Système d'information et de connaissances et pratiques collaboratives dans les réseaux logistiques. El hassan Megder

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Système d'information et de connaissances et pratiques collaboratives dans les réseaux logistiques. El hassan Megder"

Transcription

1 Système d'information et de connaissances et pratiques collaboratives dans les réseaux logistiques El hassan Megder ENCG Agadir, Département ITQG, Equipes SIC & EDMP, Laboratoires IRF-SIC, LaRGe, Résumé, Avec l'évolution des technologies de l'information et la complexité des organisations, le réseau apparaît comme un mode d organisation adapté à leurs échanges. Pour optimiser leur fonctionnement en réseaux les entreprises doivent valoriser leur système d'information et de connaissances. La problématique soulevée dans ce travail est relative à la prise de décision et sa synchronisation. Nous nous intéressons à la coordination des flux, des produits et d informations. Il s agit d étudier la problématique de la collaboration entre acteurs. Cela pose un problème de décision distribuée où les contextes et les objectifs propres aux différents acteurs se différencient, et cela malgré les intérêts communs partagés du fait qu ils participent tous à la production d un même produit. En effet, dans une chaine logistique les décisions concernant la planification de la production, de la distribution et des stocks sont interdépendants ce qui exige de les synchroniser et les intégrer Il s agit de mettre en ouvre des décisions collaboratives pour un meilleur pilotage de la chaine logistique. L aspect collaboratif des chaînes logistiques est ainsi directement lié à la coordination et à l intégration des entreprises. En comprenant les interactions entre les fonctions et entre les entreprises, les acteurs peuvent s engager effectivement dans une démarche collaborative. Mots-clés, Chaine logistique, système d'information et de connaissances, processus, acteurs, intégration, Collaboration. Abstract, With the evolution of information technology and the complexity of organizations, the network appears as an organizational mode adapted to their trade. To optimize their operation networks, companies must develop their information and knowledge system.. The issue raised in this work is on decision making and its timing. We are interested in coordinating the flow of products and information. He is studying the issue of collaboration between actors. This poses a problem in which distributed decision contexts and objectives specific to individual players differ, despite the common interests shared because they are all involved in the production of a product. Indeed, in a supply chain decisions on production planning, distribution and inventory are interdependent and will require them to synchronize and integrate it is to implement collaborative decisions for better steering supply chain. The collaborative aspect of supply chains is thus directly related to the coordination and integration firms. By understanding the interactions between functions and between business actors can engage effectively in a collaborative process. Key words, Supply Chain, information and knowledge system, process, actors, Integration, Collaboration. 1

2 Introduction Les organisations d aujourd hui et principalement celles engagées par la Supply Chain, doivent reposer sur une répartition des activités à réaliser entre acteurs pour piloter leurs processus. Cette répartition (ou division du travail) pose le problème des interdépendances qui s'établissent entre les activités divisées et donc entre les personnes chargées de les réaliser. Une mauvaise gestion de ces dépendances réduit les capacités d adaptation de l organisation et peut parfois la mener à l échec ; leur prise en compte et leur gestion sont donc devenues des priorités absolues pour la bonne marche des entreprises. En effet, on assiste à décloisonnement fonctionnel vers une redéfinition des organisations pour l implémentation des systèmes intégrés et en réseaux. Ce décloisonnement fonctionnel a entraîné la montée en puissance la Supply Chain Mangement qui a mis en avant la logique d'intégration et de collaboration : intégration des fonctions dans les processus, collaboration des acteurs, intégration des processus dans les chaînes logistiques, collaboration des entreprises. Dans ce contexte, la coordination est vue comme un ensemble de mécanismes utilisés par une organisation pour établir un lien cohérent entre les activités et les acteurs (individus ou groupes) qui les accomplissent. Le besoin de coordination est le corollaire de la division du travail. Ce corollaire exprime la nécessité de réunir en cohérence ce qui a été réparti entre les acteurs qui ont divisé leur travail. L objectif de cet article est de comprendre cette relation entre acteurs et la voir dans la logique de la chaine logistique. Nous abordons cet article selon deux points de vue : - Le système d information (SI) comme support de coordination en logistique ; - La coordination entre acteurs comme support de la chaine logistique 1. Le système d information, support de coordination en logistique Le système d information a toujours occupé une place importante dans les organisations fonctionnelles, principalement pour le pilotage des flux physiques et les flux d information. Avec une évolution des organisations intégrées et en réseaux, comme la logistique, le système d information devient encore plus important pour le pilotage des processus et la réalisation des activités logistiques SI, intégration des processus et systèmes de travail L organisation est la base de l action collective. Elle est décrite comme un ensemble de processus. Cette vision permet d appréhender le rôle fondamental de tout SI dans l organisation ; ce rôle est en fait double : répondre aux besoins spécifiques internes de chaque processus fonctionnel d une part, et à ceux découlant des besoins de communications entre processus d autre part. Toute organisation fonctionnant de façon cohérente, se fait sur la base de processus interdépendants échangeant des informations entre acteurs. Cet impératif de cohérence justifie le recours au SI pour assurer cette fonction de partage de représentations et de communication indispensable. Dans ce contexte, le système d infirmation joue le rôle 2

