UN BUSINESS MODEL DE LA BANQUE PRIVÉE ON SHORE SOUS PRESSION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UN BUSINESS MODEL DE LA BANQUE PRIVÉE ON SHORE SOUS PRESSION"

Transcription

1 UN BUSINESS MODEL DE LA BANQUE PRIVÉE ON SHORE SOUS PRESSION

2 UN BUSINESS MODEL DE LA BANQUE PRIVÉE ON SHORE SOUS PRESSION La crise met le business model de la Banque Privée sous pression Elle induit d ores et déjà une contraction de son PNB, globalement de 15 % 1. Cette crise revêt plusieurs modalités. 1 Cf. Etude «First signs of renewal» McKinsey Private Banking Survey 2

3 UN BUSINESS MODEL DE LA BANQUE PRIVÉE ON SHORE SOUS PRESSION En premier lieu L anticipation de taux de croissance faible des (seules) économies développées s accompagne : de multiples de valorisation réduits pour les entreprises d un accroissement limité de la richesse doublé d une critique aigüe de sa concentration croissante au cours des deux dernières décennies 1, au profit des VHNWI 2, voire des seuls UHNWI 3 Des marges réduites sur lesdits clients, assorties de leur «écrêtage» consécutif à leur déclaration (directe ou «indirecte» dans un premier temps) 1 Cf. La série d articles du Financial Times «Capitalism in crisis» (Janvier février 2012), et les travaux du Prix Nobel d Économie Paul Krugman 2 Very High Net Worth Individuals 3 Ultra High Net Worth Individuals 3

4 UN BUSINESS MODEL DE LA BANQUE PRIVÉE ON SHORE SOUS PRESSION En second lieu La crise de nos finances publiques débouche sur une hausse massive des prélèvements obligatoires (fiscaux et sociaux). Cette évolution va se poursuivre à l évidence aux dépens : des revenus du patrimoine plus généralement, des «hauts revenus» (voire) des techniques patrimoniales (LBO ) Une contraction de l assiette théorique de notre métier 4

5 UN BUSINESS MODEL DE LA BANQUE PRIVÉE ON SHORE SOUS PRESSION Dans le même temps La crise de confiance dans les Établissements financiers L extrême médiatisation d errements individuels de Madoff à Kerviel Des marchés Actions par trop erratiques et durablement médiocres soulèvent maintes interrogations Ainsi la crise en cours pourrait-elle déboucher : sur une contraction significative de l assiette traditionnelle des ressources de la Banque Privée les actifs sous gestion, assortie d une dégradation de son «mix produit», sur une interrogation existentielle quant à la réalité de sa valeur ajoutée 1. 1 Cf. De l auteur, «Les métiers à l épreuve de la crise. Banque Privée : Business model en devenir», in Revue Banque n 712 avril

6 UN BUSINESS MODEL DE LA BANQUE PRIVÉE ON SHORE SOUS PRESSION Aussi l anticipation de ces évolutions conduit-elle à s interroger sur : I. Le récent recul de la valeur ajoutée apportée à ses clients par la Banque Privée française on shore II. Les orientations ou mesures propres à l accroître à leurs yeux 6

7 UN BUSINESS MODEL DE LA BANQUE PRIVÉE ON SHORE SOUS PRESSION I. LE RECUL DE LA VALEUR AJOUTÉE DE LA BANQUE PRIVÉE FRANÇAISE ON SHORE II. Les orientations ou mesures propres à accroître la valeur ajoutée de la banque privée 7

8 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE Traditionnellement, la Banque privée offre quatre champs de valeur ajoutée à ses clients : La mise à jour de leurs besoins Leur optimisation juridique et fiscale La sélection des seuls produits et services pleinement adaptés à leur morphologie patrimoniale La valorisation de leurs actifs financiers Or, la crise actuelle a pour conséquence directe de mettre sous pression chacune de ces dimensions de valeur ajoutée 8

9 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE Quatre champs traditionnels de valeur ajoutée sous pression * 15 % des clients mettent à jour eux-mêmes leurs véritables objectifs patrimoniaux (Etude Deloitte) 9

10 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 1. LA MISE À JOUR DES BESOINS DE SON CLIENT : LA MAÏEUTIQUE PATRIMONIALE 2. L optimisation juridique et fiscale 3. La sélection des produits et services bancaires et patrimoniaux 4. L allocation financière d actifs 10

11 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 1. LA MISE À JOUR DES BESOINS DE SON CLIENT : LA MAÏEUTIQUE PATRIMONIALE 1 er temps La création d un climat de confiance Un médecin référent (contra : Chamane) Le dégagement du temps nécessaire (contra : Retail) Un investissement chronophage (amortissable) Une promesse de confidentialité (des bureaux dédiés) 11

12 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 1. LA MISE À JOUR DES BESOINS DE SON CLIENT : LA MAÏEUTIQUE PATRIMONIALE 2 ème temps Le challenge des projets Un véritable coaching patrimonial Une (in)cohérence des projets «De l usage des sages-femmes antiques...» Un statut de conseiller (contra un fournisseur) 12

13 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 1. LA MISE À JOUR DES BESOINS DE SON CLIENT : LA MAÏEUTIQUE PATRIMONIALE Une problématique majeure : La facturation contra l absence de statut (avocat, notaire,...) contra son absence de déductibilité 13

14 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 1. LA MISE À JOUR DES BESOINS DE SON CLIENT : LA MAÏEUTIQUE PATRIMONIALE «Malheureusement», avec la crise, les clients sont moins portés que précédemment à se dévoiler, à accorder leur confiance 37 % des clients aisés déclarent gérer seul leur patrimoine... 14

15 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 1. LA MISE À JOUR DES BESOINS DE SON CLIENT : LA MAÏEUTIQUE PATRIMONIALE Aujourd hui, un effort accru est à fournir pour conduire les prospects ou clients à se livrer : à des «experts» qui ont péché (Madoff, Stanford) ; à des Institutions qui ne sauraient même pas gérer leurs propres actifs (à l aune des affaires Kerviel, Adoboli, jusqu à la «Baleine de Londres» de JP Morgan...) L assimilation croissante, avec le recul des marchés actions européens, des «conseillers» à de simples «vendeurs» constitue un dommageable frein au recueil d informations intimes sur leurs clients. Comment sauraient-ils, alors, à défaut de plomb à l image des alchimistes du Moyen Âge les transformer en or? 15

16 UN BUSINESS MODEL DE LA BANQUE PRIVÉE ON SHORE SOUS PRESSION 1. La mise à jour des besoins de son client : la maïeutique patrimoniale 2. L OPTIMISATION JURIDIQUE ET FISCALE 3. La sélection des produits et services bancaires et patrimoniaux 4. L allocation financière d actifs 16

17 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 2. L OPTIMISATION JURIDIQUE ET FISCALE Un cœur de métier : L ingénierie patrimoniale L optimisation de l atteinte des objectifs assignés En droit des libéralités et successions En droit des régimes matrimoniaux... En droit fiscal : Impôt sur le Revenu Impôt Sur la Fortune Droits d Enregistrement En droit des sociétés (de Dutreil aux sociétés civiles) Divers (droit de l assurance vie, trust, fiducie,...) 17

18 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 2. L OPTIMISATION JURIDIQUE ET FISCALE Une problématique lourde : L absence de facturation (*) Un statut (contra avocat, notaire,...) Un usage de place (avec quelques exceptions guère significatives) Un «enjeu» insuffisant («one shot» contra récurrence) «Ce qui est gratuit a-t-il de la valeur?» (*) À l image de la «maïeutique» 18

19 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 2. L OPTIMISATION JURIDIQUE ET FISCALE Une problématique nouvelle La crise financière et budgétaire Une hausse des taux des prélèvements Un élargissement des assiettes des prélèvements (CSG,...) Une chasse annoncée aux niches fiscales (patrimoniales) Une dénonciation (souhaitée) des montages patrimoniaux Une difficulté croissante d apporter de la valeur ajoutée 19

20 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 2. L OPTIMISATION JURIDIQUE ET FISCALE Une valeur ajoutée de plus en plus délicate à apporter (1) Une chasse aux «niches fiscales» (en premier lieu, patrimoniales) «Paradoxalement, les seuls cas de figure où le contribuable n est pas traité comme un chien» (! ) 1 ; 1 «Dictionnaire ouvert jusqu à 22 heures», de l Académie Alphonse Allais, au Cherche Midi 20

21 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 2. L OPTIMISATION JURIDIQUE ET FISCALE Une valeur ajoutée de plus en plus délicate à apporter (2) Article 0 bis du CGI «Nul n est n sensé ignorer la loi fiscale à venir» Du «vibrionnisme» à la «danse de Saint Guy» des législations 4 lois de finances en Avec une constante «Épée de Damoclès» Une problématique nouvelle pour le devoir de conseil et l obligation de suivi Les «snipers» du Palais Bourbon Une rétroactivité, de fait ou de droit, de la loi fiscale Un effet «deuxième tour» déjà intégré 21

22 UN BUSINESS MODEL DE LA BANQUE PRIVÉE ON SHORE SOUS PRESSION 1. La mise à jour des besoins de son client : la maïeutique patrimoniale 2. L optimisation juridique et fiscale 3. LA SÉLECTION DES PRODUITS ET SERVICES BANCAIRES ET PATRIMONIAUX 4. L allocation financière d actifs 22

23 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 3. LA SÉLECTION DES PRODUITS ET SERVICES BANCAIRES ET PATRIMONIAUX TOUS les produits et services en adéquation avec la morphologie patrimoniale du client À L EXCEPTION de tous les autres 23

24 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 3. LA SÉLECTION DES PRODUITS ET SERVICES BANCAIRES ET PATRIMONIAUX La crise met également sous pression ce champ de valeur ajoutée. De plus en plus, les clients voient, en leurs conseillers, de simples vendeurs 1 et s interrogent : «Par quel miracle, mes intérêts seraient-ils convergents avec les vôtres»? 2 1 Source : TNS Sofres Novembre Verbatim d enquête clients Bred Banque Privée

25 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 3. LA SÉLECTION DES PRODUITS ET SERVICES BANCAIRES ET PATRIMONIAUX Ce doute existentiel trouve de plus en plus d échos, au bénéfice : de la dégradation (post-crise) de l image des institutions financières prise dans leur ensemble 23 % des clients ont une mauvaise image de leur propre banque de l appréhension traditionnelle des consommateurs de se voir proposer les (seuls) produits les plus générateurs de PNB, voire de commissions pour leur conseil du soupçon (post-crise) d observer certaines Institutions financières donner la priorité à la gestion de leur contrainte «Actif Passif», à l encontre de leur devoir de conseil, avec une appétence nouvelle pour la commercialisation de produits bilantiels. 25

26 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 3. LA SÉLECTION DES PRODUITS ET SERVICES BANCAIRES ET PATRIMONIAUX Une sélection sous pression des produits et services bancaires et patrimoniaux La problématique des campagnes ou actions commerciales (Cf. Rapport Delmas Marsallet) La problématique des modes de rémunérations et de promotion du Conseiller et de sa hiérarchie Une Architecture réellement ouverte L appétence nouvelle des Banques pour une épargne bilancielle 26

27 UN BUSINESS MODEL DE LA BANQUE PRIVÉE ON SHORE SOUS PRESSION 1. La mise à jour des besoins de son client : la maïeutique patrimoniale 2. L optimisation juridique et fiscale 3. La sélection des produits et services bancaires et patrimoniaux 4. L ALLOCATION FINANCIÈRE D ACTIFS 27

28 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 4. L ALLOCATION FINANCIÈRE D ACTIFS La crise actuelle met clairement à mal cette attente sur deux plans : a) Le premier, réel b) Le second, commercial 28

29 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 4. L ALLOCATION FINANCIÈRE D ACTIFS a) Sur le plan réel (1) Sur l'horizon long de la gestion de patrimoine Les facteurs de la formidable augmentation de la valorisation des actifs de la clientèle patrimoniale, au cours des années 80 et 90, se sont, pour l'essentiel, estompés La baisse tendancielle des taux longs - initiée par la «Révolution conservatrice» et l'arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher en 1979 et de Ronald Reagan en aura constitué une source continue de revalorisation des actifs réels (actions, immobilier et, temporairement, des «fonds en uros» 1 ). 1 Cf. De l auteur, «Les charmes fiscaux de l assurance vie sous tension» in Droit & Patrimoine n 207 octobre

30 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 4. L ALLOCATION FINANCIÈRE D ACTIFS a) Sur le plan réel (2) Or, cette conjoncture unique est parvenue à son terme Aujourd'hui Elle a épuisé ses effets positifs dans les pays occidentaux, et particulièrement en Europe (contra les zones émergentes) La mondialisation, la révolution Internet ou la culture des effets de levier ont généré une formidable création de richesses Les conséquences patrimoniales de ces exceptionnelles évolutions apparaissent au mieux consommées, voire pour la dernière, propre à se retourner La destruction de valeur par les marchés Actions des économies avancées, au cours des 15 dernières années, illustre aux yeux de nombre de clients patrimoniaux, cette assertion 30

31 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 4. L ALLOCATION FINANCIÈRE D ACTIFS a) Sur le plan réel (3) La croyance en l efficience des marchés semble écarter la possibilité d un art de les dépasser sur la longue durée contra Berkshire Hathaway et les seuls stock pickers Un Conseiller visionnaire ne serait-il pas déjà aux Bahamas! 31

32 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 4. L ALLOCATION FINANCIÈRE D ACTIFS a) Sur le plan réel (4) Même un choix pertinent du gérant peut ne pas l être selon le timing d investissement Source : Morningstar 32

33 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 4. L ALLOCATION FINANCIÈRE D ACTIFS La crise actuelle met clairement à mal cette attente sur deux plans : a) Le premier, réel b) Le second, commercial 33

34 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 4. L ALLOCATION FINANCIÈRE D ACTIFS b) Sur le plan commercial (1) Tout au contraire, l absence globale de valeur ajoutée de l'industrie à ses clients découle de la parfaite corrélation observable entre la collecte d'actions et le CAC

35 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 4. L ALLOCATION FINANCIÈRE D ACTIFS b) Sur le plan commercial (2) Les épargnants s interrogent sur la capacité des intermédiaires à leur suggérer une allocation financière pertinente Au demeurant, cette assertion se heurte à trois observations En premier lieu En second lieu Enfin La croyance en l efficience des marchés semble écarter la possibilité d un art de les dépasser sur la longue durée Un conseiller visionnaire, voire un allocataire d actifs conséquent, ne résiderait-il pas depuis longtemps sur son yacht au large des Bahamas? Tout Gérant ressent une difficulté «existentielle» à conseiller la détention de cash (contra sa morphologie, sa culture, ses intérêts ) 35

36 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 4. L ALLOCATION FINANCIÈRE D ACTIFS b) Sur le plan commercial (3) La valeur ajoutée financière dans une allocation d actifs peut donc sembler hors d atteinte Ainsi, rares sont les allocataires d actifs qui auront su conseiller les arbitrages opportuns sur la durée À titre d illustration 1, moins de 30 % des gérants battent, chaque année, leur indice. Cette proportion tombe même à 1,5 % à un horizon de 5 ans 1 Source : Morningstar 36

37 I. LE RECUL DE FRANÇAISE ON SHORE 4. L ALLOCATION FINANCIÈRE D ACTIFS b) Sur le plan commercial (4) Dès lors, en l éventuelle absence d un trend long de création de richesses sur l ensemble des classes d actifs dans la zone OCDE Les clients patrimoniaux sont conduits à s interroger sur l apport réel de leurs conseils. Inversement, le retour de marchés haussiers constituerait une opportunité unique à ne surtout pas gâcher Les clients satisfaits de la valorisation de leurs actifs s avèreraient moins attentifs ou plus tempérants à l inexorable hausse des coûts de leur banque privée, seule propre à générer une durable valeur ajoutée 37

38 UN BUSINESS MODEL DE LA BANQUE PRIVÉE ON SHORE SOUS PRESSION I. Le recul de la valeur ajoutée de la banque privée française on shore II. LES ORIENTATIONS OU MESURES PROPRES À ACCROÎTRE LA VALEUR AJOUTÉE DE LA BANQUE PRIVÉE 38

39 Des circonstances financières contraires, doublées d une dégradation rapide de notre législation patrimoniale, conduisent à une contraction de la valeur ajoutée de la Banque Privée française on shore. Il en découle la nécessité de revisiter son business model pour assurer sa pérennité. Les évolutions induites portent sur nombre de ses dimensions 39

40 Entre autres : 1. LE CONSEIL JURIDIQUE 2. L (in)formation et le reporting 3. La sélection des produits 4. L expertise financière 5. L industrialisation de son organisation et de ses services 40

41 1. LE CONSEIL JURIDIQUE a) Du «vibrionnisme» du législateur b) Une certitude à partager c) Quelques morales patrimoniales à prodiguer d) «L été sera meurtrier» 41

42 1. LE CONSEIL JURIDIQUE a) Du «vibrionnisme» du législateur (1) Des Lois de Finances démultipliées 1. La Loi de Finances pour 2011* 2. La 1 ère Loi de Finances rectificative pour 2011** du 29 juillet La 2 ème Loi de Finances rectificative pour 2011*** du 19 septembre Et deux autres**** pour «bien faire» Du «vibrionnisme» à la «danse de saint Guy» * N du 29 décembre 2010 JO ** N JO 30 juillet 2010 *** N JO 20 septembre 2011 **** La 3 ème LFR pour 2011 : Loi N du 2 novembre 2011 La 4 ème LFR pour 2011 : Loi N du 28 décembre

43 1. LE CONSEIL JURIDIQUE a) Du «vibrionnisme» du législateur (2) Une 1 ère morale : Du «vibrionnisme» à la «danse de saint Guy» Plus que jamais : ne pas se contrefaire pour des raisons fiscales Ne jamais mettre en place à des motifs fiscaux des solutions ou mécanismes rigides propres à se transformer en piège en cas d évolution de la législation fiscale 43

44 1. LE CONSEIL JURIDIQUE a) Du «vibrionnisme» du législateur b) Une certitude à partager c) Quelques morales patrimoniales à prodiguer d) «L été sera meurtrier» 44

45 1. LE CONSEIL JURIDIQUE b) Une certitude à partager (1) Une certitude à partager : une HAUSSE DES PRÉLÈVEMENTS (fiscaux et sociaux) Trente ans de laxisme budgétaire et une nécessité absolue de trouver des ressources 45

46 1. LE CONSEIL JURIDIQUE b) Une certitude à partager (2) Une trouvaille sémantique : Exprimer le déficit budgétaire en % du PIB 46

47 1. LE CONSEIL JURIDIQUE b) Une certitude à partager (3) Le déficit public Une hausse massive des prélèvements Une diminution à peine esquissée des dépenses, à l opposé des recommandations de la Cour des comptes 1 1 Cf. Rapport janvier

48 1. LE CONSEIL JURIDIQUE b) Une certitude à partager (4) En l absence de baisse drastique des dépenses (Cf. Canada, GB, ) Nécessité absolue d augmenter les ressources Quatre modalités (non antinomiques!) Une hausse des taux (à l image de l Impôt sur le Revenu) Un élargissement de l assiette (CSG) Une chasse aux niches fiscales (un nouveau rabot annoncé) Une éradication des «angles morts»* dans la taxation (à l exemple du démembrement de la clause bénéficiaire des contrats d assurance vie) 48 * Selon Gilles Carrez

49 1. LE CONSEIL JURIDIQUE a) Du «vibrionnisme» du législateur b) Une certitude à partager c) Quelques morales patrimoniales à prodiguer d) «L été sera meurtrier» 49

50 1. LE CONSEIL JURIDIQUE c) Quelques morales patrimoniales à prodiguer (1) Une 2 ème morale : PRIVILÉGIER Les montages juridiques Moins directement fragiles À l exemple des régimes matrimoniaux, droit des sociétés Les montages aux sous-jacents créateurs et protecteurs d emplois En premier lieu : Dutreil Mais aussi (éventuellement) quelques niches (salarié à domicile) Les solutions «one shot» Privilégier les solutions aux avantages consommés «dans l instant» et ne pouvant «guère» être remises en causes 50

51 1. LE CONSEIL JURIDIQUE c) Quelques morales patrimoniales à prodiguer (2) Une 3 ème morale : «Toujours moins se contrefaire» La rétroactivité (jamais tout à fait exclue) «La loi ne dispose que pour l'avenir ; elle n'a point d'effet rétroactif» (Art. 2 du Code civil) MAIS Une incertitude : -interdisant à l homo economicus tout calcul d optimisation patrimoniale ; -favorisant des pulsions d expatriation Une absence de disposition constitutionnelle (contra Loi pénale) Une application, en principe, de la loi fiscale aux seuls faits générateurs futurs (décès, rachat, cession,...) Le stock d actifs est mécaniquement concerné Aucune sécurité, pérennité,, certitude 51

52 1. LE CONSEIL JURIDIQUE c) Quelques morales patrimoniales à prodiguer (3) Une 4 ème morale : «Le match IR c /IS» Par suite de la dégradation continue de la fiscalité sur les plus-values immobilières (à l IR) Réfléchir sur le mode de détention des actifs immobiliers (à l IS ou à l IR) sur les stratégies de gestion de l immobilier d entreprise À l image de : l acquisition en démembrement (l usufruit par la société d exploitation, la nue-propriété par une Société Civile à l IR) la sortie de l immobilier du bilan de l Entreprise... 52

53 1. LE CONSEIL JURIDIQUE c) Quelques morales patrimoniales à prodiguer (4) Une 5 ème morale Un article 1 A du CGI «écrit dans le marbre»! Et supprimé par la même majorité... Une fiscalité encore plus seconde que dans le passé, dans toute stratégie patrimoniale Ne pas être dupe de la parole de l État Un article zéro bis du CGI plus pertinent que jamais «Nul ne doit ignorer la loi fiscale à venir» 53

54 1. LE CONSEIL JURIDIQUE c) Quelques morales patrimoniales à prodiguer (5) Une 6 ème morale : Les stratégies induites Une contrainte nouvelle pour le devoir de conseil À titre d exemple : l Administration a, purement et simplement, inversé sa doctrine en matière d imposition des contrats d assurance vie en démembrement PRIVILÉGIER Revisiter régulièrement les clauses de ses contrats d assurance-vie La législation fiscale devient illisible, imprévisible et, de facto, rétroactive des montages juridiques «plus secures» (régimes matrimoniaux, droit des sociétés,...) pouvant moins être : modifiés remis en cause les montages fiscaux «one shot» (Sofica, Réduction ISF, Girardin Industriel) ne pouvant être : ni modifiés ni remis en cause (sous réserve de précautions préalables) 54

55 1. LE CONSEIL JURIDIQUE a) Du «vibrionnisme» du législateur b) Une certitude à partager c) Quelques morales patrimoniales à prodiguer d) «L été sera meurtrier» 55

56 1. LE CONSEIL JURIDIQUE d) «L été sera meurtrier» (1) Des projets annoncés L individualisation de l impôt (contra Foyer fiscal) Une fusion IR-CSG Un prélèvement à la source Un taux progressif jusqu à 75 % Thomas Piketty vs Philippe Aghion Avantages en nature, «revenus décalés»... Les leçons d Harold Wilson. Le Top : Vivre à crédit Une soumission des revenus de l épargne au barème progressif de l IR, pour une taxation «comme les revenus du travail» suppression du Prélèvement Libératoire Extrait du projet fiscal de François Hollande : «Je propose donc une réforme fiscale qui consiste à taxer tous les revenus sans distinction d origine et de rétablir la progressivité de l impôt et la contribution selon son revenu et ses patrimoines à l effort commun, seules règles qui vaillent. Les revenus du patrimoine seront donc imposés selon le même régime et le même barème que les revenus du travail». 56 Une hausse des droits de succession (voire de donation) dans une approche de rendement fiscal et d égalité

57 1. LE CONSEIL JURIDIQUE d) «L été sera meurtrier» (2) UNE DERNIÈRE MORALITÉ INDUITE Les futurs taux de prélèvements fiscaux et sociaux seront supérieurs aux actuels À l encontre des principes antérieurs, une accélération (TOUTE CHOSE ÉGALE PAR AILLEURS) - du dégagement des sources de revenus Ex : Cession d actifs (mobiliers, immobiliers,...) - des donations envisagées Bannir toute procrastination 57

58 Entre autres : 1. Le conseil juridique 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING 3. La sélection des produits 4. L expertise financière 5. L industrialisation de son organisation et de ses services 58

59 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING a) Une sollicitation pertinente b) Une qualité du conseil c) Des informations personnalisées d) Une communication (enfin) lisible 59

60 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING a) Une sollicitation pertinente (1) Une parfaite corrélation entre le nombre de sollicitations et la satisfaction des clients Mais nécessité de passer du «carpet bombing» à une «frappe laser» Importance des bases de données (CRM) de leur alimentation de leur gestion 60

61 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING a) Une sollicitation pertinente (2) Le croisement de la satisfaction globale avec la sollicitation Les clients sont plus satisfaits quand ils sont sollicités 94,7 % des clients qui ont été sollicités sont globalement satisfaits 85,7 % des clients non sollicités sont globalement satisfaits En 2009, forte progression des clients qui auraient aimé être sollicités + 11 points* * Source : Enquête de satisfaction Bred Banque Privée 61

62 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING a) Une sollicitation pertinente b) Une qualité du conseil c) Des informations personnalisées d) Une communication (enfin) lisible 62

63 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING b) La qualité du Conseil (1)... Alors que le manque d expertise et la «vente forcée» sont les premiers motifs d insatisfaction vis-à-vis de leur Conseiller Source : CREDOC / Enquête Monabanq Décembre

64 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING b) La qualité du Conseil (2)... Et la recherche de meilleurs conseils est la première raison de changer de banque Source : CREDOC / Enquête Monabanq Décembre

65 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING b) La qualité du Conseil (3) 2 ème motif de changement de sa Banque (après le Crédit) Une demande explicite d informations non satisfaites Une condition de la reconstitution de la confiance Une nécessaire articulation du rôle du «Commercial» et de l ingénierie patrimoniale de l ingénierie financière... Une souhaitable perception de «Conseiller» et non de «vendeur» La pérennité dans leur poste (un facteur discriminant) L adéquation des actions commerciales (contra : campagnes...) L importance croissante d un travail en équipe au service du prospect ou client 65

66 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING a) Une sollicitation pertinente b) Une qualité du conseil c) Des informations personnalisées d) Une communication (enfin) lisible 66

67 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING c) Des informations personnalisées (1) Une connaissance accrue du client Transformer une contrainte réglementaire (MIF) en opportunité commerciale Pour mieux le servir Éviter les contentieux (Exemplarité MIF, ) Augmentation de son niveau de satisfaction Une collecte Un équipement en progression majoré Un taux croissant de parrainage Un PNB croissant R = C CL x C CO x A Résultat = [la Connaissance du Client] x[la Compétence des Collaborateurs] x Activité (le nombre d entretiens) 67

68 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING c) Des informations personnalisées (2) Passer du «carpet bombing» à la frappe laser Au bénéfice d une connaissance préalable du client Ne lui adresser que des informations relatives à sa morphologie patrimoniale Du CRM à la «mano» au «scientifique» «De la difficulté d industrialiser l artisanat d art» Multiplier les seules alertes et informations pertinentes et outils induits (stop loss, ) 68

69 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING a) Une sollicitation pertinente b) Une qualité du conseil c) Des informations personnalisées d) Une communication (enfin) lisible 69

70 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING d) Une communication (enfin) lisible (1) la lisibilité des placements effectués, assortie d une information, réellement didactique, sur : leur liquidité effective (contra certaines «Sicav monétaires boostées») leurs sous-jacents (par catégorie de placements, classe d actifs, répartition géographique, sectorielle..., par dépositaire...) pour appréhender leur complémentarité réelle leurs risques sous-jacents leur réelle complémentarité (contra corrélation) 70

71 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING d) Une communication (enfin) lisible (2) un «carnet de bord» (enfin) compréhensible à la fois exhaustif et synthétique, des opérations : avec des calculs de performances précis et fiables assorti de logiques de limites d évolution (stop loss,...), d alertes permanentes sur les évènements propres à impacter les positions détenues... dans une logique de gestion assistée 71

72 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING d) Une communication (enfin) lisible (3) un outil d agrégation des comptes, commun aux différents Établissements, pour des clients de plus en plus «polygames», pour cause d insatisfaction, ou, plus récemment, de recherche de sécurité... un reporting fiscal (en terme d ISF, de plus ou moins-values..., de maturité des enveloppes détenues : assurance vie, PEA,...). 72

73 2. L (IN)FORMATION ET LE REPORTING d) Une communication (enfin) lisible (4) Les problématiques à relever pour apporter une véritable valeur ajoutée, ressentie par les clients au prix d investissements substantiels, dans une chaine de traitement orientée client et le poste de travail de son conseiller, visent donc à basculer : de l information... à l explication de l archivage... à la projection de la radiographie... au film (en attendant la 3D) 73

74 Entre autres : 1. Le conseil juridique 2. L (in)formation et le reporting 3. LA SÉLECTION DES PRODUITS 4. L expertise financière 5. L industrialisation de son organisation et de ses services 74

75 3. LA SÉLECTION DES PRODUITS a) Une offre exhaustive et de qualité b) Une présentation exempte de tout biais 75

76 3. LA SÉLECTION DES PRODUITS a) Une offre exhaustive et de qualité (1) À l image des théories du bien-être 1, pour commencer à construire une relation patrimoniale, une Banque Privée doit offrir un service bancaire de base parfait, dont le seul critère de mesure pertinent résidera dans le niveau de satisfaction de ses clients. 1 Cf. «Vers une psychologie de l être» d Abraham H. Maslow, chez Fayard (1972) 76

77 3. LA SÉLECTION DES PRODUITS a) Une offre exhaustive et de qualité (2) Réalisation de soi Besoin d estime, Statut, Respect La pyramide des besoins selon Maslow Besoins sociaux, Appartenance, Acceptation Besoin de sécurité Besoins physiologiques (faim, soif, etc ) 77

78 3. LA SÉLECTION DES PRODUITS a) Une offre exhaustive et de qualité (3) LES «ATTENTES» DES CLIENTS PATRIMONIAUX Family Office Un «médecin référent» L Approche Patrimoniale Globale Des services patrimoniaux (crédit, gestion sous mandat, ) Selon un Maslow revisité Les services bancaires (cartes, compte-chèques, ) La confiance 78

79 3. LA SÉLECTION DES PRODUITS a) Une offre exhaustive et de qualité (4) Une fois cette base assurée, la gamme de produits devra être raisonnablement large, et surtout de qualité, en gardant à l esprit que «c est à son maillon le plus faible que s apprécie la résistance d une chaîne» Toute offre médiocre devra donc en être bannie L exhaustivité de la gamme aura, pour seule limite, la capacité des conseillers à se l approprier (favorisée par l absence de tout doublon), condition à sa mise en œuvre efficiente. 79

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier + Management Packages Qu ils soient négociés à l occasion d un changement de contrôle ou, dans les

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 L actualité fiscale de l assurance-vie par M. Leroy Assurance vie - fiscalité L actualité fiscale de l assurance

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

FIP 123PATRIMOINE. un investissement. citoyen

FIP 123PATRIMOINE. un investissement. citoyen FIP 123PATRIMOINE un investissement citoyen PRéSENTATION D 123patrimoine DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT - Les parts du FIP 123Patrimoine sont bloquées pendant 5 ans soit jusqu au 31 mars 2017, cette

Plus en détail

FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012

FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012 FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012 Avertissement Le présent document se fonde sur des données purement prévisionnelles,

Plus en détail

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables Thèmes de Formation Thématiques de formation délivrées par Michel Brillat, Directeur de la Formation et de l Ingénierie Patrimoniale, CGP Entrepreneurs Pour ce faire, le minimum «syndical» à savoir PEL,

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Client

Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Client Fiche n Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Pour un client qui se porte acquéreur d un bien immobilier A (notamment résidence principale / résidence secondaire)

Plus en détail

INITIATION A LA GESTION DE PATRIMOINE

INITIATION A LA GESTION DE PATRIMOINE INITIATION A LA GESTION DE PATRIMOINE L AUREP propose des séminaires sur mesure pour les conseillers en gestion de patrimoine junior et pour les collaborateurs des conseillers. Il s agit d une sensibilisation

Plus en détail

«SICAV dédiée» : Un outil patrimonial optimisant

«SICAV dédiée» : Un outil patrimonial optimisant «SICAV dédiée» : Un outil patrimonial optimisant Juillet 2014 www.finadoc-actionnal.com LES ENJEUX Face à la complexité financière, aux changements d interlocuteurs, au contraintes de tous ordres, il est

Plus en détail

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux Sommaire Introduction...15 Qu est-ce que le patrimoine?...15 À combien s élève le patrimoine des Français?...15 De quoi est-il composé?...16 Qu est-ce que la gestion de patrimoine?...17 Quelles sont les

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Crée en 1990 Votre déclaration d impôt! Dates Limites : Déclaration Papier 27 Mai Déclaration Internet 7 Juin Barême

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE

Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE PIERRE DE LUNE Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE PIERRE DE LUNE PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Optimiser la fiscalité de votre patrimoine Accéder à une gestion financière sur mesure Diversifier votre épargne

Plus en détail

Ususphère en quelques mots

Ususphère en quelques mots Ususphère en quelques mots Que faisons-nous? Ususphère est une plateforme de mise en relation entre investisseurs à la recherche d un placement démembré en SCPI. Les demandes des investisseurs en usufruit

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Avril 2011 SOMMAIRE Projets de Loi et de Réforme p. 3 Réforme de la fiscalité du patrimoine Jurisprudence et Réponses ministérielles p. 4 Assurance-vie donnée en garantie et ISF

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Votre banque d affaires privées

Votre banque d affaires privées Votre banque d affaires privées SOMMAIRE editorial Une banque privée au service de ses clients 3 L accompagnement patrimonial L analyse patrimoniale 4 L offre patrimoniale 5/6 La gestion de portefeuille

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

La patrithèque. Solution documentaire électronique sur le patrimoine. La patrithèque. www.harvest.fr

La patrithèque. Solution documentaire électronique sur le patrimoine. La patrithèque. www.harvest.fr Logo_ harvest Finalisation Logo_ harvest Finalisation www.harvest.fr 3 rue La Boétie 75008 PARIS contact@harvest.fr T : 01 53 30 28 00 F : 01 53 30 28 01 La patrithèque Solution documentaire électronique

Plus en détail

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38 Le couple SOMMAIRE 1 - Mariage, Pacs, concubinage : que choisir?... 6 2 - Choix du régime matrimonial... 7 3 - Divorce... 8 4 - Prestation compensatoire... 9 5 - Gestion des biens du mineur...10 6 - Gestion

Plus en détail

Adapter la gestion de son patrimoine en temps de crise

Adapter la gestion de son patrimoine en temps de crise Adapter la gestion de son patrimoine en temps de crise Mercredi 14 mars 2012 Adapter la gestion de son patrimoine en temps de crise Synthèse conférence du 29 Février La crise est autant financière qu économique.

Plus en détail

Diane Patrimoine. Assurance-vie à annuités variables. Janvier 2011

Diane Patrimoine. Assurance-vie à annuités variables. Janvier 2011 Diane Patrimoine Assurance-vie à annuités variables Janvier 2011 Sommaire 1 Enjeu de la retraite et environnement client 2 La solution retraite patrimoniale en 4 points clés Un revenu garanti à vie Performance

Plus en détail

www.expert-invest.fr

www.expert-invest.fr www.expert-invest.fr Ce document est une synthèse non exhaustive du contenu du bilan patrimonial professionnel que nous proposons. Il ne saurait se substituer à une véritable analyse de notre part ni remplacer

Plus en détail

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Les clés de la transmission Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Sommaire La transmission : un enjeu stratégique Une réglementation en adaptation continue Les attentes des chefs d entreprise Les clés

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

Atelier 4: Assurance vie et gestion patrimoniale : nouvelle donne?

Atelier 4: Assurance vie et gestion patrimoniale : nouvelle donne? Atelier 4: Assurance vie et gestion patrimoniale : nouvelle donne? Président : Brice Leibundgut, Secrétaire général, Predica Intervenants : Philippe Baillot, Directeur banque privée, Bred Maître Michel

Plus en détail

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3)

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3) Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement (point 3) 12 octobre 2010 Pourquoi un Observatoire UFF-IFOP de la Clientèle Patrimoniale? Parce

Plus en détail

Catalogue. E-learning TV Learn Storytelling Quiz d évaluation. FormaLearning Notre expertise pédagogique au service de vos projets!

Catalogue. E-learning TV Learn Storytelling Quiz d évaluation. FormaLearning Notre expertise pédagogique au service de vos projets! Catalogue E-learning TV Learn Storytelling Quiz d évaluation E-learning Banque, fi nance, assurance Initial Le compte bancaire La procuration Les incidents de fonctionnement du compte Les moyens de paiement

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Guide méthodologique du bilan patrimonial

Guide méthodologique du bilan patrimonial Guide méthodologique du bilan patrimonial Atelier «Etablir un bilan patrimonial» Pôle LES MISSIONS DE DEMAIN www.experts-comptables.fr/65 Guide méthodologique du bilan patrimonial Sommaire I Définir le

Plus en détail

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME avril 2012 1 De grandes réformes en 2011 La Loi de finances pour 2011 a apporté des modifications substantielles aux systèmes d'incitations fiscales

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

La régularisation fiscale des clients français

La régularisation fiscale des clients français La régularisation fiscale des clients français Michel Collet Mercredi 8 octobre 2013, Genève 08/10/2013 La régularisation fiscale des clients français 1 Plan : 1. Introduction 2. La circulaire «Cazeneuve»

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

FORMATIONS PARTENAIRES 2014

FORMATIONS PARTENAIRES 2014 FORMATIONS PARTENAIRES 2014 Partenaire Intitulé de formation Nombre Heures validées Adéquity Comprendre et sélectionner un produit structuré Ageas France L avenir de la distribution en assurance : les

Plus en détail

Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine

Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine 1. Vos intervenants 2. Comment évaluer la valeur de mon entreprise? 3. Actualité fiscale 4. 5 points clés pour organiser son patrimoine 5. De l utilité

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

CONSEIL EN ORGANISATION ET STRATÉGIE PATRIMONIALES L AVENIR NE SE PRÉVOIT PAS, IL SE PRÉPARE. Maurice Blondel

CONSEIL EN ORGANISATION ET STRATÉGIE PATRIMONIALES L AVENIR NE SE PRÉVOIT PAS, IL SE PRÉPARE. Maurice Blondel CONSEIL EN ORGANISATION ET STRATÉGIE PATRIMONIALES L AVENIR NE SE PRÉVOIT PAS, IL SE PRÉPARE Maurice Blondel CONSTITUER VALORISER TRANSMETTRE VOTRE PATRIMOINE Notre objectif Vous apporter un conseil sur

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché SCPI Exclusive Partners, société indépendante de conseil en investissement a réalisé en août-septembre 2012 une étude auprès

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg VISA 2012/81993-892-0-PS L'apposition du visa ne peut en aucun cas servir d'argument de publicité Luxembourg, le 2012-01-09 Commission de Surveillance du Secteur Financier KBL Key Fund Prospectus simplifié

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements

La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements Intervenants Véronique AUDRAIN Consultante Serge ANOUCHIAN Expert-comptable Sommaire Le contexte La mission

Plus en détail

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU SOMMAIRE I. Cadre de la transmission II. Les étapes clés de la transmission III. Les dix écueils à éviter I. Le cadre de la transmission Céder

Plus en détail

UNE ACTIVITÉ LÉGISLATIVE FISCALE INTENSE : IMPACT SUR LES EXPATRIÉS

UNE ACTIVITÉ LÉGISLATIVE FISCALE INTENSE : IMPACT SUR LES EXPATRIÉS L année 2011 aura été particulièrement chargée en matière d actualité fiscale : en effet, la loi de finances pour 2011 a été modifiée par pas moins de quatre lois de finances rectificatives; et à peine

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 1 Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 2 Intervenants : Jean-Philippe Robin, Directeur Commercial Tamara Boucharé, Consultant Formateur

Plus en détail

A la découverte de l assurance vie HSBC France

A la découverte de l assurance vie HSBC France A la découverte de l assurance vie HSBC France L assurance vie, le placement qui vous accompagne dans tous vos projets Depuis quelques années, l assurance vie est devenue le placement préféré des Français

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

Stratégie d investissement (1)

Stratégie d investissement (1) Le FCPI s adresse à des investisseurs qui souhaitent diversifier leur portefeuille en investissant sur le long terme et réduire leur impôt en contrepartie d une durée de blocage de 7 ans, soit jusqu au

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

123CAPITALISATION III

123CAPITALISATION III 123CAPITALISATION III Hébergements Matériel médical Crèches FIP FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ Document non contractuel édité en avril 2011. Ce document ne se substitue pas à la notice d information

Plus en détail

LA REFORME FISCALE 2014 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES. 11 février 2014 CGPME AIN

LA REFORME FISCALE 2014 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES. 11 février 2014 CGPME AIN LA REFORME FISCALE 2014 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES 11 février 2014 CGPME AIN 1 La réforme fiscale 2014 Application pratique 8 aux chefs d entreprises Jacques - Vincent PIROUX Expert -

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

PM&A Gestion. APRIL Patrimoine. AXERIA Vie. www.april-patrimoine.fr

PM&A Gestion. APRIL Patrimoine. AXERIA Vie. www.april-patrimoine.fr APRIL Patrimoine Spécialiste de l épargne, de la retraite et de la gestion de patrimoine, APRIL Patrimoine est une société d APRIL Group. Elle conçoit ses produits, assure leur gestion administrative et

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s La Transmission Claude SAUVAGEOT SOMMAIRE Introduction Présentation générale Bref rappel Le déroulement du processus théorique du LBO INTRODUCTION QUI SOMMES-NOUS? FSI Régions est une société de gestion

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

I - LA CESSION D ENTREPRISE II - STRATEGIES D OPTIMISATION DU PATRIMOINE DU DIRIGEANT III - METHODOLOGIE ET OUTILS DE TRAVAIL

I - LA CESSION D ENTREPRISE II - STRATEGIES D OPTIMISATION DU PATRIMOINE DU DIRIGEANT III - METHODOLOGIE ET OUTILS DE TRAVAIL I - LA CESSION D ENTREPRISE Le marché - Le rôle de l EC - Les attentes du dirigeant / EC II - STRATEGIES D OPTIMISATION DU PATRIMOINE DU DIRIGEANT Exemples d optimisation et ingénierie patrimoniale III

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

Conférence Association des savoirs à Dunkerque

Conférence Association des savoirs à Dunkerque Conférence Association des savoirs à Dunkerque 1 Allianz parmi les leaders mondiaux Chiffres clés 2012 Allianz 1er assureur européen par sa capitalisation boursière Allianz SE : 58,6 M. AXA : 44,3 M Zürich

Plus en détail

demandez plus à votre Banque Privée

demandez plus à votre Banque Privée demandez plus à votre Banque Privée 2009125E LCL_COUV_brochure.qxd 21/09/09 10:35 Page 2 Nos implantations Lcl Banque Privée Vous êtes unique demandez plus à votre Banque Privée Chez LCL Banque Privée,

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Sommaire PARTIE I L ÉPARGNE BANCAIRE CLASSIQUE Chapitre 1. Les livrets bancaires...

Plus en détail

COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU?

COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU? COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU? 24 novembre 2009 1 PLAN DE L INTERVENTION Introduction 1 ère partie : La Loi Scellier 2 ème partie : La Loi Girardin Industriel 3 ème partie : La souscription au

Plus en détail

Les News d ESPACIMMO

Les News d ESPACIMMO JUILLET/ AOUT 2012 Les News d ESPACIMMO ESPACIMMO PATRIMOINE 28, rue de l Amiral Hamelin 75 016 PARIS Tél : 01 49 52 60 12 corinne.santos@espacimmo.fr www.espacimmo.fr Page.1 POINT BOURSE SOMMAIRE Page.1-3

Plus en détail

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Disclaimer Ce document a été préparé par NMW avocats dans un but purement informatif et ne contient

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

123CAPITAL PME. Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum

123CAPITAL PME. Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum FIP / FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ 123CAPITAL PME Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum QUI EST 123VENTURE?

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros EXTRAITS DU N 47 NOVEMBRE 2011 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 A apprécier Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros Vers

Plus en détail

Offre de la Banque Transatlantique à l attention des expatriés recommandés par UBIDOCA

Offre de la Banque Transatlantique à l attention des expatriés recommandés par UBIDOCA Offre de la Banque Transatlantique à l attention des expatriés recommandés par UBIDOCA 2007-1 - PREAMBULE UBIDOCA et la Banque Transatlantique se sont rapprochés, ainsi la Banque Transatlantique met à

Plus en détail

La transmission d entreprise. En partenariat avec

La transmission d entreprise. En partenariat avec La transmission d entreprise En partenariat avec La transmission d entreprise Béchir CHEBBAH Expert-comptable Président de l APLRL La transmission d entreprise Une fausse idée répandue : La clientèle (ou

Plus en détail

BIL Belgique À vos côtés, pour vous.

BIL Belgique À vos côtés, pour vous. FR banque privée BIL Belgique À vos côtés, pour vous. BELGIUM BIL Belgique À vos côtés, pour vous. Enseigne réputée et reconnue dans la plus pure tradition des banques privées internationales, BIL Belgique

Plus en détail

www.expert-invest.fr

www.expert-invest.fr www.expert-invest.fr Ce document est une synthèse non exhaustive du contenu du bilan patrimonial global que nous proposons. Il ne saurait se substituer à une véritable analyse de notre part ni remplacer

Plus en détail

FAQ Web conférence 2 avril

FAQ Web conférence 2 avril FAQ Web conférence 2 avril Les questions sur l assurance vie «Investir en assurance vie : quel intérêt?» L'assurance vie permet de réaliser une opération d'épargne. Dans cette perspective, un contrat d

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier VIRGIN REAL ESTATE INVEST PRIVATE EQUITY La solidité et la prospérité du marché suisse Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier L excellence de la place luxembourgeoise. ADEJE

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail