Business Transformation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Business Transformation"

Transcription

1 Business Transformation 2015 conception & réalisation graphique: pampa presse juin 2012

2 Sommaire Édito...4 Introduction....5 Analyse des résultats de l'étude «Business Transformation 2015»... 7 Les 3 principaux facteurs de transformation de votre entreprise d ici à 2015?... 9 Classez 3 enjeux associés aux transformations à venir Le poids des technologies dans la transformation de votre entreprise est-il appelé à Classez les dépenses TIC aujourd'hui dans votre entreprise Quel pourcentage de vos budgets IT consacrez-vous aux nouveaux projets aujourd'hui? Quels seront pour vous les investissements sur les TIC en 2015? Quelle sera l évolution globale de vos investissements IT d ici à 2015? Qui pilote aujourd hui les projets de transformation de votre entreprise? Quel est aujourd hui le rôle de la DSI dans la transformation de votre entreprise?.. 23 Qui assure(ra) la Gouvernance IT de votre entreprise? Quelles sont les 3 activités majeures à externaliser ou à garder en interne d ici à 2015? Choisissez 3 critères d évaluation de la performance de la DSI, aujourd hui et en Quelles sont les 3 zones de rupture technologique porteuses des futures évolutions? Classez 3 risques majeurs liés à la mise en œuvre de la stratégie IT Comment les effectifs IT internes vont-ils évoluer d ici à 2015? Classez 3 compétences clés indispensables pour les équipes IT, aujourd hui et en Pensez-vous que le CIO devra faire partie du Comex en 2015? Les trois enseignements de l'étude...41 À propos

3 Business Transformation 2015 Comment l IT va modeler le visage de l entreprise dans les prochaines années? Édito S il y a bien un secteur qui depuis plusieurs années a évolué avec les technologies, c est celui des médias. Le Groupe Canal+ d aujourd hui n a en effet plus grandchose à voir avec la chaine analogique des débuts si ce n est que nos produits demeurent immatériels et que les innovations technologiques sont toujours au cœur de nos réflexions stratégiques. Avec Internet, les contraintes réglementaires ont évolué et les infrastructures de diffusion (hertziennes, puis satellitaires) sur lesquelles reposait notre modèle économique dans les années 80 sont devenues insuffisantes, car les modes d accès et de consommation de nos produits et services se sont trouvés profondément remis en question. Paradoxalement, si la technologie a menacé les fondamentaux de notre activité, elle nous a également donné les moyens de les réinventer pour en assurer la pérennité. C est par exemple la technologie qui nous a permis de comprendre en permanence les besoins de nos clients. C est également elle qui nous a donné la possibilité de répondre à ces nouveaux besoins en proposant des produits à la demande (VOD, TV de rattrapage, ), tout en augmentant notre vitesse d exécution, en étant plus réactifs avec nos partenaires, et en raccourcissant les délais de mise sur le marché de nos produits. Nous avions dans nos gènes la créativité mais c est la technologie et l usage que nous en avons fait qui nous ont permis d acquérir l agilité, et avec elle de préserver la performance économique de notre modèle. Joseph Guéguan, Directeur Général Adjoint Technologies et Systèmes d'information du Groupe Canal+. Cette agilité fait donc à présent partie de notre ADN et nous devons la préserver si nous voulons maintenir notre niveau de performance. Nous y réfléchissons non seulement en termes technologiques, mais surtout en s appuyant sur les nouveaux usages qui complètent ceux les plus traditionnels. Ce sont ces usages qui conditionnent nos choix technologiques et non l inverse, même si ce sont les nouvelles technologies qui nous permettent d imaginer de nouveaux usages. À titre d exemple, la mobilité et la consommation «sociale» sont aujourd hui des tendances fortes dans l évolution des comportements de nos abonnés. Ces tendances, nous devons les analyser, puis les interpréter dans l adaptation de nos produits ou dans la conception de nouveaux produits ; elles nous conduisent ensuite à faire évoluer les contenus et les moyens de leur diffusion. De la pertinence de cette analyse sortiront les offres qui continueront à nous différencier et à réinventer sans cesse «l esprit Canal» qui est notre marque de fabrique! La DTSI (Direction des Technologies et des Systèmes d Information) et plus largement les «technophiles» et les «innovants» de l entreprise sont évidemment au cœur de ce travail d analyse et d interprétation. Ils doivent non seulement comprendre les tendances pour les interpréter, mais aussi faire des choix car les moyens à disposition de l innovation créatrice ne sont jamais illimités. C est une responsabilité qui les amène à questionner en permanence la pertinence de leurs idées et leurs priorités. L étude qui suit reprend bon nombre de ces questions sous forme de conjectures sur l avenir. Ses résultats sont quelques fois inattendus, voire déstabilisants mais n est-ce pas une grande qualité de l avenir que de continuer à nous surprendre et de nous obliger à nous réinventer? Bonne lecture! 4

4 Introduction Aligner stratégies IT et business au service des politiques de transformation Les entreprises lanceraient en moyenne sept grands programmes de transformation tous les trois ans. La nécessité d adapter son modèle à un marché mouvant ne date pas d hier, mais ce qui constitue une véritable nouveauté, c est bien l accélération de la cadence de ces projets, et la rapidité de leur péremption. Le raccourcissement des cycles de décision, l accroissement de la concurrence domestique et mondiale, les difficultés rencontrées par bon nombre de secteurs et, par rebond, les opportunités qui peuvent se faire jour, sont autant d arguments qui plaident en faveur de la capacité des entreprises à adapter en permanence leurs pratiques comme leur business model. L innovation, technologique mais surtout d usage, est par nature au cœur de ce paradigme. C est elle qui peut créer le différenciant à même d offrir un avantage concurrentiel majeur. C est elle qui permet, en optimisant processus et pratiques, de diminuer le «time to market» et l efficacité globale des organisations. C est elle, encore, qui offre à l entreprise l agilité nécessaire pour saisir de nouvelles opportunités ou s imposer sur de nouveaux marchés. C est elle, en somme, qui garantit le succès ou l échec d une démarche de transformation. Évaluer la performance de la DSI à sa capacité à s aligner sur la politique d entreprise L intégration de l IT dans les processus de décision prend donc une acuité toute particulière. Plus que jamais, la notion d alignement des stratégies IT sur les politiques d entreprise est un critère d évaluation de la performance des DSI. Et cette tendance se vérifie aussi bien chez de «pure players» qu au sein d entreprises industrielles. Pierre Pelouzet, Président de l association des acheteurs de France et Directeur des achats de la SNCF, constate ainsi que la plupart des projets de transformation sont aujourd hui muris et décidés de manière collé- «L IT n est qu un moyen, mais c est par notre faculté à mettre ces moyens en relation étroite avec nos objectifs métier que nous appréhendons les défis à venir.» Grégoire Lassalle, PDG de Allociné. 5

5 Business Transformation 2015 Comment l IT va modeler le visage de l entreprise dans les prochaines années? «Le partage des expertises est essentiel dans le succès d un projet structurant à l échelle de l entreprise.» Pierre Pelouzet, Président de l association des acheteurs de France et Directeur des achats de la SNCF. giale : «Le partage des expertises est essentiel dans le succès d un projet structurant à l échelle de l entreprise. La connaissance du marché ne peut que profiter de compétences techniques éprouvées et, à l inverse, on attend désormais de la DSI une parfaite expertise métier. Au sein des achats, notre rôle est de faire le lien entre un monde extérieur, celui des fournisseurs qui apportent des solutions, et un monde intérieur d experts qui comprennent le langage. Or, plus les acheteurs sont capables de mesurer le potentiel d une technologie, plus leurs décisions seront pertinentes au regard d une stratégie d entreprise.» La croissance du poids des technologies dans la transformation du business se mesure également au succès rencontré par des entreprises qui ont bâti leur réussite sur un modèle technologique innovant. Placer l IT en relation étroite avec les objectifs métier C est le cas d Allociné, dont l activité web et mobile explose depuis plusieurs années, mais qui réfute l étiquette d entreprise technologique. «Ce qui est central, c est l idée, rappelle sans relâche Grégoire Lassalle, son PDG. Les contenus, le média, la mise en relation des professionnels et des amateurs de cinéma sont les fondations de notre succès. L IT n est qu un moyen, mais c est par notre faculté à mettre ces moyens en relation étroite avec nos objectifs métier que nous appréhendons les défis à venir. Dès la création d Allociné, le DSI a siégé au Comex, et il ne saurait en être autrement.» Derrière ces analyses, des pratiques extrêmement diverses, qui tiennent à la culture des entreprises, à leur histoire ou à leur secteur d activité, mais qui permettent néanmoins de dégager des tendances particulièrement éclairantes sur la place prépondérante que tient l IT dans la transformation de l activité des organisations. En témoigne l examen des résultats de l étude baptisée «Business Transformation 2015», menée à l initiative de 01 et Sopra Group auprès de 150 DSI et directeurs métier au cours des mois de janvier et février

6 Analyse des résultats de l'étude «Business Transformation 2015» Réactions et analyse de trois DSI Bruno Brocheton, CIO d'euro Disney, Bertrand Eteneau, CIO de Faurecia, et Vincent Chatard, Chief Operating Officer (COO) de Mediterranean Bank Ces trois dirigeants en charge du management du système d information de leur entreprise respective ont accepté de se prêter à l analyse des résultats de l étude «Business Transformation 2015». Avant de découvrir leurs commentaires, voici une brève présentation de leur parcours. Vincent Chatard, COO de Mediterranean Bank Vincent Chatard a commencé sa carrière à l international au Crédit Lyonnais où il était en charge de l implémentation de solutions de banque d affaire et privée. Il a ensuite rejoint KPMG Peat Marwick en tant que Senior Consultant avant d être nommé responsable informatique de Robeco France. Vincent est entré chez ING Direct en 2000 en tant que DSI pour développer les opérations françaises, après quoi il a été détaché au Royaume-Uni pour démarrer les activités de la marque outre-manche comme DSI. Il est ensuite retourné en France où il a pris en charge le développement de nouveaux produits. En 2008, il est embauché comme Directeur des SI et des opérations bancaires et Directeur de projet pour lancer BforBank, la banque directe de gestion privée du Groupe Crédit Agricole. Depuis juillet 2011, il a rejoint Mediterranean Bank, une banque d investissement, d épargne et de gestion de patrimoine maltaise en tant que Directeur général des opérations. Vincent est Ingénieur Agronome (spécialisation gestion de projet informatique de gestion) d AgroParisTech, et titulaire d un executive MBA de HEC. 7

7 Business Transformation 2015 Comment l IT va modeler le visage de l entreprise dans les prochaines années? Bertrand Eteneau, CIO de Faurecia Bertrand Eteneau est diplômé de l Ecole Centrale de Paris, promotion Il a commencé sa carrière chez IBM où il a passé une dizaine d années, tant en usine qu au commercial. Il a ensuite travaillé chez Bolloré pendant cinq ans comme DSI de la partie transport international, avant de rejoindre les 3 Suisses pour quatre ans où il a tenu la fonction de DGA. En parallèle et pendant cinq ans, il a été Directeur de l option «Informatique, Electronique et Télécom» de 3ème année de l Ecole Centrale de Paris. Il a ensuite officié pendant quatre ans au sein du Gartner en France comme Executive Vice-President. Il est depuis 2006 CIO du Groupe Faurecia. Bruno Brocheton, CIO d Euro Disney Depuis Janvier 2000 : Vice President, Chief Information Officer chez Euro Disney : Director of Information Systems, Europe chez Reebok : Manager, Technology Consulting and Systems Integration chez Andersen Consulting (désormais Accenture). Depuis 2006 : Membre du Conseil d Administration du CIGREF (Club informatique des grandes entreprises françaises). 8

8 Les 3 principaux facteurs de transformation de votre entreprise d ici à 2015? 11% 26% 7% Crise économique et financière 27% 26% Changement de périmètre Attentes de vos clients Evolutions réglementaires Ruptures technologiques Exigence des marchés financiers Bertrand Eteneau, CIO de Faurecia : «La crise économique et financière a été pour nous une grande opportunité de croissance, et à l origine d un changement de périmètre de l entreprise. Nous sommes devenus aujourd hui un acteur important de la consolidation du marché au niveau mondial sur nos quatre métiers. Faurecia a été l un des rares équipementiers automobiles à avoir eu les reins assez solides pour traverser la crise sans trop de dommages. Dans cette période tendue, nos clients souhaitent réaliser des économies d échelle, et sont en attente de partenaires mondiaux capables de produire et de délivrer le même produit avec la même qualité à partir d usines installées partout dans le monde. Chez nous, la mondialisation n est plus un facteur de changement, c est une réalité. À noter que chez Faurecia, les évolutions réglementaires et les ruptures technologiques sont intimement liées. La dépollution et la baisse de consommation d énergie, par exemple, induisent des sauts technologiques dans la recherche de nouveaux matériaux pour alléger les véhicules. Autant de facteurs de progrès et d augmentation de la valeur ajoutée de nos produits.» Bruno Brocheton, CIO d'euro Disney : «Je suis un peu surpris de ne pas voir apparaître la «globalisation» dans la liste de facteurs soumise aux personnes interrogées. Les entreprises doivent aujourd hui faire face à une hyper-concurrence au niveau mondial, à la fois sur les clients, les produits et les services, mais aussi sur les employés. Des offres innovantes sont proposées dans tous les pays du monde. Il faut donc transformer l entreprise très vite pour faire face à cette nouvelle concurrence. Il faut sans doute passer plus de temps sur la conception, pour gagner en rapidité dans l implémentation. Et ne pas oublier la personnalisation des services proposés aux clients, qui sont très en attente sur ce point. Pour cela, la DSI ne doit pas hésiter, parfois, à se lancer dans des projets courts presque jetables - livrés rapidement. Il faut donc trouver un juste équilibre 9

9 Business Transformation 2015 Comment l IT va modeler le visage de l entreprise dans les prochaines années? entre la rapidité de livraison de ces nouveaux projets et le respect des évolutions réglementaires auxquelles on ne peut échapper.» Vincent Chatard, COO de Mediterranean Bank : «En tant qu établissement bancaire, nous évoluons dans un secteur où les acteurs se renouvellent en permanence du fait notamment des possibilités considérables offertes par le média internet. Il s agit donc d un profond changement de périmètre, qui est lui-même dicté par les attentes de nos clients. À l heure de la banque en ligne, les relations entre un client et son conseiller sont profondément bouleversées et la priorité est désormais à l instantanéité des échanges. Ce qui est intéressant dans cette transformation, c est que l IT cesse d être un support pour devenir l outil principal de production de valeur. Pour nous démarquer et répondre à des demandes de plus en plus pressantes, nous travaillons à l automatisation de nos processus. La crise économique n arrive qu en troisième position des contraintes qui dictent nos évolutions, mais loin derrière ces deux facteurs clés.» Le commentaire de Philippe Chevassut, Sopra Consulting Les 3 principaux facteurs de transformation de l entreprise qui ressortent de l étude sont, à quasi-égalité : La crise économique et financière, Les changements de périmètre de l entreprise, Les attentes des clients. En filigrane, un élément transverse ressort nettement du discours des DSI interviewés : la crise économique et financière s inscrit dans le cadre de la globalisation de l économie. La compréhension et les réponses apportées à la crise s effectuent désormais dans une logique mondialisée. Le périmètre et les activités de l entreprise se déforment en vue de répondre aux défis de la mondialisation ; de même, les attentes clients posent des problématiques liées à leur dispersion aux quatre coins de la planète. Il faut être capable de produire de manière profitable au niveau global tout en répondant au besoin local. Crise économique et évolution du périmètre sont donc fréquemment liées. La transformation du périmètre étant l'une des réponses possibles de l'entreprise face à la crise : la fusion ou rapprochement en vue de réaliser des économies d échelle ou de lui assurer sa survie, cession d activités non stratégiques dans un environnement où les ressources doivent être affectées de manière optimum. La crise économique n en demeure pas moins une opportunité de croissance pour l entreprise par les changements qu elle opère sur son périmètre. Le monde est entré dans un environnement d hyper concurrence globalisée ou l entreprise est en compétition sur les clients, les produits et services mais également les ressources humaines. Face à ces enjeux, l entreprise doit se transformer dans des délais très raccourcis. Cet état de fait entraine des évolutions notables dans ses pratiques : Rapidité d exécution dans ses transformations, tout en étant en mesure de satisfaire une personnalisation de plus en plus poussée des produits et services proposés à ses clients, et en respectant des obligations légales. La réponse aux enjeux de la globalisation, de la crise et des exigences clients passe par la recherche d un juste équilibre entre ces trois points. L entreprise est conduite à réaliser des projets plus courts voire jetables mais livrés rapidement et dont les retours sont quasi-immédiats. Par ailleurs, la logique de l entreprise étendue, qui dialogue de manière permanente avec ses clients et fournisseurs, le fait maintenant dans une perspective mondiale et avec une vitesse en permanente accélération. Finalement, la surprise de cette étude vient du faible poids des exigences des marchés financiers qui ne pèsent que 3 %, significativement moins que les autres facteurs de transformation. Quant à la faible influence des ruptures technologiques (7 %), nous serions arrivés au point où ce qui compte n est pas tant la technologie en elle-même mais l usage qu on en fait. 10

10 Classez 3 enjeux associés aux transformations à venir 13% 9% 7% 1% 2% 29% Alignement du SI sur une nouvelle stratégie Alignement des missions de la DSI en fonction des besoins métier) Maîtrise des coûts Industrialisation et standardisation du SI Intégration des ruptures technologiques Elargissement du périmètre Renouvellement et développement des compétences IT des équipes internes Politique de sourcing 18% 21% Bertrand Eteneau, CIO de Faurecia : «La révolution de nos systèmes d information a été menée en interne ces six dernières années. Quand je suis arrivé chez Faurecia, la structure informatique était éclatée par société, par pays, par business line, et la première décision que j ai prise a été de tout centraliser au niveau mondial. L alignement du SI sur une nouvelle stratégie de l entreprise, et l alignement des missions de la DSI en fonction des besoins métier sont donc deux actions déjà menées et réalisées chez Faurecia, mais sans cesse à réévaluer. La question de la maîtrise des coûts n a jamais été un problème majeur, puisque je ne dépense que 1,1 % du chiffre d affaires en informatique. En revanche, la capacité à fournir le même service à un prix abordable quel que soit le pays (Chine, Inde, Russie, Allemagne, France, Etats-Unis, Brésil ou Argentine ) reste un challenge. Je délivre la même solution avec la même qualité de service et un support 24/7/365. Autre défi : le renouvellement et le développement de compétences IT internes. J ai une politique fondée sur les équipes internes majoritairement, et sur de l «insourcing». En revanche, Faurecia étant présent dans 32 pays, si je ne trouve pas de compétences dans un pays, je peux les embaucher dans un autre. Ma politique de développement des compétences se joue des frontières.» Bruno Brocheton, CIO d'euro Disney : «Les capacités d innovation technologique sont quelquefois très en avance sur la créativité des métiers. Mais quand on parle d alignement du SI sur la stratégie d entreprise, il manque la notion de «proactivité» et de «force de propositions». Autrement dit, en oubliant ces deux dimensions, le DSI se cantonnerait à une position de suiveur. Et puis dans «alignement», on perd le côté «partie prenante», cela ne donne pas le sentiment qu il existe une dimension numérique à tous les niveaux de la stratégie (gestion des risques, des canaux de distribution, marketing, etc.). Et, parmi les enjeux cités dans cette question, j aurais souhaité ajouter la gouvernance des 11

11 Business Transformation 2015 Comment l IT va modeler le visage de l entreprise dans les prochaines années? usages, innovants qui plus est, mais peut-être cet aspect est-il sous-tendu par l enjeu cité de l «élargissement du périmètre». Vincent Chatard, COO de Mediterranean Bank : «L alignement, dans son acception la plus large, est naturellement au centre de nos projets. Dans un secteur fortement concurrentiel, c est la capacité de la DSI à épouser, voire à devancer les changements de business model qui dictera la réussite ou l échec des projets. Les entreprises les plus matures ont pris conscience de ce basculement, et cela se voit dans le rapport qu elles entretiennent à leurs ressources IT : lesquelles sont de moins en moins perçues comme un mal nécessaire mais bien comme un moteur d innovation. En conséquence, la pression s accroît régulièrement sur les DSI, mais doivent-ils s en plaindre? Désormais, les choix décisifs ne se font plus sur les technologies, comme c était le cas il y a une quinzaine d années, mais sur l intégration d outils verticaux. Au fil du temps, l IT s est véritablement invitée au cœur des métiers.» Le commentaire de Alice Gardeisen, Sopra Consulting L investissement de la Direction Générale est un des enjeux clés de la réussite d un projet de transformation. Ainsi, la relation entre le DSI et la Direction Générale est primordiale et doit reposer sur le principe des «3 C» : Communication, Compréhension et Confiance. La participation et le sponsoring de la DG sont donc prédominants, d autant plus que pour 60 % des répondants les projets de transformation sont pilotés par la DG. Cet investissement de la DG s explique aisément par les fortes adhérences entre le SI et les métiers. En effet, la moitié des réponses y font référence, qu il s agisse de l alignement du SI sur une nouvelle stratégie (29 %) ou de l alignement des missions de la DSI en fonction des besoins métier (21 %). Les innovations créent de nouvelles opportunités métier mais également de nouveaux usages que la DSI doit être à même d appréhender et de maîtriser. Les nouveaux modes de travail, et notamment la mobilité croissante des utilisateurs, sont un enjeu clé des transformations à venir car ils posent de nouvelles problématiques de sécurité des données et du réseau, de gestion d un parc informatique hétérogène, etc. Il y a donc un réel enjeu de «gouvernance des usages», notamment des usages innovants : intégration de terminaux mobiles (smartphones, tablettes), solutions collaboratives, utilisation du Cloud, management des réseaux sociaux sont autant de défis pour la DSI de demain. 12

12 Le poids des technologies dans la transformation de votre entreprise est-il appelé à 12% 3% 31% 54% Croître fortement Croître légèrement Rester stable Diminuer Bertrand Eteneau, CIO de Faurecia : «Le poids des technologies dans la transformation de Faurecia croît fortement. La durée de vie des équipements automobiles est d une dizaine d années. Aussi, notre solution de PLM est-elle essentielle! Nous avons uniformisé le déploiement de notre outil PLM sur tous les fuseaux horaires. Les équipes Faurecia de développement de produits font des roulements, avec une partie en Europe ou aux Etats-Unis qui œuvrent en journée et communiquent le soir le travail à leurs homologues en Inde et en Chine, qui, à leur tour, passent le relais aux équipes européennes le lendemain matin. Le PLM, parmi d autres actions, nous a permis de réduire de plus de 40 % nos délais de développement produits. Dans le même esprit, les outils de mesure de la profitabilité de nos différents programmes tiennent une place très importante. La profitabilité de nos projets se mesure sur une dimension «cross-géographique» et sur dix ans. Autres technologies majeures chez Faurecia : les outils de design (CAD, CAM ), de simulation, etc. Nous comptons 35 bureaux d études dans le monde avec ingénieurs. Nous sommes en même temps une grosse société industrielle et un grand bureau d ingénierie.» 13

13 Business Transformation 2015 Comment l IT va modeler le visage de l entreprise dans les prochaines années? Vincent Chatard, COO de Mediterranean Bank : «Le poids des technologies dans la transformation de Mediterranean Bank va croître de façon importante et régulière. Il s agit d un instrument de développement commercial, et même d un des principaux leviers de croissance à notre disposition. La démocratisation des technologies constitue une véritable prime aux nouveaux arrivants, qui n ont pas à supporter un héritage numérique de leurs investissements passés. La technologie prend donc une part d autant plus importante que les sous-traitants constituent une offre de plus en plus mature, qui permet de disposer de compétences de grande qualité tout en réduisant considérablement les coûts d investissement.» Le commentaire de Orianne Le Henaff, Sopra Consulting Dans un monde de plus en plus interconnecté et ouvert, il faut bien admettre qu au cours de ces dernières années, l accélération du rythme des évolutions technologiques n a eu d égale que celle des crises économiques. Dans un tel contexte, peu d alternatives s offrent aux entreprises pour se différencier et continuer de se développer. Elles doivent considérer le changement comme une nécessité et une opportunité pour INNOVER. La question sera alors de savoir quelles sont les technologies qui constituent effectivement un levier d innovation et de performance pour les entreprises. La bonne nouvelle apportée par l enquête est que les technologies sont considérées comme un avantage compétitif déterminant. En effet, pour la grande majorité (85 %) des entreprises interrogées, qu elles soient publiques ou privées, le poids des technologies va croître au cours des prochaines années. Pour plus de la moitié d entre elles, il va même croître fortement. Bertrand Eteneau illustre parfaitement en quoi l investissement dans les technologies répond aux enjeux de la mondialisation et des exigences de compétitivité. 14

14 Classez les dépenses TIC aujourd'hui dans votre entreprise 12% 13% 20% 1% 30% 24% Ressources humaines internes Infrastructures et réseaux Prestataires externes (Conseil & SSII) Développements spécifiques Logiciels du marché Autre Bertrand Eteneau, CIO de Faurecia : «Les ressources humaines internes représentent environ 25 % de mes dépenses. 15 % sont affectés aux prestataires externes. Je me reconnais dans les 13 % liés aux développements spécifiques. Le reste se partageant entre l infrastructure et réseaux, et les logiciels du marché. Nos ratios sont déformés parce que plus de 40 % de mes effectifs sont situés dans des pays low cost. Il faut noter que mes coûts globaux ne sont pas excessifs. Les dépenses IT des sociétés sont difficiles à comparer en fonction de la taille et de l organisation géographique des groupes.» Bruno Brocheton, CIO d'euro Disney : «Chez Euro Disney, les ressources humaines internes représentent un peu plus de 30 % du budget de la DSI. C est un choix historique. Mais, mes collègues aux Etats-Unis sont bien en dessous de 30 %. En revanche, à regarder de près ces résultats, je me demande où est passée la maintenance? Est-elle rangée dans «infrastructures» ou «logiciels du marché»? Mais, la maintenance est un vrai poste budgétaire important que j étudie chaque année avec mon directeur financier. Mon DAF examine à la loupe l évolution des coûts de maintenance de nos logiciels.» 15

15 Business Transformation 2015 Comment l IT va modeler le visage de l entreprise dans les prochaines années? Vincent Chatard, COO de Mediterranean Bank : «Nous évoluons dans une configuration bien spécifique, qui repose sur des applications très verticales. Notre valeur se situe aujourd hui bien plus dans la sélection et l assemblage de sous-traitants extrêmement spécialisés, que nous n aurions aucun intérêt à internaliser. Nos dépenses IT se concentrent donc aux deux tiers sur le recours à des prestations de SSII et sur des logiciels du marché. Le reste se répartit entre ressources humaines et réseaux. Le commentaire de Nicolas Ravary, Sopra Consulting Véritables acteurs de la performance des entreprises, les DSI doivent aussi veiller à rationaliser leurs dépenses et équilibrer leurs budgets. La moitié de leur enveloppe est destinée aux hommes, qu'il s'agisse d'internes (30 %) ou d'externes (20 %). Alors que les efforts budgétaires semblent porter plus lourdement sur les effectifs de ses collatéraux américains fédérés par des approches résolument Lean, Bruno Brocheton indique que ses dépenses en ressources internes en France sont légèrement plus élevées que 30 % pour différentes raisons historiques et géographiques ; confirmant ainsi que cette voilure de 30 % obtenue par l étude est conforme et que les écarts dépendent du niveau d industrialisation. La valeur ajoutée des activités de marche courante vient aussi justifier des investissements stratégiques. C est le cas de la maintenance et surtout des tests, un poste qui pour des raisons de time-to-market passe du statut de coût récurrent à celui d investissement critique permettant de tenir les promesses d innovation ou de fiabiliser des «releases» directement visibles sur le business. Avec des surfaces budgétaires à 50 % occupées par les ressources humaines, les DSI consacrent 24 % des dépenses aux infrastructures et réseaux, 12 % aux logiciels du marché et 13 % aux développements spécifiques. Ces chiffres illustrent la nécessité de concilier : Un niveau élevé de performance de leurs socles techniques ; Des ratios de retours sur investissements à l état de l art financier ; Une qualité différenciante des services délivrés aux métiers et aux clients. 16

16 Quel pourcentage de vos budgets IT consacrez-vous aux nouveaux projets aujourd'hui? 9% 4% 16% 48% De 15 à 30% De 30 à 50% Plus de 50% Moins de 15% NSP 23% Le commentaire de Grégoire Brigot, Sopra Consulting Les réponses à cette question montrent une part importante d entreprises qui investissent massivement dans les nouveaux projets. Doit-on s étonner? De prime abord, on peut être surpris du résultat. On trouve généralement des budgets IT fortement impactés par les coûts d exploitation et par les coûts des projets pluri-annuels (victimes de dérapages de planning, qui n ont donc plus rien de «nouveau»). Pourtant, les 40 % des répondants qui consacrent au minimum 30 % de leur budget IT aux nouveaux projets (dont 1 entreprise sur 3 dépasse les 50 %!), sont en fait cohérents avec leur perception des enjeux associés aux transformations à venir. Il est en effet nécessaire de réaliser de nouveaux projets pour adapter en permanence le SI à une nouvelle stratégie ou aux besoins métier (enjeu cité par 50 % des répondants). Bruno Brocheton, CIO d'euro Disney affirme que, dans ce souci de réactivité, «la DSI ne doit pas hésiter, parfois, à se lancer dans des projets courts presque jetables livrés rapidement». Les DSI ont intérêt à investir dans des projets d architecture afin de créer de l agilité : «l utilisation des plates-formes et des méthodes agiles [...] permettent de livrer de nouveaux projets rapidement aux directions métier». Autre avantage à investir dans les nouveaux projets, les DSI mettent toutes les chances de leur côté pour retenir les talents. Ils permettent de maintenir en interne le niveau de compétence et de motivation au sein des équipes IT. 17

17 Quels seront pour vous les investissements sur les TIC en 2015? 18% 13% 24% Infrastructures et réseaux Logiciels du marché Prestataires externes (Conseil & SSI) Ressources humaines internes Développements spécifiques 22% 23% Le commentaire de Vincent Tallepied, Sopra Consulting Nos répondants nous disent que l investissement en ressources humaines passera de 30 % de leur budget à 18 %. En même temps, les besoins des métiers sont en constante hausse et l intention des DSI interrogés est bien de répondre à la demande. Il s agit de réaliser un gain de productivité extrêmement important. Il faut donc industrialiser. La transformation n est pas seulement celle du SI, mais aussi celle de la DSI pour devenir plus lean. Les leviers d industrialisation sont connus : qualité par l optimisation des processus, pilotage de la fonction par des indicateurs de performance, outillage de la DSI avec des outils de gestion modernes, externalisation pour chercher moins cher toujours plus loin et le développement des hommes pour réaliser les gains de productivité. Par exemple, Faurecia met en œuvre une stratégie de transfert des compétences IT de pays à haut coût de main d œuvre vers les pays à bas coût. «40 % de mes effectifs sont issus de pays low cost», indique Bertrand Eteneau. La prestation externe et le conseil restent stables : 20 % en moyenne aujourd hui pour 22 % en cible Il n y a par conséquent pas un réel transfert des ressources internes vers les ressources externes. Nos DSI demandent plus à leurs fournisseurs, à eux d absorber la productivité recherchée. L investissement sur le poste des infrastructures est stable lui aussi. Les DSI savent qu ils ont une infrastructure à maintenir et à rénover. Quoi qu il en soit, ils dépenseront un quart de leur budget dans le hardware. Le mouvement de fond est la progiciélisation de la DSI. L investissement en logiciels du marché passe de 12 % à 23 %, beau temps pour les éditeurs. La tendance est forte depuis au moins 15 ans. Elle va se poursuivre, voire se renforcer. Curieusement, cette croissance ne se fait pas au détriment du développement spécifique qui reste stable. Les progiciels semblent prendre la part dédiée aux ressources internes et seraient une source de productivité importante. Mais l augmentation de la part du progiciel ne serait-elle pas plutôt subie? La concentration des éditeurs (SAP, Oracle, HP, IBM, Microsoft) n aurait-elle pas comme conséquence une hausse attendue des prix des licences et de la maintenance? La raréfaction des fournisseurs est un sujet de préoccupation. 18

18 Quelle sera l évolution globale de vos investissements IT d ici à 2015? 10% 14% 43% En hausse modérée Stable En forte hausse En forte baisse 33% Bertrand Eteneau, CIO de Faurecia : «D ici à 2015 nos investissements IT seront stables, car nous avons investi très fortement ces dernières années. Il y a cinq ans, notre informatique était éclatée tant en termes organisationnels qu au niveau des outils. Nous avons en particulier beaucoup investi dans des outils comme SAP pour centraliser notre informatique. Aujourd hui, nous disposons d une instance unique pour tous les pays, contre 50 ERP différents il y a cinq ans. Sur nos 300 sites, 150 ont aujourd hui basculé sur SAP.» Bruno Brocheton, CIO d'euro Disney : «L évolution de nos investissements ne dépend pas que de nous, mais aussi des banques, dont les comités d investissement ont sûrement leur mot à dire. Nous avons des projets de développement tels (troisième parc, huitième hôtel, tourisme écologique ) que notre investissement devrait être en forte hausse. Aux Etats-Unis, celui de Disney est très élevé. Maintenant, si je me fais le relais de mes collègues du Cigref, on peut dire que les investissements seront en hausse modérée. Reste que dans la plupart des cas, la dépense IT n est pas une variable d ajustement, mais un élément stratégique. On nous demande, et c est classique, de réduire nos coûts récurrents, opérationnels, mais aussi de continuer à supporter les initiatives métier. La rénovation de l infrastructure et des architectures est aujourd hui un vrai sujet qu il faut aller vendre à la direction générale.» Vincent Chatard, COO de Mediterranean Bank : «Nos investissements suivent une courbe de plus en plus incurvée. Etant en phase de construction, nous allons maintenir nos efforts dans ce domaine, mais sur un rythme de croissance moindre à l horizon De fait, le poids relatif des investissements est progressivement passé du hardware au service, ce qui a considérablement accru la valeur d usage tout en diminuant considérablement les coûts associés.» 19

19 Business Transformation 2015 Comment l IT va modeler le visage de l entreprise dans les prochaines années? Le commentaire de Nicolas Ravary, Sopra Consulting Don t act! Une seule chose est constante et permanente : le changement. C est dans cette philosophie assumée et empreints de confiance face à une conjoncture de crise en perpétuelle fluctuation que 90 % des DSI CIGREF revendiquent que leurs investissements IT observeront une trajectoire stable voire haussière à horizon Fort d un pragmatisme de dirigeant, Bruno Brocheton rappelle que la capacité d investissement de toute entreprise reste aussi tributaire des Comités d investissement de leurs partenaires bancaires. S agissant de son terrain de jeu, ce DSI d un des plus grands opérateurs de loisirs du monde envisage une forte hausse destinée à porter de vastes projets de développement en réponse aux attentes globale de son marché. My DSI is strategic À l heure où la connaissance client, le marketing digital et la personnalisation de l expérience clients sont autant de relais de pilotage de la performance, d accélération du business et de renforcement des avantages distinctifs. Les DSI confèrent à leurs Comex les moyens de parier sur la croissance et le leadership de leurs marques. Show me the ROI! Si le curseur des investissements stratégiques pointe sur l excellence métier, le social networking et les technologies cloudées, le DSI de Euro Disney donne la contrepartie en indiquant que les efforts économiques demandés par les DAF portent sur «le tout-venant, le récurrent et l'opérationnel qui fait tourner la boutique». S appuyant sur les enjeux de rénovation des infrastructures, ce dernier témoigne que les DSI doivent vendre et défendre ce type de projets dont les justifications ne sont pas triviales. Au cœur du réacteur de la performance, les DSI resteront les garants d une politique d investissement équilibrée. Ces dirigeants auront pour mandat de servir l innovation comme le socle fondamental de l entreprise en démontrant aux métiers et Directions financières que les thématiques d architecture, de sécurité ou de gouvernance des données jouent également un rôle stratégique dans le business. 20

20 Qui pilote aujourd hui les projets de transformation de votre entreprise? La direction de la stratégie 1 La direction de la transformation Autre 2 2 La direction de l'organisation 8 La direction des systèmes d'information La direction générale Nombre de répondants Bertrand Eteneau, CIO de Faurecia : «Je m occupe à la fois de la DSI et de l organisation. Je suis DOSI de Faurecia. Je pilote donc les projets de transformation de l entreprise, en accord bien sûr avec la direction générale. Par conséquent, je ne suis pas seulement cantonné à fournir des solutions techniques aux directions métier. J ai regroupé tout ce qui relevait de l assistance à maîtrise d ouvrage en intégrant des personnes venant des métiers, et cela facilite tant la gouvernance que la gestion des projets.» Bruno Brocheton, CIO d'euro Disney : «Le pilotage de la transformation de l entreprise est un effort conjoint. Avec, actuellement, d un côté, un pan mené par le marketing, les opérations et les «business technologies» (la DSI s appelle comme ça chez Euro Disney). Et de l autre, un pan composé des ressources humaines et de la DSI. Dans les deux cas, il s agit d un sous-ensemble du Comex. Dans le pilotage de la transformation, la DSI doit s inscrire dans une relation de confiance avec les autres directions. Et là, on revient aux fondamentaux : il faut une excellence opérationnelle, il faut prouver qu on sait délivrer des projets, qu on a compris les enjeux métier, et accessoirement, qu on sait parler d autre chose que de technologie.» 21

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Étude : les PME à l heure du Cloud

Étude : les PME à l heure du Cloud Étude : les PME à l heure du Cloud Synthèse des principaux enseignements 27 avril 2012 1 FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 301 entreprises de 20 à 499 salariés. Représentativité assurée par des

Plus en détail

Les pratiques du sourcing IT en France

Les pratiques du sourcing IT en France 3 juin 2010 Les pratiques du sourcing IT en France Une enquête Solucom / Ae-SCM Conférence IBM CIO : «Optimisez vos stratégies de Sourcing» Laurent Bellefin Solucom en bref Cabinet indépendant de conseil

Plus en détail

SON SYSTEME D INFORMATION

SON SYSTEME D INFORMATION LIVRE BLANC : INDUSTRIE DE PROCESS, CONSTRUIRE SON SYSTEME D INFORMATION Dans un contexte concurrentiel exacerbé par la crise économique, la valeur des entreprises repose plus que jamais sur les actifs

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Gouvernance & Influence des Systèmes d Information. 2 Décembre 2014

Gouvernance & Influence des Systèmes d Information. 2 Décembre 2014 Gouvernance & Influence des Systèmes d Information 2 Décembre 2014 Sommaire Contexte Economique, Technologique & Sociétal Professionnalisation de la DSI Gouvernance des Systèmes d Information Influence

Plus en détail

HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez. Outsourcing

HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez. Outsourcing HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez Outsourcing Pourquoi externaliser? [Externalisation] : n,f. Pour une entreprise, recourir à un prestataire externe pour la prise en charge partielle

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire

La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire IDC France, Conférence Gouvernance IT 6 Avril 2011 www.idc.fr Cyril Meunier IDC France Research & Consulting Manager Copyright

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

Ingénierie des méthodes Agiles : Que cache l opposition entre déploiement et livraison en continu? Faut-il adopter DevOps 1?

Ingénierie des méthodes Agiles : Que cache l opposition entre déploiement et livraison en continu? Faut-il adopter DevOps 1? DEVOPS et le déploiement d application Les Livres Blancs de MARTE Ingénierie des méthodes Agiles : Que cache l opposition entre déploiement et livraison en continu? Faut-il adopter DevOps 1? L alignement

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Medi Experts Conseil en Management des Organisations Stratégie, Capital Organisation Humain, Organisation, Ressources Humaines et Systèmes d information. Systèmes d Information

Plus en détail

Baromètre des investissements numériques en France

Baromètre des investissements numériques en France Baromètre des investissements numériques en France Novembre 2015 Objectifs Baromètre des investissements numériques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables informatique

Plus en détail

PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive

PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive R e n d e z - v o u s d E x p e r t PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive L ingénierie à l affaire est un secteur clef de l industrie française. L excellence de ses ingénieurs,

Plus en détail

Chapitre 2. 2.1 Principes de base

Chapitre 2. 2.1 Principes de base Chapitre 2 LA STRATÉGIE DU GROUPE ALTRAD 2.1 Principes de base Au cours du séminaire Altrad 2013, Henri Giscard d Estaing, pdg du Club Méditerranée, décrivait la stratégie comme une vision claire, une

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Dans le monde des services, Lean Six Sigma est en train de s imposer comme démarche d excellence opérationnelle et de progrès permanent. Au

Plus en détail

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Le 5 Mars 2015 Version de travail Projet Février 2015-1 Ordre du jour Avancement des travaux Rappel du

Plus en détail

IBM Global Technology Services Service Management

IBM Global Technology Services Service Management IBM Global Technology Services La voie vers la transformation de l informatique L INFORMATIQUE, UN SOUTIEN AUX MÉTIERS DE L ENTREPRISE Les dirigeants considèrent aujourd hui l informatique comme un levier

Plus en détail

Périmètre d Intervention. Notre Offre

Périmètre d Intervention. Notre Offre 5 Nos Références 4 Nos Valeurs 3 Périmètre d Intervention 1 2 Notre Offre 1 La société La Société Qui sommes nous? 20 ans d expérience - 4 ans d existence Management des Systèmes d information Performance

Plus en détail

Il est pourtant vital pour l entreprise de se réconcilier avec son système d information. Pour ce faire, il faut que le DSI évolue.

Il est pourtant vital pour l entreprise de se réconcilier avec son système d information. Pour ce faire, il faut que le DSI évolue. Le DSI du futur par Monsieur Dominique Jaquet DSI APEC ( www.apec.fr ) Compétent, innovant mais surtout convaincant. L entreprise est un organisme vivant ; son efficacité, comme son évolution, reposent,

Plus en détail

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Conférence IDC Ernst & Young Thierry Muller, Associé «Technologies, management et

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

PERSPECTIVES DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES

PERSPECTIVES DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES PERSPECTIVES DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES Le futur de la Direction des Systèmes d Information à 3 ans Objectifs JEMM Vision propose un séminaire intitulé Perspectives des technologies informatiques Le

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS Une enquête auprès des DAF et dirigeants de l industrie en France Paris, le 20 octobre 2010 Olaf de Hemmer International Business Manager Purchasing Department 16,

Plus en détail

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing anufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING manufacturing i-club Un club utilisateur de plus de 100 adhérents qui participent activement à la vie de nos produits plus de 2000 Clients industriels

Plus en détail

Conseil en Stratégie Produit. www.anthalia.fr - 01 49 10 02 01-11 rue de Vanves - 92100 Boulogne-Billancourt, France

Conseil en Stratégie Produit. www.anthalia.fr - 01 49 10 02 01-11 rue de Vanves - 92100 Boulogne-Billancourt, France Conseil en Stratégie Produit www.anthalia.fr - 01 49 10 02 01-11 rue de Vanves - 92100 Boulogne-Billancourt, France A PROPOS D ANTHALIA Anthalia est un Cabinet de Conseil et de Formation indépendant spécialisé

Plus en détail

Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs

Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs Synthèse Petit-déjeuner «Démat-finance» Octobre 2012 SOMMAIRE I. LA PERFORMANCE DU PROCESSUS ACHATS FOURNISSEURS 2 II. GRANDS ENSEIGNEMENTS

Plus en détail

Livre blanc : Tierce Maintenance Applicative pour Microsoft Dynamics

Livre blanc : Tierce Maintenance Applicative pour Microsoft Dynamics Livre blanc Prodware 2013 Livre blanc : Tierce Maintenance Applicative pour Microsoft Dynamics Une offre de service mature pour un marché en pleine croissance 2 I/ Editorial II/ Nécessité et Gains de la

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises.

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Mai 2009 Préface Les PME ont aujourd hui accès aux technologies déjà déployées dans les grandes entreprises. En

Plus en détail

Le conseil autrement. La force de l engagement

Le conseil autrement. La force de l engagement Le conseil autrement La force de l engagement Conjuguer nos talents Forts d une expérience de plus de quinze ans de conseil en management et en technologies, nous avons résolument pris le parti de favoriser

Plus en détail

Les basiques du Supply Chain Management

Les basiques du Supply Chain Management V3 - Mai 2011 Les basiques du Supply Chain Management Héritage et évolutions Le concept de Supply Chain est un héritage et une évolution des pratiques logistiques, industrielles et managériales. On y retrouvera

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Module Projet Personnel Professionnel

Module Projet Personnel Professionnel Module Projet Personnel Professionnel Elaborer un projet personnel professionnel. Connaissance d un métier, d une entreprise ou d un secteur d activités. Travail individuel de recherche SUIO-IP Internet

Plus en détail

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Objectifs Baromètre des investissements informatiques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

Gestion de la virtualisation et de l automatisation CA : Construisez votre pratique de la virtualisation et accélérez les initiatives de vos clients

Gestion de la virtualisation et de l automatisation CA : Construisez votre pratique de la virtualisation et accélérez les initiatives de vos clients Gestion de la virtualisation et de l automatisation CA : Construisez votre pratique de la virtualisation et accélérez les initiatives de vos clients Progrès de la virtualisation La virtualisation des serveurs

Plus en détail

S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM

S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM CHAPITRE 8 l S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM évolution des attentes ne cesse de pousser les entreprises

Plus en détail

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel.

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel. un rapport des services d analyse de harvard business review L agilité de l entreprise dans le Cloud Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée En optant pour le progiciel Déclic de Prios Groupe, Huttepain Aliments s est doté d une solution métier taillée sur-mesure,

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES

LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES Briefing direction LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES Le Big Data, les réseaux sociaux, les applications mobiles et les réseaux mondiaux modifient de façon radicale

Plus en détail

10 raisons expliquant pourquoi les mises à niveau vers Windows Server 2012 R2 sont essentielles et pourquoi le choix du serveur est crucial

10 raisons expliquant pourquoi les mises à niveau vers Windows Server 2012 R2 sont essentielles et pourquoi le choix du serveur est crucial Liste de vérification pour l ENTREPRISE 10 raisons expliquant pourquoi les mises à niveau vers Windows Server 2012 R2 sont essentielles et pourquoi le choix du serveur est crucial Comment tirer parti aujourd

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Décembre 2005

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Décembre 2005 L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises Décembre 2005 Sommaire Analyse des taux d adoption des différents outils Présentation des spécificités par outil Analyse des

Plus en détail

Le meilleur LMD. du DSCG 5. Management des systèmes d'information. Expertise comptable. 3 e ÉDITION. Sup FOUCHER. Jean-Pierre Marca COLLECTION

Le meilleur LMD. du DSCG 5. Management des systèmes d'information. Expertise comptable. 3 e ÉDITION. Sup FOUCHER. Jean-Pierre Marca COLLECTION LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DSCG 5 Management des systèmes d'information 3 e ÉDITION Jean-Pierre Marca Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie

Plus en détail

Pour une innovation productive

Pour une innovation productive Pour une innovation productive Par Didier Givert, Directeur Associé de PRTM Et Jean-Marc Coudray, Directeur Général de PlanView France Mots clés : Gestion de Portefeuille, Gouvernance informatique, Pilotage

Plus en détail

La pleine expression du potentiel pour une performance durable

La pleine expression du potentiel pour une performance durable La pleine expression du potentiel pour une performance durable PORTRAIT UNE equipe D experts Un niveau de performance élevé est indispensable, non seulement pour garantir la rentabilité de l entreprise,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009 Selon le BCG, 100 entreprises issues des pays émergents sont sur le point de rejoindre les rangs de l'élite des multinationales. L édition de référence du Boston Consulting Group : «The 2009 BCG 100 New

Plus en détail

L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012

L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012 L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012 20 juin 2012 Bénédicte Bailleul Directrice de l activité Externalisation 1 Agenda Présentation de Demos Outsourcing Méthodologie d enquête

Plus en détail

Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC

Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC Février 2013 Les infrastructures de réseaux très haut débit

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Altaïr Conseil 33, rue Vivienne 75 002 Paris - Tél. : 01 47 33 03 12 - Mail : contact@altairconseil.fr Constats Des projets de plus en plus nombreux

Plus en détail

Petit Déjeuner. Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources?

Petit Déjeuner. Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources? Petit Déjeuner Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources? 29 Janvier 2004 Mutualisation ou Externalisation?!1- Problématique de création de valeur!2- Définitions CSP / Externalisation!3-

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude *connectedthinking Démarche de notre étude et profil de notre panel Slide 2 Une étude présentant le panorama des pratiques

Plus en détail

L Application Performance Management pourquoi et pour quoi faire?

L Application Performance Management pourquoi et pour quoi faire? Management pourquoi et pour quoi faire? Un guide pratique pour comprendre l intérêt des solutions d Application Management, à l heure où les systèmes d information sont au cœur de l efficacité opérationnelle

Plus en détail

Product Life-Cycle Management

Product Life-Cycle Management Offre de prestations en Product Life-Cycle Management Contact : Pascal MORENTON CentraleSupélec 1, campus de Chatenay-Malabry 06 13 71 18 51 pascal.morenton@centralesupelec.fr http://plm.ecp.fr Nos formations

Plus en détail

Quelques mots sur LIMELIGHT CONSULTING

Quelques mots sur LIMELIGHT CONSULTING pour Quelques mots sur LIMELIGHT CONSULTING Nous aidons les entreprises à s adapter à leurs enjeux d évolution en termes marketing, organisationnels et humains. BAROMÈTRE DES MÉTIERS DE LA COMMUNICATION

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Supply Chain Management (SCM) Sommaire

Plus en détail

merlane TELEPERFORMANCE MIDI-AQUITAINE Contact : Mathieu ROULY / Marie-Claire MAUREL 05 61 00 01 05 / 05 61 00 01 52

merlane TELEPERFORMANCE MIDI-AQUITAINE Contact : Mathieu ROULY / Marie-Claire MAUREL 05 61 00 01 05 / 05 61 00 01 52 TELEPERFORMANCE MIDI-AQUITAINE Contact : Mathieu ROULY / Marie-Claire MAUREL 05 61 00 01 05 / 05 61 00 01 52 merlane Contact : Stéphane ADNET 05 61 00 91 79 E-mail: sadnet@merlane.com 1 Contexte et Objectifs

Plus en détail

LA MODERNISATION DES SYSTÈMES D INFORMATION

LA MODERNISATION DES SYSTÈMES D INFORMATION LA MODERNISATION DES SYSTÈMES D INFORMATION Préparer le système d information à la transformation numérique POINT DE VUE Auteur: ArnaudPercieduSert Senior Manager au sein de la Direction de l Offre et

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

Visez l excellence digitale

Visez l excellence digitale Visez l excellence digitale Repensez vos possibilités applicatives grâce à la redéfinition des modes de travail d Avanade. Applications : le nouvel eldorado de la compétitivité La consumérisation de l

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

La dynamique d évolution des marchés

La dynamique d évolution des marchés R e n d e z - v o u s d E x p e r t PEA Consulting Aligner sa Supply Chain sur la stratégie de l entreprise Depuis plusieurs années, les entreprises ont consenti d importants efforts pour améliorer la

Plus en détail

Baromètre de la Maturité numérique des dirigeants. Edition 2013. IDC France - Syntec Numérique Top Management France

Baromètre de la Maturité numérique des dirigeants. Edition 2013. IDC France - Syntec Numérique Top Management France Baromètre de la Maturité numérique des dirigeants Edition 2013 IDC France - Syntec Numérique Top Management France Didier Krainc Karim Bahloul Sébastien Lamour Structure de l échantillon Taille des entreprises

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

EXPÉRIENCES TRANSFORMATION LOGICIELLE

EXPÉRIENCES TRANSFORMATION LOGICIELLE EXPÉRIENCES TRANSFORMATION LOGICIELLE Innovation : les éditeurs peuvent-ils encore suivre le rythme? 10 éditeurs de logiciels partagent leur vision sur leurs enjeux actuels d innovation et témoignent de

Plus en détail

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable!

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! VISUEL Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! InnovatIon et Supply ChaIn Votre contact Une équipe dédiée pour vous accompagner et répondre à vos questions!

Plus en détail

Livre blanc. Comment appréhender l acquisition et le déploiement d un logiciel TMS (Transport Management System)?

Livre blanc. Comment appréhender l acquisition et le déploiement d un logiciel TMS (Transport Management System)? Le spécialiste de la performance transport Livre blanc Comment appréhender l acquisition et le déploiement d un logiciel TMS (Transport Management System)? bp2r - 5, rue des Mathurins, 75009 Paris, France

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire www.teamup-consulting.com Teamup Consulting - 1 Certificat nºinf/2007/29319 1 ère société de conseil française certifiée ISO 20000-1:2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together.

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together. Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante Delivering Transformation. Together. Sopra Steria Consulting est l activité Conseil du Groupe Sopra Steria. Présent

Plus en détail

Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques

Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques Atos annonce le projet d acquisition de l activité d externalisation informatique de Xerox Atos et Xerox vont établir une coopération

Plus en détail

TRADE. Yourcegid Trade Y2

TRADE. Yourcegid Trade Y2 TRADE Yourcegid Trade Y2 1800 Clients négociants plus de + de 10 langues + de 40 pays plus de 200 DE collaborateurs et experts Un réseau performant : 200 PRès de Distributeurs certifiés Parce que votre

Plus en détail

ÉTUDE IT FOCUS. Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI. En partenariat avec DÉCEMBRE 2012

ÉTUDE IT FOCUS. Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI. En partenariat avec DÉCEMBRE 2012 DÉCEMBRE 2012 ÉTUDE IT FOCUS Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI En partenariat avec SOMMAIRE INTRODUCTION IT FOCUS...4 MÉTHODOLOGIE...4 BUDGETS ET ORIENTATIONS...5 Disposez-vous d un budget qui vous

Plus en détail

Pierre Deschamps: l ingénieur architecte du changement

Pierre Deschamps: l ingénieur architecte du changement Pierre Deschamps: l ingénieur architecte du changement La société Unilog occupe une place enviable dans le monde des sociétés de service, comme challenger des "grandes" que sont par exemple CAP-Gemini

Plus en détail