3 d intégrateur pour les processus d activité de l organisation ; structure le système de travail et coordonne l action de ces différents acteurs. Un processus correspond à un ensemble d activités ou opérations fonctionnellement liées par la production d un résultat identifiable. L exécution des processus nécessite le recours à des ressources mobilisées dans un certain contexte, c est à dire un système de travail combinant les différents acteurs et des ressources technologiques (Reix, 2002). Les différents des processus doivent être coordonnés pour que les objectifs de l organisation soient atteints : cette coordination induit des besoins de partage et d échange d information commune entre les acteurs, donc de communication que doit assurer le SI. Un processus peut être analysé en examinant ses relations avec d'autres éléments de l'organisation tels que le nombre de niveau hiérarchique implique dans le processus et/ou les mécanismes de coordination. Les principales caractéristiques principales affectent particulièrement sa performance. Ce sont : la portée de l implication de l organisation, le niveau d intégration et la complexité liée à l évolution de la technologie de l information et de communication (TIC) (St-Amant, 2003). Le niveau d'implication de l'organisation dans le processus Le niveau d implication de l'organisation dans le processus traite du nombre de niveaux hiérarchiques et/ou de personnes prenant les décisions relatives au processus. Dans certains cas, si le niveau d'implication est faible, les décisions sont prises à partir d'un point de vue uniquement local ou opérationnel tandis que, s'il est élevé (cas de la logistique), les décisions prennent en compte le point de vue de multiples niveaux et personnes mais peuvent être démesurément lentes. Bien qu un niveau d implication faible semble plus efficace, il peut parfois compromettre la sécurité ou la qualité du produit. Pour préciser le niveau d implication, on peut catégoriser les participants au processus en «exécutants» et en «vérificateurs». Les exécutants effectuent directement les tâches à valeur ajoutée. Les vérificateurs s assurent que les tâches sont réalisées correctement. Etablir le niveau approprié d implication nécessite de prendre en compte un ensemble de facteurs et d équilibrer notamment les besoins de rapidité et de sécurité. Le niveau d intégration Le niveau d intégration a trait à la capacité de réaction et de collaboration entre activités ou processus distincts. L'étendue de l'intégration entre deux processus ou activités est reliée à la vitesse de réaction de l'un par rapport à l'autre. Cette vitesse dépend des communications et du degré de réaction des processus à l'information communiquée. Les principaux mécanismes d'intégration dans toute organisation sont les règles communes, le partage d'information, la coordination : Les règles et normes communes se traduisent par une terminologie et des procédures normalisées dans le but de faciliter l interaction des processus et l entretien des systèmes qui les supportent. Le partage d information permet l accès aux données de chaque processus bien que ces derniers soient exploites de façon indépendante. C est un moyen de coordination qui est peu encombrant puisque deux processus d affaires peuvent partager les mêmes informations sans devoir y réagir simultanément et sans avoir à mettre en place des 3

4 mesures pour rendre l information utile aux autres. Par exemple, les ventes et le soutien à la clientèle peuvent avoir accès a la même base de données sur les clients. La coordination correspond à la gestion des dépendances, par des négociations et des échanges, entre activités de processus distincts mais interdépendants, leur permettant de réagir en tenant compte des contraintes et besoins de l autre et cela en vue d un objectif commun. Elle inclut la synchronisation des intrants et extrants de diverses activités, par exemple, en veillant à ce que la production débute dès la réception des matières premières. Les différents processus conservent leur identité et fonctions propres. C est un niveau plus exigeant que le simple partage d information puisqu il requiert des négociations et la circulation d information dans les deux sens. La complexité liée au TIC La complexité fait référence à la combinaison du nombre d'éléments d un système avec le nombre et la nature de leurs interactions. Plus un système est complexe, plus il est difficile à gérer et à développer, car plusieurs facteurs et interactions doivent être examinés, évalués et testés. Il est donc difficile d en comprendre le fonctionnement et d anticiper les conséquences de changements (Laudon & Laudon, 2001). Ces nouvelles technologies de l information et de la communication ont permis l émergence et le développement de nouvelles relations au sein des organisations tout comme entre les organisations. Elles ont favorisé une certaine intégration fonctionnelle et technique nécessaire à la globalisation des marchés et à la mondialisation de la concurrence. L entreprise s est alors transformée pour évoluer vers des formes transverses permettant de mieux répondre à une situation toujours changeante. La prise en compte de l interdépendance des organisations dans ce qu il est convenu d appeler les réseaux ou chaînes logistiques, et l approche processus orientée client sont devenues les nouveaux leviers de la performance. Cette restructuration qui conduit vers une intégration fonctionnelle plus importante, permet à travers des processus redéfinis d atteindre un objectif commun à tous : satisfaire le client au moindre coût Système d'infirmation et de connaissances Une démarche et méthode d organisation qui consiste à traduire et implémenter des informations non structurées en solutions technologiques. Une nouvelle approche des organisations qui se caractérise par deux aspects importants : le mode de travail en réseau qui permet une diffusion transverse de l information. Le partage des informations et non plus leurs rétentions grâce aux nouveaux outils. Elle encourage la création, le partage des connaissances et leur réutilisation grâce à un processus de socialisation impliquant la collaboration (Nonaka, 1994), particulièrement lorsque les acteurs sont géographiquement distants, ou répartis dans des bureaux. Le concept de gestion de la chaîne logistique s associe clairement à cette évolution. Celuici se fonde largement sur la réorganisation des processus de l entreprise pour laquelle l enjeu majeur est une gestion transversale pour le bénéfice global de la chaîne logistique et non plus une optimisation locale dans chacun des silos. 4

5 1.3. Intégration et coordination en logistique Les Systèmes d'information et des Connaissances adaptés à l optimisation de la chaîne logistique doivent gérer des savoirs tacites, d interfaces, de coordination, de situation et d action et ce dans un objectif d amélioration de l intégration et de la flexibilité de la chaîne logistique. La logistique n est pas une discipline nouvelle mais son élargissement vers une acceptation plus large de «logistique globale» ou «logistique intégrée» conduit à porter un autre regard sur son développement dans les entreprises. La logistique concerne aussi bien les produits que les services et consiste en tous les moyens pour organiser les flux de matières avant, pendant et après une production (coordination de l'offre et de la demande activités de transport, gestion des stocks, service après-vente, etc.). La logistique intègre deux notions essentielles : Notion de processus Le management de la chaîne logistique impose de passer d une logique fonctionnelle à une logique de processus, de créer un interfaçage entre les acteurs pour permettre une globalisation et créer ainsi un tout là où il y avait deux ou plusieurs entités distinctes. Selon la norme ISO 9000, version 2000 un processus utilise des ressources et est géré de manière à permettre la transformation d éléments d entrée en éléments de sortie. La chaîne logistique est alors souvent assimilée à un système composé d un ensemble de processus fortement corrélés entre eux et l on parle alors du management de la chaîne logistique par les processus (Morley, 2002) ; cette démarche correspond à l amélioration continue de la chaîne logistique via l évolution des processus et de leurs interfaces. Notion d intégration et de collaboration La logistique devient, au milieu des années 90, une fonction globalisée voire mondialisée de gestion du flux physique dans une vision complète de la chaîne Clients/Fournisseurs, et constitue véritablement une nouvelle discipline du management des entreprises. La «logistique globale» ou «Supply Chain Management» ou SCM représente ainsi l ensemble des activités internes ou externes à l entreprise qui apportent de la valeur ajoutée aux produits et des services aux clients (Courty, 2003). La gestion de la chaîne logistique est définie comme l ensemble des entreprises intervenant dans la réalisation de la circulation des flux de marchandises depuis leur conception jusqu à leur fin de vie (Paché, 1994). Elle implique des acteurs divers, juridiquement indépendants, stratégiquement et culturellement différents, qui se coordonnent (voire coopèrent) dans la réalisation d un ensemble d activités ayant pour objectif la satisfaction d un client en termes de coûts, de qualité, de délai et de services associés au produit Le concept de chaîne logistique a pour principal intérêt de faire prendre conscience à chaque entité qu'elle s'inscrit dans un flux qui la dépasse et que son environnement est constitué de trois pôles : les conditions de ses opérations internes (processus, ressources, compétences, objectifs), ses fournisseurs et ses clients. 5

6 La gestion de la chaîne logistique peut être définie comme «la coordination à un niveau stratégique et tactique des activités fonctionnelles traditionnelles, que ce soit à l intérieur d une entreprise, ou entre partenaires de la chaine logistique, dans le but d améliorer la performance à long terme de chaque entreprise membre et de l ensemble de la chaîne» (Mentzer et al, 2001). La nouveauté dans le concept de gestion des chaînes logistique est de revoir la chaîne dans son ensemble et d améliorer les performances par une meilleure intégration et coordination entre les maillons (Wattky et Neubert, 2004), qu ils soient internes ou externes. Ces deux piliers constitutifs du SCM ont été utilisés par Stadtler (Stadtler et al, 2000) afin d offrir une meilleure réponse aux besoins des clients. En supportant à la fois les processus internes de l entreprise et les relations avec les tiers, les technologies de l information sont reconnues comme facteurs clés de la performance des Supply Chain (Neubert et al, 2004), (Gunasekaran et Ngai, 2004). 2. La coordination, support de la chaine logistique Une relation de collaboration est caractérisée par la volonté de plusieurs acteurs de travailler ensemble, de poursuivre des objectifs communs, de partager des savoirs ou connaissances dans le but d améliorer la performance globale. Cette relarion est valorisée grâce au système d'information et de connaissances. Le système d'information et de connaissances sont définis comme «des classes de Systèmes d Information dédiés au management de la connaissance organisationnelle. C est-à-dire qu il s agit de systèmes fondés sur des technologies de l information développées pour supporter et améliorer les processus de création, stockage, recherche et identification, transfert et intégration de connaissances» (Alavi et al, 2001). Au sein de la chaîne logistique, la collaboration entre entités peut se caractériser par une structure ou un cadre permettant de favoriser différents échanges entre organismes indépendants (Menachof et Son, 2003) Paché, et al, 2007) ont distingué quatre couches d interdépendantes d intégration ; les flux (physiques, d information et financiers), individuellement mais surtout de manière conjointe (les flux d information permettent de piloter les flux physiques et les flux financiers apportent la preuve que la chaîne logistique crée de la valeur); les processus et les activités ; Les systèmes et technologies, qui sont d importants composants du SCM ; Les acteurs (donc les organisations): il s agit ici des interactions, de la coordination, collaboration et coopération entre les individus, les équipes, les fonctions impliquées dans et par la gestion des chaînes logistiques, au niveau intra et inter-organisationnel, La structure, l'organisation et l'évolution de la chaine logistique sont donc conditionnées par l'existence et la mise en couvre de processus et de coordination et de coopération complexes entre les entreprises à travers les acteurs. Ce mode de gestion de la chaine logistique correspond à une approche collaborative. 6

7 2.1. Approche collaboration entre acteurs Cette approche collaborative est un paramètre indispensable de la logistique aujourd'hui. En effet, la qualité de service au client dépend de la coordination de plusieurs acteurs. Les distributeurs et les fabricants réalisent qu'un jeu coopératif ou intégratif peut-être plus favorable qu'un jeu conflictuel ou distributif» (Fabbe-Costes et al, 2000) Les relations de la chaîne logistique La notion de relation est une projection des rapports personnels entre individus au niveau des rapports entre entreprises et organisations. Elle est issue de la littérature pour illustrer les degrés de partenariat entre deux organisations. De nombreux travaux soulignent des différences de maturité dans cette collaboration existante entre partenaires d une même chaîne logistique (Lauras et al, 2003). Certaines études soulignent l intensité de la relation collaborative en distinguant le simple échange d informations de la réelle relation de partenariat, en passant par une relation formalisée. Ainsi, selon le caractère de la relation, certains auteurs préfèrent employer le terme de communication, de coordination, de coopération, de collaboration ou de partenariat. Le niveau d intégration est déterminé par l intensité du processus d alliance, de sa structure et de ses objectifs. Certains auteurs estiment que le niveau le plus faible est la coopération (partage d information), le niveau intermédiaire est la coordination (partage d activités) et le niveau le plus fort étant la collaboration (partage d objectifs) (Peterson, 1991) L étendue de la collaboration Au-delà de l intensité de la maturité des relations de collaboration certains auteurs distinguent différents niveaux où la collaboration se concrétise par l intégration des activités de la chaîne logistique. L'étendue du champ d'action des acteurs et leur niveau d'intégration caractérisent alors la structure de la chaîne logistique et sa gestion (Thierry, 2003 ; Steven, 1989). : Les relations de collaboration en interne, entre plusieurs ateliers ou services d une entreprise. Les relations de collaboration multi-sites entre les différents sites d une même entreprise et en intégrant parfois quelques fournisseurs et clients directs. Une collaboration transverse s étendant au-delà des frontières de l entreprise, et établissant un lien entre l ensemble des entités de la chaîne logistique, des fournisseurs des fournisseurs, jusqu aux clients des clients Gestion de la collaboration entre acteurs Compte tenu de la multiplicité des acteurs participant à une chaîne logistique, il n est pas forcement nécessaire de collaborer de la même manière avec l ensemble de ses partenaires. La collaboration est décrite dans ce contexte, comme nécessitant un niveau de confiance plus important que celui de la coordination et de la coopération. 7

8 Les dimensions de Confiance, de dépendance et de pouvoir sont également soulignées. La confiance La collaboration doit se dérouler dans une confiance mutuelle ente acteurs. (Anderson et Narus, 1990) distinguent alors trois types de confiance pouvant s instaurer entre deux entités d une chaîne logistique (La confiance contractuelle ; La confiance dans les compétences de son partenaire et la confiance en la bonne volonté ou l engagement du partenaire) (Fynes et al, 2005). Cette troisième catégorie serait la meilleure garantie d une collaboration durable et bénéfique pour chacune des deux parties. La dépendance Avoir confiance en son partenaire implique nécessairement l existence d une certaine forme de dépendance. La dépendance envers un partenaire est vue comme le besoin de maintenir une relation avec lui afin de conserver ou d atteindre des objectifs fixes (Frazier, 1983). Le pouvoir Le pouvoir est l un des facteurs relationnels majeurs expliquant certaines modalités de fonctionnement dans une relation de collaboration. Une chaîne logistique peut, en effet, être considérée comme un réseau de partenaires entre lesquels existent des relations enchevêtrées, parmi lesquelles les relations de pouvoir vont jouer un fondamental (Thorelli, 1986 ; Croom et al, 2000). Le pouvoir, potentiellement d6tenu par l une des entit6s peut trouver son origine dans diff6rents domaines (Consortium COPILOTES, 2004) : 2.2. Outils collaboratifs De cette émergence du besoin de Collaboration/Coopération est apparu sur le marché un ensemble de bonnes pratiques et de techniques permettant d'améliorer la relation entre des clients et des fournisseurs. On trouve des outils de support à la collaboration et les outils d aide à la modélisation des processus Outils de support à la coordination Les outils de collaboration facilitent les échanges d information entre les partenaires, permettent de mieux traiter ces informations et de mieux intégrer les différentes fonctions des différentes partenaires, de façon à améliorer la coordination entre les différentes entités de la chaîne logistique. Les principaux outils sont : Advanced Planning System (APS) Ces logiciels, souvent basés sur la programmation linéaire et les algorithmes génétiques, prennent en compte les capacités finies de chaque entreprise de la chaîne, mais aussi des moyens de transports et des dépôts. Ils peuvent intégrer différentes logiques de calcul de 8

9 besoins et sont capables d optimiser la plupart des fonctions des entreprises : achat, production, transport, distribution et ventes (Stadtler et al, 2005). Enterprise Resource Planning (ERP) Les ERP sont des progiciels qui permettent l'intégration de l'ensemble des fonctions traditionnelles d une entreprise, comme les ventes, la gestion des ressources humaines, la gestion financière, la production, etc. A l'aide d'un tel système intégré, les utilisateurs appartenant à différents métiers travaillent dans un même environnement, reposant sur une base de données unique, ce qui assure l'intégrité des données, la non-redondance de l'information et des temps de traitement réduits (Kelle et Akbulut 05). Le Customer Relationship Management (CRM) La gestion de la relation client (Customer Relationship Management-CRM) est également un outil support à la coordination, orienté "client". Il permet en effet une gestion optimisée de la relation client entreprise, afin de mieux comprendre les besoins des clients et ainsi les attirer, les satisfaire et les retenir (Tseng et Huang 07, Chen et Su 06). Efficient Customer/Consumer Response (ECR) L objectif principal de l ECR est d offrir un cadre de travail collaboratif pour mieux organiser l'ensemble de la chaîne de commercialisation et d'approvisionnement, en rendant les systèmes d'échange plus efficients, moins coûteux et plus réactifs aux attentes des consommateurs Gestion Partagée des Approvisionnements (GPA) La GPA offre un cadre de travail collaboratif dirigé vers la relation entre les fabricants et les distributeurs, plus particulièrement orienté vers les produits gérés sur stock, à forte rotation. Dans cette méthode, le fournisseur n exécute plus simplement les ordres passés par les clients, mais devient co-responsable de l approvisionnement et gère le stock chez son client. Collaborative Planning, Forecasting and Replenishment (CPFR) Le CPFR est un processus global de collaboration qui a pour objectif de conduire les partenaires d une chaîne logistique à partager leurs informations pour définir des plans qui peuvent bénéficier d informations détenues localement. Les partenaires établissent ensemble un plan commercial qui vise à aligner l offre et la demande (Caridi et al, 2005). La gestion d approvisionnement dans le CPFR est plus ambitieuse que dans la GPA, car elle inclut les forces du marketing et du service commercial Outils de modélisation des Processus logistique De nombreux modèles relatifs à la caractérisation ou à la gestion d une chaîne logistique sont construits autour de l identification de ses processus. Parmi ces travaux, on trouve principalement des approches de types audit, méthodologies d analyse ou encore des outils de diagnostic de la chaîne logistique. Nous nous appuyons ici sur cinq modèles pour 9

10 dégager les principaux processus caractérisant la gestion d une chaîne logistique (Consortium COPILOTES, 2004) : les modèles de (Gilmour, 1999) le modèle SCOR (SCC, 2006), le guide logistique ASLOG (2006), et le modèle de référence EVALOG (2006). Le modèle de Gilmour (1999) L approche proposée par Gilmour consiste à analyser une chaîne logistique selon trois angles de vues : les processus, les technologies d information mises en œuvre et l organisation. Le modèle de Cooper et al, (1997) Le modèle de Cooper et al, met en avant la liaison existant entre les processus, les composants de gestion et la structure d une chaîne logistique. La Figure 2.3 détaille le modèle sous la forme présentée dans Chan et Qi (2003). Le modèle SCOR Le modèle SCOR (Supply chain Operations Reference ) est une méthodologie standardisée de description et d évaluation des flux au sein de sa chaîne logistique. Il a été construit par et pour des industriels dont le but était d une part de structurer un référentiel de processus logistique types et d autre part de mettre en évidence les critères de performance, les indicateurs et les meilleures pratiques associées. A partir de cinq processus (planification, approvisionnement, fabrication, livraison et gestion des retours), le modèle SCOR propose une démarche de type Top Down faisant ressortir les liens entre la stratégie d une organisation et la gestion individuelle et opérationnelle des entités. Le modèle s organise autour des interactions entre le client et la chaîne logistique, depuis la réception de la commande jusqu au paiement de sa facture. Il considère également l ensemble des échanges s opérant depuis le client du client jusqu au fournisseur du fournisseur. Conclusion L objectif de cet article a été de proposer, suivant la logique de système d information, une vue globale sur la coordination et l intégration en chaine logistique. Cette coordination nécessite une intégration forte de deux éléments principaux : le rôle des acteurs dans le système de travail et la synchronisation des processus. Toute la problématique da la chaine logistique est sa forme transverse qui devient de plus forte. C est les TIC qui permettre de rendre agile la gestion de cette chaîne en manipulant les outils avec efficacité. Ce qui donnera une bonne contribution à la relation de collaboration. Comme perspective d amélioration de la performance de chaine logistique, l utilisation de la technologie de l ingénierie de connaissances s avère très utile. L enjeu de la gestion des connaissances au sein de la Chaîne logistique est la création, la maîtrise et l optimisation des flux et des processus que ce soit aux niveaux de la qualité, des délais ou des coûts. Elle permettra le partage d expertise, de connaissances et de savoir-faire. 10

11 Bibliographie Alavi M., Leidner D. (2001), Knowledge Management and Knowledge Management Systems: Conceptual Fondations and Research Issues, MISQ, vol. 25, n 1, p , Mars 2001 Anderson J., Narus A., (1990). «A model of distributor firm and manufacturer firm working partnerships», Journal of Marketing, pp ASsociation française pour la LOGistique, ASLOG (2006). Available online Caridi M., Cavalieri S., (2004). Multi-agent systems in production planning and control: an overview, Production Planning &Control, 15(2), p , Chen Y.H et Su, A kano-ck C.TM., (2006). Model for customer knowledge discovery, Total Quality Management, 17(5), p Consortium Copilotes (2004). «Etat des lieux des systèmes d information support de la chaîne logistique intra et/ou inter entreprise», Rapport de projet Copilotes, COllaboration et Partage d Information dans les chaînes LOgisTiquES, programme de recherche à thématique prioritaire STIC, entreprise virtuelle soutenue par la Région Rhône-Alpes. Courty P., (2003). Les enjeux industriels et les nouvelles problématiques scientifiques De la logistique à la logistique globale. Ecole d été d automatique. Gestion de la Chaîne Logistique. Session 24, Septembre 2003, Grenoble, France. Croom, P. Romano, M. Giannakis. (2000). Supply chain management : and analytical framework for critical literature review. European Journal of Purchasing and Supply Management 2000, pp Fabbe-Costes N., Colin J., Pache G., (2000). «Faire de la recherche en logistique et distribution?», Paris, Vuibert, 2000 pp Frazier G.L., (1983). «Interorganizational exchange behavior in marketing channels : A broadened perspective», Journal of Marketing,, 47, Fall, pp Fynes B., Voss C., Búrca S., (2005). «The impact of supply chain relationship quality on quality performance», International Journal of Production Economics, 96(3), pp Gilmour P., (1999). «A strategic audit framework to improve supply chain performance», Journal of Business & Industrial Marketing, 5(4), pp Gunasekaran A., Ngai E.W.T., (2004). Information systems in supply chain integration and management, European Journal of Operational Research, 159, 2004, pp Kelle P. et Akbulut A., (2005). The role of ERP tools in the supply chain information sharing, cooperation, and cost optimization, International Journal of Production Economics, 93-94, p Laudon & Laudon. (2001). Les systèmes d information de gestion: organisation et réseaux stratégiques, Editions ERPI. Lauras M., (2004). Méthodes de diagnostic et d'évaluation de performance pour la gestion de chaînes logistiques : application à la coopération maison-mère-filiales, Thèse de doctorat à l Institut National de polytechnique de Toulouse, France Lauras M., Parrod N., Telle O., (2003). «Proposition de référentiel pour la notion d entente industrielle : trois approches dans le domaine de la gestion des chaînes logistiques», Revue Française de Gestion Industrielle, 2003, 4,

12 Menachof D, Son B.G., (2003). «We Need Supply chain Collaboration», Lloyds Shipping Economist September, 2003, pp Mentzer et al, Mentzer J.T., Dewitt W., Keeber J.S., Min S., Nix N.W., Smith C.D., Zacharia Z.G. (2001). Defining the Supply Chain Management. Journal of Business Logistics Vol 2 N 2, Morley C., «La modélisation des processus : typologie et proposition utilisant UML», Assise s ADELI. NONAKA, I., A dynamic theory of organizational knowledge creation, Organisation Science, Vol.5, N 1, pp14-37, 1994 Paché, G. et A. Spalanzani (2007). La gestion des chaînes logistiques multi-acteurs : perspectives stratégiques Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, Peterson, N.L., (1991). Interagency collaboration underpart H : The key to comprehensive multidisciplinary, coordinated infant/toddler intervention services. Journal of Early Intervention, n 15, pp: Reix. R., (2002). Systèmes d'information et Management des organisastions. 4 éd. Vuibert. Stadtler H., (2005). Supply chain management and advanced planning basics, overview and challenges, European Journal of Operational Research, 163, p Stadtler, H., et Kilger, C., (2000). Supply Chain Management andadvanced Planning, 2000, (Springer: Berlin). St-Amant G., (2003). La gestion des systèmes d information et de communication. La direction des entreprises.une approche systémique, conceptuelle et stratégique. Montréal : Chenelière/McGraw-Hill, Thierry C., (2003). Gestion des chaînes logistiques : modèles et mise en œuvre pour l aide à la décision moyen terme, mémoire HDR de l université de Toulouse II le Mirail, hdr/memoire_habilitation_ct.pdf, Thorelli HB., (1986). «Networks: between markets and hierarchies», Strategic Management Journal, pp Tseng T.L et Huang C.C., (2007). Rough set-based approach to feature selection in customer relationship management, Omega, 35, p Wattky A., Neubert G., (2004). Integrated Supply Chain Network Through Process Approach and Collaboration, 2nd IEEE International Conference on Industrial Informatics (INDIN 04), Berlin, Germany, ISBN , June 24-26, 2004, p

Le CPFR. (Collaborative Planning Forecasting and Replenishment)

Le CPFR. (Collaborative Planning Forecasting and Replenishment) Le CPFR (Collaborative Planning Forecasting and Replenishment) «Redéfinir les rôles et compétences pour réussir la collaboration Supply Chain entre Industriels et Distributeurs» Viviane MARC Directrice

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur d'assistant de Manager est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire exerce

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR Modules ECBL Basic Supply Chain Concepts (BSCC) Core Management Skills (CMS) DESCRIPTIF/CONTENU Maîtriser l environnement de la Supply Chain (SC): - Loi de l offre et la

Plus en détail

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée Colloque : Systèmes Complexes d Information et Gestion des Risques pour l Aide à la Décision Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée BELKADI

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 Agenda Eléa : qui sommes-nous? Les enjeux et défis de la Supply Chain Quelles compétences / savoirs sont-ils nécessaires? Questions - réponses Agenda Eléa :

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

PGE POLITIQUE ACHATS ET SUPPLY CHAIN. LOG 301 Semestre 5 20 heures 2 crédits Français

PGE POLITIQUE ACHATS ET SUPPLY CHAIN. LOG 301 Semestre 5 20 heures 2 crédits Français PGE POLITIQUE ACHATS ET SUPPLY CHAIN LOG 301 Semestre 5 20 heures 2 crédits Français Département académique : Management des Hommes, des Process et des Organisations Coordinateur de département : MERLE

Plus en détail

Actuate Customer Day

Actuate Customer Day Le conseil opérationnel par les processus Observatoire 2007/2008 Actuate Customer Day Romain Louzier Associé & Philippe Crabos Senior Manager louzier@audisoft-consultants.com 06 86 68 84 57 www.audisoft-consultants.com

Plus en détail

COBIT (v4.1) INTRODUCTION COBIT

COBIT (v4.1) INTRODUCTION COBIT COBIT (v4.1) Un référentiel de «bonnes pratiques» pour l informatique par René FELL, ABISSA Informatique INTRODUCTION Le Service Informatique (SI) est un maillon important de la création de valeur dans

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

AL SolutionS Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément de l état.

AL SolutionS Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément de l état. Organisme de Formation enregistré sous le numéro d agrément de déclaration d activité Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

Maitriser la fonction approvisionnement

Maitriser la fonction approvisionnement Maitriser la fonction approvisionnement Comprendre les techniques de base : éviter les ruptures tout en minimisant le niveau de stocks. Maîtriser la relation quotidienne avec le fournisseur et être efficace

Plus en détail

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION TROISIEME PARTIE LES PROGICIELS DE GESTION INTEGREE TABLE DES MATIERES Chapitre 1 : LA PLACE DES PGI... 3 Chapitre 2 : LE CYCLE DE VIE DES PGI... 6 Questions de cours...

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN"

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA SUPPLY CHAIN S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN" Comprendre le rôle de la chaîne logistique. Acquérir des outils et méthodes indispensables à la maîtrise de la SCM Maîtriser la mise en place de solutions

Plus en détail

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Cadre d approche Y. Gillette, 4tivity C. Leloup, consultant www.4tivity.com www.afai.fr Plan Historique Problématique Mesure de la valeur de l entreprise

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

SCM-IT Consulting. Supply Chain Management & Information Technology. Avril 2015. Hubert POULIQUEN. 32A, Avenue Pasteur 17200 SAINT SULPICE DE ROYAN

SCM-IT Consulting. Supply Chain Management & Information Technology. Avril 2015. Hubert POULIQUEN. 32A, Avenue Pasteur 17200 SAINT SULPICE DE ROYAN SCM-IT Consulting Hubert POULIQUEN SCM-IT Consulting 32A, Avenue Pasteur 17200 SAINT SULPICE DE ROYAN Senior Consultant SCM / SCP & SAP-APO Quel Cabinet de Conseil sommes-nous? Un Spécialiste métiers SCM

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

Module Projet Personnel Professionnel

Module Projet Personnel Professionnel Module Projet Personnel Professionnel Elaborer un projet personnel professionnel. Connaissance d un métier, d une entreprise ou d un secteur d activités. Travail individuel de recherche SUIO-IP Internet

Plus en détail

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager MATIÈRES 1 ère année de formation 2 ème année de formation Horaire ECTS Horaire ECTS Culture générale et expression 60 h 4 60 h 4 Langue vivante A : Anglais

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

L offre de formation en supply chain. Le positionnement de Centrale Paris

L offre de formation en supply chain. Le positionnement de Centrale Paris L offre de formation en supply chain Le positionnement de Centrale Paris Pourquoi Centrale Paris Executive Education a choisi un positionnement fort en supply chain L excellence reconnue du Laboratoire

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

Planifier la production avec un système GPAO Mythes et réalités. progiciels 2 0

Planifier la production avec un système GPAO Mythes et réalités. progiciels 2 0 Planifier la production avec un système GPAO Mythes et réalités La planification Pour être un succès, un acte de production doit être préparé A long terme A moyen terme A court terme octobre, Les systèmes

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE Didier LAFAGE : Directeur du Pôle Equipements, Hôtellerie, Logistique CHU TOULOUSE 1 Optimisation de la prise

Plus en détail

Performance de la planification > Optimisation des stocks, des prévisions et de la qualité de service

Performance de la planification > Optimisation des stocks, des prévisions et de la qualité de service Performance de la planification > Optimisation des stocks, des prévisions et de la qualité de service OPTIMISATION DES STOCKS, DES PRÉVISIONS ET DE LA QUALITÉ DE SERVICE Objectifs : Augmenter les performances

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Performance industrielle Manufacturing Execution System

Performance industrielle Manufacturing Execution System Performance industrielle Manufacturing Execution System Mai 2013 Capgemini, leader de l intégration MES DEPUIS PLUS DE 25 ANS, CAPGEMINI ACCOMPAGNE SES CLIENTS DANS LA MISE EN ŒUVRE DE PROJETS MES. Une

Plus en détail

Licence Gestion des ressources humaines

Licence Gestion des ressources humaines Licence Gestion des ressources humaines Objectif de la formation : La licence en Gestion des Ressources Humaines a pour objectif de former des collaborateurs en gestion des ressources humaines assurant

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC

PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC I - Gestion de la relation commerciale MODULE 1 : LA RELATION COMMERCIALE ET SON CONTEXTE La relation commerciale et les unités commerciales L unité commerciale physique La

Plus en détail

REFERENTIEL RESPONSABLE QUALITE

REFERENTIEL RESPONSABLE QUALITE REFERENTIEL RESPONSABLE QUALITE Référentiel métier RESPONSABLE QUALITE 1. Intitulé métier & autres appellations Responsable Qualité 2. Définition et description synthétique du métier Responsable décrit

Plus en détail

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003 L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? Le Le progiciel progiciel de de gestion gestion intégré gré PGI, PGI, ERP. ERP. 1 2 3 Définition Définition et et rôle rôle

Plus en détail

secteur logistique «Focus» divers ( bâtiments de plus de 10 000 m² )

secteur logistique «Focus» divers ( bâtiments de plus de 10 000 m² ) secteur logistique «Focus» divers ( bâtiments de plus de 10 000 m² ) 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 TERMES ANGLAIS APS (Advanced Planning and Scheduling

Plus en détail

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client.

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client. Les PGI Les Progiciels de Gestion Intégrés sont devenus en quelques années une des pierres angulaire du SI de l organisation. Le Système d Information (SI) est composé de 3 domaines : - Organisationnel

Plus en détail

Transformez votre supply chain en atout compétitif

Transformez votre supply chain en atout compétitif Industrie Transformez votre supply chain en atout compétitif Votre marque est unique, votre supply chain aussi Quand il s agit de stratégie supply chain, chaque industriel est unique. Chaque organisation

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Le pôle AIP-Priméca Rhône-Alpes Ouest. Juillet 2003 Joël Favrel, Directeur

Le pôle AIP-Priméca Rhône-Alpes Ouest. Juillet 2003 Joël Favrel, Directeur Le pôle AIP-Priméca Rhône-Alpes Ouest Juillet 2003 Joël Favrel, Directeur Missions du pôle AIP-Priméca RAO Pôle de compétences pluridisciplinaires autour de technologies innovantes s appuyant sur des centres

Plus en détail

Responsable de la formation continue

Responsable de la formation continue Responsable de la formation continue J1E26 Formation continue orientation et insertion professionnelle - IR Le responsable de la formation continue propose, définit, met en oeuvre et évalue la politique

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Supply Chain Management (SCM) Sommaire

Plus en détail

LICENCE MANAGEMENT DE PROJET DANS LE TERTIAIRE UE 4 LA GESTION DE PROJET

LICENCE MANAGEMENT DE PROJET DANS LE TERTIAIRE UE 4 LA GESTION DE PROJET LICENCE MANAGEMENT DE PROJET DANS LE TERTIAIRE UE 4 LA GESTION DE PROJET Méthodologie et conduite de projet 09/2013 - Ed 0 MÉTHODOLOGIE 2 FONDAMENTAUX CADRE DU MANAGEMENT DE PROJET 09/2013 - Ed 0 LES PROJETS

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Livre Blanc Oracle Mars 2009 Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Introduction Pour relancer l économie, le gouvernement des États-Unis, l Union Européenne et la Chine ont développé

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

«L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine

«L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine «L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine Par Eric Boespflug Préambule : cette journée de séminaire faisait état des résultats

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

Pôle Finance Exemples de réalisations

Pôle Finance Exemples de réalisations Pôle Finance Exemples de réalisations CONFIDENTIEL C PROPRIETE RENAULT Coûts de développement de l Ingénierie Mécanique: Réaliser une grille commune d analyse des coûts, et un benchmarking, puis proposer

Plus en détail

Système d Information

Système d Information 1 sur 9 Brandicourt sylvain formateur Unix,apache,Algorithme,C,Html,Css,Php,Gestion de projet,méthode Agile... sylvainbrandicourt@gmail.com Système d Information Architecture Technique Architecture Logiciel

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Aligner le SI sur la stratégie de l entreprise

Aligner le SI sur la stratégie de l entreprise En convention avec la chaire Ecole Polytechnique Thales «Ingénierie des systèmes complexes» Aligner le SI sur la stratégie de l entreprise Etude de cas: Transformation d un Système d Information Philippe

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

Introduction à ITIL. Un guide d'initiation à ITIL. Tana Guindeba, ing. jr Mars 2014. Guintech Informatique. Passer à la première page

Introduction à ITIL. Un guide d'initiation à ITIL. Tana Guindeba, ing. jr Mars 2014. Guintech Informatique. Passer à la première page Introduction à ITIL Un guide d'initiation à ITIL Tana Guindeba, ing. jr Mars 2014 1 ITIL Définition: ITIL (Information Technology Infrastructure Library) qui se traduit en français par «Bibliothèque pour

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

INGÉNIERIE Process INVENTONS LE FUTUR ENSEMBLE

INGÉNIERIE Process INVENTONS LE FUTUR ENSEMBLE INGÉNIERIE Process INVENTONS LE FUTUR ENSEMBLE Assistance à maîtrise d ouvrage (AMOA et/ou AMOE) L assistance à la maîtrise d ouvrage et/ou l assistance à maîtrise d œuvre vous aide à définir, piloter

Plus en détail

Questions. Jean DAMIENS / Florent LEBAUPAIN

Questions. Jean DAMIENS / Florent LEBAUPAIN Introduction : L ASLOG et activités Les secteurs d activité de la Communauté Supply Chain Les différents Métiers de l encadrement du Transport et de la Logistique Une proposition d approche Des réflexions

Plus en détail

Les apports de Praxeme et son articulation avec les référentiels de pratiques

Les apports de Praxeme et son articulation avec les référentiels de pratiques Les apports de Praxeme et son articulation avec les référentiels de pratiques Praxeme dans le paysage de la méthodologie Référence PxSLB-SYD-06 Version 1.0 www.praxeme.org info@praxeme.org Objectif de

Plus en détail

Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité

Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité MIL GB/OB/LK -1- Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité Professeur Gérard BAGLIN Département MIL baglin@hec.fr - 33 1 39 67 72 13 MIL www.hec.fr/mil -2- Les déterminants financiers EVA : Economic

Plus en détail

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES Bilan des compétences INTRODUCTION... 3 LES OBJECTIFS DU BILAN DES COMPETENCES... 3 LE DEROULEMENT DE VOTRE BILAN DES COMPETENCES... 3 LE BILAN DES COMPETENCES DU PROGRAMME...

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR

Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR Groupement Achats et Logistique / Association des Centraliens Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR Thierry JOUENNE, CPIM Lundi 14 octobre 2002 Plan La supply chain, axe de valeur

Plus en détail

Introduction. Pourquoi ce livre?

Introduction. Pourquoi ce livre? Introduction Pourquoi ce livre? La gestion de projet est un processus à la fois courant et complexe de nos organisations. Courant car la culture du travail en «mode projet» fait partie du vocabulaire et

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE...

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... Article rédigé pour les Etats généraux 2008 du MICADO, par Yannick BOUDIER. Résumé : L ingénierie collaborative est souvent prise pour un système d

Plus en détail

Synthèse bibliographique sur le Supply Chain Management

Synthèse bibliographique sur le Supply Chain Management Réunion Groupe Vendôme Journées du GDR MACS 21,22 octobre 2004 1 Synthèse bibliographique sur le Supply Chain Management Julien FRANCOIS* François GALASSO** Jaouher MAHMOUDI*** *jfrancoi@laas.fr **fpgalasso@enit.fr

Plus en détail

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 Table des matières Préface.............................................................................. XV Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 1.1 Force de Vente (F.D.V.)

Plus en détail

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Sommaire Organisation et fonctionnement de l'entreprise... 1 Les principales fonctions de l entreprise... 2 La notion de structure... 3 Caractéristiques d

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours)

TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours) TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours) Organisations = rassemblent de personnes qui répartit des tâches : I) Présentation de l entreprise A) Approche économique et sociale 1)

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

Pilotage de la performance par les processus et IT

Pilotage de la performance par les processus et IT Pilotage de la performance par les processus et IT Pilotage par les processus, Apports de la DSI aux processus métiers, Maturité des entreprises en matière de pilotage par les processus. 1 1 Piloter par

Plus en détail

Logistique : compétences à développer dans les relations «donneur d ordre - prestataire» pour accompagner la création de valeur? REFERENTIELS ASLOG

Logistique : compétences à développer dans les relations «donneur d ordre - prestataire» pour accompagner la création de valeur? REFERENTIELS ASLOG Logistique : compétences à développer dans les relations «donneur d ordre - prestataire» pour accompagner la création de valeur? 1 Sujet et Objectifs de l él étude Un ensemble de constats : o Une externalisation

Plus en détail