Sommaire. Un marché basé sur des réalités structurelles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. Un marché basé sur des réalités structurelles"

Transcription

1 Focus sur les transactions logistiques France de 2011 à 2014

2 Sommaire Un marché basé sur des réalités structurelles.. P.2 Un secteur dominé par les prestataires logistiques et la distribution.... P.3 Une répartition géographique concentrée sur la dorsale Nord-Sud. P.4 Les grandes tendances pour P.5 Sur les 4 années analysées, force est de constater que la grande distribution alimentaire et spécialisée, de même que les prestataires logistiques, qui interviennent souvent pour le compte de la distribution, continuent de constituer l essentiel du marché. Ils représentent chacun environ 40% du marché de l immobilier logistique des grandes surfaces. Ces deux secteurs sont sur le long terme les deux pôles les plus stables du marché. Nous constatons cependant en 2014 une inversion entre la demande directe des distributeurs et celle des prestataires. Alors que la demande placée totale diminue, celle des prestataires logistiques suit la tendance inverse. Un marché basé sur des réalités structurelles L analyse deprès de 300 transactions d entrepôts logistiques i de plus de m² répertoriées sur le territoire français entre et 2014 permet de dégager des tendances, tant sur la nature de ces implantations, les raisons et les choix de localisation que sur les modèles immobiliers L immobilier logistique est le reflet des évolutions de la conjoncture économique, mais aussi des grandes tendances de 0 consommation, des rationalisations de la supply chain, des stratégies des prestataires logistiques et des grands distributeurs. Les prestataires logistiques continuent par conséquent leur développement, fondé sur l externalisation logistique et la rationalisation de leurs installations. Prestataires logistiques Grande distribution Total des transactions Il se distingue des autres produits immobiliers par son caractère technique et intégré dans une chaîne plus large. L immobilier logistique constitue un maillon dans la supply chain, qui se justifie en fonction de paramètres multiples liés au contexte de l activité. Un changement d entrepôt est un choix stratégique constitué de paramètres multiples. L ancienneté de l immeuble existant peut être une des raisons. Comme pour d autres produits immobiliers, l évolution de l entreprise peut justifier un transfert vers un immeuble plus adapté. Le regroupement de deux sites peut aussi faire partie des critères de choix afin d améliorer la productivité logistique. La rationalisation des flux explique dans certains cas un positionnement géographique différent. Pour un prestataire logistique, il s agit d accompagner son développement et de répondre aux demandes clients. En ce qui concerne la grande distribution, des choix de distribution de magasins en multi températures peuvent nécessiter des modifications d outil doutil logistique. Pour l e lecommerce, qui, connaît une croissance annuelle supérieure à 10%, il s agit de continuer d équiper un secteur qui nécessite des modes de fonctionnement spécifiques. Concernant les prestataires logistiques, la modernisation de leur parc immobilier mais aussi la rationalisation des surfaces en grandes plates formes permettant d optimiser les coûts de fonctionnement constituent un enjeu majeur. Le développement du pooling, qui consiste à mutualiser les transports de sociétés parfois concurrentes, qui approvisionnent les mêmes rayons de la distribution, nécessite un regroupement physique des stocks et donc des plates formes de grande dimension. Evolution de la demande placée (entrepôt de plus de m²) La surface moyenne des transactions supérieures éi à m², qui est de m², reste quasiment stable sur 4 ans. L impact des entrepôts XXL, qui est souvent mentionné comme un élément marquant de l évolution du secteur, ne semble pas bouleverser l équilibre des transactions. En effet, les entrepôts XXL, souvent fortement médiatisés, restent peu nombreux et existaient déjà en Le marché de l immobilier logistique continue à être globalement un marché locatif. En effet, seules 9 transactions sur les 52 analysées en 2014 sont répertoriées comme des ventes utilisateurs. Le choix locatif s explique notamment par l évolution rapide des activités et l absence de visibilité à long terme. C est également une solution plus simple et moins structurante pour un utilisateur. 2

3 Cependant, même si le bâtiment standard ou existant correspond à la majorité des demandes, il faut mentionner qu en 2014, 16 transactions sur 52, soit près d un dun tiers, correspondent à des bâtiments «clés en main». Cette proportion est assez stable sur les 4 années étudiées. Ces transactions «clés en main» correspondent assez logiquement aux plus grandes surfaces, plus difficiles à trouver dans le cadre de l offre existante. De ce fait, si le nombre de transactions «clés en main» correspond à un tiers du nombre total, celles ci, dont la surface moyenne est supérieure, correspondent à quasiment la moitié de la surface totale. 100% 80% 60% 40% 20% 0% nombre d'opérations 65% 35% clés en main existant surface 52% 48% Comparatif clés en main / existants 2011 à 2014 Sur les 4 années analysées, nous constatons que la surface moyenne de m² est en fait de m² pour les immeubles «clés en main» et de m² pour les bâtiments existants. Cette part importante des réalisations «clés en main» explique le nombre d opérations neuves, ceci malgré l existence d une offre significative dans la plupart des régions. Ainsi, 20 des 52 opérations répertoriées en 2014 sont des constructions neuves. La quasi totalité des autres transactions sont des bâtiments de seconde main, mais de classification A, donc de dernière génération. Dans un marché caractérisé par une offre globalement importante, une construction neuve se justifie par des éléments précis tels que les spécificités techniques d un immeuble afin d optimiser une exploitation ou l absence dans une zone géographique précise, de cette offre existante en classification A. Nous constatons donc que, progressivement, les entrepôts de grande dimension construits dans les années 1970 sont remplacés par des plates formes logistiques modernes, aux normes environnementales actuelles. Un secteur dominé par les prestataires et les spécialistes de la distribution Les prestataires logistiques représentent environ 40% de la demande placée entre 2011 et 2014 et 50% sur la seule année 2014 ; la part restante correspond à la grande distribution, mais aussi à des industriels, des distributeurs spécialisés et des activités spécifiques. De façon plus précise, la segmentation de la demande placée en 2014 peut être structurée de la façon suivante. Parmi les prestataires les plus dynamiques dans la prise à bail de surfaces logistiques, apparaissent les grands prestataires européens comme Geodis, Rhenus, SDV Logistics, ID Logistics (société ayant signé le plus grand nombre de baux au cours des quatre dernières années), DB Schenker, DHL, ND Logistics, Transalliance, mais aussi des spécialistes de l e commerce comme ADS ou Morin Logistique. Après le secteur des prestataires logistiques, la grande distribution alimentaire constitue une part importante de la demande placée en 2014, avec des surfaces commercialisées à Carrefour, Lidl et E.Leclerc. Le segment de l habillement et de la chaussure, dynamique en 2012 et 2013, reste un secteur très consommateur de surfaces logistiques en 2014, avec les transactions enregistrées pour Petit Bateau et C&A notamment. L e commerce en tant que tel n a pas représenté en 2014 une part importante de la demande placée d entrepôts de plus de m². Il convient cependant de relativiser i cette analyse. En effet la commercialisation de surfaces à des prestataires, voire à certains distributeurs correspond, en totalité ou en partie à des réponses d organisation liées au e commerce. On peut ainsi estimer que la part réelle de l e commerce dans les transactions d immobilier logistique représente entre 10 et 15% du total des surfaces commercialisées. D une façon générale, on remarque une très faible part de l ensemble des transactions correspondant à des groupes industriels pour leurs propres besoins internes. La demande d immobilier logistique est plus que jamais celle des prestataires et de la distribution, généraliste ou spécialisée. pharmaceutique 2% boissons 1% matériel électriqueautomobile 5% spécialisée 3% jouet Industriels Prestataires logistiques 51% e commerce habillement chaussure 7% GSB ameublement décoration GMS 15% Répartition des transactions 2014 par secteur d activité 3

4 Une répartition géographique concentrée sur la dorsale Nord Sud La répartition géographique des transactions enregistrées en 2014 fait apparaître une très forte concentration sur deux régions, l Ile de France et en Rhône Alpes. Ces deux régions concentrent à elles seules 60% des transactions enregistrées sur des surfaces supérieures à m². Normandie 7% Sud Ouest 1% Ouest 2% Est 6% Bourgogne 2% Rhône Alpes 2 Ce graphique montre, à l exception de l année inhabituelle de 2011, une relative stabilité des transactions en région parisienne. La région Rhône Alpes reste un marché très porteur. Les régions Nord et PACA ont connu en 2014 une sensible baisse des transactions. Le marché des autres régions analysées est moins significatif et plus déséquilibré d une année sur l autre, du fait du faible nombre de transactions. Les 4 régions de la moitié Ouest analysées affichent les évolutions de transactions suivantes : Centre 6% PACA 8% Nord 8% Ile de France 36% Répartition géographique des transactions 2014 Cette répartition est sensiblement différente de celle constatée en 2013 qui, pour un marché global plus important, affichait une présence de ces deux régions à hauteur de 41%. Ainsi, l essentiel de la baisse du marché des transactions d immobilier logistique entre 2013 et 2014 est enregistré dans des régions très importantes sur le plan logistique comme le Nord ou PACA, mais aussi dans l Ouest et le Sud Ouest. L analyse des chiffres de transactions en 2013 et 2014 montre une prédominance de l axe Lille Paris Lyon Marseille, qui concentre près de 80% des transactions de plus de m². L évolution depuis 2011 des transactions dans ces 4 régions est résumée dans le graphique ci dessous. Centre Sud Ouest Normandie Ouest Evolution des transactions dans l Ouest de la France La Normandie et le Centre enregistrent des croissances continues de transactions justifiées par le caractère stratégique de ces régions. Par contre, les pôles régionaux de l Ouest et du Sud Ouest connaissent une baisse importante des transactions. Concernant les régions Est (Est Champagne) et la Bourgogne, les chiffres enregistrés restent peu significatifs et liés à un nombre réduit d opérations. Les régions de l Est affichent cependant une croissance significative des transactions Rhône Alpes Ile de France Nord PACA Est Bourgogne Evolution des transactions dans les 4 régions les plus dynamiques Evolution des transactions dans l Est et la Bourgogne 4

5 Cette analyse permet de mieux comprendre les stratégies géographiques des différents acteurs. Le poids considérable de l Ile de France et de Rhône Alpes reste lié à une situation conjoncturelle. En effet, les régions Nord et PACA ont connu lors des dernières années un remarquable développement de plates formes logistiques. La Normandie, du fait de la stratégie d Haropa, confirme sa position logistique naturelle liée à la proximité de la région parisienne mais surtout au développement des infrastructures portuaires. L Est du territoire français, malgré sa situation géographique privilégiée au regard des flux européens, affiche une certaine progression, tout en étant en retrait par rapport aux ambitions justifiées de ces régions. Les pôles logistiques de l Ouest louest et du Sud Ouest restent liés à des logiques régionales. Cette étude, qui porte exclusivement sur des grandes surfaces, ne prend pas en compte les nombreuses opérations de taille plus modeste. Ces territoires connaissent logiquement un nombre plus important d implantations de à m². Les grandes tendances pour 2015 Le rebond attendu de l économie neseraprobablement bbl pas totalement au rendez vous. Cependant, différentes tendances sont susceptibles d influer sur le marché de l immobilier logistique. La première tendance est la croissance continue du e commerce. Les pure players laissent progressivement la place à des places de marché et à des grands distributeurs, qui investissent afin de rattraper le retard pris dans ce secteur. L ecommerce devient progressivement un secteur d intervention de très gros prestataires et e marchands, qui choisissent des implantationsenfonctiondesbassinsdemaind œuvre,des réseaux de distribution et des coûts immobiliers. Le positionnement de ces sites dans le Nord ou en région Rhône Alpes est tout à fait cohérent avec cette stratégie. La seconde tendance est liée à la grande distribution, avec au moins deux aspects qui pourraient influer en 2015 sur l immobilier logistique. Le magasin subit de fortes évolutions avec le développement de petits formats urbains, de Retail parks orientés vers un concept loisirs, de magasins qui entrent dans une stratégie cross canal. Dans ce contexte, il est fort à parier que les rythmes d approvisionnement des magasins se modifieront progressivement avec une accélération des flux. Certaines logiques de groupes de distribution peuvent évoluer dans ce contexte. Un autre aspect est l annonce de grandes manœuvres dans la distribution. Le rapprochement des centrales d achat Auchan et Système U a été annoncé, comme les discussions entre Casino et Intermarché et celles entre Carrefour et Cora. Il s agit là clairement de logiques de massification des achats. Quelles seront les conséquences sur les organisations logistiques de ces groupes? Il est encore trop tôt pour le savoir mais l expérience des rapprochements passés laisse penser que la logistique ne restera pas absente du débat. Dans ce contexte, l année 2015 verra peut être émerger des projets d entrepôts XXL dans le cadre de ces rapprochements. Une autre orientation sera le développement de l automatisation des plates formes. La maîtrise des coûts logistiques nécessite le développement de process automatisés de préparation de commandes. Une plate forme logistique devientdanscecontexteuneunitéindustrielle.detelsprojets sont assez souvent des outils conçus sur mesure, donc sur le plan immobilier des immeubles «clés en main». Cette analyse montre que les choix en immobilier logistique sont la résultante des grandes tendances économiques. L e commerce et la distribution restent les moteurs de l évolution de l immobilier logistique. Plus que jamais, l efficacité logistique sera au cœur des choix qui impacteront l immobilier logistique en

6 CONTACT Emilie ROBICHON Tél.: +33 (0) Port.: +33 (0) EOL ILE DE FRANCE 10, quai de Bercy CHARENTON LE PONT Tél.: +33 (0) Fax: +33 (0) EOL NORD 238, boulevard Clémenceau MARCQ EN BAROEUL Tel : +33(0) Fax : +33(0) EOL SUD OUEST Les bureaux du Lac II Rue Robert Caumont BORDEAUX CEDEX Tel : +33(0) Fax : +33(0) EOL SUD EST 83, boulevard de l Europe BP VITROLLES CEDEX Tel : +33(0) Fax : +33(0)

LOGISTIQUE BILAN 2013

LOGISTIQUE BILAN 2013 BILAN IMMOBILIER A N N E E 2 0 1 3 SOMMAIRE 1 L E M A R C H E D E S U T I L I S A T E U R S F A I T S M A R Q U A N T S 2 0 1 3 E V O L U T I O N P A R R E G I O N 2 3 L E M A R C H E D E L I N V E S T

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

Immobilier de bureaux

Immobilier de bureaux Immobilier de bureaux Observatoire Nantais de l Immobilier Tertiaire L année en chiffres Nantes Métropole AURAN Édito 5 ans déjà! En 2009, le CINA décidait d organiser la collecte des transactions du marché

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

Sia Conseil. Les Drive : situation et perspectives. Avril 2012. Votre contact

Sia Conseil. Les Drive : situation et perspectives. Avril 2012. Votre contact Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-conseil.com Paris Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï Sia Conseil Avril 2012 Votre contact

Plus en détail

La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux

La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux FÉDÉRATION POUR L URBANISME ET LE DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE SPÉCIALISÉ Paris - 5 novembre 2014 La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux La vacance commerciale a augmenté de 50 % dans

Plus en détail

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013.

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013. Lettre immobilière du GRAND LYON Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre Marché Tertiaire Dans un contexte économique tendu au niveau national, plus largement, au sein de la zone euro, le marché

Plus en détail

Site CHARTRES DE BRETAGNE

Site CHARTRES DE BRETAGNE DAUPHIN Immobilier La Note de conjoncture Le Marché des entrepôts à Rennes (Bilan 2011 sur 9 mois) Site CHARTRES DE BRETAGNE Entrepôt SAINT JACQUES DE LA LANDE Plateforme Logistique TORCE Site CESSON SEVIGNE

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA

TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA RESUME DE L EDITION 2013 DONNEES 2012 Le Tableau de bord des investissements touristiques en France a été mis en place en 2006 par Atout France.

Plus en détail

Les entrepôts de stockage

Les entrepôts de stockage Direction Régionale de l Equipement Déplacements Transports Les entrepôts de stockage en Midi-Pyrénées depuis 25 ans septembre 2007 Introduction : De plus en plus d acteurs économiques ou politiques mesurent

Plus en détail

Révision du schéma de cohérence logistique de la région urbaine de Lyon Enjeux fonciers

Révision du schéma de cohérence logistique de la région urbaine de Lyon Enjeux fonciers Révision du schéma de cohérence logistique de la région urbaine de Lyon Enjeux fonciers Observatoire régional Transports et mobilité 7 avril 2015 La logistique en région urbaine de Lyon Pôle logistique

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

Organisation et tendances. de la distribution des produits bio

Organisation et tendances. de la distribution des produits bio Organisation et tendances de la distribution des produits bio 1-Quelques généralités sur la distribution La fonction économique principale de la distribution est de rendre un produit accessible au consommateur

Plus en détail

3 ème atelier de conjoncture de la DEEFI :

3 ème atelier de conjoncture de la DEEFI : 3 ème atelier de conjoncture de la DEEFI : La grande distribution en Seine-Saint-Denis face aux évolutions du commerce et de la société Les réponses de la distribution à l évolutions des attentes des consommateurs

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

TRANSALLIANCE, notre force de mobilisation au service de nos ambitions. Nb Salariés 4 000. Entrepôts 700 000

TRANSALLIANCE, notre force de mobilisation au service de nos ambitions. Nb Salariés 4 000. Entrepôts 700 000 TRANSALLIANCE, notre force de mobilisation au service de nos ambitions Chiffres d affaires en millions d euros 2011 570 Nb Salariés 4 000 Nb O.T. Ordres de Transport 1 800 000 Entrepôts 700 000 TRANSALLIANCE,

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

La solution d affichage dynamique déployée par la FDJ. 5 Juillet 2011. «Les écrans et leur intégration, explications par des exemples!

La solution d affichage dynamique déployée par la FDJ. 5 Juillet 2011. «Les écrans et leur intégration, explications par des exemples! La solution d affichage dynamique déployée par la FDJ 5 Juillet 2011 «Les écrans et leur intégration, explications par des exemples!» Agenda La Française des Jeux et son réseau de PDV La politique d Équipements

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Banque de France. Agen. Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne. Réunion du 14 Février 2014

Banque de France. Agen. Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne. Réunion du 14 Février 2014 Direction des Affaires Régionales Aquitaine Banque de France Agen «L Économie en Aquitaine Bilan 2013, Perspectives 2014» Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne Réunion du 14 Banque de France

Plus en détail

L immobilier d entreprise en Essonne. Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014

L immobilier d entreprise en Essonne. Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014 L immobilier d entreprise en Essonne Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014 Un accompagnement sur mesure La force d un réseau, la proximité pour atout 27 ans d expérience dans le métier de conseil en immobilier

Plus en détail

Mémoire de fin d études: Les alliances stratégiques dans le transport aérien et son impact dans la branche Cargo: Analyse et perspectives.

Mémoire de fin d études: Les alliances stratégiques dans le transport aérien et son impact dans la branche Cargo: Analyse et perspectives. I. Introduction Le ciel sera-t-il bientôt un monopole? Moyen pour les compagnies aériennes de continuer à exister, les alliances n en sont pas mois certainement qu une étape vers leur concentration en

Plus en détail

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me ROBIN Laurent Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Comme chaque année, la Chambre des Notaires de PAU présente une analyse du

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Février 2014

Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Février 2014 Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Les prix de l immobilier n augmenteront pas au second trimestre 2014 Notre indice SeLoger des prix affichés de mise en vente est stable depuis le mois

Plus en détail

Quels nouveaux services pour demain dans le secteur de la distribution?

Quels nouveaux services pour demain dans le secteur de la distribution? Quels nouveaux services pour demain dans le secteur de la distribution? «Les français et le E-commerce» 3 nov. 2009, Intercontinental Paris, 16h00 Sommaire 1 ère partie : le Multi canal Les entreprises

Plus en détail

Le Groupement ASTRE. Le Groupement s articule autour de trois pôles d expertise complémentaires :

Le Groupement ASTRE. Le Groupement s articule autour de trois pôles d expertise complémentaires : Le Groupement Astre QUI SOMMES NOUS? Pour nous situer Le Groupement ASTRE Créé en 1992, ASTRE est devenu le premier groupement européen de transport et de logistique. L objectif de ce regroupement étant

Plus en détail

plu classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative modification n 7

plu classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative modification n 7 plu modification n 7 classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative NOTICE EXPLICATIVE Ouverture à l urbanisation d une partie de la zone 2AUe des Commandières (Classement en zone

Plus en détail

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS SCHEMA DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL 2006-2012 RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS Le Roannais apparaît comme un territoire homogène constitué autour d un pôle d attraction central : l agglomération de Roanne.

Plus en détail

Mécanisation : une piste pour un équilibre économique?

Mécanisation : une piste pour un équilibre économique? 21 novembre 2014 Loïc DELAITRE loic.delaitre@savoye.com Mécanisation : une piste pour un équilibre économique? Semaine ATHENS Chaire FRELON Ecole des Mines de Paris Plan Contexte et Problématique Etat

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

SOMMAIRE. Avertissement... 3. Sommaire... 5 STRUCTURE ET STRATEGIES DE LA GRANDE DISTRIBUTION GENERALISTE EN SLOVENIE... 7

SOMMAIRE. Avertissement... 3. Sommaire... 5 STRUCTURE ET STRATEGIES DE LA GRANDE DISTRIBUTION GENERALISTE EN SLOVENIE... 7 5 SOMMAIRE Avertissement... 3 Sommaire... 5 STRUCTURE ET STRATEGIES DE LA GRANDE DISTRIBUTION GENERALISTE EN SLOVENIE... 7 I. La distribution généraliste slovène... 9 Présentation générale... 11 Définitions

Plus en détail

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Les immeubles de Grade A dans la métropole du Grand Paris Janvier 2014 La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Seulement 16% du parc de bureaux

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier d entreprise

Plus en détail

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique Social Ménages-logements Démographie Infrastructures-déplacements Morphologie Spécialisations Si le secteur tertiaire, commerces et services, regroupe plus de 70% des emplois du département 31,la tradition

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

Le commerce alimentaire de proximité Analyse de marché et évolution des plaintes de consommateurs

Le commerce alimentaire de proximité Analyse de marché et évolution des plaintes de consommateurs N 17 Août 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le commerce alimentaire de proximité Analyse

Plus en détail

L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I

L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I CHIFFRES CLÉS GROUPE EXPERTISE OFFRE sommaire s o m m a i r e préambule l avenirsedécideaujourd hui Depuis toujours l immobilier d investissement fait partie

Plus en détail

LA DISTRIBUTION MULTI-CANAL : QUELS IMPACTS SUR LES OPÉRATIONS

LA DISTRIBUTION MULTI-CANAL : QUELS IMPACTS SUR LES OPÉRATIONS LA DISTRIBUTION MULTI-CANAL : QUELS IMPACTS SUR LES OPÉRATIONS 18.09.2012 INTRODUCTION 2 DES SERVICES & DES SOLUTIONS POUR OPTIMISER VOTRE SUPPLY CHAIN 37 ANS D EXPÉRIENCE AU SERVICE DE LA SUPPLY CHAIN

Plus en détail

Note partielle sur le E-Commerce

Note partielle sur le E-Commerce Note partielle sur le E-Commerce (Centrée sur le marché de l habillement ; source : IFM 2011) 1. Remarques générales ; quelques définitions et orientations 1. Les Pure Player Il s agit du commerce en ligne

Plus en détail

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal Chapitre 9 LA FONCTION SUPPLY CHAIN 9.1 Les bases du plan de performance Supply chain et Logistique La Direction de la Supply chain est née récemment des nouveaux enjeux internes liés à l évolution du

Plus en détail

LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1

LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1 LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1 Quatre volets - Description et périmètre de la logistique - La logistique

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Restitution de l Etude. Animation de la Table Ronde. Isabelle BADOC. Cathy POLGE

Restitution de l Etude. Animation de la Table Ronde. Isabelle BADOC. Cathy POLGE Restitution de l Etude Isabelle BADOC Animation de la Table Ronde Cathy POLGE AGENDA Phase 1 : Quelle est la bonne périodicité d analyse des indicateurs et des tableaux de bord? Les 3 aspects du développement

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

D A K A R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Dakar

D A K A R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Dakar D A K REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

Dynamiques économiques et spatiales

Dynamiques économiques et spatiales [ Marchés de l immobilier de bureaux Nantes - Métropole ] Dynamiques économiques et spatiales Nantes Métropole - communauté urbaine CINA - Club immobilier Nantes Atlantique AURAN - Agence d urbanisme de

Plus en détail

CONQUÊTE DE NOUVEAUX CLIENTS DÉVELOPPER SA CLIENTÈLE AVEC LE E-COMMERCE : UTOPIE OU RÉALITÉ?

CONQUÊTE DE NOUVEAUX CLIENTS DÉVELOPPER SA CLIENTÈLE AVEC LE E-COMMERCE : UTOPIE OU RÉALITÉ? CONQUÊTE DE NOUVEAUX CLIENTS DÉVELOPPER SA CLIENTÈLE AVEC LE E-COMMERCE : UTOPIE OU RÉALITÉ? ABITARE KIDS Créé en 2005 Un des plus grands magasins pour enfants en Europe (puériculture, mobilier, décoration,

Plus en détail

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce Etude réalisée pour le compte de la Fédération des Entreprises de Vente A Distance (FEVAD) Synthèse des résultats L emploi dans la VAD et

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Atelier Bureaux OIB Les chiffres du 1e semestre 2010-1 Objet de l'atelier et sources Depuis plus de 15 ans, l'oie et l'a-urba réalisent une

Plus en détail

II - Diagnostic sur la situation haut débit de la région

II - Diagnostic sur la situation haut débit de la région II - Diagnostic sur la situation haut débit de la région Pour examiner la situation de la région Aquitaine dans le domaine du haut débit, sans doute sera-il efficient de faire le diagnostic de l existence

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

AGGLOMÉRATION LYONNAISE

AGGLOMÉRATION LYONNAISE AGGLOMÉRATION LYONNAISE BILAN 215 MARCHÉ DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SOMMAIRE AGGLOMÉRATION LYONNAISE Chiffres-clés et tendances p. 3 La demande placée de bureaux p. 4 L offre de bureaux p. 5 Les valeurs

Plus en détail

Le pôle logistique Etude économique et statistique

Le pôle logistique Etude économique et statistique Le pôle logistique Etude économique et statistique 13 avril 2006 JONCTION 1 LA LOGISTIQUE : DE QUOI PARLE-T ON? «Ensemble des activités ayant pour but la mise en place de produits au moindre coût, à l

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 DREAL Champagne- Ardenne Juin 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES Le logement en chiffres La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 En 2012, 2 191 permis ont été délivrés en Champagne-Ardenne

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

La Logistique : élément clé de réussite pour le e-commerce

La Logistique : élément clé de réussite pour le e-commerce 4 ème Forum d été Supply Chain Magazine ESCP Europe Mardi 6 juillet 2010 La Logistique : élément clé de réussite pour le e-commerce Valérie Moatti, Professeur de Supply Chain Management et de Stratégie

Plus en détail

Les Instants E-Commerce

Les Instants E-Commerce Les Instants E-Commerce TPE/PME, Commerçants, Artisans ou Auto-Entrepreneurs : VOUS êtes concernés par le E-Commerce! Présentation Le E-Commerce 1 Introduction 2 Le marché Paysage du E-Commerce 3 - Profil

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département de l'essonne

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département de l'essonne Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d Entreprise (nacre) Direccte Ile-de-France Direction Régionale Ile-de-France de la Caisse des Dépôts Diagnostic départemental : Création d entreprises,

Plus en détail

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN Points 4 forts BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN 214 HAUSSE DES CRÉATIONS D ENTREPRISES INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE En 214, le des créations pures d entreprises dans les secteurs

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

L immobilier d entreprise en Essonne

L immobilier d entreprise en Essonne L immobilier d entreprise en Essonne Conférence CCI Vendredi 29 Novembre 2013 Un accompagnement sur mesure La force d un réseau, la proximité pour atout 26 ans d expérience dans le métier de conseil en

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

AKEANCE CONSULTING CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Pour vos appels d offres. 10 e ÉDITION

AKEANCE CONSULTING CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Pour vos appels d offres. 10 e ÉDITION Octobre 2015 Pour vos appels d offres CABINETS DE CONSEIL EN SCM 10 e ÉDITION AKEANCE CONSULTING SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort 1. NOM DU CABINET Akeance Consulting

Plus en détail

Le c o m m e r c e d e d é ta i l

Le c o m m e r c e d e d é ta i l Le c o m m e r c e d e d é ta i l d a n s l Un i o n Eu r o p é e n n e Le commerce de détail regroupe toutes les entreprises dont l activité principale est la revente (sans transformation) de biens neufs

Plus en détail

BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG

BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG Gecina Logistique Valeur du patrimoine 555 M Surface totale 1 016 785 m 2

Plus en détail

Les Plates-formes logistiques, enjeu territorial et téconomique 15/09/2010 1

Les Plates-formes logistiques, enjeu territorial et téconomique 15/09/2010 1 Les Plates-formes logistiques, enjeu territorial et téconomique 15/09/2010 1 1. Les plates formes dans une économie en constante réorganisation spatiale (1) La mondialisation des échanges n est pas un

Plus en détail

Montréal, 1-5 juin 2011

Montréal, 1-5 juin 2011 Ministère de l écologie, du développement durable des transports et du logement (MEDDTL) Commissariat général au développement durable Direction de la recherche et de l innovation (DRI) / Service de la

Plus en détail

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire 2 Sommaire Présentation de Next Content... 9 Nos activités... 9 NC Etudes... 9 NC Event... 10 NC Factory... 11 NC Formation... 12 NC Conseil... 13 Qui sommes-nous?... 13 L Observatoire des décideurs de

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service R0Z-Caissiers, employés de libre service Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 207 000 personnes occupent un emploi de caissier et 103 000 sont employés de libre-service. Alors que les premiers

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités DE L ADEUS mobilité et accessibilité dans les zones d'activités 83 NOVEMBRE 2012 DéPLACEMENT De par leurs aménagements initiaux, les zones d activités restent souvent mal desservies en transport en commun

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité 1 Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité RTE est le responsable du réseau de transport d électricité français. Opérateur de service public, il a pour mission l exploitation, la maintenance

Plus en détail

Maîtriser tous les paramètres

Maîtriser tous les paramètres Maîtriser tous les paramètres Il existe de nombreuses similitudes entre Transport, Logistique et Sport de haut niveau. Maîtriser la performance, gérer le temps, optimiser ses ressources, rester au meilleur

Plus en détail

Etude. Les grandes implantations logistiques 2002-2006 région urbaine de lyon

Etude. Les grandes implantations logistiques 2002-2006 région urbaine de lyon Etude Les grandes implantations logistiques 2002-2006 région urbaine de lyon Les grandes implantations logistiques 2002-2006 région urbaine de Lyon Fonction stratégique pour les entreprises, la logistique

Plus en détail

Conférence nationale sur le fret fluvial

Conférence nationale sur le fret fluvial Conférence nationale sur le fret fluvial Lundi 19 octobre 2015 Sommaire Edito d Alain Vidalies...4 Le Transport fluvial : chiffres clés...5 Les objectifs de la conférence sur le fret fluvial...6 Un an

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires Tendances régionales Les entreprises en Rhône-Alpes Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée de la situation

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE Après un relatif maintien fin, l ensemble des indicateurs économiques reculent en ce début

Plus en détail

LA LOGISTIQUE UNE FILIERE RESPONSABLE AU CŒUR DES ENJEUX ECONOMIQUES

LA LOGISTIQUE UNE FILIERE RESPONSABLE AU CŒUR DES ENJEUX ECONOMIQUES LA LOGISTIQUE UNE FILIERE RESPONSABLE AU CŒUR DES ENJEUX ECONOMIQUES Intervenants : Jean-Claude BOSSEZ, Président d AFILOG Jean MARGERIE, Directeur Général de MGF Logistique Pascal BOUFFARD, Directeur

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION Mai 2008 Hélène Fouquet ADIL 75 Etude réalisée par l ADIL 75 pour la DRE. Mieux connaître l investissement locatif

Plus en détail

V E N D R E D I 2 3 J A N V I E R 2 0 1 5 BILAN IMMOBILIER LOGISTIQUE ANNEE 2014

V E N D R E D I 2 3 J A N V I E R 2 0 1 5 BILAN IMMOBILIER LOGISTIQUE ANNEE 2014 BIENVENUE A LA CONFERENCE V E N D R E D I 2 3 J A N V I E R 2 0 1 5 BILAN IMMOBILIER LOGISTIQUE ANNEE 2014 SOMMAIRE 1 F A I T S M A R Q U A N T S 2014 2 M A R C H E U T I L I S A T E U R S P A R R E G

Plus en détail

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success.

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success. Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 212 Accelerating success. 212 TABLEAU DE BORD STRASBOURG SOMMAIRE CHIFFRES-CLÉS Chiffres-clés et Tendances p. 2 Parc de Bureaux 3 millions de m² Demande

Plus en détail

L immobilier dans une Région se construit par la connaissance de ses marchés et par la reconnaissance de la fiabilité de ses acteurs.

L immobilier dans une Région se construit par la connaissance de ses marchés et par la reconnaissance de la fiabilité de ses acteurs. L immobilier dans une Région se construit par la connaissance de ses marchés et par la reconnaissance de la fiabilité de ses acteurs. Nous concevons l immobilier dans le sens de la durée, car la réussite

Plus en détail

Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012

Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012 Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012 Comparaisons régionales et évolution depuis 2000 Édito Cette étude analyse le marché du logement neuf en HauteNormandie en 2012 en revenant

Plus en détail