EXTRAIT du Registre des Délibérations du Conseil Municipal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EXTRAIT du Registre des Délibérations du Conseil Municipal"

Transcription

1 RM/LP DEPARTEMENT de la GIRONDE ARRONDISSEMENT de BORDEAUX Commune de LORMONT REPUBLIQUE FRANCAISE EXTRAIT du Registre des Délibérations du Conseil Municipal Séance ordinaire du VENDREDI 10 NOVEMBRE 2006 L an deux mille six, le vendredi dix novembre à dix-huit heures, Le Conseil Municipal de la Commune LORMONT, convoqué par Monsieur le Maire, s est assemblé au lieu ordinaire de ses séances sous la présidence de Monsieur Jean TOUZEAU. Présent(e)s : Jean TOUZEAU, Alain CHAMPEYMONT, Mireille KERBAOL, René LACOSTE, Claude SENENT, Pierrette DUPART, Bernard RIVAILLE, Henriette DUFOURG, Marc GALET, Michèle FAORO, Alain MONCASSIN, Jean-Claude FEUGAS, Danièle MONIMEAU, Gilles BESSON, Josette BELLOQ, Marielle DESCOUBES, Alain CHAPOUILLE, Claude DAMBRINE, Marc BOUCAUD, Bretislav PAVLATA, André MAGNIER, Manuel NAVALES, Béatrice CHARRIAUT, Christiane MARC, Laurent DELAGE, Mónica CASANOVA. Absent(e)s excusé(e)s ayant donné procuration : Paulette FOURCADE, Catherine VEYSSY, Anna N DIOGOYE, Romila AMROUCI, Maria RAMIREZ, Amina N DIAYE, Amar BEY, Philippe HERVE. Absent : Christophe BRUN. Conseillers en exercice : 35 Nombre de présents : 26 Nombre de votants : 34 N 06/064 A FINANCES : ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2007 : DEBAT Monsieur Laurent DELAGE est désigné en qualité de Secrétaire de séance. page 1/9

2 M. LE MAIRE Les orientations budgétaires 2007, je le rappelle, sont soumises à débat dans un délai de deux mois précédant le vote du Budget Primitif. Donc, un débat a lieu sur les orientations générales du budget. Ce débat doit constituer le stade préliminaire à la procédure budgétaire et ne présente pas de caractère décisionnel. En ce qui concerne la tendance des recettes, il y a 2 grandes parties. Tout d abord les dotations, notamment la Dotation Globale de Fonctionnement et la Dotation de Solidarité Urbaine, avec également le Fonds National de Péréquation. Qu observe-t-on en termes d orientations et de tendances sur ces dotations? D abord, la volonté de l Etat de revoir, dans le cadre du contrat de croissance et de solidarité, un certain nombre de modalités qui avaient été validées dans la relation entre l Etat et les collectivités territoriales et qui conduisaient celui-ci à prendre en compte, pour le calcul de l évolution de la D.G.F. notamment, 2 critères. Le premier constitué par l évolution de l inflation estimée à l année N et le taux de croissance du P.I.B. constaté à l année N-1. Normalement, lorsqu on regarde de façon objective ces critères, les dotations devraient augmenter de 2,54%. L Etat trouve que cela fait un pourcentage qui est peut-être un peu trop élevé dans le partenariat Etat/collectivités locales. Il envisage donc actuellement de revoir ces critères et notamment de ne plus prendre en compte le taux de croissance du P.I.B. Nous allons nous situer en termes d évolution de la D.G.F., qui est quand même notre première dotation, sur une évolution envisagée de l ordre de 1%. En ce qui concerne la Dotation de Solidarité Urbaine, il y a une perspective d évolution de 15 %, conformément aux engagements précédents et aux contractualisations précédentes entre l Etat et les collectivités comme la nôtre. Concernant le Fonds National de Péréquation, il est raisonnable de ne pas prévoir d augmentation dans la mesure où l on constate plutôt une diminution des soutiens en termes de péréquation de l Etat, notamment des compensations, plus qu une évolution positive. Pour les ressources fiscales, et je voudrais le souligner, 2007 sera la 10 ème année où, sur la part communale, notre Ville gèle ses taux de fiscalité. C est un élément important, un engagement que nous avons pris, que nous arrivons toujours à tenir et qui consiste à essayer de stabiliser le plus possible la fiscalité de ceux qui contribuent localement aux recettes de la Ville. En ce qui concerne les autres recettes, des inquiétudes. D abord, une fois que vous avez cumulé les dotations et les recettes fiscales, cela représente 94 % du budget. Il reste 6 % et ces 6 %, c est ce qui rentre dans le cadre de contrats, le contrat urbain de cohésion sociale, et également les tarifications que la Ville peut pratiquer. Nous n avons vraiment pas beaucoup de marges de manœuvre sur les augmentations de la tarification à la piscine municipale, à l école municipale de musique et de danse ou sur la restauration scolaire. Vous voyez qu en termes de recettes, la marge de manœuvre est extrêmement étroite. En ce qui concerne les dépenses, en termes de prévisions, la masse salariale est avec des perspectives d évolutions importantes de l ordre de 5 % parce que nous avons la volonté affirmée depuis plusieurs années de bien prendre en compte les ressources humaines comme un élément de développement de notre ville. Cette évolution physique des effectifs est liée, à la progression des indices de rémunération et au G.V.T., à la réussite aux concours, aux promotions, à la mise en œuvre des régimes indemnitaires et aux charges sociales. page 2

3 En ce qui concerne la dette, nous avons travaillé sur sa restructuration de notre dette. Nos investissements sont financés par subvention, autofinancement et emprunt correspondant à la part communale. Cette part communale conduit à des emprunts à long terme qui sont bien stabilisés. Par contre, le problème, ce sont les emprunts à court terme, c'est-à-dire ceux que la Ville est obligée de faire pour porter l avance des dépenses d un certain nombre de gros investissements liés aux subventions qui sont versées, ou par l Etat ou par les fonds européens, où nous recevons les subventions toujours avec beaucoup de retard. Lorsque vous faites faire des travaux sur les pôles éducatifs, sur les équipements, il est évident que lorsqu ils sont faits, les entreprises ont besoin d être financées pour pouvoir payer leurs charges, leurs salariés et elles ne peuvent attendre que la Ville ait reçu les subventions de l Etat ou de l Europe. Notre Ville doit forcément effectuer un certain nombre d avances et ceci entraîne des frais financiers qui, rien que sur l année 2007, seront de l ordre de près de C est un état que nous avions vivement dénoncé et que nous retrouvons aujourd hui avec ces retards de subventions dans les soutiens apportés par l Etat et par les Fonds Européens. Les autres dépenses sont gérées par les services. Ensuite, les Commissions municipales vont faire le travail préparatoire pour que nous puissions présenter en décembre prochain notre Budget Primitif en prenant en compte les évolutions nécessaires. Sur les investissements, je ne reprends pas dans le détail les perspectives d investissements puisque vous retrouvez le plan d investissements conforme à notre programme prévisionnel avec la suite et la fin des 2 sites éducatifs de Carriet. Nous pensons que nous allons pouvoir ouvrir ces sites éducatifs aux échéances qui étaient prévues, c'est-à-dire à la reprise des vacances de Noël pour le Pôle Educatif Romain Rolland avec le transfert de l école maternelle et de la nouvelle école élémentaire Romain Rolland, et aux vacances de février pour le Pôle Educatif Paul Fort avec l école maternelle Paul Fort et l école élémentaire Paul Fort qui va permettre d accueillir les enfants de Carriet. Le lancement de la médiathèque et la restructuration du gymnase du Bois Fleuri. Les travaux doivent démarrer en premier semestre L aménagement de l Espace Public François Mitterrand, l aménagement des Quais et de la Place Aristide Briand, l agrandissement du terrain et la construction de tribunes au stade Dugarry et l aménagement du nouveau local de la Maison de la Justice et du Droit sur le giratoire Allende. Le financement de ces dépenses, 65 % par subventions. D où l importance du versement des subventions dans des délais courts et raisonnables pour éviter un portage financier trop long. Lorsque vous avez un plan d investissement avec 65 % de subventions, qu elles soient versées par l A.N.R.U., par le FEDER, par la C.U.B., la Région ou le Département, le versement de ces subventions dans des délais très courts est pour nous quelque chose de très important parce que cela peut nous permettre de nous donner un petit peu plus de marge sur le plan budgétaire. 30 % par emprunt et 5 % par autofinancement. Nous récupérons la T.V.A. sur le programme d investissement de 2 ans en arrière. C est pour nous aussi un cercle vertueux dans la mesure où, lorsque nous avons un programme d investissement extrêmement intéressant, cela nous permet d avoir en recette quasiment automatique la T.V.A.. Cela nous permet d abonder notre investissement communal. Voilà ce que je peux dire sur ces orientations budgétaires Il est prévu un débat que je déclare ouvert s il y a des interventions. M. FEUGAS Monsieur le Maire, les orientations budgétaires pour notre futur Budget Primitif 2007 sont en grande partie dépendantes des décisions découlant de celui de la nation. C est ainsi que depuis la mi-octobre est étudié le projet de loi de finances du gouvernement pour le budget du pays. Ce page 3

4 budget est inscrit dans la ligne des 4 précédents. Il comporte les aspects essentiels de la politique ultra libérale du gouvernement et de la majorité U.M.P. Soumises au diktat du Pacte du stabilité et de la Banque Centrale Européenne et strictement soucieuses des exigences du MEDEF et des hauts revenus avec une accumulation supplémentaire d exonération de cotisations sociales, de cadeaux fiscaux et désormais la mise en place d un «bouclier fiscal», les orientations de cette loi des finances tournent le dos aux besoins des français et du pays. Le Ministre Thierry BRETON a le cynisme de présenter son budget, soidisant historique, comme un budget de la croissance. C est en fait un budget que je qualifie d électoraliste et qui accroît toujours plus les inégalités et la précarité. A la nécessité de développer les services publics, les investissements pour l éducation, le logement, les transports, l insertion des jeunes en développant l emploi, le gouvernement répond par la suppression de emplois dans les services publics (dont dans l Education Nationale), de nouveaux tours de vis réduisant les dépenses sociales et de nouveaux déséquilibres dans l aménagement du territoire. Ce projet de budget creuse la fracture territoriale. Ainsi, les crédits votés la semaine dernière pour les collectivités territoriales confirment l analyse faite par les élus communistes avec en particulier une pression encore plus forte du fait de dotations à la baisse, des transferts de charges et donc d un désengagement synonyme d aggravation des inégalités entre les collectivités. C est l étranglement des finances locales qui est au programme. Avec, en fait, une dotation de fonctionnement autoritairement bloquée à un indice inférieur à celui des dépenses communales alors que les besoins progressent davantage que l inflation. Il est d ailleurs à redouter que le pire reste à venir avec la remise en cause du contrat de croissance et de solidarité qui, jusqu alors, garantit une progression de la dotation indexée sur la hausse des prix et la croissance économique. En s attaquant aux besoins et à l autonomie nécessaire des finances locales, particulièrement celle des communes, ce gouvernement veut remettre en cause la mise en œuvre de politiques publiques volontaristes et solidaires telles celles que notre majorité municipale a priorisées dans ses choix politiques, en lien avec les besoins des habitants de notre commune. L injustice sociale, la baisse des moyens budgétaires utiles à la satisfaction des besoins sociaux, des investissements publics locaux et au développement économique, ça suffit! C est pour cela que les élus communistes et républicains contestent fortement cette politique d austérité encore aggravée et appellent, à travers notre pays, toute celles et ceux qui le veulent à réagir, à s engager, à se rassembler autour de solutions innovantes. C est le sens de la campagne de pétitions lancée «pour un autre budget», un budget de progrès social, un budget juste pour une action publique efficace avec l objectif de faire reculer l injustice et les privilèges. C est le sens aussi de l appel à une large manifestation nationale à Paris le 18 novembre prochain pour de nouvelles ressources en faveur des collectivités et contre l injustice fiscale. Ce sera également le sens de la motion que mon groupe proposera lors du prochain Conseil Municipal, le 21 décembre, pour le vote du Budget Primitif Ainsi, à la veille d échéances essentielles, partout dans le pays, les élus communistes et républicains se veulent actifs, fidèles à leurs mandats afin de contribuer à la construction d une véritable alternative progressiste. Enfin, pour conclure, quelques mots sur notre situation locale. Dans la note de synthèse, la présentation technique des orientations budgétaires apporte des informations générales connues à ce jour qui ne peuvent que permettre certaines prévisions ou tendances empreintes de prudence en attendant des chiffres précis émanant des services fiscaux. Ces orientations sont bien dans le page 4

5 cadre politique du programme de la majorité municipal et sa gestion permet encore, du mieux possible, de faire face à l atteinte des moyens financiers nécessaires à une commune comme la notre. La volonté, une nouvelle fois reconduite, de geler les taux communaux, va dans le sens d une aide aux familles. Alors je vous demande, Monsieur le Maire, que notre population lormontaise ait les éléments essentiels lui permettant de juger où sont les responsabilités politiques, particulièrement dans le domaine du désengagement de l Etat envers les collectivités et dans son rôle de rationnement des dépenses utiles au pays, portant ainsi atteinte aux services publics territoriaux, aux services rendus à la population, à l aménagement du territoire, au développement économique et à l emploi. MME CHARRIAUT Les années passent et tristement se ressemblent. On sait que l Etat se désengage régulièrement et les communes doivent faire face pour gérer leur budget et elles sont soumises à des restrictions budgétaires, le problème se retrouve de la même façon au niveau de tous les ménages français. Plus que de critiquer, il faut être positif et prendre en compte au mieux les mesures qui vont être applicables et donc de prévoir les orientations budgétaires par rapport à ce que l on pourra obtenir. Je ne doute pas que vous trouverez malgré tout, les solutions qui iront dans le bon sens pour tous les Lormontais. M. DELAGE Le débat sur les orientations budgétaires, vu l actualité, ne peut pas se dissocier du débat national sur le budget 2007 puisque, de fait, l essentiel des recettes de la commune vient de subventions de l Etat. Ce budget est d un côté un jackpot pour les riches et de l autre, une série d attaques et de régressions sociales pour le plus grand nombre. D abord, le gouvernement vient de décider l exonération complète de cotisations sociales pour les salariés payés au S.M.I.C. employés dans les 2,5 millions d entreprises ayant moins de vingt salariés où travaillent la majorité des 3 millions de smicards. Cela équivaut à un cadeau de 640 M annuels. Ainsi, les exonérations de cotisations patronales progressent de 7,8 % pour atteindre le chiffre record de 25,6 milliards d euros. De plus, à partir de janvier 2007, la cotisation de la taxe professionnelle sera plafonnée à 3,5 % de la valeur ajoutée pour toutes les entreprises. Le produit de cet impôt local, qui représentait chaque année 24 milliards d euros pour les collectivités territoriales, sera diminué de 2,7 milliards selon les estimations. Ce système permettra à des sociétés de payer moins, simplement par des jeux de surfacturation de filiales. De plus, un tel système favorise encore plus l intérim au détriment du personnel permanent. En effet, la facture de la société d intérim vient réduire la valeur ajoutée et donc le plafond de la taxe professionnelle! Déjà, le gouvernement Jospin avait sorti la masse salariale du calcul de l assiette de cet impôt. Aujourd hui, le gouvernement mène une vraie fuite en avant aux dépens de l argent public puisque, paradoxalement, c est l Etat qui paie aujourd hui le plus de Taxe Professionnelle quand il prend en charge les dégrèvements accordés aux entreprises. Ensuite, près de 4 milliards d euros seront distribués du fait de la réforme de l impôt sur le revenu, ce qui profite essentiellement aux 10% des revenus les plus élevés. Le cumul de la baisse des impôts, depuis 2002, dépasse 20 milliards d euros. Pour épargner les plus riches, le gouvernement a même trouvé un autre moyen, le fameux «bouclier fiscal» : il permet de limiter l impôt direct, dont celui sur les grandes fortunes, à 60 % du revenu. Le petit cadeau représente au moins 400 M. page 5

6 Mais ce n est pas tout. Le jackpot est alimenté en permanence par la dette de l Etat qui doit bien trouver quelque part l argent qu il distribue généreusement aux riches. La solution est simple : pour combler son déficit, il emprunte aux mêmes! cette année, le déficit sera d un peu plus de 41 milliards d euros pour une dette globale s élevant à milliards d euros, contraignant l Etat à verser chaque année 40 milliards d intérêts à ses créanciers. Et, sans sourciller, COPE et BRETON nous expliquent qu il faut réduire la dette qui coûte trop cher, que nous vivons au dessus de nos moyens et que, par conséquent, il faut réduire les dépenses, c'est-à-dire tout ce qui est utile à la population. Pour la première fois, l évolution de ces dépenses est inférieure d un point par rapport à l inflation. Le ministre de l Economie, T. BRETON, trouve cela «historique».comme un patron qui s enorgueillit d avoir fait baisser les coûts par des plans sociaux fonctionnaires en moins, la précarité généralisée dans les services publics, les privatisations (comme celle de l entreprise où je travaille, les Monnaies et Médailles, qui est en plein dans un processus de privatisation), l ouverture des services publics à la concurrence, l application de la directive postale De plus en plus, l Etat se décharge sur les collectivités locales et les différences entre communes riches et pauvres s approfondissent. En fait, ce budget montre tout l emballement de cette politique de cadeaux aux patrons qui sont payés par la dégradation des services publics et par l aggravation des inégalités. Cette politique n est pas nouvelle, elle a été menée sous tous les gouvernements depuis 20 ans au nom de la «lutte contre le chômage» qui a conduit la généralisation des exonérations et des subventions aux patrons, comme par exemple au moment de la loi sur les 35 h. Alors, au niveau de la commune, on retrouve bien évidemment les conséquences de cette politique. Les recettes en termes de T.P.U. sont incertaines pour l avenir, de même que le mode de calcul des dotations de l Etat, ou les dispositifs de la C.A.F. : tout cela va dans le sens des économies que veut imposer le gouvernement. Face à cette situation, nous pensons qu on ne peut se contenter d une logique comptable qui se borne à accepter et donc à appliquer ces restrictions. Pour nous, la question du budget est une question politique qui doit mettre en avant tous les besoins de la population, en particulier dans une commune comme Lormont, avec un taux de chômage les plus importants de la région. Ainsi, sur la question des dépenses en matière de fonctionnement, la prévision d une augmentation de 5 % pour la masse salariale est plus qu insuffisante. Cela ne correspond pas aux besoins en crèches, en particulier avec le nombre de familles monoparentales, et aux besoins en services publics d un point de vue plus général. Quant aux salaires du personnel, je pense aussi qu ils sont plus qu insuffisants, comme partout d ailleurs, puisqu ils reculent depuis des années. Aujourd hui, c est nets minimum qu il nous faut pour vivre, ainsi que des augmentations de 300 pour rattraper le retard perdu depuis 20 ans. J en profite au passage pour souligner que nous ne partageons pas ce qui est écrit dans la délibération sur le «poids des charges sociales». Je sais bien qu avec la Zone France, les entreprises en sont exonérées pour 5 ans mais ces fameuses charges, c est un salaire qui nous est dû en tant que salariés, un salaire qui est socialisé et qui nous permet de financer la maladie ou la retraite. page 6

7 Pour conclure, je sais bien que la commune doit faire face à une situation de plus en plus critique qui se retrouve dans toute la société. Mais face à cela, nous pensons qu il faut se battre avec la population pour imposer une autre répartition des richesses. MLLE MARC J ai écouté M. DELAGE. Excusez-moi, mais où allez-vous chercher tout ce que vous dites là? Vous ne venez jamais aux réunions, vous énoncez des choses, mais où allez-vous chercher tout cela? Si je comprends M. FEUGAS globalement dans ce qu il dit, vous, alors là on va bientôt se retrouver en Amérique! Où allez vous chercher tout ce que vous dites? S il vous plait, répondez-moi. Je lis les journaux comme vous. M. DELAGE Juste pour vous dire que cette discussion n est pas très compliquée. On l a partout. On l a dans les entreprises, dans les syndicats, on l a dans tout mouvement social aujourd hui et on l a aussi dans les mairies. MLLE MARC Ne me dites pas que vous discutez de cela au niveau des salariés dans les entreprises. M. GALET Monsieur le Maire, mes chers collègues, La présentation que vous venez de faire ne peut que nous satisfaire puisqu au travers de ces orientations budgétaires, nous pouvons constater que nous sommes bien dans la continuité de réalisation de notre programme municipal. Vous me permettrez cependant, Monsieur le Maire, de regretter avec vous la tendance générale au désengagement de l Etat sur l aide qu il peut apporter à des collectivités comme la notre. Notre collègue Henriette DUFOURG présentera, au nom de la majorité municipale, une motion dénonçant le désengagement de l Etat au travers du nouveau contrat enfance jeunesse de la C.A.F.. Comme d habitude, il ne s agit là que de la partie immergée de l iceberg puisqu à n en pas doute, le manque à gagner pour les associations qui oeuvrent pour la jeunesse se retraduira par des demandes de subventions supplémentaires à la Ville. Contrairement à ce que veut bien dire le ministre de l économie et des finances, l inflation dépasse largement les 1,8 % puisque l Union Européenne elle-même admet une inflation à 2,7 % pour la zone Euro. Lorsque nous pourrions espérer un taux d augmentation de la participation de l Etat à 2,54, elle devrait en fait être de 3,44 %. Quand on sait que l on prévoit de supprimer la référence au taux de croissance du P.I.B., l écart entre la réalité et le Pacte de croissance sera de 1,64 % sur Nous ne pourrons pas laisser perdurer un tel état de fait. Il en va de l avenir de nos populations. Dans ces conditions, comment pourrons-nous assurer les services que nous devons à notre population tout en continuant notre effort de diminution de la pression fiscale? 10 ans sans augmenter les taux de fiscalité ne peut se faire que par une gestion particulièrement rigoureuse des deniers publics et, permettez-moi, Monsieur le Maire, de vous féliciter pour cette excellente gestion. Je sais que vous êtes aidé en cela par des services municipaux compétents et méritants qui travaillent, comme nous, au mieux être de nos concitoyens et je souhaite les associer à ces remerciements. page 7

8 S il est vrai que la masse salariale représente une part importante de nos dépenses de fonctionnement, nous ne pouvons pas, au nom de je ne sais quelle rentabilité, «tailler dans le lard» sans risque de voir la qualité et la quantité des services rendus à nos habitants (qui en ont peut-être besoin plus qu ailleurs) réduire comme peau de chagrin. L acte manqué de la décentralisation ne l est pas pour tout le monde et l Etat peut effectivement promettre des diminutions d impôts quand il transfère les charges de ses compétences sur les collectivités territoriales. Si cela est évident pour les Départements et les Régions qui sont obligés de recouvrir à de fortes augmentations de leur fiscalité directe, le mouvement est plus insidieux pour les communes. C est par une baisse des participations directes et indirectes, par le non paiement ou le retard de paiement des subventions que l Etat se désengage. Comme toujours avec la droite, ce sont les jeunes et les plus pauvres qui font les frais de la politique libérale du profit pour les plus riches. Les logements du troisième type, ceux que l on achète sans avoir la propriété du sol sont de nouvelles trappes à pauvreté et ce sont encore les collectivités qui seront mises à contribution pour, ou soutenir les acquéreurs défaillants, ou pour racheter foncier et immeubles et devenir bailleur sociale de force. Pour en revenir au plan local, je crois important de souligne, comme je l ai déjà dit, le respect de nos engagements et notamment en matière d équipements publics. Le programme d investissements, un programme ambitieux mais à la hauteur des ambitions de la ville, des lormontaises et des lormontais, traduit parfaitement nos priorités : la jeunesse, l accès à la culture pour tous, la qualité de vie. Monsieur le Maire, nous partageons avec vous ces orientations budgétaires qui traduisent bien nos engagements humanistes, solidaires et fraternels. M. CHAMPEYMONT Monsieur le Maire, mes chers collègues, je voudrais exprimer une crainte. Devant la mauvaise foi des services fiscaux : «rendez-vous compte, à Lormont, cela fait 10 ans qu ils n augmentent pas les taux. Ils n ont pas besoin d argent», est-ce qu il n y a pas un risque? M. LE MAIRE Chacun a pu exprimer un point de vue sur ces orientations budgétaires. Je ne vais pas faire de commentaires à ce qui a été souvent très bien développé. Ce qui est une évidence, c est que Lormont est la ville de la région Aquitaine qui rassemble le plus de familles ayant des revenus modestes, très modestes. C est donc en prenant en compte cette réalité-là que nous devons concevoir cet exercice budgétaire extrêmement difficile, dans un contexte général que vous avez très bien développé, très contraignant au niveau de l Etat avec, à la fois des dotations, mais également des perspectives au niveau des collectivités locales qui conduisent surtout à beaucoup de morosité. Nous devons cependant, dans ce contexte si difficile, développer notre projet municipal dans l adversité et en sachant que, comme cela a été bien développé, nous avons notre rôle à tenir au niveau de la mairie. Mais nous ne pouvons en aucun cas nous-mêmes apporter des réponses au niveau local car se sont des positions nationales qui ne répondent pas aux préoccupations très clairement exprimées et qui sont les vôtres, notamment tout ce qui a trait aux difficultés d accès au logement. C est dans ce contexte là que nous devrons proposer un budget qui prenne en compte des perspectives également en termes d investissements. Nous avons toujours la volonté de rechercher des partenariats et de rechercher le maximum de financements là où ils sont proposés, là où ils sont offerts. C est le cas de l A.N.R.U., c est le cas des fonds européens, c est l Etat qui est sollicité en permanence. Il n y a aucun projet communal en termes d investissements sur lesquels il n y a pas de notre part une démarche de recherche de subventions pour alléger le plus possible l effort local, mais, j en conviens avec vous, l exercice est extrêmement délicat et je voudrais surtout remercier l ensemble de la majorité municipale de cet page 8

9 esprit de responsabilité et de solidarité qui nous permet de maintenir le cap du gel des taux depuis 10 ans, ce qui mérite d être souligné. Voilà ce que je peux dire sur ce débat qui concerne surtout l Etat, et surtout des décisions parlementaires, nationales. Mais en conclusion il y a un certain nombre de débats sur des orientations nationales qui, forcément, auront des conséquences sur les budgets des collectivités locales. Voilà ce que je voudrais mettre en avant et clore ce débat sur les orientations budgétaires puisqu il n est pas soumis à vote. FAIT A LORMONT, 20 novembre 2006 pour extrait certifié conforme, Le Maire, Jean TOUZEAU page 9

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 17 décembre 2013 à 9h00 présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 12 DECEMBRE 2013 NOMBRE

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité www.ades-grenoble.org www.lesverts38.org www.alternatifs.org/38 Conférence de presse du mercredi 10 décembre 2008 Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

Notre but : répondre à vos attentes en fonction de nos moyens

Notre but : répondre à vos attentes en fonction de nos moyens Notre but : répondre à vos attentes en fonction de nos moyens Vous le savez, le président Sarkozy et le gouvernement font tout pour faire des économies à l État. On pourrait s en féliciter, sauf que les

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 Etaient présents : Mrs BLEVIN Pierre ; BONNET Claude ; GODERE Yannick ; MOUE Philippe ; MORICEAU Bertrand ; QUELVEN Jacques ; SEITZ Alfred ; SUISSE Michel

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

COMMUNE de CORMERAY (Commune de l Agglomération Blaisoise) Compte-rendu du Conseil Municipal du 12 Juillet 2012

COMMUNE de CORMERAY (Commune de l Agglomération Blaisoise) Compte-rendu du Conseil Municipal du 12 Juillet 2012 COMMUNE de CORMERAY (Commune de l Agglomération Blaisoise) Compte-rendu du Conseil Municipal du 12 Juillet 2012 L an deux mille Douze, le douze du mois de juillet à 19 heures 30 minutes, le Conseil Municipal

Plus en détail

A propos de l Audit des finances communales

A propos de l Audit des finances communales A propos de l Audit des finances communales (évoqué lors du Conseil municipal de septembre 2014) A la demande de la majorité municipale, un audit a été commandité auprès du cabinet FCL. Les conclusions

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 13 décembre 2011 à 9h00, présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 8 DECEMBRE 2011 NOMBRE

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 1 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2013 Type : DOB 2014 Service : DMI/FINANCES Rapporteur : Christophe PERNY Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT MAXIRE REUNION DU 14 AVRIL 2015

COMMUNE DE SAINT MAXIRE REUNION DU 14 AVRIL 2015 COMMUNE DE SAINT MAXIRE REUNION DU 14 AVRIL 2015 L an deux mil quinze, le 14 avril les membres du conseil municipal se sont réunis à la Mairie, sous la présidence de Christian BREMAUD, Maire. Nombre de

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 4 JUIN 2013

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 4 JUIN 2013 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 4 JUIN 2013 L an deux mille treize, et le quatre juin à 20h, le Conseil Municipal dûment convoqué, s est réuni en session ordinaire au lieu habituel de

Plus en détail

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RADICAL ET CITOYEN PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 6 JUIN 2011 Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite Du bouclier fiscal

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DES GRANDS LACS 7 Avenue du 11 novembre 40160 PARENTIS EN BORN. Compte rendu du 20 décembre 2002

COMMUNAUTE DE COMMUNES DES GRANDS LACS 7 Avenue du 11 novembre 40160 PARENTIS EN BORN. Compte rendu du 20 décembre 2002 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES GRANDS LACS 7 Avenue du 11 novembre 40160 PARENTIS EN BORN Compte rendu du 20 décembre 2002 L an deux mil deux et le 20 décembre à 20h30, le Conseil de Communauté de Communes

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 10 AVRIL 2008 NOTE DE SYNTHESE

CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 10 AVRIL 2008 NOTE DE SYNTHESE CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 1 AVRIL 28 NOTE DE SYNTHESE L an deux mille huit, le dix avril, le Conseil communautaire s est réuni en séance ordinaire sous la présidence de Patrick PETITJEAN, Président. Nombre

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Dossier de presse. 1) Adoption du Compte administratif 2013

Dossier de presse. 1) Adoption du Compte administratif 2013 Dossier de presse Séance plénière, le vendredi 11 avril 2014 1) Adoption du Compte administratif 2013 2) Vote du taux de foncier bâti 2014 Vendredi 11 avril 2014, à 15h30, les élus départementaux sont

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

LE LIEN VOUVANTAIS. LOTISSEMENT LES JARDINS : NEGOCIATION D UN PRET Autorisation de signature

LE LIEN VOUVANTAIS. LOTISSEMENT LES JARDINS : NEGOCIATION D UN PRET Autorisation de signature LE LIEN VOUVANTAIS FIXATION DES TAUX D IMPOSITION 2015 Afin d aider la Collectivité à fixer le produit attendu au titre de la fiscalité directe locale et à voter les taux d imposition pour le budget primitifs

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

DEPARTEMENT DU RHONE CANTON DE MORNANT

DEPARTEMENT DU RHONE CANTON DE MORNANT DEPARTEMENT DU RHONE CANTON DE MORNANT COMMUNE D ECHALAS REPUBLIQUE FRANCAISE COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 JUILLET 2015 à 19h00 Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, Le 23 juillet

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

Budget primitif 2011 eau :

Budget primitif 2011 eau : CONSEIL MUNICIPAL DU 26 Mars 2012. ÉTAIENT PRÉSENTS : G.BERNARD - P. LUMMAUX - J.P MARTIN - J.P MAURA - D. BERLAND - Mmes C. LAGARDE - L. DUPUCH - M. B. CRAPON - Mme L. BARIBAUD - F. FERRAND - M. F. FAUX.

Plus en détail

Madame la Présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d HLM (Chère Marie-Noëlle LIENEMANN),

Madame la Présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d HLM (Chère Marie-Noëlle LIENEMANN), 1/8 Discours de Madame George PAU-LANGEVIN, Ministre des outre-mer Congrès annuel de l Union Sociale pour l Habitat (USH) Mardi 22 septembre 2015 MONTPELLIER Monsieur le Président du l USH (Cher Jean-Louis

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Réunion du Conseil Municipal de Lipsheim du 11 avril 2011

Réunion du Conseil Municipal de Lipsheim du 11 avril 2011 Réunion du Conseil Municipal de Lipsheim du 11 avril 2011 Nombre de Membres dont le conseil doit être composé : 19 Nombre de Conseillers en exercice : 19 Nombre de Conseillers présents : 11 + 4 procurations

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

COMPTE-RENDU du CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 14 Avril 2014

COMPTE-RENDU du CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 14 Avril 2014 COMPTE-RENDU du CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 14 Avril 2014 Etaient présents : PUISSAT L. GAUTHIER M. GOUTTENOIRE M. - TASSAN C. TEINTURIER A. BARAGATTI D. CARRIERE RIGARD-CERISON S. FOURCADE P. THOMAS M.

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Le cas Suisse Pr.Victoria CURZON PRICE IREF, Professeur honoraire Université de Genève La Suisse Adopte le «frein à

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMUNE D'ALET LES BAINS (AUDE) COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 6 NOVEMBRE 2013

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMUNE D'ALET LES BAINS (AUDE) COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 6 NOVEMBRE 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMUNE D'ALET LES BAINS (AUDE) COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 6 NOVEMBRE 2013 Date de convocation : 31 octobre 2013 Le six novembre deux mille treize à vingt et une

Plus en détail

Extrait du registre des délibérations du conseil municipal : Objet : Adoption du budget primitif 2014 :

Extrait du registre des délibérations du conseil municipal : Objet : Adoption du budget primitif 2014 : Extrait du registre des délibérations du conseil municipal : Objet : Adoption du budget primitif 2014 : confirmation des modalités de vote au niveau du chapitre par nature, attribution des subventions

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

MAIRIE de LACANAU REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE LACANAU

MAIRIE de LACANAU REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE LACANAU MAIRIE de LACANAU REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE LACANAU Département de la Gironde Arrondissement de Lesparre Canton de Castelnau de Médoc

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

LA SPECIALITE DES CREDITS. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales

LA SPECIALITE DES CREDITS. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales LA SPECIALITE DES CREDITS Grand principe de droit budgétaire il est appliqué dans les budgets locaux comme dans le budget de l Etat. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales

Plus en détail

Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion

Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion Expertises économiques et sociales auprès des comités d entreprise Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion Rédacteur : Fayçal ABASSI, expert-comptable Bureaux de LYON

Plus en détail

Guide fiscal. 1. L impôt local : c est quoi? 1.1. Les composantes. Guide fiscal - 15/11/2014

Guide fiscal. 1. L impôt local : c est quoi? 1.1. Les composantes. Guide fiscal - 15/11/2014 Guide fiscal Nombre de nos concitoyens se plaignent aujourd hui d une pression fiscale excessive, et ils ont raison! La cour des comptes en France, nos partenaires Européens le dénoncent régulièrement.

Plus en détail

Comment faire calculer votre QF? Tarifs. Quotient Familial 2011-2012. www.colombes.fr

Comment faire calculer votre QF? Tarifs. Quotient Familial 2011-2012. www.colombes.fr Comment faire calculer votre QF? Tarifs Quotient Familial 2011-2012 www.colombes.fr Edito Madame, monsieur, Vous avez entre les mains la plauette des tarifs municipaux pour l année scolaire 2011-20112.

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992 Bordeaux, le 22 mars 2010 Monsieur le Président, Par lettre du 9 septembre 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

Conseil Municipal du 4 novembre 2014

Conseil Municipal du 4 novembre 2014 Conseil Municipal du 4 novembre 2014 L an deux mil quatorze, le quatre novembre, Le Conseil Municipal de la Commune de Cajarc Dûment convoqué, s est réuni en session ordinaire, A la Mairie, sous la présidence

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Service de presse Ville de Rennes/Rennes Métropole Tél. 02 23 62 22 34 Vendredi 6 mars 2015 Conseil municipal Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Sommaire > Communiqué

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

Le budget, c est combien? C est quoi?

Le budget, c est combien? C est quoi? Le budget, c est combien? C est quoi? Pourquoi cette plaquette? Parce que l équipe municipale prélève et gère, dans la recherche de l intérêt commun, une partie de vos ressources, nous sommes comptables

Plus en détail

Une majorité au travail

Une majorité au travail La lettre d émeric bréhier Le député de votre circonscription Assembléwe nationale-2012 Une majorité au travail Madame, Mademoiselle, Monsieur, Il y a 6 mois maintenant, le pays a donné une majorité au

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail