Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge"

Transcription

1 Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge Gilles Barone- Roche=e Cardiologie interven.onnelle et imagerie cardiaque Pôle Thorax et vaisseaux- CHU de Grenoble Inserm 1039

2 De quoi parle- t- on? Cardiomyopathie ischémique instable = Syndromes coronariens aigus PaIents âgés = Octogénaire

3 Problème fréquent? Selon INSEE : En 1970 : 3 millions de Français > 80 ans D ici 2030 : 8.3 millions FAST- MI : 16 % des STEMI et 25% des NSTEMI ont >80 ans

4 ParIcularités Présenta.on clinique atypique poly- pathologies ABeinte coronaire fréquente et sévère modifica.ons pharmacociné.ques ou pharmacodynamiques Preuves scien.fiques faibles Critère d évalua.on (mortalité, qualité de vie)

5 La maladie coronaire Graham et al. CirculaIon 2002;105:

6 Mortalité +++ Kytö et al.am J Cardiol 2015;115:303e 306

7 Bénéficies moins des thérapeuiques failure to receive reperfusion therapy Age female sex, absence of chest pain, congesive heart failure Alexander et al. CirculaIon 2007

8 Plus de complicaions / procédures invasives Batchelor et al. J Am Coll Cardiol 2000;36:723 30

9 PrésentaIons cliniques atypiques Interrogatoire difficile Dysautonomie Symptomatologie digesive ou neurologique AEG pathologies confondantes (arthrose) Consensus d experts SFGG / SFC 2009

10 Le STEMI et le BBG

11 Ne pas brûler les étapes Interrogatoire ATCD Traitement Examen clinique Rapide mais systémaique un ECG s interprète avec un contexte clinique

12 ESC guidelines 2014

13 Thrombolyse Nauta et al. IJC 2013 Alexander et al. CirculaIon 2007

14 NSTEMI à EVALUER Pa'ent Age physiologique, comorbidités, espérance et la qualité de vie Maladie coronaire, risque ischémique Risque de iatrogénie Primum non nocere

15 Le paient EvaluaIon gérontologique standardisée (EGS) Évalua.on des fonc.ons cogni.ves (MMS) Évalua.on de l autonomie (IADL, ADL) Évalua.on gériatrique soma.que (test unipodale, nutri.on) Évalua.on psychologique Évalua.on du contexte de vie (prise médicament) Prise en charge médico- sociale (pb social? ) Consensus d experts SFGG / SFC 2009

16 ESC guidelines 2015

17 Echelle IADL simplifiée

18 Echelle ADL

19 Echelle GDS

20 Troponines

21 EVAluaIon non- invasive or invasive approaches in elderly PaIents with

22 Environnement pharmacologique, revascularisaion et iatrogénie

23 Resistance clopidogrel Silvain et al. EHJ (2012) 33,

24 A Substudy From PLATO Trial Ticagrelor : Brilique Husted et al. Circ Cardiovasc Qual Outcomes. 2012;5:

25 anigpiibiia Haut risque de saignements qui augmente avec le nombre d antithrombotiques Considérer le poids et la fonction renale ++ surdoses fréquentes ESC Guidelines 2014

26 AnIcoagulants HNF > enoxaparine contre- indicaion à dose curaive si DFG <30 ml/min DFG 30 et 60 ml/min contrôle de l acivité ani- Xa Bivaluribine Fondaparinus NSTEMI (OASIS- 5) î hémorragie Consensus d experts SFGG / SFC 2009

27 Voie radiale Vs fémorale Mehta et al. J Am Coll Cardiol 2012;60: Pa'ents octogénaires : Peu d études dédiées avec bonne méthodologie Saignement au cite d accès (4 vs. 14%, p = 0.007), hématome (1 vs. 11%, p = 0.001) ComplicaIon vasculaire (5 vs 26%, p = 0.001) Jaffe et al Catheter Cardiovasc Interv May 1;69(6):

28 RevascularisaIon Euroscore ESC Guidelines 2013

29 AngioplasIe de l octogénaire

30

31

32 ESC 14: Angioplas'e chez les pa'ents sous ACoagulants. Lip PosiIon Paper Eur Heart J 2014

33 Le BASIC? Oui / dose max tolérée

34 Bétabloquants Go=lieb NEJM 1998

35 STATINES (PROSPER): a randomised controlled trial 5804 patients aged years Follow up 3 years Pravastatin 40 mg vs. Placebo Primary end point : coronary death, non-fatal myocardial infarction, and fatal or non-fatal stroke. Shepherd et al. Lancet 2002

36 STATINES - - aged 70 years) vs. younger counterparts in the PROVE IT- TIMI 22 trial hospitalized for an ACS (pravastain 40 mg or atorvastain 80 mg) Ray et al. Eur Heart J. 2006;27:2310-6

37 IEC patients in patients aged 65 years and older who survived hospitalization with a confirmed AMI Krumholz el al. Arch Intern Med. 2001;161(4):

38 PrescripIons et résultats Nauta et al. IJC 2013

39 Conclusion

40 Pour le STEMI ANGIOPLASTIE PRIMAIRE Eviter thrombolyse Plutôt Icagrelor 180 mg HNF plutôt que HBPM sinon réduire doses +++

41 Pour le NSTEMI Temps à l évaluaion Développer nouvelles échelles de risques? +++ data scienifique

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone Complications digestives des antiplaquettaires L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone 108 Progrès dans l antiaggregation ASA 22% ASA + Clopidogrel 20% ASA + New P2Y12 blockers Réduc6on

Plus en détail

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires 16 février 2011 Guillaume CAYLA Service de cardiologie Pr Messner CHU Nîmes Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions)

Plus en détail

Syndrome Coronarien Aigu du Sujet Agé

Syndrome Coronarien Aigu du Sujet Agé Syndrome Coronarien Aigu du Sujet Agé Dr Vincent DESCOTES GENON Printemps de la Médecine d Urgence Mai 2014 «On a l âge de ses artères» Définition : 70 ans? 75 ans? 80 ans? 85 ans? La majorité des Patients

Plus en détail

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir 14é CONGRES FRANCOPHONE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Bernard JOUVE, CH du pays d AIX Conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Comment maitriser le risque hémorragique?

Comment maitriser le risque hémorragique? Comment maitriser le risque hémorragique? Guillaume Cayla UnitéINSERM 937 Hôpital La Pitié Salpêtrière Service cardiologie Nîmes Pr Messner Conflits d intérêt:lilly -Daishi, Abbott, Astra Zeneca, Servier,

Plus en détail

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau Mes conflits d intérêt : Merci à Frans Van de Werf pour ses diapos Jeudi 11 avril 2013

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière NACO et Angioplas>e Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière Disclosures Research Grants from «Fédéra>on Française de Cardiologie» Consul>ng fees from Astra Zeneca,

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Dr Pierre-François LESAULT Pr Emmanuel TEIGER Laboratoire d Hémodynamique et de Cardiologie Interventionnelle Hôpital

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE?

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? DR JÉRÔME CAUDRON IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL PRIVÉ DE L ESTUAIRE, LE HAVRE IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL CHARLES NICOLLE, ROUEN

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Pathologie cardiovasculaire Geste invasif Prévention primaire Neurochirurgie Artériopathie des membres inf érieurs Prévention

Plus en détail

Quel antithrombotique chez le sujet âgé? Pr Olivier Hanon Hôpital Broca, Paris

Quel antithrombotique chez le sujet âgé? Pr Olivier Hanon Hôpital Broca, Paris Quel antithrombotique chez le sujet âgé? Pr Olivier Hanon Hôpital Broca, Paris Femmes, 83 ans, FA paroxystique, HTA, clairance = 43 ml/min Traitement? 1. AVK 2. AOD 3. Aspirine 4. Aucun Score = 4 (risque

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE. Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou

LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE. Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou 8 décembre 2011 INTRODUCTION Au cours des 30 dernières années : baisse de la mortalité cardio-vasculaire

Plus en détail

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique + Symposium Biopharma "Vie quotidienne et exercice du coronarien et de l insuffisant cardiaque" Forum Coeur Exercice et Prévention 2012 Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique Dany-Michel Marcadet

Plus en détail

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93)

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Position du problème Pathologie courante Risque absolu élevé Survie de plus en plus longue Intervention

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

TRANSPORTS sous ASSISTANCE CIRCULATOIRE Dr Ch. Santré Réanimation Polyvalente CHRA Annecy Cedex

TRANSPORTS sous ASSISTANCE CIRCULATOIRE Dr Ch. Santré Réanimation Polyvalente CHRA Annecy Cedex TRANSPORTS sous ASSISTANCE CIRCULATOIRE Dr Ch. Santré Réanimation Polyvalente CHRA - 74011 Annecy Cedex RESURCOR, le 7 octobre 2002 Assistance par CPIA Rationnel Choc cardiogénique à la phase aiguë d un

Plus en détail

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Prix qualité 2009 projet type A Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Olivier Grosgurin 1, MD, Jérôme

Plus en détail

Indications des anticoagulants et des anti-agrégants plaquettaires dans le syndrome coronarien aigu

Indications des anticoagulants et des anti-agrégants plaquettaires dans le syndrome coronarien aigu Indications des anticoagulants et des anti-agrégants plaquettaires dans le syndrome coronarien aigu DESC réanimation médicale Agen, les 21 et 22 septembre 2006 Eric Dardare HIA Robert Picqué Bordeaux Syndrome

Plus en détail

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Justification L hypercholestérolémie est un facteur de risque

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault CHU Henri Mondor Créteil

Dr Pierre-François Lesault CHU Henri Mondor Créteil Dr Pierre-François Lesault CHU Henri Mondor Créteil Geste d angioplastie en 2011 Quasiment plus de limites techniques (CTO, Tronc commun, Tritronculaire, FE basse, lésions calcifiées ) Complications per-procédures

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016

PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016 PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016 Au cours des vingt dernières années, la mortalité cardiovasculaire a considérablement baissé dans les pays

Plus en détail

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Le contrôle glycémique aux Urgences Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Plan Régulation glycémique Stress et glycémie Le contrôle glycémique Les AVC

Plus en détail

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST-

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- C est la forme la plus fréquente du syndrome coronarien aigu. En dépit des progrès réalisés, la mortalité globale reste élevée, équivalente à celle du SCA ST + à 6 mois. Il

Plus en détail

Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre

Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre Thomas Cuisset, CHU Timone, Marseille Paris, Mars 2014 Cet intervenant : a déclaré ses liens d intérêt. estime

Plus en détail

L Jacquemin, O Roth, JY Wiedemann Pôle CPV CH Mulhouse

L Jacquemin, O Roth, JY Wiedemann Pôle CPV CH Mulhouse DES ESSAIS CLINIQUES AUX RECOMMANDATIONS DANS LE SCA QUELS ANTITHROMBOTIQUES CHOISIR? Assises CNCH 212 L Jacquemin, O Roth, JY Wiedemann Pôle CPV CH Mulhouse LIENS D INTERET n Conférence rémunérée q Pfizer,

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

SCA : Etat des lieux de la prise en charge

SCA : Etat des lieux de la prise en charge SCA : Etat des lieux de la prise en charge B LIVAREK - Centre Hospitalier de Versailles Assises des hôpitaux généraux 27 novembre 2009 Admission Douleur thoracique Diagnostic possible Suspicion de syndrome

Plus en détail

Pr Christian Spaulding Département de cardiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes INSERM U 970, PARCC Paris

Pr Christian Spaulding Département de cardiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes INSERM U 970, PARCC Paris SCA de A à Z Du pré-hospitalier à la salle de cathéterisme Pr Christian Spaulding Département de cardiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes INSERM U 970, PARCC Paris Conflits

Plus en détail

Insuffisance cardiaque aiguë et syndrome coronarien aigu. Eric BONNEFOY Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558

Insuffisance cardiaque aiguë et syndrome coronarien aigu. Eric BONNEFOY Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 Insuffisance cardiaque aiguë et syndrome coronarien aigu Eric BONNEFOY Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 18 11-2016 Potential conflict of interest RESEARCH FUNDING

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 Introduction Hypercoagulabilité et insuffisance cardiaque Fréquence des événements thrombotiques dans

Plus en détail

Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension. Multimorbidité et recommendations Conclusions

Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension. Multimorbidité et recommendations Conclusions Docteur, à mon âge, faut-il encore contrôler le cholestérol? Et dois-je vraiment continuer l aspirine? Prof. Dr. med. N. Rodondi, Médecin Chef de la Policlinique Médicale Clinique Universitaire et Policlinique

Plus en détail

Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques. Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue

Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques. Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue JIFA Janvier 2016 De quoi meurent nos patients artéritiques? Etude prospective française (Royat):

Plus en détail

antiagrégants plaquettaires Les tests biologiques servent encore? Dr Rangé Grégoire, CH Chartres

antiagrégants plaquettaires Les tests biologiques servent encore? Dr Rangé Grégoire, CH Chartres antiagrégants plaquettaires Les tests biologiques servent encore?? Dr Rangé Grégoire, CH Chartres Variabilité individuelle de réponse au clopidogrel Facteurs génétiques Inobservance SCA Diabète BMI 80?

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles

Plus en détail

Dr Stéphane Doutreleau. 12 et 13 mai 2007

Dr Stéphane Doutreleau. 12 et 13 mai 2007 Bilan cardiologique avant un trekking? Dr Stéphane Doutreleau Service de Physiologie et d Explorations Fonctionnelles - Strasbourg Club des Cardiologues du Sport Les cœurs du Forez 12 et 13 mai 2007 Mise

Plus en détail

Prise en charge des Syndromes Coronariens Aigus

Prise en charge des Syndromes Coronariens Aigus Prise en charge des Syndromes Coronariens Aigus Pr Pierre Coste USIC et Plateau de Cardiologie Interventionnelle Hôpital Cardiologique Université de Bordeaux Syndrome coronarien aigu = arrêt de perfusion

Plus en détail

Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux?

Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux? 1 Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux? Le étapes du choix depuis le pré-hospitalier jusqu à la sortie François Schiele, Besançon Conflits d intérêt potentiels : Honoraires de communication

Plus en détail

Statines et angioplastie coronaire

Statines et angioplastie coronaire Statines et angioplastie coronaire RÉSUMÉ : Trois études, ARMYDA-ACS, NAPLES II et ARMYDA-RECAPTURE, démontrent l efficacité de l administration d atorvastatine 8 mg avant une angioplastie coronaire, avec

Plus en détail

SCA à haut risque: Optimisation de l association anticoagulantsantiagrégants. Les Recommandations Nicolas Delarche. Biarritz le 09/06/2011

SCA à haut risque: Optimisation de l association anticoagulantsantiagrégants. Les Recommandations Nicolas Delarche. Biarritz le 09/06/2011 SCA à haut risque: Optimisation de l association anticoagulantsantiagrégants Les Recommandations 2010 Nicolas Delarche Biarritz le 09/06/2011 Conflits d intérêt: consultant pour Medicine Company Guidelines

Plus en détail

Cardiomyopathie ou cœur d athlète? F. Carré

Cardiomyopathie ou cœur d athlète? F. Carré Cardiomyopathie ou cœur d athlète? F. Carré Service Explorations Fonctionnelles Unité Biologie et Médecine du Sport Hôpital Pontchaillou- Université Rennes 1 Rennes Athlète? Vous avez dit athlète? Entraînement

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Spécificités de la maladie coronaire de la femme

Spécificités de la maladie coronaire de la femme Spécificités de la maladie coronaire de la femme duction 2ics ite. Etienne PUYMIRAT Département de Cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes Déclaration d intérêt : Interventions

Plus en détail

Baisse sélective de la fréquence cardiaque Interrogations pratiques en Réadaptation cardiaque

Baisse sélective de la fréquence cardiaque Interrogations pratiques en Réadaptation cardiaque Journées nationales du GERS 5 octobre 2012 Strasbourg Baisse sélective de la fréquence cardiaque Interrogations pratiques en Réadaptation cardiaque Dr B. PAVY, Machecoul - FR Conflits d intérêts : symposium

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

Cas clinique n 1. Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire. Indications des nouveaux antiplaquettaires

Cas clinique n 1. Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire. Indications des nouveaux antiplaquettaires Cas clinique n 1 Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire Pierre Fontana Jean-Luc Reny Updates de Médecine interne générale 18 Février 2013 Mr P. 60 ans, aggravation de son angor d effort

Plus en détail

décompensation cardiaque

décompensation cardiaque Les actualités dans la décompensation cardiaque Etude SHIFT Etude EMPHASIS HF Etude ASCEND HF Etude chocolat Systolic Heart failure treatment with the I f inhibitor ivabradine Trial SHIFT: contexte Une

Plus en détail

Echocardiographie d effort nouveau gold standard pour la recherche d ischémie?

Echocardiographie d effort nouveau gold standard pour la recherche d ischémie? Echocardiographie d effort nouveau gold standard pour la recherche d ischémie? Nadjib Hammoudi Institut de cardiologie hôpital de la Pitié-Salpêtrière Echographie d effort En plus des éléments habituels:

Plus en détail

EPP SCA. Dr TATULLI Cécile Urgences-SAMU-SMUR CH Carcassonne

EPP SCA. Dr TATULLI Cécile Urgences-SAMU-SMUR CH Carcassonne EPP SCA Dr TATULLI Cécile Urgences-SAMU-SMUR CH Carcassonne POURQUOI? HAS Mars 2012: Indicateurs de pratique clinique IDM Nouveaux Antiagrégants plaquettaires ESC 2011: Recommandations sur le SCA ST+ ESC

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 12 février 2010

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 12 février 2010 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 12 février 2010 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

INTERRUPTION D UN TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE CHEZ LE CORONARIEN : CONSEQUENCES ET ATTITUDES PRATIQUES

INTERRUPTION D UN TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE CHEZ LE CORONARIEN : CONSEQUENCES ET ATTITUDES PRATIQUES 101 INTERRUPTION D UN TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE CHEZ LE CORONARIEN : CONSEQUENCES ET ATTITUDES PRATIQUES J-P. Collet, G. Montalescot. Service de Cardiologie, Hôpital de la Pitié-Salpétrière, 47 boulevard

Plus en détail

MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE

MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE APHAL 9 Juin 2015 Guillaume Becker, Interne en pharmacie Service pharmacie-stérilisation Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 09/06/2015 2 Introduction 1 er stent coronarien

Plus en détail

La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde

La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde Pr Pierre Coste Hôpital Cardiologique du Haut Lévêque Université de Bordeaux 2 3èmes Journées Nationales du GACI jeudi 28 & vendredi

Plus en détail

Diabète, insuffisance rénale et élévation de troponine 4 possibilités

Diabète, insuffisance rénale et élévation de troponine 4 possibilités Diabète, insuffisance rénale et élévation de troponine 4 possibilités CŒUR Diabète Ins. rénal STRESS Concentration de TROPONINE Elévation STABLE de troponine Infarctus du myocarde de type 2 Infarctus du

Plus en détail

- 5 % à 7 % des consultations Amsterdam EA et al; Cardiol Rev, 1999

- 5 % à 7 % des consultations Amsterdam EA et al; Cardiol Rev, 1999 - 5 % à 7 % des consultations Amsterdam EA et al; Cardiol Rev, 1999-3,16 % des consultations 2 ième motif de consultation 22 SAU de janvier 2008 à juin 2009 Accroissement de l activité des SAU Médicalisation

Plus en détail

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine -

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - U1116 AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - Dr Stéphane ZUILY, MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version : 02 Date d'application : 06/2008 Réf.: CMUB - 014 Pagination 1/5 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 014 Rédacteurs Dr B. VALLET (Urgences-SMUR Beaune) Date 03/11/02

Plus en détail

Le futur du sten+ng : Prise en charge globale du pa+ent. E"enne PUYMIRAT HEGP, Paris

Le futur du sten+ng : Prise en charge globale du pa+ent. Eenne PUYMIRAT HEGP, Paris Le futur du sten+ng : Prise en charge globale du pa+ent E"enne PUYMIRAT HEGP, Paris Disclosures Dr Puymirat has received speaking or consul"ng fees from: AstraZeneca, Bayer, Daiichi- Sankyo, Eli- Lilly,

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Les maladies cardiovasculaires chez la femme Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Aucun conflit d intérêt à déclarer Objectifs 1. Particularité des différents facteurs de risque CV 2. Présentations

Plus en détail

Quelle place pour l énoxaparine dans l angioplastie primaire? Analyse de l essai ATOLL et des recommandations ESC 2012

Quelle place pour l énoxaparine dans l angioplastie primaire? Analyse de l essai ATOLL et des recommandations ESC 2012 Quelle place pour l énoxaparine dans l angioplastie primaire? Johanne Silvain 1 et Gilles Montalescot 1. Analyse de l essai ATOLL et des recommandations ESC 2012 1 Institut de Cardiologie, INSERM UMRS937,

Plus en détail

Prise en charge de l infarctus du myocarde à la phase aiguë en dehors des services de cardiologie

Prise en charge de l infarctus du myocarde à la phase aiguë en dehors des services de cardiologie RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Prise en charge de l infarctus du myocarde à la phase aiguë en dehors des services de cardiologie Conférence de consensus 23 novembre 2006 Paris (faculté de médecine Paris

Plus en détail

Altérations de la repolarisation à l ECG: toujours une coronaropathie?

Altérations de la repolarisation à l ECG: toujours une coronaropathie? curriculum Altérations de la repolarisation à l ECG: toujours une coronaropathie? Lucien Weiss, Jean Jacques Perrenoud Service de médecine interne et de réhabilitation, Hôpital des Trois-Chêne, Thônex/Genève

Plus en détail

L utilisation de la voie artérielle radiale par le cardiologue peut-elle compromettre la création d une fistule?

L utilisation de la voie artérielle radiale par le cardiologue peut-elle compromettre la création d une fistule? L utilisation de la voie artérielle radiale par le cardiologue peut-elle compromettre la création d une fistule? Gérald Vanzetto Cardiologie & Urgences Cardiologiques CHU Grenoble - Alpes Potential radial

Plus en détail

v La maladie coronarienne en France et en Grande Bretagne v Statistiques sur SCA ST+ dans les deux pays v Notre centre en France

v La maladie coronarienne en France et en Grande Bretagne v Statistiques sur SCA ST+ dans les deux pays v Notre centre en France v La maladie coronarienne en France et en Grande Bretagne v Statistiques sur SCA ST+ dans les deux pays v Notre centre en France v Présentation des centres en Grande Bretagne v Comparatifs des pratiques

Plus en détail

Equilibre glycémique périopératoireratoire

Equilibre glycémique périopératoireratoire Session Anesthésie Diabèten Gilles LEBUFFE Pôle d Anesthésie-Réanimation Hôpital Huriez CHRU de Lille Anesthésie et Diabète en 2009 Equilibre glycémique périopératoire Diapositive 1 Equilibre glycémique

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version : 02 Date d'application : 06/2008 Ré f.: CMUB - 014 Pagination 1/5 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 014 Rédacteurs Dr B. VALLET (Urgences-SMUR Beaune) Date 03/11/02

Plus en détail

Profil étiologique et pronostique de l insuffisance rénale aigue en cardiologie

Profil étiologique et pronostique de l insuffisance rénale aigue en cardiologie Profil étiologique et pronostique de l insuffisance rénale aigue en cardiologie M.Bourial 1, A.Laaraje 2, N.Mtioui 1, SS El Khayat 1, M.Zamd 1, G.Medkouri 1, M Benghanem Gharbi 1, K.Khay 2, M.Allouch 2,

Plus en détail

Ischémie myocardique supposée : tous les chemins mènent-ils à la coronarographie?

Ischémie myocardique supposée : tous les chemins mènent-ils à la coronarographie? Ischémie myocardique supposée : ICVOP.fr tous les chemins mènent-ils à la coronarographie? tielle est 2015 GRCI, Tous ds - Toute reproduction mê Grégoire Dambrin Cardiologie interventionnelle Hôpital privé

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE RECOMMANDATIONS ESC 2010

FIBRILLATION ATRIALE RECOMMANDATIONS ESC 2010 FIBRILLATION ATRIALE RECOMMANDATIONS ESC 2010 Dr J Taieb Centre hospitalier d Aix en Provence European Heart Rhythm Association (EHRA); Endorsed by the European Association for Cardio-Thoracic Surgery

Plus en détail

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT CALCUL DU RISQUE CV FRCV ASSOCIEŚ A UNE DYSLIPIDEḾIE : Âge : homme 50 ans ou plus, femme 60 ans Ante ce dents familiaux de maladie coronaire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 juin 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 juin 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 06 juin 2007 PLAVIX 75 mg, comprimés pelliculés B/28 (CIP 347 945.7) B/50 (347 946.3) PLAVIX 75 mg, comprimés pelliculés sous plaquette thermoformées B/28 (CIP 350 644.4)

Plus en détail

CNCHG 21/22 novembre 2008

CNCHG 21/22 novembre 2008 CNCHG 21/22 novembre 2008 Pourquoi changer nos habitudes? Goût du changement Goût de l exotisme Nouveau défit Ou véritable avancée Faisabilité Expérience Européenne 1.457 Patient (43% de la totalité),

Plus en détail

Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011

Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011 Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011 Véronique Kerlan Etudes épidémiologiques : THM et risque coronarien Oger. Med Therap 2000 14 études de cohortes : association

Plus en détail

Prévention secondaire des AVC

Prévention secondaire des AVC Prévention secondaire des AVC AVC 3 ère cause de mortalité 1 ère cause de handicap 90% d origine ischémique 40% cryptogénique Foramen ovale perméable Foramen ovale perméable C est la malformation cardiaque

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Dr Y Neuder Pôle cardiovasculaire et thoracique CHU de Grenoble 1 Définition de l insuffisance cardiaque syndrome clinique symptômes signes secondaires à des modifications circulatoires

Plus en détail

Place des biologistes et médecins. Jean-Michel Halimi, Tours

Place des biologistes et médecins. Jean-Michel Halimi, Tours Place des biologistes et médecins Jean-Michel Halimi, Tours Montpellier, 7 juin 2007 Etat des lieux «Epidémie» d insuffisance rénale chronique Qui rend le dépistage précoce indispensable Accord (AcBus

Plus en détail

Prise en charge de la douleur thoracique aux urgences

Prise en charge de la douleur thoracique aux urgences Prise en charge de la douleur thoracique aux urgences Lecture d ECG Cas cliniques Marc Renard (Erasme) Séminaire IRIS, 13 décembre 2011 NSTEMI : Diagnosis Acute chest pain ECG N / an Troponin > cut-off

Plus en détail

Embolie Pulmonaire : thérapeutique et prise en charge en ambulatoire

Embolie Pulmonaire : thérapeutique et prise en charge en ambulatoire Embolie Pulmonaire : thérapeutique et prise en charge en ambulatoire Journée de Médecine d Urgence REULIAN Juin 2014. Pr. Laurent BERTOLETTI laurent.bertoletti@gmail.com Médecine Vasculaire et Thérapeutique,

Plus en détail

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Épidémiologie Prévalence chez les patients hospitalisés 0.4% Diagnostic/année 0.04% Incidence estimée

Plus en détail

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque CONGRES Société Européenne de Cardiologie Barcelone 2009 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Plus en détail

À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010

À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010 À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010 Conflits d intérêts Consultant présentateur: Boston, Medtronic, Sorin, St- Jude Support financier pour des projets de recherche:

Plus en détail

Maladie Coronaire Physiopathologie Formes cliniques Principe du Traitement

Maladie Coronaire Physiopathologie Formes cliniques Principe du Traitement Maladie Coronaire Physiopathologie Formes cliniques Principe du Traitement Facteurs de risque Non modifiables Age Sexe Hérédité Modifiables Dyslipidémie Diabète HTA Tabac Obésité Sédentarité Plaque

Plus en détail

La prise en charge des occlusions coronaires chroniques (CTO)

La prise en charge des occlusions coronaires chroniques (CTO) La prise en charge des occlusions coronaires chroniques (CTO) Dr Drogoul Laurent Dr Durand Philippe Dr Mario3ni Claude Dr Meyer Pierre Cardiologie interven2onnelle Ins2tut A TZANCK Saint Laurent Du Var

Plus en détail

AVC quelle place pour l anticoagulation curative? DELABRE Jean-Philippe

AVC quelle place pour l anticoagulation curative? DELABRE Jean-Philippe AVC quelle place pour l anticoagulation curative? DELABRE Jean-Philippe Exclut: AVC quelle place pour l anticoagulation curative? Thrombophlébite cérébrale Hémorragie cérébrale 2 Quels objectifs? Prévention

Plus en détail

Insuffisance cardiaque diastolique

Insuffisance cardiaque diastolique Insuffisance cardiaque diastolique 3 synonymes Insuffisance Cardiaque diastolique IC à fonction systolique conservée IC à FEVG préservée FE 45-50 % Insuffisance Cardiaque diastolique épidémiologie Âge

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN

A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN Bioresorbable Vascular Scaffold (BVS): Ideal of Leaving Nothing Behind Short Term Long Term PWS: The Third RevoluKon! Data and images

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Utilisation du clopidogrel chez les patients en IRCT

Utilisation du clopidogrel chez les patients en IRCT Utilisation du clopidogrel chez les patients en IRCT Yassine Bouatou Médecin interne Service de Pharmacologie et Toxicologie Cliniques, HUG Cas clinique : M. A, 61 ans IRCT en hémodialyse depuis 3 ans

Plus en détail

Thrombopathie et insuffisance rénale chronique

Thrombopathie et insuffisance rénale chronique Thrombopathie et insuffisance rénale chronique Olivier Morel, MD, PhD Pôle d activité Médico-chirurgicale Cardio-vasculaire Université de Strasbourg U. 770 INSERM, Le Kremlin-Bicêtre, France Thrombopathie

Plus en détail