i~tude SUR LA SURVENANCE DES SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE M. BRICHLER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "i~tude SUR LA SURVENANCE DES SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE M. BRICHLER"

Transcription

1 i~tude SUR LA SURVENANCE DES SNSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE M. BRCHLER. DSTRBUTON DES ASSUR~S SELON LE NOMBRE DES SiNSTRES DANS UNE P~ROD].~ DE TEMPS )~TERMN~E On sait que la loi de Poisson simple reprdsente mal la distribution des sinistres d'un groupe observfi d'automobilistes du fait que tout gq'oupe que l'on peut,6tudier en pratique, m6me s'il est composd d'assur6.s prfisentant des caract4ristiques communes (mfime zone de circulation, m6me type de v4hicule, m6me utilisation de ce v4hicule,...) est h4t4rog~ne quant aux autres caractfiristiques et surtout quant au comportement persmmel des assurds, dldment dont l'influence sur les rdsultats du risque est M. Delaporte a obtenu une reprfisentatio~l int~ressante du ph~nom~ne en supposant que les sin.istres d'un vfihicule se suivant une loi de Poisson de moyemm donn4e, et que les moyennes de chaque v4hicule du groupe 4tudi~ se distribuent selon une loi de Pearson type d'dquation : a o df(s) -- e-,(s - s.) (s -- s.) ~ - ~ ds r(b) off l'(b) est la fonetion euldrienne de 2'"'"" esp6ce" '(b) = ~e z.vb ldx o a, b, et so dtant des param~tres dont la valeur est calculde en dgalant les expressions des 3 premiers moments thdoriques aux moments correspondants ol)servds. Cette formule conduit k des calculs assez longs. M. Depoid a propos4 Ulm formulc plus simple Si nz est, sur o.ooo vdhicules, le hombre de ceux ayant eu darts l'ann~e a~t moins x sinistres, on a sensiblement : log n x = 4 -- tz

2 SNSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE 8 7 dtant donnd par la relation off F -- frdquence du groupe. M. Depoid utilisait" on province : 5. Paris : -= a+bf L - = 0, F! - = 0,84 + 3,5F t M. Brichler a obtenu des r&ultats an%liords avec la formule suivante: qui permet en outre des calculs tr~s simplifi6s. On en tire en effet, en appelant N le hombre des vdhicules du groupe et N.. le hombre de ceux ayant eu e:cactemen! x sinistres: N o -- N Ni : No 1; ~+F N 2 : N 1 F F Nx : Nz- Jv F On vdrifie facilelnent que x E N x = N z o

3 88 SNSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE et que: x W xn z = NF x 0 En sommant de x /t l'infini, on ale hombre de vdhicules ayant (x et +) sinistres: N x et + = N x_ t F /expression ci-dessus est tr~s commode en pratique, puisqu'elle permet de classer la totalit6 de la population, par exemple" Assurds ayant o sinistre Assurds ayant sinistre Assur& ayant 2 sinistres Assurds ayant 3 sinistres et plus. On ddmontre encore que le nombre moyen de sinistres des assur6s ayant (x et +) sinistres est: x+f Par exemple, si la frdquence du groupe est F = o,4, la frdquence moyenne des assurds ayant (3 sinistres et +) est 3, 4. Ces formules simplifient considdrablement les calculs lids aux sirdstres (calculs de bonus-malus par exemple). Applications numdriques (exemples tirds de l'ouvrage de M. Depoid) i. Sur un groupe de voitures de tourisme, usage promenade en Frdquence moyenne: o,324. Nombre de vo.hmules.nolnbre de Sinistres Observations Poisson sl mple Pearson { l)elaporte) Aj ustement~ Formule l)el)oul :ornlule 13rmhler (} et -t 3~ t ,2 O,6 3t ~o 4,6 1,3 o,3 310 r 3t ,5 4,7 1,3 1,2 o,2 0,4.es trois ajustements sont trhs bons.

4 SNSTRES EN ASSUR.ANCE AUTOMOBLE Exemples avec des fr&luences extr4mes. 3) Renault 4 CV -- Province en groupe de o.784 vdhicules de frdquence moyenne o,o93 Ndfr de simstres O1)servations o q 835 t ,t el q-, --- Nombre tic vdluculcs Poisson rumple Q[ 1 43 Formule Brmhler o b) Citroen D Paris en groupe de vdhicules de frdquence moyenne 0,679 Ndfr dc simstres O et + Observations ~.345, T7 2 Nombre do Vdhiculcs Poisson Sllllple J l?ornltllc Brlch_lef_ i 13o i t 7 58 ~3 [o 36 t 4 -- O La formule 13richler est un cas particulier de lx formule Delaporte en faisan t" t 1" 2. LASONS ENTRE LES FR~QUENCES D'ANN~ES SUCCESSVES M. Depoid a donnd dans son ouvrage l'exemple suivant qui fait apparaitre darts unc population d'assur6s, les liaisons entre los rdsultats des ann6es succcssives: 1.25o contrats observds pendant 4 ans en ne conservant quc les assur6s restss dans la Socidtd 8 mois art nloins

5 9 SNSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE Sinistrcs la 6re ann6c de 26me alln6e Fr6quence moyenne de 3dine annde de 46me ann6e de la 2e g la 4e 0 i 2ct+ (nloyenne 2,5 ) i o,47 o,72 i,o6 0,39 0,33 0,60 0,45 o,9o 0,58 0,4 o,63 0,94 Ensemble frdqtlence llloycll lie o,67t 0,631 0, 51 7,3S6 0,55 (On observe une baisse de la fr6quence gdn6rale du fait qu'on op~re sur une population fermde). M.Delaporte a l)roposd le module suivant: Frdquence lide par le rdsultat x d'une annde: f P(x/f) df(f).fix =/2 ; e(xli) de(f) l0 et si on a x sinistres en.12 anndes: f P(x~/:)... P(x,,l: ) df(f) f lt/z "~ o P(xv:)...P(x,,/f) de(f) o x = hombre annuel de sinistres e-f fxi P(x,/f) = - xz! Sur l'exemple ci-dessus de M.Depoid, cette formulation permet de calculer les esp6rances math6matiques de 2&me, 3&lne, 46me alm6es, lifes par les frdquences de 6re annde; en corrigeant de la tendance b. la baisse signal~e, on trouve: S~11istres dc la de 26me ann6e grdquences hdes de 3~me mm6e de 46me ann6e O 2 ct -t %469 o,7o 1,066 o,384 0,582 o,874 0,287 0,434 0,652

6 SNSTRE~ EN ASSURANCE AUTOMOBLE 91 La concordance avec les rdsultats observds est satisfaisante, mais les calculs sont assez longs. Travaux rdcenls du Groupeme,nt Technique Accidents l.es observations r6centes ont confirm6 l'existence de liaisons entre les r4sultats d'anndes successives. Par exemple, sur 17o.ooo vdhicules dont les rdsultats ont 6t6 observds en 196o, 1961, 1962 (en zone normale, tous usages), on a trouv6: Simstres la t 6re 3,11116c. 0 t "2 3 i Vr6qucnce de 2e annde: o,t 7 0,37 o,59 0,85 4et + i,5 b) mistres e.n 2 a,~/.s : o oil frdquence annuelle: o '.2 0,5 3 4, et + 3 3,5 et + r6quence de 3 e annde : o, t35 0,26 o,41 0,62 o,0t t,31 1,85 vcrs 3 Le G.T.A. s'est propos6 d'6tablir une formule simple rendant COlnpte de ces liaisons. t) Formule approchde : En portant darts la formule des frdqueflces lides de M. Delaporte les valeurs des param~tres correspondant ~. la formule de distribution propos6e par M. Brichler, elle se rdduit ~.: + x f./x = F nf F = frdquence d'ensemble x = sinistres de n anndes Appliquons cette formule aux rdsultats d'observations indiquds ci-dessus, pour lesquels F = o,2t2 Smistres la tcxre annie o t l"rdquence de 26ii1c a.lllldc o, t 7 0, ,50 o,67,,let -- 0,87 l.a cortcordance n'est pas enti~rmnent satisfaisante.

7 0 2 SNiSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE.2) Formule ddveloppde: l.a formule indiqu6e plus haut a dt4 amdliorde r6cemmem par MM. Acher et Thiry, au prix, bien ellterldu, d'mm certaine complication. Supposons une population1 fermde, dont la frdquence d'ensemble 17 reste constante darts le temps (en fait, on salt qu'elle s'am6liore -- on rtdglige ce facteur). Pour ull assur6 de fr6quence k l'origine supposde dgale k f0 ~) on va d6terminer fl, f._,... frdquences des anndes i,.2... en fonction des n anndes d'assurance 6coul6es et des sinistres observds pendant ces n ann6es. L'ajustement a 6t6 ddtermin6 sur 3 ann6es du fair qu'en Statistique Commune, on a des observations pour 3 anndes cons6cutives 6o et de fagon clue, pour l'ensemble des assurds, la fr6quence soit F chaque am~de. On pose, aprss n mmdes a+bs f, -4- = fo le --F n off s = fon.ctiort de x (hombre de sin.istres pendant les n ann4es) et a, b, k des param6tres d6pendant de f0. Oll supposeque s=o si x= o. Ajuslemenl de a el de k: ) Pour n : o qui entrahle x - ~ o, on a la frdquence de 6re an- ride fl qu'oll suppose = f. d'oh a = k 2) Pour n ~-, si ort a eu o sinistre ell are armde, on afe/o - : a f0 a. _4_ (/~/o = fr4quence 26me ann6e si o sinistre la 6re ann6e). d'oh a : fo f2/o ~) Fr6quencc d'originc frdquencc supposde g la souscrlptlon du contrat. --

8 SNSTRES EN ASSURANCE AUFOMOB~~ 93 Pour diff6rentes f0 et en utilisant les.3 sdries d'obscrvation, on trouve un ajustement global assez bon ell prenant: A just.ement de b: log a -- o,25 Supposoas au d4part que s -- x, hombre dc siaistrcs. Vu la stabilit6 de F, si on a une population de n assurfs de frdquence de ddpart f0, fo N onto Sin. la kre 1 + fo annde En 26me amldc la fr6qucncc sera" A/o = f,, a + fo ont " la N l = N o - + fo hre annde A, f. No et + = Ntf oont 2 Sin. et + " la 6re annde f2/.o+ (Formules Brichler) Err dcrivant que 1: se conserve" oh --fo a+b a + b (2 + x) a+i )~ --= jq) F = Nfo = NoxA/,, + N~ xf~/~ + N: ot + xa/: + d'ofi l'on tire: b - En fait, l'expdrience montre que les rdsultats se rapprochcat davantage des observations en prcnant pourn ~.~... s ~ x pour n = 2... s = hombre de sin, hre annde 0,8 --c- = hombre de sin, 2me annde x 1,2 pourn = 3... s = (sci-dessuspourn = 2) o,8 /o + rtombre de sin. 3me aande x 1,2 ce qui ne change pas le calcul ci-dessus (puisqu'on ale mfme hombre total de sinistres chaque arm6e). Cette ponddration correspond au fair observ6 que les sinistres plus rdcents phsent plus lourd. On peut etlcore amdliorer en prenant : s =x~ x Oil ~= + ~ ~6taatdei'ordrcdco,~

9 - - X -.l:(,) 94 SNSTRES EN ASSURANCE AU''OMO3L'2 i1 vient alors: b --~-fo ( + ~) En pratique, oa a retenu au G.T.A. pour le~ calculs courants: a+bs J~,,1 = fo - - s" - avec log a -- 0,125 b fo f.{t,,) Exemple d'application pour fo = 0,212 :c 1 vient: f.+t =f. 3, / 29 x(,1) z On dmme ici lc rapport' fll /0 ~ l 3,89 + n OO Darts chaque case la hre ligne est la valeur observ6e en Statistique Commune, la 26me lig~m est le rdsultat du calcul. lnd~ces de Frdquences de 2eme annde Sinistres la thrc ann6e 0 t et + Fr6quences de 26me annde oc t 76 2Q mhces de Jrdquences de 3eme annee 'bt mstres la Sistrcs la 2 0 anll~o _ o J et ~ et J i [ 48t 83T J o i l.a concordance est bonne saul pour la dcrrdhre case du second tableau qui cozlcerrte un trhs petit hombre d'assur6s.

10 SNSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE 95 ANNEXE Les formules des pages 6 et 9 sont k rapprocher de celle de la,,prime po~ld~r~e" propos~e par M. Brichler dans uric communication ~ l'nstitut des Actuaires Frangais (Bulletin Juin p. 2Ol). s'agit d'mle prime variant chaque anude cn follction du uombre de sinistres (comnae la,,prime model6e" de M. Delaporte). Le principe enest le suivant: La premi6re ann6e, l'assur6 paye la prime Po correspondant au vdhicule, ~ la zo21e, kt l'usage, etc... Apr~s n ann&s, s'il a eu x sinistres, le cofit moyml des sinistres dtaat C, la prime pourrait ~tre Ea fait, nous estimons que la prime ~. percevoir rdellemeat doit fitre un compromis mltre-la prime de sa catfgorie (Po), prime moyenne dtablie au vn de statistiques provenant de nombreuses observations-et rcn, rdsultant de l'observation des sinistres individuels sur un nombre d'annfies en gfindral petit et done en pattie alfiatoire. xc Le compromis peut ~tre une moymme ponddrde: qg l)/, -- ~P,, + f~=,, La prdcision de rc~ s'amdliorant chaque annde, ~ doit 6tl'e une fonction croissante de n. Prenons [3 = n, d'ofi: P?i, ~Po + xc D'autre part, pour assurer un bon dquilibre entre Po et r% il cortvient de preudre ~ d'autaut plus grand que Po est petit. k En posaitt Po = ~jxc, preaons X = -- f,, k+x k+x 1 vient P~ k/f o + ~ k + ufo -- C-- Po La formule de la page 6 correspond k k = i.

11 9 6 SiNSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE Nous avolts obtenu des rdsultats numdriques tr~s voisins de ceux de la prime modelde de M. Delaporte en pre,lant pour k tree valeur un peu plus grande que (le --, 7), cc qui revient h domler un peu plus de poids h Po qu% r:,~. 0, 125 La formule de la pagc 9 con'espond h k = O /o XJo.

i. La Survena.nce des accidents

i. La Survena.nce des accidents SUJET B LES MATH~MATIQUES DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE Introduction de la discussion (rdsumd) P. J. DELAPORTE Plusieurs communications sont prdsentdes au Colloque sur les Mathdmatiques de l'assurance Automobile.

Plus en détail

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES PIERRE DELAPORTE Paris (France) Les accidents d'automobiles surviennent lorsqu'il se produit un ensemble

Plus en détail

a- par la Surveillance du Portefeuille.

a- par la Surveillance du Portefeuille. TARIFICATION DU RISQUE INDIVIDUEL D'ACCIDENTS D'AUTOMOBILES PAR LA PRIME MODELEE SUR LE RISQUE PIERRE J. DELAPORTE Paris, France Le principe de l'assurance contre les accidents d'automobiles est la formation

Plus en détail

LA SOIF DU BONUS. JEAN LEMAIRE Bruxelles

LA SOIF DU BONUS. JEAN LEMAIRE Bruxelles LA SOIF DU BONUS JEAN LEMAIRE Bruxelles R~su~ L'introduction d'un syst~me bonus-malus ind@pendant du montant des sinistres en assurance automobile incite les assur@s ~ prendre eux-msmes en charge les frais

Plus en détail

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE F. BICHSEL Berne Les 5 contributions suivantes ont ~td pr6sent6es sur le th~me no 3: par R. E. Beard: 2 contributions

Plus en détail

SUR LA Dt~TERMINATION DE LA RI~SERVE POUR SINISTRES EN SUSPENS DANS L'ASSURANCE AUTOMOBILE

SUR LA Dt~TERMINATION DE LA RI~SERVE POUR SINISTRES EN SUSPENS DANS L'ASSURANCE AUTOMOBILE SUR LA Dt~TERMINATION DE LA RI~SERVE POUR SINISTRES EN SUSPENS DANS L'ASSURANCE AUTOMOBILE LUIGI ~{OLINARO Rome I) Parmi les diffdrentes questions qui se posent dans l'~tude de l'assurance automobile,

Plus en détail

SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE. Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France.

SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE. Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France. SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE PAR M. MAURICE FRéCHET, Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France. INTRODUCTION Dans son ouvrage Introduction

Plus en détail

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus.

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus. JF WALHIN* J PARIS* * Université Catholique de Louvain, Belgique Le Mans Assurances, Belgique RÉSUMÉ Nous proposons une méthodologie générale pour construire un système bonus-malus équilibré basé sur une

Plus en détail

CONTRIBUTION A L'ETUDE DU BONUS POUR NON SINISTRE EN ASSURANCE AUTOMOBILE. Belgique

CONTRIBUTION A L'ETUDE DU BONUS POUR NON SINISTRE EN ASSURANCE AUTOMOBILE. Belgique CONTRIBUTION A L'ETUDE DU BONUS POUR NON SINISTRE EN ASSURANCE AUTOMOBILE P. THYRION Belgique I. INTRODUCTION I. La s61ection des risques est un des premiers principes fondamentaux que la th6orie de l'assurance

Plus en détail

BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION

BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION I. Gdndralitds BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION I1 est peu de probl~mes, dans l'industrie de l'assurance, dont la solution occasionne autant de difficult6s que celui consistant

Plus en détail

EXPLOITATION DU SONDAGE AUTOMOBILE I971 EN FRANCE PAR UNE M/~THODE D'ANALYSE MULT1DIM ENSIONNELLE. Paris

EXPLOITATION DU SONDAGE AUTOMOBILE I971 EN FRANCE PAR UNE M/~THODE D'ANALYSE MULT1DIM ENSIONNELLE. Paris EXPLOTATON DU SONDAGE AUTOMOBLE 971 EN FRANCE PAR UNE M/~THODE D'ANALYSE MULT1DM ENSONNELLE L'AssOCATON Gi~NZRALE DES SOCT;T~S LES ACCDENTS Paris D'ASSURANCES CONTRE Sous la responsabilit6 de l'association

Plus en détail

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z.

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. Page/0 - BUT DE LA MANIPULATION : Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. - LES PLANS D EXPERIENCE -LA METHODE DU DOCTEUR TAGUCHI. La mthodologie Taguchi de mise en oeuvre des plans

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

L'EVOLUTION DES TAUX DE CHANGE ENTRE LE FRANC RWANDAIS, LES MONNAIES DES PAYS VOISINS, LE DOLLAR AMERICAIN SUR LE MARCHE PARALLELE

L'EVOLUTION DES TAUX DE CHANGE ENTRE LE FRANC RWANDAIS, LES MONNAIES DES PAYS VOISINS, LE DOLLAR AMERICAIN SUR LE MARCHE PARALLELE ',, R~publique Rwandaise IAinist~re de I'Agriculture de I'Elevage et de 1'Environnement Division des Statistiques Agricoles Document de Travail No 36 L'EVOLUTION DES TAUX DE CHANGE ENTRE LE FRANC RWANDAIS,

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

TD 3 : suites réelles : application économique et nancière

TD 3 : suites réelles : application économique et nancière Mathématiques Appliquées Cours-TD : K. Abdi, M. Huaulmé, B. de Loynes et S. Pommier Université de Rennes 1 - L1 AES - 009-010 TD 3 : suites réelles : application économique et nancière Exercice 1 Calculer

Plus en détail

Série TD 3. Exercice 4.1. Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir, et il doit être infaillible! Exercice 4.3. Exercice 4.

Série TD 3. Exercice 4.1. Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir, et il doit être infaillible! Exercice 4.3. Exercice 4. Série TD 3 Exercice 4.1 Formulez un algorithme équivalent à l algorithme suivant : Si Tutu > Toto + 4 OU Tata = OK Alors Tutu Tutu + 1 Tutu Tutu 1 ; Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir,

Plus en détail

Le taux d'actualisation en assurance

Le taux d'actualisation en assurance The Geneva Papers on Risk and Insurance, 13 (No 48, July 88), 265-272 Le taux d'actualisation en assurance par Pierre Devolder* Introduction Le taux d'actualisation joue un role determinant dans Ia vie

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x)

ASSURANCE AUTOMOBILE ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x) ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x) Gilbert THIRY Membre d'honneur de l'iaf E.S.R.A. - Paris Dans toutes les sociétés d'assurances, le rôle de l'actuaire est incontournable pour optimiser

Plus en détail

Assurances Odn~rales de France, Paris

Assurances Odn~rales de France, Paris L'I~CRETEMENT DES SINISTRES "AUTOMOBILE" PAR LIONEL MOREAU Assurances Odn~rales de France, Paris SUMMARY French insurance companies usually classify their agents according to their results by branch and

Plus en détail

Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons

Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES. Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie,

SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES. Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie, SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES PAR M. JACQUES TOUCHARD, Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie, Egypte. Je me propose d'indiquer certaines équations fonctionnelles,

Plus en détail

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par J~AN i~t:t Paris TENDANCES NOUVELLES EN AUTOMATISME... La tendance la plus significative qui se d~gage.. consiste

Plus en détail

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident?

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Nathalie LEPINE GREMAQ, Université de Toulouse1, 31042 Toulouse, France GRAPE, Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

ACT3284 Modèles en assurance IARD Examen Final - 14 décembre 2011

ACT3284 Modèles en assurance IARD Examen Final - 14 décembre 2011 #1 À partir de l'information ci-dessous : Sinistres payés cumulatifs Réserves aux dossiers 12 mois 24 mois 36 mois 12 mois 24 mois 36 mois 2008 240,000 393,600 499,200 2008 160,000 120,000 79,200 2009

Plus en détail

Manuels de préparation aux examens suggérés pour les compétences évaluées par l'autorité des marchés financiers (AMF)

Manuels de préparation aux examens suggérés pour les compétences évaluées par l'autorité des marchés financiers (AMF) Manuels de préparation aux examens suggérés pour les compétences évaluées par l'autorité des marchés financiers (AMF) Tableaux sommaires Version 2015-05-01 Consultez les tableaux suivants afin d identifier

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

SYSTEME D EXPLOITATION : MS-DOS

SYSTEME D EXPLOITATION : MS-DOS !"# SYSTEME D EXPLOITATION : MS-DOS INTRODUCTION :!"# DEFINITION : # % & ' ( ) # # ) * + # #, #, -",.*",.*"/01- SYSTEME D EXPLOITATION MS-DOS : "%&'(!&"(%) +# -",.*" 2(# "%"&""&"(%) -",.*" 2 #-",.*" 3

Plus en détail

Equilibre technique d'un exercice de souscription

Equilibre technique d'un exercice de souscription ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS*) par JEAN SOUSSELIER, Paris La question est controvers~e de savoir si l'on doit tenir compte du revenu des placements -- et 6ventuellement des b6n6fices sur

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE Table des matières page Responsabilité Civile 2 Responsabilité civile Aperçu du degré bonus-malus 2 Responsabilité civile Entrée dans le système Bonus-Malus 3 Responsabilité

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

Théorie de la crédibilité

Théorie de la crédibilité ISFA - Année 2008-2009 Théorie de la crédibilité Chapitre 2 : Prime de Bayes Pierre-E. Thérond Email, Page web, Ressources actuarielles Langage bayesien (1/2) Considérons une hypothèse H et un événement

Plus en détail

APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE

APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE L. NEUMANN Vienne I. INTRODUCTION Nous donnerons ci-apr~s un aper~u de quelques domaines d'application de la

Plus en détail

Calcul élémentaire des probabilités

Calcul élémentaire des probabilités Myriam Maumy-Bertrand 1 et Thomas Delzant 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Licence 1ère Année 16-02-2006 Sommaire La loi de Poisson. Définition. Exemple. 1 La loi de Poisson. 2 3 4

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite www.thuraya.com Suivez-nous sur /thurayatelecom Restez Proche Associant parfaite mobilité et simplicité, Thuraya SatSleeve est le moyen

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence Chapitre 3 Mesures stationnaires et théorèmes de convergence Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée p.1 I. Mesures stationnaires Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée

Plus en détail

Résumé des protections des retraités Régime d'assurance collective des employés et retraités du Mouvement Desjardins

Résumé des protections des retraités Régime d'assurance collective des employés et retraités du Mouvement Desjardins Résumé des protections des retraités Régime d'assurance collective des employés et retraités du Mouvement Desjardins Juillet 2014 Introduction Le présent document vous fournit une vue d'ensemble des protections

Plus en détail

Modifications aux régimes d'assurance au 1 er janvier 2004

Modifications aux régimes d'assurance au 1 er janvier 2004 Modifications aux régimes d'assurance au 1 er janvier 2004 Pour les employés de bureau, métiers, techniciens, réseau, et spécialistes versés métiers et réseau Décembre 2003 Table des matières Assurance

Plus en détail

CULTURE GÉNÉRALE Histoire de l Art (RC) Philosophie (FB)

CULTURE GÉNÉRALE Histoire de l Art (RC) Philosophie (FB) RE ANNÉE SEMESTRE PRATIQUE ET INITIATION Dessin d observation et projet (FL [cd] + PC [a] + JMH [b]) Couleur / peinture (PC [cd] + AO [ab]) Espace / Volume (CLT [cd] + AT [ab]) Design (FC [ab] GG [cd])

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

ACCORD D'ENTREPRISE A DUREE INDETERMINEEINSTITUANTUN SYSTEME DE GARANTIES COLLECTIVES «REMBOURSEMENT DE FRAIS MEDICAUX»

ACCORD D'ENTREPRISE A DUREE INDETERMINEEINSTITUANTUN SYSTEME DE GARANTIES COLLECTIVES «REMBOURSEMENT DE FRAIS MEDICAUX» ACCORD D'ENTREPRISE A DUREE INDETERMINEEINSTITUANTUN SYSTEME DE GARANTIES COLLECTIVES «REMBOURSEMENT DE FRAIS MEDICAUX» ENTRE LES SOUSSIGNES: société MONOPRIX SA agissant tant pour son compte que celui

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels clos le 31 décembre 2013

Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels clos le 31 décembre 2013 ASSOCIATION «GRANDE TRAVERSEE DES ALPES» Association Loi 1901 Siège social : 6 rue Clôt-Bey 38000 GRENOBLE Cedex Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels clos le 31 décembre 2013 3 Avenue

Plus en détail

ASSUR-BP Auto des Particuliers

ASSUR-BP Auto des Particuliers ASSUR-BP Auto des Particuliers Assurez votre véhicule au plus près de vos besoins et de votre budget. EN BREF ASSUR-BP Auto est un contrat d assurance automobile modulable qui prend soin de votre véhicule

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres en assurance RC automobiles

Evolution de la fréquence des sinistres en assurance RC automobiles Evolution de la fréquence des sinistres en assurance RC automobiles Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des

Plus en détail

PROBLEMES DIOPTIMISATION EN NOMBRES ENTIERS J. L. NICOLAS

PROBLEMES DIOPTIMISATION EN NOMBRES ENTIERS J. L. NICOLAS PROBLEMES DIOPTIMISATION EN NOMBRES ENTIERS ET APPROXIMATIONS DIOPHANTIENNES J. L. NICOLAS Cet article expose sup 3 e quelques iter'f~reces etre les pr'obl~res dloptimisatio e hombres etiers et la th~or-ie

Plus en détail

FONCTIONS À CROISSANCE RÉGULIÈRE

FONCTIONS À CROISSANCE RÉGULIÈRE P. LEVY (Paris - Francia) FONCTIONS À CROISSANCE RÉGULIÈRE ET ITÉRATION D'ORDRE FRACTIONNAIRE 1. - Une fonction teue que ^c+e~ x sin log x, malgré la lenteur et la petitesse de ses osciuations, nous apparaît

Plus en détail

Le Préfet de Seine et Marne, Officier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre National du Mérite,

Le Préfet de Seine et Marne, Officier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre National du Mérite, IRECTION ES ACTIONS INTERMINISTERIELLES --------------------------------- Bureau des Installations Classées Mines - Carrières ------------------- Arrêté préfectoral n 04 AI 2 IC 271 autorisant la société

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE OPERATIONS DE FIN D EXERCICE COMPTABLE Sommaire L INVENTAIRE... 2 LA DETERMINATION DES CHARGES ET DES PROVISIONS... 3 LES IMMOBILISATIONS... 3 LES AMORTISSEMENTS... 4 LES PROVISIONS POUR DEPRECIATION...

Plus en détail

INFORMATIONS CONCERNANT LES CONDITIONS DU DROIT AUX PRESTATIONS DU PLAN DE RETRAITE SUIVANT LES RÈGLEMENTS TCHÈQUES EN MATIÈRE D'ASSURANCE SOCIALE

INFORMATIONS CONCERNANT LES CONDITIONS DU DROIT AUX PRESTATIONS DU PLAN DE RETRAITE SUIVANT LES RÈGLEMENTS TCHÈQUES EN MATIÈRE D'ASSURANCE SOCIALE INFORMATIONS CONCERNANT LES CONDITIONS DU DROIT AUX PRESTATIONS DU PLAN DE RETRAITE SUIVANT LES RÈGLEMENTS TCHÈQUES EN MATIÈRE D'ASSURANCE SOCIALE L'assurance sociale couvre les pensions suivantes : -

Plus en détail

ANNEXES Garanties RC Circulation Circuit

ANNEXES Garanties RC Circulation Circuit S Garanties RC Circulation Circuit Annexe au contrat RC Circulation Circuit à la Journée - 69401 602 477... Page 2 Annexe au contrat RC Circulation Circuit à l année - 69401 602 478... Page 3 Annexe au

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998)

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) Comme indiqué plus haut, l'ordonnance de 1828 avait organisé l'administration centrale

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

ANNALES SCIENTIFIQUES DE L É.N.S.

ANNALES SCIENTIFIQUES DE L É.N.S. ANNALES SCIENTIFIQUES DE L É.N.S. Y. KATZNELSON Sur les algèbres dont les éléments non négatifs admettent des racines carrées Annales scientifiques de l É.N.S. 3 e série, tome 77, n o 2 (1960), p. 167-174.

Plus en détail

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE 672 REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE Application au calcul des valeurs devenir et des dommages-intérêts Les problèmes d'évaluation des forêts ou d'estimation

Plus en détail

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles.

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles. COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur INSTITUTIONS FINANCIÈRES Assurance MARKT/2519/02 FR Orig. EN Bruxelles, le 27 septembre 2002 MARKT/C2/MAAT D(2002) NOTE AUX MEMBRES DU SOUS-COMITE SOLVABILITE

Plus en détail

ALLOCATIONS POUR FRAIS D'EMPLOI

ALLOCATIONS POUR FRAIS D'EMPLOI 2041 GP N 50688#14 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. ALLOCATIONS

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939)

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) Par Boris Gourévitch "L'univers de Pi" http://go.to/pi314 sai1042@ensai.fr Alors ça, c'est fort... Tranches de vie Autour de Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) est transcendant!!! Carl Louis

Plus en détail

rf( 1 f(x)x dx = O. ) U concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse

rf( 1 f(x)x dx = O. ) U concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse page 8 AGREGATIN de MATHEMATIQUES: 1991 1/5 externeanalyse concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse NTATINS ET DGFINITINS Dans tout le problème, R+ désigne l intervalle

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

!" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $'

! #$#% #& ' ( &)(*% * $*' )#*(+#%(' $#),)- '(*+.%#'#/* ') $' !" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $' &!*#$)'#*&)"$#().*0$#1' '#'((#)"*$$# ' /("("2"(' 3'"1#* "# ),," "*(+$#1' /&"()"2$)'#,, '#' $)'#2)"#2%#"!*&# )' )&&2) -)#( / 2) /$$*%$)'#*+)

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Par la présente et conformément à notre règlement interne, je me permets de poser une question parlementaire à Monsieur le Ministre des Finances.

Par la présente et conformément à notre règlement interne, je me permets de poser une question parlementaire à Monsieur le Ministre des Finances. groupe d el '. parlementaire, grel1g Monsieur ;~E~lAMBRE DES DEPUTES 1, Entrée le: 1... ~~\t~lj~ le Président, 28 oe. 11 --Z120 Monsieur Laurent Mosar Président de la Chambre des Député-e-s Luxembourg

Plus en détail

Conditions générales pour l'assurance-vie individuelle

Conditions générales pour l'assurance-vie individuelle Conditions générales pour l'assurance-vie individuelle (Édition 2011 EEL008F5) Tables des matières 1 Bases du contrat 2 Déclaration obligatoire 2.1 Conséquences d'une réticence 3 Droit de révocation 4

Plus en détail

ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE

ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE Yannick MACÉ Statisticien-Economiste Responsable du Secteur Analyses Techniques, Groupama (C.C.A.M.A.)

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES ET MM les Directeurs Date : 05/07/78. des Caisse Primaires d'assurance Maladie. des Caisses Régionales

Plus en détail

Solution Le problème à un million de dollars

Solution Le problème à un million de dollars Solution Le problème à un million de dollars Dans le présent scénario, un homme (le «proposant») souhaite disposer d un million de dollars pour chaque personne qui atteint l âge de 100 ans. Il veut calculer

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Étude de cas Assurance

Étude de cas Assurance Étude de cas Assurance I.Les données L échantillon est constitué de 1106 assurés Belges observés en 1992 et répartis en 2 groupes. - les assurés qui n ont eu aucun accident dans l année, qui sont au nombre

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA D UNE INTERNET SUR PUBLIÉ PAR

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA D UNE INTERNET SUR PUBLIÉ PAR L OBSERVATOIRE DES E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES A LA D UNE INTERNET ASSURANCE SANTÉ SUR PUBLIÉ PAR QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier, filiale d Alptis Assurances.

Plus en détail

Arrêtons. «Article 11

Arrêtons. «Article 11 Projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal modifié du 11 novembre 2003 pris en exécution de la loi du 16 avril 2003 relative à l'assurance obligatoire de la responsabilité civile

Plus en détail

Patrimoines. La retraite Le moment pour vous simplifier la vie

Patrimoines. La retraite Le moment pour vous simplifier la vie Patrimoines La retraite Le moment pour vous simplifier la vie Le vieil adage «dans les petits pots, les bons onguents» semble avoir perdu toute signification, plus particulièrement en Amérique du Nord.

Plus en détail

ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011. INTEV A Products France

ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011. INTEV A Products France 1. ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011 INTEV A Products France Le présent accord est conclu pour l'année 2011 entre, d'une part, la Société INTEVA Products France, représentée par Mme Michèle Regnier Abrial,

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Marche à suivre pour une demande de règlement en cas d'invalidité

Marche à suivre pour une demande de règlement en cas d'invalidité Marche à suivre pour une demande de règlement en cas d'invalidité Directives pour le demandeur 1. Veuillez remplir la Déclaration du demandeur pour l'assurance créance collective en cas d'invalidité. N'oubliez

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

A venant 8 à la convention médicale- Principes de sélection des médecins aux pratiques tarifaires excessives

A venant 8 à la convention médicale- Principes de sélection des médecins aux pratiques tarifaires excessives '. A venant 8 à la convention médicale- Principes de sélection des médecins aux pratiques tarifaires excessives,----------------- ~rassurance La sante ::>regresse avec vou s Avenant n 8 à la convention

Plus en détail

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux L'INTÉRÊT COMPOSÉ 2.1 Généralités Un capital est placé à intérêts composés lorsque les produits pendant la période sont ajoutés au capital pour constituer un nouveau capital qui, à son tour, portera intérêt.

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Les badges de chantier*

Les badges de chantier* Fabienne Muller Université de Strasbourg - Octobre 2013 Les badges de chantier* * Travail réalisé à partir de l'exploitation des questionnaires envoyés aux partenaires concernés par les dispositifs, éventuellement

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR Calculatrices autorisées. Système d ouverture de TGV Le sujet comprend : 11 pages dactylographiées ; 2 annexes ; 1 document réponse. Objet de l'étude Le transport

Plus en détail

LE MODELE CONCEPTUEL DE DONNEES

LE MODELE CONCEPTUEL DE DONNEES LE MODELE CONCEPTUEL DE DONNEES Principe : A partir d'un cahier des charges, concevoir de manière visuelle les différents liens qui existent entre les différentes données. Les différentes étapes de réalisation.

Plus en détail

Conditions Générales Assurance Auto Top Circulation et Top Occupants

Conditions Générales Assurance Auto Top Circulation et Top Occupants Conditions Générales Assurance Auto Top Circulation et Top Occupants Table des matières 1. Qu'entend-on par? 2 Page 2. Qui est assuré? 2 3. Quand est-on assuré? 3.1. Formules 2 3.2. Extensions de garantie

Plus en détail

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 I. Environnement économique 2009 SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) 31 625 Taux de croissance de l'économie 3,00% II. Environnement Institutionnel

Plus en détail

DICTIONNAIRE DES ANOMALIES IRIS

DICTIONNAIRE DES ANOMALIES IRIS DICTIONNAIRE DES ANOMALIES IRIS Version 17.00 Maîtrise d'ouvrage Déléguée IRIS (CPAM de ROUEN) 29/12/2005 1. Les types de contrôles effectués par IRIS Cliquez ICI pour atteindre la table des matières IRIS

Plus en détail