des murs -Règles au regard de l ISF

33 PRINCIPE C- Acquisition par la société d exploitation Les murs professionnels sont inscrits à l actif (immobilisation) de la société d exploitation : Pas de flux de loyers, Renforcement des actifs mais dégradation des ratios d endettement avec un risque de sous-évaluation de l actif immobilier lors de la cession de la société, La stratégie patrimoniale personnelle du dirigeant ne peut être déconnectée de la stratégie professionnelle de sa société, Un mode de financement de l investissement (emprunt ou créditbail), souscrit en fonction de la capacité d autofinancement de la société.

34 C- Acquisition par la société d exploitation D un point de vue juridique : En cours de vie, l entreprise bénéficie d un pouvoir de négociation accru vis à vis des banques car l immeuble représentera à terme une sérieuse garantie. En revanche, en cas de procédure collective, les murs professionnels font partie intégrante du patrimoine professionnel => Risque que les murs soient «bradés» en cas de réalisation des actifs de la société (liquidation judiciaire), excepté en cas de crédit-bail.

35 C- Acquisition par la société d exploitation Régime fiscal : pendant la détention des murs => Régime BIC Régime fiscal : à la cession des murs La plus-value imposable = Prix de cession Valeur Nette Comptable* *V.N.C. = Prix acquisition amortissements pratiqués

36 C- Acquisition par la société Régime fiscal (suite) : d exploitation Imposition de la plus-value : La société d exploitation relève de l impôt sur le revenu (régime BIC/IR) : Murs détenus < 2 ans (régime CT) : plus-value confondue avec le résultat de l entreprise lui même intégré aux revenus du dirigeant soumis à l IR + PS 15.5% Murs détenus > 2 ans (régime LT) : taux réduit 16% + PS 15.5% sur la plus-value après abattements 10% /an par année de détention au delà de la 5 ème (soit Exo à 15 ans)

37 C- Acquisition par la société Régime fiscal (suite) : d exploitation Imposition de la plus-value (suite) : La société d exploitation est soumise à l impôt société(régime BIC/IS) : Forcément régime CT quel que soit la durée de détention et pas d abattements possibles. => Imposition de la plus-value au taux d IS sans abattement

38 C- Acquisition par la société Règles au regard de l ISF : d exploitation Des murs inscrits à l actif de la société d exploitation sont présumés être des biens professionnels dans la mesure où ils sont nécessaires à l exploitation. => Exonération à l ISF.

39 SYNTHESE IR/IS REGIME IR : AVANTAGES Exonération complète plusvalue de cession au bout de 30 ans REGIME IS : Amortissement du bien et déduction frais d acquisition => Autonomie fiscale pendant le portage Taux réduit 15% le cas échéant INCONVENIENTS Pas d autonomie fiscale pendant le portage Plus-value de cession imposée lourdement Option IS irrévocable

40 PARTIE I : ACQUISITION EN PLEINE PROPRIETE A- En direct par le dirigeant B- Indirecte via une SCI IR ou IS C- Par la société d exploitation D- Zoom sur un financement alternatif : le crédit-bail immobilier

41 D Zoom sur un financement alternatif: le crédit bail immobilier - Définitions - Textes de références - Entreprises concernées - Modalités - Règles fiscales - Cas pratique

42 Définitions - Le crédit bail est un contrat de location d un bien immobilier pour une durée déterminée et irrévocable, assorti d une promesse unilatérale de vente ou option d achat. Les opérations de crédit bail sont assimilées à des opérations de crédit. - La cession bail (ou sale and lease back) est un crédit bail (définition ci-dessus) qui a la particularité d être signé avec un crédit preneur (locataire) qui a vendu préalablement son bien immobilier au crédit bailleur.

43 Textes de référence - Loi n du 02/07/1966 complétée par l ordonnance n du 28/09/1967 relative aux opérations de crédit bail et aux sociétés immobilières pour le commerce et l industrie (SICOMI) et par la loi n du 25/04/1973 portant extension et adaptation aux territoires d Outre-mer de la loi du 02/07/1966 sus visée. - Décret n du 04/07/1972, relatif à la publicité des opérations de crédit bail. - Loi n du 04/02/1995 d orientation pour l aménagement et le développement du territoire. - Liens documentation ASF sur le crédit bail immobilier et la cession bail immobilière (Lease-back):

44 Entreprises concernées - Toutes les entreprises imposées à l IS ou à l IR/BIC, BNC et BA. - Financement direct sur entreprises utilisatrices. - Financement sur une structure ad hoc (SCI le plus souvent) ayant vocation à porter le contrat de CBI. Cette société devient crédit preneur et la société utilisatrice devient sous locataire. - Dans ce cas, si la société ad hoc n opte pas pour l IS, elle sera assujettie aux BNC non professionnels. Cette option entraîne un changement de régime fiscal à l issue du contrat (BNC/RF) avec une taxation de la plus value latente. Un report d imposition peut-être demandé jusqu à la cession de l immeuble ou des parts de la société. - L option à l IS (irrévocable) peut intervenir à tout moment.

45 Modalités du contrat - Assiette de financement: si construction existante > 5 ans: prix d acquisition du bien + frais et droits de mutation + honoraires de commercialisation + travaux s il y a lieu. Obligation de justifier d un dossier d usage complet pour la construction, des assurances construction si le bien a moins de 10 ans et d un audit environnemental de phase 1 ou du dossier en cours au classement ICPE. En cas de lease back, obligation de fournir une expertise immobilière réalisée par un expert d une fédération reconnue. si nouvelle construction: prix du terrain + frais + coûts des travaux + honoraires (architecte, bureau de contrôle, mission coordination, SPS) + assurances construction (obligatoire).

46 Modalités du contrat (suite) - Durée habituelle: de 7 à 15 ans, voire 20 ans pour certains. La publication du contrat de crédit bail immobilier auprès du service de publicité foncière est obligatoire au-delà d une durée de 12 ans. - Bien immobilier: tout actif professionnel, existant ou à construire. Dans le cas d une construction, la prise d effet du contrat et de sa durée prend effet à l achèvement de la construction. - Option d achat ou valeur résiduelle: 1 ou selon convention. L absence d exercice de l option d achat constate la restitution du bien au crédit bailleur. Une levée d option d achat par anticipation est possible à compter de la 7 ème année, en général, selon des conditions définies au contrat.

47 Modalités du contrat (suite) - Loyers: il est fixé librement entre le crédit bailleur (propriétaire du bien) et le crédit preneur (titulaire du contrat de crédit bail immobilier) à partir de taux (fixe ou variable constaté sur les marchés financiers). Les loyers peuvent être personnalisés et sont déductibles en totalité sur le durée du financement (hormis la Q/P terrain). - TVA: Option par immeuble. A défaut régime CRL selon l âge de la construction (si plus de 15 ans et si IS ou associé IS). La TVA est déductible par le crédit preneur si l immeuble est affecté à la réalisation d opérations ouvrant droit à déduction. - Subventions: Elles sont versées généralement au crédit bailleur qui prend l engagement de les affecter au financement du bien. Cela se traduit par l absence d intérêts sur une partie des loyers et une part de capital non remboursée.

48 Règles fiscales pour le crédit preneur - Au regard de l IS: A la levée d option: réintégration fiscale du sur amortissement pratiqué (différence entre la durée du financement et la durée normale d amortissement fiscale). Absence de réintégration pour les contrats de CBI soumis au régime de faveur pour les contrats conclus avec les PME dans certaines zones géographiques. Définition PME: effectif < 250 salariés, total bilan < 43M ou CA < 250M, détention capital par PME > 75%. Définition du lieu de situation de l immeuble: zone AFR, ZRR, ZRU. Lien:

49 Cas pratique Pour accompagner le développement de son entreprise, Monsieur Guillet souhaite déménager dans un bâtiment plus grand. Il a identifié un projet dans la ZAC des Prés Fleuris : Acquisition d un terrain de m² à HT Construction d un bâtiment d activité de m² pour un budget de HT Enveloppe de financement demandée à Natixis Lease Immo : HT Durée : 15 ans; financement par crédit-classique ou crédit-bail immobilier Monsieur Guillet est marié, 2 enfants et dispose d une épargne disponible à sa banque de Le taux d imposition de son foyer fiscal est de 45%.

50 Cas pratique (suite) Monsieur Guillet dispose de 2 possibilités de portage de son projet immobilier : Immobilier porté directement par sa société d exploitation, Guillet Frères SAS Constitution d une société ad hoc (SAH) patrimoniale (type SCI ou SARL à prépondérance immobilière) la société d exploitation sera alors locataire des murs de la SAH immobilière la société Guillet Frères versera un loyer de HT HC par an Les régimes fiscaux possibles : Société à l impôt sur les sociétés (IS) par nature (société commerciale) ou par option (SAH immobilière), Société translucide remontée des résultats de la SAH immobilière dans la déclaration fiscale du couple Guillet, associé de la SAH Fiscalité : revenus fonciers pour le crédit classique BNC pour le crédit-bail immobilier Compte tenu de son taux d imposition, son conseil l oriente plutôt vers une SCI patrimoniale optant pour l I.S.

51 Rappel des principes comptables et fiscaux «Régime I.S.»

52 Déductibilité moyenne des types de financements sur la durée du financement (15 ans) Amortissement

53 Comparatif fiscalité selon le mode de financement

54 Profils de remboursement adaptés

55 Profils de remboursement adaptés (suite)

56 PARTIE II : ACQUISITION EN DEMENBREMENT

57 INTRODUCTION Définition des notions Droit de propriété : défini à l article 544 du Code civil par l addition des prérogatives du propriétaire : «la propriété est le droit de jouir et de disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu on en fasse pas un usage prohibé par la loi ou les règlements» Démembrement : le droit de propriété est dissocié entre plusieurs titulaires ATTENTION : il ne s agit pas d une indivision Usufruit : droit réel et temporaire attaché à la personne (morale ou physique) et conférant à son titulaire un droit à la jouissance et aux revenus du biens (article 582 du Code civil) Nue-propriété : droit réel et résiduel il ne reste au nu-propriétaire que les prérogatives dont l usufruitier ne l a pas privé Logo partenaire

58 PARTIE II : ACQUISITION EN DEMEMBREMENT DE PROPRIETE A- Acquisition de la nue-propriété par le dirigeant (ou sa société civile immobilière soumise à l impôt sur le revenu) et de l usufruit par sa société d exploitation B- Démembrement de propriété des parts d une société civile immobilière avec acquisition de l usufruit temporaire des parts par la société d exploitation

59 A- Acquisition de la NP par le dirigeant (ou sa SCI IR) et de l US par sa société d exploitation PRINCIPE Entre l'acquisition par la société d'exploitation et l'achat de l'immeuble par le dirigeant directement ou via une société civile immobilière, il existe une troisième voie : le démembrement ab initio de l'actif immobilier. L'usufruit est acquis par la société d'exploitation et la nuepropriété par le dirigeant (en direct ou via une société civile immobilière soumise à l impôt sur le revenu).

60 A- Acquisition de la NP par le dirigeant (ou sa SCI IR) et de l US par sa société d exploitation bien : INTERET DU DEMEMBREMENT L'opération présente un double intérêt fiscal : pendant le portage du * profiter de la fiscalité avantageuse de l'impôt sur les sociétés pendant la durée du démembrement * bénéficier du régime des plus-values des particuliers à la revente du bien en suite de l extinction de l usufruit, Cette technique présente des avantages pour les parties (A-1) et n'est donc pas à l'abri de critiques de l'administration fiscale (A-2). Il s agira pour les conseils du dirigeant de prendre les précautions d usage (A-3).

61 A-1 : Utilité de l acquisition de la NP par le dirigeant (ou sa SCI IR) et de l US par sa société d exploitation a pour le nu-propriétaire : Absence de revenu imposable et de charges déductibles Le nu-propriétaire, personne physique ou société civile transparente, ne percevant aucun revenu imposable, ne sera pas assujetti ni à l'impôt sur le revenu au titre des revenus fonciers ni aux prélèvements sociaux. L'usufruit bénéficiant à la société d'exploitation, il ne pourra pas déduire les charges de la nue-propriété de ses autres revenus fonciers. En effet, l'administration n'autorise le nu-propriétaire à déduire les grosses dépenses qu'il a supportées au sens de l'article 606 du Code civil ou les dépenses incombant normalement à l'usufruitier que si l'immeuble est donné en location dans des conditions normales et que l'usufruitier est imposé dans la catégorie des revenus fonciers. De même, elle lui refuse la déduction des intérêts d'emprunts sauf à remplir cumulativement les deux conditions d'un bien loué et d'un usufruitier imposé en revenus fonciers. Les organismes sociaux usufruitiers peuvent également déduire les intérêts d'emprunt car ils sont imposés à l'impôt sur les sociétés. Cas particulier : Dans le cas où l usufruitier serait un bailleur social, le nu-propriétaire sera autorisé à déduire les intérêts de l emprunt qui ont financé cette nue-propriété.

62 A-1 : Utilité de l acquisition de la NP par le dirigeant (ou sa SCI IR) et de l US par sa société d exploitation Avantages juridiques liés au statut Comparaison entre le statut du bail et du nu-propriétaire : échappe aux contraintes de la location : vacances locatives, retards ou impayés de loyer...

63 A-1 : Utilité de l acquisition de la NP par le dirigeant (ou sa SCI IR) et de l US par sa société d exploitation Absence d'isf - le redevable légal de l'isf est l'usufruitier du bien (CGI, art. 885 G) pour sa valeur en pleine propriété le cas échéant - le nu-propriétaire n est pas redevable de l'isf sur la nuepropriété de l'immeuble d'exploitation s'il la détient en direct. Si la nue-propriété est détenue par une société civile dont le dirigeant est l'associé : ce dernier devra déclarer au titre de l'isf la pleine propriété des parts de la société civile. Il est peu probable qu'il puisse efficacement revendiquer l'exonération au titre des biens professionnels.

64 A-1 : Utilité de l acquisition de la NP par le dirigeant (ou sa SCI IR) et de l US par sa société d exploitation Réunion de la pleine propriété À l'extinction de l'usufruit, le nu-propriétaire se retrouve plein propriétaire, sans fiscalité complémentaire (CGI, art. 1133). De plus, en cas de cession de l'immeuble après réunion de la pleine propriété, il bénéficiera de l'exonération des plus-values immobilières des particuliers au bout de trente années de détention (CGI, art. 150 VC). Le délai de détention est calculé à compter de l'acquisition de la nuepropriété. Ce schéma de détention permet au dirigeant d être propriétaire à terme d un bien immobilier avec une mise de fonds initiale très réduite. En effet, le prix de la nue propriété est très inférieur à celui de la pleine propriété : il représente généralement 15% à 25% du coût total pour un bâtiment commercial

65 A-1 : Utilité de l acquisition de la NP par le dirigeant (ou sa SCI IR) et de l US par sa société d exploitation b pour l usufruitier : Charges supplémentaires déductibles La société d'exploitation en sa qualité d'usufruitière sera redevable de la taxe foncière (Code civil, art. 608). Ceci étant, dans le cadre d'un bail commercial, elle est très souvent mise à la charge du locataire... Étant une personne morale, elle n'est pas redevable de l'isf. L'usufruit de l'immeuble d'exploitation l'autorisera à minorer son résultat d'exploitation des frais et droits d'acquisition, des intérêts de l'emprunt souscrit, de l'impôt foncier, des assurances du bâtiment, des frais d'entretien et de l amortissement de l usufruit.

66 A-1 : Utilité de l acquisition de la NP par le dirigeant (ou sa SCI IR) et de l US par sa société d exploitation L usufruit : une immobilisation incorporelle L'inscription de l'usufruit à l'actif immobilisé de la société possible est autorisée tant par le nouveau plan comptable que par les critères posés par le Conseil d'état. L'article du nouveau plan comptable précise qu'une immobilisation incorporelle résulte «d'un droit légal ou contractuel et même si ce droit n'est pas transférable ou séparable de l'entité ou des autres droits et obligations.»

67 A-1 : Utilité de l acquisition de la NP par le dirigeant (ou sa SCI IR) et de l US par sa société d exploitation Le caractère amortissable de l'usufruit Un droit incorporel peut être amorti à plusieurs conditions : *s'il est certain, dès sa création ou son acquisition, *que ses effets bénéfiques sur l'exploitation prendront fin nécessairement à une date déterminée. La durée de l'usufruit temporaire étant fixée dans l'acte d'acquisition, la société d'exploitation devrait être autorisée à pratiquer un amortissement sur la durée de l'usufruit. Double avantage de l amortissement de l usufruit : Amortissement sur la durée de l usufruit plus courte, et non sur la durée classique de l immeuble Usufruit amorti sur la base de son coût d acquisition global, sans tenir compte de la quote-part du terrain non amortissable

68 A-1 : Utilité de l acquisition de la NP par le dirigeant (ou sa SCI IR) et de l US par sa société d exploitation À l'extinction de l'usufruit la société d'exploitation constatera la sortie d'un élément d'actif de son bilan, rendant exigible un impôt sur les plus-values professionnelles. L'usufruit ayant été amorti sur toute sa durée, sa valeur nette comptable sera nulle. Le compte d'immobilisation incorporelle ainsi que le compte d'amortissement seront soldés : aucune plus-value taxable ne sera due.

69 A-1 : Utilité de l acquisition de la NP par le dirigeant (ou sa SCI IR) et de l US par sa société d exploitation Modalités de cession après la fin du démembrement En cas de cession des murs professionnels par le dirigeant: =>la plus-value de cession est soumise aux règles des plus-values des particuliers (avec exonération totale au bout de 30 ans), => Si cession entre l extinction de l usufruit et 30 ans : le prix d acquisition à retenir dans le calcul de la plus-value correspond à la somme des valeurs d acquisition de chacun des droits (NP+US) à la date d achat de la nue-propriété, or à cette date, seul le coût de la nue-propriété a été financé par le dirigeant.

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités La Société civile immobilière Pièges et opportunités Plan de l intervention La SCI : un outil de gestion patrimoniale Rappel des principes Fiscalité de l acquisition Gestion fiscale des revenus Plus-values

Plus en détail

Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier

Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier Animé par : Franck JOSELIN, rédacteur en chef adjoint - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Jean-Louis LE BOULC H

Plus en détail

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT 1- Droit d enregistrement sur cession de fonds de commerce 2- Droit d enregistrement sur cession de titres. A/ cession d actions B/ Cession de parts sociales

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

L Immobilier d Entreprise

L Immobilier d Entreprise Société d Expertise Comptable et de Commissariat aux Comptes Joël MARTINEZ Expert-Comptable Diplômé Commissaire aux Comptes Inscrit Master II Droit Notarial Spécialité Ingénierie du Patrimoine D.E.S. Gestion

Plus en détail

Guide pratique de la SCI Pour bien gérer son patrimoine immobilier 2 ème édition 4 ème tirage

Guide pratique de la SCI Pour bien gérer son patrimoine immobilier 2 ème édition 4 ème tirage Guide pratique de la SCI Pour bien gérer son patrimoine immobilier 2 ème édition 4 ème tirage Avertissement Mise à jour sur internet Les éditions de l ouvrage sont annuelles. Entre deux éditions, la législation

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Investissement immobilier

Investissement immobilier Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

Plan de l intervention

Plan de l intervention Laurent Benoudiz Plan de l intervention Intérêt de la SCI Régime juridique et fiscal Choix comptables et conséquences fiscales Faut il tenir une comptabilité? Faut il ou non amortir l immeuble détenu par

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction : le contexte. Le système de retraite. Les produits financiers. La gestion du patrimoine. SAS, SCI les nouveautés fiscales

SOMMAIRE. Introduction : le contexte. Le système de retraite. Les produits financiers. La gestion du patrimoine. SAS, SCI les nouveautés fiscales Mot d accueil SOMMAIRE Introduction : le contexte Le système de retraite Les produits financiers La gestion du patrimoine SAS, SCI les nouveautés fiscales Questions Réponses LA RETRAITE EN 2011 : QUELQUES

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Le point EURUS. Immobilier de l entreprise : Louer? Détenir? Externaliser? Démembrer?

Le point EURUS. Immobilier de l entreprise : Louer? Détenir? Externaliser? Démembrer? Le point EURUS Immobilier de l entreprise : Louer? Détenir? Externaliser? Démembrer? Sommaire Le point EURUS «Immobilier de l entreprise : Louer? Détenir? Démembrer? Externaliser?» I La location 3.4 Fiscalité

Plus en détail

L investissement Immobilier en nue-propriété

L investissement Immobilier en nue-propriété L investissement Immobilier en nue-propriété L investissement Immobilier en nue-propriété L acquisition d un bien immobilier comporte de nombreux risques pour un investisseur (vacance locative, loyers

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier

Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier Intervenants Francis Faverdin Expert-comptable CROEC Champagne Olivier Augeraud Expert-comptable UNECA Hubert Cartel Expert-comptable CROEC Champagne

Plus en détail

La clause bénéficiaire démembrée

La clause bénéficiaire démembrée La clause bénéficiaire démembrée 1 Sommaire Chapitre 1 : Le démembrement du droit de propriété : Généralités Chapitre 2 : Le principe du démembrement de la clause bénéficiaire d un contrat d assurance-vie

Plus en détail

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC)

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) DCG session 2013 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) 1) Calculer le résultat fiscal de l exercice 2012 pour la société GODARD Résultat fiscal (IS) Opérations

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

10 questions/10 réponses

10 questions/10 réponses Le crédit-bail immobilier 10 questions/10 réponses Sommaire Une solution pour financer votre immobilier à usage professionnel 1. Pourquoi recourir au crédit-bail immobilier? 2. Comment intervient le crédit-bailleur?

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

04/02/2015. Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité

04/02/2015. Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité 04/02/2015 Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité 1 Intervenants: Laurence Gumuschian : avocate cabinet Bastille avocats Véronique Nouvel : avocate, cabinet Fidal Jérôme

Plus en détail

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 Document autorisé Néant Matériel autorisé Aucun matériel n est autorisé. En conséquence, tout usage d une calculatrice est interdit

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

Actualité fiscale et patrimoniale

Actualité fiscale et patrimoniale novembre 2014 Actualité fiscale et patrimoniale Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en Droit Réseau notarial ALTHÉMIS 79, rue Jouffroy d Abbans 75017 Paris Tél : 01.44.01.25.00

Plus en détail

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA.

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA. LA LOCATION MEUBLEE La location meublée d'appartements est une activité commerciale, qui relève au titre de l'impôt sur le revenu de la catégorie des BIC (bénéfices industriels et commerciaux) et non de

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial

Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial Animé par : Benoît BARON, Rédacteur en chef -L AGEFI ACTIFS Patrick MÜLLINGHAUSEN Associé PATRIMJURIS CONSULTANTS Co-responsable

Plus en détail

Ce chiffre impactera naturellement les cases de la ligne 470 (même page).

Ce chiffre impactera naturellement les cases de la ligne 470 (même page). Déclaration annuelle des revenus : déduction des intérêts d emprunt I. Dates de déclaration des revenus La date limite de dépôt de la déclaration papier est fixée au lundi 27 mai 2013 à minuit. Les usagers

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF...

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF... version6.2.1.0 Dernières évolutions 1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2 1.1.1. Réforme de l ISF... 2 1.1.2. Donations et

Plus en détail

DÉMEMBREMENT DE PROPRIÉTÉ

DÉMEMBREMENT DE PROPRIÉTÉ DÉMEMBREMENT DE PROPRIÉTÉ Aspects juridiques et fiscaux - 1-5 juillet 2013 ASPECTS JURIDIQUES - 2 - Aspects juridiques : les principes La propriété est l addition de deux droits o o Le droit de disposer

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014 N 2074 DIR-NOT N 51171 # 09 NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014 Prise en compte de la durée de détention des titres ou droits cédés par les dirigeants de PME européennes partant à

Plus en détail

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine Investir en SCPI Une SCPI ou Société Civile de Placement Immobilier est un produit d investissement collectif non coté investi en immobilier. L acquisition de parts de SCPI permet à l investisseur d effectuer

Plus en détail

Analyse Patrimoniale

Analyse Patrimoniale K PATRIMOINE Tertia II 5 rue Charles Duchesne 13290 Aix en Provence Les Milles Tel : 04 42 29 11 60 Fax : 04 42 38 12 19 Analyse Patrimoniale Mme et M. Exemple La présente étude a été élaborée sur la base

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 91 DU 27 OCTOBRE 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-27-09 INSTRUCTION DU 16 OCTOBRE 2009 REFORME DU REGIME DE DEDUCTION DES CHARGES DE GROSSES REPARATIONS

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi Découvrez tous les leviers fiscaux pour votre entreprise Maître Guillaume PAINSAR, Notaire associé à RENNES Président association "Ouest Notaires Entreprise" Membre association "Notaires Conseils d'entrepreneurs"

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 1 Pourquoi une holding? Pour geler la taxation de dividendes exigés par d autres Pour réinvestir, rapidement

Plus en détail

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée au contexte fiscal actuel Mardi 26 février 2013 Fondation Ecole Centrale de Paris Banque Transatlantique SOMMAIRE Nouveau contexte

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables Thèmes de Formation Thématiques de formation délivrées par Michel Brillat, Directeur de la Formation et de l Ingénierie Patrimoniale, CGP Entrepreneurs Pour ce faire, le minimum «syndical» à savoir PEL,

Plus en détail

Ususphère en quelques mots

Ususphère en quelques mots Ususphère en quelques mots Que faisons-nous? Ususphère est une plateforme de mise en relation entre investisseurs à la recherche d un placement démembré en SCPI. Les demandes des investisseurs en usufruit

Plus en détail

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Disclaimer Ce document a été préparé par NMW avocats dans un but purement informatif et ne contient

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Nue propriété et cession d usufruit

Nue propriété et cession d usufruit Nue propriété et cession d usufruit L usufruit et la nue propriété Un bien mobilier ou immobilier est généralement détenu en pleine propriété. Lorsque le bien procure des revenus, ce droit de propriété

Plus en détail

4 SCI support de l immobilier d entreprise

4 SCI support de l immobilier d entreprise OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI 4 SCI support de l immobilier d entreprise Constitution d une SCI Maintien au bilan ou SCI? inscription au bilan... 80 immobilier frein à la transmission... 81 aspect

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Document non contractuel. Les avantages de la nue-propriété

Document non contractuel. Les avantages de la nue-propriété Les avantages de la nue-propriété Conjoncture & opportunités Avantages de la nue-propriété Profils clients Produits Conjoncture & opportunités CONJONCTURE FISCALE Une fiscalité de + en + forte - Nouvelles

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

FINANCER VOS LOCAUX PROFESSIONNELS

FINANCER VOS LOCAUX PROFESSIONNELS FINANCER VOS LOCAUX PROFESSIONNELS Tout professionnel libéral en cours de carrière doit s'interroger sur l'opportunité d'acquérir ses murs, fût-ce au prix d'un transfert de son cabinet. La nécessaire mise

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Point sur la Loi Scellier BBC

Point sur la Loi Scellier BBC Point sur la Loi Scellier BBC Loi Scellier BBC : Principe général Qu'est ce que la loi Scellier BBC? La loi Scellier BBC est apparue au cours de l'année 2009, lorsque les députés ont décidé de «verdir»

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011)

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) Principales mesures ENTRÉE EN VIGUEUR 3 mars 2011 Exit tax Un jour franc après

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Client

Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Client Fiche n Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Pour un client qui se porte acquéreur d un bien immobilier A (notamment résidence principale / résidence secondaire)

Plus en détail

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 1 Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 2 Intervenants : Jean-Philippe Robin, Directeur Commercial Tamara Boucharé, Consultant Formateur

Plus en détail

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Crée en 1990 Votre déclaration d impôt! Dates Limites : Déclaration Papier 27 Mai Déclaration Internet 7 Juin Barême

Plus en détail

Financement des études supérieures

Financement des études supérieures Page 1 sur 10 Financement des études supérieures Cas d étude : couple de quarantenaires avec 3 enfants de 9, 6 et 4 ans. Début des études pour le 1 er enfant = 2022 Début des études pour le 2 e enfant

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 8. Brèves en page 9

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 8. Brèves en page 9 Newsletter d informations juridiques et fiscales Fippatrimoine.com VOTRE CONSEILLER ÉLÉPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 Magny Le Hongre g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

Avocat spécialiste en droit fiscal

Avocat spécialiste en droit fiscal Jean-Marie Baldo Avocat spécialiste en droit fiscal 1 Les opérations juridiques - La vente à un tiers : - La vente du fonds de commerce - La vente des parts ou actions de la société - La vente de l immobilier

Plus en détail

CONSEILS -EN - PATRIMOINE

CONSEILS -EN - PATRIMOINE CONSEILS -EN - PATRIMOINE BILAN DE TRANSMISSION à l attention de M. et Mme XXXXXXXXXXX réalisé le XXXX par XXXXXXXXXX Préambule Ermont, le XXXXXXXXXXXXXX Bien gérer votre patrimoine, optimiser sa fiscalité

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail