i~tude SUR LA SURVENANCE DES SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE M. BRICHLER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "i~tude SUR LA SURVENANCE DES SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE M. BRICHLER"

Transcription

1 i~tude SUR LA SURVENANCE DES SNSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE M. BRCHLER. DSTRBUTON DES ASSUR~S SELON LE NOMBRE DES SiNSTRES DANS UNE P~ROD].~ DE TEMPS )~TERMN~E On sait que la loi de Poisson simple reprdsente mal la distribution des sinistres d'un groupe observfi d'automobilistes du fait que tout gq'oupe que l'on peut,6tudier en pratique, m6me s'il est composd d'assur6.s prfisentant des caract4ristiques communes (mfime zone de circulation, m6me type de v4hicule, m6me utilisation de ce v4hicule,...) est h4t4rog~ne quant aux autres caractfiristiques et surtout quant au comportement persmmel des assurds, dldment dont l'influence sur les rdsultats du risque est M. Delaporte a obtenu une reprfisentatio~l int~ressante du ph~nom~ne en supposant que les sin.istres d'un vfihicule se suivant une loi de Poisson de moyemm donn4e, et que les moyennes de chaque v4hicule du groupe 4tudi~ se distribuent selon une loi de Pearson type d'dquation : a o df(s) -- e-,(s - s.) (s -- s.) ~ - ~ ds r(b) off l'(b) est la fonetion euldrienne de 2'"'"" esp6ce" '(b) = ~e z.vb ldx o a, b, et so dtant des param~tres dont la valeur est calculde en dgalant les expressions des 3 premiers moments thdoriques aux moments correspondants ol)servds. Cette formule conduit k des calculs assez longs. M. Depoid a propos4 Ulm formulc plus simple Si nz est, sur o.ooo vdhicules, le hombre de ceux ayant eu darts l'ann~e a~t moins x sinistres, on a sensiblement : log n x = 4 -- tz

2 SNSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE 8 7 dtant donnd par la relation off F -- frdquence du groupe. M. Depoid utilisait" on province : 5. Paris : -= a+bf L - = 0, F! - = 0,84 + 3,5F t M. Brichler a obtenu des r&ultats an%liords avec la formule suivante: qui permet en outre des calculs tr~s simplifi6s. On en tire en effet, en appelant N le hombre des vdhicules du groupe et N.. le hombre de ceux ayant eu e:cactemen! x sinistres: N o -- N Ni : No 1; ~+F N 2 : N 1 F F Nx : Nz- Jv F On vdrifie facilelnent que x E N x = N z o

3 88 SNSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE et que: x W xn z = NF x 0 En sommant de x /t l'infini, on ale hombre de vdhicules ayant (x et +) sinistres: N x et + = N x_ t F /expression ci-dessus est tr~s commode en pratique, puisqu'elle permet de classer la totalit6 de la population, par exemple" Assurds ayant o sinistre Assurds ayant sinistre Assur& ayant 2 sinistres Assurds ayant 3 sinistres et plus. On ddmontre encore que le nombre moyen de sinistres des assur6s ayant (x et +) sinistres est: x+f Par exemple, si la frdquence du groupe est F = o,4, la frdquence moyenne des assurds ayant (3 sinistres et +) est 3, 4. Ces formules simplifient considdrablement les calculs lids aux sirdstres (calculs de bonus-malus par exemple). Applications numdriques (exemples tirds de l'ouvrage de M. Depoid) i. Sur un groupe de voitures de tourisme, usage promenade en Frdquence moyenne: o,324. Nombre de vo.hmules.nolnbre de Sinistres Observations Poisson sl mple Pearson { l)elaporte) Aj ustement~ Formule l)el)oul :ornlule 13rmhler (} et -t 3~ t ,2 O,6 3t ~o 4,6 1,3 o,3 310 r 3t ,5 4,7 1,3 1,2 o,2 0,4.es trois ajustements sont trhs bons.

4 SNSTRES EN ASSUR.ANCE AUTOMOBLE Exemples avec des fr&luences extr4mes. 3) Renault 4 CV -- Province en groupe de o.784 vdhicules de frdquence moyenne o,o93 Ndfr de simstres O1)servations o q 835 t ,t el q-, --- Nombre tic vdluculcs Poisson rumple Q[ 1 43 Formule Brmhler o b) Citroen D Paris en groupe de vdhicules de frdquence moyenne 0,679 Ndfr dc simstres O et + Observations ~.345, T7 2 Nombre do Vdhiculcs Poisson Sllllple J l?ornltllc Brlch_lef_ i 13o i t 7 58 ~3 [o 36 t 4 -- O La formule 13richler est un cas particulier de lx formule Delaporte en faisan t" t 1" 2. LASONS ENTRE LES FR~QUENCES D'ANN~ES SUCCESSVES M. Depoid a donnd dans son ouvrage l'exemple suivant qui fait apparaitre darts unc population d'assur6s, les liaisons entre los rdsultats des ann6es succcssives: 1.25o contrats observds pendant 4 ans en ne conservant quc les assur6s restss dans la Socidtd 8 mois art nloins

5 9 SNSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE Sinistrcs la 6re ann6c de 26me alln6e Fr6quence moyenne de 3dine annde de 46me ann6e de la 2e g la 4e 0 i 2ct+ (nloyenne 2,5 ) i o,47 o,72 i,o6 0,39 0,33 0,60 0,45 o,9o 0,58 0,4 o,63 0,94 Ensemble frdqtlence llloycll lie o,67t 0,631 0, 51 7,3S6 0,55 (On observe une baisse de la fr6quence gdn6rale du fait qu'on op~re sur une population fermde). M.Delaporte a l)roposd le module suivant: Frdquence lide par le rdsultat x d'une annde: f P(x/f) df(f).fix =/2 ; e(xli) de(f) l0 et si on a x sinistres en.12 anndes: f P(x~/:)... P(x,,l: ) df(f) f lt/z "~ o P(xv:)...P(x,,/f) de(f) o x = hombre annuel de sinistres e-f fxi P(x,/f) = - xz! Sur l'exemple ci-dessus de M.Depoid, cette formulation permet de calculer les esp6rances math6matiques de 2&me, 3&lne, 46me alm6es, lifes par les frdquences de 6re annde; en corrigeant de la tendance b. la baisse signal~e, on trouve: S~11istres dc la de 26me ann6e grdquences hdes de 3~me mm6e de 46me ann6e O 2 ct -t %469 o,7o 1,066 o,384 0,582 o,874 0,287 0,434 0,652

6 SNSTRE~ EN ASSURANCE AUTOMOBLE 91 La concordance avec les rdsultats observds est satisfaisante, mais les calculs sont assez longs. Travaux rdcenls du Groupeme,nt Technique Accidents l.es observations r6centes ont confirm6 l'existence de liaisons entre les r4sultats d'anndes successives. Par exemple, sur 17o.ooo vdhicules dont les rdsultats ont 6t6 observds en 196o, 1961, 1962 (en zone normale, tous usages), on a trouv6: Simstres la t 6re 3,11116c. 0 t "2 3 i Vr6qucnce de 2e annde: o,t 7 0,37 o,59 0,85 4et + i,5 b) mistres e.n 2 a,~/.s : o oil frdquence annuelle: o '.2 0,5 3 4, et + 3 3,5 et + r6quence de 3 e annde : o, t35 0,26 o,41 0,62 o,0t t,31 1,85 vcrs 3 Le G.T.A. s'est propos6 d'6tablir une formule simple rendant COlnpte de ces liaisons. t) Formule approchde : En portant darts la formule des frdqueflces lides de M. Delaporte les valeurs des param~tres correspondant ~. la formule de distribution propos6e par M. Brichler, elle se rdduit ~.: + x f./x = F nf F = frdquence d'ensemble x = sinistres de n anndes Appliquons cette formule aux rdsultats d'observations indiquds ci-dessus, pour lesquels F = o,2t2 Smistres la tcxre annie o t l"rdquence de 26ii1c a.lllldc o, t 7 0, ,50 o,67,,let -- 0,87 l.a cortcordance n'est pas enti~rmnent satisfaisante.

7 0 2 SNiSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE.2) Formule ddveloppde: l.a formule indiqu6e plus haut a dt4 amdliorde r6cemmem par MM. Acher et Thiry, au prix, bien ellterldu, d'mm certaine complication. Supposons une population1 fermde, dont la frdquence d'ensemble 17 reste constante darts le temps (en fait, on salt qu'elle s'am6liore -- on rtdglige ce facteur). Pour ull assur6 de fr6quence k l'origine supposde dgale k f0 ~) on va d6terminer fl, f._,... frdquences des anndes i,.2... en fonction des n anndes d'assurance 6coul6es et des sinistres observds pendant ces n ann6es. L'ajustement a 6t6 ddtermin6 sur 3 ann6es du fair qu'en Statistique Commune, on a des observations pour 3 anndes cons6cutives 6o et de fagon clue, pour l'ensemble des assurds, la fr6quence soit F chaque am~de. On pose, aprss n mmdes a+bs f, -4- = fo le --F n off s = fon.ctiort de x (hombre de sin.istres pendant les n ann4es) et a, b, k des param6tres d6pendant de f0. Oll supposeque s=o si x= o. Ajuslemenl de a el de k: ) Pour n : o qui entrahle x - ~ o, on a la frdquence de 6re an- ride fl qu'oll suppose = f. d'oh a = k 2) Pour n ~-, si ort a eu o sinistre ell are armde, on afe/o - : a f0 a. _4_ (/~/o = fr4quence 26me ann6e si o sinistre la 6re ann6e). d'oh a : fo f2/o ~) Fr6quencc d'originc frdquencc supposde g la souscrlptlon du contrat. --

8 SNSTRES EN ASSURANCE AUFOMOB~~ 93 Pour diff6rentes f0 et en utilisant les.3 sdries d'obscrvation, on trouve un ajustement global assez bon ell prenant: A just.ement de b: log a -- o,25 Supposoas au d4part que s -- x, hombre dc siaistrcs. Vu la stabilit6 de F, si on a une population de n assurfs de frdquence de ddpart f0, fo N onto Sin. la kre 1 + fo annde En 26me amldc la fr6qucncc sera" A/o = f,, a + fo ont " la N l = N o - + fo hre annde A, f. No et + = Ntf oont 2 Sin. et + " la 6re annde f2/.o+ (Formules Brichler) Err dcrivant que 1: se conserve" oh --fo a+b a + b (2 + x) a+i )~ --= jq) F = Nfo = NoxA/,, + N~ xf~/~ + N: ot + xa/: + d'ofi l'on tire: b - En fait, l'expdrience montre que les rdsultats se rapprochcat davantage des observations en prcnant pourn ~.~... s ~ x pour n = 2... s = hombre de sin, hre annde 0,8 --c- = hombre de sin, 2me annde x 1,2 pourn = 3... s = (sci-dessuspourn = 2) o,8 /o + rtombre de sin. 3me aande x 1,2 ce qui ne change pas le calcul ci-dessus (puisqu'on ale mfme hombre total de sinistres chaque arm6e). Cette ponddration correspond au fair observ6 que les sinistres plus rdcents phsent plus lourd. On peut etlcore amdliorer en prenant : s =x~ x Oil ~= + ~ ~6taatdei'ordrcdco,~

9 - - X -.l:(,) 94 SNSTRES EN ASSURANCE AU''OMO3L'2 i1 vient alors: b --~-fo ( + ~) En pratique, oa a retenu au G.T.A. pour le~ calculs courants: a+bs J~,,1 = fo - - s" - avec log a -- 0,125 b fo f.{t,,) Exemple d'application pour fo = 0,212 :c 1 vient: f.+t =f. 3, / 29 x(,1) z On dmme ici lc rapport' fll /0 ~ l 3,89 + n OO Darts chaque case la hre ligne est la valeur observ6e en Statistique Commune, la 26me lig~m est le rdsultat du calcul. lnd~ces de Frdquences de 2eme annde Sinistres la thrc ann6e 0 t et + Fr6quences de 26me annde oc t 76 2Q mhces de Jrdquences de 3eme annee 'bt mstres la Sistrcs la 2 0 anll~o _ o J et ~ et J i [ 48t 83T J o i l.a concordance est bonne saul pour la dcrrdhre case du second tableau qui cozlcerrte un trhs petit hombre d'assur6s.

10 SNSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE 95 ANNEXE Les formules des pages 6 et 9 sont k rapprocher de celle de la,,prime po~ld~r~e" propos~e par M. Brichler dans uric communication ~ l'nstitut des Actuaires Frangais (Bulletin Juin p. 2Ol). s'agit d'mle prime variant chaque anude cn follction du uombre de sinistres (comnae la,,prime model6e" de M. Delaporte). Le principe enest le suivant: La premi6re ann6e, l'assur6 paye la prime Po correspondant au vdhicule, ~ la zo21e, kt l'usage, etc... Apr~s n ann&s, s'il a eu x sinistres, le cofit moyml des sinistres dtaat C, la prime pourrait ~tre Ea fait, nous estimons que la prime ~. percevoir rdellemeat doit fitre un compromis mltre-la prime de sa catfgorie (Po), prime moyenne dtablie au vn de statistiques provenant de nombreuses observations-et rcn, rdsultant de l'observation des sinistres individuels sur un nombre d'annfies en gfindral petit et done en pattie alfiatoire. xc Le compromis peut ~tre une moymme ponddrde: qg l)/, -- ~P,, + f~=,, La prdcision de rc~ s'amdliorant chaque annde, ~ doit 6tl'e une fonction croissante de n. Prenons [3 = n, d'ofi: P?i, ~Po + xc D'autre part, pour assurer un bon dquilibre entre Po et r% il cortvient de preudre ~ d'autaut plus grand que Po est petit. k En posaitt Po = ~jxc, preaons X = -- f,, k+x k+x 1 vient P~ k/f o + ~ k + ufo -- C-- Po La formule de la page 6 correspond k k = i.

11 9 6 SiNSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE Nous avolts obtenu des rdsultats numdriques tr~s voisins de ceux de la prime modelde de M. Delaporte en pre,lant pour k tree valeur un peu plus grande que (le --, 7), cc qui revient h domler un peu plus de poids h Po qu% r:,~. 0, 125 La formule de la pagc 9 con'espond h k = O /o XJo.

i. La Survena.nce des accidents

i. La Survena.nce des accidents SUJET B LES MATH~MATIQUES DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE Introduction de la discussion (rdsumd) P. J. DELAPORTE Plusieurs communications sont prdsentdes au Colloque sur les Mathdmatiques de l'assurance Automobile.

Plus en détail

"-2 X~+t-- X~ + ~" = g(x~) u

-2 X~+t-- X~ + ~ = g(x~) u DISTRIBUTIONS DES SINISTRES INCENDIE SELON LEUR COOT GIOVANNA?IL2R RARA It:din Ii. INTRODUCTION On peut penser que la dimension des sinistres est la rdsultante d'un tr~s grand hombre de causes ind@endantes

Plus en détail

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES PIERRE DELAPORTE Paris (France) Les accidents d'automobiles surviennent lorsqu'il se produit un ensemble

Plus en détail

a- par la Surveillance du Portefeuille.

a- par la Surveillance du Portefeuille. TARIFICATION DU RISQUE INDIVIDUEL D'ACCIDENTS D'AUTOMOBILES PAR LA PRIME MODELEE SUR LE RISQUE PIERRE J. DELAPORTE Paris, France Le principe de l'assurance contre les accidents d'automobiles est la formation

Plus en détail

QUELQUES OBSERVATIONS STATISTIQUES SUR LA VARIABLE,,NOMBRE DE SINISTRES" EN ASSURANCE AUTOMOBILE. P. THYRION J3ruxelles

QUELQUES OBSERVATIONS STATISTIQUES SUR LA VARIABLE,,NOMBRE DE SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE. P. THYRION J3ruxelles QUELQUES OBSERVATONS STATSTQUES SUR LA VARABLE,,NOMBRE DE SNSTRES" EN ASSURANCE AUTOMOBLE P. THYRON Jruxelles R~su.~1~ Cette note ne risque pas de pr@ter le fllc ~ une critique souvent adresse ASTN, l'excs

Plus en détail

LA SOIF DU BONUS. JEAN LEMAIRE Bruxelles

LA SOIF DU BONUS. JEAN LEMAIRE Bruxelles LA SOIF DU BONUS JEAN LEMAIRE Bruxelles R~su~ L'introduction d'un syst~me bonus-malus ind@pendant du montant des sinistres en assurance automobile incite les assur@s ~ prendre eux-msmes en charge les frais

Plus en détail

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE F. BICHSEL Berne Les 5 contributions suivantes ont ~td pr6sent6es sur le th~me no 3: par R. E. Beard: 2 contributions

Plus en détail

A PROPOS DE LA DISTRIBUTION DES CAS DE MALADIE ENTRE LES ASSURES ET PAR RAPPORT A LA DUREE

A PROPOS DE LA DISTRIBUTION DES CAS DE MALADIE ENTRE LES ASSURES ET PAR RAPPORT A LA DUREE A PROPOS DE LA DSTRBUTON DES CAS DE MALADE ENTRE LES ASSURES ET PAR RAPPORT A LA DUREE par MARO ALBERTO COPPN Rome (talie) 1. 1 est un fair bien connu que la technique des assurances, qu'eues soient privies

Plus en détail

RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ

RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ Paris, France LES SOURCES D'INFORMATION I1 a 6t6 cr66 en France, en I948, dans le cadre de l'association G6n6rale

Plus en détail

DE LA PUISSANCE DES ENSEMBLES PARFAITS DE POINTS. Extrait d'une lettre adressse ~ l'$diteur PAR G. CANTOR HALLE.

DE LA PUISSANCE DES ENSEMBLES PARFAITS DE POINTS. Extrait d'une lettre adressse ~ l'$diteur PAR G. CANTOR HALLE. DE LA PUISSANCE DES ENSEMBLES PARFAITS DE POINTS. Extrait d'une lettre adressse ~ l'$diteur PAR G. CANTOR HALLE.... Quant k mon th~or~me, qui exprime, que les ensembles parfaits de points ont tous la m6me

Plus en détail

SUR LA Dt~TERMINATION DE LA RI~SERVE POUR SINISTRES EN SUSPENS DANS L'ASSURANCE AUTOMOBILE

SUR LA Dt~TERMINATION DE LA RI~SERVE POUR SINISTRES EN SUSPENS DANS L'ASSURANCE AUTOMOBILE SUR LA Dt~TERMINATION DE LA RI~SERVE POUR SINISTRES EN SUSPENS DANS L'ASSURANCE AUTOMOBILE LUIGI ~{OLINARO Rome I) Parmi les diffdrentes questions qui se posent dans l'~tude de l'assurance automobile,

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE. Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France.

SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE. Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France. SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE PAR M. MAURICE FRéCHET, Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France. INTRODUCTION Dans son ouvrage Introduction

Plus en détail

EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION

EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION BERNARD DUBOIS DE ~'IONTREYNAUD et DIDIER STRUBE France En mati~re d'assurance de la Responsabilit6 Civile Automobile, chacun connait

Plus en détail

CONTRIBUTION A L'ETUDE DU BONUS POUR NON SINISTRE EN ASSURANCE AUTOMOBILE. Belgique

CONTRIBUTION A L'ETUDE DU BONUS POUR NON SINISTRE EN ASSURANCE AUTOMOBILE. Belgique CONTRIBUTION A L'ETUDE DU BONUS POUR NON SINISTRE EN ASSURANCE AUTOMOBILE P. THYRION Belgique I. INTRODUCTION I. La s61ection des risques est un des premiers principes fondamentaux que la th6orie de l'assurance

Plus en détail

LA THI~ORIE DU COMPORTEMENT ET LA CREDIBILITY THEORY AMt~R1CAINE. E. FRANCKX Bruxelles

LA THI~ORIE DU COMPORTEMENT ET LA CREDIBILITY THEORY AMt~R1CAINE. E. FRANCKX Bruxelles LA THI~ORIE DU COMPORTEMENT ET LA CREDIBILITY THEORY AMt~R1CAINE E. FRANCKX Bruxelles AVANT PROPOS La thdorie amdricaine de la cr6dibilitd est considdrde par nos coll~gues am6ricains comme une pi~ce-maltresse

Plus en détail

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus.

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus. JF WALHIN* J PARIS* * Université Catholique de Louvain, Belgique Le Mans Assurances, Belgique RÉSUMÉ Nous proposons une méthodologie générale pour construire un système bonus-malus équilibré basé sur une

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION

BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION I. Gdndralitds BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION I1 est peu de probl~mes, dans l'industrie de l'assurance, dont la solution occasionne autant de difficult6s que celui consistant

Plus en détail

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z.

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. Page/0 - BUT DE LA MANIPULATION : Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. - LES PLANS D EXPERIENCE -LA METHODE DU DOCTEUR TAGUCHI. La mthodologie Taguchi de mise en oeuvre des plans

Plus en détail

EXPLOITATION DU SONDAGE AUTOMOBILE I971 EN FRANCE PAR UNE M/~THODE D'ANALYSE MULT1DIM ENSIONNELLE. Paris

EXPLOITATION DU SONDAGE AUTOMOBILE I971 EN FRANCE PAR UNE M/~THODE D'ANALYSE MULT1DIM ENSIONNELLE. Paris EXPLOTATON DU SONDAGE AUTOMOBLE 971 EN FRANCE PAR UNE M/~THODE D'ANALYSE MULT1DM ENSONNELLE L'AssOCATON Gi~NZRALE DES SOCT;T~S LES ACCDENTS Paris D'ASSURANCES CONTRE Sous la responsabilit6 de l'association

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Pyram. Cône Cylind. Boule

Pyram. Cône Cylind. Boule Académies et années Prisme Pavé ou cube Volumes Pyram. Cône Cylind. Boule k, Thèmes annexes k 2, k. Trigo. Pythag. Thalès Fctions. Bordeaux 00 x x Grenoble 00 x x x x Grenoble 00 pb x x x x Nancy 00 pb

Plus en détail

QUELQUES REFLEXIONS SUR LA REFORME DU TARIF FRAN~AIS D'ASSURANCE AUTOMOBILE ANDRE THEPAUT Paris (France)

QUELQUES REFLEXIONS SUR LA REFORME DU TARIF FRAN~AIS D'ASSURANCE AUTOMOBILE ANDRE THEPAUT Paris (France) QUELQUES REFLEXIONS SUR LA REFORME DU TARIF FRAN~AIS D'ASSURANCE AUTOMOBILE ANDRE THEPAUT Paris (France) Tr~s nombreux sont les assureurs fran~ais qui paraissent admettre aujourd'hui la n~cessit~ de r6former

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

L'EVOLUTION DES TAUX DE CHANGE ENTRE LE FRANC RWANDAIS, LES MONNAIES DES PAYS VOISINS, LE DOLLAR AMERICAIN SUR LE MARCHE PARALLELE

L'EVOLUTION DES TAUX DE CHANGE ENTRE LE FRANC RWANDAIS, LES MONNAIES DES PAYS VOISINS, LE DOLLAR AMERICAIN SUR LE MARCHE PARALLELE ',, R~publique Rwandaise IAinist~re de I'Agriculture de I'Elevage et de 1'Environnement Division des Statistiques Agricoles Document de Travail No 36 L'EVOLUTION DES TAUX DE CHANGE ENTRE LE FRANC RWANDAIS,

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Version provisoire de la circulaire relative aux orientations sur le sous-module «risque de catastrophe en santé»

Version provisoire de la circulaire relative aux orientations sur le sous-module «risque de catastrophe en santé» boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles tél. +32 2 221 38 12 fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Circulaire Bruxelles, le jj mm 2015 Référence: NBB_2015_xx

Plus en détail

TD 3 : suites réelles : application économique et nancière

TD 3 : suites réelles : application économique et nancière Mathématiques Appliquées Cours-TD : K. Abdi, M. Huaulmé, B. de Loynes et S. Pommier Université de Rennes 1 - L1 AES - 009-010 TD 3 : suites réelles : application économique et nancière Exercice 1 Calculer

Plus en détail

Série TD 3. Exercice 4.1. Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir, et il doit être infaillible! Exercice 4.3. Exercice 4.

Série TD 3. Exercice 4.1. Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir, et il doit être infaillible! Exercice 4.3. Exercice 4. Série TD 3 Exercice 4.1 Formulez un algorithme équivalent à l algorithme suivant : Si Tutu > Toto + 4 OU Tata = OK Alors Tutu Tutu + 1 Tutu Tutu 1 ; Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir,

Plus en détail

DANS L'ASSURANCE SOCIALE CONTRE LES ACCIDENTS. R. LATSCHA Lucerne

DANS L'ASSURANCE SOCIALE CONTRE LES ACCIDENTS. R. LATSCHA Lucerne DSTRBUTON DU COUT D'UN SNSTRE DANS L'ASSURANCE SOCALE CONTRE LES ACCDENTS R. LATSCHA Lucerne x. On n'a gu~re entendu dire jusqu'ici que la distributin empirique du cfit d'un sinistre dans l'assurance sciale

Plus en détail

Le taux d'actualisation en assurance

Le taux d'actualisation en assurance The Geneva Papers on Risk and Insurance, 13 (No 48, July 88), 265-272 Le taux d'actualisation en assurance par Pierre Devolder* Introduction Le taux d'actualisation joue un role determinant dans Ia vie

Plus en détail

Liste des voitures de tourisme bénéficiant d'un bonus

Liste des voitures de tourisme bénéficiant d'un bonus Liste des voitures de tourisme bénéficiant d'un bonus Tourisme Benzine ALFA ROMEO Giulietta 1.4TB 1AA510 Tourisme Benzine ALFA ROMEO Giulietta 1.4TB 1XH403 Tourisme Benzine ALFA ROMEO Giulietta 1.4TB 1XH713

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x)

ASSURANCE AUTOMOBILE ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x) ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x) Gilbert THIRY Membre d'honneur de l'iaf E.S.R.A. - Paris Dans toutes les sociétés d'assurances, le rôle de l'actuaire est incontournable pour optimiser

Plus en détail

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par J~AN i~t:t Paris TENDANCES NOUVELLES EN AUTOMATISME... La tendance la plus significative qui se d~gage.. consiste

Plus en détail

ECONOMIQUE. Distr- tl OkJL.lAL ^^"^^ Original ; FFu.NCAIS M66-1457. HEGIIjES D'EFiJaGi'.E-BOljRSE ST D'ASSIilLJ-fCES-BOUESES

ECONOMIQUE. Distr- tl OkJL.lAL ^^^^ Original ; FFu.NCAIS M66-1457. HEGIIjES D'EFiJaGi'.E-BOljRSE ST D'ASSIilLJ-fCES-BOUESES NATIONS UNIES ECONOMIQUE Distr- LIMITEE tl OkJL.lAL ^^"^^ Original ; FFu.NCAIS COMMISSION ECOHOliI,JJE POUR Seminairc sur 1'Administration du Personnel ot la Formation Ouagadougou, 21 novembru - 3 deccmbrc

Plus en détail

Assurances Odn~rales de France, Paris

Assurances Odn~rales de France, Paris L'I~CRETEMENT DES SINISTRES "AUTOMOBILE" PAR LIONEL MOREAU Assurances Odn~rales de France, Paris SUMMARY French insurance companies usually classify their agents according to their results by branch and

Plus en détail

Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons

Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2001-2009 en assurance RC automobiles

Evolution de la fréquence des sinistres 2001-2009 en assurance RC automobiles Evolution de la fréquence des sinistres 2001-2009 en assurance RC automobiles Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES. Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie,

SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES. Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie, SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES PAR M. JACQUES TOUCHARD, Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie, Egypte. Je me propose d'indiquer certaines équations fonctionnelles,

Plus en détail

o Ë F réinventons / notre métier ) BTPlus Lr) Votre aqent aénéral Contrat n" 492479A4o4 Code client n" 2546894804 Assurance

o Ë F réinventons / notre métier ) BTPlus Lr) Votre aqent aénéral Contrat n 492479A4o4 Code client n 2546894804 Assurance Assurance - ) BTPlus Votre aqent aénéral M COIS CHRISTOPHE I3 OUAI BOUVAT BP 102 07I3I ST PERAY CEDEX Tél ; 04 75 40 36 A7 Fax:04 75 Bl 00 39 E-mail : AGENCE.COLS@AXA. FR - Portefeuille :7005144 SARL NICOLLET

Plus en détail

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident?

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Nathalie LEPINE GREMAQ, Université de Toulouse1, 31042 Toulouse, France GRAPE, Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

ACT3284 Modèles en assurance IARD Examen Final - 14 décembre 2011

ACT3284 Modèles en assurance IARD Examen Final - 14 décembre 2011 #1 À partir de l'information ci-dessous : Sinistres payés cumulatifs Réserves aux dossiers 12 mois 24 mois 36 mois 12 mois 24 mois 36 mois 2008 240,000 393,600 499,200 2008 160,000 120,000 79,200 2009

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

LE SYSTEME FINANCIER EN COMPTABILITE

LE SYSTEME FINANCIER EN COMPTABILITE LE SYSTEME FINANCIER EN COMPTABILITE SOMMAIRE LE RAPPROCHEMENT BANCAIRE... 2 LES PRETS... 5 LES EMPRUNTS... 5 LES CONCOURS BANCAIRES... 11 CONSTITUTION D UN CAPITAL... 11 LA TRESORERIE PREVISIONNELLE...

Plus en détail

Suites de Cauchy et théorème du point fixe de Banach

Suites de Cauchy et théorème du point fixe de Banach ACCUEIL Suites de Cauchy et théorème du point fixe de Banach Frédéric Élie, novembre 2012 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Gestion de projet - les chaînes critiques

Gestion de projet - les chaînes critiques Gestion de projet - les chaînes critiques GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

Espaces vectoriel normés

Espaces vectoriel normés Espaces vectoriel normés 1) Normes a) Dé nition : K R ou C. Une norme sur un K-ev E est une application E! R x 7! kxk véri ant : i) 8 x 2 E; kxk 0 et kxk 0, x 0 (vecteur nul). ii) 8 x 2 E; 8 2 K kxk jj

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

x deux caractères de G. Le produit xx est défini par la formule : PREMIeRE COMPOSITION DE MATHEMATIQUES

x deux caractères de G. Le produit xx est défini par la formule : PREMIeRE COMPOSITION DE MATHEMATIQUES 74 Écoles Normales Supérieures Ulm et Lyo optio M lère compositio 1/6 PREMIeRE COMPOSITION DE MATHEMATIQUES (Sujet commu ENS : ULM et LYON) DURÉE : 6 heures Lc cadidat peut traiter l ue quelcoque des parties

Plus en détail

SYSTEME D EXPLOITATION : MS-DOS

SYSTEME D EXPLOITATION : MS-DOS !"# SYSTEME D EXPLOITATION : MS-DOS INTRODUCTION :!"# DEFINITION : # % & ' ( ) # # ) * + # #, #, -",.*",.*"/01- SYSTEME D EXPLOITATION MS-DOS : "%&'(!&"(%) +# -",.*" 2(# "%"&""&"(%) -",.*" 2 #-",.*" 3

Plus en détail

Probabilités et Statistiques. Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6

Probabilités et Statistiques. Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6 Probabilités et Statistiques Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6 Année 2005-2006 2 Table des matières 1 Rappels de théorie des ensembles 5 1.1 Opérations sur les ensembles................... 5 1.2 Applications

Plus en détail

Placement optimal d antennes de téléphonie mobile

Placement optimal d antennes de téléphonie mobile Placement optimal d antennes de téléphonie mobile Groupe «Math en Jeans» 2010-2011 Lycée Ernest Bichat Avenue Paul Kahn 54300 Lunéville (France) BADINA Romain DIDIERJEAN Justine JORIO Iliyas LE SAUX Thomas

Plus en détail

Manuels de préparation aux examens suggérés pour les compétences évaluées par l'autorité des marchés financiers (AMF)

Manuels de préparation aux examens suggérés pour les compétences évaluées par l'autorité des marchés financiers (AMF) Manuels de préparation aux examens suggérés pour les compétences évaluées par l'autorité des marchés financiers (AMF) Tableaux sommaires Version 2015-05-01 Consultez les tableaux suivants afin d identifier

Plus en détail

Jean-Maurice JACQUES Agent Général Allianz

Jean-Maurice JACQUES Agent Général Allianz Jean-Maurice JACQUES Agent Général Allianz 20 Place Jules Guesde 30906 Nîmes Cedex 2 TEL. : 04 66 27 95 27 FAX : 04 66 27 95 20E- Mail jacqujm@allianz.fr Site : www.jacques-assurances.com Bureaux ouverts

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : Mmes et MM. les Directeurs 12/04/85 des Caisses Primaires d'assurance Maladie Origine : DGR AC

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MRCHE PLIC DE ECHNIQE DE L INFORMION E DE L COMMNICION ICOM PEZEN-GDE - v F M Pl 27 v Pz P 112 34120 NEZIGNN L EVÊQE : 04 67 98 58 05 MRCHE DE MIE EN ERVICE DE REE N, OIP, CCE INERNE C Cl q Plè M q l è

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE Table des matières page Responsabilité Civile 2 Responsabilité civile Aperçu du degré bonus-malus 2 Responsabilité civile Entrée dans le système Bonus-Malus 3 Responsabilité

Plus en détail

AVANTAGES DU PERSONNEL

AVANTAGES DU PERSONNEL I H E C Carthage CES DE REVISION COMPTABLE NORMES COMPTABLES AVANTAGES DU PERSONNEL (IAS 19) 1. Champ d application I. INTRODUCTION La norme IAS 19 traite de la comptabilisation des retraites et de tous

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE -- STATISTIQUE. ALEXANDRE CANNET Paris (France)

ASSURANCE AUTOMOBILE -- STATISTIQUE. ALEXANDRE CANNET Paris (France) ASSURANCE AUTOMOBLE -- STATSTQUE ET TARFS ALEXANDRE CANNET Paris (France) Commentaires sur les constatations expdrimentales d'une Compagnie Frangaise en mati~re d' A ssurance Responsabilitd C ivile Automobile

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

9. Équations différentielles

9. Équations différentielles 63 9. Équations différentielles 9.1. Introduction Une équation différentielle est une relation entre une ou plusieurs fonctions inconnues et leurs dérivées. L'ordre d'une équation différentielle correspond

Plus en détail

Equilibre technique d'un exercice de souscription

Equilibre technique d'un exercice de souscription ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS*) par JEAN SOUSSELIER, Paris La question est controvers~e de savoir si l'on doit tenir compte du revenu des placements -- et 6ventuellement des b6n6fices sur

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

économie RÉFLEXIONS SUR LA PRATIQUE DES ESTIMATIONS FORESTIÈRES

économie RÉFLEXIONS SUR LA PRATIQUE DES ESTIMATIONS FORESTIÈRES économie et forêt RÉFLEXIONS SUR LA PRATIQUE DES ESTIMATIONS FORESTIÈRES A. BERNE L'estimation forestière est une question très importante mais, paradoxalement, trop souvent négligée. Importante parce

Plus en détail

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite www.thuraya.com Suivez-nous sur /thurayatelecom Restez Proche Associant parfaite mobilité et simplicité, Thuraya SatSleeve est le moyen

Plus en détail

Optimisation numérique. Outline. Introduction et exemples. Daniele Di Pietro A.A. 2012-2013. 1 Dénitions et notations

Optimisation numérique. Outline. Introduction et exemples. Daniele Di Pietro A.A. 2012-2013. 1 Dénitions et notations Optimisation numérique Introduction et exemples Daniele Di Pietro A.A. 2012-2013 Outline 1 Dénitions et notations 2 Applications Exemples en recherche opérationnelle Exemples en algèbre linéaire Exemples

Plus en détail

Calcul élémentaire des probabilités

Calcul élémentaire des probabilités Myriam Maumy-Bertrand 1 et Thomas Delzant 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Licence 1ère Année 16-02-2006 Sommaire La loi de Poisson. Définition. Exemple. 1 La loi de Poisson. 2 3 4

Plus en détail

DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES

DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES BULLETIN DE l'acn n 28 INSEE Association de Comptabilité Nationale 18, bd Adolphe Pinard 75675 PARIS CEDEX 14 (France) DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES Henri DUPRAT

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Modifications aux régimes d'assurance au 1 er janvier 2004

Modifications aux régimes d'assurance au 1 er janvier 2004 Modifications aux régimes d'assurance au 1 er janvier 2004 Pour les employés de bureau, métiers, techniciens, réseau, et spécialistes versés métiers et réseau Décembre 2003 Table des matières Assurance

Plus en détail

APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE

APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE L. NEUMANN Vienne I. INTRODUCTION Nous donnerons ci-apr~s un aper~u de quelques domaines d'application de la

Plus en détail

FINANCEMENT INTRAGROUPE IMPLIQUANT DES SOCIETES EN SUISSE Avantages et limites de la pratique des taux fiscalement admis publiös par I'AFC

FINANCEMENT INTRAGROUPE IMPLIQUANT DES SOCIETES EN SUISSE Avantages et limites de la pratique des taux fiscalement admis publiös par I'AFC NANCY STURZENEGGER NICOLAS BONVIN FINANCEMENT INTRAGROUPE IMPLIQUANT DES SOCIETES EN SUISSE Avantages et limites de la pratique des taux fiscalement admis publiös par I'AFC Cet article fournit des dötails

Plus en détail

1.3. Les principes de base en assurance invalidité

1.3. Les principes de base en assurance invalidité Chapitre 1 Mise en contexte de l assurance invalidité 17 1.3. Les principes de base en assurance invalidité Afin d'être en mesure de bien comprendre les notions relatives à l'assurance invalidité, il convient

Plus en détail

c) Calculer MP. 3) Déterminer l'arrondi au degré de la mesure de Dˆ.

c) Calculer MP. 3) Déterminer l'arrondi au degré de la mesure de Dˆ. Exercice :(Amiens 1995) Les questions 2, 3 et 4 sont indépendantes. L'unité est le centimètre. 1) Construire un triangle MAI rectangle en A tel que AM = 8 et IM = 12. Indiquer brièvement les étapes de

Plus en détail

Mademoiselle Brigitte Renouf. DESS "Direction de projets culturels" Option "M diathdques publiques".

Mademoiselle Brigitte Renouf. DESS Direction de projets culturels Option M diathdques publiques. Mademoiselle Brigitte Renouf DESS "Direction de projets culturels" Option "M diathdques publiques". R A P P O R T D E S T A G E i It Le stage qui s 1 insdre dans la scolarit6 pr6vue par le DESS "Direction

Plus en détail

Résumé des protections des retraités Régime d'assurance collective des employés et retraités du Mouvement Desjardins

Résumé des protections des retraités Régime d'assurance collective des employés et retraités du Mouvement Desjardins Résumé des protections des retraités Régime d'assurance collective des employés et retraités du Mouvement Desjardins Juillet 2014 Introduction Le présent document vous fournit une vue d'ensemble des protections

Plus en détail

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence Chapitre 3 Mesures stationnaires et théorèmes de convergence Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée p.1 I. Mesures stationnaires Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée

Plus en détail

CULTURE GÉNÉRALE Histoire de l Art (RC) Philosophie (FB)

CULTURE GÉNÉRALE Histoire de l Art (RC) Philosophie (FB) RE ANNÉE SEMESTRE PRATIQUE ET INITIATION Dessin d observation et projet (FL [cd] + PC [a] + JMH [b]) Couleur / peinture (PC [cd] + AO [ab]) Espace / Volume (CLT [cd] + AT [ab]) Design (FC [ab] GG [cd])

Plus en détail

ED. FRANCKX Bruxelles AVERTISSEMENT

ED. FRANCKX Bruxelles AVERTISSEMENT MI~THODES & MOYENS POUR CALCULER LA VALEUR NUMI~RIQUE DES OPI~RATIONS ACTUARIELLES GI~Ni~RALIS/~ES A la mdmoire de B. Monic qui nous incita ~i rdsoudre,,rdellement' les probl}mes non-life ESSAI DE SYNTHESE

Plus en détail

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire?

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire? Cas NACRAY S.A. La société anonyme NACRAY a été créée, il y a plus de vingt ans, par un entrepreneur qui venait de déposer un brevet pour un nouveau type de mobilier de rangement, destiné aussi bien aux

Plus en détail

Correction des exemples. Mathieu EMILY

Correction des exemples. Mathieu EMILY Correction des exemples Mathieu EMILY Novembre 2005 Table des Matières Exemple_Exercice 1 Page 2 Exemple_Exercice 2 Page 3 Exemple_Exercice 3 Page 5 Exemple_Exercice 4 Page 6 Exemple_Exercice 5 Page 7

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

3 Fonctions logarithmiques

3 Fonctions logarithmiques 10 Edition 006-007 / DELM Exercices de base Fonctions logarithmiques Liens hypertextes Cours correspondant de niveau standard: http://www.deleze.name/marcel/sec/cours/logarithmes/log-cours_standard.pdf

Plus en détail

Théorie de la crédibilité

Théorie de la crédibilité ISFA - Année 2008-2009 Théorie de la crédibilité Chapitre 2 : Prime de Bayes Pierre-E. Thérond Email, Page web, Ressources actuarielles Langage bayesien (1/2) Considérons une hypothèse H et un événement

Plus en détail

3.8 Introduction aux files d attente

3.8 Introduction aux files d attente 3.8 Introduction aux files d attente 70 3.8 Introduction aux files d attente On va étudier un modèle très général de problème de gestion : stocks, temps de service, travail partagé...pour cela on considère

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

www.cnepbanque.dz BANCASSURANCE

www.cnepbanque.dz BANCASSURANCE News www.cnepbanque.dz Revue de la -Banque Banque Nouvelle édition BANCASSURANCE CARDIF Banque Signature de l accord de partenariat -Banque / CARDIF El Djazaïr Tout savoir sur la Bancassurance Deux questions

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

E;tenc û,es,01'erpplû ûe,otilon

E;tenc û,es,01'erpplû ûe,otilon E;tenc û,es,01'erpplû ûe,otilon lf Pour déplacer une roche de 120 kg, Guillaume utilise un bras de levier dont le point dâppui est placé à 0,500 m du centre de gravité de la roche. La force motrice qu'il

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

Le but de ce chapitre est de:

Le but de ce chapitre est de: Chapitre 7 LA TARIFICATION LA TARIFICATION Le but de ce chapitre est de: Expliquer comment appliquer une tarification selon un historique de base à des produits d'assurance existants. Décrire les ajustements

Plus en détail

Solution Le problème à un million de dollars

Solution Le problème à un million de dollars Solution Le problème à un million de dollars Dans le présent scénario, un homme (le «proposant») souhaite disposer d un million de dollars pour chaque personne qui atteint l âge de 100 ans. Il veut calculer

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail